Distributions et coûts d agence : Le cas des sociétés d assurance de personnes à capital-actions opérant au Canada

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Distributions et coûts d agence : Le cas des sociétés d assurance de personnes à capital-actions opérant au Canada"

Transcription

1 Université Laval Faculté des Sciences d administration Département Finance et Assurance Essai de maîtrise (MBA-Finance) Distributions et coûts d agence : Le cas des sociétés d assurance de personnes à capital-actions opérant au Canada Par Badreddine Chabbou Directeur : Professeur Gilles Bernier. Lecteur : Professeur Jacques Saint-Pierre. Décembre 2004

2 Remerciements Je tiens à exprimer ma profonde gratitude et mes sincères remerciements à : Mon directeur de recherche le professeur Gilles Bernier pour ses précieux conseils et surtout pour sa patience. Le professeur Jacques Saint-Pierre qui a gentiment accepté d être le lecteur de mon essai. Tous les professeurs et responsables que j ai contactés au cours de ma maîtrise. 2

3 DEDICACE J ai l honneur d offrir cet essai À mes chers parents : Mr Moncef Chabbou et Mme Aicha Chabbou, Qui n ont cessé de m encourager Et de me fournir les meilleurs conditions de réussite, Et à ma sœur : Latifa Chabbou, Pour laquelle je souhaite plein de bonheur et de succès 3

4 Table de matières Introduction... 6 Chapitre I : La théorie de l agence : Aperçu Général... 8 I- Présentation générale... 8 II La relation d agence... 9 III- Les coûts d agence Les coûts d agence de l équité Les coûts d agence de la dette Conclusion IV- Les contributions de la théorie de l agence Chapitre 2 : La théorie de l agence appliquée à l industrie de l assurance I- Conflits d intérêts et structure de propriété I-1: Mayers et Smith (1981) I-2 : Pottier et Sommer (1997) II- L hypothèse de la discrétion managériale II-1- Les coûts associés à la discrétion managériale II-1-a: Jensen (1986) II-1- b- Demsetz et Lehn(1985) II-1- c : Mayers et Smith (1988) II-1- d- : Wells, Cox et Gaver (1995) II-2 : La relation entre la distribution de participations et les coûts associés à la discrétion managériale II-2-a : Formisano (1978) II-2-b: Wells, Cox et Gaver (1995) II-2-c : Garven et Pottier (1995) III - L efficience et la performance relative des deux formes organisationnelles III 1- : Mayers et Smith (1992) III 2- : Mayers et Smith (1986) III 3- : McNamara et Rhee (1992) III 4- : Boose (1993)

5 III 5- : Armitage et Kirk (1994) IV - La co-existence entre la forme des compagnies à capital-actions et celle des mutuelles IV- 1- : Lamm-Tennant et Starks ( 1993) IV- 2- : Kroll et al (1993) IV -3- : Gendron et Moffet (1994) IV- 4- : Swiss Re, Sigma N 4/ 1999: Quelles sont les raisons historiques du succès des mutuelles? IV- 5- : Remmers( 2002) V Discussion de l article de Scordis et Pritchett ( 1998) V- 1- : Conception de la base de données et de la recherche V- 2- : Les résultats Chapitre III: Données, Méthodologie et Résultats I - Données II Considérations méthodologiques Hypothèses à vérifier Modèle à utiliser Les mesures des variables III- Analyse des résultats La variable expliquée calculée à l année 1996 et les variables explicatives calculées à l année La variable expliquée calculée à l année 1997 et les variables explicatives calculées à l année La variable expliquée calculée à l année 1998 et les variables explicatives calculées à l année La variable expliquée calculée à l année 1999 et les variables explicatives calculées à l année Résumé des résultats obtenus pour les quatre échantillons : Tableau récapitulatif IV- Limites et suggestions pour une future recherche : Les limites de la recherche : Suggestions d amélioration : Conclusion ANNEXES BIBLIOGRAPHIE

6 Introduction Activité relevant des services, l industrie de l assurance assure une double fonction : d abord un rôle technique en protégeant le patrimoine économique à travers la couverture des personnes et des biens, et puis un rôle économique conséquent dans le développement du secteur privé et les marchés de capitaux, notamment par l investissement d une partie des primes collectées dans les circuits économiques. Dans ce secteur, on peut distinguer deux branches principales à savoir : la banche vie (assurance vie) et la branche non vie (assurance dommage ou IARD). Dans ce qui suit, on s intéressera surtout à l assurance vie. D abord, c est une branche à faible potentiel de croissance. Et puis, elle représente un exemple rare d un secteur dans lequel des compagnies concurrentes, offrant la même gamme de produits, diffèrent en ce qui concerne leur structure de propriété. Ainsi, l assurance vie est caractérisée par la co-existence de diverses formes organisationnelles. Elle est dominée surtout par la forme mutuelle et la forme capital-actions. Ce qui constitue un cadre idéal pour notre étude. Nous y regardons en particulier le cadre d analyse proposé par la théorie de l agence. En effet, il existe de multitudes problèmes d agence à l intérieur des entreprises et particulièrement dans les sociétés d assurance. La gestion de ces problèmes va engendrer des coûts appelés des coûts d agence. C est Jensen (1986) qui a mis l accent le premier sur les coûts d agence liés à la propension des managers à dissiper les flux monétaires libérés (FML) de la firme. Ce comportement discrétionnaire va obliger les propriétaires à envisager de surveiller et de contrôler l utilisation des flux monétaires par les managers. De là, la présence des coûts d agence liés à la discrétion managériale. Dans le contexte d un assureur, ces coûts de surveillance et de contrôle sont susceptibles de varier selon la forme organisationnelle. Ainsi, si les assurés trouvent que ces coûts sont supérieurs aux bénéfices engendrés par le contrat signé avec les managers, ils vont alors, tout simplement, l annuler et le remplacer en conséquence par des liquidités. Afin 6

7 d éviter ce scénario, les managers vont potentiellement réduire la quantité des FML sous leur contrôle, via une distribution volontaire de participations aux assurés de la firme. Jensen (1986) soutient que la distribution de participations opère un contrôle sur les agissements des managers, vue qu elle accroît la fréquence du financement externe. Ce comportement réduira en conséquence les coûts de la discrétion managériale. Notre essai traite donc du comportement des sociétés canadiennes d assurance de personnes en matière de distribution, à la fois les participations aux détenteurs de polices que les dividendes aux actionnaires. Nous allons vérifier si les assureurs distribuent leurs fonds en réponse aux coûts associés à la discrétion managériale. Ce sujet a déjà fait l objet d une investigation empirique en contexte américain (Scordis & Pritchett, 1998). À notre connaissance, le thème en question n a pas encore été étudié en contexte canadien. De là son intérêt pour le secteur canadien des assureurs de personnes. Pour ce faire, nous souhaitons répondre à la question de recherche fondamentale suivante : Est-ce que l ensemble de distributions aux assurés et aux actionnaires est un moyen de contrôle des coûts de la discrétion managériale des assureurs au Canada? Pour y répondre, nous débutons par une revue des écrits pertinents en insistant sur la théorie, les hypothèses et les résultats principaux obtenus par les différents auteurs. Au chapitre 1, nous discutons de la théorie de l agence de manière générale et plus particulièrement de ses applications dans le domaine de la finance. Puis, au chapitre 2, nous nous intéressons aux problèmes d agence appliqués cette fois-ci à l industrie de l assurance. Nous y discutons en détail de l étude américaine de Scordis & Pritchett (1998) qui est elle-même centrée sur notre principale question de recherche (voir ci-haut). Au chapitre 3, nous proposons de répondre à cette question dans le contexte canadien en testant un modèle empirique similaire à celui de Scordis & Prichett (1998). Une brève conclusion suivra. 7

8 Chapitre I : La théorie de l agence : Aperçu Général Dans ce chapitre, nous allons examiner d une manière générale la théorie de l agence. Pour en faire, nous allons tout d abord présenter la théorie ainsi que ses origines. Cette présentation sera suivie par une définition de la relation d agence proprement dite et des différentes littératures existantes. Par la suite, nous regardons avec plus de détails les coûts d agence, évidemment ceux liés à l équité et puis ceux liés à la dette. Dans une dernière étape, nous évoquerons ses principales contributions à la théorie de l organisation. Cette investigation va nous aider par la suite à mieux comprendre les coûts d agence appliqués à l assurance, surtout la relation qui existait entre la distribution de participations et les coûts associés à la discrétion managériale, sujet qui sera traité au chapitre 2. I- Présentation générale : Une des hypothèses de Modigliani et Miller (1958), est que le dirigeant agit toujours dans le meilleur intérêt des actionnaires. Mais, en réalité, on constate que chaque agent agit d abord de la manière qui maximise ses objectifs personnels, et qui ne sont pas nécessairement les mêmes que ceux des autres. L exemple type est le cas de plusieurs dirigeants d entreprises qui voyagent en première classe, pour des voyages d affaires, lorsque l entreprise qui paie et qui supporte les coûts est en classe économique pour des voyages personnels. Il est possible que ce comportement soit différent si le dirigeant est considéré l unique propriétaire. Ces conflits font en sorte que ces décisions ne sont pas optimales pour la firme. Selon Eisenhardt (1989), il y aura alors un problème d agence lorsque le principal et l agent préfèrent des actions différentes à cause de leur divergence vis à vis des préférences au risque. Ainsi, une source de conflit peut s infiltrer au sein de la relation entre les dirigeants et les actionnaires. Les dirigeants sont nommés pour agir au nom des actionnaires et dans leur intérêt. Ils sont les agents des actionnaires, d où le nom de la théorie de l agence. 8

9 Cette théorie d agence se fonde sur l hypothèse que l individu est rationnel. Ainsi, les relations entre les différents intervenants dans l entreprise doivent tenir compte de cette hypothèse car les conflits vont se développer. D un autre coté, les actionnaires et les créanciers ont souvent des intérêts qui divergent, c est pourquoi les relations, réagissant les droits de chaque partie, doivent être clairement établies dans des contrats qui peuvent devenir très compliqués pour les gestionnaires. Alchian et Demsetz (1972) ont été les premiers à avoir incorporer dans le modèle de la firme, ce comportement discrétionnaire des agents. Ainsi, dans leur article de décembre 1972, ils ont annoncé les conditions qui généraient une firme capitaliste classique. En effet, pour de telles firmes, la production d'équipe est surveillée par un réclamant résiduel aux revenus de l'entreprise. Un arrangement particulier serait alors considéré, c est l utilisation des actionnaires de la firme comme des surveillants. Cette surveillance faite par les actionnaires a été, et sera pour toujours, une partie intégrale de la firme proposée par les deux auteurs. La théorie de l agence est appliquée à différents phénomènes de l organisation tel que la compensation, les stratégies d acquisition et de diversification, les structures de propriété et de financement, l intégration vertical et l innovation En fin, on peut dire que la firme, confrontée aujourd hui à une forte concurrence de la part des autres firmes, aura une grande obligation d améliorer les mécanismes de surveillance de la performance de toutes les parties en général, et de chaque membre à part(surtout les managers). II La relation d agence : L étude des relations d agence débute avec les travaux d A.Smith sur l inefficacité des sociétés à capital-actions dont la direction est faite par un agent non propriétaire, et qui ne trouve pas de motivations qui l obligent d agir au mieux des intérêts de la firme. De leur part, Jensen et Meckling (1976), nous définissent ce qu ils appellent une relation d agence : «Nous définissons une relation d agence comme un contrat par lequel une ou plusieurs personnes (le principal) engage une autre personne (L agent) pour exécuter en son nom une tâche quelconque qui implique une délégation d un certain pouvoir de décision à l agent.». Cette relation va nous être utile par la suite, lorsqu on va étudier la relation entre 9

10 les actionnaires et le dirigeant ou bien la relation entre les actionnaires et les créanciers de la firme. La relation d agence, selon cette définition, est implicitement une relation d autorité. Ainsi, J.S.Colemen (1990) la définie comme étant : «une relation d autorité, d un acteur sur un autre, qui existe si le premier dispose de droits de contrôle sur certaines actions du second». Et puis, selon Charreaux (1998) : «L agent accepte la relation d autorité parce qu il pense que c est son intérêt, y compris en tenant compte d un éventuel pouvoir du principal». Cette relation d agence va mettre en jeu des droits de propriétés. Ainsi, le principal partage son droit de propriété au niveau des actifs, dont il cède la tâche à l agent, et le dirigeant, en contre partie, met son capital humain et son savoir faire au service du principal. Si la relation d agence finit par ne pas s établir, il en résulte un coût d agence pour les parties, appelé, perte résiduelle. C est la perte d opportunité que représente le fait de ne pas avoir été en mesure de mettre en place une relation de coopération. Mais, une fois cette relation d agence est mise en place, on aura un autre genre de risque, à savoir le risque moral. Ce risque est en fait le résultat d une incertitude sur le comportement futur de l agent. 10

11 Eisenhardt (1989) nous résume la théorie de l agence dans la table ci-dessous : Aperçu général de la théorie de l agence Idée principale Unité de l analyse Hypothèses concernant les individus Les relations principal-agent doivent refléter une organisation efficiente de l information et des coûts de prise en charge du risque Contrat entre principal et agent Aversion au risque Intérêt personnel Rationalité limitée Hypothèses concernant les organisations Hypothèses concernant Conflit partiel d objectifs entre les participants L efficience comme critère d efficacité Asymétrie d information entre le principal et l agent L information est un produit qu on peut acheter l information Les problèmes reliés au contrat Domaine de problème L agence (risque moral et anti-sélection) Partage de risque Les relations dans lesquelles le principal et l agent ont des objectifs et des préférences quant au risque qui diffèrent. Source : Eisenhardt (1989). En revanche, Il existe deux littératures d agence séparées, qui s adressent au même problème, mais ils diffèrent sur plusieurs aspects. Ces deux littératures sont «la théorie d agence positive» et celle qui s intitule «la théorie normative». Les deux littératures s adressent aux problèmes contractuels entre les parties et utilisent la même définition de la minimisation des coûts d agence. Dans ce qui suit, on présentera les deux littératures. La théorie positive de l agence (TPA): Elle se consacre essentiellement à l analyse des mécanismes réellement mis en place par les agents économiques lorsqu ils sont confrontés à des relations d agence. Selon Eisenhardt (1989), dans le cas de TPA, le principal et l agent ont des objectifs différents, ainsi cette théorie décrit les mécanismes de gouvernance qui limitent le 11

12 comportement abusif de l agent. On s intéresse dans ce contexte plutôt à la relation particulière entre le propriétaire et l agent. On se concentre le plus à décrire le mécanisme de gouvernance qui permet de résoudre le problème de l agence. Selon Jensen (1983), La littérature positive est concentrée à modéliser les effets des aspects additionnels de l environnement contractuel et la technologie de surveillance des organisations qui survivent. La théorie normative de l agence : Elle est une branche de la théorie économique en information imparfaite. Elle analyse la nature des contrats optimaux entre individus disposant de beaucoup d informations et de préférences différentes. Selon Eisenhardt (1989), On est concerné ici par une théorie plus générale de la relation principal- agent. Ils notent qu'il y a deux aspects de problèmes de l agence : le risque moral et la sélection adverse, qui se réfèrent à la mal représentation de l habilitée par l agent. Selon Jensen (1983), La littérature du principal-agent se concentre sur la modélisation de l effet de trois facteurs sur les contrats entre les parties (principal et agent) à savoir (1) la structure des préférences des parties aux contrats (2) la nature de l incertitude et (3) la structure de l information dans l environnement. L attention est alors portée sur la forme du contrat optimal entre le principal et l agent. Des chercheurs dans différentes disciplines ont fait des études empiriques sur la théorie de l agence. On présentera dans le tableau suivant les principaux résultats : 12

13 Résumé des principales études sur la théorie de l agence : Auteur(s) Littérature de l'agence Les variables d agence Les variables dépendantes Résultats Amihud et Lev Théorie Positive Les dirigeants contre les Fusions Appui (1981) propriétaires contrôlés conglomérées et diversification Walking et Long Théorie Positive Équité et options des La résistance Appui (1984) managers managériale à l offre de changement Anderson (1985) Théorie Importance des activités de la Force de vente Mélangé Normative non vente, la durée du cycle représentative de vente et la difficulté contre force de d évaluer la performance des vente corporative ventes Eisenhardt (1985) Théorie Systèmes d information, coût Salaire contre Appui Normative de mesure des résultats et commission l incertitude des résultats Eccles (1985) Théorie Décentralisation Prix du type de Modèle inductif Normative transfert Wolfson (1985) Théorie positive Expérience professionnelle de l associé gérant Prix de l action Appui Argawal et Théorie positive Propriété des actions par les Acquisitions, Appui Mandelker (1987) dirigeants désinvestissement et ratio dettes / équité 13

14 Auteur(s) Littérature de l'agence Les variables d agence Les variables dépendantes Résultats Kosnik (1987) Théorie Positive Proportion des dirigeants Paiement de Mélangé externes, Équité tenue par les greenmail dirigeants, et dirigeants (Oui/Non) externes avec expérience Eisenhardt (1988) Théorie Programmation du travail, Salaire contre Appui Normative envergure du contrôle et Commission incertitude de résultats Conlon et Parks Théorie Surveillance Performance- Appui (1988) Normative Compensation contingente Barney (1988) Théorie Positive Propriété des actions par les employés Coût de l équité Appui Singh et Harianto Théorie Positive Propriété des managers et la Les contrats d or Appui (1989) menace de changement de parachute Source : Eisenhardt (1989) III- Les coûts d agence : La décentralisation de la prise des décisions, va créer des relations d agence, sources de conflits d intérêts et de coûts d agence. La forme organisationnelle doit être conçue de façon à réduire ces coûts, par la mise en place de systèmes de contrôle destinés à aligner les intérêts des agents sur ceux du principal. Selon Jensen et Meckling (1976), ce qui est important ce n est pas la relation d agence en elle même, mais ce sont les coûts d agence. Ainsi, ils écrivent : «Remarquons également que les coûts d agence apparaissent dans toutes les circonstances qui impliquent un effort de coopération par deux ou davantage de personnes même s il n y a pas de relation principal - agent clairement définie». 14

15 Dans ce sens, Il existe de multiples problèmes d agence à l intérieur d une entreprise, par exemple entre les dirigeants et les employés, entre les dirigeants et les fournisseurs de capitaux ou encore entre les ouvriers et leurs chefs. Ces problèmes sont plus intenses lorsque, non seulement le principal est incapable de surveiller l'agent, mais également lorsque l'agent possède des informations sur son environnement. On s intéresse dans ce qui suit à deux catégories de problèmes d agence : les conflits décalant de la relation entre les actionnaires et les dirigeants et ceux décalant de la relation entre les actionnaires et les créanciers. 1- Les coûts d agence de l équité : Dans la mesure où les dirigeants ne sont pas simultanément des actionnaires, ils cherchent alors à maximiser leur rémunération salariale. Les actionnaires, de leur coté, cherchent à maximiser le rendement de leurs titres compte tenu du risque supporté. Étant donnée que la rémunération des dirigeants est prélevée des avoirs des actionnaires, celle-ci diminue la valeur de l entreprise. Il existe donc un conflit d intérêt entre les deux parties. De même, puisque le dirigeant a comme préoccupation principale le maintien de son emploi, il existe alors un second type de conflits d intérêts, par le moyen de la non maximisation de la valeur de l entreprise. En effet, les dirigeants peuvent opter pour des projets peu risqués, mais assurant un niveau de rendement satisfaisant aux actionnaires, plutôt que de choisir des projets risqués assurant des flux monétaires élevés. Ainsi, avec les projets risqués, si le pire de la nature se réalise, ce ci peut entraîner la mise à pieds des dirigeants. Ainsi, à mesure que les dirigeants réduisent le risque de leurs projets, ils augmentent alors la probabilité de conserver leur poste. a) Les principaux coûts entraînés par les conflits d intérêts entre actionnaires et dirigeants : Jensen et Meckling (1976) ont été les premiers à décrire les coûts entraînés par les conflits d intérêts entre les actionnaires et les dirigeants. Ils ont analysé la situation où on trouve des actionnaires dirigeants et des actionnaires externes. Ils ont relevé trois types de coûts résultant des conflits d intérêts entre ces deux groupes à savoir : 15

16 Les coûts de surveillance : Ce sont les coûts entrepris par l actionnaire afin de veiller à ce que les dirigeants n agissent pas à l encontre de ses intérêts. Par exemple, la vérification des comptes par des comptables externes. Selon Jensen et Meckling (1976), lorsque les actionnaires externes auront la possibilité de faire des dépenses de surveillance, le dirigeant pourra alors établir un contrat avec les actionnaires pour leur donner le droit de limiter sa consommation des bénéfices supplémentaires liés à son travail (BST). Le dirigeant va trouver ce contrat intéressant dans la mesure où il permet une augmentation de la valeur de l entreprise. En conséquence, cette augmentation aura un effet positif sur la richesse du dirigeant actionnaire. Les coûts de dédouanement : Elles font référence aux dépenses faites par le dirigeant afin de démontrer aux actionnaires qu il n agit pas à l encontre de leurs intérêts. Par exemple, une entreprise engagée par le dirigeant pour des activités d autodiscipline et de restriction budgétaire ou de la mise en place d un système formel de vérification des dépenses. Le dirigeant trouve ce ci intéressant puisque ces coûts vont l empêcher de consommer le bénéfice supplémentaire lié à son travail (BST), ce qui permettra par la suite d augmenter ses richesses. Les coûts résiduels : représentent les coûts engendrés par le fait que malgré la présence des activités de surveillance et de dédouanement, les actions entreprises par les parties ne maximisent pas la valeur de la firme. b) Les coûts d agence des flux monétaires libérés : Jensen (1986) a développé une théorie de flux monétaires libérés (FML) propre aux entreprises à faibles opportunités de croissance. Le flux monétaire libérée est formé par les liquidités disponibles après avoir financer tous les projets rentables. Ces ressources excédentaires doivent revenir de plein droit aux actionnaires. Ainsi, la gestion de ces liquidités représente une autre source de conflits entre les deux parties. En effet, ces flux peuvent financer des projets non rentables, des dépenses inutiles ou personnelles et contribuent alors à améliorer l utilité du dirigeant. 16

17 De ce fait, l entreprise supporte, en plus des coûts d agence classiques, des coûts supplémentaires associés à ces liquidités et désignés par Jensen en 1986 : les coûts d agence des flux monétaires libérés. Jensen a démontré que le recours à l endettement est nécessaire si l entreprise génère des flux monétaires élevés. Ce ci va lui permettre de maîtriser le conflit entre les actionnaires et les dirigeants. c) Consommation du BST par le dirigeant : Dans les petites entreprises, le dirigeant est l unique propriétaire de l entreprise. Jensen et Meckling (1976) montrent dans leur analyse que cet individu consommera une certaine quantité du bénéfice supplémentaire lié à son travail (BST). Ce (BST) consommé par le propriétaire peut être de nature pécuniaire ou non pécuniaire et aura comme conséquence la diminution de la valeur de l entreprise. Lorsque des nouveaux actionnaires se joignent à l entreprise, la consommation du BST de l actionnaire dirigeant augmente car le prix relatif du BST diminue ou a diminuer pour lui. Avant la présence des nouveaux actionnaires, il supporterait totalement toute diminution de la valeur de l entreprise entraînée par la consommation du BST. Lorsque la valeur de l entreprise est divisée entre plusieurs actionnaires, il ne supporte qu une partie de ces pertes selon son pourcentage de propriété. Ce phénomène est extrêmement important, en ce qui concerne le prix auquel un nouveau actionnaire devra acheter une partie de l entreprise. Si les actionnaires évaluent l entreprise avant leur arrivée, selon le niveau de consommation initial, ils payeront un montant trop élevé pour la portion de l entreprise qui leur revient, puisque le dirigeant va augmenter sa consommation de BST après leur arrivée. Ainsi, si les nouveaux actionnaires sont bien avisés, ils utiliseront comme point de référence la valeur de l entreprise après leur arrivée et non pas avant. d) Les facteurs influençant le volume des coûts d agence : Selon Jensen et Meckling (1976), le volume des coûts d agence varie d une firme à une autre. En effet, il va dépendre des facteurs suivants : Le comportement des dirigeants. 17

18 Les intérêts recherchés par les dirigeants. Les coûts des activités de surveillance et de dédouanement. le coût de la mesure et de l évaluation de la performance du dirigeant. Les coûts de remplacement du dirigeant. Le mécanisme du marché de la firme. Jensen et Meckling (1976) ont montré aussi que l existence d un monopole ne va pas augmenter les coûts d agence. En plus, l existence d une compétition sur le marché des produits ou des facteurs n éliminera non plus ces coûts, à cause de l existence des problèmes de contrôle du comportement des dirigeants. e) Les mécanismes de contrôle des coûts d agence : En général, lorsque le contrat entre le principal et l agent est basé sur le résultat final, l agent sera alors aligné avec les intérêts du principal. Et puis, lorsque le principal possède l information lui permettant de vérifier le comportement de l agent, ce dernier sera encore plus aligné avec les intérêts du principal. Fama et Jensen (1983), décrient deux sources pour contrôler les problèmes d agence : les marchés spécialisés et les mécanismes organisationnels. Dans ce qui suit, on expliquera avec plus de détails, les mécanismes de contrôle les plus importants : Contrôle via le marché de travail : Fama (1980) souligne que le marché de travail discipline à lui seul les dirigeants à ne pas agir à l encontre des intérêts des actionnaires. Ainsi, ce marché va inciter les firmes à évaluer les managers à travers leur performance. Dans la mesure où la performance des dirigeants est évaluée sur le marché par le biais de la valeur de l entreprise, une baisse de cette valeur par rapport à ce qui a été attendu, causée surtout par la consommation de BST, sera interprétée comme un signal de mauvaise performance des dirigeants. Ce ci va affecter négativement leur valeur de travail. 18

19 Fama (1980) a suggéré une méthode pouvant diminuer substantiellement les conflits d intérêts entre les actionnaires et les dirigeants. Il s agit d une évaluation en fin de période de la performance des dirigeants, qui est suivie d un ajustement de leur salaire pour cette période. Ainsi, les revenus des dirigeants seront directement reliés à la valeur de l entreprise. Contrôle via les contrats à long terme: Une autre solution au problème de conflits d intérêts entre dirigeants et actionnaires, pourrait être l existence des contrats à long terme sinon à vie qui lient le dirigeant à l entreprise. Il a pour effet d éliminer en grande partie la recherche de profit à court terme au dépend du long terme. Contrôle via le marché de contrôle des entreprises : Ce marché permet de discipliner surtout les dirigeants les plus hauts placés. Ainsi, si ces derniers ne se comportent pas de manière qui maximise la valeur de l entreprise, il est fort probable que les dirigeants d une autre entreprise concurrente prennent conscience de ce phénomène, achètent l entreprise à sa valeur au marché, qui est inférieure à sa valeur intrinsèque et puis ils licencient les dirigeants actuels pour les remplacer par d autres dirigeants plus performants. Une telle possibilité tend à réaligner les intérêts des dirigeants avec ceux des actionnaires. 2- Les coûts d agence de la dette : Jensen et Meckling (1976) ont montré que créanciers et actionnaires sont engagés dans une relation d agence spécifique qui traduit pour les créanciers le risque de ne pas être remboursé à l échéance. Cette relation d agence suscite un problème d agence associé à l ensemble des caractéristiques propres à tout contrat de ce type, dans la mesure où ces actionnaires cherchent naturellement la maximisation de leur richesse. En plus, il est courant de constater que les actionnaires profitent de leur liberté de gestion des fonds, confiée par les créanciers, pour s approprier au détriment de ces derniers d une richesse détournée pour leur intérêt particulier. Ce comportement est encore pire lorsque l asymétrie informationnelle entre les actionnaires et les créanciers est importante. Les créanciers n ont aucun droit de regard sur la gestion de l entreprise. Ainsi, l observabilité des efforts fournis par les actionnaires n est pas parfaite, d autant plus 19

20 qu aucun contrat ne permet de prévoir et de spécifier l intégralité des obligations à la charge des actionnaires. La présence des créanciers peut entraîner des modifications dans la politique d investissement de l entreprise. Ces modifications sont de deux types : La substitution d actifs ou de projets. Le sous investissement : politique sous optimale de l investissement. Dans ce qui suit, on traitera avec plus de détails ces deux modifications : a) La substitution d actifs ou de projets : Les dirigeant, agissent d une manière opportuniste dans l intérêt des actionnaires, et ils disposent aussi d une grande autonomie de gestion. Ils peuvent alors, une fois le financement obtenu, changer la politique d investissement et opter pour des projets plus risqués susceptibles d accroître de façon significative la richesse des actionnaires. Si les actionnaires substituent des projets à risques élevés et espérance de gains élevés à des projets initiaux à risques faibles et espérance de gains faibles, ils vont alors transférer vers eux une partie de la valeur de l entreprise qui appartenait aux créanciers. Dans une telle situation, la qualité des titres de créance sera révisée à la baisse, car le risque du nouveau projet d investissement est plus élevé et non compensé en terme de rendement. Dans ce sens, si les actionnaires augmentent la variance des flux monétaires, tout en conservant la même moyenne, ils augmentent alors la valeur de leurs actions et diminuent la valeur des dettes. En plus, si les actionnaires considèrent que l adoption de ces projets augmente la valeur de leurs titres, ils les adopteront et ce indépendamment du fait que les obligataires voient la valeur de leurs titres diminuait, car ce sont eux qui prennent la décision. Lorsque la valeur de l entreprise baisse suite à ces actions, la perte de valeur constitue alors le premier type de coûts d agence. Afin de se protéger contre de tels agissements, les créanciers intègrent des mécanismes de contrôle dans le contrat de prêt, ce qui va engendrer plusieurs coûts. En effet, les actionnaires seront possiblement prêts à entreprendre des activités d autodiscipline pour 20

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont :

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont : Introduction La Commission européenne impose désormais aux entreprises de l Union européenne (UE) qui recourent à l épargne publique de présenter leurs comptes selon les normes de l IASB (International

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

LA THEORIE CLASSIQUE DE L INVESTISSEMENT ET DU FINANCEMENT

LA THEORIE CLASSIQUE DE L INVESTISSEMENT ET DU FINANCEMENT LA THEORIE CLASSIQUE DE L INVESTISSEMENT ET DU FINANCEMENT Cette leçon et la suivante ont trait aux relations de l entreprise avec ses apporteurs de capitaux. L économie financière classique a pour fondement

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

Plan. Chapitre 16 La structure de financement

Plan. Chapitre 16 La structure de financement Chapitre 16 La structure de financement Plan Les financements internes et externes Le financement par capitaux propres Le financement par dette Marché parfait et neutralité de structure de financement

Plus en détail

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE Les relations au sein de l entreprise tendent à se complexifier depuis quelques années. L ouverture internationale multiplie en effet le

Plus en détail

PROTECTION INVISIBLE.

PROTECTION INVISIBLE. PROTECTION INVISIBLE. Partenaire de votre réussite aujourd hui et demain! BGA GROUPE FINANCIER 1 À PROPOS Depuis maintenant 25 ans, BGA Groupe Financier offre des produits adaptés aux besoins de sa clientèle.

Plus en détail

FONDS DE REVENU SUPREMEX : RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE DE 2009

FONDS DE REVENU SUPREMEX : RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE DE 2009 COMMUNIQUÉ Source : Contact : Fonds de revenu Supremex Stéphane Lavigne, CA Vice-président et chef de la direction financière (514) 595-0555 FONDS DE REVENU SUPREMEX : RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE

Plus en détail

L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE

L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE Robert L. Brown Professeur d actuariat Darren Charters Professeur adjoint de droit commercial Sally Gunz Professeure de droit commercial

Plus en détail

1. Utilisation d un nom ou d une enseigne communs et une présentation uniforme des locaux et/ou moyens de transport visés au contrat.

1. Utilisation d un nom ou d une enseigne communs et une présentation uniforme des locaux et/ou moyens de transport visés au contrat. 1 Les contrats de franchise Jean Magnan de Bornier Les contrats de franchise ont fait l objet de nombreux travaux théoriques et aussi économétriques, permettant de confronter les différentes théories du

Plus en détail

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions 0. La science économique n aborde pas directement Comment spéculer en bourse Comment démarrer sa propre entreprise Comment trouver un job bien payé Comment investir ou dépenser intelligemment La science

Plus en détail

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE CHAPITRE 1 GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE RÉPONSES OBJECTIFS D APPRENTISSAGE Au terme de ce chapitre, l étudiant doit être en mesure de faire ce qui suit : 1. Comprendre la gouvernance d entreprise

Plus en détail

En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek

En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek Octobre 2014 En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek Les revenus de placement gagnés au sein de votre société sont imposés en fonction du type de revenu

Plus en détail

Thèse de doctorat de sciences de gestion axe finance, présentée par Mohamed Ali KHALDI

Thèse de doctorat de sciences de gestion axe finance, présentée par Mohamed Ali KHALDI Thèse de doctorat de sciences de gestion axe finance, présentée par Mohamed Ali KHALDI Sujet : Impact des mécanismes de gouvernance sur la création et la répartition de la valeur partenariale Thèse soutenue

Plus en détail

Gestion des risques liés aux régimes de retraite : la croisée des chemins

Gestion des risques liés aux régimes de retraite : la croisée des chemins Gestion des risques liés aux régimes de retraite : la croisée des chemins La gestion des risques liés aux régimes de retraite est à l ordre du jour de plusieurs entreprises. Pour la plupart d entre elles,

Plus en détail

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II Ces transparents sont fondés sur les conclusions préliminaires de l IASB telles qu elles ont été rendues publiques sur le site de l IASB. Le Board peut à tout

Plus en détail

Facilité de crédit aux fins d investissement (FCI)

Facilité de crédit aux fins d investissement (FCI) Le plus important fournisseur de solutions d assurance-vie au Canada en matière de planification successorale et fiscale Facilité de crédit aux fins d investissement (FCI) Tirer parti d une FCI pour générer

Plus en détail

I- La théorie positive et normative d agence

I- La théorie positive et normative d agence Introduction Axe I : Fondements de la théorie d agence I- Définition : Théorie de l'agence II- L importance de l agence Axe II : Problématique de la théorie d'agence Axe III : I- La relation d agence II-

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Synthèse SYNTHESE L incertitude est une donnée intrinsèque à la vie de toute organisation. Aussi l un des principaux défis pour la direction

Plus en détail

GUIDE D ÉLABORATION D UNE POLITIQUE POUR LES PRÊTS COMMERCIAUX Critères fondamentaux

GUIDE D ÉLABORATION D UNE POLITIQUE POUR LES PRÊTS COMMERCIAUX Critères fondamentaux DOCUMENT DE CONSULTATION Instruments additionnels: GUIDE D ÉLABORATION D UNE POLITIQUE POUR LES PRÊTS COMMERCIAUX Critères fondamentaux Avril 2013 Ce document est également disponible en anglais. GUIDE

Plus en détail

NOTES EXPLICATIVES PROPOSITIONS LÉGISLATIVES CONCERNANT LES OPÉRATIONS DE TRANSFERT DE SOCIÉTÉS ÉTRANGÈRES AFFILIÉES. Loi de l impôt sur le revenu

NOTES EXPLICATIVES PROPOSITIONS LÉGISLATIVES CONCERNANT LES OPÉRATIONS DE TRANSFERT DE SOCIÉTÉS ÉTRANGÈRES AFFILIÉES. Loi de l impôt sur le revenu Article 1 NOTES EXPLICATIVES PROPOSITIONS LÉGISLATIVES CONCERNANT LES OPÉRATIONS DE TRANSFERT DE SOCIÉTÉS ÉTRANGÈRES AFFILIÉES Capitalisation restreinte 18(5) Loi de l impôt sur le revenu Le paragraphe

Plus en détail

Quatre essais en finance d entreprise Choix financiers, efficience et valeur

Quatre essais en finance d entreprise Choix financiers, efficience et valeur Centre d économie de la Sorbonne Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et CNRS Nicolas Couderc E-mail : couderc@univ-paris1.fr Quatre essais en finance d entreprise Choix financiers, efficience et valeur

Plus en détail

Billets de cession interne pour les sociétés d assurance-vie. Saines pratiques commerciales et financières

Billets de cession interne pour les sociétés d assurance-vie. Saines pratiques commerciales et financières Ligne directrice Objet : Catégorie : pour les sociétés d assurance-vie Saines pratiques commerciales et financières N o : E-12 Date : juin 2000 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

Chronique Assurances et gestion des risques. par Gilles Bernier 1

Chronique Assurances et gestion des risques. par Gilles Bernier 1 Chronique Assurances et gestion des risques par Gilles Bernier 1 Dans le but d écrire cette chronique trimestrielle, j ai pris connaissance de la plus récente analyse de la performance financière de l

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Études Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 7

Plus en détail

Don. d assurance vie. Une stratégie de constitution d un legs. Verser des dons de bienfaisance à partir de l assurance vie

Don. d assurance vie. Une stratégie de constitution d un legs. Verser des dons de bienfaisance à partir de l assurance vie Don d assurance vie Une stratégie de constitution d un legs Verser des dons de bienfaisance à partir de l assurance vie Plusieurs personnes disposent d une partie de revenu qu elles investissent et souhaitent

Plus en détail

Assurance collective de personnes Conditions de renouvellement pour l année 2013

Assurance collective de personnes Conditions de renouvellement pour l année 2013 Assurance collective de personnes Conditions de renouvellement pour l année 2013 Le présent document est un résumé du document A1213-CG-003 et tient compte des décisions du Conseil général d octobre 2012

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS. 1. La valeur (15 heures) 2. Le diagnostic financier des comptes sociaux (40 heures)

UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS. 1. La valeur (15 heures) 2. Le diagnostic financier des comptes sociaux (40 heures) UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS 1. La valeur (15 heures) Il s agit de prendre conscience, à partir du concept de valeur, de mécanismes fondamentaux en finance en excluant tout

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société)

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Objectifs FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) L intendance générale de la Société relève de la responsabilité du conseil d administration (les «administrateurs»).

Plus en détail

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Janvier 2008 Livret des rapports Communiquez efficacement vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Rapport Illustration hypothétique 4 Sommaire

Plus en détail

Table des matières détaillée

Table des matières détaillée Table des matières détaillée Préface XIX Avant-propos XXI PARTIE I LA FINANCE ET LE SYSTÈME FINANCIER 1 Chapitre 1 Qu est-ce que la finance? 1 Résumé 1 1.1 Définition de la finance 3 1.2 Pourquoi étudier

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information

Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information Objectifs du chapitre - Déterminer le partage de risque Pareto-optimal entre un assuré et un assureur. - Considérer l impact des coûts de

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise

Le management des risques de l entreprise présentent Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Techniques d application COSO II Report Préface de PHILIPPE CHRISTELLE Président de l Institut de l Audit Interne et de SERGE VILLEPELET

Plus en détail

Évaluez et maximisez le prix de vente de votre entreprise. Pour un transfert à sa pleine valeur

Évaluez et maximisez le prix de vente de votre entreprise. Pour un transfert à sa pleine valeur Évaluez et maximisez le prix de vente de votre entreprise Pour un transfert à sa pleine valeur 1 Énoncé d ouverture La vente d une entreprise est un processus complexe et potentiellement rempli d embuches.

Plus en détail

RECUEIL OFFICIEL RÈGLEMENTS, DIRECTIVES, POLITIQUES ET PROCÉDURES

RECUEIL OFFICIEL RÈGLEMENTS, DIRECTIVES, POLITIQUES ET PROCÉDURES ADMINISTRATION Numéro : 10.45 Page 1 de 6 PRÉAMBULE L application systématique d un cadre de gestion intégrée des risques s inscrit dans un processus d amélioration continue de la gouvernance et de la

Plus en détail

Accumulation et transfert de patrimoine au moyen d un contrat d assurance vie

Accumulation et transfert de patrimoine au moyen d un contrat d assurance vie Accumulation et transfert de patrimoine au moyen d un contrat d assurance vie Le point de vue du particulier L assurance vie est bien connue pour sa capacité de procurer des liquidités qui permettent de

Plus en détail

Dans un monde trépidant d aujourd hui, les propriétaires d entreprise passent

Dans un monde trépidant d aujourd hui, les propriétaires d entreprise passent NUMÉRO 2013-09 WWW.BDO.CA LE FACTEUR FISCAL GUIDER LE PROPRIÉTAIRE OU GESTIONNAIRE D ENTREPRISE À PRENDRE UNE DÉCISION CONCERNANT L ACQUISITION D UN VÉHICULE Dans un monde trépidant d aujourd hui, les

Plus en détail

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU 1 CHAPITRE 3: L ASYMÉTRIE D INFORMATION NOTIONS IMPORTANTES: Asymétrie d information Antisélection (ou sélection

Plus en détail

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles J'ai le plaisir de vous faire parvenir votre énoncé de la politique de placement pour la Série Portefeuilles de revenu. Celui-ci vous servira

Plus en détail

Le CDSX : le nouveau système de compensation et de règlement des opérations sur titres

Le CDSX : le nouveau système de compensation et de règlement des opérations sur titres Revue du système financier Le CDSX : le nouveau système de compensation et de règlement des opérations sur titres Darcey McVanel I l y a une opération sur titres type chaque fois que deux parties concluent

Plus en détail

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information Université des Sciences Sociales de Toulouse Année Universitaire 2008 2009 Micro-économie - Semestre 5 - Cours de Isabelle Dubec et Yolande Hiriart TD3 L asymétrie d information Exercice 1. Les affirmations

Plus en détail

Communiqué de presse pour publication immédiate

Communiqué de presse pour publication immédiate Communiqué de presse pour publication immédiate Cominar Expansion et performance records en 2007 Augmentation de 43,7 % des produits d exploitation et 42,5 % du bénéfice d exploitation net Un bénéfice

Plus en détail

Profils des Fonds mutuels TD

Profils des Fonds mutuels TD Profils des Fonds mutuels TD Fonds à revenu fixe Fonds d obligations ultra court terme TD Fonds d obligations à court terme TD Fonds hypothécaire TD Fonds d obligations canadiennes TD Portefeuille à revenu

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Gestion financière internationale GSF-2104. Partie 6 Les outils des marchés internationaux et la gestion du risque de change

Gestion financière internationale GSF-2104. Partie 6 Les outils des marchés internationaux et la gestion du risque de change Gestion financière internationale GSF-2104 Partie 6 Les outils des marchés internationaux et la gestion du risque de change Introduction Partie 1 : les produits financiers des marchés des changes (chapitre

Plus en détail

Négociation des ententes de financement, de Prêt et de Crédit

Négociation des ententes de financement, de Prêt et de Crédit Négociation des ententes de financement, de Prêt et de Crédit Me David Lemieux Fasken Martineau 22 mai 2007 Première Étape : Déterminer les besoins de l entreprise 1. Plan d affaires 2. Projections financières

Plus en détail

Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts

Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts 1 POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS 1.1 PRINCIPES Le présent document a pour but d informer les investisseurs des

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde?

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

Norme internationale d information financière 11 Partenariats

Norme internationale d information financière 11 Partenariats Norme internationale d information financière 11 Partenariats Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière pour les entités qui détiennent des intérêts

Plus en détail

I. LES ÉTAPES DU PROCESSUS DE GESTION DE PORTEFEUILLE

I. LES ÉTAPES DU PROCESSUS DE GESTION DE PORTEFEUILLE École des Hautes Études Commerciales de Montréal 53-214-96 GESTION DE PORTEFEUILLE Professeur: Kodjovi Assoé I. LES ÉTAPES DU PROCESSUS DE GESTION DE PORTEFEUILLE A. Définition des objectifs de placement

Plus en détail

LE FPI PRO DÉCLARE DE SOLIDES GAINS FINANCIERS ET D EXPLOITATION POUR LE TROISIÈME TRIMESTRE DE 2015

LE FPI PRO DÉCLARE DE SOLIDES GAINS FINANCIERS ET D EXPLOITATION POUR LE TROISIÈME TRIMESTRE DE 2015 LE FPI PRO DÉCLARE DE SOLIDES GAINS FINANCIERS ET D EXPLOITATION POUR LE TROISIÈME TRIMESTRE DE DIFFUSION INTERDITE AUX ÉTATS-UNIS OU PAR L ENTREMISE DE SERVICES DE NOUVELLES DES ÉTATS-UNIS. Le 25 novembre

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

MUTUALISATION EN SOINS DE SANTÉ. Pour les polices d assurance maladie complémentaire assurées et avec SAS GUIDE DU PRODUIT

MUTUALISATION EN SOINS DE SANTÉ. Pour les polices d assurance maladie complémentaire assurées et avec SAS GUIDE DU PRODUIT MUTUALISATION EN SOINS DE SANTÉ Pour les polices d assurance maladie complémentaire assurées et avec SAS GUIDE DU PRODUIT LE MONDE DE L ASSURANCE COLLECTIVE EST EN ÉVOLUTION. LA MUTUALISATION EN SOINS

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

Améliorations 2011 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé

Améliorations 2011 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Améliorations 2011 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Manuel de l ICCA Comptabilité, Partie II Historique et fondement des conclusions Avant-propos En octobre 2011, le Conseil des

Plus en détail

Solutions d assurance-vie pour les. propriétaires d entreprise

Solutions d assurance-vie pour les. propriétaires d entreprise Solutions d assurance-vie pour les propriétaires d entreprise Solutions d assurance-vie pour les propriétaires d entreprise Quel type d assurance-vie convient le mieux aux propriétaires d entreprise? Tout

Plus en détail

exigences de Bâle II Pilier 3

exigences de Bâle II Pilier 3 Renseignements ents sur la rémunération de 23 et 24 conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3 La Banque Laurentienne a préparé la présente publication conformément aux exigences de Bâle II Pilier

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

Gestion du risque opérationnel

Gestion du risque opérationnel Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Gestion du risque opérationnel Le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire a récemment entamé des travaux relatifs au risque opérationnel, dont la gestion tend à

Plus en détail

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Objectif Les produits sont définis dans le Cadre pour la préparation et la présentation des états financiers 1 comme les accroissements

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 COMMUNIQUÉ PREMIER TRIMESTRE 2014 La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 L information financière contenue dans le présent document est basée sur les états financiers

Plus en détail

Analyse Financière Les ratios

Analyse Financière Les ratios Analyse Financière Les ratios Présenté par ACSBE Traduit de l anglais par André Chamberland andre.cham@sympatico.ca L analyse financière Les grandes lignes Qu est-ce que l analyse financière? Que peuvent

Plus en détail

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL»

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» La représentation de l activité des entreprises, dans les normes comptables

Plus en détail

Règles existantes en matière de consolidation des entités ad hoc

Règles existantes en matière de consolidation des entités ad hoc Règles existantes en matière de consolidation des entités ad hoc L es établissements de crédit interviennent à divers titres dans les montages utilisant des entités ad hoc, soit comme arrangeurs et/ou

Plus en détail

Vie Protection Sun Life avec participation et Vie Capitalisation Sun Life avec participation

Vie Protection Sun Life avec participation et Vie Capitalisation Sun Life avec participation ASSURANCE-VIE Assurance-vie entière avec participation Vie Protection Sun Life avec participation et Vie Capitalisation Sun Life avec participation COMPRENDRE LES PARTICIPATIONS La Vie Protection Sun Life

Plus en détail

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE CHAPITRE I ACTEURS, OBJECTIFS ET MODALITES DU DIAGNOSTIC FINANCIER 1) Les champs d application et les acteurs du diagnostic financier ACTEURS CONCERNES Dirigeants

Plus en détail

ERREUR DANS LE CALCUL DU COMPTE DE DIVIDENDE EN CAPITAL

ERREUR DANS LE CALCUL DU COMPTE DE DIVIDENDE EN CAPITAL Été 2009 Le groupe d expertise en droit fiscal de Miller Thomson Pouliot publie périodiquement des bulletins à l intention des clients du cabinet. Nous vous invitons à acheminer ce courriel à toute personne

Plus en détail

Bulletin fiscal. Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE

Bulletin fiscal. Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Bulletin fiscal Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Lors de l achat d une résidence, plusieurs personnes ont emprunté de leur REER par le biais du Régime d accession à la propriété. Toutefois, peu de

Plus en détail

POUR UN ENCADREMENT DES PÉNALITÉS HYPOTHÉCAIRES AU CANADA. Richard Beaumier, FCA, CFA, MBA VICE-PRÉSIDENT, COMITÉ RELATIONS GOUVERNEMENTALES

POUR UN ENCADREMENT DES PÉNALITÉS HYPOTHÉCAIRES AU CANADA. Richard Beaumier, FCA, CFA, MBA VICE-PRÉSIDENT, COMITÉ RELATIONS GOUVERNEMENTALES POUR UN ENCADREMENT DES PÉNALITÉS HYPOTHÉCAIRES AU CANADA Richard Beaumier, FCA, CFA, MBA VICE-PRÉSIDENT, COMITÉ RELATIONS GOUVERNEMENTALES FÉDÉRATION DES CHAMBRES IMMOBILIÈRES DU QUÉBEC Novembre 2010

Plus en détail

Comment réduire les impôts des propriétaires d entreprises:

Comment réduire les impôts des propriétaires d entreprises: Comment réduire les impôts des propriétaires d entreprises: Pour voir une différence au quotidien! «In this world nothing can be said to be certain, except death and taxes!» Benjamin Franklin Le principe

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 Le présent Rapport annuel de la direction contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers

Plus en détail

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement?

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée explicitement ou implicitement dans le sujet ; - de construire une argumentation à partir d une problématique qu il devra élaborer

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014 Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier 31 décembre 2014 Portée de l application Le dispositif de Bâle III fixe en matière de capitaux propres un cadre international

Plus en détail

LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT

LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT Les informations disponibles sur la présente documentation ont pour seule fin de donner une information générale à son lecteur. Elles ne constituent pas un

Plus en détail

Demande de renseignements no.1 de l ACEF de l Outaouais

Demande de renseignements no.1 de l ACEF de l Outaouais Consultant en énergie et en environnement Régie de l énergie du uébec R-3724-2010, Phase II Demande d approbation du renouvellement du mécanisme incitatif de Gazifère Inc., demande pour la fermeture réglementaire

Plus en détail

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS Ce chapitre est consacré à la valorisation par les cash flows actualisés ou DCF. Cette méthode est basée sur la capacité d une entreprise à générer des flux

Plus en détail

1.3. Les marchés boursiers... 13 Les principales places boursières mondiales... 15

1.3. Les marchés boursiers... 13 Les principales places boursières mondiales... 15 Notations courantes............................................................. Préface à l édition française.................................................... Les auteurs.........................................................................

Plus en détail

Stratégie d assurance en cas de maladies graves à propriété partagée avec remboursement de primes

Stratégie d assurance en cas de maladies graves à propriété partagée avec remboursement de primes VIP+ Bulletin sur les ventes, l impôt, la planification successorale, la tarification et les produits Stratégie d assurance en cas de maladies graves à propriété partagée avec remboursement de primes Vous

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION 139 FAILLITE ET RESTRUCTURATION Selon la législation constitutionnelle canadienne, le gouvernement fédéral exerce un contrôle législatif exclusif sur les faillites et l insolvabilité. Au Canada, les procédures

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION Loi sur la faillite et l insolvabilité (LFI) 177 Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) 181 Par James Gage Faillite et restructuration 177 Selon la législation constitutionnelle

Plus en détail

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Les problèmes d information George A. Akerlof : The Market for «Lemons»: Quality Uncertainty and the Market Mechanism (QJE, 1970) Thèmes de recherche

Plus en détail

Le 19 février 2015. Secrétariat du budget Ministère des Finances 3 e étage, Édifice Frost Nord 95, rue Grosvenor Toronto (Ontario) M7A 1Z1

Le 19 février 2015. Secrétariat du budget Ministère des Finances 3 e étage, Édifice Frost Nord 95, rue Grosvenor Toronto (Ontario) M7A 1Z1 Le 19 février 2015 Régime de retraite de la province de l Ontario : Principales considérations liées à la conception Secrétariat du budget Ministère des Finances 3 e étage, Édifice Frost Nord 95, rue Grosvenor

Plus en détail

Capitalisation restreinte et retenue d impôt visant le prêt commercial

Capitalisation restreinte et retenue d impôt visant le prêt commercial Le 3 mars 2014 Les contribuables canadiens, y compris les multinationales établies au Canada, qui participent à des mécanismes de prêt sans lien de dépendance pourraient, contre toute attente, être touchés

Plus en détail

École Supérieure de Commerce

École Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX POUR LE SUD École Supérieure de Commerce Mémoire présenté pour l obtention de la Maîtrise en Études Comptables L utilité du rapport d audit Dirigé par : Mr. Nabil ALOULOU Élaboré par

Plus en détail

I La théorie de l arbitrage fiscal de la dette (8 points)

I La théorie de l arbitrage fiscal de la dette (8 points) E : «Théories de la finance d entreprise» Master M1 Université Paris-Dauphine Thierry Granger Année Universitaire 2013/2014 Session 1 Aucun document, calculette autorisée Durée 1h30 Respecter la numérotation

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 9 et 10. Politique de financement Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 9 & 10. Financement Printemps 2011 1 / 62 Plan I Introduction II La structure financière

Plus en détail

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE Suite à l examen des modalités de service élaborées par différentes entreprises offrant des services de téléphonie cellulaire, l Union des consommateurs a constaté que

Plus en détail

ING Turbos. Profitez de la hausse ou de la baisse des cours avec un effet de levier encore plus important!

ING Turbos. Profitez de la hausse ou de la baisse des cours avec un effet de levier encore plus important! ING Turbos 2 Profitez de la hausse ou de la baisse des cours avec un effet de levier encore plus important! @ ING Turbos ING a lancé les Turbos Infinis en France en Janvier 2011. Ceux-ci permettent de

Plus en détail