LA TRES GRANDE PREMATURITE:QUEL PRONOSTIC POUR L ENFANT? DELABY BEATRICE COURS DES ROUEN LE 9 MARS 2005

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA TRES GRANDE PREMATURITE:QUEL PRONOSTIC POUR L ENFANT? DELABY BEATRICE COURS DES ROUEN LE 9 MARS 2005"

Transcription

1 LA TRES GRANDE PREMATURITE:QUEL PRONOSTIC POUR L ENFANT? DELABY BEATRICE COURS DES ROUEN LE 9 MARS 2005

2 LA TRES GRANDE PREMATURITE DEFINITION - La très grande prématurité se définit comme une naissance avant 29 SA. - prématurité< 37 SA - grande prématurité<33sa - prématurissime entre 23 et 24 SA EPIDEMIOLOGIE - 1,2 à 1,45 % des naissances en France (Blondel 2001) - tendance à l augmentation ( grossesses multiples) - 40% de la mortalité périnatale - 30 à 40 % des handicaps moteurs de l enfance

3 FACTEURS DE RISQUE (OR=1,3 à 2,7): (OR=1,3 à 2,7): (M.Dehan Arch. Péd. (M.Dehan Arch. Péd.2002) - Parité 3 - Age <20 ou > 40 ans - Célibat - Niveau d études faible - Absence d activité professionnelle ou hyperactivité - Atcd obstétricaux pathologiques (OR= 1,7 à 6,2) - Atcd d avortements spontanés ou d IVG répétées - Tabagisme

4 CAUSES DE LA TRES GRANDE PREMATURITE Accouchements prématurés spontanés: -grossesses multiples (risque x10) -infections génitales -malformations utérines,béance du col -souvent pas de cause retrouvée Accouchements prématurés induits (décision médicale) pour raisons menaçant le fœtus ou la mère -rupture prématurée des membranes(risque d infections) :0,1 à 0,7 % (Ancel 99) -retard de croissance intra-utérin -souffrance fœtale -HTA maternelle,diabète -

5 La principale cause de prématurité chez les singletons avant 29 SA = chorioamniotite ( 40%) Grossesses gémellaires : risque de grande prématurité x 5 à 15 - du fait de la surdistention utérine ( ( risque de RPM et d infections d ascendantes), - du RCIU, - du syndrome transfuseur transfusé (si grossesse monochoriale)

6 QUEL PRONOSTIC POUR L ENFANT? LE PRONOSTIC de l enfant dépendra : - de l âge gestationnel, - du poids de naissance, - de la cause de la prématurité, - du lieu de naissance («inborn/outborn»), - de l existence ou non d une corticothérapie anténatale

7 Âge gestationnel (Bottoms 99) Mortalité et morbidité périnatale en fonction de l âge gestationnel à la naissance pour des enfants de moins de 1000g Age gestationnel (SA) Total MPP Vivants MNN Survie avec séquelles Survie sans sequelle N N % N N % N % N % , , , ,2 1 4, , ,5 4 15,4 1 3, , , ,3 5 10, , , , , , , , , , , , , , , ,1 7 38, , ,2 MMP mort per-partum MNN mort néonatale

8 Poids de naissance (Bottoms 99) Mortalité et morbidité périnatale en fonction du poids de naissance Poids de naissance (g) N MPP NMN Issue morbidité sévère Survie sans séquelle < ,4% 25 80,6% 0 0,0% ,8% 22 81,5% 0 0,0% 1 3,7% ,6% 34 75,6% 3 6,7% 1 2,2% ,3% 40 74,1% 8 14,8% 1 1,9% ,1% 36 61,0% 14 23,7% 6 10,2% ,4% 39 50,0% 21 26,9% 13 16,7% ,7% 21 36,2% 25 43,1% 11 19,0% ,0% 12 22,2% 28 51,9% 14 25,9% ,1% 14 21,5% 25 38,5% 24 36,9% ,5% 14 21,2% 14 21,2% 37 56,1% ,0% 5 8,5% 19 32,2% 35 59,3% ,0% 10 17,2% 16 27,6% 32 55,2% ,0% 9 15,3% 12 20,3% 38 64,4% TOTAL ,8% ,4% ,9% ,9% MMP mort per-partum MNN mort néonatale

9 Cause de la prématurité - si chorioamniotite et RPM : morbidité pulmonaire et neurologique - si RCIU : mortalité et morbidité liées à l hypotrophie Lieu de naissance - naissance en dehors de structures adaptées («( outborn»)) x 4,5 le risque de mortalité et/ou de handicaps sévèress - «inborn» : prise en charge obstétricale tricale optimale, réanimation r néonatale n Corticothérapie rapie anténatale natale - 50% fréquence de la maladie des membranes hyalines - 30 à 50 % mortalité périnatale - morbidité non respiratoire (hémorragie intra ventriculaire, leucomalacie périventriculaire)

10 Mortalité infantile périnatale - < 28 SA = 400 / 1000 naissances vivantes (Kramer 2000);(Valleur 2004) - entre 22 et 23 SA = 90 à100 % - entre 23 et 24 SA > 70 % - à 25 SA = 60 % - à 27 SA = 20 à 30 % - 28 à 31SA = 63 /1000 naissances vivantes - perpartum : complications aigues - néonatale : complications retardées, es, décision médicale m si risque de séquelles s ++ si - absence de corticoide (OR=3,3) - sexe masculin (OR=2,4) - acide lactique élevé (OR=3,2) - MMH (OR=5,2) (Valleur 2004) SA 23 SA 24 SA 25 SA 27 SA SA

11 Morbidité infantile Étude EPICURE : devenir des enfants nés entre 22 et 25 SA en 1995, en Angleterre et en Irlande, suivi à 6 ans (Marlow 2003 Marlow 2003) Étude EPIPAGE : devenir des enfants nés entre 22 et 32 SA en 1997, dans 9 régions françaises, suivi à 5 ans (Inserm 2004 Inserm 2004) Étude IPP : devenir des enfants nés n s avant 28 SA de 1992 à1997, suivi à 6 ans (Valleur 2004)

12 Morbidité métabolique et hématologique peau fragile, moelle immature, absence d anticorps maternels (34 SA), immaturité digestive - hypothermie - hypoglycémie, hypocalcémie(j2) risque de convulsions et s - ictère du prématur maturé ++ (traumatisme néonatal) n risque de convulsions et séquelles neurologiques - anémie - immunosuppression risque d infections d voire de septicémie < 48 H de vie : infections anténatales natales fréquentes > 48 H de vie : infections nosocomiales (germes( cutanés++), gestes invasifs (alimentation( parentérale, rale, intubation ) -entérocolite ulcéro ro-nécrosante péritonite, r parentérale rale au long cours ritonite, résections digestives ++, alimentation Pronostic + : prise en charge précoce des troubles métaboliquesm nutrition par lait maternel dès s que possible ( entérocolite nécrosante) n

13 Morbidité Respiratoire < 26 SA : appareil respiratoire immature qq. alvéoles primitives, épithélium cuboïde, déficience d de production de surfactant - apnée e du prématur maturé : commande respiratoire immature pauses hypoxie - maladie des membranes hyalines,, secondaire au déficit d en surfactant - dysplasie broncho-pulmonaire (insuffisance respiratoire à 28 jours de vie) - si dépendance d en oxygène >36 SA : risque de troubles ventilatoires séquellairess < 28 SA : MMH = 80 % DBP à 28 j = 80 % DBP à 36 SA corrigé = 20 % Pronostic + : par corticothérapie rapie anténatale natale, instillation de surfactant et prévention de la bronchiolite à VRS en période p néonatalen

14 Morbidité neurologique immaturité cérébrale < 26 SA : cerveau de structure simple / moins de circonvolutions ions Migration des précurseurs oligodendritiques de la plaque germinale vers le cortex Début de la myélinisation, neurogénèse particularités anatomiques cérébrales du prématuré La structure vasculaire de la substance blanche cérébrale entre le milieu et la fin de la gestation inclut de longues artères pénétrantes qui proviennent de l artère cérébrale antérieure, moyenne ou postérieure. Les zones terminales de ces artères sont particulièrement prédisposées à l hypoperfusion et à l ischémie et, par conséquent, il existe un risque accru d atteinte nécrotique ischémique dans les artères, dans les zones terminales de ces artères ou dans la région périventriculaire.

15 - Hémorragie intraventriculaire (HIV) 4 stades : I - circonscrit à la matrice germinale II - hémorragie ventriculaire III - distension et hypertrophie du ventricule IV - hémorragie dans le parenchyme cérébral - Lésions de la substance blanche (d apparition précoce ou tardive) - Infarctus cérébral non hémorragique - Ventriculomégalie - Lésions kystiques : leucomalacie périventriculaire (LMC porencéphalie (LMC si RPM ou chorioamniotite) Diagnostic par échographie transfontanellaire (ETF) ou IRM cérébrale rale corticothérapie

16 Lésions type HIV I ou II bon pronostic, <5% de séquelles s neurologiques Lésions type HIV III,IV ou ventriculomégalie 80% de paralysie cérébralec - < 25 SA 50% SA 10% (Dehan 2002) Porencéphalie en fonction de la zone atteinte, risque d hémipld miplégie, de diplégie ou absence totale de trouble neurologique Leucomalacie périventriculairep séquelles neurologiques en fonction de la zone lésée e mais non proportionnelles à l étendue de la lésion l - < 26 SA : 3 à 10 %

17 Séquelles Motrices - Infirmité Motrice d Origine Cérébrale (IMOC) (Valleur 2004) Corrélation avec anomalies cérébrales échographiques de la période néonatale (HIV III, IV et LMP) ++ si étendues, bilatérales et pariéto to-occipitalesoccipitales!!! 3 % des prématurés sans anomalies échographiques ont une IMOC (Holling 1999) Facteurs de risque: grossesses multiples (avant 29 A),RPM,chorioamniotite,LMP Rôle protecteur de la préeclampsie? Prévalence de l IMOC 20% chez les prématurés <28 SA 50 % formes sévères s (aucune autonomie) 50 % formes modérées (autonomie avec aide) (EPICURE,EPIPAGE EPICURE,EPIPAGE)

18 Valleur 2004

19 80 70 Études aux Pays Bas Rijken 2003, Stoelhorst 2003, Walther 2000 suivi à 2 ans séquelles majeures séquelles mineures dév. normal à 27 SA le pronostic rejoint celui des enfants nés après 28 SA SA SA

20 Séquelles intellectuelles, neurologiques mineures et cognitives Décelées plus tardivement, prévalence avec l age après 2 ans Troubles neurologiques mineurs = troubles de la motricité globale, de la motricité fine, du langage, difficultés à type de dyspraxies et/ou d agnosie. Incidence des troubles du développement cognitif = 72 % si naissance à 24 SA 53 % 25SA 29 % 26SA Fréquence des troubles du langage (30%) associés à apraxie, troubles moteurs bucco faciaux dyslexie, dyscalculie

21 <26 SA : > 20 points au quotient de développement d (QD) mesuré à 6 ans (++ si garçon) < 29 SA : 38 % présentent difficultés s scolaires au CP Importance de l environnement l socio-culturel culturel de l enfantl Troubles comportementaux et psychologiques Troubles psychologiques chez 28 % des enfants de 12 ans, nés n à 1000 g et moins (Botting 1997) - dépression - anxiété - syndrome déficitaire d d attention d avec hyperactivité RR = 2,6 (Bhutta 2002)

22 Séquelles sensorielles Visuelles : 77 % des < 28 SA = - rétinopathie proliférative rative risque de cécitc cité si absence de prise en charge - troubles de réfractionr - strabisme - amblyopie Auditives : surdité de perception = 12 % si <28 SA surdité de transmission intérêt t d un d dépistage d précoce de ces atteintes

23 aspect éthique «Les familles, les soignants et la société sont confrontés à un u dilemme difficile si les moyens déployés pour les soins intensifs de ces enfants et leur survie ne sont pas accompagnés de moyens équivalents pour satisfaire les besoins de soins complexes tout au long de l enfance et de l adolescence» Whitfield MF

24 problèmes: - difficulté de définir pronostic à moyen et long terme de ces enfants (tx survie à 6 ans sans handicap: 0 à 22 SA,1% à 23 SA, 3% à 24 SA, 8 % à 25 SA) - problèmes de prise en charge néonatale si séquelles neuro graves - prise en charge IMOC précoce, mais atteintes mineures? solutions : - définir le terme limite d extraction (Pays Bas)? Pb société / individu - recourir à IMG pour les termes prématurissimes? versant pessimiste - suivi à long terme avec des structures adaptées - recherche sur les mécanismes m de handicap, les facteurs de prématurit maturité, facteurs biologiques, environnementaux, génétiques g protecteurs chez grands prématur maturés - En France, absence de consensus médical ou de politique claire -

25 conclusion nécessité de réflexion : prévention prématurité informations à donner aux parents en anténatal et néonatal attitude éthique en néonatalogie repérage précoce difficultés et déficiences intellectuelles ou neuropsycholo- giques structures de soins souvent surchargées ou mal adaptées

Tableau de bord de la grande prématurité en Languedoc-Roussillon : années 2003 à 2006

Tableau de bord de la grande prématurité en Languedoc-Roussillon : années 2003 à 2006 1 Tableau de bord de la grande prématurité en Languedoc-Roussillon : années 3 à 6 JC Picaud, JB Mariette, P Thevenot Services de Néonatologie de niveau III de Montpellier, Nîmes et Perpignan. * Comme chaque

Plus en détail

Prise en charge du nouveau-né prématuré «attendu» atteint d un syndrome de Bartter

Prise en charge du nouveau-né prématuré «attendu» atteint d un syndrome de Bartter Prise en charge du nouveauné prématuré «attendu» atteint d un syndrome de Bartter Docteur JeanFrançois Magny Institut de Puériculture et de Périnatalogie Problématique double Prise en charge de la prématurité

Plus en détail

J E U D I 2 1 J U I N 2 0 1 2 S M F C

J E U D I 2 1 J U I N 2 0 1 2 S M F C Grande Prématurité : Un accouchement par voie basse a-t-il le même impact chez les singletons et les jumeaux? Etude en population régionale de 2006 à 2010 J E U D I 2 1 J U I N 2 0 1 2 S M F C T E R N

Plus en détail

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM DIABETE GESTATIONNEL Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque Dr. GUENDOUZE MERIEM Définition OMS Trouble de la tolérance glucidique de gravité variable Survenant ou diagnostiqué pour la

Plus en détail

LA PRÉMATURITÉ II.CONSEQUENCE SUR LE DEVELOPPEMENT ET LA SANTE DE L ENFANT

LA PRÉMATURITÉ II.CONSEQUENCE SUR LE DEVELOPPEMENT ET LA SANTE DE L ENFANT LA PRÉMATURITÉ I.DEFINITION Durée de gestation normale : 40 semaines Bébés légèrement prématurés : nés entre 33 et 37 semaines complètes d âge gestationnel ou ont un poids entre 1500 et 2500 grammes ou

Plus en détail

Syndrome de l enfant secoué: séquelles. Brigitte Chabrol, Emilie Caietta Service de Neurologie Pédiatrique, Hôpital d enfants, CHU Timone, Marseille

Syndrome de l enfant secoué: séquelles. Brigitte Chabrol, Emilie Caietta Service de Neurologie Pédiatrique, Hôpital d enfants, CHU Timone, Marseille Syndrome de l enfant secoué: séquelles Brigitte Chabrol, Emilie Caietta Service de Neurologie Pédiatrique, Hôpital d enfants, CHU Timone, Marseille Physiopathologie Traumatisme crânien TC chez l adulte

Plus en détail

Le diabète gestationel. Dépistage et prise en charge

Le diabète gestationel. Dépistage et prise en charge Le diabète gestationel Dépistage et prise en charge Définition! trouble de la tolérance glucidique de gravité variable, survenant ou diagnostiqué pour la première fois au cours de la grossesse, quelque

Plus en détail

Journées Parisiennes de Pédiatrie 2014. Facteurs de risque de l infection néonatale bactérienne précoce à l ère de l antibioprophylaxie

Journées Parisiennes de Pédiatrie 2014. Facteurs de risque de l infection néonatale bactérienne précoce à l ère de l antibioprophylaxie Journées Parisiennes de Pédiatrie 2014 Facteurs de risque de l infection néonatale bactérienne précoce à l ère de l antibioprophylaxie Laurence Foix-L Hélias Pédiatre - Epidémiologiste Service de Néonatologie

Plus en détail

Infirmité motrice cérébrale FICHE D INFORMATION. Cette fiche fait partie du Guide de CBM sur la prévention de l infirmité motrice cérébrale

Infirmité motrice cérébrale FICHE D INFORMATION. Cette fiche fait partie du Guide de CBM sur la prévention de l infirmité motrice cérébrale Infirmité motrice cérébrale FICHE D INFORMATION Cette fiche fait partie du Guide de CBM sur la prévention de l infirmité motrice cérébrale April 2012 2 L infirmité motrice cérébrale: programme de prévention

Plus en détail

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011 FASCICULE VI AFFECTIONS DU NOUVEAU-NÉ Emploi des codes du chapitre XVI Le chapitre XVI est celui de Certaines affections dont l origine se situe dans la période périnatale. La définition de la période

Plus en détail

Anomalies observées avant la naissance associées aux mutations HNF1B

Anomalies observées avant la naissance associées aux mutations HNF1B Anomalies observées avant la naissance associées aux mutations HNF1B Laurence Heidet Centre de Référence des Maladies Rénales Héréditaires de l Enfant et de l Adulte. Service de Néphrologie Pédiatrique

Plus en détail

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT Données issues des certificats de santé 8 ème jour, 9 ème et 24 ème mois Ce document a été réalisé à partir des données épidémiologiques concernant les enfants domiciliés

Plus en détail

La Grande Prématurité Résultats périnatals

La Grande Prématurité Résultats périnatals La Grande Prématurité Résultats périnatals F Goffinet, PY Ancel pour le Groupe EPIPAGE 2 Equipe d épidémiologie Obstétricale, Périnatale et Pédiatrique UMR 1153 Cohorte Prospective EPIPAGE 1 (1997) 2901

Plus en détail

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT Données issues des certificats de santé 8 ème jour, 9 ème et 24 ème mois Ce document a été réalisé à partir des données épidémiologiques concernant les enfants domiciliés

Plus en détail

Nouveau-nés RCIU et PAG : diagnostic, bilan et conduite à tenir

Nouveau-nés RCIU et PAG : diagnostic, bilan et conduite à tenir XVIII èmes Journées Scientifiques RSN, La Baule Nouveau-nés RCIU et PAG : diagnostic, bilan et conduite à tenir Dr Cyril Flamant Réanimation et Médecine Néonatale CHU de Nantes Diagnostic Le diagnostic

Plus en détail

La grossesse chez une femme diabétique: = diabète pré-gestationnel Désordres métaboliques survenant en fin de grossesse: = diabète gestationnel

La grossesse chez une femme diabétique: = diabète pré-gestationnel Désordres métaboliques survenant en fin de grossesse: = diabète gestationnel E. SOBNGWI 1. Il faut distinguer La grossesse chez une femme diabétique: = diabète pré-gestationnel Désordres métaboliques survenant en fin de grossesse: = diabète gestationnel Epidémiologie 5% de toutes

Plus en détail

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 Le Patient Trisomique Vieillissant Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 L amélioration des connaissances médicales et des techniques chirurgicales

Plus en détail

L étude EPIPAGE 2. Réseau MYPA Mardi 8 septembre Hôpital Privé de Parly 2 Le Chesnay

L étude EPIPAGE 2. Réseau MYPA Mardi 8 septembre Hôpital Privé de Parly 2 Le Chesnay L étude EPIPAGE 2 Réseau MYPA Mardi 8 septembre 2015 Hôpital Privé de Parly 2 Le Chesnay Cécile Lebeaux Pédiatre-coordinatrice EPIPAGE 2 UMRS 1153 - Equipe EPOPé Epidémiologie en Périnatologie, Obstétrique

Plus en détail

Le Développement. Dodley Severe Janvier 2007

Le Développement. Dodley Severe Janvier 2007 Le Développement Dodley Severe Janvier 2007 Objectifs Connaître et comprendre les principes et les facteurs influençant la croissance physique et le développement intégral de l enfant Délimiter les secteurs

Plus en détail

Régulation des transferts inter-hospitaliers et périnatalité

Régulation des transferts inter-hospitaliers et périnatalité Régulation des transferts inter-hospitaliers et périnatalité Gilles BAGOU anesthésiste réanimateur urgentiste SAMU-69, CHU-Lyon Gilles BAGOU - SAMU-69 - Lyon 1 déclaration de conflits d intérêt mon intervention

Plus en détail

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie -I -Unité et diversité des diabètes Mesures de la glycémie en continu chez un patient diabétique 1 Les critères de diagnostic du diabète 2 3 Conclusion

Plus en détail

La consultation de déclaration de grossesse

La consultation de déclaration de grossesse La consultation de déclaration de grossesse Dr Muriel Doret Maître de conférence universitaire - Praticien hospitalier Gynécologie Obstétrique Hôpital Femme-Mère-Enfant Les Jeudi de l Europe 38ième Forum

Plus en détail

L enfant de 3 ans né grand prématuré : dépistage et bilan psychomoteur dans le cadre du réseau de soins P titmip.

L enfant de 3 ans né grand prématuré : dépistage et bilan psychomoteur dans le cadre du réseau de soins P titmip. Université Toulouse III Faculté de Médecine Toulouse Rangueil Institut de formation en psychomotricité L enfant de 3 ans né grand prématuré : dépistage et bilan psychomoteur dans le cadre du réseau de

Plus en détail

Devenir précoce et prise en charge néonatale du nouveau-né petit pour l âge gestationnel. Cyril Flamant. Service de Médecine Néonatale, CHU de Nantes

Devenir précoce et prise en charge néonatale du nouveau-né petit pour l âge gestationnel. Cyril Flamant. Service de Médecine Néonatale, CHU de Nantes Devenir précoce et prise en charge néonatale du nouveau-né petit pour l âge gestationnel Cyril Flamant Service de Médecine Néonatale, CHU de Nantes Caractéristiques des nouveau-nés PAG Ø Distinction entre

Plus en détail

Le nouveau-né de la femme. Delphine Mitanchez Service de néonatologie Hôpital Armand Trousseau Paris

Le nouveau-né de la femme. Delphine Mitanchez Service de néonatologie Hôpital Armand Trousseau Paris Le nouveau-né de la femme obèse Delphine Mitanchez Service de néonatologie Hôpital Armand Trousseau Paris Épidémiologie 2000: 300 millions d obèses dans le monde NHANES 2003-2004: 32% obèses aux USA Femmes

Plus en détail

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004 ITEM 17 : DIABETE ET GROSSESSE Objectifs pédagogiques terminaux : «diagnostiquer et reconnaître les principes de prévention et de prise en charge des principales complications de la grossesse : ( ) diabète

Plus en détail

UNE SITUATION LA GROSSESSE NORMALE

UNE SITUATION LA GROSSESSE NORMALE Les RISQUES de la GROSSESSE en 2010 Ph. AUDRA H.F.M.E. HOSPICES CIVILS LYON UNE SITUATION LA GROSSESSE NORMALE MÈRE ENFANT MORTS ou SÉQUELLES E.I.G. COMPLICATIONS GROSSESSES La GROSSESSE «NATURELLE» MORT

Plus en détail

INDICATEURS PERINATALITE - PETITE ENFANCE 2012* DIRECTION PROTECTION MATERNELLE ET INFANTILE PETITE ENFANCE (PMI PE)

INDICATEURS PERINATALITE - PETITE ENFANCE 2012* DIRECTION PROTECTION MATERNELLE ET INFANTILE PETITE ENFANCE (PMI PE) 1 DONNES PERINATALES Année HautsdeSeine Note 1A DONNEES DEMOGRAPHIQUES INSEE, INSERM Nouveaunés vivants domiciliés 2012 24 790 Taux de natalité (nouveaunés vivants pour 1000 habitants) 2012 15,6 pour 1000

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

> Les déficiences sévères concerneraient 1% des enfants soit environ 270 enfants par an à Paris. Bénéficiaires des aides pour enfant handicapé

> Les déficiences sévères concerneraient 1% des enfants soit environ 270 enfants par an à Paris. Bénéficiaires des aides pour enfant handicapé L enfant et les déficiences Malformations congénitales > La prévalence de la trisomie 21 parmi les naissances vivantes reste stable, et est de 8,7 pour 1 naissances à Paris en 28. > Environ 2 enfants naissent

Plus en détail

Fréquence : Le diabète gestationnel est présent chez 3-5% des grossesses alors que le diabète préexistant ne représente 0.5-1%.

Fréquence : Le diabète gestationnel est présent chez 3-5% des grossesses alors que le diabète préexistant ne représente 0.5-1%. N.S DIABETE ET GROSSESSE Introduction : Ce chapitre se consacre à étudier: La grossesse chez une diabétique connue, insulinodépendante (DID) ou non (DNID); Le diabète gestationnel qui apparaît au cours

Plus en détail

DEPISTAGE PRECOCE ET REHABILITATION PSYCHOSOCIALE DE LA DEMENCE DE TYPE ALZHEIMER

DEPISTAGE PRECOCE ET REHABILITATION PSYCHOSOCIALE DE LA DEMENCE DE TYPE ALZHEIMER DEPISTAGE PRECOCE ET REHABILITATION PSYCHOSOCIALE DE LA DEMENCE DE TYPE ALZHEIMER INTRODUCTION LA MALADIE D ALZHEIMER : problème majeur de santé publique 1- Vieillissement démographique : Sur le plan mondial

Plus en détail

Diabète gestationnel. Prise en charge selon les recommandations de décembre 2010 Dr Cécile Brunet, Pr Pierre Boulot

Diabète gestationnel. Prise en charge selon les recommandations de décembre 2010 Dr Cécile Brunet, Pr Pierre Boulot Diabète gestationnel Prise en charge selon les recommandations de décembre 2010 Dr Cécile Brunet, Pr Pierre Boulot Deux risques, un progrès - Considérer que c est un «petit diabète» - En faire trop et

Plus en détail

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie M. Benabdeljlil, S. Aïdi, M. El Alaoui Faris Service de Neurologie A et

Plus en détail

Prise en charge rééducative après traumatisme crânien grave de l enfant Géraldine Gambart Geneviève Abada Jeanne Vassel-Hitier Pauline Notteghem HÔPITAL NATIONAL DE SAINT MAURICE DU Réhabilitation Neuropsychologique

Plus en détail

Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002

Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002 DIABÈTE GESTATIONNEL Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002 Qui dépister? Un dépistage universel doit être optimalement proposé entre 24 et

Plus en détail

LUPUS et GROSSESSE. Dr Nadine Champel CH THIERS nov 2012

LUPUS et GROSSESSE. Dr Nadine Champel CH THIERS nov 2012 LUPUS et GROSSESSE Dr Nadine Champel CH THIERS nov 2012 Lupus et grossesse : pathogénie Facteurs immunogénétiques Facteurs environnementaux Facteurs immunohormonaux Ovulations fluctuent avec les poussées

Plus en détail

ITEM N 51 : L Enfant handicapé : orientation et prise en charge.

ITEM N 51 : L Enfant handicapé : orientation et prise en charge. ITEM N 51 : L Enfant handicapé : orientation et prise en charge. OBJECTIFS (ENC): - Argumenter les principes d orientation et de prise en charge d un enfant handicapé Auteur : Pr Yves Chaix Enseignant

Plus en détail

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005 Tabac et Grossesse M. COLLET Tabac et grossesse Problème majeur de santé publique 25 à 33 % des femmes fument pendant la grossesse Nombreuses conséquences obstétricales

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus I/ L alcool, ennemi du fœtus p2 II/ Les dommages causés par l alcool sur l embryon et le fœtus III/ L atteinte du système nerveux IV/ Les structures cérébrales

Plus en détail

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile.

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile. Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile Hélène Heckenroth l'auteur déclare n'avoir aucun conflit d'intérêt avec l'industrie pharmaceutique

Plus en détail

Le dépistage des risques en cours de la grossesse

Le dépistage des risques en cours de la grossesse Le dépistage des risques en cours de la grossesse DR : BOUCHOUCHA-H Le plan du cours Introduction Les risques à dépistés et les moyens de dépistage L échographie : Conclusion -iso-immunisation : GR-RH

Plus en détail

HÉMORRAGIE INTRA VENTRICULAIRE DU GRAND PRÉMATURÉ ACTUALITÉS EN 2016

HÉMORRAGIE INTRA VENTRICULAIRE DU GRAND PRÉMATURÉ ACTUALITÉS EN 2016 HÉMORRAGIE INTRA VENTRICULAIRE DU GRAND PRÉMATURÉ ACTUALITÉS EN 2016 20 ème Journées Scientifiques Réseau Sécurité Naissance La Baule 24 et 25 Novembre 2016 Point de départ de l HIV La zone germinative

Plus en détail

Centres pluridisciplinaires de diagnostic prénatal 2010

Centres pluridisciplinaires de diagnostic prénatal 2010 Centres pluridisciplinaires de diagnostic prénatal 2010 Matériel et méthodes Les activités des centres pluridisciplinaires de diagnostic prénatal font l objet d un suivi annuel sur un modèle de dossier

Plus en détail

Morbi-mortalité néonatale des extrêmes prématurés admis en réanimation sans prise en charge anténatale active

Morbi-mortalité néonatale des extrêmes prématurés admis en réanimation sans prise en charge anténatale active Morbi-mortalité néonatale des extrêmes prématurés admis en réanimation sans prise en charge anténatale active Caroline Diguisto, Laurence Foix L Helias, Andrei Morgan, Pierre-Yves Ancel, Monique Kaminski,

Plus en détail

Les hétérotopies en IRM. CPDPN 18/11/14 Frédérique NUGUES

Les hétérotopies en IRM. CPDPN 18/11/14 Frédérique NUGUES Les hétérotopies en IRM CPDPN 18/11/14 Frédérique NUGUES Neurones en position anormale (substance grise) = trouble de la migration neuronale Localisation - sus tentorielle entre la paroi ventriculaire

Plus en détail

Comprendre la maladie d Alzheimer. Dr Serge De NADAI Hôpital Médico-geriatrique «Le Kem» Thionville le 17/03/2010

Comprendre la maladie d Alzheimer. Dr Serge De NADAI Hôpital Médico-geriatrique «Le Kem» Thionville le 17/03/2010 Comprendre la maladie d Alzheimer Dr Serge De NADAI Hôpital Médico-geriatrique «Le Kem» Thionville le 17/03/2010 1 Définition : qu est ce que la démence? C est un handicap Altération progressive de la

Plus en détail

Cas clinique 1. Que faites-vous?

Cas clinique 1. Que faites-vous? Cas clinique 1 Madame G., âgé de 32 ans, institutrice, et 3e pare. Actuellement au terme de 20 semaines d'aménorrhée, elle consulte pour une fièvre isolée dépassant 38 avec frissons depuis trois jours.

Plus en détail

Médecine prédictive. Objectif Eviter la naissance d un enfant atteint d une maladie grave et incurable au moment du diagnostic

Médecine prédictive. Objectif Eviter la naissance d un enfant atteint d une maladie grave et incurable au moment du diagnostic Médecine prédictive Introduction à la médecine Prédictive Définition : la médecine prédictive a pour objet l'identification d un marqueur de prédisposition à une maladie et pour but le dépistage et/ou

Plus en détail

TABAC et GROSSESSE. GEN 10 mai 2007

TABAC et GROSSESSE. GEN 10 mai 2007 TABAC et GROSSESSE GEN 10 mai 2007 17% à 25%des femmes fument pendant leur grossesse 125 000 à 200000 foetus /an exposés aux effets nocifs du tabac. Principaux constituants du tabac + 4 000 substances

Plus en détail

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015 ENTRETIEN PRENATAL Du dépistage à l accompagnement Colloque violences faites aux femmes Toulouse, 22 janvier 2015 F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme 1) La grossesse, un moment clé 2) L entretien précoce 3)

Plus en détail

Biométrie foetale. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 01/071011. - Support de Cours (Version PDF) -

Biométrie foetale. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 01/071011. - Support de Cours (Version PDF) - Biométrie foetale Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 01/071011 Table des matières I Techniques de biométrie...3 I.1 Mesure de la longueur cranio-caudale...3 I.2 Mesure

Plus en détail

Journée scientifique du Réseau Périnatal de Champagne Ardennes. Elodie Tisserand PH réanimation néonatale et pédiatrique CHU Reims

Journée scientifique du Réseau Périnatal de Champagne Ardennes. Elodie Tisserand PH réanimation néonatale et pédiatrique CHU Reims Journée scientifique du Réseau Périnatal de Champagne Ardennes Elodie Tisserand PH réanimation néonatale et pédiatrique CHU Reims définitions PAG (petit poids pour âge gestationnel) = poids isolé inférieur

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

Guide. de la Protection Maternelle et Infantile

Guide. de la Protection Maternelle et Infantile Petite enfance Guide de la Protection Maternelle et Infantile Avant la naissance Après la naissance Tous les services du Conseil général de l Oise pour vous aider à bien accueillir votre bébé L avenir

Plus en détail

Les troubles spécifiques du langage et des apprentissages chez l'enfant précoce.

Les troubles spécifiques du langage et des apprentissages chez l'enfant précoce. Les troubles spécifiques du langage et des apprentissages chez l'enfant précoce. Laurent Lesecq orthophoniste CRTLA. CHU Amiens CRDP. Octobre 2012 laurent.lesecq@wanadoo.fr C est quoi l intelligence? Alfred

Plus en détail

Quelle est votre attitude? Quel objectif glycémique souhaitez vous? Quelle surveillance proposez vous?

Quelle est votre attitude? Quel objectif glycémique souhaitez vous? Quelle surveillance proposez vous? Mme SE...V. Agée de 42 ans. Antécédents familiaux : père - mère obèse, tante parternelle diabétique. Rh - 1 ère grossesse 33 ans (1990) Accouchement par voie basse, compliqué, ventouse, dystocie d épaule,

Plus en détail

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Définition Etat pathologique résultant d apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l organisme: diminution des apports alimentaires

Plus en détail

«Grippe et femme enceinte» Analyse de la RMMMr de la région Nord-Pas-de-Calais.

«Grippe et femme enceinte» Analyse de la RMMMr de la région Nord-Pas-de-Calais. «Grippe et femme enceinte» Analyse de la RMMMr de la région Nord-Pas-de-Calais. Dr Elisabeth VERITE, Dr Anne-Sophie DUCLOY-BOUTHORS 24 octobre 2013 Soirée URPS MG 24 octobre 2013 Un groupe «révue morbi-mortalité

Plus en détail

GUIDE MEMO DES INFORMATIONS SUR L ENFANT A RECHERCHER DANS LE PAYS D ORIGINE LORS DU SEJOUR SUR PLACE

GUIDE MEMO DES INFORMATIONS SUR L ENFANT A RECHERCHER DANS LE PAYS D ORIGINE LORS DU SEJOUR SUR PLACE GUIDE MEMO DES INFORMATIONS SUR L ENFANT A RECHERCHER DANS LE PAYS D ORIGINE LORS DU SEJOUR SUR PLACE Identité et fonction de l interlocuteur : Date : IDENTITE ET STATUT JURIDIQUE DE L ENFANT Nom et prénom

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

I- LES RATIOS NECESSAIRES A LA DETERMINATION DES DIFFERENTS INDICATEURS

I- LES RATIOS NECESSAIRES A LA DETERMINATION DES DIFFERENTS INDICATEURS I- LES RATIOS NECESSAIRES A LA DETERMINATION DES DIFFERENTS INDICATEURS 1. nombre de lits en service durant l année 2. nombre d admissions 3. nombre de journées d hospitalisation 4. population moyenne

Plus en détail

La consultation prénatale du premier trimestre

La consultation prénatale du premier trimestre La consultation prénatale du premier trimestre Le plan du cours Introduction DR : BOUCHOUCHA-H La consultation du premier trimestre Étape clinique Étape biologique Examen échographique du premier trimestre

Plus en détail

HOPITAL MERE-ENFANT DE L EST PARISIEN. Premier Service de soins de suite périnatals à Paris

HOPITAL MERE-ENFANT DE L EST PARISIEN. Premier Service de soins de suite périnatals à Paris HOPITAL MERE-ENFANT DE L EST PARISIEN Premier Service de soins de suite périnatals à Paris Etablissement privéparticipant au service public hospitalier. Organisme gestionnaire: Association HORIZONS Siège

Plus en détail

Quelles réflexions r Quel enseignement? Quelles perspectives?

Quelles réflexions r Quel enseignement? Quelles perspectives? 4 ième Journée des réseaux de périnatalitéde l Ile de France Un réseau r de suivi pédiatriquep Quelles réflexions r? Quel enseignement? Quelles perspectives? Dr Michèle GRANIER 25 10 2007 Les missions

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nouvelles recommandations de dépistage et de prise en charge Fabienne Viala Carla Chatelet Définitions OMS: «DG = trouble de la tolérance glucidique conduisant à une hyperglycémie

Plus en détail

Instruction du 26/10/11 relative au codage des mort-nés dans le PMSI (production de l indicateur de mortinatalité)

Instruction du 26/10/11 relative au codage des mort-nés dans le PMSI (production de l indicateur de mortinatalité) Instruction du 26/10/11 relative au codage des mort-nés dans le PMSI (production de l indicateur de mortinatalité) Dr Philippe Cormier Groupe Evaluation 1 Enfant mort-né une réglementation changeante Description

Plus en détail

CORTICOTHÉRAPIE ANTÉNATALE DANS LES GROSSESSES GÉMELLAIRES : COHORTE EPIPAGE 2

CORTICOTHÉRAPIE ANTÉNATALE DANS LES GROSSESSES GÉMELLAIRES : COHORTE EPIPAGE 2 CORTICOTHÉRAPIE ANTÉNATALE DANS LES GROSSESSES GÉMELLAIRES : COHORTE EPIPAGE 2 DÉBORAH PALAS, VIRGINIE EHLINGER, CORINNE ALBERGE, CATHERINE ARNAUD, CHRISTOPHE VAYSSIERE PATRICK TRUFFERT, GILLE KAYEM, FRANÇOIS

Plus en détail

IV Journée du Réseau Gard Lozère. prise en charge néonatale

IV Journée du Réseau Gard Lozère. prise en charge néonatale IV Journée du Réseau Gard Lozère Diabète et grossesse: prise en charge néonatale Dr Serge Ilunga Néonatologie, Carémeau. 1 Plan: Quels risques pour le nouveau-néné à la naissance? Air ou oxygène en salle

Plus en détail

Dilara Ider. To cite this version: HAL Id: dumas

Dilara Ider. To cite this version: HAL Id: dumas Complications chez les prématurés nés entre 28 et 36 semaines d aménorrhée selon le type de prématurité : étude réalisée dans un service de néonatalogie du GHU de l Est parisien Dilara Ider To cite this

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales.

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. 2) Physiologiquement, la pression artérielle baisse au

Plus en détail

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Problèmes très fréquents en gériatrie Fréquence des pathologies aboutissant à des pbes de prise alimentaire:

Plus en détail

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF La santé est définie par l Organisation Mondiale de la santé comme un «état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement

Plus en détail

ECU E27 SL Semestre 2

ECU E27 SL Semestre 2 ECU E27 SL Semestre 2 ECUPréparation aux études d orthophonie Christelle Dodane Permanence : H211, mardi, de 10h à 11h - Tel. 04-67-14-26-37 Courriel : christelle.dodane@univ-montp3.fr Plan général de

Plus en détail

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5 1 DEMENCES DES PERSONNES AGEES PLAN A. INTRODUCTION... 2 I. Historique... 2 II. Les démences :... 2 a) Définition... 2 b) Epidémiologie... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 I. Les démences dégénératives...

Plus en détail

Le fœtus et son image

Le fœtus et son image Le fœtus et son image N Beurret Lepori Février 2014 Sion Le fœtus et son image L échographie fœtale est une technique médicale pour visualiser le fœtus dans le ventre de sa mère, en 2D, en Foetus 3D, en

Plus en détail

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre Fondation PremUp Mieux naître pour mieux vivre Une fondation de coopération scientifique initiée par les pouvoirs publics en 2007 6 membres fondateurs : L Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, l Inserm,

Plus en détail

Troubles des apprentissages et rôle du neuropsychologue

Troubles des apprentissages et rôle du neuropsychologue Troubles des apprentissages et rôle du neuropsychologue Formation PLURADYS Mathilde MIGNON mathilde-mignon@club-internet.fr La neuropsychologie : spécialité de la psychologie qui fournit une compréhension

Plus en détail

Grossesse chez la femme diabétique. Claire COLMANT Hôpital Bicêtre Service de gynécologie et obstétrique

Grossesse chez la femme diabétique. Claire COLMANT Hôpital Bicêtre Service de gynécologie et obstétrique Grossesse chez la femme diabétique Claire COLMANT Hôpital Bicêtre Service de gynécologie et obstétrique Introduction 0.5 à 1% femmes enceintes présentent un diabète préexistant: 1/3 cas: Diabète de type1

Plus en détail

Laetitia SELLAM. Mémoire pour l obtention du DES de pédiatrie. CHU Clermont Ferrand. 9 octobre 2009

Laetitia SELLAM. Mémoire pour l obtention du DES de pédiatrie. CHU Clermont Ferrand. 9 octobre 2009 Devenir à court terme des prématurés nés entre 24 SA et 26 SA: l expérience Clermontoise Mémoire pour l obtention du DES de pédiatrie 9 octobre 2009 Laetitia SELLAM CHU Clermont Ferrand Introduction Amélioration

Plus en détail

DIU D ECHOGRAPHIE GYNECOLOGIQUE ET OBSTETRICALE

DIU D ECHOGRAPHIE GYNECOLOGIQUE ET OBSTETRICALE Pré-programme 2015-2016 DIU D ECHOGRAPHIE GYNECOLOGIQUE ET OBSTETRICALE (Université Paris-Sud et UMPC Paris) Optimisation de l imagerie en mode B V Castaigne G potelle Réglage de l échographe pour le Mode

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Troubles spécifiques des apprentissages

Troubles spécifiques des apprentissages Troubles spécifiques des apprentissages 1 La démarche diagnostique Dr Chouchane Pédiatre Mme Vinet Psychologue Dr Dulieu Médecin rééducateur Dr Guimas Pédiatre Mme Saltarelli Orthophoniste Mme Laprevotte

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

Première partie : Accueillir une femme enceinte

Première partie : Accueillir une femme enceinte ab ledesma tières T a bl e d e s m at i è r e s Première partie : Accueillir une femme enceinte Chapitre 1 : Comment se présente un service de maternité?...3 1. Qu est-ce qu un service de maternité?...

Plus en détail

Bilan d une action de prévention et de suivi des caries dentaires dans les écoles en Zone Urbaine Sensible (ZUS) de Grenoble FRANCE

Bilan d une action de prévention et de suivi des caries dentaires dans les écoles en Zone Urbaine Sensible (ZUS) de Grenoble FRANCE Bilan d une action de prévention et de suivi des caries dentaires dans les écoles en Zone Urbaine Sensible (ZUS) de Grenoble FRANCE Dr Simone BOUSSUGES médecin conseiller technique Christiane BRUN assistante

Plus en détail

Le dépistage des troubles de l audition

Le dépistage des troubles de l audition Le dépistage des troubles de l audition Séminaire suivi du jeune enfant Decembre 2007 E.STEYER Un enfant qui entend bien De la naissance à 3 mois : sursaute face à un bruit fort ; se réveille en cas de

Plus en détail

Traitement chirurgical du canal artériel. A.Bonnard DESC chirurgie pédiatrique, Mars 2015

Traitement chirurgical du canal artériel. A.Bonnard DESC chirurgie pédiatrique, Mars 2015 Traitement chirurgical du canal artériel A.Bonnard DESC chirurgie pédiatrique, Mars 2015 fréquence Inversement corrélé à l âge gestationnel < 1% chez nné > 32 SA 60% chez nné < 28 SA Epicure : 65% des

Plus en détail

DIABÈTE GESTATIONNEL. 21 mars 2013 Julie Lemaitre, sage-femme Dr Marc Dauphin, endocrinologue

DIABÈTE GESTATIONNEL. 21 mars 2013 Julie Lemaitre, sage-femme Dr Marc Dauphin, endocrinologue DIABÈTE GESTATIONNEL 21 mars 2013 Julie Lemaitre, sage-femme Dr Marc Dauphin, endocrinologue DIABÈTE GESTATIONNEL EN CHIFFRES 6% des grossesses Problème de santé public croissant avec une augmentation

Plus en détail

RUPTURE PRÉMATURÉE DES MEMBRANES (RPM) Dr Coatleven D.I.U. de gynécologie-obstétrique pour les médecins généralistes Janvier 2014

RUPTURE PRÉMATURÉE DES MEMBRANES (RPM) Dr Coatleven D.I.U. de gynécologie-obstétrique pour les médecins généralistes Janvier 2014 RUPTURE PRÉMATURÉE DES MEMBRANES (RPM) Dr Coatleven D.I.U. de gynécologie-obstétrique pour les médecins généralistes Janvier 2014 Définition et épidémiologie Rupture franche de l'amnios et du chorion avant

Plus en détail

Pertinence de l enseignement par ateliers de simulation de la prise en charge des détresses vitales de l enfant. Dr Tran Tu-Anh

Pertinence de l enseignement par ateliers de simulation de la prise en charge des détresses vitales de l enfant. Dr Tran Tu-Anh Pertinence de l enseignement par ateliers de simulation de la prise en charge des détresses vitales de l enfant Dr Tran Tu-Anh Rationnel - Les étudiants en médecine débutent souvent aux SAU sans expérience

Plus en détail

La parturiente de plus de 35 ans. E.Baulon, I.Nisand Pôle de Gynécologie-Obstétrique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

La parturiente de plus de 35 ans. E.Baulon, I.Nisand Pôle de Gynécologie-Obstétrique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg La parturiente de plus de 35 ans E.Baulon, I.Nisand Pôle de Gynécologie-Obstétrique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Introduction Haut conseil de la population et de la Famille - Avril 2005 «l augmentation

Plus en détail

RCIU. Il n y a que 20% des RCIU sont détectés en prénatal

RCIU. Il n y a que 20% des RCIU sont détectés en prénatal RCIU Il n y a que 20% des RCIU sont détectés en prénatal Et pourtant La morbi mortalité assocciée au RCIU est importante Prevalence en France oen 2010: 14681 naissances < 22 SA opag: < 10 ème percentile

Plus en détail

ENZO : LES SEQUELLES A L AGE SCOLAIRE D UN ANCIEN GRAND PREMATURE

ENZO : LES SEQUELLES A L AGE SCOLAIRE D UN ANCIEN GRAND PREMATURE Université Paul Sabatier Faculté de Médecine Toulouse Rangueil Institut de Formation en Psychomotricité ENZO : LES SEQUELLES A L AGE SCOLAIRE D UN ANCIEN GRAND PREMATURE Mémoire en vue de l obtention du

Plus en détail

Projet de la clinique d épilepsie de Port au Prince

Projet de la clinique d épilepsie de Port au Prince Projet de la clinique d épilepsie de Port au Prince Contexte et justifications L accès aux soins est un problème majeur pour les gens vivant dans les régions en voie de développement. Au Québec, nous avons

Plus en détail

Vaccination et Grossesse. Professeur Cheikh A Tidiane CISSE

Vaccination et Grossesse. Professeur Cheikh A Tidiane CISSE Vaccination et Grossesse Professeur Cheikh A Tidiane CISSE Objectifs 1-Enoncer la problématique de la vaccination au cours de la période gravido-puerpérale 2-Citer les 4 groupes de vaccins définis à partir

Plus en détail

L ETCAF (L ensemble des troubles causés par l alcoolisation fœtale)

L ETCAF (L ensemble des troubles causés par l alcoolisation fœtale) L ETCAF (L ensemble des troubles causés par l alcoolisation fœtale) 1. Présentation des animatrices Statistiques du groupe Déroulement Identification de l ETCAF Diagnostic Effets et interventions possibles

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale 1. Historique. Kegel (1949). Bourcier (1970). 1985 : reconnaissance officielle d acte de MK. Développement de la MK périnéale : facteur éco/p sociale

Plus en détail