Rueil INFOS BONNE ANNÉE 2013! n janvier 2013 LES PEINTRES DE PONT-AVEN À GROGNARD RUEIL SE BAT TERRAIN SANOFI : LE PROJET CONFIRMÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rueil INFOS BONNE ANNÉE 2013! n 303 - janvier 2013 LES PEINTRES DE PONT-AVEN À GROGNARD RUEIL SE BAT TERRAIN SANOFI : LE PROJET CONFIRMÉ"

Transcription

1 Rueil INFOS LE MAGAZINE MUNICIPAL D INFORMATION DE RUEIL-MALMAISON n janvier 2013 BONNE ANNÉE 2013! TERRAIN SANOFI : RUEIL SE BAT LE PROJET CONFIRMÉ POUR SES DEUX GARES! LES PEINTRES DE PONT-AVEN À GROGNARD

2 Sommaire ma ville 04 RENDEZ-VOUS Sorties, spectacles, expos 05 LE MOT DU MAIRE 07 VŒUX 08 ALBUM L hiver en images 10 RUEIL BOUGE! Terrains Sanofi : le projet de logements collectifs est confirmé 13 TRANSPORTS Rueil se bat pour ses deux gares! 15 COMMUNICATION C est tout comm 16 COHÉSION SOCIALE P.R.E. à tout! 19 DROITS Les conciliateurs de justice : terrain d entente 21 COMMERCE ET ARTISANAT L apprentissage rueillois récompensé 23 TRIBUNE DE L OPPOSITION 24 Mairie de Rueil-Malmaison CULTURE Bienvenue à Pont-Aven! 27 CULTURE Toute la France au Tam! 28 EN BREF Agenda, rendez-vous dans les villages, etc. 32 PAGES JEUNES 35 S PORT Quand les filles s emparent du ballon 36 GENS D ICI 37 LE CARNET Rueil Certifié PEFC pefc-france.org D.R. 10 Fotolia/moodboard n 303 LE MAGAZINE MUNICIPAL D INFORMATIONS DE RUEIL-MALMAISON - Hôtel de Ville : 13 bd Foch, Rueil-Malmaison Cedex - Tél. : réalisation : Les Espaces multi-services, 56 boulevard de Courcerin, Croissy-Beaubourg, Marne-la-Vallée Cedex 2 - Tél : Fax : Dépôt légal : 1 er trimestre Photo de couverture : agence Épicure

3 Rendez-vous sorties/spectacles/expos/ Pleins feux sur Londres Les 10 es Rencontres de l histoire et de l actualité mettent à l honneur la capitale britannique à travers une série de rendez-vous pour tous les publics : conférences animées par des universitaires renommés, exposition, concerts et projections sur grand écran. De quoi apprécier les multiples facettes d une cité fascinante! Jusqu au 26 janvier Exposition «Londres 2012» : photographies de Manuel Cohen Conférences - «Margaret Thatcher, la dame de fer. De l épicerie à la chambre des Lords» : jeudi 10 janvier, à 20h30 - «Portraits de Victoria, reine d un siècle, et d Élisabeth II, reine de l histoire» : samedi 12 janvier, à 15h - «Panorama du cinéma britannique» : samedi 19 janvier, à 15h - «Londres, miroir du monde» : jeudi 24 janvier, à 20h30 - «Holbein, portraitiste des rois de la cour» : samedi 26 janvier, à 15h Spectacles Variation musicale «Le War Requiem de Benjamin Britten» : samedi 5 janvier, à 15h Concert «Le renouveau» en partenariat avec le C.R.R. : samedi 12 janvier, à 17h Projections grand écran Sélection de films britanniques projetés chaque jeudi jusqu au 31 janvier, à 18h MÉDIATHÈQUE JACQUES-BAUMEL : BOULEVARD FOCH RENSEIGNEMENTS ET INSCRIPTIONS : PROGRAMME DÉTAILLÉ : Mairie de Rueil-Malmaison D.R. Laura Littardi. P.M. Jusqu au 21 janvier L art du dessin Le 11 janv. et le 1 er février Soirées jazz Samedi 19 janvier Nouvel An en Amérique Les 26 et 27 janvier Quand danse rime avec excellence Le château de Malmaison vous convie à sa dernière exposition, «Un semblant de bonheur. Dessins de la donation Osiris». Pour la première fois, 47 dessins et aquarelles issus de la collection personnelle de Daniel Iffla ( ), dit «Osiris», sont présentés au public. Tous les jours (sauf mardi), de 10h à 12h30 et de 13h30 à 17h15 (17h45 le week-end) Tarifs : 8 et 6,50 (gratuit pour les moins de 26 ans et pour tous le premier dimanche du mois) Château de Malmaison : 15 avenue du Château Renseignements : Dans le cadre de sa programmation «Cabaret jazz», le service municipal des Affaires culturelles vous propose deux concerts : - Inner Dance, avec Laura Littardi (chant), Carine Bonnefoy (piano), Mauro Gargano (contrebasse) et Guillaume Dommartin (batterie) Vendredi 11 janvier, à 20h30 - Tam Devilliers Quartet, avec Tam de Villiers (guitare/composition), David Prez (saxophone ténor), Bruno Schorp (contrebasse) et Karl Jannuska (batterie) Vendredi 1 er février, à 20h30 Salle Cabaret Ariel : 97 avenue Paul-Doumer Renseignements et réservations : Le conservatoire à rayonnement régional invite les Rueillois à son traditionnel concert du Nouvel An, consacré cette fois à la musique sud et nordaméricaine. La soprano Élisabeth Vidal, accompagnée d un octuor de violoncelles, et l orchestre symphonique dirigé par Jean-Luc Tourret interpréteront notamment des œuvres de Heitor Villa-Lobos et de Léonard Bernstein. Les classes de trompette de la faculté de musique de l université de West Chester (Pennsylvanie) et du C.R.R. assureront quant à elles la première partie. À 20h Théâtre André-Malraux : place des Arts Afin de permettre au public de mieux connaître les enseignements qu il propose en danse, le conservatoire à rayonnement régional organise des portes ouvertes. Deux spectacles chorégraphiques, l un le samedi 26 janvier à 18h, l autre le dimanche 27 janvier à 14h30, seront assurés par les classes d Olivier Letu et de Sarah Lachèvre, en danse classique, et de Nathalie Vojtovic-Zaouane, en modern jazz, accompagnées au piano par Katia Gangi. Auditorium du C.R.R. : 182 avenue Paul-Doumer Entrée libre en fonction des places disponibles Renseignements (Antoine Sicot) :

4 Le mot du maire P.M Patrick Ollier et Patrick Jarry, maire de Nanterre, ont réaffirmé leur attachement au Grand Paris Express lors du comité de pilotage du projet des gares de Nanterre et Rueil, le 20 décembre dernier à la médiathèque. Rueil se bat pour sa gare du Mont-Valérien! Au cours des dernières semaines de l année 2012, nous nous sommes retrouvés à plusieurs reprises à l occasion des fêtes de fin d année dans les crèches, lors des repas des seniors, au Marché du monde au centre-ville, devant notre irremplaçable patinoire... Mais au-delà des célébrations, nous avons aussi travaillé lors de nombreuses réunions publiques. Comme d habitude, nous avons beaucoup échangé sur les projets en cours ou à venir afin de trouver les meilleures solutions pour un développement harmonieux de notre ville, et cela dans le respect des exigences des habitants déjà installés dans les différents quartiers! À l occasion de ces réunions, j ai vous ai confirmé l information qui circulait depuis plusieurs mois : l ouverture d un restaurant McDonald s au centre-ville, près du Monoprix! Le projet est en cours : la demande de permis de construire a été déposée pour une ouverture possible pour l automne Le choix de permettre l installation de cette enseigne, fortement demandée par les jeunes, a longuement été réfléchi. Elle donnera un nouvel élan à la restauration rapide et dynamisera le secteur. J ai rassuré à nouveau les riverains en réaffirmant que toutes les précautions ont été prises avec le groupe McDonald s en matière d éventuelles nuisances, qu elles soient sonores, olfactives, ou d éventuels troubles de voisinage. Lors de la réunion publique à l ancienne mairie, la qualité du projet a convaincu les participants. L année qui s achève a été encore une année difficile sur plusieurs plans, notamment sur celui de l économie. Ces difficultés ont forcément des conséquences au niveau local. C est un sujet en plein débat, car nous préparons le budget 2013 de la Ville, ainsi que celui de la communauté d agglomération du Mont Valérien (C.A.M.V.). Nous sommes lucides et nous savons qu il faudra poursuivre, avec fermeté, notre politique d économie dans la gestion de nos collectivités, tout en étant conscients que d autres mesures s imposeront dans l avenir. À propos de la C.A.M.V., au dernier conseil, en tant que président de la commission locale d évaluation des charges transférées (Clect), j ai présenté le rapport d activité. Je me réjouis du fait que, malgré nos différentes appartenances politiques, ce document ait été approuvé à l unanimité par les conseillers. En janvier, lors du prochain conseil, nous procéderons, comme nous l avions indiqué lors de la création de notre intercommunalité, au changement de président. M. Jarry prendra, comme prévu, la suite de M. Dupuy. En 2013, nous poursuivrons tous les projets déjà lancés. Parmi ceux-ci, je tiens à vous rappeler «Tremplin vers l entreprise», qui vise à favoriser l insertion des jeunes sans qualification dans le monde du travail, la réalisation de la Maison de l autonomie, désormais inscrite dans le contrat local de santé de la Ville (lire Rueil Infos de décembre) et destinée à faciliter l accès aux droits des personnes handicapées ou en perte d autonomie. Le label marque «Ville impériale», que nous avons créé en 2011, a fait son chemin. Nous avons fait le point des actions en cours avec les autres villes signataires (Fontainebleau, Compiègne, Saint-Cloud, Saint-Leu-la-Forêt, Montereau-Fault- Yonne, Autun...) lors de l assemblée plénière qui a eu lieu en décembre. Ce label n est pas un caprice! Il participe au développement d une politique touristique commune nous permettant de valoriser notre patrimoine historique et culturel! Qui dit tourisme, dit nouvelles ressources pour nos commerces et nos hôtels : Rueil a un patrimoine historique remarquable ; il serait dommage de ne pas le mettre en valeur et de ne pas le faire connaître! Enfin, vous avez peut-être lu dans la presse que le projet de Grand Paris Express pourrait être reporté de plusieurs années sur le tronçon allant de Pont de Sèvre à Nanterre, qui nous concerne. Soyez assurés que les élus, tous bords politiques confondus, de chacune des collectivités concernées se battent pour que le calendrier initialement prévu soit respecté. Je défendrai les intérêts de notre ville auprès du gouvernement. Dès janvier, je vous demanderai de vous mobiliser pour m aider à gagner cette bataille! Les vœux, c est aussi l occasion pour moi de vous rappeler que la mairie est à vos côtés. Tous les jours, les agents municipaux sont à votre service : je salue leur dévouement et leur travail. Quant à moi, je suis toujours à votre écoute. Le 28 février, nous renouvellerons l expérience de la permanence. De 18h à 20h, je vous recevrai dans mon bureau sans rendez-vous, comme cela a déjà été le cas en novembre dernier. Enfin, dans ces premiers jours de l année, permettez-moi d adresser à chacune et à chacun d entre vous, avec tous les membres du conseil municipal, nos vœux les plus sincères de santé, de bonheur et de réussite. Patrick Ollier Ancien ministre Député-maire de Rueil-Malmaison 05

5 Région-lycée : «Un siècle pour une rénovation» VŒUX P.M. Avec mon groupe politique, j ai défendu l avenir des lycées d Île-de-France, en particulier les lycées de Rueil : Richelieu et Gustave-Eiffel. Le plan pluriannuel d investissement (P.P.I.) des lycées a été imposé par la majorité de gauche en séance plénière et ne va que dégrader une situation déjà grave. Sur 217 opérations de revalorisation des lycées depuis 2006, seules 17 ont été terminées. Résultat des comptes, nos lycées sont en mauvais état, et des milliers de lycéens sont obligés d aller étudier dans un lycée hors de leur commune avec les problèmes de transport que cela suppose dans une région qui ne prépare vraiment pas l avenir des Franciliens. La situation va donc empirer, car la Région, qui veut construire avec l État logements par an, ce qui représente entre et lycéens en plus, ne fera que places de façon certaine. On entretient... la pénurie. On prend en otage les lycéens, mais aussi les professeurs. Finalement, le P.P.I. lycées ne représente que 240 millions par an. C est deux fois moins que le précédent, et, à titre d exemple, seules sept demi-pensions seront refaites en... dix ans pour 470 lycées. À ce rythme-là, il faut un siècle pour que les lycées bénéficient au moins d une rénovation simple et deux siècles pour une rénovation complète. Les lycéens attendront, et Richelieu ne sera pas agrandi, comme cela m a été répondu quand j ai posé la question à la séance plénière d octobre dernier. Cependant, espérons en l avenir et en Pour cette nouvelle année donc, je vous souhaite tous mes meilleurs vœux. Denis Gabriel Conseiller régional d Île-de-France «Remettre la France au travail» «Une meilleure année pour tous» La multiplication des plans sociaux n est pas une fatalité. C est la triste conséquence d une politique qui ne parvient pas à donner les moyens à nos entreprises d investir, de se rénover, de se positionner sur de nouveaux marchés, d être innovantes et performantes. Cette paralysie, qui n est pas récente, trouve sans doute son origine dans le passé. Mais que font maintenant nos gouvernants pour agir efficacement afin de rendre nos D.R. produits et nos services attractifs? Ce n est pas en ponctionnant davantage les sociétés et en stigmatisant les investisseurs par une fiscalité inadaptée que nous obtiendrons les capitaux nécessaires pour renouer avec une compétitivité créatrice d emplois. Nous savons tous que le coût du travail est trop élevé en France et exige de poursuivre les réformes engagées par le précédent gouvernement. L emploi ne se décrète pas. Il répond au besoin de l entreprise à condition de lui donner les moyens de son développement. Faire de la politique ne consiste pas à être populaire et à faire plaisir à son électorat. C est savoir agir dans l intérêt général, prendre des mesures parfois difficiles, mais indispensables pour secourir une économie en péril, sauver des emplois, protéger des familles. Il y a urgence à changer de cap, à redonner une valeur à l effort, à rétablir la confiance dans nos entreprises et leurs dirigeants, en un mot à remettre la France au travail. En ce début d année, je vous adresse tous mes vœux de bonheur et de réussite pour Yves Menel Vice-président du conseil général des Hauts-de-Seine Il est classique d échanger des vœux, mais le contexte, lui, est différent et changeant. Il est cette année plus préoccupant, davantage incertain que par le passé. C est aux élus d exprimer de l espoir et de la volonté. C est le message que je délivrerai au conseil général lors de la discussion sur le budget J interviendrai pour le vote d un budget de solidarité et de participation à la lutte contre le D.R. chômage et pour des jours meilleurs. Ce budget de près de 2 milliards donne la priorité aux actions à caractère social. 500 millions seront prévus pour des travaux dans les collèges (dont Marcel-Pagnol), pour les routes (dont la rue du Lieutenant- Colonel-de-Rochebrune), pour les tramways (ex : le T1), etc. De quoi donner de l espoir aux entreprises de travaux publics. Les Hauts-de-Seine sont l une des deux ou trois collectivités territoriales qui participent le plus aux péréquations en faveur des communes et départements touchés par la crise. J espère que nous pourrons reconduire sans augmentation le taux de la taxe foncière, qui est le plus faible de l Île-de-France. Je présente aux Rueilloises et aux Rueillois mes vœux pour 2013 les plus sincères. Jean-Claude Caron Conseiller général du canton Rueil nord 7

6 ALBUM/L hiver en images 28 novembre Le label F.F.F. décerné au F.C.R.M. Patrick Ollier et son adjoint au Sport, Pascal Perrin, ont félicité le F.C.R.M. et son président, Daniel Vinette, pour l obtention du label décerné par la Fédération française de football pour la qualité de son école de football féminin. Rueil est désormais l une des sept villes franciliennes à posséder ce label (lire page 35). 10 décembre L Agenda 21 en mode connecté Dans le cadre de la procédure de concertation autour de l élaboration du futur Agenda 21 de la ville, lancée par Patrick Ollier, une réunion publique était organisée à l auditorium de la médiathèque, sous la présidence de Philippe d Estaintot, maire adjoint au Développement durable. Grande première à Rueil, celle-ci était retransmise en direct sur Internet, et des internautes ont pu y participer depuis chez eux en prenant la parole via leur webcam. P.M. C.S. 1 er décembre Commémoration de la fin des combats en Algérie Patrick Ollier a présidé les cérémonies organisées dans le cadre de la Journée nationale d hommage aux morts pour la France pendant la guerre d Algérie et les combats du Maroc et de Tunisie, qui se sont déroulées devant le monument aux morts, place du 11-Novembre-1918, en présence des hautes autorités civiles et militaires. P.M. Payez votre stationnement par téléphone Le système de paiement du stationnement sur voirie Pay by Phone est opérationnel à Rueil depuis le 1 er décembre. Il permet de régler son stationnement à distance, par Internet ou mobile. Le jour du lancement de ce service, un horodateur a symboliquement été inauguré par Pascal Perrin, maire adjoint en charge des questions de Circulation, et Dominique Vuillot, son homologue chargé des Nouvelles Technologies, en présence des maires adjoints Denis Gabriel et Alain Bouin. Plus d infos : 5 décembre C.S. 8

7 1 er décembre Salon du livre d histoire à la médiathèque Grand succès pour le 1er Salon du livre d histoire du Premier et du Second Empire organisé par la médiathèque, avec de nombreux auteurs accueillis pour des séances de dédicaces. Parmi ceux-ci, l académicien Jean-Marie Rouart, ici en photo. P.M. 24 novembre Les toqués du Salon du terroir Grand succès populaire ( visiteurs), le Salon du terroir accueillait cette année plusieurs chefs de renom au sein du jury du Concours artistique des métiers de bouche, ici réunis pour une photo de groupe à l hippodrome de Saint-Cloud où se tenait l événement. Hippodrome oblige, le thème de cette huitième édition du concours était consacré aux chevaux de légende! C.S. 20 novembre École des familles Une nouvelle séance de l école des familles, consacrée aux dangers d Internet, s est tenue au collège La Malmaison sous la présidence de David Bousso, conseiller municipal à la Politique de la ville, et de Jean- Pierre Morin, son homologue en charge des Relations avec les établissements scolaires. C.S. 8 décembre La Poste du Plateau fait peau neuve C.S. Après plusieurs semaines de travaux de rénovation, le bureau de poste du Plateau, place des Maîtres-Vignerons, a rouvert ses portes à la mi-novembre. Ce bureau moderne, sans guichet, offre une meilleure qualité de confort et de service aux usagers. Il a été inauguré le 8 décembre en présence de plusieurs élus municipaux, dont Philippe d Estaintot, maire adjoint au Développement durable, ici en train de couper le ruban. 9

8 RUEIL BOUGE! D.R. Terrain Sanofi : le projet de logements collectifs est confirmé Cette image d ambiance, présentée lors de la réunion publique du 7 septembre précédant l enquête publique, donne une idée des intentions architecturales souhaitées par la Ville pour la future résidence. Il s agit de promouvoir un habitat de qualité dans un environnement aéré et verdoyant. L enquête publique de modification du P.L.U. s étant conclue par un avis favorable du commissaire enquêteur, l ancien terrain de Sanofi, avenue de Versailles, pourra accueillir un projet de logements. La Ville, qui voulait à tout prix éviter une friche industrielle sur ce site, entend y implanter une résidence de logements collectifs de grande qualité, pas plus importante que les bâtiments existants. Autoriser un site de locaux professionnels à accueillir des logements sans toucher aux grands équilibres du quartier, tel était l enjeu de la procédure de modification du P.L.U. qui vient de s achever, avec une issue favorable présentée par le maire en réunion publique le 12 décembre à la Maison de la nature devant près de 100 personnes. Dans les faits, il s agit des anciens locaux de Sanofi, délaissés depuis 2010 par le laboratoire pharmaceutique, qui devenaient une friche industrielle si aucune solution de reconversion n était trouvée. Une concertation permanente Face à ce risque, la municipalité a recherché plusieurs solutions de reprise. Le laboratoire scientifique de la Police puis un lycée hôtelier ont un temps été évoqués, mais ces projet n ont pu se concrétiser. Malheureusement, aucune autre activité économique n a pu être envisagée, malgré les efforts conjoints de Sanofi et de la Ville, compte tenu des problèmes de transports en commun. Restait alors une autre option, reconvertir ce site de 2,2 ha en projet immobilier de logements et non plus d activités professionnelles. L idée de maisons de ville a été envisagée mais celles-ci étaient beaucoup trop hautes. De plus, cela impliquerait de raser la totalité des espaces verts pour construire les éventuelles maisons. Enfin, ayant des difficultés à équilibrer le projet, l aménageur y a renoncé. Reconstructions quasi identiques Dès lors, le projet est revenu aux bâtiments existants. Le maire a effectivement accepté, que soit reconstruit, quasiment à l identique, les bâtiments des bureaux Sanofi, ceux-ci ne gênant pas la «mémoire» du quartier. Même hauteur, même épaisseur et là où était construit près de m 2 on reconstruira seulement un peu plus de m 2! C est un beau projet, bien équilibré car il faut rappeler que le P.L.U autorisait la construction de m 2. Personne ne peut considérer que ce projet est excessif! La ville a donc accepté les 120 logements qu il prévoyait car ce nouveau projet ne posera aucun problème majeur à régler, ni pour la circulation avenue de Versailles où chaque jour, véhicules circulent ; ni pour les écoles puisque le nombre d enfant prévus par les ratios peut être largement absorbé par les écoles avoisinantes. La part d espaces verts sur la parcelle passerait en outre de 45 % aujourd hui à 65 % dans la nouvelle configuration. L opération comporterait enfin 30 % de logements sociaux, conformément à une règle du P.L.U. en vigueur dans toute la ville pour tout bâtiment d habitation neuf supérieur à 900 m² de surface de plancher. Avis favorable du commissaire enquêteur Ce projet, soumis à enquête publique à l automne dernier, a suscité quelques mécontentements, voire des réactions hostiles de la part de certains riverains, redoutant entre autres une densification trop importante pour le quartier. Il a néanmoins reçu un avis favorable de la part du commissaire enquêteur. Celui-ci a toutefois assorti son rapport d une réserve (1) et de quatre recommandations, toutes suivies par la Ville et présentées lors de la réunion publique du 12 décembre. Il s agit notamment d inverser la disposition d un bâtiment le long de l avenue de Versailles afin de limiter l impact pour le voisinage et de suprimer la moitié d un bâtiment le long de la rue des carrières qui n était pas construit sur l emplacement de bâtiments existants auparavant. Cette demande était faite autant par les riverains que par le commissaire enquêteur. «Je comprends les questions très légitimes qui me sont posées [par certains riverains], a rappelé en substance le maire lors des débats sur ce projet au conseil municipal du 20 décembre ( ) [Avec ce projet] nous préservons les espaces verts, nous reconstruisons quelque chose qui sera très élégant dans les volumes qui existaient auparavant, et nous acceptons les modifications du commissaire enquêteur.» Par Yannick Delon (1) Relative à la dépollution du site, cette question a été traitée. Les futurs bâtiments (hachures rouges) auront une surface de plancher de m² maximum, alors que celle des bâtiments actuels (fond noir) est de m². Pour mémoire, le P.L.U. avant cette modification n 1 autorisait jusqu à m² de surface de plancher sur cette parcelle! 10

9 Le Séchoir impérial, une résidence pour jeunes actifs La résidence pour jeunes actifs, vue depuis la rue Trumeau. D.R. Présenté en réunion publique le 30 novembre à l hôtel de ville, le Séchoir impérial est un projet atypique où se rencontrent le dynamisme économique et la mise en valeur du patrimoine. En effet, cet ancien atelier de blanchisserie du centreville, situé rue Trumeau, sera entièrement rénové pour accueillir une résidence de 83 studios de 15 et 27 m², loués par baux d un mois reconductibles pendant deux ans au maximum. «Il s agit d apporter une réponse aux besoins de logement des jeunes actifs (étudiants, apprentis, alternants, stagiaires), en rapport avec l important bassin d emplois tertiaires de Rueil», a expliqué le maire au cours de la réunion. Dotée de services communs (laverie, espace multimédia, cafétéria), la structure sera gérée par une association spécialisée, l Adef, qui assurera également des ateliers destinés à favoriser la convivialité entre résidents et leur intégration à la vie locale. Un équipement bien utile, qui sera livré fin Rue de Rochebrune : les travaux vont être enfin réalisés! Étudiée depuis plusieurs années par la Ville et le conseil général des Hauts-de-Seine, la rénovation de la rue du Colonel-de-Rochebrune va commencer ce mois-ci et durer 9 mois, l assemblée départementale ayant accepté d engager financièrement les travaux. Le projet a été présenté aux habitants en réunion publique présidée par le maire, le 5 décembre à l école Daudet. Une vingtaine de questions soulevant des inquiétudes de la part des riverains et commerçants ont été posées. Elles touchaient notamment le stationnement, le sens de circulation ou encore les jardins. Le maire a répondu que ces questions étaient légitimes et qu elles trouveraient réponse en janvier de la part des services municipaux. Ce sera ainsi l achèvement des engagements pris par Patrick Ollier il a plusieurs années, avec le conseil général et dans l intérêt de Buzenval. Le maire a d ailleurs remercié Yves Menel, conseiller général du canton Rueil-Garches, et Patrick Devedjian, président du conseil général, pour cette action. Un nouveau traitement au sol Ainsi, un nouveau traitement au sol, comparable à celui du centreville, sera réalisé sur la rue du Colonel-de-Rochebrune, avec une zone 30, un élargissement des trottoirs, une nouvelle organisation du stationnement et des livraisons. «L idée est d apporter un dynamisme nouveau au quartier en soutenant l activité commerciale, mais en gardant un cadre de vie de qualité et une circulation apaisée», a rappelé Monique Bouteille, maire adjoint à l Urbanisme et aux Transports. Cet aménagement est rendu possible par la déviation de Buzenval (avenue du Maréchal-Leclerc-de-Hauteclocque) qui a largement déporté le trafic hors de la rue du Colonel-de-Rochebrune. De ce fait, le maire a annoncé, lors de la réunion, que la question des sens de circulation dans cette rue (1) pourrait être réétudiée à l issue des travaux, eu égard à ce nouveau contexte. (1) Actuellement, deux sens uniques se font face et se rejoignent au niveau de la mairie de village de Buzenval, obligeant les voitures à emprunter l avenue de Montbrison. Marc et Nadia Breitman La future résidence, vue depuis l avenue du 18-Juin-1940 (maquette de principe susceptible de modifications ultérieures). Mazurières Une nouvelle résidence place Besche L ancien centre de tri postal, situé au 6 avenue du 18-Juin-1940, à quelques mètres de la place Besche, est aujourd hui inoccupé. À la faveur d un accord entre la Ville et le propriétaire du terrain, dont la Poste était locataire, une nouvelle résidence de grande qualité sera construite à cet endroit (voir photo ci-contre). Elle comportera 35 logements : 23 appartements en accession libre à la propriété et 12 logements sociaux en location, conformément au plan local d urbanisme qui impose, sur l initiative du maire, un quota de 30 % de logements sociaux pour tout immeuble neuf supérieur à 900 m². À la demande de la Ville, qui souhaite maintenir la continuité commerciale sur la place Besche et l avenue du 18-Juin-1940, un commerce de 122 m² est également prévu au rez-dechaussée du futur bâtiment. Les travaux commenceront en juillet prochain, pour une livraison prévue mi

10 TRANSPORTS Un récent rapport sur le Grand Paris Express remis à Cécile Duflot, ministre de l Égalité des territoires et du Logement, préconise le report à 2026 ou 2037, de la réalisation du tronçon du métro qui concerne Rueil. Une proposition intolérable pour Patrick Ollier, qui considère ce projet comme indivisible et demande des garanties à l État. La publication, le 13 décembre dernier, du rapport de Pascal Auzannet, ancien directeur des R.E.R. à la R.A.T.P., sur le «calendrier pluriannuel de réalisation et de financement du projet de Grand Paris Express» (G.P.E.) a provoqué de violentes réactions chez bon nombre d élus franciliens concernés. Rappelons pour mémoire que ce réseau de transports du futur, pierre angulaire du projet du Grand Paris, a pu voir le jour grâce à un accord entre l État, les départements franciliens et la Région Île-de-France, survenu le 26 janvier 2011 à l issue d une très longue concertation publique. Patrick Ollier, alors ministre, ancien rapporteur de la loi «Grand Paris» à l Assemblée nationale, avait alors beaucoup œuvré pour que Rueil obtienne deux gares supplémentaires dans le cadre de ce projet : une au Plateau, prévue à proximité de la place du 8-Mai- 1945, sur la ligne rouge reliant des villes de la première couronne, et une à Rueilsur-Seine, à la limite avec Nanterre, sur la ligne verte reliant Nanterre à Versailles. Une troisième gare est également programmée «à titre conservatoire» sur la ligne rouge, place de la Boule à Nanterre. La ligne rouge, considérée comme prioritaire, devait être mise en service la première et bouclée dans sa totalité, l enquête publique devant débuter en janvier milliards d euros et un étalement des travaux proposé Or, selon le rapport Auzannet, le projet du Grand Paris Express coûterait 30 milliards d euros et non 20 milliards comme initialement prévu. Le problème du surcoût de 10 milliards était connu de ceux qui prennent les décisions, donc ce n est pas une surprise. En effet, 6 milliards sur 10 sont issus de la ré-actualisation des coûts de 2008 et 2 milliards proviennent d un transfert du STIF vers l État et la Région. La somme restante tient des interconnexions nouvelles à prendre en charge. Il est grave que le rapport Auzannet utilise un tel prétexte pour justifier le retard de cette partie du projet et seulement de cette partie...l auteur préconise alors d étaler dans le temps la réalisation du projet par tronçons pas toujours contigus et propose trois scenarii, chacun indiquant un phasage dans le temps et le coût correspondant. Dans tous les cas, le tronçon de la ligne rouge entre Pont «JE FERAI TOUT CE QUI EST EN MON POUVOIR POUR AL- LER JUSQU AU BOUT DE L ENGAGEMENT PRIS PAR L ÉTAT ET LA RÉGION.» de Sèvres et Nanterre, celui sur lequel est prévue la gare du Mont-Valérien, serait retardé. Selon les variantes, il serait mis en service en 2026, 2029, ou 2037! Une proposition inacceptable pour Patrick Ollier Qualifiée de «tout simplement inacceptable» par Patrick Ollier dans un communiqué de presse qu il a fait paraître le jour même de la publication du rapport, la proposition constitue «une sinistre nouvelle pour la mise en œuvre de la ligne de métro du Grand Paris Express». «Ce projet est indivisible. Il doit être commencé et poursuivi jusqu au moment où il sera terminé, dans l intérêt de toutes les communes desservies par la ligne rouge.» «J ai fondé beaucoup d espoir pour notre ville sur cette gare, qui concerne Rueillois, a ajouté le maire lors Patrick Ollier d un comité de pilotage sur le Grand Paris Express le 20 décembre. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour aller jusqu au bout de l engagement pris. On ne peut pas casser l espoir de toutes ces populations à la lumière du rapport Auzannet.» En effet, le débat public a montré l urgence d un transport en commun performant sur le Plateau, et des projets d envergure comme l écoquartier qui y est prévu sont conditionnés par la présence d une gare du Grand Paris Express. Mobilisé sur cette question et suivi par de nombreux élus de tous bords, Patrick Ollier a fait voter une délibération demandant des garanties, lors du conseil municipal le 20 décembre dernier, pour que les travaux du tronçon sud, entre Pont de Sèvres et Noisy, soient commencés comme prévu initialement, avec une enquête publique dès janvier 2013, et que le bouclage de la ligne rouge à l Ouest, comprenant les gares de Saint-Cloud, Rueil-Suresnes-Mont-Valérien et La Boule, soit réalisé dans la continuité du premier tronçon. Le maire souhaite dès janvier une mobilisation des Rueillois, par pétition pour commencer, pour faire entendre le message de notre ville aux plus hautes autorités de la France. Après les vœux de janvier, le maire proposera des modalités d actions. Il compte sur chacun d entre nous pour l aider dans ce combat qui doit être victorieux! Yannick Delon 13

11 COMMUNICATION C est tout comm Le 30 novembre, Rueil Infos a remporté le 1 er prix des Trophées de la communication 2012 dans la catégorie «meilleur bulletin municipal d une ville de plus de habitants», pour son originalité, sa mise en pages moderne et conviviale et la qualité de ses informations. L occasion de faire le point sur le magazine et les autres outils de communication dont la mairie dispose. «Nous sommes très fiers de cette distinction qui couronne les efforts de toutes les équipes qui participent à la création de notre magazine, d autant plus que, dans cette compétition, Rueil s est classée devant Lyon!», indique le maire. C.S. À Rueil, le «bulletin municipal» est une institution! Depuis 1971, il informe la population sur la vie et l actualité de la commune. En juin 2012, sur l initiative de l agence DP&S qui s occupe de sa mise en pages, le magazine s est porté candidat aux Trophées de la communication. Depuis onze ans, ces derniers récompensent les acteurs privés et publics pour leurs actions de communication et comptent parmi les prix de référence du secteur. Regroupés par catégories, les candidats sont jugés par des professionnels de la communication sur les critères de stratégie globale, de créativité et de graphisme. Une communication moderne Si Rueil Infos reste très apprécié par la population, la communication de la Ville s est beaucoup renouvelée au fil des années, à travers Rueil-T.V., le site Internet et l application pour smartphones. Signe du vent de modernité qui souffle sur la communication de la Ville, l application RueilPhone a dépassé les téléchargements (soit 10 % de la population rueilloise) en décembre dernier. «Ces bons résultats traduisent une forte demande d actualités et d infos pratiques locales de la part des Rueillois. Aussi, ces thématiques seront deux des axes forts du prochain site Internet municipal que nous préparons, à la demande du maire, pour le printemps 2013, indique Anne Föllmi, chef du service Communication de la Ville. Par ailleurs, nous allons développer de nouveaux outils de communication numériques afin de faciliter le dialogue et la proximité avec les Rueillois.» Ainsi, le compte twitter de la Ville sera lancé courant janvier, de même que «Rueil dialogue», un outil qui vous permettra de poser des questions, d échanger avec la mairie et d autres Rueillois et même de voter pour les propositions les plus utiles. «Comme nous, la communication doit bouger, évoluer, s adapter à des attentes sans cesse nouvelles, conclut Thierry Saussez, conseiller municipal délégué et ancien délégué interministériel à la Communication. Rueil fait le pari du numérique avec, en 2013, un nouveau site, plus de services, d applications, et Rueil dialogue pour mieux vous entendre et vous répondre. D autres initiatives suivront. Nous vous consulterons pour améliorer encore nos dispositifs. Communiquons ensemble!» Anna-Maria Conté et Yannick Delon Le saviezvous? TIRÉ À EXEMPLAIRES, RUEIL INFOS PARAÎT DIX FOIS PAR AN. LES COÛTS DE FABRICATION SONT ASSURÉS PAR LA PUBLICITÉ PUBLIÉE DANS LE MAGAZINE. MERCI À NOS ANNONCEURS! 15

12 COHÉSION SOCIALE Inscrit dans la loi de cohésion sociale (1), le programme de réussite éducative (P.R.E.) apporte aux enfants et adolescents en difficulté, ainsi qu à leurs familles, un accompagnement sur mesure. Six ans après sa mise en œuvre, qu en est-il de ce dispositif dans notre ville? P.R.E. à «Rendre effective l égalité des chances pour les enfants et les adolescents des quartiers "prioritaires", tel est l objectif ambitieux du programme de réussite éducative, indique Denis Gabriel, maire adjoint à l Éducation et à la Politique de la ville. À Rueil, nous l avons lancé en 2006, d abord au Clos des terres rouges et ensuite à Plaine-Gare (2). Et si, comme pour tous les nouveaux dispositifs, ses débuts ont été laborieux, aujourd hui, il fait l unanimité de ses partenaires (l Éducation nationale, la préfecture, le conseil général, la Ville, les associations, etc.) et bénéficiaires!» Fotolia/moodboard Agir sur l éducation Les crédits de l État pour le P.R.E. sont alloués à une ville dans le cadre de la politique de la ville/ cohésion sociale. À Rueil, depuis le début des années 2000, certains quartiers ont subi de profondes modifications structurelles qui en ont considérablement amélioré le cadre de vie. «Mais, pour que l action soit efficace et durable, il faut agir simultanément sur plusieurs leviers, dont l éducation est l un des plus importants avec l emploi, souligne David Bousso, conseiller municipal à la Politique de la ville. Ce n est pas un hasard, donc, si Rueil a obtenu, depuis 2006, les financements pour son P.R.E. : c est la reconnaissance de l action volontariste de la ville en la matière.» Le mot des associations ««Transmettre un savoir n est pas suffisant : il faut aider l élève à mieux apprendre. L atelier d harmonisation des pratiques a le mérite de permettre aux bénévoles de notre association d améliorer leur pédagogie en les sensibilisant à la façon dont l enfant apprend et aux moyens de détecter le pourquoi des blocages. La rencontre avec des professionnels nous a aidés à progresser dans ce sens», Michel Bos, président de l association Solidarité migrants Rueil qui s occupe de l accompagnement scolaire des élèves du primaire au lycée (renseignements: ou ou Grâce à l atelier d harmonisation des pratiques, nous avons pu mieux nous rendre compte de ce que l école attendait de l aide aux devoirs. Nous avons aussi acquis des outils pour soutenir le travail des enseignants. C était très intéressant de confronter nos expériences avec les animateurs du club de jeunes avec qui nous n avions pas d échange», Sandrine Journée, association Pass-âge d aide aux devoirs (renseignements : ou ou 16

13 raison que j ai voulu créer la direction municipale de la Cohésion sociale!», indique Patrick Ollier. COHÉSION SOCIALE «Des interventions individualisées Ateliers, cours de soutien, activités péri et extrascolaires «Dans nos établissements, nous avons toujours prêté une attention particulière à l apprentissage et à l épanouissement de tous les élèves. C est ce qui fait du reste la réputation de nos écoles!», poursuit Denis Gabriel. Destiné aux enfants de 2 à 16 ans qui présentent des signes de fragilité (sociale, scolaire, de santé), le P.R.E. permet de compléter les dispositifs éducatifs existants à travers des interventions individualisées, «notamment lorsque des freins (sociaux, familiaux, culturels ) interviennent dans la participation de certains enfants à la vie scolaire ou plus globalement dans leur vie sociale à Rueil, précise Laurence Buors, à la tête de la direction de la Cohésion sociale. Il ne s agit pas de remplacer, mais de renforcer ce qui existe à travers des actions spécifiques (langage, soutien scolaire, ateliers motricité...) ou de permettre des passerelles pour que chacun profite des dispositifs locaux existants.» «Les familles sont "rassurées " par les actions proposées. Il arrive régulièrement qu elles méconnaissent les services locaux. Notre rôle est de les accompagner pour l épanouissement de leur(s) enfant(s)», souligne Lætitia Troquereau, chargée du suivi des familles au sein du P.R.E. «Il s agit de donner à notre politique en faveur des équilibres sociaux tous les moyens de coordonner et aider les actions de nos services et des associations en direction des jeunes de Rueil. C est aussi pour cette Le mot des familles À 5 ans, mon fils a participé aux ateliers à la bibliothèque des Buissonnets. À l époque, il ne parlait pas un mot de français ; aujourd hui, il est en C.P. et fait partie des meilleurs élèves de sa classe! Maintenant, c est ma fille de 4 ans qui en profite, et j espère qu elle aura les mêmes résultats. Par ailleurs, ces ateliers sont très enrichissants pour les parents qui y assistent, car ils y apprennent aussi des mots ou des contes de la tradition française», Salima Sebah. Les liens avec les partenaires Le P.R.E. assure un encadrement institutionnel de l accompagnement personnalisé sans qu il soit dépendant de l investissement de tel professionnel (enseignant, intervenant, travailleur social ) ou telle association. Parallèlement, il renforce les liens entre tous les partenaires, ce qui permet d individualiser les interventions dès les premiers symptômes : manque de confiance, difficulté d apprentissage ou de socialisation, décrochage tout! scolaire «Nous discutons en équipe pluridisciplinaire les situations qui nous sont signalées par un directeur d école, un enseignant, une infirmière, une conseillère d éducation, un parent ou par l enfant lui-même afin de proposer la solution la mieux adaptée à la réalité de Depuis l enfant et de sa famille, explique Farida Haddouche, coordinatrice du programme. Le soutien à la parentalité est également réaffirmé, car la famille est tenue de donner son accord explicite.» Harmoniser les pratiques En dépit des résultats obtenus au cours des années passées (lire encadré), cette démarche pose quelques questions : comment échanger entre professionnels (de l école, de la Ville, des associations ou encore des services sociaux ) en dépassant les a priori et en se faisant confiance? Comment accompagner les familles sans les stigmatiser? C est dans cet esprit de travail en réseau qu est né, au Clos des terres rouges, «l atelier d harmonisation des pratiques» avec l Éducation nationale et, notamment, le réseau de réussite scolaire et les professionnels de terrain, le club de jeunes et les associations Pass-âge et Solidarité migrants. «Lancée en janvier 2012, cette collaboration, incertaine à ses débuts, s est révélée très fructueuse en fin d année scolaire, au point que tous les partenaires en ont souhaité la poursuite», se félicitent Farida Haddouche et Claire Crommelynck, respectivement secrétaire du comité exécutif du réseau de réussite scolaire de Rueil-Malmaison et directrice de l école maternelle Les Buissonnets. Preuve, s il en est, que le travail en commun et la transversalité sont toujours une expérience enrichissante susceptible de donner d excellents résultats. Par Anna-Maria Conté (1) Du 18 janvier (2) Grâce à la signature du contrat urbain de cohésion sociale (Cucs) dont le P.R.E. est le volet éducatif. «««L an dernier, ma fille a participé aux ateliers d aide à la lecture à la bibliothèque des Buissonnets. Cela l a beaucoup aidée : elle est moins timide et plus à l aise ; en plus, elle a pris goût à la lecture. De mon côté, j ai appris à mieux communiquer avec elle à la maison», Simon Ronsard. Rencontre de l atelier d harmonisation des pratiques, le 24 octobre. son lancement en 2006, le P.R.E. a permis l accompagnement de nombreuses actions, telles que la mise en place de la classe orchestre à l école des Buissonnets (lire Rueil Infos d octobre 2008) et de sa bibliothèque, des sorties culturelles pour les enfants des écoles maternelles des Buissonnets et Charles-Perrault et leurs familles (lire Rueil Infos d avril 2009) et de nombreux projets, dont la mini-entreprise au collège Henri-Dunant (lire Rueil Infos de l été 2011). Aujourd hui, conformément à sa vocation primaire, il se concentre autour de projets plus individualisés, avec la mise en place d ateliers de langage, d aide aux devoirs, de lecture, de boxe éducative, de motricité, de nutrition, d orientation scolaire et de construction de projets professionnels pour les collégiens et de création du lien social et d accès au droit (pour les parents). Chaque année, quelque 170 enfants, soit environ 140 familles, bénéficient de ce dispositif. Plus de renseignements sur le P.R.E. auprès de la direction de la Cohésion sociale : L an dernier, ma fille, élève de C.M.1, a profité de l atelier d aide aux devoirs qui se tenait à Plaine-Gare. Elle y a appris à s organiser et à écrire plus vite. Sa maîtresse principale a constaté une nette amélioration. Cette année, elle est ravie de fréquenter le nouvel atelier d aide aux leçons développées en classe», Sophie Ewengue. P.M. 17

14 DROITS Les conciliateurs de justice Terrain d entente Au rang des auxiliaires destinés à favoriser l accès au droit, les conciliateurs de justice apportent une assistance efficace et gratuite à tous ceux qui, confrontés à certains litiges de droit privé, entendent privilégier un règlement amiable. Contours d une aide juridique. C.S. C.S. Philippe Leroux-Hugon. Daniel Monier. Vous souffrez des nuisances provoquées par un voisin indélicat? Votre syndic ou votre bailleur demeure sourd à vos doléances? Vous rencontrez des difficultés avec un commerçant, un artisan, une compagnie d électricité ou un fournisseur d accès Internet? Avant de recourir à une procédure judiciaire longue et coûteuse, pensez à solliciter les services d un conciliateur de justice. Comment fonctionne le système de la conciliation? Successeurs des juges de paix créés sous la Révolution, les conciliateurs sont nés en 1978 sur l initiative du garde des Sceaux Olivier Guichard. Bénévoles, assermentés et tenus au secret, ils sont désignés pour un an (puis pour des périodes renouvelables de deux ans) par ordonnance du premier président de la cour d appel, sur proposition du juge d instance et après avis du procureur général (1). Leur mission consiste à instaurer un dialogue entre personnes physiques ou morales concernées par certains différends, afin de les inciter à élaborer ensemble une solution acceptable. Ils peuvent être saisis dans le cadre d une délégation de conciliation par le juge d instance ou de proximité ou par l une des parties. Dans ce dernier cas, il suffit au plaignant de prendre rendezvous pour bénéficier d un premier entretien (lire encadré). Le conciliateur invitera ensuite la partie adverse à rencontrer le demandeur en sa présence. Si un compromis est obtenu, ses termes peuvent être consignés dans un constat d accord valant contrat, que les parties ont la possibilité de soumettre à l homologation du juge d instance pour lui conférer une force exécutoire. En cas d échec (si la partie adverse ne se présente pas après deux tentatives ou si une réponse amiable n a pas pu être trouvée), les parties sont libres d entamer une procédure judiciaire. Dans quelles situations faire appel à un conciliateur de justice? Les conciliateurs de justice sont uniquement compétents en matière civile, dans les cas qui ne relèvent pas du droit des personnes (état civil), de la famille (pension alimentaire, garde d enfants...), du travail (conflit entre employés et employeurs) ou de démêlés entre particuliers et administrations. Ils sont notamment en capacité de traiter les litiges entre voisins (nuisances sonores, élagage, fuite, droit de passage, mur mitoyen...), entre locataires et bailleurs, entre copropriétaires et syndics, entre locataires ou copropriétaires, entre créanciers et débiteurs et entre clients et fournisseurs (service après-vente, impayés, malfaçons de travaux...). Quels sont les avantages du dispositif? «Mode souple et alternatif de résolution des litiges, la conciliation est un service public gratuit et rapide, qui garantit confidentialité et impartialité», précise Philippe Leroux-Hugon, conciliateur de justice à Rueil. «Doté d une expérience des relations humaines, le conciliateur de justice n a pas pour fonction de dire le droit ou d arbitrer un conflit, mais de faciliter les échanges entre les parties et de les aider à participer à leur propre justice, dans un climat apaisant et constructif», complète son homologue Daniel Monier. De plus, aucune pression financière ni critères d intéressement ne pèsent sur ces bénévoles, qui ne récusent aucune cause et savent «prendre le temps d écouter». Des statistiques éloquentes (entre 60 et 70 % de réussite pour 130 à 140 affaires traitées par an) confirment la pertinence de leurs interventions. Alors, n hésitez pas à leur faire confiance! Par Yaël Simon (1) Leur statut est fixé par le décret n du 20 mars 1978 modifié et complété par les décrets n du 1 er octobre 2010 et n du 20 janvier Plus d informations : et justimemo.justice.gouv.fr/ JustiMemo.php?id=76 Les conciliateurs de justice à Rueil LES CONCILIATEURS QUI EXERCENT À RUEIL DÉPENDENT DU TRIBUNAL D INSTANCE DE PUTEAUX ET DE LA COUR D APPEL DE VERSAILLES. Daniel Monier Ancien cadre dirigeant d entreprise, Daniel Monier est conciliateur de justice depuis neuf ans. Il tient une permanence au C.C.A.S. chaque lundi, de 13h30 à 17h30. Philippe Leroux-Hugon À l issue d une carrière dans l aménagement urbain, Philippe Leroux-Hugon est conciliateur de justice depuis six ans. Il est présent au C.C.A.S. tous les jeudis, de 14h à 17h. Rendez-vous auprès du C.C.A.S.* : 2 place Jean-Jaurès Tél. : *Munissez-vous des pièces de votre dossier (échanges écrits, résumé du litige, factures, etc.) 19

15 COMMERCE & ARTISANAT L apprentissage rueillois récompensé Le 26 novembre dernier, la chambre de métiers et de l artisanat des Hauts-de-Seine a organisé une cérémonie de remise de prix à des jeunes fraîchement diplômés et à leurs maîtres d apprentissage. Anne Rouby, maire adjoint au Commerce, à l Artisanat et aux Marchés forains, tient à saluer les deux entreprises rueilloises et leurs apprentis qui se sont distingués : «Il est important que ces apprentis, qui réussissent dans leur passion, et ces maîtres d apprentissage, qui les accompagnent, soient ainsi mis à l honneur», confie-t-elle. Évoluant dans des métiers très différents, les quatre primés nous livrent leurs impressions. Céline Toudic, propriétaire du salon Tendance coiffeur visagiste «Quelle fierté, surtout quand on ne s y attend pas! Je suis maître d apprentissage depuis 15 ans depuis que j ai ouvert mon salon à Rueil, et c est la première fois que je reçois un prix. Le président de la chambre de métiers m a expliqué que c était pour récompenser toutes ces années pendant lesquelles j ai formé des coiffeuses. Et c est également la première fois qu une de mes apprenties est récompensée. Bravo à Vivi!» Céline Toudic a reçu la médaille de bronze des maîtres d apprentissage, tous corps de métier confondus, ainsi qu un trophée des maîtres d apprentissage. Deux distinctions qui sont déjà en bonne place dans son salon! Harvinder Kalsi, 18 ans, apprentie de Céline Toudic «J ai reçu la médaille d or des apprentis des Hauts-de-Seine, dans la catégorie "coiffure". C est mon école qui m a nominée, puis c est la chambre de métiers qui a décerné le prix dont je suis honorée. Je pense que c est pour encourager les jeunes à aller au-delà du C.A.P.» Celle que toutes ses collègues appellent «Vivi» affûte ses coups de ciseaux depuis maintenant trois ans dans le salon de son maître d apprentissage, avec qui elle aimerait continuer à collaborer à l issue de son bac pro Coiffure. Philippe Arnoux De gauche à droite : Anne Rouby, maire adjoint au Commerce, à l Artisanat et aux Marchés forains, Jean Lafage, président du C.F.A. Coiffure-Esthétique I.F.P.M., Harvinder Kalsi, C.A.P. Coiffure, trophée C.M.A. 92, Céline Toudic, maître d apprentissage, médaille de bronze de la formation professionnelle, Nadine Mauduit, vice-présidente de la C.M.A. 92 et coiffeuse, et Daniel Goupillat, président de la C.M.A. 92. Philippe Arnoux De gauche à droite : Fabrice Moisset, maître d apprentissage, médaille de bronze de la formation professionnelle, Anne Rouby, maire adjoint au Commerce, à l Artisanat et aux Marchés forains, Catherine Ede, chargée de mission auprès de l école G.P.P.F. Formation à Créteil, Laurent Steven, B.P. Peinture-Revêtements, trophée C.M.A. 92, Claude Albertelli, secrétaire adjoint du bureau de la C.M.A. 92 et plombier, et Daniel Goupillat, président de la C.M.A. 92. Fabrice Moisset, dirigeant de l entreprise éponyme Du fait de la médaille de bronze de son apprenti (voir ci-dessous), Fabrice Moisset a lui aussi reçu un trophée lors de cette cérémonie de la chambre de métiers et de l artisanat. «Laurent a été mon quatrième apprenti. Son prix, il le doit à lui-même et à sa motivation. Moi, je lui transmets mon savoir-faire et lui offre le meilleur cadre de travail possible, ce qui, sans doute, lui donne envie de s améliorer.» Cette entreprise spécialisée dans la peinture, la décoration, les revêtements muraux et les sols est une habituée des distinctions. En effet, elle a obtenu, pour la troisième année consécutive, la charte qualité de la chambre de métiers et de l artisanat des Hauts-de-Seine. Ce label est décerné sur l appréciation de plusieurs critères, comme l accueil des clients (notamment au téléphone) ou encore le soin apporté à la présentation (conformité des devis, par exemple). «Il est important pour des P.M.E. comme la mienne de miser sur la qualité : cela contribue à notre reconnaissance», précise Fabrice Moisset. Laurent Steven, 20 ans, apprenti de Fabrice Moisset pendant quatre ans «C est mon premier prix, et j en suis très fier», confie ce jeune homme réservé. La chambre de métiers et de l artisanat lui a décerné la médaille de bronze des apprentis des Hauts-de-Seine, dans la catégorie «peinture». Après l obtention de son bac pro, il a décidé de poursuivre ses études pour devenir métreur, et c est justement celui qu il considère comme «un bon maître d apprentissage» qui lui a conseillé de trouver une entreprise de taille plus importante. Sandrine Gauthier 21

16 Cette rubrique est ouverte au groupe d opposition représenté au sein du conseil municipal. Dans la page du dernier Rueil Infos octroyée par la municipalité à Denis Gabriel, maire adjoint et élu minoritaire au conseil régional, celui-ci avance des arguments étonnants pour contester la planification au niveau de l Île-de-France. Il nous semble essentiel de faire un peu de pédagogie. TRIBUNE DE L OPPOSITION Les conseillers municipaux du groupe «Ensemble, changeons Rueil» De gauche à droite : Bertrand Rocheron, président de groupe (P.S.) Rodolphe Bas, conseiller municipal (Les Verts) - Martine Jambon, conseillère municipale (P.S.) - Roland Toulouse, conseiller municipal (P.S.) - Cécile Alavoine, conseillère municipale (écologiste associative) - Marc Becquey (P.C.F.) Rueil au cœur des enjeux régionaux En premier lieu, la désinformation : «Rueil a obtenu deux gares grâce à l action de notre maire» ; chacun sait que Patrick Ollier soutenait publiquement le projet du Grand Paris qui ne proposait qu une seule gare à Rueil, à proximité de l actuelle gare R.E.R., quand nous, élus de l opposition, soutenions le projet régional et les deux gares à Rueil. L une d elles, basée au sud de la ville, était destinée à désenclaver le Plateau, très mal desservi. Sur la base de notre projet et grâce à la mobilisation des habitants, Rueil a pu bénéficier de deux projets de gare dans le Grand Paris Express, fusion des projets gouvernementaux et régionaux Cela n a pas empêché la majorité municipale de dépenser plus de euros sur les finances de la Ville afin de communiquer autour du fait que «Rueil avait obtenu deux gares» et de s arroger ce mérite. Jeudi 13 décembre a été remis à la ministre chargée de l Égalité des territoires et du Logement un rapport sur le calendrier pluriannuel de réalisation et de financement du projet de Grand Paris Express. Ce rapport actualise l estimation des coûts du projet, analyse des critères possibles de priorisation et propose des scenarii pluriannuels pour sa réalisation et son financement. Le «Grand Paris Express» (G.P.E.) coûterait 29,6 milliards et non 20,5 milliards d euros, comme prévu en janvier Certaines charges n avaient pas été intégrées : le coût de la connexion au réseau R.A.T.P. et R.F.F. (1,8 milliard), le financement de la branche qui traverse la Seine-Saint-Denis (5 milliards et non 3,5 milliards). L extension de la ligne 14 du métro automatique vers le nord coûterait 500 millions de plus. De nouvelles gares ont aussi été ajoutées, aggravant la facture. Selon les différents scenarii de ce rapport, le tronçon allant de Pont de Sèvres à Nanterre les Groues, comprenant la gare de Rueil- Suresnes «mont-valérien», pourrait n être mis en service qu en 2026 (scénario 1), 2029 (scénario 2) ou 2037 (scénario 3), au lieu de 2020 initialement. Nous espérons bien entendu que l arbitrage politique, à la suite de ce rapport, jouera en faveur de la gare prévue place du 8-Mai, et nous nous mobilisons déjà en ce sens. Le secteur du Plateau/Mont-Valérien est appelé à voir sa population augmenter à la faveur de la mise en œuvre de l écoquartier. Cette densification doit aller de pair avec une offre de transports adéquate. À ce niveau, et quelle que soit la date finalement retenue, nous rappelons qu il est absolument nécessaire de mettre en place dès maintenant un bus mobilien ou des lignes susceptibles de desservir correctement le quartier du plateau. La municipalité doit être plus active en ce sens. Denis Gabriel, dans sa tribune, conteste par ailleurs à la Région le droit de mettre en œuvre une planification au niveau de l Île-de-France au travers d orientations compilées dans un document d urbanisme et d aménagement du territoire, le Sdrif en l occurrence (schéma directeur régional d Île-de-France). En effet, «le Sdrif permettrait à la Région d imposer ses vues aux communes et aux départements dans leur processus d aménagement, ce qui est totalement inadmissible!», dixit l élu rueillois. C est assez savoureux quand on se rappelle que Nicolas Sarkozy, président de la République, s était emparé du dossier du Grand Paris et qu il voulait imposer ses vues aux collectivités territoriales, démarche soutenue par les élus U.M.P. Si la Région ne faisait pas l effort de penser le développement urbanistique, économique, de l Île-de-France, ne prenait pas en compte de façon globale les questions des transports et du logement, que diraient les élus minoritaires au conseil régional! Une autorité est nécessaire afin d apporter une réelle cohérence dans le développement d un ensemble englobant près de 12 millions d habitants. Notre élu feint de s étonner que «le Sdrif sera supérieur aux plans locaux d urbanisme (P.L.U.) que les municipalités ont discutés avec leurs concitoyens». Il n est jamais trop tôt pour intégrer le droit de l urbanisme! Les P.L.U. doivent, de fait, tenir compte du Sdrif avant d être soumis à consultation, et Sdrif comme P.L.U. font l objet de révisions régulières pour tenir compte des évolutions démographiques, économiques, etc. Il en va de même pour la réalisation de logements en Île-de-France. Ces constructions ont été jugées nécessaires par l État (gouvernement précédent compris) et la Région afin de remédier à la crise du logement qui affecte les Franciliens en général, certains Rueillois en particulier. Sous la plume de l élu régional d opposition, cette priorité devient «la politique du président Huchon et de Cécile Duflot». Rueil devra prendre sa part des logements à édifier dans les Hauts-de-Seine, nous sommes les premiers à mettre en garde contre une surdensification des espaces déjà saturés. Une densification raisonnable et à visage humain (comme la mise en place avec les habitants d un écoquartier sur le Plateau par exemple) est possible. Sur ce point, nous sommes en accord avec la municipalité. La qualité du débat politique devrait prévaloir sur les postures politiciennes. Pour notre part, nous menons au niveau municipal une opposition sans concession, mais cohérente, ce qui peut aussi nous amener à voter certains projets municipaux. La contestation systématique, au risque de l incohérence du discours, de projets régionaux d intérêt général n apporte rien, sinon la confusion dans l esprit de nos concitoyens. Surtout, nous souhaitons un excellent début d année 2013 aux Rueilloises et aux Rueillois! 23

17 CULTURE de coquillages devant le château du Hénan, Émile Jourdan, 1927 Bienvenue Ramasseurs Du 12 janvier au 8 avril, avec une nouvelle exposition qui fera date dans les annales, l Atelier Grognard offre ses cimaises aux œuvres des peintres du célèbre mouvement artistique initié par Paul Gauguin et Émile Bernard à Pont-Aven, à la fin du XIX e siècle. 24

18 CULTURE «La spécificité de cette série de manifestations est de présenter au public des œuvres de peintres célèbres et de lui faire découvrir, toujours avec beaucoup de plaisir, des artistes moins connus qui ont côtoyé les plus grands et que nous estimons dignes d intérêt, indique en préambule Olivier de la Serre, maire adjoint à la Politique culturelle. Cette exposition s annonce comme une grande exposition, du niveau de celles des plus grands musées parisiens.» Véritable coup d envoi de la saison culturelle à venir, elle a réussi le pari de rassembler plus de vingt artistes parmi lesquels Paul Gauguin, Émile Bernard, Paul Sérusier, Maxime Maufra, Émile Jourdan, Henry Moret et tant d autres, à travers quelque 156 œuvres, peintures, gravures et dessins. La révolution picturale de Pont-Aven L exposition de l Atelier Grognard raconte l histoire de ce petit village du Finistère qui, à la fin du XIX e siècle, eut la chance d accueillir d irréductibles artistes qui avaient choisi de se démarquer du style académique de l époque pour teinter leurs œuvres de plus de liberté et d audace. «Les peintres de Pont-Aven autour de Gauguin» offre une vision très large de cette formidable aventure. Elle couvre une période artistique allant de 1886, année de l arrivée de Gauguin en terre bretonne, à 1920 environ. «Construite en deux parties, l exposition invite à revivre à la fois les années Gauguin et celles qui suivent le départ du maître vers d autres horizons», déclare Colette Bal-Parisot, directrice du centre d arts de l Atelier Grognard et commissaire de l exposition avec Hervé Duval, expert en peinture moderne des XIX e et XX e siècles. Une extraordinaire balade artistique en Bretagne L exposition voulue par le service des Affaires culturelles possède une réelle originalité. Fruit de plus d un an de travail, elle rassemble des œuvres connues, voire très connues, prêtées par de prestigieux musées (le musée d Orsay, le musée Maurice- Denis de Saint-Germain-en-Laye, les musées des beaux-arts de Rennes, de Reims et d Orléans...). Mais elle présente aussi des tableaux jamais vus, prêtés par des particuliers qui ont accepté de les sortir de la sphère familiale. «Nous avons pu compter sur la confiance de plus de cinquante prêteurs», précise Colette Bal-Parisot. Une fois réunis, ces tableaux ont été répartis sur les 700 m 2 de l espace en «une véritable promenade artistique où, après une sélection d œuvres de pure création synthétiste (1), le public accède à une vision plus élargie de la peinture de Pont-Aven, notamment à travers une Bretagne aux multiples facettes (mythique, religieuse et culturelle). L œil se fixe d un sujet à un autre avec, en toile de fond, cette terre singulière, à la fois attirante et mystérieuse, sans oublier l océan qui la borde», confie Hervé Duval. Le visiteur passe notamment de La Fenaison et La Fête Gloanec, deux tableaux majeurs de Gauguin, à des œuvres moins célèbres, néanmois remarquables, signées Ferdinand Loyen du Puigaudeau, Meijer de Haan ou encore Henri Delavallée. Tous ces artistes sont venus à Pont-Aven, influencés par le maître. Préparez-vous à être émerveillé! Sandrine Gauthier (1) Le synthétisme est le courant pictural inventé par Paul Gauguin et ses amis de Pont-Aven. Le Château de Keroman, Henry Moret, 1892 Des événements associés à ne pas manquer PLUSIEURS «ÉVÉNEMENTS DANS L ÉVÉNEMENT» SONT PRÉVUS À L ATELIER GROGNARD : une soirée bretonne animée par le groupe Tud Laouen, le 23 février, à 20h30 (tarif : 15 ) deux brunchs en famille, les dimanches 23 mars et 6 avril (tarifs : 15 pour les adultes, 13 pour les enfants, sur réservation) une soirée musicale animée par les étudiants du conservatoire à rayonnement régional, en hommage aux compositeurs bretons (gratuit), le 16 février, à 20h30 Renseignements et réservations : «LES PEINTRES DE PONT-AVEN AUTOUR DE GAUGUIN» Du 12 janvier au 8 avril, tous les jours de 13h30 à 19h Atelier Grognard : 6 avenue du Château-de-Malmaison. Tarifs : 5 (plein tarif), 2,50 pour les groupes à partir de 11 personnes, les membres des Amis du Louvre et les demandeurs d emploi, gratuit pour les moins de 18 ans. Visites guidées sur réservation : 11 avec l entrée. Les Arbres fantastiques, le Pouldru, Maxime Maufra, 1893 ENTRER, DÉCOUVRIR ET MIEUX COMPRENDRE! «À la fin de ce voyage initiatique, le spectateur repart avec la sensation d avoir vécu et compris un moment important de la peinture moderne», déclare Hervé Duval, commissaire de l exposition. Pour ce faire, les visiteurs pourront bénéficier de la présence quotidienne d une médiatrice qui, grâce à ses connaissances en histoire de l art, leur donnera les clés de compréhension de certaines œuvres. 25

19 CULTURE D.R. Toute la France au Tam! Le 27 décembre, France 2 a diffusé, en direct du théâtre André-Malraux, Tartarin de Tarascon, la pièce tirée du roman éponyme d Alphonse Daudet, adaptée et mise en scène par Jérôme Savary. Michel Galabru, Élie Semoun, Marie-Julie Baup, Martin Lamotte, Jacques Boudet..., un casting d exception et une organisation pharaonique récompensés par des millions de téléspectateurs. Une occasion unique de faire rayonner le nom de Rueil-Malmaison au niveau national. Le Point, Le Figaro, R.T.L..., depuis novembre, les médias nationaux ont annoncé cette grande première, l adaptation au théâtre de Tartarin de Tarascon par Jérôme Savary (lire interview ci-dessous) : en marge de chaque article, nous avons pu lire : «La pièce sera donnée au théâtre André-Malraux de Rueil-Malmaison les 25, 26 et 27 décembre et sera retransmise en direct un de ces soirs par France 2.» Et le 27 décembre, à la télévision, le synthé (bandeau déroulant) a déroulé la même information. «Les opérations de cette nature ne se refusent pas, car elles contribuent au rayonnement culturel de Rueil!», se réjouit Olivier de la Serre, maire adjoint à la Politique culturelle. «C est une belle opération, car, d un côté, la location du théâtre est payée par la production, et, de l autre, nous pouvons pratiquer des tarifs attractifs un atout, surtout en période de fêtes! qui nous permettent d attirer un public élargi par rapport à nos adhérents», ajoute Francis Le Bris, directeur de la communication et des relations publiques du Tam. Mais pourquoi choisir le Tam? «Tartarin de Tarascon n était pas notre premier essai. En 2010, nous y avions déjà tourné La Femme du boulanger et nous avions déjà constaté que les équipements et les équipes du Tam étaient à la hauteur de leur réputation», explique Gildas Le Roux, producteur de la Compagnie des Indes, la société responsable de la captation des images durant le direct. «Alors, dès que l occasion s est représentée, nous sommes revenus!» Par Anna-Maria Conté Tartarin sur les planches Après 20 ans de gestation, le célèbre metteur en scène Jérôme Savary adapte, pour la première fois au théâtre, l œuvre d Alphonse Daudet. Entretien (1). Rueil Infos : Comment avez-vous eu l idée de cette adaptation? Jérôme Savary : Cela fait 20 ans que j y songe! Grâce à France 2, j ai enfin réussi à la réaliser avec, en plus, un Tartarin d exception : Michel Galabru! R. I. : Vous avez inventé le théâtre populaire moderne. Qu avez-vous voulu vous prouver avec ce nouveau spectacle? J. S. : J ai plutôt revisité une forme de théâtre qui n était plus en vogue, avec beaucoup de musique et un peu d improvisation... Enfin, aujourd hui, cela n est plus une nouveauté... Quant à Tartarin de Tarascon, chaque nouveau projet est comme un nouvel enfant : on a envie qu il grandisse et qu il ait du succès! R. I. : Pourquoi êtes-vous si attaché à cette œuvre? J. S. : Parce que Tartarin est un Don Quichotte à la française! Il est à la fois Don Quichotte et Sancho Panza. D ailleurs, c est étonnant qu après autant d adaptations pour le cinéma et la télévision, aucun metteur en scène n en ait réalisé une pour le théâtre! Pour ce spectacle, j ai aussi conçu les décors, avec la participation de Van Gogh, bien sûr... R. I. : Quelle a été votre plus grande satisfaction dans la réalisation de ce spectacle? J. S. : Pas une, mais plusieurs : un casting extraordinaire, la fierté d une création mondiale et la possibilité, grâce à la télévision, de l offrir à un nombre considérable de spectateurs dans l esprit de l émission «Au théâtre ce soir»! R. I. : Qu attendez-vous de cette réalisation? J. S. : Qu elle soit reprise au théâtre et qu elle tourne dans toute la France! Une création exige toujours beaucoup d énergie, du point de vue humain et financier. Ce serait dommage d en rester là, malgré le succès (annoncé) de cette première représentation à Rueil! Propos recueillis par Anna-Maria Conté (1) Cet entretien a été réalisé au Tam pendant la phase de création de la mise en scène. 27

20 En BREF Déplacements La consultation continue Le samedi 9 février, les conseillers généraux de Rueil, Jean-Claude Caron et Yves Menel, et la Ville organisent une grande journée de concertation sur les différents modes de déplacements. Il est encore temps de répondre au questionnaire téléchargeable sur le site de Jean-Claude Caron, ou sur le site de la Ville (en une), À retourner au service Citoyenneté : 13 bd Foch, Rueil-Malmaison Pour participer au groupe de travail ou pour s inscrire à la journée du 9 février, contactez Françoise Le Cozler au Jubilé Le Jubilé continue Dans le cadre des «Impériales», les Rueillois sont invités à un entretien avec Pierre Mollier, directeur de la bibliothèque du Grand Orient de France et du Musée de la francmaçonnerie, sur le thème : «La franc-maçonnerie, un pilier du I er Empire». Jeudi 31 janvier, à 20h30 Médiathèque Jacques-Baumel : boulevard Foch Renseignements et réservations : Attention! Suppression des autorisations de sortie du territoire À compter du 1 er janvier 2013, les autorisations de sortie de territoire (A.S.T.) individuelles et collectives pour les mineurs français sont supprimées, ainsi que les laissez-passer délivrés par les services préfectoraux pour les enfants de moins de 15 ans se rendant sans titre en Belgique, en Italie, au Luxembourg ou en Suisse. Ainsi, un mineur français peut dorénavant franchir les frontières sans A.S.T., muni : - soit de son passeport en cours de validité ; - soit de sa carte nationale d identité en cours de validité pour tous les pays de l Union européenne, auxquels s ajoutent l Islande, la Norvège, la Suisse, le Lichtenstein, Monaco, Andorre, Saint- Martin et le Saint-Siège. Les parents qui souhaitent s opposer à la sortie de territoire (O.S.T.) de leur enfant mineur doivent en faire la demande expresse auprès des services préfectoraux ou saisir le juge aux affaires familiales ou le juge des enfants. Plus d informations : Solidarité Mobilisons-nous contre la lèpre! Aujourd hui encore, la lèpre cause des ravages dans plus de cent pays : plus de nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. Acteur historique du combat contre cette maladie de la misère, l Ordre de Malte viendra à votre rencontre les 26 et 27 janvier, lors de la Journée mondiale des lépreux, afin de collecter des fonds. Les sommes récoltées permettront de financer des opérations de prévention, dépistage, soins, réinsertion, formation des soignants et recherche. Merci de votre générosité! Zéro faute! P.M. Coup de chapeau La 11 e édition de la dictée des villages, organisée le 17 novembre par les conseils de village Belle-Rive et Bords-de-Seine, a rassemblé quelque 90 participants de tous âges, en présence de la marraine de l événement, l écrivain Colette Piat, et de Rita Demblon, maire adjoint territorial. Extrait d un recueil de dictées de Bernard Pivot, le texte proposé cette année combinait habilement subtilités grammaticales et vocabulaire recherché. Un grand bravo au trio de tête de cette épreuve : Isabelle Berthaut qui, avec trois fautes seulement, a évité la plupart des pièges et ses poursuivantes, Béatrice Lelarge et Maïté Bichara. Félicitations également aux meilleurs juniors, Martin Faye (8 ans), Vincent Ganne et Arthur Velut-Perier. Qui a dit que les jeunes ne maîtrisaient plus l orthographe? belle-rive.conseilsdevillages.com Pharmacies de garde Dimanche 6 janvier Pharmacie du Centre 18 rue Paul-Vaillant-Couturier Tél. : Dimanche 13 janvier Pharmacie du centre Colmar 62 rue d Estienne-d Orves Tél. : Dimanche 20 janvier Pharmacie de la Croix de Lorraine 77 boulevard Richelieu Tél. : Dimanche 27 janvier Pharmacie Pham 286 avenue Napoléon-Bonaparte Tél. : Carnet médical Le docteur Jean-Jacques Bensaïd, endocrinologue, vous informe de la mise en place de nouveaux services à son cabinet du 8 rue Jean-Mermoz : échographie de la thyroïde et cytoponction de nodules. Tél. : ou Sophie Bednarek, psychomotricienne D.E. (développement psychomoteur, troubles de l apprentissage et du comportement, relaxation thérapeutique, ateliers de graphomotricité), s est installée au cabinet des Deux-Gares, 1 allée Albert-Camus. Tél. : ou

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi LeS nouveaux rythmes à l école primaire Exemples d emplois du temps Mars 2014 n exemple d organisation des temps scolaire et périscolaire Commune de 21 000 habitants

Plus en détail

Avec vous, pour vous. Vienne. pour. Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive. avec Thierry Kovacs

Avec vous, pour vous. Vienne. pour. Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive. avec Thierry Kovacs élections municipales 23 et 30 mars 2014 Avec vous, pour vous pour Vienne Chapitre 01 Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive avec Thierry Kovacs Édito Chère Madame, Cher

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE LA VILLE DE SAINT-CLOUD S OPPOSE A LA CONSTRUCTION SUR L HIPPODROME DE SAINT-CLOUD

DOSSIER DE PRESSE LA VILLE DE SAINT-CLOUD S OPPOSE A LA CONSTRUCTION SUR L HIPPODROME DE SAINT-CLOUD DOSSIER DE PRESSE LA VILLE DE SAINT-CLOUD S OPPOSE A LA CONSTRUCTION SUR L HIPPODROME DE SAINT-CLOUD Conférence de presse Samedi 14 mars 2015 Contact presse : Alexia Dana / 01 47 71 54 96 / 06 18 04 02

Plus en détail

PROCES-VERBAL DU CONSEIL COMMUNAUTAIRE

PROCES-VERBAL DU CONSEIL COMMUNAUTAIRE PROCES-VERBAL DU CONSEIL COMMUNAUTAIRE Séance du lundi 12 janvier 2009 ELECTION L AN DEUX MILLE NEUF, LE 12 JANVIER, À 19 HEURES 30, LE CONSEIL COMMUNAUTAIRE, dûment convoqué le 06 AVRIL 2009, s est assemblé

Plus en détail

Stratégie Régionale. envers les Jeunes. l Artisanat

Stratégie Régionale. envers les Jeunes. l Artisanat Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes La Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes (S.R.A.J.) constitue une offre globale

Plus en détail

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique." Programme. Michel Petiot.

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique. Programme. Michel Petiot. Canton Meudon - Chaville élections départementales Denis Cécile Maréchal Ardans-Vilain Alice Carton Michel Petiot Programme "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique."

Plus en détail

RAPPORTN 12.250 CP SUBVENTION DE FONCTIONNEMENTPOURLESGROUPESD'ENTRAIDE MUTUELLE- ANNEE2012 DIRECTIONGENERALEDESSERVICES PÔLESOLIDARITES

RAPPORTN 12.250 CP SUBVENTION DE FONCTIONNEMENTPOURLESGROUPESD'ENTRAIDE MUTUELLE- ANNEE2012 DIRECTIONGENERALEDESSERVICES PÔLESOLIDARITES RAPPORTN 12.250 CP SUBVENTION DE FONCTIONNEMENTPOURLESGROUPESD'ENTRAIDE MUTUELLE- ANNEE2012 DIRECTIONGENERALEDESSERVICES PÔLESOLIDARITES Direction : Personnes âgées et handicapées, santé DEPARTEMENT DES

Plus en détail

re Pa entre-ville Mondeé Renseignements : service Citoyenneté / Tél.: 01 47 32 67 26 service Commerce / Tél.: 01 47 32 66 56

re Pa entre-ville Mondeé Renseignements : service Citoyenneté / Tél.: 01 47 32 67 26 service Commerce / Tél.: 01 47 32 66 56 bre m e c é du 5 d r vie n a j 4 au re i o n i t Pa entre-ville en c l i e Ru l ë e fêt No March du Mondeé Place d e l Égli 12, 13, 14 se décemb re 2014 Renseignements : service Citoyenneté / Tél.: 01

Plus en détail

Objet : Appel à participation / Festival 2 Pays, Samedi 14 et Dimanche 15 septembre 2013, à Baccarat

Objet : Appel à participation / Festival 2 Pays, Samedi 14 et Dimanche 15 septembre 2013, à Baccarat Objet : Appel à participation / Festival 2 Pays, Samedi 14 et Dimanche 15 septembre 2013, à Baccarat Madame, Monsieur, «Territoires 2 vie, territoires d initiatives» est un projet de coopération lancé

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux 1 Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13 I Etat des lieux Le parc d ateliers «publics» loués aux artistes contemporains à Marseille est de : - 10 ateliers

Plus en détail

4 projets d aménagement et de construction primés et distingués, accompagnés par la SELA

4 projets d aménagement et de construction primés et distingués, accompagnés par la SELA 4 projets d aménagement et de construction primés et distingués, accompagnés par la SELA Dossier de Presse Nantes, le 6 janvier 2012 Sommaire Communiqué de presse p. 3 I - Présentation des 4 projets et

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette

DOSSIER DE PRESSE. FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette DOSSIER DE PRESSE FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette Contact Presse MNRA : Elisabeth MARZAT Tél. : 01 53 21 12 44 06 65 59 61 69 Mail : emarzat@mnra.fr

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 2009 DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 NEGOCIA et PROCOS se sont engagés avec succès, depuis 9 ans, dans la formation de «Développeur d enseigne». Les chiffres parlent d eux-mêmes :

Plus en détail

Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France

Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France TITRE I er : HAUT CONSEIL DES MUSEES DE FRANCE Art. 1 er. - Le Haut Conseil

Plus en détail

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation PAR THEMATIQUE N THEME Présentation A B C D Apprentissage/alternance Formation continue Développement/ investissement Hygiène, sécurité, accessibilité Les conseillères du Service Apprentissage ont pour

Plus en détail

Panorama Synthétique. Social et Culturel

Panorama Synthétique. Social et Culturel Panorama Synthétique Social et Culturel Secteur Social Le domaine de l action sociale regroupe l ensemble des politiques, institutions, professionnels, moyens et prestations qui concourent à la cohésion

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain. Géré par le Home des Flandres

LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain. Géré par le Home des Flandres HOME DES FLANDRES 355, Boulevard Gambetta 59200 TOURCOING 03.20.24.75.78 Fax : 03.20.11.02.49 LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain Géré par le Home des Flandres 337 bis rue du Brun Pain 59200

Plus en détail

En Île-de-France, les jeunes ont de l avenir

En Île-de-France, les jeunes ont de l avenir En Île-de-France, les jeunes ont de l avenir www.iledefrance.fr En Île-de-France, les jeunes ont de l avenir 600 000 étudiants, 480 000 lycéens et plus de 100 000 apprentis : les jeunes ont de l avenir

Plus en détail

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS D 4 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Les spécificités urbanistiques du territoire vélizien soulignent l enjeu de l accessibilité de la ville aux personnes à mobilité

Plus en détail

Entreprendre ici est une chance

Entreprendre ici est une chance Entreprendre ici est une chance Je me sens bien dans cette ambiance cosmopolite Environnement exceptionnel Pierre est chargé de clientèle pour l Europe «Anglais, allemand, italien, chinois, russe Quand

Plus en détail

Le Nouveau Grand Paris : Les convictions de la Région Ile-de-France ont rencontré la volonté du Gouvernement Ayrault

Le Nouveau Grand Paris : Les convictions de la Région Ile-de-France ont rencontré la volonté du Gouvernement Ayrault Service de presse Le Nouveau Grand Paris : Les convictions de la Région Ile-de-France ont rencontré la volonté du Gouvernement Ayrault Dossier de presse Contacts presse William Beuve-Méry william.beuve-mery@iledefrance.fr

Plus en détail

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers Rendez-vous le 11 octobre 2012 pour visiter le chantier GROUPE SCOLAIRE ILOT DE

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

Groupe des Chalets Favoriser les échanges entre bailleur et locataires pour développer le vivre-ensemble Dossier de presse

Groupe des Chalets Favoriser les échanges entre bailleur et locataires pour développer le vivre-ensemble Dossier de presse Groupe des Chalets Favoriser les échanges entre bailleur et locataires pour développer le vivre-ensemble Dossier de presse Contact presse : agence mc3 T. 05 34 319 219 mc3@mc3com.com SOMMAIRE Changer le

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

RELEVE DE CONCLUSION

RELEVE DE CONCLUSION Direction Vie Citoyenne Service Vie Participative CONSEIL DE QUARTIER Tour-Chabot / Gavacherie Du 2 mars 2006 RELEVE DE CONCLUSION PRESENTS : Elus municipaux : Alain BAUDIN, Maire de Niort, Rodolphe CHALLET,

Plus en détail

18 e. Projet de territoire. Quartier Goutte d or. Délégation à la Politique de la Ville et à l Intégration

18 e. Projet de territoire. Quartier Goutte d or. Délégation à la Politique de la Ville et à l Intégration Projet de territoire Quartier Goutte d or 18 e Depuis plusieurs années, les quartiers populaires parisiens font l objet d une attention particulière. Dans le cadre d un projet global conduit par Gisèle

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

L HABITAT PARTICIPATIF UNE RÉPONSE POUR L HABITAT 2.0

L HABITAT PARTICIPATIF UNE RÉPONSE POUR L HABITAT 2.0 Communiqué de presse Paris, le 25 mars 2015 L HABITAT PARTICIPATIF UNE RÉPONSE POUR L HABITAT 2.0 SUR L ÎLE-SAINT-DENIS (93), L ARCHE EN L ÎLE INVENTE UN MODÈLE POUR L HABITAT DE DEMAIN EN RUPTURE AVEC

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

héma Une solution pour tous les Sarthois

héma Une solution pour tous les Sarthois S u p p l é m e n t g r a t u i t d e LA SARTHE Le magazine du Conseil général héma S A R T H E Une solution pour tous les Sarthois Avec ses 14 000 logements, Sarthe Habitat, qui défend les valeurs de

Plus en détail

Ecole erber. Dossier de Presse. Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole Kerber. Une école indépendante, laïque et gratuite

Ecole erber. Dossier de Presse. Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole Kerber. Une école indépendante, laïque et gratuite Dossier de Presse,,,, Une école indépendante, laïque et gratuite Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole K Une nouvelle chance pour des enfants de pouvoir apprendre dans les meilleures conditions. Ecole

Plus en détail

PASS CULTURE SPORT REGLEMENT D INTERVENTION

PASS CULTURE SPORT REGLEMENT D INTERVENTION PASS CULTURE SPORT REGLEMENT D INTERVENTION OBJET A travers ce dispositif, la Région souhaite : Démocratiser l accès à la culture Faire du dispositif un véritable outil d ouverture culturelle Valoriser

Plus en détail

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées Guide des interventions Edition 2010 Mot du président Le Centre Communal d Action Sociale de Saint-Yrieix-sur-Charente est un outil majeur de la politique sociale de la municipalité. Au delà des aides

Plus en détail

Consultation d acquéreurs en vue de la réalisation du programme de la Z.A.C. des Bergères ILOT DE LA ROTONDE - LOT N 19

Consultation d acquéreurs en vue de la réalisation du programme de la Z.A.C. des Bergères ILOT DE LA ROTONDE - LOT N 19 Consultation d acquéreurs en vue de la réalisation du programme de la Z.A.C. des Bergères ILOT DE LA ROTONDE - LOT N 19 Eco-quartier des Bergères - Cahier des Charges de la consultation d acquéreurs ILOT

Plus en détail

1- Présentation de la structure

1- Présentation de la structure 1- Présentation de la structure Cadre L école Paul Langevin se situe sur la commune de Pontivy, les locaux des classes de maternelle et d élémentaire se rejoignent par la cantine. L école maternelle compte

Plus en détail

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE LES REGLEMENTS INTERIEURS RESTAURANT SCOLAIRE ACCUEIL PERISCOLAIRE ACTIVITES PERI-EDUCATIVES Délibéré en Conseil Municipal du 05 Juin 2014 PREAMBULE Les services périscolaires sont des prestations volontairement

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Conseil de Quartier. Malcense - Egalité

Conseil de Quartier. Malcense - Egalité Conseil de Quartier Malcense - Egalité du 14 septembre 2009 1 Avant de commencer le Conseil de Quartier, Monsieur TALPAERT, Président du Conseil de Quartier excuse l absence de Madame DAHMANI L KASSIMI,

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

L accueil comme priorité. Fréquentation des principaux sites touristiques en millions de visiteurs

L accueil comme priorité. Fréquentation des principaux sites touristiques en millions de visiteurs 27 millions de visiteurs, dont 7 millions d étrangers et 0 millions de Français 44 millions de visiteurs au total pour Paris et sa région Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre Principales nationalités

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

JEUNESSE > L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE > L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR > L EMPLOI ET LA FORMATION

JEUNESSE > L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE > L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR > L EMPLOI ET LA FORMATION JEUNESSE > L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE > L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR > L EMPLOI ET LA FORMATION 72 CHAPITRE 5 I JEUNESSE L enseignement secondaire LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS Collège Gounod 6 bis rue Gounod

Plus en détail

Direction de la communication

Direction de la communication Direction de la communication Directrice : Chrystèle PEYRACHON Adresse : Hôtel du Département, 29-31 cours de la Liberté, 69003 Lyon Téléphone : 04 72 61 78 39 Courriel : chrystele.peyrachon@rhone.fr Nombre

Plus en détail

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI PLAN REGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI Lors de son assemblée

Plus en détail

Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation

Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation Observatoire de l emploi, des métiers et des compétences de la fonction publique territoriale Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation Décembre 2010 Rapport sur la mise en œuvre

Plus en détail

L AGENDA DU CONSEIL GENERAL

L AGENDA DU CONSEIL GENERAL L AGENDA DU CONSEIL GENERAL Mardi 23 septembre 2014 N 1576 L Actu COMITE SYNDICAL DE PARIS METROPOLE Mardi 23 septembre à 9h à l Hôtel du Département à Nanterre (accueil à 8h30) Patrick Devedjian, Député

Plus en détail

Proposition de Charte éthique de l élu-e pour un renouveau démocratique et la renaissance des pratiques politiques

Proposition de Charte éthique de l élu-e pour un renouveau démocratique et la renaissance des pratiques politiques Proposition de Charte éthique de l élu-e pour un renouveau démocratique et la renaissance des pratiques politiques Version du 23 février 2015, soumise à consultation publique jusqu au 15 avril 2015. N

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par :

REGLEMENT INTERIEUR. Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par : REGLEMENT INTERIEUR Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par : - le Code Général des Collectivités Territoriales La plupart des règles

Plus en détail

Document confidentiel et propriété de Yohann Letué. Yohann LETUÉ

Document confidentiel et propriété de Yohann Letué. Yohann LETUÉ Document confidentiel et propriété de Yohann Letué Yohann LETUÉ Qui sommes nous? Wifylgood est une société spécialisée dans le développement d applications mobiles pour smartphones et tablettes. Nous sommes

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE 1 APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE Nous, signataires, acteurs culturels en Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir

Plus en détail

Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS. Mardi 8 juillet 2014

Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS. Mardi 8 juillet 2014 A Paris, le 17 juillet 2014 Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS Mardi 8 juillet 2014 I / INTRODUCTION Monsieur DAUBIGNY, Préfet de la région d Ile-de-France, Préfet de Paris, Président de la mission

Plus en détail

Chambre de métiers et de l'artisanat du CANTAL

Chambre de métiers et de l'artisanat du CANTAL Seul le prononcé fait foi Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal lors de l'assemblée générale de la Chambre de métiers et de l'artisanat du CANTAL à Saint-Flour le jeudi 16 juin 2011 M. le

Plus en détail

Madame la Présidente de la Fédération nationale des sociétés coopératives d HLM (Chère Marie-Noëlle LIENEMANN),

Madame la Présidente de la Fédération nationale des sociétés coopératives d HLM (Chère Marie-Noëlle LIENEMANN), 1/8 Discours de Madame George PAU-LANGEVIN, Ministre des outre-mer Congrès annuel de l Union Sociale pour l Habitat (USH) Mardi 22 septembre 2015 MONTPELLIER Monsieur le Président du l USH (Cher Jean-Louis

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014 CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» I.Contexte : Convaincue de l intérêt stratégique de l innovation pour le renforcement de la compétitivité des entreprises, la a lancé un appel

Plus en détail

Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015

Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015 Service de presse Ville de Rennes/Rennes Métropole Tél. 02 23 62 22 34 Vendredi 6 mars 2015 Conseil municipal Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015 Sommaire > Communiqué

Plus en détail

Réunion tenue en séance publique sous la présidence de M. DESHAYES Jean-Pierre, Maire.

Réunion tenue en séance publique sous la présidence de M. DESHAYES Jean-Pierre, Maire. Le lundi 28 octobre 2013 à 20h00, réunion du Conseil Municipal suivant convocation du 18 octobre 2013 remise ou envoyée aux conseillers municipaux et affichée ce même jour en mairie. Ordre du jour : -

Plus en détail

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville CONSEIL MUNICIPAL 1 Séance du 06 décembre 2012 Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville Direction Solidarité Urbaine - Tranquillité Publique - Rapporteur(s) M. Christophe

Plus en détail

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL ÉDUCATION FORMATION UDGET INSERTION ORMATION MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ 2012 EDUCATION INSERTION SOCIAL MESSAGE DE LA PRÉSIDENTE Florence RAINEIX Directrice générale de la Fédération

Plus en détail

Caisse d économie des employés en Télécommunication

Caisse d économie des employés en Télécommunication Caisse d économie des employés en Télécommunication 1 HOMMAGES Hommage à M. Michel Laberge, ex-président du Conseil d administration de la Caisse d économie Desjardins des employés en Télécommunication

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DE CONCOURS ET DE VACANCE D EMPLOIS MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE Avis relatif au calendrier prévisionnel complémentaire des recrutements pour 2006 (fonction publique de

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

RENTREE 2011. Inscriptions. Dès maintenant sur rendez-vous. Contactez-nous. Lycée de l Abbaye 2 rue de l Abbaye 45190 BEAUGENCY

RENTREE 2011. Inscriptions. Dès maintenant sur rendez-vous. Contactez-nous. Lycée de l Abbaye 2 rue de l Abbaye 45190 BEAUGENCY Inscriptions Dès maintenant sur rendez-vous Contactez-nous Mme CHAREYRON - Chef d établissement Lycée de l Abbaye 2 rue de l Abbaye 45190 BEAUGENCY 02 38 44 51 25 02 38 44 14 62 RENTREE 2011 Ouverture

Plus en détail

All Boards Family Association loi 1901 Statuts

All Boards Family Association loi 1901 Statuts Statuts ARTICLE 1: Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts et une association régie par la loi du 1 er Juillet 1901 et le décrêt du 16 Août 1901, ayant pour titre All Boards Family ARTICLE

Plus en détail

Analyse des besoins sociaux

Analyse des besoins sociaux La commune de Le Verger réalise une analyse sur les besoins sociaux de sa population. Afin d améliorer la qualité de vie et de services sur notre commune, nous vous remercions par avance de remplir ce

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Division des communications NOVEMBRE 2010 TABLE DES MATIERES 1) DÉFINITION... 2 2) PRINCIPES DIRECTEURS... 2 3) LA COMMUNICATION INTERNE... 3 3.1) L accueil des employés... 3

Plus en détail

Règlement Intérieur des Services de Restauration Scolaire et d Accueil Périscolaire de la Ville de Jarvillela-Malgrange

Règlement Intérieur des Services de Restauration Scolaire et d Accueil Périscolaire de la Ville de Jarvillela-Malgrange Accusé de réception - Ministère de l'intérieur 054-215402744-20140619-N6-19-06-2014-DE Accusé certifié exécutoire Réception par le préfet : 26/06/2014 Règlement Intérieur des Services de Restauration Scolaire

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 Institués dès 2000 par l AdCF, au lendemain de la naissance des premières communautés d agglomération issues de la loi Chevènement, le Club des agglomérations et la

Plus en détail

L approche intégrée au service de la performance des bâtiments à des coûts maîtrisés

L approche intégrée au service de la performance des bâtiments à des coûts maîtrisés Contacts : Hélène Bernard, architecte, Audiar. Céline Racapé, chargée de mission aux formes urbaines, Rennes Métropole. L approche intégrée au service de la performance des bâtiments à des coûts maîtrisés

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant :

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant : La municipalité d Amboise a mené une réflexion afin d améliorer la qualité de l accueil périscolaire du matin et du soir, au sein des écoles maternelles et élémentaires de la commune. A partir de cette

Plus en détail

PROCES-VERBAL de la séance ordinaire du Conseil communal du 13 décembre 2012

PROCES-VERBAL de la séance ordinaire du Conseil communal du 13 décembre 2012 PROCES-VERBAL de la séance ordinaire du Conseil communal du 13 décembre 2012 Lieu : à 19 h. 30 en sa salle Présidence : M. René Ansermet Le Président, M. René Ansermet, remercie les conseillères et conseillers

Plus en détail

La mutualisation du stationnement

La mutualisation du stationnement La mutualisation du stationnement Eric GANTELET, Président SARECO SARECO est un bureau d études spécialisé sur les questions de stationnement qui conseille les collectivités territoriales depuis la définition

Plus en détail

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 10 AVRIL 2014 -------------------- Etaient présents : MMES CONNETABLE, GONNORD, GUIRAUD, PUYGUIRAUD, RAFFAULT, VIEILLY, ZANNIER et Melle WETZ MM. ALLIRAND, ANSART,

Plus en détail

47 équipements. Un projet urbain singulier et pluriel! Est Ensemble, une ambition métropolitaine. 1,8 million de m² constructibles à horizon 15 ans

47 équipements. Un projet urbain singulier et pluriel! Est Ensemble, une ambition métropolitaine. 1,8 million de m² constructibles à horizon 15 ans 9 villes Est Ensemble, une ambition métropolitaine La Communauté d agglomération Est Ensemble a été créée le 1 er janvier 2010. Située aux portes de Paris, elle regroupe 9 villes de Seine-Saint-Denis Bagnolet,

Plus en détail

Georgette Josserand, lassée du comportement de son mari, qui refuse désormais de lui adresser la parole, décide de demander le divorce.

Georgette Josserand, lassée du comportement de son mari, qui refuse désormais de lui adresser la parole, décide de demander le divorce. Cas pratique sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 17/20 Enoncé du cas pratique : Lors d une passionnante conférence sur L influence de la pensée pré-socratique sur

Plus en détail

Le siège social est fixé à LA ROCHELLE 11 bis, rue des Augustin. Il pourra être transféré par simple décision du Conseil d'administration.

Le siège social est fixé à LA ROCHELLE 11 bis, rue des Augustin. Il pourra être transféré par simple décision du Conseil d'administration. ARTICLE 1 : DENOMINATION Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une Association régie par la Loi du 1er juillet 1901, et le décret du 16 août 1901 ayant pour titre : JAZZ ENTRE LES DEUX

Plus en détail

Région Rhône Alpes Charbonnières les Bains Cession en vue de la reconversion de l ancien siège de la Région

Région Rhône Alpes Charbonnières les Bains Cession en vue de la reconversion de l ancien siège de la Région Région Rhône Alpes Charbonnières les Bains Cession en vue de la reconversion de l ancien siège de la Région CONSULTATION OPERATEURS PHASE 1 Candidatures Règlement de la consultation 12 janvier 2012 SOMMAIRE

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières DOSSIER DE PRESSE Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières Paris, le mardi 3 février 2015 Contact presse Ministère du Logement, de

Plus en détail

Présentation des dispositifs relatifs à l emploi et au crédit d impôt compétitivité emploi : jeudi 11 juillet au Port

Présentation des dispositifs relatifs à l emploi et au crédit d impôt compétitivité emploi : jeudi 11 juillet au Port Le service économique La lettre au format PDF Les archives de la lettre + Présentation des dispositifs relatifs à l emploi et au crédit d impôt compétitivité emploi : jeudi 11 juillet au Port Le beau temps

Plus en détail

PROGRAMMES DE BOURSES

PROGRAMMES DE BOURSES PROGRAMMES DE BOURSES La Fondation du Cégep de Sainte-Foy a pour mission de soutenir l œuvre éducative du Cégep de Sainte-Foy en favorisant la qualité de l enseignement, la réussite scolaire et l innovation.

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE En 2012, toutes les universités françaises seront autonomes ; elles le seront dans un contexte mondial où leur rôle est à la fois fortement réaffirmé et sujet à de profondes

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE Les clés pour réussir votre mission 2 L APPRENTISSAGE, UN PARCOURS «GAGNANT - GAGNANT» Côté entreprise : C est

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Contacts presse

DOSSIER DE PRESSE Contacts presse DOSSIER DE PRESSE Contacts presse : Bureau de la communication interministérielle - 02.48.67.34.36 pref-communication@cher.gouv.fr Préfecture du Cher - Place Marcel Plaisant CS 60022-18020 BOURGES Cedex

Plus en détail

Culture & Sport au cœur du 1 er arrondissement de PARIS

Culture & Sport au cœur du 1 er arrondissement de PARIS UN ÉVÉNEMENT Culture & Sport au cœur du 1 er arrondissement de PARIS CP02 - PARIS - SOUS EMBARGO JUSQU AU 2 AVRIL 2015 Culture Air Sports Tour Paris 2015 : Faire du 1 er Arrondissement de Paris le plus

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

STATUTS I- L ASSOCIATION : Article 1 er. Article 2. Article 3. Association loi 1901

STATUTS I- L ASSOCIATION : Article 1 er. Article 2. Article 3. Association loi 1901 Association loi 1901 STATUTS I- L ASSOCIATION : Article 1 er Il est formé entre les adhérents aux présents statuts, une association, régie par la loi du 01/07/1901 et le décret du 16/08/1901 sous la dénomination

Plus en détail

s engage aux côtés de 6 associations dans le domaine de la solidarité dédiée à l enfance

s engage aux côtés de 6 associations dans le domaine de la solidarité dédiée à l enfance s engage aux côtés de 6 associations dans le domaine de la solidarité dédiée à l enfance L enfance au cœur de nos actions. La Fondation 29 Haussmann a retenu pour thème la lutte contre la rupture du lien

Plus en détail

La fonction publique en France

La fonction publique en France MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE édition 2013 La fonction en France Des métiers au service des citoyens les essentiels Dans la fonction, tous les agents

Plus en détail