L industrie agricole et agroalimentaire canadienne et l économie mondiale en

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L industrie agricole et agroalimentaire canadienne et l économie mondiale en 2013-2014"

Transcription

1 L industrie agricole et agroalimentaire canadienne et l économie mondiale en

2 Introduction L économie canadienne est tributaire des exportations, en particulier dans les secteurs agricoles et agroalimentaires, en raison de l abondance des ressources naturelles du Canada et de sa population assez faible. Le Canada est reconnu mondialement pour la salubrité et la qualité supérieure de ses produits agricoles 1 et agroalimentaires et possède d importants avantages concurrentiels comme une faible densité de population, des partenariats commerciaux solides et la proximité du marché américain. Même si celui-ci représente la principale destination des exportations du Canada, les secteurs agricoles et agroalimentaires canadiens visent de plus en plus les pays en développement où la croissance économique plus forte se traduit par de nouveaux débouchés. Le marché mondial est toutefois confronté à des difficultés. Les trois principaux partenaires commerciaux du Canada (États-Unis, Chine et Japon) nageront dans l incertitude économique en Les perspectives de croissance économique des États-Unis et du Japon sont faibles et la croissance de la Chine (deuxième destination des exportations agricoles canadiennes en 2012) ralentit. La faible croissance et l endettement élevé de la plupart des pays de l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) continuent de miner les perspectives de croissance du commerce. Parallèlement, la croissance économique des pays en développement a récemment dépassé celle des pays de l OCDE, tendance qui est appelée à se maintenir. Pour ces raisons, les relations commerciales avec les économies émergentes sont importantes si le Canada veut réduire sa dépendance aux marchés d exportation traditionnels. Le présent document vise à décrire la position du Canada par rapport aux grandes économies de marché et à ses principaux concurrents dans le contexte mondial actuel, ainsi qu à déterminer les répercussions sur les activités commerciales du secteur agricole et agroalimentaire canadien. Les pays dont il est question sont les pays du BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) et certains pays de l OCDE (Australie, Japon, Mexique, UE et États-Unis). En juillet 2013, ces pays de l OCDE représentaient environ 75 % du commerce des produits agricoles du Canada. Les pays du BRIC représentaient 10 % de l ensemble du commerce agricole et agroalimentaire et sont à la fois des concurrents pour les exportations agricoles et une source potentielle de croissance des exportations canadiennes. Principaux constats 1. En 2011, l economie agricole et agroalimentaire canadienne représentaient 8 % du produit intérieur brut (PIB) et 12 % des emplois au Canada y étaient associés. 2. L économie agricole du Canada est tributaire des marchés d exportation. Les exportations nettes globales représentaient plus de 50 % de l économie agricole en 2012, selon le PIB. 3. En 2012, un tiers des exportations agricoles et plus de deux tiers des exportations agroalimentaires du Canada étaient destinées aux États-Unis. Dans l ensemble, trois quarts de toutes les exportations canadiennes ont pris le chemin des États-Unis l an dernier. 4. La croissance des exportations canadiennes à destination des pays de l OCDE dont il est question dans ce document a ralenti et on constate maintenant une croissance plus rapide des exportations vers les pays du BRIC. a. Le rythme de croissance de la valeur des exportations canadiennes vers les économies émergentes ralentit, mais continue de dépasser celui des exportations vers les économies développées. Les exportations agricoles du Canada à destination des pays du BRIC ont progressé de 19 % en moyenne annuelle (en date d août 2013), comparativement à une croissance de 73 % en b. La Chine a accru ses échanges commerciaux avec le Canada et, en date de juillet 2013, elle était le deuxième marché d exportation pour les produits agricoles canadiens et la troisième source d importations canadiennes de produits agroalimentaires. c. La valeur des exportations agricoles vers les pays de l OCDE mentionnés dans ce rapport a augmenté de 15 % en moyenne annuelle (en date de juillet 2013) après s être accrue de 8 % en d. Si l on exclut les exportations à destination des États-Unis, l importance des pays de l OCDE en tant qu importateurs de produits agricoles et agroalimentaires canadiens a considérablement diminué. Les exportations totales vers ces marchés en particulier ont augmenté de 3 % en 2013 (de janvier à juillet). 1 Dans le présent document, «agriculture» désigne les productions végétales et animales (SCIAN 111 et 112); «agroalimentaire» désigne toutes les boissons et tous les produits alimentaires fabriqués (SCIAN 311 et 312); «agriculture et agroalimentaire» désigne les produits agricoles et agroalimentaires combinés. 2

3 Contribution importante du système agricole et agroalimentaire du Canada au PIB En 2011, le système agricole et agroalimentaire 2 venait au troisième rang au chapitre de la contribution au PIB du Canada (8 % du PIB total). Il employait un Canadien sur huit, soit plus de 2,1 millions de personnes, ce qui représentait 12 % du nombre total d emplois au pays. L agriculture primaire et la transformation des aliments, des boissons et du tabac représentaient respectivement 1,6 % et 1,7 % des emplois au Canada. La restauration était le secteur qui créait le plus d emplois (5,2 %). 3 Les États-Unis sont le marché le plus important du Canada Les États-Unis sont, de loin, le marché d exportation le plus important pour les biens et services canadiens. En 2012, 75 % des exportations étaient destinées aux États-Unis, dont la plus grande partie pour répondre à la demande énergétique américaine. Première économie mondiale (si l on exclut l UE), les États-Unis ont besoin d importer de grandes quantités d énergie pour soutenir leur croissance. Distribution des exportations totales en % % 4 % 7 % 2 % 1 % 9 % 75 % États-Unis UE Brésil Inde Chine Autres Japon Mexique FAC, Économie agricole Dernière mise à jour : 30 septembre 2013 Source : Industrie Canada, 2013 Distribution des exportations agricoles en % 6 % 27 % La prospérité de l économie agricole du Canada repose également sur l accès au marché américain, mais dans une moindre mesure : 30 % des exportations agricoles canadiennes ont pris le chemin des États-Unis en Néanmoins, les États-Unis importent plus de produits agricoles canadiens que tout autre pays. En 2012, le marché américain a été la destination du quart des exportations de cultures agricoles canadiennes et, en raison de contraintes liées à la logistique et au coût de transport, de la vaste majorité (78 %) des exportations de bétail. 14 % 2 % 9 % États-Unis UE Autres Japon FAC, Économie agricole Dernière mise à jour : 30 septembre % Inde Chine Mexique Source : Industrie Canada, 2013 La Chine est un marché de plus en plus important pour les exportations agricoles canadiennes, surpassant en 2012 le Japon au deuxième rang à ce chapitre (14 % des exportations), alors qu en 2008 elle n accueillait que 5 % des exportations agricoles du Canada. Distribution des exportations agroalimentaires en 2012 Les exportateurs agroalimentaires du Canada font affaire en grande partie avec les États-Unis : deux tiers (67 %) de toutes les exportations agroalimentaires canadiennes étaient destinées au marché américain en Ce résultat s explique par la proximité de ce marché et par une intégration étroite de ces deux économies (attribuable en grande partie à l ALENA). 2 % 6 % 1 % 9 % 9 % 3 % 3 % 67 % États-Unis UE Russie Chine Autres Australie Japon Mexique FAC, Économie agricole Dernière mise à jour : 30 septembre 2013 Source : Industrie Canada, Le système agricole et agroalimentaire englobe divers secteurs d activité, notamment la fourniture d intrants et de services agricoles, l agriculture primaire, la transformation d aliments et de boissons, la vente au détail et en gros ainsi que les services de restauration. 3 Tiré du rapport Vue d ensemble du système agricole et agroalimentaire canadien 2013 d Agriculture et Agroalimentaire Canada. 3

4 L écart diminue entre les exportations canadiennes vers les pays du BRIC et celles destinées aux pays de l OCDE Depuis 2006, les exportations du Canada vers les pays du BRIC augmentent beaucoup plus rapidement que les exportations destinées aux pays de l OCDE. En effet, entre 2006 et 2012, les exportations vers les pays du BRIC se sont accrues de 336 % tandis que les exportations vers les pays de l OCDE ont progressé de seulement 48 %. Les importations américaines de produits agricoles et agroalimentaires canadiens ont une incidence considérable sur les activités commerciales du Canada dans ce secteur. La récente crise financière qui a touché les États-Unis a donc eu un impact marqué sur les exportations canadiennes. Avant la récession, les exportations du Canada à destination des États-Unis étaient évaluées à un sommet de 7,8 milliards de dollars. En 2010, les importations américaines de produits agricoles canadiens avaient chuté de 24 % par rapport aux niveaux de En 2012, elles étaient toujours inférieures de 11 % au sommet de La diminution des échanges avec les États-Unis au cours de cette période de deux ans a eu une incidence grave, faisant diminuer de 17 % la valeur globale des exportations agricoles du Canada. En 2012, la valeur des exportations canadiennes était supérieure de 4 % à ce qu elle était en 2008, en raison principalement de la valeur élevée des céréales et des oléagineux et de l abondante récolte du Canada. En date de juillet 2013, les exportations agricoles à destination des États-Unis avaient augmenté de 24 % par rapport à la même période l année dernière. Au cours de la même période, les exportations agricoles vers les pays de l OCDE dont il est question dans ce rapport ont augmenté de 3 % et celles à destination des pays du BRIC ont progressé de 28 %. Exportations agricoles canadiennes vers les pays du BRIC Exportations agricoles canadiennes vers les pays de l OCDE Millions de dollars Millions de dollars Cumul jusqu à ce jour 2013 Cumul jusqu à ce jour Cumul jusqu à ce jour 2013 Cumul jusqu à ce jour Brésil Russie Inde Chine UE Japon Mexique États-Unis FAC, Économie agricole Dernière mise à jour : 30 septembre 2013 Source : Industrie Canada, 2013 FAC, Économie agricole Dernière mise à jour : 30 septembre 2013 Source : Industrie Canada,

5 Les accords de libre-échange, un moyen de réduire notre dépendance au marché américain En octobre 2013, le Canada a conclu les négociations portant sur un Accord économique et commercial global (AECG) avec l UE, qui occupe le deuxième rang au chapitre de la consommation de porc par habitant et représente une possibilité d accroissement des exportations de bœuf. L accès au marché de la viande rouge était une des questions en suspens à la table des négociations, de même que le désir de l Europe d obtenir un accès élargi aux marchés canadiens du fromage. La participation hâtive du Canada à ces négociations (en 2009) est importante, tout comme l approbation finale de l entente, dans la mesure où l UE envisage d établir des accords semblables avec les États-Unis et le Japon. L AECG devrait entraîner une augmentation de 38 milliards de dollars des échanges bilatéraux dans les sept ans suivant sa mise en œuvre 4 et serait le plus important accord de libéralisation du commerce signé par le Canada depuis la signature de l ALENA en Les pays du Partenariat transpacifique (PTP) constituent un marché de plus de 792 millions de personnes et un PIB de 27,5 milliards de dollars, ce qui représente presque 40 % de l économie mondiale. Le Mexique et le Canada se sont joints aux négociations du PTP un peu sur le tard, soit en Les associations du secteur canadien du porc, entre autres, considèrent que le PTP est d une importance capitale parce que presque deux tiers de la production canadienne sont exportés. L accès aux marchés des pays du PTP aiderait le Canada à demeurer concurrentiel sur le marché mondial de la viande rouge, qui est en plein essor. Par ailleurs, le Canada négocie actuellement des accords bilatéraux avec l Inde, le Japon et la Corée, trois marchés importants pour les exportations agricoles et agroalimentaires (tous les gains économiques potentiels présentés ci-dessous sont des estimations fournies par Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada). Le Canada a déjà conclu plusieurs accords de libre-échange avec de petits marchés (Panama, Jordanie, Colombie, Pérou, Costa Rica, Chili et Israël). L avantage de ces accords tient en partie à la possibilité de réduire les barrières tarifaires et non tarifaires, mais aussi au développement accru des relations commerciales du Canada dans des régions qui revêtent un intérêt particulier pour les exportateurs. La diversification de nos exportations vers des marchés autres que les États-Unis renforcera les secteurs agricoles et agroalimentaires canadiens, car une trop grande dépendance envers un seul marché représente un risque à long terme. En effet, tout événement, de nature économique, politique ou autre, qui entraînerait une diminution de la demande aux États-Unis ou une baisse des prix que reçoivent les producteurs canadiens peut avoir des répercussions défavorables pour l économie canadienne. La croissance économique mondiale devrait s améliorer en La création de nouveaux accords commerciaux et l élargissement des relations commerciales actuelles permettront à l agriculture canadienne de demeurer robuste. Pays Date de mise en œuvre Gains économiques potentiels Inde 2010 Croissance du PIB de 6 milliards de dollars US Japon 2012 Croissance du PIB de 4 milliards de dollars Corée 2005 D après les exportations canadiennes de 2005 évaluées à 2,8 milliards de dollars, les gains économiques potentiels globaux sur le plan des exportations s élèvent à 1,6 milliard de dollars. Proximité et productivité : les avantages du Canada sur le plan des exportations agricoles et agroalimentaires En 2012, le Canada était le cinquième exportateur de produits agricoles; l UE occupait le premier rang, avec des exportations chiffrées à plus de 440 milliards de dollars US, suivie par les États-Unis, la Chine et le Brésil. 4 Données sur les accords commerciaux fournies par Service des délégués commerciaux du Canada et Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada (différents sites). 5

6 Les avantages concurrentiels du Canada : Le Canada cherche à accaparer une part de marché sur les marchés internationaux en tirant profit de certains avantages, dont : La proximité des États-Unis, première économie mondiale (si l on exclut l UE) et principal marché d exportation du Canada. La croissance économique des États-Unis dépend essentiellement des dépenses de consommation et est étroitement liée à la prospérité de l économie canadienne. À part les États-Unis, les marchés d exportation traditionnels pour les cultures et les produits agroalimentaires canadiens sont l UE, la Chine et le Japon - les marchés qui offrent la plus grande valeur aux pays exportateurs (selon le PIB). La faible densité de population dans les régions de terre arable (au troisième rang mondial à ce chapitre) et le taux élevé d adoption de la technologie sont des facteurs qui permettent au Canada d être un important exportateur de blé, de bœuf et de porc, et ce, malgré la production plus élevée dans d autres pays. Le Canada est reconnu mondialement pour produire des aliments salubres et de haute qualité. Une légère dépréciation du dollar canadien au cours de la dernière année a été bénéfique pour les marges de profit des exportateurs canadiens, en particulier par rapport aux produits en provenance de l UE, de la Chine et du Mexique (voir le tableau ci-dessous). Le système financier du Canada a toujours été stable, ce qui a permis au pays de surmonter assez facilement la récession. Avantages du Canada : classement mondial en fonction de certains indicateurs Indicateur Canada Australie UE Japon Mexique Exportations agricoles mondiales États- Unis Brésil Russie Inde Chine En millions USD Croissance annuelle du PIB Prix actuels en milliards de dollars US Densité de pop./superficie arable Densité (hectares par personne) FAC, Économie agricole. Dernière mise à jour : 2 octobre ,82 1,54 16,49 5,96 1,18 15,68 2,4 2,02 1,82 8, ,23 2,05 0,21 0,03 0,22 0,50 0,36 0,85 0,12 0,08 Source : FMI et FAO Le Canada est un important exportateur mondial de bovins, de porcs et de cultures Indicateur Canada Australie UE Japon Mexique États-Unis Brésil Russie Inde Chine Exportations de bovins N bre de têtes (en milliers) Pourcentage des stocks exporté Exportations de porcs N bre de têtes (en milliers) Pourcentage des stocks exporté Exportations de cultures Tonnes métriques (en millions) FAC, Économie agricole. Dernière mise à jour : 2 octobre ,0 3,1 5,3 0,0 3,8 0,1 0,4 0,0 0,0 0, ,1 0,0 19,2 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0, ,9 30,7 168,9 0,0 1,5 243,6 65,2 18,3 4,7 0,5 Source : FMI et FAO 6

7 Le Canada est un important exportateur de boeuf à l échelle mondiale Le Canada et l Australie partagent le troisième rang des exportateurs de blé tonnes métriques Millions de tonnes métriques Canada Australie UE Japon Mexique États- Unis Brésil Russie Inde Chine Canada Australie UE Japon Mexique États- Unis Brésil Russie Inde Chine Production pour utilisation intérieure Exportations Production pour utilisation intérieure Exportations FAC, Économie agricole Dernière mise à jour : 30 septembre 2013 Source : United States Department of Agriculture FAC, Économie agricole Dernière mise à jour : 30 septembre 2013 Source : United States Department of Agriculture Le Canada est le troisième exportateur de porc au monde tonnes métriques Canada Australie UE Japon Mexique États- Unis Brésil Russie Inde Chine Production pour utilisation intérieure Exportations FAC, Économie agricole Dernière mise à jour : 30 septembre 2013 Source : United States Department of Agriculture 7

8 Obstacles concurrentiels du Canada Le Canada est confronté à des obstacles sur le marché mondial, mais aussi dans sa cour (fromages, aliments manufacturés, etc.), les importateurs rivalisant pour obtenir une part de la somme que les Canadiens consacrent aux aliments. Parmi les pays dont il est question dans cette étude, le Canada occupe le deuxième rang des pays les moins peuplés (32 e rang au monde). Ce facteur, conjugué à un important désavantage sur le plan de l échelle comparativement aux concurrents étrangers, peut créer des obstacles pour les entreprises canadiennes axées sur le marché national qui se tournent maintenant vers les marchés d exportation. Le Canada occupe le troisième rang des pays ayant le taux de chômage le plus élevé, le quatrième rang des pays ayant la dette brute la plus élevée en pourcentage du PIB, et le troisième rang des pays affichant les moins bonnes perspectives de croissance du PIB pour la période de 2013 à Cette combinaison de facteurs indique que le Canada est moins à même de faire face aux prochains ralentissements économiques que les autres pays exportateurs. Parmi les pays affichant des perspectives de croissance plus élevées se trouvent certains des principaux concurrents du Canada dans les secteurs agricoles et agroalimentaires, soit l Australie, le Mexique, les États-Unis, le Brésil et la Russie. Le Canada occupe le deuxième rang mondial du point de vue géographique, et le quatrième rang sur le plan de la superficie totale, derrière la Russie, la Chine et les États-Unis. Pour ce qui est des terres agricoles arables en proportion de la surface totale, le Canada arrive au 33 e rang de tous les pays, ce qui signifie que l augmentation de la production agricole doit provenir essentiellement d une amélioration de la productivité. Par rapport à la période de 2002 à 2007, la devise canadienne s est appréciée considérablement par rapport au dollar US et aux grandes devises mondiales 5 (en particulier l euro et le peso mexicain), rendant les exportations canadiennes moins concurrentielles sur les marchés internationaux. La valeur du dollar australien et du renminbi chinois a augmenté davantage que celle du dollar canadien par rapport au dollar US au cours de cette période. L effet net de ces variations est que les exportations canadiennes sont plus concurrentielles que celles de l Australie, mais moins concurrentielles que celles de l Europe ou du Mexique. Même si l UE, la Chine et l Australie sont de grands consommateurs de viande (le porc dans le cas de l UE et de la Chine et le bœuf dans le cas de l Australie), ces pays comptent principalement sur leur production nationale pour répondre à la demande, ce qui limite les possibilités d exportation vers ces marchés pour le Canada. Les obstacles du Canada : classement mondial en fonction de certains indicateurs Indicateur Canada Australie UE Japon Mexique Population États- Unis Brésil Russie Inde Chine En millions 35,0 23,2 504,5 126,3 117,5 318,5 200,1 142, , ,5 Croissance annuelle du PIB ( ) Pourcentage annuel 2,22 3,14 1,75 1,26 3,34 3,01 3,94 3,61 6,55 8,38 Taux de chômage S.O. 15 Pour cent 7,29 5,24 10,12 4,35 4,80 8,08 5,50 6,00 S.O. 4,10 Dette brute en pourcentage du PIB Pour cent 85,6 27,2 92,9 237,9 43,5 106,5 68,5 10,9 66,8 22,8 FAC, Économie agricole. Dernière mise à jour : 2 octobre 2013 Source: FMI et FAO 5 Les principales devises mondiales comprennent le dollar américain, le dollar canadien, l euro, le yen japonais, la livre, le franc suisse, le dollar de Hong Kong, le dollar de la Nouvelle-Zélande, le dollar australien, le won de la Corée du Sud et le peso mexicain. 8

9 Taux de change Par rapport au dollar US Par rapport aux principales devises mondiales Changement (en %) Changement (en %) Changement (en %) Changement (en %) Cumul de 2013 Cumul de 2013 Cumul de 2013 Cumul de 2013 comparativement à comparativement comparativement à comparativement à à Canada 23,5-2,0 15,0-0,2 Australie 40,0-3,4 31,7-1,9 UE 9,5 2,1 0,7 4,3 Japon 20,1-16,8 10,7-16,9 Mexique -14,9 4,4-25,0 6,9 États-Unis 0,0 0,0-9,7 2,0 Brésil 20,8-5,6 11,0-3,9 Russie -8,8-0,8-16,5 0,9 Inde -19,1-4,2-26,0-2,5 Chine 30,9 2,1 19,5 3,9 FAC, Économie agricole. Dernière mise à jour : 2 octobre 2013 Source : Pacific Exchange Rate Services Superficie totale (Millions ha) Canada Australie UE Japon Mexique États- Unis Brésil Russie Inde Chine Terres non agricoles (millions d hectares) Terres agricoles non arables (millions d hectares) Terres arables (millions d hectares) FAC, Économie agricole Dernière mise à jour : 30 septembre 2013 Source : FAOSTAT 9

10 Classement mondial en fonction de certains indicateurs Indicateur Canada Australie UE Japon Mexique Consommation de bœuf par habitant États- Unis Brésil Russie Inde Chine Kg par habitant 30,90 38,70 15,69 8,80 17,40 39,80 37,90 17,50 1,60 4,80 Consommation de porc par habitant Kg par habitant 25,70 21,70 39,03 19,90 15,10 30,10 11,70 19,90 0,30 36,70 Production de viande de bovins Production (milliers de tonnes) Densité de production de viande de bovins Densité (kg par personne) Production de viande de porc Production (milliers de tonnes) Densité de production de viande de porc Densité (kg par personne) FAC, Économie agricole. Dernière mise à jour : 2 octobre ,0 90,9 16,0 4,0 15,4 32,4 45,1 11,4 0,9 4, ,8 14,8 45,5 10,0 10,2 37,6 16,1 17,0 0,3 37,1 Source : FMI et FAO Conclusion Afin de réduire l exposition des échanges commerciaux à l économie des États-Unis, l agriculture canadienne pourrait bénéficier d un élargissement des relations commerciales actuelles. La croissance économique dans les pays en développement devrait être vigoureuse par rapport à ce qu on prévoit dans les pays développés en L économie agricole et agroalimentaire canadienne compte pour 8 % dans le PIB. Le Canada est le cinquième exportateur de produits agricoles au monde, le troisième exportateur de blé et de porc, et le cinquième exportateur de bœuf; il dépend grandement des États-Unis pour ses exportations. Un accroissement considérable de ses exportations vers les pays du BRIC serait avantageux pour le Canada. En effet, c est dans ces pays qu on prévoit une solide croissance économique et cela réduit la dépendance du Canada envers le marché américain. Le Canada a conclu plusieurs accords de libre-échange avec de petits marchés. Le gouvernement fédéral en négocie plusieurs autres à l heure actuelle, ce qui devrait contribuer à réduire le risque auquel le Canada s expose en exportant la majorité de ses produits vers les États-Unis. Il sera toutefois difficile de rendre le Canada moins tributaire des États-Unis. En effet, la proximité des États-Unis est un avantage concurrentiel pour le Canada étant donné la taille de ce marché. Les autres marchés du Canada sont des économies traditionnellement fortes. Grâce à sa bonne réputation, à ses relations commerciales solides et à sa productivité élevée, le Canada devrait demeurer un acteur important sur le marché mondial. Le dollar canadien s est déprécié légèrement par rapport au dollar américain en 2013, ce qui crée de nouvelles possibilités d exportation, ne serait-ce que pour une courte période. Il existe toutefois des obstacles. La quantité limitée de terres disponibles pour la production agricole, l échelle de production dont disposent les entreprises canadiennes, la détermination des pays importateurs à devenir autosuffisants et la valeur élevée du dollar canadien sont notamment susceptibles de limiter le potentiel commercial du Canada. 10

11 Caractéristiques économiques des pays à l étude et répercussions pour les secteurs agricoles et agroalimentaires canadiens La prochaine section montre les relations commerciales actuelles et historiques entre le Canada et un certain nombre de marchés d exportation de grande valeur ainsi que ses principaux concurrents et donne un Pays de l OCDE : Australie Situation économique Économie générale En date de juillet 2013, l Australie a un excédent commercial de 210 millions de dollars avec le Canada. l agriculture comptait pour 4 % dans le PIB de l Australie; l Australie a contribué pour moins de 1 % des échanges commerciaux du Canada; le ratio de la dette publique brute au PIB de l Australie était de 27,2 %. Commerce des produits agricoles primaires l Australie a un excédent commercial de 4,9 millions de dollars avec le Canada, attribuable en grande partie à un accroissement de 173 % des importations canadiennes de produits d élevage en provenance de l Australie. aperçu des répercussions pour les secteurs agricoles et agroalimentaires canadiens. Les analyses des pays de l OCDE (en ordre alphabétique) sont suivies des analyses des pays du BRIC. l Australie était le sixième importateur de porc canadien; outre cela, l Australie n est pas un partenaire commercial important du Canada (elle représente moins de 1 % de l ensemble des échanges commerciaux du Canada). Commerce des produits agroalimentaires Historiquement, l Australie n est pas un partenaire commercial important du Canada. l Australie a un excédent commercial de 128 millions de dollars avec le Canada; les produits australiens représentent 1,6 % des importations du Canada et moins de 1 % des exportations canadiennes ont pris le chemin de l Australie. Analyse et répercussions pour les secteurs agricoles et agroalimentaires canadiens Les similitudes entre les secteurs agricoles du Canada et de l Australie se traduisent par de faibles débouchés commerciaux et surtout par une vive concurrence entre les deux pays sur les marchés internationaux, notamment au Japon, aux États-Unis et en UE, qui sont tous des marchés de grande valeur. Le Canada et l Australie partagent le troisième rang des exportateurs de blé et l Australie est aussi le troisième exportateur de bœuf. Elle est considérée comme un pays exempt d ESB par l Organisation mondiale de la santé, ce qui lui donne un avantage considérable sur le plan des exportations de bœuf. Les marchés d exportation jouent un rôle crucial dans les deux pays, puisqu ils produisent plus qu ils ne consomment, en particulier dans les secteurs agricoles et agroalimentaires. Le Canada et l Australie sont reconnus sur les marchés d exportation pour leurs normes de salubrité très strictes et pour la production d aliments de grande qualité. Tous deux profitent aussi de relations commerciales bien établies et de la proximité géographique de grands marchés, soit la Chine, l Inde et d autres économies asiatiques où la population est en croissance rapide dans le cas de l Australie, et les États-Unis dans le cas du Canada. Le Canada a une faible densité de population (deux hectares par personne), mais l Australie a la densité de population la plus faible au monde (18,6 hectares par personne). De plus, la superficie de terres arables par personne est plus importante en Australie (2,05 hectares par personne comparativement à 1,23 hectare par personne au Canada), mais une partie des terres désignées arables se trouve dans la brousse australienne et sont peu propices à l agriculture. L Australie a d autres avantages. De janvier à octobre 2013, le dollar canadien s est apprécié par rapport au dollar australien, ce qui a nui à la compétitivité du Canada sur les marchés d exportation. Par ailleurs, l Australie est un producteur à faible coût de produits laitiers et en exporte d importantes quantités. L Australie a été l un des premiers pays à participer aux négociations entourant le PTP, ce qui lui a permis de dicter certaines conditions pour les pays désireux d y prendre part. Notamment, elle a exigé que le Canada envisage des changements aux secteurs soumis à la gestion de l offre. Elle a aussi fait part de sa volonté d éliminer tous les droits de douane applicables aux produits agricoles dans le cadre des négociations entourant le PTP. 11

12 Pays de l OCDE : États-Unis Situation économique Économie générale : En date de juillet 2013, les États-Unis ont un déficit commercial de 62,5 milliards de dollars avec le Canada. l agriculture comptait pour 1,1 % dans le PIB des États-Unis; 74,5 % des exportations canadiennes avaient pris le chemin des États-Unis et 50,6 % des importations canadiennes étaient venues de ce pays; le ratio de la dette publique brute au PIB des États-Unis était de 106,5 %. Commerce des produits agricoles primaires les États-Unis ont un déficit commercial de 1,6 milliard de dollars avec le Canada, ce qui correspond à une augmentation annuelle de 58 % de la balance commerciale. Les importations canadiennes de produits des États-Unis et les exportations canadiennes vers les États-Unis ont augmenté par rapport à la même période l année dernière. les États-Unis étaient la destination de 30 % des exportations du Canada et le pays d origine de 53 % de ses importations; les exportations du Canada vers les États-Unis ont atteint un sommet en 2008, pour ensuite atteindre un niveau plancher en Depuis, les exportations canadiennes augmentent chaque année, mais demeurent à des niveaux inférieurs à ceux de Commerce des produits agroalimentaires les États-Unis ont un déficit commercial de 1,1 milliard de dollars avec le Canada; 69 % des exportations du Canada ont pris le chemin des États-Unis, alors que 61 % de ses importations proviennent de ce pays. 67 % des exportations canadiennes avaient pris le chemin des États-Unis et 60 % des importations canadiennes étaient venues de ce pays. Analyse et répercussions pour les secteurs agricoles et agroalimentaires canadiens Les États-Unis sont le principal partenaire commercial du Canada pour les produits agricoles et pour les produits agroalimentaires. La situation géographique avantageuse du Canada et ses relations commerciales bien établies avec les États-Unis favorisent le commerce avec la première économie mondiale. En raison de l intégration des deux économies, les répercussions d une lente reprise économique aux États-Unis (marché de l emploi en stagnation, marché immobilier déprimé mais en remontée, dette publique grossissante) limitent les possibilités de croissance des exportations agroalimentaires canadiennes. Confronté à d importantes difficultés financières, le gouvernement américain examinera ses programmes afin de réaliser des économies potentielles. Les programmes de subventions agricoles pourraient notamment être modifiés considérablement en vertu de la nouvelle loi agricole (Farm Bill), ce qui pourrait nuire à la compétitivité des producteurs agricoles américains. En septembre 2013, les tribunaux américains ont rejeté une injonction visant à suspendre la mise en œuvre de la loi sur l EPO. Le Canada poursuivra les procédures auprès de l OMC en vue de faire révoquer cette loi. La forte interdépendance économique qui existe entre le Canada et les États-Unis et le fait qu ils exportent des produits relativement semblables font en sorte que les États-Unis représentent un concurrent de taille pour le Canada sur les marchés d exportation de produits agricoles et agroalimentaires. Participant aux négociations entourant le PTP et occupant le troisième rang des pays les plus peuplés, les États-Unis sont un important marché pour les pays exportateurs. Les pays qui concluent des accords commerciaux avec les États-Unis non seulement gagnent l accès à un marché énorme, mais réduisent aussi l accès privilégié du Canada au marché américain. La valeur du dollar américain par rapport à celle des grandes devises internationales est en baisse de 10 % comparativement à ce qu elle était de 2002 à 2007, ce qui a pour effet de réduire la compétitivité du Canada sur les principaux marchés d exportation. La conjoncture du marché financier aux États-Unis, notamment la faiblesse des taux d intérêt, favorise les dépenses d investissement dans ce pays, tant pour les entreprises américaines que canadiennes. Les entreprises canadiennes du secteur des serres et du secteur laitier prennent d ailleurs de l expansion aux États-Unis étant donné la taille de ce marché. 12

13 Pays de l OCDE : Japon Situation économique Économie générale En date de juillet 2013, le Japon a un excédent commercial de 1,8 milliard de dollars avec le Canada. l agriculture comptait pour 1,1 % dans le PIB du Japon; 2,3 % des exportations canadiennes ont pris le chemin du Japon, alors que 3,2 % des produits importés au Canada sont venus de ce pays; le ratio de la dette publique brute au PIB du Japon était de 237,9 % (niveau extrêmement élevé comparativement aux autres pays développés). Commerce des produits agricoles primaires le Japon a un déficit commercial de 1,6 milliard de dollars avec le Canada; 11,8 % des exportations du Canada ont pris le chemin du Japon; la valeur des importations canadiennes de produits agricoles japonais est inférieure à 10 millions de dollars. le Japon était le troisième marché d exportation du Canada (11,4 %); le Japon était le troisième importateur de cultures et le sixième importateur de produits d élevage du Canada. Commerce des produits agroalimentaires Historiquement, le Japon est l un des trois principaux marchés d exportation du Canada. En valeur, les importations canadiennes de produits agroalimentaires japonais représentent moins de 1 % de la valeur globale de ses importations. le Japon enregistre un déficit commercial de 812 millions de dollars avec le Canada. le Japon était le troisième marché d exportation du Canada (6,4 %). Analyse et répercussions pour les secteurs agricoles et agroalimentaires canadiens En raison de la forte densité de sa population et de la faible superficie de ses terres arables (0,03 hectare par personne, soit l un des ratios les plus faibles au monde), le Japon est fortement tributaire des importations agricoles. Comme le Japon ne peut produire suffisamment d aliments salubres et de grande qualité pour combler la demande intérieure, les relations solides qui existent entre le Canada et le Japon créent des débouchés pour les producteurs canadiens. L amélioration du Canada en matière de transparence et la mise en œuvre d un système de traçabilité du bétail limiteront la probabilité que surviennent des problèmes de production au Canada (comme la crise de l ESB) qui seraient susceptibles de perturber le commerce. Si le Japon n est généralement pas un pays concurrentiel sur les marchés agricoles internationaux, ses producteurs bénéficient d une protection à la frontière sous forme de droits de douane élevés sur de nombreux produits, dont la viande, le riz et le blé. Cette politique a influencé les négociations commerciales : le Japon s est joint aux négociations entourant le PTP en juillet 2013 et l une des premières questions qu il a soulevées a été celle de la protection des intérêts nationaux dans les secteurs du porc et du bœuf par le maintien de tarifs douaniers élevés sur les produits importés du Japon. Fait à noter concernant les négociations du Canada en vue d un AECG, le Japon et l UE ont aussi amorcé des négociations sur un accord de libre-échange. La population du Japon est vieillissante et sa dette publique est très élevée. Le rendement des obligations gouvernementales demeure exceptionnellement bas. Toutefois, plus les Japonais seront nombreux à prendre leur retraite, plus leur épargne diminuera, ce qui pourrait effacer l excédent commercial et l excédent courant du Japon, qui ont toujours été élevés, et rendre les consommateurs moins prêts à se procurer des produits agricoles canadiens à prix forts. 13

14 Pays de l OCDE : Mexique Situation économique Économie générale En date de juillet 2013, le Mexique a un excédent commercial de 12 milliards de dollars avec le Canada. l agriculture comptait pour 4 % dans le PIB du Mexique; 1,2 % des exportations du Canada ont pris le chemin du Mexique, alors que 5,5 % de ses importations sont venues de ce pays; le ratio de la dette publique brute au PIB du Mexique était de 43,5 %. Commerce des produits agricoles primaires le Mexique a un excédent commercial de 208 millions de dollars avec le Canada, comparativement à un déficit de 21,5 millions au cours de la même période l an dernier; le Mexique est la destination de 4,4 % des exportations canadiennes, derrière les États-Unis, la Chine, le Japon et l UE; le Mexique est la deuxième source d importations canadiennes (13 %). le Mexique était la deuxième source d importations canadiennes (12 %) et le quatrième marché d exportation pour les produits végétaux du Canada. Commerce des produits agroalimentaires le Mexique a un excédent commercial de 99,6 millions de dollars avec le Canada. le Mexique était le sixième marché d exportation du Canada et sa cinquième source d importations. Analyse et répercussions pour les secteurs agricoles et agroalimentaires canadiens La prospérité du Canada et du Mexique, respectivement premier et troisième partenaires commerciaux des États- Unis, est étroitement liée à l économie américaine. Bénéficiant d un accès semblable au marché américain en vertu de l ALENA, le Canada et le Mexique sont des concurrents directs pour les exportations agricoles, en particulier celles de viandes rouges, de fruits et de légumes. Ces deux économies ont été touchées négativement par la récession aux États-Unis et continuent de subir l impact de la loi sur l étiquetage du pays d origine (EPO). Par sa situation géographique, le Mexique est mieux placé que le Canada pour négocier des accords commerciaux avec les pays d Amérique latine, notamment avec le Brésil et l Argentine. Le Mexique et le Canada ont officiellement rejoint en 2012 les négociations entourant la création du PTP, un accord commercial entre les États-Unis et 10 autres pays qui risque de modifier l environnement commercial en Amérique du Nord. Au Mexique, les opposants qui réclament une réforme affirment que l ALENA a eu un impact négatif sur le secteur agricole, entraînant des pertes d emploi et des baisses de salaire. Il sera intéressant de voir comment un accord commercial transpacifique se répercutera sur les règles et les engagements en matière d accès aux marchés entrés en vigueur depuis l établissement de l ALENA. La densité de population en proportion de la superficie arable est plus élevée au Mexique (0,22 hectare par personne comparativement à 1,23 hectare par personne au Canada). Le Mexique bénéficie d une plus grande superficie propice à l agriculture, d une saison de croissance plus longue, de températures plus chaudes et d abondantes ressources hydriques. Le Mexique est un producteur à faible coût de nombreux produits agricoles, notamment de légumes, principalement en raison de sa main-d œuvre bon marché et du faible coût de l essence. Cet avantage sur le plan du coût de production, conjugué à une monnaie qui est relativement plus faible que le dollar canadien par rapport au dollar US depuis 2002, fait qu il est difficile pour les producteurs canadiens de livrer une concurrence fondée uniquement sur les prix sur les marchés américains. Les États-Unis sont un importateur net de tomates de serre de haute qualité, la demande grandissante dépassant l offre nationale. Le Mexique est à l origine de l essentiel de l accroissement des importations américaines; le volume des exportations mexicaines a quadruplé au cours des 10 dernières années, alors que le Canada exporte environ la moitié de sa production totale aux États-Unis. Malgré des coûts de production plus élevés, les producteurs canadiens sont concurrentiels sur les marchés américains, où les consommateurs sont prêts à payer plus cher pour des produits de première qualité. 14

15 Région de l OCDE : Union européenne Situation économique Économie générale En date de juillet 2013, l UE a un excédent commercial de 11,5 milliards de dollars avec le Canada. l agriculture comptait pour 1,8 % dans le PIB de l UE; 8,5 % des exportations du Canada et 11 % de ses importations étaient attribuables à l UE; le ratio de la dette publique brute au PIB de l UE était de 92,9 %. Commerce des produits agricoles primaires l UE a un déficit commercial de 415 millions de dollars avec le Canada, ce qui correspond à une diminution annuelle de 32 % de l excédent du Canada. Le Canada a plus que doublé ses importations agricoles en provenance de l UE comparativement à la même période l an dernier; l UE est la destination de 5 % des exportations canadiennes. l UE était le quatrième marché d exportation du Canada (8,6 %) et comptait pour certaines des exportations de bœuf et de blé les plus lucratives; 3 % des importations canadiennes provenaient de l UE. Commerce des produits agroalimentaires Historiquement, l UE est l un des cinq principaux marchés d exportation du Canada ainsi que le deuxième exportateur de produits à destination du Canada sur le plan de la valeur. l UE a un excédent commercial de 1,6 milliard de dollars avec le Canada; 2,9 % des exportations du Canada ont pris le chemin de l UE et 13,9 % de ses importations proviennent de l UE. Analyse et répercussions pour les secteurs agricoles et agroalimentaires canadiens Premier exportateur de produits agricoles, l UE est un concurrent direct du Canada, en particulier sur le marché des céréales. Toutefois, l UE est généralement un importateur net, alors que le Canada est un important exportateur. L UE est située à proximité de pays qui importent beaucoup de blé comme l Égypte et a des liens de longue date avec ces pays, ce qui donne lieu à de solides relations commerciales. Les producteurs européens bénéficient d un appui gouvernemental beaucoup plus généreux que celui qui est accordé aux producteurs canadiens. La réforme de la Politique agricole commune (PAC) a entraîné une réduction des subventions européennes et a incité les producteurs à répondre à la demande des consommateurs et à accroître leur efficience. Les mesures de protection à la frontière au Canada constitueront une question délicate à la table des négociations entre les pays membres de l UE et les provinces canadiennes en vue de l approbation de l AECG signé en octobre Tandis que le Canada souhaite obtenir un accès élargi au marché européen du bœuf, l UE cherche à obtenir un meilleur accès au marché canadien des produits laitiers, en particulier les fromages fins. Un accord commercial bilatéral serait bénéfique pour l industrie canadienne du bœuf. En effet, l UE est un important marché d exportation pour le Canada, puisque les consommateurs sont prêts à payer plus cher pour des produits de qualité qui répondent à des normes strictes de salubrité. Toutefois, les consommateurs européens exigent du bœuf exempt d hormones. Par conséquent, l accroissement des exportations vers l UE nécessiterait des changements à une partie de la production bovine canadienne. Le Canada continue d améliorer la transparence et a mis en œuvre un système de traçabilité du bétail pour répondre aux exigences croissantes en matière de salubrité alimentaire. L UE tire parti de la taille de son économie et de sa capacité de consommer la plus grande partie de sa production. Cependant, en tant que première zone économique mondiale, l UE demeure en proie à des difficultés. L endettement élevé de certains pays, les mesures d austérité et la méfiance à l endroit des marchés financiers ont entraîné un ralentissement de la croissance économique dans une grande partie de l Europe. Ces facteurs, conjugués aux taux de chômage élevés, pourraient limiter la possibilité pour le Canada d accroître ses exportations agroalimentaires. 15

16 Pays du BRIC : Brésil Situation économique Économie générale En date de juillet 2013, le Brésil a un excédent commercial de 425 millions de dollars avec le Canada. l agriculture comptait pour 5,2 % dans le PIB du Brésil; les échanges avec le Brésil représentaient moins de 1 % de tous les échanges commerciaux du Canada; le ratio de la dette publique brute au PIB du Brésil était de 68,5 %. Commerce des produits agricoles primaires Le Brésil n est pas un important importateur de produits agricoles canadiens. Les importations canadiennes en provenance du Brésil sont principalement des fruits et des noix. le Brésil a un excédent commercial de 10,8 millions de dollars avec le Canada; la valeur des exportations du Canada vers le Brésil est passée de 9,5 millions à 56,7 millions de dollars (un accroissement de 494 %), tandis que les exportations du Brésil vers le Canada ont diminué de 20 % comparativement à la même période l année dernière. 2 % des importations canadiennes provenaient du Brésil. Commerce des produits agroalimentaires le Brésil a un excédent commercial de 317 millions de dollars avec le Canada; 2,3 % des importations du Canada proviennent du Brésil et moins de 1 % de ses exportations ont pris le chemin de ce pays. le Brésil était la troisième source d importations canadiennes d aliments manufacturés (sur un pied d égalité avec la Chine). Analyse et répercussions pour les secteurs agricoles et agroalimentaires canadiens Le Canada et le Brésil sont d importants concurrents sur les marchés internationaux de produits agricoles primaires. Première économie en Amérique du Sud, le Brésil a des relations économiques solides avec les pays du Mercosur*. Deuxième producteur de bœuf au monde et important exportateur de ce produit, le Brésil jouit d un avantage lié au coût de production qui en fait un concurrent de taille du Canada pour les exportations de bœuf. Cependant, le Canada jouit d une situation géographique avantageuse et de relations commerciales solides avec les États-Unis. Réputé pour la production d aliments salubres et de haute qualité, le Canada est bien placé pour répondre à la demande mondiale croissante de bœuf de haute qualité. Le Brésil a limité les ventes de terres à des investisseurs étrangers en imposant une limite variant de 250 à hectares. Ces restrictions, conjuguées à une série de grèves des ouvriers agricoles ayant un impact sur la production brésilienne, risquent de retarder l expansion et la modernisation de l agriculture dans ce pays. La densité de population en proportion de la superficie agricole au Brésil est comparable à celle des États-Unis (0,36 hectare par personne); néanmoins, le Brésil est confronté à des contraintes d infrastructures qui nuisent à son potentiel de croissance. Des améliorations récentes aux infrastructures de transport et d entreposage à la ferme pourraient porter leurs fruits en Le Brésil est l un des plus importants producteurs d éthanol au monde. En 2011, la mauvaise récolte de canne à sucre et les prix élevés du sucre à l échelle mondiale ont limité la production nationale, ce qui a conduit le Brésil à devenir un importateur net d éthanol. En 2012, l amélioration des conditions de croissance et les prix accrus de l éthanol ont stimulé la production et fait diminuer les importations brésiliennes. * Pays du Mercosur : l Argentine, le Brésil, le Paraguay et l Uruguay; la Bolivie, le Chili, la Colombie, l Équateur, le Pérou et le Venezuela en sont des membres associés. 16

17 Pays du BRIC : Russie Situation économique Économie générale En date de juillet 2013, la Russie a un déficit commercial de 205 millions de dollars avec le Canada. l agriculture comptait pour 3,9 % dans le PIB de la Russie; les échanges avec la Russie représentaient moins de 1 % de tous les échanges commerciaux du Canada; le ratio de la dette publique brute au PIB de la Russie était de 10,9 % (le ratio est faible en raison du défaut de paiement de la Russie en 1998). Commerce des produits agricoles primaires la Russie a un déficit commercial de 10,2 millions de dollars avec le Canada; les échanges avec la Russie représentent moins de 1 % des échanges commerciaux du Canada; la Russie est le troisième importateur de porc du Canada (en volume); les importations russes de porc en provenance du Canada ont toutefois chuté de 66 % en date de septembre 2013 comparativement à la même période l année précédente, en raison notamment de l embargo russe sur le porc nourri à la ractopamine. les échanges avec la Russie représentaient moins de 1 % des échanges commerciaux du Canada. Commerce des produits agroalimentaires Historiquement, la Russie n est pas un important partenaire commercial du Canada. Toutefois, la valeur des exportations canadiennes a commencé à grimper en En 2011 et en 2012, la Russie était le quatrième marché d exportation du Canada (2,6 % des exportations). Analyse et répercussions pour les secteurs agricoles et agroalimentaires canadiens La Russie et le Canada ne sont pas d importants partenaires commerciaux. Vu leur étendue et leur faible population relative, la Russie et le Canada doivent tous deux exporter une proportion élevée de leurs cultures et de leurs produits d élevage. La croissance de l économie russe et l augmentation de la richesse individuelle entraînent une demande accrue de produits agricoles et agroalimentaires, mais les possibilités de croissance des exportations agricoles canadiennes vers la Russie se limitent essentiellement au secteur porcin. À l heure actuelle, le Canada produit plus de porc par habitant que la Russie et a de solides relations commerciales avec de grands importateurs, en particulier le Japon. Ces avantages risquent d être neutralisés si la Russie augmente la taille de son cheptel porcin pour stimuler la production nationale et réduire sa dépendance aux importations. Il sera important pour le Canada d atténuer au maximum les différends (comme celui sur la ractopamine) s il souhaite accroître ses exportations dans l avenir. Traditionnellement, la Russie est un important producteur et exportateur de blé, mais elle impose souvent des restrictions à l exportation afin de contrôler les prix sur le marché intérieur lorsque la production mondiale de blé ralentit, ce qui crée alors des possibilités accrues pour les producteurs canadiens d approvisionner les marchés internationaux. La Russie est un producteur à faible coût de produits agricoles grâce à sa main-d œuvre bon marché. Elle a des liens géographiques et politiques étroits avec la Chine, dont la croissance économique soutenue stimulera la croissance économique de la Russie. Toutefois, des contraintes d infrastructures et le manque de terres propices au développement de l agriculture et qui n ont pas déjà été converties en terres arables freinent l expansion de l agriculture en Russie. 17

18 Pays du BRIC : Inde Économie générale Économie générale En date de juillet 2013, l Inde a un excédent commercial de 102 millions de dollars avec le Canada. l agriculture comptait pour 17,4 % dans le PIB de l Inde; les échanges avec l Inde représentaient moins de 1 % de tous les échanges commerciaux du Canada; le ratio de la dette publique brute au PIB de l Inde était de 67 %. Commerce des produits agricoles primaires l Inde a un déficit commercial de 399 millions de dollars avec le Canada, ce qui correspond à une augmentation de 161 % de l excédent du Canada, attribuable à une forte augmentation des exportations de cultures agricoles du Canada vers ce pays comparativement à la même période l année précédente; 3,3 % des exportations canadiennes ont pris le chemin de l Inde. l Inde était le cinquième marché d exportation du Canada (2,2 %). Commerce des produits agroalimentaires Historiquement, l Inde n est pas un important partenaire commercial du Canada. En date de juillet 2013, l Inde a un excédent commercial de 160 millions de dollars avec le Canada. Analyse et répercussions pour les secteurs agricoles et agroalimentaires canadiens L Inde vient au quatrième rang mondial sur le plan du PIB et au deuxième rang pour la population et son économie est parmi celles qui se développent le plus rapidement. Ces facteurs, conjugués à l accroissement de la richesse individuelle, se traduisent par une demande grandissante de produits agricoles et agroalimentaires en Inde. L Inde est le plus grand producteur de céréales et de lait au monde et le deuxième producteur de riz, de blé, de sucre, de fruits et de légumes. En 2013, la roupie indienne a connu une forte dépréciation par rapport aux grandes devises mondiales, y compris le dollar canadien. La faiblesse de la roupie, conjuguée à de faibles coûts de production, procure un avantage aux producteurs agricoles indiens. Le Canada demeure concurrentiel grâce à une situation politique et économique stable et à une offre constante de cultures qui sont en forte demande en Inde, qui est un important importateur de légumineuses, d huiles alimentaires, d engrais, de produits horticoles et de produits alimentaires transformés. Les légumineuses (pois, lentilles et pois chiches) ont représenté plus de 95 % des exportations agroalimentaires récentes à destination de l Inde. Les échanges commerciaux avec l Inde peuvent varier nettement d une année à l autre, et ce, pour plusieurs raisons. Malgré l accroissement de la richesse en Inde, les consommateurs indiens demeurent sensibles aux prix et tendent à remplacer les légumineuses par d autres cultures (comme les pommes de terre) si les prix augmentent substantiellement. Le commerce subit aussi l impact de l instabilité politique et de la corruption et celui des politiques tarifaires visant les produits alimentaires, une source d instabilité et de volatilité sur les marchés. Les cultures dépendent grandement des pluies de mousson et les cycles de production varient donc énormément. Enfin, l application de taxes sur les échanges et leur modification fréquente se traduisent par d importantes fluctuations des importations et des exportations. Malgré ces obstacles de taille, le Canada et l Inde ont entrepris des négociations sur un accord économique et commercial global. Étant donné qu une très faible proportion de la production primaire de l Inde est transformée en produits alimentaires, un accord commercial créerait d excellentes possibilités d exportation pour de nombreux produits agricoles et agroalimentaires canadiens. 18

19 Pays du BRIC : Chine Situation économique Économie générale En date de juillet 2013, la Chine a un excédent commercial de 17 milliards de dollars avec le Canada. l agriculture était un élément important de l économie chinoise, comptant pour 10,1 % dans le PIB total; 4,3 % des exportations du Canada ont pris le chemin de la Chine et 11 % de ses importations provenaient de ce pays; le ratio de la dette publique brute au PIB de la Chine était de 22,8 %. Commerce des produits agricoles primaires la Chine a un déficit commercial de 1,65 milliard de dollars avec le Canada; la Chine est le deuxième marché d exportation du Canada (13 %). la Chine était le troisième marché d exportation des produits d élevage du Canada, derrière les États-Unis et Hong Kong, ainsi que le deuxième marché d exportation des produits végétaux; le Canada a plus que doublé ses exportations à destination de la Chine par rapport à Commerce des produits agroalimentaires la Chine a un déficit commercial de 943 millions de dollars avec le Canada; la Chine est le deuxième marché d exportation du Canada (9 %) et la troisième source d importations canadiennes (3,3 %). la Chine était le deuxième marché d exportation du Canada et sa troisième source d importations. Analyse et répercussions pour les secteurs agricoles et agroalimentaires canadiens L économie chinoise est l une de celles qui connaissent la croissance la plus rapide au monde, même si cette croissance a ralenti récemment. La Chine est le pays le plus peuplé et son économie vient au troisième rang mondial. Avec ses importantes réserves de liquidités internationales et son économie robuste par rapport à celles de l UE et des États-Unis, la Chine exerce de plus en plus d influence dans l arène politique mondiale. Cette influence modifie les structures des échanges internationaux de produits agricoles et d investissement extérieur direct. Par exemple, la Chine a récemment signé un contrat visant la gestion de 5 % de la superficie agricole de l Ukraine. Au milieu de 2013, une société chinoise a conclu le plus important rachat d une entreprise américaine par des intérêts chinois en faisant l acquisition d une entreprise de transformation du porc des États- Unis (Smithfield), ce qui illustre la volonté de la Chine d accroître sa production porcine nationale et d importer des technologies et de l expertise étrangères dans le but d accroître sa productivité. L expansion de l économie chinoise et l accroissement de la richesse individuelle feront grimper la demande de produits agricoles et agroalimentaires. Le Canada possède un troupeau de bovins de boucherie plus important que celui de la Chine et exporte actuellement une part beaucoup plus importante de ses produits d élevage, ce qui permettra aux éleveurs canadiens de répondre à la demande croissante sur les marchés d exportation. La dépendance de la Chine envers les exportations d oléagineux devrait continuer d augmenter, ce qui crée aussi des débouchés pour les producteurs canadiens. L une des principales initiatives du gouvernement chinois consiste à accroître la productivité dans le secteur agricole et à réduire la pauvreté rurale en améliorant les infrastructures, en augmentant les subventions, en introduisant de nouvelles technologies et en donnant des droits de propriété aux producteurs. En tentant d accroître sa production et de moderniser son agriculture, la Chine créera des occasions pour les agroentreprises canadiennes qui souhaitent exporter leur savoir-faire, leurs produits et leur matériel génétique en Chine. 19

20 Voulez-vous en savoir plus sur une information ou un graphique en particulier? Veuillez communiquer avec Martha Roberts à l adresse pour obtenir les références complètes E 2014/02/06 GO This publication is also available in English.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014 L Agroindicateur Octobre 2014 Une autre bonne performance La conjoncture 2014 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer à un niveau historiquement

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

Survol des tendances de l industrie Aliments, boissons et agroalimentaire Canada

Survol des tendances de l industrie Aliments, boissons et agroalimentaire Canada Exportations (milliers de dollars canadiens) Survol des tendances de l industrie Aliments, boissons et agroalimentaire Canada Principaux événements En 2014, les produits de la viande ainsi que le sucre

Plus en détail

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Résumé L industrie des produits alimentaires et des produits de consommation est le principal

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Performance commerciale du Canada

Performance commerciale du Canada Document de travail des Performance commerciale du Canada Examen de huit indicateurs Dylan Moeller d EDC Le 1 er août 2012 11 Table des matières Résumé... 3 1. Croissance des exportations... 5 2. Croissance

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO AVANT-PROPOS L Annuaire statistique de la FAO fournit une sélection d indicateurs par pays sur l alimentation et l agriculture. Les données proviennent de FAOSTAT, la base de données statistique de l Organisation

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Info-commerce : Incertitude économique mondiale

Info-commerce : Incertitude économique mondiale Info-commerce : Incertitude économique mondiale avril 2012 Panel de recherche d EDC Résultats du sondage de février 2012 Faits saillants Même si les É.-U. restent une importante destination commerciale,

Plus en détail

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse Agreste Synthèses Moyens de production Mars 215 n 215/261 Mars 215 Moyens de production Synthèses n 215/261 En 214, la baisse des prix à la production des produits animaux n est que partiellement compensée

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE REDÉMARRE AU CANADA, MAIS MANQUERA-T-ELLE BIENTÔT DE CARBURANT?

COMMENTAIRE. Services économiques TD LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE REDÉMARRE AU CANADA, MAIS MANQUERA-T-ELLE BIENTÔT DE CARBURANT? COMMENTAIRE Services économiques TD LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE REDÉMARRE AU CANADA, MAIS MANQUERA-T-ELLE BIENTÔT DE CARBURANT? Faits saillants La reprise des ventes d automobiles aux États-Unis s est traduite

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015 Association canadienne de la construction Mémoire prébudgétaire 2015 Synopsis L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises de construction non résidentielle au Canada.

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone FAITS ESSENTIELS La présente édition du Tableau de bord de la science, de la technologie et de l industrie indique que l intensité du savoir des économies de la zone OCDE a poursuivi sa progression ces

Plus en détail

Mise à profit des accords commerciaux pour assurer la réussite dans les marchés mondiaux

Mise à profit des accords commerciaux pour assurer la réussite dans les marchés mondiaux Mise à profit des accords commerciaux pour assurer la réussite dans les marchés mondiaux POUR DISCUSSION Juillet 2014 John M. Weekes, conseiller commercial principal, Bennett Jones Al Mussell, associé

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante.

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante. Budget fédéral 2015 Le 21 avril 2015, le gouvernement du Canada a déposé son budget 2015-2016. Parmi les nouvelles mesures annoncées, certaines sont favorables aux entreprises manufacturières, donc aux

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

Investissement en capital dans la transformation alimentaire canadienne

Investissement en capital dans la transformation alimentaire canadienne PROGRAMME DE RECHERCHE SUR LE SECTEUR DE LA TRANSFORMATION ALIMENTAIRE PROGRAMME DE RECHERCHE DE LA TRANSFORMATION ALIMENTAIRE / PROJET 6A PROJET 6a : CONNAISSANCES EN MATIÈRE D INNOVATION Investissement

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE COMMENTAIRE Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE Faits saillants Les ventes de véhicules au Canada ont atteint un sommet

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie

Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie Exportation et développement Canada Juin 2012 Quelques mots sur EDC Organisme de crédit à l exportation du Canada créé

Plus en détail

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec Édition 2013 Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s

Plus en détail

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Préparé pour : Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Par : Will Dunning économiste en chef de

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity.

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity. Proposition prébudgétaire 2015 de l Association canadienne de l électricité (ACÉ) présentée au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations

Plus en détail

Politique économique extérieure:

Politique économique extérieure: Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche / DEFR Secrétairiat d état à l économie Direction des affaires économiques extérieures Politique économique extérieure: Chances et

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux 7 avril Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux La crise de 9 a eu des conséquences néfastes pour

Plus en détail

Marchés émergents Misez sur le potentiel de croissance des économies émergentes avec la HSBC

Marchés émergents Misez sur le potentiel de croissance des économies émergentes avec la HSBC Marchés émergents Misez sur le potentiel de croissance des économies émergentes avec la HSBC Sommaire La nouvelle locomotive de la croissance mondiale Pourquoi investir dans les marchés émergents? La montée

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

LES DÉFIS DE L EXPANSION

LES DÉFIS DE L EXPANSION LES DÉFIS DE L EXPANSION DU MONDE 49 e ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES ÉLEVEURS DE PORCS DU QUÉBEC JEAN-LOUIS ROY, 28 MAI 2015 L ESPACE AGRICOLE GLOBAL JEAN-LOUIS ROY, MAI 2015 Tous les pays du monde 1,35 milliards

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Présenté par Daniel Denis Associé, SECOR 4 décembre 2009 Une croissance mondiale forte Au cours de la dernière décennie Évolution du PIB mondial Croissance

Plus en détail

LE COMMERCE INTERNATIONAL DE LA VIANDE BOVINE Vers une stabilisation des échanges?

LE COMMERCE INTERNATIONAL DE LA VIANDE BOVINE Vers une stabilisation des échanges? > Les synthèses de FranceAgriMer Novembre 212 numéro 16 ÉLEVAGE / VIANDES LE COMMERCE INTERNATIONAL DE LA VIANDE BOVINE Vers une stabilisation des échanges? 12 rue Henri Rol-Tanguy / TSA 22 / 93555 Montreuil-sous-Bois

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail De quoi s agit-il? Le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions fondamentales de politique économique. La situation économique actuelle

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

Le Canada dans l économie mondiale

Le Canada dans l économie mondiale Le Canada dans l économie mondiale Une stratégie pour mobiliser les forces des provinces et des territoires et aider le Canada à être plus concurrentiel dans l économie mondiale 1 Le Canada dans l économie

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

La dette extérieure nette du Canada à la valeur marchande

La dette extérieure nette du Canada à la valeur marchande N o 11 626 X au catalogue N o 018 ISSN 1927-5048 ISBN 978-1-100-99873-2 Document analytique Aperçus économiques La dette extérieure nette du Canada à la valeur marchande par Komal Bobal, Lydia Couture

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

ALÉNA : RÉSULTATS, DÉFIS ET PERSPECTIVES

ALÉNA : RÉSULTATS, DÉFIS ET PERSPECTIVES : RÉSULTATS, DÉFIS ET PERSPECTIVES Questions de politiques agricoles Vol. 2, n o. 2 Cet article fait partie d une série sur les questions de politiques agricoles qui intéressent le Canada. La présente

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Chiffre d affaires du 3 ème trimestre et des 9 premiers mois 2013 16 octobre 2013 Croissance organique des 9 premiers mois : +5,5% Tendances solides dans l ensemble du Groupe Impact

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

NOVEMBRE 2014. Rapport annuel 2013-2014 du CPAC

NOVEMBRE 2014. Rapport annuel 2013-2014 du CPAC FOCUS Bulletin NOVEMBRE 2014 DANS CE NUMÉRO Activités du CPAC Affaires du CPAC Nouvelles du portefeuille Rapport annuel 2013-2014 du CPAC Le Conseil des produits agricoles du Canada (CPAC) est heureux

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

DIVERSITÉ CULTURELLE JOURS FÉRIÉS Pour en savoir Plus, veuillez vous adresser à :

DIVERSITÉ CULTURELLE JOURS FÉRIÉS Pour en savoir Plus, veuillez vous adresser à : Le Manitoba en bref Le Manitoba : Province du Canada depuis 1870. Manitoba signifie «lieu où vit l Esprit» dans les langues des peuples autochtones de la province. Chef politique : Premier ministre (Greg

Plus en détail

Revue de l année. Année clôturée le vendredi 31 décembre 2014. Marchés mondiaux

Revue de l année. Année clôturée le vendredi 31 décembre 2014. Marchés mondiaux Année clôturée le vendredi 31 décembre 2014 Marchés mondiaux INDICES BOURSIERS 31 Dec 14 31 Dec 13 % var. INDICES BOURSIERS 31 Dec 14 31 Dec 13 % var. CAN : S&P/TSX 14 632 13 622 7,4 Suisse : SMI 8 983

Plus en détail

Titres à revenu fixe des marchés émergents

Titres à revenu fixe des marchés émergents Titres à revenu fixe des marchés émergents Fait : Les titres à revenu fixe des marchés émergents constituent une catégorie d actif en soi. Diversité : La taille et la portée des marchés émergents procurent

Plus en détail

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE 26 février 2015 Résultats de l exercice 2014 Groupe SEB : Des performances opérationnelles solides Des devises pénalisantes 1 Ventes de 4 253 M en croissance organique* de + 4,6 % Croissance organique*

Plus en détail

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015)

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) Préparée pour les Comptables professionnels agréés du Canada Le 1 er mai 2015 Renseignements sur le sondage Le rapport trimestriel CPA Canada Tendances conjoncturelles

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE La croissance mondiale des investissements publicitaires se poursuit : les achats publicitaires devraient croître de 4,8% en 2012. Un chiffre en légère progression par rapport aux

Plus en détail

Volume 2, numéro 1 5 avril 2004. Dollar canadien. L évolution de la devise de 1992 à 2003. Sommaire

Volume 2, numéro 1 5 avril 2004. Dollar canadien. L évolution de la devise de 1992 à 2003. Sommaire ISSN 18-9158 Volume 2, numéro 1 5 avril 2004 Dollar canadien L évolution de la devise de 1992 à 2003 Sommaire 1. Le dollar canadien a connu une décennie de dépréciation presque ininterrompue de 1992 à

Plus en détail

Commerce illicite du tabac : Ayda A. Yurekli, PhD

Commerce illicite du tabac : Ayda A. Yurekli, PhD Plan Les incitations financières et le rôle des droits d accise Section B Les causes du commerce illicite Les réactions du Gouvernement face à la contrebande Les autres facteurs qui contribuent à la contrebande

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire Panorama de la RDC La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire La situation économique générale en RDC ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL SUR LE PLAN ÉCONOMIQUE

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. DIMINUTION DU PRIX DES CEREALES

Plus en détail

Les marchés à terme, plus d une raison de s y intéresser

Les marchés à terme, plus d une raison de s y intéresser Les marchés à terme, plus d une raison de s y intéresser MICHEL MORIN, AGR. AGROÉCONOMISTE (CDPQ) COLLABORATEURS: STÉPHANE D AMATO, AGR., AXIS AGRICULTURE JEAN-DENIS LABRECQUE, CTA 2003 RÉJEAN LEBLANC,

Plus en détail

Une famille, deux pensions

Une famille, deux pensions famille, deux pensions Susan Poulin Au cours du dernier quart de siècle, la proportion de familles composées de deux conjoints mariés ayant tous deux un emploi a augmenté de façon phénoménale. En 1994,

Plus en détail

Comparaisons internationales de la dette

Comparaisons internationales de la dette Annexe 2 Comparaisons internationales de la dette Faits saillants Selon les statistiques officielles publiées par le Fonds monétaire international (FMI) et l Organisation de coopération et de développement

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 Sommaire de gestion Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

PAYS EN DÉVELOPPEMENT

PAYS EN DÉVELOPPEMENT Chapitre 6 PAYS EN DÉVELOPPEMENT Comment l OMC traite les besoins spéciaux d un groupe de plus en plus important 1. Aperçu général Sur les 150 membres environ de l OMC, à peu près deux tiers sont des pays

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail