PERSPECTIVES CANADIENNES : LA CROISSANCE RESTREINTE PAR LE CONTRÔLE DE LA DETTE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PERSPECTIVES CANADIENNES : LA CROISSANCE RESTREINTE PAR LE CONTRÔLE DE LA DETTE"

Transcription

1 Prévisions économiques trimestrielles Services économiques TD PERSPECTIVES CANADIENNES : LA CROISSANCE RESTREINTE PAR LE CONTRÔLE DE LA DETTE Faits saillants Après avoir enregistré une vigoureuse reprise au cours des deux dernières années, l économie canadienne est en passe de connaître une période de croissance modeste d environ 2 %, qui devrait se poursuivre dans les prochaines années. Notre scénario de base postule que les dirigeants européens prendront des mesures suffisantes pour que la crise ne se mondialise pas. S ils parviennent effectivement à éviter un débordement, la conjoncture mondiale permettra une croissance modeste du secteur canadien des exportations. Bien que le contexte de risque extérieur élevé incite les entreprises à la prudence en ce qui concerne leurs dépenses majeures en 212, les dépenses d entreprises devraient reprendre de la vigueur en 213, grâce à une croissance mondiale améliorée et à une remontée des prix des produits de base. En ce qui concerne l économie intérieure, les ménages et les gouvernements risquent de nuire à la croissance du PIB réel. Les ménages, tièdes à l idée de s endetter davantage, devraient n augmenter que progressivement leurs dépenses. Les gouvernements couperont vraisemblablement dans leurs dépenses réelles afin de remettre leurs budgets sur les rails au cours des prochaines années. Une correction de 1 à 1 % du marché canadien de l immobilier, attendue début 213 et qui devrait se poursuivre dans les deux prochaines années, continuera de plomber les dépenses de consommation et l investissement résidentiel. Malgré des perspectives de croissance médiocre, la Banque du Canada continue d envoyer le signal que le prochain mouvement des taux d intérêt sera à la hausse. Toutefois, les modifications que le gouvernement fédéral et le Bureau du surintendant des institutions financières ont apportées récemment aux règles hypothécaires réduisent la probabilité que la Banque du Canada hausse les taux en 212. Nous croyons que les taux augmenteront d un demi-point en 213. Le contexte économique mondial s est détérioré au cours des derniers mois : un certain affolement au sujet de la dette souveraine de l Europe et un ralentissement de la croissance des marchés émergents ont pesé lourd sur les marchés financiers. Depuis le début de l année, l économie canadienne a réussi à éviter les écueils externes sans faire de bruit, engendrant une croissance constante mais modeste d environ 2 %, en plus de générer des gains d environ 2 emplois par mois. Tout indique que les ménages ont commencé à renoncer à la frénésie de dépenses des dernières années et à ralentir le rythme de leurs emprunts. De leur côté, les gouvernements ont mis fin à leurs programmes de stimulation et adoptent des mesures pour s attaquer à leur CROISSANCE ÉCONOMIQUE MODESTE PRÉVUE Variation annualisée (%) du PIB réel d'un trimestre à l'autre Taux de chômage (%) 8 9 PIB réel canadien Taux de chômage Source : Statistique Canada et Haver Analytics Prévisions des Services économiques TD en date de juin 212 Prévisions 8 7 Craig Alexander, premier vice-président et économiste en chef, Derek Burleton, vice-président et économiste en chef adjoint, Diana Petramala, économiste,

2 LES MARCHÉS FINANCIERS TOUCHÉS PAR L'AVERSION AU RISQUE Cours de clôture de l'indice composé S&P/TSX 1, 1, 12, 1, 8,,, Source : TSX et Haver Analytics déficit. Les entreprises, qui ont énergiquement renoué avec la rentabilité depuis 29, ont augmenté leurs investissements, quoique de manière modeste, malgré le contexte de risque externe élevé et la volatilité des marchés financiers. En outre, malgré une reprise économique américaine en demi-teinte, certains «premiers de classe» chez nos voisins du Sud notamment le secteur automobile, dont les ventes ont rebondi ont continué de soutenir une reprise modeste du secteur canadien des exportations, dont l importance est capitale pour notre pays. Nous nous attendons à ce que ces tendances générales prédominent au cours des 18 à 2 prochains mois : la croissance devrait continuer de se chiffrer à environ 2 %, tandis que le taux de chômage devrait se maintenir entre 7, et 7, %, si toutefois l Europe surmonte tant bien que mal la crise de sa dette. Le cas échéant, nous nous attendons à ce que la Banque du Canada, qui a récemment laissé entendre qu elle penchait vers une hausse des taux d intérêt, s engage dans un retrait graduel des mesures de stimulation monétaire au cours des prochaines années. Malgré tout, compte tenu de l annonce par le gouvernement fédéral plus tôt ce moisci d un autre resserrement des règles applicables aux prêts hypothécaires assurés par la SCHL et de l adoption par le BSIF (organisme qui régit les banques à charte) de mesures visant à restreindre l octroi de prêt, afin de prévenir un endettement excessif des ménages et une trop grande agitation du marché immobilier, la banque centrale ne ressent plus autant la pression de hausser son taux d intérêt cette année. La saga européenne se poursuit Après avoir connu un bon début d année 212, les marchés financiers internationaux ont été bousculés par les inquiétudes à propos de l Europe et, dans une moindre mesure, par le ralentissement des économies chinoise et américaine. Depuis la fin du mois de février, l indice torontois S&P/TSX a chuté de plus de 9 %, alors que les investisseurs ont cherché refuge dans les obligations d État. Les prix des produits de base ont périclité, notamment le prix du baril de pétrole de West Texas Intermediate (WTI), qui est passé d un sommet de 19 $ US atteint plus tôt cette année à moins de 8 $ US à la fin du mois de juin. Bien que le huard ait montré des signes de résilience devant les prix nettement plus bas du pétrole, ce qui en dit long sur la force économique perçue du Canada, il a aussi perdu un peu de terrain au cours des derniers mois, les investisseurs se tournant vers le dollar américain comme valeur refuge. Au moment de mettre sous presse le présent numéro des Prévisions économiques trimestrielles, la situation économique et financière de l Europe demeurait très incertaine, malgré le résultat des élections de juin en Grèce, qui ont plébiscité le maintien du pays dans la zone euro. Cette situation en constante évolution représente le principal risque pour l économie canadienne à court terme. L exposition directe du Canada aux marchés européens demeure limitée : seuls 2 % de son économie sont liés au commerce avec cette région. Mais si la crise devait prendre une tournure mondiale, l économie canadienne en subirait les contrecoups, de par ses liens financiers internationaux et l effet de refroidissement sur la confiance des ménages CROISSANCE DU PIB RÉEL MONDIAL Variation (%) sur douze mois Brésil Inde Chine Japon Zone euro États-Unis Source : Fonds monétaire international, agences nationales de statistique. Prévisions des Services économiques TD en date de juin 212 2

3 et des consommateurs. Malheureusement, l économie canadienne serait touchée à un moment où les ménages canadiens seraient particulièrement vulnérables en raison de leur endettement élevé. Bien qu il soit impossible de prévoir le jeu politique, notre scénario de base en ce qui concerne les prévisions économiques canadiennes repose largement sur l hypothèse que les dirigeants de l Union européenne et de la Banque centrale européenne (BCE) prendront les mesures nécessaires pour éviter que la situation s envenime dramatiquement et se mondialise (voir les Prévisions économiques mondiales pour en savoir davantage). Pour ce faire, il faudra d abord relâcher les pressions actuellement subies par le système financier européen et progresser vers une union fiscale. De tels efforts contribueraient probablement à apaiser les craintes qui ont surgi sur les marchés financiers récemment, même si l éventualité de nombreux contretemps rend les marchés financiers mondiaux nerveux. Les économies avancées ou émergentes déçoivent, mais devraient reprendre du poil de la bête vers la fin de 212 Les déboires économiques de l Europe, conjugués aux mesures de resserrement monétaire passées, ont contribué au récent ralentissement de la croissance économique des marchés émergents, notamment de la Chine. Les gouvernements de ces régions ont commencé à assouplir leur politique monétaire, alors que le gouvernement chinois a annoncé un nouveau train de mesures fiscales pour stimuler la demande. Même si les taux de croissance économique des marchés émergents demeureront bien en deçà de la tendance récente des taux à long terme, nous nous attendons à ce que ces EXPORTATIONS CANADIENNES RÉELLES ET INDICE D'ACTIVITÉ AUX ÉTATS-UNIS Variation (%) sur douze mois Exportations canadiennes réelles Indice d activité aux États-Unis Source : Bureau of Economic Analysis, Statistique Canada, Réserve féd. amér., Banque du Canada. Prévisions des Serv. économiques TD en date de juin 212. mesures contribuent à une accélération modeste de la croissance fin 212 et en 213. Du côté américain, nos prévisions économiques n ont pas beaucoup changé depuis le dernier trimestre, exception faite d un rendement un peu plus faible au premier semestre de 212, notamment en ce qui concerne la création d emploi. Trois années ont passé depuis la crise financière qui a secoué les États-Unis, et certains de ses effets, notamment le désendettement des ménages, la faiblesse du marché immobilier et le resserrement des marchés du crédit, ont commencé à s estomper, permettant la poursuite d une reprise modérée de la demande privée. Les ventes de voitures aux États- Unis devraient croître de 1 % en 212, soit un gain annuel à deux chiffres pour la troisième année consécutive, et se dirigent vers une croissance solide en 213. Les incertitudes qui perdurent quant à la politique budgétaire freineront la relance américaine au cours des prochains mois, en raison de la fin annoncée des réductions d impôt temporaires et des compressions automatiques; la croissance devrait par conséquent demeurer sans grande vitalité en 213. Toutefois, nous croyons que la demande du secteur privé continuera de croître à un rythme suffisant pour maintenir un taux de croissance de 2 % pour l ensemble de l économie au cours de l année en cours et de la suivante. Globalement, le rythme de croissance des exportations canadiennes s accorde avec la croissance mondiale prévue pour les prochaines années, c est-à-dire un taux de à 7 %. Les prix des produits de base devraient demeurer sans vigueur à court terme. Toutefois, une amélioration du contexte mondial au dernier trimestre de l année en cours et en 213 permettra une légère remontée des prix des produits LE CONTEXTE INTERNATIONAL FAVORISE LA REMONTÉE DES PRIX DES PRODUITS DE BASE $ US par rapport au $ CA Prix du baril WTI 1.1 ($US) 1 Dollar canadien (g.) WTI (dr.) Source : Banque du Canada, Wall Street Journal et Haver Analytics Prévisions des Services économiques TD en date de juin

4 LES INVESTISSEMENTS DES ENTREPRISES CANADIENNES CONTRIBUENT À SOUTENIR LA CROISSANCE Variation (%) sur douze mois Source : Statistique Canada et Haver Analytics Prévisions des Services économiques TD en date de juin 212 de base à l échelle mondiale et contribuera à bonifier les revenus d exportation globaux au Canada. Le prix du brut, notamment, devrait atteindre de nouveau de 9 à 1 dollars américains par baril en 213. Le dollar canadien, dont on s attend à ce qu il maintienne une valeur de,9 à 1, dollar américain au cours des à prochains trimestres, sera un obstacle moindre pour le secteur des exportations qu au cours de sa longue période de hausse qui avait commencé en 22. Dans un contexte économique mondial riche en revirements, l économie intérieure du Canada demeure quelque peu mitigée. Ce contraste est particulièrement mis en évidence par les perspectives à moyen terme pour deux piliers importants de l activité économique, soit les investissements des entreprises et les dépenses gouvernementales. Quant aux perspectives pour les dépenses des ménages, elles se trouvent, pour ainsi dire, au milieu du spectre. Les entreprises prendront le relais en 213 Alors que les entreprises doivent absolument investir en machinerie et en équipement pour aider le Canada à redevenir concurrentiel sur les marchés mondiaux, la conjoncture n est pas vraiment propice aux dépenses importantes, surtout compte tenu de la pression exercée sur les profits par la chute brutale des prix des produits de base depuis avril. Néanmoins, si les craintes récentes des marchés financiers mondiaux s apaisent et que les conditions d exportation s améliorent conformément aux attentes, les investissements des entreprises devraient redevenir un vecteur principal de croissance économique en 213. D abord, le contexte devrait être plus propice à la rentabilité. Lorsque le marché des produits de base prendra de la vigueur plus tard cette année, les profits liés aux ressources devraient en tirer avantage. Ainsi, une part de l investissement en ressources que nous attendions pour 212 devrait être reportée à 213. En outre, des mesures adoptées récemment par certaines provinces (nommément l Ontario et l Île-du-Prince-Édouard) afin d harmoniser leurs taxes de vente au détail avec la TPS, de même que les efforts provinciaux et fédéraux pour ramener à 27, % le taux général d imposition du revenu des sociétés, ont placé le Canada dans une très bonne position par rapport aux autres pays. Bien que plusieurs d entre eux imposent toujours les sociétés à un taux moindre, le taux canadien est bien en deçà du taux avoisinant % imposé aux entreprises américaines et japonaises et de celui de 3 % pratiqué en Allemagne. Les investissements à grande échelle prévus dans le secteur pétrolier font couler beaucoup d encre, mais le secteur manufacturier devrait contribuer lui aussi à un niveau élevé d investissement des entreprises au Canada à moyen terme. Le secteur a subi une restructuration importante et fonctionne dorénavant presque à capacité. Pour poursuivre son expansion, le secteur manufacturier devra investir de manière à augmenter sa capacité, ce qui implique de nouvelles usines et l achat de machinerie et d équipement neufs. De plus, selon plusieurs sondages, les entreprises sont conscientes de la nécessité d augmenter les dépenses liées à l innovation, à la machinerie et à l équipement afin d être concurrentielles à l international après avoir essuyé un recul attribuable à une faible croissance de la productivité. DÉPENSES PUBLIQUES RÉELLES Variation annualisée (%) d'un trimestre à l'autre Source : Statistique Canada et Haver Analytics Prévisions des Services économiques TD en date de juin 212 Prévision

5 2 L'ENDETTEMENT DES MÉNAGES CROÎTRA AU MÊME RYTHME QUE LE REVENU Variation (%) sur douze mois 12 Crédit consenti aux ménages 1 Revenu personnel disponible Source : Statistique Canada et Haver Analytics Prévisions des Services économiques TD en date de juin 212 Réduction des dépenses gouvernementales À l autre bout du spectre, le secteur gouvernemental, concentrant ses efforts sur la réduction du déficit, devrait continuer de resserrer les cordons de la bourse au cours des prochaines années. Après avoir atteint un sommet d environ 8 milliards de dollars, le déficit combiné des provinces et du gouvernement fédéral a été ramené à quelque 7 milliards de dollars (2,7 % du PIB) au cours de l exercice qui s est terminé en mars 212; le gouvernement fédéral doit être crédité d une grande part de cette amélioration. Pour les douze mois à venir, les gouvernements prévoient réduire le déficit global à 39 milliards de dollars (2,2 % du PIB), et la plupart des provinces et territoires entendent l avoir éliminé complètement à l exercice La récente réduction du déficit peut être attribuée largement à la fin des programmes de stimulation et à un rebond de l activité économique. Dorénavant, les gouvernements voudront progresser davantage en réduisant la croissance des dépenses. En faisant abstraction de l inflation, on peut déduire que les dépenses publiques réelles se contracteront au cours de la période visée par nos prévisions. Les ménages montrent des signes d essoufflement Après une décennie de dépenses et d emprunts à un rythme relativement soutenu, les ménages risquent de cesser d être le moteur de croissance qu ils étaient. Cette année, les ménages ont semblé s essouffler encore davantage. En effet, les dépenses de consommation ont augmenté de seulement,9 % au premier trimestre de 212 (en chiffres annualisés), ramenant le taux d augmentation sur douze mois sous la barre des 2 %. En raison notamment du resserrement des règles applicables aux prêts hypothécaires assurés ces dernières années, les consommateurs ont ralenti leur rythme d endettement, abaissant ainsi la croissance annuelle globale de l endettement autour de %. Néanmoins, l endettement a continué à croître à un rythme deux fois plus rapide que le revenu, et le ratio d endettement a atteint un nouveau sommet de 12 % au premier trimestre de 212. Pour les prochains trimestres, nous nous attendons à ce que les dépenses des ménages continuent de croître au rythme actuel d environ 2 %. Étant donné le rythme prévu de croissance économique, l économie canadienne devrait générer de 1 à 2 nouveaux emplois par mois, pour des gains de revenu modérés allant de 3, à, %. L endettement excessif des ménages demeure la plus importante contrainte pour le consommateur canadien. Compte tenu du niveau d endettement, les ménages devraient continuer de ralentir leur rythme d emprunt, et la croissance de la dette correspondra ainsi davantage à la croissance du revenu. Par-dessus tout, un autre resserrement des règles d octroi de prêt au cours de prochains mois contribuera à détourner du crédit les ménages durant les prochains trimestres, malgré les taux d intérêt peu élevés qui perdureront dans les prochains trimestres. Voici un aperçu de ces modifications : En juin, le gouvernement fédéral a annoncé, pour la quatrième fois en quatre ans, un resserrement des règles applicables aux prêts hypothécaires assurés par la SCHL, en vigueur le 9 juillet 212. Parmi les changements annoncés, les plus notables sont la réduction de la période d amortissement maximale de 3 à 2 ans et la réduction du taux de financement maximal, ramené d un rapport prêt/garantie de 8 à 8 %. LES DÉPENSES DE CONSOMMATION ET D'INVESTISSEMENT RÉSIDENTIEL RALENTIRONT ENCORE DAVANTAGE Variation (%) sur douze mois Variation (%) sur douze Prix des habitations existantes (dr.) Dépenses de consommation et investissement résidentiel (g.) Source : Statistique Canada et Haver Analytics Prévisions des Services économiques TD en date de juin

6 De plus, le Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF), qui régit les grandes banques canadiennes, a confirmé que les exigences pour obtenir du crédit, qu il s agisse de lignes de crédit sur valeur domiciliaire ou de produits hypothécaires, seraient rehaussées dans les douze mois qui viennent. Le rapport prêt-valeur de nouvelles lignes de crédit non amorties ne pourra dépasser %, alors qu il pouvait jusqu alors atteindre 8 %. Ces nouvelles règles d octroi de prêt ne visent pas à nuire gravement aux dépenses des ménages ni à la demande de logements, mais elles devraient tout de même avoir une incidence marquée. Le précédent resserrement avait eu une incidence importante sur les ventes de maisons, particulièrement dans les six mois suivant sa mise en application. Les changements de politiques, combinés à des taux d intérêt légèrement plus élevés et à un déclin graduel de l accessibilité, semblent être la solution attendue pour réprimer les excès du marché canadien de l immobilier. Selon nous, le prix moyen des habitations se contractera de 1 à 1 % au cours des deux prochaines années; les marchés considérés comme les plus surévalués, comme Toronto et Vancouver, essuieront les plus importantes corrections. Le ralentissement anticipé du marché de l habitation aura plusieurs répercussions sur l activité économique réelle. Tout d abord, puisque le prix des maisons cessera d augmenter, les ménages seront plus réticents à dépenser. En outre, la baisse des ventes de maisons entraînera une réduction des achats de produits et services liés à l habitation, par exemple les fournitures pour la rénovation, les meubles et l équipement. Globalement, les achats liés à l habitation comptent pour tout près de 1 % de toutes les dépenses LA POLITIQUE MONÉTAIRE DEMEURE ACCOMMODANTE Niveau des taux d'intérêt (%) de la politique monétaire Tx de financement à un jour de la Bque du Canada Taux directeur de la Réserve féd. amér Source : Banque du Canada et Haver Analytics Prévisions des Services économiques TD en date de juin 212 des ménages. De plus, le recul des ventes et un nombre d habitations neuves invendues à la hausse devraient ralentir la construction résidentielle au second semestre de l année en cours et porter atteinte à la croissance de celle-ci en 213. Cette baisse simultanée de la construction résidentielle et des dépenses de consommation laisse croire que les nouvelles règles d emprunt réduiront à elles seules la croissance du PIB réel de,1 à,2 point de pourcentage en 212 et en 213. La Banque du Canada souhaite hausser ses taux, mais difficile de prévoir à quel moment elle le fera En menant sa politique monétaire, la Banque du Canada s est retrouvée dans une situation délicate. D un côté, elle a fait face à un contexte économique mondial à haut risque qui fait peser une lourde menace sur les perspectives économiques canadiennes, ce qui l incite à poursuivre sa politique monétaire de forte stimulation. La Réserve fédérale américaine a également indiqué qu elle avait l intention de maintenir le taux des fonds fédéraux pratiquement à zéro jusqu à la fin de 21, et tout resserrement important de la politique monétaire canadienne ferait s apprécier le dollar canadien, ce qui nuirait aux exportations canadiennes. De l autre côté, la Banque sait fort bien que le contexte de faibles taux d intérêt persistants nourrit un déséquilibre économique national sous la forme d un endettement excessif des ménages. La réponse à ce dilemme se trouve dans la réglementation. En avril, la Banque du Canada a déclaré que, «dans la mesure où l expansion économique se poursuit et [que] l offre excédentaire au sein de l économie se résorbe graduellement, il se peut qu une réduction modeste de la détente monétaire considérable actuellement en place au Canada devienne appropriée». Nous en avons conclu que la Banque indiquait son intention de hausser les taux et nous avons devancé à la fin de 212 le moment où nous pensions qu elle procéderait à la hausse. Mais comme les risques internationaux se sont intensifiés par la suite, les chances que la Banque décide d intervenir se sont amenuisées. Dans ce qui semble un effort on ne peut mieux concerté pour coordonner leurs politiques, le ministère des Finances a annoncé de nouvelles lignes directrices plus rigoureuses en matière d assurance hypothécaire, et le BSIF a fait l annonce d un resserrement des directives en matière d octroi de prêt. Ces mesures ciblent directement les risques pancanadiens et portent à croire que la Banque du Canada peut s abstenir d une intervention sur les taux pendant qu elle évalue leur incidence sur l économie nationale.

7 Globalement, la Banque a toujours un penchant pour une hausse des taux et ne devrait pas réduire le taux du financement à un jour, ce que les marchés anticipent comme une probabilité modérée, à moins de signes évidents que l économie se dirige de nouveau vers une récession. Si un tel événement ne se produit pas, la Banque ne bougera pas avant le printemps 213. D ici là, elle aura eu le temps d évaluer l évolution de la situation en Europe, la réaction des États-Unis aux défis financiers à la suite de l élection présidentielle et l incidence des mesures de réglementation sur le marché immobilier et sur l endettement des particuliers. Si les risques ont diminué, comme le prévoit notre scénario de base, la Banque voudra toujours hausser légèrement le taux du financement à un jour, mais elle le fera de manière graduelle et échelonnée. Nous croyons qu elle haussera ses taux d un quart de point en mars et en avril 213, puis maintiendra le statu quo pour le reste de l année, avant d effectuer de nouvelles hausses de 2 points de base en janvier et en mars 21. En d autres termes, les taux d intérêt demeureront faibles pour la période visée par nos prévisions. Toutefois, nous nous attendons à ce que les taux d intérêt soient haussés de 1 point de pourcentage au total au Canada alors que la Réserve fédérale américaine maintiendra le statu quo; c est pratiquement le maximum que peut se permettre la Banque du Canada sans provoquer une hausse du dollar canadien. C est l opinion que nous avons exprimée plusieurs fois récemment dans nos Prévisions économiques trimestrielles, et elle n a pas changé. En résumé En postulant que l Europe surmontera tant bien que mal la crise de la dette, nous nous attendons à ce que l économie canadienne génère une croissance économique modeste d environ 2 %, ainsi que des gains nets d emplois modérés au cours des prochaines années. Des perspectives de croissance solide des investissements des entreprises et des exportations devraient aller de pair avec un accroissement timide des dépenses des ménages et avec des restrictions dans le secteur gouvernemental. Une correction modérée du marché de l habitation semble très probable au cours des prochaines années, à la lumière des changements aux règles et aux directives d octroi de prêt récemment annoncés, et compte tenu des signaux régulièrement envoyés par la Banque du Canada voulant qu elle se prépare à hausser ses taux à moyen terme afin d assurer la stabilité des marchés financiers et des prix. Craig Alexander Premier vice-président et économiste en chef Derek Burleton Vice-président et économiste en chef adjoint Diana Petramala

8 PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES POUR LE CANADA Variation d'une période à l'autre en pourcentage annualisé, sauf indication contraire Moyenne annuelle e trim./e trim. T1 T2 T3 T T1 T2P T3P TP T1P T2P T3P TP 11 12P 13P 11 12P 13P PIB réel Dép. des consommateurs Biens durables Investiss. des entreprises Structures non rés Machinerie et matériel Investiss. résidentiels Dépenses publiques Demande intérieure finale Exportations Importations Variation des stocks non agricoles (2 2 G$) Ventes finales Balance des paiements courants (internat.) (G$) % du PIB Bén. des soc. av. impôt % du PIB Indice implicite PIB (A/A) PIB nominal Population active Emploi Emplois (en milliers) Taux de chômage (%) Revenu disp. des partic Tx d'épargne des partic. (%) Indice prix à la cons. (A/A) Indice de référence (A/A) M. en chantier (en milliers) Productivité : PIB réel/travailleur (A/A) P : prévisions des Services économiques TD en date de juin 212 Source : Statistique Canada, Banque du Canada, Société canadienne d'hypothèques et de logement, Haver Analytics 8

9 PERSPECTIVES DES INDICATEURS FINANCIERS Données de fin de période T1 T2 T3 T T1 T2P T3P TP T1P T2P T3P TP REVENU FIXE CANADIEN Tx cible financement un jour (%) Taux bons du Trésor 3 mois (%) Rendem. oblig. d'état 2 ans (%) Rendem. oblig. d'état ans (%) Rendem. oblig. d'état 1 ans (%) Rendem. oblig. d'état 3 ans (%) Écart entre oblig. 1 et 2 ans (%) DEVISES $ US par rapport au $ CA $ US par rapport à l'euro Yen par rapport au $ US P : prévisions des Services économiques TD en date de juin 212 Source : Statistique Canada, Banque du Canada, Bloomberg 9

10 PERSONNES-RESSOURCES DES SERVICES ÉCONOMIQUES TD Craig Alexander Premier vice-président et économiste en chef ANALYSE ÉCONOMIQUE - CANADA Derek Burleton, vice-président et économiste en chef adjoint Jacques Marcil principal Sonya Gulati principal Diana Petramala Francis Fong Dina Ignjatovic Leslie Preston ANALYSE ÉCONOMIQUE - ÉTATS-UNIS ET MONDE Beata Caranci, vice-président et économiste en chef adjointe James Marple principal Martin Schwerdtfeger principal Alistair Bentley Chris Jones Michael Dolega POUR NOUS JOINDRE Adresse postale, rue King Ouest 21 e étage, TD Tower Toronto, Ontario MK 1A2 Télécopieur : (1) 9-3 Le présent rapport est fourni par les Services économiques TD. Il est produit à titre informatif seulement et peut ne pas convenir à d autres fins. Il ne vise pas à communiquer de renseignements importants sur les affaires du Groupe Banque TD, et les membres des Services économiques TD ne sont pas des porte-parole du Groupe Banque TD en ce qui concerne les affaires de celui-ci. L information contenue dans le rapport provient de sources jugées fiables, mais son exactitude et son exhaustivité ne sont pas garanties. De plus, le rapport contient des analyses et des opinions portant sur l économie, notamment au sujet du rendement économique et financier à venir. Par ailleurs, ces analyses et opinions reposent sur certaines hypothèses et d autres facteurs et sont sujettes à des risques inhérents et à une incertitude. Les résultats réels pourraient être très différents. La Banque Toronto-Dominion ainsi que ses sociétés affiliées et divisions apparentées qui constituent le Groupe Banque TD ne peuvent être tenues responsables des erreurs ou omissions que pourraient contenir l information, les analyses ou les opinons comprises dans ce rapport, ni des pertes ou dommages subis. 1

BUDGET du QUÉBEC 2015

BUDGET du QUÉBEC 2015 BUDGET du QUÉBEC 2015 Services économiques TD BUDGET 2015 DU QUÉBEC : LE GOUVERNEMENT MAINTIENT LE CAP FISCAL Faits saillants Le gouvernement du Québec a déposé son deuxième budget depuis son arrivée au

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Rapport sur les marchés de l habitation régionaux Services économiques TD PERSPECTIVES DES MARCHÉS DE L HABITATION

Rapport sur les marchés de l habitation régionaux Services économiques TD PERSPECTIVES DES MARCHÉS DE L HABITATION Rapport sur les marchés de l habitation régionaux Services économiques TD PERSPECTIVES DES MARCHÉS DE L HABITATION RÉGIONAUX AU CANADA : La puissance des faibles taux d intérêt Faits saillants Les marchés

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES CANADIENS PLUS JEUNES ONT FREINÉ LEUR ENDETTEMENT EN 2012, MAIS LES PLUS VIEUX ONT CONTINUÉ D EMPRUNTER

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES CANADIENS PLUS JEUNES ONT FREINÉ LEUR ENDETTEMENT EN 2012, MAIS LES PLUS VIEUX ONT CONTINUÉ D EMPRUNTER COMMENTAIRE Services économiques TD 13 février 13 LES CANADIENS PLUS JEUNES ONT FREINÉ LEUR ENDETTEMENT EN 1, MAIS LES PLUS VIEUX ONT CONTINUÉ D EMPRUNTER Faits saillants En 1, la dette des ménages canadiens

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

Perspectives économiques du Canada :

Perspectives économiques du Canada : Perspectives économiques du Canada : 2015 une année remplie d incertitude Pedro Antunes Économiste en chef adjoint, Le Conference Board du Canada Le 22 septembre 2015 conferenceboard.ca Perspectives mondiales

Plus en détail

L OBSERVATEUR FINANCIER

L OBSERVATEUR FINANCIER L OBSERVATEUR FINANCIER Services économiques TD TURBULENCES SUR LES MARCHÉS ÉMERGENTS: POSSIBLE REPORT DU RELÈVEMENT DU TAUX DIRECTEUR DE LA FED Faits saillants Pour un deuxième mois consécutif, les mouvements

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

30 SEPTEMBRE 2012 COMMENTAIRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. 3 e trimestre

30 SEPTEMBRE 2012 COMMENTAIRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. 3 e trimestre Les marchés boursiers ont rebondi de façon marquée au cours du troisième trimestre, réagissant aux politiques accommodantes annoncées par les principales banques centrales dans le monde et au progrès dans

Plus en détail

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des 2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Prévisions économiques

Plus en détail

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD mai LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Faits saillants Le fait que la Banque du Canada ait récemment indiqué que les taux d intérêt pourraient

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 L économie canadienne en transition Thèmes pour 2014-15: L environnement économique

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 L économie canadienne en transition Thèmes pour 2014-15: L environnement économique

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE COMMENTAIRE Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE Faits saillants Les ventes de véhicules au Canada ont atteint un sommet

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

2 e TRIMESTRE : Survol du marché de l habitation de la Canada Guaranty AVRIL À JUIN 2010

2 e TRIMESTRE : Survol du marché de l habitation de la Canada Guaranty AVRIL À JUIN 2010 2 e TRIMESTRE : Survol du marché de l habitation de la Canada Guaranty AVRIL À JUIN 21 L économie mondiale continue d exercer une tension sur la reprise nord américaine, puisque les préoccupations liées

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES COMMENTAIRE Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES Dans le contexte d une diminution continue des taux d intérêt depuis le milieu des

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD

COMMENTAIRE. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD 16 juillet 213 LES MÉNAGES CANADIENS SONT PLUS ENDETTÉS QUE LES MÉNAGES AMÉRICAINS, MAIS UNIQUEMENT PAR SUITE DU RÉCENT DÉSENDETTEMENT AUX ÉTATS-UNIS Faits saillants

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 2011? DÉCEMBRE 2010 JANVIER 2011 Canada États-unis Les taux d'intérêt

économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 2011? DÉCEMBRE 2010 JANVIER 2011 Canada États-unis Les taux d'intérêt DÉCEMBRE JANVIER 211 économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 211? Au passage d une année à l autre, il est de mise de s interroger sur ce que nous réserve la nouvelle année. Après la solide

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 L économie belge s est raffermie de manière significative durant la première moitié de l année. Grâce au dynamisme de l économie américaine,

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

Prévisions économiques 2011. Yanick Desnoyers

Prévisions économiques 2011. Yanick Desnoyers Prévisions économiques 2011 Yanick Desnoyers ÀNOTER ÀVOTRE AGENDA 16 novembre 2010 8 mars 2011 POUR ALLER PLUS LOIN Consultez le dossier complet sur la rémunération à l adresse suivante : www.portailrh.org/previsions

Plus en détail

LES ABONDANTES LIQUIDITÉS DES ENTREPRISES ANNONCENT UNE AUGMENTATION DE LA CROISSANCE DES INVESTISSEMENTS AUX ÉTATS-UNIS

LES ABONDANTES LIQUIDITÉS DES ENTREPRISES ANNONCENT UNE AUGMENTATION DE LA CROISSANCE DES INVESTISSEMENTS AUX ÉTATS-UNIS ÉTUDE SPÉCIALE Services économiques TD 2 mai 212 LES ABONDANTES LIQUIDITÉS DES ENTREPRISES ANNONCENT UNE AUGMENTATION DE LA CROISSANCE DES INVESTISSEMENTS AUX ÉTATS-UNIS Faits saillants Les investissements

Plus en détail

La croissance de l emploi et des salaires ravive les possibilités d une hausse des taux de la Réserve fédérale

La croissance de l emploi et des salaires ravive les possibilités d une hausse des taux de la Réserve fédérale 19 novembre 2015 La croissance de l emploi et des salaires ravive les possibilités d une hausse des taux de la Réserve fédérale Faits saillants Aux États Unis, la croissance du PIB réel a été de 1,5 %

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles?

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Pour plusieurs, la hausse spectaculaire du prix des propriétés au Québec depuis quelques années (le prix moyen d une

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Commentaire mensuel sur les marchés

Commentaire mensuel sur les marchés Commentaire mensuel sur les marchés Perturbations, inquiétude et confusion sur les marchés Une gestion méthodique est essentielle pour garder son calme et maintenir le cap L intérêt d une méthode de gestion

Plus en détail

Tourisme en bref. Les marchés clés de la CCT et de ses partenaires. Juin 2010 Volume 6, numéro 6. www.canada.travel/entreprise

Tourisme en bref. Les marchés clés de la CCT et de ses partenaires. Juin 2010 Volume 6, numéro 6. www.canada.travel/entreprise Tourisme en bref Les marchés clés de la CCT et de ses partenaires www.canada.travel/entreprise Juin Volume 6, numéro 6 Points saillants Grâce à une croissance économique soutenue, le nombre de voyageurs

Plus en détail

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Présenté par Caroline Charest Économiste / directrice principale KPMG-SECOR Une accélération de la croissance mondiale

Plus en détail

La faible croissance économique au Québec fera place à un contexte plus favorable en 2014

La faible croissance économique au Québec fera place à un contexte plus favorable en 2014 PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES Québec, 16 janvier 214 La faible croissance économique au Québec fera place à un contexte plus favorable en 214 Hélène Bégin Économiste principale 11 18 16 14 12 Québec La province

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

COMMENTAIRE IL NE FAUT PAS SE FIER AU TAUX DE CHÔMAGE POUR ÉVALUER L ÉTAT DU MARCHÉ DE L EMPLOI. Services économiques TD

COMMENTAIRE IL NE FAUT PAS SE FIER AU TAUX DE CHÔMAGE POUR ÉVALUER L ÉTAT DU MARCHÉ DE L EMPLOI. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD IL NE FAUT PAS SE FIER AU TAUX DE CHÔMAGE POUR ÉVALUER L ÉTAT DU MARCHÉ DE L EMPLOI Points saillants Au cours de la dernière année, le taux de chômage au Canada est

Plus en détail

Fonds Avantage FPI hypothécaires d agences américaines

Fonds Avantage FPI hypothécaires d agences américaines Commentaire Rendement Au troisième trimestre, les FPI hypothécaires ont cédé une partie du terrain gagné plus tôt dans l année, comme en témoigne le léger recul des cours des titres adossés à des créances

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Monsieur le président, Messieurs les vice-présidents, Madame et Messieurs les membres du Comité, bonjour.

Monsieur le président, Messieurs les vice-présidents, Madame et Messieurs les membres du Comité, bonjour. Allocution de Jean-Denis Fréchette Directeur parlementaire du budget devant le Comité permanent des finances de la Chambre des communes Le 28 avril 2015 (La version prononcée fait foi) Monsieur le président,

Plus en détail

PERSPECTIVES d avenir

PERSPECTIVES d avenir PERSPECTIVES d avenir Les rôles changeants des titres à revenu fixe et des actions Bruce Cooper, CFA Vice-président, Actions, Gestion de Placements TD Coprésident, Comité de répartition des actifs de Gestion

Plus en détail

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale L année 2015, qui s'est amorcée deux semaines auparavant, s avère déjà mouvementée. Le pétrole a poursuivi sa chute brusque

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

commentaires trimestriels

commentaires trimestriels commentaires trimestriels Sécuritaire boursier L Europe s est encore retrouvée à l avant plan de la scène économique et financière durant le dernier trimestre de 2011. Les problèmes reliés à la perte de

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Plan de la présentation Les facteurs fondamentaux Les prévisions pour 2014 Les intentions à moyen terme Les principaux risques Vers un autre resserrement hypothécaire? Plan de la présentation Les facteurs

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

Le quatrième resserrement hypothécaire, un an plus tard

Le quatrième resserrement hypothécaire, un an plus tard Le quatrième resserrement hypothécaire, un an plus tard Nous examinons ici l effet du dernier resserrement des règles de l assurance prêt hypothécaire sur la performance du marché immobilier québécois

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 214 Vol. 11.2 7 juillet 214 L enquête menée cet été fait encore ressortir des signes encourageants en ce qui concerne les perspectives

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

FONDS DE REVENU SUPREMEX : RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE DE 2009

FONDS DE REVENU SUPREMEX : RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE DE 2009 COMMUNIQUÉ Source : Contact : Fonds de revenu Supremex Stéphane Lavigne, CA Vice-président et chef de la direction financière (514) 595-0555 FONDS DE REVENU SUPREMEX : RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE

Plus en détail

Neuf 22 26 30-4.1 19.4 15.1. Revente 148 159 157-4.0 7.4-1.1. Neuf 481 503 522 5.6 4.6 3.7 Revente 464 495 522 7.6 6.8 5.4

Neuf 22 26 30-4.1 19.4 15.1. Revente 148 159 157-4.0 7.4-1.1. Neuf 481 503 522 5.6 4.6 3.7 Revente 464 495 522 7.6 6.8 5.4 COMMENTAIRE Services économiques TD 1 mars 214 LE MARCHÉ DE L HABITATION DE LA RÉGION DU GRAND TORONTO : PLUSIEURS MARCHÉS, PLUSIEURS SITUATIONS Faits saillants Bien que la robuste croissance des prix

Plus en détail

COMMENTAIRE LA CHUTE DU HUARD PRÉPARE LE TERRAIN POUR UNE HAUSSE DE L INFLATION. Services économiques TD

COMMENTAIRE LA CHUTE DU HUARD PRÉPARE LE TERRAIN POUR UNE HAUSSE DE L INFLATION. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD LA CHUTE DU HUARD PRÉPARE LE TERRAIN POUR UNE HAUSSE DE L INFLATION Faits saillants Au Canada, l inflation demeure en deçà du taux cible de la banque centrale depuis

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

L évolution à long terme des prix des logements : une perspective internationale

L évolution à long terme des prix des logements : une perspective internationale L évolution à long terme des prix des logements : une perspective internationale Association canadienne de science économique des affaires Kingston (Ontario) 25 août 2015 Lawrence Schembri Sous-gouverneur

Plus en détail

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Présenté par Daniel Denis Associé, SECOR 4 décembre 2009 Une croissance mondiale forte Au cours de la dernière décennie Évolution du PIB mondial Croissance

Plus en détail

MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC

MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC Mise à jour de novembre 2015 LE plan économique du québec NOTE Le masculin générique

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail

La promotion de la prospérité économique et financière du Canada

La promotion de la prospérité économique et financière du Canada La promotion de la prospérité économique et financière du Canada Exposé présenté devant la Chambre de commerce de Lévis Lévis (Québec) Le 8 février 2010 Pierre Duguay Sous-gouverneur Mandat Aux termes

Plus en détail

PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES ET FINANCIÈRES Septembre 2013. La longue fin de la croissance modérée

PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES ET FINANCIÈRES Septembre 2013. La longue fin de la croissance modérée PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES ET FINANCIÈRES Septembre 01 La longue fin de la croissance modérée Croissance du PIB des pays développés et des pays émergents Variation en %, d'une année à l'autre 1 10 8 - -

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

Priorité au texte prononcé M. Jeffrey Schwartz Vice-président directeur, chef de la direction des finances et secrétaire

Priorité au texte prononcé M. Jeffrey Schwartz Vice-président directeur, chef de la direction des finances et secrétaire Priorité au texte prononcé M. Jeffrey Schwartz Vice-président directeur, chef de la direction des finances et secrétaire Les Industries Dorel Inc. Assemblée annuelle et extraordinaire des actionnaires

Plus en détail

Province, régions et tendances d avenir

Province, régions et tendances d avenir Province, régions et tendances d avenir Kevin Hughes Économiste régional Marché de l habitation : notre savoir à votre service PLAN Marché de l habitation : notre savoir à votre service I Facteurs qui

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête du printemps 2015 Vol. 12.1 6 avril 2015 L enquête menée ce printemps fait ressortir que la baisse des prix du pétrole continue d assombrir

Plus en détail

CADRE D INTERPRÉTATION

CADRE D INTERPRÉTATION GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Cadre d interprétation Indicateurs

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES par Marion Steele Département d économie, Université de Guelph et Centre pour les études

Plus en détail