Relations économiques du Canada avec l'afrique subsaharienne : Tendances récentes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Relations économiques du Canada avec l'afrique subsaharienne : Tendances récentes"

Transcription

1 Conseil canadien pour la coopération internationale Forum Afrique-Canada Relations économiques du Canada avec l'afrique subsaharienne : Tendances récentes À titre d'hôte du Sommet du G8 à Kananaskis, en Alberta, le Canada a cherché à faire de la pauvreté et du développement un objectif prioritaire du Plan d'action du G8 pour l'afrique. Le premier ministre, Jean Chrétien, et les leaders du G-8 répondaient à l'appel pour un Nouveau partenariat pour le développement de l'afrique (NPDA), un plan lancé par des dirigeants politiques africains durant la dernière année. Le NPDA cherche à éliminer la pauvreté par " une nouvelle relation de partenariat de l'afrique avec la communauté internationale et, en particulier, les pays fortement industrialisés, afin de se sortir de l'abîme du sousdéveloppement qui s'est creusé au fil de siècles de relations inégales ". Le Canada a réagi en attribuant 500 millions de dollars au Fonds d'aide à l'afrique, somme qui sera affectée aux objectifs prioritaires du Plan d'action du G8 ainsi qu'à une initiative commerciale visant à hâter l'entrée au Canada, en franchise de droits, de produits en provenance des pays les plus démunis de l'afrique. 1 Pour bien situer ces initiatives, la présente note de synthèse aborde certains éléments du contexte de la coopération économique entre le Canada et l'afrique subsaharienne durant les années Il met en lumière la politique canadienne d'annulation de la dette, certaines tendances de l'investissement étranger direct et de l'aide publique au développement (APD) du Canada, ainsi que le commerce avec les pays africains au sud du Sahara. 1. Annulation de la dette Le Canada a été parmi les premiers pays du G7 à se prononcer en faveur d'une radiation complète de la dette bilatérale des pays les plus pauvres (PPTE) et à rechercher un accord multilatéral à cette fin. Ainsi, en février 2000, le ministre des Finances, Paul Martin, a annoncé que le Canada annulerait entièrement la dette contractée par les pays les plus pauvres envers la Société pour l'expansion des exportations (SEE) et la Commission canadienne du blé (CCB). L'Afrique subsaharienne doit environ 1,5 milliard de dollars de la dette des pays en voie de développement envers le Canada, dont 1,1 milliard de dollars représente la dette des PPTE envers les deux organismes mentionnés ci-dessus qui est couverte par l'engagement de radiation de la dette évoqué plus haut. La Côte d'ivoire (250,9 millions de dollars) et le Cameroun (440,1 millions de dollars) figurent parmi les pays les plus importants couverts. Selon les ententes avec le gouvernement, la SEE et la CCB récupèrent la totalité de leurs dettes au moyen des réserves budgétaires. Lorsque la dette est effectivement radiée au cours d'un exercice, le montant total est inscrit au titre d'aide publique au développement (APD) au pays concerné, ce qui augmente alors l'apd du Canada pour cet exercice. L'annulation de la dette canadienne est toutefois conditionnelle au respect par ces pays de toutes les conditions de l'accord conclu avec le FMI et la Banque mondiale dans le cadre de l'initiative pour les pays 1 Pour une analyse détaillée des allocations du Fonds canadien pour l Afrique, consulter De nouvelles initiatives pour l Afrique : la réaction canadienne au NPDA, une note d information du CCCI, septembre 2002 par Brian Tomlinson, équipe Orientation politique, à la page Orientation politique du site web du CCCI 1

2 pauvres très endettés (PPTE). Même si le gouvernement a accepté de ne percevoir ni le capital ni les intérêts de la dette lorsque le pays parvient à la dernière étape de mise en œuvre des programmes de ces institutions, cette mesure ne se concrétise que deux à trois ans après la radiation de la dette des livres de la SEE et de la CCB. Les ONG de l'afrique et de par le monde ont établi que plusieurs de ces conditions avaient pour effet d'appauvrir davantage les pays africains. Alors que le Ministre Martin (sans grand appui des autres ministres des Finances du G7) avait invité à un assouplissement des conditions de l'accord à l'égard des PPTE, le Canada n'a pas renoncé aux politiques macro-économiques de libéralisation et de privatisation auxquelles les pays les plus pauvres doivent se soumettre en vue d'obtenir un allégement très limité de la dette. 2. Investissement étranger direct du canada en Afrique L investissement étranger direct du Canada en Afrique forme un élément mineur de l investissement du Canada dans les pays en développement et a atteint un sommet de 5 p. 100 des investissements totaux en 1996, mais représentait moins de 200 millions de dollars en Dans les années de jeunes sociétés minières canadiennes ont montré un intérêt sans cesse grandissant pour les ressources de l Afrique subsaharienne. À la fin de l année 1996, selon des recherches effectuées par la professeure Bonnie Campbell et des collègues à l UQAM, plus de 170 sociétés minières canadiennes se trouvaient en Afrique et leurs coûts d exploration sur le sol africain s élevaient à plus de 16 p. 100 de l ensemble des coûts d exploration des sociétés minières canadiennes. Ces investissements ont souvent fait du tort : les ONG ont soulevé des inquiétudes sérieuses au sujet des questions liées aux droits de la personne et de l impact négatif important de l exploitation minière sur l économie et l environnement des collectivités locales et sur les pauvres vivant en milieu rural, ainsi que sur les questions reliées aux conflits et à la corruption. Les intérêts miniers se concentrent au Ghana, au Zimbabwe, en Tanzanie, en Afrique du Sud, au Burkina Faso, au Botswana et au Mali. Cet investissement dans le secteur minier a été facilité par des politiques de libéralisation mises de l avant par la Banque mondiale et le FMI et parfois d une manière directe par le programme d aide du Canada. Depuis la fin des années 1990, au Zimbabwe, par exemple, l ACDI a offert son appui à un système de titres miniers sur ordinateur utilisé au ministère des Mines, au survole de l environnement, à la formation technique et à des projets de lois sur les ressources minières. Le MAECI, parmi ses quatre objectifs prioritaires pour l accès au marché en Afrique du Sud, compte surveiller de près les modifications proposées dans la législation minière de ce pays pour assurer la protection des intérêts des investisseurs canadiens. 2 Depuis , l ACDI a affecté 3,1 millions de dollars au projet de politique minière et énergétique, allocation liée, sans aucun doute, aux objectifs politiques d investissement canadien en Afrique du Sud. 3. Tendances des relations d aide du Canada avec l Afrique subsaharienne En général, l aide n a cessé de diminuer dans les années 90, et l aide à l Afrique subsaharienne provenant de 22 donateurs officiels a fondu encore davantage. En dépit de l accent mis sur la réduction de la pauvreté, la plupart des bailleurs de fonds n ont pas accordé la priorité à cette région où la pauvreté a augmenté au cours de la dernière décennie. 2 MAECI,»Ouverture sur le monde : Priorité du Canada en matière d accès aux marchés internationaux 2002, 2

3 Performance de l aide en faveur de l Afrique En comparant l aide octroyée par les bailleurs de fonds sur dix ans, (en dollars de 1998), Le total de l'aide à l'afrique subsaharienne a fléchi de 11,2 p. 100 et Le total de l'aide des pays donateurs du G-7 à l'afrique subsaharienne a diminué de 18,8 p. 100! Dans leur rapport sur les engagements d'aide pris par les bailleurs de fonds, les auteurs du Bilan de l'aide 2002 dépeignent les donateurs du Nord comme «jamais aussi riches, ni aussi impitoyables». La richesse par habitant dans les pays donateurs a doublé depuis 1961, pour se rapprocher de $ en 2000, alors que leur aide par habitant est tombée en dessous de son niveau d'il y a quarante ans. Les donateurs du G7, qui aspirent à jouer un rôle prépondérant dans l'économie mondiale, consacrent à l'aide une part dérisoire de leur richesse - 0,19 p. 100 de leur revenu national brut (RNB) 3 en 2000, tandis que les donateurs ne faisant pas partie du G7 ont donné 0,46 p. 100 de leur revenu national brut, comparé à l'objectif de 0,7 p. 100 fixé par l'onu. À la Conférence sur le financement du développement en mars 2002, les États-Unis, l'union européenne et le Canada se sont tous engagés à accroître considérablement leur contribution à l'aide. Les pays de l'union européenne augmenteront collectivement leur aide de 7 milliards US pour atteindre 0,39 p.100 de leur PNB d'ici à 2006, tandis que George Bush proposera au Congrès de hausser l'aide américaine de 5 milliards sur trois ans à partir de Quoique bien accueilli, le communiqué des États-Unis, en particulier, (qui signifie un ajout total de 10 milliards à l'aide de 2004 à 2008) est lié au discours du président Bush aux pays qui suivront la voie difficile d'une réforme économique, sociale et politique. Ce discours est en accord avec la teneur du document du consensus de Monterrey, lequel, sous les pressions et les manœuvres d'intimidation des États-Unis, établit que les pays en développement seraient responsables de leur propre pauvreté et qui prêche en faveur des solutions " universelles " pour la réduire, soit la libéralisation du commerce, la privatisation, le recouvrement du coût des services sociaux et l'investissement direct de l'industrie du Nord. Dans son budget de juillet, le gouvernement du parti travailliste du Royaume-Uni a annoncé une croissance substantielle de 35 p. 100 de l'aide ce qui représente près d'un milliard de dollars US. De plus, il s'est engagé à atteindre 0,40 p. 100 de son PNB d'ici à Lors de la réunion du G-8 à Kananaskis, la plupart des gouvernements (à l'exception des États-Unis) ont également promis de consacrer au moins la moitié de ces hausses à la programmation pour le développement de l'afrique. Aide canadienne à l'afrique Le premier ministre, Jean Chrétien, a annoncé à Monterrey que le Canada allait majorer son APD de 8 p. 100 chaque année et, au Sommet mondial pour le développement social, à Johannesburg, il a mentionné que le Canada doublerait son budget d'aide d'ici à Une croissance de 8 p. 100 par année 3 Le Comité d aide au développement de l OCDE a adopté le revenu national brut (RNB) comme base de référence de la générosité relative des donateurs, au lieu du produit national brut (PNB). Ce changement n a aucun effet pratique sur le ratio de l APD du Canada. 3

4 représentera chaque année une hausse cumulative de 200 à 300 millions de dollars, dont la moitié irait à l'afrique. On s'attend que le ratio de l'aide soit de 36 p. 100 d'ici à 2010 selon les taux de croissance de l'économie canadienne. Bien qu'il s'agisse d'une très bonne nouvelle, le Canada a réduit son aide d'une manière draconienne depuis 1990, soit de 0,48 p. 100 du revenu national brut à 0,25 p. 100 aujourd'hui comparé à l'objectif de 0,7 p. 100 fixé par l'onu. Comment s'est classée l'aide accordée par le Canada aux pays de l'afrique subsaharienne au cours des dix dernières années? Entre 1990 et 2000, l'apd canadienne à l'afrique subsaharienne a régressé de 34,4 p. 100 (en dollars réels de 1999), tandis que l'apd canadienne globale a chuté de 31,2 p Les pays de l'afrique subsaharienne n'ont pas été épargnés par les compressions de l'apd canadienne dans le milieu des années 1990 et ils n'ont guère bénéficié des faibles hausses de l'apd canadienne depuis La réduction des budgets d'aide dans les années 1990 a fait reculer considérablement le Canada parmi les pays donateurs. En , il était l'un des cinq premiers donateurs pour les décaissements destinés à sept pays d'afrique. En , le Canada ne faisait plus partie des cinq premiers pour l'aide dans quelque pays que ce soit en Afrique et il ne s'est retrouvé parmi les dix premiers donateurs que pour seulement cinq pays. En fait, sur un cumulatif de ces dix années, l'afrique subsaharienne accuse une perte de plus de 1,6 milliard de dollars d'aide en provenance du Canada, si l'on présume que celle-ci avait été maintenue à son niveau atteint en Dans ce contexte, le Fonds canadien pour l'afrique de 500 millions de dollars sur trois années annoncé dans le budget de décembre 2001 ne représente qu'une faible mesure pour rattraper ces pertes. L 'engagement pris par le G-8 de consacrer la moitié des nouvelles ressources d'aide à l'afrique entraînerait un virage dans ce domaine par l'apport d'une somme cumulative d'environ 4,8 milliards de dollars sans compter le Fonds canadien pour l'afrique. Le profil de l'aide canadienne à l'afrique subsaharienne a connu plusieurs changements de cap dans les dernières années. 4 La proportion du total des décaissements de l'aide bilatérale consacrée à la programmation de l'aide non urgente destinée à l'afrique au titre des besoins humains fondamentaux a augmenté de 35 p. 100 en à 38 p. 100 en Cette hausse a été répartie entre l'éducation de base (24,2 millions à 31,7 millions) et les soins de santé primaires (24,6 millions à 33,8 millions). La proportion des décaissements globaux allouée aux besoins humains fondamentaux par le gouvernement (ACDI) et les institutions multilatérales a également augmenté de 51 p. 100 à 59 p. 100 en trois ans pour la réalisation des objectifs prioritaires en matière d'éducation de base et de soins de santé primaires par le biais des programmes sectoriels de gouvernement à gouvernement. 4 Prière de noter qu en , l ACDI a passé en revue les catégories et les caractéristiques de ses secteurs ainsi que la codification par finalité. Les comparaisons avec les années antérieures ne sont donc esquissées qu à titre indicatif. 4

5 Cependant les ONG canadiennes (en tant que catégorie de la société civile distincte des universités et des institutions) s'avèrent des réalisateurs importants de la programmation relative aux besoins humains fondamentaux pour l'acdi. La proportion de l'ensemble des décaissements bilatéraux alloués aux programmes des besoins humains fondamentaux mis en œuvre par les ONG canadiennes s'est accrue de 19 p. 100 en 1999 à 26 p. 100 en En outre, ces organisations ont consacré aux besoins humains fondamentaux 46 p. 100 des décaissements provenant de la Direction générale du partenariat canadien. En , l'aide alimentaire d'urgence et l'assistance humanitaire internationale (AHI) ont représenté plus de 10 p. 100 des débours destinés à l'afrique subsaharienne. Mais les pays de cette région ont aussi reçu 43 p. 100 des débours mondiaux de l'ahi et 54 p. 100 de toutes les sorties de fonds en aide alimentaire allouées par pays, ce qui indique l'étendue des crises humanitaires dans la région. Selon la nouvelle finalité adoptée par l'acdi depuis deux ans, en , les décaissements de son programme bilatéral pour l'afrique subsaharienne se sont accrus. Égalité des sexes : 8,2 p. 100 du total des débours dont 30 p. 100 par des ONG canadiennes Protection des droits 5,3 p.100 du total des débours humains et actions politiques : dont 42 p. 100 par des ONG canadiennes Institutions et pratiques 13,4 p.100 du total des débours démocratiques/ dont 8 p.100 par des ONG canadiennes Compétence du secteur public : Développement par le secteur 13,4 p.100 du total des débours privé (y compris les PME) dont 31 p.100 par des ONG canadiennes Environnement : 7,4 p. 100 du total des débours dont 10 p.100 par des ONG canadiennes Entre et , les décaissements en faveur de l'afrique subsaharienne ont changé de manière draconienne par rapport aux différents agents d'exécution canadiens (AEC). Proportion des décaissements bilatéraux Mise en œuvre par les ONG 19 p p. 100 Établissements - universités 12,7 7,5 Secteur privé 26,4 14 Gouvernement- institutions 39 57,6 multilatérales La proportion accrue pour l'exécution des projets par le gouvernement (par ex., l'acdi) est probablement attribuable à la plus grande importance de la programmation par secteur. Non seulement, les ONG canadiennes ont maintenu leur proportion mais celle-ci a augmenté par rapport aux AEC des établissements et du secteur privé. Le nombre d'ong agissant à titre 5

6 d'aec a augmenté de 34 en à 42 en Cependant, plus de 50 p. 100 des décaissements en sont allés à cinq ONG (comparé à 41 p. 100 en ). Nouvelles approches programmatiques de l'acdi Conformément aux orientations énoncées dans le document Pour une aide internationale plus efficace, l'acdi met en place de nouvelles perspectives de relations d'aide du Canada avec les pays de l'afrique subsaharienne et se propose d'intensifier ces aspects du programme. En Afrique subsaharienne notamment, l'agence apportera un appui coordonné aux donateurs sur le plan des stratégies relatives à la concentration par pays dans les secteurs de la santé et de l'éducation (swap) en s'appuyant sur les Documents de stratégie pour la réduction de la pauvreté de la Banque mondiale et du FMI. Présentement, 13 approches sectorielles ou activités semblables inscrites au budget ont été approuvées ou sont en voie d'élaboration au sein de l'agence pour l Afrique subsaharienne : ils visent en priorité l'éducation de base (Niger, Burkina Faso, Mali, Mozambique, Sénégal, Ouganda et Zambie), les soins de santé primaires (Malawi VIH/sida, Mali) et l'agriculture (Ghana). L'ACDI compte augmenter de manière significative les contributions canadiennes à des approches sectorielles sélectionnées en Afrique lorsque le programme bilatéral aura accès aux nouvelles ressources de l'aide. Par exemple, au cours de la prochaine décennie, l'agence devrait contribuer plus de 50 millions de dollars aux activités sectorielles pour l'éducation au Burkina Faso. Elle souscrira 26 millions d'ici à 2006 pour la gestion de l'environnement transfrontière à l'initiative ciblant le bassin du Nil. Les donateurs y compris l'acdi, en tant que responsables des diverses formes de ressources financières en commun pour ces programmes du ministère, s'inquiètent pour la plupart des questions de mise en œuvre p. ex., la capacité administrative, une imputabilité rigoureuse, et la gestion du risque que cela entraînera. La plupart des approches sectorielles en Afrique sont gérées en premier lieu par le bilatéral et les bailleurs de fonds multilatéraux. La contribution de 10 millions au programme du secteur de l'éducation de l'ouganda fait piètre figure en regard de celle de 144 millions du ministère du développement international du Royaume Uni et les 217 millions du crédit de rajustement au secteur de l'éducation alloués par la Banque mondiale. Dans plusieurs cas, les contributions canadiennes sont versées à un fonds d'affectation spéciale géré par une banque, où les décaissements sont conditionnels aux résultats vérifiés et conformes aux accords de prêts concurrents de la Banque mondiale (swap pour l'éducation au Burkina Faso). Les ONG s'inquiètent du fait que les opérations swap incitent l'acdi à rechercher presque exclusivement l'interaction avec les représentants des gouvernements, où toute responsabilité est renfermée dans les conditionnalités des donateurs imposées aux ministères respectifs. Jusqu'ici l'expérience résultant des SWAP a montré qu'ils tendent à faire fi de la nécessité de renforcer les mécanismes parlementaires de responsabilité. Une fois introduits, les swap passeront outre les importantes initiatives en matière d'égalité entre les sexes, d'éducation de base, de services de soins de santé primaires et de l'agriculture à petite échelle dans les collectivités par la conclusion de partenariats avec la société civile dans ces secteurs, maintenus durant des années par les ONG canadiennes et un appui considérable de l'acdi. Les documents de l'acdi définissant le rôle du Canada et les contributions au programme du secteur de l'éducation pour le Mozambique font état d un certain nombre de projets mis en œuvre par les ONG canadiennes (Vision mondiale Canada, UNICEF Canada, CODE) qui entrent dans le cadre de la politique gouvernementale touchant les swap. Cependant, les projets planifiés ou provisoires reposent exclusivement sur les fonds communs gérés par l'acdi et le renforcement des capacités. Les plans pour le 6

7 Malawi montrent que l Agence craint de ne pouvoir exercer un droit de parole en ce qui concerne les SWAPS pour l'éducation à cause des fonds limités. Sa solution consiste à supprimer graduellement la programmation et les partenariats dans d'autres secteurs, y compris le programme du Fonds des Nations unies pour la population/aphc axé sur la famille et la santé génésique. Un dirigeant de l'acdi, qui a généralement manifesté sa sympathie à l'égard des préoccupations des ONG, a avancé dans un document que le soutien accru aux swaps implique que «[L'Agence] n'aura plus besoin d'agences d'exécution canadiennes pour gérer ses projets. Elle devra plutôt faire appel à des experts canadiens pour l'aider à analyser, surveiller ou évaluer les activités au niveau du secteur et l'appuyer dans le partenariat relatif à la planification et la mise en œuvre du plan sectoriel». Il poursuit en soulignant l'évolution vers des niveaux de partenariat plus élevés avec les acteurs nationaux dans les pays en développement et insiste sur un intérêt accru pour le renforcement des capacités, ce qui ferait appel à un ensemble de compétences autres que celles qui sont associées à la gestion des projets du modèle classique. Les ONG canadiennes devront alors acquérir de nouvelles compétences pour travailler avec d autres intervenants [notamment le gouvernement], dans le contexte de projets d'envergure, bien qu'il n'y ait pas encore d'évidence et, il propose que les questions de responsabilité impliquent la présence d'une société civile forte. L'ACDI devra s appuyer sur les initiatives des ONG canadiennes qui, en dehors des swap, visent à renforcer la capacité locale, au lieu de financer les projets de développement habituels. Ce même dirigeant engage les ONG canadiennes à délimiter leur créneau dans un contexte en évolution. 5 Les donateurs sont de plus en plus attentifs au fait que les swap et les stratégies de programme par pays concordent en général avec le Document de stratégie pour la réduction de la pauvreté d un pays en développement. L'ACDI a joué un rôle minime dans l'établissement des rôles des cadres de stratégie pour la réduction de la pauvreté par la Banque mondiale, mais ses approches pour une aide plus efficace ne remettent pas en question la centralité du processus des DSRP dans la programmation de l'agence, en particulier avec les pays pauvres. 6 Sur ce point les dirigeants de l'acdi ont appuyé le processus des DRSP en s'engageant à divers degrés au cours des deux dernières années. Il est arrivé qu elle affecte parfois des fonds peu importants en vue de favoriser une plus grande inclusion et une réflexion plus critique des stratégies du gouvernement pour la réduction de la pauvreté (l'inclusion des spécialistes en équité entre les sexes par exemple). Mais il devient de plus en plus clair que la conformité de la politique de l'agence aux hypothèses néolibérales et aux conditionnalités de la Banque mondiale et du FMI, véhiculées par les DSRP, entravent la liberté de faire des choix de programmation différents en vue de leur mise en œuvre. Par exemple, en Tanzanie, l'acdi participe conjointement avec les donateurs à une activité pour le mécanisme de soutien du budget tanzanien de réduction de la pauvreté. Le soutien du budget, sous les auspices de la Banque mondiale, a été pratiquement abandonné par l'agence au début des années 90. Bien que les fonds en commun alloués dans le cadre stratégique de réduction de la pauvreté en Tanzanie permettent au gouvernement de mieux prévoir le financement à moyen terme et un cadre de responsabilité commun, il est également obligé d'accepter des «engagements» plus fondamentaux. L'accord sur le mécanisme comprend des engagements détaillés quant à l'examen des dépenses, l inventaire des dettes 5 Réal Lavergne, Notes sur les partenariats canadiens et les swaps, Direction générale du partenariat canadien, ACDI, mars Pour plus de détails sur l ACDI et le DRSP, voir The Politics of Institutional Reform in the Aide Regime : CIDA and PRSPs, un mémoire présenté par Brian Tomlinson au Colloque au Centre d étude sur le droit international et la mondialisation, Université du Québec à Montréal, mai

8 arriérées, des programmes contre la corruption dans le secteur et le gouvernement local et la réalisation de toutes les mesures prévues par le processus de l'initiative II en faveur des pays pauvres les plus endettés (PPTE). En outre, les donateurs assujettiront également l'accès aux décaissements du mécanisme aux progrès correspondant au cadre stratégique de réduction de la pauvreté et de croissance du FMI et aux programmes de crédit de la Banque mondiale pour l'ajustement structurel. Il est clair que la communauté de bailleurs de fonds, y compris l'acdi, a une notion étroite de la prise en main par la Tanzanie des stratégies propres à combattre la pauvreté. 7 Enfin dans Pour une aide internationale plus efficace l'acdi se propose de mettre l'accent sur sa programmation dans un plus petit groupe de pays de concentration. Si les noms des pays de concentration qui bénéficieront des nouvelles ressources n'ont pas été divulgués, le président de l'agence, Len Good, a indiqué que l'orientation générale de l'acdi serait de poursuivre les programmes les plus courants, tout en accordant la priorité d accès aux nouvelles ressources de l aide aux pays qui se seront dotés d'une bonne gouvernance et de stratégies efficaces pour éliminer la pauvreté par l'utilisation de ces nouvelles ressources de l'aide. M. Good a fait cette déclaration lors des consultations entre le CCCI et l'acdi en avril Compte tenu des engagements des mois précédents du premier ministre, les nouvelles ressources pourraient représenter une somme considérable (voir ci-dessus). Le président a ajouté que l'agence poursuivra dans les 10 à 15 pays dudit groupe la mise en œuvre de ses stratégies. " Même alors, en parlant de travail avec le gouvernement... nous traiterons de la participation de la société civile... nous aborderons la question des responsabilités du gouvernement et des entreprises ". Le CCCI a insisté sur l'importance de la gouvernance au-delà du gouvernement. À cette même occasion, le président-directeur général du CCCI, Gerry Barr, a affirmé que «la gouvernance implique la participation des citoyens à la vie publique. Elle implique la participation des gouvernements, mais aussi des enceintes qui favorisent le dialogue entre ces derniers et les citoyens, où peut se manifester leur désaccord, ainsi que la présence d'intervenants publics et de mouvements sociaux». 8 La tendance de l'acdi à la sélectivité s'appuie fortement sur l'analyse et l'avis de la Banque mondiale voulant que l'aide n'ait été efficace que dans un contexte de bonne politique et de bonne gouvernance. Tant les universitaires que les ONG ont contesté l'analyse technique qui préside aux conclusions de la Banque et plaidé pour une aide déterminée par les besoins des pauvres et pour l'engagement des partenaires en faveur de l'élimination de la pauvreté Commerce entre le Canada et l'afrique subsaharienne Bien que les États-Unis soient de loin le plus important partenaire commercial du Canada, ce dernier a connu une croissance considérable dans le commerce avec les pays en voie de développement pour lesquels les exportations ont augmenté de 3,4 p. 100 annuellement et les importations, de 15,7 p. 100, durant les dix dernières années. Mais la croissance la plus forte est concentrée en Asie et dans les 7 ACDI, Project Approval Document : Support for Tanzania s Poverty Reduction Budget Support (PRBS) Facility, janvier 2002, cité dans Tomlinson, op.cit. 8 CCCI, Renforcer les partenariats entre l ACDI et les organisations de la société civile, Consultations CCCI-ACDI, avril 2002, Rapport sommaire, disponible à la page Orientation politique du site web 9 Voir EURODAD, Moving Beyond Good and Bad Performance, why the emphasis on selectivity could undermine the current focus on ownership, participation and poverty reduction, juin 2002, disponible sur le site 8

9 Amériques, où le Mexique et la Chine représentent 54 p. 100 des importations canadiennes en provenance des pays en développement pour l'année Le commerce entre le Canada et l'afrique subsaharienne reste marginal même comparé aux autres pays en voie de développement. Il ne représente que 3,2 p. 100 des importations en provenance des pays en développement et 4,1 p. 100 des exportations du Canada vers celles-ci. Le pétrole brut et autres huiles minérales constituaient 46 p. 100 des importations en provenance d'afrique en 1999 et les vêtements usagés occupent la première place des exportations du Canada vers beaucoup de pays africains. Ouverture sur le monde, la stratégie commerciale du gouvernement canadien touchant les objectifs prioritaires de l'accès au marché international en 2002, se concentre uniquement sur l'afrique du Sud parce que ce pays offre de grandes possibilités au Canada pour le commerce et l'investissement, étant donné son énorme potentiel dans les secteurs des mines, des transports, des télécommunications et de l'aménagement d'infrastructures. 10 L'initiative du gouvernement canadien visant à étendre l'accès en franchise et l'accès hors quota aux exportations des pays les moins avancés (PMA) est considéré d'un bon œil. Les pays africains composent la majorité des PMA et seraient les mieux placés pour en profiter. Mais la proposition n'apportera que très peu de retombées pour la réduction de la pauvreté en Afrique parce que l'impact majeur résultera en un accès accru pour les textiles et les vêtements, et la plupart des intérêts commerciaux pour ce secteur se trouvent en Asie méridionale et en Chine. Un analyste a signalé que dans le secteur des textiles, seul le Lesotho bénéficierait de l'exportation dans ce domaine, mais seulement dans une catégorie, celle des pantalons. 11 Mais les gains pour la lutte contre la pauvreté sont également influencés par les conditions pour l'emploi et l'investissement. Par exemple, l'importation de vêtements du Lesotho pour les grands magasins mentionnée plus haut, a été remise en question par les ONG canadiennes à cause des préoccupations relatives aux droits des travailleurs dans les usines qui confectionnent ces vêtements. Le soutien aux droits de la femme et aux organisations de femmes est crucial étant donné la prédominance féminine qui existe dans beaucoup de ces secteurs d'exportations. Les ONG canadiennes ont également fait remarquer que les mesures destinées à réduire les tarifs canadiens auront une incidence limitée sur la réduction de la pauvreté sans une action concertée par le Canada visant à réformer les règles commerciales actuelles et à démocratiser le processus d'établissement de ces règles. Les accords de commerce actuels doivent concéder plus de latitude aux pays en développement afin qu'ils de leur permettre de répondre à leurs besoins de développement en agriculture et en sécurité alimentaire ou en soins de la santé à coût abordable, par exemple. Révisé en septembre 2002 Brian Tomlinson, Agent de programme, Orientation politique, CCCI 10 Équipe Canada inc., Ouverture sur le monde : priorités du Canada en matière d accès aux marchés internationaux 2002, MAECI, «The Globe and Mail», 3 avril

Renouveler l aide canadienne : Données factuelles provenant du CCCI et de la campagne en commun

Renouveler l aide canadienne : Données factuelles provenant du CCCI et de la campagne en commun Renouveler l aide canadienne : Données factuelles provenant du CCCI et de la campagne en commun Un bilan décevant Table des matières Peu d indicateurs globaux témoigne d une importance croissante donnée

Plus en détail

LE CANADA ET LE PARTENARIAT MONDIAL POUR LE DÉVELOPPEMENT (OBJECTIF HUIT)

LE CANADA ET LE PARTENARIAT MONDIAL POUR LE DÉVELOPPEMENT (OBJECTIF HUIT) LE CANADA ET LE PARTENARIAT MONDIAL POUR LE DÉVELOPPEMENT (OBJECTIF HUIT) 1.0 Bilan du Canada en matière de commerce Objectif ou indice Contribution du Canada Ce qu il reste à faire 1.1 Le système de commerce

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L Aide publique au développement (APD) désigne les dépenses publiques au bénéfice des pays en développement dont le but essentiel est de favoriser le développement économique

Plus en détail

LA SAINE GESTION DES FINANCES PUBLIQUES DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT:

LA SAINE GESTION DES FINANCES PUBLIQUES DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT: LA SAINE GESTION DES FINANCES PUBLIQUES DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT: Une composante essentielle à la croissance économique et à la réduction de la pauvreté Présenté par Dominic Bourcier Chef, spécialistes

Plus en détail

Évolution de l aide publique au développement

Évolution de l aide publique au développement Évolution de l aide publique au développement Le cas du Canada Avril 2010 www.poissant.uqam.ca COLLABORATION SPECIALE Ce texte est un travail effectué dans le cadre du cours POL-8501. Les opinions exprimées

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

Discours de M. Achim Steiner Secrétaire général adjoint des NU et Directeur exécutif du PNUE

Discours de M. Achim Steiner Secrétaire général adjoint des NU et Directeur exécutif du PNUE Discours de M. Achim Steiner Secrétaire général adjoint des NU et Directeur exécutif du PNUE A la conférence ministérielle africaine sur l économie verte Oran, Algérie 22 février 2014 Votre Excellence,

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

PROJET D'AVIS. FR Unie dans la diversité FR 2010/0119(NLE) 16.11.2010. de la commission du commerce international

PROJET D'AVIS. FR Unie dans la diversité FR 2010/0119(NLE) 16.11.2010. de la commission du commerce international PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission du commerce international 16.11.2010 2010/0119(NLE) PROJET D'AVIS de la commission du commerce international à l'intention de la commission du développement sur

Plus en détail

La gestion des finances publiques est une composante essentielle

La gestion des finances publiques est une composante essentielle L IDA en action Gestion des finances publiques : effectuer un suivi des ressources pour obtenir de meilleurs résultats La gestion des finances publiques est une composante essentielle du processus de développement.

Plus en détail

L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances

L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances Présentation à l Association des économistes québécois Par Jean-François Perrault Direction des finances et des échanges

Plus en détail

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement 5 objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 13 Objectif Mettre en place un partenariat mondial pour le développement La crise financière mondiale et les turbulences de la zone euro continuent

Plus en détail

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 06/10/2015 à 11:27:48 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT

LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT Matthew Martin Directeur, Development Finance International Le Role de la Banque Mondiale et du FMI dans les pays arabes en transition Tunis,

Plus en détail

Performance des membres du CAD en matière d'aide

Performance des membres du CAD en matière d'aide Extrait de : Coopération pour le développement : Rapport 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/dcr-2010-fr Performance des membres du CAD en matière d'aide Merci de citer ce chapitre

Plus en détail

OMD 8 - Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

OMD 8 - Mettre en place un partenariat mondial pour le développement OMD 8 - Mettre en place un partenariat mondial pour le développement L Objectif 8 des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) vise à construire un partenariat mondial pour le développement

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

L utilisation des fonds dégagés par les annulations de dette

L utilisation des fonds dégagés par les annulations de dette Note pour le groupe technique «Annulation / Allégements de la dette et développement» de la Commission Coopération Développement L utilisation des fonds dégagés par les annulations de dette Avril 2000

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

L aide au développement a été stable en 2014 mais la baisse des apports aux pays les plus pauvres se poursuit. Synthèse détaillée

L aide au développement a été stable en 2014 mais la baisse des apports aux pays les plus pauvres se poursuit. Synthèse détaillée OCDE - Paris, 8 avril 2015 L aide au développement a été stable en 2014 mais la baisse des apports aux pays les plus pauvres se poursuit Principaux chiffres de l aide en 2014 Synthèse détaillée En 2014,

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX PARLEMENTAIRE DE S COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX La Commission de l économie, du commerce, du travail et des blocs commerciaux examine les questions économiques

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

PROJET DE DÉCLARATION SUR L EMPLOI, L ÉRADICATION DE LA PAUVRETÉ ET LE DÉVELOPPEMENT INCLUSIF EN AFRIQUE

PROJET DE DÉCLARATION SUR L EMPLOI, L ÉRADICATION DE LA PAUVRETÉ ET LE DÉVELOPPEMENT INCLUSIF EN AFRIQUE AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone 517 Fax: 517844 SA11717 SOMMET EXTRAORDINAIRE SUR L'EMPLOI, L ÉRADICATION DE LA PAUVRETÉ ET LE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

SREP/SC.13/3 19 avril 2015. Réunion du Sous-comité du SREP Washington Mercredi 13 mai 2015. Point 3 de l'ordre du jour

SREP/SC.13/3 19 avril 2015. Réunion du Sous-comité du SREP Washington Mercredi 13 mai 2015. Point 3 de l'ordre du jour Réunion du Sous-comité du SREP Washington Mercredi 13 mai 2015 SREP/SC.13/3 19 avril 2015 Point 3 de l'ordre du jour RAPPORT D'ACTIVITÉ SEMESTRIEL DU SREP (RÉSUMÉ) DÉCISION PROPOSÉE Ayant examiné le Rapport

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LE FIDA

COUP D ŒIL SUR LE FIDA Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté COUP D ŒIL SUR LE FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations

Plus en détail

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances Consultation pré-budgétaire Préparé à l attention du ministre des Finances Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick Octobre 2009 Les priorités du CÉNB : - le Plan d action pour l autosuffisance du nord du Nouveau-Brunswick;

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2013

Situation et perspectives de l économie mondiale 2013 Situation et perspectives de l économie mondiale 2013 Embargo 17 janvier 2013 Rapport des Nations Unies : L économie africaine rebondit en dépit d un ralentissement économique mondial Des liens commerciaux

Plus en détail

Etude sur le Coût de la faim à Madagascar Rapport de la formation initiale Antsirabe (Hôtel Flower Palace), Madagascar Du 27 au 30 juillet 2015

Etude sur le Coût de la faim à Madagascar Rapport de la formation initiale Antsirabe (Hôtel Flower Palace), Madagascar Du 27 au 30 juillet 2015 Etude sur le Coût de la faim à Madagascar Rapport de la formation initiale Antsirabe (Hôtel Flower Palace), Madagascar Du 27 au 30 juillet 2015 Contexte L étude du Coût de la faim en Afrique (COHA) est

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l environnement

Programme des Nations Unies pour l environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/72/46 15 mai 2014 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

L ART DE BIEN FAIRE LES CHOSES SOLUTIONS GÉRÉES GRANITE SUN LIFE GUIDE DE L ÉPARGNANT

L ART DE BIEN FAIRE LES CHOSES SOLUTIONS GÉRÉES GRANITE SUN LIFE GUIDE DE L ÉPARGNANT L ART DE BIEN FAIRE LES CHOSES SOLUTIONS GÉRÉES GRANITE SUN LIFE GUIDE DE L ÉPARGNANT L ART DE BIEN FAIRE LES CHOSES V O U S Ê T E S MAÎTRE D E VOTRE ART (et nous aussi) Chaque personne a au moins un talent

Plus en détail

ENERGIE - EAU EN AFRIQUE

ENERGIE - EAU EN AFRIQUE FORUM RHONE-ALPES / AFRIQUE 6 ème Edition «La maîtrise de l Eau et de l Energie constitue le préalable de tout développement économique et social durable» ENERGIE - EAU EN AFRIQUE Financements -Technologies-

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

COMMISSION EUROPEENNE

COMMISSION EUROPEENNE COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, 12.10.2011 C(2011)7309 final Sujet: Aide d'etat SA.32206 (2011/N) France Prolongation du Régime temporaire de prêts bonifiés pour les entreprises fabriquant des produits

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

L approche budgétaire au Burkina Faso : situation actuelle et innovations en vue de la responsabilisation

L approche budgétaire au Burkina Faso : situation actuelle et innovations en vue de la responsabilisation L approche budgétaire au Burkina Faso : situation actuelle et innovations en vue de la responsabilisation L objet de cette communication est de décrire brièvement l approche budgétaire comme instrument

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

Nous vous prions de transmettre en notre nom le message suivant à nos dirigeants, les chefs d'état de l'union Africaine.

Nous vous prions de transmettre en notre nom le message suivant à nos dirigeants, les chefs d'état de l'union Africaine. Le 19 janvier 2015 A Monsieur le président du 24 ème Sommet des chefs d Etat et de gouvernement de l Union Africaine Addis-Abeba Ethiopie OBJET: DÉCLARATION CONJOINTE DE LA SOCIETÉ CIVILE AFRICAINE SUR

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme

Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme Le Canada est heureux de répondre à l invitation, contenue au paragraphe 10 de la décision 3/CP.19, de préparer des rapports bisannuels

Plus en détail

PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 20/05/2014 à 21:08:58 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE MINISTRE

Plus en détail

Une transformation s impose : changeons d attitude

Une transformation s impose : changeons d attitude Une transformation s impose : changeons d attitude Colloque sur le marché des hôpitaux et du réseau de la santé au Québec 27 mai 2009 Aujourd hui, au Canada Le Canada dépense plus pour les soins de santé

Plus en détail

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Par David Goldstein, président directeur général de l AITC 2 Association

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE FINANCEMENT DE LA GESTION DURABLE DES ECOSYSTEMES FORESTIERS DU BASSIN DU CONGO

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE FINANCEMENT DE LA GESTION DURABLE DES ECOSYSTEMES FORESTIERS DU BASSIN DU CONGO BURUNDI - CAMEROUN - CONGO - REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE - GABON GUINEE EQUATORIALE - REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO - RWANDA SAO-TOME & PRINCIPE - TCHAD CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE

Plus en détail

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada IGF Québec : Journée thématique sur la gestion des risques Philippe Lajeunesse, Directeur principal Planification

Plus en détail

Plan de travail général 2010-2014 de la FSESP

Plan de travail général 2010-2014 de la FSESP Document adopté au Comité Exécutif de la FSESP 9 & 10 November 2009 Les résolutions adoptées pendant le Congrès du 8 au 11 juin 2009 et qui sont citées à la fin du document constituent la base du Plan

Plus en détail

Lors de sa réunion des 5 et 6 mai 2003, le Conseil a adopté les conclusions du Conseil susmentionnées telles qu'elles figurent ci-après.

Lors de sa réunion des 5 et 6 mai 2003, le Conseil a adopté les conclusions du Conseil susmentionnées telles qu'elles figurent ci-après. CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 7 mai 003 (.05) (OR. en) 898/03 EDUC 83 RÉSULTATS DES TRAVAUX du: Conseil en date des : 5 et 6 mai 003 n doc. préc.: 8486/03 EDUC 73 + COR (fr) + COR (de) Objet:

Plus en détail

Etude pour le Forum des Nations Unies pour la Coopération pour le développement

Etude pour le Forum des Nations Unies pour la Coopération pour le développement Etude pour le Forum des Nations Unies pour la Coopération pour le développement Tendances dans la coopération financière internationale pour les pays les moins avancés Résumé Draft 29 avril 2011 Traduction

Plus en détail

L'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) et le Gouvernement des États-Unis d'amérique, ci-après dénommés les "Parties",

L'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) et le Gouvernement des États-Unis d'amérique, ci-après dénommés les Parties, ACCORD CONCLU ENTRE LE GOUVERNEMENT DES ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE ET L'UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE OUEST AFRICAINE RELATIF AU DÉVELOPPEMENT DES RELATIONS DE COMMERCE ET D'INVESTISSEMENT L'Union économique

Plus en détail

Cadre budgétaire et fiscal

Cadre budgétaire et fiscal Cadre budgétaire et fiscal Séminaire sur la gestion du risque social Paris, 30 juin 2003 Brian Ngo Politique fiscale : une vue d ensemble Utilise la puissance des impôts (T), des dépenses (G) et des emprunts

Plus en détail

Formation à la gestion des banques céréalières

Formation à la gestion des banques céréalières Formation à la gestion des banques céréalières Organisation interne - PROGRAMME ~CSOQ~~ Appui associatif et coopératif aux initiatives de développement à la base Bureau international du Travail or,.lliutltlll

Plus en détail

Distribution: Restreinte EB 2004/82/R.32 21 juillet 2004 Original: Anglais Point 16 b) de l'ordre du jour Français

Distribution: Restreinte EB 2004/82/R.32 21 juillet 2004 Original: Anglais Point 16 b) de l'ordre du jour Français Distribution: Restreinte EB 2004/82/R.32 21 juillet 2004 Original: Anglais Point 16 b) de l'ordre du jour Français a FIDA FONDS INTERNATIONAL DE DÉVELOPPEMENT AGRICOLE Conseil d'administration Quatre-vingt-deuxième

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 Table des matières Grandes lignes... 1 Revue des activités... 2 Énergie... 4 Transport... 4 Mobilité de la main-d œuvre... 4 Collaboration intergouvernementale... 4 La voie à

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS PRB 05-107F FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS Alexandre Laurin Division de l économie Le 15 février 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION

Plus en détail

Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel

Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel Synthèse Septembre 2014 Réalisée pour le compte de l association GSMA Synthèse Le rapport qui suit examine les fonds de service universel

Plus en détail

I. LES POSSIBLES CANAUX DE FINANCEMENT

I. LES POSSIBLES CANAUX DE FINANCEMENT F I N A N C E M E N T D U D E V E L O P P E M E N T : Q u e l s t y p e s e t q u e l s c a n a u x d e f i n a n c e m e n t l e s p a y s d o i v e n t - i l s p r é f é r e r? W a s h i n g t o n, 8

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Activités de la Banque africaine de développement 2008-2009 Groupe de la Banque Africaine de Développement GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification

Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification Services de conseil en gestion Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification Le 25 septembre 2009 KPMG LLP 160 rue Elgin, Suite 2000

Plus en détail

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Le scénario de référence L'étude WETO (World energy, technology and climate policy outlook) présente

Plus en détail

Proposition conjointe de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition conjointe de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE LA HAUTE REPRÉSENTANTE DE L'UNION POUR LES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ Bruxelles, le 21.5.2015 JOIN(2015) 24 final 2015/0110 (NLE) Proposition conjointe de DÉCISION

Plus en détail

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique Gabriel Mougani Economiste financier

Plus en détail

PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES

PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES Objectifs clés CSRP 1 Actions préalables en gras CSRP II Déclencheurs en gras CSRP III Déclencheurs en gras CSRP IV Résultats de moyen terme/indicateurs Global :

Plus en détail

CADRE POUR FINANCIER D OPTION NATIONALE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC. Document préparé par l équipe économique d Option nationale

CADRE POUR FINANCIER D OPTION NATIONALE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC. Document préparé par l équipe économique d Option nationale CADRE FINANCIER D OPTION NATIONALE POUR L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC Autorisé et payé par Sylvain Gauthier, agent officiel du parti Document préparé par l équipe économique d Option nationale Vers un Québec

Plus en détail

Ligne directrice. Critères de prêts commerciaux. N o : E-2 Date : Juin 1992

Ligne directrice. Critères de prêts commerciaux. N o : E-2 Date : Juin 1992 Bureau du surintendant des Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2 Ligne directrice Objet :

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE

NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE (Version de Janvier 2015) ABIDJAN, 18-20 MARS 2015 Union Discipline Travail Version du 220115_09h00 1 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes

Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes :5 Rédigé par les membres du Groupe de travail informel sur les droits des femmes une organisation

Plus en détail

Administration : rapport de situation

Administration : rapport de situation COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-huitième réunion Point 4.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC18/2 8 mai 2013 Administration : rapport de situation Rapport

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

La dette du Québec et le budget 2015-2016.

La dette du Québec et le budget 2015-2016. Louis GILL Économiste, retraité de l UQÀM (2015) La dette du Québec et le budget 2015-2016. Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, bénévole, Professeur associé, Université du

Plus en détail

Note de Synthèse. Politiques Sociales. exclusion sociale. inégalité. politiques. Droit des Enfants

Note de Synthèse. Politiques Sociales. exclusion sociale. inégalité. politiques. Droit des Enfants inégalité Note de Synthèse Février 29 Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté sécurité exclusion sociale Politiques Sociales protection sociale atteindre les OMD stratégies politiques

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 07/10/2014 à 08:46:35 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE

Plus en détail

Burkina Faso Profil pays EPT 2014

Burkina Faso Profil pays EPT 2014 Burkina Faso Profil pays EPT 14 Contexte général Situé au cœur de l Afrique occidentale, dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est l un pays des pays les plus peuplés de la sous-région Ouest-africaine

Plus en détail

Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations.

Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations. Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations. Cas du Sénégal Bassirou DIONE, ingénieur agroéconomiste dionsen2000@yahoo.fr Communication

Plus en détail

Rapport Regional Draft Resume

Rapport Regional Draft Resume Enquête sur le renforcement des capacités dans le domaine des Energies Renouvelables et de l Efficacité Energétique des pays membres de la CEDEAO Rapport Regional Draft Resume Septembre 2012 RESUME L espace

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE NOUS, Chefs d État et de Gouvernement de l Union africaine, réunis à notre treizième session ordinaire à Syrte (Grande Jamahiriya arabe libyenne),

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE FICHE 9 - L ELABORATION DU BUDGET La loi de finances de l année fait l objet d une double élaboration. Le projet est préparé par les différents ministères parmi lesquels le ministère des Finances joue

Plus en détail

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 27/05/2015 à 17:53:19 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE MINISTRE

Plus en détail

RENFORCER L ACDI PAR LA CRÉATION D UN

RENFORCER L ACDI PAR LA CRÉATION D UN RENFORCER L ACDI PAR LA CRÉATION D UN MINISTÈRE DE LA COOPÉRATION INTERNATIONALE BUT STRATÉGIQUE : Convertir l Agence canadienne de développement international (ACDI) en un ministère doté d un mandat prescrit

Plus en détail

SOMMAIRE. vii. REMERCIEMENTS... iii. LISTE DES SIGLES... v. LISTE DES TABLEAUX... ix. LISTE DES DIAGRAMMES... x. LISTE DES FIGURES...

SOMMAIRE. vii. REMERCIEMENTS... iii. LISTE DES SIGLES... v. LISTE DES TABLEAUX... ix. LISTE DES DIAGRAMMES... x. LISTE DES FIGURES... Sommaire SOMMAIRE REMERCIEMENTS... iii LISTE DES SIGLES... v LISTE DES TABLEAUX... ix LISTE DES DIAGRAMMES... x LISTE DES FIGURES... xii LISTE DES ENCADRÉS... xii PRÉFACE... xiii AVANT-PROPOS... xv BUDGÉTISER

Plus en détail

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique.

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique. Mesdames, Messieurs, C est pour moi un grand plaisir de pouvoir présenter aujourd hui la coopération japonaise en Afrique aux différents partenaires qui ont répondu à mon invitation à cette soirée de rencontre.

Plus en détail

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE FAITS ET CHIFFRES 1 NOMBRE D HABITANTS : 9,2 millions (estimation World Gazetteer) 2 POURCENTAGE DE LA POPULATION VIVANT AVEC MOINS DE 1,25 $

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

Les principes de la Déclaration

Les principes de la Déclaration LA BUDGÉTISATION SENSIBLE AU GENRE Comment l aide peut-elle être sensible au genre dans le contexte des nouvelles modalités d aide? Leçons tirées des efforts de budgétisation sensible au genre Les principes

Plus en détail

Résumé des principales positions des partis politiques 15 octobre 2015

Résumé des principales positions des partis politiques 15 octobre 2015 Présentation Ce document a été produit à l occasion de la campagne électorale fédérale 2015. Il vise à informer les membres de la Coalition et ses partenaires des positions des principaux partis politiques

Plus en détail