Club Santé. «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Club Santé. «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005"

Transcription

1 Club Santé «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005 Contacts Presse : Florence PARIS Fanny ALLAIRE Tél : Fax : Adresses

2 L évolution du calendrier vaccinal* Pr Joël Gaudelus Hôpital Jean Verdier, Bondy L élaboration du calendrier vaccinal ne peut se faire sans une bonne connaissance de l évolution épidémiologique des différentes pathologies pour lesquelles un vaccin est recommandé ou en voie de l être. Ainsi les données épidémiologiques associées aux études pharmaco-économiques sont les pivots de toutes modifications du calendrier vaccinal. Quelques exemples récents sont ici présentés : la coqueluche, les infections invasives à pneumocoque, la tuberculose, la varicelle et la rougeole. La Coqueluche En France, le réseau de surveillance de la coqueluche (RENACOQ) a mis en évidence que les cas de coqueluche survenaient surtout chez les enfants de moins de 1 an et principalement chez le tout-petit de moins de 3 mois, non encore protégé par la vaccination contre la coqueluche. Compte tenu de la recrudescence de cas de coqueluche observée chez de très jeunes nourrissons contaminés par des adolescents ou de jeunes adultes, un rappel tardif avec un vaccin coquelucheux acellulaire a été introduit à l âge de ans en Plus récemment une étude a montré qu en France, 32% des toux inexpliquées de plus de 7 jours, chez l adulte, seraient dues à la coqueluche. Ainsi, afin de diminuer la contamination des nourrissons par leur entourage, le Conseil Supérieur d Hygiène Publique de France (CSHPF) a recommandé en 2004, un rappel de vaccination contre la coqueluche chez les adultes susceptibles de devenir parents dans les mois ou les années à venir et, à l occasion d une grossesse, la vaccination des membres du foyer (père et enfants: durant la grossesse; mère: le plus tôt possible après l accouchement). Cette recommandation s applique également aux professionnels de santé en contact avec des nourrissons trop jeunes pour avoir reçu 3 doses de vaccins coquelucheux. Le pneumocoque Le pneumocoque est la première cause de méningite bactérienne chez l enfant de moins de 2 ans. Il existe de nombreux sérotypes de pneumocoque, environ 90. Les études épidémiologiques ont montré que 7 sérotypes étaient responsables de 70 à 80% des méningites à pneumocoque. En 2003, un vaccin heptavalent anti-pneumococcique a fait l objet d une recommandation du CSHPF pour les enfants de moins de 2 ans présentant un risque élevé d infection invasive à pneumocoque. Le BCG Une réflexion est actuellement menée sur le maintien du BCG pour tous les enfants, la France étant un des derniers pays européens à maintenir la vaccination généralisée. En 2004, la suppression des tests tuberculiniques après vaccination par le BCG a été adoptée ainsi que l abandon de la revaccination. La varicelle En 2004, suite à la mise à disposition de vaccins contre la varicelle, le CSHPF a émis des recommandations de vaccination à l égard des professionnels en contact avec la petite enfance, des professionnels de santé en formation, à l embauche ou en poste en priorité dans les services accueillant des sujets à risque de varicelle grave, des personnes en contact étroit avec des patients immunodéprimés et des adultes de plus 18 ans dans les 3 jours suivant l exposition à un cas de varicelle. Cependant, le CSHPF ne recommande pas la vaccination généralisée contre la varicelle des enfants à partir de l âge de 12 mois.

3 La rougeole L exemple le plus récent de l adaptation du calendrier vaccinal est la rougeole. L objectif de l OMS, sur lequel se sont engagés de nombreux pays européens dont la France, est l élimination de la maladie en Pour ce faire, afin d interrompre la transmission du virus, les pays concernés doivent atteindre un taux de couverture vaccinale de l ordre de 95%, pour les 2 doses. En France, le taux de couverture pour la vaccination rougeole-rubéole-oreillons est de 84%, après la 1 ère dose, avec des disparités régionales allant de 67 à 95% et de 60% pour la 2 ème dose. Ce constat a conduit en 2004, le CSHPF à proposer une réflexion sur un plan national d élimination de la rougeole. Un Groupe de travail a récemment présenté ses recommandations au CSHPF : outre la déclaration obligatoire de la rougeole, la mise en place de moyens de surveillance, les actions de communication sur la maladie auprès des patients et des professionnels de santé, ce groupe de travail a présenté au CSHPF une recommandation portant sur la modification du schéma de vaccination contre la Rougeole, la Rubéole et les Oreillons. Ainsi la 1 ère dose doit être effectuée à 12 mois et la 2 ème dose avant 24 mois, le délai minimum étant de 4 semaines après la 1 ère dose. Une stratégie de rattrapage a été proposée pour les autres tranches d âge (< 25 ans). Pour les nourrissons entrant en collectivité avant 12 mois : il est recommandé d administrer à l âge de 9 mois le vaccin contre la rougeole-rubéole-oreillons. Dans ce cas, la 2 ème dose est recommandée entre 12 et 15 mois. L élaboration des recommandations vaccinales s appuient sur les besoins de Santé Publique et sur les connaissances scientifiques les plus récentes dans ce domaine important qu est la prévention. Références : *Recommandations complètes : BEH n 29-30/2005 ou Gilberg S J. Inf. Dis. 2002;186(3): Gaudelus J Bull. Acad. Natle Méd. 2003; 187(8): BEH n 16/2004 ou

4 Les gastro-entérites à rotavirus Professeur Catherine OLIVIER Hôpital Louis Mourier, Colombes Les gastro-entérites aiguës, d origine infectieuse, sont une affection fréquente chez l enfant. Les rotavirus du groupe A sont les principaux agents étiologiques responsables de diarrhée sévère chez les nourrissons et les jeunes enfants. En Europe, les séro/génotypes de rotavirus A les plus fréquemment retrouvés (90% des infections en Europe) sont les combinaisons G1P[8], G2P[4], G3P[8],G4P[8] 1. Une nouvelle souche est en train d émerger en Europe, la souche G9P[8] 2-3. En raison de la mortalité et de la morbidité qui lui sont associées, la gastro-entérite due au rotavirus représente un problème de santé majeur, en particulier dans les pays en voie de développement. Dans le monde, chez les enfants de moins de 5 ans, l incidence estimée des diarrhées à rotavirus est de 111 millions d épisodes/an, entraînant 25 millions de visites et 2 millions d hospitalisations. Le nombre de décès dans les pays en voie de développement est estimé à près de par an chez les enfants de moins de 5 ans 4. Le rotavirus infecte pratiquement tous les enfants avant l âge de cinq ans, y compris dans les pays développés, où les normes d hygiène sont relativement élevées. Le principal mode de transmission est la voie fécale-orale. Les principaux symptômes sont des vomissements, une diarrhée aqueuse et une fièvre plus ou moins importante (jusqu à 40ºC) ; le syndrome se développe après une brève période d incubation d environ deux jours et dure quelques jours chez les jeunes enfants. En l absence de traitement, les cas sévères de gastro-entérite à rotavirus chez les enfants de moins de cinq ans peuvent engendrer une déshydratation rapide et avoir des conséquences cliniques graves, pouvant aller jusqu à la mort. Une évaluation correcte de la déshydratation est essentielle pour instaurer un traitement approprié et distinguer les enfants qui peuvent sans problème être soignés à domicile de ceux qui requièrent un traitement plus intensif 5. En France, l incidence de diarrhée à rotavirus présente un pic au cours des mois d hiver, lorsque les hôpitaux et les services pédiatriques sont déjà saturés à cause des épidémies de bronchiolite et de grippe chez les enfants 6. La coïncidence de ces trois épidémies peut engendrer un chaos saisonnier pour les services de santé. Le caractère saisonnier de la maladie due au rotavirus, associé au haut degré de contagiosité du rotavirus, est également en corrélation avec un risque accru de transmission nosocomiale de l infection à rotavirus ; le rotavirus est l une des causes d infections nosocomiales chez l enfant 7. Une publication récente montre que chaque année, en France, l infection à rotavirus serait responsable de épisodes de diarrhée aiguë chez les enfants de moins de 5 ans dont seraient sévères. Les infections à rotavirus seraient à l origine de consultations en ville par an. Le nombre annuel d hospitalisations est estimé à Les coûts médicaux directs liés à la prise en charge de cette infection ont été estimés à 28 millions d euros 8.

5 La mortalité liées aux gastro-entérites sévères du nourrisson est majeure dans les pays en voie de développement. Aussi, les principaux objectifs des futurs programmes de vaccination contre le rotavirus, dans le monde, consistent, en priorité, à prévenir la mortalité dans ces pays. Deux vaccins contre la gastro-entérite à rotavirus devraient être disponibles prochainement en France. Ils seront administrés par voie orale, en 2 ou 3 doses dés l âge de 6 semaines. Dans les pays industrialisés, ces vaccins permettront de prévenir les gastro-entérites sévères, parfois fatales, causées par le rotavirus, et les coûts qui y sont associés. Références : 1.Santos N, et al. Global distribution of rotavirus serotypes/genotypes and its implication for the development and implementation of an effective rotavirus vaccine Rev Med Virol, 2005; 15: Rahman M, et al. Predominance of rotavirus G9 genotype in children hospitalized for rotavirus gastroenteritis in Belgium during J Clin Virol. 2005;33: Steyer A, et al. The emergence of rotavirus genotype G9 in hospitalized children in Slovenia J Clin Virol. 2005;33: Parashar UD, et al. Global illness and deaths caused by rotavirus disease in children Emerg Infect Dis. 2003;9: Olives JP, Diarrhée aiguë chez l enfant et chez l adulte Rev Prat 2003;53: Grimprel E, Parez N, Gault E, et al. La diarrhée aiguë et l infection à rotavirus chez l enfant : confrontation des données d activité des urgences médicales et du laboratoire de microbiologie de l hôpital Armand-Trousseau entre Arch Pediatr. 2001;8: Sermet-Gaudelus I, de la Rocque F, Salomon JL, et al. Infection nosocomiale à rotavirus en pédiatrie générale.enquête d observation multicentrique Pathol Biol (Paris). 2004;52: Melliez H et al. Mortalité, morbidité et coût des infections à rotavirus en France BEH 2005 ;35 :

6 Marly-le-Roi, le 16 octobre 2005, Le laboratoire GlaxoSmithKline Un savoir-faire au service de la vaccinologie Présent depuis 50 ans dans la vaccinologie, le laboratoire GlaxoSmithKline est devenu un acteur de premier plan. Implantée en Belgique, à Rixensart, sa filiale, GSK Biologicals, centre mondial de toutes les activités vaccins, peut compter sur une stratégie de recherche démontrée pour développer et produire des vaccins. Grâce à cette implication, GSK peut également s investir dans les pays défavorisés. De multiples collaborations ont été nouées et un modèle économique mis en place pour améliorer l accessibilité aux vaccins où une politique vaccinale appropriée permettrait d épargner nombre de vies. En 2004, GSK a délivré 45 vaccins toutes les secondes. Soit, au total, plus de 1,5 milliard de doses dans plus de 168 pays, dont 117 pays en voie de développement (PVD). 92% de ces doses sont à destination de ces PVD. Des chiffres qui suffisent à montrer l implication du numéro deux mondial de la pharmacie. Un domaine dont il est désormais un acteur majeur grâce à sa filiale GSK Biologicals. Basée en Belgique, GSK Biologicals a été fondée en Dénommée alors Recherche et Industrie Thérapeutiques (RIT), cette société a commencé par produire des antibiotiques avant de s orienter, à la fin des années cinquante, vers la production de vaccins puis vers le développement de nouveaux vaccins. Une orientation que sont venues confirmer diverses acquisitions et autres fusions : SmithKline-RIT en 1969, SmithKline Beecham Biologicals en 1989, et finalement GSK Biologicals en Forte de personnes, dont plus d un millier de personne en recherche et développement, et de 8 sites à travers le monde, GSK Biologicals se donne les moyens de ses ambitions : être le leader mondial de la vaccinologie. Pour ce faire, le laboratoire peut tabler sur un programme de recherche largement axé sur le développement de nouveaux vaccins. Pour les pays en voie de développement, la mise à disposition de vaccins bien tolérés et efficaces se double d un défi de disponibilité. Pour que les populations à risque puissent effectivement bénéficier des vaccins existants, GSK Biologicals a développé un nouveau modèle économique et pratique une politique de prix différenciés depuis plus de 20 ans. La recherche est ainsi financée par les pays industrialisés.

7 Ainsi, un vaccin contre le rotavirus, responsable de gastro-entérites sévères du nourrisson est disponible depuis janvier 2005 au Mexique et sera accessible de façon prioritaire dans les PVD où la mortalité de cette maladie est majeure. Parallèlement, le vaccin sera disponible dans les marchés privés et dans les marchés publics. En France, le rotavirus est responsable d épidémies de gastro-entérites à une période où sévissent conjointement d autres virus comme la grippe ou le virus syncytial respiratoire responsable de la bronchiolite. Dans notre pays, jusqu à 50% des gastro-entérites aiguës sont liées au rotavirus dont plus de 70% surviennent chez les enfants de moins d 1 an. Il est à noter que 26% des enfants hospitalisés pour gastro-entérites sévères ont moins de 3 mois, âge auquel le vaccin pourra être proposé. Un autre fléau touche plus d 1,4 million de femmes dans le monde : le cancer du col de l utérus. On déplore plus de nouveaux cas par an dans le monde et décès annuels. Dans les PVD, le cancer du col de l utérus est la deuxième cause de cancer chez la femme et la première cause de mortalité par cancer. En France, il touche tous les ans nouvelles femmes et entraîne plus de décès. La recherche GSK travaille actuellement sur un vaccin contre les principales infections à papillomavirus humain (HPV 16 et 18) responsables de plus de 70% des lésions pré-cancéreuses qui conduisent, en l absence de dépistage et de traitement, au cancer du col de l utérus. GSK développe actuellement un vaccin tétravalent combiné contre la rougeole, la rubéole, les oreillons et la varicelle. GSK Biologicals destine ses vaccins au monde entier dont les pays défavorisés. Quatre vaccins sont ainsi actuellement en phase d étude clinique pour prévenir les quatre maladies identifiées par l Organisation mondiale de la santé (OMS) comme des fléaux infectieux à combattre en priorité : la tuberculose, le sida, le paludisme et la dengue. GSK travaille par ailleurs avec des partenaires institutionnels tel que l Institut Pasteur dans les domaines très spécifiques comme la recherche de nouveaux vaccins contre le SIDA ou le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). Pour améliorer l accessibilité globale des vaccins, de nombreuses collaborations ont, par ailleurs, été nouées aux quatre coins de la planète. Elles impliquent des universités, des sociétés de biotechnologie et bien sûr des organisations non gouvernementales qui oeuvrent en faveur de la vaccination dans les régions les moins favorisées où le besoin médical est le plus criant. GSK Biologicals est, par exemple, le principal fournisseur de vaccins de l Unicef et de l Alliance mondiale de l immunisation vaccinale (GAVI). Depuis 1992, plus de 2,5 milliards de doses de vaccins polio oral ont ainsi été livrées à l Unicef dans le cadre de l éradication mondiale de la poliomyélite que l OMS entend réaliser d ici à la fin Un objectif en phase avec la mission de GSK Biologicals : améliorer la santé des personnes dans le monde entier. Contacts Presse : Florence PARIS Fanny ALLAIRE Tél : Fax : Adresses

8 Quelques dates clés 1956 : forme injectable du vaccin inactivé contre la poliomyélite (IPV) : forme orale du vaccin vivant atténué contre la poliomyélite (OPV) : premier vaccin contre la rubéole : vaccin thermostable contre la rougeole : vaccin contre la méningite : formulation congelée du vaccin contre la varicelle (Varilrix ) : vaccin recombinant contre l hépatite B (Engerix-B ) : vaccin contre la grippe : premier vaccin mondial contre l hépatite A : vaccin combiné contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche acellulaire (DTCa : Infanrix ) : premier vaccin mondial combiné contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche à germe entier et l hépatite B (Tritanrix HepB ) : premier vaccin combiné contre l hépatite A et l hépatite B (Twinrix ) : vaccin contre Haemophilus influenzae type b (Hib) (Hiberix ) : premier vaccin contre le DTCa et l hépatite B (Infanrix HepB ) : vaccin combiné contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (Priorix ) : vaccin contre la fièvre typhoïde (Typherix ) : premier vaccin mondial contre la DTCa et Hib (Infanrix Hib) : première forme injectable du vaccin contre la poliomyélite et le DTCa (Infanrix IPV ) : forme injectable du vaccin contre le DTCa, la poliomyélite et Hib idem (Infanrix IPV Hib) : premier vaccin contre la maladie de Lyme (Lymerix ) : version combinée du vaccin contre l hépatite A et la fièvre typhoïde (Hepatyrix ).? 1999 : premier vaccin mondial de rappel DTCa pour les adultes et adolescents contre la coqueluche (Boostrix ) : première forme injectable du vaccin contre le DTCa, l hépatite B et la poliomyélite (Infanrix PeNTa ) : forme injectable du vaccin hexavalent contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche acellulaire, l hépatite B, la polio et Hib (Infanrix Hexa ) : forme combinée du vaccin contre la méningite ACW 135 développé spécifiquement pour les PVD. Le fléau du paludisme Chaque année, le paludisme atteint 300 à 500 millions de personnes, provoquant 1 million de décès dans le monde, la majorité étant des enfants de moins de 5 ans. Outre ses actions de mise à disposition de médicaments à tarifs préférentiels et un programme d investissement communautaire, GSK continue la recherche sur de nouveaux médicaments et sur un vaccin antipaludique. En juillet 2003, un essai clinique de phase IIb a été initié au Mozambique chez des enfants de 1 à 4 ans. Cette étude a confirmé l efficacité du vaccin et a été publiée en octobre 2004 dans le Lancet. D autres études sont en cours de planification chez les enfants de moins de 1 an pour évaluer notamment la tolérance, l efficacité et la compatibilité de ce vaccin avec d autres prévues dans le calendrier vaccinal. Une étude multicentrique de phase III sera menée en Afrique entre 2007 et GSK espère pouvoir soumettre un dossier d enregistrement pour ce vaccin en 2010.

9

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010 Vaccination coqueluche et maternité G Picherot YOPI 2010 Groupe Avancées Vaccinales 2010 Très inspiré de «AVANT, PENDANT et APRES Vaccinations autour de la grossesse» Dr Marc Valdiguié Pédiatre Unité de

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE De très nombreuses raisons peuvent conduire un enfant ou un adulte à être en retard par rapport au calendrier vaccinal idéal. Parmi ces raisons, la

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 140- Mai 2014 SOMMAIRE 1. Le calendrier vaccinal simplifié 1 2. Vaccination des enfants et adolescents 2 3. Vaccination des adultes 4 4. Cas pratiques 6 5. Invitation Soirées de

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011

Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011 Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011 http://www.inpes.sante.fr/cfesbases/catalogue/pdf/1133.pdf CAS CLINIQUE N 1 Une maman, membre d un groupe de pensée plutôt opposé aux vaccinations,

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne CartoVaccins Haute-Vienne Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe en Haute-Vienne Quelle couverture vaccinale contre la Rougeole en Haute-Vienne > Contexte > Résultats Depuis le 1 er janvier

Plus en détail

La vaccination chez l enfant

La vaccination chez l enfant Conseil santé La vaccination chez l enfant www.omnimut.be La vaccination chez l enfant La vaccination chez l enfant Nous ne les voyons pas, mais ils sont bien là! De nombreux virus et bactéries peuvent

Plus en détail

Les vaccinations du personnel hospitalier

Les vaccinations du personnel hospitalier Les vaccinations du personnel hospitalier Isabelle Buisson-Vallès Service de médecine du travail du personnel hospitalier Pr Brochard - CHU de Bordeaux 7ème JNI - Bordeaux 9 juin 2006 Introduction La majorité

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 SCHEMA VACCINAL DE 1981 : SCHEMA VACCINAL EN COMMUNAUTE FRANCAISE EN 2007 : COUVERTURES VACCINALES À L'ÂGE DE 12

Plus en détail

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE Prévention de la coqueluche Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE La coqueluche : question d actualité? Epidémiologie Nouvelles recommandations vaccinales et leur application Rôle des professionnels

Plus en détail

Réunion Publique du 24 Novembre 2012 à Pontault- Combault : LA VACCINATION EN QUESTIONS

Réunion Publique du 24 Novembre 2012 à Pontault- Combault : LA VACCINATION EN QUESTIONS Réunion Publique du 24 Novembre 2012 à Pontault- Combault : LA VACCINATION EN QUESTIONS QU EST-CE QU UN VACCIN? COMMENT AGIT IL? QUE CONTIENT IL? QUE RISQUONS NOUS A ETRE OU NE PAS ETRE VACCINE? COMMENT

Plus en détail

La vaccination de l adulte

La vaccination de l adulte et R La vaccination de l adulte Trop souvent négligée! Karl Weiss, MD, MSc, FRCPC Présenté dans le cadre de la conférence : Les journées de pharmacologie, Université de Montréal, juin 2007 Une étude canadienne

Plus en détail

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Journée EHPAD 14 février 2013 Dr Elise Seringe ARLIN Ile de France EHPAD Une population exposée Environnement ouvert vers la communauté Risque

Plus en détail

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN MARS 2011 313-52711-B État des données : mars 2011 Ce guide calendrier vaccinal comporte le carnet de vaccination. SOMMAIRE LA

Plus en détail

Le point sur la vaccination

Le point sur la vaccination Semaine européenne de la vaccination Du 23 au 30 avril 2010 Le point sur la vaccination Parce qu'il est important d'être vacciné et de mettre à jour ses vaccins régulièrement, parce que l'on se pose tous

Plus en détail

Actualités sur la coqueluche en 2013

Actualités sur la coqueluche en 2013 Actualités sur la coqueluche en 2013 Nicole Guiso Centre National de Référence de la coqueluche et autres bordetelloses Unité de Prévention et Thérapie Moléculaire des Maladies Humaines Institut Pasteur

Plus en détail

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE CAS CLINIQUE N 2 VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE FAMILLE DE 5 : MÈRE ASSISTANTE DE DIRECTION / PÈRE STEWARD AIR FRANCE, LONGS COURRIERS CARAÏBES. 3 ENFANTS

Plus en détail

VACCINATIONS. Le plan de vaccination suisse 2013 recommande la vaccination contre la tuberculose dans des groupes à risques.

VACCINATIONS. Le plan de vaccination suisse 2013 recommande la vaccination contre la tuberculose dans des groupes à risques. Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours VACCINATIONS Idriss Guessous Service de médecine de premier recours, HUG 2013 LES POINTS

Plus en détail

Adolescents, jeunes adultes : à vos carnets de santé!

Adolescents, jeunes adultes : à vos carnets de santé! DOSSIER DE PRESSE 8 e Semaine Européenne de la Vaccination du mardi 22 au samedi 26 avril 2014 Adolescents, jeunes adultes : à vos carnets de santé! CONTACT PRESSE Sébastien PAGEAU 04.67.07.20.14 sebastien.pageau@ars.sante.fr

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 97% en AA, pas de dyspnée. Entre autres: coqueluche

Plus en détail

La vaccination des personnes âgées

La vaccination des personnes âgées La vaccination des personnes âgées et les recommandations du calendrier vaccinal 2009 concernant les personnels et les résidents des EHPAD. Journée du CCLIN Paris Nord du 6 mai 2009 Dr Albert SCEMAMA Vaccination

Plus en détail

Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques

Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques Emmanuel Belchior*, Département des Maladies Infectieuses Congrès des Sociétés médico-chirurgicales de Pédiatrie Samedi 9 juin 2012, Palais

Plus en détail

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban Vaccination et tuberculose en Gériatrie Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban VACCINATIONS 2 Personnes âgées et vaccinations Avec

Plus en détail

Voyages et vaccinations

Voyages et vaccinations Voyages et vaccinations VOYAGES LES MICI NE SONT PAS UN OBSTACLE AUX VOYAGES. Cependant, sauf urgences professionnelles, mieux vaut envisager les déplacements en période de rémission quand tout va bien.

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux.

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux. Anna Jagusiak GENERALITES DEFINITION La vaccination est une préparation antigénique qui à un agent infectieux. CLASSIFICATION VACCINS VIVANTS ATTENUES Protection immunitaire proche de celle suivant une

Plus en détail

Quelles sont les maladies contre lesquelles mon enfant devrait recevoir une protection?

Quelles sont les maladies contre lesquelles mon enfant devrait recevoir une protection? Qu est-ce que l immunisation? L immunisation est un processus qui permet au corps de lutter contre les maladies causées par certains virus et bactéries. L un des moyens d être immunisé est de recevoir

Plus en détail

Quel est le risque infectieux?

Quel est le risque infectieux? Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Participation à des actions de formation organisés par des industriels (symposium, congrès, ateliers): Oui Immunosuppresseurs

Plus en détail

Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination

Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination INTRODUCTION Numéro 19, février 2015 Les maladies évitables par la vaccination (MEV) dont il est question dans ce numéro du bulletin

Plus en détail

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 COQUELUCHE Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 Epidémiologie Bactériologie Clinique Vaccination et recommandations Tests diagnostiques disponibles Stratégies diagnostiques: recommandations Traitement Conduite

Plus en détail

UNICEF/97-0627/Lemoyne

UNICEF/97-0627/Lemoyne UNICEF/97-0627/Lemoyne Pourquoi il est important de communiquer et d utiliser les informations sur LA VACCINATION La vaccination Chaque année, 1,7 million d enfants meurent de maladies qui auraient pu

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la vaccination contre les rotavirus des nourrissons de moins de 6 mois 28 mai 2010 En décembre 2006, le Conseil supérieur d hygiène publique de France (CSHPF) a recommandé, au regard de

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mars 2010 PREVENAR 13 0,5 ml, suspension injectable vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Boîte de 1 seringue pré-remplie avec aiguille

Plus en détail

Règle 1: Il est préférable de considérer qu une personne n est pas vaccinée plutôt que de la croire erronément protégée.

Règle 1: Il est préférable de considérer qu une personne n est pas vaccinée plutôt que de la croire erronément protégée. 1. Règles de base Toute consultation médicale offre l opportunité de vérifier l état vaccinal d une personne et, le cas échéant, de le compléter. Les centres PMS exercent une fonction de surveillance pour

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel

Vaccinations et milieu professionnel Prévention-Santé-Sud-Est Association des Services de Santé au Travail Paca-Corse Vaccinations et milieu professionnel Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées Certaines activités professionnelles

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel

Vaccinations et milieu professionnel La place de la vaccination dans la prévention des risques infectieux La prévention des risques infectieux au travail ne se réduit pas à la protection vaccinale. La vaccination s inscrit comme une des mesures

Plus en détail

Conseil Supérieur de la Santé. Guide de vaccination

Conseil Supérieur de la Santé. Guide de vaccination Conseil Supérieur de la Santé Guide de vaccination DROITS D AUTEUR Service public Fédéral de la Santé publique, de la Sécurité de la Chaîne alimentaire et de l Environnement Conseil Supérieur de la Santé

Plus en détail

Calendrier vaccinal 2015

Calendrier vaccinal 2015 Calendrier vaccinal 2015 Quoi de neuf? Entre avis, insuffisance de couverture vaccinale en France, ruptures en vaccin et polémiques Que faire? Dr C. Hommel CVI et CAR de La politique vaccinale en France

Plus en détail

Diarrhée à Rotavirus MS. IFMT, Sémin.Diarrhées-sept 1 2003

Diarrhée à Rotavirus MS. IFMT, Sémin.Diarrhées-sept 1 2003 Diarrhée à Rotavirus 1 Rotavirus : Épidémiologie Virus ubiquitaire, découvert en 1973 Touche adultes et enfants ; surtout E Agent n 1 de diarrhée aiguë sévère de l enfant < 5 ans Transmission feco-orale,

Plus en détail

INFORMATIONS AUX ETUDIANTS de la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne

INFORMATIONS AUX ETUDIANTS de la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne Programme de vaccination pour les étudiants de médecine INFORMATIONS AUX ETUDIANTS de la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne 1) Introduction Le personnel de santé est exposé

Plus en détail

Le 4 février 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde

Le 4 février 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde Section 3 : Parfois, s occuper de la paperasse semble être complètement au bas de votre liste de priorités. Quand il y a déjà à peine suffisamment d heures dans la journée à passer avec les enfants, les

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

La Grippe en questions

La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

Les actualités en vaccination

Les actualités en vaccination Les actualités en vaccination David Tuerlinckx Département de Pédiatrie Infectiologie pédiatrique Cliniques Universitaires UCL Mont-Godinne Yvoir david.tuerlinckx@pedi.ucl.ac.be Modifications Uniformisation

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition 2008. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition 2008. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2008 Guide des vaccinations Édition 2008 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Direction de la collection Philippe Lamoureux Édition Gaëlle Calvez

Plus en détail

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE Le Puy-en-Velay, le 22 Septembre 2006 Il faut rappeler que pour toute personne malade (par exemple présentant

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009

EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009 EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009 Alain Gravier, Gilles Ollagnon, Anne Iordanoff Coqueluche Bordetella pertussis (OMS : 300.000 décès dans monde), strictement humaine, transmission

Plus en détail

Vaccins : les Enjeux Economiques

Vaccins : les Enjeux Economiques Vaccins : les Enjeux Economiques Claude Le Pen Université Paris-Dauphine Le monde fascinant des vaccins Un «confluent» (Ph. Kourilsky) Entre Bien et Mal Entre tradition et technologie de pointe Entre humain

Plus en détail

WWW.BIOTECH.CA LE COMITÉ DE L INDUSTRIE DES VACCINS AU CANADA UN RÔLE DE CHEF DE FILE DANS LA SANTÉ MONDIALE

WWW.BIOTECH.CA LE COMITÉ DE L INDUSTRIE DES VACCINS AU CANADA UN RÔLE DE CHEF DE FILE DANS LA SANTÉ MONDIALE WWW.BIOTECH.CA LE COMITÉ DE L INDUSTRIE DES VACCINS AU CANADA UN RÔLE DE CHEF DE FILE DANS LA SANTÉ MONDIALE Le Comité de l industrie des vaccins (CIV) : la voix du Canada en matière de vaccins Le CIV

Plus en détail

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis 12/09/2013 2 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012 : Nourrisson 3 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012

Plus en détail

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE Il faut rappeler que pour toute personne malade (par exemple présentant de la fièvre, vomissements ou diarrhée)

Plus en détail

N Viget 17/04/2015. Sujet âgé Femme enceinte Personnel soignant

N Viget 17/04/2015. Sujet âgé Femme enceinte Personnel soignant N Viget 17/04/2015 Sujet âgé Femme enceinte Personnel soignant Le sujet âgé Focus sur vaccinations Coqueluche Pneumocoque Grippe Zona Epidémiologie Données chez sujet agé Recommandations La couverture

Plus en détail

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Dossier de presse LA VACCINATION AU COURS DE LA VIE : Conseils et réponses aux questions du quotidien, pour être à jour CONTACTS PRESSE INPES Inpes : Sandra

Plus en détail

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE XVII ème Congrès national de la SFHH Nantes 1 er juin 2006 COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE F. Bureau-Chalot 1, F. Fidel 1, A. Henry 1, L. Brasme 1, C. Quéreux 2, P. Morville

Plus en détail

Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital. Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant

Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital. Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant Sylvie Monier UHE-Hôpital Hôpital Edouard Herriot JNI-11.06.2009 INTRODUCTION

Plus en détail

Les vaccinations en EHPAD

Les vaccinations en EHPAD Les vaccinations en EHPAD Recommandations du Calendrier Vaccinal 2009 Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème journée régionale de formation et d information Antenne régionale Nord Pas de Calais

Plus en détail

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI FMPR, Rabat le 23.10.2010 Les mesures de prévention concernent la population dans son ensemble en se

Plus en détail

accueil structure organisation enfance

accueil structure organisation enfance MULTI-ACCUEIL «LA GARENNE» 19 avenue du Général Leclerc 36500 BUZANCAIS - 02.54.84.25.21 multiaccueil@buzancais.fr structure accueil organisation enfance SOMMAIRE Conditions d admissions...1 Conduite à

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel. Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées

Vaccinations et milieu professionnel. Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées Vaccinations et milieu professionnel Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées 1 Certaines activités professionnelles font courir un risque de maladie infectieuse, comme l'hépatite ou la tuberculose.

Plus en détail

Guide pratique sur les vaccinations. à l intention des infirmiers

Guide pratique sur les vaccinations. à l intention des infirmiers Guide pratique sur les vaccinations à l intention des infirmiers JNI Tours 14 juin 2012 Journée Nationale de Formation des Infirmières en Infectiologie Sophie Lefèvre Didier Pinquier D après le calendrier

Plus en détail

Adolescent ou adulte : à chaque âge, vaccinons-nous!

Adolescent ou adulte : à chaque âge, vaccinons-nous! DOSSIER DE PRESSE Adolescent ou adulte : à chaque âge, vaccinons-nous! Paris, le mardi 30 novembre 2010 3310EVAC35 Novembre 2010 Laboratoire GlaxoSmithKline Laboratoire GlaxoSmithKline Contacts Presse

Plus en détail

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas)

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas) Vous recevez une interne du service de maternité La Coqueluche Elle vous dit tousser depuis 15 jours. Devant l absence de fièvre elle ne s est pas arrêtée et elle n a pas pris de précautions particulières.

Plus en détail

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013 1 L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices Édition 2013 L assurance maternité Sommaire Les prestations maternité 3 Cas particuliers 8 Le congé paternité 11

Plus en détail

MIE Pédiatrie item 76 Les vaccinations en pédiatrie Année universitaire 2007-2008

MIE Pédiatrie item 76 Les vaccinations en pédiatrie Année universitaire 2007-2008 LES VACCINATIONS EN PÉDIATRIE L évolution épidémiologique des infections, l arrivée de nouveaux vaccins, a rendu le calendrier vaccinal complexe avec des vaccins traditionnels (BCG, Pentavalent, ROR, HB,

Plus en détail

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014 48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014 Dr. M.SCHETGEN Département de médecine générale Logo du médecin (si nécessaire) ULB Session PÉDIATRIE-Actualisation des vaccinations

Plus en détail

INDICATEURS PERINATALITE - PETITE ENFANCE 2012* DIRECTION PROTECTION MATERNELLE ET INFANTILE PETITE ENFANCE (PMI PE)

INDICATEURS PERINATALITE - PETITE ENFANCE 2012* DIRECTION PROTECTION MATERNELLE ET INFANTILE PETITE ENFANCE (PMI PE) 1 DONNES PERINATALES Année HautsdeSeine Note 1A DONNEES DEMOGRAPHIQUES INSEE, INSERM Nouveaunés vivants domiciliés 2012 24 790 Taux de natalité (nouveaunés vivants pour 1000 habitants) 2012 15,6 pour 1000

Plus en détail

LA VACCINATION PROFESSIONNELLE

LA VACCINATION PROFESSIONNELLE F I C H E P R E V E N T I O N N 1 1 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LA VACCINATION PROFESSIONNELLE INTRODUCTION La vaccination en milieu professionnel a un intérêt individuel dans le sens où elle protège

Plus en détail

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires A) GENERALITES SUR LA NOUVELLE GRIPPE A (H1N1) v. Qu est-ce que la nouvelle grippe A (H1N1) v? La nouvelle grippe A(H1N1) est une infection

Plus en détail

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Dossier de presse LA VACCINATION AU COURS DE LA VIE : Conseils et réponses aux questions du quotidien, pour être à jour CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier

Plus en détail

Programme préélectoral

Programme préélectoral ASSOCIATION DES PHARMACIENS DU CANADA Programme préélectoral Les pharmaciens : Les intervenants en matière de santé les plus accessibles au Canada Le système de soins de santé du Canada subit à l heure

Plus en détail

Maladies infectieuses - Coqueluche

Maladies infectieuses - Coqueluche Maladies infectieuses - Coqueluche Document d info La coqueluche 1 Introduction La coqueluche est une maladie aiguë et contagieuse des voies respiratoires provoquée par la bactérie Bordetella pertussis.

Plus en détail

Les enjeux de la vaccination en EHPAD. Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie. christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.

Les enjeux de la vaccination en EHPAD. Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie. christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free. Les enjeux de la vaccination en EHPAD Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.fr 11 ème Congrès National des Gériatres et Médecins Coordonnateurs d

Plus en détail

VACCINATIONS. Actualités. D. Abiteboul

VACCINATIONS. Actualités. D. Abiteboul Actualités D. Abiteboul VACCINATIONS Actualités Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Nouveau calendrier vaccinal 2013 Arrêté du 2 août 2013 et Instruction du 21 janvier

Plus en détail

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Professeur Emmanuel Grimprel Service de Pédiatrie Générale, Hôpital Trousseau, Paris Université Pierre et Marie Curie, Paris Déclaration

Plus en détail

Actualités sur la vaccination grippale

Actualités sur la vaccination grippale Actualités sur la vaccination grippale Dr Christophe TRIVALLE Pôle Vieillissement, Réadaptation et Accompagnement Hôpital Paul Brousse, APHP, Villejuif christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.fr

Plus en détail

Plan de vaccination suisse 2015

Plan de vaccination suisse 2015 Schweizerische Eidgenossenschaft Conféderation suisse Confederazione Svizzera Confederaziun svizra Département féderal de l intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Etat : 2015 Office fédéral

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Vaccination des personnes immunodéprimées ou aspléniques

Vaccination des personnes immunodéprimées ou aspléniques Vaccination des personnes immunodéprimées ou aspléniques Recommandations Collection Avis et Rapports 2 e édition Vaccination des personnes immunodéprimées ou aspléniques Recommandations La vaccination

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

EPI-COQ. l adulte. Enquête EPI-COQ

EPI-COQ. l adulte. Enquête EPI-COQ Evaluation de l incidence l de la coqueluche chez l adolescent l de 13 ans et plus et l adulte en médecine m générale g en Ile-de France Enquête Rappel La coqueluche est une maladie infectieuse respiratoire

Plus en détail

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? La vaccination n est pas seulement pour les enfants. Les adultes

Plus en détail

Résumé des discussions du Comité consultatif national de l immunisation (CCNI) Les 3, 4 et 5 octobre 2012, à Ottawa (Ontario) RÉSUMÉ

Résumé des discussions du Comité consultatif national de l immunisation (CCNI) Les 3, 4 et 5 octobre 2012, à Ottawa (Ontario) RÉSUMÉ Mot d ouverture La présidente, D re Bryna Warshawsky, souhaite la bienvenue aux participants à la réunion. D r John Spika, directeur général (DG), Centre de l immunisation et des maladies respiratoires

Plus en détail

Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie

Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie LA VACCINATION POST-GREFFE DE CELLULES HÉMATO-POÏÉTIQUES Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie Pourquoi me faire vacciner suite à une greffe de cellules hématopoïétiques

Plus en détail

SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015

SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015 FICHE 1 SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015 A QUOI SERT LA SEMAINE DE LA VACCINATION? La Semaine de la Vaccination a été lancée par l Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 2005. Elle est

Plus en détail

L INPES et la prévention des Maladies Infectieuses

L INPES et la prévention des Maladies Infectieuses 1 L INPES et la prévention des Maladies Infectieuses Institut National de Prévention et d Éducation pour la Santé 2 Établissement public sous tutelle du ministère de la santé 2002, succède au Comité Français

Plus en détail

(mise à jour le 27 février 2015) Tableau 2 : Vaccination Systématique Recommandée pour les enfants - Résumé des notes d information de l OMS

(mise à jour le 27 février 2015) Tableau 2 : Vaccination Systématique Recommandée pour les enfants - Résumé des notes d information de l OMS (mise à jour le 27 février 2015) Tableau 2 : Vaccination Systématique Recommandée pour les enfants - Résumé des notes d information de l OMS Antigène Recommandations pour tous les enfants BCG 1 Hépatite

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR

RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR Menveo MC Vaccin oligosaccharidique contre le méningocoque des groupes A, C, W-135 et Y conjugué au CRM 197 Le présent dépliant constitue la troisième et dernière partie

Plus en détail

QUESTIONS ET INQUIETUDES DES VOYAGEURS AVANT LEUR DEPART

QUESTIONS ET INQUIETUDES DES VOYAGEURS AVANT LEUR DEPART QUESTIONS ET INQUIETUDES DES VOYAGEURS AVANT LEUR DEPART ETONNANTS VOYAGEURS, souvent trop insouciants parfois trop inquiets Des insouciants aux inquiets : informer les uns, rassurer les autres Enquête

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT PAS SEULEMENT LES PATIENTS Monica Attinger Unité HPCI VD SSSH -16 mars 2013 /CHUV Rappel Infection : envahissement de l organisme par des germes capables de provoquer une maladie

Plus en détail

Adolescents Adultes Observations (voir détails dans les notes)

Adolescents Adultes Observations (voir détails dans les notes) (mise à jour: 27 février 2015) Tableau 1: Vaccination systématique recommandée - Résumé des notes d information de l OMS Antigène Enfants (voir details tableau 2) Recommandations pour tous les programmes

Plus en détail

Epidémiologie des infec0ons à pneumocoque et de la grippe

Epidémiologie des infec0ons à pneumocoque et de la grippe Epidémiologie des infec0ons à pneumocoque et de la grippe Dr Nadim Cassir Maladies Infec0euses et Tropicales Comité de Lu>e contre les Infec0ons Nosocomiales Hôpital Nord Marseille 1 Personnes âgées de

Plus en détail