ASSOCIATION DES POMPIERS DE MONTRÉAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ASSOCIATION DES POMPIERS DE MONTRÉAL"

Transcription

1

2 Sommaire Mot du président La soupe toxique de notre métier Le comité des relations professionnelles L ABC de notre assurance collective Médicaments génériques et fixation des prix Nouveau site Internet de l APM Un pape pour nous! L ABC du congé parental Promotions Nouvelles du comité social de l Association des Pompiers de Montréal Inc La retraite est le début d une vie nouvelle CSST : mythe méconnu et... connu Burrowes, courtiers d assurances, vous informe Gagnants Burrowes Besoin d aide? Quel genre de meneur êtes-vous? Ensemble soutenons les grands brûlés Desjardins Centre de services financiers des pompiers Classement des sorties des unités In memoriam Message de l éditeur C est avec plaisir que nous vous présentons l édition de mai 2013 de la revue Portelance de l Association des Pompiers de Montréal Inc. Nos collaborateurs tentent à chaque édition de se renouveler de manière à vous proposer des contenus, des thèmes qui sont liés au monde pompier. Nous espérons que les informations des ar ticles du présent numéro plairont aux pompiers que nous représentons ainsi qu à tous ceux et celles qui s intéressent de près ou de loin à notre travail. Nhésitez pas à nous ac heminer vos commentaires ou vos questions. Soyez assurés que nous y por teront toute l attention requise. Écrivez-nous à Bonne lecture à tous! Ronald Martin Association des Pompiers de Montréal Inc. 2655, place Chassé, Montréal (Québec) H1Y 2C3 Téléphone / Télécopieur Courriel : Heures d ouverture : du lundi au vendredi de 8 h 30 à 16 h Photographe : Sylvain Ryan 1

3 Mot du président Par Ronald Martin, président ASSOCIATION DES S DE MONTRÉAL La population a raison d être cynique lorsqu on parle de l Administration municipale de Montréal L actualité politique québécoise et montréalaise p résente j our a près j our des pages d histoire, pas toujours reluisantes, sur la façon dont nos «élites politiques» et leurs machines partisanes et administratives contribuent à alimenter le cynisme de la population. Les travaux de la commission Charbonneau montrent comment les entrepreneurs, les firmes de génie-conseil et certains élus s en sont mis plein les poches durant des années alors que pendant la même période, la haute fonction publique montréalaise, de concert avec les membres du comité exécutif de la Ville, n ous p assaient l a c assette d es finances publiques serrées, de la capacité de payer des contribuables et de l importance de respecter le cadre financier de la Ville. Ils en ont fait, des sorties médiatiques, pour convaincre la population montréalaise de l état lamentable des finances de la V ille et pour leur dire qu ils ne pouvaient pas offrir plus aux travailleurs alors qu au même moment les contribuables payaient dans certains cas jusqu à 30 % de trop pour des travaux faits par des entrepreneurs proches du politique. L extrait qui suit, qui se passe de commentaires, est tiré du mess age de présentation du budget 2012 de messieurs Tremblay et Applebaum, alors qu ils étaient respectivement maire et président du comité exécutif de la V ille de Montréal. Il illustre clairement le fossé qui sépare le discours politique de la réalité telle que la commission Charbonneau nous la présente. Nous vous présentons un budget sobre, un budget centré sur nos missions de base, car c est en gérant avec rigueur que nous arrivons à répondre aux besoins de la population et à limiter, malgré toutes les pressions financières exercées sur le budget, la croissance des taxes foncières générales au niveau de l inflation, soit à 2,5 %... (NOS SOULIGNÉS) Les travaux sur la refonte de l arbitrage de différends J ai participé au cours des dernières semaines à des rencontres avec des représentants du milieu syndical policier et pompier et des ministères de la Sécurité publique et du Travail dans le but d améliorer le mécanisme d arbitrage de différends chez les policiers et les pompiers de manière à ce qu il soit plus efficace, moins lourd. Tous les participants à ces discussions s entendent pour dire qu il faut réduire les délais que le mécanisme actuel génère de manière à ce qu on ne se trouve pas, entre autres, dans la si tuation où une décision arbitrale couvre la durée d un contrat de travail qui est à la veille d expirer tellement ces arbitrages sont longs, en plus d être excessivement couteux. Les régimes de retraite La question liée aux régimes de retraite est une question d actualité, compte tenu des nombreux ratés de l économie mondiale, notamment en Ces travaux se déroulent bien et je verrai à vous tenir informés des modifications qui seront apportées à ce mécanisme. Nous attendons impatiemment la suite des choses en ce qui concerne le rapport du comité mis sur pied par la Régie des rentes du Québec et présidé par Alban D Amours, ex-président du Mouvement Desjardins, chargé de faire le point sur l avenir des régimes de retraite. Le Comité D Amours a proposé une refonte majeure dans le domaine des régimes de retraite pour not amment revoir la façon dont on calcule la solvabilité des régimes pour ainsi s assurer de leur pérennité pour le futur. Les r ésultats d e c es t ravaux s eront suivis par une ronde de consultations auprès des principaux interlocuteurs 2

4 dont nous faisons partie. S achez tout de même que nous n hésiterons pas à rappeler aux principaux intervenants au dossier, not amment la ministre du Travail, madame Agnès Malt ais, qu elle devra reconnaître que nos régimes de retraite ont fait l objet de négociations et qu on les a obtenus en cédant sur d autres volets de notre contrat de travail. On ne nous a rien donné. C est une précision qui va de soi, mais qui est souvent utile et nécess aire à faire, compte tenu des efforts de certains élus, comme le maire de Québec, qui passent leur journée à tenter de faire croire à la population que nos régimes de retraite sont des régimes chromés. Pourtant, la réalité montre que le régime de retraite des élus municipaux est beaucoup plus généreux que le nôtre et c est s ans compter que les élus peuvent bénéficier de généreuses primes de départ et de transition lorsque de plein gré, par exemple, ils font le choix de réorienter leur carrière. J ai participé aussi à des travaux chapeautés p ar l e m inistre d es A ffaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire (MAM ROT) qui visent à établir des mesures réglementaires contraignantes dans l éventualité où les négociations entre une municipalité et une accrédit ation syndicale achoppent sur la question du régime de retraite. Ces travaux, qui ont débuté à l automne 2011, vont se traduire par l adoption d amendements législatifs, sous forme de règlements, pour nous permettre plus de marge de manœuvre lors de la négociation des régimes, et ce, tout en permettant encore là de renforcer la pérennité de nos fonds. Les p rochains m ois s eront d éterminants pour le futur de nos régimes de retraite et c est précisément pour cette raison que nous participons activement nous n hésiterons pas à rappeler à la ministre du Travail, madame Agnès Maltais, qu elle devra reconnaître que nos régimes de retraite ont fait l objet de négociations et qu on les a obtenus en cédant sur d autres volets de notre contrat de travail. On ne nous a rien donné. à toutes les inst ances gouvernementales chargées de se penc her sur les mécanismes à déployer pour l avenir de manière à nous assurer que nos voix sont entendues et que nos droits les plus légitimes sont respectés. Syndicalement, Coordonnées utiles Association des Pompiers de Montréal (APM) Association des pompiers retraités de Montréal (APRM) Bureau des régimes de retraite de Montréal Burrowes, courtiers d assurances / Centre de services financiers des pompiers / Changement d adresse au service de la paie (retraités) Conseiller spirituel Raymond Gravel Contrôle médical / Téléc Fondation des pompiers du Québec pour les grands brûlés PAE (Programme d aide aux employés pompiers de Montréal) / Polyclinique médicale populaire / SSQ (Fonds Équilibré de l APM / Assurances court et long termes)

5 La soupe toxique de notre métier Par Chris Ross, vice-président Les toxines pénètrent dans l organisme par plusieurs voies, soit par ingestion, inhalation, i njection o u a bsorption. L a charge totale toxique rencontrée par le corps est la somme de toutes les voies possibles d entrée. Au feu, l inhalation et l absorption p ar l a p eau s ont l es pl us pertinentes pour nous. Avec une surface d échange approximativement celle d un court de tennis, le poumon a comme principale fonction d assurer les échanges gazeux entre l air inhalé et la circulation s anguine. Bien que les poumons soient configurés de manière à faciliter l échange d oxygène et de dioxyde de carbone dans le cadre de la respiration normale, il offre également une voie efficace aux gaz toxiques de pénétrer dans le sang. Les deux principaux gaz toxiques présents au feu qui utilisent cette voie sont le monoxyde de carbone (CO) et le cyanure d hydrogène (HCN), m ais i l e xiste p lusieurs a utres composés chimiques. Le CO fonctionne comme un asphyxiant sur l hémoglobine. Il est 200 fois plus efficace que l oxygène et a pour conséquence de remplacer l oxygène dans le sang. Il élimine donc la possibilité au s ang de fournir de l o xygène dans tout le corps et plus le monoxyde de carbone est présent dans le sang, plus les organes et les tissus sont affectés et incapables de fonctionner normalement. Le cyanure d hydrogène (H CN) est également un gaz asphyxiant. Il s attaque à la capacité des cellules d utiliser l oxygène et de produire de l énergie. Une exposition significative au HCN est généralement traduite par une pénalis ation des muscles respiratoires et peut ultimement causer l asphyxie. Plus important encore, à la fois le HCN et le CO sont produits lors d un incendie. Ils travaillent en synergie et hâte la mort, car ils s att aquent à la respiration des deux côtés, la livraison de l oxygène et la consommation d oxygène. Je pense que nous connaissons tous les dangers de l inhalation auxquels nous sommes confrontés au feu et que le port d un appareil respiratoire autonome est la meilleure forme de protection que nous avons. Je vais donc me concentrer sur le deuxième aspect, et le plus souvent négligé, par lequel les to xines nous attaquent. L absorption cutanée d une subst ance toxique est beaucoup plus compliquée que par l inhalation. De nombreux facteurs influencent le taux d intoxication, et ce, même si une substance est absorbée par la peau. La peau peut être décrite comme un système à deux couches. La couche externe, soit l épiderme, est une fine couche de cellules mortes qui agit comme une barrière à l absorption primaire. Sous l épiderme, il y a une couc he beaucoup plus épaisse de tissus vivants qui contient des vaisseaux s anguins, des glandes sudoripares, des follicules pileux et des nerfs. L absorption par la peau est entraînée par simple diffusion. Quand une substance est déposée sur la peau ou entre en contact avec celle-ci, un gradient de concentration est ét abli et détermine proportionnellement la diffusion. Cette relation est décrite par la loi de diffusion de Fic k, qui en subst ance, dit que la quantité de matériaux qui atteint la circulation sanguine et qui contribue à une charge toxique est déterminée par deux caractéristiques à la fois, le composé et le tissu. La loi de Fic k indique que la vitesse de diffusion est déterminée par plusieurs facteurs, dont la surface de diffusion, soit la zone de peau cont aminée et la concentration du cont aminant sur la peau. Le passage d un produit chimique à travers la barrière de la peau dépend de nombreux facteurs. La peau n est pas uniforme en matière d épaisseur, la densité des follicules pileux et de nombreux autres paramètres influencent la perméabilité de celle-ci. La quantité de produits qui peut être absorbée par conséquent varie en fonction du site anatomique de l exposition. Par exemple, l exposition de sites hautement perméables tels que la peau du scrotum peut entraîner l absorption d e c ertains p roduits, 50 fois supérieures à l exposition que sur un site plus épais, comme sur les jambes et l abdomen. Une autre influence import ante sur l absorption est l occlusion. Cela peut se produire lorsque le liquide est piégé entre la peau et les vêtements, comme lorsque l eau contaminée pénètre dans l espace entre la peau et l intérieur de nos gants. Le résultat du processus d occlusion est que le liquide ne pouvant s évaporer de la surface de la peau et la quantité de produits récupérés peuvent être jusqu à cinq fois supérieures à la normale. 4

6 La circulation s anguine est aussi un facteur qui contribue à la charge toxique. Plus la peau est chaude, plus le sang est acheminé à la peau et cela donne le levier final à un contaminant toxique pour traverser plus facilement la peau. Malheureusement pour nous, une augmentation de la température est une situation courante pour le pompier qui travaille au feu dans un habit de combat. En outre, les caractéristiques chimiques du contaminant sont très importantes. L épiderme est une couche hydrophobe, ce qui veut dire qu elle repousse l eau. Par c onséquent, t ous l es c omposés analogues à l eau auront de la difficulté à traverser notre peau. Les c omposés organiques, comme les solvants, traversent l épiderme plus facilement. Presque l ensemble des produits c himiques présents sur les lieux d incendie se dissout dans l huile et non l eau. Les gaz, comme le cyanure d hydrogène (HCN) et le sulfure d hydrogène (H2S) se déplacent facilement à travers le derme et, en concentration appropriée, peuvent contribuer de manière subst antielle à la charge toxique sur notre corps. Pour des toxines qui sont à l état gazeux, notre tenue de feu offre une protection limitée. Dans le cas des produits chimiques qui ne passent pas au travers, notre tenue de feu fournit une certaine protection contre l exposition cut anée. En plus, les contaminants qui adhèrent à l extérieur de la tenue de feu peuvent constituer une source d exposition continue si elle est manipulée longuement avant de la nettoyer. L an passé, j ai assisté à une présentation du docteur Baxter de l Université de Cincinnati. Il avait procédé à une analyse à partir d échantillons de gants, d habits de combat, de cagoules et de parties faciales du service des incendies de Cincinnati. L étude démontre que plusieurs produits chimiques étaient présents et cert ains connus carcinogènes. Dans le cas des gants, les trois couches ont été vérifiées. Dans cert ains cas, les contaminants sur l extérieur des gants dépassaient la norme par 1000 fois et encore plus inquiétant, à l intérieur des gants par 229 fois. Que peut-on faire pour limiter notre exposition? 1. Retirer les contaminants secs sur vos équipements de protection avant de réintégrer le camion; 2. Rincer et brosser les équipements de protection avec un savon doux et de l eau après un feu; 3. Envoyer les équipements de protection au DRM au moins 1 fois par année pour décontamination (habit de combat, gants et cagoule); 4. Se laver les mains souvent avec de l eau et du savon. Le gel antiseptique est parfait pour les risques biologiques, mais ne fait rien pour les contaminants au feu; 5. S assurer après un feu de prendre une douche afin de bien nettoyer votre peau; 6. Toujours laisser les équipements de protection dans le garage ou le vestiaire prévu à cet effet; 7. S assurer de toujours utiliser une musette bien fermée lorsque vous transportez vos équipements de protection dans votre auto. Amiantose Il y a eu récemment un cas d amiantose diagnostiqué et reconnu comme maladie professionnelle par la CSST chez un de nos membres, maintenant à la retraite. L amiantose est une maladie pulmonaire causée par l inhalation de fibres d amiante. Les premiers symptômes peuvent se ressentir de vingt à cinquante ans après une exposition aux fibres d amiante. Les personnes atteintes d amiantose ont le souffle court et parfois de la toux. Les principales causes de mortalité chez les personnes atteintes d amiantose, sont les cancers bronc hopulmonaires et le cancer de la plèvre. Il n existe aucun traitement pouvant guérir de l amiantose. Étant donné que cette maladie est une maladie à d éclaration o bligatoire a u directeur de s anté publique, une enquête a été confiée au Centre de s anté et des services sociaux ( CSSS). L enquête vise essentiellement deux buts, soit de vérifier si l exposition à l amiantose existe encore et si elle est contrôlée et ensuite de s assurer qu il n y a pas d autres travailleurs qui souffrent de la même maladie. L Association travaille avec le CSSS afin de déterminer toutes les possibilités d exposition et les moyens de prévention et de contrôle. Bientôt, une fic he sera disponible en caserne pour identifier (s il y a lieu) la présence d amiante dans les lieux de travail et à l automne, le directeur de santé publique mettra à notre disposition une clinique mobile pour offrir, sur une base volontaire, un programme de dépistage. Soyez à l affût, d autres informations suivront. Quatre changements importants pour les futurs APRIA Nos appareils de protection respiratoire isolants autonomes (AP RIA) ont évolué à des niveaux plus élevés de sophistication et de capacité au cours des dernières décennies. Les transitions qui augmentent le niveau de protection des voies respiratoires ont commencé avec l exigence obligatoire au milieu des années 1970 d utiliser un appareil respiratoire autonome à circuit ouvert au lieu des r espirateurs b idon o u à b ase d e filtres, ce qui ét ait initialement connu sous le nom N FPA 19B, norme sur le matériel de protection respiratoire pour les pompiers. Ce qui donna lieu au développement, dans les années 19 80, de la norme NFPA 1981, un standard concernant les appareils respiratoires autonomes pour les services d incendie. Les révisions travaillées depuis les cinq dernières années seront intégrées dans une nouvelle 5

7 édition des normes qui entre en vigueur en De nouveaux modèles de SCBA respectant cette norme devraient être disponibles sur le marché sous peu, soit d ici la fin de juillet. Les fabricants ne seront plus en mesure de vendre les anciens modèles. Le comité chargé de cette norme a documenté plusieurs améliorations pour modifier les exigences de la norme et a développé de nouvelles exigences visant à améliorer la protection respiratoire fournie par l APRIA. Résistance à la chaleur radiante Parmi toutes les pièces d équipement de protection q ue n ous p ortons, l a p artie faciale résiste le moins aux températures extrêmes. La nouvelle version de la norme NFPA 1981 ajoute une exigence d évaluer et de fixer des critères minimaux pour la résistance du masque à la chaleur rayonnante. Cette exigence introduit une nouvelle méthode d ess ai pour simuler une exposition au feu extrême et évaluer la résistance du masque à la déformation ou à la dégradation qui se traduirait par une perte de pression positive. Une évaluation supplément aire de l APRIA au complet sous une longue exposition à h aute t empérature a é té ajoutée pour compléter les essais existants. La norme actuelle spécifie le préchauffage de l AP RIA porté sur un demi-mannequin et att aché à une machine de respiration pendant 15 minutes à 203 degrés Fahrenheit. Cette période de préchauffage est suivie d une exposition de dix secondes à une flamme directe pour être ensuite échappée par terre. Un test supplémentaire est ajouté, où la même séquence sera suivie, mais la période de préchauffage sera plus courte (5 minutes) et à une température plus élevée (5 00 degrés). Le nouveau test portera sur une plus grande capacité de survie de l APRIA dans des environnements extrêmes et est couplé avec les nouvelles exigences pour les parties faciales. Indicateur de délai de fin de service La plus import ante des modifications apportées à la norme NFPA 1981 est un dispositif qui permet aux services d incendie de spécifier à quel moment (dans certaines limites) l alarme qui indique qu il reste peu d air (indicateur de délai de fin de service) sonne. À l heure actuelle, cette alarme est réglée pour se déclenc her lorsque l aliment a- tion en air atteint 25 % de l air restant. Ceci est basé sur les exigences actuelles du N IOSH et ne figure pas dans la norme NFPA. Le comité respons able de la norme NFPA 1981 a répondu à une série de demandes des membres des services d incendie afin que cette alarme soit réglée pour se déclencher à un niveau supérieur d aliment ation en air rest ant puisque la gestion de l air est un facteur crucial pour ce qui est de la sécurité des pompiers. Ces demandes émanaient de services d incendie qui se rendaient compte qu ils n avaient jamais la longueur du temps de service nominal. Un cylindre de 3 0 minutes pouvait durer seulement 15 minutes dans des conditions de travail difficiles et des taux de respiration élevés, laiss ant seulement quelques minutes d air dans le cylindre une fois l alarme déclenchée. La nouvelle exigence dictera que le seuil d alarme s activera à 33 % de la pression cylindrique comparativement à 25 %. L augmentation de cet indicateur résulte à fournir plus d air pour une évacuation sécurit aire de pompiers en situation d urgence. Le plus grand effet de ce c hangement sera probablement d avoir des cylindres de faibles poids d une durée nominale de 45 minutes et ce sera la nouvelle norme pour la plupart des départements. En plus, toutes les tonalités des alarmes sont maintenant définies dans la norme et seront identiques, peu importe le fabricant. Des communications plus claires Les exigences concernant la communication ont été modifiées pour fournir une évaluation quantifiée de la capacité des pompiers de parler et d être entendu à travers la partie faciale. Le nouveau test remplace une méthode courante impliquant des sujets humains avec une méthode pour simuler des sons et des communications v ocales à t ravers l a partie faciale en utilis ant l équipement d essai spécialisé. Il est destiné à remédier aux incohérences et à l évaluation subjective associée à l utilis ation de sujets humains. En terminant, je vous souhaite une bonne saison estivale à tous! 6

8 Le comité des relations professionnelles Par Luc Boisvert, secrétaire Chères consœurs, Chers confrères, Afin de poursuivre mon discours sur les tâches dédiées au secrét aire, je vous entretiendrai aujourd hui du comité de relations professionnelles aussi appelé CRP. Ce genre de comité, ét abli dans la plupart des entreprises, est essentiel aux relations entre employeur et employés. Il peut se présenter sous un nom différent, comme le comité des relations de travail. Il peut aussi être enc hâssé dans la convention collective, selon le cas. En ce qui nous concerne, il est défini à l article 29. Ce comité est formé de cinq membres du conseil de l Association : le président, le secrétaire et trois directeurs syndicaux, soit Ronald Martin, moi-même, Vincent D. Lepage, Benoit Deschamps et Richard Lafortune. Un assistant-directeur aux ressources humaines, une conseillère en ressources humaines relations de travail ainsi qu une agente-conseil du Service de sécurité incendie, représentant l employeur, siègent également à celui-ci. Il a pour but d entendre et d étudier les représentations des parties sur les problématiques dans le Service, t ant au niveau opérationnel qu administratif. Son mode de fonctionnement est très important. Chaque partie peut ajouter des points à l ordre du jour qui seront traités lors de la rencontre. Après chacune de celles-ci, un compte rendu est rédigé et corrigé pour être entériné à la rencontre subséquente. Ces comptes rendus doivent refléter les discussions tenues; pas uniquement les ententes intervenues, mais bien les positions de chacune des parties, même si elles sont opposées. Cette procédure permet d obtenir un suivi, non seulement sur les ententes, mais sur le cheminement pour y parvenir. Il sera donc plus facile pour un nouveau membre du comité d être informé de l historique et du suivi de chacun des dossiers. Le CRP peut également s adjoindre des sous-comités au besoin. T rois souscomités siègent actuellement, à s avoir celui des uniformes, des promotions et des répartitions. Deux de ces trois souscomités faisaient partie de la convention collective à titre de comités. Effectivement, dans l ancienne convention, davant age de comités y ét aient inscrits conséquemment à la fusion. Lors du renouvellement, certains étaient déjà devenus caducs. Quant aux autres, le but n était pas de les éliminer, mais bien de les adjoindre au CRP, au besoin. Ces sous-comités doivent faire un retour au CRP où les discussions et ententes intervenues seront consignées aux comptes rendus. En plus du C RP, cinq autres comités font partie de la convention collective actuelle, c est-à-dire celui port ant sur l étude de l horaire de travail (art. 4.10), les griefs (art ), la santé et sécurité (art ), les premiers répondants et équipes spécialisées (art ), et le PAE (annexe D). À titre d exemple, nous traitons présentement comme sujet, la relève flexible Soyez assurés que nous vous tiendrons informés des ententes générales entérinées par le CRP. Sur ce, je vous souhaite un bel été! L APM vous informe 7

9 L ABC de notre assurance collective Par François Rosa, trésorier La convention collective entre l Association des Pompiers de Montréal et la Ville de Montréal prévoit, à l article 24 Régimes d assurance, des couvertures d assurance collective. Une assurance vie de base et l assurance s alaire sont sous la respons abilité de la V ille de Montréal. Une assurance vie additionnelle ainsi que l assurance maladie et l assurance soins dentaires sont sous la responsabilité de l Association. À cet effet, l Association est titulaire d un contrat d assurance collective avec Industrielle Alliance mais le traitement des réclamations d assurance maladie et de soins dentaires est effectué principalement par Burrowes, le courtier engagé par l Association. L Association est également titulaire d un contrat d assurance collective avec S SQ pour la garantie d assurance décès ou mutilation ou fractures par accident. La broc hure dét aillant le contenu de votre régime d assurance collective est disponible sur le site de l Association au Allez à l onglet «Utilitaires» et choisissez «Assurances». Vous y trouverez la brochure en format PDF. La gestion des adhérents L Association possède les informations sur ses membres en lien avec la gestion de l assurance collective. À cet effet, la Ville de Montréal transmet à l Association tous les changements dans le personnel des pompiers, soit ceux nouvellement engagés, ceux qui quittent pour la retraite, etc. Chaque mois, l Association calcule la prime due à Industrielle Alliance et à SSQ et en effectue le paiement à même le fonds d assurance. Ce fonds est constitué de la contribution de la Ville de Montréal équivalant à 2,65 % de la masse s alariale et des cotis ations prélevées à même la paie des pompiers actifs ou la rente de retraite des pompiers retraités. Burrowes possède également les informations sur les pompiers afin de pouvoir vérifier l admissibilité des personnes assurées qui présentent des réclamations d assurance maladie et de soins dentaires. La gestion des réclamations Les réclamations d assurance maladie et d assurance soins dentaires faites par les p ompiers e t l eurs p ersonnes à charge assurées sont transmises à Burrowes qui vérifie : 1. l admissibilité de la personne assurée qui réclame; 2. si les frais réclamés sont admissibles en vertu du régime d assurance collective, autant le type de frais que le niveau de frais. Le remboursement auquel le pompier a droit est alors établi selon les paramètres du régime d assurance collective soit la franchise, le pourcentage de remboursement et le maximum applicable, le cas échéant. Industrielle Alliance émet le chèque qui est transmis à Burrowes qui s occupe de l acheminer au pompier. Les réclamations de décès et d assurance voyage sont complètement traitées par Industrielle Alliance et S SQ, selon le cas. Composition de la prime La prime demandée par Industrielle Alliance est évaluée à partir des statistiques spécifiques aux pompiers. Ainsi, les prestations payées aux pompiers et les frais d administration demandés par l assureur et le courtier sont utilisés pour établir la prime. Pour v otre i nformation, p our c haque dollar d e p rime v ersé à I ndustrielle Alliance, avant l application de la taxe de 9 %, environ 0,896 $ sert à payer des prestations, 0,023 $ est versé en taxe au gouvernement. Le reste, 0,081 $ sert à payer les frais d administration de l assureur et du courtier. Entente financière Le contrat d assurance entre l Association et Industrielle Alliance inclut une entente financière. Cette entente spécifie les frais demandés par Industrielle Alliance en plus de prévoir un mécanisme qui permet à l Association de récupérer l excédent des primes sur les dépenses pour l assurance maladie et l assurance frais dent aires. Les dépenses sont composées des prestations payées aux pompiers et des frais demandés par Industrielle Alliance et Burrowes. Ainsi, lorsqu une année financière génère un surplus, ce surplus est déposé dans une réserve pour fluctuations jusqu à ce que cette réserve atteigne son niveau maximal. Lorsqu il est atteint, les surplus subséquents sont versés à l Association. À l inverse, si une année financière génère un déficit, la réserve pour fluc- tuations absorbe le déficit. À la terminaison de l entente financière, un calcul final couvrant la dernière année financière est effectué et le solde de la réserve pour fluctuations est versé au groupe. 8

10 Par François Rosa, trésorier ASSOCIATION DES S DE MONTRÉAL Médicaments génériques et fixation des prix Les médicaments Le coût des médicaments augmente de façon importante depuis plusieurs années. L augmentation se situe bien au-delà du niveau de l inflation. L arrivée de nouveaux médicaments onéreux dont les médicaments biologiques a également contribué à cette augmentation. Considérant que les frais de médicaments représentent environ 55 % de l ensemble des frais d assurance maladie réclamés par les pompiers, l Association souhaite sensibiliser ses membres sur l adoption de gestes parfois simples qui pourraient permettre d atténuer la pression sur le coût du régime. Utilisation des médicaments génériques Les médicaments génériques sont des copies des médicaments d origine dont les brevets so nt e xpirés. I ls c ontiennent l es mêmes i ngrédients a ctifs, l eur a ssurant ainsi la même efficacité, seuls les agents liants sont différents. Lorsqu un médicament générique est mis sur le marché, c est qu il répond aux mêmes critères stricts que le médicament d origine. Toutefois, le coût des médicaments génériques est souvent significativement inférieur aux médicaments d origine. Dans le tableau ci-contre, voici quelques exemples pour un pompier avec un st atut individuel, une franchise de 25 $ par année civile et un pourcent age de remboursement de 80 %. Informez-vous auprès de votre pharmacien et de votre médecin Si vous prenez un ou des médicaments, n hésitez pas à demander à votre médecin ou à votre pharmacien si une version générique pourrait remplacer le médicament d origine que vous prenez. Coût 1 Magasinez le prix de vos médicaments Il existe 2 listes de prix chez votre pharmacien. Une pour les médicaments vendus aux assurés du régime public et une autre pour les médicaments vendus aux assurés des régimes privés d assurance comme le nôtre. La liste de prix pour le régime public est identique d une pharmacie à l autre. Toutefois, les prix des médicaments vendus aux assurés des régimes privés sont différents d une pharmacie à l autre peu importe la bannière et même entre 2 pharmacies d une même bannière. Augmentez la durée d approvisionnement Pour certains médicaments, vous pouvez obtenir une durée d approvisionnement de 60 jours au lieu de 30 jours. Le coût d une Coût annuel pour Économie annuelle pour mensuel annuel le régime l assuré le régime l assuré Crestor 2 65 $ 780 $ 604 $ 176 $ Générique de Crestor 30 $ 360 $ 268 $ 92 $ 336 $ 84 $ Lipitor 2 85 $ $ 796 $ 224 $ Générique de Lipitor 35 $ 420 $ 316 $ 104 $ 480 $ 120 $ Pantoloc 3 75 $ 900 $ 700 $ 200 $ Générique de Pantoloc 45 $ 540 $ 412 $ $ 72 $ Nexium 3 90 $ $ 844 $ 236 $ Générique du Nexium 80 $ 960 $ 748 $ 212 $ 96 $ 24 $ Naprosyn 4 35 $ 420 $ 316 $ 104 $ Générique du Naprosyn 20 $ 240 $ 172 $ 68 $ 144 $ 36 $ ordonnance de 60 jours est généralement inférieur au coût tot al des 2 ordonnances de 30 jours. Conclusion La morale de l histoire est que si nous adoptons une nouvelle façon de consommer les médicaments en s assurant de pr endre des génériques quand ils sont disponibles ainsi que de questionner nos pharmaciens sur le prix du médicament, nous sortirons tous gagnants de l exercice. Le régime et vos poches seront les premiers à vous remercier! 1 Les coûts présentés sont à titre indicatif seulement 2 Médicament pour diminuer le taux de cholestérol 3 Médicament pour soigner les troubles digestifs 4 Médicament pour soulager les douleurs musculaires (anti-inflammatoire) 9

11 Nouveau site Internet de l APM Par François Rochette, directeur syndical du district n o 2 et Luc Desjardins, directeur syndical du district n o 5 À la suite de nombreuses suggestions des membres d avoir un meilleur système de diffusion de l information, nous mettons de l avant une solution qui permettra aux membres d être mieux informés et qui facilitera les interactions avec votre Association. D ici la fin de 2013, nous mettrons en place le tout n ouveau s ite I nternet d e l Association. L APM est la plus grande association syndicale de pompiers au Québec et elle se doit de le refléter dans son image Web. Ce nouveau site sera à la fine pointe de la technologie. Notre but dans ce grand changement est de vous amener à aimer votre expérience de navigation sur le site afin de vous inciter à vous tenir informés des nouvelles syndicales qui vous concernent. Vous aurez un accès rapide à l information que vous désirez en tout temps. Le système de classement des fichiers sera amélioré pour assurer la rapidité d exécution. Le site Internet sera en constante évolution et vos suggestions seront les bienvenues. V ous aurez l opportunité de poser des questions dans un format de style blogue dans la section privée du site et ainsi, avoir une réponse précise et rapide. Chacun des comités aura sa page et ainsi vous pourrez suivre le développement des dossiers. Une section vidéo sera aussi à votre disposition où vous pourrez retrouver des vidéos de formation syndicale ou des vidéos d information. Nous avons conclu un partenariat avec un photographe afin de pouvoir y diffuser les photos prises lors de vos interventions ou lors de vos activités sociales. De plus, nous aimerions y implanter un système de paiement électronique concernant les activités sociales afin de vous faciliter la vie et de vous éviter des déplacements inutiles. Le site s adaptera à toutes les plates-formes pour en faciliter la lecture. Nous allons également procéder à l ess ai d un système de vot ation électronique. Cela aura pour but d économiser de l argent et d augmenter le pourcent age de participation. Nous travaillons aussi à un projet d application mobile qui intégrera le calendrier du pompier et des fonctionnalités d échange de temps. Enfin, nous proposerons à nos partenaires d y ajouter des bannières promotionnelles afin de réduire les coûts d exploitation. Plusieurs autres ajouts sont p résentement à l étude par le comité de publicité de votre Association. Soyez assurés que nous demeurons à l écoute de vos suggestions. François Rochette, district 2 Luc Desjardins, district 5 À surveiller Prochainement nouveau site Internet de l APM 10

12 Un pape pour nous! Par Raymond Gravel, prêtre Je suis persuadé qu on peut se réjouir de l élection du cardinal argentin Jorge Mario Bergoglio comme pape, pour plusieurs raisons. Son élection dit d abord l univers alité et le désir d ouverture au monde moderne de l Église catholique. Cet évêque argentin exprime très bien la raison d être de l Église. Sa lutte en faveur des pauvres et des démunis, son combat pour la justice actualise le Christ de l Évangile; d autant plus que lui-même avait adopté un style de vie comparable aux plus grands missionnaires d Amérique latine. Personnellement, ce qui m a le plus impressionné, l orsqu il e st s orti s ur le balcon central de la basilique Saint-Pierre, devant une foule immense, c est la simplicité et l humilité qui se dégageaient de cet homme. Habillé simplement de la sout ane blanche des papes, sans aucun autre artifice, j y ai reconnu le pasteur que j espérais, l homme de cœur et de terrain que l Église d ici avait besoin. Après avoir s alué les femmes et les hommes en toute simplicité, il s est adressé aux Romains pour leur dire qu il devenait leur pasteur, et, s ans plus, il a demandé à la foule un moment de prière. Un grand silence a envahi la place S aint-pierre, François s est incliné pour recevoir la bénédiction des femmes et des hommes devant lui. Ça m a beaucoup ému! Certains diront que le cardinal Bergoglio était plutôt conservateur en matière de morale sexuelle : il s est opposé au mariage gai, il est contre l avortement, même en cas de viol et il ne milit ait pas pour l ordination des femmes à la prêtrise. C est sans doute vrai, puisqu il vient d un pays plutôt traditionaliste et il fait partie de la hiérarchie de l Église. Par ailleurs, ce qui me réjouit et me fait espérer, c est son attitude par rapport aux femmes et aux hommes discriminés. Il ne les condamne pas; il les accueille et les accompagne. Il a même reproc hé à certains prêtres de refuser le baptême à des enfants nés hors mariage. Si seulement son approche nous faisait oublier les discours de condamnation, de discrimination et d exclusion des papes précédents, je crois sincèrement que c est un pas important vers la pleine égalité entre les femmes et les hommes et la reconnaissance de leur réalité. C est l a p remière f ois d ans l histoire qu un jésuite devient pape. Son nom est doublement significatif : François 1 er aura l autorité d u j ésuite Fr ançois Xavier et la compassion du franciscain François d Assise. La tête et le cœur assureront un équilibre cert ain à ce nouveau pape. Il ne ravivera peut-être pas la ferveur religieuse des Québécois, m ais i l p ourra s ans d oute e n réconcilier plusieurs avec l Institution. Viva il papa! Vous déménagez? N oubliez pas qu il est important de communiquer avec nous afin de nous informer de votre nouvelle adresse. Courriel : Téléphone : , place Chassé, Montréal (Québec) H1Y 2C3 11

13 L ABC du congé parental Texte rédigé par Michelle Théberge, avocate chez Philion Leblanc Beaudry, un cabinet d avocats spécialisé en relations de travail au service des syndicats Ce texte se veut un outil de référence afin de faciliter une meilleure compréhension de vos droits et obligations. Il a un caractère informatif seulement et il ne se substitue pas, ni ne s ajoute en aucun cas à la Loi sur les normes du travail et aux dispositions contenues dans la convention collective en vigueur. Parfois, le congé de maternité ou de paternité peut paraître bien court pour apprivoiser sa nouvelle réalité de parent. Il faut s avoir q u il e st a lors p ossible d e prendre un congé parental qui s ajoute au congé de maternité ou de paternité. La Loi sur les normes du travail dit : Chaque parent d un nouveau-né ou d un enfant nouvellement adopté a droit à un congé parent al s ans s alaire pouvant durer jusqu à 52 semaines. Ce congé parental s ajoute au congé de maternité et au congé de paternité. Votre convention collective prévoit des conditions plus avantageuses à son article 8.08 : L employé pompier peut bénéficier d un congé parental, continu et s ans traitement pour une durée maximale de deux ans après la naissance de l enfant ou la date de la prise en charge dans le cas d une adoption. L employé pompier qui ne se prévaut pas de ce congé parental a droit, sous réserve des besoins du Service de sécurité incendie de Montréal, à un congé parent al partiel d au plus deux jours pa r s emaine s ans t raitement, e t pouvant s échelonner sur une période de deux ans. Il est possible de combiner un congé parental et un congé parent al partiel à l intérieur de la période de deux ans. Comment s en prévaloir? Pour se prévaloir du congé parent al, l employé pompier doit aviser son officier supérieur quinze jours ouvrables avant la date du début du congé parental, et ce, par une déclaration écrite attestant de la demande de congé parental en indiquant la durée probable. *Ce délai d avis est de trente jours pour une demande de congé parental partiel et dans ce cas, les deux jours de la semaine ciblés par ce congé doivent y être indiqués. Effet sur les autres conditions de travail L employé pompier en congé parental ou en congé parent al partiel continue d accumuler de l ancienneté, des vacances, des jours fériés et des crédits d heures de maladie pendant les vingt premières semaines du congé parental ou de la période du congé parental partiel. Dans le cas de l employée pompière ayant bénéficié d un congé de maternité, cette période est réduite à douze semaines. Enfin, l employé pompier ayant bénéficié d un congé d adoption ne bénéficie pas de cette mesure. Effet sur la participation au régime de retraite L employé pompier en congé parent al peut, en vue de faire compter cette période dans ses années de participation au régime de retraite, payer pour la durée de son absence, sa cotisation. IMPORTANT V OUS D EVEZ E N FAIRE LA D EMANDE E N C ONTAC- TANT VOTRE ACAPAS. Retour au travail À l éc héance du congé parent al, l employé pompier est réintégré dans le poste qu il occupait avant la prise du congé ou dans un autre poste auquel il aurait été affecté ou promu pendant son congé. L employé pompier qui souhaite retourner au travail plus tôt que prévu doit donner un avis écrit à cet effet, au moins quinze jours ouvrables avant le jour de son retour effectif. À s on r etour a u t ravail, l employé pompier peut épuiser son crédit de vacances annuelles et s il n a pu le faire avant le 31 décembre suivant son retour, il peut en compléter l épuisement, s ans interruption, après cette date. 12

14 Nous désirons vous informer que les employés suivants ont été promus. Nous les félicitons et nous leur souhaitons bon succès dans leur nouvelle fonction. S Matricule Nom et prénom Date MAYEU, Éric CARRIER, Michel AUCLAIR, Pierre DOYON, François BOUTET, Sylvain PAQUETTE, Raymond DESCHATELETS, Éric DROLET, Félix ROY, Sébastien WATERHOUSE, Dave LIEUTENANTS Matricule Nom et prénom Date BÉLANGER, François KILEY, Ryan DUCHARME, Dominic DROLET, François-Louis LAFLAMME, Pierre GUITAR, Franco GERVAIS, Sylvain BOUDREAU, Armand BLACK, Claude jr THIBAULT, Jean-François MARTEL, Éric LANTHIER, Bruno GOMES, Steve CASAVANT, Daniel LAFETIÈRE, Joël BEAUCHEMIN, David BELLAVANCE, Jonathan

15 NOUVELLES DU COMITÉ SOCIAL DE L ASSOCIATION DES S DE MONTRÉAL INC. Par Benoit Deschamps, responsable du comité social Rabais corporatifs À noter que les membres ont droit à des rabais corporatifs sur présentations de la carte de membre de l APM à différents endroits. Voici quelques exemples : TOURNOI DE GOLF ANNUEL Nautilus Plus Énergie Cardio Strom Spa Nordique Île-des-Sœurs Spa Polar Bear s Club Lundi 3 juin et mardi 18 juin au Golf des Îles aux Îles-de-Boucherville DÉPOUILLEMENT D ARBRE DE NOËL le 21 décembre 2013 (en après-midi) Le Château de Noël au Collège Notre-Dame 14

16 PARTIE D HUÎTRES La partie d huîtres du 8 novembre 2012 ge à U2. était animée par le spectacle hommage Comme à l habitude, cette soirée ée est une activité rassembleuse. Pompiers et retraités ont pu festoyer oyer et déguster des huîtres et différents autres tres mets. r eni TRES v À UÎ H 013 D 2 E I bre ces RT m A e n P nov es scie 7 le éal ed r r t t Cen e Mon d ention t t A n io t n e t t Attention A sociales, er le veuillez consult tivités. odalités des ac m et es at nglet Calendrier d s l o le à l éa Pour tr n o M mpiers de ociation des Po ss l A e d et rn te site In.ca 15

17 La retraite est le début d une vie nouvelle Voici la liste des membres qui ont pris dernièrement leur retraite. Nous leur souhaitons une heureuse et longue retraite. BOUTOU, Gérard Entrée : 04/11/1985 Retraite : 06/11/2012 Caserne : BRAULT, François LIEUTENANT Entrée : 15/09/1986 Retraite : 24/11/2012 Caserne : CHARTIER, Mario Entrée : 07/10/1977 Retraite : 19/01/2013 Caserne : CLÉROUX, Benoit Entrée : 24/08/1987 Retraite : 02/02/2013 Caserne : DELORME, Normand Entrée : 05/02/1979 Retraite : 11/02/2013 Caserne : DOUVILLE, Réal LIEUTENANT Entrée : 22/11/1976 Retraite : 18/01/2013 Caserne : FORTIN, Denis Entrée : 09/02/1987 Retraite : 15/01/2013 Caserne : GARIÉPY, Gilles Entrée : 22/11/1976 Retraite : 03/01/2013 Caserne : GAUDET, Michel Entrée : 17/07/1978 Retraite : 16/11/2012 Caserne : RCI GERVAIS, Ghislain Entrée : 06/10/1986 Retraite : 24/12/2012 Caserne : GROULX, Gilles Entrée : 06/03/1978 Retraite : 21/09/2012 Caserne : HILL, James Entrée : 06/03/1978 Retraite : 30/12/2012 Caserne : LACHAPELLE, Robert jr Entrée : 13/07/1987 Retraite : 24/11/2012 Caserne : RCI-50 LEBLANC, Roger LIEUTENANT Entrée : 07/01/1985 Retraite : 22/12/2012 Caserne : LEGAULT, Richard LIEUTENANT Entrée : 05/10/1981 Retraite : 06/10/2012 Caserne : LIMOGES, Eric Entrée : 15/09/1986 Retraite : 14/12/2012 Caserne : MACKAY, Robert LIEUTENANT Entrée : 06/03/1978 Retraite : 07/12/2012 Caserne : PAQUETTE, Guy Entrée : 17/07/1978 Retraite : 07/12/2012 Caserne : PAUL, James LIEUTENANT Entrée : 09/02/1976 Retraite : 07/10/2012 Caserne : PHARAND, Richard Entrée : 24/08/1987 Retraite : 06/11/2012 Caserne : PILOTE, Gilles Entrée : 06/10/1986 Retraite : 15/03/2013 Caserne : SMITH, Robert L. Entrée : 27/09/1978 Retraite : 02/11/2012 Caserne : STEPHENS, Rickey Entrée : 08/07/1975 Retraite : 01/02/2013 Caserne : THOMPSON, Neil LIEUTENANT Entrée : 18/06/1987 Retraite : 22/01/2013 Caserne : DRMI-5 TRUDEAU, Guy Entrée : 15/09/1986 Retraite : 20/01/2013 Caserne : TURCOTTE, Guy Entrée : 09/02/1987 Retraite : 22/12/2012 Caserne :

18 Ça fait plus de 55 ans que le docteur Benoit Deshaies, médecin-spécialiste en chirurgie générale, se cons acre entièrement à la défense du droit du travailleur et de la travailleuse à la santé, principalement atteinte d une lésion professionnelle. Que de questionnements se sont posés et se posent souvent de manière objective à apporter une solution pour nous impliquer quotidiennement en tant que travailleurs de la santé à la Polyclinique médicale populaire (PMP). À titre de travailleurs et travailleuses de la santé, chacun des membres de la P MP rappelle à la personne atteinte d une lésion professionnelle, son droit, sa responsabilité à la s anté et de s en occuper. Les membres de la PMP, fondée en 1967 et l a F DBD ( Fondation D octeur B enoit Deshaies), fondée en 1998, le rappellent au patient atteint d une lésion professionnelle : maladie ou accident du travail. Polyclinique médicale populaire inc. 1988, rue Sainte-Catherine Est Montréal (Québec) H2K 2H7 Téléphones : Télécopieur : Site Internet : Courriel : CSST : mythe méconnu et... connu La CS ST au service de la personne atteinte d une lésion professionnelle. Née et légalisée en 1933, la C SST, cet organisme public malgré ses vicissitudes de parcours souvent difficiles, a survécu et maintenu son mandat d entité à tendance sociale et humanit aire en soutenant s a raison d être, par exemple en précis ant le cas de rechute-récidive-aggravation lié à un nouvel évènement et non à l ancien. La nuit remplacée par le jour! Combien de gens sont impliqués en lésion professionnelle le s avent et en sont conscients? Ainsi, les difficultés provenant de diverses sources, principalement l ignorance de la CSST e t d e s es r èglements, p ar l es personnes concernées soit : la personne atteinte d une lésion professionnelle, son représentant syndical ou le médecintraitant qui ose et veut bien suivre le dossier, les travailleurs de la santé (physiothérapeute, ergo, psycho...) et le responsable de la CSST et quoi encore : le B EM : (Bureau d évaluation médicale), la C LP (Commission des lésions professionnelles). Sans parler des conséquences aux multiples points de vue : la famille, les finances et quoi encore? Voilà le pourquoi et la raison d être de la P olyclinique Médicale P opulaire, à conscience sociale de par son nom, s a date de fondation qui est le 1 er mai 1967 (la f ête i nternationale d es t ravailleurs). 45 ans d engagement à défendre la personne atteinte d une lésion professionnelle grâce à une équipe multidisciplinaire de TRAVAILLEURS et TRAVAILLEUSES de la s anté, dévouée et qui œuvre aut ant dans le domaine médical (omnipraticien et spécialiste) que paramédical (physiothérapie, ergo, psyc ho... etc.) avec une conscience sociale. Puis, le 1 er octobre 1998, appuyée par le monde syndical dont l Association des Pompiers de Montréal et les centrales syndicales (FTQ, CSQ, CSN et affiliés), pour ne mentionner que ces organismes, naissait la F ondation Docteur Benoit Deshaies. 1. Mission : aider les victimes d accidents de travail. Les lésions consécutives à un accident de travail ou maladie professionnelle sont TR OP S OUVENT I GNO- RÉES ou NON RECONNUES par la CSST et instances administratives; 2. Les «PERSONNES TOUCHÉES : celles qui vivent sous le seuil du faible revenu et qui sont privées de soutiens financiers ou services médicaux normalement défrayés par les organismes publics (ex. : CSST, SAAQ) ou privés; 3. FINANCEMENT de la F ondation Docteur Benoit Deshaies : principalement par la «SOIRÉE- BÉNÉFICE VINS ET FROMAGES qui a rapporté en 2012 près de $ et qui, cette année en 2013, s annonce aussi bonne. En plus et très important : les contributions syndicales et privées sont de plus en plus importantes. Ainsi, peut-on affirmer sans exagération que la «CSST» demeurera «HUMANI- TAIRE» tant et aussi longtemps que des personnes et des organismes à «CONSCIENCE SOCIALE» seront présents et dynamiques? Il faut maintenir et assurer la survie de la Polyclinique médicale populaire et de la Fondation Docteur Benoit Deshaies avec ses «travailleurs et travailleuses de la s anté» dans leurs missions essentielles depuis plus de 45 ans. Lise-Anne Deshaies Directrice des services administratifs Téléphone : Dr. Benoit Deshaies, d.s.p Président-fondateur Polyclinique Médicale Populaire inc. Une ressource professionnelle multidisciplinaire... à votre service! Nous sommes sur Facebook 17

19 Burrowes Courtiers d assurances, vous informe... Par Monique L. Gauthier, directrice assurance collective de personnes Changements importants pour soumettre les réclamations d assurance collective En plus de la méthode actuelle pour soumettre vos réclamations, une nouvelle méthode voit le jour dès maintenant. Afin de faciliter l envoi des réclamations de médicaments, frais médicaux (chiropraticien, physio, etc.), soins dent aires ou soins de la vue, vous pourr ez utiliser ces nouvelles procédures par l entremise du site W EB de «Burrowes courtiers d assurances», ou directement par courriel ou par télécopieur. 1) Par l utilisation du site WEB de «Burrowes courtiers d assurances» : Allez sur : Cliquez sur l onglet «Assurance collective de personnes» Suivez les instructions pour télécharger et remplir le formulaire «frais médicaux», puis prenez soin de le sauvegarder sur votre ordinateur. Numérisez vos reçus. Vous pourrez alors transmettre le formulaire et vos reçus par courriel en pièces attachées en cliquant sur «Envoyer une réclamation». Votre réclamation sera traitée dans les plus brefs délais. 2) Directement par courriel : Vous devez remplir le formulaire approprié (formulaire de demande de règlement pour frais médicaux ou formulaire de demande d indemnisation pour les frais dentaires du dentiste), le numériser ainsi que tous les r eçus e t tr ansmettre t ous c es d ocuments e n p ièces a ttachées à l adresse c ourriel s uivante : ATTENTION : Cette adresse courriel ne fait que recevoir vos documents et ne peut répondre à vos questions. 18

20 3) Par télécopieur : Vous devez remplir votre formulaire (frais médicaux ou le formulaire du dentiste), le télécopier en y incluant tous les reçus au numéro suivant : De plus, vous pouvez opter pour le dépôt direct de votre remboursement, peu importe la méthode utilisée, ceci augmentera la rapidité du traitement de votre réclamation. Communiquez avec votre analyste c hez Burrowes pour obtenir la procédure. En tout temps, votre réclamation sera traitée dans les plus brefs délais. Dans tous les cas, conservez vos reçus originaux, car ils peuvent vous être demandés à tout moment. Nous espérons que ces nouvelles méthodes de transmission seront appréciées et nous travaillons pour une amélioration continue. Peu importe le moment, vous pouvez communiquer avec votre analyste au numéro Sonia Ouellet, poste 309 Christiane Paquin, poste 310 Nancy Lapierre, poste 324 QUE FAIRE EN CAS DE DÉCÈS? L Association est là pour vous! Que ce soit pour un membre actif, retraité ou une personne à charge, il faut communiquer avec madame Monique Hétu à l Association des Pompiers de Montréal pour nous informer du décès, et ce, dans les meilleurs délais afin d éviter, entre autres, des versements de rente. Ainsi, selon le type de décès, plusieurs organismes reliés à l univers pompier seront automatiquement informés, soit l Industrielle Alliance (assureur de la police détenue par l Association), l Association des pompiers retraités de Montréal, le Centre de services financiers des pompiers de la Caisse du Réseau municipal, la Ville de Montréal (Caisse de retraite des pompiers de Montréal) et le Service de sécurité incendie de Montréal. De plus, nous pourrons vous guider dans vos démar ches et vous four nir des informations utiles concernant les procédures à suivre. 19

ENTENTE ASSURANCE COLLECTIVE

ENTENTE ASSURANCE COLLECTIVE ENTENTE ASSURANCE COLLECTIVE www.fc-csn.ca BV5087F (2014-09) La force du nombre Depuis 1988, la Fédération du commerce (CSN) et son partenaire, SSQ Groupe financier, allient leurs forces et leur expertise

Plus en détail

Mes droits parentaux et le Régime québécois d assurance parentale

Mes droits parentaux et le Régime québécois d assurance parentale Quebec Provincial Association of Teachers L Association provinciale des enseignantes et enseignants du Québec (RQAP) et le Régime québécois d assurance parentale Mes droits Ce guide destiné au personnel

Plus en détail

GUIDE DU NOUVEL EMPLOYÉ Personnel enseignant régulier et à contrat. Au service de la réussite de chacun. Commission scolaire des Draveurs

GUIDE DU NOUVEL EMPLOYÉ Personnel enseignant régulier et à contrat. Au service de la réussite de chacun. Commission scolaire des Draveurs Commission scolaire des Draveurs GUIDE DU NOUVEL EMPLOYÉ Personnel enseignant régulier et à contrat Au service de la réussite de chacun N.B. Dans le présent texte, le générique masculin est utilisé sans

Plus en détail

Mes droits parentaux et le Régime québécois d assurance parentale (RQAP)

Mes droits parentaux et le Régime québécois d assurance parentale (RQAP) Quebec Provincial Association of Teachers l Association provinciale des enseignantes et enseignants du Québec Mes droits parentaux et le Régime québécois d assurance parentale (RQAP) Renseignements généraux

Plus en détail

RÉGIME d assurance collective CSQ. À la disposition des membres des syndicats affiliés à la Centrale des syndicats du Québec

RÉGIME d assurance collective CSQ. À la disposition des membres des syndicats affiliés à la Centrale des syndicats du Québec RÉGIME d assurance collective CSQ À la disposition des membres des syndicats affiliés à la Centrale des syndicats du Québec Contrat J9999 Janvier 2010 À tous les membres de la CSQ Cette «nouvelle» brochure

Plus en détail

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part :

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part : ENTENTE À INTERVENIR entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC et d autre part : LE SECRÉTARIAT INTERSYNDICAL DES SERVICES PUBLICS (SISP) LA CONFÉDÉRATION DES SYNDICATS NATIONAUX (CSN) LA FÉDÉRATION

Plus en détail

Guide sur le Programme de prestations supplémentaires de chômage

Guide sur le Programme de prestations supplémentaires de chômage ASSURANCE-EMPLOI Guide sur le Programme de prestations supplémentaires de chômage Guide à l intention des employeurs qui offrent à leurs employés des prestations supplémentaires de chômage Publication

Plus en détail

Le travail continue! Message du président

Le travail continue! Message du président Bulletin / avril 2014 Section Télébec Message du président Le travail continue! L hiver est maintenant derrière nous et les beaux jours du printemps sont à notre porte. Enfin, diront certains. Mais, quelle

Plus en détail

GUIDE des droits parentaux

GUIDE des droits parentaux GUIDE des droits parentaux Secteur soutien cégeps (FEESP-CSN) Avril 2012 Ce document a été réalisé par le Secteur soutien cégeps (FEESP-CSN) Adaptation, recherche et révision Johanne Cadieux Linda Christofferson

Plus en détail

Préparation à la retraite

Préparation à la retraite www.rcd-dgp.com 1 866 434-3166 regimescollectifsdesjardins@desjardins.com Préparation à la retraite 1 er semestre 2015 Vice-présidence Régime de rentes du Mouvement Desjardins Tous droits réservés L équipe

Plus en détail

À L A D I S P O S I T I O N D E S M E M B R E S D E S Y N D I C A T S A F F I L I É S À L A C E N T R A L E D E S S Y N D I C A T S D U Q U É B E C

À L A D I S P O S I T I O N D E S M E M B R E S D E S Y N D I C A T S A F F I L I É S À L A C E N T R A L E D E S S Y N D I C A T S D U Q U É B E C R É G I M E C O M P L É M E N T A I R E 1 D E S O I N S D E N T A I R E S J À L A D I S P O S I T I O N D E S M E M B R E S D E S Y N D I C A T S A F F I L I É S À L A C E N T R A L E D E S S Y N D I C

Plus en détail

Régime québécois d assurance parentale

Régime québécois d assurance parentale Régime québécois d assurance parentale Le Québec dispose d un ensemble de mesures permettant aux parents de mieux concilier leurs responsabilités familiales et professionnelles, dont les congés parentaux.

Plus en détail

Assurances collectives

Assurances collectives Assurances collectives Regroupement des organismes nationaux de loisir et de sport du Québec Conditions de renouvellement au 1 er avril 2015 et modification du choix d option Regroupement des organismes

Plus en détail

Le SPPMM œuvre dans le secteur

Le SPPMM œuvre dans le secteur LE SYNDICAT DES PROFESSIONNELLES ET PROFESSIONNELS MUNICIPAUX DE MONTRÉAL LE CHOIX des professionnels Le SPPMM œuvre dans le secteur municipal depuis près de 40 ans. Fondé en 1965 par quelques préposés

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE

RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE QUESTIONS ET RÉPONSES NOUVEAU RÈGLEMENT 1. POURQUOI AVOIR ADOPTÉ UN NOUVEAU RÈGLEMENT? Les principaux problèmes auxquels s adresse le Règlement

Plus en détail

Section soutien des Patriotes SALARIÉE ET SALARIÉ TEMPORAIRE. (autre qu en service de garde)

Section soutien des Patriotes SALARIÉE ET SALARIÉ TEMPORAIRE. (autre qu en service de garde) DE-02-03-04 Section soutien des Patriotes SALARIÉE ET SALARIÉ TEMPORAIRE (autre qu en service de garde) La convention collective et les arrangements locaux S3 2000-2002 Fédération du personnel de soutien

Plus en détail

Assurances collectives

Assurances collectives ?Votre guide de référence Assurances collectives samsongroupeconseil.com Votre partenaire de parcours Introduction Au printemps 2006, neuf syndicats d enseignement débutaient un processus de désaffiliation

Plus en détail

«Prenez vos finances. «Comment vais-je arriver. en main.» à payer mes comptes?» Prendre soin de soi. À quoi s attendre. Que faire

«Prenez vos finances. «Comment vais-je arriver. en main.» à payer mes comptes?» Prendre soin de soi. À quoi s attendre. Que faire Prendre soin de soi À quoi s attendre Que vous travailliez à l extérieur de la maison ou que vous soyez parent au foyer, le cancer du sein pourrait nuire à votre capacité de travailler, ce qui aura inévitablement

Plus en détail

Une galaxie près de chacun de nous

Une galaxie près de chacun de nous Une galaxie près de chacun de nous Le SSESOCQ c'est comme une galaxie Vu de loin, on peut y voir un ensemble de composantes qui impressionnent et invoquent l admiration. De plus près, ces composantes sont

Plus en détail

Régie des rentes du Québec 2006. En cas

Régie des rentes du Québec 2006. En cas Régie des rentes du Québec 2006 En cas Profitez de nos services en ligne Le relevé de participation au Régime de rentes du Québec ; SimulRetraite, un outil de simulation des revenus à la retraite ; La

Plus en détail

RECUEIL DE POLITIQUES

RECUEIL DE POLITIQUES 700, rue de Monseigneur-Panet Nicolet (Québec) J3T 1C6 Téléphone : 819-293-2068 Télécopieur : 819 293-2078 Z25.la.riveraine@csq.qc.net RECUEIL DE POLITIQUES Adopté lors de la séance du conseil d administration

Plus en détail

RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE GRÈVE

RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE GRÈVE Décembre 2013 RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE GRÈVE Article Page 1 Gestion financière de la Caisse nationale de grève...1 2 Définition du terme «grève»...1 3 Droit aux indemnités de la Caisse nationale

Plus en détail

PROJET DE LOI 10 : LES IMPACTS POSSIBLES SUR VOTRE SITUATION PROFESSIONNELLE

PROJET DE LOI 10 : LES IMPACTS POSSIBLES SUR VOTRE SITUATION PROFESSIONNELLE PROJET DE LOI 10 : LES IMPACTS POSSIBLES SUR VOTRE SITUATION PROFESSIONNELLE Service des ressources humaines et affaires juridiques 20 octobre 2014 TABLE DES MATIÈRES Contenu Introduction 1 Les dispositions

Plus en détail

Guide d application de la convention collective du personnel de soutien des collèges

Guide d application de la convention collective du personnel de soutien des collèges Guide d application de la convention collective du personnel de soutien des collèges Les indemnités de la CSST ou de l Employeur Clause 7-14.33 Comparaison des droits d accident du travail vs régime d

Plus en détail

Conditions de renouvellement en vigueur le 1 er janvier 2014

Conditions de renouvellement en vigueur le 1 er janvier 2014 Conditions de renouvellement en vigueur le 1 er janvier 2014 Contrat d assurance avec SSQ Groupe financier Session du conseil fédéral Du 18 au 22 novembre 2013 Hôtel Delta, Sherbrooke Soumis aux délégué-es

Plus en détail

Foire aux questions. 1. Comment savoir quels ajustements s appliquent aux trois fonctions suivantes :

Foire aux questions. 1. Comment savoir quels ajustements s appliquent aux trois fonctions suivantes : Foire aux questions Mise à jour le 5 janvier 2011 Liste des questions 1. Comment savoir quels ajustements s appliquent aux trois fonctions suivantes : Technicien / Technicienne en coordination du travail

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE LA CONSULTATION PUBLIQUE ARRONDISSEMENT DE BROMPTON RÉVISION DU SCHÉMA DE COUVERTURE DE RISQUES EN SÉCURITÉ INCENDIE

COMPTE-RENDU DE LA CONSULTATION PUBLIQUE ARRONDISSEMENT DE BROMPTON RÉVISION DU SCHÉMA DE COUVERTURE DE RISQUES EN SÉCURITÉ INCENDIE COMPTE-RENDU DE LA CONSULTATION PUBLIQUE ARRONDISSEMENT DE BROMPTON RÉVISION DU SCHÉMA DE COUVERTURE DE RISQUES EN SÉCURITÉ INCENDIE 13 JUIN 2012 19 h BUREAU D ARRONDISSEMENT DE BROMPTON SONT PRÉSENTS

Plus en détail

R É G I M E C O L L E C T I F D A S S U R A N C E S A L A I R E D E L O N G U E D U R É E

R É G I M E C O L L E C T I F D A S S U R A N C E S A L A I R E D E L O N G U E D U R É E R É G I M E C O L L E C T I F D A S S U R A N C E S A L A I R E D E L O N G U E D U R É E Contrat # 54891 À L I N T E N T I O N D E S P R O F E S S E U R S E T P R O F E S S E U R E S O C T O B R E 2 0

Plus en détail

VOTRE RÉGIME COLLECTIF d assurance salaire de longue durée

VOTRE RÉGIME COLLECTIF d assurance salaire de longue durée VOTRE RÉGIME COLLECTIF d assurance salaire de longue durée à l intention des professionnels, cadres et directeurs de service de l Université Laval Contrats numéros 54890 et 54892 Août 2010 À TOUS LES PROFESSIONNELS,

Plus en détail

Mes droits aux vacances. ... en survol

Mes droits aux vacances. ... en survol Mes droits aux vacances... en survol AVERTISSEMENT Cette brochure de vulgarisation expose des réglementations parfois complexes. Dès lors, il se pourrait que certains cas spécifiques n y soient pas traités.

Plus en détail

RÉGIMES COLLECTIFS DESJARDINS

RÉGIMES COLLECTIFS DESJARDINS RÉGIMES COLLECTIFS DESJARDINS Aide-mémoire pour le nouvel employé Le site Internet des Régimes collectifs Desjardins permet aux employés d effectuer eux-mêmes leur adhésion au régime d assurance collective,

Plus en détail

Volume 787 Page 171. Sont aussi présents: - M. Serge Lamontagne, directeur général; - Me Chantal Sainte-Marie, greffière. RÉSOLU À L'UNANIMITÉ:

Volume 787 Page 171. Sont aussi présents: - M. Serge Lamontagne, directeur général; - Me Chantal Sainte-Marie, greffière. RÉSOLU À L'UNANIMITÉ: Page 171 PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LAVAL PROCÈS-VERBAL D UNE SÉANCE DU COMITÉ EXÉCUTIF DE LA VILLE DE LAVAL tenue à huis clos le mardi 30 juin 2015 à 9:35 heures à l hôtel de ville, 1 Place du Souvenir,

Plus en détail

Solutions de protection. Guide du conseiller Marge de crédit sur la valeur de rachat. (valeur résiduelle)

Solutions de protection. Guide du conseiller Marge de crédit sur la valeur de rachat. (valeur résiduelle) Solutions de protection Guide du conseiller Marge de crédit sur la valeur de rachat (valeur résiduelle) Table des matières Description du produit 4 Renseignements généraux 6 Identification et renseignements

Plus en détail

Madame Lise Lalonde, conseillère. Monsieur Jacques Brisebois, directeur général Madame Danielle Gauthier, directrice générale adjointe

Madame Lise Lalonde, conseillère. Monsieur Jacques Brisebois, directeur général Madame Danielle Gauthier, directrice générale adjointe PROVINCE DE QUÉBEC MRC DES LAURENTIDES MUNICIPALITÉ DE SAINT-FAUSTIN-LAC-CARRÉ PROCÈS-VERBAL de la séance spéciale du conseil de la Municipalité de Saint-Faustin- Lac-Carré, présidée par Monsieur le maire

Plus en détail

VOTRE RÉGIME COLLECTIF d assurance salaire de longue durée

VOTRE RÉGIME COLLECTIF d assurance salaire de longue durée VOTRE RÉGIME COLLECTIF d assurance salaire de longue durée à l intention des professionnelles et professionnels de recherche de l Université Laval (SPPRUL) Contrat numéro 69450 Octobre 2009 À TOUS LES

Plus en détail

LES PRESTATIONS D ASSURANCE TRAITEMENT (Pour une invalidité de 104 semaines et moins)

LES PRESTATIONS D ASSURANCE TRAITEMENT (Pour une invalidité de 104 semaines et moins) FÉDÉRATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR GUIDE POUR LES MEMBRES DU PERSONNEL DE SOUTIEN DES COLLEGES LES PRESTATIONS D ASSURANCE TRAITEMENT (Pour une invalidité de 104 semaines et

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2010-2011

RAPPORT ANNUEL 2010-2011 RAPPORT ANNUEL 2010-2011 8 juin 2011 TABLE DES MATIÈRES Mission... 3 Rapport du président... 4 Conseil d'administration 2010-2011... 7 Rapport du trésorier... 8 Rapport de la vérificatrice... 9 Rapport

Plus en détail

Guide de référence. indemnisation des accidentés du travail. une entreprise? Comment établit-on les

Guide de référence. indemnisation des accidentés du travail. une entreprise? Comment établit-on les vail et quels ffre-t-il? Comment égorie de l entreprise? n la cotisation applicable ment établit-on les factures prise? Que faire si un travailleur ntracte une maladie attribuable ler d une décision concernant

Plus en détail

Bilan de la situation des caisses de retraite au Québec

Bilan de la situation des caisses de retraite au Québec SYNDICAT DES FONCTIONNAIRES MUNICIPAUX DE MONTRÉAL (SCFP) Bilan de la situation des caisses de retraite au Québec 25 février 2014 1 Contexte et évolution 22 JUIN 2011 Conférence de presse des maires Gérald

Plus en détail

LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC

LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC SOUTIEN, DÉVELOPPEMENT, REPRÉSENTATION L APER EST LA

Plus en détail

NOUVEAUX REPRÉSENTANTS DES RETRAITÉS AU CIRR

NOUVEAUX REPRÉSENTANTS DES RETRAITÉS AU CIRR Bulletin de la Section de Québec Septembre 2012 NOUVEAUX REPRÉSENTANTS DES RETRAITÉS AU CIRR Suite aux élections qui ont été tenues au cours des dernières semaines, Michel Doyon est devenu le représentant

Plus en détail

UN REVIREMENT IMPORTANT EN SEULEMENT SIX MOIS

UN REVIREMENT IMPORTANT EN SEULEMENT SIX MOIS Octobre 2009 Vol. 9 n o 3 Pascale Cantin, Pl. fin. pascale-cantin@lafond.ca Reneaud Cantin, C.A. reneaud-cantin@lafond.ca À LIRE DANS CE NUMÉRO : Un revirement important en seulement six mois Page 1 Le

Plus en détail

Campagne biennale de réadhésion Programme flexible d assurance collective des contremaîtres syndiqués du 15 au 28 novembre 2014 Bulletin d information

Campagne biennale de réadhésion Programme flexible d assurance collective des contremaîtres syndiqués du 15 au 28 novembre 2014 Bulletin d information Novembre 2014 Campagne biennale de réadhésion Programme flexible d assurance collective des contremaîtres syndiqués du 15 au 28 novembre 2014 Bulletin d information Il est temps de revoir : vos protections

Plus en détail

Bureau d assurance voyage inc.

Bureau d assurance voyage inc. Bureau d assurance voyage inc. Assurance voyage médicale 2014-2015 Plusieurs nouvelles prestations y compris une option sans franchise! Proposition en ligne disponible 24/7 Avez-vous pensé souscrire l

Plus en détail

PLANS COLLECTIFS D ASSURANCES

PLANS COLLECTIFS D ASSURANCES ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DES DIRECTEURS ET DIRECTRICES D ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT RETRAITÉS PLANS COLLECTIFS D ASSURANCES ASSURANCE-MALADIE-MÉDICAMENTS et VOYAGE (obligatoire) 1 er janvier 2006 au 31

Plus en détail

Je connais mon régime d assurance

Je connais mon régime d assurance Je connais mon régime d assurance 1- François a pris sa retraite il y a quelques années (avant l âge de 65 ans). Puisque son épouse, plus jeune, travaillait toujours et que l entreprise lui offrait un

Plus en détail

Assemblée générale annuelle Alliance. Mardi 29 mai 2012

Assemblée générale annuelle Alliance. Mardi 29 mai 2012 Assemblée générale annuelle Alliance Mardi 29 mai 2012 1.Ouverture de l assemblée et lecture de l ordre du jour Quorum? Ordre du jour 1. Ouverture de l assemblée et lecture de l ordre du jour 2. Adoption

Plus en détail

Syndicat des interprètes professionnels (CSQ)

Syndicat des interprètes professionnels (CSQ) Syndicat des interprètes professionnels (CSQ) ASSEMBLÉE GÉNÉRALE Procès-verbal Lundi, le 28 novembre 2011 Cégep du Vieux Montréal Local : A8.53 À 17h00 : Document : SIP, Procès-verbal de l assemblée générale

Plus en détail

Projet de loi n o 3 (2014, chapitre 15)

Projet de loi n o 3 (2014, chapitre 15) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 3 (2014, chapitre 15) Loi favorisant la santé financière et la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées du secteur municipal

Plus en détail

Mémoire portant sur l indexation des Régimes de retraite des secteurs public et parapublic

Mémoire portant sur l indexation des Régimes de retraite des secteurs public et parapublic Mémoire portant sur l indexation des Régimes de retraite des secteurs public et parapublic Mémoire présenté à la Commission des finances publiques Par le Front commun : Le Secrétariat intersyndical des

Plus en détail

Le Régime de retraite des pompiers de la Ville de Montréal

Le Régime de retraite des pompiers de la Ville de Montréal Le Régime de retraite des pompiers de la Ville de Montréal Nous sommes heureux de vous présenter cet aperçu des dispositions de votre régime de retraite en vigueur depuis le 1 er janvier 2006. La Ville

Plus en détail

La retraite. n est pas un privilège! Avant-propos. Qu est-ce que le RREGOP? En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus

La retraite. n est pas un privilège! Avant-propos. Qu est-ce que le RREGOP? En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus La retraite n est pas un privilège! Fascicule 1 Avantpropos Depuis plusieurs mois déjà, de grands médias tirent à boulets rouges sur les régimes

Plus en détail

Foire aux questions. Qui est admissible au régime d assurance collective?

Foire aux questions. Qui est admissible au régime d assurance collective? Foire aux questions À la suite de l entente collective intervenue entre l ARRQ et l APFTQ en 2008, l ARRQ a mis en place un régime d assurance collective au 1 er janvier 2010. Les membres de l ARRQ sont

Plus en détail

règlement invalidité Régime collectif d assurance de personnes de l Association des chirurgiens dentistes du Québec POUR NOUS JOINDRE www.ssq.

règlement invalidité Régime collectif d assurance de personnes de l Association des chirurgiens dentistes du Québec POUR NOUS JOINDRE www.ssq. Demande de règlement invalidité Demande initiale Régime collectif d assurance de personnes de l Association des chirurgiens dentistes du Québec POUR NOUS JOINDRE www.ssq.ca Police N o 14A00 ASSURANCE COLLECTIVE

Plus en détail

RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE

RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE Janvier 2013 99-36 (13-01) 1 DÉFINITIONS Dans le présent Régime et les formulaires qui

Plus en détail

ANALYSE DE L ENTENTE DE PRINCIPE SUR L EXCÉDENT DE LA CAISSE DE RETRAITE ET DU RÉGIME D ASSURANCE-MALADIE COMPLÉMENTAIRE

ANALYSE DE L ENTENTE DE PRINCIPE SUR L EXCÉDENT DE LA CAISSE DE RETRAITE ET DU RÉGIME D ASSURANCE-MALADIE COMPLÉMENTAIRE ANALYSE DE L ENTENTE DE PRINCIPE SUR L EXCÉDENT DE LA CAISSE DE RETRAITE ET DU RÉGIME D ASSURANCE-MALADIE COMPLÉMENTAIRE 12 juin 2008 Syndicat des communications de Radio-Canada (FNC-CSN) 301-1411, rue

Plus en détail

Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL

Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL BLOC 1 : LA FAMILLE ET LES CHARGES FAMILIALES 1. Avez vous des enfants à votre charge au quotidien?, avec moi en garde à temps plein, en garde partagée,

Plus en détail

APRHQ Rapport annuel de la présidence Année 2010-2011 Montréal, Québec 19 octobre 2011

APRHQ Rapport annuel de la présidence Année 2010-2011 Montréal, Québec 19 octobre 2011 APRHQ Rapport annuel de la présidence Année 2010-2011 Montréal, Québec 19 octobre 2011 C est avec plaisir que je vous présente le rapport d activités de l APRHQ pour l année qui s est terminée le 31 août

Plus en détail

RÉSUMÉ DU PROGRAMME. Mars 2015 - Police n o 31943

RÉSUMÉ DU PROGRAMME. Mars 2015 - Police n o 31943 Prix compétitifs Couverture à valeur ajoutée Service personnalisé RÉSUMÉ DU PROGRAMME Mars 2015 - Police n o 31943 Programme d assurance de l Association québécoise des informaticiennes et informaticiens

Plus en détail

VILLE DE CARLETON-SUR-MER MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DE COMTÉ D AVIGNON

VILLE DE CARLETON-SUR-MER MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DE COMTÉ D AVIGNON VILLE DE CARLETON-SUR-MER MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DE COMTÉ D AVIGNON Procès-verbal de la séance ordinaire du conseil municipal de la Ville de Carleton-sur-Mer tenue le 3 juillet 2012, 20 h, à la salle de

Plus en détail

Quand arrive la retraite

Quand arrive la retraite Quand arrive la retraite Régime de rentes du Québec La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite Ce document n a pas force de loi. En cas de conflit

Plus en détail

Foire aux questions pour les étudiants étrangers Régime pour étudiants étrangers

Foire aux questions pour les étudiants étrangers Régime pour étudiants étrangers Foire aux questions pour les étudiants étrangers Régime pour étudiants étrangers Qu est-ce que l assurance voyage? L assurance voyage est conçue pour couvrir les pertes subies de même que les dépenses

Plus en détail

INFORMATION A07-CFS-I-D6

INFORMATION A07-CFS-I-D6 INFORMATION A07-CFS-I-D6 D6 SECTEUR NÉGOCIATION Équité salariale Diverses conséquences du versement des ajustements Présenté au conseil fédéral spécial du 12 mars 2007 Mises-à-jour : 26 avril 2007 2 avril

Plus en détail

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR VOTRE ASSURANCE VIE

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR VOTRE ASSURANCE VIE CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR VOTRE ASSURANCE VIE L assurance vie n est pas un sujet des plus palpitants, mais vos proches peuvent être dans le pétrin, au moment de votre décès, si vous n avez pas réfléchi

Plus en détail

Parce que la retraite ça se prépare!

Parce que la retraite ça se prépare! RREGOP RREGOP Parce que la retraite ça se prépare! Parce que la retraite, ça se prépare! Octobre 2012 Session de formation RREGOP Sécurité sociale, CSQ-Québec Janvier 2013 Mise en garde Lorsque l on pense

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR L ADMISSIBILITÉ AU SARPA

QUESTIONNAIRE SUR L ADMISSIBILITÉ AU SARPA QUESTIONNAIRE SUR L ADMISSIBILITÉ AU SARPA Ce questionnaire vous permet d explorer si, dans votre situation, vous pouvez obtenir les services du SARPA. Pour plus d information, nous vous invitons à visiter

Plus en détail

PROJET DE LOI 27 DU NOUVEAU BRUNSWICK LOI SUR L ASSURANCE MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE ET MÉDICAMENTS ONÉREUX

PROJET DE LOI 27 DU NOUVEAU BRUNSWICK LOI SUR L ASSURANCE MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE ET MÉDICAMENTS ONÉREUX Le 16 décembre 2013 PROJET DE LOI 27 DU NOUVEAU BRUNSWICK LOI SUR L ASSURANCE MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE ET MÉDICAMENTS ONÉREUX Le 10 décembre 2013, le projet de loi 27, la Loi sur l assurance médicaments

Plus en détail

LES RACHATS DE SERVICE. Commission administrative des régimes de retraite et d assurances

LES RACHATS DE SERVICE. Commission administrative des régimes de retraite et d assurances LES RACHATS DE SERVICE Commission administrative des régimes de retraite et d assurances Table des matières Qu est-ce qu un rachat de service? 3 Quelles sont les périodes que je peux racheter? 4 Quels

Plus en détail

Calcul du versement périodique 2015 GUIDE. www.csst.qc.ca

Calcul du versement périodique 2015 GUIDE. www.csst.qc.ca Calcul du versement périodique 2015 GUIDE www.csst.qc.ca Ce guide a pour but de faciliter la compréhension des modalités relatives au calcul du versement périodique. Il n a aucune valeur juridique et ne

Plus en détail

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC Le 2 décembre 2014 TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures de relance économique Mesures visant l atteinte et le maintien de l équilibre budgétaire

Plus en détail

RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DE L UNIVERSITÉ LAVAL

RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DE L UNIVERSITÉ LAVAL RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DE L UNIVERSITÉ LAVAL SOMMAIRE DES DISPOSITIONS TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 ADMISSIBILITÉ ET ADHÉSION AU RÉGIME... 4 COTISATIONS... 5 PARTICIPATION VOLONTAIRE...

Plus en détail

ASSURANCES MÉDICAMENTS COMPARAISON DES OPTIONS À PARTIR DE 65 ANS MISE À JOUR ANNÉE 2011

ASSURANCES MÉDICAMENTS COMPARAISON DES OPTIONS À PARTIR DE 65 ANS MISE À JOUR ANNÉE 2011 ASSURANCES MÉDICAMENTS COMPARAISON DES OPTIONS À PARTIR DE 65 ANS MISE À JOUR ANNÉE 2011 APRHQ Comité Croix Bleue Mise à jour 2011/07/15 But du sous-comité Croix Bleue 2 Donner des outils aux membres retraités

Plus en détail

Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite

Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite Le 19 avril 2013 Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite Le comité d experts a été formé vers la fin de 2011, et on lui a donné le mandat de formuler des

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 2012-212. Règlement constituant un REER collectif pour les employé(e)s de la Municipalité de Sainte-Martine

RÈGLEMENT NUMÉRO 2012-212. Règlement constituant un REER collectif pour les employé(e)s de la Municipalité de Sainte-Martine Sainte-Martine, le 3 juillet 2012 PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE BEAUHARNOIS-SALABERRY MUNICIPALITÉ DE SAINTE-MARTINE RÈGLEMENT NUMÉRO 2012-212 Règlement constituant un REER collectif pour les employé(e)s de

Plus en détail

1. Qu est-ce que le Régime de soins dentaires de la fonction publique (RSDFP)? Quel lien a-t-il avec le Régime de soins dentaires pour les

1. Qu est-ce que le Régime de soins dentaires de la fonction publique (RSDFP)? Quel lien a-t-il avec le Régime de soins dentaires pour les 1. Qu est-ce que le Régime de soins dentaires de la fonction publique (RSDFP)? Quel lien a-t-il avec le Régime de soins dentaires pour les personnes à charge (RSDPC)? 2. Qui administre le RSDPC? 3. Suis-je

Plus en détail

Améliorations aux trois conventions collectives de l ACEP

Améliorations aux trois conventions collectives de l ACEP Améliorations aux trois conventions collectives de l ACEP En 1967, les premières conventions collectives dans la fonction publique fédérale donnaient aux employés droit à quatre semaines de vacances, pas

Plus en détail

Pension alimentaire pour enfants

Pension alimentaire pour enfants Pension alimentaire pour enfants Le Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau Brunswick (SPEIJ NB) est un organisme de bienfaisance enregistré dont l objectif est de fournir aux

Plus en détail

PROPOSITION D ASSURANCE

PROPOSITION D ASSURANCE Vous devez sauvegarder ce formulaire électronique dans votre ordinateur avant de le remplir. PROPOSITION D ASSURANCE Barreau de Montréal Police 32388 - Période du 1 er aout 2015 au 31 juillet 2016 RENSEIGNEMENTS

Plus en détail

Un régime québécois d assurance parentale : pour tous les parents!

Un régime québécois d assurance parentale : pour tous les parents! Un régime québécois d assurance parentale : pour tous les parents! Mémoire présenté à la Commission des affaires sociales dans le cadre des consultations particulières et des auditions publiques sur le

Plus en détail

Le 15 décembre 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ FINANCIÈRE ET LA SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 14-22

Le 15 décembre 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ FINANCIÈRE ET LA SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 14-22 SOMMAIRE Restructuration obligatoire pour tous les régimes Processus de restructuration Autres dispositions Tableau des principaux amendements depuis le 12 juin 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ

Plus en détail

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Juin 2010 Remarque : Les renseignements fournis dans ce guide étaient à jour au moment de

Plus en détail

I N F O I N F O C D C. Votre CDC en action. Sommaire

I N F O I N F O C D C. Votre CDC en action. Sommaire Co rpo rati on d e d év el opp emen t c o mmun autai re R o n d P oi nt I N F O C D C I N F O Bulletin mensuel de la CDC Rond Point Novembr e 2013, volum e 15 Sommaire Formations à venir Invitation à la

Plus en détail

M. Jim Smith, Directeur général et secrétaire-trésorier. M. Éric Galipeau, conseiller; son absence étant motivée

M. Jim Smith, Directeur général et secrétaire-trésorier. M. Éric Galipeau, conseiller; son absence étant motivée CANADA Province de Québec M.R.C. de la Vallée-de-la-Gatineau Municipalité de Messines Procès-verbal de la session ordinaire du conseil de la Municipalité de Messines, tenue mardi le 5 août 2014 à 19h00

Plus en détail

Guide pour le traitement des affaires nouvelles d assurance individuelle

Guide pour le traitement des affaires nouvelles d assurance individuelle Guide du processus Guide pour le traitement des affaires nouvelles d assurance individuelle Assurance-vie Assurance contre le risque de maladie grave Assurance invalidité De la soumission de la proposition

Plus en détail

Formation d accueil: Centre de recherche du CHU de Québec

Formation d accueil: Centre de recherche du CHU de Québec Formation d accueil: Centre de recherche du CHU de Québec Quelles formations suivre? Participants TOUS Équipes de recherche clinique Équipes de recherche fondamentale (en laboratoire) Selon le type de

Plus en détail

régime d assurance collective

régime d assurance collective Ma ligne de protection de revenu régime d assurance collective Mes assurances salaire 2 Bonjour, je suis Fiche Salaire, et je viens vous entretenir d un sujet capital en matière de sécurité financière,

Plus en détail

Pour mieux connaître le CRI et le FRV

Pour mieux connaître le CRI et le FRV Pour mieux connaître le CRI et le FRV Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également sur notre site Web. Consultez-le pour obtenir la mise à jour de l information et

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme public Juin 2015 1 INTRODUCTION... 4 À QUI S ADRESSE

Plus en détail

SYNTHÈSE HISTORIQUE VÉCU DE L'AAR PARTIE 2

SYNTHÈSE HISTORIQUE VÉCU DE L'AAR PARTIE 2 ALLIANCE DES ASSOCIATIONS DE RETRAITÉS SYNTHÈSE HISTORIQUE DU VÉCU DE L'AAR PARTIE 2 Par Jacques Guilmain (Membre de l'association des employés retraités de la ville de Montréal et membre du conseil d'administration

Plus en détail

VOYAGE ASSISTANCE LA GARANTIE QUI VOUS SUIT PARTOUT

VOYAGE ASSISTANCE LA GARANTIE QUI VOUS SUIT PARTOUT VOYAGE ASSISTANCE LA GARANTIE QUI VOUS SUIT PARTOUT Que vous voyagiez pour le travail ou pour le plaisir, votre Régime d assurance collective des chambres de commerce MC est toujours là pour vous. L assurance

Plus en détail

POLITIQUE. 2013-12-05 (Rés. : CA-20131205-5) AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

POLITIQUE. 2013-12-05 (Rés. : CA-20131205-5) AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE POLITIQUE NUMÉRO DE LA RÉSOLUTION : APPROUVÉ PAR : CA-20130912-8 CONSEIL D ADMINISTRATION DATE DE LA RÉSOLUTION/APPROBATION : 13 septembre 2013 ENTRÉE EN VIGUEUR : DERNIÈRE MISE À JOUR : DATE D ABROGATION

Plus en détail

8ème Rencontre Mondiale des Familles - PHILADELPHIE DIOCÈSE DE QUÉBEC. L amour est notre mission : la famille pleinement vivante

8ème Rencontre Mondiale des Familles - PHILADELPHIE DIOCÈSE DE QUÉBEC. L amour est notre mission : la famille pleinement vivante 8ème Rencontre Mondiale des Familles - PHILADELPHIE DIOCÈSE DE QUÉBEC L amour est notre mission : la famille pleinement vivante Itinéraire FORFAIT #1 : PROGRAMME COMPLET (CONGRÈS ET RASSEMBLEMENT) Jour

Plus en détail

PERSONNEL. Approuvée le 22 septembre 2001 Entrée en vigueur le 22 septembre 2001 Modifiée le 21 juin 2003 Page 1 de 8

PERSONNEL. Approuvée le 22 septembre 2001 Entrée en vigueur le 22 septembre 2001 Modifiée le 21 juin 2003 Page 1 de 8 Modifiée le 21 juin 2003 Page 1 de 8 PRÉAMBULE Le Conseil scolaire de district du Centre-Sud-Ouest (CSDCSO) s engage à offrir des conditions de travail justes et équitables afin de garder un personnel

Plus en détail

Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite

Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également

Plus en détail

PLANS COLLECTIFS D ASSURANCES

PLANS COLLECTIFS D ASSURANCES ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DES DIRECTEURS ET DIRECTRICES D ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT RETRAITÉS PLANS COLLECTIFS D ASSURANCES ASSURANCE MALADIE MÉDICAMENTS ET VOYAGE (obligatoire) Renouvellement au 1 er

Plus en détail

RÉSUMÉ DU PROGRAMME. Mars 2014 - Police n o 31943

RÉSUMÉ DU PROGRAMME. Mars 2014 - Police n o 31943 Prix compétitifs Couverture à valeur ajoutée Service personnalisé RÉSUMÉ DU PROGRAMME Mars 2014 - Police n o 31943 Programme d assurance de l Association québécoise des informaticiennes et informaticiens

Plus en détail

Personnalisons la comparaison des avantages des honoraires fixes et du tarif horaire II

Personnalisons la comparaison des avantages des honoraires fixes et du tarif horaire II Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Personnalisons la comparaison des avantages des honoraires fixes et du tarif horaire II Michel Desrosiers Le D r Michel Desrosiers, omnipraticien et avocat,

Plus en détail

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers.

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers. GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE DE CONSTITUTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE À CHARTE QUÉBÉCOISE Mars 2008 Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité

Plus en détail

Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC

Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC Mars 2005 Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC La majeure partie des avoirs financiers des propriétaires de petite entreprise est souvent immobilisée dans les actions d

Plus en détail

L assurance de l industrie de la construction. Janvier 2014. Pour plus de renseignements. English copy available on request

L assurance de l industrie de la construction. Janvier 2014. Pour plus de renseignements. English copy available on request Pour plus de renseignements Vous pouvez communiquer avec votre représentant syndical ou patronal, ou encore avec le service à la clientèle de la CCQ : Abitibi-Témiscamingue Tél.: 819 825-4477 Bas-Saint-Laurent-Gaspésie

Plus en détail