1 E AN ANYI. la course à l'an cain au.peys. leil de minuit. comment ne pas développer un pays. . le c9urrier-débat sur les mariages mixtes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 E AN ANYI. la course à l'an 2.000. cain au.peys. leil de minuit. comment ne pas développer un pays. . le c9urrier-débat sur les mariages mixtes"

Transcription

1 1 1 E AN ANYI ESO RA cain au.peys leil de minuit. le c9urrier-débat sur les mariages mixtes la course à l'an comment ne pas développer un pays EVUE MENSUEU.E.cULTURELLE, ECONOMIQUE & SOCIALE - Novembre Prix 2 DH - Directeur LOGHLAM Mohamed

2 ~ r. ~ _. EU R a PE MARRAKECH PORTE OU SAIIARA MAGIE D OR ET UE flouge ADADIR AU CŒUR DE L HIHR SON SOLEIL SES PLAGES TEMPERATURE MOYENNE DE L'EAU JOURS DE SOLEIL... r +- PA R CARAVELLE POyal air maroe

3 , Iamalif N 7 Notre couverture: Certificat de passage du cercle polaire. NOVEMBRE 1966 Les nantis en les anéantis J EDITORIAL " Lamalif j COURRIER DEBAT Sur les mariages mixtes CHRONIQUE forces de frappe par Robin 17 TRIBUNE LIBRE Propos sur la violence. 14 par Taieb Jamai LE SENS DE L'HISTOIRE y a 820 ans, Abdelmoumen prenait Marrakech if par AI Mouarrikh ECONOMIE Comment ne pas développer un pays 2(), par Rudolf Bicanic L'EVENEMENT Les gardes rouges... par Robin REPORTAGE Un marocain au pays du soleil de ~n~ par Omar Rachdi V COLLOQUE Les problémes humains du développement 32 NOUVELLE La défaite par Alain Dansan TOURISME Notre beauté en péril 36 par Allal al Marrakchi CINEMA Il faut apprendre à voir. 40 par Jean Ciochelti ARTS Réflexions sur l'art et l'artiste 43 par CEY Publicité - Abonnements Direction - Rédaction LOGHLAM PRESSE 11, rue Malherbe - CASABLANCA Tél. : C.C.P. Lamalif Directeur Gérant LOGHLAM MOHAMED Redacteur en Chef ZAKYA DAOUD Impression Imprigéma - Tél. : , rue de la Garonne - Casablanca

4 courrier-débat Conformément à l'engagement que nous avions pris dans notre premier numéro et que nous n'avons cessé de respecter dans les suivants, nous ouvrons largement nos colonnes à tous ceux et à toutes celles qui veulent s'y exprimer. Nos articles sur le mariage mixte nous ont valu un très abondant courrier dont nous extrayons les prises de position ci dessous comme étant les plus caractéristiques des opinions exprimées. Il va sans dire que nous ne prenons pas pour autant en charge toules les opinions. Simplement nous estimons que sur ce problème, comme sur tous les autres, un débat devait être ouvert. Il l'est. Je suis un batard Le - M~riage Mixte!' Et pourquoi pas le - mariage toul court -. ~e -Mariage Mixte JO est un faux sujet, mais le - mariage tout court est un sujet éternel, éternellerr.ent humain. Je suis marié, je n'ai pas fait un toi mariage mixte JI> mais simplement un - mariage tout court et j'avoue volontiers et sans m'apitoyer sur mon sort que le plaisir qu'il m'a!1rocuré a été court. Je me suis marié par hasard. Pourquoi par hasard et non par passion par grand amour? C'est tout simplement parce que celle à laquelle j'ai toujours pensé, celle qui a peuplé mon ;magination ne s'est jamais présentée. C'est l'âme sœur! oui! je l'ai attendue depuis l'âge de la puberté ~ et las d'attendre je me suia marié flar hasard! Je l'ai d'abord désirée, mais n'ayant pas voulu me céder et m'ayant posé la condition que vous savez eh bien, moi j'ai fini par céder et je me suis marié, l'âme sœur ne venant toujours pas! à présent j'ai oublié l'âme sœur parce que j'ai compris qu'elle ne viendra jamais ; elle n'existe pas elle n'est que pure imagination. Chacun fait de son cas personnel un cas général ; on impute son échec au racisme,aux langues, aux modes de vie ; mais l'on ne s'autocritique jamais ; ce (lui conduit à la stagnation de l'es!'rit et au suicide moral. Mais qu'est-ce un mariage mixte ou non? Sinon une aventure pleine de succés pour les uns et pleine d'échecs flour les autres. L'amour platonique n'existe pas. Le spirituel et le matériel n'ont jamais formé un couple mon collègue trompe sa femme en cachette ; pour se justifier, il m'a dit qu'il ne la trompe pas par le cœur ; il y a donc deux façons de tromper sa femme seulement une est réelle l'autre fausse! Tout comme le mariage mixte et le mariage tout court, l'un est faux l'autre est vrai - il Y a donc le mariage, que l'on se marie avec une euro~éenne ou avec une compatriote. C'est une question d~ circonstances, de goüt et d'affi~ité. Aux uns le mariage réussit parce qu'ils sont conscients de leur devoir envers eux-mêmes, vis-à-vis de leurs descendants ils luttent, trouvent des compromic, se font des concessions et c'est ainsi qu'ils finissent par trouver la solution à leurs problémes. Ils réfléchissent, et agissent les autres de par le monde, soit que l'un est sans personnalité et sans courage soit que l'autre est égoiste ou ne vit que pour le - qu'en dira-t-on 1 et il n'y a plus de mariage ; ce dernier se laisse désagréger et parfois même assassiner. L'on n'est pas civilisé parce qu'on s'est marié avec une européenne comme l'on est pas un bon citoyen parce que l'on s'est marié avec une compatriote ; l'on ne se largue pas d'homme civilisé et livre par le costume et la cravate de soie que l'on porte, l'on ne se targue pas d'homme noble!,ar le Moulay - et le Sidi - (lue l'on porte ~t r:.ue l'on aime biei'l entendre proclamer à son égard. On est civ:lisé quand on est objectif, impartial quand son esprit respire, progresse, cherche l'utile!jour soi et les autres ; et l'on est noble ~ar les actes louables que l'on fait ; le noble est celui qui sert et non celui,"!ui se sert, Mon voisin, est Hadj! mais c'est le pêché mouvant, c'est Satan en personne! et ce Satan à une grande villa, il est riche ; il va à la Mosquée chaque vendredi ; En putliant vos articles qu'avez vous apporté aux mariages Mixtes? Sinon la remise en question de l'honneur gratuit, - il est allé se marier là-bas- -elle a laissé les siens pour se marier avec celui d'ici et ver1ir vivre ici Jo, et ce mot que vous vous êtes permis de rapporter ce mot qui résonne mal dans l'oreille imbécile, ce mot - batard : - batards dans la mesure où ils sont tira:llés entre deux mondes -. Seulement voilà les batards naissent beaux et intelligents donc libres 1 mais moi qui suis con sidére comme enfant légitime, moi oui ne suis venu au monde qu'aprés que 2 _ 'J

5 sur les mariages mixtes tout le monde a su que ma mère se mariait à mon père, après que les derboukas ct tout u~ arsenal d'instruments de musique ont chanté penda~t des heures entières ce mariage, je ne cuis ni beau ni intélligent ; et en vous prenant DU mot, je suis aussi tirail lé entre deux sociétés, celle qui impose, celle qui crée, celle qui dicte et celle qui ne fait rien, celle qui subit passivement, qui croupit dans l'ignorance. Ne suis-je pas " batard "? Je mange batard, je respire bâta,d, je ris bâtard, réfléchis et écr;s ':_1' tard 1 Ah 1 l'émancipation! laissez moi rire et pleurer à la fois " votre mère est émancipée m'a dit un jour un imbécile! oui en effet elle l'est bien qu'âgée de plus de 40 ans, (elle n'a pas d'état civil) et illétrée, ma mère est :>Ieine de bonne volonté ; qua~d elle décide de faire quelqu~ ~hose rien ne l'arrête i elle va jusqu'au bout ; elle a décidé de s'émanciper et elle s'est émanci:>ée e'le s'est fait couper ses longues nattes et le " khôl " a cédé la place au crayon gras et l'écorce de " noyer " au bâton de rouge. Seu!ement, voilà l ma mère oublie de se brosser les dents et rit jaune ; sa fille, ma sœur, suit l'exemple, et toutes les deux participe"t au progrés du pays cha~ue fois que l'occasion se présente, par des yo~ yo~ te!on~ des avenues. L'Européenne doit s'intégrer à notre milieu elle doit apprendre l'arabe ; c'est facile ; trés facile ; mais il y a deux langues arabes, l'arabe dialectal et l'arabe classique. Le dernier n'est pas parlé chez nous il n'a même pas cet honneur adminis tratif. L'arabe dialectal? à quoi ça sert? L'épicier baragouine le français ct avec tout le monde, qu'il s'ag:sse de nationaux ou d'étrangers. Pourquoi n'y a-hi pas de mariage mixte entre Marocaine Musulmane t Européen? pertinente question 1 mais

6 courrier-débat la reponse est toute simple. La religion musulmane autorise le musulman à épouser n'importe quelle femme y compris la musulmane ; mais elle impose le contraire à la musulmane. La religion a été taillée pour l'homme et sur mesure. Révoltez-vous mademoiselle si cela vous chante quant à moi, en ce qui concerne ce cas précis, mon problème a été solutionné il li a bientôt 14 siècles. Le mal de votre fille, comme dirait Molière, remonte à loin 1 très loin Du!Il Ahmed SaURAS (Rabat) Il est certain qu'en consacrant une grande partie de votre dernier numéro aux mariage mixte vous avez touché à un sujet qui n'est pas sans atti~ rer l'attention d'un grand nombre de vos lecteurs. Mais je dois dire que le problème en soi n'existe pas puisque partout ailleurs il a été vécu et souvent résolu par la nature. N'a-t-on pas remarqué que les mariages mixtes existent partout dans le monde 7 Il n'y a pas seulement chez nous que la culture est différente. Que dirions-nous alors des Français avec les Japonais et pourtant aussi bien au Japon qu'en France il existe des couples mixtes et les enfants issus de ces couples ne se distinguent même pas. Ce n'est certainement pas le problème de la couleur qui se pose au Marocain qui épouse une européenne mais seule ment au Maroc il se pose un autre problème, je n'irais pas jusqu'à dire qu'il nous est particulier, puisqu'il se pose à tous les pays qui après avoir connu dans un temps lointain une ri che civilisation se comptent actuellement parmi les u sous-développés 4 _ 'J bien et du mal Ce problème a donc tendance a pousser le jeune marocain à chercher sa compagne ailleurs, et les données en sont multiples et peut-être aussi complexes. Une jeune marocailne cultivée et éduquée ne se rencontre le plus souvent, je dis bien le plus souvent, que dans les milieux riches, disons aisés. Il n'empêche que malgré ceee éducation, elle se perche sur un sommet où elle ne peut être atteinte que par les jeunes gens de familles a:sé..s également (je veux parler ici de la dot de mariage et des frais de mariage en général etc...). D'où la constatation faite parmi les jeunes de familles modestes nantis de certains " bagages» qui préfèrent plutôt admeure une européenne parfois d'un niveau bien plus bas que le sien, souvent pour le seul plaisir de se venger, si l'on peut dire, de cette nature des choses, parfois aussi il le fait parce que, exaspéré il s'est promis une fois d'épouser une étrangère, quit. te à regretter son geste après. Il n'est pas exclu également qu'il existe des filles qui bien que de famille modeste soient cultôvées suffisamment pour mériter l'attention des jeunes intellects de son pays. Mais l'on a remarqué que le plus souvent ces jeunes filles se leurrent et confondant emancipation et frivolité, veulent mener la " dolce vita». Celles-ci sont alors des proies faciles d'où, pas faites pour le mariage. Il est en outre hors de question pour un jeune intellect de "enser à épouser une analphabète parce que dans ce cas il faut qu'il se transforme en éducateur et cette éventualité va jusqu'à donner parfois un com. plexe au jeune. Vous meuez l'accent sur un man. que d'intégration de la part de la jeune européenne dans le foyer marocain C'est vrai. l'on a même remarqué, et ceci très souvent, que les mariages mixtes entrainaient automatiquement la rupture entre le jeune marié et sa famille. Ceci est tout a fait compréhensible quand on sait que la famille marocaine a été pendant une longue période isolée du monde entier. Pour elle il est inconcevable qu'une u nasrania p viennent mêler son sang à celui de la famille traditionnelle. Et là nous retrouvons encore une fois ce mot sacré qu'est la tradit'on -. Celle-ci nous réserve à nous jeuneese du mal et du bien. El!e se force à maintenir les jeunes dans une co quille d'illusion et en même temps constitue une source de revenu pour notre tourisme national. Avec un minimum de réflexion l'on comprendra donc le u pourquoi» de celle attitude de la jeune européenne. Autant la famille traditionnelle essaie de s'imposer avec sa volonté autant la jeune fille se sent lésée et décidée à imposer la sienne d'au tant plus qu'elle se trouve loin de.. chez elle». Il n'est donc pas dans mon intention de renier toute notre tradition sinon ce serait une preuve de complexe d'infériorité, mais je pense qu'u+ ne compréhension mutuelle est nécessaire. Cette compréhension pr~ndrait naissance dès le début de l' u idylle _ afin de mettre le couple à l'abri de toute désillusion amère. Mais n'empêche que là aussi l'on doit reconnaître qu' " à quelque chose malheur est bon ". Lisez D. K. Gobineau Etudiant de passage au Maroc, j'ai lu avec intérêt vos articles sur les mariages mixtes que j'ai bien souvent l'occasion d'observer à Paris. Jamal AI Ahgar note : Il n'est pas un étudiant maghrébin qui n'arrive ici sans l'arrière pensée d'epouser une eurooéenne., sans tenter d'expliquer les motivations profondes de ce comportement Plus loin Harazem Chkouda nous apprend que la moitié -" peu près des jeunes étudiants reviennent mariés avec des ètrangères " et nous donne pour èclairer ce phénomène quelques pauvres prétextes qui ne convainquent personne (la dot, la fête coûteuse la

7 fille marocaine peu instruite, pas assez ou trop émancipée, le complexe du colonisé etc...) L'attrait ou'exerce la femme blanche sur les' africains et les asiatiques est quasi général et affecte aussi bien les pays qui connurent la colonisation que ceux qui ne la connurent jamais l.'argument selon lequel ces mariages sont fréquents du fait que l'âge lyrique concide avec celui où on va en Europe étudier. est trés faible. De propos délibéré, le jeune africain va en Eurooe dans l'intention non dissimulée d'e ramener une épouse blanche. Je dirais même que cette préoccupation prime celle des études. Tout le monde connait ces facultés d'afrique ultra modernes et prosque désertes. C'est qu'elles ont toules le même vice rédhibitoire : on y rencontre peu de blanches, et de ;oute manière celles qu'on y rencontre ne «marchent pas. Chez les noirs, cette préoccupation tourne au délire b l'obsession. Enfin une derniére remarque que vos correspondants n'ont pas manqué de faire et qui est très parlante pour qui veul bien l'interpréter la mixité dans l'autre sens. homme blanc femme de couleur est rarissime Manifestement l'homme blanc ne raffole pas de femmes exotiques, Donc pourquoi tout ceci? Ce comportement résulte essentiellement de ce que le jeune afro-asiatique à la perception trés nette qu'il appartient à une race d'homme inférieure. Il essaye par son union avec une blanche de s'emparer symboliquement des qualités qui lui font défaut, qualités qui sont l'apanage de la race blanche L'intelligence énergique, le génie créateur, une grande faculté d'adaptation, la logique rigoureuse etc... A ce propos je ne saurais trop conseiller la lecture de l' Essai sur l'inégalité des races humaines de Gobineau, même pour des racistes à rebours. Le plus court chemin pour accéder à ces qualités c'est la femme blanche qui modifira orofondément les aptitudes de sa des ~endance. Mais ce faisant, le jeune afro-asiatique se renie. Très exactement il avoue avoir honte de son visage et de celui de ses parents. On s'explique la profonde humiliation de ceux ci devant ce fils rénégal. Incidemment, je me permets de poser une question : comment voulez vous que les blancs ne soient pas convaincus de votre infériorité lorsque les éléments les plus évolués de votre société l'avouent implicitement dans leur com!,ortemenl.? On peut évidemment estimer que c'ost là un problême provisoire et que lia général.on suivante régénérée par ce sa:1n nouveau entreprei:dra de g'a~des choses. C'est peu probable Les sangs-mêlés ne sont ni aimés ni acceptés nulle part dans le monde. Songez un instant à l'agacement des marocains devant l'intelligentsia fassie qui n'a pourtant qu'une faible part de sang judéo-andalou, tamisé par de multiples croisements. Je ne puis m'empêcher de penser à tout ce qui aurait pu changer dans les pays sousdéveloppés si les afro-asiatiques renonçant à ce comportement néfaste, étriqué se mariaient «à leur porte» avec les bachelières de leur pays, et ainsi formant des couples homogênes où le peuple se reconnaitrait pourraient servir d'exemples pour une rénovation profonde et authentique de ces civilisations arrétees. Ces foutriquets qui soignent leur complexe d'infériorité en épousant des étrangères représentent pour leur pays une génération, 30 ans, perdue à tout jamais. Et que dire de l'amertume des jeunes filles du pays qui se voient préférées ces filles venues d'ailleurs? Mais de cela, j'en suis sûr, elles sauront vous parler mieux que moi. Maurice RIGAUD

8 courrier-débat Des complexés Tout jeune marocain qui part étudier en France ou ameurs, revient souvent avec un diplôme, mais tou jours (ou presque) avec une femme. Ceci malheureusement n'est pas une boutade, mais un phénomène social. Les esprits simplistes en définissent ainsi les causes : dot, ceinture en or, bijoux, fêtes, bref, disent qu'il conv;enl d'investir une véritable fortune pour le jeune maroca:n qui désire parfai~ re sa religion. Ne leur en déplaise le mariage marocain revient pour J'hom me beaucoup moins cher que le mar:age mixle. Mais les véritables ra: sons des mariages entre marocains et européennes son~ relativement simples. D'abord, à l'étranger le jeune marocain se retrouve seul, loin de son pays, de son milieu, de sa fam'ile. A part les copains, la solitude Intérieure totale. Une personne susceptible d'éprouver pour lui un semblant d'affection, d'intérêt et de compagnie sentimentale sera la b:envenue. Ensuite, cette personne par le fait qu'elle est originaire du pa1s où il se trouve est intéressante tant prat:quement, que matériellement. Néanmoins ce ne sont pas encore là les raisons les plus importantes du mariage m'xte. Car il n'est qu'une forme, où la plus grave des conséquences, des complexes du marocain qui se croit évolué et d'un snobisme qui se dépa$se et revêt le caractère d'une véritable pes~e nationale. Nous assistons en effet aujourd'hui à un phénomène sans précédent qui déborde le problème des mariages mixtes et qui peut ainsi se résumer to:.:t ce qui est marocain, usines, arts, tradi~ tians, objets, journaux, langue du fait même de sa marocanité, ne vaut rien. La jeune fille est naturellement comprise dans ceue énumérati"n. Donc, et pour la grande majorité de de la jeunesse marocaine, ij est de bon ton de faire des reproches aux jeunes filles, reproches qui n'ont bien souvent aucun f 0 n d e m e"n t sé r:cux, s'il reste pourtant vrai que la marocaine peut être soumise à de très nombreuses, mais constructives, critiques. La cause principale des mariages mixtes trouve donc son origine dans une mentalité. séduisante pour le psychologue ou le psychiatre, mais désastreuse pour l'avenir du Maloc. Le marocain, ses études term:nées, ou pas, rentre au pays, sa valise d'une main, sa femme de l'autre. Le couple cherche du trava'i. Po!!r la femme aucun problème, e:le trouve immédiatement un poste très bien rémunéré, car, n'oublions pas que le chef du personnel marocain, d'une administration par exemple, est lui aussi un complexé qui va immédiatement subir la personnal:té (sic) de la demanderesse. Sa nationalité étrangère est Son plus grand atout, dans un pays où, et elle va le découvrir très vite e: parfois en user, les hommes s'inclinent très profondément devant tout ce qui est étranger, et, à plus forte raison devant une étran"ère. La marocaine aura beaucoup plus de difficultés qu'une suédoise par exemple, pour trouver du travail au Maroc. Et, celà, c'est anormal. Quant au mari, dans des cas assez nombreux le fait que sa femme so:t européenne, facilite sa promotion. Nous sommes en plein dans l'absurde. Une danoise confiait à Zakya Daoud : Ils arrivaient encombrés de couffins et d'enfants et s'installaient. Je n'étais plus chez moi -. Pauvre madame danoise, Mais, rassurez vous, YOUS êtes bien chez vous. C'est nous, marocains qui bientôt ne le seront plus, chez nous. Car le phénomène des mariages mixtes s'étend. Aujourd'hui, il est des marocains qui partent en Europe, expressément pour chercher une é~ouse. Et dans un certain sens, ils ont raison, car il ont compris tous les avantages d'une telle union. D'autre part, une nouvelle conception voit le [our chez nos compatriotes : il parait que l'européenne est sexuellement supérieure à la marocaine. Ne riez pas. Celà se dit sérieusement. Signalons qu'une grande partie c!es marocains liés à des étrangères sont des cadres, donc les hommes chargés c!e la marche du pays. Ces gens subissent l'influence de leurs épouses et deviennent souvent européani. sés à outrance. Les femmes étrangères aujourd'hui forment au Maroc un deuxième proteclorat. Quant aux enfants, non seulement ils ignorent la langue marocaine, mais ne sont ni musulmans, ni chrétiens. Ce sont des enfants sans religion. D'autant plus que pour leurs pères, les fêtes religieuses revêtent un caractère purement folklorique, sauf la Noël, bien sûr... Il faut souligner. car celà est très important, que la principale cause des mariages mixtes, est le mélange bâtard des complexes et du snobisme chez le marocain évolué, qu'il dit. Samad TAZI Lisez et faites lire tous les trimestres Le Bulletin Economique et Social du Maroc l'instrument de travail par excellence 6 _ ":1

9 S'intégrer à quoi? 3couples mixtes sur la défensive : les articles du numéro 6 de Lamalif leur ont semblé partisans, incomplets. Visiblement, ils ne sont pas satisfaits. S'estimant auaqués, ils veulent répondre, et ont demandé à le faire de vive voix, autour d'un verre. Et d'abord, dot une des femmes. Mme y... ce n'est pas un problème. Ça géne qui? C'est un probléme pour qui? Les jeunes Marocaines qui ne trouvent pas de mari? Qu'y pouvonsnous? La famille? Mais nous n'avons pas de problèmes avec la famille. Peut-étre sommes-nous des cas mais il nous semble méme que cela marche mieux entre nous et nos belles familles, que ce ne serait avec un ménage purement marocain. Lamalif : La famille est somme toute un problème secondaire, dans ce cas-là. Pour aboutir, ne pensez-vous pas qu'il vaudrait mieux circonscrire le débât à deux questions, il notre avis les plus importantes, celle de l'intégration de la femme et de l'avenir des enfants? Mme X... Nos enfants s'intégreront. Ils parleront arabe. Quand vous sou. levez ce problème, vous oubliez qu'il y a aussi des enfants de ménages entièrement marocains qui vont dans les écoles de la mission et ne savent pas l'arabe. Il n'y a pas que nos enfants. Lamalif : Mais ces enfants parlent arabe chez eux 1 Mme X... : Nos enfants aussi Je mets mon fils qui a 5 ans, une fois par semaine chez ses grands parents et il parle arabe avec eux. M. Y... (sortant de son mutisme) ; vous avez dit qu'un des principaux [lroblèmes était celui de l'intégration de la femme. Vous avez déploré que les mariages mixtes forment une caste. Je vais vous poser une question ; Comment s intégrer. et sur. tout, à quoi? Qu'est-ce qu'un Maro. cain? Le vrai Marocain c'était r-eutétre mon père. il n'existe plus. Pourquoi? Tout simplement parce que notre génération. du fait du Protectorat a reçu une éducation occidentale et parle français. Nous sommes à 80 'l, des occidentaux. Nous pensons et raisonnons en occidentaux. Notre problème est que nous n'avons pas d idéal. Nous ne croyons DI us à rien. La société marocaine est, elle méme, tiraillée. en pleine décomposition en pleine refonte. Qu'y a-t-il de commun entre quelqu'un sortant de la Quaraouyne et nous mêmes qui avons étudié en France? Il n'y a pas d'unité entre les Marocains, M. X... Je ne suis oas du t('ut d'accord avec toi. Il y a quand méme un lieu. quelque chose d'indéfinissable, quelque chose d'ancestral, qui fait qu'on est marocain et pas autro chose. La discussion se perd alors dans des méandres philosophiques pour lonter de définir ce andna indéfinissable. Mais les femmes reviennent à la charge. Mme X... explique à Mme Y... qu'elle serait disposée à accueillir sa belle famille chez elle sans en cûncevoir la moindre géne et qu'elle a déjà pris sa belle-mère pendant trois mois sans s'en!,orter plus mal. Mme Y...!,arait assez étonnée, et Mme Z... relève. quant à elle. que, vu son caractère. elle ne pourrait supporter sa belle-mère plus que sa mère c'est-à-dire 15 jours de suite. Lamalif : Est-ce défin:tif pour vous le Maroc ou non? Mme Y... ; C'est définitif tant que j'ai mon mari. S'il lui arrivait un accident, je m'en irais. Lamalif : Où? Mme Y... ; Eh bien. en France, avec mes parents. car je n'aurais plus personne ici. Lamalif : Mais vos enfants, vous venez de dite qu'ils sont marocains, qu'ils parlent ou parleront arabe. Vous les emmèneriez? - Mme Y... ; Oui. je les emmènerais, car là-bas, leur avenir serait assuré, ici non. Lamalif : Ce ne seraient plus des Marocains 1 Mme Y... Ils choisiraient après. Je ne pourrais pas sacrifier leur avenif. Mme X... : Vous avez critiqué les femmes qui inscrivent leurs enfants sur leur passeport ou leur livret de famille. Moi si je les ai inscrits sur mon livret, c'était oour les faire admettre dans une écoie de la mission. Lamalif : Vous n'aviez pas besoin de celà. Comme vous l'avez dit il y a des Marocains dans les écoles de la mission. Mme X... : Mais pourquoi me serais-je privée d'une chance supplémentaire? Mme Z... : Pour ma part, je suis contre les femmes qui baptisent leurs enfants,,!ui leur donnent deux prénoms. etc... Cela existe? Il me semble que l'essentiel en ce qui concerne les enfants est un oroblème d'éducation. d'enseignement - que l'on ne pdut assimiler aux seuls mariages mixtes. M. X... : On pourrait dire qu'en abordant la question des mariages mixtes. vous avez soulevé un faux problème. mais un faux problème qui en pose de vrais. "J _ 7

10 courrier-débat M. Y... : Par exemple, celui de la sociéte marocaine. Pour s'intégrer il faut bien le faire à quelque chose. Or, nous sommes sur un volcan. Tout évolue, tout bouge, on ne sait plus où on en est. M. X... : Il serait intéressant de voir comment cela s'est passé dans cies pays tels l'egypte et le Liban ol. il y a eu également beaucoup de b, as, sages. M. Y... : Je maintiens qu'il n'y a pas de société marocaine, ou du moins qu'elle est désorganisée, déstructurée. Il n'y a plus de valeurs, on ne croit plus à rien. C'est une période de transition extrêmement pénible qui est d'ailleurs une des causes principales des mariages mixtes. Il y a un fo~sé entre vieux et jeunes. On ressent le besoin de se débarrasser des vieux habits. On s'y essaie par la voie dite occidentale.. M. Z... : Ce n'est d'ailleurs pas tellement conscient. On ne part pas à l'étranger la plupart du temps pour trouver une femme, mais pour étud:er, voir du pays. On est trés loin de l'idée de mariage. Lamalif : Ainsi donc le mariage entre un Marocain et une Marocaine présentant, à votre avis, plus de problèmes d'adaptation réciproques, de création, le Marocain cherche à fuir ces problèmes en se mariant avec une européenne avec laquelle il a plus de chances de s'entendre parce qu'a a plus de points communs 1 MM. Y... et Z... : C'est celà même. M. X... : Bien sûr, les esprits cha- On ne choisit pas Un enfant issu d'un mariage mixte ne.. choisit Mo pas, ce sont ses pa. rents qui, dès son plus jeune âge choisissent pour lui, décident de façon plus ou moins définitive et certainement arbitraire de ce qu'il deviendra, cherchent pour lui les clés de ce devenir. En lui inculquant soit la langue du père soit la langue de la mère, soit l'une et l'autre, ils vont en effet lui permetlre de communiquer avec une partie ou la tolalité des êtres qu'il cotoiera, et donc, de former sa men talité, aon jugement, son intelligenca ou comme l'a fait son père, ou comma l'a fait sa mère, ou de façon originale, ell bénéficiant totalament de grins disent alors que nous, qui sommes l'élite, parce que figurant parmi la minorité qui a un bagage, nous SLmmes alors perdus pour la société marocaine. Ce n'est pas prouvé, et, E:nsuite, qu'y pouvons-nous? Et dans quelle mesure, les jeunes Marocains et Marocaines se souviennent-ils actuellement de leur famil;e et de leur société? Mme Y... : Les ieunes filles marocaines ne veulent - plus, non ",lus, entendre parler de la famille. M. X... : C'est d'ailleurs les jeunes garçons qui sont à cet égard plus rétrogrades. Lamalif : A votre avis, les mariages mixtes ont-ils un rôle à jouer 1 Mme Y... : Pourquoi auraient ils un rôle? Pourquoi devraient-ils faire plus Que les autres? - Lamalif : Eh bien, parce qu'il sont instruits, parce qu'ils sont, en principe ouverts, parce qu'ils appartiennent à l'élite, ils pourraient apporter considérablement à la société marocaine, Silence prolongé... M. Z... : On ne peut pas demander plus aux mariages mixtes qu'~ux autres. Que font les jeunes des mariages purement marocains qui sont instruits eux aussi? Mme Y... : Il faudrait que nous nous sacrifions? Lamalif : Oui, un peu. Personne ne semble vraiment convaincu. M. X... : On ne peut pas voir ces problémes en termes de militan, ce. La réponse n'appartient pas seulement aux mariages mixtes. sa double appartenance, en réalisant pleinement le métissage intellectuel auquel il est voué et qui peut représenter un apport incontestable el bénéfique à la société marocaine. Le choix, conscient des parents est rarement <c corrigé u par l'intéressé, non pas que les ambiguités et les conlradictions de sa condaion lui importent peu, mais parce que ne pas l'intériner demande, hormis une certaine force de caractère, les moyens objectifs de réaliser ce qui est une reconversion souvent difficile qu'une minorité seule a le pouvoir d'accomplir. A ce propos il n'est pas inutile de souligner qu'un grand nombre d'enfants de mariages mixtes tentent et souvent parviennent à ~ échapper dans les établissements francais du Maroc à l'enseignement, pourlant obligatoire aux maroca'ns, de la langue arabe et que cetle volonté de se soustraire à cet enseignement est dans la majeure parlie des cas dûe, non pas à un mépris, à une.. répulsion ou à une allergie «à cetle langue mais au fait qu'elle y est enseignée contrairement aux autres laagues vi vantes dans un but de perfectionnement et que quiconque ne possède pas «la langue parlée «ne comprend pratiquement rien au cours et est incapable de faire correctement les exercices demandés 1 C'est donc aux parents, dès avant la scolarité de leurs enfants, de mesurer pleinement l'incidence de l'éducation dispensée à la maison sur leur comportement et, partant, le comportement d'autrui vis-à-vis d'eux. C'est pourquoi une union mixte heureuse doit être aussi le développement harmonieux des affinités existantes et découvertes entre les deux nationalités pour que les enfants à naitre ou nés ne soient pas les victimes d'un affrontement plus ou moins violent de deux cultures et les té moins de l'abdication toujours fâcheuse de l'une ou de l'autre mais au contraire les bénéficiaires d'une symbiose exemplaire. L'enfant d'un mariage mixte n'est pas une tête curieuse consciente de sa particularité et la revendiquant. Son problème est celui là même qui se pose à toute union mixte ou pas et dont la solution incombe aux conjoints : le problème de la formation scolaire, intellectuelle et sentimentale de leur progéniture. Celle formation qui doit bannir la haine, abolir la méfiance raciale, reieter les exclusives nationalistes, pour apprendre à apprécier les valeurs d'autrui, esl celle là même dont les enfants des mariages mixtes ressentent un besoin impérieux et, qui doit être dispensée à chaq',e enfanl à la mai. son et à l'école. Salim JAY 8 _ y

11 Synonyme de Sùreté et de Grande puissance OS InstallatIons de ccr,ca...sage et de tn completes pour le fractionnement el le classement de m"leral$ de tou~ les degres de purete, ont fait leur~ preuves dans beaucoup de pays du monde Quant à la quakte. au rendement et a la résistance à 1 (J~ure elles font partie des produits pilotes dan6 ce domaine lin resultat de riches expenences de plus d'un sicele et d~' travaux de recherche tres approfondis Les lnstal!çltlons de concassage et de tn de construction la plus moderne conviennent e a ~a la production d'agregats additionnels. pour 1.J construction en élevêlllon et de travaux souterrains. de pierres côneassees et pierrailles pour la construction de routes et des VOles ainsi qu en installations de concassage au premier passage de la traite des' minerais Nous livrons des In~~allatlons pour tous les deblts désirés L'utilisation pos ~Ible sous toutes les condulons cllmatloues Entretien minime VeUillez-vous adrebber sans aucun engagement il notre socleté du commerce exteneur rjous vous conseillerons et vous informerons volontiers en detad sur notre I~rogramme de: construction et de Il... ralson VEE' SCHWERMASCHINENBAU ERNST THALMANN OOR-3011 Magdeburg-Buck.u Inform~lion, Repré'c!nl~fion Comme,c.i~lc! d. I~ Republique Démoc.r~fique AllomandC! ~u Roy~ume du Maroc.. e p rue Galdee - Caublôlnc.a lei _ Télegrôlmmc ; Havdomaroc. TeloJ( : Deutscher Innen und Aussenhandel DDR l08 Berlin, Taubenstrasse 7'9 Telegrammes DIAINVESTA Te!ex d,a,e dd

12 LES NANTIS éditorial Î() A TD on veut ail :laroe I:Olllllle dan~ tou ~_ cation des eo_~d.i.l:tiom. de~. prollème', «Période "de tram;ltrun»~ le~ pay~.ou dheiopljé. trou\t:'l' rexpli. de dé e poir. Oll utili e une formule : Pou l' tan t, une des caractéristiql1e~ du monde actuel. 1:'e t que la difficile gebtalion de~ peuples du Tiers Monde se produit dans un univer lui même en complète tran forujation. Rien ne l'atteste micux que les événemento quotidiens et leur signifil:ation profonde: l"ült.\ III 0 rte. La Ligue Arabe ~ alourdie dc division' et de ten ion~ illlpui ante.la non dépendance? morte. Le ~'onflit imojogique et politique de l'urss et des USA '( dénaturé. L'équilibre du monde qui a prévalu après la seconde guerre mondiale et jusqu'en 1963, pour voir on apogée en 1960, est bouleyersé. Il était né, d'une part, de la guerre froide qui devait aboutir, vu l'évolution thermonucléaire et la conquête cosmique, à la cgexi tence pacifique, et, d'autre part de la p"ussée vers la liberté de pay sous.développés qui devait aboutir à une indépendance qua i g,5nérale, mais formelle. D'où le refus de -'engager d'un côté comme de l'autre, pour bénéficier des ympathie, mais urtout de sub ides de gran de puis ances. D'où au i, le dé il' dl" 'unir sur de ba es continentales. poiitiqne. économiques ou historiques, pour affirmer- le poid du Tier Monde, et sa forl:e, née du nombre et de besoins. /)'E TREE du géant chinois ~ur la scène internationale a incontestablem.'nt boule.1!.:.- versé cet équilibre car elle a pris un tour d'autant plus violent que la reconnai. sance des autre lui était marchandéc, tout comme, ab urdement, le droit de ÙIS eoir à des in tances internationales, pourtant théoriquement ouvertes à tou. Mi~e an ban de l'humanité, acculée à s'impo el' par la force, la Chine y e t progre sivement parvenue. bou culant, ce faisant le confort monl et matériel de nanti, et la passivité \erbale de~ «anéanti». Depuis que la Chine a sa bombe, depui que la guerre gronde à se porte~ au Vietnaul. en une escalade chaque jour plus meurtrière, les grandes puissances - USA, PRSS et Europe qui compte désoj'mais - faisant taire leur divergence, et leurs l'es 'entiruenb trou vent un terrain d'entente parce qne s'estimant menacées par un danger commun. Mais, elle durcissent leur po ition vis à vi~ des petits pays et des continents pauvres. De 1945 à 1960, c'était san aucun doute, l'ère d'une décolonisation inachevée et exaltée. En 1966 c'e t, plus que jamai, l'ère d'un néocolonialisme économique et politique dont le. exemples pourraient être multipliés à l'infini. fzermi TEES donc le, unions, IC$ liberté, qui n'étaient, dan' le~ main. de ou. '-U développé, que des hochet!::ji sés à eux par les capitale des métropoles. L'heure n'e~t plus au jeu. L'alleJ'native impartie est simple N ('Iair{' : e, omn{'ttre ou 'e délllettre. Le verhe a cédé la place à la eollfusiolj. Le, eonflit,,e dljrei~,ent partout. 1"!1'. partout 10 _ y

13 ET LES ANEANTIS le~ grande~ vui~ 'am:e Hulent maintenir. à n'importe quel prix- et malgré l'impatil'nce des veuple~. le.latll qllo. Parfoi leur action pour pr~ erver ee qu'elles estiment êlre leurs ~phère. d'influence économique el pl.llitique, aboutit, quand le rési tances oiit trop gran des. à de recul, COlDIDe on l'a vu. depui un an. en frique. Privés de leur mot exal tant. de leurs di cours, dithyrambiques, qui ne ervaient que de soupape de sécurité aux e.poir..au. ce se reculé '. les pa~ du Tier Monde e retrouvent aujourd'hui plu dému ni. qu'il' ne le furent jaljlai~. Ce.t la gri.ail1e de çetle réalité triste que constitue la rrusere et le ous ùéveloppement accentuée encore par les désc~poirs nés de ré.sistances internationales, et, locales, car. il va sans dire, que-, dan cet effort de maintien, de pré ervation, de f,t:lgnation, les grandes puissance ont trouvé ur place des 'défenseurs acharné.. '. ~ ST-CE à dire que tou les peuples et tous le pays e sont démi ou oumis? Non, W Certains continuent dans un il1u oire jeu de ha cule auquel ils sont eul" 3 croire. D'autres ont pris résolument positiou contreje hégémonie internationale : l'a;:ie exploe chaque jour au Vietnam et à Pékin. L'Amérique du Sud bout comme un creuset. L'Afrique est précaire, tout y est posêihle, tout, aussi, y e t encore lointain, car elie est la plus passî\e, la plus dominée, Il! plus tiraillée. Dresser un tel bilan, est ce faire le pro cès des grande puissances? Certes. mals à nous, sous.développé, cela ne rapporte rien. Nous savon comment sont le métropoleset un constat d'impuissance ne sert pas à grand chose. Pour que ce bilan soit positif, il faudrait le retourner vers nou, nos pa sivités, nos acceptations, nos démissions, nos divi. sions, reconnaître que nos unions n'ont été que des groupes de mot, oufflés d'ailleurs, ou des instruments de préservation du statu quo. Or, non seulement. C3 statu I{uo e t la négation du Tiers Monde, mais enr.ore qu'on le veuille ou non, il est il11po sible il maintenir, tant localement qu'internationalement : il recouvre trop d'inju tices. Garder lnillion d'holdides affamés, soit 47 % de la population du monde, dans leur lnisère, ne peut durer éternellement, d'autant plus que la conscience de cette misère grandit. n faut que nai e ou que 'annonce «le printemps de peuples» pour que le présent soit upportable. Que fa ut i1 pour cela ~inon InlhJÎller à e développer- et à se libérer, cesser de tourner en rond comme de lllouchl'; engluées qui cherchent la lumière. accéder, nne fois pour toules. et définitivement «à la maturité». Sans aucun doute, pour le Ti,::,;: Monde, l'ère des mots est terminée, et l'ère de actes commence, devrait déjà avoir cojnmencé. Si elle tarde tant, serait ce qu'il n'y a plus (ou pas encore) d'acteurs? LA il-talif '1_11

14 chronique forces DE FRAPPE par Robin Lexplosion du Pacifique marque une étape de plus dans la longue suite de réactions politiques en chaine où se retrouve la loi inexorable du Si vis pacem para bellum., si tu veux la paix, prépare la guerre ", Cette course aux armements est vieille comme le monde tout comme l'inflation et la dévaluation des monnaies. Autrefois, les marches sur Rome d'hannibal ou du grand Phyrrus sur l'éléphant gétule, avaient précipité la course au pachyderme, cette bombe atomique de l'époque et le Sénat dominateur en avait réglé la puissance. Aujourd'hui où les techniques font des progrés en toutes directions, l'armement s'éléve dans le même mouvement où les sciences atomiques perfectionnent leurs connaissan ces. Forces d'attaque et de riposte, les lois de l'équilibre président il cette éclosion d'armes nouvelles, portant au même niveau tous les aspects complexes d'un mor>de en quête de son ordre. Comme dans la comêdie de Pirandello Personnages en quête d'auteur ", plusieurs esprits indépendants se sont trouvés de par le monde, égrénés sur un demisiécle de recherches en tout genre. sans le savoir ni le vouloir, et seule la convergence étrange des circonstances les a fait se rencontrer autour d'une table atomique, militaire et politique dont l'auteur absolu reste toujours invisible Mais l'action, malgré les personnages les spectateurs, ou contre eux ne s'en Joue pas moins bien. Ce qui est remarquable en effet dans ces créations atomiques si terribles, c'est que chacun, savant ou politicien a apporté sa pierre au gré des années,dans une série de recherches théoriques et d'aventures historiques dont la conclusion explosive, technique et politique,se trouve réalisée, dans un sens, toute seule. A l'aube du XIXme siécle, dans la premiére grande tempête révolutionnaire. plusieurs personnages indépendants, eux aussi, déjà, s'attendaient : Napoléon, Metternich pour faire l'histoire, Gauss et Bethoveen pour la décrire en mathématique et en musique, Goethe poul éclairer la vision inaltérable du tout, et bien d'autres. Et chacun à travers la fécondité de son œuvre, réalise son destin, en réalisant à son insu cette fresque immense d la premiére grande métamorphose moderne, dont l'au teur métaphysique reste toujours le mystère du sens de l'histoire. Vers les années 1920, plusieurs grands tènors eux aussi s'attendaient, pour faire quelque chose ensemble. Eux aussi devaient se retrouver un jour, avec la grar>de convulsion de la deuxième guerre mondiale, entra:nés dans la même orchestration symphonique qui devait à la fois détruire et créer un monde dans un mouvement d houle irrésistible loin d'être enc~re achevé Avec Einstein, Oppenheimer et leur école atomique dr 12_'1

15 Gilttingen, travaillent sur des théories déjà en l'air avant leur naissance, une oléiede de savants devait venir du monde entier chercher en toute innocence l'assembla ge des formule~ étranges et puissantes de la Relalovlté et de la Physique quantique. pour contempler un miroir de vérités théorioues ou se reflétait un secret solennel de Iïnteraction de la matière et de son rayonnement. Ail leurs, avec Staline et Hitler, des magnétismes politiques rigoureusemenls indépendants, devaient se cristalliser Moscou et Berlin 1 Ailleurs aussi. avec Roosevelt et le Mikado. des magnétismes. économiques ici, mysloques là devaient de mème cristalliser sur Washington et Tokyo des forces spécifiques se cherchant sans le savoir dans ce qu'on pourrait appeler vraiment la Nuit de la Pr..des tination JO. Les polarisations d'ètoiles chargées de puissance, à Gottingen. Moscou, Berlin, Washington, Tokyo, se sont rencontrées sans l'avoir su. Elles ne l'ont compris qu'après coup, selon le mot énigmatique et cruel d'oppenheimer le dictateur atomique du Pentagone : si j'avais su, je me serais fais plombier La somnolence infraconsciente de Londres et de Paris, la bèatitude incompètente du Vatican, tout devait prècipiter comme dans un vide infini l'orage monstrueux sur Varsovie et Munich, dans un mouvement d'avalanche où tous ces grands titans devaient enfin se trouver. et jouer leur rôle, à la vie à la mort, nolens et volens. après s'être enfin rencontrès. On connait le mot prophetique de Hitler : ce qu'il y a de remarquable dans cette guerre, c'est que des hommes de génie se rencontrent La bombe atomique est sortie de là, comme une boule de neige après qu'un chaos inconnu eût précipité unt:: pierre dans un immense abime. Le reste est simple technique, et l'on pourrait dire aussi avec le poète, littérature JO, c'est-à-dire dans cette univers politicoscientique. administration '. La course aux savants, leur incroyable ignorance des grandes affaires des cabinets, leur naiveté psychologique jusqu'à l'hébétude, témoin l'enfantillage des opinions d'einstein et l'insignifiance de celles de ses amis, la fascination quasiment magnétique des gouvernements devant le prestige dément de théories abusives trop hâtivement illustres. à quoi leur propres auteurs n'avaient finalement, et de leur propre aveu, ja. mais rien compris, les rivalités dans la gloire, les ambitions de puissance subites chez des professeurs révasseurs, les haines de races, le mystère juif répercuté par Einstein entre les Nazis et les démocra:ies, sans parler du mystère communiste localisé sur Oppenheimer entre les troskystes et les milliardaires assoiffés de passions absolues, tout devait aboutir à la première explosion atomique. M ais ici, dans ce tourbillon dangereux de personnages, nul auteur vraiment mais des symétries inouies d? correspondances que nul génie humain, nul dramaturge n aura,t pu.nventer. Et puis tout ce flot d'êtres obscurs d'espions, de passions populistes, de J:.:.risme social, d'ex communications, de schismes et de regrets. Tous ces grands chefs atomiques se sont jetés l'anathème Les grands dictateurs aussi. Tous ils ont disoaru. I\ujourd'hui, dans un ensemencement fatal chaque grand pays a sa bombe, et le cardinal Spellman a ébauché la théologie nouvelle de la juste bombe ~, dans un approfondissement des démonstrations de St. Thomas d'aquin sur la juste guerre Et tout s'avance finalement dans une cons truction souveraine. comme si même le secret atomiqu~ n'existait pas et que, de Pékin ou du Caire, tout pou vait se retrouver à partir de rien, selon cette 101 bien connue des mathematiques, qu'elles n'ont pas vraiment d'auteur, et que tout grand théorème objectif peut être trouvr n'importe où, n'importe quand, par n'importe qui. Là aussi le secret de la bombe, préexistait dans l'éternité, comme celui d'une simple machine à laver ; Et, d'une manière ou d'une autre il devait apparaître E t c'est tout cela qui fait la profondeur du mo"de moderne. et lui confère son pathos de Destin, ou de Jugement dernier. Au sens absolu d'une volonté voulante la bombe atomique n'a pas vraiment de responsable ni d'auteur, ni même de père malgré les revendications regrettables et regrettèes d'oppenheimer. Elle n'a que des éxécutants. la bombe est en dehors de la justice et de la culpabilité de chacun. Elle est autre chose. Elle re~te l'un des mystères de l'histoire. Et c'est si vrai, qu'elle se crée toute seule dans les laboratoires par une suite de mouvements de machines électroniques et de techniciens robots inconscients, qui eux aussi n'y ont jamais rien compris. Hier encore le Pape et l'empereur. Combat transcendant et dialogue de sourds. Aujourd'hui, Technicien et Administrateur. Combat immanant et dialogue d'aveugles, où chacun ne peut réussir vraiment que si les capacités de l'autre lui manque. La bombe est cette balle singulière que chacun relance à l'autre, telles autrefois la bulle et l'investiture. Sur la grisaille de cartes perforées et des notes de service à quoi se résume le monde moderne. La morale des causes premières et des consentements du secret des esprits se dissipe vite en vie quotidienne d'employés de bureau obscurs et pâles, englues dans une toile d'araignée électronique impersonnelle et sans cœur. Sous le flot des calculs et des microspécialisations, chacun n'est plus qu'un manœuvre. Ici l'atomique est atonique. Même les plus grandes vedettes de ce monde là ont vècu cette banalité morne et tiède, de Los Alamos à Novosibirsk, de la Maison Blanche au Kremlin! Prix Nobel et Chef d'etat, tous ces travailleurs restent les forçats du monde moderne. Ils en soutiennent la stupéfiante création prévue par ni l'un ni l'autre. Nous avons fait le travail de l'enfer " rèsumait Oppenheimer Et si l'enfer est surtout un regret du ciel, les diables n'y parient que de Dieu, comme l'affirment les théologiens. La visualisation des Apocalypses nous échappe Mais ce qui n'échappe pas. c'est la profondeur d'un mouvement po!iticoscientifique, qui vient faire ombre sur la limpidité d'un jour ancestral menacé. Et c'est ici que les vieilles théologies et les vieux dogmes qui sont aussi des techniques retrouvent leurs prestiges. La Pax atomica exige plus d'espérance et de foi qùç l'autre. Plus de Volonté de comprendre aussi. Mais c'est justement la compréhension de l'unité du tout, qui est la solution mème, et le repos de I esprit. Et c'est pourquoi le pa;': es: aussi à l'ombre des sabres atomiques. ROBIN

16 PROPOS SUR LA VIOLENCE par Taïeb Jamaï TRIBUNE LIBRE Un homme d'etat du tiers-monde comme il y en avait peu à cette époque, dit un jour : Cl La révolution n'est point nécessairement synonyme de violence» et ce fut pour beaucoup une immense panique. Les Barboudos de tout poil Se figèr.,nt, les phra~éologistes accordèrent encore des interviews. les (aux se frottèrent les mains, les sceptiques de toujours haussèrent les épaules, les passionnés frôlèrent les suicides. mais les sages ne furent guère surpris par les fruits de la longue méditation. Le fracas que l'on attend des jugements de l'histoire, seuls les sages le ressentent en des fracas intérieurs et dignes. Rien en effet. n'était perdu avec la perte de la violence. Il est loin le nihilisme romantique chers aux nitschiens car l'on ne peut se permettre de détruire pour reconstruire sur de problématiques ruines même chargées de gloire. Tout devient démarche consciente et besogne constante de tous les jours dans l'ordre certes, injuste, d'une occulte et inébranlable planification. Et ce n'est plus seulement contre les injustices et les erreurs non-réparées que l'on s'élance, de nos jours. sans épée et sans grenade à la bouc'he, mais b'en vers le changement de l'individu libéré, le changement de~ cellules et des structures. de l'ordre trompeur dans le pays, et sur le plan extra-national et international. C'est chaque graine qu'il s'agit d'arroser pour consolider l'édifice branlant de mille lézardes et de mille corruptions. Ce sont des millions quïl faut ramener à la raison pour la néce::saire décomposition des mots. A cette tâche le fusil et les bottes ne sauraient suf ('re. DES PAIX COi\l:\1E DES GUERRr;~ Mais la phrase de l'homme d'etat s'explique clairement elle-même. sur la base d'un tout intitulé Cl Paix et dialogue international» et cette paix e t la clé c si la révolution n'est plus synonyme de vio:ence. la paix non-~lt:s Tr'est pas seulement le contra're de la guerre le concept de la paix pas plus que celui de la guerre n'évoque de nos jours le même sens ni ne couvre le mêmes dimensions qu'aux temps pas:;ês >J. Il en est en effet des paix aujourd1jui ccmme i!es guerre, elles sont différcntes comme les facettes d'un prisme, différentes d'une approche à l'autre, d'une mentalité à une autre. La paix en Suède n'est pa la même qui couvre la misère et l'agonie de l'inde, pas plus que celle qui règne à Londres, ne saurait être celle que connaissent les habitants des pays des cc Trujillo», Salazar. Smith... Et sur ce chapitre ie cite encore : Cl Au moment, où pour une par- 14 _ y

17 tie des homme la ligne de la paix pas e impérativement par le respect inconditionnel des statuts-quo et de situation acquises, pour une autre partie de lo'n majoritaire, le statu-quo est pratiqul' ment invivable et la lutte pour la paix se confond néces airement avec la lutte pour l'avènement d'un monde meilleur» Pour ce qui nous concerne, la paix en un mot, est synonyme de progrès. progrès constant, un perpétuel devenir de l'homme et de a société, Progrès du raisonn ment de la mentalité, de la condition humaine, progrès dei de l'homme conscient et des statistiques non-violées ans tout ce qu'elle implique de prospérité et de transcendance. la paix ne serait alors que l'attente somme toute naturelle du dernier iour, Et. même si elle n'est foudroyée par le thermonucléaire et le bactériologique, la paix mourrait de ses cendres indignes de la civilisation : hordes affamées. désespérées sur la voie du suicide. illuminées sans armes s'immolant sur tes pavés d'une impossible ré,-olution de papa, LA PAIX DOIT S'INTEGRER LA REVOLUTION La paix. pour sa survie, se doit donc. d'engendrer la révolution nécessaire pour combler tant de retard et s'imposer le rythme du s'ède aujourd'hui infernal. «La Paix doit sïntégrer la révolution» et cette heureuse formule est tout un programme, Il s'agit en effet de I,rocéder? l'impérative transformation des tructures et des supertructures, I! importe de faire face et d'enrayer par les moyens que l'on ne craindrait pas radicaux et courageux, l'injustice qui sévit sur le plan des nations et ur le plan international: injustice qui fait des riches toujours plus riches. des exploitants chaque jour plus hargneux et plus ostentatoires, et des pauvre toujours plus pauvres. plus opprimés. des malheureux voguant dans la stagnation vers un dénuement encore plus complet. une misère définitive ; le vivotement tiraillé par la faim de millions d'individus écrasés par l'abrutissement et la médiocrité. Une paix vidée de toute subtance de progrès et qui rendrait impossible toutes paix, même celle minuscule du ménage, ba e de la société, et ne ferait souhai'e: à des millions et des millions d'individus que la paix de leurs âmes! Mais les pro~rès de la science et de la c'viisation font partout aspirer aujourd'hui. à une vie digne et justement accomplie. 1 a révo!ut'on. qui m:tirait t'nt de peuples de leur shgnation et enrayerait la ré gre~sion. la misère et l'ignorance e t aujourd'ht,1 une impérieuse revendication de l'homme de la s~ience et de notre siècle. 'AS ORTIR XXme IECLE Le XXme siècle et ses foudroyants progrès. rend en effet imposible une paix qui ne serait pas elle-même une révolution permanente et c'est là. la résolufun qui doit profiter de la paix partout instituée. De cette paix. t'aite notre homme d'etat. méditant sur l'avance aujotll'd'hui intenable de la mis~re et de la méd'ocrlté cnge'dr,at des affam~s et multipliant les hordes des inteu ctllellement écrasés ('ans des sociétés injustes Le prés'dent Abdallah Ibrahim, car il s'agissait bien de lui et èe sa dernière conférence à Tokye, nous éclaire sur les dangers des paix non-assorties au XXme ~iècie. des paix non-véritables et qui ne sont que le calme trompeur. Etendant son pro\=os à l'échelle internationale qui n'a été qu'effleurée ici. Abdallah Ibrahim préconise le dialogue comme l'arme suprême, mais un dialogue èe partenaires qui s'écoutent. dans un monde sans ~ociétés injustes. sans régimes racistes. san colonies portugaises. sans protectorat du pétrole et de l'or, un monde dans lequel des hommes responsables et conscients auront banni l'exploitation et les guerres, et celle. la plus sale de toutes. l'actuelle et tragique guerre du Vietnam. Taieb lamai MafOC Dorel reproduction industrielle de tous documents par tous procédés le spécialiste du tirage de plans et cartes 'en couleurs par procédé gélatine dorel 4, rue des dombes (maârif) casablanca - tél. : gélatinographie zincographie héliographie offset photocopie dessin schémas graphiques cartographie générale y _ 15

18 le sens de l'histoire ]6 _ 'J

19 IL Y A 820 ANS i\bdelmoume~ prenai t Marrakech C ONTRAIREMENT à ce que l'on a longtemps pensé il n'y cut pas une Koutoubia grand~ mais deux. Et toutes deux sont dues à Abdelmoumen, un des plus Almohades et le premier souverain de celte dynastie qui étendit son empire sur le Maghreb et l'espagne Andalouse durant 140 ans. Deux mosquées, mais un seul minaret.. d'un élan irrésistible et d'une beauté qui ne sera jamais dépassée écrit Henri Terrasse. Abdelmoumen fut un grand bâtisseur, un grand conquérant, il fut en effet le premier chef du Maghreb qu'il unifia en quelques années du Souss jusqu'à l'egypte englobant le Maroc, l'algérie, la Tunisie et la Tripolitaine, de même qu'un organisateur hors pair. la structure administrative de son empire était digne de considération, et, il eut également le mérite de s'être occupé des jeunes pour lesquels il instaura des cours de formation, premier souverain marocain à faire montre d'un tel souci. Il a laissé dans l'histoire du Maroc une trace aussi indélébile que son prédescesseur Almoravide, Ibn Tachfine, qui lui aussi régna quelques 50 ans avant lui à Marrakech (1). Il y a beaucoup de similitudes entre les deux conquérants : tous deux naissent en même temps qu'une vague de foi religieuse dont ils vont faire le ciment d. leur idéologie et qui les portera au pouvoir, tous deux, surgissent au moment de la décadence d'un ordre ancien, en construisent un nouveau et élargissent les limites de "empire. Mais, contrairement à ce qui se passa pour Youssef Ben Tachfine, le fils d'abdelmoumen. Abu Yacoub, et surtout son petit fils Yacoub el Mansour, poursuivirent son œuvre. Ce n'est qu'après que l'empire Almohade subit le sort de l'empire Almoravide, ouvrant la voie à la dynastie des Mérinides. Vers 1100, apparut, dans les montagnes du Haut Atlas un homme étrange, petit, difforme, mais d'une rare intelligence, d'une grande volonté, et comme le rapportent les chroniqueurs, d'une force morale Irrésistible : Mahdi Ibn Tumart (2). Au nom d'une doctrine religieuse, unita're, apurée, la doctrine Almohade qui tire son nom d'une conception stricte de l'unité divine, selon laquelle Dieu n'est qu'esprit, Ibn Tumart partit en guerre contre le malékisme étroit des almoravides, mais aussi contre leurs mœurs relâchées. Il '~lii" â sa cause les Masmouda du sud, une des plus anciennes tribus du Maroc, pour lesquels il personnifia vite la foi, et dont il sut aussi utiliser la révolte ethnique contre les sanhadjas du désert qui avaient construit l'emp're almoravide. Pour parfaire ses connaissances, Mahdi Ibn Tumart partit pour l'espagne, vécut â Cordoue, et, d'alméria s'embarqua pour l'orient, où il se mit â l'école des grands maitres musulmans notamment Abu Bakr At Turtusi. De retour au Maghreb, il commença immédiatement â prêcher sa doctrine dans les mosquées et dans les rues L'accueil qu'il reçut n'entrava pas son action réformatrice. Il fut expulsé de 'J _ 17

20 Mahdia, de Tunis, de Constantine, de Bougie, de Tlemcen, d'oujda, de Guercif, de Fès, de Meknès, de Salé. LA PROGRESSION DU MAHDI Vers 1117 à Bougie, il rencontra par hasard le jeune fils d'un potier, Ali Ben Abdelmoumen, qu'il s'attacha et qui devint son discipline préféré, Il arriva en 1121 avec son petit groupe à Marrakech, la capitale. Mis en présence d'ali Ben Yusuf. fils de Youssef Ben Tachfine, il refusa de le saluer et lui fit des remarques désobligeantes sur son comportement et ses méthodes de gouvernement. Au cours de joutes oratoires et religieuses, il l'emporta à deux reprises sur les fquihs du Sultan, qui, comprenant que l'adoption de la doctrine d'ibn Toumart réduirait leur Influence, l'importance de premier plan qu'ils avaient acquise à la Cour et porterait également atteinte à leurs intérêts, réclamérent son expulsion. Le sultan se laissa facilement convaincre d'autant plus qu'ibn Tumart en prêchant provoquait de multiples incidents dans la capitale et s'en était pris directement à la sœur du roi, Soura, qu'il avait rencontrêe avec ses suivantes dans les rues, sans voile et qu'il avait réprimandée, Ibn Tumart se réfugia quelque temps dans un cimetière, puis comprit que l'air de Marrakech lui était décidément malsain. Il regagna alors son village natal Tinmel qu'il organisa en camp militaire, entrainant ses Masmouda, et en centre religieux, qui devint vite un lieu de pélerinage. LA DEFAITE D'AL BUHAYRA Vers 1130, Ibn Tumart lança son armée à l'assaut de Marrakech après avoir enlevé Aghmat. Les Almohades arrivérent brusquement à une porte de la ville et passèrent à l'attaque. Ce fut une surprise complète et il y eut de nombreuses victimes. Ali Ben Yusuf faillit être l'une d'elles. Puis, les Almohades se retranchèrent au lieu dit AI Buhayra et s'emparèrent des silos communautaires qui s'y trouvaient. D'avril 1130, aux e;'lvirons de juin, ils 18 _ y tinrent la ville 40 jours Mais des renforts almoravides venus du Gharb les prirent sur leurs revers. Leurs fantassins et leurs 300 cavaliers n'y résistèrent pas. 115 n'évitèrent un désastre complet que grâce à la pluie, qui grossissant soudain les eaux de l'oued Issil les isola sur l'autre rive et leur permit de regagner de nuit la montagne. Mais leurs pertes étaient énormes et 5 membres de leur conseil des 10 étaient restés sur le terrain Mahdi Ibn Tumart ne devait pas survivre à cet échec il mourut en août 1130 après avoir organisé la montagne et les tribus contre les almoravides détestés et confié le commandement à Abdelmoumen, car, comme il l'avait dit au retour de la défaite d'ai Buhayra rien n'est perdu puisque Abdelmoumen est vivant» LA TETE DANS LES PLEIADES Abdelmoumen était un homme de génie : très instruit dans toutes les sciences s'entourant de lettrés et de savants, orateur, diplomate, organisateur né, courageux, infatigable, cruel, comme on l'était à l'époque, mais non Insensible, réaliste jusqu'au cynisme, clairvoyant et patient. Il avait, comme l'écrit Ibn Hallikan la tête dans les pléiades ", mais aussi les pieds dans la poussière ". Il comprit vite que Marrakech serait difficile à prendre. Hormis les troupes almoravides, elle était également défendue par une milice chrétienne, commandée par le célébre général Reverter. Recrûtées en Catalogne et en France méridionale, ces milices étaient composées de mercenaires, qui obeissaient à leurs propres chefs, de leur nation et de leur religion, mais recevaient leur solde et leurs ordres du sultan. Ibn Khaldoun a longuement cherché à justifier leur emploi dans ses Prolégomènes. Abdelmoumen commença alors systématiquement la conquête des montagnes, et Colin a fait remarquer qu'il semble s'être intéressé à contrôler les gisements miniers, souci remarquable dans une période aussi troublée. En 15 ans, Abdelmoumen conquiet l'atlas, les oasis sahariennes, le nord du Maroc. Ali Ben Yussuf meurt en Son successeur Tachfin en Revertel', la même année. Sa milice est anéantie. Fès, Meknés, Salé, tombent Ceuta se soumet avec toute la flotte almoravide. Les Sanhadjas de Tisgart, qui occupaient alors la région des Doukkala envoient à Abdelmoumen un épi de blé et ce conseil : hâtes toi de venir mettre les mains sur le grain des Doukkala, avant qu'il n'entre à Marrakech sans quoi tu ne prendras jamais la capitale " 8 MOIS DE SIEGE 3 JOURS DE CARNAGE Exactement 16 ans après la défaite d'ai Buhayra, Abdelmoumen, à la tête de l'armée Almohade se présente devant les murailles de Marrakech, fait dresser sa tente rouge sur les hauteurs du Guéliz, et entreprend un siége qui devait durer plus de 8 mois, de juinfjuillet 1146 à mars La ville se défendit courageusement, mais le blocus devint trés vite pénible et la chronique marrakchie en a, 850 ans après, conservé le souvenir. Le Hulal parle de scénes d'horreur, d'une épouvantable famine. Avant de donner l'ordre d'attaquer, le 23 mars 1147, Abdelmoumen qui était sentimental fit dresser au lieu de sa première défaite, AI Bouhayra, le camp de la victoire -. D'après l'auteur des Hulal, une porte, celle d'aghmat fut livrée aux assaillants par la milice chrétienne assurée d'avoir la vie sauve. Le massacre et le pillage durèrent trois jours. Les victimes se comptèrent par milliers. La Casbah résista quelque temps sous les ordres d'une ieune fille Fannu aui fut tuée après 'avoir émerveillé les assaillants par sa bravoure. Tous les chefs Almoravides. le jeune sultan Ishaq, furent mis à mort. Marrakech prise, les Almohades s'accordèrent trois jours de réflexions, puis, Abdelmoumen se rappelant les enseignements de Mahdi Ibn Tumart sur la guerre sainte, mit fin au carnage, accorda la vie sauve aux habitants qui avaient été épargnés et sut respecter l'œuvre des almoravides, se sentant, comme le dit Henri Terrasse leur héritier autant que leur vainqueur -. Un biais habile fut trouvé : comme il fallait purifier " la ville, on ne fit que détruire les édifices religieux, prétendûment mal orientés vers la Qibla. Puis

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

Discours d'adieu prononcé par M. K.-O. Steffe à l'occasion de la réception donnée par M. Formentini au Personnel de la Banque, le 29. juin 1970.

Discours d'adieu prononcé par M. K.-O. Steffe à l'occasion de la réception donnée par M. Formentini au Personnel de la Banque, le 29. juin 1970. Discours d'adieu prononcé par M. K.-O. Steffe à l'occasion de la réception donnée par M. Formentini au Personnel de la Banque, le 29. juin 1970. Madame Formentini, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs,

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

5 TESTS RAPIDES A FAIRE

5 TESTS RAPIDES A FAIRE 5 TESTS RAPIDES A FAIRE Si vous résolvez le premier test, prière de m'effacer tout de suite de votre carnet d'adresse... TEST 1 Ceci est un vrai test psychologique.. C'est l'histoire d'une jeune fille.

Plus en détail

Osez parler en public

Osez parler en public Préface «La parole n a pas été donnée à l homme; il l a prise», nous dit Louis Aragon. J ajouterais: encore faut-il savoir comment la prendre. L outil que vous avez entre les mains vous propose un mode

Plus en détail

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Trente-troisième dimanche du temps ordinaire B livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 13, 24-32 Jésus parlait à ses disciples

Plus en détail

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade Reçu et transmis par Isabelle St-Germain Site internet : www.leveilalasource.con 819-475-1154 La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade est l unification de l Amour masculin,

Plus en détail

LA MORT ET LA VIE. Homélie du Jour de Pâques cathédrale de Strasbourg le 20 avril 2003. Chers Frères et Sœurs dans le Christ, Chers Amis,

LA MORT ET LA VIE. Homélie du Jour de Pâques cathédrale de Strasbourg le 20 avril 2003. Chers Frères et Sœurs dans le Christ, Chers Amis, LA MORT ET LA VIE Homélie du Jour de Pâques cathédrale de Strasbourg le 20 avril 2003 Chers Frères et Sœurs dans le Christ, Chers Amis, «Mors et vita duello conflixere mirando. Dux vitae mortuus regnat

Plus en détail

HOMELIE FETE IMMACULEE CONCEPTION ILE BOUCHARD

HOMELIE FETE IMMACULEE CONCEPTION ILE BOUCHARD 1 HOMELIE FETE IMMACULEE CONCEPTION ILE BOUCHARD 8décembre 2012 C est une joie de pouvoir célébrer la fête de l Immaculée Conception, particulièrement ici à l Ile Bouchard, en ce 8 décembre. Cette fête

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

Le TEST pour le surpoids :

Le TEST pour le surpoids : Le TEST pour le surpoids : Ce test initial va permettre de repérer les phrases qui vous concernent, et qui sont liées à un conflit spécifique. Ainsi on pourra retrouver rapidement et facilement les conflits

Plus en détail

Le comportement humain

Le comportement humain Le comportement humain " Qu'est-ce que le comportement? C'est une action visible ou invisible et qui se passe à un moment donné. Le comportement est la résultante de 3 éléments : - les besoins, - les caractéristiques

Plus en détail

Principes métaphysiques pour réussir dans la vie et dans les affaires (même en temps de crise)

Principes métaphysiques pour réussir dans la vie et dans les affaires (même en temps de crise) ALPHA INTERNATIONAL B.P 25531 ~ 34071 Montpellier Cedex 3 téléphone/fax : 04-67-78-29-43 e-mail : Assoalpha@aol.com Principes métaphysiques pour réussir dans la vie et dans les affaires (même en temps

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

I- Qu'est-ce que la Constante Macabre?

I- Qu'est-ce que la Constante Macabre? De la constante macabre à l évaluation par contrat de confiance Conférence d André ANTIBI le mercredi 28 novembre 2012 I- Qu'est-ce que la Constante Macabre? Situation de science-fiction : Un nouveau professeur

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Apprendrelaphotonumerique.com

Apprendrelaphotonumerique.com Le guide pour apprendre la photo facilement 1) Je me présente J'étais vraiment nul en photo. Pourtant, tout petit déjà, je savais que c'était ça que je voulais faire. J'étais tellement mauvais que je refusais

Plus en détail

Je dis «célébrer», car il s agit bel et bien d une célébration, d une fête, et d une fête à caractère religieux.

Je dis «célébrer», car il s agit bel et bien d une célébration, d une fête, et d une fête à caractère religieux. 1 Prédication de mariage de Ginette DARBOUX et de Roland OUFFOUE Mission libanaise, à Dakar Samedi 26 avril 2008 Pasteur Vincent BRU De l Eglise Réformée Evangélique (France) Chers frères et sœurs en Christ,

Plus en détail

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre ALEXANDRA WOOD LA ONZIÈME CAPITALE Traduit de l anglais par Sarah Vermande ouvrage publié avec le concours du centre national du livre maison antoine vitez répertoire contemporain La collection Répertoire

Plus en détail

Entretien réalisé avec des enfants de CM1-CM2. École du Lac de la Villeneuve de GRENOBLE (Classe de Jacqueline BASSET)

Entretien réalisé avec des enfants de CM1-CM2. École du Lac de la Villeneuve de GRENOBLE (Classe de Jacqueline BASSET) ELMO DES ENFANTS... EN PARLENT Nous incitons de mille manières nos enfants à lire. Nous tentons de nous montrer psychologues en tenant compte de leurs manières de choisir, de leur goût, des aides dont

Plus en détail

Plan. Introduction. Les types du divorce. Les causes du divorce. Les conséquences du divorce. «L'important dans le divorce, c'est ce qui le suit.

Plan. Introduction. Les types du divorce. Les causes du divorce. Les conséquences du divorce. «L'important dans le divorce, c'est ce qui le suit. 1 LE DIVORCE Plan Introduction Les types du divorce Les causes du divorce 2 Les conséquences du divorce Statistiques Conclusion «L'important dans le divorce, c'est ce qui le suit.» Introduction Mettre

Plus en détail

Affirmations de Louise HAY

Affirmations de Louise HAY Affirmations de Louise HAY C est par des affirmations positives quotidiennes que nous pouvons parvenir à transformer notre vie. Et pour cela, il est bon de répéter le plus souvent possible ces affirmations

Plus en détail

PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6. www.conceptpasserelles.com

PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6. www.conceptpasserelles.com PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6 www.conceptpasserelles.com 2 ème Intervention : Dieu, moi, et le sens de la vie 1 Genèse 1.1-4, 26, 28, 31 ; 2.15-17 Bienvenue à chacun

Plus en détail

Darshan de Sri Bhagavan avec Singapour, Malaisie et le Vietnam, le 26 Juillet, 2014

Darshan de Sri Bhagavan avec Singapour, Malaisie et le Vietnam, le 26 Juillet, 2014 Darshan de Sri Bhagavan avec Singapour, Malaisie et le Vietnam, le 26 Juillet, 2014 Q1. Cher Sri Bhagavan comment peut-on élever son niveau de conscience de richesse, afin de recevoir un flux continu de

Plus en détail

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ?

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? Ce n est pas juste un petit bébé qui a été perdu. C est une vie au complet qui ne sera pas vécue. Contrairement aux idées véhiculées dans la société, le

Plus en détail

INTERVIEW D'UN CHERCHEUR PAR DES ELEVES DU CYCLE 3

INTERVIEW D'UN CHERCHEUR PAR DES ELEVES DU CYCLE 3 INTERVIEW D'UN CHERCHEUR PAR DES ELEVES DU CYCLE 3 D'après le travail réalisé en 1996 pour son mémoire professionnel par Fabienne MARILL, professeur d'école. 1 Interview du chercheur par les C.E. 2 de

Plus en détail

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire Enseignement : INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 2 : CONCEPTS, METHODES, ET ENJEU ACTUELS Excellent Bon Moyen Insuffisant Comment évaluez-vous la préparation et l'organisation des séances? 6 (30%) 11 (55%)

Plus en détail

En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel

En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel de Martonne à Laval. Plusieurs clubs Lecture de la

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail

Les documents d évaluation

Les documents d évaluation Les documents d évaluation Ils sont une aide pour les équipes pédagogiques dans leur volonté d évaluer leurs actions. Ils pourront être complétés et adaptés selon les besoins. Les documents à remplir par

Plus en détail

1ère séance : Jésus m'invite! - samedi 22 septembre 2012

1ère séance : Jésus m'invite! - samedi 22 septembre 2012 1ère séance : Jésus m'invite! - samedi 22 septembre 2012 Samedi 22 septembre 2012 10h15 à 12h00 Rencontre d'éveil à la foi pour l'enfant avec un de ses parents. Avant la séance : préparer la salle : 1

Plus en détail

Peut-on être sans péché (ne plus jamais pécher)?

Peut-on être sans péché (ne plus jamais pécher)? Peut-on être sans péché (ne plus jamais pécher)? Guillaume B. 2014-2015 Chaque chrétien s'est déjà probablement demandé s'il était normal, après avoir reçu la foi en Jésus-Christ, de pécher, et de continuer

Plus en détail

Évangiles (N bleus pages 35 à 42)

Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles pages 1/5 N 12 Matthieu 28, 18-20 Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu Au temps de Pâques, Jésus ressuscité adressa ces paroles aux Apôtres : «Tout

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

Évangile Lu Ma Me Je Ve Sa Di Édito, Manière de..., Au coeur du monde

Évangile Lu Ma Me Je Ve Sa Di Édito, Manière de..., Au coeur du monde du lundi 11 au dimanche 17 février 2013 n 221 > vers le 1er dimanche de Carême Évangile Lu Ma Me Je Ve Sa Di Édito, Manière de..., Au coeur du monde vers Dimanche n 221 www.versdimanche.com page 1/21 Évangile

Plus en détail

Guide du parent accompagnateur. Préparation à la Confirmation. Guide d animation Partie III : Annoncer

Guide du parent accompagnateur. Préparation à la Confirmation. Guide d animation Partie III : Annoncer Guide du parent accompagnateur Préparation à la Confirmation Guide d animation Partie III : Annoncer 2 Partie III : Annoncer (Parents/jeunes à la maison) Semaine #9 : (à la maison) Nous faisons un retour

Plus en détail

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs, Notes pour l allocution de Simon Brault, FCPA, FCGA, lauréat du Prix Hommage 2015 À l occasion de la Soirée des Fellows 2015 Hôtel Westin Montréal, le samedi 9 mai 2015 Monsieur le Président de l Ordre,

Plus en détail

ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE

ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE Travailler- en- Suisse.ch ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE A lire absolument si vous voulez avoir une approche professionnelle sur le marché

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012. TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre

Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012. TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012 TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre En partant de Sibérie, j avais considéré mon journal fini.

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT?

COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT? COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT? Afin de vous éviter de vains efforts et pour vous épargner de précieuses heures de travail, voici quelques conseils qui guideront votre préparation. Travailler avec régularité

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Les démons de Deming

Les démons de Deming Les démons de Deming Le gourou du management pense que les entreprises américaines démotivent complètement leur personnel The Wall Street Journal, 1er juin 1990 Si vous demandez à W. Edwards Deming ce

Plus en détail

«L'Homme et l'argent»

«L'Homme et l'argent» Extraits choisis du livre : «L'Homme et l'argent» De Jacques Elul La fuite de l'homme dans le système pour éviter la question personnele Concernant l'argent tout se passe comme si chacun n'avait absolument

Plus en détail

1/Souligne ce que tu as ressenti pendant le film. (nombre d avis) 2/ Entoure tes personnages préférés. Qu est ce que tu aimes en eux?

1/Souligne ce que tu as ressenti pendant le film. (nombre d avis) 2/ Entoure tes personnages préférés. Qu est ce que tu aimes en eux? Réponses au questionnaire ludique par de 2 classes de CM1/CM2 de Courtoiville (35) Suite à la projection durant la Biennale de l égalité 2011 à Saint-Malo. 1/Souligne ce que tu as ressenti pendant le film.

Plus en détail

Créer un Profil de l apprenant

Créer un Profil de l apprenant Créer un Profil de l apprenant Notes à l enseignant... 5 Outil n o 1 : Profil de l apprenant... 7 Outil n o 2 : Exemple de table des matières du Profil de l apprenant... 8 Outil n o 3 : Cher enseignant

Plus en détail

MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE AU NOM DE TOUS LES MIENS. Par l auteur de. Entretiens avec. l aube. Mélanie Loisel.

MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE AU NOM DE TOUS LES MIENS. Par l auteur de. Entretiens avec. l aube. Mélanie Loisel. MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE Ma vie en partage Entretiens avec Mélanie Loisel AU NOM DE TOUS LES MIENS Par l auteur de l aube Avant-propos Vivre, c est savoir pourquoi l on vit. Pourquoi a-t-il voulu

Plus en détail

Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie

Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie Reprendre vos pouvoirs, c est en fait reconnaître les capacités que votre divin Créateur vous a données à votre naissance. Tout être humain est

Plus en détail

Préparation pour la garderie et l école

Préparation pour la garderie et l école 135 Chapitre14 Préparation pour la garderie et l école Dans certaines communautés, il y a des endroits où l on prend soin des enfants pendant que leurs parents travaillent. Ce sont généralement des écoles

Plus en détail

Survies. 20 portraits et témoignages de personnes victimes d un accident de la route. Une exposition de Catherine Cabrol

Survies. 20 portraits et témoignages de personnes victimes d un accident de la route. Une exposition de Catherine Cabrol 20 portraits et témoignages de personnes victimes d un accident de la route Une exposition de Catherine Cabrol 03 Note d intention «Tour à tour automobiliste, motarde, cycliste ou piétonne, je pense à

Plus en détail

Plus de méditations. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande

Plus de méditations. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande Plus de méditations «Ce que je vous commande, c est de vous aimer les uns les autres» Saint Jean emploie à plusieurs reprises cette expression, on la retrouve par exemple dans Jean 13, 34-35 : «Je vous

Plus en détail

ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR

ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR Activités éducatives pour les 8 à 9 ans ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR HABILETÉS FINANCIÈRES ÉPARGNER UTILISER UN COMPTE DANS UNE INSTITUTION FINANCIÈRE FAIRE UN BUDGET SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Apprendre

Plus en détail

Lumière Noire 23/10 24/10

Lumière Noire 23/10 24/10 Lumière Noire 23/10 Je m appelle Loreley, j ai 22 ans. C est ici que commence mon journal. Je fais partie de ces gens qu on classe dans les populations «minoritaires». Je ne suis pas lesbienne, je ne suis

Plus en détail

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le Chapitre 1 être Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le monde, de nombreux salariés français souffrent réellement au sein des entreprises qui les emploient. Ce n est pas juste une question de

Plus en détail

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio.

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Mode d emploi du cours audio REUSSIR Tout d abord, félicitations pour l achat de ce cours et pour la décision

Plus en détail

Évangile Lu Ma Me Je Ve Sa Di Édito, Manière de..., Au coeur du monde, A la maison

Évangile Lu Ma Me Je Ve Sa Di Édito, Manière de..., Au coeur du monde, A la maison du lundi 4 au dimanche 10 janvier 2016 n 372 > vers le baptême du Seigneur Évangile Lu Ma Me Je Ve Sa Di Édito, Manière de..., Au coeur du monde, A la maison vers Dimanche n 372 www.versdimanche.com page

Plus en détail

JEU DE QUESTIONS ET RÉPONSES

JEU DE QUESTIONS ET RÉPONSES JEU DE QUESTIONS ET RÉPONSES Question posée Réponses lors de l'université d'été de EDE, 01/09/2012 à Grésillon Autres réponses possibles? 1/ Vous êtes candidats du parti espéranto, et vous proposez qu'on

Plus en détail

Elève en terminale scientifique, 2012-2013, lycée Yousssouna Bamana. Impressions à la mi-septembre, Faculté de médecine, Angers

Elève en terminale scientifique, 2012-2013, lycée Yousssouna Bamana. Impressions à la mi-septembre, Faculté de médecine, Angers Elève en terminale scientifique, 2012-2013, lycée Yousssouna Bamana Impressions à la mi-septembre, Faculté de médecine, Angers Bachir-Ahmed AHMED Bonjour, je vais vous relater ce que moi j appel : «le

Plus en détail

COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE

COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE Comment réagir si vous Comment réagir si vous Comment réagir si vous Comment réagir si vous ne savez pas quelque chose en stage éprouvez des

Plus en détail

Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU. Observatoire de La Vie Etudiante

Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU. Observatoire de La Vie Etudiante Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU Observatoire de La Vie Etudiante 1. Présentation 1. Dispositif : DAEU & Pré-DAEU - DAEU : Diplôme d Accès aux Études Universitaires, un équivalent

Plus en détail

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika UN AN EN PROVENCE ČECHOVÁ Veronika Depuis mon enfance, j ai eu un grand rêve. De partir en France et d apprendre la plus belle langue du monde. Grâce à ma professeur de français, Mme Drážďanská, qui m

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

Douleur, souffrance, démence et fin de vie

Douleur, souffrance, démence et fin de vie Douleur, souffrance, démence et fin de vie Qu est ce que la douleur? Différence entre douleur et souffrance La souffrance serait morale et la douleur physique La douleur serait locale et la souffrance

Plus en détail

Près d un Canadien sur 5 craint sérieusement de ne pas être admissible à une assurance-santé privée. *

Près d un Canadien sur 5 craint sérieusement de ne pas être admissible à une assurance-santé privée. * ? Près d un Canadien sur 5 craint sérieusement de ne pas être admissible à une assurance-santé privée. * À quel point vous inquiétez-vous que votre état de santé actuel ait une incidence sur votre capacité

Plus en détail

Entretien avec Nathalie Baye

Entretien avec Nathalie Baye Entretien avec Nathalie Baye Comment s est déroulée votre rencontre avec Claire Simon? La rencontre a d abord eu lieu via le travail de Claire. Il y a très longtemps, j avais vu un documentaire à la télévision

Plus en détail

Les risques en aéronautique, une réalité

Les risques en aéronautique, une réalité MENTALPILOTE.COM Les risques en aéronautique, une réalité En tant que pilote vous êtes davantage vulnérables si vous n êtes pas conscient des dangers qui vous menacent, et la prévention commence par l

Plus en détail

ADULTERES.ORG EDITO. ZOOM : Témoignages. Magazine extra-conjugal

ADULTERES.ORG EDITO. ZOOM : Témoignages. Magazine extra-conjugal ADULTERES.ORG EDITO Magazine extra-conjugal Les sites adultères contre la morale? Est-il moral de proposer des services qui facilitent l'infidélité? Une approche dédramatisée de l'infidélité Pour une vision

Plus en détail

Accueil dans la joie. Entrée des Invités Canon de Johann PACHELBEL. Entrée de Roland Marche des Fiançailles de Richard WAGNER

Accueil dans la joie. Entrée des Invités Canon de Johann PACHELBEL. Entrée de Roland Marche des Fiançailles de Richard WAGNER Accueil dans la joie Entrée des Invités Canon de Johann PACHELBEL Entrée de Roland Marche des Fiançailles de Richard WAGNER Entrée de Sandra Aria de la suite en ré majeur de Jean Sébastien BACH Accueil

Plus en détail

RÉSUMÉ HUIT CLOS JEAN-PAUL SARTRE (1944)

RÉSUMÉ HUIT CLOS JEAN-PAUL SARTRE (1944) RÉSUMÉ HUIT CLOS JEAN-PAUL SARTRE (1944) Huit clos est une pièce de théâtre de Jean-Paul Sartre, dont la première représentation a eu lieu en 1944. Le récit se déroule en enfer, il prend ici la forme d

Plus en détail

Écoutez, j ai 65 dossiers comme elle à gérer, j ai peu de temps pour chacun,

Écoutez, j ai 65 dossiers comme elle à gérer, j ai peu de temps pour chacun, Auxiliaires de Vie? Lorsque j ai commencé à soigner Joséphine, elle était déjà sous tutelle. La mise sous tutelle est là pour protéger et représenter juridiquement une personne, quand celle-ci n est plus

Plus en détail

Que savons-nous de la Bible?

Que savons-nous de la Bible? [ Cours téléchargé depuis www.croire-en-dieu.net ] Introduction Leçon 1 Que savons-nous de la Bible Introduction Parmi les questions importantes que les êtres humains se posent en ce qui concerne leur

Plus en détail

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part...

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... - Collection Littérature humoristique - Retrouvez cette oeuvre et beaucoup d'autres sur http://www.atramenta.net 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place?

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place? Université à l étranger: Université Nationale de La Plata Semestre/Année de séjour : Semestre 1/ 2012/2013 Domaine d études : Etudes européennes L accueil : QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT Comment avez-vous

Plus en détail

La concordance des temps à l indicatif

La concordance des temps à l indicatif LA DES TEMPS À L INDICATIF LA CONCORDANCE POSTÉRIORITÉ DES TEMPS 1 La concordance des temps à l indicatif La concordance des temps à l indicatif La postériorité Comme nous l avons déjà vu, lorsque l événement

Plus en détail

Que dit-on sur les pauvres aujourd'hui? Dans quoi on les enferme?

Que dit-on sur les pauvres aujourd'hui? Dans quoi on les enferme? Intervention de Martine Le Corre, militante d'atd Quart Monde aux Rencontres de Montreuil en hommage à Geneviève de Gaulle Anthonioz pour son entrée au Panthéon, en mai 2015 Résistance d hier, résistance

Plus en détail

Et pourtant, pourtant quelle puissance vit en moi, quelle puissance tu as pour moi!

Et pourtant, pourtant quelle puissance vit en moi, quelle puissance tu as pour moi! 1 Lecture : Ephésiens 4 : 17-32 N attristez pas le St Esprit. Bonjour Cher Saint Esprit J ai décidé de prendre ma plus belle plume, plus exactement le clavier de mon ordinateur, pour t écrire une lettre,

Plus en détail

Il n y a pas de personne sur cette terre qui n ait été un jour percutée de plein fouet par cette phrase terrible : ARRÊTE DE RÊVER!

Il n y a pas de personne sur cette terre qui n ait été un jour percutée de plein fouet par cette phrase terrible : ARRÊTE DE RÊVER! Il n y a pas de personne sur cette terre qui n ait été un jour percutée de plein fouet par cette phrase terrible : ARRÊTE DE RÊVER! Cette phrase est assassine parce qu elle tue le meilleur de nous-même

Plus en détail

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui»

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Conférence-débat dans le cadre de la plate-forme «Ecole Lien». Aquascope-Virelles, le 23 mai 2013 Le point de départ : un constat. Aujourd

Plus en détail

Renforcer votre engagement à changer

Renforcer votre engagement à changer RENFORCER VOTRE ENGAGEMENT À CHANGER PROGRÈS RÉALISÉS DEPUIS L ÉTAPE PRÉCÉDENTE Posez-vous les questions suivantes avant d aborder le deuxième sujet : 1. Est-ce que vous atteignez votre but de traitement?

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

JEAN-RENE HUGUENIN JOURNAL. Préface de François Mauriac

JEAN-RENE HUGUENIN JOURNAL. Préface de François Mauriac JEAN-RENE HUGUENIN JOURNAL Préface de François Mauriac Si Jean-René Huguenin avait vécu, si le temps avait été donné à l'auteur de La Côte sauvage pour écrire l'œuvre que ce premier livre annonçait, et

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Petits malheurs de la vie quotidienne

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Petits malheurs de la vie quotidienne ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B1 Petits malheurs de la vie quotidienne Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - un document support Auteurs-concepteurs : Stéphanie Bara,

Plus en détail

Questionnaire de Conclusion

Questionnaire de Conclusion Lumière(s) Des Nations 1 Centre de formation de serviteurs de Dieu pour les pays francophones Cours N 50 Questionnaire de Conclusion S Claude PAYAN - 1 - Chers frères et sœurs, En conclusion de cette série

Plus en détail

Commentaires pour le premier trimestre

Commentaires pour le premier trimestre Commentaires pour le premier trimestre Elèves en progrès Après un début d année décevant,. semble s être ressaisi. Ses résultats sont convenables dans la Maîtrise de la Langue voire satisfaisants en Mathématiques.

Plus en détail

Synopsis «Cent Jours»

Synopsis «Cent Jours» Synopsis «Cent Jours» Résumé Cette œuvre est un fidèle reflet de la réalité, puisqu il peut s assimiler à un journal intime, un polaroïd de ma réflexion de femme de 33 ans, mariée et enceinte de son troisième

Plus en détail

Violence conjugale vécue par les aînées 1

Violence conjugale vécue par les aînées 1 Violence conjugale vécue par les aînées 1 7 À ce jour, l intervention en matière de violence La violence psychologique, conjugale auprès des femmes aînées a été peu abordée. «Ça fait son chemin et ça On

Plus en détail

Dorante est personnage d intrigue, le complice du piège organisé par Covielle et Cléonte. Il manipule les autres.

Dorante est personnage d intrigue, le complice du piège organisé par Covielle et Cléonte. Il manipule les autres. FICHE 8 STATUE DE PERSONNAGE Vous trouverez, ci-dessous, le résumé de l intrigue de la pièce Le Bourgeois Gentilhomme de Molière. Avant d aborder l exercice de Statue de personnage, il serait bon de connaître

Plus en détail

«La notion de stratégie d apprentissage»

«La notion de stratégie d apprentissage» fiche pédagogique FDLM N 373 / EXPLOITATION DES PAGES 24-25 PAR PAOLA BERTOCHINI ET EDVIGE COSTANZO «La notion de stratégie d apprentissage» PUBLIC : FUTURS ENSEIGNANTS EN FORMATION INITIALE ET ENSEIGNANTS

Plus en détail

Mais ce n est intéressant que si tu passes à l action Cliquez ici pour aller plus loin

Mais ce n est intéressant que si tu passes à l action Cliquez ici pour aller plus loin C est cadeau! Mais ce n est intéressant que si tu passes à l action Cliquez ici pour aller plus loin Ma Hijra au Maroc : point d étape après 8 mois Je vous avais promis de vous parler de ma nouvelle vie

Plus en détail

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR LE NIVEAU ÉLÉMENTAIRE Avent Année B Une grande AVENTure Semaine 1 Seigneur Jésus, le temps de l Avent est un chemin, une aventure, que nous faisons en ta compagnie pour bien nous

Plus en détail

Zoom sur... L'AIDE A DOMICILE. Au sommaire de ce numéro 11. Pour vous et chez vous,

Zoom sur... L'AIDE A DOMICILE. Au sommaire de ce numéro 11. Pour vous et chez vous, Zoom sur... L'AIDE A DOMICILE Pour vous et chez vous, Un service d'aide et d'accompagnement lors de difficultés passagères de la vie quotidienne. Au sommaire de ce numéro 11 L'intervention à domicile et

Plus en détail

SEMAINE 1 23 FÉVRIER AU 1 MARS. Texte de Colossiens à lire. Sujets de prière pour la semaine

SEMAINE 1 23 FÉVRIER AU 1 MARS. Texte de Colossiens à lire. Sujets de prière pour la semaine GUIDE PROTÉINÉ SEMAINE 1 23 FÉVRIER AU 1 MARS Texte de Colossiens à lire Colossiens 1.111 (Lisez ce passage chaque jour de la semaine, c est la meilleure manière de l apprendre par cœur) Sujets de prière

Plus en détail