Programmation Informatique & Communications Industrielles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Programmation Informatique & Communications Industrielles"

Transcription

1 Programmation Informatique & Communications Industrielles Licence Professionnelle Distribution Electrique et Automatismes Industriels Option Batiment Benoit DELINCHANT IUT1, GEII1, Grenoble

2 Benoit DELINCHANT IUT1, GEII1, Grenoble

3 Organisation 8 travaux dirigés (TD) de 2h 6 travaux pratiques (TP) de 3,5h Contrôle des connaissances : o o 1 note : moyenne des CR de TP 2 devoirs surveillés (informatique sur machine et communication sur papier) Rapport : Un effort particulier de synthèse des TD et des TP sera réclamé pour la rédaction du compte rendu de TP. L objectif n étant pas de fournir un programme, mais de parvenir à expliquer comment vous êtes arrivé à ce programme. Les explications de ce rapport ne se destinant pas à l enseignant mais à une personne telle que vous, avant que vous ne suiviez cet enseignement. La présence à tous les enseignements est obligatoire. Toute absence non justifiée sera prise en compte dans la note de TP PLANNINGDES COURS/TD Semaine 41 Cours : VB environnement Bases Variables fonctions Applications console TD1 : Algorithmique et Visual Basic Application console Ex1 Caractères ASCII Ex2 et Ex3 Semaine 42 Curs RS232 TD3 Communication : norme RS232 Cours VB : Tableaux Semaine 47 TD2 Contrôles (interfaces HIM) TD5 Programmation : Tableaux & Structures Semaine 48 Cours Ethernet Benoit DELINCHANT IUT1, GEII1, Grenoble

4 Semaine 49 TD4 Calcul d Atténuation Cours sur CPL et X10 TD6 TRANSMISSION PAR COURANT PORTEUR CPL NORME X10 Semaine 2 Semaine 2 Codage en bande de base TD Transmission sans fils Semaine 4 Cours sur ZigBee TD7 : Etude et analyse d un module ZigBee Benoit DELINCHANT IUT1, GEII1, Grenoble

5 Sommaire des Cours Organisation...3 Cours : VB environnement Bases Variables...3 TD1 : Algorithmique et Visual Basic...3 Curs RS TD3 Communication : norme RS TD5 Programmation : Tableaux & Structures...3 TD4 Calcul d Atténuation...4 Sommaire des Cours...5 Chap1 : Communication série...1 Eléments de base des modes de transmissions...1 simplex / duplext3...1 Série / Parallèle...1 Synchrone / AsynchroneTD Mise en œuvre d un protocole de communication...3 Trame de communication : On définit l efficacité (ou rendement) de la transmission par le rapport entre le nombre de bits de données (utiles) et le nombre de bits total nécessaire à la communication...3 Paramètres entrant en jeu :...3 Utiliser le port série :...4 Présentation...5 Partie électrique...6 Partie Physique...7 Signification des signaux :...8 Décrire le chronogramme suivant :...9 Réduction du nombre de fils :...9 La connexion NULL MODEM...10 Il s agit de relier directement deux équipements DTE, sans passer par les DCE. La principale différence vient alors du croisement des fils d émission/réception (RD/TD), ce qui ne doit pas être fait dans le cas de connexions DTE-DCE...10 Exercice : transmission série d un caractère...11 Exercice : construction d un driver de souris...12 Chap 3 : Liaison série RS Présentation...13 Comparaisons avec quelques autres standards...13 Détails sur les différences majeures avec la norme RS Liaisons tensions : modes asymétrique & symétrique (différentiel)...14 Le mode half-duplex...14 Les supports...15 La paire torsadée...15 D autres supports...16 Résumé des caractéristiques en fonction du medium Etude des conducteurs électriques...17 Modèle à constantes réparties d une ligne électrique...17 Impédance caractéristique...17 Benoit DELINCHANT IUT1, GEII1, Grenoble

6 Atténuation / Dispersion...18 En haute fréquence...18 Exercice : topologie réseau à réaliser en TP...19 Techniques de test / correction d erreurs...20 Chap 4 : Bus de communication...21 Liste de quelques bus...21 Étude par «couches» des communications...22 Le modèle OSI (open system interconnection)...22 Rôle essentiel des couches...22 Couches OSI des bus de terrain...23 Couche no 1 Physique (physical)...23 Couche no 2 Liaison (link)...23 Couche no 7 Application (application )...23 Etude d un bus...24 Normes de câbles...26 La norme Ethernet (IEEE 802.3)...27 L évolution de la bande passante...28 Compatibilité électromagnétique (CEM)...29 Il faut impérativement :...29 Mise à la terre...30 Conversion de bases...31 Introduction...31 Notations...31 La base décimale...31 Conversion binaire -> décimal...31 Conversion décimal->binaire...32 La base hexadécimale...33 Conversion hexadécimal -> décimal...33 Conversion décimal -> hexadécimal...33 Conversion hexadécimal -> binaire...33 Conversion binaire->hexadécimal...33 Table des caractères ASCII...34 Benoit DELINCHANT IUT1, GEII1, Grenoble

7 Chap1 : Communication série Eléments de base des modes de transmissions simplex / duplext3 simplex : les données circulent dans un seul sens : émetteur vers récepteur Exemples : ordinateur imprimante, souris ordinateur, radio. half-duplex : les données circulent dans les 2 sens mais pas simultanément : la bande passante est utilisée en intégralité (aussi appelé alternat ou semi-duplex). Exemple : talkie/walkies, êtres humains (on ne coupe pas la parole). full-duplex : les données circulent de manière bidirectionnelle et simultanément : la bande passante est divisée par 2 pour chaque sens (duplex intégral). Exemple : téléphone. Série / Parallèle Parallèle : 8 lignes = 1 octet (ou plus, si besoin) de données sont émises simultanément. La transmission est donc intuitivement plus rapide qu une transmission bit par bit. Or il existe un certain nombre de difficultés, limitant le débit et la distance de ces connexions : Les fils proches entraînent des perturbations importantes à haut débit (diaphonie). Les bits doivent arriver de manière synchronisée au récepteur. Le nombre de fils pose un problème de place et de coût. Série : L'échange de donnée se fait par ligne unique. Les bits sont donc envoyés à la suite. Cet échange intuitivement plus lent que la communication parallèle s avère permettre des échanges plus rapides et sur de plus grandes distances. Pour ces raisons, il est très répandu et marginalise les communications parallèles aux seules applications sur courte distance comme l intérieur d un appareil électronique. 1/41

8 Synchrone / AsynchroneTD3 Comment être certain que le récepteur lit les états de la ligne au bon moment? C'est-à-dire comment gérer le problème de synchronisation entre émetteur et récepteur. Deux modes de transmission permettent de répondre à cette question : Mode synchrone : l émetteur et le récepteur sont cadencés à la même fréquence d horloge (incorporé au bus ou bien aux données). L horloge de réception et d émission doit émettre le même signal (pour la synchronisation). Le matériel le plus lent impose donc le rythme des communications. Le temps qui sépare l envoi de 2 messages doit être un multiple de Δt d un bit. Mode asynchrone : Chaque message est précédé d'un STARTbit et suivi d'un ou deux STOPbits. L'avantage des transmissions asynchrones réside dans la simplicité de la méthode. Le temps entre deux messages n'étant pas défini, le message est envoyé sans attendre la synchronisation. 2/41

9 Mise en œuvre d un protocole de communication Afin que les éléments communicants puissent se comprendre, il est nécessaire d'établir un protocole de transmission. Ce protocole devra être le même pour les deux éléments communiquants afin que la transmission fonctionne correctement. Trame de communication : Une trame est composée de 4 parties : 1 bit de start : la ligne au repos est à l'état logique 1, pour indiquer qu'un mot va être transmis la ligne passe à l'état bas avant de commencer le transfert. Ce bit permet de synchroniser l'horloge du récepteur. 5 à 8 bits de données : Les données effectives à transmettre, en commençant la transmission par les bits de poids faible vers les bits de poids fort. 0 ou 1 bit de parité : le mot transmis peut être suivi ou non d'un bit de parité qui sert à détecter les erreurs éventuelles de transmission. Bit(s) de stop : après la transmission, la ligne est positionnée au repos. Trame de transmission en parité paire, avec 2 bits de stop, du caractère B dont le codage ASCII est On définit l efficacité (ou rendement) de la transmission par le rapport entre le nombre de bits de données (utiles) et le nombre de bits total nécessaire à la communication. Paramètres entrant en jeu : La vitesse de transmission : Elles sont normalisées et les valeurs principales en bauds en sont les suivantes: 50, 75, 110, 150, 300, 600, 900, 1200, 2400, 3600, 4800, 7200, 9600, 19.2k, 38.4k, 57.6k, 115.2k Longueur des mots : de 5 à 8 bits de données. Nombre de bit de stop : 1, 2 ou 1,5 bits de stop. Control de flux : Sans, Matériel, Logiciel (XON/XOFF) Parité : Ce bit bit peut être forcé à 1 (mark parity) ou à 0 (space parity). Sinon la parité peut être : o paire : le bit ajouté à la donnée est positionné de telle façon que le nombre des états 1 soit pair sur l'ensemble donné + bit de parité. ex : soit la donnée contenant 5 état 1, le bit de parité paire est positionné à 1, ramenant ainsi le nombre de 1 à 6. o impaire : le bit ajouté à la donnée est positionné de telle façon que le nombre des états 1 soit impair sur l'ensemble donné + bit de parité ex : soit la donnée contenant 5 état 1, le bit de parité paire est positionné à 0, laissant ainsi un nombre de 1 impaire. 3/41

10 Utiliser le port série : Relier un câble du port série COM1 au port série COM2. Lancer l hyperterminal (accessoires/communication) Configuration sur COM1 (9600 bauds, 8 bits de données, parité paire, 1 bit de stop, control de flux logiciel (Xon/Xoff). Lancer un autre hyperterminal sur COM2 avec la même configuration. Dialoguer entre les deux avec et sans le câble de connexion. Changer une des deux configuration (COM1 ou COM2). 4/41

11 Chap 2 : Liaison série RS232 Présentation La norme RS-232 (Recommended Standard 232) a été définie en par l EIA (Electronic Industries Alliance). Elle est également référencée V.24 par l ITU-T (International Telecommunication Union), renommée ainsi en 1993 et anciennement appelé CCITT (Comité Consultatif International des Téléphones et Télégraphes). La liaison série RS 232 est utilisée dans tous les domaines de l'informatique (ex : port de communication com1 et com2 des PC, permettant la communication avec des périphériques tels que modem / scanner / ), mais également dans le domaine des automatismes pour relier des capteurs aux automates, pour programmer un automate par un PC. Quelques périphériques RS232 : scanners optiques ou radiofréquence, contrôleur de vision, capteur d humidité et de température, serveur Wifi de port série Elle est de type «liaison série», permettant la communication entre deux systèmes numériques en limitant le nombre de fils de transmission par rapport à des liaisons parallèles. Elle est de type «asynchrone», c'est à dire qu'elle ne transmet pas de signal horloge contrairement aux liaisons synchrones. DTE : Data Terminal Equipment Système numérique U A R T Adaptation (TTL : MAX232) Signaux TTL (ou CMOS) DCE : Data Communication Equipment LIAISON RS232 Signaux RS232 MODEM (numériques) connexion directe Signaux analogiques (limité à qq mètres) (grandes distances) Système numérique U A R T Adaptation (TTL : MAX232) Signaux TTL (ou CMOS) LIAISON RS232 Signaux RS232 (numériques) MODEM Schéma fonctionnel de la liaison RS232 1 Electronics Industries Association, "EIA Standard RS-232-C Interface Between Data Terminal Equipment and Data Communication Equipment Employing Serial Data Interchange", August 1969, reprinted in Telebyte Technology Data Communication Library, Greenlawn NY, /41

12 Partie électrique Pour chaque signal, le support est un fil référencé par rapport à la masse. La norme permet d'adapter les signaux logiques (TTL ou CMOS) à l'aide d'un circuit adaptateur de ligne (ex : MAX232) qui transforme les niveaux logiques issus du système numérique en niveaux logiques compatibles avec les normes RS232 et vice versa. Avant adaptation : Après adaptation : Les niveaux logiques sont les suivants : Les niveaux logiques sont les suivants : niveau 0 = 0 V niveau 0 = +12 V (3V < v < 25V) niveau 1 = 5 V niveau 1 = -12 V (-25V < v < -3V) Adaptation de tension TTL ou CMOS en norme V28. Remarque : des tensions comprises entre -3V et +3V ne sont pas considérés comme de bons signaux. La ligne RS232 peut être représenté comme le circuit de jonction de la Figure 3 avec les caractéristiques du Tableau suivant, définie par la norme ITU-T V28. Circuit de jonction équivalent de la norme V28. Caractéristiques Min. Max. Tension du générateur en circuit ouvert (V0) ±25 V Courant de sortie en court-circuit (I0) 0.5 A Tension de jonction sur charge RL pour EL=0 (V1) ±5 V ±15 V Résistance de charge (RL) 3 kω 7 kω Capacité parallèle (CL) 2500 pf Vitesse 20 kbit/s Longueur de câble 50 m Temps de montée (slew rate) 30 V/µs Support 1 fil + masse Principales caractéristiques électriques du circuit de jonction (norme V28). 6/41

13 Partie Physique La norme EIA RS-232C définie l utilisation du connecteur de type Sub-DB25. Afin de simplifier les applications de la norme RS232, elle peut aussi être utilisée avec un connecteur Sub-DE9 (abusivement appelé Sub-DB9) il s agit de la norme EIA/TIA 574. Les possibilités de fonctionnement sont donc nécessairement réduites mais toujours largement suffisante pour des applications de communication standards. Sur les PC, la connectique RS232 disponible et de type Sub-D 9 points. D autres protocoles séries peuvent être trouvés avec des connectiques PS/2 (clavier/sourie) ou Sub-D 15 points (joystick ou instruments de musique : protocole MIDI). Connectique d un PC, Sub-D 9 male (sur le PC), Sub-D 9 femelle (sur le cable). Pin Nom RS232 V.24 Dir (DTE- Description DCE) 1 DCD CF 109 Détection de porteuse (DCD = Data Carrier Detect) 2 RD BB 104 Réception de données (RD = Receive Data) 3 TD BA 103 Transmission de données (TD = Transmit Data) 4 DTR CD Équipement prêt (DTR = Data Terminal Ready) 5 GND AB 102 Masse du signal (SG = Signal Ground) 6 DSR CC 107 Prêt à recevoir (DSR = Data Set Ready) 7 RTS CA 105 Demande d'autorisation à émettre (RTS = Request To Send) 8 CTS CB 106 Autorisation d'émettre (CTS = Clear To Send) 9 RI CE 125 Détection de sonnerie (RI = Ring Indicator) norme EIA/TIA 574, RS232 sur Sub-D 9 points 7/41

14 Signification des signaux : Notez que les sigles sont données interprétés du côté DTE : PC GND : (Ground) la masse. Référence nécessaire à toute mesure de tension. Lignes de données. Elles font passer les données numériques. RD : (Received Data) Données reçues (par le PC). TD : (Transmitted Data) Données émises (par le PC). Lignes de contrôle de flux. le contrôle de flux reste toujours (surtout dans une communication asynchrone) une logique de réception, c'est à dire que c'est la faculté de réception du partenaire qui indique si oui ou non un équipement va émettre. RTS : (Request to Send) Indique que le DTE (PC) est prêt à émettre, même si la traduction littérale est «demande d'émission». CTS : (Clear to Send) Indique que le DCE (modem) est prêt à recevoir, même si la traduction littérale est «autorisé à émettre». Lignes d'intérêt. Ces lignes indiquent au correspondant que l'équipement qui les met à '1' s'intéresse à la liaison RS-232. Le fait de faire passer temporairement l'une de ces lignes à '0' constitue un «break». DSR : (Data Set Ready) Indique que le DCE (modem) écoute sa liaison RS-232. DTR : (Data Terminal Ready) Indique que le DTE (PC) écoute la liaison RS-232. Autres lignes d'état du modem : DCD : (Data Carrier Detect, aussi nommée RLSD : Receive Line Signal Detect) Indique au DTE (PC) qu'une porteuse de données valide est bien détectée sur le RTC (réseau téléphonique commuté). RI : (Ring Indicator) Indique au DTE (PC) que la ligne téléphonique à laquelle le modem est relié est en train de sonner. 8/41

15 Décrire le chronogramme suivant : Exemple d une mise en œuvre du protocole de communication. Phase 1 : Phase 2 : Phase 3 : Phase 4 : Phase 5 : Phase 6 : Réduction du nombre de fils : Le coût d un câble est directement proportionnel au nombre de fils qu il contient. La norme RS232-C, utilisant la connectique SubD-25, utilise 23 fils. La norme EIA/TIA 574 (RS232 en SubD 9 points), en supprimant un certain nombre de fonctionnalités optionnelles, a réduit le nombre de fils à 9. Les fils obligatoires correspondent aux fils de transmission des données (GND, RD, TD). Les autres peuvent être optionnels ou simulés. C est par exemple le cas de RI qui peut être simulé par l envoi des caractères 'R','I','N','G',<RC>. 9/41

16 La connexion NULL MODEM Il s agit de relier directement deux équipements DTE, sans passer par les DCE. La principale différence vient alors du croisement des fils d émission/réception (RD/TD), ce qui ne doit pas être fait dans le cas de connexions DTE-DCE. Le control de flux peut être logiciel (protocole XOn/XOff). On utilise pour cela des caractères de fin de transmission (XOFF=19, caractère CTRL+S) et de reprise de transmission (XON=17, caractère CTRL+Q). Ainsi aucun fil n est nécessaire. L auto-control de flux. Pour cela, des fils sont rebouclés de DTR (Data Terminal Ready) à DSR (Data Set Ready) puis par la même occasion à DCD (Data Carrier Detect). Ainsi que de RTS (Request To Send) à CTS (Clear To Send). Dans cette solution matériel, les équipements s autorisant eux-mêmes à émettre, il n y a pas réellement de control de flux! Le control de flux partiel. Le protocole RTS/CTS peut être utilisé. Le control de flux complet. Les protocoles RTS/CTS et DTR/DSR peuvent être utilisés. Control de flux Sans Avantages Inconvénients Schéma de câblage Nombre de fils. Lenteur, Fiabilité. Auto Nombre de fils. Rapidité Fiabilité. Partiel Rapidité Complet Rapidité, Applications spécifiques Nombre de fils. Différentes gestion du control de flux Faces avant et arrière de la connectique Sub D9S (à souder) 10/41

17 Exercice : transmission série d un caractère. Soit une liaison série configurée de la manière suivante : 9600 bauds, 8 bits de données, parité paire, 1 bit de stop, control de flux matériel. Quelles sont les configurations de câblage pour réaliser cette communication? Soit le caractère A à envoyer par la liaison série. Quel est le code ASCII (décimal et hexadécimal) de ce caractère? Donner la valeur binaire correspondante. Tracer le chronogramme logique correspondant ainsi que le chronogramme des tensions sur le câble RS232. Données V Tensions -10V temps bit temps bit Même question pour le caractère a. Données V Tensions -10V temps bit temps bit Utiliser le programme «r:\licence pro\rs232\rs232.swf» pour visualiser ces chronogrammes. Calculer l efficacité (rendement) de la transmission. Proposer des solutions permettant d améliorer ce rendement pour la transmission de caractères ASCII non étendu (0->127). 11/41

18 Exercice : construction d un driver de souris. Les souris sont des dispositifs communiquant de manière série avec l ordinateur. Le protocole des souris Microsoft compatibles PS2 / RS232, utilise 1 bit de start, 7 bits de données, pas de parité, et 1 bit de Stop, ceci a 1200 bits/sec. Les données sont envoyées par paquets de 3 octets, constituant le télégramme suivant : octet d7 d6 d5 d4 d3 d2 d1 d0 1 X 1 LB RB dy7 dy6 dx7 dx6 2 X 0 dx5 dx4 dx3 dx2 dx1 dx0 3 X 0 dy5 dy4 dy3 dy2 dy1 dy0 LB (left button), respectivement RB (right button), vaut 1 quand le bouton gauche, respectivement droit, est pressé. Les mouvements en x (dx) et en y (dy) sont codés sur 8 bits dont les bits de poids faibles se trouvent sur les octets 2 et 3 et le reste dans le premier octet. Calculer la durée du télégramme. En déduire la fréquence de rafraîchissement du pointeur souris. Donner les masques permettant d isoler LB et RB. Ecrire les instructions C correspondantes. Donner une solution permettant de reconnaître le début de transmission (arrivée du premier octet du télégramme). Faire l algorigramme correspondant. 12/41

19 Chap 3 : Liaison série RS485 Présentation La norme RS-485 (EIA-485), contrairement à la norme RS232, ne définit que les caractéristiques électriques de la couche physique. Les principales différences sont le medium de communication (une paire torsadée), un mode de tensions différentielles, et la possibilité de travailler en réseau (et non en mode point à point). Caractéristiques Min. Max. Tension du générateur en circuit ouvert ±6 V Courant de sortie en court-circuit 150 ma Résistance interne du générateur 50 Ω 100 Ω Résistance de charge 100 Ω Capacité parallèle 2500 pf Vitesse 10 Mbit/s Longueur de câble 10m 1km Circuit de jonction équivalent et Support Paire différentielle principales caractéristiques électriques de la norme V11 (RS-485). Comparaisons avec quelques autres standards SPECIFICATIONS RS232 RS423 RS422 RS485 Mode of Operation SINGLE SINGLE DIFFERENTIAL DIFFERENTIAL -ENDED -ENDED Total Number of Drivers and Receivers on One Line 1 DRIVER 1 RECVR 1 DRIVER 10 RECVR 1 DRIVER 10 RECVR 32 DRIVER 32 RECVR Maximum Cable Length 50 FT FT FT FT. Maximum Data Rate (40ft ft. for RS422/RS485) 20kb/s 100kb/s 10Mb/s-100Kb/s 10Mb/s- 100Kb/s Maximum Driver Output Voltage ± 25V ± 6V -0.25V to +6V -7V to +12V Driver Output Signal Loaded ± 5V to ± 3.6V ± 2.0V ± 1.5V Level (Loaded Min.) ± 15V Driver Output Signal Unloaded ± 25V ± 6V ± 6V ± 6V Level (Unloaded Max) Driver Load Impedance (Ohms) 3k to 7k >= Max. Driver Current in Power On N/A N/A N/A ± 100uA High Z State Max. Driver Current in Power Off ± ± 100uA ± 100uA ± 100uA High Z State ± 2v Slew Rate (Max.) 30V/uS Adjustable N/A N/A Receiver Input Voltage Range ± 15V ± 12V -10V to +10V -7V to +12V Receiver Input Sensitivity ± 3V ± 200mV ± 200mV ± 200mV Receiver Input Resistance (Ohms), (1 Standard Load for RS485) 3k to 7k 4k min. 4k min. >=12k High speed bus : LVDS : Low Voltage Differential Signaling ECL - Emitter Coupled Logic CML : Current Mode Logic IEEE 1394 (firewire) Zone couverte par la liaison RS-485 Zones de fonctionnement (longueur/débit) de quelques normes. 13/41

20 Détails sur les différences majeures avec la norme RS232 RS232 RS485 Connexion Point à point Bus Emetteurs / récepteurs 1 / 1 32 / 32 Couplage électrique Mode asymétrique Mode symétrique (différentiel) Support physique 2 fils de données + masse 1 paire torsadée Type de liaison Full duplex Half duplex Débit maximum 20 kb/s 10 Mb/s Portée typique 10 m 1 km Liaisons tensions : modes asymétrique & symétrique (différentiel) mode asymétrique : les états logiques sont transmis sur la ligne par 2 niveaux de tension, l un positif, l autre négatif. Le plus utilisé travaille en logique négative pour le 1 logique (exemple : RS 232). Les systèmes basés sur ce mode sont sensibles aux bruits ( 20Kbit/s, 15 mètres max). mode symétrique (différentiel) : Il s agit d un amplidifférentiel. Il n est concerné que par la différence de tension (insensible aux bruits) Il permet la communication sur grandes distances (1200 mètres) à des vitesses élevées (10 Mbit/s) (exemple : RS 485) Le mode half-duplex Contrairement à la RS232 qui est full duplex, la RS485 est généralement halfduplex et ne nécessite alors que 2 fils. Si un appareil émet, l'autre passe ses sorties TxD+ et TxD- en haute impédance. En RS485, il est toujours possible d'utiliser deux paires pour communiquer en mode full-duplex. 14/41

21 Les supports La paire torsadée La paire de fils torsadée est le support physique de communication le plus utilisé, notamment sur les bus de terrain. Le nombre de torsions par pied (33cm) de câble est en fonction de l utilisation prévue. Ses principales caractéristiques sont : son coût est relativement faible non blindé : o débit max. = quelques dizaines de Mbits/s o distance max. = quelques centaines de mètres o sensible aux perturbations électromagnétiques blindé : o débit max. = env. 100 Mbits/s o distance max. = env. 1 km Effet des perturbations électromagnétiques Qu elles viennent de sources externes où des conducteurs voisins (diaphonie), des sources de champs électromagnétiques peuvent perturber le signal. Sensibilité aux champs magnétiques : les câbles torsadés sont moins sensibles aux champs magnétiques car les tensions induites par les variations de flux s annulent mutuellement. sensibilité aux champs électriques : les blindages améliorent encore l immunité aux perturbations sensibilité aux défauts de masse : possibilité d isoler les coupleurs par transformateurs Les câbles comportent généralement 4 paires (8 fils) et disposent de différents blindages selon que les paires sont blindées individuellement ou que l ensemble est écranté par rapport à l extérieur : Paire torsadée non blindée - Unshielded Twisted Pair (UTP) Paire torsadée écrantée - Foiled Twisted Pair (FTP) ou Screened Unshielded Twisted Pair (ScTP) - dénomination officielle (F/UTP) Paire torsadée blindée - Shielded Twisted Pair (STP) - nouvelle dénomination U/FTP Paire torsadée écrantée et blindée - Shielded and Foiled Twisted Pair (SFTP) - nouvelle dénomination SF/UTP Unshielded Twisted Pair (UTP), Foiled Twisted Pair (FTP), Shielded Twisted Pair (STP) 15/41

22 D autres supports le câble coaxial offre des performances supérieures, mais est difficile à mettre en oeuvre la fibre optique est intéressante sur le plan CEM, mais sa mise en oeuvre est plus difficile (fibre plastique plutôt que fibre de verre). les radio transmissions sont parfois utilisées (Wifi, bluetooth) o Wifi b, pour ordinateur portable principalement, utilise la bande 2,4 Ghz. Peut atteindre des débits de 11Mb/s sur une portée de 300 mètres et plus en fonction de la puissance de l émetteur. o Bluetooth, pour PDA, Ordinateur portable, capteur, véhicule, lecteur de code barre plus intéressante que l infrarouge (IrDA) car non directionnel. La puce est également extrêmement économe en énergie. Ne dépasse pas les 1 Mb/s en taux de transfert pour une distance maximale de quelques mètres (750 kb/s à 10m). Résumé des caractéristiques en fonction du medium 16/41

23 R << ω G ω < C et Etude des conducteurs électriques Lorsqu'on envoi un signal dans une ligne cela se traduit par une onde incidente qui voyage à environ km/s, (Facteur de vélocité 0,7 : vitesse=facteur*c) En bout de ligne se produit un phénomène de réflexion voire la création d une onde stationnaire, qui peut complètement perturber la communication. Modèle à constantes réparties d une ligne électrique. La résistance de ligne R, modélise les pertes dans les conducteurs, elle dépend de la section du conducteur et de la conductivité électrique du matériau utilisé. Elle varie en fonction de la température (une augmentation de 20 C induit une variation de 8% sur la résistance). Elle varie également en fonction de la fréquence en raison de l effet de peau. R = qq 10 Ω/km L'inductance de ligne L, modélise l influence magnétique entre les conducteurs. Elle dépend de la distance entre les conducteurs, de leur diamètre, mais également de la qualité des torsades et du pas de torsade des conducteurs. L = qq 0.1 mh/km La capacité de ligne C, modélise l influence électrostatique entre les conducteurs. Elle dépend de la distance entre les conducteurs, de leur diamètre, de la constante diélectrique de l isolant, mais également de la qualité des torsades et du pas de torsade des conducteurs. C = qq 10 pf/km La perditance ou conductance transversale G, modélise les pertes dans l isolation des conducteurs. Elle dépend des pertes diélectriques, de la capacité de ligne et augmente en fonction de la fréquence. La résistance de l'isolation des lignes dépasse les MΩ/km soit G < ms/km. Impédance caractéristique L impédance caractéristique Zc correspond à l impédance qu aurait la ligne non fermée si elle possédait une longueur infinie. Zc est aussi l impédance qu on mesurera aux bornes d une ligne finie mais terminée par une impédance de terminaison de valeur identique à l impédance caractéristique Zc du câble. Afin d assurer des bonnes caractéristiques de la ligne, on veillera toujours à connecter cette impédance en bout de ligne, on parle d adaptation de ligne. R' + jl ω Z C = G' + jc ω, dans l hypothèse de faibles pertes ( L indépendante de la fréquence : L Z C = C ), Zc est réelle, 17/41

24 ( R+ j L ω )G ( + j C ω ) αre γ() 20 log ( e) Atténuation / Dispersion Le signal U(t,x) subit une modification de nature exponentielle le long de son trajet :, U( x) e U( t t, ) avec γω() Deux défauts apparaissent alors durant la transmission : Atténuation : elle est liée à la partie réelle de γ(ω) introduisant une modification sur l amplitude du signal. Elle est caractérisée par l affaiblissement linéique (db/m) : Re( γ ) Par quelques approximations, on simplifie les calculs par R 2 Z c Dispersion : elle est liée à la partie imaginaire de γ(ω), introduisant une modification sur la phase du signal. Un signal carré arrive déformé au bout de la ligne, sous l effet d un déphasage affectant de manière différente chaque harmonique du signal. t t En haute fréquence En haute fréquence, l effet pelliculaire apparaît, et les pertes diélectriques peuvent devenir non négligeables. L effet pelliculaire fait croître R proportionnellement à ω Les pertes diélectriques font croître G proportionnellement à ω t t 18/41

25 Exercice : topologie réseau à réaliser en TP RS232 est une liaison point à point. RS485 est une liaison permettant de réaliser un réseau. Nous souhaitons donc réaliser un réseau d ordinateurs en RS485 à partir de leur port série. Pour cela, nous allons utiliser une carte de conversion 232/485. Quelles sont les adaptations à faire pour passer de la norme RS232 à la norme RS485. A partir des cartes fournies, retrouver les composants intervenants dans cette conversion (www.datasheetcatalog.com). La topologie de bus linéaire est choisie, que faut-il faire pour ne pas avoir de réflexion de l onde en bout de ligne? Faire un schéma du réseau. 19/41

26 Techniques de test / correction d erreurs Parité : Bit(s) ajouté(s) à l'information pour en vérifier l'intégrité. Lorsque l'on parle de caractères, la parité (horizontale : LRC) peut être paire (toujours un nombre pair de bits positionnés à 1) ou impaire, ou forcée à un, ou nulle. La vérification de la parité peut être utile lorsque l'on transmet de l'information à haute vitesse ou sur des lignes de qualité médiocre. Parité verticale : de la même manière que pour la transmission d un octets où chaque bit est considéré pour placer un bit de parité à 1 ou 0, ici les bits 0, 1, 7, de chaque octets sont utilisés pour calculer une parité verticale : Données NXOR Calcul en parité impaire (paire : XOR) Parité combinée : en combinant les deux parités précédentes, il est possible de corriger une erreur de transmission. En effet, en croisant la ligne donnant une parité horizontale fausse et la colonne donnant une parité verticale fausse. Checksum : travail sur l ensemble des données. Ici la somme arithmétique des données est calculée est tronquée sur 8 bits Données Somme arithmétique Somme tronquée à 8 bits Checksum zero (entier 8 bits, non signé) CRC : Cyclic Redundancy Check. Code (polynômial) de redondance cyclique. Le CRC est utilisé pour se prémunir contre les pertes d'informations ou leur altération en créant une redondance limitée pouvant permettre une autoréparation du message. (Exemple Ethernet). 20/41

27 Chap 4 : Bus de communication Un grand nombre de normes de bus de communication existe. Ces normes visent généralement un panel d applications spécifiques mais pour lesquelles il peut exister des recouvrements. Certaines normes sont propriétaires d autres ouvertes, elles peuvent être définies par des industriels, ou des organisations. Évaluation de la répartition du marché en 2007 des bus de communication pour l acquisition de données Liste de quelques bus USB (Universal Serial BUS) FireWire IEEE 1394 GPIB (General Purpose Interface Bus) IEEE 488 Hart (Highway Addressable Remote Transducer) LON (Local Operating Network) BACnet (Building Automation and Control Networks), KNX (Konnex), EIB (European Installation Bus) X10 Profibus PA/DP/FMS (Process Field Bus, de Siemens), ProfiNet AS-I (Actuators Sensors Interface) Modbus (Modicion) /JBus Interbus CAN (Controller Area Network, Boch) Bus LIN (Local Interconnect Network) Worldfip (Factory Instrumentation Protocole) DeviceNet BUS I²C : Inter Integrated Circuit Bus ARCNET Bluetooth IrDA (Infrared Data Association) MP-Bus (servomoteurs) SAIA-SBUS Controlnet Bus Flexray IEEE 1588 PTP Sercos (SErial Real-time COmmunications System) EtherCAT (Ethernet for Control Automation Technology) 21/41

28 Étude par «couches» des communications Le modèle OSI (open system interconnection) la description d un bus de terrain fait intervenir o les connexions physiques o le codage des informations o la gestion des conflits d accès o l adressage des stations et des messages o le déclenchement des échanges de données le modèle OSI a été élaboré par l ISO (organisation internationale de normalisation) o il a été défini pour les grands réseaux de communication o il est malgré tout utilisable pour les bus de terrain OSI n est pas un protocole, mais une manière normalisée de décrire un système le modèle OSI définit 7 couches chacune réalise une fonction particulière dans la communication la fonction réalisée par une couche est définie par son PDU (protocole data unit), afin que les données traitées par cette couche soient directement exploitables par la couche homologues de la station destinatrice chaque couche reçoit ou fournit un «service», par son SDU (service data unit) à la couche qui lui est immédiatement supérieure. Rôle essentiel des couches 22/41

29 Couches OSI des bus de terrain les couches 3 à 6 ne sont pas vraiment utilisées le gain en rapidité est significatif o si vraiment nécessaire, ce qui appartiendrait aux couches 4, 5 et 6 est regroupé avec la couche 7 o si vraiment nécessaire, ce qui appartiendrait à la couche 3 est regroupé avec la couche 2 Couche no 1 Physique (physical) assure la transmission d une suite de bits sur le média de transmission o décrit les interfaces mécaniques (connecteurs) et électriques o décrit les mécanismes d activation et de désactivation des connexions physiques o décrit les protocoles d échange de bits => informe la couche supérieure en cas de problème de transmission physique supports de transmission (média) o fils torsadés, câbles coaxiaux, fibres optiques, ondes radioélectriques Couche no 2 Liaison (link) assure la transmission sans erreur d un bloc de données (trame) o permet le transfert fiable d informations entre systèmes connectés o structure les données sous forme de trames o détecte les erreurs de transmission et provoque éventuellement la correction (retransmission) o régule le flux d informations sur la liaison Couche no 7 Application (application ) o fournit les divers services de communication o définit les mécanismes communs aux applications réparties et la signification des informations échangées o contient les interfaces entre le bus de terrain et les systèmes utilisateurs o la couche 7 n a pas de frontière vers le haut, toutefois, les spécialistes des bus de terrain parlent souvent d une couche no 8 «utilisateur» 2 grandes catégories d applications o mode connecté connexion permanente mode non connecté téléchargements, messagerie, 23/41

30 Etude d un bus Nom du BUS : Organisme/Entreprise créatrice ou de normalisation : Domaine applicatif : Description de la couche physique : Description de la couche liaison : Description de la couche application : Autre : 24/41

31 ANNEXES : Normes de câbles La norme Ethernet (IEEE 802.3) Compatibilité électromagnétique (CEM) Conversion de bases Introduction... La base décimale... La base hexadécimale... Table des caractères ASCII Informatique & Communications GEII1 Lpro DEAI 25/

32 Normes de câbles Un certain nombre de normes existent : Etats-Unis : TIA/EIA-568-A International : ISO/IEC IS 1180 Europe : Cenelec EN Canada : CSA T529 Australie et Nouvelle-zélande : SAA/SNZ HB27:1996 La norme internationale ISO/CEI spécifie les recommandations en matière de systèmes de câblage de télécommunication (câblage structuré). Cette norme possède un champ d'application très large (téléphonie analogique et RNIS, différents standards de communication de données, systèmes de contrôle et de gestion technique du bâtiment, automatisation de production). Il couvre à la fois le câblage cuivre et en fibre optique. Ce standard a été conçu pour l'usage dans les locaux commerciaux consistant en un seul et même bâtiment, ou en plusieurs bâtiments regroupés en campus. Il est optimisé pour des locaux s'étendant jusqu'à 3 km. Pour la distribution horizontale la norme impose du câble à 4 paires torsadées acceptant 3 impédances différentes : 100, 120 et 150 ohms. Il existe différentes catégories de câbles pour différentes classes d application. Par exemple, pour valider une application classe D, il est nécessaire de s assurer que tous les composants sont certifiés catégorie 5. catégorie = caractéristiques d un type de câble, certifié selon une norme reconnue. classe = caractéristique des applications (fast-ethernet 100 Mbit/s catégorie 5) Longueurs théoriques du canal selon la catégorie des composants et la classe validée La quantité d informations (exprimées en bits par seconde) maximale (indépendamment du codage) supportée par une ligne de transmission diminue au fur et à mesure que le bruit sur le câble augmente et que la puissance du signal diminue (baisse du rapport signal/bruit). Capacité de transfert d information des câbles UTP de classe E, ScTP de classe E et classe F Informatique & Communications GEII1 Lpro DEAI 26/

33 La norme Ethernet (IEEE 802.3) Ethernet a été développé par Xerox en collaboration avec DEC et Intel en Il s'agit d'un standard définissant le support physique et les couches basses d'un réseau local dont la topologie peut être en étoile ou sous forme de bus linéaire. Ce standard a été ensuite normalisé par l' IEEE sous la référence mais le nom Ethernet est toujours utilisé pour désigner ces réseaux normalisés. Cette norme définie un grand nombre de supports physiques, en fonction du débit du codage et du media. Par exemple 10BASE-TX définit un débit de 10Mbit/s en codage bande de base (Manchester) sur paire torsadée (catégorie 5 UTP). Pour le codage on distingue deux termes : BAND quand le signale utilise la bande de base (baseband), c'est-à-dire la bande de fréquence du signal émis. BORAD quand le signale est modulé par une porteuse, lui permettant d être associé à d autres signaux ou d être transmis à grande distance pour les signaux à faible débit (10Mb/s). Pour les media, ceux majoritairement utilisés sont la paire torsadée (T, TX, ) et la fibre optique (F, FX, SX, ). Des premières versions en câble coaxial ont été définies mais ne sont plus utilisées pour Ethernet (10BASE5 limité à 500m, 10BASE2 limité à 200m, 10BROAD36, NRZ modulé en PSK permettant d atteindre 3,6km). Il existe par exemple plusieurs normes utilisant des paires torsadées, définissant plusieurs débits en fonction de la qualité du câble (bande passante) et des techniques de codage/modulation des données. Réseau Fréquence Codage / Modulation Taux de transfert 10Base-T (Traditional 16 MHz Manchester 10 Mb/s Ethernet) 100Base-TX (Fast 80 MHz 4B/5B puis NRZ 100 Mb/s Ethernet) 1GBase-T (Gigabit 250 MHz PAM-5, Utilise les 4 paires 1000 Mb/s Ethernet) en full duplex. 10GBase-T 500 MHz 128 DSQ + LDPC. Utilise les 4 paires en full duplex Mb/s L utilisation de plusieurs paires en même temps permet également de multiplier le débit. Par exemple le 100BaseT4 utilise 4 paires (1 transmission, 1 réception, 2 bi-directionnelles) de câbles UTP de catégories 3 (n est plus utilisée). Les 100Mbps sont ainsi répartis sur 3 paires. Pour les hauts débit (Gigabit Ethernet à 1Gb/s) la catégorie 5 n est plus suffisante, on utilise alors des catégories plus élevées (1GBaseT en catégorie 5e ou 6, distance maximale de 100m) ou bien de la fibre optique en fonction des distances souhaitées (1GBaseLX, SX ou CX, respectivement sur 3km, 500m, 25m). Informatique & Communications GEII1 Lpro DEAI 27/

34 La norme 10GBase-T définie en 2006 propose un débit maximum de 10 Gb/s sur une distance de 100 mètres à partir de paires torsadées : Classe Catégorie Type Bande passante Connecteur E 6e FTP 500 Mhz RJ45 Ea 6a UTP 500 Mhz RJ45 F 7 Blindé 600 Mhz GG45 Au niveau de la connectique, la prise RJ45 (4 paires) est celle définie dans la norme ISO/CEI Celle-ci n est plus suffisant pour la catégorie 7 et est remplacée par la GG45 (compatible RJ45). Pour la téléphonie ou utilise des prises RJ11 (2 paires). RJ45 GG45 RJ11 L évolution de la bande passante Informatique & Communications GEII1 Lpro DEAI 28/

35 Compatibilité électromagnétique (CEM) La mise en place d'un réseau en milieu industriel ne peut se faire sans une prise en compte des problèmes liés à la compatibilité électromagnétique. Les lignes sont facilement perturbées par les champs électriques et magnétiques, et ce, d'autant plus que les commandes de moteurs se font par des variateurs de vitesse. Il faut impérativement : séparer les lignes de puissances des câbles informatiques par des écrans métalliques, disposer très proprement et aligner les câbles dans des chemins métalliques pleins, attacher les câbles informatiques pour les plaquer sur les supports métalliques, sans les déformer, relier très souvent (tous les 5 m) les chemins de câble à la terre par un fil de forte section, Informatique & Communications GEII1 Lpro DEAI 29/

Master d'informatique 1ère année Réseaux et protocoles. Couche physique

Master d'informatique 1ère année Réseaux et protocoles. Couche physique Master d'informatique 1ère année Réseaux et protocoles Couche physique Bureau S3-354 Mailto:Jean.Saquet@unicaen.fr http://saquet.users.greyc.fr/m1/rezopro Supports de communication Quelques exemples :

Plus en détail

III. Connectique et câblage réseaux

III. Connectique et câblage réseaux III. Connectique et Câblage des Réseaux Câblage et Connectique des Réseaux (1):L'application réseau est le programme informatique utilisant les capacités de communication du réseau : accès à des fichiers

Plus en détail

Transmissions série et parallèle

Transmissions série et parallèle 1. Introduction : Un signal numérique transmet généralement plusieurs digits binaires. Exemple : 01000001 ( huit bits). Dans une transmission numérique on peut envisager deux modes : les envoyer tous en

Plus en détail

ETHERNET FAST ETHERNET GIGABIT ETHERNET

ETHERNET FAST ETHERNET GIGABIT ETHERNET ETHERNET FAST ETHERNET GIGABIT ETHERNET Jean-François L haire Diapositives commentées AVANT... Câblage en coaxial 1980: Signature de l'accord entre: INTEL DIGITAL XEROX - Micro-processeurs - Ordinateurs

Plus en détail

Réseaux communicants

Réseaux communicants Nom.. Prénom.. Réseaux communicants Technologie 1 Energie transportée / données transportées : Dans une installation électrique, on distingue 2 utilisations de la tension transportée : - la tension pour

Plus en détail

Cisco Certified Network Associate

Cisco Certified Network Associate Cisco Certified Network Associate Version 4 Notions de base sur les réseaux Chapitre 8 01 Quelle couche OSI est responsable de la transmission binaire, de la spécification du câblage et des aspects physiques

Plus en détail

ETHERNET. 4 - Les différents Ethernet à 10 Mbit/s. AP ~ Réseau local Ethernet ~ 34

ETHERNET. 4 - Les différents Ethernet à 10 Mbit/s. AP ~ Réseau local Ethernet ~ 34 ETHERNET 4 - Les différents Ethernet à 10 Mbit/s ~ Réseau local Ethernet ~ 34 Dénomination des différents Ethernet Distance ou type de support Transmission (Base = Baseband) Vitesse de transmission

Plus en détail

4. Les réseaux locaux

4. Les réseaux locaux 4. Les réseaux locaux 4.1 Types des réseaux 4.2 Modèle en couches et réseaux locaux 4.3 Topologie et câblage 4.4 Méthodes d accès au médium CSMA/CD Anneau à jeton Caractéristiques «Réseau» Réseau : ensemble

Plus en détail

2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP)

2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP) 2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP) 2.1 Introduction 2.2 Signal 2.3 Support de transmission 2.4 Adaptation du signal aux supports de transmission 2.5 Accès WAN 2.1 Introduction Introduction Rôle

Plus en détail

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd UE 503 L3 MIAGE Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique A. Belaïd abelaid@loria.fr http://www.loria.fr/~abelaid/ Année Universitaire 2011/2012 2 Le Modèle OSI La couche physique ou le

Plus en détail

Année 2010-2011. Transmission des données. Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.perso.esil.univmed.

Année 2010-2011. Transmission des données. Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.perso.esil.univmed. Année 2010-2011 Réseaux I Transmission des données Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.perso.esil.univmed.fr 1 Plan 1 Notions de signaux 2 Caractéristiques communes

Plus en détail

Description d'une liaison

Description d'une liaison escription d'une liaison I. Constitution d'une liaison...2 II. Modes d'exploitation...2 III. Normalisation des jonctions...2 III.1. Norme V28 (RS232) 3 III.2. Norme V11 (RS422 et RS485) 4 IV. Liaison V24

Plus en détail

Communication par transmission série RS232

Communication par transmission série RS232 éduscol Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour le cycle terminal général et technologique Informatique et Sciences du Numérique Communication par transmission série RS232 Ces

Plus en détail

2 Raccordement d une imprimante, d un terminal ou d un ordinateur au DULCOMARIN

2 Raccordement d une imprimante, d un terminal ou d un ordinateur au DULCOMARIN 1 Généralités L interface sérielle selon RS 232 sert exclusivement à l édition automatique des valeurs mesurées et des messages du DULCOMARIN sur une imprimante ou un PC. La longueur de caractères d une

Plus en détail

Université de La Rochelle. Réseaux TD n 6

Université de La Rochelle. Réseaux TD n 6 Réseaux TD n 6 Rappels : Théorème de Nyquist (ligne non bruitée) : Dmax = 2H log 2 V Théorème de Shannon (ligne bruitée) : C = H log 2 (1+ S/B) Relation entre débit binaire et rapidité de modulation :

Plus en détail

LA COMMUNICATION DE L INFORMATION EN RESEAUX

LA COMMUNICATION DE L INFORMATION EN RESEAUX LA COMMUNICATION DE L INFORMATION EN RESEAUX A LES RESEAUX Un réseau est un ensemble d objets connectés entre eux. Il permet de faire circuler un certain nombre d information entre ces objets selon des

Plus en détail

Le multiplexage. Sommaire

Le multiplexage. Sommaire Sommaire Table des matières 1- GENERALITES... 2 1-1 Introduction... 2 1-2 Multiplexage... 4 1-3 Transmission numérique... 5 2- LA NUMERATION HEXADECIMALE Base 16... 8 3- ARCHITECTURE ET PROTOCOLE DES RESEAUX...

Plus en détail

Chapitre 2 : communications numériques.

Chapitre 2 : communications numériques. Chapitre 2 : communications numériques. 1) généralités sur les communications numériques. A) production d'un signal numérique : transformation d'un signal analogique en une suite d'éléments binaires notés

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA PLATEFORME DE TESTS...

MISE EN PLACE DE LA PLATEFORME DE TESTS... SOMMAIRE : MISE EN PLACE DE LA PLATEFORME DE TESTS...2 INTRODUCTION...2 LE CÂBLE DE BOUCLE EXTERNE...2 CONFIGURATION DU POSTE INFORMATIQUE...3 Problème posé...3 Identification des éléments mis en cause...3

Plus en détail

Système M-Bus NIEVEAU TERRAIN NIVEAU AUTOMATION NIVEAU GESTION. Domaines d'application

Système M-Bus NIEVEAU TERRAIN NIVEAU AUTOMATION NIVEAU GESTION. Domaines d'application 5 657 ENERGY MONITORING ET CONTROLLING EMC MeterProxy pour M-Bus CSM30.001 L'Energy Monitoring & Controlling EMC est un outil de gestion d'énergie d'utilisation aisée pour la surveillance et le contrôle

Plus en détail

Communication par bus SPI avec les capteurs de pression digitaux de la série HCE de Sensortechnics

Communication par bus SPI avec les capteurs de pression digitaux de la série HCE de Sensortechnics 1 INTRODUCTION 1.1 Capteurs de pression digitaux Les capteurs de pression digitaux utilisent un AIC interne pour la calibration digitale et la compensation en température et fournissent un signal de sortie

Plus en détail

NOTIONS DE RESEAUX INFORMATIQUES

NOTIONS DE RESEAUX INFORMATIQUES NOTIONS DE RESEAUX INFORMATIQUES GENERALITES Définition d'un réseau Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux afin de partager des données, des ressources et d'échanger des

Plus en détail

Fiche technique CPU 314SC/DPM (314-6CG13)

Fiche technique CPU 314SC/DPM (314-6CG13) Fiche technique CPU 314SC/DPM (3146CG13) Données techniques N de commande 3146CG13 Type CPU 314SC/DPM Information générale Note Caractéristiques SPEEDBus Technologie SPEED7 24 x DI, 16 x DO, 8 x DIO, 4

Plus en détail

Hainaut P. 2013 - www.coursonline.be 1

Hainaut P. 2013 - www.coursonline.be 1 Ethernet 802.3 But de cette présentation Le protocole Ethernet est le protocole de couche 2 (du modèle OSI) le plus utilisé actuellement, dans les réseaux locaux Il repose sur l emploi de matériel «Ethernet»

Plus en détail

La VDI : le câblage structuré

La VDI : le câblage structuré La VDI : le câblage structuré Objectif : réaliser la liaison de tous les utilisateurs à tous les réseaux Assurer souplesse, fiabilité, évolutions entre des utilisateurs des terminaux de communication des

Plus en détail

Cours n 12. Technologies WAN 2nd partie

Cours n 12. Technologies WAN 2nd partie Cours n 12 Technologies WAN 2nd partie 1 Sommaire Aperçu des technologies WAN Technologies WAN Conception d un WAN 2 Lignes Louées Lorsque des connexions dédiées permanentes sont nécessaires, des lignes

Plus en détail

Chapitre VIII : Introduction aux réseaux. Motivations. Notion de système distribué. Motivations Différents types de SE

Chapitre VIII : Introduction aux réseaux. Motivations. Notion de système distribué. Motivations Différents types de SE Chapitre VIII : Introduction aux réseaux Eric.Leclercq@u-bourgogne.fr Département IEM http://ufrsciencestech.u-bourgogne.fr http://ludique.u-bourgogne.fr/~leclercq 4 mai 2006 1 Structures de Systèmes distribués

Plus en détail

Détection et Correction d erreurs

Détection et Correction d erreurs Chapitre 4 Détection et Correction d erreurs 4.1 La couche liaison de données La couche 3 (couche réseau) a pour mission, entre autres, de trouver le meilleur chemin pour acheminer le message. Cette tâche

Plus en détail

La VDI : le câblage structuré

La VDI : le câblage structuré La VDI : le câblage structuré Objectif : réaliser la liaison de tous les utilisateurs à tous les réseaux Assurer souplesse, fiabilité, évolutions entre des utilisateurs des terminaux divers des réseaux

Plus en détail

Le câblage VDI. V: Voix D: Données I: Images

Le câblage VDI. V: Voix D: Données I: Images Le câblage VDI D après le catalogue Legrand 1 ) Introduction : Les moyens actuels de communication sont en évolution permanente. Là où le téléphone était le seul système de communication, de nouveaux moyens

Plus en détail

Cisco Certified Network Associate

Cisco Certified Network Associate Cisco Certified Network Associate Version 4 Notions de base sur les réseaux Chapitre 9 01 Convertissez le nombre binaire 10111010 en son équivalent hexadécimal. Sélectionnez la réponse correcte dans la

Plus en détail

LA COUCHE PHYSIQUE EST LA COUCHE par laquelle l information est effectivemnt transmise.

LA COUCHE PHYSIQUE EST LA COUCHE par laquelle l information est effectivemnt transmise. M Informatique Réseaux Cours bis Couche Physique Notes de Cours LA COUCHE PHYSIQUE EST LA COUCHE par laquelle l information est effectivemnt transmise. Les technologies utilisées sont celles du traitement

Plus en détail

xdsl Digital Suscriber Line «Utiliser la totalité de la bande passante du cuivre»

xdsl Digital Suscriber Line «Utiliser la totalité de la bande passante du cuivre» xdsl Digital Suscriber Line «Utiliser la totalité de la bande passante du cuivre» Le marché en France ~ 9 millions d abonnés fin 2005 ~ 6 millions fin 2004 dont la moitié chez l opérateur historique et

Plus en détail

Conservatoire National des Arts et Métiers FOD Ile de France

Conservatoire National des Arts et Métiers FOD Ile de France Conservatoire National des Arts et Métiers FOD Ile de France LA CODIFICATION BINAIRE 15 juillet 2006 Version Auteur Commentaires 10 octobre 2004 Emile Geahchan Version Initiale 21 octobre 2005 Emile Geahchan

Plus en détail

Ethernet M1 Info Z. Mammeri - UPS 1. Ethernet en bref

Ethernet M1 Info Z. Mammeri - UPS 1. Ethernet en bref Réseau Ethernet M1 Info - Cours de Réseaux Z. Mammeri 1 1. Introduction Ethernet en bref Introduit par Metcalfe au début des années 70 (73-74) Commercialisé par Intel, Xeroc et Dec en 1976 Premier réseau

Plus en détail

MICROSENS. Module Bridge Ethernet / Fast Ethernet. fiber optic solutions. Description. Construction

MICROSENS. Module Bridge Ethernet / Fast Ethernet. fiber optic solutions. Description. Construction Module Bridge Ethernet / Fast Ethernet MICROSENS fiber optic solutions Description Le Bridge permet de connecter entre eux des segments Ethernet et Fast Ethernet de norme IEEE802.3u en adaptant automatiquement

Plus en détail

FastEthernet et GigaBit Ethernet. F. Nolot

FastEthernet et GigaBit Ethernet. F. Nolot FastEthernet et GigaBit Ethernet F. Nolot 1 FastEthernet et GigaBit Ethernet Rappel sur Ethernet F. Nolot 2 Ethernet? Regroupe 4 familles Ethernet et IEEE 802.3 : définition d'origine à 10 Mbps Fast Ethernet

Plus en détail

5 h SUPPORT TECHNIQUE : SOUS SYSTEME MALAXEUR HABILIS et VARIATEUR ATV31 TITRE : REALISATION du SCHEMA & ETUDE ESSAIS de la COMMUNICATION

5 h SUPPORT TECHNIQUE : SOUS SYSTEME MALAXEUR HABILIS et VARIATEUR ATV31 TITRE : REALISATION du SCHEMA & ETUDE ESSAIS de la COMMUNICATION FONCTIONS : COMMANDER la PUISSANCE par TOR, CONVERTIR & MODULER l NRJ. COMMUNIQUER TP 2 durée : 5 h SUPPORT TECHNIQUE : SOUS SYSTEME MALAXEUR HABILIS et VARIATEUR ATV31 TITRE : REALISATION du SCHEMA &

Plus en détail

Hubert & Bruno Lundi 12 octobre 2009 SAINT-QUENTIN (02)

Hubert & Bruno Lundi 12 octobre 2009 SAINT-QUENTIN (02) Hubert & Bruno Lundi 12 octobre 2009 SAINT-QUENTIN (02) Ne rien livrer au hasard, c est économiser du travail Pont Sainte Maxence(O C est quoi USB? Comment ça marche? Les standards? La technique en détail

Plus en détail

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission Page 1 / 7 A) Principaux éléments intervenant dans la transmission A.1 Equipement voisins Ordinateur ou terminal Ordinateur ou terminal Canal de transmission ETTD ETTD ETTD : Equipement Terminal de Traitement

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. I. Objectifs page 2. II. Types de réseaux page 2. III. Transmission page 2. IV. Câbles page 3. V.

TABLE DES MATIERES. I. Objectifs page 2. II. Types de réseaux page 2. III. Transmission page 2. IV. Câbles page 3. V. TABLE DES MATIERES I. Objectifs page 2 II. Types de réseaux page 2 III. Transmission page 2 1. Série ou parallèle page 2 2. Codage page 3 IV. Câbles page 3 V. Topologie page 4 VI. Types de réseaux locaux

Plus en détail

Plan du Travail. 2014/2015 Cours TIC - 1ère année MI 30

Plan du Travail. 2014/2015 Cours TIC - 1ère année MI 30 Plan du Travail Chapitre 1: Internet et le Web : Définitions et historique Chapitre 2: Principes d Internet Chapitre 3 : Principaux services d Internet Chapitre 4 : Introduction au langage HTML 2014/2015

Plus en détail

L'habitat communicant

L'habitat communicant L'habitat résidentiel intègre de plus en plus, dans son infrastructure, les réseaux de communication (téléphone, Internet, multimédia), au même titre que le réseau électrique Le terme VDI (Voix, Données,

Plus en détail

ANNEXE 5 (1 page) MIC2920x

ANNEXE 5 (1 page) MIC2920x ²² ANNEXE 5 (1 page) MIC2920x Coefficient : 5 DT 7/ 29 ANNEXE 6 (1 page) - ADG 719 Coefficient : 5 DT 8/ 29 ANNEXE 7 (3 pages) - ESDAxxSCy Coefficient : 5 DT 9/ 29 ANNEXE 7 (suite) Coefficient : 5 DT 10/

Plus en détail

Le bus USB. I) Introduction : II) Architecture du bus USB :

Le bus USB. I) Introduction : II) Architecture du bus USB : Le bus USB I) Introduction : Le bus USB est comme son nom l'indique un bus série (Universal Serial Bus). Le bus USB s'est répandu de façon très significative ces dernières années, que ce soit dans les

Plus en détail

CAPLP interne électrotechnique et énergie DOSSIER TECHNIQUE Session 2008 Page 41/62. Tournez la page S.V.P.

CAPLP interne électrotechnique et énergie DOSSIER TECHNIQUE Session 2008 Page 41/62. Tournez la page S.V.P. CAPLP interne électrotechnique et énergie DOSSIER TECHNIQUE Session 2008 Page 41/62 CAPLP interne électrotechnique et énergie DOSSIER TECHNIQUE Session 2008 Page 42/62 CAPLP interne électrotechnique et

Plus en détail

Guide de l'utilisateur

Guide de l'utilisateur Guide de l'utilisateur MC100CM MC110CS Convertisseur média Fast Ethernet MC111CS MC112CS Convertisseur média Fast Ethernet WDM Rev:1.0.0 Page 7106500709 1 sur 13 Droits de reproduction et marque déposée

Plus en détail

On distingue deux catégories de réseaux : le réseau «poste à poste» et le réseau disposant d un «serveur dédié».

On distingue deux catégories de réseaux : le réseau «poste à poste» et le réseau disposant d un «serveur dédié». Un réseau est un ensemble de connexions entre plusieurs ordinateurs. Il va permettre : - la communication entre utilisateurs à travers les machines - la partage de ressources matérielles - le partage de

Plus en détail

ENSEIRB P.N Souris PS/2

ENSEIRB P.N Souris PS/2 ENSEIRB P.N Souris PS/2 Souris PS/2 1. Le protocole PS/2 Le protocole PS/2 permet une communication synchrone, bidirectionnelle et bits en série entre un système et un périphérique (couramment clavier,

Plus en détail

/ 20. Installation Caméra Vidéosurveillance Trendnet-IP422WN. Lycée Edouard Branly. Bac professionnel Systèmes Electronique et Numériques

/ 20. Installation Caméra Vidéosurveillance Trendnet-IP422WN. Lycée Edouard Branly. Bac professionnel Systèmes Electronique et Numériques Date : ACTIVITÉ : Installation Caméra Vidéosurveillance Trendnet-IP422WN CONDITIONS D EXERCICE - Moyens et Ressources @ Internet Logiciel Doc. PC Outillages Matériels Niveau de maîtrise des savoirs 1 2

Plus en détail

Perturbations provoquées par les téléphones mobiles

Perturbations provoquées par les téléphones mobiles 2014 Perturbations provoquées par les téléphones mobiles Witschi Electronic SA 08.05.2014 Perturbations provoquées par les téléphones mobiles Tous les appareils Witschi arborant le marquage CE satisfont

Plus en détail

Fonctions de la couche physique

Fonctions de la couche physique La Couche physique 01010110 01010110 Couche physique Signal Médium Alain AUBERT alain.aubert@telecom-st-etienne.r 0 Fonctions de la couche physique 1 1 Services assurés par la couche physique Transmettre

Plus en détail

Chapitre 4 Protection contre les erreurs de transmission

Chapitre 4 Protection contre les erreurs de transmission Chapitre 4 Protection contre les erreurs de transmission I. Notion d erreur de transmission Les voies de communication sont imparfaites : - à cause des bruits : + bruit aléatoire + bruit en provenance

Plus en détail

LES RÉSEAUX I/ INTRODUCTION - LIAISON ENTRE DEUX POSTES

LES RÉSEAUX I/ INTRODUCTION - LIAISON ENTRE DEUX POSTES Page 1 LES RÉSEAUX I/ INTRODUCTION - LIAISON ENTRE DEUX POSTES Dès l'apparition des structures de traitement programmés, s'est fait ressentir le besoin de transmettre des informations numériques de manière

Plus en détail

Fiche technique CPU 315SN/PN (315-4PN33)

Fiche technique CPU 315SN/PN (315-4PN33) Fiche technique CPU 315SN/PN (315-4PN33) Données techniques N de commande 315-4PN33 Information générale Note - Caractéristiques SPEED-Bus - Données techniques de l'alimentation Alimentation (valeur nominale)

Plus en détail

Introduction aux réseaux locaux

Introduction aux réseaux locaux Chapitre 010 Introduction aux réseaux locaux A. Qu est ce qu un réseau local C'est un ensemble de moyens autonomes de calculs reliés entre eux pour s'échanger des informations et partager des ressources

Plus en détail

Tout sur l USB L USB (Universal Serial Bus) a été élaboré en 1996 par Intel, Compaq,Digital,IBM,Microsoft,NEC et NorthTelec (USB 1.0).

Tout sur l USB L USB (Universal Serial Bus) a été élaboré en 1996 par Intel, Compaq,Digital,IBM,Microsoft,NEC et NorthTelec (USB 1.0). Tout sur l USB L USB (Universal Serial Bus) a été élaboré en 1996 par Intel, Compaq,Digital,IBM,Microsoft,NEC et NorthTelec (USB 1.0). Deux systèmes munis d un port (entrée-sortie) sont reliés par un câble.

Plus en détail

NanoSense. Protocole Modbus de la sonde Particules P4000. (Version 01F)

NanoSense. Protocole Modbus de la sonde Particules P4000. (Version 01F) NanoSense 123 rue de Bellevue, 92100 Boulogne Billancourt France Tél : 33-(0) 1 41 41 00 02, fax : 33-(0) 1 41 41 06 72 Protocole Modbus de la sonde Particules P4000 (Version 01F) Ver V01A V01B V01C V01D

Plus en détail

Les réseaux Physiques Partie I

Les réseaux Physiques Partie I Les réseaux Physiques Partie I Frédéric Dumas Sommaire Semestre 1 Réseaux Locaux Ethernet, la star des réseaux locaux Token Bus, Token Ring et Les SAN Réseaux Etendues La commutation de circuit : Frame

Plus en détail

Technologies Ethernet

Technologies Ethernet Technologies Ethernet Cisco CCNA 1 Campus-Booster ID : 705 www.supinfo.com Copyright SUPINFO. All rights reserved Technologies Ethernet Objectifs de ce module En suivant ce module vous allez : Apprendre

Plus en détail

CARTE PCI SERIE RS422 / RS485 2 PORTS DB9M MODE D EMPLOI

CARTE PCI SERIE RS422 / RS485 2 PORTS DB9M MODE D EMPLOI CARTE PCI SERIE RS422 / RS485 2 PORTS DB9M MODE D EMPLOI Informations de sécurité 1. Conserver cette notice pour vous y référer si besoin 2. Toujours lire attentivement les informations de sécurité 3.

Plus en détail

TeamConnect. SL TeamConnect CU1, Unité centrale SL TeamConnect CB1, Combox CARACTÉRISTIQUES

TeamConnect. SL TeamConnect CU1, Unité centrale SL TeamConnect CB1, Combox CARACTÉRISTIQUES TeamConnect SL TeamConnect CU1, Unité centrale SL TeamConnect CB1, Combox CARACTÉRISTIQUES 8 Connectivité par ligne téléphonique terrestre et PC/Voix sur IP (VoiP) pour téléconférence via téléphone et

Plus en détail

ETAP Safety Manager Systèmes centraux de contrôle et de gestion

ETAP Safety Manager Systèmes centraux de contrôle et de gestion Safety Manager Systèmes centraux de contrôle et de gestion Application Eléments constitutifs Avantages Programme destiné à la surveillance, et à la gestion de l éclairage de sécurité. Il permet l établissement

Plus en détail

Dossier technique. Présentation du bus DMX et Utilisation des options EL13 / EL14 ERM AUTOMATISMES INDUSTRIELS 1 LE PROTOCOLE DMX 2

Dossier technique. Présentation du bus DMX et Utilisation des options EL13 / EL14 ERM AUTOMATISMES INDUSTRIELS 1 LE PROTOCOLE DMX 2 ERM AUTOMATISMES INDUSTRIELS 280 Rue Edouard Daladier 84973 CARPENTRAS Cedex Tél : 04 90 60 05 68 - Fax : 04 90 60 66 26 Site : http://www.erm-automatismes.com/ E-Mail : Contact@erm-automatismes.com 1

Plus en détail

MAUREY Simon PICARD Fabien LP SARI. TP 5 : Routage IP Statique et Dynamique

MAUREY Simon PICARD Fabien LP SARI. TP 5 : Routage IP Statique et Dynamique MAUREY Simon PICARD Fabien LP SARI TP 5 : Routage IP Statique et Dynamique SOMMAIRE Matériels requis... 3 1. Routage statique Objectifs... 3 Architecture physique du réseau à mettre en oeuvre... 3 Configuration

Plus en détail

3 / Pour en savoir plus

3 / Pour en savoir plus 3 / Pour en savoir plus / Fiches techniques / Le dégroupage d une ligne téléphonique P. 38 / Les débits P. 39 / Les équipements à domicile P. 40 / Communications électroniques et accès à la télévision

Plus en détail

Cours de Numération. Il utilise exclusivement les deux symboles 0 et 1.

Cours de Numération. Il utilise exclusivement les deux symboles 0 et 1. Cours de Numération A). Introduction : I ). Généralités : Le système binaire (Base 2) a été conçu au 17 ème siècle par le mathématicien LEIBNITZ. Il présente l'avantage de ne comporter que deux symboles

Plus en détail

IUT de Colmar - Département RT 1ière année. Numération

IUT de Colmar - Département RT 1ière année. Numération IUT de Colmar - Département RT 1ière année. Numération 1 Laurent MURA. SOMMAIRE 1. Les différents systèmes 2. Les différentes conversions 3. Quelques systèmes de codage 4. L arithmétique binaire 2 IUT

Plus en détail

Rappels sur le câblage catégorie 5/ Classe D

Rappels sur le câblage catégorie 5/ Classe D Le câblage Gigabit sur paires torsadées I Le câblage Gigabit sur paires torsadées Luc SACCAVINI, luc.saccavini@inrialpes.fr INRIA, Rhône-Alpes Après un rappel sur les principaux points techniques du câblage

Plus en détail

DIFF DE BASE. Serendip serendip@via.ecp.fr. Samy samy@via.ecp.fr

DIFF DE BASE. Serendip serendip@via.ecp.fr. Samy samy@via.ecp.fr DIFF DE BASE Serendip serendip@via.ecp.fr Samy samy@via.ecp.fr I. INTRODUCTION AU RÉSEAU RÉSEAU : /ʁE.ZO/ N.M. DÉR., AU MOYEN DU SUFF. -EAU, DE L'A. FR. REIZ, REZ «FILET» (RETS); RÉSEAU A ÉTÉ EN CONCURRENCE

Plus en détail

T500 DUAlTACH. JAQUET T500 DualTach Instrument de mesure et de surveillance équipé de 2 entrées fréquence TACHYMETRE 2 CANAUX

T500 DUAlTACH. JAQUET T500 DualTach Instrument de mesure et de surveillance équipé de 2 entrées fréquence TACHYMETRE 2 CANAUX 02-09 T500 DUAlTACH JAQUET T500 DualTach Instrument de mesure et de surveillance équipé de 2 entrées fréquence JAQUET T500 DualTach Instrument multi canal de mesure et de surveillance pour applications

Plus en détail

Les entrées/sorties Les périphériques

Les entrées/sorties Les périphériques Les entrées/sorties Les périphériques La fonction d un ordinateur est le traitement de l information (fonction réalisée au niveau de la mémoire et l UC). L ordinateur acquiert cette information et restitue

Plus en détail

Présentation Générale

Présentation Générale Présentation Générale Modem routeur LAN Inte rnet Système de connectivités Plan Modem synchrone et Asynchrone La famille xdsl Wifi et WiMax Le protocole Point à Point : PPP Le faisceau hertzien Et le Satellite.

Plus en détail

Notions fondamentales

Notions fondamentales Notions fondamentales Segment Ethernet Deux stations appartiennent au même segment si elles sont connectés directement entre elles par un support de transmission Domaine de collisions Deux stations appartiennent

Plus en détail

Licence Professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique PROJET TUTORE 2005-2006

Licence Professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique PROJET TUTORE 2005-2006 Licence Professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique PROJET TUTORE 2005-2006 Rudy ROBIN Dominique LEMAIRE année 2005/2006 Licence professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique

Plus en détail

Les liaisons SPI et I2C

Les liaisons SPI et I2C DAMÉCOURT BENJAMIN AVRIL 28 Liaisons synchrones Les liaisons SPI et I2C Face arrière d un imac : trois ports USB, un port Firewire 4 et un port Firewire 8 CHRONOLOGIE ANNÉES 7 La liaison SPI et la création

Plus en détail

Câblage des réseaux WAN. www.ofppt.info

Câblage des réseaux WAN. www.ofppt.info Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail Câblage des réseaux WAN C-D-002.doc Mars 1-7 Sommaire 1. Couche physique WAN... 3 1.1. Connexions série WAN... 4 1.2. Routeurs et connexions

Plus en détail

Télécommunications. Plan

Télécommunications. Plan Télécommunications A.Maizate - EHTP 2010/2011 Plan Concepts généraux: Téléinformatique Liaison de Téléinformatique Sens de transmission Types de transmission Parallèle Série Techniques de Transmission

Plus en détail

Simple Utilisateur Mai 2008 Mai 2009 02

Simple Utilisateur Mai 2008 Mai 2009 02 Les réseaux sans fil (WiFi) Date de Date de Version Public Cible Publication Révision Simple Utilisateur Mai 2008 Mai 2009 02 Introduction Un réseau sans fil est un réseau dans lequel au moins deux terminaux

Plus en détail

Téléinformatique. Chapitre V : La couche liaison de données dans Internet. ESEN Université De La Manouba

Téléinformatique. Chapitre V : La couche liaison de données dans Internet. ESEN Université De La Manouba Téléinformatique Chapitre V : La couche liaison de données dans Internet ESEN Université De La Manouba Les techniques DSL La bande passante du service voix est limitée à 4 khz, cependant la bande passante

Plus en détail

LE CONTROLE D ERREURS LES CODES AUTOVERIFICATEURS OU AUTOCORRECTEURS. Les codes de blocs

LE CONTROLE D ERREURS LES CODES AUTOVERIFICATEURS OU AUTOCORRECTEURS. Les codes de blocs LE CONTROLE D ERREURS LES CODES AUTOVERIFICATEURS OU AUTOCORRECTEURS Les codes de blocs Le principe employé dans les codes de blocs consiste à construire le mot de code en «sectionnant» l information utile

Plus en détail

Les Réseaux Administrez un réseau

Les Réseaux Administrez un réseau Les Réseaux Administrez un réseau sous Windows ou sous Linux Exercices et corrigés 4 ième édition 43 QCM 87 travaux pratiques et leurs corrigés Près de 23 H de mise en pratique José DORDOIgNE Avant-propos

Plus en détail

Les Réseaux sans fils : IEEE 802.11. F. Nolot

Les Réseaux sans fils : IEEE 802.11. F. Nolot Les Réseaux sans fils : IEEE 802.11 F. Nolot 1 Les Réseaux sans fils : IEEE 802.11 Historique F. Nolot 2 Historique 1er norme publiée en 1997 Débit jusque 2 Mb/s En 1998, norme 802.11b, commercialement

Plus en détail

5.5 Utiliser le WiFi depuis son domicile

5.5 Utiliser le WiFi depuis son domicile Utiliser le WiFi depuis son domicile D autres formules existent. Une autre association, Wifi-Savoie propose par exemple un accès WiFi pour les utilisateurs de passage. Ceux-ci devront s acquitter d environ

Plus en détail

MOdulateur-DEModulateur (MODEM) FSK

MOdulateur-DEModulateur (MODEM) FSK MOdulateur-DEModulateur (MODEM) FSK La FSK (Frequency Shift Keying pour Saut discret de Fréquences) correspond tout simplement à une modulation de fréquence dont le modulant (information) est un signal

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

Modélisation des réseaux : Le modèle OSI et ses dérivés

Modélisation des réseaux : Le modèle OSI et ses dérivés Chapitre 1 1 Modélisation des réseaux : Le modèle OSI et ses dérivés Le modèle OSI de l ISO 2 Le modèle d'interconnexion des Systèmes Ouverts (Open Systems Interconnection) a été proposé par l'iso (International

Plus en détail

ELP 304 : Électronique Numérique. Cours 1 Introduction

ELP 304 : Électronique Numérique. Cours 1 Introduction ELP 304 : Électronique Numérique Cours 1 Introduction Catherine Douillard Dépt Électronique Les systèmes numériques : généralités (I) En électronique numérique, le codage des informations utilise deux

Plus en détail

ANALYSE TRAMEs LIAISON SERIE

ANALYSE TRAMEs LIAISON SERIE ANALYSE TRAMEs LIAISON SERIE 1 Objectifs de ce travail Nous allons étudier dynamiquement la liaison série en utilisant la simulation. La mise en œuvre des liaisons séries simulées et de TestCom est expliquée

Plus en détail

I- Définitions des signaux.

I- Définitions des signaux. 101011011100 010110101010 101110101101 100101010101 Du compact-disc, au DVD, en passant par l appareil photo numérique, le scanner, et télévision numérique, le numérique a fait une entrée progressive mais

Plus en détail

Ordinateurs, Structure et Applications

Ordinateurs, Structure et Applications Ordinateurs, Structure et Applications Cours 19, Le USB Etienne Tremblay Université Laval, Hiver 2012 Cours 19, p.1 USB signifie Universal Serial Bus USB Le USB a été conçu afin de remplacer le port série

Plus en détail

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS Matériel : Un GBF Un haut-parleur Un microphone avec adaptateur fiche banane Une DEL Une résistance

Plus en détail

Accès à un coupleur/contrôleur Ethernet via une liaison téléphonique

Accès à un coupleur/contrôleur Ethernet via une liaison téléphonique Accès à un coupleur/contrôleur Ethernet via une liaison téléphonique, Français Version 1.0.0 23/12/2002 ii General Copyright 2001 by WAGO Kontakttechnik GmbH Tous droits réservés. WAGO Kontakttechnik GmbH

Plus en détail

cabling system FOLAN www.folan.net

cabling system FOLAN www.folan.net cabling system FOLAN www.folan.net Quelles seront les exigences de demain?... La haute technologie rythme aujourd hui notre quotidien. Pour preuve, quelle entreprise peut fonctionner sans un réseau local

Plus en détail

CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h. Conf 1 : WIFI, les bases

CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h. Conf 1 : WIFI, les bases CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h Conf 1 : WIFI, les bases 1) Principes de fonctionnement (antennes, fréquences, emetteurs/recepteurs, point d'accés) a) Les grandes classes de fréquences HF, 300 Khz

Plus en détail

Les réseaux Ethernet: le câblage LP LAVOISIER. Le câblage. Page 1

Les réseaux Ethernet: le câblage LP LAVOISIER. Le câblage. Page 1 Les réseaux r Ethernet: Le câblage Page 1 A. Introduction Il existe trois noms utilisés pour désigner ces types de réseau: - Ethernet. -802.3. -CSMA/CD. 1. 802.3 802.3 est le nom que porte la norme qui

Plus en détail

Entrées-Sorties: Architectures de bus. GIF-1001 Ordinateurs: Structure et Applications, Hiver 2015 Jean-François Lalonde

Entrées-Sorties: Architectures de bus. GIF-1001 Ordinateurs: Structure et Applications, Hiver 2015 Jean-François Lalonde Entrées-Sorties: Architectures de bus GIF-1001 Ordinateurs: Structure et Applications, Hiver 2015 Jean-François Lalonde Architectures CPU/Mémoire/E-S Un ordinateur a cinq composantes de base: le(s) processeur(s)

Plus en détail

Brochure. Soulé Protection contre la foudre Gamme parafoudres courant faible

Brochure. Soulé Protection contre la foudre Gamme parafoudres courant faible Brochure Slé contre la fdre Gamme parafdres crant faible Énergie et productivité pr un monde meilleur Guide de sélection des équipements de téléphonie RTC (Réseau Téléphonique public Commuté) Réseau permettant

Plus en détail

2. DIFFÉRENTS TYPES DE RÉSEAUX

2. DIFFÉRENTS TYPES DE RÉSEAUX TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION 1 2. GÉNÉRALITÉS 5 1. RÔLES DES RÉSEAUX 5 1.1. Objectifs techniques 5 1.2. Objectifs utilisateurs 6 2. DIFFÉRENTS TYPES DE RÉSEAUX 7 2.1. Les réseaux locaux 7 2.2. Les

Plus en détail