I) Les objecteurs en service civil : la recherche d un idéal aux multiples facettes ( )

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I) Les objecteurs en service civil : la recherche d un idéal aux multiples facettes (1966-1969)"

Transcription

1 I) Les objecteurs en service civil : la recherche d un idéal aux multiples facettes ( ) «Après la grève de Brignoles qui a entraîné l emprisonnement des objecteurs à Uzès en octobre 1965, des conventions ont été passées entre la Protection Civile et des organismes privés : «Cotravaux», et «Aide à Toute Détresse»» 1. Cotravaux regroupe, entre autres, le Service civil international, le ministère des Affaires culturelles, les Compagnons Bâtisseurs, ainsi qu Etudes et chantiers. ««Aide à Toute Détresse» est un organisme qui se consacre au problème du sous-prolétariat 2 ; il mène de front la recherche et l action ; plusieurs équipes sont implantées dans des zones pauvres de la région parisienne.» 3 Les objecteurs en service civil vont alors se retrouver, au printemps 1966, séparés entre quatre affectations, dont les deux plus importantes sont le Service civil international à Oust, en Ariège, et Aide à toute détresse, au bidonville de Noisy-le-Grand ; d autres travaillent aux Affaires culturelles. Certains, parmi ceux qui n avaient pas cessé le travail, restent à Brignoles jusqu à la fermeture du camp en avril 1967 ; ces derniers, suite à une convention passée entre la Protection civile et l Assistance publique, iront alors travailler dans les hôpitaux de la région parisienne. 4 Au SCI : l expérience de Oust 1) Le choix de l Ariège Dès 1959, une fois Cotravaux créé, un nouveau type de chantiers est proposé au SCI ; il s agit d une «aide aux villages en perte de vitesse et [ ] menacés de disparition» 5. C est à la demande du préfet de l Ariège, lui même ancien «civiliste» ayant participé à des chantiers en Algérie et en Grande-Bretagne en , et suite à une circulaire de Cotravaux 6 que le SCI se voit confier un chantier. Il est alors nécessaire de réaliser un «projet prototype» 7 pour les chantiers à venir ; «la petite commune d Antras fut choisie : 97 habitants altitude 950m pas d école pas de commerçants pas d eau pas d écoulement pour les eaux usées. Cependant, une nouvelle route venait d être construite» ; les travaux prendront principalement la forme d aménagement de chemins, d adduction d eau, et d autres réalisations ayant pour objectif d améliorer la vie du village. Sept ans plus tard, le «nombre considérable de chantiers réalisés par le SCI [fait que] les services officiels et la population locale sont tout prêts à tenter cette expérience pour les 1 «Les objecteurs en grève refusent»troisième partie, p1 2 l expression «sous-prolétariat» est directement tirée du document réalisé par le SOC précédemment cité. 3 «Les objecteurs en grève refusent»troisième partie, p1 4 ibidem, p1-2 5 «Service civil international, 50 ans», ibidem, p223 6 ibidem, p224 7 ibidem, p225

2 objecteurs sous la direction du SCI.» 8 ; c est le canton pilote d Oust qui est choisi, avec comme travaux prévus, le reboisement, le nettoyage de la forêt existante, l aménagement des chemins, mais également la construction d aménagements socioculturels. Comme en 1962 avec les premiers objecteurs, le SCI les prend sous sa direction, mais en tant que membre de Cotravaux, qui garde à sa charge les fonctions administratives vis-à-vis des pouvoirs publics. Afin d éviter tout débordement, le SCI rédige un règlement intérieur, qui rappelle que «dans le cadre du chantier de travail, la vie communautaire est une nécessité. La vie collective est possible dans la mesure où elle s épanouit dans un esprit de liberté. La liberté n existe qu en fonction du sens de la responsabilité de ceux qui composent la Communauté. Chacun des membres du chantier est responsable du climat.» 9 2) Entre cogestion SCI/OC et autogestion des objecteurs Il n est pas impropre, au sujet de la gestion des OC/SCI 10 en poste à Oust, de parler d une expérience ; en effet, une réunion générale de tous les objecteurs en poste au SCI est prévue les avril et 1 er mai 1967, afin de tirer «les conclusions de la période qui s achève : six mois de démarrage + six mois de clarification par une expérience d auto-gestion» 11. Le démarrage à Oust semble identique en plusieurs points à celui du camp de Brignoles ; pour les 28 objecteurs qui arrivent en mars 1966, «ce départ est marqué par l improvisation à tous les niveaux. Toute l expérience en sera lourdement grevée. [ ] le logement n est pas prêt, ce sera là leur premier travail. Le groupe est nombreux et hétérogène. Les O.C. effectuent des travaux dans toute la région (adductions d eau, restauration de chemins communaux, plantation d arbres, installation d un relais de l ORTF), chantiers très divers dont le véritable sens échappe aux objecteurs qui ont l impression qu on les occupe. Toutes ces conditions difficiles vont contribuer à la dégradation du climat.» 12 En conséquence, un objecteur du groupe, Gilles Frey, déserte à la fin de l été, ne supportant plus les conditions de travail imposées. Le groupe semble devoir imploser s il continue sur les mêmes bases, mais une réorganisation de la gestion et du travail, ainsi qu une diversification des activités permet de relancer l équipe d Oust. En novembre 1966 «5 objecteurs se constituent en équipe volante, après un stage en Dordogne. Cette équipe, spécialisée dans les travaux du bâtiment, partage une autonomie de vie, d organisation et de recherche dans son travail» 13. C est à partir de cette période que la gestion du groupe d Oust semble prendre la forme déclarée et revendiquée d une «autogestion». Néanmoins, le manque de documents issus du SCI ou du groupe d Oust empêche de déterminer avec certitude le moment où apparaît pour la première fois la notion d autogestion ; est-elle, comme cela semble être le cas, une réponse aux difficultés rencontrées durant les premiers mois? Ou bien, au contraire, cette seconde période 8 Archives du CCSC, non classées. «Organisation de chantiers permanents pour les objecteurs de conscience», décembre 65, document d une page, manuscrite. 9 Archives du CCSC, non classées. «règlement intérieur», sans date, ni aucune autre précision. Date estimée à mars-avril L expression, signifiant objecteurs de conscience du SCI, apparaît très rapidement, et prendra avec le temps une autre dimension, puisqu il sera question, par la suite, de la coordination SCI/OC, pour qualifier l organe interne au SCI, chargé de gérer les objecteurs en poste au SCI. 11 Archives du CCSC, non classées. Lettre d André Lorthe à Gérard Mesnil, datée du 26 avril «les objecteurs en grève refusent» ibidem, troisième partie p1. 13 idem

3 autogestionnaire de six mois avait-elle été déjà décidée au printemps 1966, lorsque les premiers objecteurs arrivèrent à Oust? Ces questions sont importantes, dans la mesure où l autogestion prend durant ces mêmes mois de 1966 une dimension inédite, avec le lancement d une nouvelle revue, Autogestion. Les sources du SCI débutent au mois de décembre 1966, soit après les premiers mois durant lesquels sont apparues les tensions déjà évoquées. Une correspondance en trois temps est adressée au groupe d Oust par Pierre Courtois, à qui le Comité National du SCI en a confié la responsabilité le 4 décembre La première, rédigée le jour même, fait le point sur la structure mise en place à cette occasion, et énonce les grands principes qui devront régir cette aventure 14. Dans le souci de surveiller sans trop interférer dans le déroulement de cette expérience inédite d autogestion d objecteurs en service civil, le SCI a délégué tout pouvoir à Pierre Courtois, qui est soumis à l autorité du SCI, de Cotravaux, puis, en dernier ressort, du SNPC ( Service National de la Protection Civile) ; celui-ci est en relation directe avec Gérard Mesnil, objecteur en poste à Oust. Pierre Courtois brille par une prise en main énergique de sa nouvelle mission ; ainsi, il répond, aux objecteurs soumettant qu il puisse y avoir deux autorités, à savoir le SCI et les OC : «Non, il n y a qu une autorité [souligné énergiquement dans le texte] : la mienne, qui me vient du SCI, qui la détient de Cotravaux, qui la détient du SNPC. [ ] Dans cette affaire je suis l autorité et je ne suis pas du tout tenté de l oublier [dans le texte]». 15 Rapidement il semble que Pierre Courtois se soit éloigné de la gestion des objecteurs d Oust, et que Gérard Mesnil se soit tourné vers André Lorthe, également du SCI. Comment les relations entre objecteurs s organisent-elles? Dès le mois de décembre 1966, Pierre Courtois prévenait : «Actuellement [ ] il n y a pas de groupe mais une juxtaposition de quelque 20 à 25 individualités qui s affirment d autant plus bruyamment qu elles n ont peut-être pas toujours leur forme définitive» 16 ; paternaliste, il entend prévenir les objecteurs qu ils sont encore à la recherche de leur identité d adulte. Aussi, le 30 avril 1967, les objecteurs d Oust, réunis en assemblée générale, procèdent à une consultation, réalisée par bulletin secret, et où chacun exprime son «avis sur le comportement habituel de chacun des membres du groupe» 17 ; elle concerne les 22 objecteurs dont le service continue après le 1 er juillet 1967 ; deux ne participent pas au sondage. Les résultats transmis ne concernent que les objecteurs ayant recueilli une majorité de mécontents ; seules trois personnes rentrent dans ce cas de figure, dont une avec 18 objecteurs jugeant négativement son action au sein du groupe, et les deux autres avec quatorze et treize avis défavorables ; ces derniers avaient pris une initiative pour le moins originale afin de s isoler du reste du groupe, en allant travailler avec un épicier, l un à Oust, l autre à Ercé. Le premier, «en dépit de l avis quasiunanime du groupe», semble vouloir rester le plus longtemps possible à Oust, où il aide un plombier, en attendant de passer un diplôme validant ses acquis. Il reste à l évidence des séquelles des premiers mois. 14 Archives du CCSC, non classées. Lettre manuscrite n 1 de Pierre Courtois au groupe d Oust, datée du 4 décembre 1966, 7 pages. 15 Archives du CCSC, non classées. Lettre manuscrite n 2 de Pierre Courtois, datée du 10 décembre 1966, p3. 16 Lettre n 1, ibidem, p.3 17 Archives du CCSC, non classées. Lettre de Gérard Mesnil à André Lorthe, datée du 30 avril 1967.

4 Concernant les activités proposées à Oust, une «équipe volante» est en poste à Toulouse. Par ailleurs, au printemps 1967, «ceux qui restent s orientent vers un effort d insertion globale : une insertion plus vraie, par le travail chez les paysans pour quelques-uns ; les autres choisissant plutôt l animation culturelle (ciné-club, bibliothèque, manifestations culturelles, ).» 18. Toutefois, celles-ci ne conviennent pas à l ensemble des objecteurs, et, dès le mois d avril 1967, André Lorthe écrit au président de Cotravaux afin de prendre connaissance des autres affectations possibles. Par la suite, et consécutivement à la recherche d autres activités pour les objecteurs du SCI, des initiatives sont lancées : au Broc ( Alpes maritimes) un chantier à long terme ; à Gedre (Hautes-Pyrénées) dans l esprit des travaux réalisés à Oust ; à Toulouse en assurant la permanence estivale du foyer de Ginestous ; à Lyon, où cinq objecteurs travaillent dans différents organismes comme un foyer d accueil pour les immigrés, un autre foyer pour les personnes sortant de prison, et au sein d équipes éducatives dans une cité de Nord-Africains ; au Courtal (Ariège) enfin, avec «une expérience originale de vie communautaire en milieu rural» 19. 3) Quel Bilan? Du point de vue des objecteurs, l autogestion est une expérience enrichissante, qui leur a permis, pour les uns de s épanouir dans un travail de remise en valeur de l espace rural, pour les autres, alors très minoritaires 20, de réaliser qu ils désirent accomplir un autre travail. Concernant les premiers, ils vont permettre de continuer sur les mêmes bases l accueil des objecteurs au SCI, et pour certains, il s agit de la découverte d une véritable vocation, puisqu ils vont désormais s investir personnellement dans les chantiers estivaux organisés par le SCI ; pour les seconds, il faut trouver une autre affectation pour réaliser leur service civil, essentiellement au sein d Emmaüs et de la CIMADE, dans un cadre plus urbain, et notamment dans les bidonvilles, en rejoignant des objecteurs déjà affectés à ce genre de travail. Du point de vue du SCI, cette expérience a permis de réfléchir à l organisation et à la gestion de ces nouveaux effectifs au sein de l association, tout en créant une dynamique nouvelle, d accueil des objecteurs dans le cadre de leur statut ; à terme, ce sont des centaines de jeunes par an qu il peut espérer gérer. Une réunion se tient les 3 et 4 juin 1967, entre les objecteurs en poste à Oust et certains responsables du SCI, dont André Lorthe. Elle permet d entériner les enseignements de l année écoulée à Oust. Les seules décisions d ordre disciplinaire concernent les trois objecteurs dont le comportement indisposait une majorité du groupe ; tous trois en sont exclus et remis à Cotravaux, dont ils dépendent d un point de vue administratif, afin de leur trouver une autre affectation. Ce compte rendu indique qu «il était grand temps que le SCI réagisse et ne fasse plus et surtout pas pour l avenir figure de bonne «planque» comme ce fut le cas pour certains». André Lorthe, qui s est chargé de sa rédaction, rappelle que les membres du SCI ont «beaucoup été aidés par le groupe OC qui a beaucoup évolué depuis la période difficile» 21 ; l impression est 18 ibidem p3 19 «les objecteurs en grève refusent»ibidem, troisième partie, p3. 20 Les trois objecteurs, sur une vingtaine en poste, qui ont posé problème à la cohésion du groupe. 21 Archives du CCSC, non classées. Compte rendu de la réunion des 3 et 4 juin 1967, par André Lorthe.

5 donc que les objecteurs du SCI, malgré des dissensions certaines à un moment donné, ont réussi à renverser la tendance, et à rendre viable sur le long terme l expérience tentée au SCI, à mi-chemin entre une co-gestion SCI/OC et l autogestion des objecteurs. La proposition d André Lorthe, d un coordinateur lui même objecteur semble avoir recueilli l unanimité des voix ; la prise de fonction du poste de coordinateur serait, en prévision, effective dès septembre 1967 ; Gérard Mesnil est alors pressenti pour le poste. Cette fonction de coordinateur inaugure un poste de référence pour les années à venir. 4) Les objecteurs assimilés aux volontaires à long terme Le SCI, poursuivant l assimilation des objecteurs en son sein, va les intégrer au titre de volontaires à long terme. Cette décision est prise par le Comité national du SCI branche française le 3 décembre 1967 ; ainsi, «réunis dans la perspective d un service civil à effectuer en remplacement d un «service militaire» refusé pour motifs philosophiques, politiques ou religieux, il est proposé aux objecteurs qui le désirent de travailler au sein d associations «assurant un travail d intérêt général» 22. Le SCI, au fait des motivations des objecteurs volontaires à la réalisation d un service civil y inclut, en plus des motivations philosophiques et religieuses, les motivations d ordre politique, alors non reconnues par les pouvoirs publics. Le SCI détaille les enjeux et les raisons de cette décision. Il rappelle que son fondateur, le Suisse Pierre Cérésole, voulait œuvrer pour la paix entre les nations, et préconisait, à cette fin, «la mise en place d un SERVICE CIVIL VOLONTAIRE ET INTERNATIONAL [dans le texte]» 23. Par ailleurs, «le SCI qui a toujours lutté pour la reconnaissance légale de l objection de conscience, continuera cette lutte jusqu à ce que le statut fasse également droit aux consciences. [il] propose aux objecteurs qui le désirent de travailler en son sein pour obtenir la modification de l état actuel des choses» 24 ; aussi, il préconise le droit pour les objecteurs de pouvoir intervenir à l étranger, et propose que les thèmes étant liés aux problèmes posés à l objection de conscience soient librement débattus en son sein. Il est, également, décidé une période d essai de deux mois, afin que les objecteurs et le SCI apprennent à se connaître mutuellement ; l objecteur pourra ensuite décider s il souhaite continuer au SCI ou être intégré à une autre association ; de la même manière, le SCI se réserve le droit d accepter ou non la candidature des objecteurs ; «en cas de litige grave le Comité exécutif du SCI enquêtera et tranchera» 25. Suite à l intégration d un objecteur au sein d un groupe du SCI, il devient membre de l association de plein droit, et peut, à ce titre, prétendre à toutes les activités qu elle propose. Cette décision, d intégrer au maximum les objecteurs au SCI, confirme son engagement auprès de ceux-ci ; elle est l association la plus impliquée dans l accueil des objecteurs de conscience. 22 Archives du CCSC, non classées. Compte rendu de la décision du Comité national du SCI branche française le 3 décembre 1967, définissant les statuts au sein du SCI des «objecteurs de conscience volontaires à long terme». 23 Ibidem, p1 24 idem 25 ibidem, p2

6 Le projet d une communauté agricole en Ariège : un idéal du retour à la terre? 5) ««Genèse» de l idée de «Communauté»» 26 Alors que le SCI tire les leçons de l expérience de Oust, un «projet de travail des objecteurs de conscience avec la Communauté de Courtal» 27 lui est soumis vers le mois de septembre Y figure une liste de dix personnes intéressées «de très près» par l idée de la communauté ; parmi eux, cinq futurs objecteurs, tous membres du groupe SCI de Poitiers ; un, Guy Métivier, est actuellement objecteur à Sor pour le SCI ; deux autres personnes, un homme et une femme, sont membres du SCI, mais légèrement plus âgés ; une dernière personne enfin, une femme monitrice d enseignement, compte rester «définitivement» à Courtal. «L idée d une communauté «d intellectuels» est en l air depuis environ deux ans à Poitiers. La seule réalisation concrète fut la location d un appartement commun qui fut la base d une vie collective importante» 28. Le deuxième facteur à rentrer en compte dans la réalisation de ce projet, est l arrivée de Guy Métivier à Oust en mars 1967 ; «il est dès lors envisagé de trouver un emplacement en Ariège où pourraient venir s installer ceux des poitevins qui sont décidés à tenter l expérience». Décidés à promouvoir leur projet, dans le cadre géographique de l Ariège, ils partent donc à la recherche d un lieu où ils pourront librement développer leur concept ; «la chose se précise lorsque R. Ballaguy [leur] offre de le remplacer dans ce qu il essaie de faire depuis trois ans». Ce dernier tente de vivre dans un hameau abandonné pendant quinze ans, par son travail, et grâce à un élevage de chèvres. Néanmoins, plusieurs évènements, dont l accouchement de sa femme et sa radiation prochaine s il ne revient pas à l enseignement, vont l obliger à quitter son exploitation, d où l intérêt de la laisser à des jeunes gens intéressés par l idée d une communauté, au sein de laquelle ils pourront mettre en pratique leurs idéaux. Il serait intéressant de connaître les motivations qui ont poussé ce professeur d éducation physique à délaisser son travail pour tenter l aventure paysanne. 6) Une communauté autogestionnaire pour «prolonger l objection de conscience» Les membres du groupe de Poitiers, disposant de l usufruit de la maison de R. Ballaguy, de 40ha de terres lui appartenant, de son outillage (un motoculteur) et d un troupeau jeune et en bon état de 58 chèvres, établissent les principes et les objectifs de la communauté : «d une façon générale l idée que nous avons tous est de prolonger l objection de conscience. Sans refuser la société nous voudrions montrer qu il y a peut-être d autres façons de vivre» ; un règlement intérieur sommaire est à l étude, qui prévoit la «gestion par tous les membres», la «non rémunération monétaire» et l «égalité de chacun quels que soient ses apports». L organisation 26 Archives du CCSC, non classées. «projet de travail des objecteurs de conscience avec la Communauté de Courtal», réalisé par des membres du groupe SCI de Poitiers, en collaboration avec des objecteurs ou futurs objecteurs intéressés par le projet. Sans date, estimation, septembre-octobre pages manuscrites, soignées, détaillant et argumentant le projet de manière très méthodique ( idéologie, géographie, organisation, objectifs, moyens à disposition, ) 27 idem 28 idem

7 est en tout point celle d une communauté auto-gestionnaire. En dernier lieu, le projet prévoit de développer une activité d abord agricole, pour tenter de «mettre en application les principes de l agriculture biologique», sans engrais ni pesticides ou insecticides, en privilégiant les assolements et la reconstitution de la terre avec des scories et de la chaux. Ayant conscience que ce travail est insuffisant pour subvenir aux besoins de la communauté, il est prévu de trouver d autres formes d activités, mais également, de trouver une «organisation légale compatible avec tout cela», présentée comme un compromis entre une SCOP, un GAEC, une société de personnes et une association. Il est nécessaire de replacer cette idée de communauté agricole dans un cadre plus large, afin d en mesurer plus précisément la valeur, et la portée. La Vallée de la Barguillère, qui monte de Foix au col des Marrons, possède, «à côté de l agriculture traditionnelle «mourante» [ ] plusieurs exploitations neuves faites par des étrangers à la région», la plus éloignée se trouvant à douze kilomètres du Courtal, la plus proche juste en face, sur l ubac ; ainsi, la région est déjà touchée depuis un certain temps par un mouvement de retour à la terre. A ce mouvement, il faut rattacher, à sa manière, le lancement par Cotravaux et le SCI, en 1959, de chantiers de réhabilitation du monde rural. Aussi, cette vallée comprend déjà quatre exploitations tenues par des étrangers à la régions, dont un canadien français, un rapatrié du Maroc et deux ménages de Toulouse. Il est par ailleurs déjà en projet d organiser un «système de banque du travail» ; les premiers contacts avec les autres exploitations laissent espérer une collaboration fertile. Le groupe, ayant lancé le projet, tente de convaincre les cadres du SCI de la justesse de son analyse et de sa proposition : «il est pour nous très important pratiquement et moralement que le SCI soit d accord pour que les objecteurs puissent avoir la possibilité d y venir, étant bien entendu qu ils auraient toujours la possibilité de rejoindre les équipes d urgence ou de faire des chantiers d été». Les arguments mis en avant vont dans le sens d intérêts communs entre le SCI et ce projet de communauté ; Oust est alors distant de seulement quarante kilomètres, et le SCI pourrait avoir la possibilité d implanter des chantiers dans la vallée, en enclenchant un travail à long terme ; en dernier ressort, ils défendent l idée selon laquelle l expérience de vie communautaire coïncide avec le désir de bien des objecteurs de conscience. Il semble que le projet ait pu fonctionner au moins durant deux ans, puisque nous en retrouverons l écho dans des documents internes au SCI faisant le point sur l état des affectations des objecteurs en son sein pour l année ) Les objecteurs à la recherche d un autre monde Ce projet de communauté agricole autogérée aura permis d aborder plusieurs aspects culturels fondamentaux pour notre étude. En premier lieu, l expérience de vie communautaire prônée par les défenseurs du projet, si elle semble réellement attirer un certain nombre d objecteurs, ne correspond pas à l ensemble de ceux-ci ; certains en effet préfèrent, par opposition à la remise en valeur d un monde rural en perdition, aider les pauvres en intervenant dans les bidonvilles. Néanmoins, l idée de communauté n est pas étrangère, loin s en faut, à un certain idéal qui traverse partiellement le mouvement objecteur ; à celui-ci se combine un autre idéal, du retour à la terre, révélateur d un malaise plus profond de la société française face à l exode rural et à la perte irrémédiable de certaines valeurs ; l autogestion imprègne elle aussi les réflexions et les actions des objecteurs. La combinaison de ces trois tendances, va donner

8 naissance à ce projet original, d une communauté rurale, gérée collectivement sans rémunération monétaire. L écologie alors naissante, mais pas encore directement nommée, transparaît elle aussi dans ce projet, qui prône les principes de l agriculture biologique. En dernier lieu, l élément essentiel qui ressort finalement de ce projet, c est l idée «qu il y a peut-être d autres façons de vivre» ; dans cette maxime millénaire, à laquelle répond en écho qu «un autre monde est possible», il est nécessaire d aller chercher l essence même de l acte d objection à l armée, lorsque celui-ci ne se limite pas au seul rejet du service militaire. L objecteur de conscience est à la recherche d une autre société ; par son geste, il refuse de participer à ce qu il considère comme étant l élément le plus aliénant et le plus visible de cet ordre qu il renie. Dès lors, il cherche à tout prix à s investir dans un autre service, rendu à la personne humaine, et non à un Etat à travers lequel il ne se retrouve pas. Cette tentative de mettre sur pied une communauté autogérée en milieu rural, est symptomatique d un rejet symbolique de tout ce qui constitue la société de consommation qui se construit alors. La ville, l individualisme, l argent, les produits agricoles et industriels stéréotypés ; tous ces éléments sont constitutifs d un tout qu ils refusent de considérer comme étant la seule alternative possible. Pourtant, loin de «refuser la société», ils proposent simplement un autre mode de vie, qui, «peut-être», est possible. En parallèle, certains objecteurs, tournés vers d autres directions, vont s investir dans l aide aux défavorisés, dans le cadre autrement plus tragique des bidonvilles et directement confrontés à la misère urbaine.

9 Aide à toute détresse, Emmaüs, et les autres affectations 8) Aide à toute détresse L association Aide à toute détresse, qui deviendra ATD Quart-monde, a pour but d œuvrer dans les milieux «sous-prolétaires» 29, notamment les bidonvilles. Au départ, comme pour le SCI, il est préféré un site unique pour débuter l expérience de l accueil des objecteurs en service civil ; le bidonville de Noisy-le-Grand, le plus important de France, est alors choisi ; une période d essai d un an semble avoir été décidée, qui débute parallèlement au SCI, durant les premiers mois de A partir de janvier 1967, des divergences apparaissent sur l action à mener, qui rendent la collaboration difficile avec la direction de l association. Pour sortir de cette impasse, certains objecteurs prennent contact avec l Abbé Pierre, responsable de l organisme Emmaüs ; une convention est alors passée, en mars 1967, avec la Protection civile, ce qui permet à certains objecteurs d aller travailler au sein d une communauté d Emmaüs, dans la région rouennaise. 9) Emmaüs : les communautés urbaines Cet organisme animé par l Abbé Pierre repose sur un esprit commun, qui est l aide aux déshérités ; ce sont surtout des communautés de chiffonniers implantées dans plusieurs grandes villes. A la fin de l année 1968, un seul objecteur vit dans une communauté de chiffonniers ; les autres élaborent un style d action qui leur est propre. Deux communautés se sont formées, l une à Toulouse et l autre à Bordeaux. Il existe des éléments communs avec le groupe d Oust, notamment à travers cette idéalisation de la vie en communauté ; néanmoins, la réflexion semble plus poussée, ou du moins plus aboutie au sein des communautés d Emmaüs. A travers une certaine idéalisation de ce que les objecteurs nomment alors le «sous-prolétariat», il est recherché un retour aux valeurs considérées comme essentielles, d une «vie sociale non-hiérarchisée, non-robotisée, nonviolente» ; il est à peu près certain que cette vision des choses est biaisée par le militantisme des objecteurs impliqués dans cette expérience, mais elle nous ouvre partiellement les ressorts psychologiques et culturels ayant œuvré à la réalisation de ce service civil par les objecteurs. Il est également possible de relever l influence du mouvement Economie et humanisme, sur lequel nous reviendrons plus en détail lorsqu il sera question de dresser un tableau des différents services civils des objecteurs durant les années Essentiellement, ce mouvement d inspiration catholique prône un retour à la dimension humaine ; ce retour à l humain doit alors s effectuer par le développement d unités de vie élémentaire, dont les communautés urbaines constituent l un des éléments de base. La communauté de Toulouse est directement issue du groupe ATD de Noisy-le-Grand ; «les objecteurs vivant ensemble dans un bidonville ont découvert d une part la richesse de la vie 29 Archives du CCSC, «Les objecteurs de Conscience en grève refusent d être jugés par un Tribunal Militaire» édité et réalisé par le Secrétariat des Objecteurs de Conscience, Dossier très complet de 27 pages, rappelant, en trois parties, «l évolution de la situation des objecteurs depuis 1963», les différents statuts et lois dont ils dépendent, et «le service civil tel qu il était réalisé par les objecteurs jusqu à la grève». sans date précise, on peut l estimer au mois de décembre 1968 ou janvier 1969

10 commune [souligné dans le texte], et d autre part la richesse des rapports interpersonnels au sein du bidonville. Ces deux pôles vont désormais orienter toute la recherche.» 30 La rupture avec l association Aide à toute détresse est survenue suite à «la divergence de vue sur l action à avoir auprès des gens des bidonvilles» ; malgré tout, soulignent les objecteurs du SOC, «l expérience avait été très enrichissante». «Le passage dans une communauté de chiffonniers de la région rouennaise a permis de connaître la vie interne d Emmaüs, et d approfondir la vie communautaire». Afin de pouvoir réaliser ce que les objecteurs eux-mêmes appellent «la présence en milieu sous-prolétaire», l occasion est saisie, en juillet 1967, de rejoindre une «cité d urgence» à Toulouse ; l action s oriente alors vers la création de liens avec les gens de leur entourage. Pour certains, la durée de l engagement en milieu sous-prolétaire dépasse le cadre légal des 32 mois imposés pour leur service civil. Leur action toute entière est tournée vers la recherche d «une manière d être qui conteste dans les faits les personnes et les structures responsables du sous-développement et de l exclusion sociale [souligné dans le texte]» 31. Au sein de cette communauté, implantée en banlieue toulousaine, à Bordelongue, il y a quatre objecteurs en service sur neuf personnes. La communauté de Bordeaux «Le Chausson» regroupe des objecteurs arrivés en poste à Emmaüs en novembre 1967, un seul y étant déjà depuis mars Ses membres ont d abord travaillé quatre à cinq mois à Cailly, dans la région rouennaise, avec la communauté des chiffonniers d Emmaüs de Notre-Dame de Bondeville ; suite à cette prise de connaissance des problèmes concrets rencontrés sur le terrain, six d entre eux décident de se rendre à Bordeaux, pour y lancer une «communauté de présence en milieu sous-prolétaire». Les modalités d action et de réflexion menées à cette occasion peuvent se résumer en quatre points : «vivre en milieu sous-prolétaire, c est à dire bidonvilles ou camp de nomades, etc parce que c est là que se manifeste le revers d une société de consommation apparemment brillante, [ ] parce que, si une révolution doit se faire, elle doit aussi se faire là» 32 ; «avoir une certaine forme de vie communautaire [souligné dans le texte], [ ] parce que c est, modestement, le cadre de vie d une forme de vie sociale non-hiérarchisée, non robotisée, non-violente» ; «être présents [ ]. Vivre avec nos voisins comme nos voisins.» ; «faire une recherche dans le sens de la non-violence, c est à dire essayer de donner l image (une image vraie) de rapports, entre nous et avec nos voisins, d où soient exclus l exploitation, la domination, le racisme, etc C est à dire aussi chercher s il peut y avoir une réponse non-violente aux conflits et problèmes qui se présentent. C est à dire enfin, entreprendre une réflexion, voire une action commune avec le groupe qui, à Bordeaux, cherche dans cette voie là». A la fin de l année 1968, le camp «abrite environ 150 personnes, semi-nomades et pour la plupart Tziganes, vivant de la récupération et de travaux saisonniers» ; les objecteurs, une dizaine, vivent des mêmes travaux. 30 idem Tous les passages soulignés le sont directement dans le texte original. 31 idem 32 ibidem,p5

11 10) Les autres affectations 33 Depuis le printemps 1966, certains objecteurs peuvent être détachés auprès du ministère des Affaires Culturelles, qui fait, au même titre que le SCI, partie de Cotravaux ; ceux qui y sont détachés effectuent alors leur service civil dans le cadre de fouilles archéologiques. Les objecteurs n ayant pas participé à la grève qui précipita vingt deux objecteurs en prison à Uzès continuent leur service civil au sein du GSP de Brignoles ; celui-ci est définitivement fermé en mars Les objecteurs restant sont alors affectés, par le biais de l Assistance publique, aux hôpitaux de Paris, au sein desquels certains restent encore à la fin de l année En avril 1968, les Centres d Entraînement aux Méthodes d Education active (CEMEA), passent une convention avec la Protection civile ; cette association privée reconnue d utilité publique, a pour «tâche principale d assurer la formation et le perfectionnement du personnel d encadrement des collectivités de vacances pour enfants et adolescents. Leurs convictions correspondent à celles des objecteurs, qu ils acceptent en tant qu instructeurs pour ceux possédant une certaine expérience pédagogique, ou selon les besoins spécifiques de l association ; nous retrouvons «la conviction que l éducation est permanente», celle «que chacun a le désir et les possibilités de se perfectionner», ainsi que «le respect de l individu». En dernier lieu, une convention est également passée avec l OCCAJ (Organisation centrale des Camps et Activités de jeunesse). 33 Toutes les informations citées dans cette partie, sont tirées du document du SOC, «les objecteurs en grève refusent» troisième partie, p1-6

12 La construction permanente d un idéal aux multiples facettes 11) Une objection non-violente et communautaire La recherche active d un idéal communautaire non-violent, égalitaire et détaché des éléments superflus qui submergent la société de consommation, est révélatrice d un état d esprit commun à la majorité des objecteurs en service civil ; tout comme ceux de Brignoles au départ, puis d Oust, ou de la communauté de Courtal, les objecteurs d Emmaüs vont tenter de trouver des solutions alternatives à la société capitaliste de masse qui se développe alors. La cohérence de leur démarche est complète ; d abord intellectuelle en refusant le service militaire, celle-ci se poursuit à travers la mise en action des principes qu ils considèrent comme justes et nobles. Leur action, au sein d une communauté agricole ou rurale pour certains, dans des bidonvilles pour d autres, tend avant tout vers la réalisation d un autre monde, au sein duquel ils souhaitent développer leurs idéaux de non-violence et d égalité entre les personnes. Cette démarche, réfléchie puis mise en pratique, est également, et par essence, politique au sens étymologique du terme ; en effet, les objecteurs, par leur action dans la cité, tentent de transformer celle-ci ; peut-être à l issue d une démarche que l on peut qualifier de philosophique, mais avant tout dans l optique d une action politique, entièrement tendue vers la transformation de la société. L absence de référence à des partis ou des tendances existantes n est pas un argument valable pour écarter définitivement la signification politique des actions mises en oeuvre par les objecteurs. De même qu ils tentent de retrouver des valeurs idéales en retournant à la source des choses, à savoir le travail de la terre, ou dans les taudis les plus insalubres des banlieues françaises, leur démarche se caractérise par l élaboration empirique et progressive d un cadre général de réflexion et d action ; de ce fait, leur analyse, d inspiration marxiste, n est pas pour autant soumise à un corpus théorique duquel il leur serait impossible de sortir. Il est évident que les justifications légales admises, et reprises aujourd hui encore dans les dictionnaires, d une objection exclusivement religieuse ou philosophique, ne résiste pas plus longtemps à l analyse des faits ; celle-ci prouve au contraire que l objection de conscience, au moins durant les années 1960, est pour la majorité des objecteurs, un acte politique, dans le sens que nous avons défini précédemment ; nous le verrons par la suite, l objection de conscience, au tournant des années , prendra un sens ouvertement politique et militant, différent de la portée politique du service civil des objecteurs, que nous venons de définir pour les années Les objecteurs en service civil des années vont développer des méthodes d analyse et de réflexion en accord avec leurs principes ; celles-ci, bien que n étant pas appliquées dans des situations toujours semblables, sont pourtant construites sur des bases communes. Considérant que les individus sont soumis à des structures sociales qui les dépassent, ils tentent, à partir de ce postulat, de rendre intelligibles les conflits et les contradictions qu ils sont amenés à rencontrer ; tenant compte de différents niveaux d analyse, de l individu à la superstructure étatique et même capitaliste, en passant par les intermédiaires que peuvent constituer l armée et ses administrations, ils essaient d appliquer à leur quotidien cette grille de lecture et d analyse.

13 Dans les faits, il est possible de remonter jusqu à l affectation de Brignoles, où le regroupement de tous les objecteurs va leur permettre de se concerter mutuellement à chaque instant ; cet objectif de démocratie directe est partiellement mis à mal, par l apparition de groupes au sein des objecteurs. Dans leurs rapports avec les officiers, ils tentent, vainement, de mettre en place une dynamique de travail qui se veut utile et sans arrière pensée militaire. Malgré les incompatibilités entre officiers et objecteurs, et bien qu ils soient pour certains emprisonnés à Uzès, les revendications et les critiques soulignent bien qu il ne s agit pas de combattre les officiers chargés de les diriger, car ceux-ci sont, comme les objecteurs, dépendant d un cadre d application de la loi relative à l objection de conscience, qui ne correspond en rien aux exigences de celle-ci. A chacun de ces instants, il est toujours question d analyser la situation en fonction d un cadre imposé aux individus, dont tous les protagonistes, objecteurs et officiers en l occurrence, sont victimes. Par la suite, au camp d Oust, malgré les tensions des premiers mois dues à un manque de moyens et de préparation évident, et à la cohabitation d une vingtaine d individualités très fortes, il est quand même tenté une expérience d autogestion des objecteurs ; l idéal défendu par ceux-ci est que chacun, s il s en donne les moyens, peut être capable de vivre intelligemment avec ses semblables, sans qu il soit nécessaire de mettre en place un encadrement dirigiste et autoritaire. La connaissance d autrui, mais avant tout de soi même, semble être une recherche permanente des premiers services civils vécus par les objecteurs ; la réussite ne sera pas toujours au rendezvous, mais la prise en compte des ressorts psychologiques et personnels restera l un des éléments clés de cette recherche introspective, communautaire, et autogestionnaire pour certains. Les objecteurs en poste à ATD ou à Emmaüs, fonctionnent également selon les mêmes modalités de raisonnement, cherchant avant tout à vivre avec le sous-prolétariat ; l apprentissage empirique de la vie dans ces communautés pauvres des bidonvilles leur permettra, pensent-ils alors, de découvrir et de développer des méthodes pour cohabiter pacifiquement, en gérant intelligemment et dans une structure sociale non-hiérarchisée les conflits entre les personnes. Le service civil tel qu il est vécu par les objecteurs durant les années s apparente à une recherche permanente ; leur seul but étant de découvrir d autres modes de vie en société. Cette recherche a pour origine le rejet de la société de consommation qui se généralise alors ; développant une analyse d inspiration marxiste, ils se refusent à considérer comme inévitable la pérennisation d un système qui place l argent et le profit comme mesure de toute chose, et se retrouve victime d une violence institutionnalisée, dont les guerres et l arme atomique sont les symboles de mort. Pour eux, c est la personne humaine qui doit être et rester la mesure de toute chose ; de la même façon, il faut apprendre à gérer cette violence inhérente à toute société. Partant de ce principe de base, ils vont donc élaborer des alternatives qu ils espèrent possibles ; opposant les superstructures étatiques à la psychologie des individus, ils essayeront à ce titre d analyser les rapports humains en terme d aliénation à un système qui les dépasse et les conditionne. Recherchant les moyens de pacifier la société en développant un service de paix, ils vont pour certains, en partant de la base de cette pyramide sociale, tenter de découvrir dans la simplicité de vie des bidonvilles de possibles organisations sociales, non-hiérarchisées et nonviolentes ; leur action en milieu rural sera également orientée vers la construction d une nouvelle solidarité, dont les ressorts et les applications concrètes restent encore à étudier. A ce niveau d analyse, il est nécessaire d intégrer l influence probable du mouvement Economie et humanisme ; nous ne disposons d aucune référence directe à celui-ci ; cependant,

14 l environnement culturel, par l intermédiaire d Emmaüs notamment, appuie fortement cette hypothèse. D inspiration catholique, cette mouvance intellectuelle prend forme en 1941 autour du père Lebret ; quatre notions clés posent les fondations de celle-ci : «instruire une science de l économie humaine à partir de petites entités (bourg, quartier ), [ ] construire des instruments d enquêtes pour une nomenclature des faits sociaux, [ développer une] «éthique fondée sur une communauté de base, [ ] être un intermédiaire entre l Etat bureaucratique et une population sans représentants» 34. Deux concepts émergent des réflexions et des actions menées par ce groupe. L «économie humaine», tout d abord, qui pose comme principe que personne, à aucun moment de sa vie, ne doit manquer du minimum vital ; le «personnalisme» ensuite, entre l individualisme libéral et le collectivisme associé au communisme, qui propose «la notion de communauté, antidote à la société artificielle, qui consiste à caler l individu dans une échelle dont on aurait la maîtrise» 35. Les influences de ce mouvement sur certains objecteurs, à l évidence réelles, ne semblent toutefois intervenir que par l héritage qu elles ont légué à certains mouvements, qui s en sont ensuite inspirés ; durant les années 1960, le groupe Economie et humanisme est en effet de plus en plus impliqué dans des problématiques tiers-mondistes et missionnaires. Cette recherche constante de méthodes de gestion des conflits, dont la première étape commence par l individu, avant de théoriquement pouvoir se répandre à travers la société, est caractéristique d une certaine philosophie non-violente, elle-même très liée à l objection de conscience des années Les objecteurs d alors sont peut-être idéalistes, voire utopistes par moment, mais ils n en restent pas moins des spectateurs attentifs du monde en marche tel qu ils le perçoivent, et tel qu ils le conçoivent ; altruistes, ils vont donc, à travers la réalisation de leur service civil, tenter de modifier la société, en apportant, même modestement, leur contribution à ce qu ils espèrent devoir être un avenir plus humain, et résolument pacifique. 12) L influence des théories autogestionnaires La seule référence explicite à l autogestion provient de l expérience de Oust, et intervient vers les mois d octobre-novembre 1966, soit exactement au moment où le premier numéro d Autogestion voit le jour. Etant donné l absence de documents d époque qui auraient pu indiquer le sens de ce choix fait pour l autogestion, les comparaisons ne peuvent être que prudentes ; il est impossible de connaître l influence réelle de ce mouvement de pensée alors en formation sur le groupe d Oust. De la même manière que pour l influence du mouvement Economie et humanisme, il est toutefois possible de travailler à partir de l idée d un environnement culturel, propice à la diffusion de ces idées. Frank Georgi souligne bien l histoire du concept, et son appropriation en France : «marginale avant 1968, la référence à l autogestion devient, au cours des années 1970 «incontournable»» 36 ; l autogestion des objecteurs du SCI à Oust est donc un témoignage rare, et porteur d un sens d autant plus fort qu il ne s appuie pas encore sur un corpus théorique 34 «Le quartier : un espace de lien social? La notion de communauté dans les enquêtes sociales sur l habitat en France. Le groupe d économie et humanisme», Isabelle Astier, Jean-François Laé. Genèses 5, septembre 1991, p84 35 idem 36 «Utogestion. La dernière utopie?», dir. Frank Georgi, Publications de la Sorbonne 2003, p7

15 conséquent, ni même sur des expériences antérieures qui auraient pu orienter son action et sa réflexion. Faute de pouvoir établir avec certitude des liens entre le SCI et le groupe d Oust, et le développement des réflexions sur l autogestion, il est toutefois possible de trouver des points communs entre ces théories autogestionnaires et l expérience empirique des objecteurs d Oust, et, plus largement des objecteurs travaillant dans d autres associations comme Emmaüs ou ATD ; inattendues, étant donné l absence de références à l autogestion pour ces derniers exemples, les similitudes n en sont pas moins frappantes, entre les modalités concrètes de recherche et d action des objecteurs alors en service civil, et les théories autogestionnaires 37. Dans le premier numéro, fin 1966, de la revue Autogestion, Henri Lefebvre définit la notion : «Elle est la voie et l issue, la force qui peut soulever les poids colossaux qui pèsent sur la société et l accablent. Elle montre le chemin pratique pour changer la vie, ce qui reste le mot d ordre et le but et le sens d une révolution» 38. Sans aller jusqu à imputer aux objecteurs une optique révolutionnaire, il est certain que «le chemin pratique pour changer la vie» est un dénominateur commun à l immense majorité des objecteurs en service civil ; «changer la vie» semble, en effet, être la seule finalité de leur service civil ; les différences entre les groupes et les affectations s expriment plus à travers les moyens et les objectifs concrets qu ils s assignent. D autre part, «cette «auto-production de l homme», pour reprendre les termes d Henri Lefebvre, ou, plus simplement, la conception d une auto-gestion comme réponse à l aliénation humaine, paraît bien constituer un point de convergence philosophique des courants issus tant du marxisme que du christianisme ou de l anarchisme» 39. L aliénation humaine, si elle n apparaît pas comme telle dans les textes de réflexion des objecteurs 40, transparaît toutefois clairement dans le dossier réalisé par les objecteurs d Emmaüs ; cette démarche intellectuelle qui consiste à analyser une situation en fonction des structures qui peuvent la déterminer, d inspiration marxiste, est en tout point semblable à celle défendue par les objecteurs de Brignoles, en En second lieu, l idée que cette conscience d une «aliénation humaine» puisse être «un point de convergence philosophique» de différents courants, intéresse tout particulièrement notre analyse des différents services civils des objecteurs de conscience. En effet, il semble que ces derniers proviennent de différents horizons. Certains sont croyants, et parmi eux une majorité de Protestants ; les Témoins de Jéhovah, en vertu de leur approche très particulière de l objection, sont très peu représentés ; les Catholiques constituent, après les Protestants la deuxième plus importante composante de cette objection religieuse. Ces derniers semblent avoir évolué au sein d Emmaüs, après que l expérience d ATD se soit révélée ne pas leur convenir. D autres, sont athées ; sans qu il soit possible d en évaluer l importance durant les années Certains enfin, rejetant toute autorité, électrons libres de ces premiers services civils, peuvent se rapprocher d une tendance anarchiste ; Roger Parisot, qui a vécu la période , affirme 37 Encore faut-il se garder de trop généraliser des informations qui proviennent essentiellement d objecteurs militants, qui s expriment à la fin 1968 sur le déroulement de leur service civil depuis presque trois ans. Il existait peut-être une référence explicite à l autogestion, que ces derniers ne rapportent pas lors de la réalisation du dossier militant qu il distribuent alors. 38 Ibidem, Page Ibidem, p14 40 Encore une fois, le corpus étant très réduit par rapport au nombre d objecteurs, il est probable que d autres textes de réflexions ont été réalisés à cette époque, et il est possible que certains fassent plus explicitement référence à la notion d aliénation. 41 Au début des années 1970, ils constitueront une majorité d objecteurs.

16 que, vers , le courant anarchiste était très important parmi les objecteurs 42. Il serait nécessaire d étudier plus précisément cette répartition des convictions, religieuses, morales et politiques parmi les objecteurs ; de cette analyse ressortirait plus facilement une certaine répartition du mouvement objecteur au sein des associations. De cette pluralité évidente des convictions des objecteurs ressort toutefois ce «point de convergence philosophique» ; il permet aux objecteurs, au delà de leur divergences au sein d un même groupe, et au delà de leurs différentes affectations, d œuvrer, pour la majorité d entre eux, à l accomplissement d objectifs semblables, à savoir la libération de l homme d un système qui l étouffe et le conditionne, mais aussi la recherche d autres manières de vivre, en remplacement de celles qu ils dénoncent. Les objecteurs d Emmaüs en particulier, oeuvrent pour cette «autoproduction de l homme», qui doit rechercher au fond de lui même, et parmi ses semblables, d autres futurs ; l homme, une nouvelle fois, doit être et rester la mesure de toute chose ; il est le seul capable de répondre aux problèmes que la société telle qu elle existe et se développe lui pose. La plupart des objecteurs, lorsqu ils prônent l autogestion ou la vie en communauté, défendent en fait cette idée que la solution est dans une recherche des valeurs humaines, à travers l introspection et le partage. Un dernier aspect de l autogestion annonce, dans la même logique que ce «point de convergence philosophique» précédemment évoqué, l évolution ultérieure des affectations des objecteurs en service civil : «l autogestion comme réponse à l aliénation est une autogestion «généralisée», qui prétend prendre en compte toutes les dimensions de la vie humaine, de l éducation à l habitat, de la culture à la vie quotidienne» 43. Si en 1968, le service civil des objecteurs commence tout juste à s ouvrir à des affectations nouvelles, il faut attendre les années suivantes pour le voir couvrir des terrains d actions qui définissent, dans ses grandes lignes, les lieux privilégiés d actions au sein desquels les objecteurs peuvent exprimer leurs convictions. Progressivement, ce sont de nombreux secteurs qui sont investis par les objecteurs, ceux-ci étant, à leur tour, assimilés par ces associations ; l éducation populaire, l accueil aux immigrés, l alphabétisation, l aide aux handicapés, les chantiers en milieu rural, mais également urbain, les interventions dans les bidonvilles, parmi d autres, sont les secteurs privilégiés pour les objecteurs ; cet éparpillement s effectue principalement durant les années , soit juste après la période que nous venons d étudier ; néanmoins, il est possible de voir, avec les premières affectations libres de 1966, le début d une ouverture des objecteurs à des domaines d activité de plus en plus vastes. En 1968, la signature d une convention avec les CEMEA et l OCCAJ, ouvre aux objecteurs les portes de l éducation populaire et du tourisme populaire. Il faudrait déterminer avec certitude qui, des objecteurs ou des associations, a permis la multiplication des conventions ; les objecteurs sont-ils allés à la rencontre des associations, en leur demandant de les accueillir? Au contraire, les associations ont-elles décidé de s investir dans l objection de conscience de leur propre chef? Peut-être s agit-il d un mouvement conjoint, des associations et des objecteurs? L essentiel de cette évolution qui débute à peine en 1968, est l ouverture du service civil des objecteurs à «toutes les dimensions de la vie humaine». Dans un mouvement peut-être conjoint de rapprochement entre objecteurs et associations, le service civil des objecteurs, conformément aux points communs déjà relevés avec les théories autogestionnaires, s ouvre à des 42 cf. Annexe IV page 186 pour l entretien avec Roger Parisot 43 «Utogestion», ibidem, p14

17 domaines d action de plus en plus vastes ; il recouvre bientôt des activités qui permettent de faire le tour d un microcosme associatif entièrement tendu vers l accomplissement de l être humain. Les objecteurs des années ne se revendiquent, d après les sources disponibles, que rarement de l autogestion ; pourtant, la majorité d entre eux, principalement au SCI et à Emmaüs, en reprennent les principes, se les approprient, et évoluent en accord avec ceux-ci. Les objecteurs d alors sont-ils réellement coupés des théories autogestionnaires, auquel cas ils subissent l influence indirecte de celles-ci par d autres intermédiaires? Ou bien sont-ils conscients de reprendre certaines de ces théories, auquel cas il faut se demander pourquoi leurs références sont absentes de nombreuses sources disponibles? La réponse à ces questions réside peut-être dans la référence, constante, à la Communauté, qui imprègne la majorité des discours militants, et des documents de réflexions. Cette récurrence de l idée communautaire, totalement idéalisée concernant les objecteurs d Emmaüs, est certainement un vecteur de propagation des idées et des théories autogestionnaires. Faut-il conclure que l objection des années est non-violente, autogestionnaire et communautaire? Une analyse plus précise des services civils alors réalisés oblige à nuancer ces généralités qui, si elles reflètent les tendances lourdes à l œuvre parmi les objecteurs en service civil, ne doivent pas éclipser certaines exceptions. 13) L objection : signification d un acte paradoxal Les exemples précédents, s ils reflètent la tendance générale de l objection, et s ils s appuient sur des éléments concrets et réels, ne peuvent prétendre à décrire la totalité du mouvement objecteur. Tout d abord, il ne s agit que des objecteurs reconnus. Certains se voient en effet refuser le statut, et doivent effectuer leur service militaire ; ils n en restent pas moins des objecteurs de conscience. Ensuite, parmi les Témoins de Jéhovah, s ils refusent encore très majoritairement de bénéficier du service civil, certains en acceptent toutefois le principe. D autre part, certains objecteurs qui effectuent leur service civil dans les associations dont nous venons de parler, se présentent comme des électrons libres ; qu il s agissent des trois objecteurs rejetés par le SCI suite à l expérience de Oust, ou de quelques autres, qui refuseront le service civil qu on leur propose, leur existence nous pose la question de l unité du service civil des objecteurs. Au départ de l acte d objection, la décision est intimement personnelle de s engager dans cette voie, même si l environnement familial et culturel participe à l évidence à la démarche intellectuelle précédant l acte. S opposer au service militaire, et en refuser la légitimité, c est contester une part de la collectivité ; c est refuser de se plier aux mêmes obligations que l ensemble de la population masculine. Acte individuel à l origine, il devient alors dans ses conséquences, collectif dans le sens où il concerne, dans une certaine mesure, l ensemble de la collectivité. Dès lors, l objecteur se sent-il nécessairement redevable d un service envers la collectivité? Nous l avons déjà étudié, la réponse est non : les Témoins de Jéhovah refusent l idée d un service rendu à une autre entité que leur Dieu ; d autres objecteurs, avant 1963, ou au début des années 1970, ont déjà, ou vont encore contester la légitimité d un service civil qui leur serait imposé.

18 Paradoxe, ou complexité d une situation souvent réduite à sa composante la plus visible et la plus idéalisée, d un service civil «au service des autres»? La réalité est en effet souvent moins évidente et consensuelle que sa représentation sociale. Pour avoir une finalité consciente et voulue, un acte doit s inscrire dans une réflexion plus vaste que le simple champ d action de celui-ci ; il est nécessaire de lui imputer une place dans un processus, qui peut aboutir soit au changement, soit, au contraire, à la pérennisation d un système déjà en place. Nous avons pu nous en rendre compte, le SCI, ATD ou Emmaüs, du fait de leur expérience propre, assigneront un objectif précis à leur action ; les objecteurs qui s y trouvent associés ne vont pas nécessairement s intégrer dans ce cadre préexistant, et encore moins s approprier comme tels les valeurs et les buts recherchés par ces associations d accueil. Ceux-ci se livreront à une recherche permanente de leurs véritables objectifs ; ils chercheront ainsi un sens à leur service civil. Ce service civil, qui n est pas l aboutissement inévitable de l objection, ne porte pas en lui les principes intangibles que peut lui fournir un cadre légal ; ce cadre légal, qui ne fut qu effleuré lors du vote du statut de 1963, laisse la porte ouverte à toute les expériences possibles. Il est donc nécessaire pour les objecteurs de rechercher, par des expériences concrètes, le sens et les valeurs qu ils souhaitent accorder à leur service civil ; cette recherche s effectue progressivement, d abord par le rejet de ce qu ils ne veulent pas. A Brignoles, les objecteurs rejettent tout encadrement d inspiration militaire, et refusent d être employés inutilement, ou exclusivement pour des interventions de pompiers qui n ont de sens que quelques mois dans l année. Lors des expériences menées par le SCI en milieu rural, certains trouvent alors un service civil qui semble devoir leur convenir ; néanmoins le manque de moyens et la difficulté de cohabiter à vingt objecteurs participent de leur mécontentement ; par ailleurs, d autres objecteurs ne sont pas forcément satisfaits du travail en milieu rural. L autre branche des premiers services civils, dans un milieu urbain, dans les bidonvilles et lors d expérience de vie en milieu sousprolétaire, mettent en évidence d autres problèmes ; sans que nous sachions précisément pourquoi, les objecteurs d ATD se réorientent pour certains vers Emmaüs, dans un type de service civil à peu près identique, mais avec une philosophie d action différente, imprégnée par la religion, et le devoir d aider son prochain lorsqu il vit dans le besoin. Ainsi, alors que les objecteurs font l expérience de leur service civil, en lui recherchant un sens et un but précis, des groupes apparaissent, encore limités dans leur nombre et leur éparpillement ; les lieux d action, et le cadre dans lequel est effectué le service civil définissent déjà un choix certain pour les objecteurs, qui peuvent, dans un même cadre, préférer une association à une autre, selon la philosophie d action prônée par celle-ci. A côté de ces grandes tendances, des objecteurs ne trouvent pas leur compte, et préfèrent agir individuellement, sans être intégrés à un groupe ; à Oust, certains vont ainsi travailler avec un plombier, ou avec un boulanger ; ce travail local et individuel s oppose nettement aux exemples que nous avons pu étudier. Annoncer l objection comme un «acte paradoxal» permet donc d insister sur la pluralité des motivations, et la multiplicité des finalités qui lui sont assignées. Paradoxal également, car individuel dans sa décision mais collectif par ses implications. Paradoxal parce que, comme tout acte humain, il porte en lui les aspirations de chacun, ses espoirs et ses peurs ; l objection de conscience est un choix qui implique alors un investissement particulièrement lourd pour ceux

19 qui s y engagent ; chacun pense y trouver un idéal à accomplir, son idéal en quelque sorte. Paradoxal enfin, parce que, à la lumière de ce qui précède, l objection de conscience se présente comme un engagement, différent de celui que certains jeunes souhaitent effectuer au sein de l armée, mais, concernant les objecteurs, déterminant pour le restant de leur vie. Au service de qui cet engagement a-t-il lieu? C est précisément en tentant de répondre à cette question que les objecteurs vont s intégrer dans un nombre croissant d associations, qui vont progressivement couvrir «toutes les dimensions de la vie humaine» ; pour d autres pourtant, et paradoxalement, la question trouve déjà réponse : «au service de Dieu» ou, pour d autres, et plus encore au début des années 1970, «au service de personne». Cette dimension fondamentalement humaine et personnelle de l objection, ainsi que son implication dans un monde associatif aussi vaste que recherchant le respect de chacun, explique cette «recherche permanente d un idéal aux multiples facettes». 14) Unité, sens, et légitimité du service civil des objecteurs L unité du service civil n a connu qu un exemple d un peu plus d un an, lorsque tous les objecteurs ont été rassemblés à Oust 44, entre juin 1964 et novembre 1965 ; par la suite, c est l éparpillement progressif, avec la multiplication des expériences originales de service civil. De fait, le service civil des objecteurs ne peut pas être comparé au service militaire, qui s effectue toujours dans un cadre à peu près similaire ; il n est donc pas possible de lui octroyer une utilité, ou une valeur étalon, forcément subjective, mais qui permettrait d en évaluer la teneur. Les objecteurs en service civil et les pouvoirs publics sont donc confrontés à une nouveauté qui n est pas sans poser de problèmes. Cette situation inédite, caractérisée par une recherche permanente de sens, indique justement que le service civil des objecteurs, lorsqu il est accepté et réalisé par ceux-ci, n a pas de signification fixe ; chacun, dans son groupe, ou de sa propre initiative, le charge de ses espoirs et de ses envies. C est précisément ce caractère profondément subjectif du service civil vécu et presque fabriqué sur le terrain par les objecteurs, qui en rend l étude si malaisée ; c est pourquoi il faut se garder de généraliser les quelques exemples disponibles à l ensemble des objecteurs en service civil ; c est pourquoi, encore une fois, il s agit alors de la «recherche permanente d un idéal aux multiples facettes». Devant un tel foisonnement d idées et d expériences, la question de la légitimité du service civil des objecteurs nécessite d être posée. Du point de vue des objecteurs, cette légitimité ne pose pas de problèmes ; ils refusent le service militaire, et pour ceux qui acceptent le service civil qu on leur propose, les 32 mois qu ils vont passer au sein d associations méritent la reconnaissance des pouvoirs publics ; d autre part, ils considèrent pour la plupart qu un service civil est plus utile à la collectivité qu un service militaire dont la réalisation se limite à l encasernement durant 18 mois. Pour les pouvoirs publics, la question ne trouve pas aussi facilement de réponse ; si la loi de 1963 reconnaît aux objecteurs le droit de réaliser un service, le vide juridique laissé quant à la question de la réalisation concrète de celui-ci est à double tranchant : s il leur a permis de contrôler les objecteurs durant plus d un an à Brignoles, il a également rendu possible, à partir de 1966, la mise en place d un système d affectation libre des 44 Seule exception, Claude Verrel, qui se verra affecté à des travaux de fouilles archéologiques.

20 objecteurs au sein d associations sur lesquelles les pouvoirs publics n ont aucun moyen de contrôle direct. Au delà de cette diversité et de cette absence de sens précis, la question se pose de savoir quelle valeur donner au service civil des objecteurs ; s opposant au service militaire ils remettent en question sa légitimité et sa valeur pour la collectivité ; ils pensent que la société d alors est imparfaite, et qu ils peuvent, même modestement, participer à la correction de ces imperfections. Leur légitimité est celle de l humain, celle de tout individu à décider s il cautionne ou non une politique, une valeur morale, ou un état de fait ; les pouvoir publics, garants d une légitimité qu ils tiennent des urnes ne peuvent pas accepter que de telles idées contestataires se développent trop librement. C est pourtant le propre de la démocratie que de permettre à chacun d exprimer ses opinions, et de lui permettre, dans les limites de la loi, de les mettre en pratique. C est justement à ce niveau que l objection se distingue des autres formes de contestation ; si elle est désormais reconnue par la loi, elle s exprime toutefois à l encontre d un des piliers devenu fondamental de l égalité républicaine de chacun devant la loi. Quelle attitude adopter pour les pouvoirs publics, face aux objecteurs qui s attaquent à l un des piliers de leur légitimité? Et comment accepter de laisser des individus, dans le cadre d un service censé être rendu à la Nation, développer des idées qui remettent en question certains principes de l organisation de la société? Les réponses sont à chercher dans l attitude des pouvoirs publics vis-à-vis des objecteurs ; face à ce manque évident de contrôle, face à une diversité et une liberté d action importante laissée aux objecteurs en service civil, les pouvoirs publics réagissent ; les objecteurs, confrontés à cette nouvelle manifestation à l encontre de la réalisation de leur service civil, vont eux aussi réagir. En , l évolution ultérieure du mouvement objecteur, et les libertés acquises par ces derniers, vont se trouver directement confrontées à une volonté nouvelle des pouvoirs publics de les garder sous contrôle ; les changements seront rapides, et irréversibles.

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail

A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II

A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II Bruxelles, le 1 er mars 2011 A propos des conclusions définitives de la mission d information de Didier REYNDERS

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération faisant suite à un refus d embauche en raison de la grossesse de la réclamante Grossesse - Emploi Emploi privé Rappel à la loi La haute autorité

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES LIGUE de L ENSEIGNEMENT PROJET EDUCATIF CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES PARTIE I : ELEMENTS DU PROJET EDUCATIF GENERAL DE LA LIGUE DE L ENSEIGNEMENT 1/ Synthèse historique de la Ligue de l Enseignement

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES LE CONSEIL, Vu l article 5 (b) de la Convention relative à l Organisation de Coopération

Plus en détail

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN Cette fiche vous propose une base de guide d entretien illustrée par des exemples pour comprendre le travail de salariés afin d effectuer l étape 2a : repérer des situations-problème. Avant d utiliser

Plus en détail

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse»

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Compte-rendu de la 2 e du groupe de travail I. Rappel du contexte général Société Publique Locale, la Fabrique Métropolitaine de La Cub («La

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

CONVENTION POUR LE TRINOME ACADEMIQUE DE NICE

CONVENTION POUR LE TRINOME ACADEMIQUE DE NICE CONVENTION POUR LE TRINOME ACADEMIQUE DE NICE Convention de partenariat entre L Académie de Nice La zone de Défense Sud L Association Régionale des anciens auditeurs de l Institut des Hautes Etudes de

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

Charte des relations entre l association Attac et les comités locaux d Attac

Charte des relations entre l association Attac et les comités locaux d Attac Charte des relations entre l association Attac et les comités locaux d Attac Préambule Dans ce texte, nous entendons par Attac ou association Attac l association dont le siège social se situe au 6 rue

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Assemblée des délégués des 2 et 3 novembre 2015 à Berne

Assemblée des délégués des 2 et 3 novembre 2015 à Berne 8 Assemblée des délégués des 2 et 3 novembre 2015 à Berne Respect de la Constitution et du droit international, motion de l Eglise évangélique réformée du canton de Bâle-Campagne et de cosignataires :

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

ASSOCIATION DES JURISTES DU MASTER ENVIRONNEMENT DE L UNIVERSITE PARIS SUD XI - A.J.M.E. Titre 1 Constitution.

ASSOCIATION DES JURISTES DU MASTER ENVIRONNEMENT DE L UNIVERSITE PARIS SUD XI - A.J.M.E. Titre 1 Constitution. ASSOCIATION DES JURISTES DU MASTER ENVIRONNEMENT DE L UNIVERSITE PARIS SUD XI - A.J.M.E. STATUTS DE L ASSOCIATION Titre 1 Constitution. ARTICLE PREMIER : DENOMINATION Il est fondé entre les adhérents aux

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans)

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Introduction Depuis plus de 50 ans, le «Camp du Tom» propose aux ados, âgés de 12 à 17 ans, de partir

Plus en détail

STATUTS FÉDÉRAUX FÉDÉRATION DE

STATUTS FÉDÉRAUX FÉDÉRATION DE STATUTS FÉDÉRAUX FÉDÉRATION DE Rattachée à l Association nationale "SECOURS POPULAIRE FRANÇAIS" dont le siège est à Paris 3ème au 9 11 rue Froissart, qui est agréée d éducation populaire par arrêté du

Plus en détail

Management : De la difficulté d être chef...

Management : De la difficulté d être chef... Management : De la difficulté d être chef... À l hôpital, le cadre infirmier doit échapper au «jeu de la mise en difficulté du responsable» par l équipe soignante, qui réduit son pouvoir décisionnaire.

Plus en détail

Pour une cohabitation des religions en paix et en liberté

Pour une cohabitation des religions en paix et en liberté Conseil suisse des religions Pour une cohabitation des religions en paix et en liberté Prise de position du Conseil suisse des religions concernant l initiative populaire «Contre la construction de minarets»

Plus en détail

Réforme de l assurance-emploi Exemples pour le primaire et secondaire (FSE et FPEP)

Réforme de l assurance-emploi Exemples pour le primaire et secondaire (FSE et FPEP) Réforme de l assurance-emploi Exemples pour le personnel enseignant primaire et secondaire (FSE et FPEP) Avril 2013 Mario Labbé, conseiller Sécurité sociale, CSQ-Québec 2 3 Catégories de prestataires Travailleuses

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle Développer des compétences professionnelles du BTS Assistant de Manager en séance d Activités Professionnelles de Synthèse (APS) Par Elodie SERGENT (relecture Maguy Perea) Le BTS assistant de manager forme

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice

Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice A. PROPOSER, organiser et animer des activités de différentes natures, en tenant compte des besoins, des intérêts, des capacités et des rythmes

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant le mot du médiateur de l éducation nationale Madame, monsieur, Parent, enseignant, vous aurez l occasion, au long de l année scolaire, de vous

Plus en détail

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE DAA 04 octobre 2009 QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE 1 Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et si oui, à quelles

Plus en détail

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est Section locale 2000 Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est actuellement en vigueur... 3 1997...3

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD 2013-260

Décision du Défenseur des droits n MLD 2013-260 Décision du Défenseur des droits n MLD 2013-260 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus d embauche discriminatoire présentations observations devant la Cour d Appel Domaine de compétence

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

La démocratie participative dans une association d'éducation permanente

La démocratie participative dans une association d'éducation permanente La démocratie participative dans une association d'éducation permanente L'expérience de l'equipe centrale au Cefoc Analyse 3 mai 2015 Centre de Formation Cardijn asbl Rue Saint-Nicolas, 84 5000 NAMUR (Belgique)

Plus en détail

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés CONTRAT D ADHÉSION CONTRAT ENTRE FAC FOR PRO PARIS ET L ÉTUDIANT Article 1. Dispositions générales Le présent contrat, ci-après dénommé «le contrat» constitue l accord régissant pendant sa durée, les relations

Plus en détail

Projet éducatif des CLSH et des accueils périscolaires des services de l Ufcv

Projet éducatif des CLSH et des accueils périscolaires des services de l Ufcv Partenaire de votre projet local Projet éducatif des CLSH et des accueils périscolaires des services de l Ufcv Ufcv 10 Quai de la Charente 75019 PARIS Téléphone : 01 44 72 14 14 L UFCV s enracine dans

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Page 1 Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Le Conseil Syndical existe de plein droit dans toutes les copropriétés en vertu de la loi. --> Il est chargé d

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

Ville de SERVICE EVENEMENTS ET COMMUNICATION

Ville de SERVICE EVENEMENTS ET COMMUNICATION 1 Ville de SERVICE EVENEMENTS ET COMMUNICATION PRIX MERCURE 2014 DU COMMERCE, DE L ENTREPRISE ET DE L ECONOMIE SOCIALE - REGLEMENT Cabinet du Bourgmestre f.f., Nicolas MARTIN Hôtel de Ville Grand Place,

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

CHARTE. Conseils de QUARTIER

CHARTE. Conseils de QUARTIER CHARTE Conseils de QUARTIER SOMMAIRE PREAMBULE 3 CHARTE DES CONSEILS DE QUARTIER 5 I. Nombre et périmètre des conseils de quartier 5 II. Missions et fonctions des conseils de quartier 5 III. Durée du mandat

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

La formation initiale des assistants de justice : des fondamentaux pour l esthétique d une intervention sociale dans un système démocratique.

La formation initiale des assistants de justice : des fondamentaux pour l esthétique d une intervention sociale dans un système démocratique. Henri WATERVAL Responsable formation supervision Conseiller Service Expertise Direction Générale des Maisons de Justice Service Public Fédéral Justice Belgique La formation initiale des assistants de justice

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

Projet d établissement

Projet d établissement Projet d établissement Le Lycée Expérimental de Saint-Nazaire est un établissement public assurant une formation de second cycle de l enseignement secondaire. Il regroupe des enseignants volontaires qui

Plus en détail

FORMATION AUX PREMIERS SECOURS

FORMATION AUX PREMIERS SECOURS Evènements FORMATION AUX PREMIERS SECOURS Mission Locale du Charolais - 17 rue Jean Bouveri - 71 130 GUEUGNON Structure support du projet Rappel de la mise en place et des objectifs de cette action. L

Plus en détail

Rapport de stage au Centre de documentation de Médecins Sans Frontières-Section Suisse

Rapport de stage au Centre de documentation de Médecins Sans Frontières-Section Suisse au Centre de documentation de Médecins Sans Frontières-Section Suisse 12 rue du Lac, 1211 Genève 3 septembre-30 novembre 2001 Anne de Rivaz Haute école de gestion Département HES en Information et documentation

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD Page : 1 sur 5 ARTICLE 1 CREATION & COMPETENCE GEOGRAPHIQUE En vertu des dispositions de l article R 441.9 du Code de la Construction et de l Habitation, il a été créé et validé par le Conseil d Administration

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Conciliateurs de Justice depuis un certain nombre d années, nous avons traité et acquis une expérience certaine concernant l ensemble des conflits du quotidien qui préoccupent nos concitoyens

Plus en détail

POUR REALISER SA MISSION ET SES INTERVENTIONS L ASSOCIATION «RELAIS LOISIRS HANDICAP 30» S APPUIE SUR :

POUR REALISER SA MISSION ET SES INTERVENTIONS L ASSOCIATION «RELAIS LOISIRS HANDICAP 30» S APPUIE SUR : POUR REALISER SA MISSION ET SES INTERVENTIONS L ASSOCIATION «RELAIS LOISIRS HANDICAP 30» S APPUIE SUR : - DES MOYENS HUMAINS Un Directeur chargé de la mise en œuvre du projet global dans ses différentes

Plus en détail

Les projets personnalisés en Ehpad. Réflexion engagée au sein de la Conférence de territoire de la Mayenne

Les projets personnalisés en Ehpad. Réflexion engagée au sein de la Conférence de territoire de la Mayenne C É A S Les projets personnalisés en Ehpad Réflexion engagée au sein de la Conférence de territoire de la Mayenne Octobre 2014 Centre d étude et d action sociale (CÉAS) de la Mayenne 6, rue de la Rouillière

Plus en détail

Militants Droits Devant!

Militants Droits Devant! DOSSIER DE PRESSE Militants Droits Devant! Du 18 janvier au 19 janvier 2014 Au lycée La Joliverie à Saint Sébastien/Loire SOMMAIRE «DroitS Devant!» avec la JOC... p 3 Une nouvelle campagne d année... p

Plus en détail

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Guide pratique MDPH Partie 1 Fiche n IV-2 CNSA - DGEFP Version 1 sept/2008 L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Plan : 1. Les principes de l orientation professionnelle... 1 2. Vers quels lieux peut se faire

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative au caractère discriminatoire des mentions faisant référence aux absences pour raisons de santé sur les bulletins

Plus en détail

Dominique FIGEAT. Directeur le Direction du Renouvellement Urbain. Caisse des Dépôts et Consignations. Paris, FRANCE

Dominique FIGEAT. Directeur le Direction du Renouvellement Urbain. Caisse des Dépôts et Consignations. Paris, FRANCE 23 26 JUNE 202 Dominique FIGEAT Directeur le Direction du Renouvellement Urbain Caisse des Dépôts et Consignations Paris, FRANCE Le financement du renouvellement urbain en France 1 Le financement du renouvellement

Plus en détail

03.460. Initiative parlementaire

03.460. Initiative parlementaire 03.460 Initiative parlementaire Procédures de la délégation des Commissions de gestion et enquêtes disciplinaires ou administratives de la Confédération menées parallèlement et sur un même objet Rapport

Plus en détail

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD)

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Mémoire présenté à la Communauté métropolitaine de Montréal Septembre 2011 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE PAISES

DOSSIER DE PRESSE PAISES DOSSIER DE PRESSE PAISES Mercredi 13 mai 2009 Qu est ce que PAISES? Le projet PAISES est une Plateforme d Accompagnement, d Information et de Sensibilisation sur les Echanges Solidaires. C est un centre

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE Entre : - l Union des Industries Métallurgiques et Minières, d une part, et - les Organisations syndicales

Plus en détail

Donnez-leur la chance de découvrir le monde de votre entreprise! Un Stage et après! c est : 800 stages trouvés en 2013. 115 entreprises partenaires

Donnez-leur la chance de découvrir le monde de votre entreprise! Un Stage et après! c est : 800 stages trouvés en 2013. 115 entreprises partenaires Donnez-leur la chance de découvrir le monde de votre entreprise! Née en 2010, l association Un Stage et après! a pour but de permettre à tous les collégiens, sans distinction d aptitude d accéder à la

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

TEMPS D ACTIVITÉS PÉRISCOLAIRES (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR

TEMPS D ACTIVITÉS PÉRISCOLAIRES (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR TEMPS D ACTIVITÉS PÉRISCOLAIRES (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR Commune de SAUNAY Année 2015-2016 A. DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 - Objet du règlement A compter de la rentrée 2015, les TAP (temps d activités

Plus en détail

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées.

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées. Association loi 1901- Statuts type avec objet plus large ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901,

Plus en détail

démarrer à la maison Pédagogie et organisation

démarrer à la maison Pédagogie et organisation démarrer L ecole à la maison Pédagogie et organisation Table des matières Le livre est disponible sur le site http://ecole-vivante.com ISBN 978-2-9515625-7-8 EAN 9782951562578 Cliquez sur les n de pages

Plus en détail

Partenariat. la Ville de Paris et. le Conseil Général de La Réunion. Convention de. Dossier de presse. entre

Partenariat. la Ville de Paris et. le Conseil Général de La Réunion. Convention de. Dossier de presse. entre Samedi 3 septembre 2011 Convention de Partenariat entre la Ville de Paris et le Conseil Général de La Réunion Dossier de presse Communication du Conseil Général Tél. : 0262 21 86 30 Fax : 0262 21 39 45

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Exemple de cahier des charges pour mener à bien l'évaluation d'un conflit

Exemple de cahier des charges pour mener à bien l'évaluation d'un conflit Extrait de : Évaluer les activités de construction de la paix dans les situations de conflit et de fragilité Mieux comprendre pour de meilleurs résultats Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264106833-fr

Plus en détail

FRANCE RETOUR ACCUEIL STATUTS

FRANCE RETOUR ACCUEIL STATUTS FRANCE RETOUR ACCUEIL STATUTS présentés et adoptés par l Assemblée Constituante du 15 septembre 2015 Article 1er - Nom Le 15/09/2015, il est fondé une Association régie par la loi du 1 er juillet 1901

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor -

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor - Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie - Bachelor - Lausanne, Février 2011 Au cours de l année 2010, l Institut de Psychologie de la Faculté des sciences sociales et politiques

Plus en détail

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE INSTITUT CATHOLIQUE DE RENNES France LE CHAMP A EXPLORER Longtemps monopole de l univers public et associatif,

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2014 SEPTEMBRE N 752 LOI ALUR TROISIEME PARTIE : COPROPRIETE Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre Droit immobilier Droit de la construction

Plus en détail

«Tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire»

«Tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire» La mise en place du Parcours aménagé de formation initiale constitue une des mesures du plan «Vaincre et un des éléments de son volet Prévention. Elle s articule étroitement avec d autres mesures du plan

Plus en détail

Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association

Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association Préambule Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association Conformément aux termes de la Charte Lausannoise de l animation, la Ville de Lausanne donne mandat

Plus en détail