PROJET 2012 UNE PREMIERE «MAISON DE NAISSANCE» EN FRANCE? (HAUTE-SAVOIE)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROJET 2012 UNE PREMIERE «MAISON DE NAISSANCE» EN FRANCE? (HAUTE-SAVOIE)"

Transcription

1 PROJET 2012 UNE PREMIERE «MAISON DE NAISSANCE» EN FRANCE? (HAUTE-SAVOIE)

2 Sommaire de la présentation : Introduction Qu appelle-t-on «Maison de Naissance? P 6 Quelle est la position et le contexte en France en 2012, en matière de MDN? P14 Une première MDN, en 2012, en France en Haute-Savoie P21 Base pour l évaluation financière et la rentabilité pour la MDN P 35 Conclusion P 41

3 Un COLLECTIF MAISONS DE NAISSANCE REGROUPE DES ASSOCIATIONS ET DES PROJETS

4 Depuis 2006, des projets de Maison et Pavillon de Naissance existants en France se sont rassemblés en un «Collectif Maisons de Naissance», regroupant au moins 14 projets (réf 5) L objectif du collectif est de militer auprès des pouvoirs publics pour promouvoir l ouverture des Maisons de Naissance et soutenir le métier de sage-femme, afin de pouvoir proposer aux femmes enceintes et à leur famille un accompagnement global à la naissance dans le cadre d accouchement physiologique.

5 Le projet présenté dans ce document est porté et réalisé par 3 associations : «Naissance et enfance heureuses» «Nais sens et parents» «SFNA» ( sages-femmes Nord Alpes) En Partenariat avec : ARS Europe écologie Prochainement le CHRA 5

6 QU APPELLE-T-ON «MAISON DE NAISSANCE»?

7 Les maisons de naissance (MDN) sont des structures autonomes et juridiquement indépendantes «où les sages-femmes réalisent l accouchement des femmes enceintes dont elles ont assuré le suivi de grossesse» (Article 40 du PLFSS 2011) dans le cadre d'un accompagnement global. Elles disposent de tout l équipement médical nécessaire à la surveillance et à la sécurité de la mère et du fœtus pendant l'accouchement, et l'après naissance. Organisées sous la responsabilité des sagesfemmes dont la compétence et la qualité sont garanties par le Conseil national de l'ordre des sagesfemmes, ces structures sont intégrées dans un réseau de périnatalité, elles sont rattachées et collaborent aux services obstétriques d un établissement de santé Les femmes souhaitant être admises en Maison de Naissance sont au préalable sélectionnées et ne doivent présenter aucune pathologie et aucun risque avéré (recommandations HAS, mai 2007).

8 Un CADRE CHALEUREUX, LE RESPECT DE L INTIMITE : LES MDN OFFRENT TOUTES LES SÉCURITÉS NECESSAIRES

9 Les conditions de fonctionnement sont fondées sur un cahier des charges dans le cadre d un groupe de travail associant différents professionnels concernés, selon les critères de la Haute Autorité de Santé et la CNAMTS. Différentes études internationales ont démontré que le fait d'accoucher en Maison de Naissance n'augmentait pas le risque maternel ou périnatal par rapport à l'hôpital (Annexes 5 ) Les maisons de naissance, en France, feront l objet d une évaluation. De nombreux pays occidentaux disposent de maisons de naissance (USA, Canada, Royaume-Uni, Suisse, Belgique, Allemagne ) où elles tendent à se multiplier, ayant notamment fait leurs preuves en termes de sécurité ( annexes 2 et 3 ). En Suisse à ce jour, il existe 23 MDN dont une intra hospitalière. CHANTAL DUCROUX-SCHOUWEY, PRÉSIDENTE DU CIANE, ESTIME QUE LA SÉCURITÉ MÉDICALE NE PEUT SE FAIRE SANS SÉCURITÉ PSYCHOLOGIQUE".

10 UNE OFFRE DE SOINS COMPLEMENTAIRE Les MDN proposent une autre possibilité d accoucher aux parents demandeurs : elles complètent l offre de soins existante, sans pouvoir être comparées aux maternités de niveau 1, Proche des conditions de prise en charge de l accouchement à domicile (indications, proximité d un établissement référent, physiologie avec sélection des couples), elles se situent entre l hospitalisation et les soins à domicile, Une offre de soins demandée par les parents et n existant pas en Rhône Alpes, mais en Suisse voisine. Le système social français rembourse les soins en MDN étrangères, puisque celles-ci n existent pas encore en France (TASS du 26/09/11).

11 LES ETUDES LE PROUVENT A grossesse comparable, les accouchements par des sagesfemmes sont moins médicalisés, et sans risques accrus pour la mère ou le bébé, constate le Dr Bernard Borel ( Annexe 2 ) C est le surprenant résultat d une étude récente (2010) menée par le Dr Bernard Borel, médecin-chef à l Hôpital intercantonal du Chablais à Aigle (Suisse). L étude porte sur les chiffres des accouchements de deux sites (maternité et MDN) entre 2002 et fin juin 2009, soit plus d un millier de naissances : 386 à l Aquila et 788 à l hôpital. Pour comparer des évènements comparables, le médecin n a retenu que les naissances hospitalières «sans problèmes prévisibles»: L échantillon ne contenait donc que des accouchements physiologiques qui auraient pu se dérouler indifféremment dans les deux lieux. Conclusions : à grossesse similaire, les femmes ont beaucoup plus de chances de vivre un accouchement spontané en Maison de Naissance qu à l hôpital et aucun des bébés n a présenté de complications imputables au mode d accouchement. «La Maison de Naissance n augmente pas la pathologie assure le Dr Borel au contraire, c est la maternité qui en crée.», car «le médecin est formé à agir, la sage-femme à accompagner»

12 RÉSULTATS DE L ÉTUDE BOREL

13 Une qualité de soins et des conditions optimums pour un résultat satisfaisant. ( réf 2 et 3 ) 93% de naissance physiologique contre seulement 53% à la maternité. «A l hôpital, un accouchement sur deux est soit provoqué (23%), soit stimulé (24%)», 1/3 des femmes sont des primipares soit 86 % des primipares et 95,6% des multipares n'ont pas eu besoin d'analgésie péridurale Liberté de postures : 1/5 accouche sur le dos ; 10% sur le côté; 22 à 28% à quatre pattes et 28 à 34% dans l eau. Le taux d épisiotomie : 5,8% et taux de césariennes : 3% 87% à 95,6% des femmes n'ont eu aucun problème de délivrance, ni complication liée à une déchirure, ni hémorragie. 99% des nouveaux nés ont un APGAR entre 8 et 10 après 1 minute les petits nés à l hôpital affichent 2,5 fois plus de transferts en néonatalogie que ceux nés en Maison de Naissance. Transfert : 12, 5 à15 % des transferts pendant l'accouchement. Majoritairement pour stagnation de la dilatation(10%); 1,6% pour stress foetal; 2% pour difficulté de délivrance et à peine 0,2% pour hémorragie. Seulement1 à 2% des transferts ont eu un caractère d urgence.

14 Les MDN : UNE SUITE LOGIQUE DE... La demande des parents de pouvoir accoucher de leur bébé dans un lieu sécurisé mais moins «technicisé» et plus chaleureux, avec la sage-femme qu ils ont choisi et qui les a accompagné tout au long de la grossesse, La possibilité pour des sages-femmes d exercer pleinement leurs compétences et leur métier en pratiquant l accompagnement global de la naissance, La recherche d économies dans le domaine de la santé, réduire le coût de l accouchement pour une grande partie des accouchements en France, moins d actes, moins de durée d hospitalisation, plus d accompagnement individualisé pour les parents Une démarche politique responsable privilégiant une approche plus humaine de la naissance.

15 LES ÉCONOMIES BUDGÉTAIRES Selon l évaluation d impact en annexe du PLFSS 2011, les économies engendrées pendant l expérimentation s élèveraient à par an pour 5 maisons de naissance. Le niveau modeste de ce gain s explique par le caractère expérimental de ce dispositif. Au regard des expériences étrangères et du nombre de sagesfemmes pouvant travailler dans ces maisons de naissance, on peut imaginer qu au terme de cette expérimentation, 1.5% des naissances pourraient être réalisées dans une soixantaine de maisons de naissance, ce qui représenterait une économie de 7 millions d euros par an.( réf 9) L étude réalisée par le CIANE ( réf 6 ) montre qu'un accouchement en maternité coûte environ 4500 alors qu'en MDN le coût serait de l'ordre de 1000!

16 QUELLE est la POSITION et le CONTEXTE en FRANCE en matière de «MAISON DE NAISSANCE»?

17 Chez nous, la hausse de la mortalité au cours des premières semaines de vie a augmenté depuis 2006 et atteint 3,7 pour mille naissances par an en La France est ainsi passée du 5e rang européen en 1999 au 14e en Elle se situe désormais derrière, la Grèce et l'espagne. ( réf 8 ) Xavier Niel, de l'insee, suggère de regarder «du coté de l'offre de soins». Sachant qu en France il n existe aucune MDN, elles ne peuvent être responsables de cette dégradation inquiétante des conditions de naissance dans notre pays. Les MDN existent en Belgique, en Allemagne (annexe 3), au Canada, en Suisse (annexe 2 ), sous des formes essentiellement extra muros. Elles sont courantes en Suède, pays qui a d'ailleurs un taux de mortalité (2,5 pour mille naissances) parmi les plus bas d'europe. En France, les actes médicaux ne cessent de croître, les maternités de proximité disparaissent, les maternités restantes sont saturées à certaines époques de l année

18 DATES CLES et CONTEXTE en France En 2001, le gouvernement promet "d'expérimenter des maisons de naissance pour la prise en charge de grossesses sans risque" ; promesse reprise dans le plan périnatalité Fin 2010, Roselyne Bachelot propose, de lancer des expérimentations de maisons de naissance entre septembre 2011 et janvier 2015.(réf 8), introduction de l article 40 au PLFSS 2011, les députés de l Assemblée Nationale votent en faveur de cet article le 29/10/10, Le 8 juin 2011, entrevue avec Mme Roy, responsable déléguée régionale de l ARS Haute-Savoie, en présence de Monsieur Philippe Derumigny, Préfet de Haute-Savoie, proposition est faite d inscrire les MDN dans le plan de périnatalité régional. Fin 2011, aucune Maison de naissance n existe en France ; pourtant les demandes d accouchement hors milieu hospitalier sont croissantes. L espoir de débats parlementaires est maintenant réalisable, la cour des comptes y est favorable

19 RAPPORT COUR DES COMPTES SEPT 11 Extraits de regrets exprimés : "à la différence de ce qui se pratique dans d'autres pays développés (Allemagne, Belgique, Suisse, Pays-Bas, Autriche, Québec, Etats-Unis), il n'existe pas de Maison de Naissance en France». Leur importance est aujourd'hui avérée. "Dans le secteur privé, elles (les sages-femmes) surveillent le travail de leurs patientes et appellent les médecins, qui sont rémunérés en honoraires, pour assurer l'accouchement, même lorsqu'il est physiologique", Propositions faites : "permettre l'expérimentation des maisons de naissance Une telle expérimentation offrirait une diversification de la prise en charge des grossesses et des accouchements, conformément à l'attente de nombreux couples, tout en contribuant à la réalisation d'économies importantes pour l'assurance-maladie. "revaloriser " le travail des sages-femmes (parmi les mieux formées au monde) qui ont un large champ de compétences.

20 L AVIS DU CONSEIL NATIONAL DE L'ORDRE DES SAGES-FEMMES 2011 Depuis près de quarante ans, les sages-femmes ont vu la périnatalité évoluer inéluctablement vers un avènement de l'hyper médicalisation. (réf 7 ) Les effets néfastes d'une trop grande technicisation ne sont plus à prouver. Accoucher autrement n'est plus une demande marginale. (réf 4) Le Conseil national de l'ordre des sages-femmes se félicite donc de voir que ce constat est désormais partagé par les magistrats de la Cour des comptes, à l'occasion de son rapport sur le rôle de notre profession dans le système de soins. Alors que les exemples d'autres systèmes de prise en charge plus respectueux de la volonté des patientes ne manquaient pas chez nos voisins européens, les orientations de nos politiques de santé n'ont pu conduire, ces dernières années, à l'amélioration des indicateurs de mortalité périnatale. Faire des sages-femmes les professionnelles de premier recours pour la grossesse permettrait de limiter l'inflation des protocoles médicaux toujours plus lourds et coûteux tout en garantissant aux patientes la sécurité de leur prise en charge.

21 TROIS PROPOSITIONS DE PROJETS DE LOI EN 2011 Le Collectif interassociatif autour de la naissance (CIANE) soutient les propositions de loi autorisant l expérimentation des maisons de naissance, tout en restant critique (réf 6 ) : Proposition déposée par Mme Dini au Sénat le 24 mai Mme Cécile Dumoulin, députée UMP fait en juin 2011 une proposition de loi co-signée par 30 parlementaires pour l expérimentation des maisons de naissance. Anny Poursinoff, députée EELV a déposé au début du mois de juillet une proposition de loi à l Assemblée Nationale visant à expérimenter les maisons de naissance en France. L exposé des motifs de cette PPL N 3684, correspond tout à fait aux valeurs défendues par le Collectif Maisons de Naissance. ( réf 5 ).

22 LES RECOMMANDATIONS DES ORGANISMES INTERNATIONAUX... l'oms recommande le respect du choix de la femme (Source : voir page 12) aternal_perinatal_health/msm_96_24_/fr/index.html La Cours Européenne des Droits de l'homme, (en décembre 2010, paragraphe 71) affirme désormais que le droit relatif à la décision de devenir parent inclut le droit de choisir les circonstances dans lesquelles on devient parent et que les circonstances de l accouchement constituent incontestablement l une des fractions de la vie privée. Pour que les parents ne soient pas réduits de cette liberté, cela implique une obligation pour les Etats membres, d action : prévoir une législation et les moyens suffisants pour exercer cette liberté.

23 2012, UNE PREMIERE MAISON DE NAISSANCE EN HAUTE-SAVOIE

24 LE PROJET DU BASSIN ANNÉCIEN Cette Maison de Naissance, dans un périmètre attenant à l entrée du centre hospitalier de Metz-Tessy,

25 est un lieu d'accueil de 100m2 pour les femmes enceintes et leur famille, dans la mesure où la grossesse, l'accouchement et le post-partum restent dans le cadre de la physiologie. L étude Borel montre que 98% des 15% de transfert de la MDN vers la maternité, sont réalisés par prévention, donc sans critères d urgence. (En annexes : l'étude du Dr Borel et l'étude Allemande). En cas de besoin, une voie motorisée réservée, d accès direct aux urgences «maternité», existe déjà ( 3 à 5 mn).

26 L ORGANISATION DES LOCAUX : Dans les locaux ZAC «Le Périclès» Bâtiment à usage médical aux normes de sécurité 100 m² de superficie 4 pièces dont 2 chambres principales de naissance avec piscine Aménagement simple, comme à la maison, avec accès rapide au matériel médical spécifique aux sages-femmes

27 FONCTIONNEMENT GÉNÉRAL Un règlement intérieur est remis au couple : il reprend les droits et devoirs de chacun, l'organisation de la Maison de Naissance et du réseau. Une charte des professionnels de la Maison de Naissance en régit le fonctionnement. Les sages-femmes participent à l'évaluation de leur pratique, aux réunions du réseau, aux réunions de la Maison de Naissance. Elles se forment à la physiologie et les nouvelles font du compagnonnage avec les anciennes. Les jours ouvrables, l'accueil à la Maison de Naissance est organisé. En dehors de ce temps là, la Maison peut être fermée sauf accouchement en cours. Dans ce cas, une sage-femme y est présente. La Maison de Naissance est aussi un lieu d échange parental. Une partie des locaux est mise à leur disposition. La Maison de Naissance accueille les familles au cours de la grossesse et de l'accouchement. Les modalités de la prise en charge de l'hébergement et de l'hôtellerie restent à définir (environ 600 de coût fixe/naissance) Actuellement, les compagnies d assurance n assurent que la pratique de l accouchement en établissement de santé. Une convention entre une Maison de Naissance et un établissement de santé et l autorisation de l ARS permet le cadre d une assurance ( actuellement entre 500 à 2000 E )

28 Quelles différences notables avec l ouverture du plateau technique ( PT ) actuel? 1. Le suivi des femmes répond aussi à la notion d'accompagnement global de la Naissance, qui associe une femme et une sage-femme référente, pendant le déroulement de la grossesse, l'accouchement et l'aprèsnaissance. Ceci permet à un couple et une sage-femme d'établir une solide relation, basée sur l'écoute et la confiance mutuelle. Cette relation qui se développe tout au long de la grossesse, permet à la sage-femme de tenir compte des dimensions physiques et psychiques, familiales et sociales de chaque femme et d'assurer un suivi médical de qualité où prime la prévention ; elle permet au couple de préparer à leur rythme la Naissance de leur enfant et d'acquérir un sentiment de sécurité. 1. Le pôle est, à ce jour, composé de 3 sages-femmes libérales et la sage-femme référente fonctionnera avec une autre sage-femme, qui pourra, le cas échéant, la remplacer pour l'accouchement, en accord avec la parturiente.

29 Plateau Technique actuel MDN DES BLUETS

30 La MDN est une structure autonome définie comme une extension du domicile pour organiser le suivi de maternité : suivi prénatal, accouchement et suivi postnatal, la prise en charge sanitaire est indépendante du CHRA, principalement animée par des sages-femmes, qui en assurent la responsabilité médicale conformément à leur compétence légale. cette structure est associée par convention de transfert à un établissement partenaire assurant toutes les sécurités nécessaires un lieu professionnel et convivial, respectant la liberté et le besoin d'intimité des parents, où chaque femme est écoutée dans ses souhaits de postures, de moyens pour soulager la douleur de l enfantement, respectée dans ses rythmes et ceux de son enfant. Le conjoint a toute sa place d homme et de père dans ce moment privilégié pour la construction de la future famille.

31 Les atouts de la prochaine MDN par rapport au plateau technique (PT) à Metz Tessy Actuellement il n'existe aucune possibilité d'agrandissement ou d'aménagement d'un pavillon de naissance au sein de la maternité du CHRA, cela implique : la création d un lieu autonome, intime, convivial et familial qui accueille les futurs parents et les sagesfemmes libérales pratiquant l accompagnement global, la possibilité de bénéficier d'un bain relaxant, ressource indispensable pour la prise en charge de la douleur de l'enfantement, et d'une piscine de naissance... ( versus douche ) La liberté de quitter le lieu de naissance dans les 24H ( versus 4H sur le PT )

32 LES AUTRES PRESTATIONS DE LA MDN C est aussi un lieu associatif parental qui permet un soutien et un accompagnement à la parentalité par transmission inter générationnelle pré et postnatale. Le suivi médical global des grossesses physiologiques est assuré par la même sage-femme et répond aux critères habituels de surveillance clinique et paraclinique. Le fonctionnement en réseau permet d'adresser la patiente chaque fois qu un avis, un examen complémentaire et/ou un suivi psychosocial est nécessaire. La préparation à la naissance est organisée selon les modalités choisies par les professionnels et les parents en cabinet et en MDN. Les accouchements physiologiques suivis d'une période de surveillance des suites de couches inférieures ou égales à 24h. Le suivi du travail consiste en une surveillance attentive de la physiologie de l'accouchement. Les seules interventions autorisées sont celles qui ont pour but de favoriser la physiologie et ce de manière naturelle. Le suivi à domicile du post-partum : l'accouchée et son nouveau-né répondent aux critères de suivi à domicile ( sage-femme- médecin de ville) ou bien ils sont transférés à l établissement de santé. Un contact est établi en cours de la grossesse avec l équipe de ou des établissements prévus par la convention notamment pour la consultation d'anesthésie.

33 UN SERVICE PERMANENT ASSURÉ PAR PLUSIEURS SAGES-FEMMES La profession de sage-femme est une profession médicale à part entière comme le précise l article L du Code de santé publique : «L exercice de la profession de sage-femme comporte la pratique des actes nécessaires au diagnostic, à la surveillance de la grossesse et la préparation psychoprophylactique à l accouchement, ainsi qu à la surveillance et la pratique de l accouchement et des soins postnataux en ce qui concerne la mère et l enfant ( )». La sécurité est liée à la responsabilité de la sage-femme : Chaque sage-femme, membre de l équipe, a conscience de sa responsabilité dans ses choix et dans ses actes, tant en ce qui concerne la santé de la mère et de l enfant que pour ce qui est de la qualité du suivi apporté au sein de la Maison de Naissance. Elle a conscience de ses limites personnelles, elle a la connaissance des limites définies à un niveau national (cf. Charte de l ANSFL), et de celles définies par l équipe de la Maison de Naissance en lien avec la maternité niveau 1, 2 ou 3, et elle s engage à les respecter. La sécurité est liée à la formation des sages-femmes en accompagnement global La sécurité est liée également à la disponibilité des sages-femmes : Les sages-femmes sont disponibles 24h/24 et joignables par téléphone portable. Elles travaillent par équipes de 2, l'une pouvant remplacer l'autre en cas d'indisponibilité. Les dates d'indisponibilité de la sage-femme référente sont établies longtemps à l'avance afin que les couples en soient avertis. Une sage-femme supplémentaire est toujours joignable en cas de nécessité au moment de l accouchement. Le couple aura rencontré au moins une fois la deuxième sage-femme.

34 LES PLUS-VALUES QUALITATIVES D UNE MAISON DE NAISSANCE Au niveau humain et relationnel : Respect du choix des utilisateurs et signature d un contrat de confiance entre sages-femmes et couples accouchant à la Maison de la Naissance Présence d une personne (accueillante ) au sein des locaux Réseau d entraide parental Au niveau professionnel : Charte éthique régissant le choix des intervenants au sein de la MDN Notion d équipe prépondérante, avec mise à jour des connaissances et remise en question permanente des pratiques Mise en place d outils d évaluation de la satisfaction des usagers Présentation annuelle des résultats de l évaluation aux partenaires Respect de la Charte Nationale sur la Pratique de la Sage-femme Libérale Etudes prospectives et statistiques étudiant les taux de pathologies, d interventions médicales, de morbidité et mortalité, de transferts des mères et des enfants Au niveau matériel et technique : Choix d'équipement favorisant un accouchement naturel

35 AVANTAGES 1. Pour les usagers, le suivi des couples en Maison de Naissance répond : à la notion d'accompagnement global à la naissance, à savoir un suivi personnalisé par une même sage-femme. Ainsi une écoute particulière est accordée au couple, à son histoire, aux liens familiaux, sociaux, professionnels, créant une relation de confiance où chacun est acteur, partenaire et responsable. à la volonté de vivre la grossesse et l accouchement dans un environnement non médicalisé, entourés de professionnels qui respecteront leurs choix et leurs envies, tout en respectant leurs droits. 2. En terme de santé publique : les différentes études montrent une amélioration de la morbidité et mortalité périnatale en Maison de Naissance, avec une régression de l'interventionnisme chez les patientes sélectionnées à «bas risque» par rapport aux patientes accouchant dans des structures hospitalières conventionnelles. 3. En terme de finances publiques, ce mode d accompagnement à la naissance, non pas privilégié mais permettant un choix personnalisé, est paradoxalement moins coûteux qu un accouchement en structure hospitalière : 30 % de gain pour la collectivité, moins d interventions (donc moins de iatrogénie) et pour une meilleure qualité humaine d accompagnement et une plus grande satisfaction des femmes et des couples qui feraient appel à cette formule ( CIANE réf 6 )

36 BASE POUR L ÉVALUATION FINANCIERE ET LA RENTABILITÉ DE LA MAISON DE NAISSANCE.

37 LA MAISON DE NAISSANCE SE DÉFINIT COMME UNE «EXTENSION DU DOMICILE». L étude financière prend en compte le nombre et la durée des consultations, l'accouchement et le suivi post-natal de la mère et de l'enfant. L'autonomie de gestion et le fonctionnement sont assurés par les sagesfemmes référencées par la MDN. Elles organisent un staff afin de prendre connaissance des dossiers et d adapter la prise en charge obstétricale. Lieu combinant le financement de l'activité libérale et de la structure au service " d'un accouchement à domicile amélioré", s'intégrant à l'activité des réseaux (ville-hôpital et inter-établissement).( réf 2) La participation financière des parents, à l'utilisation des lieux, est posée tout en considérant que toutes les familles doivent avoir accès à la Maison de Naissance par principe. Une prise en charge par le système social doit être envisagée, comme cela existe pour les cliniques (annexe 4) L évaluation est basée sur l hypothèse suivante :

38 Base pour l estimation Une sage-femme suit au minimum 20 couples/an en accompagnement global Quatre sages-femmes travaillent à mi-temps (17.5H/semaine) dans la Maison de Naissance où 80 couples accouchent sur un an (prévision minimale) L économie générée pour le système social représente ( ). Chaque sage-femme reverse 15% par accouchement à la MDN soit et les parents versent 500 /naissance de frais d'hébergement soit (voir annexe 4 sur prise en charge en hospitalisation de jour) soit des recettes minimum de Les charges représentant environ /an, les recettes couvrent donc environ 70% du coût de fonctionnement de la MDN.

39 RECETTES DÉPENSES PRÉVISIONNELLES SF : 80 naissances/an Hospitalisation de jour Subvention d exploitation Recettes Soit 15% de /naissance Location 175 /m2/an Eau EDF Assurance locaux RC pro Dépenses /mois Entretien Téléphone Comptabilité Divers 900 Poste de responsable TOTAL / an / an E/mois Bénéfice / an 2/3 en auto financement Besoin en investissement d équipement Estimation minimum

40 L EVALUATION DU PROJET DE MAISON DE NAISSANCE L'évaluation a pour objectif d'étudier les pratiques et leurs résultats sur la santé, afin de savoir si la situation est satisfaisante ou si des modifications devraient être apportées dans le fonctionnement et les pratiques de la Maison de Naissance. Une partie de l'évaluation doit être conduite de manière régulière afin de pouvoir suivre les résultats de la Maison de Naissance. Cette première forme d'évaluation est particulièrement développée dans ce document, car elle doit être intégrée dans le fonctionnement de la Maison de Naissance dès sa création. Par ailleurs l'évaluation a également pour fonction de répondre à des questions particulières qui se posent à un moment donné.

41 PARTENARIAT ET CONVENTIONS La création d une Maison de Naissance constitue un réseau élargi entre les professionnels de la parentalité du bassin. Elle aboutit à une complémentarité des pratiques autour de la naissance, elle s inscrit dans une mission de santé publique de dépistage précoce des facteurs de risques. Deux types de convention seront à établir : Une convention de transfert avec une structure partenaire (précisant entre autre la place des sages-femmes de Maison de Naissance lors de transfert, leur participation aux staff médicaux et à l évaluation des dossiers), Une convention avec le réseau périnatal (dont le mode de transfert déterminé selon le déterminant de la décision, de la voiture particulière au SMUR) Une convention est établie pour une reconnaissance mutuelle entre les partenaires concernés, une fiche de transfert sera proposée pour permettre le partage d informations utiles dans le réseau (utilisation de l outil informatique).

42 CONCLUSION :

43 La création de maisons de naissance s inscrit dans une logique de santé publique, de dépistage précoce de facteurs de risques et d évaluation à la santé. La Maison de Naissance propose ses activités dans un espace convivial, respectant la liberté des femmes et le besoin d intimité des familles. La participation des parents est requise ainsi que leur consentement. Ce projet est novateur dans le contexte actuel de l organisation périnatale en France, puisqu il pose une réflexion sur : l orientation des femmes enceintes, leur surveillance, l accouchement (en tenant compte de critères de risques), le praticien requis et le lieu de naissance le plus adapté. La Maison de Naissance doit permettre de faire «moins ( médicalisation non nécessaire et non souhaitée, séquelles physiques et psychologiques, réduction des coûts) et mieux (en terme de satisfaction, et de résultats)» pour un vrai choix des parents et citoyens.

44 ANNEXES 1 - Article L Maison de santé 1 et 2 recours 2 - Détails de l étude Borel sur les MDN suisses (2010) 3 - Aspect sécuritaire des MDN en Allemagne (2009) - Taux et raisons / transferts 4 - Contact n 28 du conseil de l ordre sur le coût d une MDN à Berne 5 - Publications entre 1980 et 2000 sur les MDN aux Etats Unis, en Angleterre, en Allemagne et Australie. 6 - Définition de l Attenance 7 Projets existants et futurs

45 Annexe 1 Chapitre III bis : Maisons de santé. Article L En savoir plus sur cet article... Modifié par LOI n du 21 juillet art. 39 Les maisons de santé assurent des activités de soins sans hébergement et peuvent participer à des actions de santé publique ainsi qu'à des actions de prévention et d'éducation pour la santé et à des actions sociales. Les maisons de santé sont constituées entre des professionnels médicaux et des auxiliaires médicaux. Elles peuvent associer des personnels médico-sociaux. Les professionnels médicaux et auxiliaires médicaux exerçant dans une maison de santé élaborent un projet de santé, témoignant d'un exercice coordonné et conforme aux orientations des schémas régionaux mentionnés à l'article L Tout membre de la maison de santé adhère à ce projet de santé. Celui-ci est transmis pour information à l'agence régionale de santé.

46 Annexe 2 - Etude Borel : Premier constat: à grossesse similaire, les femmes ont beaucoup plus de chances de vivre un accouchement spontané en Maison de Naissance qu à l hôpital: 93% dans le premier cas, contre seulement 53% à la maternité. «A l hôpital, près d un accouchement sur deux est soit provoqué (23%), soit stimulé (24%)», constate le Dr Borel. «Ce n est pas anodin.» Les accouchements en Maison de Naissance sont aussi moins médicalisés: le taux de césariennes y est quatre fois plus bas qu à l hôpital (respectivement 3% et 12%). De plus, 85% des femmes y accouchent sans anesthésie, contre seulement une sur deux à la maternité. Enfin, on y décompte près de deux fois et demi moins d épisiotomies. «Clairement, l accouchement en Maison de Naissance permet une moindre agression du corps», constate le médecin. L explication? Le travail des sages-femmes implique plus d accompagnement, et moins d intervention. En clair: on laisse faire la nature. Quitte à prendre le temps, souligne le praticien. En Maison de Naissance, l accouchement dure en moyenne cinq heures, contre seulement trois à la maternité. «La patience et les différentes positions d accouchement proposées doivent jouer un rôle important», estime-t-il. «Ce sont les deux seules choses qui diffèrent vraiment entre les deux sites.» En effet, même si la maternité d Aigle a mené toute une réflexion sur l accueil des parturientes et propose une salle d accouchement conviviale munie d une baignoire, force est de constater que les femmes disposent d une liberté de mouvements plus grande à la Maison de Naissance. La preuve: moins d une mère sur cinq y accouche couchée sur le dos, jambes écartées. La majorité des femmes choisit de le faire à quatre pattes (28%) ou dans l eau (28%), mais aussi en siège maya, accroupie ou couchée sur le côté.», Deuxième constat : des bébés bien portants. Le médecin a examiné les statistiques de leur état de santé à la naissance (poids, réactions, éventuelles complications post-natales). Résultat: «Aucun bébé n a présenté de complications imputables au mode d accouchement.» De fait, les petits nés à l hôpital affichent deux fois et demie plus de transferts en néonatalogie que ceux nés en Maison de Naissance. «La Maison de Naissance n augmente pas la pathologie assure le Dr Borel au contraire

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC UNE PRIORITÉ DE LA POLITIQUE DE PÉRINATALITÉ (2008-2018) Mémoire présenté aux membres de la commission parlementaire de la santé et des services sociaux Préparé par

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES Ont participé à la réalisation de ce document, l Association Nationale des Sages-femmes Cadres,

Plus en détail

Chapitre VI Le rôle des sages-femmes dans le système de soins

Chapitre VI Le rôle des sages-femmes dans le système de soins 173 Chapitre VI Le rôle des sages-femmes dans le système de soins LE ROLE DES SAGES-FEMMES DANS LE SYSTEME DE SOINS 175 PRESENTATION Le rapport public annuel de la Cour de 2006, dans son chapitre relatif

Plus en détail

Séjour en suites de couches

Séjour en suites de couches Séjour en suites de couches Une histoire de plus en plus courte Alain MARTIN-LAVAL Vérane DURANT Cécile LAURENT Pôle Parents Enfants Hôpital Saint Joseph Marseille gen paca 21 mai 2011 1 Définitions Haute

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

Les réseaux de santé Alain Grand

Les réseaux de santé Alain Grand Les réseaux de santé Alain Grand Section 1 : les réseaux de santé Devant le constat d un cloisonnement excessif du système de santé, susceptible d induire des «pertes de chance» vis-à-vis de certaines

Plus en détail

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT)

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT) Le Ministre de la Santé, de la Famille Et des personnes Handicapées A Mesdames et Messieurs les Préfets de région Direction régionales des affaires sanitaires et sociales Mesdames et Messieurs les Préfets

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

PériNatalité et petite enfance

PériNatalité et petite enfance Périnatalité et petite enfance Comment naître dans le 19 e arrondissement? L inscription à la maternité Il est important de s inscrire à la maternité le plus tôt possible pour assurer un suivi de grossesse

Plus en détail

Naître à l hôpital Daler

Naître à l hôpital Daler Naître à l hôpital Daler Sommaire Se préparer à la naissance 5 Quand se rendre à la maternité 6 Il faut prendre avec vous 8 L heure est arrivée, la naissance 10 Votre séjour en maternité 15 Votre retour

Plus en détail

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Contexte de la fistule obstétricale Situation en Mauritanie Progrès au niveau Pays/ Mise en œuvre Défis pour les années à

Plus en détail

Sortie de maternité. préparez. votre retour à la maison

Sortie de maternité. préparez. votre retour à la maison Sortie de maternité préparez votre retour à la maison Sommaire 1 Préparez votre retour à la maison avant l accouchement 3 2 Qui solliciter pour assurer mon suivi et celui de mon bébé? 3 3 Combien de jours

Plus en détail

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier DGOS/PF3/CdC MSP PF3 R2 DSS RB 21 07 10 Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier L article L. 6323-3 du code de la santé publique prévoit

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. ABREVIATIONS p 3. INTRODUCTION p 4 PREMIERE PARTIE : L ACCOUCHEMENT A DOMICILE EN. FRANCE p 6

TABLE DES MATIERES. ABREVIATIONS p 3. INTRODUCTION p 4 PREMIERE PARTIE : L ACCOUCHEMENT A DOMICILE EN. FRANCE p 6 TABLE DES MATIERES ABREVIATIONS p 3 INTRODUCTION p 4 PREMIERE PARTIE : L ACCOUCHEMENT A DOMICILE EN FRANCE p 6 1.1 Historique de l accouchement à domicile en France p 7 1.2 L Association Nationale des

Plus en détail

EMMA EVALUATION DE LA MATERNITE EN MARTINIQUE EN 2006. Enquête de satisfaction auprès des patientes des soins en obstétrique de Martinique

EMMA EVALUATION DE LA MATERNITE EN MARTINIQUE EN 2006. Enquête de satisfaction auprès des patientes des soins en obstétrique de Martinique EMMA EVALUATION DE LA MATERNITE EN MARTINIQUE EN 2006 Enquête de satisfaction auprès des patientes des soins en obstétrique de Martinique Réalisée par le Réseau périnatal de la Martinique rapport rédigé

Plus en détail

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Grossesse a priori «normale» Quelle prise en charge? Sécurité médicale RPC EBM Opinion des usagers

Plus en détail

P atients S anté T erritoires

P atients S anté T erritoires H ôpital P atients S anté T erritoires L exercice regroupé dans les services de santé Une action coordonnée des professionnels en faveur des patients De plus en plus de professionnels de santé ont depuis

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

RESULTATS ENQUETE DE SATISFACTION Comparaison Mai 2010 - Novembre 2010

RESULTATS ENQUETE DE SATISFACTION Comparaison Mai 2010 - Novembre 2010 RESULTATS ENQUETE DE SATISFACTION Nombres de questionnaires de satisfaction des patients (version obstétrique) envoyés, reçus et exploités : Première vague Nombre de questionnaires envoyés Nombre de questionnaires

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Projet de permanence des soins gériatriques en EHPAD dans le sud de l Essonne MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Le Sud de l Essonne accueille environ 3000 résidents en Etablissement d Hébergement

Plus en détail

Dispositions déclarées contraires à la Constitution :

Dispositions déclarées contraires à la Constitution : Loi n 2011-940 du 10 août 2011 modifiant certaines dispositions de la loi n 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires Texte définitivement

Plus en détail

gras souligné. gras Décret n 2007-230 du 20 février 2007 Nouveau texte en fonction du décret du 7 juin 2010 Chapitre IV Chapitre IV

gras souligné. gras Décret n 2007-230 du 20 février 2007 Nouveau texte en fonction du décret du 7 juin 2010 Chapitre IV Chapitre IV .Lecture : Dans la colonne 1, les dispositions supprimées ou modifiées (en colonne 2) figurent en gras souligné. Dans la colonne 2, les dispositions modifiées ou nouvelles figurent en gras en fonction

Plus en détail

UEMS - OB/GYN SECTION LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1.

UEMS - OB/GYN SECTION LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1. UEMS - OB/GYN SECTION Board et Collège Européen de Gynécologie et d' Obstétrique ( EBCOG) LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1. ADOPTEES

Plus en détail

Le Projet institutionnel. (Un avenir assuré = notre ambition)

Le Projet institutionnel. (Un avenir assuré = notre ambition) VIVRE ENSEMBLE Mutuelle d Aide aux Personnes Handicapées Mentales Siège Social : 5 rue de Breuvery 78100 St Germain en Laye Tél. : 01 34 51 38 80 - Fax : 01 39 73 75 72 e-mail : direction@vivre-ensemble.fr

Plus en détail

L'entretien préalable avec le magistrat instructeur a eu lieu le 6 août 2003.

L'entretien préalable avec le magistrat instructeur a eu lieu le 6 août 2003. CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE HAUTE-NORMANDIE RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES DU 31 MARS 2004 SUR LA GESTION DE L'HOPITAL LOCAL DE BRETEUIL-SUR-ITON (Exercices 1997 et suivants) I - RAPPEL DE LA

Plus en détail

Evaluation de la politique de gratuité de l accouchement et de la césarienne au Maroc (Approche économique et financière)

Evaluation de la politique de gratuité de l accouchement et de la césarienne au Maroc (Approche économique et financière) Royaume du Maroc Ministère de la Santé Evaluation de la politique de gratuité de l accouchement et de la césarienne au Maroc (Approche économique et financière) C. Boukhalfa, S. Abouchadi, N. Cunden, S.

Plus en détail

Site pilote de l IMBCI en Amérique du Nord

Site pilote de l IMBCI en Amérique du Nord CSSS La Pommeraie, Hôpital Brome Missisquoi Perkins certifié de l Initiative Ami des bébés 1999 Hôpital recertifié 2004 CLSC certifié 2005 CSSS certifié mai 2010 Site pilote de l IMBCI en Amérique du Nord

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire dans les établissements de santé français : Une évolution positive entre 2006 et 2008

La chirurgie ambulatoire dans les établissements de santé français : Une évolution positive entre 2006 et 2008 Point d information 22 janvier 2009 La chirurgie ambulatoire dans les établissements de santé français : Une évolution positive entre et Au cours de la dernière décennie, la France, traditionnellement

Plus en détail

ETuDEs. Le coût hospitalier des accouchements en Belgique

ETuDEs. Le coût hospitalier des accouchements en Belgique ETuDEs Le coût hospitalier des accouchements en Belgique Une publication des Mutualités Libres Rue Saint-Hubert, 19-1150 Bruxelles T 02 778 92 11 commu@mloz.be RÉDACTION Chantal Neirynck COORDINATION Pascale

Plus en détail

COMPÉTENCES CANADIENNES POUR LES SAGES-FEMMES

COMPÉTENCES CANADIENNES POUR LES SAGES-FEMMES COMPÉTENCES CANADIENNES POUR LES SAGES-FEMMES Veillez prendre note qu afin d alléger le texte le féminin est utilisé pour désigner les deux sexes et que les termes sage-femme et sages-femmes désignent

Plus en détail

Pour des parents bien dans leur job. Livret à destination des salariées et salariés du groupe Casino

Pour des parents bien dans leur job. Livret à destination des salariées et salariés du groupe Casino Pour des parents bien dans leur job Livret à destination des salariées et salariés du groupe Casino innovation édito Chère collaboratrice, cher collaborateur, Nous avons le plaisir de vous adresser le

Plus en détail

CONGÉS ET AMÉNAGEMENTS DU TEMPS DE TRAVAIL LORS DE LA NAISSANCE D UN ENFANT juin 2011

CONGÉS ET AMÉNAGEMENTS DU TEMPS DE TRAVAIL LORS DE LA NAISSANCE D UN ENFANT juin 2011 CONGÉS ET AMÉNAGEMENTS DU TEMPS DE TRAVAIL LORS DE LA NAISSANCE D UN ENFANT juin 2011 TABLE DES MATIÈRES Congé de maternité 2 Pour les salariées 2 Congé prénatal 2 Congé postnatal 2 Formalités administratives

Plus en détail

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Royaume du Maroc Ministère de la Santé PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Fin du Compte à rebours 2015 Avec l appui de Contexte En souscrivant aux

Plus en détail

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur 43ÈMES JOURNÉES DE LA SFMP L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Le point de vue de l assureur 15 novembre 2013, Monaco Marianne Henry-Blanc, Consultante Pôle services Présentation de notre société

Plus en détail

Le Syndicat des Médecins de Famille PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES

Le Syndicat des Médecins de Famille PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES 1 MCo/LJ/8033/04/UNOF Paris, le 12 janvier 2004 PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES 1. Exposé des motifs : La Permanence des soins est une mission d'intérêt général,

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT DES FEMMES ENCEINTES À BAS RISQUE OBSTETRICAL EN FRANCE ET AU ROYAUME-UNI

ACCOMPAGNEMENT DES FEMMES ENCEINTES À BAS RISQUE OBSTETRICAL EN FRANCE ET AU ROYAUME-UNI UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1 Ecole de Sages-Femmes HOTEL-DIEU 1, Place de l Hôpital 69288 Lyon cedex 02 ACCOMPAGNEMENT DES FEMMES ENCEINTES À BAS RISQUE OBSTETRICAL EN FRANCE ET AU ROYAUME-UNI Mémoire

Plus en détail

LES SAGES-FEMMES DU QUÉBEC :

LES SAGES-FEMMES DU QUÉBEC : UNIVERSITÉ DE NANTES UFR de Médecine École de Sage-femme Diplôme d'etat de Sage-femme LES SAGES-FEMMES DU QUÉBEC : UN EXERCICE EXCLUSIF EN MAISON DE NAISSANCE Directeur de mémoire: Madame Karine Rouget,

Plus en détail

ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE

ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE BIENVENUE EN BELGIQUE Vous avez décidé de venir étudier en Belgique, félicitations! Notre pays est reconnu pour la qualité de son accueil, son sens de l'humour, ses bières,

Plus en détail

PRÉVENTION EN FAVEUR DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT

PRÉVENTION EN FAVEUR DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT Guide Pratique Protection de l enfance PRÉVENTION EN FAVEUR DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT grandir parents respecter prévenir devoirs écouter mieux-être protéger PRÉVENTION EN FAVEUR DE L ENFANT ET DE

Plus en détail

à Mesdames et Messieurs les Agents Comptables Médecins Conseils Régionaux Chef de service Pour information

à Mesdames et Messieurs les Agents Comptables Médecins Conseils Régionaux Chef de service Pour information CIRCULAIRE CIR-2/2012 Document consultable dans Médi@m Date : 03/01/2012 Domaine(s) : gestion des prestations en nature à Mesdames et Messieurs les Directeurs CPAM CARSAT UGECAM CGSS CTI Agents Comptables

Plus en détail

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Indicateur n 9 : Consommation de soins par habitant Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Le nombre moyen de consultations médicales par habitant

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers

Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers 1 Préambule La HAS est une autorité administrative indépendante. Dans le cadre de ses missions 1, elle est amenée à conduire des expertises

Plus en détail

Note créée le 19/03/2014

Note créée le 19/03/2014 Note créée le 19/03/2014 La télémédecine : présentation générale et expérimentations 2014 Note d information réalisée par pôle santé et soins Auteure : Fanny Gaspard, Conseillère technique aide et soins

Plus en détail

PRADO, le programme de retour à domicile

PRADO, le programme de retour à domicile , le programme de retour à domicile Enjeux et objectifs du programme Répondre à une volonté croissante des patients Adapter et renforcer le suivi post hospitalisation Optimiser le retour à domicile et

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL

CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL CONTRAT DE SEJOUR CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE DE PRISE EN CHARGE Accueil de Jour «Maison Bleue» Le contrat de séjour définit les droits et les obligations de l'etablissement

Plus en détail

447 destinations 1 000 résidences 105 500 appartements. Affaires ou loisirs, préférez le prêt-à-vivre. SNRT.fr

447 destinations 1 000 résidences 105 500 appartements. Affaires ou loisirs, préférez le prêt-à-vivre. SNRT.fr 447 destinations 1 000 résidences 105 500 appartements Affaires ou loisirs, préférez le prêt-à-vivre. SNRT.fr NOTRE MÉTIER, l hébergement touristique. Le SNRT regroupe l essentiel des exploitants professionnels

Plus en détail

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg»

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» Conférence de Presse 11/09/2013 «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» La Santé Périnatale au Luxembourg Etat des lieux Présentation de deux rapports : Surveillance de la Santé

Plus en détail

ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER

ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER ANNEXE N 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL POUR LA COUVERTURE DU RISQUE HOSPITALISATION TITRE I - PRINCIPES GÉNÉRAUX ARTICLE 1-1 CATÉGORIES COUVERTES Sont admis à bénéficier des

Plus en détail

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Initiatives montrant des bonnes pratiques ainsi que des pratiques efficaces dans l adoption d une approche fondée sur les droits

Plus en détail

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013 1 L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices Édition 2013 L assurance maternité Sommaire Les prestations maternité 3 Cas particuliers 8 Le congé paternité 11

Plus en détail

«Espace physiologique»

«Espace physiologique» Projet de service «Espace physiologique» Maternité Edouard Herriot LYON 2006 1 Définition et origine du projet Souhait d humaniser la prise en charge des patientes dans une maternité à haut risque médical

Plus en détail

Professions indépendantes. Vos prestations maladie

Professions indépendantes. Vos prestations maladie Professions indépendantes Vos prestations maladie Édition 2012 Vos prestations maladie Sommaire Quels sont les bénéficiaires de l assurance maladie? 3 Comment bénéficier des prestations? 4 Quels sont les

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : La protection des droits de la personne Code de la santé publique Dispositions introduites

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

PARTICIPATION DES EMPLOYEURS AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

PARTICIPATION DES EMPLOYEURS AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE PARTICIPATION DES EMPLOYEURS AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE CV Réf. : II-13-1-5 Pôle des services Date : 15.09.2012 services@cdg81.fr Ref : 7-9 Références : - Loi n 83-634 du 13

Plus en détail

DROITS A L ASSURANCE MATERNITE

DROITS A L ASSURANCE MATERNITE I. Ouverture des droits DROITS A L ASSURANCE MATERNITE Les conditions d ouverture des droits tant aux prestations en nature qu aux prestations en espèce de l assurance maternité s apprécient soit au début

Plus en détail

Le CSSS du Lac-des-Deux-Montagnes adopte la présente politique d allaitement maternel qui permet de :

Le CSSS du Lac-des-Deux-Montagnes adopte la présente politique d allaitement maternel qui permet de : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS Titre: Allaitement maternel Responsable: Direction de la famille et de la santé mentale Approbation(s): Conseil d administration Initiale: 2002-02-20 Révision:

Plus en détail

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Fréquence des complications périnéales du post-partum Les complications périnéales post-natales

Plus en détail

Etablissement d'accueil mèreenfant

Etablissement d'accueil mèreenfant Etablissement d'accueil mèreenfant Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 2011-1012 Table des matières I Definition...4 II Rappels historiques...4 III Le cadre réglementaire...

Plus en détail

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 A l initiative des professionnels de terrain, la FHF a constitué en janvier 2014 une commission imagerie. Composée de médecins et de

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR

CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR Maison de retraite Foyer de vie 6-8 avenue Théodore d Arthez 64 120 SAINT PALAIS Tél. : 05.59.65.73.04 Fax : 05.59.65.61.82 E.mail : contact@stelisa.com Nom : Prénom :.. Date :.. CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Principales autorisations d absence. Référence : circulaire n 2002-168 du 02 août 2002 r elative aux autorisations d absence de droit et facultatives

Principales autorisations d absence. Référence : circulaire n 2002-168 du 02 août 2002 r elative aux autorisations d absence de droit et facultatives Principales autorisations d absence Référence : circulaire n 2002-168 du 02 août 2002 r elative aux autorisations d absence de droit et facultatives Les autorisations d'absence de droit Travaux d'une assemblée

Plus en détail

1 - Les conditions légales et réglementaires

1 - Les conditions légales et réglementaires LES REMPLACEMENTS 1. Les conditions légales et réglementaires 2. Formalités diverses - obligations 3. Responsabilités du médecin remplacé et du médecin remplaçant 1 1 - Les conditions légales et réglementaires

Plus en détail

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge PROJET D AULNAY MSP PSP Réseau de santé de proximité Historique Objectifs Particularités Avenir Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge MAISON DE SANTE

Plus en détail

Loire et CHU : imaginons l hôpital de demain!

Loire et CHU : imaginons l hôpital de demain! Loire et CHU : imaginons l hôpital de demain! CHU de Nantes Envoyé le 13/03/2015 Le Centre Hospitalier Universitaire de Nantes est un établissement public de santé. Il a pour principales missions d assurer

Plus en détail

Contribuer à l évaluation des pratiques professionnelles en matière d allaitement Offrir des outils pour l amélioration des savoirs et savoir-faire

Contribuer à l évaluation des pratiques professionnelles en matière d allaitement Offrir des outils pour l amélioration des savoirs et savoir-faire Lactation : Périnatalité et premiers mois Formation de 2015 AOÛT 2014-1 Le CREFAM, Centre de Recherche, d Évaluation et de Formation à l Allaitement Maternel : est un organisme de formation continue enregistré

Plus en détail

Pole Accompagnement Vers et Dans le Logement

Pole Accompagnement Vers et Dans le Logement DIRECTION DÉPARTEMENTALE DE LA COHESION SOCIALE DU VAR SERVICE HEBERGEMENT ACCOMPAGNEMENT LOGEMENT Pole Accompagnement Vers et Dans le Logement Affaire suivie par : Yann FAVERIE ANNEXE 1 : CAHIER DES CHARGES

Plus en détail

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Recommandation (97-008)

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Recommandation (97-008) RECOMMANDATION Délibération n 97-008 du 4 février 1997 portant adoption d'une recommandation sur le traitement des données de santé à caractère personnel (Journal officiel du 12 avril 1997) La Commission

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Centre d hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) pour l accueil de femmes en difficulté CENON. www.aquitanis.

DOSSIER DE PRESSE. Centre d hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) pour l accueil de femmes en difficulté CENON. www.aquitanis. DOSSIER DE PRESSE Architecte : Agence BDM Architectes (Bordeaux) Centre d hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) pour l accueil de femmes en difficulté CENON www.aquitanis.fr Office public de l habitat

Plus en détail

Parcours médical des nouveau-nés dans leur premier mois de vie :

Parcours médical des nouveau-nés dans leur premier mois de vie : Année : 2010 N : UNIVERSITE PARIS XI FACULTE DE MEDECINE PARIS SUD Thèse pour le Doctorat en Médecine Présentée par Sandra PARETS épouse QUILLARD Née le 12-06-1981 à Chatenay-Malabry (92) Parcours médical

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

MUTUELLE AUTONOME GÉNÉRALE DE L ÉDUCATION. notre référence MUTUELLE N 343 030 037 SOUMISE AUX DISPOSITIONS DU LIVRE II DU CODE DE LA MUTUALITÉ

MUTUELLE AUTONOME GÉNÉRALE DE L ÉDUCATION. notre référence MUTUELLE N 343 030 037 SOUMISE AUX DISPOSITIONS DU LIVRE II DU CODE DE LA MUTUALITÉ MUTUELLE AUTONOME GÉNÉRALE DE L ÉDUCATION votre santé notre référence MUTUELLE N 343 030 037 SOUMISE AUX DISPOSITIONS DU LIVRE II DU CODE DE LA MUTUALITÉ Éducation nationale, Enseignement supérieur, Recherche,

Plus en détail

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Pôle Culture, Sport, Santé, Associations Secteur Santé Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Nom du demandeur: Intitulé du projet : Contact

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé» CSSS/11/ DÉLIBÉRATION N 11/66 DU 20 SEPTEMBRE 2011 RELATIVE AU TRAITEMENT DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL RELATIVES À LA SANTÉ PAR

Plus en détail

Startup Santé. Les avantages pour vous :

Startup Santé. Les avantages pour vous : Startup Santé. - Documentation commerciale MUTUALP est une Mutuelle régie par le Code de la Mutualité, de l économie sociale et solidaire. C est une mutuelle régionale à taille humaine, solide et performante.

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-141 du 24 septembre 2014 relative à la prise de contrôle conjoint de Générale de Santé par Ramsay Health Care et Predica (Groupe Crédit Agricole) L Autorité de la

Plus en détail

INFIRMIER LIBÉRAL. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

INFIRMIER LIBÉRAL. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 INFIRMIER LIBÉRAL SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INFIRMIER LIBÉRAL... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INFIRMIER LIBÉRAL... 5 L'ACTIVITÉ DE L'INFIRMIER LIBÉRAL... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE L'INFIRMIER LIBÉRAL... 10

Plus en détail

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services hospitaliers. Ce projet d amélioration de la qualité porte

Plus en détail

ECOLE DE SAGES-FEMMES POITIERS

ECOLE DE SAGES-FEMMES POITIERS ECOLE DE SAGES-FEMMES POITIERS SOMMAIRE Présentation de l Ecole p 3 à 9 Localisation p 4 Organigramme p 5 Les ressources matérielles p 7 Les horaires de la formation p 8 La capacité de formation p 9 L

Plus en détail

Votre limite globale Silver Gold Platinum 1 000 000 USD 800 000 EUR 650 000 GBP. Vos garanties médicales standard Silver Gold Platinum

Votre limite globale Silver Gold Platinum 1 000 000 USD 800 000 EUR 650 000 GBP. Vos garanties médicales standard Silver Gold Platinum Assurance médicale internationale Nos assurances disposent de 3 niveaux de couverture distincts : Silver, Gold et Platinum. Choisissez votre niveau de couverture à l'aide du tableau ci-dessous. Tous les

Plus en détail

Comment choisir sa maison de retraite?

Comment choisir sa maison de retraite? Les Essentiels Les Essentiels de Cap Retraite n 5 Résidence du soleil Comment choisir sa maison de retraite? 6 FICHES PRATIQUES Les différents types d établissement Les coûts en maison de retraite Le dossier

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Handicap, Dépendance, Invalidité REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT HANDIVIE 1 Boulevard de Compostelle - 13012 Marseille : 04 91 44 07 73 - : 09 70 62 08 48 ssiad-handivie@wanadoo.fr TABLE DES MATIERES I.LE

Plus en détail

Assurance complémentaire santé OMS

Assurance complémentaire santé OMS Notice d information Edition 2014 Assurance complémentaire santé OMS BÉNÉFICIAIRES Le Groupement de Prévoyance et d Assurance des Fonctionnaires Internationaux (GPAFI) est une association à but non lucratif

Plus en détail

Guide de la future maman & de son bébé

Guide de la future maman & de son bébé Guide de la future maman & de son bébé Avec la collaboration de: P r Jacques Jani D r Leonardo Gucciardo Katia Paemelaere D r Eliane Damis D r Anne-Britt Johansson Comité de rédaction: Bérengère Guccione

Plus en détail

Baromètre 2014 de la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle. - Volet employeurs - Décembre 2014

Baromètre 2014 de la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle. - Volet employeurs - Décembre 2014 Baromètre 2014 de la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle - Volet employeurs - Décembre 2014 Sommaire Note technique Synthèse des enseignements Perception Importance accordée à la

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Objectifs : indiquer les objectifs de prévention du Service départemental de Protection Maternelle et

Plus en détail

LA CONTRACEPTION SUR L INFORMATION REÇUE EN

LA CONTRACEPTION SUR L INFORMATION REÇUE EN LA CONTRACEPTION 1 SATISFACTION DES PATENTES SUR L INFORMATION REÇUE EN POST PARTUM INTRODUCTION Contexte : 2 Élargissement des compétences de SF (contraception & gynécologie de prévention) (1) Rôle dans

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nature du diabète gestationnel Le diabète gestationnel apparait durant la grossesse et disparaît généralement après l accouchement. Dans la plupart des cas, il est trouvé par une

Plus en détail

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2015

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2015 1 L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices Édition 2015 L ASSURANCE MATERNITÉ Sommaire Les prestations maternité 3 Cas particuliers 8 Le congé paternité 11

Plus en détail

Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010.

Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010. Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010. Contexte L expérimentation NMR est organisée depuis 2 ans sous l égide de la Direction Générale de la

Plus en détail

Dossier de presse 30 mars 2012. Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr

Dossier de presse 30 mars 2012. Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr Dossier de presse 30 mars 2012 Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr Création de la Carsat Alsace-Moselle La démarche de fusion de la CRAM et de la CRAV trouve son origine dans

Plus en détail

De meilleurs soins :

De meilleurs soins : De meilleurs soins : une analyse des soins infirmiers et des résultats du système de santé Série de rapports de l AIIC et de la FCRSS pour informer la Commission nationale d experts de l AIIC, La santé

Plus en détail