LA DETTE : RÈGLEMENT DE COMPTES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA DETTE : RÈGLEMENT DE COMPTES"

Transcription

1 GAÉTAN BRETON LA DETTE : RÈGLEMENT DE COMPTES Préface de Raymond Favreau

2 La collection «Futur proche» est dirigée par Gaétan Breton et Claude Rioux. Dans la même collection : Gaétan Breton, Faire payer les pauvres. Éléments pour une fiscalité progressiste Gaétan Breton, Tout doit disparaître. Partenariats public-privé et liquidation des services publics Jean Bricmont, L Impérialisme humanitaire. Droit humanitaire, droit d ingérence, droit du plus fort? Andrea Langlois et Frédéric Dubois (dir.), Médias autonomes. Nourrir la résistance et la dissidence Photo de la couverture : Dave Landry Lux Éditeur, Dépôt légal : 2 e trimestre 2007 Bibliothèque nationale du Canada Bibliothèque nationale du Québec ISBN Ouvrage publié avec le concours du Conseil des arts du Canada, du programme de crédit d impôts du gouvernement du Québec et de la sodec. Nous reconnaissons l aide financière du gouvernement du Canada par l entremise du Programme d aide au développement de l industrie de l édition (padié) pour nos activités d édition.

3 L auteur remercie Carole Gravel, Monique Moisan et Martin Poirier pour leur lecture attentive et leurs conseils judicieux.

4

5 Préface DEPUIS QUELQUE TEMPS, en lisant les journaux, on tombe souvent sur les propos d un ministre des Finances ou d un gros bonnet du monde des affaires au sujet de la dette publique. Remplaçant le déficit (plus ou moins éliminé), c est la nouvelle menace qui planerait, dit-on, sur nous et surtout sur les générations futures. Les politiciens s engagent à nous en libérer dans les meilleurs délais, sans débat à l Assemblée nationale ni au parlement canadien. Apparemment, la cause est déjà entendue. Les médias en rajoutent, applaudissant le projet d Ottawa de réduire la dette à 25 % du PIB dès Les économistes du Centre canadien de politiques alternatives, les Jim Stanford, Louis Gill, de même que ceux d Attac-Québec répliquent qu il s agit d un faux problème, invoqué comme prétexte pour justifier des compressions budgétaires dans les programmes sociaux ou pour ne pas les renflouer, ou encore pour ne pas rétablir l équilibre fiscal entre les gouvernements fédéral et provinciaux. Les politiciens et les grosses légumes affairistes font mine d ignorer les chiffres et le contexte de la dette avancés par les critiques du tout-au-remboursement. Ils persistent à montrer la dette comme le casse-gueule numéro un de notre époque. Et pourtant, s opposant à la thèse alarmiste, Jacques Parizeau s est dit d avis que la dette du Québec n a rien de catastrophique. Malgré des titres de compétence autrement plus impressionnants que ceux des «Lucides» a, son opinion semble avoir eu peu de a. Manifeste pour un Québec lucide, Montréal, 2005.

6 6 LA DETTE: RÈGLEMENT DE COMPTES retombées, sauf peut-être dans un éditorial paru dans Le Devoir, où Jean-Robert Sanfaçon reprochait au ministre des Finances Flaherty de consacrer l essentiel des énormes surplus engrangés par le fédéral au remboursement de la dette, tout en réduisant le budget de la culture, et ce, sans égard pour les inégalités croissantes entre les Canadiens et entre les régions a. Ceux qui brandissent cet épouvantail de la dette publique ont même réussi à convaincre des personnes relativement éclairées sur le plan social que le remboursement de la dette est une mesure progressiste. Et à la suite du lancement du Manifeste pour un Québec lucide, les sections jeunesse de chacun des trois vieux partis du Québec (Action démocratique, Parti libéral, Parti québécois) ont emboîté le pas en adoptant des résolutions exigeant le remboursement rapide de la dette publique. Ce même faux débat a lieu ailleurs au sein du G7, par exemple en France, pays dont la dette est à peu près de la même taille par rapport à son PIB que celle du Québec. D ailleurs, l Observatoire français de conjonctures économiques a dû s élever contre les conclusions du rapport alarmiste de la commission Pébereau. Il reste que pour la plupart des pays industrialisés du nord de la planète comme pour les «tigres asiatiques», la dette publique n est qu un des éléments du budget, n étant montrée du doigt que rarement, et par des politicailleurs en mal de fausses questions pour gagner des votes. Par contre, les pays pauvres souffrent véritablement de surendettement à cause des programmes d ajustement structurel imposés par le Fonds monétaire international et la Banque mondiale. Ottawa continue pourtant de rembourser la dette fédérale à raison de quelques milliards par année, même si celle-ci est déjà la plus basse des pays de l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Le besoin de rétablir le financement de l assurance-maladie et les bénéfices de l assurancechômage à leur niveau d avant 1995 ne pèse pas lourd dans la balance du gouvernement d Ottawa, qu il soit libéral ou conservateur. De son côté, le gouvernement Charest a créé un fonds a. Jean-Robert Sanfaçon, «La dette, et après?», Le Devoir, novembre 2006.

7 PREFACE 7 spécial qui doit servir entre autres au remboursement accéléré de la dette et qui sera alimenté de façon régressive. Dans chaque cas, il n y a eu que peu s il y en a eu de débat, que ce soit au parlement canadien ou à l Assemblée nationale du Québec. Les partis d opposition semblent adhérer à la pensée unique à ce sujet. On peut se demander ce que font les chercheurs du Nouveau parti démocratique et du Bloc québécois. Qu en est-il véritablement de ce triste fouillis? Gaétan Breton, bien informé et éminemment compétent pour traiter de la question, décortique dans cet ouvrage la dette publique de l État québécois, passe ses composantes à la loupe et pointe des débits ne devant pas y figurer. Il récuse avec raison la théorie du conflit entre générations que l establishment substitue au conflit de classes, en invoquant le «fardeau» de la dette que la génération prétendument gâtée des boomers va léguer à ses enfants et à ses petitsenfants. L auteur révèle ce à quoi sert ou a servi une partie importante des emprunts effectués au fil des décennies. Il souligne que ce ne sont pas seulement des dettes que les générations d après la Révolution tranquille vont laisser aux générations futures, mais aussi des actifs importants (système public d éducation, infrastructures, institutions financières étatiques). L auteur indique bien à qui profite le projet du remboursement tous azimuts : au secteur privé, avide de mettre la main sur les profits qui résultent des privatisations. En outre, il nous met en garde contre les vrais enjeux et objectifs néolibéraux qui sous-tendent le processus (les programmes sociaux et publics, que nos gouvernements veulent éliminer, réduire ou brader aux partenariats public-privé). Finalement, contrairement à ceux qui ne font qu affirmer l urgence du remboursement de la dette publique en n offrant que des comparaisons simplistes, l auteur fait la démonstration de ce qu il avance, statistiques et données budgétaires officielles à l appui. Bonne lecture! Raymond Favreau Coordonnateur du conseil scientifique d Attac-Québec

8

9 Introduction N OUS AVONS TOUS eu connaissance de la vaste entreprise d intimidation qui entoure les questions économiques actuelles et dont la manifestation la plus médiatisée au Québec a probablement été la parution, en octobre 2005, du Manifeste pour un Québec lucide. Ce manifeste n est toutefois que la reprise d idées circulant largement dans les officines du pouvoir économique, abondamment relayées par les médias ces derniers appartenant, de plus en plus, à de riches groupes d affaires. Dans cette foulée, L éloge de la richesse, d Alain Dubuc, est un développement du Manifeste pour un Québec lucide. On le voit, tous les riches et leurs sbires sont aux barricades pour convaincre la population qu elle doit accepter l austérité si elle veut accéder à des lendemains qui ne chantent même plus, mais se contentent de ne pas déchanter trop fort. Sans cette austérité, la société risque de s effondrer, nous dit-on. Il y aura trop de vieux et pas assez de jeunes pour les faire vivre et pour, de surcroît, payer la dette que ces vieux auront accumulée par leur insouciance et leur manque de productivité. Conclusion : abandonnons-les à leur sort, payons la dette et diminuons l engagement de l État dans les services sociaux. Deux conséquences découlent de ce discours : la diminution des services sociaux et la privatisation de ceux qui resteront. Or, contrairement à ce qu on essaie de nous faire croire en nous répétant constamment que les entreprises d État sont mal gérées et que le gaspillage constitue chez elles une norme de fonctionnement, la privatisation des services publics n implique pas nécessairement une diminution des tarifs et une augmentation de la qualité.

10 10 LA DETTE: RÈGLEMENT DE COMPTES En fait, si nous regardons ailleurs dans le monde, la privatisation des services publics a provoqué des hausses de tarifs pour les populations, sans que la qualité des services en soit augmentée. On observe parfois même des baisses sensibles de cette qualité. En France, par exemple, on estime à plusieurs millions le nombre de personnes ayant reçu de leurs fournisseurs privés de l eau impropre à la consommation. Ces privatisations sont aussi censées diminuer la dette publique, d abord en ne l augmentant pas et ensuite en faisant entrer de l argent dans les coffres de l État au moment de la vente des actifs des entreprises publiques. En Angleterre, sous le gouvernement Thatcher, l entrée d argent était l un des objectifs les plus importants du plan de privatisation. L Angleterre a donc vendu au privé British Petroleum, un joyau de la couronne, à un prix tellement bas qu il a fait scandale. Puis on a privatisé les services d aqueduc, la gestion des chemins de fer, etc. Au terme de ces privatisations, les tarifs, pour l eau par exemple, ont sensiblement augmenté et la dette du Royaume-Uni culmine à présent à plus de milliards de dollars US, juste derrière celle des États-Unis. Ainsi, la vente des actifs de l État, la plupart du temps pour un prix dérisoire, ne produit pas les effets annoncés sur la dette publique, mais elle sert merveilleusement bien les intérêts privés. Dans le domaine de l eau, les profits faramineux et les tarifs usuraires pratiqués par les grandes compagnies internationales sont largement connus. Le discours de ceux qui prônent le remboursement de la dette se passe de chiffres précis. Par exemple tout ce que les Lucides ont à dire sur la dette confine à la fausseté : selon eux, le gouvernement consacre 16 % de ses dépenses pour les intérêts liés au paiement de la dette publique et c est plus que ce que font les autres gouvernements provinciaux ; la dette de 120 milliards de dollars (admettons), advenant une hausse de 1 % des taux d intérêts, coûterait 1,2 milliard de plus aux Québécois. Comme on va le voir plus loin, ce sont là des affirmations qui ne représentent pas la réalité et qui n ont d autre but que d intimider la population. Ce qu on nous sert, sous toutes les couleurs (Livre bourgogne, Rapport Ménard, Manifeste pour un Québec lucide, Éloge de la richesse, etc.),

11 INTRODUCTION 11 c est une nouvelle version du coup de la Brinks. C est pourquoi il nous a semblé important de disséquer le monstre de la dette pour en parler plus sereinement, en connaissance de cause. * * * Le discours dominant au sujet de la dette met souvent celle-ci en relation avec les taux d intérêts, le produit intérieur brut (PIB) ou le taux de croissance de l économie. Jamais n avons-nous lu une analyse sérieuse des actifs qui accompagnent la dette ni même une tentative de montrer à quoi l argent ainsi emprunté avait bien pu servir. En conséquence, cette dette apparaît toujours comme un fléau épouvantable, une aberration complète et une menace constante. Ce que nous savons de la dette est aussi marqué par les aléas du discours économiste, qui nous propose une évaluation souvent univoque de la dette. On y parle de recettes fiscales et de croissance économique, mais jamais on ne discute des fruits totaux de cette croissance et de ce que l on pourrait faire avec ceux-ci. Les fruits de la croissance sont partiellement recueillis par l État à travers une fiscalité dont l un des principes de base, chez nous, consiste à demeurer «neutre». La neutralité fiscale réside dans le fait de ne pas privilégier quiconque dans le système, c est-à-dire de ne pas redistribuer réellement les fruits de l activité économique. Il y a donc là une acceptation tacite du fait que la propriété privée justifie l accumulation du capital et de ses revenus. En conséquence, on ne doit pas interférer, sauf pour corriger quelques déséquilibres trop flagrants. Remarquons que cette attitude est contraire à l esprit de l économie libérale fondamentale, pour qui toutes les transactions, y compris celles qui sont liées au travail, se font sur un marché libre (dans lequel il y a des options intéressantes) où la firme (l entreprise ayant plus d une activité) demeure une faille du marché, dans la mesure où l entreprise, en faisant des contrats à long terme et en organisant systématiquement la surveillance du processus de travail afin d éliminer les frais de transaction,

12 12 LA DETTE: RÈGLEMENT DE COMPTES constitue une mesure de remplacement pour un système qui ne fonctionne pas comme on le décrit. Les coûts de transaction sont un exemple de ces disfonctionnements corrigés partiellement par la constitution des firmes. Notons que l ensemble des lois régissant l entreprise, par leur nombre et leur importance, agit comme un constat de la déficience des marchés à fonctionner selon les prescriptions des économistes, ce qui n empêche pas ces derniers de continuer d en clamer l existence, haut et fort. Plusieurs économistes, proches des pouvoirs politiques, sont entrés en lice pour participer à la grande offensive anti-état et anti-services publics. Car on a réussi à imputer aux services publics la responsabilité de la dette. Les citoyens, quant à eux, seraient coupables d une surconsommation de services publics. La dette est devenue un instrument de terrorisme économique et intellectuel aux mains de la droite. Les mêmes arguments sont utilisés partout dans le monde au sujet de la dette du tiersmonde, par exemple. Au Québec, on nous sert la terreur sur fond de bataille des générations. Nous ne devrions pas laisser les jeunes avec une dette, nous dit-on. On omet toutefois de se demander si nous ne laisserions pas aussi quelques actifs en compensation... Il est bien évident que ce soi-disant conflit des générations fait l affaire de quelques-uns, les mieux nantis, dont le but est d éliminer l État et d attribuer au secteur privé les services sociaux non rentables, afin de réaliser des profits. Ainsi, il importe de résister aux pressions idéologiques, de considérer la dette pour ce qu elle est et ne pas nous laisser impressionner par les arguments fallacieux des millionnaires qui viennent nous dire où est notre bien en ne pensant, évidemment, qu au leur. Pourquoi une dette? Lorsque des actifs sont construits pour plus d une génération, il est non seulement normal mais dans la logique de notre système fiscal que la dette qui en découle soit elle aussi étalée sur plus

13 INTRODUCTION 13 d une génération. On ne peut donc pas séparer la dette des actifs qu elle a servi à construire. Un des principes du budget d un État est que les bénéficiaires d une décision en paient le prix. Tout le système des règlements d emprunts dans les municipalités est basé sur ce principe. Par exemple, si le gouvernement veut construire une infrastructure qui va durer 25 ans, il emprunte sur 25 ans et la dette s épuise avec le bien. Ainsi, ceux qui ont remboursé la dette étaient là pour jouir du bien en question. Si nous collectons l argent avant de construire le bien, les gens qui l auront payé ne pourront pas nécessairement en profiter. Cela constituerait donc une injustice intergénérationnelle, au profit des générations futures. Chaque fois que nous construisons, avec nos impôts actuels, un actif qui doit durer, notre génération fait un cadeau aux générations à venir. En revanche, construire en contractant une dette peut être, sur le plan de l équité intergénérationnelle, beaucoup plus juste. Les dettes publiques ne sont donc pas toujours inutiles et certainement pas toujours injustes. Évidemment, les dettes sont assorties d intérêts, ce qui augmente le coût des biens publics qu elles servent à payer. Cependant on peut penser que la perte de ceux qui auraient fourni les fonds préalablement à la construction est aussi à prendre en compte. Les contribuables, ayant payé plus d impôts à l avance pour accumuler les fonds nécessaires à la construction d un actif, n ont pas reçu le rendement financier ou social sur ces fonds. Ils ont donc subi une perte. Cette perte est réelle et possède une valeur, tout comme le loyer de l argent représenté par l intérêt. Par ailleurs, nous devons considérer la destination des sommes empruntées. L idéologie dominante aime à dire que les dettes ont servi à payer les dépenses courantes. En 40 ans, le Québec s est doté d infrastructures importantes, dont la valeur n a jamais été correctement comptabilisée. Le fait que l État n ait pas de bilan comptable laisse croire, en effet, que ces investissements ne sont que des dépenses. Le piège est grossier et permet, après coup, d attribuer la dette à un niveau de vie excessif que se seraient donné certaines générations.

14 14 LA DETTE: RÈGLEMENT DE COMPTES L horreur de la dette et la diminution de l État Le caractère urgent de la diminution de la dette publique ne prend pas ses racines dans une quelconque science des équilibres économiques. Il émerge directement du projet de diminution des États (des services publics et de la planification économique), qui est celui du capitalisme impérialiste actuel, qu on appelle la mondialisation. Ce capitalisme est un système où le détournement de sens est roi. Ainsi, il peut paraître, aux yeux de certains, que la présence de l État augmente. Il faut bien reconnaître que, par exemple, son appareil répressif aurait tendance à croître. Mais ce sont en fait les fonctions au service de l entreprise qui augmentent, tandis que les fonctions sociales diminuent et se privatisent peu à peu. Les fonctions économiques, quant à elles, tendent tout simplement à disparaître. Le discours dominant sur la dette promet le bonheur en s appuyant sur quelques chiffres lancés dans le vide. Par exemple, bien qu ayant lu des dizaines de pages et entendu des heures de commentaires sur le fait que la dette publique est beaucoup trop élevée, qu elle atteint des proportions incontrôlables, nous n avons jamais lu une ligne expliquant quel serait le niveau correct d une dette et comment on pourrait y parvenir. De fait, ceux qui crient le plus fort contre la dette sont aussi ceux qui proposent des projets coûtant des milliards, dont le seul avantage est de faire rentrer de l argent des impôts dans des poches privées (exemple : le déménagement du Casino de Montréal et tout ce qui l accompagne). En Europe, on peut trouver une indication d un niveau de dette jugé acceptable dans les conditions accompagnant le traité de Maastricht. Ces conditions fixent le déficit annuel à 3 % du PIB et le niveau de la dette autour de 60 % du PIB. Notons cependant que 60 % du PIB, comme nous le verrons plus loin, constitue un taux relativement élevé, surtout si l on considère que les pays d Europe n enregistrent pas de passifs liés aux régimes de retraite.

15 INTRODUCTION 15 Dans les pays du tiers-monde, la Banque mondiale force les pays à privatiser leurs services publics avant d avoir accès à l aide promise. Cette aide crée ensuite de nouvelles dettes qui ne font qu augmenter la pression et forcer d autres privatisations. Dans nos pays dits développés, la dette sert de plus en plus de levier idéologique pour faire accepter aux citoyens les décisions qu on a prises pour eux. Cependant, en «dégraissant» l État, on privatise les services publics, ici aussi bien qu en Afrique. Pendant ce temps, malgré les beaux discours et les sacrifices (le déficit zéro, les faibles hausses de salaire dans la fonction publique et l acceptation par certains employés de l État d arrangements dont ils ne sont pas encore revenus, comme de laisser le patron se servir dans leur fonds de pension), la dette continue d augmenter pour produire plus de terreur et plus de privatisation. Avant de plonger dans le vif du sujet, disons encore que la dette du tiers-monde et celle des pays industrialisés sont étonnament semblables à bien des égards. D abord, toutes deux ont augmenté en flèche depuis les années De plus, elles ne semblent pas avoir servi véritablement à augmenter la production des pays, alors que pour le tiers-monde, par exemple, c était l un des buts proclamés de l augmentation de la dette. Enfin, tant au sud qu au nord, la dette est utilisée pour remettre une partie de la gestion des pays entre les mains d organismes internationaux qui représentent, directement ou indirectement, la communauté des affaires. Rappelons-nous que l OCDE, il n y a pas si longtemps, a signalé au Canada qu il était surendetté. Nous devions diminuer les protections sociales pour faire baisser la dette. Certes, la pression semble moins sensible dans les pays développés, car elle vient souvent de l intérieur, mais elle sert, exactement comme dans les pays du tiers-monde, à forcer la privatisation des services publics et la réduction du soutien social. En regardant comment le système fonctionne ouvertement au tiers-monde, nous aurons donc des indications sur sa façon de fonctionner en sous-main chez nous.

16 16 LA DETTE: RÈGLEMENT DE COMPTES Comprendre la dette Dans le maelström idéologique que nous venons de décrire, notre but est de mettre à plat les caractéristiques de la dette pour que les citoyens puissent se faire une idée, au-delà des slogans. Nous commencerons donc par voir de quoi se compose la dette du Québec. Nous discuterons ensuite de ses origines, en autant que celles-ci puissent être clairement retrouvées. Une chose demeure certaine : les discours actuels ont tendance à les situer dans des dépenses excessives des gouvernements. Nous tenterons de débroussailler ce terrain et laisserons ensuite le lecteur ou la lectrice se faire une opinion. Il faudra aussi rappeler que les Québécois, en tant que citoyens du Canada, sont responsables d une portion de la dette fédérale. Cette dette se paie à même les impôts que nous versons à Ottawa. Nous la payons tellement bien d ailleurs qu elle diminue au détriment de celles des provinces. Enfin, nous regarderons quelques avenues possibles pour la dette, ce qui nous amènera à poser la question des générations, qu on relie toujours à la dette, tel que nous l avons évoqué plus haut. Le but du présent ouvrage est de rendre claire la question de la dette. Nous voulons ouvrir un véritable débat, qui se situe au-delà de la peur et des chiffres catastrophiques lancés à la tête du public, afin de susciter une réflexion citoyenne et des prises de décisions collectives éclairées.

La dette du Québec est-elle légitime?

La dette du Québec est-elle légitime? La dette du Québec est-elle légitime? Louis Gill le 1 er avril 2012 La dette totale du gouvernement du Québec, désignée comme sa dette brute, était de 184 milliards de dollars (55 % du PIB) le 31 mars

Plus en détail

La dette du Québec et le budget 2015-2016.

La dette du Québec et le budget 2015-2016. Louis GILL Économiste, retraité de l UQÀM (2015) La dette du Québec et le budget 2015-2016. Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, bénévole, Professeur associé, Université du

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Huit ans de réduction de la dette fédérale: coût, 63 milliards; économies de frais d intérêt, 24 milliards!

Huit ans de réduction de la dette fédérale: coût, 63 milliards; économies de frais d intérêt, 24 milliards! Louis GILL professeur et économiste, Dép. des sciences économiques, UQÀM (10 janvier 2006) Huit ans de réduction de la dette fédérale: coût, 63 milliards; économies de frais d intérêt, 24 milliards! Un

Plus en détail

Un régime d assurance? Si oui, lequel?

Un régime d assurance? Si oui, lequel? Un régime d assurance? Si oui, lequel? AFESH-UQAM 20 novembre 2013 Résumé Ce texte présente quelques pistes de réflexion concernant le régime d assurance collective de l AFESH-UQAM. Il s agit d un document

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Statistiques de finances publiques consolidées

Statistiques de finances publiques consolidées Statistiques de finances publiques consolidées Introduction Le concept de la consolidation est couramment utilisé dans le domaine de la comptabilité, tant dans le secteur privé que public. Définie simplement,

Plus en détail

Avril 2010. La dette de l Ontario selon la méthode de l OCDE Sérieuse rivale de celle du Québec! 1

Avril 2010. La dette de l Ontario selon la méthode de l OCDE Sérieuse rivale de celle du Québec! 1 La dette de l Ontario selon la méthode de l OCDE Sérieuse rivale de celle du Québec! 1 Louis Gill, économiste, professeur retraité de l UQAM 10 avril 2010 S appuyant sur des propos qui lui ont été confiés

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations prébudgétaires provinciales 2008-2009 Conseil du patronat

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

L ÉTAT QUÉBÉCOIS STRUCTURE ET TAILLE DE L ÉTAT LA DETTE. L'Observatoire de l administration publique - ENAP Été 2008

L ÉTAT QUÉBÉCOIS STRUCTURE ET TAILLE DE L ÉTAT LA DETTE. L'Observatoire de l administration publique - ENAP Été 2008 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN P E R S P E C T I V E STRUCTURE ET TAILLE DE L ÉTAT LA DETTE L'Observatoire de l administration publique - ENAP Été 2008 Aucun élément du contenu du présent document ne peut être utilisé,

Plus en détail

Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes

Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes 20 Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes L un des faits marquants de la période qui a commencé dans les années 1980 est l utilisation d instruments extrêmement complexes

Plus en détail

Le rapport d Amours revisité

Le rapport d Amours revisité Le rapport d Amours revisité Selon le rapport D Amours, plus de 1 700 000 travailleurs québécois ne participent à aucun régime d épargne collective. Un travailleur sur deux n a donc comme protection en

Plus en détail

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Investir dans l enseignement supérieur

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Investir dans l enseignement supérieur Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997 Investir dans l enseignement supérieur Février 1997 «Les Canadiennes et les Canadiens savent qu une meilleur e instruction est synonyme de meilleurs emplois.»

Plus en détail

Dette L ENDETTEMENT. fonctionnement affecté, réserves financières et fonds réservés».

Dette L ENDETTEMENT. fonctionnement affecté, réserves financières et fonds réservés». Dette Dette L ENDETTEMENT L administration municipale a recours à l emprunt à long terme principalement pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est influencé par

Plus en détail

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux Points saillants du chapitre Les dépenses totales des régimes consacrées à la santé demeurent stables en moyenne

Plus en détail

Katherine Steinhoff et Geoff Bickerton

Katherine Steinhoff et Geoff Bickerton Katherine Steinhoff et Geoff Bickerton Préparée pour la 22 e conférence sur l économie de la poste et de la livraison, tenue du 4 au 7 juin 2014, à Frascati, en Italie 1 Débat sur la prestation de services

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

Des mesures fiscales visant à redresser l'investissement privé : Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances

Des mesures fiscales visant à redresser l'investissement privé : Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances Des mesures fiscales visant à redresser l'investissement privé : Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec et au ministre des Finances du Canada, lors

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Leçon 3 : Perspectives politiques et priorités budgétaires

Leçon 3 : Perspectives politiques et priorités budgétaires Leçon 3 : Perspectives politiques et priorités budgétaires OBJECTIFS Les élèves découvriront comment les opinions politiques et les priorités se répercutent sur l établissement du budget fédéral. MOTS

Plus en détail

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles?

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Pour plusieurs, la hausse spectaculaire du prix des propriétés au Québec depuis quelques années (le prix moyen d une

Plus en détail

Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale.

Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale. Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale. 1) Nouveau régime d imposition des dividendes Désignation tardive

Plus en détail

Coup d œil sur les inégalités de revenus au

Coup d œil sur les inégalités de revenus au Coup d œil sur les inégalités de revenus au Québec L expression «nous les 99 %», qui avait servi de cri de ralliement des mouvements Occupy, résume les préoccupations que soulève la tendance mondiale à

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

Le processus budgétaire

Le processus budgétaire Le processus budgétaire fédéral Le budget Le document stratégique le plus important publié par le gouvernement chaque année Instrument de communication des priorités de l'état : élections, discours du

Plus en détail

MISE À JOUR DES Pré PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL

MISE À JOUR DES Pré PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL MISE À JOUR DES Pré PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL Le 12 novembre 2014 Préparé par : TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures visant l impôt sur le revenu des particuliers Mesures visant

Plus en détail

L austérité néolibérale. Petit guide pour mieux comprendre l idéologie néolibérale qui se cache derrière l austérité

L austérité néolibérale. Petit guide pour mieux comprendre l idéologie néolibérale qui se cache derrière l austérité L austérité néolibérale Petit guide pour mieux comprendre l idéologie néolibérale qui se cache derrière l austérité Le MÉPACQ, qui sommes-nous? Fondé en 1981, le Mouvement d éducation populaire et d action

Plus en détail

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux En 2013, on prévoit que les dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux atteindront 138,3

Plus en détail

Chronique. Planification financière. La vraie nature du REÉR. Éric Brassard

Chronique. Planification financière. La vraie nature du REÉR. Éric Brassard hronique Planification financière Chronique La vraie nature du REÉR Le régime enregistré d épargne-retraite («REÉR») est un type de véhicule de placement particulier qui, le plus souvent, fait l objet

Plus en détail

Commentaires de l Association des comptables généraux accrédités du Canada (CGA-Canada) à l occasion des consultations du ministère des Finances :

Commentaires de l Association des comptables généraux accrédités du Canada (CGA-Canada) à l occasion des consultations du ministère des Finances : Commentaires de l Association des comptables généraux accrédités du Canada (CGA-Canada) à l occasion Consultations prébudgétaires en direct pour le budget de 2006 et par la suite 19 avril 2006 800 1188

Plus en détail

SYNDICAT DES ENSEIGNANTES ET ENSEIGNANTS du CEGEP DE SOREL-TRACY

SYNDICAT DES ENSEIGNANTES ET ENSEIGNANTS du CEGEP DE SOREL-TRACY L austérité, c est quoi? Les mesures d austérité sont des mesures visant à équilibrer les finances publiques d un État ou à réduire l endettement public par une réduction des dépenses de l État (compressions

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Coups de ciseaux verts : où couper et où investir

Coups de ciseaux verts : où couper et où investir COMMUNIQUÉ DE PRESSE Pour diffusion immédiate 26 mars 2012 Coups de ciseaux verts : où couper et où investir OTTAWA - Éliminer le gaspillage et renforcer l économie doit être le principal objectif de prochain

Plus en détail

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Présenté par Caroline Charest Économiste / directrice principale KPMG-SECOR Une accélération de la croissance mondiale

Plus en détail

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Présentation dans le cadre des consultations prébudgétaires du ministre des Finances du Québec portant sur le budget 2004-2005

Plus en détail

CADRE FINANCIER 2014

CADRE FINANCIER 2014 CADRE FINANCIER 2014 Ce cadre financier présente les mesures budgétaires qui permettront de mettre en œuvre la vision économique et sociale de Québec solidaire lors du prochain mandat. Le résultat était

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT

FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT LA LECTURE DE CE DOCUMENT VOUS PERMETTRA : De connaître les différentes sources de revenus de placement et leur imposition; De connaître des stratégies afin de réduire

Plus en détail

FINANCES LOCALES supplément septembre 2015

FINANCES LOCALES supplément septembre 2015 SPÉCIAL FINANCES LOCALES supplément septembre 2015 L État réduit son aide financière aux communes Quelles conséquences pour Meudon et les Meudonnais? La commune reste la collectivité de proximité par excellence

Plus en détail

Le Plan libéral pour les soins familiaux

Le Plan libéral pour les soins familiaux Le Plan libéral pour les soins familiaux 1 Le Plan libéral pour les soins familiaux AUX CÔTÉS DES FAMILLES CANADIENNES Les membres d une famille s appuient entre eux. Les familles canadiennes veulent s

Plus en détail

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs En moyenne, chaque personne au Québec reçoit (de tous les paliers gouvernementaux) l équivalent de près

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

Gérer son crédit. Introduction. Clientèle cible : Élèves des niveaux postsecondaires. Objectifs :

Gérer son crédit. Introduction. Clientèle cible : Élèves des niveaux postsecondaires. Objectifs : Introduction Auteure : Nicole Racette (Équipe de production) Gérer son crédit Objectifs : Atteindre une santé financière afin d avoir une meilleure qualité de vie; Considérer l épargne comme une solution

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

Cadre budgétaire Élections 2012

Cadre budgétaire Élections 2012 Cadre budgétaire Élections 2012 Introduction Ce cadre budgétaire démontre qu il existe des voies alternatives aux politiques d austérité défendues par le Parti libéral. Un gouvernement qui fait preuve

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Revenu à la retraite et fiscalité Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait

Plus en détail

Les finances publiques québécoises 1. Germain Belzile 2. Au printemps 1998, le ministre des finances Bernard Landry déposait un budget

Les finances publiques québécoises 1. Germain Belzile 2. Au printemps 1998, le ministre des finances Bernard Landry déposait un budget Les finances publiques québécoises 1 Germain Belzile 2 Au printemps 1998, le ministre des finances Bernard Landry déposait un budget prévoyant, pour l année financière 1998-1999, un déficit de $2,2 G 3.

Plus en détail

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011 Notes complémentaires des états financiers 1. Nature de la Commission La Commission de l énergie de l Ontario (la «Commission») est l autorité de réglementation des industries du gaz naturel et de l électricité

Plus en détail

L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D ÉQUITÉ ET DE JUSTICE SOCIALE

L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D ÉQUITÉ ET DE JUSTICE SOCIALE 8059, boul. Saint-Michel Montréal (Québec) H1Z 3C9 Téléphone : (514) 729-6666 Télécopieur : (514)729-6746 Courriel : fafmrq@cam.org Site : www.cam.org/fafmrq L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D

Plus en détail

Le Crédit d impôt recherche : 4,2 milliards dans la trappe des profits

Le Crédit d impôt recherche : 4,2 milliards dans la trappe des profits par Henri-Edouard Audier Le Crédit d impôt recherche : 4,2 milliards dans la trappe des profits Résumé Il ressort d un document récent du ministère sur le Crédit d impôt recherche (CIR) : (i) que celui-ci

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

La dette du Québec est-elle légitime?

La dette du Québec est-elle légitime? Louis GILL Économiste, retraité de l UQÀM (1 er avril 2012) La dette du Québec est-elle légitime? Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, bénévole, professeur de sociologie au

Plus en détail

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi.

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Politique budgétaire Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Nous continuons de supposer qu il s agit d une économie fermée mais

Plus en détail

MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007

MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007 222 MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007 RÉSUMÉ Ce mémoire présente les observations de Genworth Financial Canada («Genworth») au

Plus en détail

Annexe technique à la Note Économique

Annexe technique à la Note Économique Annexe technique à la Note Économique «Les effets pervers des taxes sur le tabac, l alcool et le jeu» publiée par l Institut économique de Montréal le 22 janvier 2014 Dans le cadre de la publication d

Plus en détail

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Novembre 2007 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Stratégie canadienne pour l égalité des chances. Aider à gérer la dette d études

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Stratégie canadienne pour l égalité des chances. Aider à gérer la dette d études Le budget de 1998 Bâtir le Canada pour le XXI e siècle Stratégie canadienne pour l égalité des chances Aider à gérer la dette d études février 1998 «Il est inutile de rappeler aux Canadiens que l endettement

Plus en détail

*Changement de mentalité au Québec (1930-1980)

*Changement de mentalité au Québec (1930-1980) *Changement de mentalité au Québec (1930-1980) 1932 Secours directs Pour aider les chômeurs à faire face à la crise, le gouvernement du Québec intervient pour contrer la misère et verse des montants d

Plus en détail

MODULE 6 - États financiers

MODULE 6 - États financiers - Introduction. 103 Résultats visés. 104 Notes à l intention du formateur. 105 Qu est-ce que la comptabilité?. 105 L «équation comptable»... 106 Terminologie comptable 107 Actif 107 Passif.. 107 Avoir

Plus en détail

NOTE D INTERVENTION DE L

NOTE D INTERVENTION DE L NOTE D INTERVENTION DE L Numéro 40/Février 2015 Les fonds de travailleurs au Québec (Fonds de solidarité FTQ, Fondaction CSN) offrent un RÉER qui est assorti d un crédit d impôt en plus de la déduction

Plus en détail

L endettement public est-il un frein à la croissance économique?

L endettement public est-il un frein à la croissance économique? Marine Maréchal conférence de méthode n 7 Groupe3 finances publiques-années 90. L endettement public est-il un frein à la croissance économique? Introduction : Aujourd hui l endettement public de la France

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

Nous pouvons nous permettre le Grand bond. par Bruce Campbell Seth Klein and Marc Lee

Nous pouvons nous permettre le Grand bond. par Bruce Campbell Seth Klein and Marc Lee Nous pouvons nous permettre le Grand bond par Bruce Campbell Seth Klein and Marc Lee Les gens seront nombreux à lire le manifeste Un grand bond vers l avant et à trouver ses objectifs valables et motivants.

Plus en détail

Louis GILL. (Janvier 2006) Économiste, retraité de l UQAM

Louis GILL. (Janvier 2006) Économiste, retraité de l UQAM Louis GILL Économiste, retraité de l UQAM (Janvier 2006) Faut-il consacrer de précieuses ressources à la réduction de la dette? Dans l intérêt des générations futures et de la génération actuelle, il faut

Plus en détail

Le 22 avril 2013 LE RAPPORT D AMOURS EN BREF SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 13-06. La rente longévité SOMMAIRE

Le 22 avril 2013 LE RAPPORT D AMOURS EN BREF SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 13-06. La rente longévité SOMMAIRE SOMMAIRE La rente longévité Loi RCR : - La fin des mesures de financement particulières dans les régimes du secteur public Une capitalisation renforcée - Une solvabilité allégée - Les valeurs de transfert

Plus en détail

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Symposium international sur les services bancaires postaux John Anderson 613-290-0016 andersjs1@gmail.com «Ils sont des millions à ne pas avoir

Plus en détail

Pour un régime d assurance médicaments entièrement public. Conseil général, CSQ 7 octobre 2010

Pour un régime d assurance médicaments entièrement public. Conseil général, CSQ 7 octobre 2010 Pour un régime d assurance médicaments entièrement public Conseil général, CSQ 7 octobre 2010 Qu est-ce que notre régime d assurance médicaments? Au Québec, 43% de la population est couverte par le régime

Plus en détail

GUIDE PÉDAGOGIQUE DE L'ENSEIGNANT pour la FICHE PÉDAGOGIQUE SUR LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE EN ÉTHIOPIE

GUIDE PÉDAGOGIQUE DE L'ENSEIGNANT pour la FICHE PÉDAGOGIQUE SUR LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE EN ÉTHIOPIE GUIDE PÉDAGOGIQUE DE L'ENSEIGNANT pour la FICHE PÉDAGOGIQUE SUR LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE EN ÉTHIOPIE Avec Domaine général de formation Compétences transversales Compétences disciplinaires Scénario pédagogique

Plus en détail

Dette et portrait financier

Dette et portrait financier L ENDETTEMENT L administration municipale a principalement recours à l emprunt à long terme pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est grandement influencé par

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

Soirée d information concernant l augmentation du coefficient fiscal

Soirée d information concernant l augmentation du coefficient fiscal Soirée d information concernant l augmentation du coefficient fiscal Guide pour la lecture des comptes communaux Claude Jeanrenaud, Institut de recherches économiques, Université de Neuchâtel Espace Perrier

Plus en détail

CAHIER DE RECHERCHE FINANCES D UN QUÉBEC INDÉPENDANT

CAHIER DE RECHERCHE FINANCES D UN QUÉBEC INDÉPENDANT CAHIER DE RECHERCHE FINANCES D UN QUÉBEC INDÉPENDANT Résumé de l étude Par Maxime Duchesne Politologue (M. Sc. pol. ), étudiant en économie aux H.E.C et chercheur indépendant OCTOBRE 2014 «Les résultats

Plus en détail

Introduction FISCALITÉ

Introduction FISCALITÉ Introduction 51 Impôt sur le revenu 53 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une filiale 54 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une succursale 56 Mesures de contrôle des

Plus en détail

DETTE : LES GROSSES FICELLES DE L'ARNAQUE

DETTE : LES GROSSES FICELLES DE L'ARNAQUE DETTE : LES GROSSES FICELLES DE L'ARNAQUE Acte 1 : Dramatiser Acte 2 : Culpabiliser Acte 3 : Punir Acte 1 : Dramatiser, faire peur «la dette est colossale, le pays est au bord de la faillite» La dette

Plus en détail

BUDGET du QUÉBEC 2015

BUDGET du QUÉBEC 2015 BUDGET du QUÉBEC 2015 Services économiques TD BUDGET 2015 DU QUÉBEC : LE GOUVERNEMENT MAINTIENT LE CAP FISCAL Faits saillants Le gouvernement du Québec a déposé son deuxième budget depuis son arrivée au

Plus en détail

Droits de scolarité : contexte et argumentaire

Droits de scolarité : contexte et argumentaire Droits de scolarité : contexte et argumentaire Plan de la présentation Contexte actuel Les prochaines hausses Argumentaire du gouvernement Contre-argumentaire Conclusion et discussion Contexte actuel Augmentation

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Maintien d une saine gestion financière et économique

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Maintien d une saine gestion financière et économique LE BUDGET DE 1999 Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur Maintien d une saine gestion financière et économique février 1999 «la dernière année se caractérise par un incroyable climat d incertitude économique,

Plus en détail

VERS UNE EXPLOITATION MINIÈRE SANS RÉSIDUS : TRANSFORMATION FONDAMENTALE DU SECTEUR MINIER CANADIEN

VERS UNE EXPLOITATION MINIÈRE SANS RÉSIDUS : TRANSFORMATION FONDAMENTALE DU SECTEUR MINIER CANADIEN VERS UNE EXPLOITATION MINIÈRE SANS RÉSIDUS : TRANSFORMATION FONDAMENTALE DU SECTEUR MINIER CANADIEN Mémoire présenté aux fins du budget de 2016 29 janvier 2016 Présenté par : Peter Kondos, Ph. D. Président

Plus en détail

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Allocution de Darren Hannah Vice-président intérimaire, Politiques et opérations

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

LE DÉMANTÈLEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE QUI S EN VIENT... ÉTAPE N 1 : DÉMONTRER QUE LE DÉFICIT EST INGÉRABLE ET QUE LE SYSTÈME EST TROP GÉNÉREUX.

LE DÉMANTÈLEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE QUI S EN VIENT... ÉTAPE N 1 : DÉMONTRER QUE LE DÉFICIT EST INGÉRABLE ET QUE LE SYSTÈME EST TROP GÉNÉREUX. 29 DECEMBRE 2010 - TRACT N 24 SUD PROTECTION SOCIALE LE DÉMANTÈLEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE QUI S EN VIENT... ÉTAPE N 1 : DÉMONTRER QUE LE DÉFICIT EST INGÉRABLE ET QUE LE SYSTÈME EST TROP GÉNÉREUX. Denis

Plus en détail

CEM: les comptes d épargne médicale

CEM: les comptes d épargne médicale CEM: les comptes d épargne médicale 1. Situation Le financement du système suisse de santé est à l évidence en passe de devenir un des sujets les plus discutés au cours du siècle. Comme dans la plupart

Plus en détail

Réponse au manifeste pour tirer profit collectivement de notre pétrole

Réponse au manifeste pour tirer profit collectivement de notre pétrole Réponse au manifeste pour tirer profit collectivement de notre pétrole Rédaction - Yanick Desbiens, agent de communication et de gestion ainsi que Chargé de projet «Par notre PROPRE énergie» - Caroline

Plus en détail

Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre

Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIE PLACEMENTS ET FISCALITÉ N O 11 Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre De nombreux propriétaires d entreprise ont accumulé des sommes

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE CHAPITRE 1 GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE RÉPONSES OBJECTIFS D APPRENTISSAGE Au terme de ce chapitre, l étudiant doit être en mesure de faire ce qui suit : 1. Comprendre la gouvernance d entreprise

Plus en détail

Chapitre 1. Commentaire d introduction par la vérificatrice générale

Chapitre 1. Commentaire d introduction par la vérificatrice générale Commentaire d introduction par la vérificatrice générale Chapitre 1 Commentaire d introduction par la vérificatrice générale Contenu Le volume III rend compte de nos audits financiers... 3 Remerciements...

Plus en détail

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Stratégie de gestion financière Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Communication des résultats / 1 La Stratégie de gestion financière annuelle de la Province du Manitoba

Plus en détail

Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises

Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises Structure du cours Introduction à la comptabilité Comptabilité générale et comptabilité analytique: Objectifs, définition et champ d action Du patrimoine

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles I. Questions à traiter 1. Pour quelles raisons le modèle de grande banque universelle est-il aujourd hui contesté? Le modèle de

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

FÉDÉRAL MISE À JOUR DES PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES

FÉDÉRAL MISE À JOUR DES PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL MISE À JOUR DES PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES Le 12 novembre 2014 Mise à jour des projections économiques et budgétaires Fédéral LP TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures visant l impôt

Plus en détail

La fixation des loyers, la fiscalité des propriétaires et la rentabilité de l'immobilier MYTHES ET RÉALITÉS DE LA PÉNURIE DE LOGEMENTS LOCATIFS

La fixation des loyers, la fiscalité des propriétaires et la rentabilité de l'immobilier MYTHES ET RÉALITÉS DE LA PÉNURIE DE LOGEMENTS LOCATIFS IRIS Institut de recherche et d informations socio-économiques La fixation des loyers, la fiscalité des propriétaires et la rentabilité de l'immobilier MYTHES ET RÉALITÉS DE LA PÉNURIE DE LOGEMENTS LOCATIFS

Plus en détail

Point de vue VERSION 1. De démographie et d économie

Point de vue VERSION 1. De démographie et d économie VERSION 1 sur la dynamique sur économique le marché du mondiale pétrole Février 2015 De démographie et d économie Nous voici au moment où les premiers baby boomers sont à l âge de prendre leur retraite.

Plus en détail