Maîtrise sans réussite à un concours

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Maîtrise sans réussite à un concours"

Transcription

1 8 es Journées d études Céreq Lasmas-IdL, Marseille, 17 et 18 mai 2001 «Construction et usage des catégories d analyse» Diplôme et certification professionnelle à l issue de l enseignement supérieur. Les enjeux pour les entrants dans la vie active Francis Gugenheim Pour les diplômés de l enseignement supérieur, «diplôme» et «certification professionnelle» s articulent de façon différenciée. Les modalités de cette articulation concernent à la fois les diverses catégories de diplômes et de certifications mais aussi les niveaux respectifs de ces diplômes et de ces certifications. On ne cherchera pas ici à rendre compte de façon exhaustive de la diversité des cas mais à montrer à travers une série d exemples l importance de la construction de catégories qui permettraient de mieux appréhender l incidence de l articulation entre diplôme et certification lors de l entrée dans la vie active. 1. Principales articulations entre diplôme et certification professionnelle Les concours de la fonction publique d État ouverts aux diplômés de l enseignement supérieur constituent des modes privilégiés de l articulation diplôme-certification. Les lauréats des concours bénéficient en effet d une garantie d emploi durant toute leur vie active à un niveau de qualification au moins égal à celui obtenu grâce à la réussite au concours. Le professeur «certifié» ne peut pas voir remis en cause son statut et sa fonction sauf faute professionnelle très grave. Il en est de même pour les autres fonctionnaires de l État. Les concours de la fonction publique territoriale ont un rôle analogue en matière de certification même si la certification obtenue dans le cadre du concours nécessite d être confirmée par une embauche effective dans une collectivité territoriale, laquelle n est pas aussi garantie que dans la fonction publique d État. Les certifications professionnelles délivrées par les «ordres» professionnels, avec l aval de l État, aux diplômés de l enseignement supérieur permettent à leurs titulaires d accéder à des emplois réservés aux seuls détenteurs de ces certifications (médecins, pharmaciens, professionnels des activités paramédicales, architectes, géomètres, avocats, notaires et autres professionnels agréés pour exercer diverses activités juridiques). Le privilège accordé par la certification ne garantit toutefois pas l exercice de l emploi. La valeur de la certification sur le marché de l emploi est liée au pouvoir de réguler le rapport entre offre et demande dont disposent les instances professionnelles qui délivrent les certifications. Si les exercices de la médecine et de l expertise comptable sont remarquablement protégés et si les certificats d aptitude délivrés garantissent à leurs détenteurs un accès aux professions qualifiées auxquelles ils se sont préparés, il n en est pas de même pour l exercice de toutes les professions libérales. Il ne convient pas ici de procéder à une évaluation de l efficacité différenciée des certifications nécessaires, mais non toujours suffisantes, pour l exercice réglementé de professions contrôlées par l État mais de noter une absence d uniformité du rôle réel de ces certifications lors de l entrée sur le marché du travail. Les diplômes dits «professionnels» délivrés par les universités et les autres écoles supérieures sont à la fois des attestations de niveau (exemples : niveau Bac+5 pour les diplômes d ingénieur, niveau Bac+2 pour les diplômes des IUT, ) et des certificats d aptitude à l exercice de fonctions (soit pour les exemples cités les fonctions d ingénieur et de technicien). L obtention de ces certifications

2 scolaires n est pas, comme dans le cas précédent, une condition juridiquement nécessaire pour exercer une profession réglementée par l État. Elle permet toutefois à leurs détenteurs d attester officiellement d une compétence en matière professionnelle. L agrément de l État prend différentes formes : il est attribué de plein droit pour les diplômes universitaires, il passe par la commission des titres pour les écoles d ingénieur, par un visa officiel pour les grandes écoles de commerce. L agrément de l État est parfois nuancé (écoles reconnues par l État mais dont le diplôme n est pas validé officiellement) et parfois inexistant (cas de nombreuses écoles commerciales privées). Les diplômes des filières universitaires générales n ont pas pour objectif de donner à leurs titulaires une certification d aptitude professionnelle mais ils permettent parfois à leurs titulaires d entrer sur le marché du travail dans des conditions comparables à celles des diplômés ayant acquis une formation professionnelle de niveau équivalent. Les titulaires de ces diplômes sont embauchés alors du fait d une insuffisance de diplômés ayant une certification professionnelle. Les capacités professionnelles acquises parallèlement à la formation initiale, sans certification proprement dite, ont parfois un rôle très efficace (notamment dans les métiers de l informatique). Les diplômes des filières universitaires générales sont toutefois de plus en plus utilisés par leurs titulaires pour obtenir une certification professionnelle ayant ou non un lien avec la discipline étudiée jusqu alors. La certification qui leur est reconnue (cas notamment des DESS) tient à la fois compte de l aptitude intellectuelle nécessaire à l obtention d un niveau scolaire élevé (le diplôme de maîtrise pour le cas du DESS) et de l aptitude pratique acquise au cours de la «formation professionnelle». Cette formation professionnelle s acquiert de plus en plus dans le cadre d un diplôme de l Éducation Nationale mais également dans le cadre d instituts privés souvent dépendant d organismes professionnels et consulaires ; la reconnaissance effective du niveau des diplômes délivrés par ces instituts étant elle aussi variable. 2. Indicateurs d insertion professionnelle des diplômés de l enseignement universitaire selon le mode d articulation entre diplôme et certification professionnelle Même si les certifications professionnelles obtenues dans le cadre d une formation universitaire sont hétérogènes, il nous semble important de distinguer au moins trois cas de figure à chaque niveau d étude : les titulaires d un diplôme ayant obtenu un concours de la fonction publique, les titulaires d un diplôme professionnel, les titulaires d un diplôme général. Ce mode de distinction appliqué à l ensemble des diplômés sortis des universités du Nord/Pasde-Calais en a permis de mesurer des écarts conséquents en termes de chômage et de qualification entre les diplômés d une maîtrise à l issue d une filière générale sans certification (concours ou formation professionnelle complémentaire), les diplômés de maîtrise des Instituts Universitaires Professionnalisés (IUP) ou entre les diplômés d un DEA (sans autre certification) et les diplômés d un DESS. Maîtrise et réussite à un concours Maîtrise sans réussite à un concours Maîtrise IUP DEA sans réussite à un concours Taux de chômage 2 %* 18 % 3 % 17 % 7 % Part des emplois de cadres 84 % 16 % 50 % 50 % 69 % * Lié à la non-embauche de reçus à des concours de la fonction publique territoriale et à différents choix individuels. Ces données globales qui ne rendent pas compte des différences d insertion selon les filières et les caractéristiques socio-démographiques (âge, sexe, origine sociale) permettent néanmoins de constater la nécessité de la mise en place d une classification tenant compte des certifications acquises en complément ou dans le cadre de la formation d origine et de s interroger sur l articulation entre niveau de diplôme et niveau de certification. DESS 1. Enquête sur le devenir en mars 1998 de diplômés sortis des universités du Nord/Pas-de-Calais en

3 3. Niveau de diplôme et niveau de certification : la diversité des articulations 3.1 Niveau de diplôme et niveau de certification requis dans la fonction publique Le niveau de diplôme n est qu une condition pour postuler une certification dont l obtention dépend de la réussite à un concours. Ainsi un titulaire d une licence ayant réussi un concours d attaché d administration aura un poste plus qualifié qu un titulaire de doctorat ayant réussi un concours de contrôleur. Les décalages sont moins nombreux que ne le font apparaître certains résultats. Comme on l a vu dans la statistique présentée plus haut, 84 % des concours réussis par les diplômés de second cycle sont des concours de catégorie A donnant accès au statut de cadre dans la fonction publique 2. On sait par ailleurs qu au moins une part des 16 % de diplômés qui n ont réussi que des concours de catégorie B ou C accéderont à la catégorie A par la voie des concours internes. Entre temps, certains d entre eux se verront confier des missions attribuées normalement à des fonctionnaires de catégories supérieures, en particulier des missions d études. Parallèlement, on observe une tendance à la résorption dans la durée des distorsions qui se créent entre niveau de diplôme et niveau de certification, tendance illustrée récemment par le projet du Ministère de l Education Nationale d attribuer le titre de Mastaire aux lauréats des concours de l enseignement ayant terminé leur formation initiale à l IUFM, laquelle aura duré deux ans dans la plupart des cas. Cette tendance s était déjà manifestée au cours des années 80 par le rehaussement des niveaux requis pour accéder aux concours de catégorie A de la Fonction Publique qui nécessitent tous, désormais, l obtention d une licence, sauf cas particuliers. On ajoutera que le recrutement par l Etat d agents contractuels temporaires en utilisant leur niveau de diplôme pour leur attribuer une classification professionnelle est une reconnaissance implicite du rôle de certification professionnelle du diplôme en fonction du niveau atteint. 3.2 Niveau de diplôme et niveau de certification requis dans les entreprises Même si certains discours peuvent faire penser l inverse, les entreprises évitent le plus souvent la distorsion entre niveau de diplôme et niveau de certification. Les observations qualitatives rejoignent ici les observations quantitatives : «On dit que les diplômes n ont pas d importance, mais c est comme l argent, ça n a pas d importance tant qu on en a.» 3 (Directeur Cabinet de recrutement). Au niveau statistique, on remarque que les diplômés de niveau Bac+5 des écoles d ingénieurs, des écoles de commerce mais aussi des Diplômes d études supérieures spécialisées (DESS) accèdent aux emplois de cadres dans des proportions élevées : 93 % pour les diplômés d écoles d ingénieurs, 81 % pour les diplômés d un DESS de Sciences, 72 % pour les diplômés d écoles de commerce et 63 % pour les diplômés des DESS de Sciences humaines et sociales 4. On remarque d ailleurs que, lors des embauches de jeunes diplômés, les entreprises sont plus exigeantes en matière de niveau de diplôme qu en matière de mode de certification professionnelle. En effet elles embauchent plus souvent comme «cadres» des diplômés des DESS que des diplômés d IUP : 68 % par rapport à 45 % 5 en sachant que les premiers ont un niveau Bac+5 mais une formation professionnelle d une seule année alors que les seconds sont des diplômés Bac+4 mais ayant eu une formation professionnelle de 2 années au minimum et dans la majorité des cas de 3 années. 2. Le pourcentage mentionné est établi à partir d une enquête menée dans une région où les postes d enseignants proposés aux concours sont plus nombreux que dans l ensemble des autres régions françaises. Il est probablement plus élevé qu au niveau national mais il y a peu de chance que l écart soit susceptible d inverser la tendance. 3. Gugenheim F. et Valdenaire P., 2000, L insertion en entreprise des diplômés de Lettres et Sciences Humaines. Rapport pour l Union Européenne, USTL-UVHC, Juin (extrait d entretien). 4. Martinelli D. et Molinari M., 2000, L insertion professionnelle en 1999 des diplômés de l enseignement supérieur. Céreq, documents n 150, Juin. 5. Martinelli D. et Molinari M., opus cité. 3

4 Les acquis techniques des diplômés semblent moins importants que la double acquisition d un niveau d études élevé et d une aptitude à s adapter aux questions que se posent les entreprises. Cette dernière aptitude est par contre estimée nécessaire pour toute embauche qualifiée (du niveau cadre ou agent de maîtrise). Les témoignages des diplômés montrent que les formations complémentaires à caractère professionnel, dans le cadre ou non de l Éducation Nationale, avec ou sans reconnaissance par l État, ont d abord pour utilité de permettre au diplômé d attester l acquisition de cette aptitude : «Une entreprise ne recherche pas que les compétences professionnelles. Moi j avais la licence d histoire, donc j étais jugée avoir un niveau de culture générale et une formation Chambre de Commerce. Quand j ai cherché du travail dans les entreprises, j étais surprise parce qu on revenait toujours sur la licence, mais si j avais eu juste une licence ce n était même pas la peine d essayer.» 6 (Assistante ressources humaines). A contrario l absence de capacité à attester cette aptitude (ou l ignorance de cette capacité) est un handicap important, qui entraîne les diplômés à dévaloriser leurs acquis scolaires : «Quand j ai décidé de chercher du boulot, je ne savais pas à quoi je pouvais prétendre. De toute façon avec une licence d Histoire, j étais limitée D ailleurs, quand j ai cherché du travail, je l ai fait comme si je n avais aucun diplôme, comme si je n avais rien.» 6 (Responsable adjointe de magasin, embauchée comme vendeuse à temps partiel après des échecs répétés aux concours du professorat d école). 3.3 Spécialisation du diplôme et certification Dans une série de cas, il y a une corrélation forte entre les spécialités des diplômes obtenus et les certifications qu elles permettent : les médecins ont étudié la médecine ; les avocats, le droit ; les ingénieurs, les sciences appliquées ; les professeurs de mathématiques, les mathématiques ; etc. Dans des cas de plus en plus fréquents cette corrélation est moins forte car les économies et les sociétés modernes ont des besoins croissants de personnels capables de jouer un rôle «d interface» tant au niveau technique ou économique que social. La recherche des doubles compétences sinon des pluri-compétences pour les postes les plus qualifiés a tendance à distendre les liens entre spécialisation scolaire et profil d emploi et par voie de conséquence entre spécialisation et certification. Même si cette tendance ne leur est pas réservée, elle est un vecteur privilégié de l insertion des diplômés de Lettres et Sciences humaines en entreprise, comme l indiquent de façon différenciée un directeur et une jeune diplômée : «Un lettré qui a des compétences en économie et en gestion, on le prend tout de suite en entreprise.» 6 (Directeur Général Société de services). «Si le marketing prend une dimension plus qualitative, pourquoi pas des psychologues et des sociologues.» 6 (Chargée d études en marketing, diplômée d un DESS de Psychologie du travail). 3.4 Rôle des diplômes et des certifications professionnelles Regard sur le passé et interrogation sur l avenir Dans le développement économique et social français, les certifications professionnelles se sont développées de façon indépendante de l attribution de grades scolaires et universitaires. Les «offices» ou «charges» de l ancien régime qui sont à l origine du fonctionnement de diverses professions juridiques modernes étaient achetées et se transmettaient par héritage avec l aval du pouvoir royal et le clergé avait le quasi-monopole de l enseignement. La prise en charge directe par l État du fonctionnement de l administration publique du système scolaire et de secteurs importants de l économie a entraîné une articulation progressive des diplômes scolaires et des certifications professionnelles même si cette articulation a été tributaire de l histoire de son développement (et notamment du rapport de forces entre les divers partenaires concernés). Le développement récent de la scolarisation au-delà du baccalauréat qui concerne désormais 50 % d une classe d âge, le désengagement progressif de l État dans une économie de plus en plus 6. Gugenheim F. et Valdenaire P., opus cité (extraits d entretiens). 4

5 libéralisée (et donc mondialisée) ainsi que les modifications structurelles du système économique (rôle des technologies de l information, renouveau des petites entreprises) induisent deux réflexions : la nécessité d analyser de façon beaucoup plus fine qu aujourd hui les cohortes de diplômés sortants de l enseignement supérieur qui constituent des cohortes à la fois plus nombreuses et plus hétérogènes que naguère en termes d acquisition de diplômes et de certification ; l intérêt d une attention accrue à l émergence des nouveaux métiers et des nouvelles entreprises dont le développement ne s appuie pas de façon aussi systématique sur l articulation diplôme certification professionnelle au stade où elle est la plus répandue aujourd hui ; articulation elle-même remise en cause dans un marché de l emploi des diplômés de plus en plus international. Ces deux réflexions seront développées dans la recherche de critères d analyse proposée ciaprès. 4. Recherche de critères d analyse pour l articulation diplôme-certification 4.1 Paradoxe méthodologique Entre 1980 et 1990, la part des sortants de l enseignement supérieur dans le total de sortants du système éducatif est passé de 15 à 30 % 7. En 1996, le nombre de sortants était à nouveau voisin de celui de 1980 mais la part relative des sortants de l enseignement supérieur était désormais de 40 %. La signification de l émergence sur le marché du travail d une population de plus en plus scolarisée a fait l objet à juste titre de multiples analyses mais paradoxalement les méthodes utilisées pour décrire cette part désormais importante du flux de sortants ont peu progressé, voire régressé. On est en effet frappé par la faiblesse des données officielles sur le nombre de sortants au niveau Bac+5, même si la croissance du nombre de diplômés à ce niveau est un phénomène connu des observateurs du système éducatif et si la régulation des niveaux de sortie constitue un débat social récurrent. On est également étonné par la faiblesse du dispositif d observation de ces sorties. Même si l on peut apprécier l honnêteté des statisticiens de l INSEE et de ceux du Ministère de l Éducation Nationale qui rappellent régulièrement qu étant donné la base de sondage d 1 sur 300 de «l Enquête Emploi» utilisée, les variations portant sur des effectifs inférieurs à ne sont pas significatives, on peut regretter qu il n y ait pas adaptation de l outil aux phénomènes que l on veut observer. Les enquêtes du Céreq apportent certes des précisions supplémentaires mais on peut regretter ici aussi que les bases d échantillonnage des enquêtes concernant les sortants des années 1990 aient été beaucoup plus réduites que celles concernant les sortants des années Les obligations qui en résultent d agréger, suivant les cas, les niveaux d études ou les spécialités constituent des freins inévitables en termes de créations de catégories d analyse Propositions Mieux prendre en compte les certifications professionnelles acquises par les diplômés en même temps ou postérieurement aux diplômes en tenant compte de leur niveau réel (reconnaissance de facto et non seulement reconnaissance de jure). À titre d exemple, nous dirons que l émergence du niveau Bac+5 comme condition d accès au statut cadre 9 est significative de la mise en place d un modèle d articulation de fait entre un niveau (assorti d une compétence professionnelle) et un statut socioprofessionnel : le niveau Bac+5 nécessaire pour l obtention d un diplôme d ingénieur 10 est aujourd hui le niveau atteint de fait par les diplômés des grandes écoles de commerce, des DESS des universités 7. Repères et Références Statistiques On est ici confronté aux conséquences des arbitrages politiques et budgétaires qui ont conduit à privilégier des enquêtes plus fréquentes (rythme bi-annuel) sur des échantillons restreints à des enquêtes moins fréquentes (rythme quadriannuel). 9. Point de vue développé de l article de Frickey A. et Gugenheim F., L insertion professionnelle des diplômés de niveau Bac+5 des universités, In : La certification, construction et usages. Cahiers lillois d économie et de sociologie, n 31, Diplôme que l on peut presque considérer comme un idéal type pour notre objet puisqu il définit à la fois un niveau, une certification et un statut socio-professionnel. 5

6 mais aussi par les enseignants titulaires d un CAPES ou d un CAPE et par les titulaires d un concours d attaché d administration au moment de leur titularisation. Ce modèle d articulation peut être contesté (quelle est la pertinence du statut de «cadre» et quels sont les points communs entre les fonctions de professeur d école et celles d ingénieur) et en tout état de cause doit être affiné au fur et à mesure du développement des sorties au niveau Bac+5 (progression attendue du nombre de diplômés DESS et dans une moindre mesure du nombre de diplômés d écoles d ingénieurs et de commerce). La moindre rareté en matière de niveau atteint provoquera des distorsions plus fortes en matière de qualité des certifications professionnelles acquises. Ces distorsions se manifestent déjà entre diverses catégories de diplômés de DESS. L enquête d octobre 2000 auprès de 840 diplômés de DESS de l Université de Lille 1 en a montré des écarts sensibles entre les 8 catégories disciplinaires constituées : taux d emploi CDI variant de 50 à 96 %, salaires médians mensuels nets variant de à francs. L enquête parallèle menée dans la même université auprès des diplômés DEA qui arrêtent leurs études après l obtention de leur diplôme 12 montre (même si les effectifs sont huit fois moindres) que l absence de certification professionnelle n est pas un handicap majeur dans une période conjoncturelle faste (taux d emploi CDI de 73 % par rapport à 81 % pour les diplômés DESS, salaire médian mensuel net de francs par rapport à francs pour les diplômés DESS). Une réflexion analogue peut être menée à d autres niveaux de diplômes, notamment concernant le niveau Bac+3 qui devrait prendre un essor particulier avec le développement des licences professionnelles. Analyser les changements induits par l émergence des nouveaux métiers et des nouvelles catégories d entreprise, par l internationalisation du marché de l emploi et par l inégalité sociale des diplômés vis-à-vis de ces changements. Le développement des métiers qualifiés de la communication devrait logiquement entraîner deux conséquences : * une entrée dans les entreprises plus importante qu aujourd hui des littéraires ayant acquis des compétences en commerce et gestion. Le développement de la double compétence est particulièrement important pour les diplômés de lettres et sciences humaines qui, à l exception de quelques filières spécifiques, se préparent surtout aux métiers de l enseignement ; * un changement dans l articulation diplôme certification catégorie professionnelle dans l entreprise. En effet les recrutements des personnels les plus qualifiés dans les entreprises se font encore beaucoup en fonction de modèles liés à une tradition : les cadres techniques viennent des écoles d ingénieurs, les cadres commerciaux et administratifs des écoles de commerce, seuls certains spécialistes de la comptabilité, du droit et de la psychologie viennent d autres institutions notamment universitaires. Certes, en pratique, beaucoup d entreprises ont embauché aussi des diplômés des universités mais ces derniers ont souvent été recrutés par assimilation aux diplômés d écoles d ingénieurs (dans le cas des diplômés de sciences) ou aux diplômés d écoles de commerce (dans le cas des diplômés de droit, sciences économiques, gestion). Le modèle du «cadre littéraire» n est pas inscrit dans les traditions de l organisation des entreprises. Son émergence risque d avoir un effet perturbant sur l organisation globale. En effet les spécialistes de la communication tant externe qu interne, ayant fonctionnellement un rôle d interface, s inscriront mal dans les relations inter-catégorielles existantes. Ils devraient progressivement induire des comportements qui pourraient remettre en cause les différentes catégories existantes, voire les mentalités en matière de recrutement. Au niveau le plus général, l analyse de J.-M. Saussois mérite d être prise en compte : «la productivité (des entreprises) ne repose plus tant sur les machines que sur la manière dont les hommes travaillent, s organisent, coordonnent leurs activités, coopèrent. L évolution rapide des technologies de l information et de la communication bouleverse les modèles anciens d organisation. De nombreuses activités trouvaient leur légitimité dans leur capacité à capter puis à détenir des informations. Aujourd hui, la performance exige au contraire que le savoir circule le plus rapidement et le plus librement possible, en toute transparence. Contraintes d adapter leur 11. Castelain D. et Gugenheim F., Devenir en octobre 2000 des diplômés DESS Ofip Publication, n Castelain D. et Gugenheim F., Le devenir des diplômés de l USTL. Promotions 1997 et Ofip Publication, n 18. 6

7 fonctionnement et leur stratégie à ces évolutions, les entreprises se penchent plus que jamais sur leur propre organisation.» 13 L essor des nouvelles entreprises créées par de jeunes diplômés des grandes écoles et des universités 14 devrait contribuer aussi à mettre en cause le modèle traditionnel de progression hiérarchique dans l entreprise, lui-même lié à la hiérarchie des diplômes, telle qu elle est prise en compte à l embauche. Il est intéressant, de ce point de vue, de noter que les grandes entreprises publiques (anciennement nationalisées) sont les plus traditionalistes en matière de corrélation diplômecatégorie d emploi et qu elles valorisent encore plus que les entreprises privées les diplômes des grandes écoles par rapport aux diplômes des universités 15. Les qualités nécessaires pour diriger une petite entreprise diffèrent de celles qui permettent à un diplômé de s intégrer dans un service spécifique d une grande entreprise. Les diplômes et les certifications professionnelles acquises par les créateurs ont un rôle second par rapport à des compétences moins facilement définies dans une nomenclature de titres. L internationalisation du marché de l emploi est un phénomène qui ne peut plus être considéré comme marginal pour les jeunes diplômés. Elle concerne les titulaires du doctorat, même si la part des diplômés qui restent à l étranger est faible (selon la dernière enquête du Céreq, seuls 7 % des docteurs de 1996 travaillaient en 1999 à l étranger et plus de la moitié de ces derniers souhaitaient revenir en France 16 ). Elle concerne aussi les diplômés DESS qui (en ne prenant en compte que les diplômés de nationalité française) sont trois fois plus nombreux que les diplômés du doctorat et occupent des emplois plus diversifiés. En effet les emplois hors hexagone de ces derniers semblent avoir augmenté de façon sensible ces dernières années 17. Ils représentent par exemple 10 % des emplois en octobre 2000 des diplômés DESS 1998 de l Université de Lille Indépendamment de la mesure de l exode réel des diplômés français vers les pays étrangers, qui n est pas notre objet ici, l importance numérique des départs pour des durées diverses des diplômés du Doctorat et des diplômés des DESS nous intéresse par les changements qu ils sont susceptibles d introduire à terme dans le fonctionnement hiérarchique et les relations sociales dans les entreprises. L expérience de la relativité d un pays à l autre des rôles des diplômes et des certifications professionnelles pour déterminer la qualification devrait entraîner à terme dans les entreprises françaises une souplesse plus grande qu aujourd hui dans l articulation diplôme certification catégorie d emploi. Dans une économie plus tertiarisée et mondialisée, les nouveaux rôles impartis à la culture générale, à l aisance verbale et écrite, à l utilisation de l anglais ne favorisent pas de la même façon les diplômés. En effet beaucoup des qualités requises s acquièrent autant dans le milieu familial et dans les activités para-scolaires que dans le cadre des cursus officiels. L accès des diplômés d origine populaire aux emplois les plus qualifiés s est effectué jusqu ici de façon privilégiée à travers la réussite à des concours de la fonction publique et par l acquisition, dans un cadre strictement scolaire, de connaissances scientifiques et techniques. La valorisation des connaissances non directement scolaires n est pas neutre en matière d égalité sociale. La culture générale mais aussi les stages «qui ouvrent des portes», les voyages et les semestres à l étranger ne sont pas accessibles à tous les étudiants de la même façon. Ici aussi nous pensons que les étudiants de lettres et sciences humaines, subiront la discrimination sociale la plus forte car c est pour cette catégorie de diplômé(e)s, s orientant jusqu à présent surtout vers l enseignement, que les changements potentiels de débouchés sont les plus forts, encore faut-il qu ils ou plus encore qu elles aient les moyens d y accéder. La prise en compte 13. Saussois J.-M., Les sciences humaines et sociales au cœur des nouveaux enjeux industriels, Association Bernard Grégory, Formation par la recherche, n 61, novembre La création d entreprises par les jeunes diplômés n est plus un phénomène exceptionnel. Encouragée par les pouvoirs publics, elle fait l objet de dispositifs spécifiques au sein même des établissements d enseignement supérieur comme «CRE INNOV» à l Université de Lille Observation faite à l occasion de l enquête citée auprès des employeurs des diplômés de lettres et sciences humaines. 16. Martinelli D. et Molinari M., opus cité. 17. Dans beaucoup d enquêtes, la part des diplômés à l étranger est sous-estimée étant donné les difficultés à retrouver ceux qui partent. L amélioration des taux de réponse est possible mais nécessite un budget approprié. 18. Castelain D. et Gugenheim F., opus cité. 7

8 des caractéristiques socio-démographiques des diplômés dans l analyse de l insertion professionnelle n en sera que plus nécessaire. La mesure des écarts réclame ici encore la possibilité de mener des études sur des effectifs en nombre suffisant pour évaluer l influence de ces facteurs par rapport au niveau de diplôme, au type de certification et à la spécialité de formation. Une étude du Céreq a fait apparaître que «le profil de l étudiant influe autant sur l insertion que sa formation» (Martinelli, 1994), en présentant des données par spécialité de formation mais elle s appuyait sur une enquête de mars 1991 auprès des diplômés sortis en 1988 réalisée avec un taux de sondage moyen proche de deux sur trois qui n a jamais été reconduit depuis lors. Pour améliorer les analyses, on ne peut que souhaiter la mise en place au niveau national d enquêtes exhaustives des cohortes de diplômés qui sortent de l enseignement supérieur. Francis Gugenheim Observatoire des Formations et de l Insertion Professionnelle (OFIP) Université des Sciences et Technologies de Lille Tél. : Bibliographie Castelain D., Gugenheim F., 2001, Devenir en octobre 2000 des diplômés DESS 1998, Ofip Publication n 18, février. Castelain D., Gugenheim F., 2001, Le devenir des diplômés DEA de l USTL, promotions 1997 et 1998, Ofip publication n 19, février. Castelain D., Gugenheim F., 1999, Le devenir en mars 1998 des diplômés sortis de l enseignement supérieur régional en 1995, huit indicateurs, Document de synthèse, Pôle Universitaire Européen Lille Nord/Pas-de-Calais, ORES, avril. Frickey A., Gugenheim F., 1998, L insertion professionnelle des diplômés de niveau Bac+5 des universités. La certification, construction et usages, Cahiers lillois d économie et de sociologie, n 31, octobre, p Gugenheim F, Valdenaire P., 2000, Insertion en entreprise des diplômés de lettres et sciences humaines, Rapport d études, USTL-UVHC, Union Européenne, juin. Martinelli D., 1994, Diplômés de l université. Insertion au début des années 90, Céreq, Documents n 100, octobre. Martinelli D., Molinari M., 2000, L insertion professionnelle en 1999 des diplômés de l enseignement supérieur, Céreq, Documents n 150, juin. Ministère de l Éducation Nationale, 2000, Repères et Références Statistiques. 8

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3 SOFIP Observatoire Service Offre de Formation et Insertion Professionnelle L insertion professionnelle des diplômés 2010 de Licence Professionnelle En 2009-2010, 529 étudiants ont été diplômés d une Licence

Plus en détail

Observatoire de la Vie Étudiante de l Université de Provence (Aix-Marseille I) www.up.univ-mrs.fr/ove Numéro 13 Mai 2007

Observatoire de la Vie Étudiante de l Université de Provence (Aix-Marseille I) www.up.univ-mrs.fr/ove Numéro 13 Mai 2007 OVE résultats Observatoire de la Vie Étudiante de l Université de Provence (Aix-Marseille I) www.up.univ-mrs.fr/ove Numéro 13 Mai 27 Devenir des diplômés de DUT 24, 24 mois après l obtention du diplôme

Plus en détail

Flash-Info O.P.E.I.P. Sortis de l université en 2005... Que deviennent les étudiants de Licence 3? 4641 étudiants inscrits en L3

Flash-Info O.P.E.I.P. Sortis de l université en 2005... Que deviennent les étudiants de Licence 3? 4641 étudiants inscrits en L3 N 13 : Sept. 2008 Flash-Info O.P.E.I.P. Observatoire des Parcours Etudiants et de l Insertion Professionnelle (OPEIP) Sortis de l université en 2005... Que deviennent les étudiants de Licence 3? (Promotion

Plus en détail

La qualité de l insertion professionnelle selon la continuité ou la rupture de filière entre le 2 ème et le 3 ème cycle universitaire

La qualité de l insertion professionnelle selon la continuité ou la rupture de filière entre le 2 ème et le 3 ème cycle universitaire La qualité de l insertion professionnelle selon la continuité ou la rupture de filière entre le 2 ème et le 3 ème cycle universitaire Nathalie Jacob * 1. Présentation de l enquête et de la population Chaque

Plus en détail

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Olivier Lefebvre* Sur 100 jeunes entrés en 6 e en 1995, 44 sont désormais titulaires d un diplôme de l enseignement supérieur.

Plus en détail

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse Les employés administratifs de la fonction publique rassemblent les agents de catégorie C ainsi que les anciens agents

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 observatoire régional #41 Synthèse régionale août 2014 à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 2 899 diplômés de M2 professionnel

Plus en détail

insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2011

insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2011 n o 19 2015 insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2011 TAUX D INSERTION 77,4 % PART DES EMPLOIS STABLES 67,8% PART DE POURSUITES D ÉTUDES 88,7% SALAIRE NET MENSUEL MOYEN 1 472 O B S E R VATO

Plus en détail

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse Les employés administratifs de la fonction publique rassemblent les agents de catégorie C ainsi que les anciens agents

Plus en détail

Licences OBSER VATOIRE. Lettres / Langues et Sciences Humaines OBSERVATOIRE CARREFOUR DES ÉTUDIANTS. à l'université de Limoges

Licences OBSER VATOIRE. Lettres / Langues et Sciences Humaines OBSERVATOIRE CARREFOUR DES ÉTUDIANTS. à l'université de Limoges Université de Limoges Licences Lettres / Langues et Sciences Humaines LA SITUATION des diplômés NON RÉINSCRITS à l'université de Limoges Résultats par mention (promotion 2005-2006) Retrouvez les publications

Plus en détail

Les 4ème et 5ème années d inscription dans l enseignement supérieur du Nord - Pas de Calais. Bernard CONVERT CNRS (IFRESI-CLERSE)

Les 4ème et 5ème années d inscription dans l enseignement supérieur du Nord - Pas de Calais. Bernard CONVERT CNRS (IFRESI-CLERSE) POPULATION ORES Suivi de cohorte Bacheliers 2001 Février 2008 Les 4ème et 5ème années d inscription dans l enseignement supérieur du Nord - Pas de Calais Bernard CONVERT CNRS (IFRESI-CLERSE) Pôle Universitaire

Plus en détail

De l enseignement supérieur à l emploi : les trois premières années de vie active de la «Génération 98»

De l enseignement supérieur à l emploi : les trois premières années de vie active de la «Génération 98» 98 G É N É R A TTIIOON N 98 De l enseignement supérieur à l emploi : les trois premières années de vie active de la «Génération 98» Jean-François Giret Stéphanie Moullet Gwenäelle Thomas décembre 22 Céreq

Plus en détail

Après un Master 2. Après un Master 2. Observatoire des Étudiants Cellule d aide au pilotage. Devenir des diplômés Promotion 2010

Après un Master 2. Après un Master 2. Observatoire des Étudiants Cellule d aide au pilotage. Devenir des diplômés Promotion 2010 Observatoire des Étudiants Cellule d aide au pilotage Esplanade des Antilles - 33 607 PESSAC Cedex ode@u-bordeaux3.fr - www.u-bordeaux3.fr/fr/ode.html Après un Master 2 Après un Master 2 Devenir des diplômés

Plus en détail

Mise de jeu 2 La certification des formations

Mise de jeu 2 La certification des formations Mise de jeu 2 La certification des formations Une formation certifiante délivre un diplôme reconnu par le RNCP Le plus souvent, les formations certifiantes ou qualifiantes sont celles qui mènent à «un

Plus en détail

Licences OBSER VATOIRE. Droit / Économie / Gestion OBSERVATOIRE CARREFOUR DES ÉTUDIANTS. à l'université de Limoges

Licences OBSER VATOIRE. Droit / Économie / Gestion OBSERVATOIRE CARREFOUR DES ÉTUDIANTS. à l'université de Limoges Université de Limoges Licences Droit / Économie / Gestion LA SITUATION des diplômés NON RÉINSCRITS à l'université de Limoges Résultats par mention (promotion 2005-2006) Retrouvez les publications de l

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Administration publique de l Université de la Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Lancement d une enquête AFIP dans le cadre du colloque Diversité + Université = Chômage? Freins et perspectives pour accéder au marché de l emploi

Lancement d une enquête AFIP dans le cadre du colloque Diversité + Université = Chômage? Freins et perspectives pour accéder au marché de l emploi Centre de ressources et de recrutement pour les jeunes diplômés issus de l immigration Lancement d une enquête AFIP dans le cadre du colloque Diversité + Université = Chômage? Freins et perspectives pour

Plus en détail

information Les chercheurs en entreprise

information Les chercheurs en entreprise note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.05 AVRIL En 2007, plus de 137 000 chercheurs (en personnes physiques) ont une activité de R&D en entreprise, ils étaient 81 000 en 1997, et deviennent

Plus en détail

GT 14 personnels d orientation

GT 14 personnels d orientation GT 14 personnels d orientation Fiche 4 Recrutement et formation des psychologues de l éducation nationale Les deux catégories de professionnels chargés, chacun en ce qui les concerne, de mobiliser leur

Plus en détail

Flash-Info. N 16 : Mai 2009

Flash-Info. N 16 : Mai 2009 Flash-Info N 16 : Mai 2009 Licence générale Que deviennent les diplômés 2006? Observatoire des Parcours Etudiants et de l Insertion Professionnelle (OPEIP) Méthodologie Sur les 4201 étudiants inscrits

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS DE MASTER 2011 DE L ub, Situation le 1 er décembre 2013

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS DE MASTER 2011 DE L ub, Situation le 1 er décembre 2013 Le devenir des diplômés de Master 2011 de l ub LE DEVENIR DES DIPLOMÉS DE MASTER 2011 DE L ub, Situation le 1 er décembre 2013 Les résultats présentés dans ce document concernent le devenir professionnel

Plus en détail

iroise Insertion professionnelle Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) des bénéficiaires d un Contrat unique d insertion - Bretagne

iroise Insertion professionnelle Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) des bénéficiaires d un Contrat unique d insertion - Bretagne G R E F Bretagne des bénéficiaires d un Contrat unique d insertion - Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) iroise PRÉFET DE LA RÉGION BRETAGNE Contrat de projets Etat-Région A l issue du CUI-CAE,

Plus en détail

90 % insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2010. n o 10 2013 OBSERVATOIRE TAUX D INSERTION PART DES EMPLOIS STABLES 83,2%

90 % insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2010. n o 10 2013 OBSERVATOIRE TAUX D INSERTION PART DES EMPLOIS STABLES 83,2% n o 10 2013 insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2010 TAUX D INSERTION 90 % PART DES EMPLOIS STABLES 83,2% SALAIRE NET MENSUEL MOYEN 1 437 OBSERVATOIRE Etude réalisée avec le soutien financier

Plus en détail

PROFESSEUR FULL PROFESSOR (F/H) DE L ECOLE SUPERIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES DE LA VILLE DE PARIS (E.S.P.C.I.) DISCIPLINE PHYSIOLOGIE

PROFESSEUR FULL PROFESSOR (F/H) DE L ECOLE SUPERIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES DE LA VILLE DE PARIS (E.S.P.C.I.) DISCIPLINE PHYSIOLOGIE Bureau du recrutement et des concours 2, rue de Lobau 75196 PARIS Cedex 04 Direction des Ressources Humaines Sous direction du développement des ressources humaines www.paris.fr PROFESSEUR FULL PROFESSOR

Plus en détail

Des études pour un emploi

Des études pour un emploi Consultation «Universités entreprises» http://www.universites-entreprises.com Des études pour un emploi Premiers résultats filière par filière Mai 6 Union nationale interuniversitaire 8 rue de Musset 7516

Plus en détail

Master 2 Professionnel Insertion professionnelle des diplômés 2005

Master 2 Professionnel Insertion professionnelle des diplômés 2005 N 8 : Nov. 2007 Master 2 Professionnel Insertion professionnelle des diplômés 2005 Envoi du questionnaire aux 503 diplômés 8 mois après l obtention du Master 2 Professionnel. 482 ont bien reçu le questionnaire.

Plus en détail

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 1 ère Partie Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Formation, statut, mobilité, rémunération, motivation Introduction.

Plus en détail

Sommaire. Avant-propos...13. Quelles études choisir? Bien choisir et savoir gérer son parcours...17

Sommaire. Avant-propos...13. Quelles études choisir? Bien choisir et savoir gérer son parcours...17 Sommaire Avant-propos...13 Quelles études choisir? Bien choisir et savoir gérer son parcours...17 Avez-vous un projet professionnel?...17 Vous avez une idée précise de ce que vous voulez Vous connaissez

Plus en détail

Penser son projet professionnel dès la fin du master

Penser son projet professionnel dès la fin du master 1 Penser son projet professionnel dès la fin du master Réaliser une thèse c est s engager durant 3 ans dans une recherche afin d apporter une connaissance nouvelle sur un sujet spécifique. Au-delà de l

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA SERIE E.S.

PRÉSENTATION DE LA SERIE E.S. PRÉSENTATION DE LA SERIE E.S. La série Économique et Sociale (E.S) est une section d'enseignement général ouverte à la vie économique et sociale contemporaine. Elle débouche, après la terminale et le baccalauréat,

Plus en détail

Licence professionnelle Logistique globale

Licence professionnelle Logistique globale Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Logistique globale Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

BTS - DUT. Durée de 2 ans. Nombreux exercices pratiques. DUT dans les universités, les BTS dans des lycées.

BTS - DUT. Durée de 2 ans. Nombreux exercices pratiques. DUT dans les universités, les BTS dans des lycées. BTS - DUT Durée de 2 ans. Nombreux exercices pratiques. DUT dans les universités, les BTS dans des lycées. Les DUT permettent plus facilement la poursuite en école de commerce.. Travail soutenu avec 35

Plus en détail

UN ENSEIGNEMENT D EXPLORATION EN SECONDE

UN ENSEIGNEMENT D EXPLORATION EN SECONDE UN ENSEIGNEMENT D EXPLORATION EN SECONDE La finalité des SES est de conduire les élèves à la connaissance des économies et des sociétés contemporaines et ainsi de concourir à la formation du citoyen, grâce

Plus en détail

Après une Licence Professionnelle. Après une Licence Professionnelle

Après une Licence Professionnelle. Après une Licence Professionnelle Observatoire des Étudiants Cellule d aide au pilotage http://www.u-bordeaux3.fr/fr/ode.html Esplanade des Antilles - 33 607 PESSAC Cedex ode@u-bordeaux3.fr - www.u-bordeaux3.fr/fr/ode.html Après une Licence

Plus en détail

Le devenir à 30 mois des titulaires de Licence Professionnelle

Le devenir à 30 mois des titulaires de Licence Professionnelle Le devenir à 30 mois des titulaires de Licence Professionnelle Année universitaire 2005-2006 Cette note présente les résultats de l enquête menée auprès des diplômés de 2006 de licence professionnelle

Plus en détail

observatoire régional

observatoire régional Des études sur l insertion pour mieux connaître le devenir professionnel des diplômés de l enseignement supérieur L ORPEA est un réseau regroupant les observatoires des universités d Aquitaine (Bordeaux-I,

Plus en détail

Licence Administration publique

Licence Administration publique Formations et diplômes Rapport d évaluation Licence Administration publique Université Toulouse 1 Capitole - UT1 (déposant) Institut d'études politiques de Toulouse Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague

Plus en détail

Observatoire Régional R Enseignements Supérieurs en Bretagne (ORESB) Quelques chiffres clefs sur l insertion professionnelle

Observatoire Régional R Enseignements Supérieurs en Bretagne (ORESB) Quelques chiffres clefs sur l insertion professionnelle Observatoire Régional R des Enseignements Supérieurs en Bretagne (ORESB) Quelques chiffres clefs sur l insertion professionnelle La méthodologie d enquête Travail commun sur les questionnaires de Licence

Plus en détail

Le devenir des diplômés de Licence Professionnelle 2011

Le devenir des diplômés de Licence Professionnelle 2011 L OVE Enquête Observatoire de la Vie Étudiante Le devenir des diplômés de Licence Professionnelle 2011 Avril 2015 En 2010-2011, l offre de formation de l Université d Artois s enrichit de 3 nouvelles Licences

Plus en détail

L orientation à l université Les étudiants face au processus d orientation

L orientation à l université Les étudiants face au processus d orientation CHOUARRA NOURA (6502) UFR SCIENCES DE L EDUCATION ATER, Sociologie de l éducation EQUIPE PROFEOR UNIVERSITE LIILE 3 L orientation à l université Les étudiants face au processus d orientation Dans une réflexion

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLÔMÉS

LE DEVENIR DES DIPLÔMÉS LE DEVENIR DES DIPLÔMÉS Master Langue Française Appliquée Finalité : Professionnelle et Recherche Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir des diplômés

Plus en détail

De la première à la deuxième année. 2001-2002 à 2002-2003. Bernard CONVERT CNRS (IFRESI-CLERSE)

De la première à la deuxième année. 2001-2002 à 2002-2003. Bernard CONVERT CNRS (IFRESI-CLERSE) POPULATION ORES Suivi de cohorte Bacheliers 2001 Décembre 2006 De la première à la deuxième année 2001-2002 à 2002-2003 Bernard CONVERT CNRS (IFRESI-CLERSE) Pôle Universitaire Lille Nord-Pas de Calais

Plus en détail

UNIVERSITE RENNES 2 HAUTE BRETAGNE

UNIVERSITE RENNES 2 HAUTE BRETAGNE UNIVERSITE RENNES 2 HAUTE BRETAGNE QUE DEVIENNENT LES DIPLOMÉS 2006 DE MASTER PROFESSIONNEL? Promotion 2005-2006 Etude réalisée par Sylvie DAGORNE (Responsable de l OPEIP) Observatoire des Parcours Etudiants

Plus en détail

Jusqu à la fin des années 90, la majorité

Jusqu à la fin des années 90, la majorité ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE 00.10 MARS En quinze ans, le nombre de chercheurs en entreprise (en personnes physiques) a fortement augmenté : 78

Plus en détail

Zoom études : Commerce et gestion Auditorium de l Institut Français du Bénin

Zoom études : Commerce et gestion Auditorium de l Institut Français du Bénin Zoom études : Commerce et gestion Auditorium de l Institut Français du Bénin Samedi 23 Novembre 2013 Introduction : le commerce en quelques chiffres 590 000 entreprises Commerce de gros Commerce de détail

Plus en détail

COMPTE-RENDU DU 29-03-2013. A LA RENCONTRE DES UNIVERSITES PARISIENNES : Panthéon-Sorbonne (paris 1)

COMPTE-RENDU DU 29-03-2013. A LA RENCONTRE DES UNIVERSITES PARISIENNES : Panthéon-Sorbonne (paris 1) 1 COMPTE-RENDU DU 29-03-2013 A LA RENCONTRE DES UNIVERSITES PARISIENNES : Panthéon-Sorbonne (paris 1) Dispositifs généraux de licence à Paris 1 Panthéon-Sorbonne M. Boutry, président 51 000 inscrits sur

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

Le devenir des diplômés de maîtrise des universités du Languedoc-Roussillon

Le devenir des diplômés de maîtrise des universités du Languedoc-Roussillon Le devenir des diplômés de maîtrise des universités du Languedoc-Roussillon Pôle Universitaire Européen 163 rue Auguste Broussonnet 34090 Montpellier Tél : 04 67 41 93 33 poluniv@univ-montp2.fr http://www.poluniv-mpl.fr

Plus en détail

Enquête d insertion professionnelle 2011 Master Comptabilité contrôle audit

Enquête d insertion professionnelle 2011 Master Comptabilité contrôle audit Enquête d insertion professionnelle 2011 Master Comptabilité contrôle audit Introduction Enquête d insertion professionnelle des diplômés de Master Comptabilité Contrôle Audit en 2011 L Université Lille

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Mathématiques-Informatique de l Université de Perpignan Via Domitia Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

Bref sur l enquête. Le devenir des diplômés de master en formation initiale. - Promotion 2012 - Enquête 2014. Mai 2015

Bref sur l enquête. Le devenir des diplômés de master en formation initiale. - Promotion 2012 - Enquête 2014. Mai 2015 112 Le devenir des diplômés de master en formation initiale - Promotion 2012 - Enquête 2014 Dans une période économique difficile pour les jeunes diplômés (le Céreq donne un taux de chômage de 13 des jeunes

Plus en détail

LES DIPLÔMÉS D UN DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE LILLE 1

LES DIPLÔMÉS D UN DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE LILLE 1 OBSERVATOIRE DES FORMATIONS ET DE L INSERTION PROFESSIONNELLE LES DIPLÔMÉS D UN DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE LILLE 1 - promotions 2003, 2004 et 2005 - Description de la population Cursus doctoral Devenir

Plus en détail

Les métiers et les qualifications. Peintre amateur

Les métiers et les qualifications. Peintre amateur 1 Les métiers et les qualifications 1 Le métier Doc. 1 La notion de métier Un métier est une activité, mettant en œuvre des compétences et des savoir-faire, généralement exercée dans un but lucratif. L

Plus en détail

Face à la crise, le diplôme reste un rempart efficace contre le chômage

Face à la crise, le diplôme reste un rempart efficace contre le chômage Face à la crise, le diplôme reste un rempart efficace contre le chômage Béatrice Le Rhun, Daniel Martinelli, Claude Minni* Après avoir beaucoup augmenté au cours des années 1990, le niveau de formation

Plus en détail

La fonction publique en France

La fonction publique en France MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE édition 2013 La fonction en France Des métiers au service des citoyens les essentiels Dans la fonction, tous les agents

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS DE MASTER 2011 DE L ub, Situation le 1 er décembre 2013

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS DE MASTER 2011 DE L ub, Situation le 1 er décembre 2013 Le devenir des diplômés de Master 2011 de l ub LE DEVENIR DES DIPLOMÉS DE MASTER 2011 DE L ub, Situation le 1 er décembre 2013 Les résultats présentés dans ce document concernent le devenir professionnel

Plus en détail

Etude d insertion des diplômés 2002 DFS et CA Période étudiée : 2005 (N+3)

Etude d insertion des diplômés 2002 DFS et CA Période étudiée : 2005 (N+3) Sommaire Etude d insertion des diplômés 00 DFS et CA Période étudiée : 005 (N+3) Présentation de l enquête Grille de lecture Principales données de l enquête principales données sur interprètes Les interprètes

Plus en détail

UFR SCIENCES SOCIALES Mention AES Options : RH, Administration Territoriale, RH Handicap, Management

UFR SCIENCES SOCIALES Mention AES Options : RH, Administration Territoriale, RH Handicap, Management UR SCIENCES SOCIALES Mention Options : RH, Administration Territoriale, RH Handicap, Management Etude réalisée par l Observatoire des Parcours Etudiants et de l Insertion nelle (OPEIP) en janvier 007 sur

Plus en détail

DIPLOMES EN 2006 : QUELLE SITUATION EN 2007? Le gap Universités Ecoles

DIPLOMES EN 2006 : QUELLE SITUATION EN 2007? Le gap Universités Ecoles Le 26 septembre 2007 ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 27 SEPTEMBRE 2007 A 0H01 DIPLOMES EN 2006 : QUELLE SITUATION EN 2007? Le gap Universités Ecoles EN SYNTHESE En 2007, 3 jeunes diplômés

Plus en détail

Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT

Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT Pierre GUILLEMARD, coordinateur des enquêtes "anciens diplômés" Conseil d Institut du jeudi 28 juin 2012 1 Plan de la présentation

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS DE LICENCE PROFESSIONNELLE 2010 DE L ub Situation au 1 er décembre 2012

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS DE LICENCE PROFESSIONNELLE 2010 DE L ub Situation au 1 er décembre 2012 LE DEVENIR DES DIPLOMÉS DE LICENCE PROFESSIONNELLE 2010 DE L ub Situation au 1 er décembre 2012 Les résultats présentés dans ce document concernent le devenir professionnel des diplômés 2010 de licence

Plus en détail

Master Management socio-économique

Master Management socio-économique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management socio-économique Université Jean Moulin Lyon 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Le ministère de l Éducation nationale

Le ministère de l Éducation nationale ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE00.25 AOÛT Les taux d obtention d un DEUG, d un DUT ou d un BTS, deux ans après le baccalauréat, varient de 64 % pour le DUT à 57 % pour le BTS et 37 %

Plus en détail

Licence professionnelle Technicocommercial en produits et services industriels

Licence professionnelle Technicocommercial en produits et services industriels Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Technicocommercial en produits et services industriels Université Jean Monnet Saint-Etienne - UJM Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague

Plus en détail

Etude. Le devenir des diplômés DUT promotion 2000. Editorial

Etude. Le devenir des diplômés DUT promotion 2000. Editorial Editorial 31,30,11 ce seront en 2005 les nombres de promotions de diplômés pour les départements de notre I.U.T., Carrières Sociales, Gestion Logistique et, et Communication. Au fi l de ces années, les

Plus en détail

information 27 % des inscrits en L1 obtiennent leur licence en trois ans

information 27 % des inscrits en L1 obtiennent leur licence en trois ans note d information Enseignement supérieur & Recherche 13.02 AVRIL 27 % des étudiants entrants en première année de licence (L1) obtiennent leur licence trois ans plus tard et 12 % des étudiants ont besoin

Plus en détail

Licence Études hispaniques

Licence Études hispaniques Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Études hispaniques Université Lumière-Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007

Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007 Observatoire Régional des Parcours Etudiants Aquitains (ORPEA) Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007 En Bref : Le taux de réponse global atteint

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3134 Convention collective nationale IDCC : 2205. NOTARIAT AVENANT N O 11 DU 20 DÉCEMBRE

Plus en détail

Qualification. Niveau technique requis par le poste de travail

Qualification. Niveau technique requis par le poste de travail 22 L'EMPLOI EST-IL DE PLUS EN PLUS QUALIFIE? A Qu'est-ce que la qualification de l'emploi? a) Définitions 1. La qualification peut se définir comme l'ensemble des aptitudes acquises par l'individu ou requises

Plus en détail

Contribution de la Conférence des directeurs d IUFM à la concertation nationale sur la refondation de l École de la République

Contribution de la Conférence des directeurs d IUFM à la concertation nationale sur la refondation de l École de la République Contribution Lundi 3 septembre 2012 Contribution de la Conférence des directeurs d IUFM à la concertation nationale sur la refondation de l École de la République Groupe de travail n 4 : Des personnels

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE EN MASTER Spécialité «JOURNALISME» ANNÉE UNIVERSITAIRE 2014/2015. École de Journalisme et de Communication d Aix-Marseille

DOSSIER DE CANDIDATURE EN MASTER Spécialité «JOURNALISME» ANNÉE UNIVERSITAIRE 2014/2015. École de Journalisme et de Communication d Aix-Marseille DOSSIER DE CANDIDATURE EN MASTER Spécialité «JOURNALISME» ANNÉE UNIVERSITAIRE 2014/2015 École de Journalisme et de Communication d Aix-Marseille Photo Adresse d envoi des dossiers : EJCAM Scolarité 21,

Plus en détail

Effectifs et taux de réponse par discipline

Effectifs et taux de réponse par discipline observatoire régional #36 Synthèse régionale août 2013 à Master mixte Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2012 des diplômés de Master mixte promotion 2010 349 diplômés de M2 mixte en 2010 sur 399 interrogés

Plus en détail

Devenez expert en éducation. Une formation d excellence avec le master Métiers de l Enseignement, de l Education et de la Formation

Devenez expert en éducation. Une formation d excellence avec le master Métiers de l Enseignement, de l Education et de la Formation Institut Universitaire de Formation des Maîtres Université de Provence - Aix-Marseille Université 20 ans d expérience dans la formation des professionnels dans les métiers de l enseignement, de l éducation

Plus en détail

L insertion professionnelle des apprentis formés en ÎLe-de-france

L insertion professionnelle des apprentis formés en ÎLe-de-france Unité Développement Direction de la stratégie et des territoires Service Prospective et évaluation L insertion professionnelle des apprentis formés en ÎLe-de-france Enquête IPA 2013 Chiffres clés n 24

Plus en détail

L enseignement. Intervenants :

L enseignement. Intervenants : les Mercredis Avenir L enseignement Le mercredi 15 janvier 2014, a été accueilli dans la salle de conférence du CRDP le public venu à la rencontre des professionnels de l enseignement, pour découvrir les

Plus en détail

Arts visuels et design

Arts visuels et design Arts visuels et design Après les études, les nouveaux diplômés HES en arts visuels et en design travaillent avant tout dans le secteur des services privés, principalement au sein d ateliers de graphisme

Plus en détail

Synthèse de la table ronde : forum des musées 13 novembre 2009

Synthèse de la table ronde : forum des musées 13 novembre 2009 Synthèse de la table ronde : forum des musées 13 novembre 2009 Organisation : Service culturel Université Paris-Sorbonne Paris IV Synthèse : BSIP et SCDE Intervenants : David Jacquard, responsable du développement

Plus en détail

GREF. Bretagne IROISE CHÈQUE FORCE. Insertion à 6 mois des bénéficiaires du Chèque Force. Contrat de projets. Etat-Région

GREF. Bretagne IROISE CHÈQUE FORCE. Insertion à 6 mois des bénéficiaires du Chèque Force. Contrat de projets. Etat-Région GREF Bretagne CHÈQUE FORCE Insertion à 6 mois des bénéficiaires du Chèque Force Contrat de projets Etat-Région Septembre 2012 PÉRIMÈTRE DE L ÉTUDE Le Chèque Force est une aide individuelle du Conseil Régional

Plus en détail

LETTRES & SCIENCES HUMAINES QUELS METIERS? QUELLES FORMATIONS?

LETTRES & SCIENCES HUMAINES QUELS METIERS? QUELLES FORMATIONS? LETTRES & SCIENCES HUMAINES QUELS METIERS? QUELLES FORMATIONS? Février 2015 LSH Les LSH en chiffres Des secteurs d activités variés Différents parcours possibles S informer Qui sont les diplômés de LSH?

Plus en détail

Licence professionnelle Management, logistique, transport

Licence professionnelle Management, logistique, transport Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Management, logistique, transport Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

LICENCE. Mathématiques

LICENCE. Mathématiques LICENCE Mathématiques Que sont les mathématiques? Les mathématiques, par l étude d objets abstraits (nombres, figures géométriques...) et le recours au raisonnement logique, permettent de décrire et de

Plus en détail

Formations et diplômes. Licence Sociologie

Formations et diplômes. Licence Sociologie Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Sociologie Université Centre Universitaire Jean-François Champollion CUFR, Université Toulouse II - Jean Jaurès - UT2J (déposant) Campagne d évaluation

Plus en détail

ANNEXE DESCRIPTIVE (déclinaison française du «Supplément au Diplôme»)

ANNEXE DESCRIPTIVE (déclinaison française du «Supplément au Diplôme») ANNEXE DESCRIPTIVE (déclinaison française du «Supplément au Diplôme») Préambule qui ne peut être modifié La présente annexe descriptive au diplôme (supplément au diplôme) suit le modèle élaboré par la

Plus en détail

La série Économique et Sociale. Une série polyvalente et équilibrée

La série Économique et Sociale. Une série polyvalente et équilibrée La série Économique et Sociale Une série polyvalente et équilibrée 1 CHOISIR LA SERIE ECONOMIQUE ET SOCIALE La série E.S. est une voie équilibrée 3 grands piliers la soutiennent : Les Sciences Humaines

Plus en détail

Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise

Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise Connaissances, objectifs et exigences Lieu, Date Zurich, 19 Août 2014 Projet

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont ensuite stabilisés

Plus en détail

N 2016-01. Janvier 2016 Situation d ensemble des diplômés de la promotion 2013 Les conditions d emploi La recherche d emploi

N 2016-01. Janvier 2016 Situation d ensemble des diplômés de la promotion 2013 Les conditions d emploi La recherche d emploi LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2016-01 Janvier 2016 Situation d ensemble des diplômés de la promotion 2013 Les conditions d emploi La recherche d emploi Enquête en ligne réalisée en mai 2015. L INSERTION

Plus en détail

UFR SCIENCES HUMAINES

UFR SCIENCES HUMAINES UFR SCIENCES UMAINES Mention Etude réalisée par l Observatoire des Parcours Etudiants et de l Insertion Professionnelle (OPEIP) en janvier 2007 sur les étudiants de inscrits en 2004/200 et non réinscrits

Plus en détail

Evaluateur du projet : Ecole d économie de Paris (EEP) Laboratoire d action contre la pauvreté (J-PAL)

Evaluateur du projet : Ecole d économie de Paris (EEP) Laboratoire d action contre la pauvreté (J-PAL) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR FRANÇAIS

L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR FRANÇAIS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR FRANÇAIS L enseignement supérieur français propose des formations générales et des formations professionnelles, essentiellement à l université, mais aussi dans de nombreuses écoles

Plus en détail

L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR JUILLET 2012 L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR MÉTHODOLOGIE Les résultats présentés dans cette étude sont le fruit d une enquête qualitative réalisée en mai-juin 2011 pour mieux cerner la pratique

Plus en détail

Vaincre la pauvreté par la formation La position de Caritas sur le rôle de la politique de formation dans la prévention de la pauvreté

Vaincre la pauvreté par la formation La position de Caritas sur le rôle de la politique de formation dans la prévention de la pauvreté Vaincre la pauvreté par la formation La position de Caritas sur le rôle de la politique de formation dans la prévention de la pauvreté Prise de position de Caritas_ juillet 2011 Risques de pauvreté élevés

Plus en détail

GT 14 fiche 4 : recrutement et formation des psychologues de l Éducation nationale

GT 14 fiche 4 : recrutement et formation des psychologues de l Éducation nationale GT 14 fiche 4 : recrutement et formation des psychologues de l Éducation nationale Les deux catégories de professionnels chargés, chacun en ce qui les concerne, de mobiliser leurs expertises du primaire

Plus en détail

MASTER «ENSEIGNEMENT ET FORMATION EN HOTELLERIE RESTAURATION»

MASTER «ENSEIGNEMENT ET FORMATION EN HOTELLERIE RESTAURATION» MASTER «ENSEIGNEMENT ET FORMATION EN HOTELLERIE RESTAURATION» Institut Universitaire de Formation des Maîtres Midi-Pyrénées École interne de l université de Toulouse II le Mirail Siège Social : 56, avenue

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Economie et management publics de l Université Lille 1 Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

Effectifs par discipline

Effectifs par discipline #18 Synthèse régionale Juillet 2011 Master mixte Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2010 des diplômés de Master mixte 282 diplômés de M2 mixte en 2008 sur 344 interrogés ont répondu à l enquête. Le

Plus en détail