WHITEPAPER. revenue leakage & revenue assurance. Zuidleiestraat 12 bus 0.A 9880 Aalter Rue du Bosquet Nivelles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "WHITEPAPER. revenue leakage & revenue assurance. Zuidleiestraat 12 bus 0.A 9880 Aalter Rue du Bosquet 7 1400 Nivelles"

Transcription

1 WHITEPAPER revenue leakage & revenue assurance Zuidleiestraat 12 bus 0.A 9880 Aalter Rue du Bosquet Nivelles

2 revenue leakage Le Revenue Assurance est l exemple même de la manière dont le service financier peut jouer son rôle de partenaire commercial. Chez moi aussi, c est ainsi que ça a commencé Le problème classique du revenue leakage _ qu est-ce que le revenue leakage? Le revenue leakage, ou perte de chiffre d affaires, est bien ce que le nom laisse supposer: de l argent se perd sans qu on s en aperçoive. Quelques exemples expliqueront mieux comment survient ce genre de perte. Un cas classique est la situation où le service financier paie deux fois une facture d achat et que les mécanismes de contrôle intégrés ne remarquent pas le double paiement. Une perte peut aussi être due à un manque de communication entre les services Achats et Finances. Il arrive ainsi qu un acheteur négocie une belle ristourne mais que l informati on ne parvienne pas jusqu à la comptabilité. Si le fournisseur envoie ensuite une facture sans y appliquer la ristourne, l entreprise paiera trop sans s en rendre compte. Ces exemples pourraient laisser croire que les pertes surviennent surtout dans les processus transactionnels et dans le flux des achats (procurement) et des ventes (contract compliance), mais rien n est moins vrai. En fait, on observe aussi souvent des pertes dans les flux financiers, la gestion des stocks, les transactions intercompagnies, les calculs de marges, etc. _ quelles sont les sources d un revenue leakage? La cause d une perte de chiffre d affaires peut se trouver sur divers fronts. La source la plus évidente et la plus courante est une erreur de système ou un processus insuffisamment en phase avec les activités. Le problème peut être inhérent aux logiciels utilisés ou à la manière de travailler par exemple un programme de facturation qui ne tient pas compte d une ristourne accordée peut causer une sérieuse perte sans qu on s en aperçoive mais il est souvent initié par des erreurs humaines. Dans ce cas, il s agit de situations où les deux parties sont de bonne foi. Un moment d inattention est vite arrivé. Et bien souvent, cette erreur reste invisible dans la suite du processus, raison pour laquelle une perte peut perdurer longtemps. _ introduction Sur toute entreprise indépendamment de sa taille, son activité ou son secteur plane un risque de perdre du chiffre d affaires. Dans le cas du revenue leakage, il s agit d argent que l entreprise perd indûment. Une caractéristique importante de ce genre de perte est qu elle existe sans que l entreprise en ait le moindre soupçon. Le remède qui s impose est le revenue assurance. Il s agit de l activité que l entreprise entreprend pour récupérer l argent perdu (revenue recovery) et améliorer ensuite son chiffre d affaires, son cash flow et son bénéfice, en identifiant et résolvant les problèmes de perte de chiffre d affaires actuels tout en évitant les pertes futures. _ quelle est l ampleur du risque? Comme les mécanismes de contrôle conventionnels ne repèrent pas la perte, l entreprise a généralement du mal à croire qu il y a un problème Environ 40% des entreprises partent du principe qu une perte s élève tout au plus à 0,5% de l EBITDA. Quelque 25% estiment qu une perte ne peut pas être supérieure à 1%, 20% pensent que le dommage reste inférieur à une perte de 2%. Or, ces chiffres ne correspondent absolument pas à la réalité. Des entretiens avec des collaborateurs de Revenu Assurance montrent que chaque entreprise, grande ou petite, dans n importe quel secteur doit partir du principe qu elle perd potentiellement 5% de l EBITDA réalisé. QUAND PERD-ON DU CHIFFRE D AFFAIRES? QUELQUES EXEMPLES: _ non-application d une ristourne octroyée sur la facture ou après facturation _ erreurs de facturation (p.ex. basée sur un tarif incorrect) _ traitement erroné de marchandises renvoyées _ facturation non effectuée (complètement) par l entreprise _ transférer un paiement au mauvais fournisseur _ double paiement d une facture _ non-réception de notes de crédit _ erreurs de TVA

3 revenue assurance _ qu est-ce que le revenue assurance? Le Revenue Assurance est un ensemble de mesures servant à radiographier tous les processus impliqués dans la réalisation du chiffre d affaires et à en prendre le contrôle. L objectif consiste à minimiser les pertes potentielles tout en récupérant des sommes d argent. Même si l on ne perd qu un petit pourcentage du chiffre d affaires, en chiffres absolus, la perte peut atteindre chaque mois un montant significatif. Bien vite, l investissement en revenue assurance ne pèse donc plus très lourd face aux résultats de l exercice. Le but final des efforts en matière de revenue assurance est de faire prendre conscience dans l entreprise qu il faut mettre tout en œuvre pour ne pas perdre bêtement de l argent. Le revenue assurance sert à prendre des mesures LES TÉLÉCOMS SONT LES PIONNIERS Le principe du revenue assurance n est pas neuf. Il y a déjà longtemps qu il est appliqué avec succès notamment dans le secteur des télécoms. Et ce n est pas un hasard. Le risque de perte de recettes est en effet directement lié à la complexification des processus. Les opérateurs télécoms ne connaissent que trop bien cette complexité. Ils gèrent un gros volume de clients, avec une toute une gamme d abonnements et de formules de paiement, un réseau de distribution complexe, etc. Le risque d erreurs est inhérent à la complexité de cet environnement ainsi qu à celle des systèmes informatiques qui doivent le soutenir. Or, comme les opérateurs télécoms travaillent sur un marché fortement concurrentiel, le moindre centime de chiffre d affaires a son importance. La combinaison de tous ces facteurs fait que le secteur joue un rôle moteur sur le plan du revenue assurance. BT, entre autres, s est profilé comme le premier opérateur doté d une stratégie et d une approche claires du revenue assurance. Jusqu en 2003 environ, le secteur des télécoms estimait insoluble le problème du revenue leakage, en raison justement de la complexité des systèmes mis en œuvre. Il existait bien à l époque des initiatives de détection des pertes, mais une bonne part des principales causes de revenue leakage passait inaperçue. Les choses ont changé en 2003, quand BT a décidé de faire du revenue assurance une question stratégique. L entreprise a développé des outils pour automatiser les processus en matière de revenue assurance et a regroupé toute l expertise nécessaire dans un centre d excellence en Grande-Bretagne. Le succès de cette approche a créé un avantage concurrentiel important pour BT sur le marché volatil des télécoms. en vue d élargir et approfondir les mécanismes de contrôle internes, dans plus de domaines et de processus. De la sorte, le revenue assurance apportera différents avantages: meilleur EBIT, meilleur monitoring du chiffre d affaires et des coûts, processus plus efficients et plus transparents, cash flow plus sain, niveau optimal du fonds de roulement, meilleures relations avec les clients et les fournisseurs, compliance, etc. L objectif ultime du revenue assurance est une amélioration durable des processus et tous les avantages qui s ensuivent. Les experts estiment qu en moyenne, une entreprise peut parvenir à récupérer jusqu à 90% du revenue leakage identifié. Il arrive que le fournisseur n accepte pas d assumer l entière responsabilité de Saleté de revenue leakage EXPECTED EBITDA 1 TOT 4% LEACKAGE ACTUAL EBITDA cette perte. Dans ce cas, il faut souvent recourir à une médiation par exemple par une partie externe pour se mettre d accord, l entreprise pouvant alors récupérer tout de même une partie du chiffre d affaires perdu, sans mettre inutilement sous pression ses relations avec le fournisseur. _ quels sont les problèmes liés au revenue assurance? Le taux de succès du revenue assurance dépend de différents facteurs. Les experts signalent qu une solution concluante de revenue assurance réclame une combinaison unique de compétences. Un bon Revenue Assurance manager est à la fois détective, plombier, diplomate et agent de surveillance. Le détective se base sur son expertise pour rechercher les pertes et les causes de chaque perte, et le plombier doit effectuer les réparations. Il le fait notamment en passant au crible tout le processus des achats: de la teneur des négociations au contrôle de l exécution des paiements en passant par le trajet d approbation d un bon de commande. Un rôle-clé est toutefois assigné au diplomate. LEACKAGE UNDETECTED 80% INTERNAL DETECTED 20% REVENUE ASSURANCE 90% RECOVERY LE REVENUE ASSURANCE EST UN ÉLÉMENT STRATÉGIQUE IMPORTANT DU MANAGEMENT FINANCIER 10% NOT RECOVERY En effet, il y a toujours deux parties impliquées dans le revenue assurance. D un côté, il y a le client qui a vu disparaître son chiffre d affaires, entre autres parce qu une ristourne convenue n a pas été appliquée systématiquement sur les factures. De l autre côté, il y a le fournisseur qui doit restituer des montants indûment perçus. Dans une telle situation, un rôle spécifique est réservé au partenaire de revenue assurance, qui intervient à titre de médiateur entre les deux parties. Son intervention permet d obtenir un résultat satisfaisant, sans détériorer les relations entre client et fournisseur. Enfin, l agent de surveillance entre en scène. Ce dernier veille à ce qu aucune nouvelle perte ne survienne à l avenir.

4 _ le revenue assurance a-t-il une place spécifique dans l entreprise? En principe, la cause d une perte de chiffre d affaires peut se situer à n importe quel endroit d un processus d entreprise. L erreur peut se produire dans le département Achats, l acheteur n ayant pas suffisamment documenté les accords passés avec le fournisseur. L erreur peut tout aussi bien se nicher dans le système informatique Tout l argent qui disparaît involontairement de l entreprise ne relève pas du revenue leakage qui ne traite pas de la bonne manière les accords avec le fournisseur. Un nombre incroyable de situations à risque sont présentes dans tout le processus d achat, jusqu au moment de la conclusion du processus, où le risque est que le département Finances paie la facture plus d une fois, et peut-être avec un montant total erroné. Dans ce cas-ci, cela s appelle simplement «impôts» divisions d une entreprise. Le revenue assurance diffère de l audit interne en ce que l équipe de projet se rend très concrètement sur le terrain pour demander des informations et les vérifier. Alors que les audits internes sont axés sur des spot checks, le revenue assurance aborde un processus dans son ensemble. Cela se fait notamment en passant au peigne fin la comptabilité clients, à la recherche de paiements erronés ou d erreurs dans les règles de TVA. Le team compare les accords passés avec les fournisseurs par le département Achats aux prix et ristournes des factures, l imputation de ristournes promotionnelles, etc. Si des sources de revenue leakage sont mises au jour, le team rapporte ces informations aux départements concernés qui s adressent à leur tour au fournisseur. Dans un second temps, le revenue assurance entend conscientiser toute l entreprise au fait qu il faut réduire les risques de perte de chiffre d affaires.. _ peut-on appliquer le revenue assurance de manière proactive? Comme le risque de perdre du chiffre d affaires existe partout dans l entreprise, le revenue assurance devrait être un élément fixe de la culture d entreprise. Nous pouvons même considérer, à cet égard, le revenue assurance comme un élément qui s inscrit dans le cadre plus large du corporate governance. Le revenue assurance constitue à ce moment un choix stratégique, supporté par le conseil d administration de l entreprise. Dans la pratique, c est souvient le CEO ou le CFO de l entreprise qui assume la responsabilité du revenue assurance. Mais même quand le sommet de l entreprise estime acceptable une certaine forme de perte de chiffre d affaires (une décision qui dépend du risk appetite de l entreprise), des mesures en matière de revenue assurance peuvent s indiquer pour limiter d emblée les pertes au minimum absolu. _ comment aborder le revenue assurance? Il n y a pas de réponse toute faite au revenue leakage. Chaque projet nécessite une approche spécifique. Un exercice de revenue assurance commence par la composition d une équipe de projet. Cette équipe est constituée de spécialistes tant externes qu internes, qui possèdent non seulement des bases technico-financières mais aussi une expertise en matière notamment d ICT, de marketing, de législation, de compliance, de big data et d analyse des processus. Il est essentiel de combiner toute cette expertise. Un revenue leakage est dû en grande partie au fait qu un collaborateur donné connaît sans doute le processus partiel dont il assume la responsabilité, mais pas ce qui se produit en amont ou en aval de la chaîne. La force du revenue assurance réside justement dans le regroupement de toutes les informations disponibles, dans les différents départements et Au premier abord, le revenue assurance semble être un processus réactif. Il s agit de détecter et de colmater les sources de pertes de chiffre d affaires. Mais il est aussi possible de prendre des mesures pour éviter le revenue leakage. L entreprise peut notamment intégrer dans son système ERP des contrôles supplémentaires qui alerteront le département financier d un risque de double paiement avant que l ordre de paiement ne parte pour la banque. D autres mesures préventives peuvent viser notamment à vérifier l application de ristournes accordées sur les factures reçues. Un revenue assurance préventif exige une approche systématique dès le départ, avec entre autres des exigences spécifiques pour la sélection d un logiciel ERP (en matière de mécanismes de contrôle intégrés, de possibilités techniques sur le plan de l extraction de données, etc.). _ quelle est la plus-value apportée par le revenue assurance? La raison d opter pour le revenue assurance est très simple. 1 à 4% de l EBITDA d une entreprise se perd quelque part. Miser sur le revenue assurance est donc une évidence flagrante. Il n empêche que l approche concrète d une perte de chiffre d affaires peut être particulièrement complexe, notamment en raison de la grande variété d intervenants impliqués. Pas mal de causes du revenue leakage se situent dans une zone grise, et c est justement cette zone grise qui assure le confort des collaborateurs concernés. Le revenue assurance commence donc par conscientiser. Ensuite, le revenue assurance avance jusqu au cœur du problème. Il ne s agit pas seulement de trouver le robinet qui fuit, de placer un seau en-dessous et d éponger l eau répandue, il faut aussi colmater définitivement la fuite et éviter de nouvelles fuites. CE QUE LE REVENUE ASSURANCE N EST PAS: _ Ce n est pas un système d encaissement _ Ce n est pas un logiciel _ Ce n est pas une détection des fraudes _ Ce n est pas un audit interne _ Ce n est pas un contrôle des coûts _ Ce n est pas un service de conseil

5

MANQUEMENT CONTRACTUEL DANS L INFORMATIQUE GESTION EXPERTE DES INFORMATIQUES

MANQUEMENT CONTRACTUEL DANS L INFORMATIQUE GESTION EXPERTE DES INFORMATIQUES MANQUEMENT CONTRACTUEL DANS L INFORMATIQUE GESTION EXPERTE DES LITIGES POUR LES PRESTATAIRES INFORMATIQUES Avec plus de 15 ans d expérience et des équipes de souscription et de sinistres dédiées aux prestataires

Plus en détail

«J ai un impayé, que faire?»

«J ai un impayé, que faire?» «J ai un impayé, que faire?» Fiche technique proposée par le Cabinet CFO FRANCE, votre expert en recouvrement de créances civiles & commerciales Www.cfo-france.com S Introduction Malgré les prévisions

Plus en détail

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP // Introduction Introduction

Plus en détail

Qualité et Gestion 18 Juin 2008. Intégration du SCI dans le système de management existant

Qualité et Gestion 18 Juin 2008. Intégration du SCI dans le système de management existant Qualité et Gestion 18 Juin 2008 Intégration du SCI dans le système de management existant 0 Anuschka Küng Economiste d entreprise HES Certification Six Sigma Certification Risk Manager CISA, CIA (i.a.)

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

En tant que (expert-) comptable

En tant que (expert-) comptable En tant que (expert-) comptable Doc-it-Easy Doc-it-Easy optez pour une collaboration intelligente avec votre client Doc-it-Easy Contenu Introduction Les PME et les entrepreneurs veulent des conseils stratégiques...

Plus en détail

Formation Atmansoft :

Formation Atmansoft : La particularité de la mise en place d une gestion de trésorerie, c'est-à-dire afin de devancer ses engagements, de connaître ses besoins et de respecter ses lignes d autorisations de découvert est devenu

Plus en détail

Tout sur la Banque WIR

Tout sur la Banque WIR Tout sur la Banque WIR 1 Au service de la classe moyenne et des PME Fondée en 1934, la Banque WIR, dont le siège principal est à Bâle, entend être la partenaire privilégiée de la classe moyenne dans la

Plus en détail

PRÊTS AUX COOPÉRATIVES DE PRODUCTEURS. Par Robert Pascal Responsable agrinégoce Août 2013

PRÊTS AUX COOPÉRATIVES DE PRODUCTEURS. Par Robert Pascal Responsable agrinégoce Août 2013 PRÊTS AUX COOPÉRATIVES DE PRODUCTEURS Par Robert Pascal Responsable agrinégoce Août 2013 Table des matières NMB en bref Structure du service agrinégoce Contexte agricole en Tanzanie Approche de NMB du

Plus en détail

Fonds de roulement et garanties

Fonds de roulement et garanties Livre blanc Fonds de roulement et garanties Lorsque vous faites affaire à l extérieur du Canada, vos clients étrangers peuvent exiger divers types de garanties avant de conclure un contrat pour la fourniture

Plus en détail

Un ERP par et pour les hôpitaux. RealDolmen Hospital/AX

Un ERP par et pour les hôpitaux. RealDolmen Hospital/AX Un ERP par et pour les hôpitaux RealDolmen Hospital/AX Hospital/AX LES DÉFIS DES HÔPITAUX L objectif des hôpitaux est avant tout de fournir des soins et des services optimaux. Cet objectif est atteint

Plus en détail

Anticipez la demande Une optimisation plus rapide

Anticipez la demande Une optimisation plus rapide Amadeus Hotel Revenue Management System Des solutions pour l hôtellerie Anticipez la demande Une optimisation plus rapide 2 Des solutions pour l hôtellerie Dans la course vers l optimisation des revenus,

Plus en détail

Qui est concerné par la qualité des données?

Qui est concerné par la qualité des données? INTRODUCTION Qui est concerné par la qualité des données? Plus que jamais, les entreprises sont confrontées à des marchés de plus en plus exigeants, réclamant une réponse immédiate et adaptée à des besoins

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Approche, risques et valorisation

Approche, risques et valorisation Studiedag Journée d études Overdracht en overname van KMO s Transmission et reprise de PME Approche, risques et valorisation Hilde WITTEMANS Réviseur d entreprises Table des matières 1. Tendances dans

Plus en détail

E-Newsletter Une lettre d informations d Econocom consacrée à la location

E-Newsletter Une lettre d informations d Econocom consacrée à la location Dans ce numéro Une lettre d informations d Econocom consacrée à la location N 2 La location opérationnelle toujours plus intéressante que l achat N 2 Une lettre d informations d Econocom consacrée à la

Plus en détail

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE Introduction 1. L économie et la société bénéficient des performances de haute qualité des experts-comptables qui contribuent à l imputation et à

Plus en détail

Techniques des prévisions de ventes

Techniques des prévisions de ventes Techniques des prévisions de ventes Introduction Les techniques des prévisions de ventes servent à : Anticiper, à éviter les risques et à maitriser au mieux l avenir dans un contexte concurrentiel. PLAN

Plus en détail

Votre infrastructure informatique toujours sous contrôle

Votre infrastructure informatique toujours sous contrôle Votre infrastructure informatique toujours sous contrôle Au fidèle tableau noir, de plus en plus d écoles ajoutent aujourd hui les services de l informatique. Place aux TICE, Technologies de l Information

Plus en détail

10 contrats pour votre prochain Projet Logiciel Agile

10 contrats pour votre prochain Projet Logiciel Agile 10 contrats pour votre prochain Projet Logiciel Agile Auteur : Peter Stevens Son article du 29 avril 2009 : http://agilesoftwaredevelopment.com/blog/peterstev/10-agile-contracts Son blog : http://www.scrum-breakfast.com/

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID)

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) POUR UNE MEILLEURE PROTECTION DE L INVESTISSEUR SOMMAIRE DES SERVICES FINANCIERS PLUS TRANSPARENTS 3 LES PRINCIPAUX THÈMES VISÉS

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

Cartographie de compétences d un entrepreneur

Cartographie de compétences d un entrepreneur Cartographie de compétences d un entrepreneur Mission générale L entrepreneur définit la stratégie générale de l entreprise et supervise sa mise en œuvre Principales activités L entrepreneur fixe les objectifs

Plus en détail

LES ACTIVITES COMMERCIALES AU SEIN DES ASBL. Fabio Ciarrocchi, fci@oxfamsol.be 17 octobre 2008

LES ACTIVITES COMMERCIALES AU SEIN DES ASBL. Fabio Ciarrocchi, fci@oxfamsol.be 17 octobre 2008 LES ACTIVITES COMMERCIALES AU SEIN DES ASBL Fabio Ciarrocchi, fci@oxfamsol.be 17 octobre 2008 Oxfam-Solidarité ASBL: Types d activités commerciales: Produits de deuxième main: vêtements, ordinateurs, livres,

Plus en détail

Tout sur le compte WIR Le support des PME par excellence

Tout sur le compte WIR Le support des PME par excellence Tout sur le compte WIR Le support des PME par excellence 1 Sommaire Les avantages d une participation WIR Les avantages d une participation WIR page 1 Succès avec WIR page 2 Budget WIR et placement des

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

Devenir partenaire X2com! Fort en innovation Niveau eleve de connaissances Soutien maximal

Devenir partenaire X2com! Fort en innovation Niveau eleve de connaissances Soutien maximal Devenir partenaire X2com! Fort en innovation Niveau eleve de connaissances Soutien maximal Pionnier en X2com X2com fournit des services télécom professionnels aux entreprises et aux institutions. L organisation

Plus en détail

Directives pour le contrôle interne Association suisse des banquiers (ASB) Juin 2002

Directives pour le contrôle interne Association suisse des banquiers (ASB) Juin 2002 Directives pour le contrôle interne Association suisse des banquiers (ASB) Juin 2002 2 Table des matières Préambule 3 I. Définition, objectifs et délimitation 4 II. Surveillance par le management et culture

Plus en détail

Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC

Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC PARTIE 1 Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC THÈME 2 Le traitement des charges : les charges directes et indirectes EXERCICE 2 Méthode des centres d analyse et méthode simplifiée

Plus en détail

GESTION DES DEVIS ET CONTRATS DE MAINTENANCE

GESTION DES DEVIS ET CONTRATS DE MAINTENANCE GESTION DES DEVIS ET CONTRATS DE MAINTENANCE Les devis Suivant vos besoins, le logiciel vous permet de gérer les DEVIS établis pour votre clientèle. Ce logiciel pouvant être utilisé par des Sociétés ayant

Plus en détail

LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES EN FRANCE ET DANS LE TARN

LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES EN FRANCE ET DANS LE TARN Préfecture du Tarn LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES EN FRANCE ET DANS LE TARN Mise en place à l initiative du président de la République, le 27 octobre 2008, la médiation du crédit aux entreprises

Plus en détail

Devenir agent général d assurance. Collaborateurs. Relation onseiller. Entrepreneur. Assurance. Écoute. Proximité

Devenir agent général d assurance. Collaborateurs. Relation onseiller. Entrepreneur. Assurance. Écoute. Proximité Devenir agent général d assurance Entrepreneur Indépendant Relation onseiller Écoute Clients Libre Proximité Collaborateurs Assurance Quelques chiffres... 13 000 Les agents généraux d assurance sont au

Plus en détail

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi. Module: Organisation 3.3. L informatique dans la structure d une organisation Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.dz Plan Introduction Informatique dans les organisations Rattachement

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

Programmes de cartes commerciales Visa pour l industrie de la construction. Prenez le contrôle. Économisez davantage. Gardez l équilibre.

Programmes de cartes commerciales Visa pour l industrie de la construction. Prenez le contrôle. Économisez davantage. Gardez l équilibre. Programmes de cartes pour l industrie de la construction Prenez le contrôle. Économisez davantage. Gardez l équilibre. Programmes de cartes pour l industrie de la construction construction : pour des Les

Plus en détail

pour réussir Conseils vos projets de de dématérialisation de documents et processus Démarrez

pour réussir Conseils vos projets de de dématérialisation de documents et processus Démarrez pour réussir vos projets de de dématérialisation de documents et processus Conseils Démarrez 10 conseils pour réussir son projet 2 1. Faire une étude d opportunité 2. Définir le cadre de son projet 3.

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

Solutions à l exportation

Solutions à l exportation Solutions à l exportation Le rôle d Exportation et développement Canada (EDC) est d appuyer et de développer les activités internationales des exportateurs et des investisseurs canadiens. La tolérance

Plus en détail

Savoir déléguer CADRES DE SANTE

Savoir déléguer CADRES DE SANTE Savoir déléguer CADRES DE SANTE Le 3 avril 2015 Walter DALLE VEDOVE Qu est-ce que déléguer? Nous avons vu que le manager: répartit le travail entre ses subordonnés coordonne les activités (dans son équipe

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES EDITION 2004

CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES EDITION 2004 II a CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES EDITION 2004 II a CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES 1 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

La Banque, votrepartenaired affairesdansla gestiondes risquesau Japon

La Banque, votrepartenaired affairesdansla gestiondes risquesau Japon La Banque, votrepartenaired affairesdansla gestiondes risquesau Japon Par: Julien Richard Directeur Commerce International et François Norris-Paquette Directeur Services aux Entreprises 7 juin 2013 Une

Plus en détail

L AUDIT CREDIT. Financez vos projets immobiliers grâce à votre courtier

L AUDIT CREDIT. Financez vos projets immobiliers grâce à votre courtier L AUDIT CREDIT Financez vos projets immobiliers grâce à votre courtier Finshop est un organisme indépendant qui sélectionne des courtiers pour leurs compétences et leur sérieux et les réunit dans un réseau

Plus en détail

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 L Institut canadien des évaluateurs (ICE) soumet les recommandations

Plus en détail

MiFID en pratique Ou quels changements pour le wholesale?

MiFID en pratique Ou quels changements pour le wholesale? MiFID en pratique Ou quels changements pour le wholesale? Introduction L Agenda de Lisbonne élaboré par la Commission européenne en 1999 formule l ambitieux objectif de faire de l Union européenne, d ici

Plus en détail

Note commune N 33/ 2010

Note commune N 33/ 2010 REPUBLIQUE TUNISIENNE BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2010/10/42 0.1.0.0.1.2 Documents Administratifs --------------------- ( IMPOTS ) Texte n DGI 2010/66 Note commune

Plus en détail

Sage CRM. Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises

Sage CRM. Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises Sage CRM Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises La clé de votre succès. Sage CRM, en tant que solution CRM primée, livre aux petites et moyennes entreprises dans le

Plus en détail

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be Table des matières 1 Introduction...3 2 Pourquoi choisir Health@Work?...3 2.1 Concentrez-vous désormais sur vos activités clés...4 2.2 Nombreuses fonctionnalités

Plus en détail

Atelier A 15. Credit Management : les bonnes pratiques

Atelier A 15. Credit Management : les bonnes pratiques Atelier A 15 Credit Management : les bonnes pratiques Intervenants Sylvain GROS-DESIRS CLAAS Responsable financier réseau/président AFDCC sylvain.gros-desirs@claas.com Jacques André Vincenot AFDCC Trésorier

Plus en détail

Voyages & frais professionnels

Voyages & frais professionnels Voyages & frais professionnels Un gisement d'économie à ne pas ignorer, une satisfaction des équipes à reconquérir Bruno Sireyjol bruno.sireyjol@concur.com Emmanuel Vergé emmanuel.verge@concur.com Financium

Plus en détail

@utotruck. Gestion des garages

@utotruck. Gestion des garages @utotruck Gestion des garages ENVIRONNEMENT Fonctionne sous «Windows/NT/2000/XP» Base de données «SQL/Server» Outil de développement «MAGIC 8.3» Fonctionne en mono-poste ou multi-postes réseaux Licences

Plus en détail

Sommaire. Introduction Gestion des liquidités Planification financières. Rencontre de l incubateur The Ark 10.04.2008

Sommaire. Introduction Gestion des liquidités Planification financières. Rencontre de l incubateur The Ark 10.04.2008 Rencontre de l incubateur The Ark 10.04.2008 Les outils de la planification financière Sommaire Introduction Gestion des liquidités Planification financières 1 Jean-Daniel Favre Licence en sciences économiques

Plus en détail

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles Les processus de sélection et de surveillance des gestionnaires des portefeuilles de NEI : Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles LES FONDS COMMUNS VUS DIFFÉREMMENT..888.809.

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

Augmenter son fonds de roulement grâce aux garanties d exportations d EDC

Augmenter son fonds de roulement grâce aux garanties d exportations d EDC Livre blanc Augmenter son fonds de roulement grâce aux garanties d exportations d EDC Les exportateurs savent bien qu un fonds de roulement insuffisant peut compromettre leur réussite sur les marchés internationaux.

Plus en détail

Fixation des plafonds en matière d emprunts et de risques pour cautionnement - Législature 2011-2016

Fixation des plafonds en matière d emprunts et de risques pour cautionnement - Législature 2011-2016 Préavis No 27/2011 Fixation des plafonds en matière d emprunts et de risques pour cautionnement - Législature 2011-2016 Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers-ères, Depuis 1956, les

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

PRÉSENTATION PRODUIT. Plus qu un logiciel, la méthode plus efficace de réconcilier.

PRÉSENTATION PRODUIT. Plus qu un logiciel, la méthode plus efficace de réconcilier. PRÉSENTATION PRODUIT Plus qu un logiciel, la méthode plus efficace de réconcilier. Automatiser les réconciliations permet d optimiser l utilisation des ressources et de générer plus de rentabilité dans

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant»

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Livre Blanc Oracle Juin 2009 Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Préambule Ce livre blanc met en avant certains risques impliqués dans les travaux liés

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES

Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E CONCOURS D'ADMINISTRATEUR DU SÉNAT 2012 DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA FORMATION Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE

Plus en détail

Petit Déjeuner du Commerce SPEG Banque Cantonale de Genève

Petit Déjeuner du Commerce SPEG Banque Cantonale de Genève Petit Déjeuner du Commerce SPEG Banque Cantonale de Genève 14.03.2014 Présentation Sébastien Collado Chef PME & Indépendants Page 1 Banque Cantonale de Genève Banque Cantonale de Genève Vous accompagner

Plus en détail

NOS PRESTATIONS EN BREF

NOS PRESTATIONS EN BREF NOS PRESTATIONS EN BREF ZWEI Basic support Page 2 ZWEI One off Page ZWEI All times Page 4 Zurich Bahnhofstrasse 12 CH-8001 Zurich info@zwei-we.ch Genève Rue Jacques Grosselin 8 CH-1227 Carouge-Genève Bâle

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

CHAPITRE 9. Les paiements de l assurance-emploi versés en trop Ressources humaines et Développement des compétences Canada

CHAPITRE 9. Les paiements de l assurance-emploi versés en trop Ressources humaines et Développement des compétences Canada CHAPITRE 9 Les paiements de l assurance-emploi versés en trop Ressources humaines et Développement des compétences Canada Rapport d audit de performance Le présent rapport fait état des résultats d un

Plus en détail

Faites des affaires en toute sécurité Nous vous couvrons.

Faites des affaires en toute sécurité Nous vous couvrons. Faites des affaires en toute sécurité Nous vous couvrons. Le progrès implique toujours des risques Frederick B. Wilcox Qu est-ce qui vous empêche de dormir? La peur de ne pas être payé? L accès au financement

Plus en détail

Prenez le contrôle. Économisez davantage. Gardez l équilibre.

Prenez le contrôle. Économisez davantage. Gardez l équilibre. Programmes de cartes pour les hôpitaux Prenez le contrôle. Économisez davantage. Gardez l équilibre. Programmes de cartes pour les hôpitaux pour une meilleure Les contraintes budgétaires et les demandes

Plus en détail

LE CREDIT DOCUMENTAIRE

LE CREDIT DOCUMENTAIRE LE CREDIT DOCUMENTAIRE Le crédit documentaire est l engagement d une banque de payer un montant déterminé au fournisseur d une marchandise ou d une prestation, contre remise, dans un délai fixé, de documents

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001.

La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001. La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001. Décollez avec l ISO 50001 et BSI. Notre expertise peut transformer votre organisation. Depuis

Plus en détail

1 Le risque de défaillance dû aux ventes à perte

1 Le risque de défaillance dû aux ventes à perte 1 Le risque de défaillance dû aux ventes à perte La seule entreprise qui continue à réussir est celle qui continue à se battre pour y arriver. Roberto Goizueta Souvent ignorées ou sous-estimées, les ventes

Plus en détail

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION Marija Vukmanovic, Director, chef de secteur clientèle entreprises Office de Promotion Economique du Canton de Genève Petit-déjeuner

Plus en détail

UltimaX EDM for Microsoft Dynamics AX TM

UltimaX EDM for Microsoft Dynamics AX TM UltimaX EDM for Microsoft Dynamics AX TM Au sein d une organisation, une gestion de l information non structurée se révèle être parfois très compliquée pour l ensemble des collaborateurs. La surcharge

Plus en détail

L efficacité? C est travailler avec des données à jour. Ni plus, ni moins. Isabel Corporate Synchroniser

L efficacité? C est travailler avec des données à jour. Ni plus, ni moins. Isabel Corporate Synchroniser L efficacité? C est travailler avec des données à jour. Ni plus, ni moins. Isabel Corporate Synchroniser Isabel Corporate Synchroniser Quel est votre niveau d efficience aujourd hui? Aujourd hui, les échanges

Plus en détail

CABINET SEDDIK L AFFACTURAGE SOMMAIRE : Introduction. Définition de l affacturage. Mécanisme d affacturage. Le coût de l affacturage

CABINET SEDDIK L AFFACTURAGE SOMMAIRE : Introduction. Définition de l affacturage. Mécanisme d affacturage. Le coût de l affacturage L AFFACTURAGE SOMMAIRE : Introduction Définition de l affacturage Mécanisme d affacturage Le coût de l affacturage Distinction entre l affacturage et l assurance-crédit Avantages et inconvénients de l

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 (première partie) traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

Présentation MAG Audit

Présentation MAG Audit Présentation MAG Audit Audit Comptable Fournisseur Source d économies 25/04/2007 Audit Comptable Fournisseur 1/10 Savoir faire : MAG Audit 6 ans d expériences. Dans des secteurs différents : Bricolage,

Plus en détail

Assurance-crédit. Maîtriser les défauts de paiement/

Assurance-crédit. Maîtriser les défauts de paiement/ Assurance-crédit Maîtriser les défauts de paiement/ Souvent, la confiance ne paie pas/ A toute facture en souffrance est associé un risque de perte. Tout se passe bien pendant un temps, jusqu à ce qu un

Plus en détail

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199 Chapitre 5 LE PILOTAGE DES RISQUES DANS LE GROUPE Le changement et l incertitude sont les seuls éléments constants du monde actuel. Le nombre d événements susceptibles d affecter une entreprise et de la

Plus en détail

L influence d un progiciel de gestion sur le système d information d une organisation

L influence d un progiciel de gestion sur le système d information d une organisation Chapitre 8 L influence d un progiciel de gestion sur le système d information d une organisation Notions Processus : nature et présentation Progiciels de gestion dans les métiers de l organisation : approche

Plus en détail

professionnel et convivial

professionnel et convivial professionnel et convivial ARCO ADRESSES ARCO Adresses est une gestion de contacts performante particulièrement adaptée à des activités de marketing. Il est facile de reprendre automatiquement des adresses

Plus en détail

Profession ICONOGRAPHE. A. Lacouchie S. Mechta E. Sourdillat. Groupe Eyrolles, 2011, ISBN : 978-2-212-12837-6.

Profession ICONOGRAPHE. A. Lacouchie S. Mechta E. Sourdillat. Groupe Eyrolles, 2011, ISBN : 978-2-212-12837-6. Profession ICONOGRAPHE A. Lacouchie S. Mechta E. Sourdillat Groupe Eyrolles, 2011, ISBN : 978-2-212-12837-6. Sommaire Introduction.................................................. 1 Partie 1 Toutes les

Plus en détail

Le Code Génétique de la Marque

Le Code Génétique de la Marque Le Code Génétique de la Marque Le clé pour identifier et renforcer durablement le modèle de reussite de la marque Société de conseil international en gestion stratégique et opérationnelle des marques 39,

Plus en détail

Le travail 2.0 et l enregistrement du temps 1 + 1 = 3. Livre blanc

Le travail 2.0 et l enregistrement du temps 1 + 1 = 3. Livre blanc Le travail 2.0 et l enregistrement du temps 1 + 1 = 3 Livre blanc GET Table des matières I. Situation 3 A. Le travail 2.0 (ou travail collaboratif) : Un concept déjà ancien sous de nouveaux atours? 3 B.

Plus en détail

LES RISQUES JURIDIQUES DES PROPRIÉTAIRES D ENTREPRISES AU QUÉBEC

LES RISQUES JURIDIQUES DES PROPRIÉTAIRES D ENTREPRISES AU QUÉBEC LES RISQUES JURIDIQUES DES PROPRIÉTAIRES D ENTREPRISES AU QUÉBEC Les petites et moyennes entreprises (PME) sont essentielles à la santé économique du Québec. Elles emploient environ 75% de la population

Plus en détail

Enquête sur le financement des coopératives 2007

Enquête sur le financement des coopératives 2007 Enquête sur le financement des coopératives 2007 SPÉCIFICATIONS PROVISOIRES POUR LA COLLECTE DES DONNÉES PAR TÉLÉPHONE Division des petites entreprises et des enquêtes spéciales Statistique Canada 1 INTRODUCTION

Plus en détail

Examen de baccalauréat 2004,

Examen de baccalauréat 2004, Examen de baccalauréat 2004, Sciences économiques et droit (partie comptabilité et gestion) (durée 4h) Matériel autorisé : calculatrice de poche Structure de l examen durée prévisible points attribués

Plus en détail

Les avantages de travailler avec des collaborateurs freelance

Les avantages de travailler avec des collaborateurs freelance Liberté, flexibilité, rapport qualité-prix Les avantages de travailler avec des collaborateurs freelance CONTENU 2 Introduction 2 La plus-value d un collaborateur free-lance 5 Conclusion Introduction En

Plus en détail

8 bonnes raisons. papier!

8 bonnes raisons. papier! 8 bonnes raisons DE PASSER informatisée, INCONDITIONNELS DU crayon ET A UNE GESTION COMMERCIALE POUR LES DU papier! le passage informatisée. Laurent PARERA, Fondateur d EOLE Concept et créateur de GC Soft,

Plus en détail

Livre numérique CINQ FAÇONS D AUGMENTER LES VENTES GRÂCE AU MARKETING

Livre numérique CINQ FAÇONS D AUGMENTER LES VENTES GRÂCE AU MARKETING Livre numérique CINQ FAÇONS D AUGMENTER LES VENTES GRÂCE AU MARKETING SOMMAIRE Résumé analytique Conseil 1 : S accorder sur les définitions 2 3 Résumé analytique Équipes ventes et marketing. Ils passent

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS FIN1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : INFORMATION FINANCIÈRE PERSONNELLE Débutant Aucun L élève explore les concepts qui touchent aux finances des particuliers, y compris le code

Plus en détail

Ombudsman des banques suisses

Ombudsman des banques suisses Ombudsman des banques suisses La procédure en bref Résumé de la procédure de médiation INSTANCE D INFORMATION ET DE MÉDIATION NEUTRE L Ombudsman des banques suisses est un médiateur neutre qui examine

Plus en détail

Présentation des Résultats 2006

Présentation des Résultats 2006 Présentation des Résultats 2006 Réunion SFAF du 28 mars 2007 Une année 2006 brillante en terme de résultats Aubay a encore sur performé son marché sur tous les indicateurs : Un CA de 120,8 M en croissance

Plus en détail