la crise de la dette souveraine et nous

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "la crise de la dette souveraine et nous"

Transcription

1 exclusif : entrevue avec Stephen Poloz, président d exportation et développement canada convention de la publication n printemps NUMÉRO 169 dossier la crise de la dette souveraine et nous Les agences de notation n ont plus la cote Chroniques Aux taxes, citoyens! par bernard landry L austérité est une erreur par john ralston saul à table avec diane lemieux

2 Constituée à Montréal en 1925, Power Corporation du Canada est une société de gestion et de portefeuille internationale diversifiée. Outre ses participations dans plusieurs grandes entreprises de services financiers et dans le secteur des communications en Amérique du Nord, Power Corporation participe aussi au groupe européen Pargesa, qui détient des positions dans plusieurs grandes sociétés européennes opérant dans les domaines de l énergie, de l eau, de la propreté, des minéraux spécialisés, du ciment et matériaux de construction, et des vins et spiritueux. En outre, Power Corporation possède des intérêts diversifiés en Asie.

3 sommaire 4 éditorial Une couronne plus modeste 14 6 REPÈRES Les événements marquants des dernières semaines par Pierre-Étienne Paradis 10 chroniques Aux taxes, citoyens!, par Bernard Landry L austérité est une erreur, par John Ralston Saul 14 Dossier La crise de la dette souveraine et nous par Gérard Bérubé profil Entrevue avec Stephen Poloz, président d Exportation et Développement Canada, par Éric Desrosiers 26 international Chine : la croissance pour éviter d autres Tian anmen par Monique Grégoire 32 économie Les agences de notation n ont plus la cote, par Monique Grégoire 36 Énergie Gaz de schiste : mauvais timing, manque d écoute par Alain Contant Santé Salubrité dans les avions : guide de survie, par Paul Therrien illustration couverture : istock SOCIÉTÉ La relève : un des grands défis du siècle par Iris Gagnon-Paradis 50 AVENUES Hybride Technologies fait toujours de l effet, par Yann Fortier 54 À table avec... Diane Lemieux, par Guy Fournier 58 témoignage Le jour où j ai pris ma retraite, par Dave Dineen FORCES numéro

4 éditorial une couronne plus modeste Au moment où sont présentés les budgets du Québec et d Ottawa, l économie internationale demeure incertaine. Cependant, après l effondrement, depuis 2008, d un système financier fondé sur l endettement tant des gouvernements que des individus, un mouvement encore hésitant semble s engager pour nous permettre d accéder à une reprise mondiale plus équitable et durable. En effet, le premier moteur économique du monde, les États-Unis d Amérique, prévoit pour 2012 une croissance entre 2,2 et 2,7 %. Le Canada devrait être dans une perspective de développement un peu moindre. Quant à la Chine, elle se maintiendra au-dessus de 7 %, seuil critique pour lui permettre de continuer à jouer son rôle de deuxième moteur économique mondial dans la mesure où elle saura éviter les bulles spéculatives, entre autres une bulle immobilière, que nous savons particulièrement dangereuse par expérience. Il ne faudrait pas non plus que l empire du Milieu se querelle avec les Américains sur les taux de change et déclenche ainsi une guerre commerciale. Du côté européen, l Allemagne maintient, par ses exportations, une économie dynamique, alors que 25 pays de l Union (sans le Royaume-Uni et la République tchèque) viennent de signer un nouveau pacte de discipline budgétaire pour empêcher les dérapages. La Banque centrale européenne vient, pour sa part, de prêter plus de 700 milliards de dollars pour trois ans, à un taux de 1 %, à quelque 800 institutions pour leur permettre de surmonter la récession qui sévit dans certains pays européens. Il est rassurant de voir la Banque européenne suivre l exemple de la FED américaine et émettre elle aussi des bons au besoin pour introduire dans le système financier les liquidités nécessaires pour faire tourner la roue économique. On a compris l erreur des années 30 qui a précipité le monde dans la grande dépression. Aujourd hui, ce ne sont plus les imprimeries qui sont en cause, mais les banques centrales, qui, avec l informatique, peuvent mieux contrôler les liquidités en circulation au moyen de l émission de bons. La même technique est utilisée par la banque de Chine et celle du Japon, ce qui nous garantit qu il n y aura pas de manque de liquidités dans l ensemble du système financier international. Mais cela permet aussi aux États de manipuler la valeur de leur monnaie, ce qui est moins intéressant dans le contexte d une possible «guerre des monnaies». Ce nouvel élan économique global est certes bien réel, mais pas encore solidement enclenché. Il nous faut le consolider en évitant d une part le piège de l inflation et, d autre part, celui d une austérité excessive, afin d éviter la crise de la dette souveraine qui accentuerait les risques de récession. Là encore, nous pouvons nous référer aux erreurs faites dans les années 30 pour ne pas les répéter en sabrant les régimes sociaux d une façon bête et aveugle, comme nous le rappelle John Ralston Saul dans sa chronique. D importants ajustements sont à apporter en matière de dépenses, mais ce sont les façons de faire des États qu il faut surtout revoir. Comme l écrit Bernard Landry, le moment est propice pour «proposer des réformes audacieuses». Depuis les dix dernières années, le processus de renouvellement du rôle de l État est bien engagé au Québec en vue de mieux nous ajuster à la mondialisation des économies et d améliorer notre productivité et notre compétitivité. Ainsi, il y a quelque trois ans, sous la direction remarquable de la présidente d alors du Conseil du Trésor, Monique Gagnon-Tremblay, le gouvernement Charest a changé les règles du jeu dans ses négociations avec ses employés des secteurs public et parapublic, et ce fut l une des plus belles réussites de gestion gouvernementale des dernières années, fondée sur le principe de la responsabilisation des partenaires de l État. Dans la même perspective de gouvernance, nous voyons se développer des partenariats public-privé (PPP) qui permettent à l État de s associer au secteur privé sans investir lui-même pour construire et développer, entre autres, d importantes infrastructures de transport. Ces partenariats se développent même dans le secteur de la santé sous l impulsion d un ministre, le D r Yves Bolduc, convaincu et déterminé, qui s apprête à réaliser en PPP pour Montréal l un des plus importants projets en santé au monde. En ce qui concerne l eau potable, la nouvelle politique du gouvernement du Québec, qui prévoit des compteurs pour contrôler la consommation, ainsi que la possibilité, pour des villes comme Montréal, de recourir aux PPP pour réparer et perfectionner leurs réseaux d aqueduc, est un autre exemple de cette nouvelle façon de faire fondée sur le partenariat et le principe du consommateurpayeur. FORCES numéro

5 REVUE FONDÉE EN e année Marcel Couture président Président-éditeur : Gil Rémillard Rédactrice en chef : Marie-Christine DuPont Rédacteur en chef adjoint : Yann Fortier Direction artistique : Catherine Gravel «Ce ne sont pas les joyaux qui font la couronne, mais la tête qui la porte.» Même philosophie aussi du côté des organismes parapublics, comme la Commission de la construction du Québec, où une femme à «la poigne d acier», Diane Lemieux, pourra mettre fin au placement syndical sur les chantiers, un des objectifs du projet de loi 33 mis de l avant par la ministre du Travail Lise Thériault. L État québécois a amorcé ce processus de redéfinition de sa gouvernance en vue de jouer davantage un rôle d initiateur et de contrôleur de qualité que d entrepreneur. C est en ce sens qu il faut reconstruire et développer nos services publics, avec la participation du secteur privé, mais en respectant essentiellement les trois grands principes que tous les gouvernements québécois ont suivis depuis les années 70, soit : la qualité, l universalité et l accessibilité. Voilà la pensée qui anime ce numéro du printemps de FORCES avec, en toile de fond, une couronne sans pierres précieuses, symbole d un État plus modeste, mais aussi plus efficace. Comprenons bien que ce ne sont pas les joyaux qui font la couronne, mais bien la tête qui la porte. ont participé À la réalisation de ce numéro Les chroniqueurs : Bernard Landry, John Ralston Saul Les collaborateurs : Gérard Bérubé, Alain Contant, Éric Desrosiers, Dave Dineen, Yann Fortier, Guy Fournier, Iris Gagnon-Paradis, Monique Grégoire, Pierre-Étienne Paradis, Paul Therrien Les photographes et illustrateurs : Jon Berkeley, Maxyme G. Delisle, Christian Fleury, Josée Lecompte Édition de textes et révision : Françoise Miquet Correction d épreuves : Luce Des Marais, Charles Gravel Publicité, développement et marketing : Nicholas-Philippe Rémillard Directeur du tirage et des abonnements : Simon Chénier Conseillère en produits imprimés : Josey Croze Impression : Solisco Distribution : LMPI, Probec Issn : Le magazine FORCES est publié quatre fois l an par le Groupe Décision Média inc. 2075, rue University, bureau 1701 Montréal (Québec) H3A 2L1 Canada Téléphone : Télécopieur : Abonnement et renseignements : Copyright : Tous droits de reproduction (textes et photos) pour tous les pays réservés à FORCES. FORCES n est pas responsable des textes, illustrations, dessins et photos publiés, qui engagent la seule responsabilité des auteurs. Les opinions exprimées dans les chroniques sont strictement celles des auteurs et n engagent pas FORCES. Bonne lecture. Rédigé le 12 mars 2012 LOGO FSC

6 repères ILS ONT dit en chiffres «Certains groupes environnementaux et radicaux cherchent à nous empêcher de diversifier nos échanges commerciaux. Ils utilisent du financement fourni par des groupes d intérêt spéciaux étrangers pour saper les intérêts économiques nationaux du Canada.» Le ministre des Ressources naturelles du Canada Joe Oliver, dans une lettre ouverte publiée le 9 janvier. Il dénonçait ainsi les opposants au projet de pipeline Enbridge Northern Gateway. «La situation actuelle est périlleuse. Je pense qu il faut un méchant coup de barre, et ça presse. [...] Le PQ pourrait disparaître!» Le député Bernard Drainville, dans une entrevue au Devoir publiée le 14 janvier. 485 M$ Valeur comptable du navire de croisière Costa Concordia, au moment où il s est échoué sur l île de Giglio, en Italie. L accident a provoqué une chute de 17 % du titre de Carnival Corporation le 16 janvier. 8,7 % Le taux de chômage au Québec a augmenté de 0,7 point en décembre 2011, pour atteindre un pic de 8,7 %. De nombreux lock-out et fermetures d usines ont assombri la période des Fêtes $ Revenu annuel d un juré assigné à un procès de longue durée, au Québec. Le ministre de la Justice a haussé les indemnités à 103 $ par jour ouvrable, mais 160 $ seront versés à partir de la 57 e journée de procès. À titre de comparaison, l incarcération quotidienne d un détenu dans un pénitencier fédéral coûte 322 $ (soit $ par an) m histoire «Le déficit ne m inquiète pas. Il est assez grand pour prendre soin de lui-même!» Ronald Reagan, lors de la réception annuelle du club Gridiron, à Washington, le 24 mars Profondeur du forage parachevé le 5 février par les chercheurs de la base antarctique Vostok. Entrepris en 1989, ce forage avait pour but d atteindre les eaux du lac sous-glaciaire du même nom. Les opérations avaient été interrompues en 2003 par crainte de contamination du précieux liquide, isolé du monde extérieur depuis ans. FORCES numéro

7 par pierre-étienne paradis ILS ONT FAIT PHOTOs : Iran, REUTERS/Fars News, POPA, Niall CaRSOn Une frégate Jamaran, de conception iranienne, lance un missile Nour au cours d exercices militaires effectués dans le golfe Persique. Pétrodollar ou pétro-yuan? La possibilité que l Iran se dote de l arme nucléaire inquiète Israël et les États-Unis depuis fort longtemps. Puisque les pressions diplomatiques n ont pas réussi à faire fléchir Téhéran, les événements ont pris la tournure d une guerre larvée, ponctuée de cyberattaques et d attentats non revendiqués qui ont notamment tué quatre scientifiques de haut rang. L Arabie saoudite alliée de circonstance cherchant à endiguer l islam chiite a signé en 2011 des contrats de fourniture d aéronefs d une valeur de 60 milliards de dollars avec les États-Unis, poursuivant de plus belle son «recyclage de pétrodollars» entamé il y a bientôt quarante ans et contribuant ainsi à la course aux armements dans le golfe Persique. Au tournant de 2012, les flottes iranienne et américaine se sont toisées dans le détroit d Ormuz, par lequel transitent 30 % des exportations mondiales de pétrole. Or, il est évident qu un conflit armé à l échelle régionale ne ferait que des perdants et plongerait l économie mondiale dans une grave dépression. C est pourquoi Washington a entrepris une nouvelle offensive diplomatique, visant à pénaliser quiconque fera affaire avec la banque centrale iranienne. La Chine et la Russie ont refusé d emblée de souscrire à cet embargo, tandis que le Japon et la Corée cherchent à en être exemptés. Les 27 membres de l Union européenne se sont rangés du côté de Washington, tout en souhaitant honorer les contrats en vigueur. Mal leur en prit, puisque Téhéran a menacé de suspendre ses livraisons de brut avant leur échéance, ce qui pourrait faire grimper les prix à la pompe dans les pays méditerranéens déjà précarisés, comme la Grèce et l Italie. Pendant ce temps, un nouveau paradigme financier se met en place. Des rumeurs veulent que l Inde paie bientôt en or ses importations de pétrole, tandis que les échanges bilatéraux en yuans ou en roubles se multiplient sur le continent asiatique. Cela porte certains à croire que la fin du dollar à titre de monnaie de réserve mondiale n en sera que précipitée. Quant à l euro, s il grignotait une part croissante des échanges internationaux grâce à l Iran et à l Irak de Saddam Hussein, les événements survenus depuis 2003 ont contribué à sa marginalisation. Grève d Internet La manifestation virtuelle durant laquelle des milliers de sites Web se sont drapés de noir, les 18 et 19 janvier dernier, avait pour cible les projets de loi américains SOPA (Stop Online Piracy Act) et PIPA (Protect IP Act), visant à contrer le téléchargement illégal. Selon leurs détracteurs, ils représenteraient une grave menace à la liberté d expression. En réalité, c est l argent qui est le nerf de la guerre. SOPA et PIPA mettent en péril l avenir des entreprises de la Silicon Valley, et opposent deux légitimités concurrentes en ce qui a trait au droit d auteur. Les technologies numériques ont réduit substantiellement les coûts de production et de distribution des œuvres intellectuelles. Pourtant, au cours des dernières décennies, les lobbyistes à la solde des industries cinématographique et musicale ont obtenu des monopoles d exploitation toujours plus étendus. Il s agit là d un mode de financement convenant parfaitement aux superproductions onéreuses et farcies d effets spéciaux, mais pas aux œuvres «maison» diffusées dans Internet. Face à cette convergence d intérêts entre les créateurs indépendants, les consommateurs et les diffuseurs tels que YouTube, les rentiers d Hollywood mènent un combat d arrière-garde. Fin janvier, la Chambre des représentants était prise entre deux groupes de donateurs luttant à armes égales sur le plan financier. Seule la pression populaire aura fait reporter sine die l adoption de ces projets de loi. FORCES numéro

8 repères ILS nous ONT quittés Václav havel 18 décembre Né dans une famille bourgeoise, ce dramaturge avait tout pour devenir le symbole de la «Révolution de velours» de C est après l écrasement du Printemps de Prague de 1968 que Václav Havel fit les choix les plus déterminants de sa vie. Plutôt que l exil, il préféra une forme de dissidence dorée, agrémentée par les droits d auteur en provenance de l Ouest. Il finit tout de même par être emprisonné pour ses coups de butoir contre le régime communiste. Affaibli physiquement par sa réclusion, il trouva les conditions propices à la création d une œuvre intellectuelle majeure. Partisan d une démocratie guidée par des valeurs éthiques et spirituelles, héraut d un humanisme universel, Václav Havel demeure néanmoins critiqué pour son alignement géostratégique sur l OTAN et Washington. De ses 14 années à la présidence, son meilleur coup fut certainement de permettre une scission pacifique de la Tchécoslovaquie. Son autorité morale a par la suite contribué à rassembler de nouveau les républiques tchèque et slovaque au sein de l Union européenne. Cesária Évora, etta James et WhITNey houston 17 décembre, 20 janvier et 11 février Plusieurs grandes dames de la chanson se sont éteintes coup sur coup. La «Diva aux pieds nus» Cesária Évora, modestement vêtue, chantait la nostalgie du Cap-Vert. Elle connut un succès planétaire, quoique tardif, à partir de 1992 alors que les musiques du monde prenaient d assaut les disquaires. Sa carrière est à l inverse de celle vécue par l exubérante Etta James, qui explorait les rythmes du nouveau continent : soul, rythm & blues et jazz. Celle-ci connut un succès rapide et enchaîna les tubes à une époque où les musiques noires demeuraient confinées à leurs propres stations de radio. Au rayon de la pop, Etta James pava ainsi la voie à Whitney Houston, dont la voix puissante lui valut des ventes records de 170 millions d albums et en fit l artiste féminine la plus primée de l histoire. Andréanne Lafond, Pierre Juneau et ChANTAL JOLIS 29 janvier, 21 février, 27 février Trois personnalités des médias nous ont quittés. Tout d abord, la brillante journaliste et animatrice Andréanne Lafond nous ramène aux beaux jours d une télévision publique qui prenait une part active aux grands débats de société. Née à Lyon en 1920, madame Lafond s était établie au Québec en Elle connut une seconde carrière à la radio, alors que le «bien parler» était progressivement évacué du petit écran. Né à Verdun en 1922, Pierre Juneau fut président de la Société Radio-Canada de 1982 à Il s était auparavant illustré à l Office national du film et au CRTC, puis à titre de ministre des Communications au sein du gouvernement de Pierre Elliott Trudeau. Plusieurs artistes le remercient, consciemment ou non, d avoir instauré les normes de contenu canadien, chaque fois qu ils acceptent un prix Juno. Aussi née en France, en 1947, Chantal Jolis adopte le Québec en 1980, où elle sera rapidement reconnue pour son dynamisme, ses qualités d animatrice, de chroniqueuse et de journaliste. Énergique et souriante, elle a marqué la radio et la télé francophone du pays par sa voix et son naturel engageant. Gary carter 16 février Ce receveur charismatique a hérité du sobriquet The Kid dès son arrivée chez les Expos en Ses exploits sportifs ont rendu nos «z Amours» plus populaires que jamais, de 1979 à 1983 principalement. C est pourtant dans l uniforme des Mets que Gary Carter a remporté la Série mondiale de baseball, en Un cancer du cerveau l a mis hors jeu prématurément à l âge de 57 ans. PHOTOs : havel, REUTERS/Petar Kujundzic, carter, Bill Grimshaw FORCES numéro

9 QUéBEC : MONTréAl : NUMérO SANS frais : BONNESQUESTIONS.CA

10 CHRONIQUE Aux taxes, citoyens! Par Bernard Landry BERNARD Landry, ancien premier ministre du Québec. «La France, qui fut dans l histoire une i nspir at r ic e exemplaire de dé moc r atie, a une belle occ asion de redevenir un modèle.» Dans un pays comme la France, où la fierté nationale est toujours et c est à l honneur des Français une valeur importante, et pas rien que pour le sport, perdre un de ses trois A ne peut être sans impact sur une échéance électorale rapprochée. Cependant, cet impact n est pas facile à décoder. Tout d abord, deux grandes agences sur trois ont maintenu la cote AAA de l Hexagone, et un paradoxe plus étrange encore se dessine déjà : le taux d intérêt de la République, contrairement à la logique habituelle, a eu tendance à baisser. On peut donc croire que les prêteurs n ont pas été alarmés à l excès par la décision de Standard & Poor s. Il est vrai qu il s agit d une agence privée, qui n est pas à l abri de mauvais jugements. D autant plus que la notation souveraine ne peut être une science exacte étant donné le nombre infini des variables en présence et leur évolution rapide, voire vertigineuse. Quoi qu il en soit, le président de la République avait fait de ces trois A, à juste titre, un élément de son argumentaire électoral et de l évaluation de son quinquennat. En comparaison avec d autres partenaires européens abstraction faite de la spectaculaire tragédie grecque, Nicolas Sarkozy pouvait décrire sa gestion budgétaire comme étant acceptable. Quand la décote est tombée, il lui a fallu trouver rapidement une argumentation pour faire contrepoids à celle qui, depuis des mois, invoquait le maintien de la cote AAA comme preuve de bonne gestion. À cet égard, la surprenante baisse subséquente du taux directeur a été d un prodigieux secours à la dialectique présidentielle. Aujourd hui, les deux phénomènes réunis pourraient former la base d un autre puissant argumentaire électoral et d une vision équilibrée des mesures que pourrait prendre un gouvernement responsable pour les finances de la France. Un peu comme l ont fait pour Barack Obama les difficultés budgétaires évidentes des États-Unis, pays également décoté, la décote française pourrait fournir à Nicolas Sarkozy l occasion de présenter à la population un cocktail financier efficace et socialement défendable. Il est évident que pour la France, comme pour la majorité des États occidentaux, une sérieuse cure d austérité s impose. Ce pays, comme les autres, n a pas fait preuve d une grande clairvoyance, c est le moins qu on puisse dire, quant aux retombées que peut avoir sur le destin des États un dépassement chronique des dépenses par rapports aux revenus. Depuis un an, les mots «rigueur» et «austérité» commencent à reprendre leur sens et ont perdu leur caractère blasphématoire à droite comme à gauche. L alarme déclenchée par la décote va offrir à la classe politique une plus grande marge de manœuvre pour accomplir son devoir. La population déteste toujours les coupes budgétaires, mais la dramatisation d une décote rend le breuvage amer un peu plus facile à ingérer. Un peu comme dans le cas du Québec, la lucidité dont avaient fait preuve les patrons, les syndicats et les citoyens en général lors de la présentation du déficit zéro du gouvernement Bouchard avait facilité l acceptation des sacrifices requis. Mais n oublions pas la proximité culturelle entre Québécois et Français! Les réductions, acceptées globalement, font quand même des ravages politiques chez ceux qu elles touchent lorsqu elles se réalisent. Ainsi, en avril, date des prochaines élections françaises, l austérité ne sera encore qu un spectre dont les véritables méfaits ne se matérialiseront qu après le verdict du vote. En effet, presque toutes les mesures déjà annoncées par le président de la République sont pratiquement et habilement toutes à effet post-électoral. Une chose est certaine, en France comme ailleurs : toutes ces perturbations du capitalisme ultralibéral sont une excellente occa-

11 Le président Nicolas Sarkozy arrivant à un sommet de l Union européenne à Bruxelles en janvier dernier. PHOTO : REUTERS/Stringer sion pour les politiciens de proposer des réformes audacieuses. C est à cela que doivent servir les crises. L exemple historique de Franklin Roosevelt fait déjà des émules en Grande-Bretagne. Sarkozy, pour sa part, favorise la discipline dans la zone euro et veut même imposer la taxe Tobin. Il veut rehausser de façon significative la taxe sur la valeur ajoutée. Annoncer des hausses fiscales à quelques mois des élections demande un certain courage, que la fameuse décote a rendu plus facile. La France est donc en bonne posture pour faire le ménage financier qui s impose. Son président d aujourd hui, qui pourrait le rester, ou son successeur éventuel, que ce contexte favorise également, aurait les coudées plus franches pour faire ce qui doit être fait. Il faut souhaiter que la gauche cultive également la lucidité face aux sacrifices, ce qui est généralement plus difficile pour elle. Pour compliquer le tout, la France n échappera pas au risque pressenti par tous les économistes, celui des retombées d une baisse de la dépense publique accompagnée d une hausse des prélèvements. Les économies européennes et américaine sont dans une phase ingrate. John Maynard Keynes a désormais convaincu à peu près tout le monde que, dans de telles conditions, l État n a d autre choix que de stimuler la reprise par une action positive et doit donc se garder de nuire à cette remontée par des ponctions néfastes. Certes, cela est vite dit, mais quand on est surendetté et au bord de la ruine, comment faire pour assumer ses obligations keynésiennes? Dommage que le grand économiste britannique ne soit plus là pour nous éclairer. La meilleure façon de venir en aide à l économie sans massacrer davantage les finances publiques, c est de se concentrer sur la création de davantage de richesse collective et sur la répartition de cette richesse, à commencer par l application d une rigueur inflexible à l univers financier qui nous a conduits où nous sommes. La rapacité doit être sous surveillance constante. En passant, la taxe Tobin sert un tel objectif. Et l exemple français devrait contribuer à en faire une règle européenne, voire mondiale. La majorité des États occidentaux ont un sérieux virage financier à exécuter. La France, qui fut dans l histoire une inspiratrice exemplaire de démocratie, a une belle occasion de redevenir un modèle pour la résolution de ce marasme des finances publiques, qui menace les démocraties. La prochaine présidentielle est donc cruciale, et c est au peuple d abord que l on doit demander courage et lucidité. Les politiques sont évidemment plus sages quand le peuple souverain l est lui-même. + Votre opinion est importante. Pour réagir, consultez notre site Internet : FORCES numéro

12 CHRONIQUE L AUstérité est une erreur Par John Ralston Saul john ralston saul est président du PEN International et coprésident de l Institut pour la citoyenneté canadienne. La longévité et la stabilité de la démocratie sont liées à la dignité et à la stabilité des citoyens qui l a composent. En matière de catastrophes économiques, tout va très vite ces jours-ci. Ma dernière chronique portait sur la dette publique, ou plutôt, sur notre attitude à son endroit. Je m étais inquiété à l idée qu au moment de sa parution, les arguments que j y soutenais n auraient déjà plus cours. Je viens tout juste de la relire et je me rends compte que, oui, les désastres arrivent rapidement. Mais ils vont tous dans le même sens, et alors, ils se conjuguent. Pourquoi? Parce que l économie n est pas une science, mais un point de vue. Il faut une vision des choses souple et imaginative pour bien penser l économie. Un esprit inflexible ne conçoit pas qu il puisse exister des choix réels; il cherche la sécurité dans l idée de la vérité. La vérité, quand on l applique aux domaines de la pensée spéculative, est déterminée par des intérêts personnels ou par la peur. Ou les deux. En quoi cela concerne-t-il les catastrophes actuelles? D abord, nous sommes tous encore largement habités par un mode de pensée qui a commencé à dominer les mentalités dans les années Le concept de «vérité» l imprègne tout entier, et par conséquent, il pose le caractère inévitable des choses et l absence de choix véritables. Une fois que ce système de croyances qui pourrait rappeler celui des Dominicains, au moyen âge est bien ancré, on ne dévie pas d un iota et on va d échec en échec. Dans la mesure où le débat public est arrimé à la «vérité» et à la peur, on peut continuer de crier haro pour distraire le citoyen et lui faire perdre de vue la réalité. Ma dernière chronique portait sur la moralité fallacieuse et intéressée qu on utilise pour aborder la question de la dette du secteur public. Cette attitude a eu pour résultat direct de détourner notre attention de tout examen possible de la dette et de nous imposer un nouveau modèle moralisateur, axé cette fois sur le caractère inévitable de l austérité. Si quelqu un étudiait l histoire des religions, plus particulièrement le recours à la morale comme outil de pouvoir aux mains des organisations religieuses, le parallèle ne lui échapperait pas. Faisons un saut dans le temps. Pas très loin derrière, à peine trois ou quatre ans. Vous vous souviendrez de la remarquable résurrection de Keynes dans le sillage de la crise financière. Tout à coup, les entreprises, les idéologues néoconservateurs, les bureaucraties conservatrices, notamment les banques nationales, se sont réveillés pour proclamer : nous avons changé d avis. Les gouvernements n ont pas besoin d être austères, minimalistes et pingres. Le gouvernement devrait dépenser pour nous sortir tous du pétrin. Cela s accompagnait d une discussion tous azimuts sur les erreurs commises après Les gouvernements avaient d abord opté pour l austérité avant de relâcher la pression un moment pour ensuite revenir à l austérité au milieu des années 1930, ce qui avait eu pour effet de nous transformer en otages d une dépression durable. Et nous revoici, quelques années à peine après la débandade. Keynes s est à nouveau évaporé, comme si nous ne l avions jamais sorti de l oubli. Comme s il n avait jamais existé. Partant, nous sommes à nouveau obsédés par les instruments qui fabriquent les dépressions l austérité en ce qui concerne les besoins de la majorité, et un faible taux de taxation pour ceux qui pourraient facilement payer plus d impôt. Ces deux éléments nous sont présentés comme des nécessités morales en raison de l omniprésence immorale de la dette publique. Le résultat réel de l austérité se situe ailleurs. La dette ne sera jamais remboursée. Tout cela n est qu une tactique pour faire diversion. Le véritable résultat se traduira par une baisse radicale des services publics pour ceux qui en ont besoin, et par encore beaucoup plus d argent pour ceux qui sont déjà très bien nantis. PHOTOs : saul, sophie boussols, manifestation, REUTERS/Yiorgos Karahalis

13 Si on examine un instant le bref retour au keynésianisme, on pourrait en déduire qu il ne s agissait pas réellement d une tentative honnête d éviter la dépression. Ce n était qu un stratagème étroit pour renflouer les entreprises, en particulier les banques, qui avaient agi de façon irresponsable. Pire encore, c était un moyen de les renflouer sans mettre en place les réformes qui les obligeraient à rendre des comptes. Une fois remis en selle grâce aux deniers publics, tout ce beau monde a pu blâmer dans une pirouette l effroyable dette publique. Et dans le lot, personne ne s est privé de le faire. Et si on enfonçait le clou du cynisme encore un peu plus loin? Les pompeux idéologues des dernières décennies se fichent bien de voir la crise s aggraver. Ils aiment les crises, de la même façon que les défenseurs de la foi aimaient les tremblements de terre et les autres désastres naturels, qui constituaient l indice que nous avions déplu à Dieu dans le cas qui nous occupe, le dieu des marchés. En un mot comme en cent : Dieu pique une colère divine. Il va nous punir. Par conséquent, nous devons porter le cilice. Autrement dit, la crise offre une occasion fantastique d assener la «vérité» : le gouvernement et les impôts représentent le mal. Si tout cela n était pas si perturbant, si les conséquences de ce qui précède sur la vie de personnes en chair et en os n étaient pas si terribles, il faudrait en rire. Un exemple simple : les emplois. Les gens les gens ordinaires, les gens normaux, les citoyens doivent gagner de l argent pour vivre. Il est essentiel d avoir un revenu raisonnable, sur une base à peu près stable pour élever une famille, pour soutenir une démocratie saine, juste et durable. Nous avons passé deux siècles à mettre au point des modèles de travail fondés sur un degré de stabilité, de respectabilité et de Manifestation devant le parlement d Athènes. revenu suffisant pour financer nos démocraties de classes moyennes. On pourrait l appeler le modèle des classes moyennes. Bien sûr, on a commis des erreurs. Il y a eu des hauts et des bas. Mais nous reconnaissions le principe de base selon lequel toute démocratie tire sa légitimité de ses citoyens. Ainsi, la longévité et la stabilité de la démocratie sont liées à la dignité et à la stabilité des citoyens qui la composent. Les autocrates affirment toujours être indispensables en arguant qu ils garantissent la stabilité. Pourtant, l histoire n en finit pas de démontrer à quel point cela est faux. L autocratie engendre l instabilité. En tant que modèle de leadership, le marché est autocratique. Et il a certes mené à des crises. Et le pire? Il a sapé le modèle démocratique de la citoyenneté. Si nous continuons notre descente en abîme vers l austérité, non seulement la crise économique va s aggraver, mais les fondements même de notre démocratie seront menacés. Où est-ce que je veux en venir? Les arguments de l inévitabilité découlent d un moralisme religieux ; c est-àdire qu ils s ancrent dans les superstitions et la peur. L économie comporte des choix réels. Pour la démocratie, l austérité en période de crise financière est suicidaire. Il est essentiel pour la survie de la démocratie qu on respecte le droit des citoyens de gagner leur vie dans la dignité, dans un environnement stable. La démocratie est tributaire d idées qui lui permettent de s épanouir. Et si nous respectons le rôle des idées, nous concevons qu il est possible de faire des choix. FORCES numéro

14

15 dossier Dette souveraine européenne : son impact au Québec et au Canada la crise de la dette souveraine et nous La crise de la dette souveraine a produit son effet contagieux hors Europe. De ce côté-ci de l Atlantique, le Canada et le Québec sont pleinement frappés par cette onde de choc qui entrave un difficile retour à l équilibre budgétaire. Déjà aux prises avec des enjeux structurels liés essentiellement au vieillissement de leur population, le Canada et le Québec doivent de surcroît composer avec une chute de la croissance et avec des taux d intérêt condamnés à l anémie pour encore plusieurs années. Le défi est colossal. Que nous réserve l avenir? Dans ce dossier spécial, FORCES trace un portrait de la situation actuelle en scrutant la capacité et la volonté de nos gouvernements à continuer de soutenir trois secteurs qui touchent notre quotidien : la santé, l éducation et les régimes de retraite. Par Gérard Bérubé illustration : jon berkeley FORCES numéro

16 «Il est fini, le temps de l État providence, en Europe comme ici.» François Dupuis À l image de ce nouveau contrat social qui se dessine dans une zone euro confinée à l austérité budgétaire, le Canada et le Québec ont rendez-vous avec une inévitable réforme de la relation entre l État et le citoyen. François Dupuis, vice-président et économiste en chef du Mouvement Desjardins, nous rappelle qu il est «normal», trois ans après une crise économique et financière d une telle sévérité, de voir les États jongler avec des déficits budgétaires et un endettement public élevé. L Europe est cependant rattrapée par son laxisme : elle a négligé de faire le ménage lors des périodes fastes de 1995 à 1999 et de 2003 à C est également l opinion de Luc Godbout, professeur à la Chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques à l Université de Sherbrooke, qui reprend les données de l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) indiquant qu au cours des dix années ayant précédé la grande récession de , la Grèce, le Portugal, la France et plusieurs autres pays de la zone n ont comptabilisé aucun exercice excédentaire. «Les pays sanctionnés sont ceux qui dépensent beaucoup, qui n ont pas su arrimer leur niveau de dépenses à leur revenu», analyse-t-il. Après avoir maintenu leur rythme de dépenses publiques, les États ont remis à plus tard les solutions aux défis structurels auxquelles ils étaient confrontés. Ces économies ont poursuivi leur élan sur la voie des déficits budgétaires, et ont aujourd hui franchi la barre du ratio dette/produit intérieur brut (PIB) de 90 % et plus, avec des pointes à 159 % pour la Grèce et à 119 % pour l Italie. Voilà ce qui rend encore plus préoccupante la problématique de cette dette publique. Ce ratio, par surcroît, n intègre pas le coût de sauvetage des banques locales exposées à la dette des pays de la zone euro. Condamnées à la décote par les agences de notation, ces États sont confinés au paradoxe voulant que l austérité budgétaire devienne synonyme de croissance. «Le Canada est passé par là au cours des années Nous risquions la décote et son impact sur le coût du financement et le service de la dette. Nous avons, nous, payé le prix et apporté les correctifs qui s imposaient. Il est d autant plus dommage que cette crise européenne vienne nous rattraper», déplore François Dupuis. Cette crise touche le Canada et le Québec depuis plus d un an sous la forme d échanges commerciaux moindres qui provoquent un recul du PIB et, depuis peu, des pertes d emplois. Cette spirale baissière est amplifiée par la stagnation du commerce mondial et par l offensive américaine visant à rapatrier massivement les emplois perdus, surtout ceux du secteur manufacturier. Avec la persistance des déséquilibres budgétaires nés de la crise, cette conjoncture assombrit encore davantage le paysage et annonce un recul de la confiance. De plus, les problèmes structurels que pose la réalité démographique canadienne et québécoise obligent nos gouvernements à repenser les acquis sociaux. «Les États réalisent qu ils ne peuvent maintenir le rythme actuel des dépenses. Il est fini, le temps de l État providence, en Europe comme ici», observe François Dupuis. SANTÉ : UN SYSTÈME sous Haute Pression La hausse des coûts des soins de santé sera l un des grands chantiers de la prochaine décennie. L agence américaine d évaluation Standard and Poor s a prévenu, fin janvier 2012, qu en 2035, il pourrait ne plus rester de pays noté «AAA» parmi les 49 plus grandes économies mondiales, dans l éventualité où les gouvernements n agissent pas d ici là pour maîtriser la hausse des coûts de santé. Afin d illustrer tout le poids des pressions exercées sur la facture en matière de soins de santé, S&P projette des chiffres alarmants pour 2030 : une dette publique nette, qui exclut celle détenue par des organismes publics, de 164 % du PIB pour la France, 178 % pour le Royaume- Uni, 209 % pour les États-Unis et 314 % pour le Japon. Au Canada, le ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty, a déjà prévenu les provinces qu il faudra, à terme, ajuster la hausse des dépenses de santé à celle du PIB nominal si le Canada veut éviter une crise à l européenne. Rappelons que l augmentation annuelle de 6 % des transferts fédéraux pour la Santé, en vigueur depuis 2004, prendra fin en Ensuite, l augmentation annuelle équivaudra à celle du PIB nominal, sans tomber sous les 3 % par an. «Cela veut dire que la part du fédéral dans les dépenses de santé, présentement entre 20 et 22 %, passera de 12 à 13 %», croit Jean- Pierre Aubry, économiste et Fellow associé au Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO), qui

17 dossier «On peut s attendre à une diminution de l accès aux services. Cela signifie que le rôle du secteur privé va s accroître, ainsi que le recours aux produits d assurance.» Jean-Pierre Aubry photo : istock reprend ainsi les chiffres de Kevin Page, directeur parlementaire du Budget. Jean-Pierre Aubry rappelle que d un strict point de vue structurel, donc sans tenir compte d un effet de croissance, le coût réel de la Santé devrait croître de 45 % entre 2010 et «Cela n inclut pas le fait que la population totale va augmenter», ajoute-til. Le choc du vieillissement fait peser tout son poids. Avec le désengagement du fédéral, «la demande sera forte, mais l offre ne pourra y répondre», prédit-il. La décision du gouvernement fédéral d ajuster ses prochaines contributions à la croissance du PIB nominal est une incitation à faire mieux avec moins, une invitation faite aux provinces à rechercher des gains d efficacité. Or, «puisque les gains d efficacité sont difficiles à obtenir, on peut s attendre à une diminution de l accès aux services. Cela signifie que le rôle du secteur privé va s accroître, ainsi que le recours aux produits d assurance», résume Jean-Pierre Aubry. François Dupuis, vice-président et économiste en chef du Mouvement Desjardins, retient que le Québec est plus touché que les autres provinces par le phénomène du vieillissement de la population. Le ministre des Finances, Raymond Bachand, a déjà retenu une série de mesures appropriées. «Lors de consultations menées il y a deux ans, la population a choisi le maintien d un même niveau de services au prix d une hausse des taxes et des tarifs. Le plan de Raymond Bachand va dans ce sens.» Mais Québec devra désormais composer avec le retrait du fédéral ou une présence moindre d Ottawa dans certains secteurs. «À l instar de l Europe, le gouvernement fédéral est engagé dans la voie de l austérité. Il profitera de son premier budget en début de mandat pour réduire la taille de l État. L on s attend à des réductions du budget de fonctionnement pouvant atteindre 10 %.» François Dupuis estime que le Québec devrait tout de même atteindre sa cible de retour à l équilibre budgétaire, en Mais le défi consistera ensuite à maintenir cet équilibre. «Avec cette population qui vieillit et les pressions qui s exercent sur notre secteur manufacturier, le défi, c est l après», souligne-t-il. Tarification, assurance privée, utilisateur-payeur... «De grands changements sont à venir, toutes les hypothèses sont permises. Nous sommes rendus au bord du précipice», prévient-il. FORCES numéro

18 dossier éducation : période de révision «Sur l horizon , l augmentation totale des frais universitaires au Québec atteindra 1625 dollars, soit une hausse cumulée de 75 %.» Si, en période de croissance, le thème principal est la redistribution de la richesse, la réalité est tout autre dans un contexte d austérité appelé à perdurer. «On s en va vers un partage des risques entre toutes les générations», soutient François Dupuis, vice-président et économiste en chef du Mouvement Desjardins. Le secteur de l éducation postsecondaire devient ici le théâtre de cette dynamique de révision des façons de faire de l État. Car Québec n en démord pas : malgré la grogne étudiante, pas question de revenir sur le déplafonnement des droits de scolarité décrété pour la période 2011 à Le gel en vigueur au cours des neuf années précédentes ne pouvait perdurer après qu Ottawa eut réduit ses paiements de transfert pour l éducation postsecondaire dans le cadre de sa lutte contre le déficit. Le gouvernement de Jean Charest estimait que Québec ne pouvait accroître sa participation dans le financement public des universités. Il jetait ainsi les bases du Plan de financement des universités québécoises , annonçant dans la foulée que les droits de scolarité exigés des étudiants seraient majorés de 325 dollars annuellement à compter du trimestre d automne 2012, et ce, pour cinq ans. Sur l horizon , l augmentation totale des frais universitaires au Québec atteindra 1625 dollars, soit une hausse cumulée de 75 %. «La crise européenne nous démontre l importance d avoir une vision à long terme en matière d éducation. Cette crise a engendré un nombre imposant de jeunes chômeurs, dont beaucoup sont instruits, ce qui soulève une question pertinente : aurait-on formé trop d étudiants universitaires?», s'interroge Jean-Pierre Aubry, économiste et Fellow associé au CIRANO. Il croit que la réflexion sur le rôle de l État en matière d éducation postsecondaire va déborder les préoccupations liées aux contraintes budgétaires pour englober l accompagnement des étudiants selon un meilleur appariement de la formation et du développement avec les besoins du milieu. En d autres termes, un contexte de rareté des ressources impose un FRAIS universitaires moyens par province canadienne ( ) Québec 2519 $ Terre-Neuve et Labrador 2649 $ Manitoba 3645 $ Colombie-Britannique 4852 $ Île-du-Prince-Édouard 5258 $ Saskatchewan 5601 $ Alberta 5662 $ Nouvelle-Écosse 5731 $ Nouveau-Brunswick 5853 $ Ontario 6640 $ Moyenne canadienne 5366 $ Source : Statistique Canada. Étudiants à temps plein, premier cycle universitaire. Les moyennes des frais de scolarité ont été pondérées selon le nombre d'étudiants inscrits par établissement et par domaine d'études, à l'aide des données les plus actuelles. Ces données sont provisoires. FORCES numéro

19 choix dans la liste des priorités. «Pensons seulement au décrochage scolaire, dont le coût social peut être faramineux», fait remarquer monsieur Aubry. Dans un sens plus large, 2012 sera une année charnière, d autant plus que les plans de relance déployés en réponse à la grande récession sont remplacés par des politiques restrictives durant une période où l on s éloigne du plein potentiel économique. On observe également un problème croissant de redistribution nationale du revenu entre l Ouest et le Centre du Canada. Ce qui n empêche pas la demande pour les services gouvernementaux de demeurer très élevée. «En même temps, les gouvernements hésitent à accroître davantage les taxes et les impôts. Il devrait en résulter un recours accru à la tarification, aux taxes indirectes et aux compressions», estime Jean-Pierre Aubry. «Avec moins de payeurs à l horizon, même la gauche est condamnée à adopter des mesures de droite», renchérit François Dupuis. régimes de retraite : le bas de laine percé «Claude Lamoureux donne l exemple de Teachers. En 1970, pour chaque bénéficiaire, on dénombrait 10 cotisants au régime. Ce ratio est passé à 4 pour 1 en 1990, pour se situer aujourd hui à 1,5 pour 1. Dans 15 ans, il sera de 1,1 pour 1.» photos : istock Le froid constat est tombé le 25 janvier : la Réserve fédérale américaine annonçait le report de deux ans de toute hausse des taux d intérêt directeurs, tellement la difficile reprise tarde à s installer aux États-Unis. Six années de faibles taux n ont pu produire leurs effets, tellement sont lourds le poids de l endettement public et l austérité budgétaire généralisée. «Il y aura désormais l avant et l après-25 janvier 2012», résume François Dupuis, vice-président et économiste en chef du Mouvement Desjardins. «Ce jugement sévère de la Réserve fédérale, qui nous dit qu il n y a pas d amélioration de la conjoncture économique en vue, signifie que les taux d intérêt vont demeurer bas encore longtemps. Avec tout ce que cela implique en matière de rendement des marchés, de passif

20 dossier actuariel des régimes de retraite et d impact sur la gestion des institutions financières.» Tout est ainsi à revoir. Lors de son passage au Forum économique de Davos, fin janvier, le premier ministre canadien, Stephen Harper, annonçait déjà les couleurs d un prochain budget placé sous le sceau de l austérité. Il a déclaré que le pays devait se préparer dès maintenant aux pressions démographiques. «Notre situation démographique représente une menace pour les programmes sociaux et les services que les Canadiens ont à cœur», a-t-il dit. Du même souffle, monsieur Harper a semé l émoi en annonçant vouloir limiter la croissance des dépenses liées au système de revenus de retraite, et ce, sans apporter de précisions. Du coup, c est l ensemble du système, y compris les régimes et les programmes publics, les régimes complémentaires ainsi que les incitatifs à l épargneretraite, qui risquent de se retrouver dans la mire du gouvernement. «Il ne fait pas de doute qu il va y avoir des modifications. La question n est pas de savoir si, mais quand, souligne Claude Lamoureux, ancien président du Régime de retraite des enseignants de l Ontario (Teachers). La faiblesse persistante des rendements et des taux d intérêt s ajoute à la problématique démographique. Claude Lamoureux donne l exemple de Teachers. En 1970, pour chaque bénéficiaire, on dénombrait 10 cotisants au régime. Ce ratio est passé à 4 pour 1 en 1990, pour se situer aujourd hui à 1,5 pour 1. Dans 15 ans, il sera de 1,1 pour 1. Autre exemple : au fédéral, les régimes des employés de la fonction publique font face à un déficit actuariel de 227 milliards de dollars, selon les estimations de l institut C.D. Howe. En comparaison, aux États-Unis, ce passif actuariel est évalué à 3000 milliards de dollars américains, et à 1100 milliards de livres sterling au Royaume-Uni. «Non seulement les jeunes ne pourront plus payer, mais ils ne voudront plus payer pour des régimes qui coûtent cher et qui offrent une large couverture alors qu eux-mêmes en seront exclus», estime le spécialiste. Car pour leur quasi-totalité, ces régimes, de plus en plus rares dans le secteur privé, sont non capitalisés ou partiellement capitalisés. Dans ce dernier cas, ils sont exposés à des déficits actuariels grandissants. «Aux États-Unis comme en Europe, l âge de la retraite est augmenté. Les règles de comptabilisation se libéralisent et les paramètres de prévision, trop optimistes, sont revus à la baisse, tandis que les taux de cotisation sont revus à la hausse.» Les Pays-Bas vont jusqu à emprunter la voie des changements rétroactifs touchant les bénéficiaires. «Là-bas, 90 % des travailleurs sont couverts, mais les retraités partagent les risques avec les cotisants, illustre l ancien président de Teachers. À long terme, on devrait s en sortir. Mais cela ne se fera pas sans sacrifices.» Dette publique en % du PIB ( au 30 septembre ) Zone euro 79,3 85,1 87,4 Allemagne 73,5 83,2 81,8 Autriche 69,6 72,3 71,6 Belgique 96,2 96,8 98,5 Chypre 58 60,8 67,5 Espagne 53,3 60,1 66 Estonie 7,2 6,6 6,1 Finlande 43,8 48,4 47,2 France 78,3 81,7 85,2 Grèce 127,1 142,8 159,1 Irlande 65,6 96,2 104,9 Italie 116, ,6 Luxembourg 14,6 18,4 18,5 Malte 67, ,3 Pays-Bas 60,8 62,7 64,5 Portugal ,1 Slovaquie 35, ,2 Slovénie 35, ,4 Union européenne ,2 États-Unis ,4 Canada FORCES numéro

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

France-Allemagne : Preis Vergleich

France-Allemagne : Preis Vergleich France-Allemagne : Preis Vergleich Les marchés financiers connaissent une période de rémission, dopés par les politiques ultraaccommodantes des banquiers centraux qui déversent des océans de liquidités

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue?

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? 28 avril 2015 Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? Beaucoup d espoir repose sur les entreprises du centre du pays pour permettre à la croissance économique de

Plus en détail

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Ministère des Finances Communiqué Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Le Plan d action économique de 2015

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE COMMENTAIRE Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE Faits saillants Les ventes de véhicules au Canada ont atteint un sommet

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

Pour sortir de la crise : plus ou moins d impôts? Les cas français, italien et suisse

Pour sortir de la crise : plus ou moins d impôts? Les cas français, italien et suisse Pour sortir de la crise : plus ou moins d impôts? Les cas français, italien et suisse Le cas Suisse Pr.Victoria CURZON PRICE IREF, Professeur honoraire Université de Genève La Suisse Adopte le «frein à

Plus en détail

A-T-ON DES ATTENTES IRRÉALISTES POUR NOS RÉGIMES PRIVÉS ET PUBLICS DE PENSION?

A-T-ON DES ATTENTES IRRÉALISTES POUR NOS RÉGIMES PRIVÉS ET PUBLICS DE PENSION? L épargne, la fiscalité et les régimes de retraite Congrès 2012 de l ASDEQ, Session 1, conférence 3, A-T-ON DES ATTENTES IRRÉALISTES POUR NOS RÉGIMES PRIVÉS ET PUBLICS DE PENSION? Jean-Pierre Aubry, fellow

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

Dégradation de la note de la France un «non event»?

Dégradation de la note de la France un «non event»? 15 novembre 2013 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Dégradation de la note de la France un «non

Plus en détail

Coup d œil sur les inégalités de revenus au

Coup d œil sur les inégalités de revenus au Coup d œil sur les inégalités de revenus au Québec L expression «nous les 99 %», qui avait servi de cri de ralliement des mouvements Occupy, résume les préoccupations que soulève la tendance mondiale à

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Préparé pour : Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Par : Will Dunning économiste en chef de

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes

Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes N o 11 626 X au catalogue N o 26 ISSN 1927-548 ISBN 978--66-2984-5 Document analytique Aperçus économiques Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes par André Bernard Direction des

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

Compte rendu du 7 ème colloque organisé par Groupama Asset Management, CEPII-CIREM, le 22 octobre 2009

Compte rendu du 7 ème colloque organisé par Groupama Asset Management, CEPII-CIREM, le 22 octobre 2009 Compte rendu du 7 ème colloque organisé par Groupama Asset Management, CEPII-CIREM, le 22 octobre 2009 Politiques budgétaires et marchés obligataires européens : quel avenir? L ampleur des déficits publics

Plus en détail

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Le programme de prêts pour les études à temps partiel Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Décembre 2001 1 Introduction Une revendication vieille de plus de dix ans

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Chronique Assurances et gestion des risques. sous la responsabilité de Gilles Bernier 1

Chronique Assurances et gestion des risques. sous la responsabilité de Gilles Bernier 1 Chronique Assurances et gestion des risques sous la responsabilité de Gilles Bernier 1 Puisque ce numéro de la Revue, tout comme celui de janvier 2004, est consacré à l assurance automobile, j ai choisi

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Taxer la finance. Toby Sanger

Taxer la finance. Toby Sanger Taxer la finance Toby Sanger La crise financière et économique a entraîné une réévaluation du rôle, de la régle - mentation et de l imposition du secteur financier dans le monde, qui aurait dû être faite

Plus en détail

HUIT RAISONS DE FAIRE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC ET DE VOTER POUR LE BLOC QUÉBÉCOIS.

HUIT RAISONS DE FAIRE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC ET DE VOTER POUR LE BLOC QUÉBÉCOIS. HUIT RAISONS DE FAIRE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC ET DE VOTER POUR LE BLOC QUÉBÉCOIS. Chères Québécoises, chers Québécois, Dans le cadre de sa campagne permanente de promotion de l indépendance, le Bloc Québécois

Plus en détail

Enjeux associés aux modifications du régime de l assurance-emploi en 2012-2013 pour la région de l Abitibi-Témiscamingue

Enjeux associés aux modifications du régime de l assurance-emploi en 2012-2013 pour la région de l Abitibi-Témiscamingue Enjeux associés aux modifications du régime de l assurance-emploi en 2012-2013 pour la région de MÉMOIRE présenté à la Commission nationale d examen sur l assuranceemploi Le 12 juillet 2013 Ce document

Plus en détail

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 Pascale Micoleau-Marcel Déléguée Générale de l IEFP La finance pour tous Sommaire 1/ De quoi parle-t-on? 2/ Pourquoi

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»?

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Neuf questions pour les partis politiques : les réponses du Parti Québécois QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Depuis 2009, l immense majorité des contribuables québécois doivent

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Le poker en ligne et sa réglementation Québec, Canada et ailleurs

Le poker en ligne et sa réglementation Québec, Canada et ailleurs Le poker en ligne et sa réglementation Québec, Canada et ailleurs 10 septembre 2014 Conférences sur le jeu Chaire de recherche sur l étude du jeu Université de Concordia (sera présentée en anglais) Préambule

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Risques de crise financière dans les pays émergents Malgré la récente accalmie des craintes persistent

Risques de crise financière dans les pays émergents Malgré la récente accalmie des craintes persistent 9 avril Risques de crise financière dans les pays émergents Malgré la récente accalmie des craintes persistent Un fort degré d inquiétude persiste à l égard des pays émergents depuis environ un an La réduction

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/12/INF/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2013 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Douzième session Genève, 18 21 novembre 2013 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 Le point sur la situation économique et financière du québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation M. Peter Mesheau Ministre des Finances Gouvernement du Nouveau-Brunswick Le 17 octobre 2001

Plus en détail

Financement du sport, crise économique et politique sportive

Financement du sport, crise économique et politique sportive Conférence SNEP: «Sport demain, enjeu citoyen», Créteil, 30-31 mars 2012 Financement du sport, crise économique et politique sportive Wladimir ANDREFF * * Professeur émérite à l Université de Paris 1 Panthéon

Plus en détail

L éducation au Québec : L état de la situation

L éducation au Québec : L état de la situation Préscolaire Primaire Secondaire Collégial Universitaire 43101 45 509 93969 68 331 110 297 151 845 241019 251 612 240 980 251 237 L éducation au Québec : L état de la situation L éducation est un des sujets

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE PRIVÉS DU MINISTÈRE DES FINANCES (JANVIER 2009)

DOCUMENT DE TRAVAIL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE PRIVÉS DU MINISTÈRE DES FINANCES (JANVIER 2009) RÉPONSE DU SYNDICAT CANADIEN DES COMMUNICATIONS, DE L ÉNERGIE ET DU PAPIER au DOCUMENT DE TRAVAIL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE PRIVÉS DU MINISTÈRE DES FINANCES (JANVIER 2009) «Renforcer le cadre législative

Plus en détail

Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite

Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RADICAL ET CITOYEN PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2011 6 JUIN 2011 Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite Du bouclier fiscal

Plus en détail

«La France d après», c est un clin d œil au slogan de Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle de 2007. Il ne s agira pas cependant ici de

«La France d après», c est un clin d œil au slogan de Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle de 2007. Il ne s agira pas cependant ici de Introduction Le pire n est pas sûr «La France d après», c est un clin d œil au slogan de Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle de 2007. Il ne s agira pas cependant ici de revenir en détail

Plus en détail

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD mai LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Faits saillants Le fait que la Banque du Canada ait récemment indiqué que les taux d intérêt pourraient

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 Sommaire de gestion Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

Protégeons le tissu social québécois Et agissons!

Protégeons le tissu social québécois Et agissons! Rendez-vous d échange et d information du mouvement communautaire lanaudois Le 28 octobre 2010 Décodons les médias, pour ne pas se faire manipuler! Santé Gratuité Universa ersalité Services sociaux Éducation

Plus en détail

Comparaison des marchés des prêts hypothécaires à risque et de rechange du Canada et des États-Unis

Comparaison des marchés des prêts hypothécaires à risque et de rechange du Canada et des États-Unis Comparaison des marchés des prêts hypothécaires à risque et de rechange du Canada et des États-Unis Pourquoi le fléchissement des prêts hypothécaires à risque aux États-Unis est un phénomène américain

Plus en détail

Méfiez-vous du modèle d austérité canadien

Méfiez-vous du modèle d austérité canadien Méfiez-vous du modèle d austérité canadien Andrew Jackson Le présent essai a été rédigé à la suite d articles des médias selon lesquels l ex-ministre des Finances et ex-premier ministre canadien Paul Martin

Plus en détail

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX CONCERNANT LE LIVRE BLANC SUR LA CRÉATION D UNE ASSURANCE AUTONOMIE NOVEMBRE

Plus en détail

L ÉTAT QUÉBÉCOIS STRUCTURE ET TAILLE DE L ÉTAT LA DETTE. L'Observatoire de l administration publique - ENAP Été 2008

L ÉTAT QUÉBÉCOIS STRUCTURE ET TAILLE DE L ÉTAT LA DETTE. L'Observatoire de l administration publique - ENAP Été 2008 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN P E R S P E C T I V E STRUCTURE ET TAILLE DE L ÉTAT LA DETTE L'Observatoire de l administration publique - ENAP Été 2008 Aucun élément du contenu du présent document ne peut être utilisé,

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Investir dans l enseignement supérieur

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Investir dans l enseignement supérieur Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997 Investir dans l enseignement supérieur Février 1997 «Les Canadiennes et les Canadiens savent qu une meilleur e instruction est synonyme de meilleurs emplois.»

Plus en détail

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont CHAPITRE 1 LES FACTEURS STRUCTURELS DE LA HAUSSE DE L ENDETTEMENT PUBLIC DANS LES PAYS AVANCÉS Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont revenues au cœur

Plus en détail

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles?

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Pour plusieurs, la hausse spectaculaire du prix des propriétés au Québec depuis quelques années (le prix moyen d une

Plus en détail

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Acte II LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Scène 1 Les Français craignent pour leur épargne Je ne compte plus les personnes qui, depuis la fin du mois de septembre, m ont demandé si elles devaient retirer

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC Le 2 décembre 2014 TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures de relance économique Mesures visant l atteinte et le maintien de l équilibre budgétaire

Plus en détail

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs En moyenne, chaque personne au Québec reçoit (de tous les paliers gouvernementaux) l équivalent de près

Plus en détail

La retraite. n est pas un privilège! Avant-propos. Qu est-ce que le RREGOP? En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus

La retraite. n est pas un privilège! Avant-propos. Qu est-ce que le RREGOP? En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus La retraite n est pas un privilège! Fascicule 1 Avantpropos Depuis plusieurs mois déjà, de grands médias tirent à boulets rouges sur les régimes

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

Quelles orientations pour sortir de la crise? Argumentaire

Quelles orientations pour sortir de la crise? Argumentaire Quelles orientations pour sortir de la crise? Argumentaire Le début de l année fut marqué par la crise de la Grèce, avec la mise en place d un plan de sauvetage de 60 milliards d euros (prêts consentis

Plus en détail

LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Automne

LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Automne LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2013 Le point sur la situation économique et financière du québec Automne 2013 NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

Objet : Remarques de Manufacturiers et exportateurs du Québec sur le régime d assuranceemploi

Objet : Remarques de Manufacturiers et exportateurs du Québec sur le régime d assuranceemploi Le 15 juillet 2013 Madame Rita Dionne-Marsolais Monsieur Gilles Duceppe Coprésidents Commission nationale d examen sur l assurance-emploi Tour de la Place Victoria, C.P. 100 800, rue du Square Victoria,

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget 1 Une reprise de l activité qu il faut conforter La reprise est en cours : +1,0%

Plus en détail

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Présenté par Daniel Denis Associé, SECOR 4 décembre 2009 Une croissance mondiale forte Au cours de la dernière décennie Évolution du PIB mondial Croissance

Plus en détail

Les taux d intérêt négatifs à l européenne feront-ils le saut au Canada?

Les taux d intérêt négatifs à l européenne feront-ils le saut au Canada? COMMENTAIRE Services économiques TD EN TERRITOIRE NÉGATIF Les taux d intérêt négatifs à l européenne feront-ils le saut au Canada? Faits saillants Le renforcement des mesures de stimulation monétaire à

Plus en détail