EAI. De l intégration à l e-business. Novembre François Rivard consultant senior Tél :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EAI. De l intégration à l e-business. Novembre 2000. François Rivard consultant senior Tél : +33 1 53 24 67 80"

Transcription

1 EAI De l intégration à l e-business François Rivard consultant senior Tél : Novembre 2000 Jean-Christophe Bernadac directeur technique Tél : François Knab vice-président Tél : Avec le concours de François Bourcier

2

3 EAI De l intégration à l e-business

4 EAI De l intégration à l e-business / Table des matières Table des matières 1 Table des matières... 4 VUE D ENSEMBLE : LE SYSTÈME D INFORMATION E-BUSINESS 7 Fédérer, unifier, s adapter... 8 Mettre en œuvre un système intégré... 9 Recréer un système d information intégré... 9 Généraliser les passerelles interapplicatives... 9 Fédérer les systèmes Domaines d application Gestion de la chaîne logistique Gestion de la relation client e-marketplaces De l intégration à l e-business LE MODÈLE EAI 16 Transport : un middleware pour les données Définition Fonctionnalités et technologies Couche plate-forme et EAI Données : les adaptateurs applicatifs Définition Fonctionnalités et technologies Couche données et EAI Composants : appliquer la logique d entreprise Moteur d intégration : le cœur du système d e-business Définition Fonctionnalités Technologies : les message brokers Couche moteur d intégration et EAI DE L EAI À L INTÉGRATION ÉTENDUE 27 Processus : modélisation métier Définition Fonctionnalités et technologies Couche processus et eai B2B : eai ou l intégration étendue Définition Fonctionnalités et technologies Couche B2B et eai XML ET L EAI 33 XML et les six couches du modèle eai XML et transport XML et connecteurs XML et composants XML et moteur d intégration : les serveurs d applications XML, composants métier et workflow XML et B2B XML, langage privilégié de l échange B2B cxml, d Ariba Software xcbl, de Commerce One OBI, de CommerceNet eco, de CommerceNet ebxml, de l UN/Cefact et Oasis BizTalk, de Microsoft RosettaNet Autres initiatives En résumé Une architecture alternative d EAI bâtie sur XML Applications front-office... 44

5 Table des matières Sources de données Moteur d intégration Référentiel de synchronisation MARCHÉ DE L EAI ET OFFRES DES ÉDITEURS 48 Panorama du marché de l EAI Quelques chiffres Tendances Les offres Organisation des fiches produits Candle Présentation de la société Architecture technique du produit Le modèle EAI de Candle Synthèse Constellar Présentation de la société Présentation du produit Le modèle EAI de Constellar Synthèse Level Présentation de la société Architecture technique du produit Le modèle EAI de Level Synthèse Mercator Software Présentation de la société Présentation du produit Le modèle EAI de Mercator Synthèse Neon (New Era of Networks) Présentation de la société Architecture technique du produit Le modèle EAI de Neon Synthèse STC (Software Technology Corporation) Présentation de la société Architecture technique du produit Le modèle EAI de STC e*gate Synthèse Tibco Software Présentation de la société Architecture technique du produit Le modèle EAI de Tibco Synthèse Viewlocity Présentation de la société Architecture technique du produit Le modèle EAI de Viewlocity Synthèse Vignette-OnDisplay Présentation de la société Architecture technique du produit Le modèle EAI de Vignette-OnDisplay Synthèse webmethods Présentation Le modèle EAI de webmethods Synthèse CONCLUSION 90

6 6

7 Vue d ensemble CHAPITRE 1 Vue d ensemble Le système d information e-business Dans l entreprise, les développements ont longtemps été pensés et budgétés à un niveau départemental. Cette situation correspondait au succès des technologies client-serveur et au besoin de constituer des applications légères s appuyant sur leur propre base de données et sachant exploiter le confort procuré par un réseau local. Les réponses apportées aux besoins de l entreprise en matière de système d information et de traitement des données étaient en partie guidées par les possibilités technologiques disponibles au moment de la conception de ces systèmes départementaux. Depuis quelques années déjà, Internet met ce modèle en cause. Plusieurs facteurs récents définissent de nouveaux enjeux et élargissent le périmètre du besoin : La mondialisation de l économie Les changements incessants de la nature des marchés, des pratiques commerciales, des législations nécessitent une réactivité accrue de la part de l entreprise à tous les niveaux de son organisation. La réduction du time-to-market et l avantage concurrentiel procuré par le fait d être le first-to-market Devant la banalisation des produits et l érosion de la fidélité des clients, la stratégie Internet d une entreprise devient un facteur non négligeable de sa réussite commerciale et doit être focalisée sur la fidélisation de sa clientèle et sur la différenciation de sa marque. La croissance externe et les stratégies de partenariat Elle sont précédées d études désormais stratégiques sur la flexibilité du système d information des entreprises concernées. Lorsque deux systèmes d information fusionnent, il est indispensable de maintenir un existant opérationnel tout en amorçant la transition vers une consolidation des données. Les acteurs disposent ainsi d informations fédérées d aide à la décision assurant la cohérence d une stratégie partenariale et accompagnant la démarche commerciale et opérationnelle. Ces nouveaux enjeux convergent tous vers la généralisation des besoins d intégration. Qu il s agisse de la production (ERP, Enterprise Resource Planning), de la logistique (SCM, Supply Chain Management) ou de la relation client (CRM, Customer Relationship Management), la chaîne de valeur d une entreprise se conçoit dans sa globalité et non plus au niveau départemental. L ensemble des données d une entreprise (clients, fournisseurs, produits, utilisateurs, etc.) doivent pouvoir évoluer en offrant la garantie de leur cohérence. Cet objectif conduit naturellement à la mise en œuvre de référentiels d entreprise : l émergence des métaannuaires l illustre parfaitement. Pour autant, il n est pas concevable de se lancer dans une refonte globale du système d information. D une part, l expérience a prouvé que bon nombre de projets aussi volumineux présentaient un risque d échec important s ils n étaient pas découpés en sousprojets de taille plus raisonnable, chacun d eux étant mis en œuvre progressivement. D autre part, la réduction du cycle de vie des projets, liée au modèle économique d Internet, et le besoin de mettre rapidement en application une politique d e-business nécessitent de s appuyer sur tout ou partie du système d information existant. Cette exploitation des données et des applications de l entreprise doit s affranchir des rigidités inhérentes aux spécificités de ces systèmes et à leur hétérogénéité. Le système résultant doit être en mesure de réagir efficacement au changement, qui est le nouveau défi permanent lancé à l entreprise. Toute modification du contexte économique et concurrentiel doit être absorbée sereinement par le système d information de l entreprise. Les travaux d adaptation et d évolution ne doivent entraîner aucune instabilité, même temporaire, car le facteur Internet impose la disponibilité permanente des systèmes de commerce électronique. 7

8 EAI De l intégration à l e-business / Vue d ensemble Ayant été conçu sans une vision d ensemble des besoins de l entreprise, un système départemental ne peut pas servir de fondement à un projet d e-business : le système d information doit désormais être pensé à l échelle de l entreprise, afin d atteindre une logique d unification et de communication globale. Bien sûr, tout au long de cette démarche, il faut accorder un soin particulier à la flexibilité et à l interopérabilité des éléments d infrastructure qui constitueront le système fédéré. Les principales technologies mises en œuvre dans les projets d intégration répondent à ces exigences et s appuient aujourd hui, pour étendre l intégration aux partenaires de l entreprise, sur l apport des technologies d Internet, notamment de leur champion : XML (extensible Markup Language). 8 Fédérer, unifier, s adapter Les mots-clés régissant l infrastructure d un système intégré sont fédération, unification et adaptation. La fédération est la démarche qui privilégie la réutilisation des sources de données et des règles métier existant dans l entreprise. L unification est la mise en place de processus métier d entreprise coordonnant les sources de données et les applications entre elles. L adaptation est la capacité du système à prendre en compte de nouveaux processus métier ou de nouvelles applications et à modifier les processus et les applications existants. Un système conçu dans cet esprit peut être qualifié de système d e-business. Examinons à l aide d un exemple les bénéfices de cette démarche d intégration. L entreprise Brique et Mortier étend son activité au Web dans le but d y vendre ses produits. Après chaque commande effectuée en ligne par un internaute, les opérateurs du site reçoivent l information par et éditent un bon de commande papier. Ce bon de commande est transmis par courrier interne au responsable logistique, qui vérifie l état des stocks au moyen de l interface de son progiciel de gestion intégré (ERP). Constatant l indisponibilité du produit, il décide de s adresser à son fournisseur par le biais du logiciel d approvisionnement spécifique qu il utilise depuis plusieurs années. Le fournisseur transmet la date de réception du produit aux opérateurs du site web, qui se chargent d en informer le client en répondant à son de commande après y avoir ajouté le délai de livraison. Dans cet exemple, les intermédiaires et les sources de données se multiplient, et donc les incohérences et les sources d erreur aussi. Par exemple, les désignations des produits sont en théorie identiques dans l ERP et dans le logiciel d approvisionnement spécifique, mais dans la pratique un contrôle humain est indispensable pour garantir la cohérence. Dans ce contexte, il est difficile de tenir les engagements pris auprès des clients sur les délais de livraison. Ce scénario illustre les limites d une approche départementale cloisonnée ; il montre que l entreprise doit s interroger sur les moyens à mobiliser pour prolonger efficacement son activité sur le Web. Pour Brique et Mortier, les enjeux sont l amélioration de la coordination entre ses différents départements et l optimisation de la relation avec ses fournisseurs. Cela implique une communication «dématérialisée» entre les applications engagées dans le processus de vente en ligne. Une démarche d intégration du système d information est indispensable pour doter Brique et Mortier d une infrastructure informatique capable d accompagner sa stratégie e-business. Envisageons maintenant un système dans lequel les applications sont interconnectées. L arrivée d une commande en provenance du site Internet déclenche un processus métier pilotant l interrogation de l application logistique pour vérifier la disponibilité des produits, puis la transmission des informations à l application d approvisionnement pour alimentation automatique du stock. Lorsque le stock doit être reconstitué, le fournisseur contacté transmet en retour le délai d approvisionnement. L internaute est alors informé du meilleur délai de livraison qui peut lui être proposé. Dans le même esprit, plusieurs fournisseurs peuvent être mis en concurrence pour servir la demande de l internaute. Le rapport délais-coût est ainsi optimisé. Enfin, chaque fournisseur doit pouvoir informer le site marchand de la disponibilité de ses produits et de ses offres promotionnelles pour agencer au mieux le catalogue en ligne proposé aux internautes. L automatisation complète reste une hypothèse de travail car dans la pratique, une intervention humaine demeure indispensable en certains points du processus de vente et de livraison. Les bénéfices sont néanmoins réels : on observe en effet que la mise en œuvre de systèmes d achats intégrés peut réduire de 85 % les coûts habituellement liés à ces opérations.

9 Vue d ensemble Mettre en œuvre un système intégré Les trois logiques suivantes peuvent guider la démarche d implémentation d un système intégré : récréer un système d information intégré ; généraliser les passerelles interapplicatives ; fédérer les systèmes. Recréer un système d information intégré Cette approche conduit habituellement en une migration de l existant vers un nouveau système et a donc des conséquences importantes sur les coûts et les délais. Face aux changements permanents et aux fortes contraintes du marché, la refonte d un système d information se justifie en général plus par son obsolescence que par le seul besoin d intégration. Cette logique mène naturellement à la mise en œuvre de progiciels qui sont intégrés par essence et qui disposent d ouvertures sur les technologies Internet nécessaires à l implémentation de services d e-business. Le tout-intégré est séduisant car il libère de l hétérogénéité des systèmes et garantit l interopérabilité des différents services métier offerts, dont la gestion de production (ERP), l optimisation de la chaîne logistique (SCM) et la gestion de la relation client (CRM). Cette approche rend cependant l évolutivité du système d information dépendante des services et des technologies Internet définis dans la stratégie produit de l éditeur du progiciel. Cette démarche d intégration n incite pas à la réalisation d un système flexible susceptible, le cas échéant, de coopérer facilement avec les outils concurrents adoptés par les partenaires de l établissement. L entreprise qui prend la décision de recréer un système d information intégré doit veiller à garantir l ouverture et la flexibilité des applications mises en œuvre en vue d en assurer la pérennité. 9 Généraliser les passerelles interapplicatives Les entreprises disposant d un existant pérenne peuvent être tentées de résoudre leur problématique d intégration en mettant en œuvre des passerelles point à point, en général à travers un développement spécifique fondé sur un middleware adapté. Les problématiques d intégration ont souvent été résolues par ce type de développements. L interconnexion de systèmes départementaux qui en résulte aboutit rarement à un système d information global et cohérent, pour des raisons de temps, de coûts et parfois de faisabilité technique. Dans de nombreux cas, le résultat final de cette démarche est une écrasante complexité et une totale opacité. Les projets sont difficiles à terminer, puis à maintenir. La solution apportée freine les possibilités d intégration de nouvelles fonctionnalités ou de remplacement des briques existantes. Le Gartner Group qualifie ce type de solution de système «spaghetti». Applications légataires Applications spécifiques SCM CRM ERP E-commerce Figure 1 Système «spaghetti»

10 EAI De l intégration à l e-business / Vue d ensemble Par rapport à la logique de développement d un nouveau système, cette implémentation a l avantage de s appuyer sur l existant. En revanche, la solution résultante est rigide, ses frais de maintenance et ses coûts totaux de changement (TCC, Total Cost of Change) explosent rapidement. Si n est le nombre d applications à interconnecter, le nombre de passerelles bidirectionnelles à développer pour aboutir à un système complètement communicant est n (n 1). Pour 6 applications, il faut donc 30 passerelles De plus, le remplacement d une application par une nouvelle version ou par une application d un autre éditeur risque fort de rendre la passerelle obsolète ou d entraîner des travaux de maintenance complexes et coûteux : l équipe de développement initiale n est plus forcément disponible et la documentation technique est parfois insuffisante pour permettre la reprise des développements. Dans certains cas, la passerelle devient incontournable et retarde le remplacement de l application obsolète. En résumé et d après le cabinet Forrester Research, les entreprises confrontées à un environnement en constant changement consacrent jusqu à 40 % de leur budget informatique annuel au remodelage des flux d informations entre leurs différents systèmes et applications. Le chantier d intégration est donc un poste important du budget informatique des entreprises ; sa bonne utilisation doit privilégier la flexibilité et la pérennité du système intégré. Fédérer les systèmes 10 Préserver l existant tout en assurant la flexibilité et l évolutivité du système intégré sont les fondements des plates-formes d intégration. Ces plates-formes proposent des outils capables de se connecter aux sources de données et aux applications existantes d une entreprise et d échanger des informations de l une à l autre. Ces outils autorisent la mise en application d une démarche de fédération du système d information nommée EAI (Enterprise Application Integration, intégration des applications d entreprise). L EAI est un processus graduel, logique et répétitif qui permet à une entreprise de passer du système «spaghetti» à une architecture modulaire dans laquelle les applications peuvent être modifiées séparément sans impact sur le système existant. La démarche d EAI permet de mettre le client au centre du système d information en lui fournissant l ensemble des fonctionnalités et des données dont il a besoin en temps et en heure. On parle d architecture hub-and-spokes (à moyeu et à rayons) ou d architecture soleil. Applications légataires Applications spécifiques Solution d'eai SCM ERP CRM E-commerce Applications packagées Figure 2 Système d e-business hub-and-spokes (à moyeu et à rayons)

11 Vue d ensemble La concrétisation d une démarche d EAI peut représenter un défi technique au coût non négligeable. Mais les avantages procurés par ces outils dans la mise en œuvre du système d e-business (fluidification des échanges d information, modélisation des processus métier, flexibilité et réactivité au changement) et l évolutivité de ces plates-formes dans le cadre de l intégration de nouvelles applications garantissent un retour sur investissement très rapide en général après quelques mois d exploitation. Les plates-formes d EAI conduisent également à une industrialisation des processus de conception, de développement et de déploiement des applications, gage de la pérennité des systèmes intégrés ainsi réalisés. En résumé, tout concourt à privilégier la démarche d EAI dans le processus d évolution d un système d information vers l e-business. Domaines d application Les bénéfices de la démarche d EAI couvrent toute la chaîne de valeur de l entreprise et l accompagnent dans l application de sa stratégie d e-business. Cette démarche est un facteur de réussite important dans les domaines de la gestion de la chaîne logistique (SCM), de la gestion de la relation client (CRM) et des places de marché sur Internet (e-marketplaces). Gestion de la chaîne logistique La gestion de la chaîne logistique (SCM) désigne un ensemble d échanges entre partenaires et leur coordination. Il s agit d une approche globale qui couvre tous les aspects logistiques de l entreprise, depuis la planification des ressources jusqu à la livraison des produits, en passant par les prévisions, la conception et la fabrication. Ce type de besoin concerne tout particulièrement les entreprises dont la croissance s est effectuée par fusions ou acquisitions et qui ne disposent pas d une infrastructure informatique centralisée. Il émane aussi d entreprises soucieuses, dans une optique d entreprise étendue, d intensifier leur collaboration avec leurs partenaires. Une chaîne logistique intégrée est un facteur important d amélioration du délai de mise sur le marché d un produit ou d un service. Cette intégration permet un gain de temps dans les procédures d achat et dans les prévisions de fabrication, grâce à un meilleur contrôle du processus global de production. Cette démarche conduit naturellement à une meilleure productivité, à une réduction des coûts et, parallèlement, à l amélioration de la qualité du service rendu au client. Une chaîne logistique intégrée rend possible le pilotage de la production par la demande. C est le modèle build-to-order, qui permet à une entreprise de réduire ses coûts de stockage et d inventaire et de s adapter sans difficulté à une modification imprévue de la demande. L organisation doit bien sûr refléter ce modèle de flexibilité pour en garantir l efficacité et assurer la satisfaction du client final par une offre synchronisée à la demande. Le modèle du build-to-order est l illustration du lien étroit qui existe entre la gestion de la chaîne logistique et celle de la relation client. Le projet d intégration répond alors pleinement à une problématique globale d entreprise. 11 Gestion de la relation client La gestion de la relation client (CRM) a pour objectif d améliorer la satisfaction et la fidélité des clients. Le développement d applications CRM nécessite une démarche d unification des informations dispersées dans l entreprise pour constituer le référentiel client (voir l encadré «Le référentiel client»). Ce dernier s enrichit d informations fournies par des services traditionnellement mis en œuvre au sein du back-office. Il faut donc bien penser l intégration du projet CRM au système d information et qualifier avec soin les données qui constitueront le référentiel client. Le besoin d intégration se fait particulièrement sentir sur le plan de l alimentation des services de gestion de la relation client. En effet, le système CRM, situé à la croisée de domaines tels que la vente, le marketing et le support client, est un consommateur avide d informations consolidées. En aval, il peut également s intégrer avec les applications de facturation et de comptabilité ou avec des systèmes décisionnels.

12 EAI De l intégration à l e-business / Vue d ensemble Cette démarche d intégration des informations client élargit le potentiel de personnalisation des services offerts. Ce potentiel se manifeste lors de l extension des activités de l entreprise sur Internet. La personnalisation du contenu et des services est une stratégie payante en matière de fidélisation des clients ; cette démarche rend possible la collecte d un ensemble d informations indispensables à la connaissance du profil des internautes visitant le site. Cette application devient en effet un point de contact privilégié avec des clients que l entreprise ne verra peut-être jamais physiquement. L e-business est une forme d intermédiation dans laquelle les informations sont présentées au client sans le concours des collaborateurs du front-office. Ceux-ci, de par leur connaissance du métier, savent masquer la complexité des processus d entreprise et ont une appréhension «physique» du client qu une application Internet ne peut pas avoir. L application Internet doit comporter des mécanismes permettant de créer cette connaissance à partir des informations fournies sur le site par le client. Le référentiel client Chaque application à intégrer (CRM, ERP, applications légataires, etc.) dispose d une vue différente de l entité client. La constitution d un référentiel client unifié est bien plus qu une problématique technique car elle influe sur la définition même du client et des processus métier qui l utilisent. La fiabilité des informations échangées dépend à la fois du format des données et de l application des règles métier. Pour assurer la cohérence, il faut construire une vue unifiée du client en temps réel. Cette vue unifiée constitue le référentiel client, indispensable aux applications CRM et point central des applications d e-business construites sur le nouveau système. 12 e-marketplaces Une place de marché est un point de liaison central destiné à réunir des centaines d acheteurs et de vendeurs. Sur Internet, le concept de place de marché se traduit par la mise en relation des systèmes d information des entreprises au travers d une intégration «métier». Ces places de marché sont généralement spécifiques à des industries, mais les besoins d intégration sont similaires et convergent aujourd hui vers un certain nombre d initiatives de normalisation. Ce nouveau modèle économique impose la prise en compte de trois dimensions : La gestion des transactions, de la sécurité (cryptage et authentification des parties) et de l infrastructure réseau Techniquement, les besoins sont proches de ceux de l EAI interne à une entreprise : messaging, non-répudiation et sécurité. La gestion des fournisseurs et des catalogues Il s agit de la capacité à recruter des vendeurs, à collecter les catalogues (sous tous formats, y compris papier) et à générer des catalogues normalisés. L offre de services à valeur ajoutée Ce sont des enchères, des appels d offres, ou encore les services de logistique ou de facturation électronique. La différenciation concurrentielle tient à l originalité du modèle de services et à sa qualité. La participation financière des acteurs pourra être fixée au mois ou à la transaction. On retrouve différents acteurs sur ce marché : Des éditeurs d applications d e-marketplace, comme i2 Technology et son produit TradeMatrix. Des éditeurs de progiciels comme SAP, avec mysap.com ou Oracle, avec Oracle Exchange. La spécificité de ces offres est de se connecter à leurs propres environnements logiciels. Des acteurs du B2B, comme Ariba Software ou Commerce One. Des acteurs de l EAI qui, comme Tibco, enrichissent leur offre d EAI initiale de modules complémentaires d EIP (Enterprise Information Portal) et de B2B. Les solutions de places de marché sont en général créées à partir de technologies complémentaires. Par exemple, e2open.com est une place de marché reliant les acteurs des industries informatique et électronique fondée sur B2B Commerce Platform, d Ariba Software, sur l application d e-marketplace TradeMatrix, d i2 Technology, et sur WebSphere Commerce Suite, d IBM. EAI et EIP La distinction entre EAI et EIP (Entreprise Information Portal) peut paraître floue dans la mesure où ces deux types de solutions se connectent à des systèmes hétérogènes et à des sources de données variées. Cependant, l EAI a pour objectif l échange de données entre applications, alors que l EIP agrège les informations pour une application cible qui va se charger de les présenter à l utilisateur final. L EIP a donc une finalité front-end marquée, alors que l EAI est orientée back-end. En règle générale, ces deux solutions sont complémentaires et l application d EIP constitue le front-end du système d information dont les données proviennent en partie de la plate-forme d EAI. L e-marketplace est un réseau à valeur ajoutée dont la matérialisation tient autant de l EIP que de l eai (l extension sur Internet de l intégration d applications).

13 Vue d ensemble De l intégration à l e-business Parmi les trois démarches de conception d un système intégré que nous avons décrites précédemment, la démarche d EAI est celle qui permet de s appuyer sur les applications existantes en se focalisant sur la flexibilité et l adaptabilité du système résultant. Par définition, la démarche d EAI est un processus d intégration d applications développées indépendamment, utilisant des technologies incompatibles et devant continuer à être gérées séparément. La flexibilité, l évolutivité et l adaptabilité, aujourd hui indispensables au maintien de la compétitivité de l entreprise, sont également des bénéfices stratégiques qui découlent de la mise en œuvre de ces solutions. Ainsi, non seulement une démarche d intégration permet d orienter les systèmes d information vers l e-business, mais elle est aussi la plus apte à assurer leur pérennité face aux besoins d évolution. Cette réactivité couvre la possibilité d accueillir facilement de nouvelles applications au sein de l entreprise conçue dans sa globalité, c est-à-dire étendue aux systèmes de ses partenaires. Pour répondre à de telles exigences, les plates-formes d EAI imbriquent des technologies très variées. Afin d en aborder la richesse et d en comprendre l évolution, examinons les différentes briques qui constituent aujourd hui les solutions d intégration. La première génération de plates-formes d EAI, dédiée à la libération des flux d information au sein de l entreprise, est dotée d une organisation, que nous qualifierons de modèle EAI, construite sur quatre briques techniques : Le transport des données Potentiellement sécurisé, il passe par des files d attente de messages qui encapsulent l information et la stockent jusqu à son exploitation. L extraction d informations depuis les applications et l insertion de nouvelles informations dans ces applications Cette opération est réalisée par l utilisation de connecteurs qui se «branchent» sur les applications. Les composants Ils permettent d effectuer des traitements métier complémentaires sur les données extraites. Ils enrichissent et étendent l intelligence de la plate-forme d intégration. Le moteur d intégration Il administre les règles de transformation et de routage des données. Cœur du système, il fournit également un ensemble de services complémentaires d administration, de surveillance et d analyse de l activité du système. Ce modèle est représenté graphiquement par la figure Moteur d'intégration Composants Données Transport Figure 3 - Modèle EAI

14 EAI De l intégration à l e-business / Vue d ensemble 14 Lors d une extraction de données, l information est recueillie par les connecteurs applicatifs, puis empaquetée dans un message placé et conservé dans des files d attente. Le moteur d intégration, alerté par l arrivée d un message, traduit les données pour les router vers l application destinataire. Les composants peuvent être sollicités pour vérifier certaines règles métier et influencer le comportement du moteur d intégration. En dernier lieu, les données sont transmises, via la couche transport, au connecteur branché sur l application destinataire et chargé d opérer la mise à jour des données. Ce modèle est extrêmement flexible, car il existe des connecteurs applicatifs pour un grand nombre d applications standard du marché. Il devient dès lors plus facile de remplacer une application obsolète par une application exploitant de nouvelles fonctionnalités et de nouvelles technologies. De plus, l intégration d une application au système d EAI s opère par simple abonnement de celleci aux files d attente de messages, configurées depuis le moteur d intégration. Le système d information bénéficiant de l apport d une plate-forme d EAI devient un système modulaire dont l évolution n est pas source d instabilité. La deuxième génération est tournée vers les processus métier et les échanges interentreprises : elle prend en compte les nouveaux modèles économiques créés et promus par Internet et ses technologies (TCP/IP, SMTP, HTTP, FTP, XML, etc.). Cette deuxième génération de plates-formes d eai dispose d une architecture enrichie, qualifiée désormais d eai, offrant un modèle d intégration étendu à ses partenaires. Les technologies qui viennent se greffer sur le modèle initial sont : Un moteur de workflow Il sert à modéliser et à mettre en œuvre au sein de la plate-forme d intégration les processus métier de l entreprise. Une infrastructure d échange B2B Elle permet aux entreprises de communiquer. Le moteur de workflow complète le travail des composants dans l organisation de la logique métier. Concrètement, les processus métier modélisés au sein du moteur de workflow sont implémentés par ces composants. Leur exécution s enrichit de mécanismes de synchronisation ou de rendez-vous, prend en compte l intervention humaine à travers des notifications et encapsule des transactions longues avec possibilité de restaurer les données dans leur état initial. La brique d échange B2B ouvre la plate-forme vers l extérieur. Cette ouverture s appuie sur un échange des données formatées dans des langages normalisés construits sur XML. Cet échange s intègre dans un processus métier workflow, lui-même normalisé par les travaux d organismes fédérateurs que nous présentons plus loin dans ce livre blanc. Seront ainsi distingués les processus privés, internes à l entreprise, et les processus publics, partagés avec les partenaires. Ces deux nouvelles briques viennent se superposer au modèle initial pour définir la topologie à six couches représentée graphiquement par la figure 4. B2B Processus Moteur d'intégration Composants EAI eai Données Transport Figure 4 - Modèle eai

15 Vue d ensemble Ce modèle complet a été initialement introduit par le Hurwitz Group, cabinet de conseil de Boston. On constate que les services initiaux du modèle EAI sont toujours présents et constituent les fondations du modèle étendu. Des fonctionnalités complémentaires sont intégrées, mais le mode de fonctionnement de la plate-forme est inchangé. La flexibilité est toujours présente ; elle s étend aux partenaires de l entreprise. Il est ainsi aisé d intégrer de nouveaux partenaires aux processus d échanges sur la base des normes établies. Chaque couche dispose de sa propre technologie. La plate-forme d eai est la concrétisation de la cohabitation réussie de ces technologies. Le modèle reflète bien la nature profonde de l eai : un domaine où des composants essentiellement technologiques (le middleware, les connecteurs, etc.) côtoient des éléments d un haut niveau d abstraction (modélisation des processus métier) pour aligner la stratégie du système d information sur celle de l entreprise. Ainsi, si une intégration efficace des technologies détermine les performances de l ensemble de la plate-forme, la capacité de celleci à traduire les aspects fonctionnels en éléments techniques en validera la viabilité en tant que solution d entreprise. Nous aborderons dans la suite de ce livre blanc le détail des technologies mises en œuvre par le modèle EAI et son évolution vers l eai. 15

16 EAI De l intégration à l e-business / Le modèle EAI CHAPITRE 2 Le modèle EAI Ce chapitre reprend les couches décrites dans la vue d ensemble : transport ; données ; composants ; moteur d intégration. 16 Transport : un middleware pour les données Définition Les services de transport assurent la livraison des données aux applications via le moteur d intégration, tout comme l appareil circulatoire alimente en sang chaque organe du corps. Dans la pratique, toutes les solutions d EAI reposent sur une couche plateforme, ou middleware, soit propriétaire, soit fournie par un éditeur partenaire. Plus généralement, une solution d EAI doit savoir se connecter à tout middleware existant et doit proposer des passerelles entre les middlewares hétérogènes présents dans l entreprise. L intégration s opère ainsi à tous les niveaux : applications, données et middlewares. Fonctionnalités et technologies Le middleware de l EAI par excellence est asynchrone. Il est constitué de files d attente de messages (message queues). Ces solutions sont regroupées sous la dénomination de MOM (Message Oriented Middleware). La plus connue est sans conteste MQSeries, d IBM ; Microsoft propose MSMQ, sa propre solution. Les MOM sont une couche de transport et ont besoin pour fonctionner d un outil d administration des messages transportés : le message broker. Dans une solution d EAI, ce dernier tient le rôle de moteur d intégration. Deux autres middlewares synchrones sont également utilisés dans une logique d intégration : les ORB (Object Request Brokers), qui correspondent à la fois au middleware sur lequel reposent certaines solutions d EAI et au middleware constitutif de l existant d une entreprise qu il faut savoir intégrer ; TCP/IP et HTTP (HyperText Transfer Protocol), protocoles standard de l Internet, en passe de devenir le middleware de référence de l échange workflow. Retenons pour l instant qu avec un middleware asynchrone, il n est pas nécessaire de s assurer de la disponibilité de l application destinataire, alors qu un middleware synchrone va l exiger. Or, tout progiciel connaît régulièrement des phases d indisponibilité, correspondant au lancement de traitements de masse ou à des opérations de maintenance. Les middlewares sont donc plutôt des technologies complémentaires qu une plate-forme d EAI doit savoir intégrer et faire communiquer avec le système de MOM sur lequel elle repose.

17 Le modèle EAI Middleware asynchrone : les MOM Les MOM désignent les technologies d échange des messages stockés dans des files d attente. Le MOM est un routeur de flux interapplicatifs reposant sur une logique asynchrone : le message est envoyé sans que le processus émetteur attende une quelconque réponse avant de poursuivre son exécution. La disponibilité de la file d attente n implique pas la disponibilité de l application à laquelle le message est destiné, ni la fiabilité du réseau par lequel le message doit être véhiculé. Le couplage entre applications est un couplage lâche et non intrusif réalisé par l intermédiaire des files d attente. Voici une liste des services traditionnellement délivrés par les MOM : Gestion des priorités Les messages peuvent être traités selon un ordre déterminé grâce à l affectation d un niveau de priorité. Gestion événementielle La réception d un message, ou sa délivrance, sont des événements dont la réalisation peut en déclencher un ou plusieurs autres : création automatique de messages immédiatement postés dans les files d attente, invocation de méthodes sur les composants métier, etc. Sécurité des échanges Les échanges sont sécurisés par : - la garantie de délivrance : un message n est jamais perdu ; s il ne peut être remis, il est placé dans une file intermédiaire gérée par un administrateur ; - la garantie d unicité : un message est traité une et une seule fois. Sécurité d accès Elle couvre la gestion des profils utilisateurs et la gestion des profils applicatifs (restriction de l accès à certaines files d attente). Le modèle de communication de ce type le plus répandu est le publish and subscribe. Les programmes enregistrés «s abonnent» à un sujet (une file de messages) et peuvent alors y poster des messages ou y recueillir les messages publiés. 17 Rules Publisher Agent Topic subscribe registrer Subscriptions Subject, Channel receive notification/ message Subscriber Agent Figure 5 Modèle publish and subscribe

18 EAI De l intégration à l e-business / Le modèle EAI 18 Middlewares synchrones : les ORB et HTTP Les ORB Les ORB peuvent être considérés comme une évolution structurée des mécanismes de RPC (Remote Procedure Calls). Dans les deux cas, le principe est l invocation synchrone de fonctions applicatives sur des serveurs distants. A la suite de l appel, le client attend un message l informant de l issue de l exécution de la fonction. Ce type de fonctionnement est difficilement compatible avec une logique d intégration, selon laquelle les applications autonomes doivent continuer à s exécuter indépendamment les unes des autres. Rendre le système intercommunicant ne signifie pas le rendre interdépendant ; dans une perspective d intégration, l interdépendance forte des systèmes est à éviter. Notons de plus qu un système fondé sur ces mécanismes nécessite une bande passante élevée pour faire face au trafic réseau requis par les nombreux échanges de messages interapplicatifs. Si on peut difficilement placer les ORB au centre d une plate-forme d intégration, on peut néanmoins les rencontrer parmi les technologies à intégrer, notamment pour réutiliser les services métier fournis par des composants placés sur un bus ORB. Nous allons brièvement décrire les mécanismes ORB et ses implémentations les plus fréquemment rencontrées dans l entreprise. Un ORB forme un bus logique sur lequel se trouvent des composants métier qui fournissent des services. L ORB traite l arrivée des requêtes, localise le composant appelé et retourne le résultat de l appel. Un référentiel (interface repository) est nécessaire pour connaître les interfaces de tous les composants disponibles. Les ORB sont conçus pour être utilisés dans des projets utilisant une véritable approche orientée objet. Les implémentations d ORB disponibles sur le marché sont Corba (Common Object Request Broker Architecture), de l OMG (Object Management Group), DCOM (Distributed Component Object Model), de Microsoft et les EJB (Enterprise JavaBeans), de Sun Microsystems. Corba L OMG, groupement de plusieurs centaines de membres, a défini dans les années 90 un standard pour le monde des ORB : Corba. Ce standard est un ensemble de spécifications laissant le choix de l implémentation aux éditeurs. Des incompatibilités entre les API et entre les ORB en ont résulté. Corba est avant tout un mouvement qui a amené les vendeurs à une meilleure reconnaissance et a facilité les développements. Deux grandes étapes ont marqué la vie de ce standard : - La création d IDL (Interface Definition Language), langage de description des interfaces de composants logiciels. - La définition, en 1996, du protocole IIOP (Internet Inter-ORB Protocol), qui a été un pas important pour la communication inter-orb. Ce protocole a ensuite été étendu à des ORB ne s alignant pas sur Corba, comme RMI (Remote Method Invocation), de Sun Microsystems, et par conséquent au modèle EJB. DCOM DCOM est une évolution du modèle de composants propriétaires COM, de Microsoft. Cet ORB utilise le protocole ORPC (Object Remote Procedure Call) et fonctionne essentiellement sous le système d exploitation Windows. Son avantage est d être plus accessible que la technologie Corba car globalement moins complexe. Des éditeurs tiers fournissent des services COM sur différentes plates-formes. Les services offerts par DCOM sont plus limités que ceux proposés par les spécifications Corba, mais ils s améliorent avec COM+ ou avec l adjonction d autres technologies Microsoft. EJB Le monde Java propose une solution de rechange émergente, reposant sur RMI et sur le modèle de composants métier EJB couplé au référentiel JNDI (Java Naming Directory Interface). Grâce à l apport de la spécification EJB 1.0 puis 1.1, les architectures Java disposent désormais d un ORB capable de communiquer avec des ORB Corba. Malheureusement, des spécifications non exhaustives ont, comme pour Corba, obligé les éditeurs à effectuer leurs propres implémentations du modèle, rendant les composants EJB peu portables. La spécification 2.0 vise à combler ces lacunes.

19 Le modèle EAI HTTP Nous avons évoqué les raisons pour lesquelles un middleware synchrone paraît inadapté à une architecture d intégration. HTTP semble pourtant y avoir sa place, mais peut-être davantage dans le modèle eai que dans le modèle EAI. En effet, en plus de sa nature synchrone, HTTP propose des performances moyennes comparées à celles des MOM, ce qui semble lui barrer la route de l intégration intra-entreprise. Il permet en revanche un couplage faible et non intrusif entre les systèmes d information d entreprises autonomes, rendant l échange possible sans qu il soit nécessaire de connaître les technologies utilisées chez les partenaires. De plus, HTTP est un standard véhiculé par un autre standard, le réseau Internet, qui permet d élargir facilement la gamme des services offerts, là où Edifact et X.12, protocoles de l EDI, sont nettement plus fermés. HTTP peut devenir, en tant que couche de transport de messages métier XML, le middleware de l échange interentreprise. Ce middleware se superpose à celui utilisé en interne par la plate-forme d intégration : le message provenant d un partenaire est transmis à une file d attente qui assure la jointure entre les parties internes et externes du système d e-business. Certaines discussions concernent aujourd hui la généralisation de HTTP dans une architecture d intégration en vue de créer des systèmes d e-business «temps réel» entièrement fondés sur un protocole synchrone. Couche plate-forme et EAI Aujourd hui, le middleware prédominant dans les offres d EAI du marché est bien le MOM ; le couple MOM/message broker est le noyau d intégration majoritaire dans les offres des éditeurs. Il est d ailleurs intéressant de noter que certaines entreprises d EAI, telles que Level 8 ou Neon Software, ont été créées par des ingénieurs ayant précédemment participé aux spécifications ou au développement de solutions de message queuing parmi les plus renommées (citons MQSeries et MSMQ). De par leur rôle et leur position, ils ont su saisir toute l importance de cette technologie et les développements qu elle était susceptible de susciter et de supporter. Leur approche est qualifiée de bottom-up. Certaines offres d EAI bénéficient de la présence d un middleware propriétaire. C est le cas de Geneva MQ, de Level 8, de TIB/Rendezvous, de Tibco, ou des Intelligent Queues, de STC. Les offres d EAI utilisent généralement un message broker qui a besoin de ce type d infrastructure, qui garantit un bon niveau de performances sur son architecture propre. Lorsque l éditeur ne propose pas de solution, la plate-forme est généralement conçue pour reposer sur un des MOM du marché, parmi lesquels figurent en bonne place MQSeries et MSMQ. D autres grands acteurs présents sur le segment de marché des MOM ou sur celui des message brokers (sans qu il s agisse pour autant de leur unique activité) ont aussi évolué vers l ouverture de leurs solutions à l intégration d applications. IBM a pu s y consacrer grâce à son MOM MQSeries, aujourd hui réputé et très répandu, et Oracle a profité de son offre AQ (Advanced Queues) pour présenter OIS (Oracle Integration Server). 19 Données : les adaptateurs applicatifs Définition Les données de chaque application doivent être conservées dans leur format natif et sur leur support d origine, en vue de permettre à l application qui les héberge de continuer à assurer les services fournis avec le même niveau de performances et d éviter les coûts liés à leur migration d un référentiel vers un autre. Les adaptateurs applicatifs (ou connecteurs) vont extraire ces données en fonction des besoins (événements déclenchés par l arrivée d un message, étape d un processus métier) et les diriger vers l application destinataire. Les connecteurs assurent la communication entre la plate-forme d EAI et les applications ou les services applicatifs du système d information. Un adaptateur applicatif est un composant logiciel qui offre la connectivité nécessaire à l interfaçage avec les applications et les sources de données, avec ou sans intelligence métier. Cette couche logicielle masque à l utilisateur la complexité de la communication entre l API du moteur d intégration et celle de l application.

20 EAI De l intégration à l e-business / Le modèle EAI Fonctionnalités et technologies 20 Les connecteurs doivent être des systèmes non intrusifs (on n introduit pas de portions de codes dans les systèmes sources ou cibles). Ils peuvent fournir des services complémentaires tels que la gestion des exceptions ou des mécanismes de remontée d erreurs. Ils doivent donc être dotés de l intelligence nécessaire à l interprétation de ces messages. Il faut également que la plate-forme d intégration soit capable d interpréter les messages d erreur en tant que tels. Typologie des adaptateurs Il existe aujourd hui un grand nombre d adaptateurs, qui correspondent aux différents types d applications que l on peut rencontrer. Le nombre d adaptateurs fournis avec chaque solution est d ailleurs un argument de vente des éditeurs d EAI. Pour décrire les offres d EAI, nous adopterons dans ce livre blanc la classification suivante : SGBD DB2, SQL Server, Informix, Oracle, Sybase, Lotus Notes, ODBC, JDBC, etc. ; ERP PeopleSoft, SAP, Oracle Applications, JDEdwards, Siebel, etc. ; CRM Vantive, Siebel, Clarify, BroadVision, etc. ; SCM i2 Technology, etc. ; Mainframes SNA, CICS, IMS, OSI TP, VSAM, EBCDIC, 3270, OS/390, etc. ; MOM MQSeries, MSMQ, etc. ; ORB Corba, DCOM, Java, etc. ; Protocoles Internet HTTP, XML, SMTP, etc. ; B2B Swift, Edifact, X.12, XML (RosettaNet, BizTalk), etc. Applications spécifiques Il y a, dans une entreprise, un ensemble d applications spécifiques légataires pour lesquelles il ne peut exister d adaptateur standard sur le marché. Pour cette raison, les éditeurs fournissent généralement avec leur plate-forme un kit de développement. Il guide la mise en œuvre de connecteurs et masque une partie de la complexité technique propriétaire, notamment la communication avec les files d attente. Les kits de développement (SDK, Software Development Kit), la documentation sur les API existantes et la formation dessinent la panoplie du développeur de connecteurs. Il est donc important, lors de la recherche d une plate-forme d EAI, de vérifier si des formations sont assurées, éventuellement sur site et, au besoin, si elles sont dispensées en français. Généralement, l éditeur propose aussi des prestations de conseil et d ingénierie pour la réalisation des adaptateurs ou délègue ces missions à des intégrateurs partenaires. Couche données et EAI La technologie des adaptateurs est un point sur lequel les éditeurs insistent fortement lors de la promotion de leurs plates-formes. Le nombre d adaptateurs fournis et la qualité de la technologie et des services pris en charge sont des critères différenciateurs entre deux offres. En effet, la technologie des connecteurs a énormément évolué depuis les débuts de l EAI. Nous allons en tracer un bref historique pour mieux présenter les technologies disponibles. De l adaptateur «léger» à l adaptateur «riche» Les adaptateurs «légers» effectuent une simple translation d API pour offrir une interface commune au message broker. Cependant, l ajout d une interface de programmation intermédiaire pénalise les performances sans réellement fournir de nouvelles fonctionnalités. De plus, le connecteur n est pas utilisable en mode natif : il faut nécessairement programmer pour accéder à ses services, tâche compliquée par la nécessité d être familier avec l API du message broker, probablement propriétaire. Les adaptateurs «riches» rendent la programmation très aisée, voire inutile. Dans de nombreux cas, l utilisateur emploie une interface graphique pour connecter les systèmes sans recourir à la programmation. Ces adaptateurs fournissent également une qualité de service supérieure, comme la prise en compte d une partie de la montée en charge par multithreading statique ou dynamique.

Urbanisme du Système d Information et EAI

Urbanisme du Système d Information et EAI Urbanisme du Système d Information et EAI 1 Sommaire Les besoins des entreprises Élément de solution : l urbanisme EAI : des outils au service de l urbanisme 2 Les besoins des entreprises 3 Le constat

Plus en détail

e-business, EAI et Business Intelligence Le triptyque gagnant profondément les structures des organisations et par conséquence

e-business, EAI et Business Intelligence Le triptyque gagnant profondément les structures des organisations et par conséquence e-business, EAI et Business Intelligence Le triptyque gagnant Alain Fernandez Consultant indépendant, il intervient depuis plus de 15 ans auprès des grands comptes et des PME sur la conception des systèmes

Plus en détail

Conception Exécution Interopérabilité. Déploiement. Conception du service. Définition du SLA. Suivi du service. Réception des mesures

Conception Exécution Interopérabilité. Déploiement. Conception du service. Définition du SLA. Suivi du service. Réception des mesures Software propose une offre d intégration unique, qui apporte l équilibre parfait entre investissements et performances pour les entreprises qui doivent sans cesse améliorer leurs processus. Des caractéristiques

Plus en détail

BizTalk 2006. Business Process Integration

BizTalk 2006. Business Process Integration BizTalk 2006 Business Process Integration Préoccupations Métier vs IT Accroître la Qualité de Service (Faire plus avec Moins) Meilleure Visibilité et Contrôle Sur le Métier Motivé par des enjeux métiers

Plus en détail

ORACLE DATA INTEGRATOR ENTERPRISE EDITION - ODI EE

ORACLE DATA INTEGRATOR ENTERPRISE EDITION - ODI EE ORACLE DATA INTEGRATOR ENTERPRISE EDITION - ODI EE ORACLE DATA INTEGRATOR ENTERPRISE EDITION offre de nombreux avantages : performances de pointe, productivité et souplesse accrues pour un coût total de

Plus en détail

CONNECTIVITÉ. Options de connectivité de Microsoft Dynamics AX. Microsoft Dynamics AX. Livre blanc

CONNECTIVITÉ. Options de connectivité de Microsoft Dynamics AX. Microsoft Dynamics AX. Livre blanc CONNECTIVITÉ Microsoft Dynamics AX Options de connectivité de Microsoft Dynamics AX Livre blanc Ce document décrit les possibilités offertes par Microsoft Dynamics AX en terme de connectivité et de montée

Plus en détail

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

Urbanisation des SI. Des composants technologiques disponibles. Urbanisation des Systèmes d'information Henry Boccon Gibod 1

Urbanisation des SI. Des composants technologiques disponibles. Urbanisation des Systèmes d'information Henry Boccon Gibod 1 Urbanisation des SI Des composants technologiques disponibles Urbanisation des Systèmes d'information Henry Boccon Gibod 1 Plan de l'exposé Technologies à la mode disponibles. Bus de données, ETL et EAI

Plus en détail

Programmation d applications distribuées

Programmation d applications distribuées Programmation d applications distribuées François Charoy Université Henri Poincaré 8 octobre 2007 Première partie I Développement d applications distribuées Objectifs du cours Comprendre ce qu est une

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 3 : Progiciels de Gestion Intégrés Sommaire Définition... 2 ERP... 2 Objectifs

Plus en détail

L EAI. par la pratique. François Rivard. Thomas Plantain. Groupe Eyrolles, 2003 ISBN : 2-212-11199-1

L EAI. par la pratique. François Rivard. Thomas Plantain. Groupe Eyrolles, 2003 ISBN : 2-212-11199-1 L EAI par la pratique François Rivard Thomas Plantain ISBN : 2-212-11199-1 Table des matières Avant-propos................................................ Quel est l objectif de cet ouvrage...............................

Plus en détail

L'EAI (Enterprise Application Intégration)

L'EAI (Enterprise Application Intégration) L'EAI (Enterprise Application Intégration) I II Hétérogénéité des Systèmes d Information La problématique d intégration des application III Qu est-ce que l EAI? IV Quels sont les objectifs d'un projet

Plus en détail

NFP111 Systèmes et Applications Réparties

NFP111 Systèmes et Applications Réparties NFP111 Systèmes et Applications Réparties 1 de 46 NFP111 Systèmes et Applications Réparties Cours 2 - Les appels de procédure distants (Partie 1) Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques

Plus en détail

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information.

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information. PACBASE «Interrogez le passé, il répondra présent.». Le Module e-business Les entreprises doivent aujourd hui relever un triple défi. D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue

Plus en détail

Les Architectures Orientées Services (SOA)

Les Architectures Orientées Services (SOA) Les Architectures Orientées Services (SOA) Ulrich Duvent Guillaume Ansel Université du Littoral Côte d Opale 50, Rue Ferdinand Buisson BP 699 62228 Calais Cedex Téléphone (33) 03.21.46.36.92 Télécopie

Plus en détail

EAI urbanisation comment réussir?

EAI urbanisation comment réussir? AFAI - comité interface 1 EAI urbanisation comment réussir? Cet article constitue une synthèse du document «Interface et urbanisation du système d'information» publié par l AFAI (Association Française

Plus en détail

Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition)

Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) Le service Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) vous aide à migrer vos applications

Plus en détail

Intégration de systèmes client - serveur Des approches client-serveur à l urbanisation Quelques transparents introductifs

Intégration de systèmes client - serveur Des approches client-serveur à l urbanisation Quelques transparents introductifs Intégration de systèmes client - serveur Des approches client-serveur à l urbanisation Quelques transparents introductifs Jean-Pierre Meinadier Professeur du CNAM, meinadier@cnam.fr Révolution CS : l utilisateur

Plus en détail

Les activités numériques

Les activités numériques Les activités numériques Activités de l entreprise et activités numériques de l entreprise convergent de plus en plus au sein de la chaîne de valeur, c est-à-dire la manière avec laquelle une entreprise

Plus en détail

Workflow et Service Oriented Architecture (SOA)

Workflow et Service Oriented Architecture (SOA) White Paper Workflow et Service Oriented Architecture (SOA) Présentation Cet article offre une approche pragmatique de la SOA et du workflow à travers des problématiques d'entreprises, une méthodologie

Plus en détail

Conception, architecture et urbanisation des systèmes d information

Conception, architecture et urbanisation des systèmes d information Conception, architecture et urbanisation des systèmes d information S. Servigne Maître de Conférences, LIRIS, INSA-Lyon, F-69621 Villeurbanne Cedex e-mail: sylvie.servigne@insa-lyon.fr 1. Introduction

Plus en détail

LA VAGUE EAI (ENTREPRISE APPLICATION INTEGRATION)

LA VAGUE EAI (ENTREPRISE APPLICATION INTEGRATION) Informatique de gestion et systèmes d information Isnet 40 LA VAGUE EAI (ENTREPRISE APPLICATION INTEGRATION) Projet déposé dans le cadre du programme Réserve stratégique de la HES-SO Février 2002 Requérant

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0

Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0 Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0 Avant-propos L économie en réseau, ou la netéconomie, est au cœur des débats et des stratégies de toutes les entreprises. Les organisations, qu il s agisse de

Plus en détail

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale LIVRE BLANC Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale Mai 2010 Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale CA Service

Plus en détail

NFP111 Systèmes et Applications Réparties

NFP111 Systèmes et Applications Réparties NFP111 Systèmes et Applications Réparties 1 de 34 NFP111 Systèmes et Applications Réparties Cours 7 - CORBA/Partie 1 Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe Lebon

Plus en détail

Intégration de systèmes

Intégration de systèmes Intégration de systèmes Préparé par: Marc Barassi, Michel Fraser, Louis Martin, Martin Simoneau Collaboration spéciale: François Boucher et Richard Boutin 3/18/14 Intégration de systèmes «L ensemble des

Plus en détail

Qu est-ce que ArcGIS?

Qu est-ce que ArcGIS? 2 Qu est-ce que ArcGIS? LE SIG ÉVOLUE Depuis de nombreuses années, la technologie SIG améliore la communication, la collaboration et la prise de décision, la gestion des ressources et des infrastructures,

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR D ADMINISTRATION DES ENTREPRISES DE GAFSA Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : PGI : Progiciels de Gestion Intégrés ERP : Enterprise

Plus en détail

CORBA. (Common Request Broker Architecture)

CORBA. (Common Request Broker Architecture) CORBA (Common Request Broker Architecture) Projet MIAGe Toulouse Groupe 2 1 CORBA, introduction (1/4) Les systèmes répartis permettent de créer des applications basées sur des composants auto-gérables,

Plus en détail

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise.

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Solutions PME VIPDev Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Cette offre est basée sur la mise à disposition de l ensemble de nos compétences techniques et créatives au service

Plus en détail

Programme scientifique Majeure ARCHITECTURE DES SYSTEMES D INFORMATION. Mentions Ingénierie des Systèmes d Information Business Intelligence

Programme scientifique Majeure ARCHITECTURE DES SYSTEMES D INFORMATION. Mentions Ingénierie des Systèmes d Information Business Intelligence É C O L E D I N G É N I E U R D E S T E C H N O L O G I E S D E L I N F O R M A T I O N E T D E L A C O M M U N I C A T I O N Programme scientifique Majeure ARCHITECTURE DES SYSTEMES D INFORMATION Mentions

Plus en détail

Architecture N-Tier. Ces données peuvent être saisies interactivement via l interface ou lues depuis un disque. Application

Architecture N-Tier. Ces données peuvent être saisies interactivement via l interface ou lues depuis un disque. Application Architecture Multi-Tier Traditionnellement une application informatique est un programme exécutable sur une machine qui représente la logique de traitement des données manipulées par l application. Ces

Plus en détail

Technologie data distribution Cas d usage. www.gamma-soft.com

Technologie data distribution Cas d usage. www.gamma-soft.com Technologie data distribution Cas d usage www.gamma-soft.com Applications stratégiques (ETL, EAI, extranet) Il s agit d une entreprise industrielle, leader français dans son domaine. Cette entreprise est

Plus en détail

Modéliser et déployer des processus d entreprise avec Biztalk 2006

Modéliser et déployer des processus d entreprise avec Biztalk 2006 Modéliser et déployer des processus d entreprise avec Biztalk 2006 L Entreprise : Un Écosystème Complexe Client Contoso Client Internet Logistique HR System XML Banque ERP CRM Fournisseur ecomm Considérer

Plus en détail

IBM Business Process Manager

IBM Business Process Manager IBM Software WebSphere Livre blanc sur le leadership en matière d innovation IBM Business Process Manager Une plateforme de BPM complète, unifiée et facilement adaptable aux projets et aux programmes d

Plus en détail

Intégrer le CRM : quelle utilité, quels profits pour ma PME?

Intégrer le CRM : quelle utilité, quels profits pour ma PME? Conférence Applica - 22 avril 2002 Intégrer le CRM : quelle utilité, quels profits pour ma PME? Stéphanie WAILLIEZ Analyste CRM, CXP swailliez@cxp-international.com CXP en quelques mots et quelques chiffres

Plus en détail

Urbanisation des Systèmes d'information

Urbanisation des Systèmes d'information Urbanisation des Systèmes d'information Des composants technologiques disponibles Urbanisation des Systèmes d'information - Henry Boccon-Gibod 1 Plan de l'exposé Technologies à la mode disponibles. Bus

Plus en détail

Evidian IAM Suite 8.0 Identity Management

Evidian IAM Suite 8.0 Identity Management Evidian IAM Suite 8.0 Identity Management Un livre blanc Evidian Summary Evidian ID synchronization. Evidian User Provisioning. 2013 Evidian Les informations contenues dans ce document reflètent l'opinion

Plus en détail

Messagerie asynchrone et Services Web

Messagerie asynchrone et Services Web Article Messagerie asynchrone et Services Web 1 / 10 Messagerie asynchrone et Services Web SOAP, WSDL SONT DES STANDARDS EMERGEANT DES SERVICES WEB, LES IMPLEMENTATIONS DE CEUX-CI SONT ENCORE EN COURS

Plus en détail

Fusion : l interopérabilité chez Oracle

Fusion : l interopérabilité chez Oracle Standardisation et interopérabilité Fusion : l interopérabilité chez Oracle Lionel Dubreuil,, Applications Technology Product Manager, Oracle France, lionel.dubreuil@oracle.com 29/03/2006 Page : 1 Oracle

Plus en détail

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc L intégration de la gestion des identités et des accès avec l authentification unique Objectif : Renforcer la politique de sécurité et améliorer la productivité

Plus en détail

Architectures d'intégration de données

Architectures d'intégration de données Architectures d'intégration de données Dan VODISLAV Université de Cergy-ontoise Master Informatique M1 Cours IED lan Intégration de données Objectifs, principes, caractéristiques Architectures type d'intégration

Plus en détail

1 er février 2013. Mineure SOA Cours 5. Karim Chouikh Consultant sénior Practice Architecture SI

1 er février 2013. Mineure SOA Cours 5. Karim Chouikh Consultant sénior Practice Architecture SI 1 er février 2013 Mineure SOA Cours 5 Karim Chouikh Consultant sénior Practice Architecture SI Agenda 1. Les solutions d'intégration 2. Les projets d'intégration 3. La gestion des processus 4. Retours

Plus en détail

Bénéfices pour votre organisation : une solution pouvant supporter vos besoins d affaires

Bénéfices pour votre organisation : une solution pouvant supporter vos besoins d affaires Pivotal CRM 6.0 Quelle que soit la tendance d évolution des marchés, faites de vos clients le moteur de votre réussite avec une meilleure maîtrise et une meilleure flexibilité et un coût de possession

Plus en détail

Comment initialiser une démarche SOA

Comment initialiser une démarche SOA Comment initialiser une démarche SOA Placer l approche l SOA au cœur c de la vie du Système d Informationd Olivier Dennery IT Architect IBM certified BCS Application Innovation Objectifs Objectifs - Rappeler

Plus en détail

L intégration d applications unifiée par les Services Web et XML Réconcilier J2EE.NET EIS et mainframes

L intégration d applications unifiée par les Services Web et XML Réconcilier J2EE.NET EIS et mainframes L intégration d applications unifiée par les Services Web et XML Réconcilier J2EE.NET EIS et mainframes Page 1 Un système d information: vue de 10.000 mètres A C Système de communication AtoA (EAI) ou

Plus en détail

Le terme «ERP» provient du nom de la méthode MRP (Manufacturing Ressource Planning) utilisée dans les années 70 pour la gestion et la planification

Le terme «ERP» provient du nom de la méthode MRP (Manufacturing Ressource Planning) utilisée dans les années 70 pour la gestion et la planification Séminaire national Alger 12 Mars 2008 «L Entreprise algérienne face au défi du numérique : État et perspectives» CRM et ERP Impact(s) sur l entreprise en tant qu outils de gestion Historique des ERP Le

Plus en détail

IBM Tivoli Monitoring, version 6.1

IBM Tivoli Monitoring, version 6.1 Superviser et administrer à partir d une unique console l ensemble de vos ressources, plates-formes et applications. IBM Tivoli Monitoring, version 6.1 Points forts! Surveillez de façon proactive les éléments

Plus en détail

FILIÈRE TRAVAIL COLLABORATIF

FILIÈRE TRAVAIL COLLABORATIF FILIÈRE TRAVAIL COLLABORATIF 89 MICROSOFT EXCHANGE SQL Server... /... TRAVAIL COLLABORATIF Introduction à l installation et à la gestion d Exchange Server 2007 Durée 3 jours MS5909 Gérer la sécurité de

Plus en détail

WEB15 IBM Software for Business Process Management. un offre complète et modulaire. Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm.

WEB15 IBM Software for Business Process Management. un offre complète et modulaire. Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm. WEB15 IBM Software for Business Process Management un offre complète et modulaire Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm.com Claude Perrin ECM Client Technical Professional Manager

Plus en détail

GÉREZ VOTRE RELATION CLIENT SANS QUITTER MICRO SOFT OUTLOOK

GÉREZ VOTRE RELATION CLIENT SANS QUITTER MICRO SOFT OUTLOOK Face à l évolution rapide des marchés, les entreprises doivent continuellement reconsidérer leurs axes de développement et leurs stratégies commerciales. Les sollicitations permanentes des concurrents

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION L.M.D.

OFFRE DE FORMATION L.M.D. REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE OFFRE DE FORMATION L.M.D. MASTER PROFESSIONNEL ET ACADEMIQUE Systèmes d Information

Plus en détail

CA Workload Automation Agent pour implémentation mainframe Systèmes d exploitation, ERP, bases de données, services applicatifs et services Web

CA Workload Automation Agent pour implémentation mainframe Systèmes d exploitation, ERP, bases de données, services applicatifs et services Web FICHE PRODUIT CA Workload Automation Agent CA Workload Automation Agent pour implémentation mainframe Systèmes d exploitation, ERP, bases de données, services applicatifs et services Web CA Workload Automation

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base SOA et Services Web 23 octobre 2011 1 SOA: Concepts de base 2 Du client serveur à la SOA N est Nest pas une démarche entièrement nouvelle: années 1990 avec les solutions C/S Besoins d ouverture et d interopérabilité

Plus en détail

MICROSOFT DYNAMICS CRM 3.0

MICROSOFT DYNAMICS CRM 3.0 MICROSOFT DYNAMICS CRM 3.0 Face à l évolution rapide des marchés, les entreprises doivent continuellement reconsidérer leurs axes de développement et leurs stratégies commerciales. Les sollicitations permanentes

Plus en détail

Nouvelles technologies pour l intégration : les ESB

Nouvelles technologies pour l intégration : les ESB 10, avenue de l Europe Parc Technologique du Canal 31520 Ramonville st Agne 05.61.28.56.20 05.61.28.56.00 www.ebmwebsourcing.com Nouvelles technologies pour l intégration : les ESB EBM Websourcing Sommaire

Plus en détail

BizTalk Server 2013. Principales fonctions

BizTalk Server 2013. Principales fonctions Calipia usage re serve aux e tablissements de pendant du Ministe re de l Enseignement Supe rieur et de la Recherche BizTalk Server 2013 Principales fonctions BizTalk Server, disponible en version 2013

Plus en détail

Chapitre I : Protocoles client serveur et architectures distribuées

Chapitre I : Protocoles client serveur et architectures distribuées Chapitre I : Protocoles client serveur et architectures distribuées Eric Leclercq & Marinette Savonnet Département IEM / UB Eric.Leclercq@u-bourgogne.fr Bureau G212 Aile des Sciences de l Ingénieur Mise-à-jour

Plus en détail

«Outils de gestion pour TPE CRM / ERP» Club

«Outils de gestion pour TPE CRM / ERP» Club Réunion des membres du 7 juin 2011 «Outils de gestion pour TPE CRM / ERP» Comment faciliter la gestion journalière d un commerce ou d une TPE par l utilisation d outils TIC? L adoption d outils TIC mais

Plus en détail

Le modèle client-serveur

Le modèle client-serveur Le modèle client-serveur Olivier Aubert 1/24 Sources http://www.info.uqam.ca/~obaid/inf4481/a01/plan.htm 2/24 Historique architecture centralisée terminaux passifs (un seul OS, systèmes propriétaires)

Plus en détail

Gérer les ventes avec le CRM Servicentre

Gérer les ventes avec le CRM Servicentre «Augmentez votre chiffre d affaires en prenant le contrôle de vos activités de ventes» 1 Gérer les ventes avec le CRM Servicentre L ÉVOLUTION EN SOLUTIONS INTÉGRÉES Un développeur de logiciels d expérience

Plus en détail

IBM Tivoli Service Desk

IBM Tivoli Service Desk Déployer des services de qualité tout en maîtrisant les coûts IBM Tivoli Service Desk Points forts Rationalise la gestion des problèmes et des incidents afin de permettre la restauration rapide et économique

Plus en détail

CARTE HEURISTIQUE...1 ARCHITECTURES APPLICATIVES...2

CARTE HEURISTIQUE...1 ARCHITECTURES APPLICATIVES...2 Table des matières CARTE HEURISTIQUE...1 ARCHITECTURES APPLICATIVES...2 CLIENT/SERVEUR :... 2 Les principes de base...2 MIDDLEWARE... 3 VUE EN NIVEAUX... 3 1 Tier...3 2 Tier...3 3 Tier...3 n Tier...4 L'ÉVOLUTION

Plus en détail

Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui

Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui Formation PARTIE 1 : ARCHITECTURE APPLICATIVE DUREE : 5 h Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui automatisent les fonctions Définir une architecture

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 4 : Web Service Sommaire Introduction... 1 Web Service... 1 Les technologies des

Plus en détail

Gestion Projet : Cours 2

Gestion Projet : Cours 2 Gestion Projet : Cours 2 Le Système d Information «Ensemble d acteurs humains et/ou applicatifs en interaction les uns avec les autres ayant pour but de traiter, diffuser, persister l information afin

Plus en détail

Comment activer un accès pratique et sécurisé à Microsoft SharePoint?

Comment activer un accès pratique et sécurisé à Microsoft SharePoint? DOSSIER SOLUTIONS SharePoint Security Solution de CA Technologies Comment activer un accès pratique et sécurisé à Microsoft SharePoint? agility made possible La solution de sécurité SharePoint proposée

Plus en détail

Le livre blanc de l EAI Intégration des Applications d E n t r e p r i s e. octobre 99

Le livre blanc de l EAI Intégration des Applications d E n t r e p r i s e. octobre 99 Le livre blanc de l EAI Intégration des Applications d E n t r e p r i s e octobre 99 1999 OCTO Technology. Tous droits réservés Les informations contenues dans ce document représentent le point de vue

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

Entreprises Solutions

Entreprises Solutions ERP Entreprises Solutions Choisir un progiciel de gestion intégrée Questions de technologie? 1 Dans le choix d une solution de gestion intégrée de type PGI/ERP, les aspects fonctionnels sont clés. L entreprise

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 7 : Customer Relationship Management (CRM) Supply Chain Management (SCM) Sommaire

Plus en détail

La reconquête de vos marges de manœuvre

La reconquête de vos marges de manœuvre La reconquête de vos marges de manœuvre Libérez vos applications critiques Bull ouvre de nouvelles portes à votre patrimoine applicatif. Bull LiberTP fait passer simplement vos applications transactionnelles

Plus en détail

Table des matières. Partie I Concevoir le commerce électronique 7. Liste des études de cas Introduction 1 Les auteurs 5

Table des matières. Partie I Concevoir le commerce électronique 7. Liste des études de cas Introduction 1 Les auteurs 5 Table des matières Liste des études de cas Introduction 1 Les auteurs 5 Partie I Concevoir le commerce électronique 7 Chapitre 1 Émergence et tendances du commerce électronique 9 1. Chiffres-clés et tendances

Plus en détail

Le Concept Dynamics Nav. B.I.Conseil

Le Concept Dynamics Nav. B.I.Conseil Développement Croissance Développement Productivité Investissement Environnement Ouverture B.I.Conseil Nous sommes Microsoft Business Solutions Partner, ce qui nous permet de travailler en étroite collaboration

Plus en détail

PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES

PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES DÉCOUVREZ DES POSSIBILITÉS ILLIMITÉES GRÂCE A L INTÉGRATION À DES SYSTÈMES D ENTREPRISE EXISTANTS FONCTIONNALITÉS Connectivité des systèmes

Plus en détail

IBM Information Server : Transformation et diffusion de données

IBM Information Server : Transformation et diffusion de données Diffusez des informations dignes de confiance IBM Information Server : Transformation et diffusion de données Points forts Permet de développer une architecture évolutive, capable de délivrer une vue unifiée

Plus en détail

Fiche de l'awt Intégration des applications

Fiche de l'awt Intégration des applications Fiche de l'awt Intégration des applications Aujourd'hui, plus de 40 % des budgets de développement en informatique sont liés à l'intégration de données dans les systèmes d'information. Il s'agit donc d'une

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux référentiels dont le plus connu et le

Plus en détail

Axe de valeur BMC Identity Management, la stratégie d optimisation de la gestion des identités de BMC Software TM

Axe de valeur BMC Identity Management, la stratégie d optimisation de la gestion des identités de BMC Software TM BROCHURE SOLUTIONS Axe de valeur BMC Identity Management, la stratégie d optimisation de la gestion des identités de BMC Software TM L IDENTITE AU COEUR DE VOTRE PERFORMANCE «En tant que responsable informatique,

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Lorraine Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux

Plus en détail

objectif : plan : Java, CORBA et RMI A. Le Grand,1997 1 JAVA, CORBA et RMI

objectif : plan : Java, CORBA et RMI A. Le Grand,1997 1 JAVA, CORBA et RMI JAVA, CORBA et RMI objectif : développer des applications client/serveur incluant des objets répartis Java / CORBA : client/serveur hétérogènes Java / RMI : client/serveur homogènes plan : l architecture

Plus en détail

Les nouvelles architectures des SI : Etat de l Art

Les nouvelles architectures des SI : Etat de l Art Les nouvelles architectures des SI : Etat de l Art Objectif Mesurer concrètement les apports des nouvelles applications SI. Être capable d'évaluer l'accroissement de la complexité des applications. Prendre

Plus en détail

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Trouvez des solutions de type cloud éprouvées qui répondent à vos priorités principales Points clés Découvrez les avantages de quatre déploiements en

Plus en détail

Gouvernez les flux de données au sein de votre entreprise pour une meilleure flexibilité

Gouvernez les flux de données au sein de votre entreprise pour une meilleure flexibilité Axway Transfer CFT Gouvernez les flux de données au sein de votre entreprise pour une meilleure flexibilité Axway Transfer CFT est un moniteur de transfert de messages et de fichiers multi-plateforme,

Plus en détail

Solutions d archivage d e-mails Gamme FileNet Software Capitalisez pleinement sur vos investissements existants en matière de gestion des e-mails

Solutions d archivage d e-mails Gamme FileNet Software Capitalisez pleinement sur vos investissements existants en matière de gestion des e-mails Minimisation des risques liés aux e-mails, conformité et reconnaissance Solutions d archivage d e-mails Gamme FileNet Software Capitalisez pleinement sur vos investissements existants en matière de gestion

Plus en détail

LIVRE BLANC OCTOBRE 2014. CA Unified Infrastructure Management : architecture de la solution

LIVRE BLANC OCTOBRE 2014. CA Unified Infrastructure Management : architecture de la solution LIVRE BLANC OCTOBRE 2014 CA Unified Infrastructure Management : architecture de la solution 2 Livre blanc : CA Unified Infrastructure Management : architecture de la solution Table des matières Introduction

Plus en détail

Gestion et sécurisation des échanges XcMon, PMPI 03.31/2004 PDB. Global Data Exchange System

Gestion et sécurisation des échanges XcMon, PMPI 03.31/2004 PDB. Global Data Exchange System Gestion et sécurisation des échanges cmon, PMPI 03.31/2004 PDB Global Data Exchange System Problématique Constat Les échanges électroniques sont au cœur de l activité de toutes les entreprises Évolution

Plus en détail

Communiqué de presse. APRISO dévoile la première suite MES de «Global Manufacturing»

Communiqué de presse. APRISO dévoile la première suite MES de «Global Manufacturing» APRISO dévoile la première suite MES de «Global Manufacturing» La nouvelle version de FlexNet intègre l expérience étendue et la forte expertise d Apriso en matière de synchronisation des productions multisites.

Plus en détail

Guide d Intégration PPM et ERP:

Guide d Intégration PPM et ERP: LIVRE BLANC Guide d Intégration PPM et ERP: Stratégies d intégration de logiciels dans les entreprises organisées par projet De: Neil Stolovitsky E-mail: sales@geniusinside.com Website: www.geniusinside.com

Plus en détail

Oracle Fusion Middleware Concepts Guide 11g Release 1 (11.1.1) Figure 1-1 Architecture Middleware

Oracle Fusion Middleware Concepts Guide 11g Release 1 (11.1.1) Figure 1-1 Architecture Middleware 1 Introduction Ce chapitre décrit Oracle Fusion Middleware. Il comprend : o Qu'est-ce que Middleware o Les fonction de Middleware o L'architecture de conception Middleware o L'architecture orientée services

Plus en détail

Axway SecureTransport

Axway SecureTransport Axway SecureTransport Passerelle étendue de gestion du transfert de fichiers Pour renforcer leur position concurrentielle sur un marché global et exigeant, les entreprises doivent échanger un flot d informations

Plus en détail

Microsoft Dynamics AX. Solutions flexibles avec la technologie Microsoft Dynamics AX Application Object Server

Microsoft Dynamics AX. Solutions flexibles avec la technologie Microsoft Dynamics AX Application Object Server FLEXIBILITÉ Microsoft Dynamics AX Solutions flexibles avec la technologie Microsoft Dynamics AX Application Object Server Livre blanc Comment les entreprises peuvent-elles utiliser la technologie Microsoft

Plus en détail

UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme

UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur Indications

Plus en détail

Introduction : du management au e-management.

Introduction : du management au e-management. Introduction : du management au e-management. Henri Isaac, Université Paris dauphine, Observatoire du e-management Dauphine-Cegos. L émergence du terme e-management a suscité de nombreuses interrogations

Plus en détail

Réduisez les coûts et simplifiez le déploiement de votre self-service vocal

Réduisez les coûts et simplifiez le déploiement de votre self-service vocal A v a y a I n t e r a c t i v e R e s p o n s e Réduisez les coûts et simplifiez le déploiement de votre self-service vocal Des clients qui exigent des prestations de services et d assistance plus poussées,

Plus en détail

2 Chapitre 1 Introduction

2 Chapitre 1 Introduction 1 Introduction Ce livre présente les Enterprise JavaBeans 2.0 et 1.1 qui constituent la troisième et la deuxième version de la spécification des Enterprise JavaBeans. Tout comme la plate-forme Java a révolutionné

Plus en détail

Sécurisation des architectures traditionnelles et des SOA

Sécurisation des architectures traditionnelles et des SOA Sécurisation des architectures traditionnelles et des SOA Un livre blanc de Bull Evidian Gestion SAML des accès SSO aux applications classiques et J2EE. Max Vallot Sommaire Émergence des architectures

Plus en détail

Vous souhaitez stimuler les ventes de votre entreprise et dynamiser vos forces commerciales?

Vous souhaitez stimuler les ventes de votre entreprise et dynamiser vos forces commerciales? Panorama de l offre Sage CRM Solutions CRM Vous souhaitez stimuler les ventes de votre entreprise et dynamiser vos forces commerciales? Soyez plus proches de vos clients Pour vous garantir une relation

Plus en détail