Club Santé. «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Club Santé. «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005"

Transcription

1 Club Santé «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005 Contacts Presse : Florence PARIS Fanny ALLAIRE Tél : Fax : Adresses

2 L évolution du calendrier vaccinal* Pr Joël Gaudelus Hôpital Jean Verdier, Bondy L élaboration du calendrier vaccinal ne peut se faire sans une bonne connaissance de l évolution épidémiologique des différentes pathologies pour lesquelles un vaccin est recommandé ou en voie de l être. Ainsi les données épidémiologiques associées aux études pharmaco-économiques sont les pivots de toutes modifications du calendrier vaccinal. Quelques exemples récents sont ici présentés : la coqueluche, les infections invasives à pneumocoque, la tuberculose, la varicelle et la rougeole. La Coqueluche En France, le réseau de surveillance de la coqueluche (RENACOQ) a mis en évidence que les cas de coqueluche survenaient surtout chez les enfants de moins de 1 an et principalement chez le tout-petit de moins de 3 mois, non encore protégé par la vaccination contre la coqueluche. Compte tenu de la recrudescence de cas de coqueluche observée chez de très jeunes nourrissons contaminés par des adolescents ou de jeunes adultes, un rappel tardif avec un vaccin coquelucheux acellulaire a été introduit à l âge de ans en Plus récemment une étude a montré qu en France, 32% des toux inexpliquées de plus de 7 jours, chez l adulte, seraient dues à la coqueluche. Ainsi, afin de diminuer la contamination des nourrissons par leur entourage, le Conseil Supérieur d Hygiène Publique de France (CSHPF) a recommandé en 2004, un rappel de vaccination contre la coqueluche chez les adultes susceptibles de devenir parents dans les mois ou les années à venir et, à l occasion d une grossesse, la vaccination des membres du foyer (père et enfants: durant la grossesse; mère: le plus tôt possible après l accouchement). Cette recommandation s applique également aux professionnels de santé en contact avec des nourrissons trop jeunes pour avoir reçu 3 doses de vaccins coquelucheux. Le pneumocoque Le pneumocoque est la première cause de méningite bactérienne chez l enfant de moins de 2 ans. Il existe de nombreux sérotypes de pneumocoque, environ 90. Les études épidémiologiques ont montré que 7 sérotypes étaient responsables de 70 à 80% des méningites à pneumocoque. En 2003, un vaccin heptavalent anti-pneumococcique a fait l objet d une recommandation du CSHPF pour les enfants de moins de 2 ans présentant un risque élevé d infection invasive à pneumocoque. Le BCG Une réflexion est actuellement menée sur le maintien du BCG pour tous les enfants, la France étant un des derniers pays européens à maintenir la vaccination généralisée. En 2004, la suppression des tests tuberculiniques après vaccination par le BCG a été adoptée ainsi que l abandon de la revaccination. La varicelle En 2004, suite à la mise à disposition de vaccins contre la varicelle, le CSHPF a émis des recommandations de vaccination à l égard des professionnels en contact avec la petite enfance, des professionnels de santé en formation, à l embauche ou en poste en priorité dans les services accueillant des sujets à risque de varicelle grave, des personnes en contact étroit avec des patients immunodéprimés et des adultes de plus 18 ans dans les 3 jours suivant l exposition à un cas de varicelle. Cependant, le CSHPF ne recommande pas la vaccination généralisée contre la varicelle des enfants à partir de l âge de 12 mois.

3 La rougeole L exemple le plus récent de l adaptation du calendrier vaccinal est la rougeole. L objectif de l OMS, sur lequel se sont engagés de nombreux pays européens dont la France, est l élimination de la maladie en Pour ce faire, afin d interrompre la transmission du virus, les pays concernés doivent atteindre un taux de couverture vaccinale de l ordre de 95%, pour les 2 doses. En France, le taux de couverture pour la vaccination rougeole-rubéole-oreillons est de 84%, après la 1 ère dose, avec des disparités régionales allant de 67 à 95% et de 60% pour la 2 ème dose. Ce constat a conduit en 2004, le CSHPF à proposer une réflexion sur un plan national d élimination de la rougeole. Un Groupe de travail a récemment présenté ses recommandations au CSHPF : outre la déclaration obligatoire de la rougeole, la mise en place de moyens de surveillance, les actions de communication sur la maladie auprès des patients et des professionnels de santé, ce groupe de travail a présenté au CSHPF une recommandation portant sur la modification du schéma de vaccination contre la Rougeole, la Rubéole et les Oreillons. Ainsi la 1 ère dose doit être effectuée à 12 mois et la 2 ème dose avant 24 mois, le délai minimum étant de 4 semaines après la 1 ère dose. Une stratégie de rattrapage a été proposée pour les autres tranches d âge (< 25 ans). Pour les nourrissons entrant en collectivité avant 12 mois : il est recommandé d administrer à l âge de 9 mois le vaccin contre la rougeole-rubéole-oreillons. Dans ce cas, la 2 ème dose est recommandée entre 12 et 15 mois. L élaboration des recommandations vaccinales s appuient sur les besoins de Santé Publique et sur les connaissances scientifiques les plus récentes dans ce domaine important qu est la prévention. Références : *Recommandations complètes : BEH n 29-30/2005 ou Gilberg S J. Inf. Dis. 2002;186(3): Gaudelus J Bull. Acad. Natle Méd. 2003; 187(8): BEH n 16/2004 ou

4 Les gastro-entérites à rotavirus Professeur Catherine OLIVIER Hôpital Louis Mourier, Colombes Les gastro-entérites aiguës, d origine infectieuse, sont une affection fréquente chez l enfant. Les rotavirus du groupe A sont les principaux agents étiologiques responsables de diarrhée sévère chez les nourrissons et les jeunes enfants. En Europe, les séro/génotypes de rotavirus A les plus fréquemment retrouvés (90% des infections en Europe) sont les combinaisons G1P[8], G2P[4], G3P[8],G4P[8] 1. Une nouvelle souche est en train d émerger en Europe, la souche G9P[8] 2-3. En raison de la mortalité et de la morbidité qui lui sont associées, la gastro-entérite due au rotavirus représente un problème de santé majeur, en particulier dans les pays en voie de développement. Dans le monde, chez les enfants de moins de 5 ans, l incidence estimée des diarrhées à rotavirus est de 111 millions d épisodes/an, entraînant 25 millions de visites et 2 millions d hospitalisations. Le nombre de décès dans les pays en voie de développement est estimé à près de par an chez les enfants de moins de 5 ans 4. Le rotavirus infecte pratiquement tous les enfants avant l âge de cinq ans, y compris dans les pays développés, où les normes d hygiène sont relativement élevées. Le principal mode de transmission est la voie fécale-orale. Les principaux symptômes sont des vomissements, une diarrhée aqueuse et une fièvre plus ou moins importante (jusqu à 40ºC) ; le syndrome se développe après une brève période d incubation d environ deux jours et dure quelques jours chez les jeunes enfants. En l absence de traitement, les cas sévères de gastro-entérite à rotavirus chez les enfants de moins de cinq ans peuvent engendrer une déshydratation rapide et avoir des conséquences cliniques graves, pouvant aller jusqu à la mort. Une évaluation correcte de la déshydratation est essentielle pour instaurer un traitement approprié et distinguer les enfants qui peuvent sans problème être soignés à domicile de ceux qui requièrent un traitement plus intensif 5. En France, l incidence de diarrhée à rotavirus présente un pic au cours des mois d hiver, lorsque les hôpitaux et les services pédiatriques sont déjà saturés à cause des épidémies de bronchiolite et de grippe chez les enfants 6. La coïncidence de ces trois épidémies peut engendrer un chaos saisonnier pour les services de santé. Le caractère saisonnier de la maladie due au rotavirus, associé au haut degré de contagiosité du rotavirus, est également en corrélation avec un risque accru de transmission nosocomiale de l infection à rotavirus ; le rotavirus est l une des causes d infections nosocomiales chez l enfant 7. Une publication récente montre que chaque année, en France, l infection à rotavirus serait responsable de épisodes de diarrhée aiguë chez les enfants de moins de 5 ans dont seraient sévères. Les infections à rotavirus seraient à l origine de consultations en ville par an. Le nombre annuel d hospitalisations est estimé à Les coûts médicaux directs liés à la prise en charge de cette infection ont été estimés à 28 millions d euros 8.

5 La mortalité liées aux gastro-entérites sévères du nourrisson est majeure dans les pays en voie de développement. Aussi, les principaux objectifs des futurs programmes de vaccination contre le rotavirus, dans le monde, consistent, en priorité, à prévenir la mortalité dans ces pays. Deux vaccins contre la gastro-entérite à rotavirus devraient être disponibles prochainement en France. Ils seront administrés par voie orale, en 2 ou 3 doses dés l âge de 6 semaines. Dans les pays industrialisés, ces vaccins permettront de prévenir les gastro-entérites sévères, parfois fatales, causées par le rotavirus, et les coûts qui y sont associés. Références : 1.Santos N, et al. Global distribution of rotavirus serotypes/genotypes and its implication for the development and implementation of an effective rotavirus vaccine Rev Med Virol, 2005; 15: Rahman M, et al. Predominance of rotavirus G9 genotype in children hospitalized for rotavirus gastroenteritis in Belgium during J Clin Virol. 2005;33: Steyer A, et al. The emergence of rotavirus genotype G9 in hospitalized children in Slovenia J Clin Virol. 2005;33: Parashar UD, et al. Global illness and deaths caused by rotavirus disease in children Emerg Infect Dis. 2003;9: Olives JP, Diarrhée aiguë chez l enfant et chez l adulte Rev Prat 2003;53: Grimprel E, Parez N, Gault E, et al. La diarrhée aiguë et l infection à rotavirus chez l enfant : confrontation des données d activité des urgences médicales et du laboratoire de microbiologie de l hôpital Armand-Trousseau entre Arch Pediatr. 2001;8: Sermet-Gaudelus I, de la Rocque F, Salomon JL, et al. Infection nosocomiale à rotavirus en pédiatrie générale.enquête d observation multicentrique Pathol Biol (Paris). 2004;52: Melliez H et al. Mortalité, morbidité et coût des infections à rotavirus en France BEH 2005 ;35 :

6 Marly-le-Roi, le 16 octobre 2005, Le laboratoire GlaxoSmithKline Un savoir-faire au service de la vaccinologie Présent depuis 50 ans dans la vaccinologie, le laboratoire GlaxoSmithKline est devenu un acteur de premier plan. Implantée en Belgique, à Rixensart, sa filiale, GSK Biologicals, centre mondial de toutes les activités vaccins, peut compter sur une stratégie de recherche démontrée pour développer et produire des vaccins. Grâce à cette implication, GSK peut également s investir dans les pays défavorisés. De multiples collaborations ont été nouées et un modèle économique mis en place pour améliorer l accessibilité aux vaccins où une politique vaccinale appropriée permettrait d épargner nombre de vies. En 2004, GSK a délivré 45 vaccins toutes les secondes. Soit, au total, plus de 1,5 milliard de doses dans plus de 168 pays, dont 117 pays en voie de développement (PVD). 92% de ces doses sont à destination de ces PVD. Des chiffres qui suffisent à montrer l implication du numéro deux mondial de la pharmacie. Un domaine dont il est désormais un acteur majeur grâce à sa filiale GSK Biologicals. Basée en Belgique, GSK Biologicals a été fondée en Dénommée alors Recherche et Industrie Thérapeutiques (RIT), cette société a commencé par produire des antibiotiques avant de s orienter, à la fin des années cinquante, vers la production de vaccins puis vers le développement de nouveaux vaccins. Une orientation que sont venues confirmer diverses acquisitions et autres fusions : SmithKline-RIT en 1969, SmithKline Beecham Biologicals en 1989, et finalement GSK Biologicals en Forte de personnes, dont plus d un millier de personne en recherche et développement, et de 8 sites à travers le monde, GSK Biologicals se donne les moyens de ses ambitions : être le leader mondial de la vaccinologie. Pour ce faire, le laboratoire peut tabler sur un programme de recherche largement axé sur le développement de nouveaux vaccins. Pour les pays en voie de développement, la mise à disposition de vaccins bien tolérés et efficaces se double d un défi de disponibilité. Pour que les populations à risque puissent effectivement bénéficier des vaccins existants, GSK Biologicals a développé un nouveau modèle économique et pratique une politique de prix différenciés depuis plus de 20 ans. La recherche est ainsi financée par les pays industrialisés.

7 Ainsi, un vaccin contre le rotavirus, responsable de gastro-entérites sévères du nourrisson est disponible depuis janvier 2005 au Mexique et sera accessible de façon prioritaire dans les PVD où la mortalité de cette maladie est majeure. Parallèlement, le vaccin sera disponible dans les marchés privés et dans les marchés publics. En France, le rotavirus est responsable d épidémies de gastro-entérites à une période où sévissent conjointement d autres virus comme la grippe ou le virus syncytial respiratoire responsable de la bronchiolite. Dans notre pays, jusqu à 50% des gastro-entérites aiguës sont liées au rotavirus dont plus de 70% surviennent chez les enfants de moins d 1 an. Il est à noter que 26% des enfants hospitalisés pour gastro-entérites sévères ont moins de 3 mois, âge auquel le vaccin pourra être proposé. Un autre fléau touche plus d 1,4 million de femmes dans le monde : le cancer du col de l utérus. On déplore plus de nouveaux cas par an dans le monde et décès annuels. Dans les PVD, le cancer du col de l utérus est la deuxième cause de cancer chez la femme et la première cause de mortalité par cancer. En France, il touche tous les ans nouvelles femmes et entraîne plus de décès. La recherche GSK travaille actuellement sur un vaccin contre les principales infections à papillomavirus humain (HPV 16 et 18) responsables de plus de 70% des lésions pré-cancéreuses qui conduisent, en l absence de dépistage et de traitement, au cancer du col de l utérus. GSK développe actuellement un vaccin tétravalent combiné contre la rougeole, la rubéole, les oreillons et la varicelle. GSK Biologicals destine ses vaccins au monde entier dont les pays défavorisés. Quatre vaccins sont ainsi actuellement en phase d étude clinique pour prévenir les quatre maladies identifiées par l Organisation mondiale de la santé (OMS) comme des fléaux infectieux à combattre en priorité : la tuberculose, le sida, le paludisme et la dengue. GSK travaille par ailleurs avec des partenaires institutionnels tel que l Institut Pasteur dans les domaines très spécifiques comme la recherche de nouveaux vaccins contre le SIDA ou le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). Pour améliorer l accessibilité globale des vaccins, de nombreuses collaborations ont, par ailleurs, été nouées aux quatre coins de la planète. Elles impliquent des universités, des sociétés de biotechnologie et bien sûr des organisations non gouvernementales qui oeuvrent en faveur de la vaccination dans les régions les moins favorisées où le besoin médical est le plus criant. GSK Biologicals est, par exemple, le principal fournisseur de vaccins de l Unicef et de l Alliance mondiale de l immunisation vaccinale (GAVI). Depuis 1992, plus de 2,5 milliards de doses de vaccins polio oral ont ainsi été livrées à l Unicef dans le cadre de l éradication mondiale de la poliomyélite que l OMS entend réaliser d ici à la fin Un objectif en phase avec la mission de GSK Biologicals : améliorer la santé des personnes dans le monde entier. Contacts Presse : Florence PARIS Fanny ALLAIRE Tél : Fax : Adresses

8 Quelques dates clés 1956 : forme injectable du vaccin inactivé contre la poliomyélite (IPV) : forme orale du vaccin vivant atténué contre la poliomyélite (OPV) : premier vaccin contre la rubéole : vaccin thermostable contre la rougeole : vaccin contre la méningite : formulation congelée du vaccin contre la varicelle (Varilrix ) : vaccin recombinant contre l hépatite B (Engerix-B ) : vaccin contre la grippe : premier vaccin mondial contre l hépatite A : vaccin combiné contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche acellulaire (DTCa : Infanrix ) : premier vaccin mondial combiné contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche à germe entier et l hépatite B (Tritanrix HepB ) : premier vaccin combiné contre l hépatite A et l hépatite B (Twinrix ) : vaccin contre Haemophilus influenzae type b (Hib) (Hiberix ) : premier vaccin contre le DTCa et l hépatite B (Infanrix HepB ) : vaccin combiné contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (Priorix ) : vaccin contre la fièvre typhoïde (Typherix ) : premier vaccin mondial contre la DTCa et Hib (Infanrix Hib) : première forme injectable du vaccin contre la poliomyélite et le DTCa (Infanrix IPV ) : forme injectable du vaccin contre le DTCa, la poliomyélite et Hib idem (Infanrix IPV Hib) : premier vaccin contre la maladie de Lyme (Lymerix ) : version combinée du vaccin contre l hépatite A et la fièvre typhoïde (Hepatyrix ).? 1999 : premier vaccin mondial de rappel DTCa pour les adultes et adolescents contre la coqueluche (Boostrix ) : première forme injectable du vaccin contre le DTCa, l hépatite B et la poliomyélite (Infanrix PeNTa ) : forme injectable du vaccin hexavalent contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche acellulaire, l hépatite B, la polio et Hib (Infanrix Hexa ) : forme combinée du vaccin contre la méningite ACW 135 développé spécifiquement pour les PVD. Le fléau du paludisme Chaque année, le paludisme atteint 300 à 500 millions de personnes, provoquant 1 million de décès dans le monde, la majorité étant des enfants de moins de 5 ans. Outre ses actions de mise à disposition de médicaments à tarifs préférentiels et un programme d investissement communautaire, GSK continue la recherche sur de nouveaux médicaments et sur un vaccin antipaludique. En juillet 2003, un essai clinique de phase IIb a été initié au Mozambique chez des enfants de 1 à 4 ans. Cette étude a confirmé l efficacité du vaccin et a été publiée en octobre 2004 dans le Lancet. D autres études sont en cours de planification chez les enfants de moins de 1 an pour évaluer notamment la tolérance, l efficacité et la compatibilité de ce vaccin avec d autres prévues dans le calendrier vaccinal. Une étude multicentrique de phase III sera menée en Afrique entre 2007 et GSK espère pouvoir soumettre un dossier d enregistrement pour ce vaccin en 2010.

9

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban Vaccination et tuberculose en Gériatrie Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban VACCINATIONS 2 Personnes âgées et vaccinations Avec

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel

Vaccinations et milieu professionnel La place de la vaccination dans la prévention des risques infectieux La prévention des risques infectieux au travail ne se réduit pas à la protection vaccinale. La vaccination s inscrit comme une des mesures

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis 12/09/2013 2 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012 : Nourrisson 3 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012

Plus en détail

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013 1 L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices Édition 2013 L assurance maternité Sommaire Les prestations maternité 3 Cas particuliers 8 Le congé paternité 11

Plus en détail

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Professeur Emmanuel Grimprel Service de Pédiatrie Générale, Hôpital Trousseau, Paris Université Pierre et Marie Curie, Paris Déclaration

Plus en détail

LA VACCINATION PROFESSIONNELLE

LA VACCINATION PROFESSIONNELLE F I C H E P R E V E N T I O N N 1 1 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LA VACCINATION PROFESSIONNELLE INTRODUCTION La vaccination en milieu professionnel a un intérêt individuel dans le sens où elle protège

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2012 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 293 Vaccinations pour les personnels de santé INTRODUCTION La vaccination des personnels de santé a

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail

Du 20 au 27 avril 2013 Semaine européenne de la vaccination

Du 20 au 27 avril 2013 Semaine européenne de la vaccination Du 20 au 27 avril 2013 Semaine européenne de la vaccination Vaccination : êtes-vous à jour? DOSSIER DE PRESSE Dossier de presse national complété des informations en Vaucluse où la semaine se prolonge

Plus en détail

La vaccination, une bonne protection

La vaccination, une bonne protection Vaccin contre l hépatite A et l hépatite B La personne qui reçoit ce vaccin se protège contre l hépatite A, l hépatite B et leurs complications. L hépatite A et l hépatite B sont des infections du foie

Plus en détail

PARTAGER NOTRE PASSION. Livret de présentation de la vaccination et de nos vaccins

PARTAGER NOTRE PASSION. Livret de présentation de la vaccination et de nos vaccins PARTAGER NOTRE PASSION Livret de présentation de la vaccination et de nos vaccins PARTAGER NOTRE PASSION LIVRET DE PRÉSENTATION DE LA VACCINATION ET DE NOS VACCINS Ces hommes qui ont fait l histoire de

Plus en détail

Vaccinations. Actualités et perspectives

Vaccinations. Actualités et perspectives Vaccinations Actualités et perspectives Cet ouvrage présente les travaux du groupe d experts réunis par l Inserm dans le cadre de la procédure d expertise collective, pour répondre aux questions posées

Plus en détail

Questionnaire Médical

Questionnaire Médical Nom et prénom(s) de l élève: Date de naissance: Questionnaire Médical Ce formulaire est à compléter, avant de commencer l année scolaire, pour les nouveaux élèves ainsi que pour les élèves poursuivant

Plus en détail

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Comment protéger vos enfants? La seule protection efficace : la vaccination R.O.R COQUELUCHE ANNUAIRE Livret élaboré en partenariat avec : Conseil Général du Loir-et-Cher

Plus en détail

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins»

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Bernard Duval Institut National de Santé Publique du Québec 18 avril 2002 Objectifs Grands axes de la réponse immunitaire Conjugaison

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2015 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS.

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2015 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2015 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. Sommaire 1. Points-clés sur les nouvelles recommandations 4 2. Recommandations 5 Vaccination des personnes

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

Vaccins et chimiothérapies chez l adulte

Vaccins et chimiothérapies chez l adulte Vaccins et chimiothérapies chez l adulte 1 1 Coordination Pr Odile LAUNAY (CIC Vaccinologie, Cochin-Pasteur; Paris), Dr Pierre LOULERGUE (CIC Vaccinologie, Cochin-Pasteur; Paris) Membres du groupe de travail

Plus en détail

Pour l'entrée en institut de formation paramédicale

Pour l'entrée en institut de formation paramédicale FORMER Dossier médical Pour l'entrée en institut de formation paramédicale Avril 2015 Aide-soignant-e Auxiliaire de puériculture Infirmier-e Masseur-kinésithérapeute Manipulateur-trice en électroradiologie

Plus en détail

C a p a c i t é d e M é d e c i n e T r o p i c a l e

C a p a c i t é d e M é d e c i n e T r o p i c a l e C a p a c i t é d e M é d e c i n e T r o p i c a l e Etude préalable à la mise en place du carnet de vaccination électronique au Burkina Faso Présenté par MME DELPHINE RUIZ Directeur Pr JEAN-LOUIS KOECK

Plus en détail

SYNDICAT NATIONAL DE L ENSEIGNEMENT PRIVE

SYNDICAT NATIONAL DE L ENSEIGNEMENT PRIVE SYNEP Le «+ santé» Le «+ santé» est une mutuelle santé réservée aux adhérents de la CFECGC, à des conditions préférentielles négociées par la CFECGC en décembre 2007. Le «+ santé», mis à disposition des

Plus en détail

Simplification du calendrier vaccinal. Collection Avis et Rapports

Simplification du calendrier vaccinal. Collection Avis et Rapports Simplification du calendrier vaccinal Collection Avis et Rapports Simplification du calendrier vaccinal Rapport 21 décembre 2012 Ce rapport a été adopté par la Commission spécialisée Maladies transmissibles

Plus en détail

Mise en place de référents grippe au sein d un centre hospitalier

Mise en place de référents grippe au sein d un centre hospitalier Mise en place de référents grippe au sein d un centre hospitalier Sophie FOUCAULT, IDE Hygiéniste, FFC Service ECLIN P.MIR, C.JACOB, Praticiens de Santé au Travail R.HUE, Praticien Hygiéniste, Service

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

Définition de l Infectiologie

Définition de l Infectiologie Définition de l Infectiologie Discipline médicale clinique Spécialisée. Prise en charge des Maladies Infectieuses et Tropicales. Actuelles, émergentes ou ré-émergentes. Référents dans le cadre d un maillage

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition 2006. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition 2006. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2006 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 200 La vaccination contre les infections invasives à méningocoque Depuis l introduction du vaccin contre

Plus en détail

La politique vaccinale de la France

La politique vaccinale de la France COMMUNICATION A LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES DU SENAT ARTICLE LO. 132-3-1 DU CODE DES JURIDICTIONS FINANCIERES La politique vaccinale de la France Octobre 2012 SOMMAIRE Avertissement... 5 Résumé...

Plus en détail

VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES

VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES Infections respiratoires SPIF - 15 Novembre 2014 Patrick Petitpretz Déclaration de liens d'intérêts J ai actuellement, ou j ai eu au cours des trois dernières années, une affiliation

Plus en détail

Plan québécois de promotion de la vaccination

Plan québécois de promotion de la vaccination Plan québécois de promotion de la vaccination INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Plan québécois de promotion de la vaccination Direction des risques biologiques et de la santé au travail Octobre

Plus en détail

Protégeons-nous ensemble!

Protégeons-nous ensemble! Grippe saisonnière. Protégeons-nous ensemble! Informations importantes pour vous et votre famille. www.sevaccinercontrelagrippe.ch www.ofsp.admin.ch B C Qu est-ce que la grippe saisonnière et quels en

Plus en détail

Mutuelle santé. Vous pourrez. toujours compter. sur votre mutuelle! Activance TNS

Mutuelle santé. Vous pourrez. toujours compter. sur votre mutuelle! Activance TNS Mutuelle santé Activance TNS Vous pourrez toujours compter sur votre mutuelle! Activance TNS Le haut de gamme pour les professionnels! Les Produit Prise en charge maximale pour l hospitalisation dès la

Plus en détail

Vaccination contre la grippe saisonnière

Vaccination contre la grippe saisonnière le point sur risques infectieux > Vaccinations Vaccination contre la grippe saisonnière Questions / Réponses - Professionnels de santé Document élaboré le 14 octobre 2014 1 - Quand a lieu la campagne de

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

LA CAISSE PRIMAIRE D ASSURANCE MALADIE (CPAM) COMMENT ÇA MARCHE?

LA CAISSE PRIMAIRE D ASSURANCE MALADIE (CPAM) COMMENT ÇA MARCHE? LA CAISSE PRIMAIRE D ASSURANCE MALADIE (CPAM) COMMENT ÇA MARCHE? La CPAM (sécurité sociale) permet d être remboursé entre 15 et 100% en fonction des soins donnés. Une mutuelle peut prendre en charge le

Plus en détail

Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans. Mikalou se fait vacciner

Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans. Mikalou se fait vacciner Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans Mikalou se fait vacciner Récit Mikalou n a peur de rien Dans le jardin, Mikalou s assoit sur la balançoire. Il n est pas une poule mouillée, et pourtant, il

Plus en détail

Contacts Presse Leem : Stéphanie Bou-Fleurot - Tél : 01 45 03 88 38-06 60 46 23 08 - sfleurot@leem.org Virginie Pautre - Tél : 01 45 03 88 87 -

Contacts Presse Leem : Stéphanie Bou-Fleurot - Tél : 01 45 03 88 38-06 60 46 23 08 - sfleurot@leem.org Virginie Pautre - Tél : 01 45 03 88 87 - 50 QUESTIONS SUR LES VACCINS Contacts Presse Leem : Stéphanie Bou-Fleurot - Tél : 01 45 03 88 38-06 60 46 23 08 - sfleurot@leem.org Virginie Pautre - Tél : 01 45 03 88 87 - vpautre@leem.org 1 Les vaccins,

Plus en détail

vaccinale en France Mesure de la couverture Bilan des outils et des méthodes en l an 2000

vaccinale en France Mesure de la couverture Bilan des outils et des méthodes en l an 2000 Mesure de la couverture vaccinale en France Bilan des outils et des méthodes en l an 2000 Document préparé par le Comité de pilotage sur la couverture vaccinale en France sous la coordination de l InVS

Plus en détail

VACCINER? MIEUX COMPRENDRE POUR DÉCIDER. ProVac

VACCINER? MIEUX COMPRENDRE POUR DÉCIDER. ProVac Comité de rédaction : M.C. Miermans, Provac, Université de Liège, Service STES-APES Dr B. Swennen, Provac, Université libre de Bruxelles, Ecole de santé publique M.C. de Terwangne, Service Education pour

Plus en détail

Programme DPC des infirmiers

Programme DPC des infirmiers Catalogue de formations de la FNFCEPPCS pour l année 2015 Programme DPC des infirmiers Le catalogue peut évoluer en cours d année ; nous vous en tiendrons informés. 1 L INFIRMIER DE CENTRE DE SANTÉ FACE

Plus en détail

DES PÈLERINS SE RENDANT À LA MECQUE

DES PÈLERINS SE RENDANT À LA MECQUE DES PÈLERINS SE RENDANT À LA MECQUE Pour accomplir votre pèlerinage, vous devez acheter votre voyage auprès d un opérateur immatriculé au registre des opérateurs de voyages et de séjours tenu par Atout

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de la santé Sous-direction de la prévention des risques infectieux Bureau des maladies infectieuses, des risques

Plus en détail

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Objectifs : indiquer les objectifs de prévention du Service départemental de Protection Maternelle et

Plus en détail

STAGE DE NATATION. Perfectionnement A GRAND-COURONNE. Comité Ile de France de Natation. (Bassin de 50m couvert) Du 6 au 10 juillet 2015

STAGE DE NATATION. Perfectionnement A GRAND-COURONNE. Comité Ile de France de Natation. (Bassin de 50m couvert) Du 6 au 10 juillet 2015 Comité Ile de France de Natation STAGE DE NATATION Perfectionnement A GRAND-COURONNE (Bassin de 50m couvert) Du 6 au 10 juillet 2015 Ouvert aux 11 / 13 ans - Licencié(e)s FFN 340 Transport compris - Départ

Plus en détail

Formule Fixe : Bien-être Régime général ou local Sécurité Sociale

Formule Fixe : Bien-être Régime général ou local Sécurité Sociale Formule Fixe : Bien-être Régime général ou local Sécurité Sociale Remboursement total R.O. + Mutuelle Visites, consultations, actes, majorations des médecins généralistes et spécialistes 150% Analyses

Plus en détail

Les vaccinations en milieu professionnel

Les vaccinations en milieu professionnel Les vaccinations en milieu professionnel Mise à jour Août 2008 Dans le cadre de la prévention du risque biologique, le code du travail précise, aux articles R.4421-1 et suivants, la démarche d'analyse

Plus en détail

GARANTIE Optimale. garantie santé

GARANTIE Optimale. garantie santé GARANTIE Mutuelle Référencée Ministère De la Défense Pour vous et votre famille, vous voulez ce qui se fait de mieux : une protection santé optimale et des prestations vous garantissant les meilleurs soins.

Plus en détail

Etes-vous vacciné? La rougeole oblige à rester à la maison. www.stoprougeole.ch

Etes-vous vacciné? La rougeole oblige à rester à la maison. www.stoprougeole.ch Etes-vous vacciné? La rougeole oblige à rester à la maison. www.stoprougeole.ch 0844 448 448 La rougeole oblige à rester à la maison. www.stoprougeole.ch Eliminer la rougeole un objectif international

Plus en détail

PROTOCOLE D IMMUNISATION DU QUÉBEC, ÉDITION MAI 2013 Liste des mises à jour d AVRIL 2014

PROTOCOLE D IMMUNISATION DU QUÉBEC, ÉDITION MAI 2013 Liste des mises à jour d AVRIL 2014 PROTOCOLE D IMMUNISATION DU QUÉBEC, ÉDITION MAI 2013 Liste des mises à jour d AVRIL 2014 Mois Année Chapitre Section Sujets : changements - nouveautés Pages à changer Avril 2014 Table des matières Correction

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 décembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 décembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 décembre 2010 MENVEO, poudre et solution pour injection Vaccin méningococcique des groupes A, C, W-135 et Y conjugué B/1 flacon + 1 seringue préremplie (CIP: 360 379-1)

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3283 Convention collective nationale IDCC : 2021. GOLF AVENANT N 58 DU 12 FÉVRIER

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)?

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)? GENERALITES SUR : SANTE et MALADIE SOINS de SANTE PRIMAIRES (SSP) INITIATIVE de BAMAKO (IB) Objectifs généraux Au terme de ce module de formation, les participants devraient être capables de: Comprendre

Plus en détail

Vivre en santé après le traitement pour un cancer pédiatrique

Vivre en santé après le traitement pour un cancer pédiatrique PRÉCAUTIONS POUR LES INDIVIDUS SANS RATE FONCTIONNELLE La rate, c est quoi? La rate est un organe situé du coté gauche, vers le haut de l abdomen, sous les côtes, derrière l estomac. Une rate normale a

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

PLAQUETTE D INFORMATION

PLAQUETTE D INFORMATION Mutuelle du personnel du groupe Société Générale PLAQUETTE D INFORMATION Registre National des Mutuelles N 784 410 805 Juillet 2010 Comment calculer un taux de remboursement de Mutuelle? Les remboursements

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

Importance de la Vaccination

Importance de la Vaccination VACCINER! Importance de la Vaccination VACCINER! «La vaccination complète de l enfant avant son premier anniversaire constitue son premier passeport pour la vie. Il est de notre devoir de nous assurer

Plus en détail

ACADÉMIE NATIONALE DE PHARMACIE

ACADÉMIE NATIONALE DE PHARMACIE ACADÉMIE NATIONALE DE PHARMACIE SANTÉ PUBLIQUE - MÉDICAMENT - PRODUITS DE SANTÉ - BIOLOGIE - SANTÉ ET ENVIRONNEMENT Fondée le 3 août 1803 sous le nom de Société de Pharmacie de Paris Reconnue d utilité

Plus en détail

Hépatite. ses causes ses conséquences sa prévention

Hépatite. ses causes ses conséquences sa prévention Hépatite ses causes ses conséquences sa prévention Hépatite : l essentiel en bref Qu est-ce que l hépatite et quelles sont les conséquences de cette maladie? L hépatite est une inflammation du foie, dont

Plus en détail

Le système de santé au Cambodge

Le système de santé au Cambodge Le système de santé au Cambodge Actualisation au 3 mai 2006 MINEFI DGTPE Prestation réalisée sous système de management de la qualité certifié AFAQ ISO 9001 INDICATEURS DE SANTE Les infrastructures sanitaires

Plus en détail

Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé

Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé Réunion GERES du 6 juillet 2007 : D Abiteboul,, E Bouvet, A Buonaccorsi,, G Carcelain,, M Domart-Rançon,

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie 1977 - Terme utilisé par Jonas Salk. 1983 - Rassemble tous les aspects des vaccinations : biologiques, immunologiques et cliniques ainsi

Plus en détail

Programme National d Immunisation

Programme National d Immunisation Programme National d Immunisation Aspects pratiques de la vaccination Manuel de formation 2013 Direction de la Population L élaboration de ce guide a été coordonnée par le Service de Protection de la Santé

Plus en détail

GARANTIE Naturelle Pour aborder vos missions l esprit tranquille, vous devez vous sentir bien protégé. Naturelle a été pensée pour vous apporter

GARANTIE Naturelle Pour aborder vos missions l esprit tranquille, vous devez vous sentir bien protégé. Naturelle a été pensée pour vous apporter GARANTIE Pour aborder vos missions l esprit tranquille, vous devez vous sentir bien protégé. a été pensée pour vous apporter les garanties adaptées à vos attentes. La protection de votre famille est assurée

Plus en détail

TOUS !"#$ ENSEMBLE REDUCTION DE LA MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS #!"$& #!"$' RAPPORTS THEMATIQUES 2013

TOUS !#$ ENSEMBLE REDUCTION DE LA MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS #!$& #!$' RAPPORTS THEMATIQUES 2013 RAPPORTS THEMATIQUES 2013 - OMD 1 ELIMINER L EXTRÊME PAUVRETE ET LA FAIM RAPPORT NATIONAL TOUS ENSEMBLE Union des Comores! " # $ % & ' & () *!"#$%&'"$%()'*+," Le gouvernement de l Union des Comores et

Plus en détail

ARTICLE IN PRESS. Article original. Modele + MEDMAL-2842; No. of Pages 5

ARTICLE IN PRESS. Article original. Modele + MEDMAL-2842; No. of Pages 5 Médecine et maladies infectieuses xxx (2009) xxx xxx Article original Connaissance et application des recommandations vaccinales concernant la coqueluche par la médecine du travail des établissements de

Plus en détail

Direction des risques biologiques, environnementaux et occupationnels Institut national de santé publique du Québec

Direction des risques biologiques, environnementaux et occupationnels Institut national de santé publique du Québec AVIS DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LA RUBÉOLE Comité sur l immunisation du Québec Direction des risques biologiques, environnementaux et occupationnels Institut national de santé publique du Québec Juin

Plus en détail

Quelles Vaccina,ons en santé au travail? Actualités. DIU- IST Mardi 14 avril 2015 ACMS Dr Arthur Fournier

Quelles Vaccina,ons en santé au travail? Actualités. DIU- IST Mardi 14 avril 2015 ACMS Dr Arthur Fournier Quelles Vaccina,ons en santé au travail? Actualités DIU- IST Mardi 14 avril 2015 ACMS Dr Arthur Fournier Plan 1. Cadre réglementaire 2. Bases ra:onnelles de la vaccina:on 3. Vaccina:ons recommandées en

Plus en détail

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES Classement NABM : non inscrit code : non codé DÉCEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

6.1 Généralités. Chapitre 6. maladies évitables par la vaccination et vaccins. 6.1.1 Prévention de la maladie. 6.1.2 Vaccination et autres précautions

6.1 Généralités. Chapitre 6. maladies évitables par la vaccination et vaccins. 6.1.1 Prévention de la maladie. 6.1.2 Vaccination et autres précautions Chapitre 6. maladies évitables par la vaccination et vaccins CHAPitre 6 Maladies évitables par la vaccination et vaccins 6.1 Généralités La vaccination consiste à administrer un vaccin pour provoquer une

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE AVIS DU COMITE TECHNIQUE DES VACCINATIONS / DU CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE PUBLIQUE DE FRANCE relatif à la vaccination par le vaccin

Plus en détail

Objectif 3 : Confinement et certification

Objectif 3 : Confinement et certification Objectif 3 : Confinement et certification CONFINEMENT ET CERTIFICATION Principaux objectifs Indicateurs de réalisation Principales activités Certifier l éradication et le confinement de tous les poliovirus

Plus en détail

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques!

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! Brochure d information En utilisant mal une ressource, elle devient inefficace! Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! z6creation.net Une initiative européenne en matière de santé. Rhume ou grippe? Pas

Plus en détail

Vue d ensemble de la prise en charge à base communautaire de la malnutrition aiguë (PCMA)

Vue d ensemble de la prise en charge à base communautaire de la malnutrition aiguë (PCMA) Vue d ensemble de la prise en charge à base communautaire de la malnutrition aiguë (PCMA) 1 Module 1. Objectifs d apprentissage Discuter de la malnutrition aiguë et des mesures à prendre en réponse Identifier

Plus en détail

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Gestion des épidémies en FAM et MAS 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Rappels En EMS, le risque infectieux est présent, avec cumul des différents aspects de ce risque: Infections communautaires:

Plus en détail

AU BURKINA FASO GUIDE TECHNIQUE POUR LA SURVEILLANCE INTEGREE DE LA MALADIE ET LA RIPOSTE (SECTION 1 A 8 : ETAPES DE LA SURVEILLANCE)

AU BURKINA FASO GUIDE TECHNIQUE POUR LA SURVEILLANCE INTEGREE DE LA MALADIE ET LA RIPOSTE (SECTION 1 A 8 : ETAPES DE LA SURVEILLANCE) MINISTERE DE LA SANTE BURKINA FASO ------------- Unité Progrès Justice SECRETARIAT GENERAL ------------- DIRECTION GENERALE DE LA PROTECTION SANITAIRE ------------- DIRECTION DE LA LUTTE CONTRE LA MALADIE

Plus en détail

Colloque International sur les Politiques de Santé

Colloque International sur les Politiques de Santé République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme Hospitalière en collaboration avec Ecole Nationale Supérieure en Sciences Politiques Colloque International

Plus en détail

Dracunculose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL)

Dracunculose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL) Dracunculose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL) 2014 1 Table des matières Introduction... 3 1. Historique et actualité... 3 2. Agent pathogène et cycle... 4 3.

Plus en détail

SEBBAH (URPS-ML PACA),

SEBBAH (URPS-ML PACA), ét udes et résultats N 910 mars 2015 Vaccinations : attitudes et pratiques des médecins généralistes Depuis près de deux siècles, la vaccination est un mode de prévention essentiel des maladies infectieuses

Plus en détail

Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola

Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola Août 2014 l enfance aux enfants Organisation mondiale de la Santé 2014 Tous droits réservés. Les appellations employées dans la présente

Plus en détail

Partie I Recommandations aux voyageurs des pays tropicaux - 15

Partie I Recommandations aux voyageurs des pays tropicaux - 15 8 Avertissement Mis à part quelques précisions sur la prévention du paludisme (malaria) et le traitement de la diarrhée chez les enfants, ce livre ne se consacre ni aux nouveau-nés et jeunes enfants, ni

Plus en détail