Journal à destination des partenaires du CLIC «Réseaux Ecoute Soutien Personnes Agées» Avril 2013 n 9. Actualités

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Journal à destination des partenaires du CLIC «Réseaux Ecoute Soutien Personnes Agées» Avril 2013 n 9. Actualités"

Transcription

1 EDITO Dans le cadre de la coordination gérontologique, le Conseil Général a mis en place 30 Centres Locaux d Information et de Coordination (CLIC) qui maillent le Département. Les CLIC sont des lieux d accueil, d information et d orientation destinés aux personnes âgées et à leur entourage. Par leur connaissance du terrain, du territoire, ils accompagnent les personnes âgées dans leur vie quotidienne : écoute, conseil, habitat, soins, maintien à domicile et développent des actions de prévention du vieillissement et de soutien aux aidants naturels. Aujourd hui, où il serait sage de renforcer le dispositif des CLIC, certain financeur, notamment la CARSAT, en se désengageant du fonctionnement, fragilise et mette en danger l existence des CLIC dans un contexte socio-économique explosif. Ces petites économies seront-elles à la hauteur des bénéfices rendus par nos actions de prévention? JD RESPA Journal à destination des partenaires du CLIC «Réseaux Ecoute Soutien Personnes Agées» Avril 2013 n 9 Actualités tout seul! Le contrôleur des prisons veut se rendre dans des EHPAD Le contrôleur général des lieux de privation de libertés, Jean-Marie Delarue, souhaiterait visiter les maisons de retraite. Focus sur le rapport annuel rendu Lundi 25 février 2013 et sur les intentions de Mr Delarue. La ministre déléguée aux Personnes âgées et à l Autonomie, Mme Michèle Delaunay, appelle à la prudence. Comment être passé à coté de cette information? Tous les professionnels impliqués de près ou de loin dans l accueil et l hébergement de nos aînés en parlent : le contrôleur général des prisons veut enquêter sur les EHPAD. Dans son tout dernier rapport, le Contrôleur général suggère que les EHPAD soient également placés sous son contrôle. Selon lui, donc, ce sont des lieux de privation de liberté, comme une prison. Son objectif: mettre un coup de projecteur sur les libertés au sein des établissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), qu il voudrait pouvoir visiter. «Il y a des raisons évidentes plaidant pour que nous n y allions pas», puisque leurs pensionnaires sont censés les intégrer «de leur plein gré», a déclaré Jean-Marie Delarue à la presse... Le contrôleur général a ainsi évoqué ces gens «qui n ont plus toute leur tête, ni tous leurs muscles», sont privés de liberté, «bouclés», et ces «malheureux sont difficiles à prendre en charge», avec «toujours les mêmes gestes et pas des plus agréables». Dans son rapport, le contrôleur, qui invoque «le devoir de transparence pour les familles et le grand public», «ne jette la pierre à personne», mais estime que les visites de ses équipes «peuvent rendre service à ces établissements», rappelant par exemple que pour des raisons de sécurité, certains de ces établissements sont fermés et que «la faculté d aller et de venir n est alors que théorique». Inutile de souligner la réaction des professionnels du médico-social. Surpris, voir choqués, les acteurs des EHPAD ont dénoncé la «violence de l amalgame» établi avec les lieux de privation de liberté. Rappelons que les EHPAD reçoivent déjà une multitude de contrôles et que dans 80% des cas, les personnes sont tout à fait consentantes au moment de leur entrée. Sinon, ce sont les familles qui donnent le consentement. Il est évident que ces propos font échos à tous. Qui n a pas eu, dans son métier ou sa vie personnelle, à orienter un parent âgé vers une maison de retraite? Mais il faut souligner que cette solution est toujours celle choisie en dernier recours. Ni les personnes âgées, ni leur entourage ne souhaitent l entrée en EHPAD. La plupart du temps, c est bien suite à un problème de santé, physique ou psychique que la décision est prise. Rappelons les principaux facteurs de risque d entrée en EHPAD, retrouvés dans la littérature : - L état de santé, - L isolement social, - L absence ou l insuffisance de structures professionnelles pouvant intervenir au domicile sur le secteur et l inadaptation de l environnement, - L épuisement des aidants, Suite P. 2 1

2 - Les ressources financières insuffisantes pour un maintien à domicile correct et sécurisé, - Baisse des performances cognitives, - La dépendance, - L âge. Autre point soulevé par Mr Delarue, la privation de libertés des personnes âgées en EHPAD qui ne peuvent sortir de l institution quand elles le souhaitent. En effet, de nombreux établissements mettent en place des digicodes, des bracelets électroniques et des systèmes de télé-alarme pour éviter le risque de fugue des résidents désorientées. Cet hiver, trois personnes âgées sont mortes de froid dans ces circonstances. Ces tragédies ont donné lieu à un concert de protestations unanime: comment pouvait-on sortir d un EHPAD sans que le personnel s en aperçoive sur le champ? Des familles ont d ailleurs immédiatement annoncé leur intention de porter plainte. Les EHPAD doivent donc prioritairement garantir la sécurité de leurs résidents, même ceux désorientés. Ne nous étonnons pas dans ce cas des mesures coercitives prises par les directions des EHPAD mais je pense que c est à nous, familles, de choisir pour nos parents ce qui nous parait acceptable. Le contrôleur «ne jette la pierre à personne», mais estime que les visites de ses équipes «peuvent rendre service à ces établissements». Jean-Marie Delarue a précisé avoir déposé un avant-projet de loi en mai 2012 auprès de Matignon, afin que sa compétence soit étendue aux EHPAD. Espérons que le gouvernement ne mélange pas lieux de vie et lieux de détention. Source : Etude Géronto-clef : «Les facteurs déclenchant l entrée en EHPAD : Etat de la connaissance bibliographique et situation en Languedoc Roussillon» Recommandations ANESMS sur la qualité de vie en EHPAD TR Institutions Quel avenir pour la résidence Jean-Baptiste Clément? La Résidence Jean-Baptiste CLEMENT à Villeneuve d Ascq a été créée en 1982 en foyer-logement. Dans un premier temps en 2008, à l incitation des autorités de tarification du foyer-logement, la résidence a été transformée en EHPAD. C est ce qui a été fait pour une partie des résidents qui sont accueillis dans la section EHPAD de la résidence, tandis qu une autre partie demeure dans la section foyer-logement. Une mise aux normes EHPAD impossible La résidence a vite été confrontée à une problématique qu ont rencontré beaucoup de foyer-logements : la mise en conformité des locaux aux normes applicables aux EHPAD notamment en matière de sécurité. Face à l impossibilité vite apparue de déménager les résidents dans de bonnes conditions pour effectuer les travaux de mise aux normes, il a été décidé la création d un nouvel EHPAD au nord de la ville afin d y transférer les résidents relevant de la section EHPAD de Jean-Baptiste Clément. Réflexion sur le devenir de JB Clément L allongement de la durée de la vie engendre la nécessité d assurer une continuité par la construction de logements adaptés au vieillissement et la mise en place de services supplémentaires en cas de besoin avant d envisager un placement en institution si nécessaire. Il y a nécessité de développer toute une offre de nouveaux logements et le devenir de JB Clément entre dans cette démarche. Au demeurant, à JB Clément, de nombreuses personnes âgées ne relèvent pas d une prise en charge médicalisée de type EHPAD. Un vide entre le domicile et l EHPAD a été ainsi créé, laissant peu d alternatives pour les aînés entre le logement traditionnel et l établissement entièrement médicalisé. Lille Métropole Communauté Urbaine travaille sur le thème des Octaves mais ils sont peu nombreux pour le moment. Le développement d un habitat participatif pour les aînés fait son chemin mais peine à trouver des financements car il n entre dans aucun cadre défini par les pouvoirs publics pour l instant. La question posée par la résidence JB Clément est : peut-on utiliser le bâtiment entier ou une partie en résidence-services? Cela implique un loyer et des 2

3 charges (pour le gardiennage et pour répondre aux alertes), le tout accompagné par des services à la personne à la carte. Vers une résidence-services intergénérationnelle Au stade actuel de la réflexion, une partie du bâtiment semble suffisante pour répondre aux besoins des aînés, ce qui permet de libérer une partie du bâtiment pour les travaux et permet ensuite d envisager l accueil de jeunes citoyens au sein de la même résidence dans une des deux ailes du bâtiment. Ces jeunes seraient sans besoin social particulier mais ils auraient envie ou besoin de sortir du «cocon familial». Pour créer cette résidence-service, il faut mettre en place un système : de loyer (avec des charges différenciées) pour les jeunes et les aînés, de restauration, et d autres services à la carte à définir, de gardiennage, voire d animation. La réflexion porte aussi sur le montant des charges, car plus on va loin dans les services proposés aux personnes, plus les charges augmen- tent. C est pourquoi, il est envisagé de proposer aux aînés de ne payer dans les charges que les services qui leur sont nécessaires en fonction de leurs besoins. Si les aînés ont besoin d autres services à la personne, ils s adresseront directement aux services de maintien à domicile extérieurs à la résidence-service. Une première estimation du montant du «Vous souhaitez recevoir gratuitement le journal RESPA tout seul? Vous ne souhaitez plus le recevoir? Vous avez des suggestions, des remarques? Merci d envoyer vos demandes à loyer et des charges après rénovation de la résidence se situe aux alentours de 500 par mois hors gardien et animation pour un logement d environ 35m2. Ces logements seront éligibles à l allocation personnalisée au logement. VV Directeur de publication : Jean DOJKA Vice-Président du CLIC-RESPA ; Rédacteurs : Bernard DESCHILDRE Directeur de la clinique de Villeneuve d Ascq ; Karine GOVAL Médecin gériatre ; Arnaud ROUSSEAUX - Directeur des structures d accueil monsoises pour personnes âgées ; Marjorie LEFEBVRE Directrice ADHAP Services Métropole Sud ; Philippe MERESSE - Responsable qualité ADAR Flandres métropole ; Thomas RUBION Directeur du CLIC-RESPA ; Vincent VANRECHEM chef du service des Aînés CCAS de Villeneuve d Ascq Journaliste : Marie-Pierre LEGRAND Maquettiste : Wided NAJAR. Imprimer en France, par l imprimerie municipale de Villeneuve d Ascq. Dépôt légal en cours. ISSN

4 Aide à domicile L impact de la loi de finance dans les services d aide à la personne Cette loi prévoit et autorise, pour chaque année civile, l ensemble des ressources et des charges de l État. Elle a toujours eu un grand impact sur la fiscalisation des entreprises et des particuliers. Retour sur la loi 2013 et ses conséquences dans le secteur d activités des services d aide à la personne (SAP). Le projet de loi de finances (PLF), qui doit être voté avant le début de l année à laquelle il se rapporte, comprend deux parties distinctes : - dans la première partie, il autorise la perception des ressources publiques et comporte les voies et moyens qui assurent l équilibre financier. Cette partie s achève par l article d équilibre ; - dans la seconde partie, il fixe pour le budget général, les budgets annexes et les comptes spéciaux, le montant des crédits des programmes ou des dotations, en autorisation d engagement (AE) et en crédits de paiement (CP) en précisant, le cas échéant, le montant limitatif de leurs dépenses de personnel. En préambule, l Arrêté du 18 décembre 2012 fixe dans son article 1 le taux d augmentation des services d aide et d accompagnement à domicile relevant du 2 de l article L du code de l action sociale et des familles à un maximum de 3,5 % en 2013 par rapport à l année précédente. La loi de finances pour 2013, applicable depuis le 1er janvier dernier, a modifié le montant du plafond général des avantages fiscaux, mais pas celui des dépenses pour des services à la personne. Ainsi: Le montant de l avantage fiscal SAP reste inchangé en 2013 Le plafond des dépenses SAP soumis à l avantage fiscal reste identique à Il est toujours fixé à par an et par foyer fiscal avec un taux de réduction ou de crédit d impôt égal à 50 % des dépenses effectuées. De fait, le crédit ou la réduction d impôt ne peut pas dépasser comme les années précédentes : Ce plafond de dépenses peut toujours être majoré dans les mêmes conditions que précédemment (cas par exemple d enfant mineur à charge ou membre du foyer fiscal âgé de plus de 65 ans). A côté du «plafond des dépenses SAP», existe le «plafond général des avantages fiscaux»: -pour les dépenses réalisées en 2012 : ce plafond général des avantages fiscaux est fixé à un maximum de , majoré de 4% du revenu imposable ; -pour les dépenses réalisées en 2013 : ce plafond général des avantages fiscaux a été abaissé de à et la majoration proportionnelle de 4 % a été supprimée. Rappel sur l avantage fiscal SAP : réduction et crédit d impôt Toute personne physique qui recourt aux services à la personne, domicilié fiscalement en France, peut bénéficier, sous certaines conditions détaillées ci-après, d un crédit d impôt ou d une réduction d impôt. Les dépenses de services à la personne ouvrant droits à cet avantage fiscal peuvent se réaliser dans le cadre de l emploi direct ou du recours à une entreprise déclarée de services à la personne. 4

5 Il convient de rappeler que l entreprise peut faire bénéficier de l avantage fiscal ses clients à la condition d être déclarée services à la personne. A ce titre, l entreprise déclarée doit communiquer avant le 31 mars de l année suivante celle du paiement des prestations, à chacun de ses clients une attestation fiscale. L avantage fiscal prend la forme d un crédit d impôt ou d une réduction d impôt : - un crédit d impôt pour les personnes qui exercent une activité professionnelle ou sont inscrites comme demandeurs d emplois (durant au moins trois mois) au cours de l année du paiement des dépenses. Les personnes mariées ou liées par un PACS, soumises à imposition commune, doivent (sauf cas particuliers) répondre toutes les deux à l une ou l autre de ces conditions. Ce crédit d impôt est imputé sur l impôt sur le revenu. S il excède l impôt dû, l excédent est restitué au contribuable. - une réduction d impôt pour les personnes ne pouvant bénéficier du crédit d impôt (notamment des personnes retraitées et des couples dont un seul des conjoints travaille ou est demandeur d emploi) et les personnes qui peuvent bénéficier du crédit d impôt mais qui ont supporté ces dépenses pour les services rendus à la résidence d un ascendant (l ascendant doit être susceptible de bénéficier de l APA et l avantage fiscal ne peut se cumuler avec la déduction d une pension alimentaire du revenu global prévue au 2 du II de l article 156 du CGI.) Le montant de l avantage fiscal : L ensemble des dépenses de services à la personne est retenu dans la limite de par an et par foyer fiscal : le crédit ou la réduction d impôt est donc au maximum de pour l année Ce plafond peut être majoré de supplémentaires, notamment par : - enfant mineur à charge (ou 750 si l enfant est en résidence alternée) ; - membre du foyer fiscal âgé de plus de 65 ans ; - enfant majeur rattaché ; - ascendant de plus de 65 ans éligible au titre de l APA lorsque le redevable supporte personnellement les dépenses liées à l emploi du salarié travaillant chez l ascendant (uniquement pour la réduction d impôt). Ces majorations ne peuvent pas avoir pour conséquence de porter le plafond des dépenses au-delà de Toutefois ce plafond est porté à si un membre de votre foyer fiscal est titulaire d une carte d invalidité d au moins 80 % ou d une pension d invalidité de 3ème catégorie ou si le redevable perçoit un complément d allocation d éducation spéciale. Aucune majoration ne peut être appliquée à la limite de Taux de TVA à 19,6% pour 5 activités des SAP Dans sa réponse aux questions écrites déposées par plusieurs parlementaires, le Ministère de l Economie et des Finances a indiqué, le 28 février dernier, qu à compter du 1er avril 2013, les cinq activités suivantes de SAP seront soumises à un taux de TVA de 19,6% : - les petits travaux de jardinage ; - les cours à domicile ; - l assistance informatique et internet à domicile ; - les activités qui concourent directement et exclusivement à coordonner et délivrer les services à la personne (c est-à-dire l activité du mandataire qui met en relation un client et un prestataire de services à la personne) ; - les services de maintenance, entretien et vigilance temporaires, à domicile, de la résidence principale et secondaire. Cette annonce de changement de taux fait suite à l avis de la commission européenne qui, le 21 juin 2012, demandait à la France d appliquer un taux plein pour les activités susvisées. Source : do?id=qseq ML L association RESPA est financée par : le Conseil Général du Nord, la CARSAT, et les villes d Anstaing, Baisieux, Chéreng, Forest-sur-Marque, Lezennes, Mons-en-Barœul, Ronchin, Tressin, Villeneuve d Ascq et Willems. «RESPA tout seul - n 9 Avril

6 Qualité L accréditation des médecins Les médecins travaillant en établissement sanitaire ont la possibilité de se faire accréditer. Cette démarche volontaire leur permet de faire valider que leurs pratiques sont conformes aux recommandations de la HAS et permet aux établissements de faire valoir cette qualité attendue dans leur propre accréditation. Certains médecins libéraux peuvent suivre cette voie. L accréditation des médecins est un dispositif volontaire de gestion des risques médicaux en établissement de santé. L accréditation des médecins fait partie d un dispositif global de qualité et de sécurité des soins et d amélioration des pratiques. L accréditation constitue ainsi une modalité de satisfaction de l obligation d évaluation des pratiques professionnelles dont elle intègre les procédures en les complétant par des procédures spécifiques d analyse et de réduction des risques. L un des principaux enjeux de cette démarche réside dans les bénéfices individuels et collectifs attendus dans la prise en charge des patients. Pour les établissements de santé, l accréditation des médecins permet de répondre à certains critères de la procédure de certification des établissements. L accréditation concerne les médecins exerçant une spécialité ou une activité dite «à risques» en établissement de santé. Il s agit des spécialités de gynécologie-obstétrique, d anesthésie-réanimation, de chirurgie, de spécialités interventionnelles ainsi que des activités d échographie obstétricale, de réanimation ou de soins intensifs. Pour certains médecins libéraux répondant aux critères prévus par le code de la sécurité sociale, l accréditation ouvre des droits à une aide financière de l assurance maladie pour la souscription de la prime d assurance en responsabilité civile professionnelle (RCP). A noter également que les assurances y voient un point positif. Les médecins s engagent dans la procédure d accréditation obligatoirement par l intermédiaire de l organisme opérateur pour leur spécialité, agréé par la Haute Autorité de Santé (HAS). Ces organismes 06 agréés pour l accréditation sont chargés d instruire les demandes d engagement dans la démarche d accréditation, d assurer la gestion des risques par spécialité et d accompagner les médecins. Les programmes de réduction des risques des spécialités comprennent la déclaration d évènements porteurs de risque avec leur analyse, la mise en œuvre de recommandations et les activités d amélioration de la sécurité des pratiques. La HAS met à disposition des médecins engagés et des organismes agréés pour l accréditation un portail informatique à l adresse : https://www.accreditation-des-medecins.fr/ à travers lequel sont réalisées toutes les activités d accréditation. Les résultats de la procédure d accréditation des médecins sont publics : la liste des médecins accrédités par la Haute Autorité de Santé, sur avis des organismes agréés, est ainsi publiée. Cette voie devrait être proposée aux médecins libéraux, mais à ce jour aucune date n est fixée. Après la certification des établissements, cette première démarche timide va dans le sens de la HAS (Haute Autorité de Santé), qui souhaite voir les médecins adopter des procédures garantissant les bonnes pratiques qu elle définit. La médecine de ville y gagnera-t-elle en efficacité? Pour en savoir plus : Décrets du 21 juillet 2006 et du 7 décembre 2006, puis du 30 janvier 2008.

7 Brèves Une figure du monde médical nous a quittés. Le Docteur Pierre COTTEEL, gynéco-obstétricien, âgé de 92 ans nous a quittés en ce début d année Né dans le dunkerquois, il fut étudiant à la Faculté de Lille, obtient l Internat et est nommé chef de clinique à Lille. Il installe ensuite son cabinet médical à Lille, à deux pas de l Opéra et sa curiosité et la prise en charge des parturientes le fait s intéresser rapidement aux tests de grossesse. Il monte un laboratoire expérimental avec des grenouilles, qu il étudie longuement. Ce qui mène aux premiers tests de grossesse : les urines de la dame étaient injectées dans un crapaud. Il développe en parallèle des techniques qui mèneront aux premiers accouchements sans douleur. Il créa ensuite avec son épouse Suzanne, elle aussi gynéco-obstétricienne la maternité rue Hegel à Lille afin d accueillir dans les meilleures conditions possibles les futures mamans qui accouchaient encore beaucoup à domicile. Afin répondre aux besoins de plus en plus importants de la population locale, il fut, en 1986, le créateur à Villeneuve d Ascq de la maternité portant son nom, avec ses 56 chambres. Ce choix de la ville nouvelle n était pas anodin, à l époque. Il la dirigera jusque 2001, après avoir arrêté son métier médical en accouchements annuels y étaient enregistrés. Deux enfants du couple sont médecins, et exercent encore leur activité médicale sur Villeneuve d Ascq. La vocation reste dans la famille avec certains petits enfants. Il a toujours partagé son métier, ses passions avec son épouse Suzanne, Une pensée à elle et à sa famille. Contrats locaux de Santé (CLS) Les contrats Locaux de Santé ont été évalués par l ARS (Agence régionale de Santé), dans les territoires respectifs. Ils sont les outils de mise en œuvre territoriaux du projet régional de santé, placent l usager au cœur du système de santé et visent à offrir un parcours de santé adapté à chaque habitant de la région. Voir l article sur le site de l Agence Régionale Nord Pas de Calais. Expérimentation Appel d un médecin la nuit : vu les difficultés et de la surcharge de travail, un test a été mis en place, en partenariat entre l ARS, l Ordre des Médecins, l URPS et le SAMU. Un seul numéro de téléphone : Nord : Pas de Calais : ; et pour Lille Roubaix Tourcoing et Dunkerque : Agirc et Arrco : , un seul numéro pour deux prestations Avec le , les caisses de retraite complémentaire Agirc et Arrco ont mis en place un numéro national pour faciliter l accès de leurs ressortissants à deux de leurs prestations d action sociale : les dispositifs «Sortir Plus» et «Aide à domicile momentanée». Aide aux aidants : des séances de sophrologie mise en place par le CLIC Nous en avions parlé lors d un précédent numéro, le CLIC RESPA met en œuvre un groupe de soutien pour les aidants accompagnant au quotidien un parent atteint de la maladie d Alzheimer. Les aidants se retrouvent un fois par mois, à la maison des aidants. Le groupe est animé par notre psychologue ; Mr Arnaud NES- TOR. Le transport est pris en charge gracieusement par ADHAP service. En plus de ces rencontres, le CLIC organise, en partenariat avec Séverine ALEXANDRE, sophrologue, des séances de sophrologie afin de permettre aux aidants de se relaxer, de lâcher prise, et d être plus à l écoute de leur corps afin d éviter l épuisement. Ces séances sont gratuites pour les aidants. Engagement demandé pour 3 séances. Dates à retenir : 2, 9, 16 avril 2013 à 14h30 11, 18, 25 juin 2013 à 14h30 1er, 8 et 15 octobre 2013 à 14h30 Renseignements et inscription auprès du CLIC RESPA TR Vivre la fin de vie à domicile L Observatoire National de la Fin de Vie a rendu public son nouveau rapport «Vivre la fin de sa vie chez soi», entièrement consacré à la question de la fin de vie à domicile. Ce rapport part d un constat simple : plus de 80% des français souhaiteraient passer leurs derniers instants chez eux, mais seulement 25,5% des décès surviennent effectivement à domicile. Comment expliquer cet écart, qui reste identique à celui observé au début des années 1990 et qui fait de la France l un des pays européens où l on meurt le moins à domicile? L Observatoire National de la Fin de Vie est donc allé à la rencontre d aidants qui ont accompagné un proche à domicile, mais aussi de professionnels de terrain impliqués au quotidien dans l accompagnement de la fin de vie. Des témoignages poignants, qui offrent un aperçu sans complaisance sur la réalité de la fin de vie à domicile. Pour plus d informations, rendez-vous sur : https://sites.google.com/site/observatoirenationalfindevie/rapport TR Guide de l accueil familial pour les personnes âgées et les personnes handicapées L accueil à son domicile, à titre onéreux, de personnes âgées et d adultes handicapés est une activité réglementée par le Code de l action sociale et des familles, qui constitue le dispositif d accueil familial. Ce guide, destiné à tous les acteurs de l accueil familial (services administratifs, accueillants familiaux, personnes âgées et personnes handicapées, employeurs ) fait le point sur l ensemble de la réglementation applicable, en particulier les innovations apportées par les décrets de Pour télécharger le guide, rendez-vous sur le site du ministère des affaires sociales : documentation-publications,49/ ouvrages-pratiques-chartes,1348/ handicap-personnes-agees,1688/guidede-l-accueil-familial-pour,15584.html TR 07

8 Zoom sur Les accueils de jour du territoire : donner du répit aux aidants Les accueils de jour, dont la mission a été définie par un circulaire n du 30 mars 2005, accompagnent des personnes touchées par la maladie d Alzheimer ou une maladie apparentée pendant la journée. Il en existe trois sur le territoire du CLIC RESPA, à Faches-Thumesnil, à Mons-en- Baroeul et à Villeneuve d Ascq. Ce dispositif est parfois mal connu des professionnels et des familles. En 2004, le second Plan Alzheimer a mis en avant l isolement social des personnes malades et l épuisement de leurs aidants principaux. Le plan prévoyait alors la création de dispositifs de répit et d accompagnement. Sur le terrain se sont en majorité créés des accueils de jour, en 2005 à Villeneuve d Ascq, en 2008 à Faches-Thumesnil et à Mons-en- Baroeul. Le rôle de ces structures est de permettre aux aidants principaux de disposer d un temps de répit et de donner à la personne malade un temps de vie sociale et d accompagnement spécifique. Les activités récréatives et thérapeutiques qui y sont mises en place visent le maintien de l autonomie fonctionnelle, de la communication, des repères spatio-temporels et des différentes formes de mémoire. Différents supports d activités sont mobilisés : gymnastique, ateliers mémoire, ateliers cuisine, musique et chant, travaux manuels, jeux, Chacun développe également de nouveaux projets tel l art floral à Villeneuve d Ascq ou l utilisation de tablettes tactiles à Mons en Baroeul. La vie sociale se trouve de plus enrichie par des rencontres intergénérationnelles, des sorties ou visites culturelles. La maladie d Alzheimer reste difficile à accepter et à assumer tant pour la personne malade que pour sa famille. Il semble qu il existe parfois une réticence à envisager l accompagnement par un accueil de jour, celui-ci étant encore parfois perçu comme une étape avant une admission rapide en EHPAD ou dans une unité protégée. Au contraire, par leur action permettant tant le répit des aidants que le maintien de la vie sociale et de l autonomie des personnes accueillies, les accueils de jour doivent être considérés comme facilitant le maintien à domicile. Faches-Thumesnil : Accueil de jour «Jeanne 8 Deroubaix» 4, rue Andre Diligent ( ). Accueil d une demi-journée à trois jours par semaine. Tarif journalier : 20 euros (+ 5 euros pour le repas et 3,6 euros pour la participation aux frais de transport). Mons-en-Barœul : Accueil de jour «Les Charmilles» 233, rue du Général De Gaulle ( ). Accueil d un à cinq jours par semaine. Tarif journalier : 20,30 euros (comprenant le repas et le transport). Villeneuve d Ascq : Accueil de jour «La Ménie» 165, Rue Jean Jaurès ( ). Accueil d un à cinq jours par semaine. Tarif journalier : 20,50 euros (comprenant le repas et le transport). AR

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

1. Quelles prestations ouvrent droit à réduction ou crédit d impôts?

1. Quelles prestations ouvrent droit à réduction ou crédit d impôts? Pourquoi une réduction ou un crédit d impôts? Le Gouvernement français, dans le cadre de sa politique de développement des services à la personne, a mis en place des incitations fiscales pour les personnes

Plus en détail

INFORMATION FISCALE Réduction et crédit d impôt au titre des services à la personne

INFORMATION FISCALE Réduction et crédit d impôt au titre des services à la personne PRÉAMBULE : pourquoi une réduction ou un crédit d impôts? Le Gouvernement français, dans le cadre de sa politique de développement des services à la personne, a mis en place des incitations fiscales pour

Plus en détail

L accueil en établissement

L accueil en établissement I VOLET 3 L accueil en établissement Article L 344-5-1 du CASF, Article L. 242-4 du CASF, Article L. 131-3 du CASF 1. Définition Toute personne handicapée dont l état de santé nécessite un placement en

Plus en détail

Les avantages fiscaux

Les avantages fiscaux Réduction d impôt sur le revenu Les avantages fiscaux La réduction ou le crédit d'impôt Toute personne ayant recours aux services d'une aide à domicile dans sa résidence principale, secondaire ou celle

Plus en détail

AMENAGER LE QUOTIDIEN

AMENAGER LE QUOTIDIEN AMENAGER LE QUOTIDIEN Aides financières, humaines et matérielles Formation Aide aux Aidants / Octobre 2008 Syndicat Intercommunal de la Vallée de l'ondaine, 44 Rue e la Tour de Varan, 42700 FIRMINY 1 Aides

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR OU Document Individuel de Prise en Charge. Foyer d Accueil Médicalisé Le Courtil de l Ic

CONTRAT DE SEJOUR OU Document Individuel de Prise en Charge. Foyer d Accueil Médicalisé Le Courtil de l Ic 1 CONTRAT DE SEJOUR OU Document Individuel de Prise en Charge Foyer d Accueil Médicalisé Le Courtil de l Ic Etabli à l intention de M. Mme. Mlle : Le A Le présent contrat est conclu entre : D une part

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

Impôts 2015. Enfants à charge. dans quel cas un enfant est-il à charge? que déclarer et comment?

Impôts 2015. Enfants à charge. dans quel cas un enfant est-il à charge? que déclarer et comment? Impôts 2015 Enfants à charge dans quel cas un enfant estil à charge? que déclarer et comment? Enfants à charge > Vous pouvez compter à charge vos enfants célibataires (ou ceux de votre conjoint ou de votre

Plus en détail

.. Le complément de libre choix d activité 07.. Questions / Réponses.. 09.. Exemples chiffrés... 010. Sommaire. Pages

.. Le complément de libre choix d activité 07.. Questions / Réponses.. 09.. Exemples chiffrés... 010. Sommaire. Pages Sommaire Pages.. Qu est-ce que la PAJE 02.. La prime à la naissance ou à l adoption 03.. L allocation de base 04.. Le complément de libre choix du mode de garde Vous en bénéficiez quels que soient vos

Plus en détail

Fiche 18 : L aide sociale à l hébergement

Fiche 18 : L aide sociale à l hébergement Fiche 18 : L aide sociale à l hébergement Références juridiques Code de l Action Sociale et des Familles: Article L 131-3 sur l admission d urgence Article L 231-4 et suivants concernant les modalités

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Le Centre communal d action sociale (CCAS) de Vernillet est un établissement public autonome chargé d assurer une action générale de prévention et de développement social,

Plus en détail

CHAPITRE II LES PERSONNES HANDICAPÉES EN ÉTABLISSEMENT ET SERVICE SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL

CHAPITRE II LES PERSONNES HANDICAPÉES EN ÉTABLISSEMENT ET SERVICE SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL CHAPITRE II LES PERSONNES HANDICAPÉES EN ÉTABLISSEMENT ET SERVICE SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL Les frais d hébergement et d entretien sont à la charge : à titre principal, de l'intéressé lui-même sans toutefois

Plus en détail

ACCORD RELATIF A LA MUTATION GEOGRAPHIQUE A L INITIATIVE DE L EMPLOYEUR

ACCORD RELATIF A LA MUTATION GEOGRAPHIQUE A L INITIATIVE DE L EMPLOYEUR ACCORD RELATIF A LA MUTATION GEOGRAPHIQUE A L INITIATIVE DE L EMPLOYEUR PREAMBULE La loi n 2010-854 du 23 juillet 2010 relative aux réseaux consulaires, au commerce, à l artisanat et aux services a prévu

Plus en détail

EHPAD Résidence de Bellissen. LIVRET D ACCUEIL de l accueil de jour

EHPAD Résidence de Bellissen. LIVRET D ACCUEIL de l accueil de jour EHPAD Résidence de Bellissen LIVRET D ACCUEIL de l accueil de jour 06/03/2014 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE PRESENTATION JURIDIQUE L EHPAD Résidence de Bellissen est régi par la loi du 30 juin 1975 et

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES SERVICE DES RETRAITES DE l ETAT - 0810 10 33 35 - www.pensions.bercy.gouv.fr - Edition du 1 er mai 2013 En application de l article L. 40 du code des

Plus en détail

Demande d agrément services à la personne pour les auto-entrepreneurs 1) Identification

Demande d agrément services à la personne pour les auto-entrepreneurs 1) Identification Demande d agrément services à la personne pour les auto-entrepreneurs 1) Identification - Personne physique : nom, prénom, adresse, sexe. - Lieu d exercice : domicile personnel, adresse professionnelle

Plus en détail

Carbet des aidants. Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées. Dossier de presse. sur les

Carbet des aidants. Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées. Dossier de presse. sur les Carbet des aidants sur les Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées Dossier de presse Le réseau Gérontologie-Alzheimer organise, le 16 novembre 2013 à l Auditorium de la Mairie de Rémire-Montjoly,

Plus en détail

Les intervenants à domicile

Les intervenants à domicile Centre de gestion de la Fonction Publique Territoriale du Nord www.cdg59.fr Les intervenants à domicile Guy DECLOQUEMENT Direction des affaires financières, de la prévention et de la santé 14 rue Jeanne

Plus en détail

Tarifs en EHPAD et aides financières. Les tarifs en EHPAD. (Établissement d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes)

Tarifs en EHPAD et aides financières. Les tarifs en EHPAD. (Établissement d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes) Les tarifs en EHPAD (Établissement d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes) Le prix journalier en EHPAD est composé du tarif Hébergement, du tarif Dépendance et du forfait Soins. Le tarif Hébergement

Plus en détail

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS Les Personnes Agées, de 60 ans et plus, représentent déjà plus de 11,2% de la population du Département et vers 2020 plus de 20%. Pour

Plus en détail

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial 1. Définition Le dispositif d accueil familial concourt à la diversification des offres d hébergement proposées aux

Plus en détail

LES EXONERATIONS FISCALES

LES EXONERATIONS FISCALES LES EXONERATIONS FISCALES Pour vous aider dans votre vie quotidienne, vous comptez faire appel à un salarié à domicile que vous l'employez via l'intermédiaire de notre association agréée, vous pouvez donc

Plus en détail

Livret d accueil RÉSIDENCE POUR PERSONNES AGÉES. Résidence Seniors LES PERVENCHES

Livret d accueil RÉSIDENCE POUR PERSONNES AGÉES. Résidence Seniors LES PERVENCHES Résidence Seniors LES PERVENCHES RÉSIDENCE POUR PERSONNES AGÉES Livret d accueil RPA Les Pervenches Quartier Villaine 4 rue Jean Rostand 91300 Massy 01 60 11 16 00 www.residences-massy.fr édito BIENVENUE

Plus en détail

DEMANDE D AGRÉMENT «SERVICES À LA PERSONNE» POUR LES AUTO-ENTREPRENEURS

DEMANDE D AGRÉMENT «SERVICES À LA PERSONNE» POUR LES AUTO-ENTREPRENEURS DEMANDE D AGRÉMENT «SERVICES À LA PERSONNE» POUR LES AUTO-ENTREPRENEURS Un auto-entrepreneur déclaré peut choisir d exercer dans le secteur des services à la personne. Rappel : Le régime de l auto-entrepreneur

Plus en détail

Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015

Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015 Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015 PREAMBULE LES PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L AIDE SOCIALE Le Règlement départemental

Plus en détail

Artisans, industriels et commerçants. Votre assurance invalidité

Artisans, industriels et commerçants. Votre assurance invalidité Artisans, industriels et commerçants Votre assurance invalidité Édition 2015 ARTISANS, INDUSTRIELS ET COMMERÇANTS VOTRE ASSURANCE INVALIDITÉ L assurance invalidité permet de couvrir le risque «invalidité»

Plus en détail

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1 LE FINANCEMENT Il ne faut pas se le cacher, le financement est une difficulté et de nombreuses maisons médicales dans les 10 dernières années, qui fonctionnaient de manière satisfaisante, sont «décédées»

Plus en détail

+10 000 ÉTABLISSEMENTS visités et évalués pour vous par nos experts. Maison de Retraite Sélection

+10 000 ÉTABLISSEMENTS visités et évalués pour vous par nos experts. Maison de Retraite Sélection Maison de Retraite Sélection QUE CHOISIR? Maison de Retraite / Résidence Services / Maintien à domicile +10 000 ÉTABLISSEMENTS visités et évalués pour vous par nos experts EDITO Partir en Maison de Retraite

Plus en détail

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées. Association des Bibliothécaires de France Journée du 14 mai 2012

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées. Association des Bibliothécaires de France Journée du 14 mai 2012 Association des Bibliothécaires de France Journée du 14 mai 2012 Plan de la présentation Etat des lieux de la population bas-rhinoise et alsacienne des plus de 60 ans Les interventions du Conseil Général

Plus en détail

LES DIFFERENTES AIDES FINANCIERES POUR LE SERVICE A LA PERSONNE

LES DIFFERENTES AIDES FINANCIERES POUR LE SERVICE A LA PERSONNE LES DIFFERENTES AIDES FINANCIERES POUR LE SERVICE A LA PERSONNE Concernant la garde d enfants à domicile, vous pouvez également cumuler les autres aides financières si dessous : LE CREDIT D IMPOT SUR LE

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

LES AVANTAGES FISCAUX ET SOCIAUX EN FAVEUR DU PARTICULIER

LES AVANTAGES FISCAUX ET SOCIAUX EN FAVEUR DU PARTICULIER LES AVANTAGES FISCAUX ET SOCIAUX EN FAVEUR DU PARTICULIER Les particuliers qui ont recours à des services visés à l article L.129-1 du Code du travail, fournis par une association ou une entreprise, ou

Plus en détail

Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées

Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées Définition de la maltraitance En 1987, le Conseil de l Europe

Plus en détail

3 ème réunion de l instance de concertation sur la réforme de la défiscalisation Outre-mer

3 ème réunion de l instance de concertation sur la réforme de la défiscalisation Outre-mer 3 ème réunion de l instance de concertation sur la réforme de la défiscalisation Outre-mer 11 Juillet 2013 1 avertissement Le présent document a été soumis à l instance de concertation réunie le 11 juillet

Plus en détail

Logement. Maintien à domicile. Alimentation. Transport. Budget

Logement. Maintien à domicile. Alimentation. Transport. Budget SOMMAIRE Logement Maintien à domicile Santé Alimentation Transport Budget LOGEMENT PACT Pays-Basque Le PACT vous aide à adapter votre logement : un diagnostic accessibilité réalisé par le PACT. Évaluation

Plus en détail

Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1427527C

Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1427527C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Ministère des finances et des comptes publics Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents

Plus en détail

(article L.441-2-3, III, du code de la construction et de l habitation)

(article L.441-2-3, III, du code de la construction et de l habitation) Ministère chargé du logement Recours amiable devant la commission départementale de médiation en vue de l accueil dans une structure d hébergement, un logement de transition, un logementfoyer ou une résidence

Plus en détail

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES ET PERSONNES HANDICAPEES

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES ET PERSONNES HANDICAPEES C11 Hébergement par un accueillant familial à titre onéreux : Financement de l accueil Nature de la prestation : Références : Prestations légales pour le financement du coût de l'accueil familial : Décret

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PERSONNES AGEES DEPENDANTES LISTE DE QUELQUES DISPOSITIFS

PRISE EN CHARGE DES PERSONNES AGEES DEPENDANTES LISTE DE QUELQUES DISPOSITIFS DES PERSONNES AGEES DEPENDANTES LISTE DE QUELQUES S D ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES DEPENDANTES Familles de France 28 Pce Saint-Georges 75009 PARIS Fax : 01 45 96 07 88 http://www.familles-de-france.org

Plus en détail

Aides aux personnes âgées

Aides aux personnes âgées SOLIDARITÉS CÔTES D ARMOR S Action Sociale Aides aux personnes âgées Le guide pour mieux s'y retrouver Votre Conseil général les solidarités, assurer l équilibre 1 2 Édito L'aide sociale aux personnes

Plus en détail

La participation au financement de la protection sociale complémentaire

La participation au financement de la protection sociale complémentaire F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 La participation au financement de la protection sociale complémentaire L E S S E N T I E L Le décret n 2011-1474 du 8 novembre 2011 (JO du 10 novembre 2011) pris pour

Plus en détail

VILLE DE SCEAUX N 12-f. Séance du 6 décembre 2012 NOTE DE PRESENTATION

VILLE DE SCEAUX N 12-f. Séance du 6 décembre 2012 NOTE DE PRESENTATION NOTE DE PRESENTATION OBJET : Participation à la protection sociale des agents municipaux Rapporteur : Philippe Laurent Suite à la loi du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique, le décret

Plus en détail

2g - L emploi d une tierce personne

2g - L emploi d une tierce personne 2g - L emploi d une tierce personne Si vous êtes en situation de handicap et souhaitez employer un salarié à votre domicile, vous devez, en tant que particulier-employeur, respecter certaines formalités.

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer)

QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer) QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer) Le cahier des charges national a pour objet de définir les dispositifs MAIA (maison

Plus en détail

Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer. Belfort, le 30 janvier 2012

Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer. Belfort, le 30 janvier 2012 Belfort, le 30 janvier 2012 Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer La Ville de Belfort inaugure le Domicile Protégé, un lieu de vie spécifiquement adapté aux personnes atteintes

Plus en détail

L accueil familial en faveur des Personnes agées

L accueil familial en faveur des Personnes agées I VOLET 3 L accueil familial en faveur des Personnes agées 1. Définition Le dispositif d accueil familial concourt à la diversification des offres d hébergement proposées aux personnes âgées. Il contribue

Plus en détail

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dossier de presse Mardi 20 janvier 2015 L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dans le cadre d un protocole

Plus en détail

Cesu. C est une offre proposée aux particuliers pour leur faciliter l accès à l ensemble des services à la personne.

Cesu. C est une offre proposée aux particuliers pour leur faciliter l accès à l ensemble des services à la personne. Cesu SOMMAIRE Définition Avantages Réductions d impôt Bénéficiaires I n f o r m a t i o n s 1. Qu'est-ce que le Chèque emploi service universel? Créé dans le cadre de la politique conduite pour favoriser

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR ACCUEIL DE JOUR

CONTRAT DE SEJOUR ACCUEIL DE JOUR CONTRAT DE SEJOUR ACCUEIL DE JOUR «L établissement est soumis aux dispositions du décret 2004-1247 du 26 Novembre 2004 relatif au contrat de séjour ou document individuel de prise en charge prévu par l

Plus en détail

Assurer la retraite & protéger la santé

Assurer la retraite & protéger la santé Assurer la retraite & protéger la santé La Carsat aux côtés : des salariés, des entreprises et des retraités La Caisse d assurance retraite et de la santé au travail 4 valeurs : service solidarité avenir

Plus en détail

Direction de la sécurité sociale. Personne chargée du dossier : Huguette Hatil. La ministre des solidarités et de la cohésion sociale

Direction de la sécurité sociale. Personne chargée du dossier : Huguette Hatil. La ministre des solidarités et de la cohésion sociale MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ETAT MINISTERE DES SOLIDARITES ET DE LA COHESION SOCIALE Direction de la sécurité sociale

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

ACCUEIL DE JOUR REGLEMENT INTERIEUR

ACCUEIL DE JOUR REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL DE JOUR REGLEMENT INTERIEUR EHPAD Simone de Beauvoir Cazouls les Béziers 9 avenue du Péras 34370 CAZOULS LES BEZIERS : 04.67.93.61.05 Fax : 04.67.93.59.73 E-mail : mr.cazouls@wanadoo.fr 1 SOMMAIRE

Plus en détail

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la convention entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg sur la sécurité sociale En application du paragraphe (2), a) de

Plus en détail

Le nouveau Compte Personnel de Formation remplace le DIF à partir du 1 er janvier 2015

Le nouveau Compte Personnel de Formation remplace le DIF à partir du 1 er janvier 2015 Décembre 2014 Le nouveau Compte Personnel de Formation remplace le DIF à partir du 1 er janvier 2015 A compter du 1 er janvier 2015 le DIF ou Droit Individuel à la Formation n existera plus, il est remplacé

Plus en détail

SERVICES A LA PERSONNE ETRE PARTICULIER. Les activités des services à la personne

SERVICES A LA PERSONNE ETRE PARTICULIER. Les activités des services à la personne S A LA PERSONNE ETRE PARTICULIER EMPLOYEUR Les activités des services à la personne Famille Enfants, soutien scolaire, aide administrative ou informatique Vie quotidienne Ménage, bricolage, jardinage,

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics Spécialité Loisirs Tous Publics Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015 Avignon Marseille Loisirs Tous Publics Les métiers de l animation Depuis plus de vingt ans, nous formons les professionnels de l animation

Plus en détail

PRESTATION DE COMPENSATION DU HANDICAP (PCH)

PRESTATION DE COMPENSATION DU HANDICAP (PCH) PRESTATION DE COMPENSATION DU HANDICAP (PCH) La prestation de compensation du handicap à domicile est entrée en vigueur le 1er janvier 2006. Elle a ensuite été étendue aux personnes handicapées hébergées

Plus en détail

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE { GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE L ENGAGEMENT DE SERVICE La caisse d assurances sociales du GROUPE S est un maillon indispensable entre l Administration et le citoyen. Elle contribue de concert

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional

Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional JUILLET 2013 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DES AGENTS

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL EN EHPAD

LIVRET D ACCUEIL EN EHPAD C E N T R E C O M M U N A L A C T I O N S O C I A L E LIVRET D ACCUEIL EN EHPAD RÉSIDENCE L épine Laval à vos côtés au fil de la vie 1 SOMMAIRE AVANT-PROPOS LA RéSIDENCE L EPINE L environnement 4 Les locaux

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés QUI EST OETH? L association OETH a pour objectif la mise en œuvre de l Accord de branche relatif à l Obligation d Emploi des

Plus en détail

PASS INDÉPENDANCE. tous pour un!

PASS INDÉPENDANCE. tous pour un! PASS INDÉPENDANCE ne laissez pas vos salariés devenir dépendants de leur situation familiale tous pour un! LA DÉPENDANCE : DE PLUS EN PLUS DE PERSONNES TOUCHÉES Le nombre de personnes dépendantes devrait

Plus en détail

Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro

Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro Santé Prévoyance Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro Choisissez le meilleur en Santé et Prévoyance pour votre bien-être et celui de votre famille TRAVAILLEURS NON SALARIÉS REUNICA.COM Santé Avec Réunica

Plus en détail

LES AIDES A DOMICILE. Novembre 2009

LES AIDES A DOMICILE. Novembre 2009 LES AIDES A DOMICILE. Novembre 2009 Les Soins à Domicile = Qui Fait Quoi? Le Médecin Traitant Le pivot du maintien au domicile. Rôle de Coordination. L Infirmier Rôles = Suivi quotidien (médicaments, pansements,

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR. Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes

CONTRAT DE SEJOUR. Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes CENTRE HOSPITALIER DE VERDUN B.P. 20 713 55107 Verdun cedex Tél. 03 29 83 84 85 Accueil : poste 2770 Secrétariat de direction : poste 6467 Fax 03 29 83 64 74 ou 03 29 83 64 59 CONTRAT DE SEJOUR Etablissement

Plus en détail

Le congé de présence parentale

Le congé de présence parentale Le congé de présence parentale 1. Définition Ce congé non rémunéré est prévu par l article 60 sexies de la loi du 26 janvier 1984 qui dispose que le congé de présence parentale est accordé au fonctionnaire

Plus en détail

COMPETENCES DE L ÉTAT ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES EHPAD

COMPETENCES DE L ÉTAT ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES EHPAD COMPETENCES DE L ÉTAT ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES EHPAD I - RAPPELS HISTORIQUES Didier JOLIVET. Diplôme Universitaire Médecin Coordonnateur Année 2008-2009 La dénomination «État» regroupe le ministère

Plus en détail

Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie

Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie 1 UN PROJET PORTÉ PAR 3 CLIC Février 2007 : début de la réflexion à l initiative de 3 CLIC. 2007 : financement d un accompagnement

Plus en détail

AIDES SOCIALES 2015 NOTICE D INFORMATION. Service Action Sanitaire et Sociale VOUS SOUHAITEZ BÉNÉFICIER D UNE AIDE DE LA CRPCEN

AIDES SOCIALES 2015 NOTICE D INFORMATION. Service Action Sanitaire et Sociale VOUS SOUHAITEZ BÉNÉFICIER D UNE AIDE DE LA CRPCEN NOTICE D INFORMATION Pour tout renseignement, contacter le Centre de la Relation Clients : Tél. 01 44 90 13 33 Fax 01 44 90 20 15 Formulaire de contact accessible sur notre site Internet www.crpcen.fr

Plus en détail

PERSONNALISéE D AUTONOMIE

PERSONNALISéE D AUTONOMIE CONSEIL GENERAL DE L AVEYRON pôle des solidarités départementales Cadre réservé à l administration N DOSSIER :... DEMANDE D ALLOCATION DéPARTEMENTALE PERSONNALISéE D AUTONOMIE D UNE PERSONNE DE SOIXANTE

Plus en détail

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ DIRECTION DE LA VILLE ET DE LA COHÉSION URBAINE Bureau du développement économique et de l emploi Février 2015

Plus en détail

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE)

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le crédit d impôt compétitivité emploi (CICE) est la première mesure prévue par le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Avis de publication des annexes prévues à l arrêté du 23 novembre 2006 pris en application de l article 8 de l arrêté du 4 mars

Plus en détail

Le service social hospitalier. Le financement des soins. L accueil des personnes âgées en résidence d hébergement. L accueil des personnes handicapées

Le service social hospitalier. Le financement des soins. L accueil des personnes âgées en résidence d hébergement. L accueil des personnes handicapées Le service social hospitalier Le financement des soins L accueil des personnes âgées en résidence d hébergement. L accueil des personnes handicapées Intervention IFAS 10/09/2015 MP Hervé 1. Le service

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

SOMMAIRE. I- Vos prestations à court terme 5. II- Vos prestations à long terme 11. III- Allocations familiales 14. IV- Adresses utiles 15

SOMMAIRE. I- Vos prestations à court terme 5. II- Vos prestations à long terme 11. III- Allocations familiales 14. IV- Adresses utiles 15 I- Vos prestations à court terme 5 SOMMAIRE I-1- A quelles prestations avez-vous droit 5 I-2- Qui bénéficie de ces prestations et quand 5 I-3- Comment bénéficier de ces droits 5 II- Vos prestations à long

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL SERVICE AIDE A DOMICILE CCAS DE MARLY-LE-ROI CCAS DE MARLY-LE-ROI

LIVRET D ACCUEIL SERVICE AIDE A DOMICILE CCAS DE MARLY-LE-ROI CCAS DE MARLY-LE-ROI SERVICE AIDE A DOMICILE CCAS DE MARLY-LE-ROI CCAS de Marly-le-Roi 2 e étage Service d aide à domicile Hôtel de Ville BP 252 78160 Marly-le-Roi Tel : 01 30 61 60 81 - Fax : 01 30 61 61 11 www.marlyleroi.fr

Plus en détail

RISQUES MAJEURS : APRÈS LE PROCÈS XYNTHIA TRANSPORT SÉCURITÉ PRÉSENTATION ET OBJECTIFS VOTRE FORMATEUR

RISQUES MAJEURS : APRÈS LE PROCÈS XYNTHIA TRANSPORT SÉCURITÉ PRÉSENTATION ET OBJECTIFS VOTRE FORMATEUR TS1 PRÉSENTATION ET OBJECTIFS Formation d une journée Possibilité d organiser la formation sur deux jours pour approfondir l expertise et l adapter à votre problématique locale 2015 2 février, 16 février,

Plus en détail

Allocation personnalisée d autonomie (APA)

Allocation personnalisée d autonomie (APA) Allocation personnalisée d autonomie (APA) Objet de l aide Aider les personnes âgées en situation de perte d'autonomie pour l'accomplissement des actes essentiels de la vie. Bénéficiaires Toute personne

Plus en détail

Les recettes de la journée de solidarité 2014

Les recettes de la journée de solidarité 2014 Dossier 20 mai 2015 Les recettes de la journée de solidarité 2014 Depuis son instauration en 2004 et jusqu en 2014, la journée de solidarité, initialement fixée au lundi de Pentecôte, a rapporté au total

Plus en détail

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR A L EMPLOI (ARE) POUR QUI? Pour vous si : Vous avez travaillé au minimum 122 jours (ou 610 heures)

Plus en détail

Accueil et modes de garde. Montants en vigueur du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013. J adopte un enfant

Accueil et modes de garde. Montants en vigueur du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013. J adopte un enfant Accueil et modes de garde Montants en vigueur du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013 J adopte un enfant 1 2 J adopte ou j accueille un enfant en vue d adoption La prime à l adoption 4 J élève mon enfant L

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. maintien à domicile personnes âgées - handicapées. Aide à domicile

LIVRET D ACCUEIL. maintien à domicile personnes âgées - handicapées. Aide à domicile C E N T R E C O M M U N A L A C T I O N S O C I A L E LIVRET D ACCUEIL maintien à domicile personnes âgées - handicapées Aide à domicile Portage de repas Téléalarme 1 SOMMAIRE AVANT-PROPOS L aide à domicile

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité J.O n 101 du 30 avril 2002 page 7790 texte n 8 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi et de la solidarité Décret n 2002-637 du 29 avril 2002 relatif à l accès aux informations

Plus en détail

Méthodologie des jardins d éveil

Méthodologie des jardins d éveil Méthodologie des jardins d éveil Conformément à l engagement du Président de la République, 200 000 offres d accueil du jeune enfant seront crées d ici à 2012 pour répondre aux besoins de l ensemble des

Plus en détail

SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ ÊTRE ÉPAULÉ POUR GÉRER LES CHANGEMENTS QUI SURVIENNENT AU SEIN DE VOTRE FAMILLE?

SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ ÊTRE ÉPAULÉ POUR GÉRER LES CHANGEMENTS QUI SURVIENNENT AU SEIN DE VOTRE FAMILLE? SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ ÊTRE ÉPAULÉ POUR GÉRER LES CHANGEMENTS QUI SURVIENNENT AU SEIN DE VOTRE FAMILLE? JANVIER 2011 QU SOMMES NOUS? Au plus près des familles Depuis plus de 60 ans, les Allocations

Plus en détail

Vous accompagner pour bien vivre votre retraite. Retraite Santé et prévention Prévoyance et assurance de personnes Accompagnement solidaire et social

Vous accompagner pour bien vivre votre retraite. Retraite Santé et prévention Prévoyance et assurance de personnes Accompagnement solidaire et social Vous accompagner pour bien vivre votre retraite Retraite Santé et prévention Prévoyance et assurance de personnes Accompagnement solidaire et social Sommaire Pour Audiens, votre groupe de protection sociale,

Plus en détail