La dépendance, au-delà du seul financement, un choix de société.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La dépendance, au-delà du seul financement, un choix de société."

Transcription

1 La dépendance, au-delà du seul financement, un choix de société. La dépendance des personnes âgées est devenue un fait majeur de nos sociétés développées. Comme pour le chômage, le cancer, la dépression ou le divorce, il n est guère de familles qui n aient été, un jour ou l autre, confrontées à cette réalité parmi leurs proches. Ce serait le cas de 60% des ans, selon une étude récente de TNS-Sofres. Plus encore : 25% seraient actuellement dans cette situation dont la moitié assumeraient un rôle d aidants (1). C est là le versant "sombre" du formidable progrès que représente l augmentation spectaculaire de l espérance de vie, rendue possible par les découvertes de la médecine et la forte progression du niveau de vie enregistrées depuis un demi siècle. Dépendance ou perte d autonomie? La dépendance, en tant qu incapacité à assumer seul les actes essentiels de la vie comme se déplacer, se laver, s habiller, préparer ses repas ou prendre ses médicaments, constitue un handicap majeur. Le terme de "dépendance" s est imposé, à partir des années 1980, pour catégoriser la situation des personnes de plus de 60 ans, par opposition au "handicap", terme réservé aux moins de 60 ans. L un et l autre statut ouvrant droit à des aides différenciées. La revendication d uniformisation, portée depuis longtemps par le monde associatif, a été reprise par la loi de 2005 sur le handicap, prévoyant une "convergence personnes âgées-personnes handicapées" à l horizon Cette orientation, confirmée en 2007 par la Caisse nationale de solidarité pour l autonomie (CNSA), est pour l heure restée lettre morte (2). Le terme d autonomie, qui figure dans le sigle de la CNSA avait déjà fait son apparition dans la définition de l Aide personnalisée à l autonomie (APA) succédant en 2001 à l ancienne Prestation spécifique dépendance (PSD)... sans pour autant en changer la nature d une aide réservée aux seules personnes de plus de 60 ans. Les partisans du terme "autonomie" mettent en avant un double enjeu : faciliter, sous ce vocable, la convergence programmée, mais non réalisée, de tous les handicaps, sans distinction d âge ; souligner que l objectif final de toute politique en faveur des personnes dépendantes ne doit pas être uniquement de compenser leur incapacité mais aussi de préserver leur droit de choisir leur mode de vie (3). Une situation lourde de conséquences et créatrice d inégalités. Que l on parle de dépendance ou de perte d autonomie, la situation est de toute manière une souffrance pour les personnes qui en sont atteintes et pour leurs proches. Car elle rompt avec les représentations de jeunesse, de santé et d indépendance qui sont au cœur des valeurs de nos sociétés. Elle induit un coût élevé pour les intéressés, quel que soit le lieu de résidence choisi : domicile personnel ou hébergement collectif. Car cela suppose alors soit la rétribution d aides à domicile, soit le versement de mensualités oscillant, le plus souvent, entre et 3 000, sinon plus. Enfin, le montant des retraites étant aujourd hui en France de en moyenne (1 000 pour les femmes, pour les hommes), la dépendance devient également une lourde charge pour les familles, tenues d aider financièrement leurs vieux parents dépendants ou, plus souvent, de s en occuper au quotidien, comme "aidants" familiaux. Or, là encore, si l on en croît les enquêtes par sondage, les Français se déclarent majoritairement dans l incapacité de prendre en charge la dépendance d un proche et sceptiques, à près de 75%, sur la prise en charge de leur propre dépendance soit par leur milieu familial, soit même par l Etat. (4) Semaines sociales de France "La dépendance, au-delà du seul financement, un choix de société" Mars

2 La survenance de la dépendance est, par ailleurs, facteur de profondes inégalités. Inégalités entre ceux qui en sont atteints et les autres. Inégalités, parmi les dépendants, entre les personnes aisées qui peuvent en assumer le coût et les moins fortunées incapables de faire face ; entre ceux qui sont entourés et ceux qui ne peuvent compter sur aucun soutien. Inégalités, parmi les entourants, entre ceux qui ont les moyens, en temps ou en argent, de venir en aide à leurs vieux parents et ceux qui ne le peuvent pas ; mais également inégalités entre sexes, l accompagnement de la dépendance étant le plus souvent le fait des femmes. Une nécessaire solidarité nationale. Le poids du "risque" apparaît tel pour les individus que, dans nos sociétés, chacun s accorde peu ou prou sur l idée d une nécessaire solidarité dans la prise en charge. Une solidarité dont les contours ont été longs à se préciser et continuent de faire débat, compte tenu de la conjoncture économique. Après deux décennies de rapports d experts, d atermoiement puis d expérimentations diverses, la loi du 20 juillet 2001 a créé l Allocation personnalisée d autonomie (APA) en remplacement de l ancienne Prestation spécifique dépendance(psd). Elle compte aujourd hui 1,15 million de bénéficiaires vivant pour les trois-cinquième à domicile et pour deux-cinquième en institution. Il s agit là d une aide financière attribuée aux personnes de plus de 60 ans qui, malgré les soins médicaux qu elles reçoivent, ont besoin d être aidées pour l accomplissement des actes essentiels de la vie ou requièrent une surveillance particulière. L APA est calculée en fonction des revenus des bénéficiaires et de leur degré de dépendance mesuré à l aide d une grille nationale AGGIR allant de 1 à 6. Seuls les quatre premiers degrés : GIR 1 à GIR 4 ouvrent doit à compensation. Les plus faiblement dépendants (GIR 4), représentant à eux seuls près de 45% des bénéficiaires de l allocation. Les dernières statistiques disponibles chiffrent le montant moyen de l APA à 498 mensuel pour une personne vivant à son domicile et à 413 pour une personne hébergée en institution. Or, des trois sources de dépenses liées à la perte d autonomie : soins, dépendance et hébergement, l APA ne couvre qu une partie des seuls coûts liés à la dépendance. Et si l Assurance maladie rembourse les soins, l hébergement doit être assumé par les intéressés eux-mêmes. Autant dire que le "reste à charge" pour ces personnes et leur famille est élevé, particulièrement en institution. Il a pu être évalué à 1000 mensuel en moyenne. Le rapport serait de 1 à 4, entre les 570 estimés pour une personne vivant à domicile et les ou plus nécessaires dans les EHPAD (établissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes) ou les USLD (unités de soins longue durée) des hôpitaux. Un coût très lourd, donc, pour les familles comme pour la collectivité. Même si la durée de versement de l APA (et donc de la dépendance) n est que de quatre ans en moyenne, sauf dans le cas de maladies dégénératives de type Alzheimer où elle peut être du double. Le coût de la dépendance au risque de la démographie. A un niveau global, le coût de la dépendance pour la collectivité est actuellement de l ordre de 22 milliards d euros dont 13,5 à la charge de la Sécurité sociale, 5,2 des départements et 3,3 de la Caisse nationale de solidarité pour l autonomie. La contribution des familles pour la prise en charge de leurs parents âgés a pu être estimée, elle, entre 7 et 10 milliards d euros. (5) Or la France se trouve, aujourd hui, dans une perspective démographique de fort vieillissement de sa population pour les prochaines décennies. L arrivée massive à la soixantaine des générations nombreuses d après-guerre, dans un contexte de crise économique et monétaire et de chômage élevé, a déjà contribué à creuser le déficit des régimes de retraite. Au point de contraindre le gouvernement français, comme la plupart de ses homologues européens, à engager un premier train de réformes drastiques, sans doute déjà insuffisantes. Dans vingt à trente ans, ces jeunes sexagénaires atteindront le seuil de la grande vieillesse. Or le taux de dépendance qui est de 3,3% chez les ans, passe à 13,7% au-delà de 80 ans. 2

3 Pour s en tenir à la seule tranche des 75 ans et plus, leur poids relatif passera d ici à 2050 de 9,3% à 16% de la population, soit en chiffres absolus de 6 à 11,5 millions de personnes. (6) A ce phénomène démographique il convient d ajouter l allongement de l espérance de vie des personnes handicapées. Ces données, inscrites dans les courbes, font craindre pour l avenir une "explosion" de la dépendance et de son coût. D autant que l augmentation de l espérance de vie "sans invalidité" aux âges élevés semble, depuis peu, marquer le pas. Le nombre des personnes âgées dépendantes devrait donc croître fortement, au cours de l actuel demi-siècle, sous l effet conjugué du vieillissement démographique et, désormais, d une légère accentuation des phénomènes de perte d autonomie aux âges élevés. Selon les experts, la hausse du nombre des personnes âgées dépendantes jusque-là estimée à 1% par an d ici à 2040 pourrait, dans une hypothèse haute, atteindre 1,4%. A réglementation constante, le nombre des allocataires de l APA se situerait, à l horizon 2060, dans une fourchette de 1,85 à 2,3 millions. Quant aux besoins de financement ils pourraient passer des 22 milliards actuels à 32 milliards dès En pourcentage du PIB, le poids de la dépendance dans notre pays passerait, lui, de 1,22% aujourd hui à 1,67% ou 1,76% selon les modes d indexation. (7) Une consultation... pour quelle réforme? Sans être apocalyptique, cette perspective justifie largement le choix du Président de la République, comme il s y était engagé, de légiférer sans plus tarder sur la prise en charge de la dépendance présentée comme l un des grands dossiers du quinquennat. Avec l ambition de mettre en place des solutions pérennes tant pour les finances publiques que pour le "reste à charge" des familles. Car, toutes les enquêtes par sondage le confirment : l opinion a peur de la dépendance. Dans son baromètre Grand âge 2011, TNS-Sofres note : "l incapacité des Français, qu elle soit personnelle ou financière à faire face à la dépendance liée au grand âge, doublée d un sentiment d abandon de la part des pouvoirs publics sur la prise en charge et l information délivrée." Quatre groupes d experts ont été constitués. La définition de leur champ d investigation traduit l intention d aborder la question dans toutes ses dimensions. : "Société et vieillissement", "Enjeux démographiques et financiers de la dépendance", "Accueil et accompagnement des personnes âgées" et enfin "Stratégie pour la couverture de la dépendance des personnes âgées". Un "grand débat national", lancé au début de cette année est censé précéder l annonce, à la veille de l été 2011, des orientations retenues par le gouvernement qui pourraient être mises en œuvre, dès l automne, dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour Pour autant, le précédent du débat sur les retraites peut faire craindre que l on s en tienne, à l heure des arbitrages, à de simples considérations de financement, fortement influencées par les contraintes du court terme. En effet, les échéances politiques de l année 2012 paraissent peu propices à l engagement de réformes structurelles susceptibles de mécontenter le corps électoral. Pourtant, la meilleure façon de dépasser d éventuels blocages relatifs à des "mises à contribution" financières, serait précisément de faire œuvre pédagogique en permettant aux citoyens d appréhender la question dans toute son ampleur : celle d un phénomène de société majeur, dont la montée en puissance au cours des prochaines décennies risque d être spectaculaire, et qu il convient, de ce fait, de gérer dans la durée. Quitte à prévoir, dès le départ, de ne mettre en œuvre, que par pallier, la politique d ensemble susceptible de régler durablement la question. Un projet de vie pour les personnes en perte d autonomie. Si l on veut bien considérer que les personnes âgées dépendantes on le droit de voir leur autonomie/liberté reconnue et préservée, encore faut-il accepter de les entendre sur leurs Semaines sociales de France "La dépendance, au-delà du seul financement, un choix de société" Mars

4 choix de vie. Toutes les enquêtes réalisées au cours de ces dernières années (TNS-Sofres, CSA, Ipsos...) montrent une préférence des Français, à plus de 85%, pour le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes.(8) Au besoin, avec le soutien de leurs proches et/ou de services d aide à domicile. A l argument du "moindre coût" par rapport à l hébergement en institution, viennent s ajouter la culpabilité d un placement assimilé à une forme d abandon et la crainte de la maltraitance. Le "maintien à domicile" semble donc concilier la préférence des citoyens et l intérêt des finances publiques, pour peu qu elle soit mise en œuvre de manière cohérente. Mais il faut bien voir que, parfois, ce volontarisme peut être mis à mal par l évolution de l état de santé de la personne âgée, notamment en cas de dépendance psychique. Le passage du domicile à l institution peut alors apparaître comme une étape inéluctable. La nécessité de gérer, dans la dignité, une situation aussi évolutive porte en elle un certain nombre d exigences. Des exigences relatives à la qualité du diagnostic, l évaluation des besoins et la mise en place, partout en France, d une coordination gérontologique digne de ce nom. Exigences sur la qualification, la formation et le statut des aides à domicile. Exigences sur le soutien à la fois juridique, psychologique et institutionnel, à apporter aux aidants familiaux, le plus souvent constitués de femmes de plus de 50 ans, en activité professionnelle, dévouées jusqu à l épuisement. Exigences quant au nombre, à la qualification et au taux d encadrement du personnel des établissements accueillant des personnes âgées en perte d autonomie. Exigences dans la diversification des structures d accueil intermédiaires entre domicile et institutions, notamment en termes d accueil de jour et d hébergement temporaire. Exigences dans la mise en œuvre d une vraie "charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance" telle qu elle a pu être élaborée par la Fondation nationale de gérontologie (FNG). La dépendance : une chance pour l emploi. Ces exigences ont, bien évidemment, un impact budgétaire et peuvent être perçues comme générant des dépenses lourdes. La dépendance serait donc une charge pour la collectivité. Mais on peut également considérer qu il existe là un secteur économique fortement créateur d emploi pour aujourd hui et plus encore pour demain dans les domaines du médical, du médico-social et du social. Des emplois à "haute valeur humaine ajoutée" dès lors qu il ne s agit pas de produire des biens matériels mais du mieux-être pour des humains et du relationnel. Des emplois d autant mieux garantis pour l avenir qu ils ne sont susceptibles d aucune substitution entre l homme et la machine et n ont à redouter aucune délocalisation au-delà de nos frontières. En 2008, le "plan des métiers de la dépendance", présenté par le gouvernement, estimait à les besoins du secteur à l horizon (9) On sait qu aujourd hui ces métiers sont largement dévalorisés dans l esprit du public et jugés peu attractifs. Au point que l on a pu parler d une forme de nouveau prolétariat et de la nécessité d en finir avec cette tentation de "faire soigner les vieux par les pauvres".(10) Le projet du gouvernement était alors d en faire des outils de promotion sociale en permettant aux salariés de se former, d évoluer dans le cadre d un répertoire des métiers de la dépendance, de changer d activité voire de secteur. Mais faire sortir ces professionnels de la précarité passe également par l octroi d un vrai statut porteur de garanties tant sur la formation et la qualification, que sur la rémunération et la protection sociale. Changer le regard de notre société sur la dépendance. Plus largement, c est le regard que notre société porte sur la dépendance des personnes âgées qui est aujourd hui en cause. C est à dire le regard que nous portons sur la continuité d une vie - notre propre vie - de la dépendance de l enfance à celle de la vieillesse. Encore faudrait-il s interroger sur la pseudo indépendance de l âge adulte! Est également en jeu notre capacité à prévenir un "mauvais" vieillissement susceptible de se transformer ultérieurement en perte d autonomie. Car il n y a là aucune fatalité comme le 4

5 montrent les expériences réussies de pays comme la Suède. (11) Il est donc de la responsabilité des Pouvoirs publics de mettre en œuvre une politique de prévention de la dépendance. Une prévention qui concerne, bien sûr, les personnes âgés en priorité, à travers le suivi médical, l équipement du logement, l hygiène alimentaire, la lutte contre l inactivité, le maintien du lien social. Une prévention qui reste pertinente, même pour les personnes déjà en situation de perte d autonomie, car elle peut éviter l aggravation de leur état. Une prévention qui, pour l ensemble de la population, doit commencer largement en amont, par un équilibre de vie, chez soi comme dans son milieu de travail. Régler la question du financement et de la prise en charge, pour urgente qu elle soit, ne réduira en rien la solitude dramatique qui marque tant de fins de vie, à domicile comme en institution. Si l on en croit les Petits frères des pauvres, "Une personne dépendante sur quatre (serait) entièrement seule." (12) La dépendance des personnes âgées appelle donc aussi à ce que des bénévoles, nombreux, acceptent de les visiter comme cela se fait, couramment, dans les démocraties du Nord de l Europe. Pour que soit traduit dans les faits leur droit à une vie sociale. Pour que nous nous enrichissions de leur sagesse et de leur mémoire. Pour que la conscience de leur existence, fragile, continue de nous interpeller. Et que, demain, nos sociétés ne soient pas pas tentées de fermer pudiquement les yeux et de laisser "mourir dans la dignité" celles et ceux qui, abandonnés de tous, en viendraient à souhaiter pour eux-mêmes une telle fin de vie. Redessiner les solidarités entre générations. Face à la dépendance, comme face au financement des retraites, au parcours professionnel, aux conditions de travail ou à la formation des jeunes, une même question se pose à nous. Comment organiser désormais les cycles de vie autour d un vouloir vivre ensemble entre générations? Entre toutes les générations. Si le bien commun du pays ne peut se réduire aux seuls intérêts cumulés des jeunes, des adultes, des seniors et des vieux, alors il devient urgent d en redessiner les contours. De manière à définir comment chaque catégorie de citoyens peut s inscrire dans un effort de solidarité intergénérationnelle. Une solidarité où les jeunes ne soient plus seulement redevables de la "générosité" de leurs aînés, mais sujets de droits et de devoirs. Une solidarité où les actifs n en soient pas réduits, par les contraintes d une économie de marché mondialisée, à s épuiser au travail, au détriment de toute autre responsabilité familiale ou associative, avant d être "poussés" à la retraite. Une solidarité où les seniors ne soient pas réduits à "tirer la consommation" ou à jouer les supplétifs d un Etat providence défaillant, dans une société livrée aux seules lois du marché. Une solidarité où les plus âgés, devenus dépendants, ne soient pas tributaires de l idée que "les autres" se font de leur "dignité". Bref : une solidarité ou simultanément le droit et le devoir de se former, de travailler, d aider les siens, d avoir une vie sociale et d être utile aux autres ne soient pas arbitrairement cantonnés à tel ou tel âge de la vie. "Cinquième risque" ou "cinquième branche de la Sécurité sociale"? Si la perte d autonomie comme fait de société majeur, doit être examinée dans toute son ampleur et donc dans la "longue durée", c est qu une telle approche impacte directement la question majeure de son financement. Or la tentation est forte, dans ce type de dossier, de circonscrire la problématique aux capacités de financement du moment. Une chose est d avancer, par étapes, vers un objectif lointain mais clairement défini ; une autre d apporter des réponses ponctuelles, plus ou moins bien ajustées, à des questions évolutives, comme cela a constamment été le cas par le passé. Il est probable que si le phénomène de dépendance avait revêtu l ampleur qu on lui connaît aujourd hui, au lendemain de la Seconde guerre mondiale, les pères fondateurs de la Sécurité sociale en auraient fait une "cinquième branche" de notre protection sociale au côté de : la maladie, l invalidité, la maternité et la vieillesse. D ou l irruption, depuis des années, dans le Semaines sociales de France "La dépendance, au-delà du seul financement, un choix de société" Mars

6 discours public, puis dans la campagne pour l élection présidentielle de 2007, de la notion de "cinquième risque" qui semble, désormais, faire consensus. La gestion de la protection sociale dédiée à la dépendance sur le modèle des autres branches de la Sécurité sociale gestion paritaire par les partenaires sociaux a, bien sûr ses partisans, notamment parmi les organisations syndicales. Cependant, le monde associatif et les conseils généraux considèrent que ce modèle n est pas adapté aux enjeux actuels de la dépendance ; ils soutiennent l idée d une gestion de ce " cinquième risque " sur le modèle de l actuelle Caisse nationale de solidarité pour l autonomie (CNSA) qui implique outre les partenaires sociaux et l Etat, les conseils généraux et les associations. Il s agit notamment de faire valoir l équité territoriale, l évaluation de la qualité des services, la proximité En outre, le système de Sécurité sociale se heurte aujourd hui à des obstacles qui paraissent insurmontables. La marge de manœuvre est étroite au regard : du niveau actuel des prélèvements obligatoires, de la permanence des déficits publics, du "trou" de la Sécurité sociale, du poids cumulé de la dette et de l étendue des besoins de financement dans de nombreux domaines : enseignement, recherche et formation, sécurité, justice, santé, indemnisation du chômage, protection sociale... Certes, augmenter la fiscalité et les prélèvements obligatoires procède d un "choix de société" qui pourrait être à nouveau débattu dans la perspective de l élection présidentielle de Mais ce n est, pour l heure, ni la voie privilégiée par le gouvernement, ni la solution qui semble avoir la préférence des Français, telle qu exprimée dans les sondages. Par ailleurs d ores et déjà, les différents risques couverts par les branches de la sécurité sociale donnent lieu à des financements complémentaires ne relevant pas de la solidarité nationale (retraites complémentaires, mutuelles de santé ). Responsabilité personnelle et solidarité. Conçue à l intérieur d un "cinquième risque", la prise en charge de la dépendance, suggère donc un nécessaire arbitrage entre responsabilité individuelle et solidarité. La réponse serait à chercher dans un équilibre subtil entre une prise en charge de base, financée par la solidarité nationale et un complément d assurance, individuel, souscrit par les intéressés auprès des mutuelles, organismes de prévoyance ou compagnies d assurance. Le principe peut sembler raisonnable et de bon sens mais se heurte à bien des interrogations. A quel niveau se situera cette "prise en charge de base"? S agira-t-il d une APA renforcée ou d une autre forme d aide? Sera-t-elle habilitée à compenser une partie du "reste à charge" aujourd hui exclu du champ de l APA mais considéré comme une priorité? Enfin, le renvoi à l assurance individuelle complémentaire n équivaut-il pas déjà à rendre la situation sans issue pour celles et ceux qui n auront pas les moyens de souscrire un tel contrat? (14) Quelques points de vigilance... On le voit, il peut y avoir loin des déclarations d intention initiales aux modalités pratiques envisagées en fonction des "possibilités financières de l heure". Pourtant l exigence demeure de s engager résolument dans une réforme profonde et pérenne de la prise en charge de la perte d autonomie. Fut-ce, nous l avons dit, en ménageant des étapes. Comment, dès-lors, discerner, demain, parmi les conclusions des quatre "groupes d experts" puis parmi les orientations gouvernementales, celles qui seraient réellement à la hauteur des enjeux? Peutêtre en mettant l accent sur quelques points de vigilance que nous pourrions considérer comme autant d impératifs, au regard des enjeux, des critères d efficacité attendus de la réforme, mais également de justice et de solidarité. 1 Le droit universel à compensation de perte d autonomie, mis en place, doit être reconnu sans condition d âge, donc s adresser aux personnes âgées et aux handicapés, convergence prévue par la loi du 11 février

7 2 Il doit être d un montant suffisant pour permettre de diminuer le "reste à charge", notamment pour les personnes en institution et pour les dépendances lourdes de type Alzheimer. 3 Il doit être modulé en fonction du degré de perte d autonomie de la personne, sans exclure les dépendances de niveau GIR 4, afin de prévenir l aggravation des dépendances légères dans le cadre d une politique générale de prévention de la dépendance. 4 Il doit être calculé en tenant compte des ressources de la personne, mais en excluant tout dispositif de minoration volontaire de l aide, susceptible de compromettre l efficacité de l aide dans la lutte contre la perte d autonomie. 5 Ce droit nouveau doit être financé, dans la plus large mesure possible, par un socle de protection sociale pris en charge par la solidarité nationale. Seule cette couverture universelle est à même de pallier les réticences actuelles des citoyens à souscrire une assurance personnelle, face à un risque jugé incertain et lointain, de dégager la ressource nécessaire à la pérennisation de la compensation, de consolider un secteur économique fortement créateur d emplois, d enclencher un processus de qualification des personnels. On peut imaginer en complément, pour responsabiliser les personnes et alléger le "reste à charge", recourir à une démarche de type assurantielle. Soit par le bais d une assurance obligatoire à partir de 50 ans, soit en intégrant une couverture dépendance aux contrats des complémentaires santé. 6 Le dispositif doit permettre une aide aux personnes de revenus modestes, non couvertes par une assurance complémentaire, comme pour la couverture médicale universelle complémentaire. 7 L effort public consenti doit être financé par des recettes nouvelles intégrant un alignement des contributions des retraités et un prélèvement sur les droits de succession. 8 La mise en œuvre de ce droit doit reconnaître le rôle moteur des départements, tout en ménageant une égalité des prestations au niveau du territoire national et une forme de péréquation de nature à compenser les déséquilibres démographiques et économiques. 9 Toute mise en place d un droit à compensation doit se faire dans le respect de la liberté de choix des personnes à vivre chez elles ou en institution. 10 La mise en œuvre d une telle réforme suppose la reconnaissance des droits de la personne en perte d autonomie, notamment celui de rester en lien avec le autres, ce qui suppose une mobilisation autour de la lutte contre la solitude des plus âgés. RENE POUJOL (1) Etude réalisée pour la Banque Postale Prévoyance et la Tribune. La tribune.fr du 8 février (2) Rapport annuel 2007 du CNSA. (3) Bernard Ennuyer dans : La dépendance des personnes âgées : quelle réforme? Regards sur l actualité n 366, décembre p.26. La Documentation Française. (4) Chiffres extraits du rapport parlementaire de Mme Valérie Rosso-Debord, 13 juillet (5) Rapport d étape de la Misssion d information du Sénat, par Alain Vasselle, 8 juillet (6) Rapport Rosso-Debord. (7) La Croix du 6 avril 2011, p.17. (8) Les Français et le grand âge. TNS-sofres pour la Fédération hospitalière de France. 16 mai (9) Déclaration de Mme Valérie Létard, secrétaire d Etat à la solidarité. Les Echos, 12 février Semaines sociales de France "La dépendance, au-delà du seul financement, un choix de société" Mars

8 (10) Marie-Eve Joël, professeur du Legos, citée par Jean Riondet : Positionnement de la question de la dépendance. (11) La dépendance est d abord une affaire de prévention. Alain Grand, Bruno Vellas, Françoise Forette. Le Monde.fr, 7 janvier (12) Jean-François Serres, Secrétaire général des Petits frères des pauvres : "Les bénévoles prennent la parole dans le débat sur la dépendance", 9 février (13) Mireile Elbaum, professeur au CNAM : Les réformes en matière de handicap et de dépendance : peut-on parler ce "cinquième risque"? Droit Social n 11, novembre 2008, p (14) Sur la notion d assurance dépendance obligatoire, lire Pierre-Yves Géoffard. Libération du 2 mars 2010 p.19. ENCADRE Définir l utilité sociale des "seniors" L augmentation du nombre de personnes âgées en situation de perte d autonomie est, nous l avons dit, l envers de la médaille de ce qu il est convenu d appeler la "révolution de la longévité". Elle a marqué la seconde moitié du XXè siècle et contribué à faire passer de 5 à 25 ans l espérance de vie moyenne à la retraite. Au point qu une "génération supplémentaire", parfois désignée sous le vocable marchand de "seniors", est venue s intercaler entre les "jeunes" et les "adultes" en activité, d une part, et les "vieux" d autre part. Dans leur majorité, les ans, ces nouveaux seniors, disposent tout à la fois de temps libéré, d un niveau de vie enviable, d un patrimoine, d une bonne santé, et dans bien des cas de la présence de leur conjoint. Au point d apparaître, parfois, comme une génération "privilégiée" que l on serait tenté d opposer à la "génération sacrifiée" des ans! Celle de leurs petits-enfants. Que cette description flatteuse du sort des retraités comporte des exceptions, dues aux disparités de situations, ne suffit pas à la rendre globalement non pertinente. Or, la question de l utilité sociale des seniors n a jamais été débattue dans notre société. Ce qui ne signifie nullement qu on puisse les assimiler à de simples jouisseurs, se satisfaisant de bénéficier à plein de la société de consommation. Les seniors constituent aujourd hui une large part de la "génération pivot" qui, à partir de 50 ans, assume, au sein des familles, des solidarités fortes, financières ou de services, vis à vis des enfants et petits-enfants comme des vieux parents. Sur cette tranche d âge, 10,7% des femmes et 6,7% des hommes seraient, notamment, investis au quotidien auprès de leurs proches en situation de dépendance. Les mêmes, fournissent une large part des bénévoles engagés dans tous les secteurs de la vie communales, paroissiale ou associative. Selon Eurobaromètre, 34% des retraités européens seraient engagés dans des actions bénévoles et 73% des futurs retraités se déclareraient prêts à s investir dans de telles actions, une fois quittée la vie professionnelle.* Mais il y a loin, encore, entre ces solidarités de fait, liées à des choix individuels, et une vraie réflexion sur le "statut des retraités" mis en œuvre au sein d un pacte social réactualisé. Trop souvent, dans notre inconscient collectif, la "retraite" reste perçue, tous âges confondus, comme ce repos bien mérité, après une vie de travail, qui justifierait tous les droits, tous les avantages, au point de mettre l individu en "congé" de ses responsabilités citoyennes. C est pourquoi, la mise en œuvre d une politique liée à la perte d autonomie, passe par la prise en compte de cette réalité nouvelle et de la capacité de ces "seniors" à assumer, au sein de la famille, du monde associatif, ou par le biais de la solidarité nationale, leur juste part de cet effort collectif. (*) Flash Eurobaromètre n 247. Octobre

La dépendance. 1 grande victoire 1 grand défi! (âge moyen : + de 80 ans aujourd hui, contre 47 ans en 1900)

La dépendance. 1 grande victoire 1 grand défi! (âge moyen : + de 80 ans aujourd hui, contre 47 ans en 1900) La dépendance 1 grande victoire 1 grand défi! (âge moyen : + de 80 ans aujourd hui, contre 47 ans en 1900) 2 DÉFINITION ENJEUX ET IMPACTS EVOLUTIONS POINT DE VUE POLITIQUE POURQUOI 1 ASSUREUR? LA SILVER

Plus en détail

Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement

Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement DOSSIER PRESSE Mars 2015 Contact : cab-fpa-presse@sante.gouv.fr www.social-sante.gouv.fr Introduction Le projet de loi relatif à

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE Une enquête /CSA pour Le Cercle des épargnants Note d analyse Février 2009 S.A. au capital de 38.112,25 euros Siège

Plus en détail

+ 34,7 % 1. Le budget. L Budget exécuté 2006 à 2009 de la CNSA et budget prévisionnel 2010. entre 2006 et 2009.

+ 34,7 % 1. Le budget. L Budget exécuté 2006 à 2009 de la CNSA et budget prévisionnel 2010. entre 2006 et 2009. Chiffres clés 21 Créée en 24, la CNSA contribue au financement des politiques d aide à l autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées. Elle consacre en particulier une grande part de son

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France?

QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France? QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France? Janvier 2007, par Charles MBENGUE MATANGA À moyen et long terme la situation des retraites en France sera de plus en plus préoccupante, compte tenu notamment

Plus en détail

Baromètre Prévoyance Dépendance La Banque Postale Prévoyance La Croix Vague 5 : Dépendance

Baromètre Prévoyance Dépendance La Banque Postale Prévoyance La Croix Vague 5 : Dépendance Baromètre Prévoyance Dépendance La Banque Postale Prévoyance La Croix Vague 5 : Dépendance Sommaire 1 Contexte / préoccupations des Français 2 Des Français concernés par la dépendance des personnes âgées

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Salon des Seniors des 3, 4, 5 et 6 avril 2014 Stand D3

Salon des Seniors des 3, 4, 5 et 6 avril 2014 Stand D3 n w Click to edit Master text styles Second level l Third level Ø Fourth level w Stand D3 VIRAGE- VIAGER 2014 Le viager comme soludon de complément de retraite Une nouvelle forme : Le viager mutualisé

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO «La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP, 8 février 204, GIE AGIRC-ARRCO Ref : 204-7 Le 8 février 204, Gérard Rivière, Directeur de la Caisse Nationale

Plus en détail

Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011

Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Le Cercle des Epargnants, partenaire du Groupe Generali A la demande du Cercle des Epargnants et de Generali, le Centre d Etudes et de Connaissances

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Les Français, l épargne et la retraite

Les Français, l épargne et la retraite 11, boulevard Haussman. 75009 Paris 01 58 38 65 87 / 37 www.cercledesepargnants.com contact@cercledesepargnants.com Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Le Cercle des Epargnants, partenaire

Plus en détail

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales Universit niversités s des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation

Plus en détail

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes Cartes sur table Pour une justice sociale et fiscale Quatre propositions concrètes AVERTISSEMENT La mission de la Fondation Jean-Jaurès est de faire vivre le débat public et de concourir ainsi à la rénovation

Plus en détail

NATIONALE DE GERONTOLOGIE. 20 ème anniversaire - 2007 - 49, rue Mirabeau 75016 PARIS Tel : 01 55 74 67 00 www.fng.fr

NATIONALE DE GERONTOLOGIE. 20 ème anniversaire - 2007 - 49, rue Mirabeau 75016 PARIS Tel : 01 55 74 67 00 www.fng.fr fng FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE 20 ème anniversaire - 2007-49, rue Mirabeau 75016 PARIS Tel : 01 55 74 67 00 www.fng.fr 2 Avant-propos Pourquoi une nouvelle version de la Charte? La avait pris

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Baromètre BVA Santé. Vieillissement & Silver économie - Vague 1 - pour Orange Healthcare et MNH

Baromètre BVA Santé. Vieillissement & Silver économie - Vague 1 - pour Orange Healthcare et MNH Baromètre BVA Vieillissement & Silver économie - Vague 1 - pour Orange Healthcare et MNH en partenariat avec le Figaro avec le concours scientifique de la Chaire de Sciences Po Fiche technique Recueil

Plus en détail

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Les premières mesures gouvernementales en matière d imposition des revenus (IR) et d impôt de solidarité sur la fortune (ISF) sont désormais connues.

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors

B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors DOSSIER DE PRESSE B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors Sommaire Page 2 : Le Prix B2V en quelques dates Page 3 : Un prix destiné à encourager l innovation sociale en matière d accompagnement du

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance

Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance Baromètre Prévoyance 2ème Vague Dépendance Novembre 2008 Contacts TNS Sofres Département Finance Frédéric CHASSAGNE / Michaël PERGAMENT / Marie FAITOT 01.40.92. 45.37 / 46.72 / 44.41 42MV13 Département

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION HÉBERGEMENT EN ÉTABLISSEMENT D ACCUEIL POUR PERSONNES ÂGÉES DOSSIER D INSCRIPTION Vous envisagez de vous inscrire dans un établissement d accueil pour personnes âgées. Afin de faciliter vos démarches,

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

7 RÈGLES D OR POUR CONSTRUIRE UNE SOCIÉTÉ

7 RÈGLES D OR POUR CONSTRUIRE UNE SOCIÉTÉ ÉLECTIONS 2012 : LA FNATH INTERPELLE LES CANDIDATS Le prochain quinquennat sera marqué par la crise sociale et économique. Pleinement touchés, les accidentés de la vie ne devront pas être sacrifiés sur

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES

LES ASSURANCES DE PERSONNES LES ASSURANCES DE PERSONNES 2 LES ASSURANCES DE PERSONNES ASSURANCE VIE, ÉPARGNE RETRAITE, SANTÉ, DÉPENDANCE : SUR TOUS CES SUJETS DE SOCIÉTÉ, LES ASSUREURS ONT PARTICIPÉ ACTIVEMENT AUX DÉBATS, EN FAISANT

Plus en détail

UNSA RETRAITÉS INFOS. Lettre électronique adressée aux retraités de l UNSA. Sommaire. N 21 - Juin 2012

UNSA RETRAITÉS INFOS. Lettre électronique adressée aux retraités de l UNSA. Sommaire. N 21 - Juin 2012 UNSA RETRAITÉS INFOS Retraités Lettre électronique adressée aux retraités de l UNSA N 21 - Juin 2012 Sommaire Pour une réforme urgente de la perte d autonomie Les membres du CNRPA ont rencontré la Ministre

Plus en détail

La place des seniors dans le bénévolat

La place des seniors dans le bénévolat La place des seniors dans le bénévolat On sait que les seniors jouent un rôle très important dans le bénévolat, notamment en qualité d élus aux seins des associations, bénéficiant de l expérience qu ils

Plus en détail

Votre maintien à domicile financé en cas de dépendance *. MGEN. mgen.fr COMPLÉMENT AUTONOMIE. Rente mensuelle jusqu à 450

Votre maintien à domicile financé en cas de dépendance *. MGEN. mgen.fr COMPLÉMENT AUTONOMIE. Rente mensuelle jusqu à 450 COMPLÉMENT AUTONOMIE Votre maintien à domicile financé en cas de dépendance *. Capital 1 er équipement à partir de 750 Rente mensuelle jusqu à 450 * Dans les limites et conditions de la notice d information

Plus en détail

PASS INDÉPENDANCE. tous pour un!

PASS INDÉPENDANCE. tous pour un! PASS INDÉPENDANCE ne laissez pas vos salariés devenir dépendants de leur situation familiale tous pour un! LA DÉPENDANCE : DE PLUS EN PLUS DE PERSONNES TOUCHÉES Le nombre de personnes dépendantes devrait

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Dispositifs d aides aux personnes âgées 10/02/2014

Dispositifs d aides aux personnes âgées 10/02/2014 Dispositifs d aides aux personnes âgées 1 Les acteurs de la gérontologie Où trouver l information sur les aides aux personnes âgées: Les CCAS: Centre Communaux d Action Sociale, outils social des mairies.

Plus en détail

LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS

LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS ANJEU-TC juin 2008-1 - PETIT GUIDE PRATIQUE LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS Dès 18 ans, le jeune est légalement capable de tous les actes de la vie civile et ses parents ne peuvent plus agir pour son

Plus en détail

Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à

Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à la sagesse qu il lui faut, avant tout, adapter ses

Plus en détail

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE janvier 2014 NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE Le secteur de l aide à domicile En bref En cette rentrée sociale 2014, le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médicosocial et santé met à disposition

Plus en détail

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations.

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. 27 août 2013 Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. Il est aujourd hui confronté à la fois au départ en retraite des générations

Plus en détail

À quoi servent les cotisations?

À quoi servent les cotisations? À quoi servent les cotisations? [ Le réseau Urssaf vous rend des comptes À quoi servent les cotisations? ] Depuis 1945, la France a fait le choix d une Sécurité sociale protégeant solidairement l ensemble

Plus en détail

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE Bienvenue chez P&V En vous confiant à P&V, vous choisissez un assureur qui recherche avant tout l intérêt de ses assurés. Depuis son origine, en 1907, P&V s appuie sur des valeurs

Plus en détail

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre.

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. 1 Qu est-ce qu un aidant familial Une personne qui vient en aide, à titre non professionnel

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

Santé publique - Protection sociale -

Santé publique - Protection sociale - 26-1-05 1 Santé publique - Protection sociale - Système très complexe qui couvre : - des risques déterminés - des catégories particulières de population Protection sociale SS protection de base obligatoire

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

SYNTHÈSE. En 2012, la province Sud compte 16 700 personnes. Le maintien à domicile : solution privilégiée des personnes âgées

SYNTHÈSE. En 2012, la province Sud compte 16 700 personnes. Le maintien à domicile : solution privilégiée des personnes âgées SYNTHÈSE BP 823-98845 Nouméa Nouvelle-Calédonie (687) 27 54 81 isee@isee.nc www.isee.nc Directeur de la publication Alexandre Gautier Conception et réalisation Département publications Synthèse N 3 Édition

Plus en détail

Lutter contre les exclusions

Lutter contre les exclusions D 2 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Si, globalement, la population vélizienne semble peu exposée au risque d exclusion (taux d emploi élevé, revenu médian moyen,

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire?

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire? DOCUMENT 1 : Le système de français : Le système de par répartition Ce système de est fondé sur l existence d une solidarité intergénérationnelle. A chaque période, les pensions de reçues par les retraités

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

Les Matinales SILVER ECO La Synthèse. Assurance et Silver économie. 16 juin 2015 Théâtre du rond-point des Champs-Elysées

Les Matinales SILVER ECO La Synthèse. Assurance et Silver économie. 16 juin 2015 Théâtre du rond-point des Champs-Elysées Les Matinales SILVER ECO La Synthèse Assurance et Silver économie 16 juin 2015 Théâtre du rond-point des Champs-Elysées Une matinale animée par Hélène Delmotte (Care Insight) et Benoît Goblot (agence Matinal)

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

Convention d assurance chômage

Convention d assurance chômage Aux Union Départementales Aux Fédérations Nationales Paris, le 28 mars 2014 Secteur Formation Professionnelle Emploi/Assurance chômage Réf. : JCM/SL/DD Circ. : n 058-2014 Convention d assurance chômage

Plus en détail

LES 15 MENSONGES DE FRANCOIS HOLLANDE

LES 15 MENSONGES DE FRANCOIS HOLLANDE > ARGU FLASH < LES 15 MENSONGES DE FRANCOIS HOLLANDE 3 Janvier 2012 Le PS vient de sortir une campagne mensongère et outrancière sur les prétendus «15 chiffres de l échec de Nicolas Sarkozy». Nous réfutons

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif :

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Un dispositif d une telle ampleur et avec tant d innovations, de simplications et de sécurisation, du jamais

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE

SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE I.- PRINCIPES FONDAMENTAUX DU SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE L assurance vieillesse n a été instituée pour l ensemble des salariés qu en 1953 ; avant cette date, quelques corporations

Plus en détail

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale PREMIER MINISTRE PLAN PLURIANNUEL contre la pauvreté et pour l inclusion sociale 3 mars 2015 SYNTHÈSE Adopté à la suite d un comité interministériel de lutte contre l exclusion en 2013, le plan pluriannuel

Plus en détail

L Assurance autonomie : vision de l AQDR Par l Assemblée des présidents du 28 octobre 2013

L Assurance autonomie : vision de l AQDR Par l Assemblée des présidents du 28 octobre 2013 CSSS 036M C.P. Livre blanc L'autonomie pour tous Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées COMMISSION PARLEMENTAIRE DE LA SANTÉ ET SERVICES SOCIAUX 6 NOVEMBRE

Plus en détail

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Note mise à jour de la loi de finances pour 2015 Sommaire Explications préalables... 3 Application aux

Plus en détail

LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université)

LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université) LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université) Après avoir fait adopter sa loi «Libertés et Responsabilités des Universités» en plein

Plus en détail

Négociation assurance-chômage

Négociation assurance-chômage Négociation assurance-chômage Proposition de document-cadre pour l accord national interprofessionnel relatif à l indemnisation du chômage 1 Eléments synthétiques de diagnostic Créé et géré par les partenaires

Plus en détail

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire L analyse de la MNT sur le projet de décret Patrick DOS Vice-Président de la MNT Participation des employeurs

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

Règlement d aide sociale facultative. C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS. 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative

Règlement d aide sociale facultative. C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS. 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative Règlement d aide sociale facultative C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative Le présent règlement d aide sociale facultative précise les règles selon lesquelles

Plus en détail

Ce qu on ne nous dit pas

Ce qu on ne nous dit pas Retraites Ce qu on ne nous dit pas L argument de la démographie Nous vivons de plus en plus longtemps Il y a de plus en plus de retraités pour toujours moins d actifs Il faut donc travailler plus longtemps

Plus en détail

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse»

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Débat participatif La vie chère «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Ségolène ROYAL Les enjeux de notre débat : Réconcilier les Français

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes

DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes Date limite de renvoi des dossiers complétés : 6 novembre 2013, par mail à l adresse contact@grandprix-distributionresponsable.com Nom de l initiative:

Plus en détail

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER?

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? Résumé des trois enjeux présentés lors de l Assemblée publique du comité de lutte en santé de la Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Thématique de l appel à projets 2014. Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes

CAHIER DES CHARGES. Thématique de l appel à projets 2014. Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes CAHIER DES CHARGES Thématique de l appel à projets 2014 Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes Fondation Alsace Personnes Agées 4 rue de la Houblonnière 68000 COLMAR

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES 11 mai 2010 «Variantes de durée d assurance et d âges de la retraite» Dossier technique préparé par le secrétariat général du COR Document N 1 Document de travail, n

Plus en détail

Avoirs non réclamés des contrats d assurance vie : constat et propositions

Avoirs non réclamés des contrats d assurance vie : constat et propositions Secteur des réformes 04/10/07 Avoirs non réclamés des contrats d assurance vie : constat et propositions Les principaux termes de la problématique des avoirs non réclamés de l assurance vie (parmi lesquels

Plus en détail

II. - Dispositions du projet de loi

II. - Dispositions du projet de loi Le développement de l économie passe en priorité par la réhabilitation du travail comme moyen de procurer aux salariés un meilleur confort de vie et de relancer la machine économique. Le confort de vie,

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE PROTECTION SOCIALE MUTUELLES

FICHE TECHNIQUE PROTECTION SOCIALE MUTUELLES PROTECTION SOCIALE MUTUELLES FICHE TECHNIQUE Références Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, article 22 bis Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions

Plus en détail

1. Procédure d admission

1. Procédure d admission Direction générale de l action sociale SD2/SD3 Document de travail MESURE 18 : HEBERGEMENT DES MALADES JEUNES ADMISSION D UNE PERSONNE AGEE DE MOINS DE 60 ANS DANS UN ETABLISSEMENT POUR PERSONNES HANDICAPEES

Plus en détail

Chapitre 17 Action publique et régulation

Chapitre 17 Action publique et régulation CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 16 novembre 2014 à 19:40 Chapitre 17 Action publique et régulation Introduction Pourquoi les pouvoirs publics interviennent-ils dans les économies contemporaines?

Plus en détail

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 6 mars 2002 «Cycle de vie et retraite» Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite Les systèmes de

Plus en détail

Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable assurance autonomie

Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable assurance autonomie Commission de la santé et des services sociaux L autonomie pour tous Consultations particulières sur la création d une assurance autonomie Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public ENQUÊTE NATIONALE SUR LA POPULATION CANADIENNE Document destiné à l Association canadienne du diabète Préparé par Environics

Plus en détail

FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE MINISTERE DE L EMPLOI ET DE LA SOLIDARITE SECRETARIAT D ETAT A LA SANTE ET A L ACTION SOCIALE

FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE MINISTERE DE L EMPLOI ET DE LA SOLIDARITE SECRETARIAT D ETAT A LA SANTE ET A L ACTION SOCIALE FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE MINISTERE DE L EMPLOI ET DE LA SOLIDARITE SECRETARIAT D ETAT A LA SANTE ET A L ACTION SOCIALE 1999 La Fondation nationale de gérontologie et le ministère des affaires

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014 Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Intervenant : - Jérôme Wittwer (Université de Bordeaux) Discutants : - Guillaume Sarkozy (Délégué

Plus en détail

au service de chacun!

au service de chacun! Les associations sanitaires et sociales : au service de chacun! Petite enfance Handicap Jeunes en danger Santé Personnes âgées Pauvreté, Exclusion * «L association est la convention par laquelle deux ou

Plus en détail

asdf Deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 madrid

asdf Deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 madrid Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 Promouvoir la santé et le bien-être des personnes âgées : actif «Nous sommes témoins d une révolution silencieuse qui bien au-delà de la sphère démographique a des incidences

Plus en détail

Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs

Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs C O L L E C T I O N F O C U S Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs C O L L E C T I O N F O C U S Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs

Plus en détail

Les perceptions des Français sur les évolutions du système de santé

Les perceptions des Français sur les évolutions du système de santé Les perceptions des Français sur les évolutions du système de santé Sondage Viavoice pour le CISS - Octobre 2010 MIEUX COMPRENDRE L OPINION POUR AGIR INSTITUT VIAVOICE Contacts : Arnaud ZEGIERMAN Aurélie

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail