26 avril Réglementation et contrôle appuyant les marché d'assurance inclusifs. Lomé Togo 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "26 avril 2013. Réglementation et contrôle appuyant les marché d'assurance inclusifs. Lomé Togo 1"

Transcription

1 Questions sur la réglementation et le contrôle de la Micro-assurance (2007) et le Papier d'application sur la réglementation et le contrôle appuyant les marchés (2012) 3 ème Congrès Actuariel Africain Lomé Togo 24 au Mustapha LEBBAR / Maroc Président IAIS- MIN JWG et du FISC AICA AICA établie en juridictions 97% CA mondial Mission : promouvoir un contrôle efficace, cohérent et stable Objectif : développer et maintenir des marchés d assurance équitable, sécurisé et stable 2 AICA 2005 Groupe conjoint, établi entre l AICA et le MIN sur la micro assurance 2007 Questions sur la réglementation et le contrôle de la micro assurance 2010 Questions sur les mutuelles, les coopératives et autres organisations communautaires 2012 Papier d application sur la réglementation et le contrôle appuyant les marchés d assurance ouverts 2012 Sous comité inclusion financière 3 Lomé Togo 1

2 AICA Le sous comité inclusion financière élabore : + En collaboration avec l A2ii : Module de formation et outils d auto évaluation + En coordination avec le MIN : Conduite des marchés, distribution et protection des consommateurs Mutuelles, coopératives et autres organisations communautaires et prévoit de s engager avec l IFSB sur la réglementation et le contrôle en matière de Takaful 4 1. Introduction (1) Engagement des contrôleurs d'assurance à rendre leurs environnements plus ouverts Intérêt grandissant des régulateurs pour la micro-assurance considérée comme un moyen pour réaliser la protection des tranches de population à revenu faible L ouverture des marchés d assurance à ces tranches de population est devenue un élément majeur dans la promotion des marchés financiers ouverts La création d'un cadre réglementaire approprié est une tâche complexe présentant plusieurs défis 5 1. Introduction (2) La présentation fournit un aperçu sur : L'état actuel de la micro-assurance et sur les tendances récentes Les défis liés à la mise en place d un environnement réglementaire conforme aux principes p fondamentaux de l assurance Les options stratégiques et les orientations quand à l implémentation des principes fondamentaux en cohérence avec l objectif de développement de marchés d assurance ouverts 6 Lomé Togo 2

3 2. Définition de la micro-assurance (AICA) La micro-assurance est une assurance : accessible à la population à faible revenu offerte par une variété d entités de types différents fonctionne conformément aux pratiques d'assurance généralement admises (notamment les principes p fondamentaux d assurance) L'activité de micro-assurance fait partie du périmètre de l autorité de contrôle et de réglementation des assurances Les programmes de protection sociale du gouvernement ne sont pas inclus, n étant pas financés par des primes relatives au risque 7 3. Micro-assurance versus assurance conventionnelle Exemples de différences Assurance conventionnelle* Micro-assurance Prime collectée en espèces ou le plus souvent par Prime souvent collectée en espèces ou associée avec une autre prélèvement sur compte bancaire opération telle que remboursement de prêt ou achat d un bien. Les modes de recouvrement doivent répondre à l irrégularité des flux de trésorerie sur ce marché, ce qui peut signifier des paiements de prime fréquents. Vendue par des intermédiaires agréés Souvent vendue par des intermédiaires non agréés Les agents et les courtiers sont responsables des Les agents gèrent l intégralité de la relation client, parfois y ventes et des services. Les ventes directes sont compris le recouvrement des primes. La micro-assurance est également courantes. souvent vendue directement à des groupes. Cible généralement les clients riches ou de la classe Cible les personnes à faible revenu dans les marchés moyenne dans les marchés émergents. émergents. Le marché est très peu familiarisé avec l assurance Le marché est très peu familiarisé avec l assurance et nécessite dans les marchés émergents. Seuls les clients donc un investissement lourd dans la sensibilisation du professionnels sont familiers avec l assurance. consommateur Les processus de sélection (screening requirements) S il y a des processus de sélection, ils sont limités à une peuvent comprendre un examen médical déclaration de bonne santé Les montants assurés sont élevés Les montants assurés sont faibles Tarification basée sur l'âge / le risque spécifique Tarification collective ou de groupe ; dans le cas d une tarification individuelle, la prime est souvent plus élevée du fait du niveau de risque de l assuré et du manque de concurrence du côté de l offre Eligibilité limitée avec des exclusions standards Largement ouvert, avec peu sinon pas d exclusions Document contractuel complexe Document contractuel simple, facile à comprendre Le processus de demande d indemnisation peut être Le processus de demande d indemnisation doit être simple tout assez difficile pour les assurés en maintenant un contrôle de fraude Adapté de McCord et Churchill (2005) * Non applicable aux grands groupes d assurance Offre de la micro-assurance Plusieurs programmes existent dans plusieurs marchés émergents mais sont informels (programmes communautaires, mutuelles, coopératives, ou institutions de micro-finance ) Plusieurs fournisseurs existent (petits, grands, formels, informels) mais qui ne respectent pas tous les principes fondamentaux de l assurance Les assureurs reconnaissent le potentiel du marché des populations à revenu faible et s y engagent 9 Lomé Togo 3

4 5. Produits de la micro-assurance Conçus pour les besoins et les exigences spécifiques des ménages à faible revenu Proposés sous forme d un dun produit à risque unique ou multiple «package» de couverture individuelle ou collective Gamme de produits presque aussi variée que celle de l assurance conventionnelle (vie, santé, invalidité, de biens, agricole, couverture catastrophe, produits composites) Tendances récentes (1) 600 (en millions) Le nombre de personnes couvertes a augmenté de 6,5 fois en moins de cinq ans Tendances récentes (2) 10% 9% 8% 7% 6% 5% 4% 3% 2% 1% 0% Assurance décès emprunteur Série 1 Autres Assurance santé Assurance de assurances vie biens Assurance agricole 12 Lomé Togo 4

5 6. Tendances récentes (3) Intérêt croissant pour la micro-assurance Apparition de problèmes liés à la protection des assurés vue la nature des clients et le caractère inédit des affaires pour les assureurs, les intermédiaires et les contrôleurs Implication plus importante des bailleurs de fonds 13 7 pays ont implémenté une règlementation de la micro-assurance 5 pays ont des projets encours, plus CIMA qui étend la règlementation de la micro-assurance à 14 pays en Afrique de l ouest Plusieurs autres pays développent une règlementation de la micro-assurance (Zambie, Kenya, Ethiopie, Nigéria, Pakistan, Indonésie, etc.) Chine Mexique Ghana CIMA Inde Cambodge Taiwan Philippines Pérou Mozambique Brésil Swaziland Afrique du Sud Défis pour contrôleurs, régulateurs et assureurs Couverture restreinte Canaux de distribution inadéquats Coûts de transaction élevés Sensibilisation faible du client Produits conventionnels inappropriés Existence de prestataires informels Consommateurs vulnérables Traitement fiscal défavorable 15 Lomé Togo 5

6 8. Options stratégiques Approche Réglementation fonctionnelle Réglementation institutionnelle La micro-assurance est considérée comme une La micro-assurance est considérée comme un type ligne métier Egalement appelée approche basée institutionnel Egalement appelée approche institutionnelle sur l activité Description Tous les micro-assureurs, quel que soit leur type Un porteur de risque peut obtenir un agrément comme microassureur, mais sera réglementé de manière différente par institutionnel (ceux relevant de la législation des assurances mais également les institutions exemple relevant d autres lois), doivent suivre deux jeux de les MBA aux Philippines relèvent de la législation des règles : assurances a) Les mêmes règles dans la mesure où certains les nouveaux micro-assureurs santé en Afrique de l Ouest ont aspects de fourniture de micro-assurance sont un organe de réglementation et de contrôle séparé concernés. Un micro-assureur spécialisé peut également être réglementé b) En ce qui concerne leur type institutionnel en tant que société de capitaux, par exemple avec une spécifique, ils suivent tles règles définies i pour ce exigence de niveau de fonds propres plus faible sur les grands type. assureurs traditionnels. Les exemples de ce modèle proviennent uniquement de la micro-finance. Quelles règles La micro-assurance définie comme ligne métier Pour un nouveau type institutionnel de micro-assureur, une peuvent être peut avoir des exigences spécifiques, valides quel réglementation spécifique peut être développée, par exemple spécifiquement que soit le type institutionnel, dans les domaines en matière de : définies? qui suivent : gouvernance reporting exigences minimales de fonds propres souscription contrôle sur place et sur pièces transparence placements résolution des litiges agents ou autres circuits de distribution agents ou autres circuits de distribution traitement des sinistres Les obligations peuvent être diminuées ou augmentées Cette liste fournit quelques exemples mais doit être adaptée à chaque juridiction. Tous les assureurs traitent leurs portefeuilles de micro-assurance de la même façon. L arbitrage réglementaire est minimisé. Avantages Tous les assureurs traitent leurs portefeuilles de Il est possible de créer un type spécialisé de micro-assureur, micro-assurance de la même façon. par exemple avec des conditions d entrée plus souples et un L arbitrage réglementaire La réglementation est minimisé. et le contrôle appuyant champ les marchés d intervention d'assurance limité. inclusifs 16 Source : Wiedmaier-Pfister (GTZ, 2007). Adapté par Mommartz. 9. Inclusion financière Situation où tout adulte en âge de travailler a un accès effectif au crédit, à l'épargne et à l'assurance de prestataires formels. L «accès effectif» implique que la prestation de services est appropriée et consciencieuse, à un coût abordable pour le client et durable pour le prestataire, de sorte que les clients financièrement exclus accèdent aux services financiers formels, plutôt que les options existantes informelles. (Source: Global Partnership for Financial Inclusion (2011) Global Standard-Setting Bodies and Financial Inclusion for the Poor: Toward Proportionate Standards and Guidance) L inclusion financière contribue à la stabilité financière Les dirigeants du G20 ont adopté en 2010 des principes visant à appuyer la création d un environnement politique et réglementaire favorable à l'inclusion financière novatrice Barrières et Innovations Moins que la pleine inclusion signifie qu'il ya barrière rendant certaines personnes mal desservies Les innovations sont nécessaires pour surmonter, supprimer ou contourner les barrières 18 Lomé Togo 6

7 11. Orientations (AICA) Offre d assurance dans des marchés réglementés Agrément de toute entité désirant opérer en tant qu assureur Exigence d une taille minimale pour pouvoir garantir les risques d assurance Gestion de la transition de l informel au formel Appui des pratiques novatrices Application du principe de la Proportionnalité Rôles et responsabilités L assurance doit être formel Agrément Informel signifie : exonéré, donc non définie comme assurance dans la loi Illégal Barrières signifie : assureurs formels existants s écartent des besoins des clients les rendant parfois mal desservis leurs besoins demeurent, mais sans couverture formelle Ils trouvent des solutions dans des mécanismes et systèmes informels L assurance doit être formel Taille minimale Limite jusqu où on peut aller Taille minimale en dessous de laquelle il est «inapproprié pour une entité de conserver un risque d'assurance pour des raisons techniques et commerciales» Les niveaux devraient être fixées sur la base de la taille, de la nature et de la complexité du risque - et non pas seulement la taille de l'entité En dessous de ce niveau, le risque d'assurance ne devrait pas être conservé 21 Lomé Togo 7

8 11. L assurance doit être formel Transition de l informel au formel Défi de formalité Clarté, transparence Sans arbitrage, ne pas restreindre les entités agréées dans la compétition Restrictions agissent comme contrainte et encouragent de continuer dans l informel Coopération avec d autres autorités peut aider à atteindre la transition Innovations (1) Pour éviter d'être une barrière, la réglementation doit admettre et faciliter le besoin d'innovation si les marchés d'assurance doivent devenir plus ouverts Innovations (2) Adopter une approche suffisamment large de droit primaire de sorte que de nombreuses options soient disponibles pour l'innovation Qui peut être un assureur? Qui peut être un intermédiaire? Comment les choses devraient être faites? Quel est le minimum qui doit être fait? 24 Lomé Togo 8

9 12. Innovations (3) Exemples de restrictions à éviter : Tous les assureurs doivent être listés Tous les assureurs doivent avoir une forme juridique donnée (sociétés par actions) Des branches ne sont pas autorisés L intermédiation doit prendre une forme juridique donnée Innovations (4) Implémenter progressivement les règles Établir les règles par des moyens administratifs (Norme 1.2) Mesures larges et non limitées dans leur porté Imposer des conditions d agrément (Norme 4.7 et Orientation ) Agrément spécial de porté ciblée et exigences proportionnées avec limitations Permettre la combinaison vie et non vie Proportionnalité (1) Evoquée dans plusieurs principes de base (ICPs) Très important en terme de règles, processus et pratique de surveillance Considère le risque en terme de nature, taille et complexité Facile à comprendre l aspect technique du risque d'assurance, mais s'applique aussi à d'autres risques et perspectives, exemple, le point de vue prudentiel pour la fraude ou la protection des consommateurs. Pas tous risque est défini par le produit 27 Lomé Togo 9

10 13. Proportionnalité (2) illance et de on Intensité de survei régulatio Barrières techniques : Un portefeuille d'assurance trop petit ne fournit pas suffisamment d avantage de mutualisation pour justifier l'effort Barrières d'affaires (dans la règlementation) : Exigences minimales pour les processus d'affaires afin de conserver et de gérer un risque commercial Nature, Taille et Complexité Proportionnalité (3) illance et de on Intensité de survei régulatio Zone de non retention La réalité simple mais difficile à appréhender Il ya une zone où, pour des raisons techniques et commerciales, il n'est tout simplement pas sûr d y être à long terme En dessous des limites, les entités opèrent comme distributeurs Proportionnalité peut aider beaucoup, mais a un minimum absolu Nature, Taille et Complexité Proportionnalité (4) La définition des règles vient avec les contraintes illance et de on Intensité de survei régulatio Zone de non retention Nature, Taille et Complexité Etendue complète Portée limitée 30 Lomé Togo 10

11 13. Proportionnalité (5) Une approche proportionnée de réglementation et de contrôle La proportionnalité doit être appliquée dans : La conception et l implémentation des exigences réglementaires L évaluation par le contrôle de l observation par les assureurs des exigences réglementaires La manière dont les pouvoirs de contrôle sont exercés Proportionnalité (6) La proportionnalité ne consiste pas à introduire des simplifications automatiques ou systématiques Le profil de risque individuel et l'impact sur les objectifs de contrôle devraient être les principaux guides dans le choix d'appliquer ou non le principe de proportionnalité Proportionnalité (7) Exemples de domaines d application Procédures administratives (le processus d'autorisation, la notification des changements de membres du conseil d'administration, ou les limitations d'activités, etc.) Système de solvabilité Exigences de bonne gouvernance Exigences de risk management et de contrôle interne 33 Lomé Togo 11

12 14. Rôle des contrôleurs (1) Rôle traditionnel : protection des assurés et maintient de la stabilité financière Les ressources limitées des économies émergentes constituent une contrainte pour la prise en charge des populations à faible revenu Les autorités de contrôle jouent un rôle de facilitateurs en rendant l environnement réglementaire plus favorable à la micro-assurance, stimulant ainsi son développement sans devoir faire des compromis sur les aspects prudentiels Rôle des contrôleurs (2) Les contrôleurs doivent Comprendre les forces, les opportunités, et les menaces inhérentes à la micro-assurance c.à.d. comprendre les risques auxquels les populations à faible revenu sont exposées, la demande potentielle de services, et les barrières à l accès aux services formels Conduire un processus orienté vers l ouverture du marché des assurances en partenariat avec le secteur privé Mettre en œuvre d une réglementation adaptée à la micro-assurance 35 Merci pour votre attention Lomé Togo 12

Initiative Accès à l Assurance

Initiative Accès à l Assurance Initiative Accès à l Assurance Programme mondial pour la promotion de cadres réglementaires et de contrôle solides 9 e Consultation téléphonique : 26 mars 2015 «Mutuelles, coopératives et organisations

Plus en détail

Mutuelles, coopératives et autres organisations communautaires (MCOC)

Mutuelles, coopératives et autres organisations communautaires (MCOC) Compte-rendu de la 9e Consultation téléphonique A2ii-AICA Mutuelles, coopératives et autres organisations communautaires (MCOC) 26 mars 2015 1 Mutuelles, coopératives et autres organisations communautaires

Plus en détail

ASSOCIATION INTERNATIONALE DES CONTRÔLEURS D ASSURANCE

ASSOCIATION INTERNATIONALE DES CONTRÔLEURS D ASSURANCE ASSOCIATION INTERNATIONALE DES CONTRÔLEURS D ASSURANCE et QUESTIONS SUR LA RÉGLEMENTATION ET LE CONTRÔLE DE LA MICRO-ASSURANCE Juin 2007 [Le présent document a été préparé par le Groupe de travail AICA-CGAP

Plus en détail

PLANET GUARANTEE MALI. One World to protect

PLANET GUARANTEE MALI. One World to protect PLANET GUARANTEE MALI One World to protect Sommaire Sommaire I. Présentation de PlaNet Guarantee II. Présentation de PlaNet Guarantee Mali I. Assurance Récolte Sahel II. Santé pour tous III. Lakana 2 3

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

Services Financiers Mobiles Supervision et Surveillance des Services Financiers Mobiles

Services Financiers Mobiles Supervision et Surveillance des Services Financiers Mobiles Mobile Financial Services Working Group (MFSWG) Services Financiers Mobiles Supervision et Surveillance des Services Financiers Mobiles Cette Note Directrice a été élaborée par le Groupe de Travail sur

Plus en détail

ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE

ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE Plan de présentation Constat d ensemble sur l assurance santé Secteur formel Secteur privé Primes assurances non-vie

Plus en détail

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1 APREF juin 2011 1 Pourquoi la micro-assurance? Lien fort et évident entre pauvreté et vulnérabilité Si quelqu un est protégé contre les risques de base pour lui et sa famille, il est plus enclin à prendre

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

La micro assurance est au service du développement de l économie au Maroc

La micro assurance est au service du développement de l économie au Maroc La micro assurance est au service du développement de l économie au Maroc Mme Saadia Nouri Directeur Général Adjoint Assurances de personnes et Partenariats Axa Assurance Maroc 1 Sommaire Préambule : Micro

Plus en détail

Récapitulatif: Du 1 er au 12 Juin 2015. Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux.

Récapitulatif: Du 1 er au 12 Juin 2015. Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux. Du 1 er au 12 Juin 2015 Récapitulatif: Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux. Mise en place d un référentiel de données en Turquie. Test de continuité

Plus en détail

Des système assuranciels en construction Jean-Christophe Debar, FARM

Des système assuranciels en construction Jean-Christophe Debar, FARM Des système assuranciels en construction Jean-Christophe Debar, FARM Colloque «La micro-assurance agricole en Afrique de l Ouest : réalités et perspectives» Paris, 27 février 2014 Source «The emergence

Plus en détail

Agrotosh Mookerjee FIA, Principal Actuary, MicroEnsure

Agrotosh Mookerjee FIA, Principal Actuary, MicroEnsure L importance des données pertinentes pour faciliter l accès des petits exploitants à l assurance agricole, 2 ème Briefing continental africain Nairobi, 14 juillet 2014 Agrotosh Mookerjee FIA, Principal

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

Charte de Qualité sur l assurance vie

Charte de Qualité sur l assurance vie Charte de Qualité sur l assurance vie PRÉAMBULE La présente Charte de Qualité sur l assurance vie s'inspire largement de la Charte de Qualité ICMA Private Wealth Management, qui présente les principes

Plus en détail

One World to protect PLANET GUARANTEE SENEGAL

One World to protect PLANET GUARANTEE SENEGAL One World to protect PLANET GUARANTEE SENEGAL 2 A PRÉSENTATION DE PLANET GUARANTEE I. Présentation de PlaNet Guarantee L'objectif de PlaNet Guarantee est de permettre aux populations exclues des systèmes

Plus en détail

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis L affacturage en Afrique : Opportunités et défis Par Mme Kanayo Awani Directrice, Financement du commerce et Agences African Export-Import Bank Présenté au séminaire 2014 sur l affacturage Lusaka, Zambie

Plus en détail

Micro-assurance. Denis Garand, FSA, FICA le 6 juin, 2009

Micro-assurance. Denis Garand, FSA, FICA le 6 juin, 2009 Micro-assurance Denis Garand, FSA, FICA le 6 juin, 2009 Objectifs de développement du millénaire Réduire la pauvreté extrême et la faim Éducation primaire pour tous Promouvoir l égalité des sexes et l

Plus en détail

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis L affacturage en Afrique : Opportunités et défis Par B.O. Oramah Vice président (développement commercial et financement de projet d'entreprise) Banque Africaine d'import-export Présenté au séminaire 2014

Plus en détail

Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008

Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008 Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008 Dans l ensemble, le secteur financier dans les pays de la région MENA continue de jouer

Plus en détail

Situation du secteur des assurances en Haïti et les perspectives d avenir

Situation du secteur des assurances en Haïti et les perspectives d avenir MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES (MEF) UNITE DE CONTRÔLE ET DE SUPERVISION DES ASSURANCES (UCSA) Situation du secteur des assurances en Haïti et les perspectives d avenir Présenté par : Cinquième

Plus en détail

ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE CHEA CHANTO, GOUVERNEUR DE LA BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE 21 EME CONFERENCE DES GOUVERNEURS (DAKAR 14-16 MAI 2014)

ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE CHEA CHANTO, GOUVERNEUR DE LA BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE 21 EME CONFERENCE DES GOUVERNEURS (DAKAR 14-16 MAI 2014) ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE CHEA CHANTO, GOUVERNEUR DE LA BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE SUR " PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE : ROLE DES BANQUES CENTRALES" 21 EME CONFERENCE DES GOUVERNEURS DES BANQUES

Plus en détail

MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS

MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS Finalité du document Le présent document dresse un état des lieux du dossier commerce électronique et services financiers, avec une

Plus en détail

L ASSURANCE DE PRÊT? Les clés pour faire le bon choix. particuliers professionnels professionnels entreprises. entreprises

L ASSURANCE DE PRÊT? Les clés pour faire le bon choix. particuliers professionnels professionnels entreprises. entreprises particuliers professionnels professionnels entreprises entreprises L ASSURANCE DE PRÊT? Les clés pour faire le bon choix document non contractuel à caractère publicitaire. les garanties peuvent donner

Plus en détail

L ASSURANCE DE PRÊT? Les clés pour faire le bon choix

L ASSURANCE DE PRÊT? Les clés pour faire le bon choix particuliers PROFESSIONNELS professionnels entreprises entreprises GÉNÉRATION RESPONSABLE Être un assureur responsable, c est donner à chacun les moyens de faire les bons choix pour protéger ce qui lui

Plus en détail

Carcassonne 2007 Réformes des marchés de financement : Opportunités pour les Coopératives d HLM

Carcassonne 2007 Réformes des marchés de financement : Opportunités pour les Coopératives d HLM Carcassonne 2007 Réformes des marchés de financement : Opportunités pour les Coopératives 00 Depuis 15 ans nos prospectives accompagnent l unification européenne du droit et de la finance (Société coopérative

Plus en détail

Département des Risques

Département des Risques DOCUMENTATION RELATIVE AU PILIER 3 DE LA REGLEMENTATION BALE II SOMMAIRE 1- Présentation 2- Politique de gestion des risques 3- Fonds propres 4- Adéquation des fonds propres 5- Risques de contrepartie

Plus en détail

Code de conduite des prestataires de services d argent mobile

Code de conduite des prestataires de services d argent mobile Code de conduite des prestataires de services d argent mobile SOLIDITÉ DES SERVICES TRAITEMENT ÉQUITABLE DES CLIENTS SÉCURITÉ DES RÉSEAUX ET CANAUX MOBILES VERSION 1 - NOVEMBRE 2014 Introduction Le présent

Plus en détail

LES SYSTEMES DE PROTECTION SOCIALE A BASE COMMUNAUTAIRE. Christian Jacquier Coordinateur Programme BIT/STEP Turin, décembre 2007

LES SYSTEMES DE PROTECTION SOCIALE A BASE COMMUNAUTAIRE. Christian Jacquier Coordinateur Programme BIT/STEP Turin, décembre 2007 LES SYSTEMES DE PROTECTION SOCIALE A BASE COMMUNAUTAIRE Christian Jacquier Coordinateur Programme BIT/STEP Turin, décembre 2007 systèmes de PSBC 1. Un phénomène mondial 2. Origine et causes du phénomène

Plus en détail

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée DEFIS ET OPPORTUNITES DE LA MICROASSURANCE AU SENEGAL La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée Présenté par Mme Aida Djigo Wane AMSA Assurances

Plus en détail

L importance de divers services de microfinance pour différentes petites entreprises forestières. Service Bois Produits forestiers non ligneux

L importance de divers services de microfinance pour différentes petites entreprises forestières. Service Bois Produits forestiers non ligneux 91 8. Conclusions Le financement des activités forestières renvoie à des besoins et contraintes spécifiques: les petites entreprises ont besoin de planter, d acheter et de transformer des approvisionnements,

Plus en détail

La Finance au Service de l Afrique NOTE DE BRIEFING

La Finance au Service de l Afrique NOTE DE BRIEFING La Finance au Service de l Afrique NOTE DE BRIEFING État DEs lieux de LA MICRO-ASSURANCE EN AFRIQUE Publié conjointement par : Fondation Munich Re www.munichre-foundation.org Contact : Dirk Reinhard, dreinhard@munichre-foundation.org

Plus en détail

I. Les entreprises concernées

I. Les entreprises concernées RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-12 du 1 er février 2011 relative à la création d une Union Mutualiste de Groupe par les groupes MGEN, MNH, la MNT, la MGET et la MAEE L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

Séminaire de la CCR sur l assurance santé Alger, 1 er Juillet 2013. Pour une Gestion Efficiente de l Assurance Santé

Séminaire de la CCR sur l assurance santé Alger, 1 er Juillet 2013. Pour une Gestion Efficiente de l Assurance Santé Séminaire de la CCR sur l assurance santé Alger, 1 er Juillet 2013 Pour une Gestion Efficiente de l Assurance Santé CHIDIAC Ronald Directeur Général Arab Re Troisième Partie Pour une gestion efficiente

Plus en détail

PACA FORMATION THANATOLOGY

PACA FORMATION THANATOLOGY PACA FORMATION THANATOLOGY Quelle est la définition d assurance? 2 Définition d assurance L'assuranceest l'activité qui consiste à protéger moyennant une cotisation (prime) un individu, une association

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Les parlementaires africains Reconnaissant que les parlements

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

SYMPOSIUM SUR LA PROTECION SOCIALE

SYMPOSIUM SUR LA PROTECION SOCIALE SYMPOSIUM SUR LA PROTECION SOCIALE Abidjan, 24-26 Juin 2015 1 Thème : PLACE DES ASSUREURS PRIVES DANS LE SYSTEME DE PROTECTION SOCIALE : ENJEUX ET PERSPECTIVES Par Saliou BAKAYOKO Directeur Général de

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES 26, boulevard Haussmann 75311 Paris Cedex 09 Téléphone : 01 42 47 90 00 - Télécopie : 01 42 47 93 11 - Internet : http://www.ffsa.fr 12 juillet 2007 Observations

Plus en détail

38 e assemblée générale de la FANAF

38 e assemblée générale de la FANAF 38 e assemblée générale de la FANAF Les nouveaux enjeux du contrôle des assurances Ouagadougou, mardi 18 février 2014 François Tempé Autorité de Contrôle prudentiel et de Résolution (ACPR) Abréviations

Plus en détail

La Première Conférence Panafricaine sur la Transformation et l Emergence du Continent

La Première Conférence Panafricaine sur la Transformation et l Emergence du Continent La Première Conférence Panafricaine sur la Transformation et l Emergence du Continent QUEL ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES, QUEL ENCADREMENT REGLEMENTAIRE ET QUEL ENTREPRENARIAT NATIONAL A DEVELOPPER POUR ATTIRER

Plus en détail

Assurance et NTI en Afrique :

Assurance et NTI en Afrique : Marrakech, 21-23 novembre 2011 Assurance et NTI en Afrique : De réelles opportunités d innovation et de distribution multicanal à encadrer juridiquement www.ulys.net www.droit-technologie.org Cathie-Rosalie

Plus en détail

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Un projet financé par l Union Européenne Réunion de Travail des Coordonnateurs du SBA et des Conseillers

Plus en détail

Le contrôle fondé sur le risque dans l assurance inclusive

Le contrôle fondé sur le risque dans l assurance inclusive Compte-rendu de la 11e Consultation téléphonique A2ii-AICA Le contrôle fondé sur le risque dans l assurance inclusive 23 juillet 2015 1 Les consultations téléphoniques de l A2ii sont organisées en partenariat

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES 1 BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SBS MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES I. INTRODUCTION La supervision bancaire évolue de façon dynamique. La récente crise financière internationale

Plus en détail

Quelles sont les durées minimale et maximale d une émission d OS?

Quelles sont les durées minimale et maximale d une émission d OS? Consultation publique sur le site du SGG au titre du projet de loi sur les obligations sécurisées Éléments de réponse de ce Ministère sur les questions soulevées par CDG Capital Question Quelles sont les

Plus en détail

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc.

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Du 17 au 28 Août 2015 Récapitulatif: Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Accord de partenariat entre la Bourse de Casablanca et London

Plus en détail

Développement de la microassurance au Vietnam : quelques expériences intéressantes. Grégoire Chauvière Le Drian Adjoint au directeur ADETEF Vietnam

Développement de la microassurance au Vietnam : quelques expériences intéressantes. Grégoire Chauvière Le Drian Adjoint au directeur ADETEF Vietnam Développement de la microassurance au Vietnam : quelques expériences intéressantes Grégoire Chauvière Le Drian Adjoint au directeur ADETEF Vietnam Atelier du Forum économique et financier Hanoï, 10 et

Plus en détail

Indemnisation des victimes des accidents de circulation au Maroc

Indemnisation des victimes des accidents de circulation au Maroc Bureau Central Marocain d Assurances Indemnisation des victimes des accidents de circulation au Maroc Paris, le 07 octobre 2008 Mr Hamid BESRI Directeur Général du BCMA Sommaire Présentation du secteur

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-181 du 27 décembre 2012 relative à l affiliation de la Mutuelle Générale de l Économie, des Finances et de l Industrie (MGEFI) à l union mutualiste de groupe Istya

Plus en détail

République du Burundi

République du Burundi République du Burundi Ministère des Finances et de la Planification du Développement Economique Secteur Financier Titre du Projet 1 : Mise en œuvre du plan d actions de la Stratégie du Développement du

Plus en détail

PER Convergence Le Guide de l épargnant

PER Convergence Le Guide de l épargnant Comment choisir vos supports de placement? PER Convergence Le Guide de l épargnant Avec PER Convergence, votre entreprise met à votre disposition deux dispositifs d épargne au service de vos projets dans

Plus en détail

Ce document a été adapté de :

Ce document a été adapté de : Ce document a été adapté de : Chamberlain, D., Bester, H., 2006. Guidelines for creating a facilitative regulatory environment for microinsurance - a cross-country review. Proposed analytical framework

Plus en détail

Formation à la microfinance

Formation à la microfinance Formation à la microfinance Contexte de la formation : L'année internationale de la micro finance a été lancée en Mars 2005 et aujourd'hui le monde entier est tourné vers cet outil afin de réduire de manière

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE ANNEXE 1 CODE DE BONNE CONDUITE CONCERNANT LA COLLECTE ET L UTILISATION DE DONNEES RELATIVES A L ETAT DE SANTE EN VUE DE LA SOUSCRIPTION OU L EXECUTION D UN CONTRAT D ASSURANCE Les organismes d assurance

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE Comité du commerce des services financiers S/FIN/W/25/Add.1 19 juin 2003 (03-3275) Original: anglais COMMUNICATION DE HONG KONG, CHINE Tendances du marché et questions

Plus en détail

L externalisation réglementée

L externalisation réglementée L externalisation réglementée SOMMAIRE 3 LA PLACE FINANCIÈRE LUXEMBOURGEOISE 4 L EXTERNALISATION DANS LE SECTEUR FINANCIER 5 LE STATUT DE PSF DE SUPPORT 7 L OFFRE DE SERVICES 9 POURQUOI TRAVAILLER AVEC

Plus en détail

RÉSEAU AFRICAIN DE MICROFINANCE (AFMIN)

RÉSEAU AFRICAIN DE MICROFINANCE (AFMIN) RÉSEAU AFRICAIN DE MICROFINANCE (AFMIN) PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DE NORMES ET D INDICATEURS DE PERFORMANCE COMMUNS INDICATEURS DE PERFORMANCE ET DÉFINITIONS CONVENUS OCTOBRE 2002 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Atelier B9. Stratégie de financement évolution des captives

Atelier B9. Stratégie de financement évolution des captives Atelier B9 Stratégie de financement évolution des captives INTRODUCTION La mise en application de Solvency 2 bouscule les captives existantes : 1. Quelles sont les normes applicables? 2. Quels agréments

Plus en détail

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France Protection sociale La multiplicité des régimes de protection sociale conduit les pluriactifs à des situations administratives complexes : chacune de leurs activités les rattache à une caisse spécifique.

Plus en détail

www.pwc.com/middle-east Les perspectives de la bancassurance Développements et facteurs clefs de succès

www.pwc.com/middle-east Les perspectives de la bancassurance Développements et facteurs clefs de succès www.pwc.com/middle-east Les perspectives de la bancassurance Développements et facteurs clefs de succès Agenda 1- Pourquoi la bancassurance? 2- La bancassurance dans le monde 3- Les modèles de la bancassurance

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT 1414214 D Intitulé du texte : projet de décret relatif aux modalités de calcul du taux annuel effectif de l assurance Ministère à l origine de la

Plus en détail

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité II, contrats responsables, normes IFRS, fiscalité : conséquences de ces normes sur le devenir des opérateurs et des couvertures

Plus en détail

DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA

DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------- LE CONSEIL DES MINISTRES DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA LE CONSEIL DES MINISTRES

Plus en détail

Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous

Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous Luis Frota, Programme STEP Département de la Sécurité Sociale BIT Turin, 26 Novembre 2007 Campagne mondiale sur l extension de la sécurité

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

Principes de liberté d'expression et de respect de la vie privée

Principes de liberté d'expression et de respect de la vie privée L'Initiative mondiale des réseaux Protéger et faire progresser la liberté d'expression et le respect de la vie privée dans les technologies de l information et de la communication Principes de liberté

Plus en détail

Comment le FSCS protège votre argent

Comment le FSCS protège votre argent Comment le FSCS protège votre argent Guide du Financial Services Compensation Scheme 2 Comment le FSCS protège votre argent Comment le FSCS protège votre argent 3 À propos de ce guide Ce guide vous explique

Plus en détail

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

Par Claude d Almeida, mai 2012.

Par Claude d Almeida, mai 2012. 1 er FORUM ÉCONOMIQUE DU PATRONAT IVOIRIEN Thème : «MÉCANISMES INNOVANTS ET ALTERNATIFS DE FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVÉ» Par Claude d Almeida, mai 2012. CLAUDE D ALMEIDA, CONSULTANT ANCIEN STATISTICIEN

Plus en détail

GAREAT. Documents annexes

GAREAT. Documents annexes GAREAT Documents annexes Qu est ce que le GAREAT? Le GAREAT est un Groupement d Intérêt Economique dont l objet est la mise en place d un programme de réassurance au nom et pour le compte de ses adhérents

Plus en détail

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne Nelly MONGOSSO O BAKANG Administrateur et Directeur Général Adjoint Allianz Cameroun Assurances Vie Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière

Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière Département des Statistiques du FMI Les idées exprimées ici sont celles de l auteur et ne doivent en aucun cas être attribuées

Plus en détail

De l Assurance-Crédit. Principes Généraux et Principales Etapes de la Mise en œuvre

De l Assurance-Crédit. Principes Généraux et Principales Etapes de la Mise en œuvre De l Assurance-Crédit Principes Généraux et Principales Etapes de la Mise en œuvre 1 Principes Généraux de l Assurance Crédit 2 L Assurance Crédit : Réduire vos risques commerciaux Impayés Le client L

Plus en détail

La convention AERAS * emprunter. s assurer et. avec un risque aggravé. de santé. * La convention est téléchargeable sur www.gema.

La convention AERAS * emprunter. s assurer et. avec un risque aggravé. de santé. * La convention est téléchargeable sur www.gema. La convention AERAS * s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé * La convention est téléchargeable sur www.gema.fr GEMA, 9, rue de Saint-Pétersbourg 75008 Paris - janvier 2007 1 Convention

Plus en détail

Septembre 2015 UAF LIFE PATRIMOINE : BILAN ET PERSPECTIVES DOSSIER DE PRESSE

Septembre 2015 UAF LIFE PATRIMOINE : BILAN ET PERSPECTIVES DOSSIER DE PRESSE Septembre 2015 UAF LIFE PATRIMOINE : BILAN ET PERSPECTIVES DOSSIER DE PRESSE Sommaire I. DES RÉSULTATS EN PHASE p. 3 AVEC LES AMBITIONS II. QUATRE ENJEUX MAJEURS p. 5 DE DÉVELOPPEMENT 1- Une nouvelle donne

Plus en détail

Module 1 : Les fondamentaux de l'assurance / Durée : 1,5 jour

Module 1 : Les fondamentaux de l'assurance / Durée : 1,5 jour Sommaire ASSURANCE... 1 Module 1 : Les fondamentaux de l'assurance / Durée : 1,5 jour... 1 Module 2 : L épargne / Durée : 1,5 jour... 2 Module 3 : La retraite / Durée : 1,5 jours... 5 Module 4 : Les contrats

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

Challenge Fund (Fonds d appui) du CGAP sur la Banque à Distance dans l UEMOA

Challenge Fund (Fonds d appui) du CGAP sur la Banque à Distance dans l UEMOA Challenge Fund (Fonds d appui) du CGAP sur la Banque à Distance dans l UEMOA Etat de la banque à distance dans l'uemoa Avec environ 20 initiatives enregistrées auprès de la banque centrale (BCEAO) à la

Plus en détail

PLACEMENTS EN PRÊTS HYPOTHÉCAIRES INDIVIDUELS ET EN BLOCS DE CRÉANCES HYPOTHÉCAIRES

PLACEMENTS EN PRÊTS HYPOTHÉCAIRES INDIVIDUELS ET EN BLOCS DE CRÉANCES HYPOTHÉCAIRES AVIS N O 2 RELATIF AU RISQUE DE MARCHÉ Août 2014 PLACEMENTS EN PRÊTS HYPOTHÉCAIRES INDIVIDUELS ET EN BLOCS DE CRÉANCES HYPOTHÉCAIRES Contraintes réglementaires en vertu de la Loi sur les caisses populaires

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RELATIF A L AUTORISATION D EXPLOITATION DES SERVICES FINANCIERS POSTAUX

CAHIER DES CHARGES RELATIF A L AUTORISATION D EXPLOITATION DES SERVICES FINANCIERS POSTAUX AUTORITE DE REGLEMENTATION REPUBLIQUE TOGOLAISE DES SECTEURS DE POSTES ET DE Travail Liberté Patrie TELECOMMUNICATIONS ----------- --------------------- CAHIER DES CHARGES RELATIF A L AUTORISATION D EXPLOITATION

Plus en détail

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs LEXIQUE - A Actuaires / Actuariat Un actuaire est un professionnel spécialiste de l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d'assurances, de finance et de prévoyance sociale.

Plus en détail

Le rôle de CCR dans le régime d indemnisation des catastrophes naturelles. Séisme de Lambesc (1909 - Sud-est de la France)

Le rôle de CCR dans le régime d indemnisation des catastrophes naturelles. Séisme de Lambesc (1909 - Sud-est de la France) Le rôle de CCR dans le régime d indemnisation des catastrophes naturelles. Séisme de Lambesc (1909 - Sud-est de la France) MACIF le 12 mai 2013 1 Rôle de la réassurance fractionner les risques afin de

Plus en détail

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Congrès Institut des Actuaires 2013 Jean-Pierre DIAZ, BNP Paribas Cardif Emmanuelle LAFERRERE, BNP Paribas Cardif Gildas ROBERT, Optimind Winter

Plus en détail

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont :

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont : Introduction La Commission européenne impose désormais aux entreprises de l Union européenne (UE) qui recourent à l épargne publique de présenter leurs comptes selon les normes de l IASB (International

Plus en détail

Assurances de prévoyance: Essor et Innovation

Assurances de prévoyance: Essor et Innovation Assurances de prévoyance: Essor et Innovation Séminaire Assurances des particuliers, expériences et perspectives 7 Novembre 2012, Algérie Ronald Chidiac Directeur Général Arab Ré Contenu 1. Assurance vie

Plus en détail

D. n 2012 1243, 8 nov. 2012 : JO 9 nov. 2012, p. 17557

D. n 2012 1243, 8 nov. 2012 : JO 9 nov. 2012, p. 17557 JBB 2013 0047 Bulletin Joly Bourse, 01 mars 2013 n 3, P. 141 Tous droits réservés Droit financier 47. Commentaire Refonte du placement privé à la française et modification de la notion d investisseur qualifié

Plus en détail

Responsabilité sociale et protection des clients. Casablanca 16 Septembre 2015

Responsabilité sociale et protection des clients. Casablanca 16 Septembre 2015 Responsabilité sociale et protection des clients Casablanca 16 Septembre 2015 1 Affirmer la mission sociale du secteur. Mission: Mission sociale de la microfinance Combiner création d activités, lutte

Plus en détail

PORTABILITE DES DROITS Santé et Prévoyance

PORTABILITE DES DROITS Santé et Prévoyance PORTABILITE DES DROITS Santé et Prévoyance GUIDE Article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 Article L911-8 du Code de la Sécurité Sociale Mutuelle UMC - 35 rue Saint Sabin

Plus en détail

CERTIFICATION DES ACTEURS DE MARCHE. Programme détaillé des modules de formation

CERTIFICATION DES ACTEURS DE MARCHE. Programme détaillé des modules de formation CERTIFICATION DES ACTEURS DE MARCHE Programme détaillé des modules de formation Module 1. Cadre institutionnel et réglementaire français et européen I L architecture internationale de la régulation & la

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie de mobilisation de ressources

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE EN SANTE Etudes de cas et leçons à tirer

PROTECTION SOCIALE EN SANTE Etudes de cas et leçons à tirer PROTECTION SOCIALE EN SANTE Etudes de cas et leçons à tirer SYMPOSIUM SUR LA PROTECTION SOCIALE EN AFRIQUE Abidjan, 24-26 juin 2015 Adam Dramane BATCHABI Collaborateur extérieur du BIT Au nom du Bureau

Plus en détail

Par Dr. Ing. Justin BOMDA Secrétaire Exécutif d ADAF

Par Dr. Ing. Justin BOMDA Secrétaire Exécutif d ADAF ATELIER DE FORMATION EN AFRIQUE CEMTRALE Assemblée Nationale du Cameroun 11 13 Mars 2015 ---------------------------------- Promouvoir des Investissements Agricoles Durables: Les Options Juridiques et

Plus en détail

L'ETAT DU SYSTEME BANCAIRE AU BENIN ET SES VULNERABILITES A L'EGARD DES CRISES

L'ETAT DU SYSTEME BANCAIRE AU BENIN ET SES VULNERABILITES A L'EGARD DES CRISES SEMINAIRE REGIONAL SUR LE THEME «GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION» SOMMAIRE INTRODUCTION I LES CRISES BANCAIRES AU BENIN II SITUATION ACTUELLE DU SYSTEME BANCAIRE BENINOIS

Plus en détail

Partage des coûts vs gratuité

Partage des coûts vs gratuité Assurance maladie et gratuité des soins en Afrique subsaharienne : quelles bases pour une couverture universelle? Alain Letourmy (CNRS et animateur du réseau RAMUS (Réseau d appui aux mutuelles de santé))

Plus en détail

PROCÉDURE. Classification des clients. DATE DE MISE À JOUR Mars 2014. Procédure de classification des clients Mars 2014 1

PROCÉDURE. Classification des clients. DATE DE MISE À JOUR Mars 2014. Procédure de classification des clients Mars 2014 1 PROCÉDURE Classification des clients DATE DE MISE À JOUR Mars 2014 1 Procédure de classification des clients SOMMAIRE SOMMAIRE 2 1. PRÉSENTATION DE LA MIFID 3 1.1. Buts de la MiFID 3 1.2. Champ d application

Plus en détail