L'assurance. Des outils pour combler adéquatement les besoins de vos clients. L'assurance des PMe 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'assurance. Des outils pour combler adéquatement les besoins de vos clients. L'assurance des PMe 1"

Transcription

1 L'assurance des PME Des outils pour combler adéquatement les besoins de vos clients L'assurance des PMe 1

2

3 sommaire 4 Le coût de l assurance au cœur des préoccupations des PME 6 Des besoins primaires à ne pas reléguer au second plan 8 Sinistres : bien prévenir pour mieux guérir 10 Le succès au bout des doigts 12 S inspirer du passé pour bâtir l avenir L'assurance des PMe 3

4 Le coût de l assurance au cœur des préoccupations des PME Au milieu des années 2000, de fortes hausses des primes avaient affecté sérieusement certaines entreprises. David Santerre Même si elles sont à peu près toutes de très petite taille, elles emploient la moitié des travailleurs du Québec et représentent la moitié du PIB de la province. Il est donc manifeste que les PME du Québec représentent un marché considérable pour les assureurs et courtiers du Québec. Et c est un bassin de clients à soigner, car l assurance, et surtout ses coûts, sont au cœur des préoccupations des entrepreneurs. La PME du Québec, selon sa définition employée par la Fédération canadienne de l entreprise indépendante (FCEI), compte de un à 499 employés. 4 L'assurance des PME

5 Les deux tiers des entreprises québécoises répertoriées par la FCEI comptent moins de dix employés et la moitié embauche moins de cinq travailleurs. Sachez également que 63 % ont des revenus annuels de moins de $. Des membres que compte la FCEI au Québec, 20 % œuvrent dans le secteur du commerce de détail, 15 % dans le secteur manufacturier, 13 % dans les services personnels, 10 % dans la construction, alors qu une multitude de secteurs se partagent la balance. On le sait depuis quelques années : les temps sont durs pour les petits et moyens entrepreneurs du Québec. Il y a de moins en moins d entrepreneurs au Québec, note Martine Hébert, vice-présidente pour le Québec de la FCEI. «Nos PME engrangent 20 % des revenus de PME canadiennes, mais 40 % des faillites de PME sont au Québec», souligne-t-elle. Il y a plusieurs raisons qui expliquent ce déclin entrepreneurial, mais les coûts d exploitation très élevés y sont pour quelque chose. «Nous publions chaque mois un baromètre de l optimisme et du pessimisme des entrepreneurs du Québec. Selon nos résultats d octobre, quand on pose la question à nos membres, à savoir d où viennent les principales pressions relatives aux coûts d exploitation dans leur entreprise, 59 % répondent les coûts du carburant, ensuite les charges salariales, puis les coûts fiscaux et réglementaires, et tout juste derrière, le coût des assurances, dans 36 % des cas. Donc le quatrième rang sur une dizaine de facteurs», explique Martine Hébert. Le coût des assurances est donc placé loin devant les coûts d emprunt, le coût des intrants, du matériel et des technologies. Ce n est pas peu dire. «Il y avait une diminution de cette préoccupation jusqu en avril dernier, et ça a tendance à remonter depuis», poursuit-elle. Elle rappelle qu au milieu des années 2000, de fortes hausses des primes avaient affecté sérieusement certaines entreprises. Mais aujourd hui, même si le coût des assurances représente une importante préoccupation pour les PME, Mme Hébert note que les entrepreneurs ont cependant peu à redire sur le travail et les services rendus par leurs courtiers, qu ils voient comme un partenaire d affaire qui peut aider leur entreprise à croître en évitant les accidents de parcours. «On incite nos membres à bien s assurer, à bien se faire conseiller. Mettez-vous dans la peau d un petit garagiste : ce n est pas simple, la paperasse d assurance. Il y a des avocats qui passent leur vie à débattre et à analyser des clauses d assurance. Imaginez-vous alors ce que ça représente pour un boulanger dont ça n est pas le métier. ( ) On conseille aussi à nos membres de préparer un budget annuel dédié à l assurance plutôt que de simplement magasiner la meilleure prime à chaque année», indique-t-elle. Une des seules plaintes récurrentes dont lui font part des membres de la FCEI concernant l assurance, c est «le dirigisme des assureurs vers certains carrossiers» lorsque surviennent des accidents de la route. Les carrossiers aimeraient que les propriétaires de voitures puissent choisir le réparateur de leur choix, ce qui serait selon eux plus équitable. «Les carrossiers nous appellent quelques fois par année pour se plaindre de ça», conclut Martine Hébert. Précisons toutefois en terminant qu en bout de ligne, c est toujours le client qui décide de l entreprise avec laquelle il fera affaire. n L'assurance des PMe 5

6 Des besoins primaires à ne pas reléguer au second plan Des exemples qui en disent long sur les détails à ne pas négliger et les situations à considérer lorsque vous assurez des PME. Assurer des dépanneurs, des restaurants, des concessionnaires automobiles, de petites usines Quand votre portefeuille de clients en PME prend une certaine importance, il devient facile David Santerre de tomber dans la routine, d ouvrir de nouveaux comptes et de renouveler des polices un peu machinalement. Mais c est parfois dans les détails les plus élémentaires de la police que se cachent les plus grandes lacunes dans les polices d assurance. Et il faut être vigilant pour chaque client, comme si c était notre premier. Avoir la certitude que les biens de nos clients sont assurés pour le bon montant par exemple. Une évidence, non? Et pourtant, tout n est pas gagné sur ce front. «Je me souviens d un commerce en équipement de cuisine qui était assuré pour $, la valeur de son inventaire, disait-il. Je lui ai demandé s il passait au feu, combien ça lui coûterait pour se rééquiper d étalages, de réfrigérateurs, de caisses enregistreuses. Juste pour ça, il en avait pour $. On a refait son inventaire 6 L'assurance des PME

7 et il y en avait pour $. Il était assuré pour moins de la moitié de sa valeur, et dans son contrat, il y avait une belle règle proportionnelle de 90 %. S il avait subi un sinistre partiel, il aurait eu 50 % seulement», décrit Sylvain Ricard, courtier chez Assurancia Venne et fille, dans Lanaudière. «Une étude a démontré que les entreprises étaient en moyenne sous-assurées de 40 %», note Jean-Pierre Bonneville, directeur de la prévention des sinistres chez Intact Assurance. Son collègue Louis Harpin, vice-président, Assurances des entreprises, rappelle que le coût de reconstruction d un immeuble n évolue pas au fil des ans en suivant l inflation, mais bien au-delà de cette courbe, notamment à cause de la hausse des coûts de la main-d œuvre. Cela doit se refléter dans le montant déclaré d une bâtisse. Comme on le dit, le diable est souvent dans les menus détails. Un de ceux auxquels doivent penser les courtiers, surtout avec de petits commerces, ce sont les différentes réglementations municipales. «Il faut penser que si une municipalité change sa réglementation, par exemple sur la distance minimale entre la rue et un bâtiment, et qu après un sinistre, perdant son droit acquis, un commerçant doit reculer ses fondations, ce qui occasionne des coûts supérieurs à la valeur du sinistre. Il lui faut une protection pour ça. En négociant bien, certains assureurs vont même donner gratuitement cette protection», signale M. Ricard. Autre produit assez jeune dans monde de l assurance selon M. Harpin, auquel il devient impératif de penser en tant que courtier une fois les bâtiments et la responsabilité civile réglés, c est l assurance responsabilité civile des administrateurs et dirigeants. À plus forte raison dans les PME au comité de direction un tant soit peu structuré. Les administrateurs et dirigeants d entreprises peuvent être poursuivis à titre personnel, car ils sont tous solidaires en cas d insuffisance de fonds dans l entreprise lors du paiement pour l exécution d un jugement. «Si un dirigeant de PME est poursuivi et qu il en coûte $ de frais de défense, ça peut affecter la continuité des activités et placer l entreprise en mauvaise posture. Si ça dure longtemps en Cour et qu il y a condamnation d un administrateur ne bénéficiant pas de cette couverture pour un montant plus élevé que la valeur de l entreprise, il faut vendre. Et ensuite, on va directement dans les poches des administrateurs. Il y a encore du travail à faire. C est une matière complexe à expliquer», affirme M. Harpin. Tout ça sans compter sur la mondialisation, qui ajoute tout un lot de préoccupations pour les courtiers œuvrant auprès d entreprises qui importent, exportent, ou s implantent à l étranger. Si un client exporte, particulièrement aux États-Unis où les condamnations pour dommages causés par un produit peuvent être faramineuses, le courtier devra s assurer que l entrepreneur qu il protège disposera de montants suffisants en responsabilité civile. «Je me souviens du cas d un entrepreneur d ici qui remontait des moteurs électriques récupérés chez un ferrailleur, et les exportait aux USA où ces moteurs étaient utilisés pour faire fonctionner des pompes qui envoyaient de l air à des mineurs sous terre. Il voulait s assurer pour $. On a choisi de ne pas le prendre comme client, car pour le servir adéquatement, il lui aurait fallu une protection d au moins quelques millions», se remémore Alain Lessard, Premier vice-président, Assurance des entreprises, chez Intact Assurance. Quant aux entrepreneurs faisant de l importation de produits, ils doivent savoir qu ils acceptent de prendre la responsabilité du manufacturier à la place de l entreprise qui les a réellement fabriqués. L importateur peut ensuite se retourner en cas de condamnation contre le fabricant dans son pays. Mais bonne chance si c est en Chine, où c est presque mission impossible. Et la nature des produits importés est elle aussi de nature à faire peur aux assureurs. Il y a aussi ceux qui érigent des bâtiments à l étranger où ils y installent des employés. Il faut bien faire comprendre à ces sociétés qu elles devront s assurer auprès des assureurs des pays où elles s installent. Elles doivent aussi savoir, aux États-Unis par exemple, qu elles ne peuvent espérer faire travailler un employé sans lui fournir une assurance santé et sécurité au travail privée. Ce dont on ne se soucie pas chez nous. Encore de gros sous à ajouter au montant de la prime d assurance. De là l importance pour les courtiers d ici d établir un réseau d entraide avec d autres courtiers, dans d autres pays. n L'assurance des PMe 7

8 Sinistres : bien prévenir pour mieux guérir Le courtier ou l agent d assurance d aujourd hui ne doit pas se contenter d être un simple «vendeur». Il doit désormais penser comme s il était lui-même un associé dans l entreprise qu il assure, soucieux de la voir progresser. L implication du courtier fera toute la différence si un jour son client propriétaire d une PME doit affronter les nombreuses conséquences d un sinistre. Conseils pratiques avec exemples à l appui. David Santerre Ainsi, en plus de la barder de toutes les couvertures possibles qui lui permettront d être indemnisée pour tout éventuel sinistre, il doit aussi l aider à les éviter, ces sinistres. «Un salon de coiffure ou un petit restaurant qui ne sont pas bien assurés ou conseillés, ils peuvent faire faillite en deux temps trois mouvements. Ce sont des commerces qui se gèrent à la semaine. Pour le courtier, c est important, en plus de conseiller le bon portefeuille d assurance, de veiller à la bonne gestion du commerce. Si un employé ne fait pas le bonheur du patron, il n y a pas de service de ressources humaines dans ces entreprises. Un congédiement peut être fait de bonne foi, mais aussi sans respecter les lois. Et il peut y avoir des poursuites. Il faut que le courtier 8 L'assurance des PME

9 soit vigilant. On peut dire au client : Attention, consulte un avocat si tu veux congédier un employé. Ça va peut-être lui coûter 100 $ de frais de consultation, mais lui en sauver $ en frais devant la Cour. Ce sont souvent ces mauvaises gestions qui causent des sinistres», explique Louis Harpin, vice-président, Assurance des entreprises chez Intact Assurance. Jean-Pierre Bonneville, de la direction de la prévention des sinistres, abonde dans le même sens et suggère aux entreprises de transport de s investir davantage, par exemple dans le choix des camionneurs, et ce afin de minimiser les risques de sinistres liés à l inexpérience ou l incompétence. «Il y a des problèmes de recrutement, il y a pénurie de chauffeurs d expérience, et le secteur est en pleine expansion. Il faut surveiller l âge, les années expérience, ce qu il a conduit dans le passé. On va rencontrer les clients et voir comment ils gèrent leurs chauffeurs», décrit-il. Louis Harpin suggère aussi aux courtiers d aider leurs clients à être de bons citoyens corporatifs. «Avec la vague verte, les entreprises sont très surveillées. Il faut faire attention à leur comportement social. Les courtiers devront être de plus en plus alertes. Les entreprises doivent faire attention par exemple aux barils de pétrole qui traînent derrière l établissement et pourraient affecter la nappe phréatique. Dans les journaux locaux, son nom va sortir comme quoi l entreprise n a aucune conscience sociale. Ça va vite! Si l entreprise n est pas bien vue, ses ventes vont baisser; et avec moins de revenus, ses priorités, l entretien des lieux, la prévention et la bonne gestion ne seront plus les mêmes. Ça peut affecter son assurance», professe-t-il. M. Bonneville rappelle que pour bien conseiller leurs clients en matière de prévention, les courtiers et agents doivent se tenir au fait des tendances de la criminalité. «Il y a des vagues. Actuellement, la tendance est aux vols de conteneurs vides. C est pour la culture de marijuana. Aujourd hui, au lieu de cultiver dans un bungalow, on enfouit un conteneur près d un poteau d Hydro-Québec, on fait un branchement et ça fait une serre sousterraine. Maintenant, on en voit de temps en temps, mais on n en voyait pas il y un an ou deux. Ça va prendre de l ampleur. Il faut donc bien protéger les entreprises contre ça. Avant, il y avait la question des vols de catalyseurs sur les VUS dans les cours des concessionnaires. Il faut donc penser à demander aux clients concessionnaires de clôturer leur terrain, au moins autour des VUS, qui sont plus hauts, et dont le catalyseur est facile d accès. Ils n aiment pas ça, car les clients commencent souvent leur magasinage le week-end en visitant les cours de concessionnaires quand ils sont fermés durant cette période», indique-t-il. Avec sa consœur directrice des services techniques à l indemnisation, Marie-Hélène Ménard, il fait remarquer que si toutes les entreprises devraient posséder une assurance pour couvrir les pertes liées à l arrêt des affaires après un incendie ou un vol, il y a moyen de limiter le montant de ces pertes. «Il faut avoir un bon plan de reprise des affaires. Les personnes clés de l entreprise doivent s asseoir avec leur assureur et établir, en cas de sinistre, ce qui doit être fait au jour un, par exemple louer un local, identifier les fournisseurs. Peu d entreprises pensent à faire ça», remarque M. Bonneville. Mme Ménard cite un exemple où un bon plan de reprise des affaires mis en action avec l aide de l assureur a permis à un assuré de rapidement retomber sur ses pattes et à l assureur de minimiser l indemnité. Dans de telles conditions, s il y a un sinistre, ça simplifie la tâche pour toutes les personnes impliquées. «Un chirurgien dont l entreprise marchait très bien a été victime d un incendie criminel. Des vandales ont mis le feu aux poubelles à l extérieur de son cabinet. Cette entreprise, on l a soutenue dans sa relocalisation et sa campagne de publicité annonçant son retour en affaires, et on l a aidée à louer du matériel très coûteux. Elle avait une assurance pour perte d exploitation de 1,6 M $. Avec ce qu on a fait, la perte a été de moins de $», explique-t-elle. n L'assurance des PMe 9

10 Le succès au bout des doigts Bien savoir exploiter les réseaux sociaux peut faire toute la différence lorsqu il est question de la promotion de votre entreprise. Un expert en la matière nous livre certains de ses secrets de réussite. David Santerre Nous sommes presque en Rien ne sera plus jamais pareil en matière de publicité et de relations avec la clientèle. La bonne vieille pub à la radio ou dans l hebdo local est peut-être encore efficace. Mais elle représente des coûts importants et ne génère aucune interaction avec vos clients actuels ou potentiels. Monde inconnu pour certains, objets de toutes les craintes pour d autres, les réseaux sociaux sont néanmoins une réalité incontournable qu il faut savoir exploiter. 10 L'assurance des PME

11 On voit de plus en plus de concessionnaires automobiles, de restaurants ou de boutiques de toutes sortes se servir de Twitter, de Facebook ou de Google + pour faire leur promotion. Le monde de l assurance semble encore frileux à cet égard. Pourtant, selon le spécialiste en stratégies marketing Web et réseaux sociaux Danny Kronstrom, le monde de l assurance pourrait les mettre à profit. Il croit que pour approcher des entreprises, les professionnels de l assurance devraient être présents sur Twitter, Google + et LinkedIn. Et ce en plus d opérer un blogue et d envoyer des infolettres par courriel à leurs clients et à ceux qui les «suivent» dans les médias sociaux. Pas de trace de Facebook, aurez-vous remarqué. «Twitter compte beaucoup de professionnels qui y sont actifs, alors que Facebook est plutôt un média de masse», explique-t-il. «Google + est un mélange de Facebook et de Twitter. Jusqu à présent, il y a de très bons retours d investissement et il comporte une clientèle de professionnels», mentionne-t-il. Mais une fois installé sur tous ces réseaux, outre y mentionner ce qu on fait, ce qu on a à vendre, et nos promotions, comment faire augmenter son réseau et le fidéliser? «Pourquoi on me suivrait? Je dois faire en sorte de donner de l information pertinente. Il ne faut pas que faire de la publicité. Il faut se servir de notre présence sur les réseaux pour relayer des informations sur les tendances en assurance, les études sur le sujet, l avenir du secteur», énumère le spécialiste. Pour lui, opérer un blogue, permettant de publier des articles plus étoffés qu un «gazouillis» de 140 caractères sur Twitter, est aussi une bonne idée. On peut ensuite le publier sur les réseaux où ils seront ensuite, souhaitonsle, réacheminés par d autres. C est un peu la recette de l agent d assurance Dany Paquin, qui sévit sur les réseaux sociaux depuis Il opère un blogue traitant d une foule de sujets liés à l assurance et y traitait récemment de l importance pour lui des médias sociaux. «Mais comment faire voir ces billets autrement que par Facebook? Twitter. J ai ouvert mon compte Twitter presque en même temps que mon blogue. Il me fallait un canal de distribution puissant et celui-ci était en pleine progression. J ai sauté sur l occasion et je me suis taillé une belle place. Aujourd hui, j ai plus de abonnés. Après peu de temps, tout est allé très vite et j ai eu bon nombre d occasions de commenter et d écrire sur plusieurs platesformes», y écrit-il. Les médias sociaux sont aussi un bon endroit pour échanger directement avec le public et répondre à ses questions, indique Kronstrom. Mais il faut aussi être sur ses gardes. Les suites de votre souper arrosé, détaillées sur Twitter, n aideront pas votre entreprise. Mais vous pouvez tout de même y aller de quelques mots parfois plus personnels. «Twitter, ça rend plus humain une entreprise. Je verbalise mes intérêts, sans en abuser. Ça rend plus humain que le symbole de dollars rattaché à ses services, et ça démystifie le bureau», conclut M. Kronstrom. n L'assurance des PMe 11

12 S inspirer du passé pour bâtir l avenir En assurance des entreprises, l aspect relationnel, même à l ère des médias sociaux, constitue une stratégie qui a toujours la cote. David Santerre l ère des médias sociaux, du courriel et de la «do not À call list», quels sont les meilleurs moyens encore à la disposition du courtier d assurance pour prospecter de nouveaux clients? Les bonnes vieilles méthodes semblent encore avoir la cote. Charles Proulx, vice-président exécutif de GPL assurance, dit avoir un œil sur le phénomène des médias sociaux, dans lequel le monde de l assurance n est pas encore embarqué, estime-t-il. Il est à la recherche de modèles éprouvés d utilisation de ces nouveaux médiums 12 L'assurance des PME

13 pour établir sa stratégie. Mais il n est pas certain que ce soit encore la panacée pour débusquer de nouveaux clients dans le secteur PME. Pour l instant, ce qui a toujours fonctionné fonctionne toujours. «Avec les particuliers, la cotation en ligne fonctionne bien; en assurance des entreprises, l aspect relationnel est très important», note M. Proulx. Sylvain Ricard, courtier chez Assurancia Venne et filles dans Lanaudière, indique que ses clients satisfaits constituent son meilleur outil de prospection de clients. «Avec mes clients en entreprise, le recrutement se fait surtout de bouche à oreille. Le bon service que je donne à un client fait qu il va m en référer deux ou trois autres. J ai fait ici un restaurant sous bannière, et quand on a finalisé son contrat, il était content. Il m a refilé beaucoup, beaucoup de clients. Et j assure clients du genre depuis deux ans», explique M. Ricard. M. Proulx abonde dans le même sens. Et il ajoute qu il est toujours aussi efficace que par le passé pour le courtier qui se spécialise, par exemple, en assurance des entrepreneurs en construction, de faire acte de présence dans les colloques, congrès, soupers bénéfices et autres mondanités où se retrouvent beaucoup de clients potentiels. «C est une méthode avec laquelle la nouvelle génération a plus de difficulté. Les jeunes ont des contraintes familiales différentes qu à notre époque. Il leur est plus difficile de faire ce qui doit être fait pour entretenir un réseau, qui est souvent hors des heures de bureau», note Charles Proulx. Enfin, la sollicitation pure, par lettre ou par téléphone, a-t-elle encore la cote? M. Proulx indique que oui, surtout pour ce qui est du téléphone. Mais dans les deux cas, il faut bien étudier le type de client que l on contacte, préparer minutieusement son approche, savoir quel type d entrepreneur on approche, quel est son chiffre d affaires, et savoir le captiver rapidement. «Il faut identifier le discours fait sur mesure pour le prospect visé. Au téléphone, il faut créer un intérêt dans les deux premières minutes et prendre un rendez-vous. Ce n est pas le moment pour un sales pitch d une demi-heure», professe M. Proulx. Au téléphone ou par lettre, il y a certains sujets gagnants, et d autres à éviter. «Tu peux, par exemple, si tu as quelqu un dans l industrie du bois, lui dire que tu lui garantis le meilleur prix dans son secteur, lui proposer quelques couvertures bien particulières, parler des risques problématiques dans son industrie. En alimentation, on peut parler de couvertures liées à des intoxications alimentaires, au rappel de produits, qui sont souvent des risques qui ne sont pas couverts dans les polices traditionnelles. On pose des questions et on propose de le rencontrer. Il ne faut pas parler d emblée de prix. Je n aime pas les relations orientées uniquement sur le prix. Tu vis par le prix et tu meurs par le prix», conclut M. Proulx. n L'assurance des PMe 13

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

problèmes et solutions...

problèmes et solutions... Julien Arsenault Regard sur la sous-assurance Assurance habitation mythes, Pour plusieurs individus, l achat d une police d assurance habitation peut sembler superflu pour diverses raisons. Que ce soit

Plus en détail

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.)

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) N o 5 Formulaire d assurance complémentaire pour les dommages occasionnés au véhicule assuré (assurance de remplacement) F.P.Q. N o 5 1 er

Plus en détail

C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées Addenda de janvier 2006

C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées Addenda de janvier 2006 C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées (À intégrer à l édition 2004 de ce manuel.) Remarque : Le présent addenda vise à fournir une explication plus claire et plus précise de

Plus en détail

Toiles @ penser. Cahiers d éducation permanente de. La Pensée et les Hommes. Comment vivre à Bruxelles malgré le coût des loyers?

Toiles @ penser. Cahiers d éducation permanente de. La Pensée et les Hommes. Comment vivre à Bruxelles malgré le coût des loyers? Toiles @ penser Cahiers d éducation permanente de La Pensée et les Hommes Comment vivre à Bruxelles malgré le coût des loyers? Cahier n 2006-01-002 Toiles@penser Cahier n 2006-01-002 Connaissez-vous nos

Plus en détail

Devenir un gestionnaire de personnes

Devenir un gestionnaire de personnes Devenir un gestionnaire de personnes SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Déterminer vos besoins Trouver les bonnes personnes Conserver les bons employés SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Le passage de personne d

Plus en détail

Ma première assurance auto. Je suis en contrôle!

Ma première assurance auto. Je suis en contrôle! Ma première assurance auto Je suis en contrôle! L assurance auto, c est obligatoire! Obligatoire L assurance auto sert d abord à couvrir les dommages que tu pourrais causer aux autres. Ça s appelle la

Plus en détail

b) La liste de vos anciens noms pour les 5 dernières années (avec explications) Si non applicable, veuillez cocher

b) La liste de vos anciens noms pour les 5 dernières années (avec explications) Si non applicable, veuillez cocher PROPOSITION D ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE POUR LES CABINETS, LES REPRÉSENTANTS AUTONOMES, LES REPRÉSENTANTS AGISSANT POUR LE COMPTE D UN CABINET SANS Y ÊTRE EMPLOYÉS ET LES SOCIÉTÉS AUTONOMES

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE

PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE Juillet 2010 ADMINISTRATION... 4 MANAGEMENT... 4 Initiation à l organisation...

Plus en détail

Dossier Technologies. 16 Assurance

Dossier Technologies. 16 Assurance Pour y voir Qu il soit question de normes, d élaboration d outils de gestion de données ou de vente de produits d assurance en ligne, des interrogations, des inquiétudes, 16 Assurance Elenka Alexandrov

Plus en détail

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/ Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français http://www.myexpat.fr/ Sommaire My Expat... Résumé de l étude... Qui sont les Français de l étranger?... Où les Français partent-ils

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 10 Les assurances Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu L assurance La coassurance et la réassurance L obligation de déclarer et ses conséquences L assurance-vie L assurance-invalidité

Plus en détail

BRANCHEZ-VOUS! QU ON VOUS TROUVE

BRANCHEZ-VOUS! QU ON VOUS TROUVE BRANCHEZ-VOUS! QU ON VOUS TROUVE Quelques statistiques Table des matières Quelques statistiques...2 Brancher 300 commerces en 3 ans...3 La campagne Branchez-vous à votre porte!...4 Marc-Henri Faure : se

Plus en détail

Plan d action à l égard des personnes handicapées 2015-2016

Plan d action à l égard des personnes handicapées 2015-2016 Plan d action à l égard des personnes handicapées 2015-2016 L article 61.1 de la Loi assurant l exercice des droits des personnes handicapées en vue de leur intégration scolaire, professionnelle et sociale

Plus en détail

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Préambule Ce guide vous est offert par William MEYER auteur du blog l'immobilier facile (http://l-immobilier-facile.fr)

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

NOTE NUMERO 1 ASSURANCES

NOTE NUMERO 1 ASSURANCES NOTE NUMERO 1 ASSURANCES L assurance est une matière complexe en perpétuelle évolution. Il nous semble nécessaire qu un Professionnel du spectacle vivant (une structure / Théâtre / Salle / Stade ou un

Plus en détail

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Présenté à La Commission du développement économique de la Communauté

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue?

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? 28 avril 2015 Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? Beaucoup d espoir repose sur les entreprises du centre du pays pour permettre à la croissance économique de

Plus en détail

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Comment les entreprises devraient-elles entrevoir l avenir en matière de régime de retraite

Plus en détail

L ÉVÉNEMENT CARRIÈRES

L ÉVÉNEMENT CARRIÈRES L ÉVÉNEMENT CARRIÈRES 2 SALONS DE L EMPLOI SOUS LE MÊME TOIT 2 000 VISITEURS 60 EXPOSANTS SÉLECTION DES VISITEURS Génie : finissants, diplômés en génie ou ingénieurs TI : finissants ou professionnels en

Plus en détail

Twitter est un outil de microblogging qui permet d envoyer des messages de 140 caractères ou moins.

Twitter est un outil de microblogging qui permet d envoyer des messages de 140 caractères ou moins. Qu est-ce que Twitter? Twitter est un outil de microblogging qui permet d envoyer des messages de 140 caractères ou moins. Le nom Twitter vient du mot «tweet» en anglais qui signifie gazouillis d oiseau,

Plus en détail

À propos de Co operators

À propos de Co operators Co-operators est heureuse de présenter un mémoire en réponse au document de réflexion du Groupe de travail sur les pointages de crédit du CCRRA sur l utilisation des pointages de crédit par les assureurs,

Plus en détail

Budget provincial 2015

Budget provincial 2015 Budget provincial 2015 Le 26 mars 2015, le gouvernement du Québec a déposé son budget 2015-2016. Parmi les nouvelles mesures annoncées, certaines pourraient avoir un impact sur les membres de l Association

Plus en détail

Le Québec, terre de traduction

Le Québec, terre de traduction Le Québec, terre de traduction S il est un endroit au monde où les traducteurs ont un marché établi, c est bien le Canada. Et le Québec, au sein du Canada, jouit d une situation encore plus privilégiée.

Plus en détail

Les communications explosent

Les communications explosent François Charron Les communications explosent Pages jaunes Journaux Circulaires Radio Télé Sites Internet Boutiques en ligne Courriels Blogues Facebook 16% des fans en un mois Twitter SMS Coupons Web Foursquare

Plus en détail

Assurance vols et détournements

Assurance vols et détournements Assurance vols et détournements Qu est-ce que l assurance vols et détournements? L assurance vols et détournements est un terme générique utilisé pour décrire une sélection de garanties individuelles relativement

Plus en détail

Métamorphoser son image en ligne

Métamorphoser son image en ligne Jour 1 Métamorphoser son image en ligne Métamorphoser son image en ligne Comment gérer sa réputation sur les réseaux sociaux En parcourant les sites d actualité, qui n a pas lu ces jours-ci un article

Plus en détail

Réduction des droits de douane

Réduction des droits de douane Nos enjeux clés Les pages qui suivent fournissent des renseignements précis sur des enjeux importants que le CCCD mettra de l avant pendant les élections Réduction des droits de douane Réduction des frais

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Le programme d assurance de Volleyball Québec

Le programme d assurance de Volleyball Québec Le programme d assurance de Volleyball Québec Juin 2012 Préparé par Lise Charbonneau, ll.b. Gestionnaire de risque / Assurance Regroupement Loisir et Sports du Québec Volleyball Québec et Regroupement

Plus en détail

Pratiques de gestion du risque de change des entreprises canadiennes

Pratiques de gestion du risque de change des entreprises canadiennes Recherches en marketing Pratiques de gestion du risque de change des entreprises canadiennes Les résultats du sondage du mois de Juin du Panel de recherche d EDC démontrent que la fluctuation des taux

Plus en détail

Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la criminalité financière Commentaires présentés à l Autorité des marchés financiers

Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la criminalité financière Commentaires présentés à l Autorité des marchés financiers Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la criminalité financière Commentaires présentés à l Autorité des marchés financiers par le Bureau d assurance du Canada Le 20 janvier 2012 Le Bureau

Plus en détail

Assurance Habitation. 1- la proposition 2- la tarification et la souscription 3- l expertise des sinistres

Assurance Habitation. 1- la proposition 2- la tarification et la souscription 3- l expertise des sinistres Assurance Habitation 1- la proposition 2- la tarification et la souscription 3- l expertise des sinistres 1- la proposition Les dispositions du Code civil du Québec Divergence art 2400 L assureur doit

Plus en détail

Coup d œil sur les inégalités de revenus au

Coup d œil sur les inégalités de revenus au Coup d œil sur les inégalités de revenus au Québec L expression «nous les 99 %», qui avait servi de cri de ralliement des mouvements Occupy, résume les préoccupations que soulève la tendance mondiale à

Plus en détail

LES RISQUES JURIDIQUES DES PROPRIÉTAIRES D ENTREPRISES AU QUÉBEC

LES RISQUES JURIDIQUES DES PROPRIÉTAIRES D ENTREPRISES AU QUÉBEC LES RISQUES JURIDIQUES DES PROPRIÉTAIRES D ENTREPRISES AU QUÉBEC Les petites et moyennes entreprises (PME) sont essentielles à la santé économique du Québec. Elles emploient environ 75% de la population

Plus en détail

L ÉVÉNEMENT CARRIÈRES

L ÉVÉNEMENT CARRIÈRES L ÉVÉNEMENT CARRIÈRES 5 SALONS DE L EMPLOI SOUS LE MÊME TOIT 12 000 VISITEURS 160 EXPOSANTS 10 e ÉDITION Mercredi 7 octobre de 12h à 19h Jeudi 8 octobre de 10h à 18h Palais des congrès de Montréal Organisé

Plus en détail

Objet : Commentaires de la FCEI sur le projet de Règlement d application de la Loi sur les entreprises de services monétaires et

Objet : Commentaires de la FCEI sur le projet de Règlement d application de la Loi sur les entreprises de services monétaires et 630, boul. René-Lévesque O., bureau 2880 Montréal (Québec) H3B 1S6 Le 29 juin 2011 Me Anne-Marie Beaudoin Secrétaire de l Autorité Autorité des marchés financiers 800, square Victoria, 22 e étage C.P.

Plus en détail

SAVOIR BIEN GUIDER LE CLIENT

SAVOIR BIEN GUIDER LE CLIENT SERVICES FINANCIERS SAVOIR BIEN GUIDER LE CLIENT DIDIER BERT COLLABORATION SPÉCIALE Tarik Haned est planificateur financier à la Caisse Desjardins des Versants du mont Royal, à Outremont. Il répond à nos

Plus en détail

Que faire en cas d incendie?

Que faire en cas d incendie? URGENCE 911 À l AMCQ Que faire en cas d incendie? Développé en collaboration Avec M. Alain Raymond 2009 AVANT PROPOS Vous trouverez ci-joint un document qui, lorsque complété, pourra vous être d une grande

Plus en détail

Des avantages à la portée de tous

Des avantages à la portée de tous Des avantages à la portée de tous Les régimes d assurance collective deviennent une priorité pour les petites entreprises Pour Irène et Benoît, l exploitation de leur propre entreprise s avère une expérience

Plus en détail

Avis du Comité consultatif sur le rapport de la Commission nationale sur la participation au marché du travail des travailleuses et travailleurs

Avis du Comité consultatif sur le rapport de la Commission nationale sur la participation au marché du travail des travailleuses et travailleurs Avis du Comité consultatif sur le rapport de la Commission nationale sur la participation au marché du travail des travailleuses et travailleurs expérimentés de 55 ans et plus Novembre 2011 Introduction

Plus en détail

BTS Assurance. Diplôme Données sur l emploi Offres d emploi Se documenter. diplôme qualification insertion emploi

BTS Assurance. Diplôme Données sur l emploi Offres d emploi Se documenter. diplôme qualification insertion emploi diplôme qualification insertion emploi diplôme qualification insertion emploi NOVEMBRE 2007 BTS Assurance Diplôme Données sur l emploi Offres d emploi Se documenter INFOS UTILISATEURS diplôme qualification

Plus en détail

Les 5 points clés d une. Communication professionnelle efficace

Les 5 points clés d une. Communication professionnelle efficace Les 5 points clés d une Communication professionnelle efficace Communiquez comme une multinationale avec le budget d une TPE! www.communication-professionnelle.com wwwwww La communication est un volet

Plus en détail

POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 5 FORMULE D ASSURANCE COMPLÉMENTAIRE POUR DOMMAGES ÉPROUVÉS PAR LE VÉHICULE ASSURÉ

POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 5 FORMULE D ASSURANCE COMPLÉMENTAIRE POUR DOMMAGES ÉPROUVÉS PAR LE VÉHICULE ASSURÉ POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 5 FORMULE D ASSURANCE COMPLÉMENTAIRE POUR DOMMAGES ÉPROUVÉS PAR LE VÉHICULE ASSURÉ ASSURANCE DE REMPLACEMENT 1 er août 2010 F.P.Q. N 5 POLICE D'ASSURANCE

Plus en détail

LE PIRE DES DANGERS C EST D IGNORER QU ON EST EN DANGER

LE PIRE DES DANGERS C EST D IGNORER QU ON EST EN DANGER LE PIRE DES DANGERS C EST D IGNORER QU ON EST EN DANGER Romain Girard Vice-président exécutif Congrès Camping Québec 14 avril 2007 10 ans à la direction d une entreprise de transport par autobus 11 ans

Plus en détail

Est-ce que les habitudes de consommation ont beaucoup changé au Québec depuis 1905? Activité 1 - Noël et la publicité depuis 1905. aujourd hui.

Est-ce que les habitudes de consommation ont beaucoup changé au Québec depuis 1905? Activité 1 - Noël et la publicité depuis 1905. aujourd hui. Est-ce que les habitudes de consommation ont beaucoup changé au Québec depuis 1905? Ce document doit être utilisé avec la ligne du temps «*La consommation au Québec au 20 e siècle» disponible dans les

Plus en détail

Les assurances pour les projets de construction. Atelier de formation Présenté à :

Les assurances pour les projets de construction. Atelier de formation Présenté à : Les assurances pour les projets de construction Atelier de formation Présenté à : 26 novembre 2009 La gestion des risques liés aux projets de construction en milieu scolaire les clauses d assurance indispensables

Plus en détail

Proposition Technologie de l information pour l Association québécoise des technologies (AQT)

Proposition Technologie de l information pour l Association québécoise des technologies (AQT) Proposition Technologie de l information pour l Association québécoise des technologies (AQT) Ceci est une proposition pour une assurance contre les erreurs et omissions. Veuillez indiquer si vous demandez

Plus en détail

Guide de distribution Programme d assurance. Responsabilité civile d Intact Assurance ASSUREUR OFFICIEL DE LA FCMQ

Guide de distribution Programme d assurance. Responsabilité civile d Intact Assurance ASSUREUR OFFICIEL DE LA FCMQ Guide de distribution Programme d assurance Responsabilité civile d Intact Assurance ASSUREUR OFFICIEL DE LA FCMQ Intact Compagnie d assurance (l «assureur» ou «Intact Assurance») 2450, rue Girouard Ouest

Plus en détail

Programme de Drop Shipping & Programme d affiliation www.movezboutik.ca

Programme de Drop Shipping & Programme d affiliation www.movezboutik.ca Programme de Drop Shipping & Programme d affiliation Mot du gérant de «MovezBoutik.ca» Bienvenue! Je me prénomme Jean-Philippe. Je suis le gérant de Movez Boutik Ecoresponsable. Le 9 février 2015, j ai

Plus en détail

Des garanties sur mesure. Responsabilité civile (RC)

Des garanties sur mesure. Responsabilité civile (RC) Des garanties sur mesure Il n est pas toujours aisé de déterminer les garanties dont vous avez besoin pour bien vous assurer, vous et votre véhicule. Ce guide peut vous aider: il vous permet de vérifier

Plus en détail

Bref, on a, à l égard de l éducation, la critique facile.

Bref, on a, à l égard de l éducation, la critique facile. Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Le partenariat entre les systèmes d éducation et les entreprises Au personnel de la Direction

Plus en détail

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE ET DE L EXERCICE 2009

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE ET DE L EXERCICE 2009 Communiqué de presse TORONTO, le 17 février 2010 INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE ET DE L EXERCICE 2009 Bénéfice net d exploitation par action en hausse de 30

Plus en détail

Mémoire. La littératie financière. en perspective avec la planification financière. l Institut québécois de planification financière

Mémoire. La littératie financière. en perspective avec la planification financière. l Institut québécois de planification financière Mémoire La littératie financière en perspective avec la planification financière présenté par l Institut québécois de planification financière au Groupe de travail sur la littératie financière le 31 mai

Plus en détail

Accueil > Conseils carrière > Magazine Jobboom > Décembre 2013 > Travailleurs recherchés en commerce électronique

Accueil > Conseils carrière > Magazine Jobboom > Décembre 2013 > Travailleurs recherchés en commerce électronique Emplois Contrats Formations Conseils Conseils Carrière Marché du travail Magazine Jobboom JobboomBlog Boomerang Calendrier des événements Librairie Jobboom Connexion Inscription Inscription candidat Inscription

Plus en détail

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON 14-10-14 CD/12 1161 répondants 1098 OUI 31 NON Une convention établie sur 5 ans plutôt que sur 3 ans pourrait être proposée. Cette demande est raisonnable et on y tient (pas trop négocier à la baisse).

Plus en détail

PIPELINE SAINT-LAURENT: UN PROJET SOCIALEMENT RESPONSABLE. Mémoire de la Chambre de Commerce de Lévis

PIPELINE SAINT-LAURENT: UN PROJET SOCIALEMENT RESPONSABLE. Mémoire de la Chambre de Commerce de Lévis PIPELINE SAINT-LAURENT: UN PROJET SOCIALEMENT RESPONSABLE Mémoire de la Chambre de Commerce de Lévis Présenté au : Bureau d audiences publiques sur l environnement relativement à la construction d un oléoduc

Plus en détail

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9 MÉMOIRE DÉPOSÉ AUPRÈS DU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PORTANT SUR LA SUPPRESSION PROGRESSIVE DES CRÉDITS D IMPÔT ATTACHÉS AUX FONDS DE TRAVAILLEURS CAP finance appuie les fonds

Plus en détail

Vous êtes AUSSI des gens d affaires

Vous êtes AUSSI des gens d affaires Vous êtes AUSSI des gens d affaires Présentation au congrès de l OTTIAQ 2013 Vendredi 22 novembre 2013 Simon Gaudreault, économiste Qui sommes-nous? Association de PME fondée en 1971, 42 ans d existence

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

ENTREPRISES EN EXPANSION ET FABRICANTS : OCCASIONS ET BESOINS Sondage Points de vue BDC. Recherche et intelligence de marché de BDC Juin 2013

ENTREPRISES EN EXPANSION ET FABRICANTS : OCCASIONS ET BESOINS Sondage Points de vue BDC. Recherche et intelligence de marché de BDC Juin 2013 ENTREPRISES EN EXPANSION ET FABRICANTS : OCCASIONS ET BESOINS Sondage Points de vue BDC Recherche et intelligence de marché de BDC Juin 2013 Faits saillants MÉTHODOLOGIE 140 professionnels provenant d

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA Après ces projets dont notre Président nous permet d espérer la réalisation

Plus en détail

InfoMaison No. 88 Est un dossier préparé pour Info-Immobilier-Rive-Nord (IIRN) à l intention de toutes les personnes intéressées par l immobilier

InfoMaison No. 88 Est un dossier préparé pour Info-Immobilier-Rive-Nord (IIRN) à l intention de toutes les personnes intéressées par l immobilier InfoMaison No. 88 Est un dossier préparé pour Info-Immobilier-Rive-Nord (IIRN) à l intention de toutes les personnes intéressées par l immobilier et l immobilier résidentiel de la Rive-Nord du Grand Montréal

Plus en détail

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Edition 2012 Toute publication, même partielle de cette étude, est soumise à autorisation de la part d APRIL Courtage Contactez Nathalie RAVET nravet@april.fr

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Le marché suisse des assurances

Le marché suisse des assurances 16 Le marché suisse des assurances Le secteur des assurances favorise la croissance et la prospérité Ces dernières années, le secteur des assurances a sans cesse accru sa contribution à la croissance et

Plus en détail

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION Contexte L accès à une prestation de retraite ou de pension pour les employés des organismes du secteur

Plus en détail

PRÉSENTATION INTERVENTIONS INTENSIVES VISANT CERTAINS SECTEURS DANS LE DOMAINE DE LA CONSTRUCTION

PRÉSENTATION INTERVENTIONS INTENSIVES VISANT CERTAINS SECTEURS DANS LE DOMAINE DE LA CONSTRUCTION PRÉSENTATION INTERVENTIONS INTENSIVES VISANT CERTAINS SECTEURS DANS LE DOMAINE DE LA CONSTRUCTION 1 OBJECTIFS DE LA RENCONTRE 2 Au cours des dernières semaines, nous avons transmis des lettres à certaines

Plus en détail

Mémoire présenté par Co operators au Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance en réponse au document de discussion sur le

Mémoire présenté par Co operators au Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance en réponse au document de discussion sur le Mémoire présenté par Co operators au Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance en réponse au document de discussion sur le commerce électronique Le mercredi 28 mars 2012 Co-operators

Plus en détail

PROPOSITIONS EN VUE DE LA TENUE DU CONGRÈS DE LA FSSS 2009 «POUR LE MEILLEUR ET POUR L AVENIR»

PROPOSITIONS EN VUE DE LA TENUE DU CONGRÈS DE LA FSSS 2009 «POUR LE MEILLEUR ET POUR L AVENIR» PROPOSITIONS EN VUE DE LA TENUE DU CONGRÈS DE LA FSSS 2009 «POUR LE MEILLEUR ET POUR L AVENIR» I - Pour la défense et la promotion des services sociaux et de santé publics pour les personnes aînées en

Plus en détail

Avis du Conseil des Entreprises de Services Environnementaux. Concernant

Avis du Conseil des Entreprises de Services Environnementaux. Concernant Avis du Conseil des Entreprises de Services Environnementaux Concernant L élaboration des lignes directrices pour la planification régionale de la gestion des matières résiduelles (PGMR) Présenté au Ministère

Plus en détail

passion action donnez de la puissance à vos ventes conférence consultation formation 450 444-3879 info@jeanpierrelauzier.com www.jeanpierrelauzier.

passion action donnez de la puissance à vos ventes conférence consultation formation 450 444-3879 info@jeanpierrelauzier.com www.jeanpierrelauzier. passion action donnez de la puissance à vos ventes conférence consultation formation 450 444-3879 info@jeanpierrelauzier.com www.jeanpierrelauzier.com Des formations énergisantes! Misez sur vous......

Plus en détail

Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012

Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012 Véhicules du gouvernement Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012 Maximes «No man hath endurance, as he that selleth insurance» -Anon 2 Notre

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015)

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) Préparée pour les Comptables professionnels agréés du Canada Le 1 er mai 2015 Renseignements sur le sondage Le rapport trimestriel CPA Canada Tendances conjoncturelles

Plus en détail

SOUSCRIPTEURS DE L EST

SOUSCRIPTEURS DE L EST PROPOSITION D ASSURANCE AUTOMOBILE F.P.Q. N o 1 FORMULE DES PROPRIÉTAIRES SOUSCRIPTEURS DE L EST 4405, boul. Lapinière, Brossard, QC J4Z 3T5 ASSUREUR : LA COMPAGNIE D ASSURANCE JEVCO COURTIER : Ref. N

Plus en détail

Bonjour et merci de me recevoir. Je vais essayer d être le plus bref possible.

Bonjour et merci de me recevoir. Je vais essayer d être le plus bref possible. Tarification: calcul d une prime d assurance Mémoire sur le document de consultation: Pour un régime durable et équitable Jean-François Guimond 16 mai 2006 Prime = Fréquence x Coût moyen Facteurs influençant

Plus en détail

Module 1: Introduction au Blogging - Transcription vidéo

Module 1: Introduction au Blogging - Transcription vidéo Module 1: Introduction au Blogging - Transcription vidéo VIDEO, autres modules, ressources et questions à poser sur http://vivredesonblog.com/formation par Ling-en Hsia Dans cette toute première partie,

Plus en détail

Les communications explosent

Les communications explosent François Charron Les communications explosent Pages jaunes Journaux Circulaires Radio Télé Sites Internet Boutiques en ligne Courriels Blogues Facebook 16% des fans en un mois Twitter SMS Coupons Web Foursquare

Plus en détail

Les courtiers auront de plus en plus

Les courtiers auront de plus en plus GÉRARD BÉRUBÉ Au cours de la dernière décennie, les transformations qui ont façonné le réseau de distribution en assurance n ont donné d autre choix que d examiner ce volet du marché et de se questionner

Plus en détail

GUIDE DE L UTILISATEUR CONDITIONS LÉGALES

GUIDE DE L UTILISATEUR CONDITIONS LÉGALES GUIDE DE L UTILISATEUR CONDITIONS LÉGALES La suite du présent document pourrait vous inquiéter. Le langage peut sembler inhabituel. C est parce que les conditions suivantes sont des conditions légales

Plus en détail

L entrepreneur autonome SES DROITS, OBLIGATIONS ET RESTRICTIONS. Pour dissiper la confusion générale à démêler

L entrepreneur autonome SES DROITS, OBLIGATIONS ET RESTRICTIONS. Pour dissiper la confusion générale à démêler L entrepreneur autonome SES DROITS, OBLIGATIONS ET RESTRICTIONS Le présent document s adresse particulièrement aux entrepreneurs qui n embauchent pas de salariés ou qui embauchent un salarié occasionnellement,

Plus en détail

Le markéting en ligne. Joanie Mailhot Agente aux communications chez Mon Réseau Plus

Le markéting en ligne. Joanie Mailhot Agente aux communications chez Mon Réseau Plus Le markéting en ligne Joanie Mailhot Agente aux communications chez Mon Réseau Plus Plan de la présentation Introduction Naissance des réseaux sociaux L influence des relations en ligne L importance d

Plus en détail

INDICE AUTORITÉ RAPPORT D ANALYSE OCTOBRE 2012 Sylvain Gauthier, vice-président CROP. de la vie aux idées

INDICE AUTORITÉ RAPPORT D ANALYSE OCTOBRE 2012 Sylvain Gauthier, vice-président CROP. de la vie aux idées INDICE AUTORITÉ RAPPORT D ANALYSE OCTOBRE 2012 Sylvain Gauthier, vice-président CROP de la vie aux idées TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE ET OBJECTIFS 3 MÉTHODOLOGIE 5 FAITS SAILLANTS 9 RÉSULTATS DÉTAILLÉS

Plus en détail

STRATÉGIE MAIN-D ŒUVRE en lien avec la problématique de rareté

STRATÉGIE MAIN-D ŒUVRE en lien avec la problématique de rareté STRATÉGIE MAIN-D ŒUVRE en lien avec la problématique de rareté MRC DE RIVIÈRE-DU-LOUP Document préparé par : Marie-Josée Huot, directrice générale Juin 2015 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION... 1 2. HISTORIQUE...

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Page1 Volume 4, numéro 3 Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Mario Tremblay, Vice-président aux affaires publiques et corporatives, et secrétaire

Plus en détail

C11 : Principes et pratique de l assurance

C11 : Principes et pratique de l assurance Spécimen de questionnaire d examen C11 : Principes et pratique de l assurance IMPORTANT : Vous disposez de 3 heures pour passer cet examen. Total : 200 points Lorsque vous quittez la salle d examen, vous

Plus en détail

L assurance est là pour protéger votre famille

L assurance est là pour protéger votre famille Assurance L assurance est là pour protéger votre famille Vous avez travaillé fort pour venir vous établir ici et commencer une nouvelle vie. L assurance met vos proches et vos biens à l abri des pertes

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Enjeux régionaux et recommandations prébudgétaires 2010 Gouvernement du Canada

Enjeux régionaux et recommandations prébudgétaires 2010 Gouvernement du Canada Enjeux régionaux et recommandations prébudgétaires 2010 Gouvernement du Canada Recommandations de la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup 298, boulevard Armand-Thériault Rivière-du-Loup (Québec)

Plus en détail

Finances et trésorerie : Étude Points de vue de BDC

Finances et trésorerie : Étude Points de vue de BDC Finances et trésorerie : Étude Points de vue de BDC Décembre 2011 Intelligence de marchés (Marketing) à BDC Sommaire Financement collectif Processus de planification Dette et incertitude économique Moins

Plus en détail

Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients

Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients Les tendances technologiques dans le secteur de l assurance vie : partie 1. * *La haute performance. Réalisée.

Plus en détail

COMITE D INVESTISSEMENT

COMITE D INVESTISSEMENT COMITE D INVESTISSEMENT COMPTE-RENDU DU 9 SEPTEMBRE 2014 ENVIRONNEMENT MACRO-ECONOMIQUE 1. L ETE AUX ETATS-UNIS Croissance au deuxième trimestre Fort rebond du PIB au deuxième trimestre +4% et le déclin

Plus en détail

DE COMBIEN FAUT-IL DIMINUER LE PRIX DE VOTRE MAISON POUR VENDRE

DE COMBIEN FAUT-IL DIMINUER LE PRIX DE VOTRE MAISON POUR VENDRE DE COMBIEN FAUT-IL DIMINUER LE PRIX DE VOTRE MAISON POUR VENDRE AOÛT 2014 PM96 Est-ce que vous devez diminuer de 5,000 $, 10,000 $, 20,000 $ ou bien de 5%, de 10% ou plus, ou connaissez-vous une manière

Plus en détail

Comité consultatif sur la copropriété Chambre des notaires du Québec 1801, avenue McGill College, bureau 600 Montréal (Québec) H3A 0A7

Comité consultatif sur la copropriété Chambre des notaires du Québec 1801, avenue McGill College, bureau 600 Montréal (Québec) H3A 0A7 Comité consultatif sur la copropriété Chambre des notaires du Québec 1801, avenue McGill College, bureau 600 Montréal (Québec) H3A 0A7 Mémoire de l OAQ Mai 2012 INTRODUCTION Présentation de l Ordre des

Plus en détail