Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis"

Transcription

1 Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis 12/09/2013

2 2

3 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012 : Nourrisson 3

4 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012 : Nourrisson (M2M4M11) 6 mois min (M2M3M4M16/18) 4

5 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012 : Nourrisson (M2M4M11) 6 mois min (M2M3M4M16/18) 5

6 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012 : Nourrisson (M2M4M11) 6 mois min (M2M3M4M16/18) 6

7 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012 : Enfant et adolescent 7

8 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012 : Enfant et adolescent Ca ca 8

9 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012 : Enfant et adolescent 19 ans révolus 9

10 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012 : Adulte Intervalle âges fixes Coqueluche = Cocooning : Coqueluche à 25 ans si dernière dose > 5ans Avant ou immédiatement après la grossesse Par extension si contact avec un NRS de moins de 6 mois 10

11 Période de transition avec les administrations antérieures 11

12 Conditions des rappels dtp de 25 à 65 ans selon l âge à la consultation et l âge du dernier rappel délai entre le dernier rappel effectué et N < 5 ans : attendre N+1 délai depuis le dernier rappel effectué et N > 25 ans : vacciner immédiatement si délai entre ce vaccin et N+1 > 5 ans vacciner normalement à N+1 si délai entre ce vaccin et N+1 < 5 ans attendre N+2 Sauf rattrapage coqueluche 12

13 Conditions des rappels dtp de 25 à 65 ans selon l âge à la consultation et l âge du dernier rappel 13

14 Conditions des rappels dtp après 65 ans délai entre le dernier rappel effectué et N < 5 ans : attendre N+1 délai depuis le dernier rappel effectué et N > 15 ans : vacciner immédiatement si délai entre ce vaccin et N+1 > 5 ans vacciner normalement à N+1 si délai entre ce vaccin et N+1 < 5 ans attendre N+2 Sauf rattrapage coqueluche 14

15 Conditions des rappels dtp après 65 ans 15

16 Recommandations spécifiques chez les patients immunodéprimés ou aspléniques La population concernée = ensemble des déficits immunitaires congénitaux et des déficits acquis tels traitements par corticothérapie, chimiothérapie, immunosuppresseurs, anti TNF, infections par le VIH, etc [rapport du HCSP du 12/07/2012] indication large des vaccins grippe et pneumocoque maintien des rappels tous les dix ans chez l adulte contre-indication des vaccins vivants ; utilisation de vaccins conjugués plus immunogènes ou de schémas vaccinaux spécifiques dans certains cas vaccination de l entourage familial et des personnels de sante au contact d un patient immunodéprimé 16

17 Vaccination anti-pneumococcique chez les patients immunodéprimés ou aspléniques PCV13 PPV23 8 semaines PPV23 PCV13 3 ans 17

18 Autres actualités en 2013 Grippe recommandée chez les porteurs d hépatite chronique avec ou sans cirrhose Délai de neuf mois minimum entre injection d Ig (cas d une situation de contage) et vaccin ROR Typhoïde exclusivement dans les centres de vaccination habilités «fièvre jaune» Vaccin antirabique pré-exposition : les rappels ne sont plus recommandés systématiquement 18

19 Autres actualités en 2013 II à méningocoque de sérogroupe non B privilégier les vaccins tétravalents conjugués si A, C, Y, W135 Entre 6 mois et 1 an, seul le vaccin bivalent non conjugué A + C est utilisé contre les infections invasives à méningo A délai de 3 ans recommandé avant prochain méningo conjugué (sauf nécessité impérative et urgente Y+W 135) Méningo C conjugué au-delà de 24 ans pour les HSH vivant en IDF et fréquentant les lieux de convivialité ou de rencontre gays parisiens pour les HSH résidant en France et souhaitant se rendre à un rassemblement gay en France ou Europe II à méningocoque de sérogroupe B (B:14:P1.7,16) Bexsero (AMM européenne) : personnes éligibles à cette vaccination et les contacts ( âge) autour d un nouveau cas d IIM survenant en Seine-Maritime, dans la Somme et de la Manche non antérieurement vaccinés par le MenBvac 19

20 Rattrapage Rattrapage des vaccinations de base chez les sujets jamais vaccinés = M0-M2-M8/12 Avant 16 ans : DTPCa (puis rappel selon calendrier, 2 ans après) dtpca à M0 puis dtp Personnes nées depuis 1980 et âgées de plus de 24 mois, quels que soient les antécédents vis-à-vis des trois maladies = ROR x 2 au total, espacées d au moins un mois Les femmes nées avant 1980 non vaccinées contre la rubéole et ayant un projet de grossesse = ROR x 1 20

21 Rattrapage Jusqu à 15 ans révolus : HBV (M0-M6 entre 11 et 15 ans) Jusqu à 24 ans révolus : Méningo C conjugué Jusqu à 19 ans révolus : HPV 21

22 Merci! Des questions? 22

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 140- Mai 2014 SOMMAIRE 1. Le calendrier vaccinal simplifié 1 2. Vaccination des enfants et adolescents 2 3. Vaccination des adultes 4 4. Cas pratiques 6 5. Invitation Soirées de

Plus en détail

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE CAS CLINIQUE N 2 VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE FAMILLE DE 5 : MÈRE ASSISTANTE DE DIRECTION / PÈRE STEWARD AIR FRANCE, LONGS COURRIERS CARAÏBES. 3 ENFANTS

Plus en détail

Vaccination en réanimation

Vaccination en réanimation Vaccination en réanimation CÉLINE PULCINI MCU-PH SERVICE D INFECTIOLOGIE CHU DE NICE PLAN 1. Épidémiologie de quelques maladies à prévention vaccinale 2. Réponse immunologique à la vaccination en réanimation

Plus en détail

Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011

Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011 Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011 http://www.inpes.sante.fr/cfesbases/catalogue/pdf/1133.pdf CAS CLINIQUE N 1 Une maman, membre d un groupe de pensée plutôt opposé aux vaccinations,

Plus en détail

VACCINATIONS. Le plan de vaccination suisse 2013 recommande la vaccination contre la tuberculose dans des groupes à risques.

VACCINATIONS. Le plan de vaccination suisse 2013 recommande la vaccination contre la tuberculose dans des groupes à risques. Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours VACCINATIONS Idriss Guessous Service de médecine de premier recours, HUG 2013 LES POINTS

Plus en détail

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010 Objectifs QUELLES VACCINATIONS RECOMMANDER CHEZL ADULTE? N. Junod Perron et J P. Humair Enseignement en Médecine Ambulatoire SMPR 26.3.2014 2014 Connaître les vaccins recommandés chez les adultes de la

Plus en détail

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI FMPR, Rabat le 23.10.2010 Les mesures de prévention concernent la population dans son ensemble en se

Plus en détail

Les vaccinations du personnel hospitalier

Les vaccinations du personnel hospitalier Les vaccinations du personnel hospitalier Isabelle Buisson-Vallès Service de médecine du travail du personnel hospitalier Pr Brochard - CHU de Bordeaux 7ème JNI - Bordeaux 9 juin 2006 Introduction La majorité

Plus en détail

Vaccination : êtes-vous à jour?

Vaccination : êtes-vous à jour? 2015 calendrier simplifié Vaccination : êtes-vous à jour? des vaccinations Âge approprié nce ssa Nai ois 2m ois 4m ois 11 m is mo 12 is mo 18 16- ns 6a ans 13 11- ans 14 ans 25 45 ans et + ans 65 BCG Diphtérie-TétanosPoliomyélite

Plus en détail

Calendrier vaccinal et recommandations vaccinales 2013

Calendrier vaccinal et recommandations vaccinales 2013 Calendrier vaccinal et recommandations vaccinales 2013 du ministère des Affaires sociales et de la Santé, selon l avis du Haut Conseil de la santé publique MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

Plus en détail

VIII/ Sujets à risque

VIII/ Sujets à risque 17 novembre 2010 VIII/ Sujets à risque DCEM III Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET DERMG Université de Nice Sophia Antipolis PLAN Tuberculose Coqueluche Pneumocoque Méningocoque Hépatite A Hépatite

Plus en détail

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques 7 BEH -5 / 0 avril 0. Calendrier vaccinal 0. Tableaux synoptiques. Tableau des vaccinations recommandées chez les enfants et les adolescents en 0 Recommandations générales Rattrapage Populations particulières

Plus en détail

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux.

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux. Anna Jagusiak GENERALITES DEFINITION La vaccination est une préparation antigénique qui à un agent infectieux. CLASSIFICATION VACCINS VIVANTS ATTENUES Protection immunitaire proche de celle suivant une

Plus en détail

Quel est le risque infectieux?

Quel est le risque infectieux? Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Participation à des actions de formation organisés par des industriels (symposium, congrès, ateliers): Oui Immunosuppresseurs

Plus en détail

Mise au point sur la vaccination antiméningoccique. DU Lille 2015 JL SCHMIT

Mise au point sur la vaccination antiméningoccique. DU Lille 2015 JL SCHMIT Mise au point sur la vaccination antiméningoccique DU Lille 2015 JL SCHMIT Bon modèle Capsule polysaccharidique Intérêt de la conjugaison à des protéines pour augmenter la réponse vaccinale Emergence d

Plus en détail

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE De très nombreuses raisons peuvent conduire un enfant ou un adulte à être en retard par rapport au calendrier vaccinal idéal. Parmi ces raisons, la

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des recommandations

Plus en détail

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2015 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS.

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2015 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2015 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. Sommaire 1. Points-clés sur les nouvelles recommandations 4 2. Recommandations 5 Vaccination des personnes

Plus en détail

Vacciner en 2014 Des recommandations au choix eclairé J.Gaudelus service de Pediatrie 93140 Bondy Université Paris XIII

Vacciner en 2014 Des recommandations au choix eclairé J.Gaudelus service de Pediatrie 93140 Bondy Université Paris XIII Vacciner en 2014 Des recommandations au choix eclairé J.Gaudelus service de Pediatrie 93140 Bondy Université Paris XIII Liens d intérêt J.Gaudelus Consultant et /ou EPU et / ou participation à des réunions

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de la santé Sous-direction de la prévention des risques infectieux Bureau des maladies infectieuses, des risques

Plus en détail

Vaccination des personnes immunodéprimées ou aspléniques

Vaccination des personnes immunodéprimées ou aspléniques Vaccination des personnes immunodéprimées ou aspléniques Recommandations Collection Avis et Rapports 2 e édition Vaccination des personnes immunodéprimées ou aspléniques Recommandations La vaccination

Plus en détail

Vaccinations des personnes immunodéprimées ou aspléniques*

Vaccinations des personnes immunodéprimées ou aspléniques* Vaccinations des personnes immunodéprimées ou aspléniques* PATIENTS VIVANT AVEC LE VIH Les personnes infectées par le VIH ont une sensibilité accrue à certaines infections. (ex pneumocoque, grippe). Il

Plus en détail

AUDIT VACCINATIONS. Résultats 1 er tour

AUDIT VACCINATIONS. Résultats 1 er tour AUDIT VACCINATIONS Résultats 1 er tour Participation Population Résultats par vaccination : - DTP - Hépatite B - Rougeole - Coqueluche - Méningite C - Human Papilloma Virus Résultats des participants Sommaire

Plus en détail

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010 Vaccination coqueluche et maternité G Picherot YOPI 2010 Groupe Avancées Vaccinales 2010 Très inspiré de «AVANT, PENDANT et APRES Vaccinations autour de la grossesse» Dr Marc Valdiguié Pédiatre Unité de

Plus en détail

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban Vaccination et tuberculose en Gériatrie Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban VACCINATIONS 2 Personnes âgées et vaccinations Avec

Plus en détail

Calendrier vaccinal 2015

Calendrier vaccinal 2015 Calendrier vaccinal 2015 Quoi de neuf? Entre avis, insuffisance de couverture vaccinale en France, ruptures en vaccin et polémiques Que faire? Dr C. Hommel CVI et CAR de La politique vaccinale en France

Plus en détail

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23)

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23) Introduction Le pneumocoque est un agent majeur de pneumonie, septicémie, méningite, sinusite, otite moyenne et exacerbations aiguës d affections pulmonaires chroniques obstructives. Sur la base du typage

Plus en détail

Vaccination des personnes âgées et cancer

Vaccination des personnes âgées et cancer Vaccination des personnes âgées et cancer Pr B de WAZIÈRES CHU Nîmes Haut conseil de la santé publique Comité technique des vaccinations ORIG OBSERVATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX EN GERIATRIE SUBVENTION ET

Plus en détail

Vaccin H1N1. Des adjuvants (MF059, ASO3) pour réduire la dose d antigène (3,75

Vaccin H1N1. Des adjuvants (MF059, ASO3) pour réduire la dose d antigène (3,75 LA VACCINATION Vaccin H1N1 Les 1er vaccins pandémiques ont été développés à partir des souches H5N1 avec une AMM en 2008, les vaccins H1N1 seront enregistrés après modification du dossier Des adjuvants

Plus en détail

Vaccinations et voyage chez le patient infectépar le VIH Pr Sophie Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales Hôpital Bichat-Claude

Vaccinations et voyage chez le patient infectépar le VIH Pr Sophie Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales Hôpital Bichat-Claude Vaccinations et voyage chez le patient infectépar le VIH Pr Sophie Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales Hôpital Bichat-Claude Bernard Cas clinique Mr X, 38 ans, homosexuel, infectépar

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

Est également recommandé le rattrapage des professionnels en contact avec des nourrissons

Est également recommandé le rattrapage des professionnels en contact avec des nourrissons 2. RECOMMANDATIONS 2.1 VACCINATION CONTRE LA COQUELUCHE Recommandations générales La vaccination contre la coqueluche est pratiquée avec le vaccin acellulaire combiné à d autres valences. La primovaccination

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2009 selon l avis du Haut Conseil de la santé

Plus en détail

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2014. Document mis à jour le 15/05/2014 (Modifications pages 45 et 50)

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2014. Document mis à jour le 15/05/2014 (Modifications pages 45 et 50) Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2014 Document mis à jour le 15/05/2014 (Modifications pages 45 et 50) PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA

Plus en détail

Varicelle et grossesse

Varicelle et grossesse Varicelle et grossesse Dr Marie-Aliette DOMMERGUES Pédiatre, CHV-André Mignot Le 8 octobre 2009 Varicelle et grossesse Varicelle et grossesse Probabilité de survenue d une varicelle en cours de grossesse:

Plus en détail

re vaccination concerne un rappel tétanost

re vaccination concerne un rappel tétanost Un patient âgé de 50 ans, tabagique, alcoolique, bronchitique chronique et ayant fait il y a 3 mois une pneumopathie à pneumocoque vous consulte pour une mise à jour de ses vaccinations. La dernière re

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 octobre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 octobre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 octobre 2009 MENINGITEC suspension injectable en seringue préremplie Vaccin méningococcique du groupe C oligosidique conjugué (adsorbé) B/1 seringue munie d un bouchon

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

N Viget 17/04/2015. Sujet âgé Femme enceinte Personnel soignant

N Viget 17/04/2015. Sujet âgé Femme enceinte Personnel soignant N Viget 17/04/2015 Sujet âgé Femme enceinte Personnel soignant Le sujet âgé Focus sur vaccinations Coqueluche Pneumocoque Grippe Zona Epidémiologie Données chez sujet agé Recommandations La couverture

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

Plan de vaccination suisse 2015

Plan de vaccination suisse 2015 Schweizerische Eidgenossenschaft Conféderation suisse Confederazione Svizzera Confederaziun svizra Département féderal de l intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Etat : 2015 Office fédéral

Plus en détail

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Corticoïdes et vaccination

Corticoïdes et vaccination Corticoïdes et vaccination Corticoïdes Type? Topique Infiltration Inhalation Voie générale Dose? Type de vaccin V. inactivé V. vivant atténué Fièvre jaune ROR Tuberculose Varicelle Durée de traitement?

Plus en détail

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas)

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas) Vous recevez une interne du service de maternité La Coqueluche Elle vous dit tousser depuis 15 jours. Devant l absence de fièvre elle ne s est pas arrêtée et elle n a pas pris de précautions particulières.

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de vaccination

Conduite à tenir en cas de vaccination Prise en charge pratique des patients sous abatacept 1 Conduite à tenir en cas de vaccination Evidence Based Medicine Recommandations officielles Avis des experts La polyarthrite rhumatoïde (PR) ne contre-indique

Plus en détail

Voyages et vaccinations

Voyages et vaccinations Voyages et vaccinations VOYAGES LES MICI NE SONT PAS UN OBSTACLE AUX VOYAGES. Cependant, sauf urgences professionnelles, mieux vaut envisager les déplacements en période de rémission quand tout va bien.

Plus en détail

Les enjeux de la vaccination en EHPAD. Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie. christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.

Les enjeux de la vaccination en EHPAD. Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie. christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free. Les enjeux de la vaccination en EHPAD Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.fr 11 ème Congrès National des Gériatres et Médecins Coordonnateurs d

Plus en détail

La vaccination des immunodéprimés. N. Viget DUACAI 17/4/2015

La vaccination des immunodéprimés. N. Viget DUACAI 17/4/2015 La vaccination des immunodéprimés N. Viget DUACAI 17/4/2015. Liens d intérêts : congrès Giléad, Janssen, MSD, Viiv. 16/04/2015 Les immuno-déprimés Nombre croissant de patients Chimiothérapies pour tumeurs

Plus en détail

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014 48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014 Dr. M.SCHETGEN Département de médecine générale Logo du médecin (si nécessaire) ULB Session PÉDIATRIE-Actualisation des vaccinations

Plus en détail

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 COQUELUCHE Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 Epidémiologie Bactériologie Clinique Vaccination et recommandations Tests diagnostiques disponibles Stratégies diagnostiques: recommandations Traitement Conduite

Plus en détail

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE Prévention de la coqueluche Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE La coqueluche : question d actualité? Epidémiologie Nouvelles recommandations vaccinales et leur application Rôle des professionnels

Plus en détail

Référentiel Vaccins anti-infectieux et cancers intra-thoraciques

Référentiel Vaccins anti-infectieux et cancers intra-thoraciques Référentiel Vaccins anti-infectieux et cancers intra-thoraciques Coordonnateur IR et Bourgogne: Pascal Foucher Alsace : Daniel Christmann Champagne Ardennes : Christophe Stradi Franche Comté : Olivier

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN MARS 2011 313-52711-B État des données : mars 2011 Ce guide calendrier vaccinal comporte le carnet de vaccination. SOMMAIRE LA

Plus en détail

Mieux protéger. Les vaccinations. de la maman, du bébé et de son entourage. autour de la naissance. D après le calendrier vaccinal 2013 1

Mieux protéger. Les vaccinations. de la maman, du bébé et de son entourage. autour de la naissance. D après le calendrier vaccinal 2013 1 Mieux protéger autour de la naissance Crédits photos : Fotolia - FRAN000000093 FR00825 - Juillet 2013 Les vaccinations de la maman, du bébé et de son entourage D après le calendrier vaccinal 2013 1 drier

Plus en détail

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Professeur Emmanuel Grimprel Service de Pédiatrie Générale, Hôpital Trousseau, Paris Université Pierre et Marie Curie, Paris Déclaration

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 SCHEMA VACCINAL DE 1981 : SCHEMA VACCINAL EN COMMUNAUTE FRANCAISE EN 2007 : COUVERTURES VACCINALES À L'ÂGE DE 12

Plus en détail

Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS

Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS CALENDRIER VACCINAL Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS I. LE CALENDRIER VACCINAL 2014 A l exception de l assainissement

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS EN SOINS ONCOLOGIQUES DE SUPPORT : LA VACCINATION S. CHEZE, I. KRAKOWSKI, P. LOULERGUE, O. LAUNAY

LES RÉFÉRENTIELS EN SOINS ONCOLOGIQUES DE SUPPORT : LA VACCINATION S. CHEZE, I. KRAKOWSKI, P. LOULERGUE, O. LAUNAY LES RÉFÉRENTIELS EN SOINS ONCOLOGIQUES DE SUPPORT : LA VACCINATION S. CHEZE, I. KRAKOWSKI, P. LOULERGUE, O. LAUNAY Recommandations HCSP 25 avril 2013 www.hcsp.fr Les différents types de vaccins Vaccins

Plus en détail

LES VACCINATIONS. Pr. Jean-Pierre DUBOIS 2015

LES VACCINATIONS. Pr. Jean-Pierre DUBOIS 2015 LES VACCINATIONS Pr. Jean-Pierre DUBOIS 2015 LES VACCINATIONS : ECN 2016 N 143. Vaccinations Connaître les différents types de vaccins et les modalités d'administration. Connaître le calendrier vaccinal

Plus en détail

Vaccinations et grossesse. C.Chatelet

Vaccinations et grossesse. C.Chatelet Vaccinations et grossesse C.Chatelet L Idéal en préconceptionnel S assurer vaccinations réglementaires. Vacciner patientes à risques hépatites A, B et pneumocoques. Vacciner les «voyageurs potentiels»,

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des

Plus en détail

REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES VACCINATION DES ADULTES INFECTES PAR LE VIH/SIDA

REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES VACCINATION DES ADULTES INFECTES PAR LE VIH/SIDA 1 ASSOCIATION ReVIH MULHOUSE RESEAU VILLE-HOPITAL MULHOUSE SUD-ALSACE 5 Rue Bartholdi 68400 RIEDISHEIM REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES VACCINATION DES ADULTES INFECTES PAR

Plus en détail

Règle 1: Il est préférable de considérer qu une personne n est pas vaccinée plutôt que de la croire erronément protégée.

Règle 1: Il est préférable de considérer qu une personne n est pas vaccinée plutôt que de la croire erronément protégée. 1. Règles de base Toute consultation médicale offre l opportunité de vérifier l état vaccinal d une personne et, le cas échéant, de le compléter. Les centres PMS exercent une fonction de surveillance pour

Plus en détail

VACCINATIONS. Actualités. D. Abiteboul

VACCINATIONS. Actualités. D. Abiteboul Actualités D. Abiteboul VACCINATIONS Actualités Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Nouveau calendrier vaccinal 2013 Arrêté du 2 août 2013 et Instruction du 21 janvier

Plus en détail

Quoi de neuf? Octobre 2014

Quoi de neuf? Octobre 2014 Vaccinations i chez les patients suivis en HGE Quoi de neuf? Octobre 2014 Rappel sur la vaccination Vaccin vivant atténué / Vaccin inactivé ou sous unitaire Immunité acquise : spécifique, mémoire immunologique

Plus en détail

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Dossier de presse LA VACCINATION AU COURS DE LA VIE : Conseils et réponses aux questions du quotidien, pour être à jour CONTACTS PRESSE INPES Inpes : Sandra

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

La vaccination des personnes âgées

La vaccination des personnes âgées La vaccination des personnes âgées et les recommandations du calendrier vaccinal 2009 concernant les personnels et les résidents des EHPAD. Journée du CCLIN Paris Nord du 6 mai 2009 Dr Albert SCEMAMA Vaccination

Plus en détail

Algorithmes de viavac : règles de base

Algorithmes de viavac : règles de base Règles de base viavac 2015 1 Algorithmes de viavac : règles de base Le logiciel expert viavac repose sur des algorithmes permettant d identifier les vaccinations éventuellement manquantes, et les intervalles

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE 3. VACCINS RECOMMANDES : SITUATIONS / GROUPES A RISQUE

2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE 3. VACCINS RECOMMANDES : SITUATIONS / GROUPES A RISQUE Département de médecine communautaire de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours VACCINATIONS SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mars 2010 PREVENAR 13 0,5 ml, suspension injectable vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Boîte de 1 seringue pré-remplie avec aiguille

Plus en détail

La protection vaccinal pour votre pratique : Spécificités du calendrier vaccinal de l enfant et de l adolescent

La protection vaccinal pour votre pratique : Spécificités du calendrier vaccinal de l enfant et de l adolescent La protection vaccinal pour votre pratique : Spécificités du calendrier vaccinal de l enfant et de l adolescent Le calendrier vaccinal 2014 est à votre disposition sur le site Internet du ministère des

Plus en détail

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Dossier de presse LA VACCINATION AU COURS DE LA VIE : Conseils et réponses aux questions du quotidien, pour être à jour CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

Adolescents Adultes Observations (voir détails dans les notes)

Adolescents Adultes Observations (voir détails dans les notes) (mise à jour: 27 février 2015) Tableau 1: Vaccination systématique recommandée - Résumé des notes d information de l OMS Antigène Enfants (voir details tableau 2) Recommandations pour tous les programmes

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Le collège de la Haute Autorité de Santé ayant valablement délibéré en sa séance du 29 mai 2013,

REPUBLIQUE FRANCAISE. Le collège de la Haute Autorité de Santé ayant valablement délibéré en sa séance du 29 mai 2013, REPUBLIQUE FRANCAISE AVIS N 2013.0051/AC/SEVAM du 29 mai 2013 du collège de la Haute Autorité de Santé relatif au protocole de coopération 048 «Consultation, décision et prescription de vaccination pour

Plus en détail

(mise à jour le 27 février 2015) Tableau 2 : Vaccination Systématique Recommandée pour les enfants - Résumé des notes d information de l OMS

(mise à jour le 27 février 2015) Tableau 2 : Vaccination Systématique Recommandée pour les enfants - Résumé des notes d information de l OMS (mise à jour le 27 février 2015) Tableau 2 : Vaccination Systématique Recommandée pour les enfants - Résumé des notes d information de l OMS Antigène Recommandations pour tous les enfants BCG 1 Hépatite

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail

Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination

Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination Professeur Ch. RABAUD 2007 2ème Journée Régionale d Infectiologie Nancy, 19 Octobre 2007 TUBERCULOSE Histoire d un ex-vaccin obligatoire Vaccinations

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

IMMUNOLOGIE DES VACCINS

IMMUNOLOGIE DES VACCINS FICHE TECHNIQUE avril 2009 Voir en complément : Les principaux vaccins : Indications et modalités d utilisation La vaccination, deuxième partie, mai 2009 LA VACCINATION 1 re partie : Principes généraux

Plus en détail

2. Recommandations Introduction Vaccination des personnes immunodéprimées ou aspléniques

2. Recommandations Introduction Vaccination des personnes immunodéprimées ou aspléniques 2. Recommandations Introduction Vaccination des personnes immunodéprimées ou aspléniques Les personnes immunodéprimées ou aspléniques sont exposées à un risque accru d infections sévères responsables d

Plus en détail

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne CartoVaccins Haute-Vienne Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe en Haute-Vienne Quelle couverture vaccinale contre la Rougeole en Haute-Vienne > Contexte > Résultats Depuis le 1 er janvier

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel

Vaccinations et milieu professionnel Prévention-Santé-Sud-Est Association des Services de Santé au Travail Paca-Corse Vaccinations et milieu professionnel Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées Certaines activités professionnelles

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel

Vaccinations et milieu professionnel La place de la vaccination dans la prévention des risques infectieux La prévention des risques infectieux au travail ne se réduit pas à la protection vaccinale. La vaccination s inscrit comme une des mesures

Plus en détail

Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH

Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH Odile Launay CIC de vaccinologie Cochin Pasteur Hôpital Cochin, Paris 6 ème journée de vaccinologie clinique JG Guillet Mardi 4 juin 2013

Plus en détail

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? La vaccination n est pas seulement pour les enfants. Les adultes

Plus en détail

MIE Pédiatrie item 76 Les vaccinations en pédiatrie Année universitaire 2007-2008

MIE Pédiatrie item 76 Les vaccinations en pédiatrie Année universitaire 2007-2008 LES VACCINATIONS EN PÉDIATRIE L évolution épidémiologique des infections, l arrivée de nouveaux vaccins, a rendu le calendrier vaccinal complexe avec des vaccins traditionnels (BCG, Pentavalent, ROR, HB,

Plus en détail

La vaccination des séniors

La vaccination des séniors La vaccination des séniors Actualités Thérapeutiques, 6//04 Dr Maeva LEFEBVRE Maladies Infectieuses et Tropicales Centre Fédératif Prévention Dépistage CHU de Nantes La prévention chez les séniors : un

Plus en détail

31 mars 2011. VIH & Immunité. Rappel des mécanismes d action des immunosuppresseurs. sur l immunité : l exemple des vaccins

31 mars 2011. VIH & Immunité. Rappel des mécanismes d action des immunosuppresseurs. sur l immunité : l exemple des vaccins Formation Continue 2011 31 mars 2011 Maladies infectieuses - Immunologie & Allergie VIH & Immunité Traitements immunosuppresseurs: bilan initial, suivi et risques infectieux Pierre-Alexandre Bart Objectifs

Plus en détail

Adolescents, jeunes adultes : à vos carnets de santé!

Adolescents, jeunes adultes : à vos carnets de santé! DOSSIER DE PRESSE 8 e Semaine Européenne de la Vaccination du mardi 22 au samedi 26 avril 2014 Adolescents, jeunes adultes : à vos carnets de santé! CONTACT PRESSE Sébastien PAGEAU 04.67.07.20.14 sebastien.pageau@ars.sante.fr

Plus en détail

Epidémiologie des pneumocoques chez l'adulte

Epidémiologie des pneumocoques chez l'adulte Introduction Le pneumocoque est un agent majeur de pneumonie, septicémie, méningite, sinusite, otite moyenne et exacerbations aiguës d'affections pulmonaires chroniques obstructives. Sur la base du typage

Plus en détail

Le 4 février 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde

Le 4 février 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde Section 3 : Parfois, s occuper de la paperasse semble être complètement au bas de votre liste de priorités. Quand il y a déjà à peine suffisamment d heures dans la journée à passer avec les enfants, les

Plus en détail