CONSEILS AUX VOYAGEURS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONSEILS AUX VOYAGEURS"

Transcription

1 CONSEILS AUX VOYAGEURS Vous devez prochainement partir en mission à l étranger Au cours de votre séjour, vous pouvez être confronté à différents risques : risques infectieux : paludisme, diarrhées, hépatites, bilharziose, maladies sexuellement transmissibles risques physiques : - liés aux activités de loisirs et de travail : traumatismes, accidents du travail, accidents de la route - liés aux conditions climatiques : chaleur, froid - liés aux morsures d animaux : scorpions, serpents, araignées, animaux errants risques liés aux conditions particulières de séjour : altitude Ces risques dépendent du pays de destination, des conditions de travail et de séjour et de la durée de la mission. Il est indispensable de les connaître avant votre départ car des mesures simples vous permettront d éviter bien des désagréments. 1 - LES VACCINS AVANT LE DEPART Assurez-vous suffisamment à l avance que vous êtes à jour pour les vaccins recommandés en fonction des pays. Ne pas oublier de vous munir de votre carnet de vaccination (à conserver avec votre passeport) où seront consignées les vaccinations suivantes : DTPolio : recommandés quel que soit le pays Coqueluche et rougeole : Risque à évaluer au cas par cas par le médecin vaccinateur Fièvre Typhoïde, Hépatites A et B recommandées en fonction des conditions de séjour et de durée pour les pays d Asie, d Afrique, d Amérique Centrale et du Sud Fièvre jaune recommandée et parfois obligatoire pour l Afrique sub-saharienne, l Amazonie, la Guyane Méningite : obligatoire pour l Arabie Saoudite, recommandée en zones sahéliennes ou endémiques en fonction des conditions d épidémie et de la durée du séjour (contacts étroits et prolongés avec la population locale). 1

2 Cas particuliers : Rage, encéphalite japonaise pour certains pays uniquement et selon les risques d exposition Toutes ces vaccinations peuvent être réalisées par votre médecin sauf la vaccination contre la fièvre jaune et les cas particuliers (centres agréés). 2 - LA TROUSSE A PHARMACIE Elle permet de faire face aux petites plaies et blessures et d éviter toute complication. Cette liste est indicative et donc à adapter au type de séjour et à vos besoins (source : BEH juin 2006) Petit matériel : instruments, pansement, hygiène générale : - Thermomètre incassable ; - Epingles de sûreté ; - Pince à épiler ; - Une paire de ciseaux - Pansements adhésifs et ruban adhésif (type URGOPORE ) - Compresses stériles - Sutures adhésives (stéri-strip); - Bande de contention ; - Antiseptique oculaire (conditionnement monodose) ; - Antiseptique cutané en doses unitaires - Sérum physiologique en doses unitaires - Désinfection des eaux de boisson (type MICROPUR ou AQUATABS ) - Crème solaire ; - Crème pour les brûlures ( Biafine); - Gel ou solution hydroalcoolique pour l hygiène des mains ; - Set de matériel à usage unique (aiguilles, seringues, matériel à suture ) (+ certificat bilingue français/anglais à l intention des contrôles douaniers) ; - Préservatifs (norme NF). - Chapeau ou casquette de couleur claire Médicaments utiles : Protection contre le paludisme : - Répulsif contre les moustiques type INSECT ECRAN PEAU ; - Insecticides type INSECT ECRAN TISSU - Traitement antipaludéen à usage préventif sur prescription médicale (voir plus loin). - Antalgique et antipyrétique (le paracétamol est préférable) ; - Antidiarrhéique; - Antiémétique si nécessaire (pour le mal des transports) ; Votre traitement habituel, en quantité suffisante pour couvrir toute la durée de votre séjour et plus, à garder dans votre bagage à main. Vous munir de la prescription médicale correspondante (éventuellement traduite en anglais) 3 - DIVERS En cas de long séjour, un examen médical avant le départ est recommandé si vous avez plus de 50 ans, ou si vous êtes atteint d une maladie chronique (maladie cardiaque, diabète, asthme etc.) ou encore en cas de séjour en altitude. 2

3 Une visite chez le dentiste peut également être utile (pour ne pas gâcher votre séjour avec «une rage de dent» ou si vous prévoyez de faire de la plongée) Prévoir une paire de lunettes correctrices de rechange pour les porteurs de lunettes de même qu une paire de lunettes de protection solaire PENDANT LE VOYAGE EN AVION En cas de rhume, un décongestionnant nasal peut être utile. En cas de troubles veineux préexistants, le port de bas ou de chaussettes de contention veineuse est recommandé ainsi que la marche régulière dans l avion (afin de prévenir tout risque de formation de caillots sanguins). L application d une crème répulsive sur la peau (en cas de risque de paludisme) ou de crème solaire peut s avérer nécessaire dès la descente de l avion. REGLES D HYGIENE GENERALE PENDANT LE SEJOUR Respecter les règles d hygiène générale et spécifiques au pays visité : Se laver régulièrement les mains à l eau et au savon ou avec un produit désinfectant (solution hydro alcoolique) Consommer des boissons encapsulées, de l eau traitée, thé et café chauds, lait pasteurisé. Consommer des aliments bien cuits et chauds (viandes, poissons, fruits et légumes), ou des fruits et crudités pelés par vos soins. Éviter de consommer des glaçons, de l eau non traitée, des aliments crus, des fruits de mer, des laitages.. 1 RISQUE INFECTIEUX 1-1.Maladies transmises par les piqûres de moustiques Prévention générale *Sortir avec des vêtements couvrants ( pantalon et chemise à manches longues) imprégnés d insecticides (ex : INSECT ECRAN TISSU ) et appliquer sur les parties découvertes une crème anti-moustique (ex : INSECT ECRAN PEAU ) à renouveler régulièrement. *Dormir sous une moustiquaire imprégnée d insecticide avec un diffuseur d insecticide dans la pièce Maladies pour lesquelles il n existe pas de vaccins : Le PALUDISME (ou malaria) C est le risque le plus fréquent. Le moustique (anophèle) pique le soir dès le coucher du soleil. Le paludisme est endémique dans la plupart des régions tropicales et subtropicales d Afrique, d Asie et d Amérique. 3

4 Le principal signe est la fièvre accompagnée de sueurs, maux de tête, courbatures, troubles digestifs. La crise de paludisme peut survenir de 8 jours à 6 mois après un séjour en pays impaludé. Il faut consulter immédiatement un médecin ou un centre spécialisé pour les maladies tropicales de façon à faire le diagnostic et à commencer le traitement. la prévention contre le paludisme associe des mesures de protection contre les piqûres de moustiques ( voir plus haut prévention générale) et la prise d un médicament anti-paludéen. Le traitement préventif anti-paludéen : Sur prescription médicale uniquement, il sera choisi en fonction de la durée du séjour et de la zone géographique. Le médicament prescrit est débuté la veille ou le jour du départ, poursuivi pendant toute la durée du séjour et doit être maintenu 1 à 4 semaines après le retour en fonction de l antipaludéen choisi. Aucun traitement préventif, même correctement suivi, ne garantit à 100% l absence de crise de paludisme, mais il en réduit considérablement le risque. En conséquence, toute fièvre ou fatigue anormale survenant pendant le séjour et dans les mois suivant le retour doit vous amener à consulter rapidement. La DENGUE Elle se rencontre en Asie, en Océanie, dans le sous continent indien, dans les Caraïbes et en Amérique du Sud Le moustique (Aedes) peut piquer durant la journée ou tôt le soir. La maladie se manifeste par de la fièvre et des courbatures, voire des hémorragies dans les formes graves. Le traitement repose sur la prise de paracétamol. (Il faut éviter l aspirine) et l hospitalisation en cas de saignements. LE CHIKUNGUNYA Maladie virale transmise à l homme par l intermédiaire de moustiques de genre Aedes, il sévit en Afrique, Asie, et Océan Indien. La maladie se manifeste 4 à 7 jours après la piqûre infectante, par l apparition d une fièvre élevée, associée à des maux de tête et d importantes douleurs musculaires et articulaires touchant les extrémités et qui peuvent persister plusieurs semaines ; Une éruption cutanée est possible ainsi que des saignements des gencives. Il peut aussi passer inaperçu. Le traitement est uniquement symptomatique (antalgiques et anti-inflammatoires). Evolution favorable sans séquelles Maladies pour lesquelles il existe un vaccin : La FIÈVRE JAUNE Elle est répandue en Amérique du sud dans les zones forestières, en Afrique subsaharienne ; L incubation est de 3 à 6 jours après la piqûre de moustique. La maladie se manifeste par un syndrome pseudo grippal. La forme aiguë est mortelle dans 20 à 60% des cas. La vaccination est obligatoire pour se rendre dans certains pays. Elle est réalisée dans un centre agréé dix jours au minimum avant le départ. 4

5 L ENCÉPHALITE JAPONAISE Elle est plus rare et sévit en Asie, dans les zones rurales. La maladie commence par un état grippal qui peut évoluer vers des troubles de la conscience, des paralysies voire un coma. Le vaccin, réservé aux séjours de longue durée (supérieurs à 4 semaines), est pratiqué dans des centres agrées pour les vaccinations internationales Maladies transmises par morsure d animal Ex : Le tétanos, la rage, la leptospirose, la maladie des griffes du chat Les vaccinations nécessaires doivent être mises à jour avant le départ : tétanos, et éventuellement rage et leptospirose si les conditions de séjour le justifient. Sur place, porter les protections nécessaires : chaussures fermées, pantalon long. Vérifier l intérieur des chaussures avant de se chausser et les déposer en hauteur. Secouer les habits, draps, sacs de couchage avant usage Maladies transmises par contact avec des volatiles LA GRIPPE AVIAIRE C est une maladie virale animale qui peut se transmettre à l homme lors de contacts fréquents et intensifs avec des sécrétions respiratoires et des déjections d animaux infectés. (Virus de type A H5N1) Elle se manifeste par une infection respiratoire aigue sévère, d évolution souvent fatale. La maladie ne se transmet pas d homme à homme actuellement. Recommandations : Respecter les règles d hygiène générale et les recommandations émises par les autorités sanitaires locales. Eviter tout contact avec les volailles vivantes ou mortes : Ne vous rendez pas dans des élevages industriels ou familiaux et sur les marchés aux volailles ou aux oiseaux Ne manipulez pas de cadavres ou de déchets d oiseaux Evitez tout contact avec une surface souillée par des fientes de volailles ou des déjections d animaux ; Ne pas consommer de volailles ou de produits à base d œufs insuffisamment cuits ; il est préférable de cuisiner du poulet prêt à la cuisson ( déjà vidé, déjà plumé) A votre retour : Si vous avez été en contact avec des personnes atteintes de la grippe ou avec des volailles vivantes ou mortes non cuites ET si vous ressentez dans les 10 jours suivants votre retour, les signes d un syndrome grippal (fièvre, douleurs musculaires ou articulaires, toux, difficultés respiratoires, il est indispensable de consulter SANS DELAI un médecin 1-4. Maladies transmises par les boissons et l alimentation Les aliments, s ils sont souillés, peuvent transmettre de nombreuses maladies : Diarrhée, Typhoïde, Choléra, Hépatite A et E Des vaccins existent contre certaines d entre elles (Typhoïde, Hépatite A ) 5

6 Les règles d hygiène s imposent sur place : Éviter de consommer des glaçons, de l eau non traitée, des aliments crus, des fruits de mer, des laitages.. Consommer des viandes, poissons bien cuits et chauds, des fruits et crudités pelés par vos soins, des fruits et des légumes cuits, des boissons encapsulées, de l eau traitée, thé et café chauds, lait pasteurisé. Se laver les mains (solution hydro alcoolisée) 1-5. Maladies transmises par pénétration cutanée La transmission à l homme se fait par pénétration cutanée (même sur une peau saine) du parasite ou de la bactérie, soit au cours d une baignade en eau douce chaude et stagnante (bilharziose, leptospirose), soit en marchant pieds nus (larva migrans transmise par les déjections de chiens). LA BILHARZIOSE Maladie parasitaire essentiellement répandue en Afrique et dans des zones limitées d Amérique du sud, du Moyen-Orient et d Asie. 15 à 30 mn environ après la baignade apparaissent des signes d irritation cutanée (démangeaisons, rougeurs) puis peuvent apparaître de manière variable (selon l espèce en cause) un syndrome grippal, des diarrhées sanglantes, la présence de sang dans les urines ou une atteinte du foie. La prévention consiste à proscrire les baignades en eau douce y compris dans les rivières. LA LEPTOSPIROSE Maladie bactérienne transmise par les urines de rongeurs infectés, principalement les rats. La maladie ne se contracte pas uniquement dans les pays tropicaux puisqu elle est également présente en France (baignade dans les lacs et rivières, travaux dans les égouts). Les symptômes suivants peuvent être ou non associés : syndrome pseudo-grippal accompagné d un ictère (jaunisse) 5 à 10 jours après le début de la maladie, syndrome hémorragique, parfois insuffisance rénale. Il existe des formes mortelles d où l intérêt de commencer un traitement le plus précocement possible. Protection : gants, bottes, vaccin Transmission inter humaine : Par voie respiratoire La transmission se fait par les petites gouttelettes de salive - Tuberculose - Méningite, - Diphtérie - SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) d origine virale. Par voie sexuelle La maladie peut se transmette au cours de rapports sexuels non protégés. - Sida - Hépatite B 6

7 - Autres maladies sexuellement transmissibles : syphilis, gonorrhée (populairement appelée «chaude-pisse»), crêtes de coq, Un seul vaccin est disponible, celui contre l hépatite B sinon, la seule prévention efficace reste l utilisation du préservatif. Par voie sanguine La transmission peut se faire par contact, sur une plaie, avec le sang d une personne contaminée mais également par une piqûre avec du matériel non stérile ou au cours d une transfusion. Il faut refuser toute injection faite avec du matériel non stérile ainsi que toute transfusion. Prévoir dans ce cas un rapatriement sanitaire. - hépatites B et C - Sida 1 I RISQUE PHYSIQUE Conditions climatiques : Soleil et chaleur Se protéger du soleil (vêtements couvrants, chapeau, lunettes, crème écran total) et s hydrater suffisamment (avec adjonction de sel en cas de transpiration importante). Attention à certains médicaments qui peuvent être photosensibilisants Traumatismes Accidents de la route Otites et barotraumatismes 11-3.Morsures et piqûres d insectes ou d animaux : scorpions, serpents, araignées, animaux errants Séjours en altitude Pour un séjour prévu à une altitude supérieure à 2500 mètres une consultation spécialisée peut être envisagée (Hôpital Avicenne 125, rue de Stalingrad BOBIGNY tel : ) AU RETOUR Vous devez impérativement poursuivre votre traitement préventif contre le paludisme (entre 1 et 4 semaines après le retour suivant le médicament prescrit). Si, dans la grande majorité des cas, le séjour s est passé sans problèmes, l apparition de certains symptômes doit cependant vous inciter à consulter sans tarder : fièvre, diarrhée persistante, problèmes de peau, «jaunisse», troubles urinaires, difficultés respiratoires.un «bilan de santé» n est pas nécessaire au retour sauf en cas de séjour prolongé dans de mauvaises conditions. 7

8 ADRESSES UTILES CONSULTATIONS DE MALADIES TROPICALES ET VACCINATIONS Centre hospitalier de Bicêtre Hôpital de la Pitié Salpétrière 78, rue du Général Leclerc 47, Bd de l hôpital Le Kremlin-Bicêtre Cedex Paris Tél. : Tél : Centre hospitalier intercommunal Hôpital des armées Bégin 40, allée de la Source 69, avenue de Paris Villeneuve-Saint-Georges Saint-Mandé Tél. : Standard : Consultation : Hôpital de l Institut Pasteur 211, rue de Vaugirard Paris Tél : CENTRES DE VACCINATIONS AGREES Aéroport de Paris Centre de vaccinations Air France Service médical - Orly Aérogare des invalides Orly Aérogare. 2, rue Esnault Pelterie Tél. : Paris Tél : SITES INTERNET Les informations contenues dans le présent dossier ne sont pas exhaustives. Il vous appartient de suivre l évolution sanitaire mondiale en consultant régulièrement les différents sites officiels des organismes concernés, ou en les contactant directement, afin qu ils vous informent sur la situation du pays de votre destination, et notamment en terme d épidémie. Ministère de la santé Ministère des affaires étrangères : conseils aux voyageurs Institut de veille sanitaire : Organisation mondiale de la santé : Institut Pasteur : Santé voyages : Mise à jour: Novembre 2007

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

Conseils aux voyageurs

Conseils aux voyageurs Conseils aux voyageurs Informations issues du site du Ministère des Affaires Etrangères en France : http://www.diplomatie.gouv.fr/ Entrée / Séjour : Un visa d entrée est nécessaire pour les ressortissants

Plus en détail

QUESTIONS ET INQUIETUDES DES VOYAGEURS AVANT LEUR DEPART

QUESTIONS ET INQUIETUDES DES VOYAGEURS AVANT LEUR DEPART QUESTIONS ET INQUIETUDES DES VOYAGEURS AVANT LEUR DEPART ETONNANTS VOYAGEURS, souvent trop insouciants parfois trop inquiets Des insouciants aux inquiets : informer les uns, rassurer les autres Enquête

Plus en détail

Comment s occuper de votre santé pendant un voyage

Comment s occuper de votre santé pendant un voyage Comment s occuper de votre santé pendant un voyage www.saude.gov.br/viajante PRÉSENTATION Le Ministère de la Santé présente un guide de santé du voyageur. Une publication spécialement préparée pour ceux

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. Préparer son voyage p 4 2. Pendant le voyage p 16 3. Sur place p 18 4. De retour de voyage p 24 5. Check-list avant départ p 25

SOMMAIRE. 1. Préparer son voyage p 4 2. Pendant le voyage p 16 3. Sur place p 18 4. De retour de voyage p 24 5. Check-list avant départ p 25 Document réalisé en collaboration avec le Professeur Jean Delmont, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales (MIT), Hôpital Nord, Assistance Publique Hôpitaux de Marseille (AP-HM) VIH et Voyages

Plus en détail

BULLETIN EPIDEMIOLOGIQUE HEBDOMADAIRE RECOMMANDATIONS POUR LES VOYAGEURS 2011 INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE

BULLETIN EPIDEMIOLOGIQUE HEBDOMADAIRE RECOMMANDATIONS POUR LES VOYAGEURS 2011 INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE BULLETIN EPIDEMIOLOGIQUE HEBDOMADAIRE RECOMMANDATIONS POUR LES VOYAGEURS 2011 INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE 8. Précautions générales 8.1 Voyage en avion Se déplacer le plus souvent possible au cours du

Plus en détail

Médecin coordinateur. RTE Réseau de Transport d Electricité Tour Initiale 1 Terrasse Bellini 92919 LA DEFENSE CEDEX. philippe.havette@wanadoo.

Médecin coordinateur. RTE Réseau de Transport d Electricité Tour Initiale 1 Terrasse Bellini 92919 LA DEFENSE CEDEX. philippe.havette@wanadoo. Dr. Philippe HAVETTE Médecin coordinateur RTE Réseau de Transport d Electricité Tour Initiale 1 Terrasse Bellini 92919 LA DEFENSE CEDEX philippe.havette@wanadoo.fr PLAN LES DIFFERENTS SEJOURS A L ETRANGER

Plus en détail

La vaccination, une bonne protection

La vaccination, une bonne protection Vaccin contre l hépatite A et l hépatite B La personne qui reçoit ce vaccin se protège contre l hépatite A, l hépatite B et leurs complications. L hépatite A et l hépatite B sont des infections du foie

Plus en détail

Pourquoi, comment, bien se protéger?

Pourquoi, comment, bien se protéger? Moustiques, tiques... Pourquoi, comment, bien se protéger? Pourquoi se protéger? VECTEUR Individu infecté L individu devient infecté Individus sains Le moustique ayant déjà piqué une personne malade est

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme Situation n 2 : EN QUOI L EPIDEMIE DE CHIKUNGUNYA APPORTE T- ELLE DES CHANGEMENTS DANS NOTRE VIE QUOTIDIENNE? Séance n 1 : Le chikungunya Objectif : Prévenir le risque infectieux Tout d un coup, Adeline

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

Voyager Bien informé!

Voyager Bien informé! Ne pas oublier de faire des photocopies de votre passeport et votre billet d avion Destinations : Afrique du Sud Cambodge Chine Thaïlande Page 2 Page 31 Document préparé par les infirmières de la clinique

Plus en détail

La lutte contre le paludisme

La lutte contre le paludisme FICHES DE DIALOGUE Fiche n 1 La lutte contre le paludisme Montrez le premier dessin Question : Que voyez-vous sur cette image? Réponse : Un enfant qui a l air très malade. Il grelotte et transpire. Des

Plus en détail

Dossier - conseil : Voyage et Santé

Dossier - conseil : Voyage et Santé Dossier - conseil : Voyage et Santé 1. Introduction. L objectif de ce dossier est de sensibiliser les lecteurs à certains aspects liés à la santé dans le cadre d un voyage. Nous vous recommandons de consulter

Plus en détail

INFORMATIONS PRATIQUES ZIMBABWE

INFORMATIONS PRATIQUES ZIMBABWE INFORMATIONS PRATIQUES ZIMBABWE BAGAGES Il est conseillé de souscrire une assurance couvrant la perte ou le vol des bagages. Il est toutefois préférable de ne pas disposer d objets de valeur ou d argent

Plus en détail

Partie I Recommandations aux voyageurs des pays tropicaux - 15

Partie I Recommandations aux voyageurs des pays tropicaux - 15 8 Avertissement Mis à part quelques précisions sur la prévention du paludisme (malaria) et le traitement de la diarrhée chez les enfants, ce livre ne se consacre ni aux nouveau-nés et jeunes enfants, ni

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

Infection par le VIH/sida et travail

Infection par le VIH/sida et travail Documents publiés dans la collection VIH-sida du ministère de la Santé et de la Protection sociale : COLLECTION VIH/SIDA Sida-MST (maladies sexuellement transmissibles) Transmission - Diagnostic/dépistage

Plus en détail

Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque

Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque Ce qu il faut savoir sur le VIH et le sida Soigner prudemment les personnes atteintes du VIH ou du sida dans la communauté est surtout

Plus en détail

BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA

BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA INSTRUCTIONS À L ATTENTION DE L ANIMATEUR La boite à images pour la prévention de la FHVE (La Fièvre Ebola est une maladie épidémique, contagieuse

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1)

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) Établissements d hébergement pour personnes handicapées Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) La grippe est une infection respiratoire aiguë très contagieuse et les mesures à mettre en œuvre s inscrivent

Plus en détail

Recommandations à l'attention des RECOMMANDATIONS A L ATTENTION DES ORGANISATEURS D'ACCUEILS DE LOISIRS ET DE SEJOURS VACANCES EN BASSE-NORMANDIE

Recommandations à l'attention des RECOMMANDATIONS A L ATTENTION DES ORGANISATEURS D'ACCUEILS DE LOISIRS ET DE SEJOURS VACANCES EN BASSE-NORMANDIE Recommandations à l'attention des RECOMMANDATIONS A L ATTENTION DES ORGANISATEURS D'ACCUEILS DE LOISIRS ET DE SEJOURS VACANCES EN BASSE-NORMANDIE La Basse-Normandie est une région qui accueille annuellement

Plus en détail

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles sommaire Qu est-ce qu une IST? p. 5 La blennorragie gonococcique p. 7 La chlamydiose p. 8 L hépatite B p. 9 L herpès génital p. 10 Les mycoplasmes et

Plus en détail

Santé et privation de liberté

Santé et privation de liberté Santé et privation de liberté Prévention et réduction de maladies transmissibles en privation de liberté Informations pour le personnel pénitentiaire Cette publication est disponible dans les langues suivantes

Plus en détail

Chapitre 11. L hygiène

Chapitre 11. L hygiène 191 1. Un environnement et un corps propre 193 A. La toilette collective 193 B. Le linge 193 C. L endroit de camp 194 2. Les coups d œil (et non les inspections) 194 3. Les maladies de la nature 194 A.

Plus en détail

Les voyageurs atteints du

Les voyageurs atteints du Les voyageurs atteints du VIH : comment les conseiller? Depuis la venue de traitements efficaces, les personnes infectées par le virus de l immunodéficience humaine (VIH) ont grandement amélioré leur qualité

Plus en détail

Santé et privation de liberté. Informations pour personnes en détention

Santé et privation de liberté. Informations pour personnes en détention Santé et privation de liberté Informations pour personnes en détention Contenu Cette publication est disponible dans les langues suivantes : albanais allemand anglais arabe espagnol français italien portugais

Plus en détail

DES PÈLERINS SE RENDANT À LA MECQUE

DES PÈLERINS SE RENDANT À LA MECQUE DES PÈLERINS SE RENDANT À LA MECQUE Pour accomplir votre pèlerinage, vous devez acheter votre voyage auprès d un opérateur immatriculé au registre des opérateurs de voyages et de séjours tenu par Atout

Plus en détail

Hépatite. ses causes ses conséquences sa prévention

Hépatite. ses causes ses conséquences sa prévention Hépatite ses causes ses conséquences sa prévention Hépatite : l essentiel en bref Qu est-ce que l hépatite et quelles sont les conséquences de cette maladie? L hépatite est une inflammation du foie, dont

Plus en détail

Qu est-ce que la peste?

Qu est-ce que la peste? Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Qu est-ce que la peste? État : 1 juin 2008 Réponses aux questions fréquemment posées concernant

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

Protégeons-nous ensemble!

Protégeons-nous ensemble! Grippe saisonnière. Protégeons-nous ensemble! Informations importantes pour vous et votre famille. www.sevaccinercontrelagrippe.ch www.ofsp.admin.ch B C Qu est-ce que la grippe saisonnière et quels en

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C Vivre avec une hépatite chronique C Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE N 1 HERPES ASSOCIATION HERPES. Agissons contre l herpès

GUIDE PRATIQUE N 1 HERPES ASSOCIATION HERPES. Agissons contre l herpès GUIDE PRATIQUE N 1 HERPES ASSOCIATION HERPES Agissons contre l herpès L Herpès : une maladie très répandue En France, on estime qu environ 10 millions de personnes sont porteuses du virus de l herpès à

Plus en détail

Pandémie : pas de fermetures de classes Évaluation de la situation au 13 novembre 2009

Pandémie : pas de fermetures de classes Évaluation de la situation au 13 novembre 2009 Erziehungsdirektion des Kantons Bern Direction de l'instruction publique du canton de Berne Amt für Kindergarten, Volksschule und Beratung Office de l'enseignement préscolaire et obligatoire, du conseil

Plus en détail

Directives à l intention des bureaux de santé publique Le 27 août 2015

Directives à l intention des bureaux de santé publique Le 27 août 2015 Gestion des cas d Ebola et de leurs contacts en Ontario Directives à l intention des bureaux de santé publique Le 27 août 2015 1 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction de la gestion

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel

Vaccinations et milieu professionnel La place de la vaccination dans la prévention des risques infectieux La prévention des risques infectieux au travail ne se réduit pas à la protection vaccinale. La vaccination s inscrit comme une des mesures

Plus en détail

Le départ pour vos vacances approche et votre check-list semble incomplète?

Le départ pour vos vacances approche et votre check-list semble incomplète? Le départ pour vos vacances approche et votre check-list semble incomplète? ING vous aide à préparer votre départ en vous proposant une liste vacances exhaustive des 1001 choses à penser. Cette liste vacances

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant ayant une drépanocytose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de drépanocytose. Aujourd hui, votre enfant va bien,

Plus en détail

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS d après le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique (28/09/12) 1/9 L application des mesures d hygiène en collectivité

Plus en détail

Hongrie - Informations générales

Hongrie - Informations générales Hongrie - Informations générales Capitale: Budapest Langue : hongrois. Régime politique : république unitaire à démocratie parlementaire. Habitants : 9 977 000 Monnaie: Forint Décalage horaire : GMT +1

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

Collectivités de jeunes enfants et maladies

Collectivités de jeunes enfants et maladies Guide pratique Collectivités de jeunes enfants et maladies infectieuses 2009 Avant-propos Ce guide est le fruit d une collaboration entre le Ministère de la Santé, la Société Française de Pédiatrie et

Plus en détail

Mon psoriasis, mes vacances et moi

Mon psoriasis, mes vacances et moi Mon psoriasis, mes vacances et moi Conseils et astuces du Dr François Maccari pour des vacances réussies www.aplcp.org Informations 01 42 39 02 55 Stelara_Leaflet_voyage.indd 1 Editorial Les vacances Une

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola

Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola Août 2014 l enfance aux enfants Organisation mondiale de la Santé 2014 Tous droits réservés. Les appellations employées dans la présente

Plus en détail

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des Grippe : un nouveau dispositif de communication Dossier de presse 24 Août 2009 CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère

Plus en détail

Comment ça va? Quand ça ne va pas. 4 comment ça va?

Comment ça va? Quand ça ne va pas. 4 comment ça va? Comment ça va? 1 Voici quatre dialogues. Dites à quelle situation de communication correspond chacun d eux. Situation a) : consultation chez un médecin. Situation b) : salutations dans la rue, par simple

Plus en détail

1 ère manche Questions fermées

1 ère manche Questions fermées Quiz VIH 2011 1 ère manche Questions fermées Crips Ile-de-France / Mise à jour : août 2015 Thème : Dépistage Un test VIH négatif indique toujours que la personne qui a fait le test n est pas contaminée

Plus en détail

Un bon départ. Un guide santé à l intention des voyageurs canadiens. Voyage.gc.ca. santevoyage.gc.ca

Un bon départ. Un guide santé à l intention des voyageurs canadiens. Voyage.gc.ca. santevoyage.gc.ca Un bon départ Un guide santé à l intention des voyageurs canadiens Voyage.gc.ca santevoyage.gc.ca Publié par l Agence de la santé publique du Canada et Affaires étrangères et Commerce international Canada

Plus en détail

Etablissement Français du Sang

Etablissement Français du Sang Etablissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES Document de préparation à l entretien médical préalable au don de sang Partie médicale La sécurité

Plus en détail

Institut WanXiang Historique de santé du patient

Institut WanXiang Historique de santé du patient Institut WanXiang Historique de santé du patient Merci de remplir ce questionnaire aussi complètement que possible et d indiquer les zones d incompréhension avec un point d'interrogation. En plus de toutes

Plus en détail

Les Arbres décisionnels

Les Arbres décisionnels Les Arbres décisionnels Les aides à la décision plainte-traitement (ou arbres décisionnels ) sont tirés de travaux effectués dans le cadre de l Organisation Mondiale de la Santé. Ils sont destinés à soutenir

Plus en détail

CRPP. Syndrome MYH9. Centre de Référence des Pathologies Plaquettaires. Livret destiné au patient

CRPP. Syndrome MYH9. Centre de Référence des Pathologies Plaquettaires. Livret destiné au patient CRPP Centre de Référence des Pathologies Plaquettaires Syndrome MYH9 Macrothrombocytopénies constitutionnelles liées à MYH9 (Anomalie de May-Hegglin, Syndrome de Sebastian, d Epstein, de Fechtner, d Alport-like

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)?

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)? GENERALITES SUR : SANTE et MALADIE SOINS de SANTE PRIMAIRES (SSP) INITIATIVE de BAMAKO (IB) Objectifs généraux Au terme de ce module de formation, les participants devraient être capables de: Comprendre

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

http://www.aroma-zone.com - contacts@aroma-zone.com

http://www.aroma-zone.com - contacts@aroma-zone.com HUILE ESSENTIELLE DE BASILIC TROPICAL Revigorante et vitalisante, tonique puissante du système nerveux. Digestive, antispasmodique. Stress, fatigue, dépression, insomnie Flatulence, indigestion, nausée,

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

France Volontaires. Février 2010. La santé du. Volontaire. 11, rue Maurice Grandcoing - BP 220. 94203 Ivry sur seine Cedex. www.france-volontaires.

France Volontaires. Février 2010. La santé du. Volontaire. 11, rue Maurice Grandcoing - BP 220. 94203 Ivry sur seine Cedex. www.france-volontaires. France Volontaires Février 2010 La santé du Volontaire France Volontaires 11, rue Maurice Grandcoing - BP 220 94203 Ivry sur seine Cedex 01 53 14 20 30 www.france-volontaires.org 1 Le plan de ce document

Plus en détail

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans)

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans) La drépanocytose Sikkelcelziekte (Frans) Qu est-ce que la drépanocytose? La drépanocytose est une maladie causée par un changement héréditaire du pigment rouge dans les globules rouges : l hémoglobine.

Plus en détail

COMMENT SOIGNER UNE PLAIE?

COMMENT SOIGNER UNE PLAIE? COMMENT SOIGNER UNE PLAIE? Attention! Ne frottez pas la plaie, tamponnez-la le plus possible. Le frottement est douloureux et peut aussi endommager encore plus les tissus. N utilisez jamais un tampon d

Plus en détail

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques!

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! Brochure d information En utilisant mal une ressource, elle devient inefficace! Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! z6creation.net Une initiative européenne en matière de santé. Rhume ou grippe? Pas

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

23 TROUSSE DE VOYAGE PARENTS-ENFANT

23 TROUSSE DE VOYAGE PARENTS-ENFANT 23 TROUSSE DE VOYAGE PARENTS-ENFANT Quelques conseils utiles Adoption internationale Hôpital Maisonneuve-Rosemont Adresse postale du pavillon pédiatrique 6900, 42 e avenue Montréal QC H1T 2T2 Téléphone:

Plus en détail

DISCOURS MOUSTIQUE AEDES

DISCOURS MOUSTIQUE AEDES DISCOURS MOUSTIQUE AEDES Il existe différents types de moustiques, dont le moustique tigre (nom scientifique Aedes albopictus), reconnaissable à sa silhouette noire et à ses rayures blanches, sur l abdomen

Plus en détail

E-Changeons le Monde

E-Changeons le Monde Spécialiste du tourisme équitable et solidaire MAROC Circuit 1 Randonnée dans le Haut-Atlas 8 jours/ 7 nuits Partez à la découverte de la chaîne du Haut Atlas vous traversez vallées, forêts et canyons.

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

DEPLACEMENTS PROFESSIONNELS et EXPATRIATION Aspects pratiques et législatifs

DEPLACEMENTS PROFESSIONNELS et EXPATRIATION Aspects pratiques et législatifs DEPLACEMENTS PROFESSIONNELS et EXPATRIATION Aspects pratiques et législatifs Sabine GENTY Médecin Groupe Technip (secteur International) Ex Prat Att à la Consultation des Voyages Hôpital Avicenne BOBIGNY

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

Parasites externes du chat et du chien

Parasites externes du chat et du chien Parasites externes du chat et du chien Identification, prévention et traitement Les tiques Les tiques transmettent des maladies parfois mortelles. La prévention est la meilleure arme. 1 - Où les trouve-t-on?

Plus en détail

L'Assistant Sanitaire, «mode d'emploi».

L'Assistant Sanitaire, «mode d'emploi». ASSISTANT SANITAIRE 1/5 L'Assistant Sanitaire, «mode d'emploi». I Introduction Pour être assistant sanitaire sur un centre de vacances le PCS1 est la plupart du temps le seul diplôme exigé par l'organisateur

Plus en détail

Directives à l intention des bureaux de santé publique Le 27 août 2015

Directives à l intention des bureaux de santé publique Le 27 août 2015 Gestion des cas d Ebola et de leurs contacts en Ontario Directives à l intention des bureaux de santé publique Le 27 août 2015 1 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction de la gestion

Plus en détail

+ Questions et réponses

+ Questions et réponses HÉPATITE B L hépatite B c est quoi? L hépatite B est un type de maladie du foie causée par le virus de l hépatite B, une des formes les plus courantes de l hépatite virale (les autres sont le virus de

Plus en détail

Ce que vous devez savoir pour prévenir le syndrome pulmonaire à Hantavirus (SPH) 1

Ce que vous devez savoir pour prévenir le syndrome pulmonaire à Hantavirus (SPH) 1 Ce que vous devez savoir pour prévenir le syndrome pulmonaire à Hantavirus (SPH) 1 Introduction : Le syndrome pulmonaire à Hantavirus est une maladie très grave mais rare dont on ne connaît que quatre

Plus en détail

Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées en réanimation en France?

Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées en réanimation en France? 53 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s de réanimation 2011 Sfar. Tous droits réservés. Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées

Plus en détail

LA VACCINATION PROFESSIONNELLE

LA VACCINATION PROFESSIONNELLE F I C H E P R E V E N T I O N N 1 1 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LA VACCINATION PROFESSIONNELLE INTRODUCTION La vaccination en milieu professionnel a un intérêt individuel dans le sens où elle protège

Plus en détail

Vietnam - Informations générales

Vietnam - Informations générales Vietnam - Informations générales Langue: vietnamien et français. Régime politique: République Socialiste. Habitants: 78,7 millions. Décalage horaire: GMT +7 Indicatif Tél: 00 84 (4) pour Hanoï Réseau Tél:

Plus en détail

Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant)

Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant) Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant) 3 mai 2009, 15 h HNE Sur cette page : Que dois-je faire si je contracte ce nouveau virus et que

Plus en détail

Passeport: en cours de validité pendant la durée du séjour. Billet de retour ou de continuation.

Passeport: en cours de validité pendant la durée du séjour. Billet de retour ou de continuation. Japon - Formalités Passeport: en cours de validité pendant la durée du séjour. Billet de retour ou de continuation. Nouvelle procédure d'entrée sur le territoire : Trois nouvelles réglementations désormais

Plus en détail

VIH : Parlons-en franchement!

VIH : Parlons-en franchement! VihCouv_vert(2011_02) 08/02/11 13:27 Page1 DESSINS PHILIPPE DELESTRE VIH : Parlons-en franchement! VIH : Parlons-en franchement! LE VIH C EST QUOI? Le VIH est un virus. C est le virus du Sida. VIH ÇA VEUT

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

SEJOURS D ETE 2015. Juillet 2015. Séjour à Vélo (85) Séjour sensations et Tour de France (65)

SEJOURS D ETE 2015. Juillet 2015. Séjour à Vélo (85) Séjour sensations et Tour de France (65) SEJOURS D ETE 2015 Liste des pièces à fournir 1. Fiche de renseignements 2. Autorisation parentale et d utilisation d images 3. Fiche sanitaire de liaison : être à jour des vaccins 4. Attestation de natation

Plus en détail

Questionnaire Médical

Questionnaire Médical Nom et prénom(s) de l élève: Date de naissance: Questionnaire Médical Ce formulaire est à compléter, avant de commencer l année scolaire, pour les nouveaux élèves ainsi que pour les élèves poursuivant

Plus en détail

Les maladies ou infections sexuellement transmissibles (MST)

Les maladies ou infections sexuellement transmissibles (MST) Les maladies ou infections sexuellement transmissibles (MST) MST est le terme utilisé pour décrire toute maladie, toute infection transmise par un rapport sexuel avec une personne déjà contaminée, et qui

Plus en détail

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre :

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre : LA VACCINATION, UNE BONNE PROTECTION En faisant vacciner votre enfant, vous lui offrez la meilleure protection contre certaines maladies graves. Comment agissent les vaccins? Les vaccins amènent nos cellules

Plus en détail

Livret d anticoagulation

Livret d anticoagulation Livret d anticoagulation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT ANTICOAGULANT MOTIF DE L ANTICOAGULATION DURÉE PRÉVUE DU TRAITEMENT Du

Plus en détail

Participant : NOM : Prénom : Né(e) le à : Age : ans Adresse : CP : Ville : Comité d Entreprise d origine :

Participant : NOM : Prénom : Né(e) le à : Age : ans Adresse : CP : Ville : Comité d Entreprise d origine : Photo récente à coller Fiche de renseignements EVAL Voyages Cette fiche est confidentielle. Elle est d une grande utilité pour le travail des équipes pédagogiques. Remplissez là avec soin et retournez

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

Voyages et sclérose en plaques

Voyages et sclérose en plaques Voyages et sclérose en plaques Merck Serono Maladies Neurodégénératives 2 Nous remercions le Docteur Dominique Audry, présidente du réseau Bourguignon de la SEP pour sa collaboration à la rédaction de

Plus en détail

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Dr. Nathalie MAUBOURGUET Lundi 24 novembre 2008 Ministère de la Santé, Salle Laroque Séminaire National sur l Organisation de la Prévention des Infections

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION

DOSSIER D INFORMATION Paris, le 11 septembre 2009 DOSSIER D INFORMATION Conduite à tenir en cas d épidémie de grippe A H1N1 pour les femmes enceintes Ce que les futures mamans doivent savoir... Les femmes enceintes doivent

Plus en détail

LES PRECAUTIONS «STANDARD»

LES PRECAUTIONS «STANDARD» LES PRECAUTIONS «STANDARD» ANTENNE NPC DU CCLIN PARIS NORD 28 MAI 2009- HYGIENE EN EHPAD Ghislaine LEMAIRE IDEH CH BAILLEUL HYGIENE EN EHPAD Respecter la vocation des établissements pour personnes âgées

Plus en détail

Egypte - Formalités. Visa: obligatoire, valable 1 mois pouvant être prolongé au bureau de l immigration (au Caire, place Tahrir, immeuble Le Mogamma).

Egypte - Formalités. Visa: obligatoire, valable 1 mois pouvant être prolongé au bureau de l immigration (au Caire, place Tahrir, immeuble Le Mogamma). Egypte - Formalités Les voyageurs se rendant en Egypte sans passer par une agence de voyages ne pourront plus obtenir leur visa à l'arrivée aux frontières à partir du 15 mai 2015.Ils devront faire la demande

Plus en détail

L INPES et la prévention des Maladies Infectieuses

L INPES et la prévention des Maladies Infectieuses 1 L INPES et la prévention des Maladies Infectieuses Institut National de Prévention et d Éducation pour la Santé 2 Établissement public sous tutelle du ministère de la santé 2002, succède au Comité Français

Plus en détail