Le déséquilibre fiscal vertical au Canada Première partie. jusqu en 1949

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le déséquilibre fiscal vertical au Canada Première partie. jusqu en 1949"

Transcription

1 Le déséquilibre fiscal vertical au Canada Première partie Les relations fédéralesprovinciales en matière d impôt jusqu en 1949 Par JEFF BUCKSTEIN, CGA La Première Guerre mondiale brise l harmonie fiscale La Grande Crise ravive le conflit fiscal fédéral-provincial Un autre conflit mondial entraîne des changements fiscaux majeurs Le présent article est le premier d une série de trois articles que M. Buckstein signe dans le Reper. Du point de vue fiscal, la situation du Canada est quelque peu inhabituelle à cause du chevauchement de certaines responsabilités des gouvernements fédéral et provinciaux/territoriaux en matière de taxation. Tout au long de l histoire du pays, les deux ordres de gouvernement ont généralement coopéré dans ce domaine. Parfois, cependant, cette structure a créé de fortes tensions. Nous vivons actuellement une de ces périodes plus turbulentes. Les provinces et les territoires allèguent l existence d un prétendu «déséquilibre fiscal vertical» selon lequel le gouvernement fédéral a la capacité de mobiliser plus d argent que ce qu il est constitutionnellement tenu de dépenser pour les Canadiens dans des domaines comme la défense et l immigration, entre autres. Entretemps, les provinces et territoires estiment que leur situation est tout à fait à l opposé : leur capacité à générer des recettes est limitée, alors qu ils doivent en même temps assumer la plus grande part des dépenses de service dans leurs champs de compétence (selon la Constitution) comme la santé et l éducation. Les trois articles de la série portent sur ces questions et sur d autres questions litigieuses qui se sont posées dans les relations fédérales-provinciales (et, dans une moindre mesure, territoriales) au chapitre de la taxation depuis la Confédération de Le présent article examine la situation fiscale au Canada jusqu à la mise en place du premier impôt permanent par l adoption de la Income Tax Act en Le second article traitera des tensions croissantes entre le gouvernement fédéral et ses contreparties provinciales et territoriales tout au long de la deuxième moitié du XX e siècle ainsi que des facteurs qui ont contribué à l avènement de ce prétendu déséquilibre fiscal vertical. Le troisième article portera expressément sur les enjeux actuels du déséquilibre fiscal vertical dans la perspective des gouvernements fédéral et provinciaux/territoriaux. L Acte de l Amérique du Nord britannique (devenu la Loi constitutionnelle en 1982), qui créait le Dominion du Canada, a été adopté en Les articles 91 et 92 de l Acte de l Amérique du Nord britannique (AANB) donnaient au gouvernement central du Commonwealth et à ses provinces un pouvoir de taxation directe dans leur sphère de compétence respective. Aussi, au Canada, contrairement à la plupart des autres pays, y a- t-il un partage ou un chevauchement clair des responsabilités du fédéral et des provinces en matière de taxation.

2 Il y a toutefois une légère différence. En vertu de l AANB, tandis que le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux (l Ontario, le Québec, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse étaient membres fondateurs en 1867; le Manitoba, la Colombie-Britannique et l Île-du-Prince-Édouard avaient suivi en 1873) pouvaient lever des impôts et taxes, les provinces étaient limitées à la seule «taxation directe», comme l impôt sur le revenu. Le gouvernement fédéral pouvait aussi lever des taxes et impôts directs, mais également des taxes indirectes au moyen des droits de douane et des taxes d accise. La Colombie-Britannique a été la première province à lever un impôt sur le revenu des particuliers en 1873; le Québec a été la première à tenter de lever un impôt sur les sociétés en 1882; le Nouveau-Brunswick a suivi peu de temps après. Mais aucune de ces mesures n a été particulièrement populaire pendant les 30 premières années de l histoire du Canada. En 1896, par exemple, selon les chiffres des comptes publics publiés dans le rapport d une commission royale d enquête de 1940, seulement $ d impôt des sociétés et $ d impôt des particuliers avaient été levés au Canada cette année-là et dans tous les cas par les provinces, aucun par le gouvernement fédéral. Les droits successoraux représentaient de loin la source unique la plus importante de recettes fiscales pour les provinces. Les sept provinces de Confédération levaient de tels droits à l époque. De manière générale, toutefois, la stabilité a régné pendant les 50 premières années de la Confédération. Les responsabilités du fédéral et des provinces en matière de taxation étaient clairement définies et les provinces dominaient dans le champ de la taxation directe. Le gouvernement fédéral avait le droit d occuper ce champ de compétence, mais il ne l avait pas fait et, jusqu en 1914, il ne trouverait aucune raison impérieuse de le faire. La Première Guerre mondiale brise l harmonie fiscale Toutefois, la Première Guerre mondiale, avec les dépenses massives que le gouvernement fédéral a dû engager, n avait rien de commun avec ce que le Canada ou le monde avait connu jusque-là. Quand le conflit mondial a éclaté en 1914, le gouvernement canadien, déjà aux prises avec des conditions financières difficiles, a dû contracter des emprunts considérables, ce qui a entraîné une forte inflation; la dette nationale devait finalement quintupler par rapport à ce qu elle était L inflation, à son tour, a entraîné des troubles sociaux, dont des problèmes de relations de travail comme des grèves et l augmentation du nombre de syndicats certains très militants. Fermiers et travailleurs faisaient pression sur le gouvernement fédéral pour qu il taxe les Canadiens mieux nantis. En 1915, à elles seules, les dépenses militaires du gouvernement fédéral étaient égales à la totalité des dépenses qu il avait inscrites deux ans plus tôt. Son déficit budgétaire, exprimé en pourcentage du produit national brut (PNB), est passé de 10 % en 1913 à près de 15 % pendant la guerre, en dépit d une brusque progression du PNB; la croissance du déficit était nettement plus prononcée que le laissait croire sa croissance nominale. Le gouvernement fédéral a alors tenté d accroître ses recettes par ses mécanismes traditionnels de taxation indirecte. Ainsi, il a haussé les droits de douanes (qui, en 1913, représentaient environ 78 % de ses recettes totales) sur des produits comme le café, l alcool, le sucre et le tabac, et il a imposé des droits d accise spéciaux sur l alcool et le tabac. Mais ces mesures n ont rapporté qu environ 10 % des fonds additionnels nécessaires pour soutenir l effort de guerre et les autres responsabilités financières du gouvernement. Un impôt de guerre spécial a aussi été levé sur la circulation des billets de banque et sur le revenu brut de certaines institutions financières, et certains secteurs d activité ont fait l objet de mesures mineures mais, là encore, les recettes ne parvenaient pas à combler les besoins. Le déséquilibre fiscal vertical au Canada Première partie 2

3 D autres sources de recettes, dont des emprunts contractés à l étranger (d abord à Londres, puis à New York), puis, de façon plus importante, cinq émissions d obligations pour financer les dépenses de guerre («bons de la Défense nationale») à des citoyens canadiens pour une valeur de quelque 1,5 milliard de dollars devaient rapporter nettement plus. Mais ce n était pas encore assez, notamment à cause du fait que la guerre était plus longue que prévu et que le coût annuel du financement du conflit pour le Dominion avait grimpé à plus d un demimilliard de dollars. En 1917, sous le régime du Premier ministre Robert Borden (un conservateur réélu comme leader d un gouvernement d union par suite d un vote spécial en temps de guerre), le gouvernement fédéral a été forcé d instaurer un impôt général sur le revenu en adoptant la Loi de l impôt de guerre sur le revenu, ce qui a suscité d intéressants débats à la Chambre des communes. Ainsi, le 17 août 1917, Michael Clark, député de Red Deer, en Alberta, rappelait à ses collègues du Parlement que, depuis sa première élection en 1908, il avait fréquemment eu l occasion de souligner les désavantages de la taxation indirecte et la supériorité de la taxation directe. Selon lui, la Première Guerre mondiale avait été riche d enseignements en matière d impôt. Selon la Loi de l impôt de guerre sur le revenu de 1917, les particuliers célibataires ou les veufs et veuves sans personnes à charge qui gagnaient plus de $ étaient imposés au taux de 4 %; tous les autres particuliers étaient imposés au taux de 4 % sur leur revenu en sus de $. Diverses clauses d imposition progressive étaient aussi prévues, selon le revenu du contribuable. Au départ, l impôt sur le revenu se voulait une mesure temporaire en temps de guerre destinée à alléger les pressions financières exercées par le conflit mondial, même si, comme en témoignent les débats à la Chambre des communes, certains députés, comme M. Clark, n étaient pas très convaincus de son caractère temporaire. Comme il l affirmait, également en août 1917 : [TRADUCTION LIBRE] «Je suis certain, comme d autres l ont dit, que cette forme d imposition est là pour rester dans le Dominion. Les meilleurs experts disent que la guerre durera encore deux ans (ndlr : elle devait durer encore 15 mois), et à cause de la situation qui prévaudra après la guerre, nous aurons besoin de recettes qu il serait impossible de réunir au moyen des droits de douanes ( ) la personne qui détient le portefeuille des Finances devra faire de plus en plus appel à la taxation directe pour assumer les dettes que nous devons acquitter à cause de cette guerre et assurer le fonctionnement normal du pays.» Il avait raison. L impôt sur le revenu fédéral devait finalement s avérer une mesure permanente, même si cela n allait devenir officiel que quelque 30 ans plus tard. Même après la fin de la Première Guerre mondiale en novembre 1918, le gouvernement fédéral a continué, à cause du conflit, à engager d autres dettes attribuables à des dépenses annuelles, comme les 76 millions de dollars de pensions versées aux vétérans et aux personnes à charge de ceux qui ont perdu la vie au combat, et les 164 millions de dollars d intérêts sur la dette accumulée pendant la guerre. Tout compte fait, le gouvernement fédéral dépensait plus de 2,5 millions de dollars par jour une somme colossale lorsqu elle est exprimée en dollars de 1918 dans des circonstances que nul n aurait pu prédire avant la guerre. Par conséquent, le budget fédéral de 1920 prévoyait l instauration d une taxe de vente de 1 % sur la plupart des biens non essentiels, une taxe qui devait augmenter de façon constante pour atteindre 6 % en 1924 et qui aiderait le fédéral à afficher un surplus dès À ce moment, le taux de la taxe a recommencé à baisser une baisse fortement encouragée par les vives protestations des particuliers et des sociétés. Le déséquilibre fiscal vertical au Canada Première partie 3

4 La Grande Crise ravive le conflit fiscal fédéralprovincial La Première Guerre mondiale a exercé les premières grandes pressions fiscales sur le gouvernement fédéral canadien. Mais la Grande Crise des années 1930 devait exercer des pressions tant sur le gouvernement fédéral que sur les gouvernements provinciaux, les deux ordres de gouvernement cherchant désespérément à mobiliser les rares capitaux disponibles pour régler les graves difficultés d alors. Cette crise mondiale allait également mener au premier conflit majeur de l histoire canadienne entre le fédéral et les provinces au sujet de l impôt. À ce moment, la coordination entre les deux ordres de gouvernement au chapitre de la perception conjointe des impôts un champ dans lequel le gouvernement fédéral n avait pas été actif avant la Première Guerre mondiale était à peu près inexistante. Et certains s étaient accrochés au faux espoir de voir la Income War Tax Act disparaître après la guerre. Par conséquent, dès les années 1930, il n existait entre le fédéral et les provinces aucune structure d impôt commune ni uniformité des assiettes fiscales. Diverses formes nouvelles de taxation directe et indirecte depuis la Confédération, provenant de sources aussi diversifiées que les taxes sur l essence et sur l alcool, taxes sur les ventes des fabricants et taxes de vente, avaient vu le jour de sorte que ce qui relevait de la compétence du fédéral ou des provinces était de moins en moins clair. Qui plus est, l administration de ces impôts et taxes était très complexe et exigeait divers formulaires et différentes méthodes de calcul. En réponse, la Commission royale des relations entre le Dominion et les provinces (1940), également connue sous le nom de Commission Rowell-Sirois, recommandait que toutes les provinces cèdent la perception de l impôt sur le revenu des particuliers et des sociétés exclusivement au gouvernement fédéral (ce qu avaient déjà fait le Manitoba, l Ontario et l Île-du-Prince-Édouard en 1940). Le rapport de la Commission citait entre autres motifs pour justifier cette recommandation : la tension grandissante entre les administrations; l avènement d une double imposition inutile; le caractère arbitraire et discriminatoire du fisc et sa «voracité»; les frais administratifs élevés découlant du dédoublement des services liés à la perception de l impôt et au manque d uniformité et d efficience. Le rapport faisait également état des disparités croissantes entre les fardeaux fiscaux dans les diverses régions du Canada ainsi que des difficultés logistiques associées à l harmonisation de la perception de l impôt dans une province comme la Colombie-Britannique où la définition de «revenu imposable» différait de celle du gouvernement fédéral. Selon le rapport, le taux et la courbe progressive nécessaires pour réformer et contrôler la structure de l impôt ne seraient réalisés que si cet instrument d harmonisation de l imposition ne relevait que d un pouvoir. Et ce pouvoir, toujours selon le rapport de la Commission Rowell-Sirois, ne pouvait être que le Dominion. Comme on pouvait le prévoir, les provinces ont été réticentes, au départ, à abandonner un champ qu elles avaient dominé pendant plus de 70 ans, d autant plus que, selon le rapport de la Commission Rowell-Sirois, les changements économiques et sociaux survenus à l intérieur du cadre de la Constitution canadienne avaient amené les provinces et les municipalités à occuper une position très importante dans le système des finances publiques. Cependant, le rapport notait également que les provinces en étaient arrivées à une position qu elles ne pouvaient effectivement occuper à cause de leurs sources de recettes nécessairement limitées. Le déséquilibre fiscal vertical au Canada Première partie 4

5 Un autre conflit mondial entraîne des changements fiscaux majeurs La Deuxième Guerre mondiale ( ) allait à nouveau entraîner des changements majeurs au Canada qui devaient se refléter, comme dans le cas du premier conflit mondial, dans l effort de taxation du pays. Comme il l avait fait au cours du précédent conflit mondial et pour combattre les effets de la crise économique des années 1930, le gouvernement fédéral devait à nouveau occuper le premier rang et jouer un rôle important dans la mobilisation de fonds pour financer l effort de guerre. En fait, à cause de ces conflits ainsi que d autres facteurs, le Canada était devenu un pays plus centralisé que pendant ses 50 premières années d existence. Par conséquent, le gouvernement fédéral a, de façon permanente, assumé le rôle principal dans les questions de taxation et autres questions à caractère national. En vertu de la Wartime Tax Agreements Act (1941), les provinces ont cédé au gouvernement fédéral le contrôle de la perception des recettes provenant de l impôt sur le revenu, aussi bien que des droits successoraux. En retour, les provinces devaient recevoir des paiements compensatoires («rental payments») du gouvernement fédéral. À l origine, cet arrangement ne devait être valable que pour la durée de la Deuxième Guerre mondiale au moins; or, il allait se prolonger au-delà de la date de cessation des hostilités. Le 1 er janvier 1949, la Loi de l impôt sur le revenu remplaçait officiellement la Loi de l impôt de guerre sur le revenu, le gouvernement fédéral reconnaissant par voie législative ce qui était probablement déjà évident pour la plupart des Canadiens que l impôt sur le revenu était devenu une source de recettes permanente et non plus temporaire. Pendant près de 50 ans après la Confédération, les provinces ont joui de l autonomie à peu près exclusive en matière de taxation dont elles avaient besoin dans un monde relativement simple. Mais les pressions financières auxquelles le Canada a été soumis pendant la Première Guerre mondiale ont changé tout cela. L onde de choc économique a été ressentie dans les années 1920, ce qui a contribué à accroître les tensions entre les provinces et le gouvernement fédéral, qui devaient se perpétuer pendant les années de la Grande Crise. La Deuxième Guerre mondiale a dissipé toutes les illusions et plus personne ne croyait au retour de l ancien ordre économique au Canada. Le prochain article de la présente série montrera comment l impôt sur le revenu est devenu non seulement une source permanente de recettes, mais également une source permanente et manifeste de conflit entre le gouvernement fédéral et les provinces et territoires (qui commençaient à agir de façon plus autonome). M. Buckstein, CGA, est rédacteur pigiste; il vit à Ottawa. Le mois prochain : Dans le deuxième article de cette série de trois articles, M. Buckstein traite de l accroissement des tensions entre le fédéral et les provinces et territoires en matière de taxation au cours de la seconde moitié du XX e siècle. Le déséquilibre fiscal vertical au Canada Première partie 5

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation M. Peter Mesheau Ministre des Finances Gouvernement du Nouveau-Brunswick Le 17 octobre 2001

Plus en détail

RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX

RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX PRB 06-40F RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX FÉDÉRAUX INTRODUITS ENTRE 1998 ET 2005 Alexandre Laurin Alexandre Martin Division de l économie Le 28 août 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION

Plus en détail

Taux et montants des crédits d impôt fédéraux et provinciaux non remboursables pour 2015 1

Taux et montants des crédits d impôt fédéraux et provinciaux non remboursables pour 2015 1 non remboursables pour 2015 1 indépendants affiliés à KPMG non remboursables pour 2015 1 Voir les notes aux pages suivantes. Remb. = crédit remboursable (voir note correspondante). 6 / Fédéral C.-B. Alb.

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Transferts fédéraux et santé. Finances Canada Janvier 2003

Transferts fédéraux et santé. Finances Canada Janvier 2003 Transferts fédéraux et santé Finances Canada Janvier 2003 1 1 Justification traditionnelle pour les transferts aux provinces A B Pour corriger les déséquilibres horizontaux (p. ex., à ramener la capacité

Plus en détail

Comparaisons internationales de la dette

Comparaisons internationales de la dette Annexe 2 Comparaisons internationales de la dette Faits saillants Selon les statistiques officielles publiées par le Fonds monétaire international (FMI) et l Organisation de coopération et de développement

Plus en détail

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010 Composante du produit no 89-503-X au catalogue de Statistique Canada Femmes au Canada : rapport statistique fondé sur le sexe Article Bien-être économique par Cara Williams Décembre 2010 Comment obtenir

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION. Septembre 2014 UN PORTRAIT GÉNÉRAL DU RÉGIME FISCAL AU QUÉBEC

DOCUMENT D INFORMATION. Septembre 2014 UN PORTRAIT GÉNÉRAL DU RÉGIME FISCAL AU QUÉBEC DOCUMENT D INFORMATION Septembre 2014 UN PORTRAIT GÉNÉRAL DU RÉGIME FISCAL AU QUÉBEC document d information Septembre 2014 Un portrait général du régime fiscal au Québec NOTE La forme masculine utilisée

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Ministère des Finances Communiqué Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Le Plan d action économique de 2015

Plus en détail

Centrale des caisses de crédit du Canada

Centrale des caisses de crédit du Canada Centrale des caisses de crédit du Canada Mémoire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Martha Durdin, présidente et chef de la direction Le mercredi 6 août 2014 Tout le contenu du

Plus en détail

La dette. du gouvernement du Québec

La dette. du gouvernement du Québec La dette du gouvernement du Québec La dette du gouvernement du Québec Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du Québec Décembre 2007 ISBN 978-2-550-51547-0 (Imprimé) ISBN 978-2-550-51548-7 (PDF)

Plus en détail

En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek

En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek Octobre 2014 En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek Les revenus de placement gagnés au sein de votre société sont imposés en fonction du type de revenu

Plus en détail

L éducation au Québec : L état de la situation

L éducation au Québec : L état de la situation Préscolaire Primaire Secondaire Collégial Universitaire 43101 45 509 93969 68 331 110 297 151 845 241019 251 612 240 980 251 237 L éducation au Québec : L état de la situation L éducation est un des sujets

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA

ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE Banque du Canada MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA 1. Par les présentes, le ministre des Finances donne avis que

Plus en détail

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Contexte Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) souscrit aux principes d Approvisionnement

Plus en détail

LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU

LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU RÉSUMÉ Une étude de Tristat Resources commandée par l Institut Broadbent démontre que la majorité des

Plus en détail

Impôt des particuliers 2014 1

Impôt des particuliers 2014 1 Impôt des particuliers 0 Impôt des particuliers 0 TABLEAU P QUÉBEC (0) TABLE D IMPÔT Revenu Impôt Taux Taux marginal imposable Fédéral Québec Total effectif Fédéral Québec Total $ $ $ $ 0 000 - - - 0,0

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Soumission à la consultation prébudgétaire du Nouveau-Brunswick Janvier 2012

Soumission à la consultation prébudgétaire du Nouveau-Brunswick Janvier 2012 1 Soumission à la consultation prébudgétaire du Nouveau-Brunswick Janvier 2012 La Fédération des travailleurs et travailleuses du Nouveau-Brunswick se réjouit d avoir l occasion de présenter les dépenses

Plus en détail

Par courriel : ministre@mess.gouv.qc.ca

Par courriel : ministre@mess.gouv.qc.ca Le 8 juillet 2014 [TRADUCTION] Par courriel : ministre@mess.gouv.qc.ca L honorable François Blais Ministère de l'emploi et de la Solidarité sociale 425, rue Saint-Amable 4e étage Québec (Québec) G1R 4Z1

Plus en détail

MÉMORANDUM D17-1-22. En résumé. Ottawa, le 6 juillet 2007

MÉMORANDUM D17-1-22. En résumé. Ottawa, le 6 juillet 2007 Ottawa, le 6 juillet 2007 MÉMORANDUM D17-1-22 En résumé DÉCLARATION EN DÉTAIL DE LA TAXE DE VENTE HARMONISÉE, DE LA TAXE DE VENTE PROVINCIALE, DE LA TAXE PROVINCIALE SUR LE TABAC ET DE LA MAJORATION OU

Plus en détail

Soumission à la consultation pré-budgétaire du Nouveau-Brunswick janvier 2011

Soumission à la consultation pré-budgétaire du Nouveau-Brunswick janvier 2011 1 Soumission à la consultation pré-budgétaire du Nouveau-Brunswick janvier 2011 La Fédération des travailleurs et travailleuses du Nouveau-Brunswick apprécie cette occasion de présenter les priorités budgétaires

Plus en détail

Votre voix. Votre vote. Votre tour! Réforme démocratique. 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick. Types de démocratie directe

Votre voix. Votre vote. Votre tour! Réforme démocratique. 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick. Types de démocratie directe GUIDE DE PARTICIPATION DU CITOYEN 1 Réforme démocratique 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick Notre mandat : nous devons examiner et proposer une loi sur les référendums au Nouveau-Brunswick,

Plus en détail

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux En 2013, on prévoit que les dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux atteindront 138,3

Plus en détail

Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées

Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées Le 31 janvier 2008 Depuis 1901 Since 1901 24, rue Clarence Ottawa

Plus en détail

Le point en recherche

Le point en recherche Le point en recherche Mars 2001 Série socio-économique 79 Une analyse des placements des caisses de retraite et des REER dans le logement locatif canadien introduction Les économies accumulées par les

Plus en détail

Coup d œil sur les inégalités de revenus au

Coup d œil sur les inégalités de revenus au Coup d œil sur les inégalités de revenus au Québec L expression «nous les 99 %», qui avait servi de cri de ralliement des mouvements Occupy, résume les préoccupations que soulève la tendance mondiale à

Plus en détail

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC Le 2 décembre 2014 TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures de relance économique Mesures visant l atteinte et le maintien de l équilibre budgétaire

Plus en détail

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier N o 63-238-X au catalogue. Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier 2012. Faits saillants Le revenu

Plus en détail

PROCÉDURE POUR LES DÉPLACEMENTS

PROCÉDURE POUR LES DÉPLACEMENTS PROCÉDURE POUR LES DÉPLACEMENTS PRÉAMBULE La Fondation juge que les déplacements des membres de sa communauté sont nécessaires et souhaitables dans une optique de recherche, d apprentissage, de dissémination

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION. Septembre 2014 LA FISCALITÉ DES PARTICULIERS AU QUÉBEC

DOCUMENT D INFORMATION. Septembre 2014 LA FISCALITÉ DES PARTICULIERS AU QUÉBEC DOCUMENT D INFORMATION Septembre 2014 LA FISCALITÉ DES PARTICULIERS AU QUÉBEC document d information Septembre 2014 La fiscalité des particuliers au Québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte

Plus en détail

Soumission à la consultation prébudgétaire du Nouveau-Brunswick Février 2013

Soumission à la consultation prébudgétaire du Nouveau-Brunswick Février 2013 1 Soumission à la consultation prébudgétaire du Nouveau-Brunswick Février 2013 La Fédération des travailleurs et travailleuses du Nouveau-Brunswick se réjouit d avoir l occasion de présenter les dépenses

Plus en détail

L ACTUALITÉ FÉDÉRALE

L ACTUALITÉ FÉDÉRALE L ACTUALITÉ FÉDÉRALE Des ressources naturelles pour tous les Canadiens Madelaine Drohan Correspondante canadienne de l hebdomadaire The Economist Elle contribue également sur une base régulière à une de

Plus en détail

«Société de placement» est définie de la même façon dans le sous-alinéa 149(1)o.2)(iii) de la Loi de

«Société de placement» est définie de la même façon dans le sous-alinéa 149(1)o.2)(iii) de la Loi de Le 11 février 2014 [TRADUCTION] Par courriel : mickey.sarazin@cra-arc.gc.ca; mary-pat.baldwin@cra-arc.gc.ca Monsieur Mickey Sarazin Directeur général Direction des décisions en impôt Agence du revenu du

Plus en détail

Formules pour le calcul informatisé des retenues sur la paie

Formules pour le calcul informatisé des retenues sur la paie Formules pour le calcul informatisé des retenues sur la paie 100 e édition En vigueur le 1 er janvier 2015 T4127(F) Rév. 15 Ce guide s adresse-t-il à vous? Utilisez ce guide si vous êtes un développeur

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Bulletin fiscal Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Les versements à un REER effectués au plus tard le 1 er mars 2011 sont déductibles en 2010.

Plus en détail

Nouveau sondage sur les perspectives des Canadiens à propos des changements climatiques et de la crise économique

Nouveau sondage sur les perspectives des Canadiens à propos des changements climatiques et de la crise économique Nouveau sondage sur les perspectives des Canadiens à propos des changements climatiques et de la crise économique 45% des Canadiens sont d accord pour dire que les actions sérieuses en matière de changements

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 Sommaire de gestion Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

LE POINT DE VUE DE NOS PROFESSIONNELS DU SERVICE DE LA PLANIFICATION FISCALE ET SUCCESSORALE

LE POINT DE VUE DE NOS PROFESSIONNELS DU SERVICE DE LA PLANIFICATION FISCALE ET SUCCESSORALE BUDGET FÉDÉRAL 2015 LE POINT DE VUE DE NOS PROFESSIONNELS DU SERVICE DE LA PLANIFICATION FISCALE ET SUCCESSORALE Un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour 2015 Le gouvernement conservateur

Plus en détail

Retirer des fonds d un régime immobilisé

Retirer des fonds d un régime immobilisé SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIE PLACEMENTS ET FISCALITÉ N O 5 Retirer des fonds d un régime immobilisé Les fonds de pension constituent une source importante de revenu

Plus en détail

Le Plan libéral pour les soins familiaux

Le Plan libéral pour les soins familiaux Le Plan libéral pour les soins familiaux 1 Le Plan libéral pour les soins familiaux AUX CÔTÉS DES FAMILLES CANADIENNES Les membres d une famille s appuient entre eux. Les familles canadiennes veulent s

Plus en détail

PÉRENNISER NOS RÉGIMES À PRESTATIONS DÉTERMINÉES: UN DÉFI DE TAILLE

PÉRENNISER NOS RÉGIMES À PRESTATIONS DÉTERMINÉES: UN DÉFI DE TAILLE PÉRENNISER NOS RÉGIMES À PRESTATIONS DÉTERMINÉES: UN DÉFI DE TAILLE Présentation au SEPB Par Marie Josée Naud, conseillère à la FTQ L état des lieux au Canada 2 Les cinq étages du système de retraite canadien

Plus en détail

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs En moyenne, chaque personne au Québec reçoit (de tous les paliers gouvernementaux) l équivalent de près

Plus en détail

Projet de loi C-14 Modifications à la Loi sur la citoyenneté (adoption)

Projet de loi C-14 Modifications à la Loi sur la citoyenneté (adoption) Projet de loi C-14 Modifications à la Loi sur la citoyenneté (adoption) SECTION NATIONALE DU DROIT DE L IMMIGRATION ET DE LA CITOYENNETÉ ASSOCIATION DU BARREAU CANADIEN JUIN 2006 865 Carling Avenue, Suite

Plus en détail

Situation sur le plan comptable 4 e trimestre 2013

Situation sur le plan comptable 4 e trimestre 2013 Taux d imposition des sociétés et législation / Numéro 4 / Le 9 janvier 2014 Services de gestion et de comptabilisation des impôts Situation sur le plan comptable 4 e trimestre 2013 Le présent bulletin

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Investir dans l enseignement supérieur

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Investir dans l enseignement supérieur Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997 Investir dans l enseignement supérieur Février 1997 «Les Canadiennes et les Canadiens savent qu une meilleur e instruction est synonyme de meilleurs emplois.»

Plus en détail

FÉDÉRAL MISE À JOUR DES PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES

FÉDÉRAL MISE À JOUR DES PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL MISE À JOUR DES PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES Le 12 novembre 2014 Mise à jour des projections économiques et budgétaires Fédéral LP TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures visant l impôt

Plus en détail

Conseils fiscaux de fin d année pour 2013

Conseils fiscaux de fin d année pour 2013 CONSEILS FISCAUX Conseils fiscaux de fin d année pour 2013 Jamie Golombek, CPA, CA, CFP, CLU, TEP Directeur gestionnaire, Planification fiscale et successorale pour les Services consultatifs de gestion

Plus en détail

CANADA. Les dépenses sociales sont exprimées en millions de dollars canadiens (CAD).

CANADA. Les dépenses sociales sont exprimées en millions de dollars canadiens (CAD). CANADA Nomenclature AC Assurance chômage AE Assurance emploi (remplace l AC depuis le 1 er juillet 1996) RAPC Régime d'assistance publique du Canada RPC et RRQ Régime de pensions du Canada et Régime de

Plus en détail

Aidemémoire. fiscal. kpmg.ca/aidememoire

Aidemémoire. fiscal. kpmg.ca/aidememoire Aidemémoire fiscal 2013 2014 kpmg.ca/aidememoire Organisme Site Web KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l....www.kpmg.ca The Funding Portal...www.thefundingportal.com Agence du revenu du Canada...www.cra-arc.gc.ca Agence

Plus en détail

abri fiscal placement ou autre mécanisme financier qui vous permet de protéger une partie de vos gains de l impôt pendant une certaine période

abri fiscal placement ou autre mécanisme financier qui vous permet de protéger une partie de vos gains de l impôt pendant une certaine période Voici les définitions de quelques mots clés utilisés dans le cadre du programme Connaissances financières de base. Ces mots peuvent avoir des sens différents ou refléter des notions distinctes dans d autres

Plus en détail

Rapport sur les PME Repenser les REER pour les propriétaires d entreprises : Pourquoi le versement d un salaire n est peut-être pas la meilleure idée

Rapport sur les PME Repenser les REER pour les propriétaires d entreprises : Pourquoi le versement d un salaire n est peut-être pas la meilleure idée le 19 octobre 2010 Jamie Golombek 1 CA, CPA, CFP, CLU, TEP Directeur général de la planification fiscale et successorale Gestion privée de patrimoine CIBC Jamie.Golombek@cibc.com Résumé On recommande habituellement

Plus en détail

Sondage 2010 des ACVM sur la retraite et les placements

Sondage 2010 des ACVM sur la retraite et les placements Sondage 2010 des ACVM sur la retraite et les placements Réalisé pour les Autorités canadiennes en valeurs mobilières Résumé le 28 septembre 2010 www.ipsos.ca TABLE DES MATIÈRES RÉSUMÉ... 1 Principales

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

RRI. Le régime de retraite individuel Une solution sensée pour les cadres supérieurs et les chefs d entreprises

RRI. Le régime de retraite individuel Une solution sensée pour les cadres supérieurs et les chefs d entreprises RRI Le régime de retraite individuel Une solution sensée pour les cadres supérieurs et les chefs d entreprises Une solution sensée pour les cadres supérieurs et les chefs d entreprises Pour une majorité

Plus en détail

15 Les Fonds Petroliers

15 Les Fonds Petroliers CHAPTER IV OIL POLICY IN THE GULF OF GUINEA 15 Les Fonds Petroliers By Albert Yama Nkounga I. Introduction 1. La vulnérabilité des économies des pays producteurs de pétrole aux fluctuations à la baisse

Plus en détail

Mettre de l avant les transports plus écoresponsables comme le vélo, l autobus de ville, le covoiturage, etc.

Mettre de l avant les transports plus écoresponsables comme le vélo, l autobus de ville, le covoiturage, etc. Parti Vert Défendre les services de santé publique au Canada. Mettre en œuvre une stratégie nationale pour les aînées. Investir dans les technologies vertes et dans les énergies vertes, donc dans les emplois

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES DÉPLACEMENTS

POLITIQUE SUR LES DÉPLACEMENTS POLITIQUE SUR LES DÉPLACEMENTS 1. INTRODUCTION La présente politique sur les déplacements énonce les objectifs, principes et procédures appliquées par la Fondation Pierre Elliott Trudeau (la «Fondation»)

Plus en détail

Aide financière aux études STATISTIQUES RAPPORT

Aide financière aux études STATISTIQUES RAPPORT Aide financière aux études STATISTIQUES RAPPORT 2011-2012 Symboles % : pourcentage $ : dollars M$ : millions de dollars Le présent document a été produit par le ministère de l Enseignement supérieur, de

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Statistiques de finances publiques consolidées

Statistiques de finances publiques consolidées Statistiques de finances publiques consolidées Introduction Le concept de la consolidation est couramment utilisé dans le domaine de la comptabilité, tant dans le secteur privé que public. Définie simplement,

Plus en détail

Fiscalité et émission des reçus pour fins d impôt

Fiscalité et émission des reçus pour fins d impôt Fiscalité et émission des reçus pour fins d impôt AFÉSAQ Audioconférence 18 mars 2013 Mélissa Rioux Conseillère principale Service de fiscalité (514) 878-2691 poste 1839 rioux.melissa@rcgt.com Objectifs

Plus en détail

États financiers consolidés

États financiers consolidés Volume 1 États financiers consolidés Comptes publics pour l exercice terminé Impression Autorisée par l Assemblée législative Fredericton, (N.-B.) Volume 1 États financiers consolidés Comptes publics pour

Plus en détail

Aide-mémoire 2012 Ajustements de divers taux. Par : Bruno Lacasse, M.Sc., CGA, D. Fisc.

Aide-mémoire 2012 Ajustements de divers taux. Par : Bruno Lacasse, M.Sc., CGA, D. Fisc. Aide-mémoire 2012 Ajustements de divers taux Par : Bruno Lacasse, M.Sc., CGA, D. Fisc. L arrivée de 2012 nous apporte plusieurs ajustements de taux aux fins fiscales. Voici les principaux ajustements à

Plus en détail

PLEINS FEUX SUR DES CONSEILS JUDICIEUX. Evelyn Jacks, Présidente, Knowledge Bureau

PLEINS FEUX SUR DES CONSEILS JUDICIEUX. Evelyn Jacks, Présidente, Knowledge Bureau PLEINS FEUX SUR DES CONSEILS JUDICIEUX Evelyn Jacks, Présidente, Knowledge Bureau ORDRE DU JOUR Statistiques Difficultés Évaluation Rôles des intervenants Finances Mesures fiscales Exécution : planification

Plus en détail

PRÊTS SUR SALAIRE : UN MOYEN TRÈS CHER D EMPRUNTER. Prêts et hypothèques

PRÊTS SUR SALAIRE : UN MOYEN TRÈS CHER D EMPRUNTER. Prêts et hypothèques PRÊTS SUR SALAIRE : UN MOYEN TRÈS CHER D EMPRUNTER Prêts et hypothèques Table des matières Qu est-ce qu un prêt sur salaire? 1 Comment fonctionne un prêt sur salaire? 1 Combien coûtent les prêts sur salaire

Plus en détail

Quand arrive la retraite

Quand arrive la retraite Quand arrive la retraite Régime de rentes du Québec La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite Ce document n a pas force de loi. En cas de conflit

Plus en détail

Rapport sur le budget du Québec

Rapport sur le budget du Québec le 21 avril 2005 Rapport sur le budget du Québec Faits saillants Introduction Taux d imposition d une société est augmenté Instauration d un taux d imposition pour la petite entreprise Les taux de la taxe

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

Notes / Instructions aux répondants

Notes / Instructions aux répondants Division de la statistique du revenu Section des enquêtes sur les pensions et le patrimoine Recensement des caisses de retraite en fiducie 2012 Notes / Instructions aux répondants Retour du questionnaire

Plus en détail

Introduction. Le Canada est un pays qui donne son plein rendement.

Introduction. Le Canada est un pays qui donne son plein rendement. le 23 mars 2004 «tout au long de notre histoire, les Canadiens ont été animés par une idée bien simple : que nous avons la responsabilité de faire en sorte que nos enfants et nos petits-enfants aient une

Plus en détail

Date de diffusion publique : lundi 15 décembre 2008, 6h00 heure normale de l Est

Date de diffusion publique : lundi 15 décembre 2008, 6h00 heure normale de l Est Suite à la récente crise constitutionnelle, un nouveau sondage démontre que les Canadiens manquent de connaissances élémentaires sur le système parlementaire canadien La moitié des Canadiens (51%) croient

Plus en détail

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 États financiers du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (613) 212-KPMG (5764) Bureau 1800 Télécopieur (613) 212-2896 150, rue Elgin Internet www.kpmg.ca

Plus en détail

DÉCRET DE REMISE ET RÈGLEMENT DE REMISE EN MATIÈRE DE TPS ET DE TVQ

DÉCRET DE REMISE ET RÈGLEMENT DE REMISE EN MATIÈRE DE TPS ET DE TVQ CHRONIQUE TPS/TVQ 167 DÉCRET DE REMISE ET RÈGLEMENT DE REMISE EN MATIÈRE DE TPS ET DE TVQ LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, AVOCAT, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...

Plus en détail

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA 1. Définitions Pour les fins du présent régime, les termes énumérés ci-dessous ont le sens suivant : «actions ordinaires» désigne

Plus en détail

Information Le système financier canadien

Information Le système financier canadien Information Le système financier canadien Juin 2 Le secteur canadien des valeurs mobilières Aperçu Le secteur canadien des valeurs mobilières joue un rôle clé au sein du secteur canadien des services financiers,

Plus en détail

Bâtir un Nouveau-Brunswick plus fort pour tous et toutes Document de consultation prébudgétaire 2005-2006

Bâtir un Nouveau-Brunswick plus fort pour tous et toutes Document de consultation prébudgétaire 2005-2006 1 2 Bâtir un Nouveau-Brunswick plus fort pour tous et toutes Document de consultation prébudgétaire 2005-2006 Publié par : Ministère des Finances Gouvernement du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton

Plus en détail

Supplément d'information sur les activités d'assurance prêt hypothécaire

Supplément d'information sur les activités d'assurance prêt hypothécaire SOCIÉTÉ CANADIENNE D HYPOTHÈQUES ET DE LOGEMENT Supplément d'information sur les activités d'assurance prêt hypothécaire PREMIER TRIMESTRE 31 mars 2014 Afin de compléter ses états financiers consolidés

Plus en détail

Les congés de maladie dans la fonction publique fédérale

Les congés de maladie dans la fonction publique fédérale Les congés de maladie dans la fonction publique fédérale Lorsque les premières dispositions sur les congés de maladie dans la fonction publique ont été introduites dans les conventions collectives, l article

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 214 Vol. 11.2 7 juillet 214 L enquête menée cet été fait encore ressortir des signes encourageants en ce qui concerne les perspectives

Plus en détail

DEMANDE D AGRÉMENT DU RÉGIME DE RETRAITE

DEMANDE D AGRÉMENT DU RÉGIME DE RETRAITE Commission des pensions N o de téléphone : (204) 945-2740 N o de télécopieur : (204) 948-2375 Courrier électronique : pensions@gov.mb.ca Le paiement doit être fait à l ordre du MINISTRE DES FINANCES a

Plus en détail

Comptes publics du Canada

Comptes publics du Canada Gouvernement du Canada Government of Canada Établis par le Receveur général du Canada Comptes publics du Canada 2014 Volume I Revue et États financiers consolidés Canada Ministre des Travaux publics et

Plus en détail

Examen des programmes d aide financière aux étudiants du gouvernement du Canada. Année de prêt 1997-1998

Examen des programmes d aide financière aux étudiants du gouvernement du Canada. Année de prêt 1997-1998 Examen des programmes d aide financière aux étudiants du gouvernement du Canada Année de prêt 1997-1998 Pour de plus amples informations sur l aide financière aux étudiants Le site Web Ciblétudes interactif

Plus en détail

Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel

Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel Décembre 2008 TABLE DES MATIÈRES MESSAGE AUX INTERVENANTS... 3 PROGRAMME CANADIEN POUR L ÉPARGNE-ÉTUDES (PCEE)... 4 MÉTHODOLOGIE DU RAPPORT...

Plus en détail

Les agriculteurs seront forcés d absorber entièrement le coût de la taxe sur le carbone car le marché dicte le prix de leurs produits; ils ne peuvent

Les agriculteurs seront forcés d absorber entièrement le coût de la taxe sur le carbone car le marché dicte le prix de leurs produits; ils ne peuvent Tournant vert Le Parti libéral du Canada a publié récemment de l information plus détaillée sur son plan pour un Tournant vert. La Fédération canadienne de l agriculture (FCA) constate avec plaisir que

Plus en détail

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif Annexe 1 Stratégie de gestion de la dette 2014 2015 Objectif La Stratégie de gestion de la dette énonce les objectifs, la stratégie et les plans du gouvernement du Canada au chapitre de la gestion de ses

Plus en détail

Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel

Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel Décembre 2008 TABLE DES MATIÈRES MESSAGE AUX INTERVENANTS... 3 PROGRAMME CANADIEN POUR L ÉPARGNE-ÉTUDES (PCEE)... 4 MÉTHODOLOGIE DU RAPPORT...

Plus en détail

Solutions d assurance-vie pour les. propriétaires d entreprise

Solutions d assurance-vie pour les. propriétaires d entreprise Solutions d assurance-vie pour les propriétaires d entreprise Solutions d assurance-vie pour les propriétaires d entreprise Quel type d assurance-vie convient le mieux aux propriétaires d entreprise? Tout

Plus en détail

PÉRIODE DE PRESCRIPTION PROLONGÉE DE TROIS ANNÉES AU FÉDÉRAL

PÉRIODE DE PRESCRIPTION PROLONGÉE DE TROIS ANNÉES AU FÉDÉRAL RÈGLES FISCALES RELATIVES AUX AUTOMOBILES Pour 2014, les plafonds des déductions relatives aux frais d automobile et les taux servant au calcul de l avantage imposable pour les frais de fonctionnement

Plus en détail

Taxes indirectes. Concepts de base. Premières Nations du Québec

Taxes indirectes. Concepts de base. Premières Nations du Québec Taxes indirectes Concepts de base Premières Nations du Québec Conférence sur la fiscalité autochtone 4 septembre 2013 Mise en garde Ce document a été conçu uniquement à des fins de formation et ne doit,

Plus en détail

Étude de cas n o 2. L épargne-retraite de Maria produit un revenu à vie optimal et offre des possibilités de croissance. Des solutions qui cliquent

Étude de cas n o 2. L épargne-retraite de Maria produit un revenu à vie optimal et offre des possibilités de croissance. Des solutions qui cliquent Vers une meilleure Étude retraite de cas n o 2 Des solutions qui cliquent Étude de cas n o 2 L épargne-retraite de Maria produit un revenu à vie optimal et offre des possibilités de croissance À l intention

Plus en détail

Solutions de protection. Guide du conseiller Marge de crédit sur la valeur de rachat. (valeur résiduelle)

Solutions de protection. Guide du conseiller Marge de crédit sur la valeur de rachat. (valeur résiduelle) Solutions de protection Guide du conseiller Marge de crédit sur la valeur de rachat (valeur résiduelle) Table des matières Description du produit 4 Renseignements généraux 6 Identification et renseignements

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

CCRRA. Québec, le 4 juillet 2002

CCRRA. Québec, le 4 juillet 2002 CCRRA Canadian Council of Insurance Regulators Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance Copie à: Mr. Michael Grist Chair, CCIR Committee on Streamlining and Harmonization Québec,

Plus en détail