ANNEXE 3 ANALYSE DU QUESTIONNAIRE «EGALITE FEMMES-HOMMES» EN DIRECTION DES AGENT-E-S DU CONSEIL GENERAL DE L ESSONNE (NOVEMBRE-DECEMBRE 2011)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANNEXE 3 ANALYSE DU QUESTIONNAIRE «EGALITE FEMMES-HOMMES» EN DIRECTION DES AGENT-E-S DU CONSEIL GENERAL DE L ESSONNE (NOVEMBRE-DECEMBRE 2011)"

Transcription

1 ANNEXE 3 ANALYSE DU QUESTIONNAIRE «EGALITE FEMMES-HOMMES» EN DIRECTION DES AGENT-E-S DU CONSEIL GENERAL DE L ESSONNE (NOVEMBRE-DECEMBRE 2011) 76

2 INTRODUCTION En mai 2007, le Conseil général de l Essonne a adopté ses orientations en matière d'égalité entre les femmes et les hommes, déclinées en un Plan d'actions départemental : le PADEFH. Le bilan sur la période a été adopté par l Assemblée départementale en mars Suite à la signature de la Charte européenne pour l'égalité entre les femmes et les hommes dans la vie locale en mai 2009, le Conseil général s est engagé à refondre le PADEFH pour l adapter aux différents principes de la Charte. Le questionnaire visait à sensibiliser le personnel départemental sur l égalité entre les femmes et les hommes et à mesurer leurs connaissances sur cette thématique. Enfin cet avis participatif avait pour autres objectifs d augmenter la visibilité du PADEFH et de recenser les besoins identifiés par les agent-e-s et leurs propositions d actions, afin de les prendre en compte lors de l élaboration des nouvelles fiches du plan. Ces éléments ont largement été inclus dans la refonte et l avis des agent-e-s sera consultable sur le site intranet «Egram». Le questionnaire, anonyme et déclaratif, se divisait en deux parties : une première partie d identification du-de la répondant-e et une seconde partie comprenant dix questions. Il a été distribué dans le cadre d une campagne de communication interne comprenant six clichés d agent-e-s dont l objectif était de remettre en cause les idées reçues concernant l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Il a été diffusé en version papier au restaurant inter-administratif, sur le temps du repas, pendant trois jours en novembre 2011 et par courrier au personnel des collèges. Une version électronique était également disponible sur le site intranet de la collectivité pendant cinq semaines entre novembre et décembre PARTICIPATION RESULTATS DU QUESTIONNAIRE 225 questionnaires exploitables ont été recueillis; soit un taux de réponses de 5,5% des 4090 agent-e-s de la collectivité. Répartition des répondant e s par DGA DGAS 38% DGACQV 24% DGAAR 15% DGAEE 12% AUTRES* 9% DGAADT 2% 0% 10% 20% 30% 40% Parmi les répondant-e-s, par ordre décroissant, 38% sont rattachés à la DGAS 5, 24% à la DGACQV 6, 15% à la DGAAR 7, 12% à la DGAEE 8, 2% à la DGAADT 9 et 9% à d autres directions (DGS 10, DGATEQ 11, Cabinet). La comparaison entre le nombre total d agent-e-s et le nombre de répondante-s par direction met en lumière une certaine représentativité pour les DGAS, DGAEE et la DGAADT. 5 DGAS : Direction Générale Adjointe (DGA) des Solidarités 6 DGACQV : DGA Citoyenneté et Qualité de Vie 7 DGAAR : DGA Administration et Ressources 8 DGAEE : DGA Equipements et Environnement 9 DGAADT : DGA Aménagement et Développement des Territoires 10 DGS : Direction Générale des Services 11 DGATEQ : DGA Territorialisation, Evaluation et Qualité 77

3 Effectif total des agent-e-s par DGA Pourcentage de répondant-e-s par DGA Femmes Hommes Total de la DGA sur l effectif Femmes Hommes Total des répondant-e-s départemental DGAS 93% 7% 40,68% 86% 9% 38% DGACQV 68% 32% 36,20% 61% 39% 24% DGAAR 65% 35% 9,98% 79% 26% 15% DGAEE 43% 57% 9,30% 67% 33% 12% DGAADT 74% 26% 1,52% 100% 0% 2% AUTRES (DGS, DGATEQ, CAB) 70% 30% 2,3% (0,49% ; 0,22% ; 1,59%) 50% 50% 9% TOTAL 75% 25% 75% 25% La participation sexuée est équivalente à la répartition sexuée de la collectivité, avec 75% de femmes et 25% d hommes. Une participation masculine conséquente, supérieure à la répartition sexuée des effectifs par DGA, est à noter au sein de la DGACQV et la DGAS. La participation féminine est surreprésentée, quant à elle, au sein de la DGAAR, la DGAEE et la DGAADT. 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Répartition des effectifs par catégorie 47% 51% 31% 28% 21% 19% Catégori e A Catégorie B Catégorie C Répondant e s Personnel départemental Concernant les catégories, nous retrouvons 47% d agent-e-s de catégorie A, 31% de catégorie B et 19% de catégorie C, alors que le personnel départemental est composé de 21% agent-e-s de catégorie A, 28% agent-e-s de catégorie B, 51% agent-e-s de catégorie C 12. On observe donc une plus forte participation du personnel de catégorie A par rapport aux autres catégories. Quant à la composition par statut, 84% des répondant-e-s sont titulaires et 12% non titulaires, reflétant la composition départementale par statut (90% de titulaires). 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 51% Répartition des effectifs par filière 35% 18% 14% Filière Filière administrative sanitaire et sociale Répondant e s 23% 39% Filière technique 4% 1% Filière sportive et culturelle Personnel départemental La répartition par filière montre une forte participation des filières administrative (51% de répondant-e-s alors qu elles-ils représentent 35% des agent-e-s de la collectivité), et sanitaire et sociale (18% des répondant-e-s alors qu elles-ils représentent 14% de l effectif). Une moins forte participation de la filière technique (23% des répondant-e-s alors qu ils représentent 39% 13 de l effectif) est à noter. Les filières sportive et culturelle sont représentées à 4% tandis que l effectif départemental s élève à 1,17%. 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Répartition des effectifs par âge 52% 47% 43% 40% 8% 8% ans ans 46 ans et + Répondant e s Personnel départemental Concernant le profil des tranches d âge des répondant-e-s, 8% ont déclaré avoir entre 18 et 30 ans, 43% de 31 à 45 ans et 47% sont âgés de 46 ans et plus. Ces chiffres reflètent à quelques points près la répartition des agent-e-s par tranche d âge, soit 8,42% ont entre 18 et 30 ans, 39 % entre 31 et 45 ans et 52% plus de 46 ans. 12 Chiffres Bilan social

4 2. ANALYSE PAR QUESTION Q1 : Qu évoque pour vous l égalité entre les femmes et les hommes? 100% 80% 60% 40% 20% 0% Qu'évoque l'égalité femmes hommes? 84% Un combat à mener pour que l'égalité se réalise dans les faits 8% 7% 1% Un principe déjà atteint ou proche de l'être Un débat non prioritaire Un combat dépassé Parmi les quatre réponses possibles, 84 % des répondant-e-s considèrent que l égalité entre les femmes et les hommes est «un combat à mener pour qu elle se réalise dans les faits». On observe que les femmes conçoivent majoritairement l égalité comme un combat à mener en vue d une réalisation effective (88% des femmes interrogées pour 60% des hommes interrogés). Plus de la moitié des femmes, envisageant la problématique égalitaire comme une lutte, appartiennent à la filière administrative. La filière sanitaire et sociale est également surreprésentée pour cet item. Si seulement 8 % des répondant-e-s estiment qu il s agit d un «principe déjà atteint ou proche de l être», il est à noter que cette réponse a été choisie par 23% des hommes interrogés. Ce choix témoigne d une approche différente des hommes au regard des avancées de l égalité entre les femmes et les hommes. De même, pour 7 % des agent-e-s l égalité des sexes constitue «un débat non prioritaire» au regard d autres thèmes sociétaux jugés plus importants. Enfin, 1% des enquêté-e-s jugent que «ce combat est dépassé». La grande majorité des enquêté-e-s a perçu le décalage entre l égalité légale et l égalité réelle. Q2 : Qu évoque pour vous la notion de genre? notion permettant de briser les stéréotypes sujet faisant polémique terme difficile à comprendre ne se prononce pas Qu'évoque la notion de genre? 5% 20% 28% 60% 0% 20% 40% 60% 80% A la question de la perception de la notion de genre, les enquêté-e-s déclarent massivement qu elle permet de «briser les stéréotypes et préjugés adjugés aux femmes et aux hommes», soit un total de 130 personnes (101 femmes et 29 hommes), l occurrence de cette réponse est légèrement plus importante chez les répondants (66%) que chez les répondantes (59%). La répartition par catégorie A, B ou C est équilibrée. 60 répondant-e-s (46 femmes et 14 hommes) considèrent que la notion de genre est «un sujet faisant polémique, inscrit au nouveau programme de SVT». Nous constatons une surreprésentation des catégories A et B pour cet item. Enfin, 42 personnes (35 femmes et 7 hommes) pensent que la notion de genre relève «d une problématique savante difficile à appréhender». La répartition par catégorie est équilibrée. Ces résultats mettent en lumière une réelle prise de conscience de la part de l ensemble des personnes interrogées du profond ancrage des stéréotypes de genre dans nos représentations collectives et de la nécessité de les déconstruire à tous les niveaux. 79

5 Q3 : Quels sont les enjeux d une politique de promotion de l égalité entre les femmes et les hommes? Quels sont les enjeux d'une politique de promotion de l'efh? l'accès égal aux postes à responsabilités l'égalit é professionnelle ent re les agent - 66% 64% plus de 46 ans qui ont mentionné le plus l option «l égal accès des femmes et des hommes aux postes à responsabilités». Cette réponse correspond à une inquiétude légitime des femmes avec une longue expérience professionnelle redoutant d être confrontée au plafond de verre qui les empêche d accéder à des postes à responsabilités. l'éducation non sexiste la lutte contre les violences faites aux l'articulation des temps de vie l'éducation à la sexualité 8% 48% 43% 52% 0% 20% 40% 60% 80% Concernant les enjeux d une politique de promotion de l égalité entre les genres, les réponses les plus fréquemment choisies sont «l égalité professionnelle entre les agent-e-s» (salaire, évolution de carrière ) et «l accès égal des femmes et des hommes aux postes à responsabilités» (respectivement 132 et 131 occurrences): l'accès égal à des postes à responsabilité constitue un enjeu prioritaire à la politique de promotion EFH dans 66% des réponses, l'égalité professionnelle entre les agent-e-s constitue un enjeu prioritaire à la politique de promotion EFH dans 64% des réponses. On ne note pas de différence de réponse entre les femmes et les hommes. Pour l item «l égalité professionnelle entre les agent-e-s», les femmes âgées entre 31 et 45 ans représentent la part la plus importante de l échantillon. En revanche, ce sont les femmes de Ensuite, l item «éducation non sexiste et les relations filles garçons» a été cité dans plus de la moitié des réponses, soit 112 fois. «La lutte contre les violences faites aux femmes» représente également un enjeu important (citée dans près de la moitié des réponses soit 94 fois). «L articulation des temps de vie» apparaît dans près de la moitié des réponses (71 fois). La question de «l éducation à la sexualité et à la santé sexuelle» constitue un enjeu de moindre importance selon les enquêté-e-s (8% des réponses, soit 17 occurrences). Les répondant-e-s ne font pas nécessairement le lien entre la lutte contre les stéréotypes genrés et l éducation à la sexualité, parmi lesquelles sont abordées les relations fillesgarçons. Si l égal accès aux postes à responsabilités et l égalité professionnelle sont des enjeux clairement identifiés par les répondant-e-s, les préalables à cette égalité réelle ont également bien été perçus. En effet, nous savons qu une bonne articulation des temps de vie (favoriser la parentalité des deux parents, respecter les horaires de travail et les temps partiels, développer les modes de garde des enfants ) et la résorption des violences conjugales constituent des conditions à un meilleur équilibre entre les genres. La ségrégation professionnelle se nourrit de ces phénomènes sociétaux sur lesquels il est nécessaire d agir de manière transversale. 80

6 Q4 : Connaissez vous le PADEFH? Connaissez vous le PADEFH? 65% Non F 35% % des personnes interrogées ne connaissent pas le PADEFH. Quel que soit le genre, les agent-e-s de catégorie A ont majoritairement répondu «oui» à cette question. En revanche, la répartition par catégorie est équilibrée pour les réponses négatives : les agent-e-s A, B ou C ont répondu «non» dans une proportion quasiment égale. Ce sont les femmes situées dans la tranche d âge 46 à H 56 Oui 60 ans qui ont majoritairement répondu «non» suivies par la tranche d âge des 31 à 45 ans. Ces résultats prouvent la nécessité de réaliser des campagnes internes de sensibilisation en direction de tous les agent-e-s et d intégrer la question du genre dans les politiques publiques. Les actions qui pourraient être déployées comprennent notamment la présentation des politiques transversales aux nouveaux-elles arrivant-e-s, la formation des agente-s et des élu-e-s à la transversalité de l égalité entre les femmes et les hommes, et le développement d outils documentaires à disposition des agent-e-s sur les différentes thématiques liées à l EFH. En définitive, il est nécessaire de renforcer la visibilité de cette politique transversale et d adopter une démarche pédagogique envers toutes-tous les agente-s. Q5 : Sur quelles thématiques le Conseil général devrait-il renforcer sa politique d égalité femmes-hommes? 81

7 Sur le rôle politique du Conseil général : «la lutte contre les stéréotypes sexistes et sexuels» a été le choix plébiscité par les enquêté-e-s. En effet, 131 personnes ont cité cet item qui revient dans 61% des réponses, dont 107 femmes. Toutefois, si cette thématique recueille un nombre conséquent de voix, l importance de «promouvoir l égalité femmes-hommes par des actions de sensibilisation/communication» a aussi été affirmée : 106 personnes ont choisi cette option qui est citée dans 50% des réponses dont 82 femmes. Parallèlement, 39 agent-e-s considèrent que le Conseil général devrait renforcer sa démarche politique sur l égalité femmeshommes tant par le biais d actions de sensibilisation que par la lutte contre les stéréotypes sexistes et sexuels. Les deux options semblent donc être nécessaires pour les agent-e-s. Quant au rôle d employeur du Conseil général : 173 agent-e-s (140 femmes et 33 hommes) souhaitent l application d un plan d égalité professionnelle (rémunération, évolution, mixité, etc.) qui est cité dans 83% des réponses, 98 penchent pour une meilleure articulation des temps de vie (adapter les horaires de réunion ) (44% des réponses) et 60 personnes approuvent le développement de la sensibilisation du personnel à la question de l égalité femmes-hommes (30% des réponses). La primauté de la thématique de l égalité professionnelle sur la question de l articulation des temps de vie témoigne d une certaine réticence du corps social à l immixtion de l employeur dans la sphère privée. Toutefois, les frontières bougent, l enjeu de l implication des organisations dans les problématiques intimes des individus qui les composent notamment pour améliorer le bien-être au travail (violences conjugales et intrafamiliales, gardes d enfants ) est de plus en plus présent. Les différences de réponses entre les femmes et les hommes: L'application d'un plan d'égalité professionnelle est une priorité pour les deux sexes (84% des réponses des femmes, 77% des réponses des hommes). Si la lutte contre les stéréotypes sexistes et sexuels constitue clairement la deuxième réponse des femmes (63% d'occurrence) ; chez les hommes cette préoccupation est à égalité avec la promotion de l EFH par des actions de sensibilisation et de communication (55% pour ces deux thématiques chez les hommes). Ce qui revient le moins chez les femmes concerne le développement d'actions de sensibilisation du personnel à l'efh; chez les hommes c'est l'articulation des temps de vie. Q6 : Votre direction est-elle concernée par l égalité entre les femmes et les hommes? Votre direction est elle ou devraitelle être concernée par l'efh? 100% 80% 60% 40% 20% 0% 79% 18% 3% Oui Non Ne se prononce pas Si la visibilité du PADEFH doit être améliorée, la problématique de l égalité femmes-hommes est en revanche bien intégrée. En effet, 79 % des personnes interrogées, dont une proportion plus importante de femmes que d hommes, considèrent que leur direction est ou devrait être concernée par l égalité entre les femmes et les hommes (EFH). Une part importante des réponses positives émane de la DGACQV et de la DGAS (84% et 81% respectivement). Les directions "autres" (Cabinet, DGS, DGATEQ) se démarquent nettement et apparaissent très partagées avec autant de réponses négatives que positives. Parmi les DGA qui semblent le moins concernées on repère la DGAAR (29% de réponses négatives) et la DGAEE (22% de réponses négatives). Cependant, au vu de la faiblesse des effectifs des personnes interrogées ces résultats ne sont pas significatifs. 82

8 Oui Non En quoi votre direction est concernée (ou pas)? Nombre % Mixité des équipes 40 22% Tout le monde est concerné 26 14% Plafond de verre 21 11% Nécessité de déconstruire les stéréotypes en interne 14 8% Articulation des temps de vie 10 6% Exemplarité sur l'efh en termes de ressources humaines 10 6% Transversalité et conditionnalisation des aides 6 3% Déconstruction des stéréotypes sexués des publics cibles de la direction 5 2% Autre 11 6% Ne se prononce pas 40 22% TOTAL OUI % Inexistence d'inégalités ou de discriminations sexistes 13 27% Mixité des équipes 11 23% Plafond de verre dépassé 8 17% La question est jugée "orientée" ou "sans intérêt" 2 4% Autre 2 4% Ne se prononce pas 12 25% TOTAL NON 48 18% Parmi les enquêté-e-s ayant répondu positivement, 22% des réponses (soit 40 personnes) évoquent la question du «manque de mixité des équipes», 16% des réponses (26 personnes) estiment que l égalité femmes-hommes «concerne tout le monde», 12% des réponses (21 personnes) soulignent la persistance du phénomène du «plafond de verre», 8% des réponses (14 personnes) mentionnent la nécessité de «déconstruire les stéréotypes en interne», 10 mettent en évidence «l articulation des temps de vie», une dizaine relève l importance de «l exemplarité sur l EFH en termes de ressources humaines», 6 font référence à la «transversalité et à la conditionnalisation des aides». Enfin, 5 personnes insistent sur la «déconstruction des stéréotypes sexués des publics cibles». Les femmes comme les hommes se sont davantage prononcés en faveur de la mixité des équipes, cependant la réponse "tout le monde est concerné" revient plus souvent chez les hommes (19%) que chez les femmes (15%). Parmi les 18% d enquêté-e-s ayant répondu négativement, l'inexistence de discriminations ou d'inégalités est citée en premier lieu : 32% d'occurrences), du fait d'une prédominance des réponses masculines (64%). En effet, parmi les femmes c'est la mixité des équipes qui revient le plus (31% d'occurrence). 13 avancent qu il n existe ni inégalités ni discriminations sexistes au sein de leur direction, 11 signalent une «bonne mixité des équipes», 8 jugent que le «plafond de verre est un phénomène dépassé», enfin 2 personnes jugent la question «orientée» ou «sans intérêt». Il est important de souligner la place du «Ne se prononce pas», qui représente approximativement un quart tant des réponses positives que négatives. Les agent-e-s ne sont pas encore en mesure d appréhender la raison pour laquelle leur direction serait ou non concernée par l égalité entre les femmes et les hommes. Ces résultats montrent la nécessité d informer les personnes sur ce que recouvre cette problématique égalitaire, et au-delà de cela, de veiller à ne pas la circonscrire aux seules questions de la représentativité aux niveaux supérieurs d encadrement, aux discriminations sexistes et à la diversification des choix de métiers. En effet, de nombreuses actions entrent dans le cadre de cette promotion de l égalité entre les genres telles que la féminisation des noms de métiers, de fonctions, de grades et de titres, l articulation des temps de vie, la généralisation des statistiques sexuées, etc. 83/87

9 Q7 : Dans votre activité professionnelle, quelles bonnes pratiques en matière d'égalité femmeshommes ont été mises en place? Cette question a recueilli une grande majorité de réponses sur le champ «rien à signaler» soit 61% (ce qui correspond à 138 réponses). Ceci peut être dû à plusieurs possibilités : un essoufflement du-de la répondant-e qui ne comprend pas l intérêt de la question, un manque de visibilité des agent-e-s sur ces bonnes pratiques, voire même une inexistence de celles-ci au sein de leurs directions respectives, ou à une incompréhension de la part des agent-e-s sur l intégration du genre dans leur pratique professionnelle. Toutefois, cet élément conforte la nécessité de sensibiliser l ensemble des agent-e-s à l intégration du genre dans les politiques publiques. Dans votre activité professionnelle, quelles bonnes pratiques en matière d'efh ont été mises en places? Nécessité de déconstruire les stéréotypes en interne 1% Féminisation Déconstruction des stéréotypes sexués des publics cibles de la direction 3% 3% Plafond de verre 5% Exemplarité sur l EFH en termes de ressources humaines L égalité est déjà acquise Autre 6% 7% 7% Articulation des temps de vie 11% Mixité des équipes 24% 0% 5% 10% 15% 20% 25% Parmi les personnes ayant signalé une ou plusieurs bonnes pratiques, l ensemble des répondant-e-s ont retenu des réponses en lien avec les ressources humaines, en ne privilégiant donc pas des exemples dans le cadre de leur quotidien professionnel : 24% des personnes qui estiment que leur direction est ou doit être concernée par l'efh, signalent des pratiques autour de la mixité des équipes en mettant en avant la nécessaire diversification des choix professionnels et 11% autour de l'articulation des temps de vie. Parmi les autres pratiques signalées, 6% ont cité des actions positives en lien avec «l exemplarité en termes de ressources humaines», 5% ont penché pour l utilité de briser «le plafond de verre». A peine 3% des répondant-e-s ont mis en avant la nécessité de «déconstruire les stéréotypes sexués des publics cibles de la direction». 1% ont finalement cité la nécessité de «déconstruire les stéréotypes sexués en interne» au Conseil général. Au regard de cette faible fréquence d occurrence, l enjeu de l égalité entre les femmes et les hommes sur les dispositifs auprès des publics cibles des directions n est pas identifié par les personnes interrogées. Les effectifs sont trop faibles et le taux de personnes ne se prononçant pas trop important pour faire une analyse de la répartition des réponses par genre ou par DGA qui soit significative. 84/87

10 Q8 : Lesquelles de ces pratiques pourraient être étendues à l'ensemble de la collectivité, et intégrées au PADEFH? Nombre % des personnes ayant signalé des pratiques % au total des répondant-e-s Articulation des temps de vie 8 24% 4% Mixité des équipes 7 20% 3% Plafond de verre 7 20% 3% Formation et sensibilisation 3 9% 1% Une ou plusieurs pratiques Déconstruire les stéréotypes 3 9% 1% Egalité salariale 3 9% 1% Transversalité et 6% 2 conditionnalisation des aides 1% Lutter contre les violences faites 3% 1 aux femmes 0.5% TOTAL % 12% Inexistence d'inégalités 2 1% Autre 6 3% Ne se prononce pas % Sur la question de l extension de ces bonnes pratiques à l ensemble de la collectivité on constate le même phénomène d essoufflement analysé auparavant, qui s amplifie davantage, étant donné que la réponse «Ne se prononce pas» atteint jusqu à 85% des réponses. Ce taux élevé de NSPP peut aussi se justifier par la méconnaissance des agent-e-s des actions portées par le PADEFH, comme on a vu dans la question 4. Tout en ayant signalé le peu de réponses sur des bonnes pratiques à étendre à l ensemble de la collectivité et à intégrer au PADEFH, des tendances peuvent être dégagées sur les actions que les personnes interrogées souhaiteraient généraliser. On observe la coïncidence avec les items auparavant signalés. «L articulation des temps de vie» est priorisée par 24% des répondant-e-s ayant signalé une ou plusieurs bonnes pratiques. La «diversification des choix de métiers» à travers la mixité dans les équipes et la «lutte contre le plafond de verre» arrivent chacune à obtenir 20% des réponses. La «formation et la sensibilisation», la «déconstruction des stéréotypes» et la poursuite de «l égalité salariale» obtiennent chacune 9% des réponses. «La transversalité et la conditionnalisation des aides» est un enjeu à généraliser pour 6% des répondant-e-s et «la lutte contre les violences faites aux femmes» arrive en dernière position avec 3% des réponses. Les effectifs sont trop faibles et le taux de personnes ne se prononçant pas trop important pour faire une analyse de la répartition des réponses par genre ou par DGA qui soit significative. Q9 : Plus largement, avez-vous des propositions à formuler pour améliorer le PADEFH et lutter contre les inégalités que vous pouvez constater? Une ou plusieurs propositions Nombre % des personnes ayant signalé des propositions % au total des répondant-e-s Combattre les plafonds de verre 30 21% 13% Articuler les temps de vie 25 18% 11% Prévention, formation et sensibilisation 24 18% 11% Favoriser l'égalité salariale 14 10% 6% Améliorer la mixité des équipes 10 7% 4% Diversification des choix de métiers 5 6% 2% Lutter contre les violences faites aux femmes 3 2% 1% Déconstruire les stéréotypes sexistes 3 2% 1% Autre 23 16% 10% TOTAL % 59% Ne connaît pas le PADEFH et/ou préfère prendre connaissance du PADEFH avant de répondre et/ou il faut plus de communication ou mieux communiquer 11 9% autour du PADEFH Aucune proposition 39 28% Ne sait pas ou ne se prononce pas 62 17% 85/87

11 Alors qu on aurait pu croire à un essoufflement définitif des répondant-e-s face à cette dernière question, qui avait été conçue comme l aboutissement des questions sept et huit, on observe que la réponse «Ne sait pas ou ne se prononce pas» est en net recul, et n obtient que 17%. Même quand on l additionne aux réponses «aucune proposition» ou «ne connaît pas le PADEFH», on constate que la grande majorité des répondant-e-s, à savoir 59%, a fourni une ou plusieurs propositions. Parmi les propositions des agent-e-s pour améliorer le PADEFH, on constate la même présence des réponses en lien avec les ressources humaines et l exemplarité en interne. 21% des répondant-e-s ayant proposé des améliorations au PADEFH signalent la nécessité de «combattre les plafonds de verre». Il est à noter que cette proposition est plébiscitée par les répondantes : une femme sur cinq met en avant cette nécessité. 18% des répondant-e-s insistent sur «l articulation des temps de vie» et la «prévention et la sensibilisation», 10% penchent pour «l égalité salariale», 7% sur «l amélioration de la mixité des équipes», 6% sur la «diversification des choix des métiers», 2% sur les «violences faites aux femmes» ainsi que sur la «déconstruction des stéréotypes sexistes». Q10 : Utilité de désigner des agent-e-s relais d information du PADEFH en complément des référents? Une large majorité des enquêté-e-s, soit 62 % (dont 67% de femmes), perçoit l utilité de la mise en place d agent-e-s relais du PADEFH. L utilité de ces dernier-ère-s résiderait notamment dans la diffusion des bonnes pratiques, dans le recueil et la transmission des informations aux agent-e-s référent-e-s du PADEFH nommé-e-s par chaque direction, dans la lutte contre les stéréotypes de genre, etc. On observe une corrélation entre le manque de visibilité du PADEFH au sein du Conseil général et la perception positive d un projet de désignation d agent-e-s relais. Au sein des deux directions, qui concentrent le plus grand effectif de personnes favorables à la mise en place d'agent-e-s relais, on observe que 73% des femmes de la DGAS et 72% des femmes de la DGACQV y sont favorables, soit davantage que la moyenne féminine totale des personnes interrogées. Parallèlement, 70% des répondants hommes travaillant à la DGAS y sont opposés, les autres effectifs opposés sont trop faibles pour être analysés. Ce sont les agent-e-s se situant dans la tranche d âge de 46 à 60 ans qui représentent la part la plus importante des réponses positives. 86/87

12 3. ANALYSE CROISEE et CONCLUSIONS Ce questionnaire sur l égalité entre les femmes et les hommes en direction des agent-e-s du Conseil général avait pour objectifs d augmenter la visibilité du PADEFH et de démarrer une démarche participative, qui leur permette en même temps de s interroger sur l intégration du thème de l égalité dans leurs pratiques professionnelles et d être force de propositions pour améliorer ce plan transversal. Force est de constater que l égalité entre les femmes et les hommes est majoritairement perçue comme un enjeu lié aux ressources humaines. Avoir distribué le questionnaire parallèlement à une campagne de communication interne sur la diversification des choix des métiers a sans doute influencé les réponses en ce sens, mais le questionnaire avait été conçu pour répertorier l ensemble des initiatives sur l égalité femmes-hommes en termes de pratiques professionnelles. En effet, l action sur la déconstruction des stéréotypes n apparaît pas comme une orientation prioritaire dans les questions ouvertes. Ce résultat n est pourtant pas surprenant puisque les questions fermées 2 et 5 témoignent d une réelle prise de conscience de la part des personnes interrogées du profond ancrage des stéréotypes de genre dans les représentations collectives et de la nécessité de renforcer leur déconstruction. L exemplarité des usages internes en matière de ressources humaines constitue donc une préoccupation majeure pour les agent-e-s qui se sont exprimé-e-s dans les questions ouvertes ; à la fois dans ce qui existe déjà et dans ce qui pourrait être amélioré ou étendu au sein de la collectivité. En effet, «la mixité des équipes» a été plébiscitée et identifiée comme une bonne pratique au sein des directions auxquelles appartiennent les répondant-e-s ; pratique qui, selon elles-eux, pourrait néanmoins être étendue à l ensemble du Conseil général. Ce thème a été cité 96 fois. L extension et l amélioration de la «lutte contre le plafond de verre» représentent également des enjeux significatifs (thème cité 79 fois). Même si une bonne «articulation des temps de vie» a été observée au sein des directions, les répondant-e-s ont considéré que cette mesure devait être généralisée à toute la collectivité (citée 53 fois). Parmi les propositions avancées pour améliorer le PADEFH, la prévention, la sensibilisation, la formation et l égalité salariale ont été citées à 38 reprises. Ces mesures s inscrivent dans une perspective d exemplarité en matière de politique RH et soulignent, de la part des agent-e-s qui se sont exprimé-e-s, la volonté d œuvrer pour la résorption des inégalités entre les genres. Il s agit d une particularité de l égalité entre les femmes et les hommes, en comparaison aux autres enjeux transversaux de la collectivité. Cette politique peut en effet s intégrer de façon transversale aux dispositifs portés en direction des Essonniennes et des Essonniens, mais elle est majoritairement vécue par les agent-e-s comme un levier essentiel des ressources humaines. L exemplarité en interne se dégage comme une forte attente des agente-s du Conseil général, et celle-ci a été entendue dans la refonte du PADEFH. 87/87

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes :

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : On a souvent considéré la mixité comme un fait acquis, comme si le «vivre ensemble» allait de soi. Et pourtant, les

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

Les usages pédagogiques du numérique

Les usages pédagogiques du numérique Les usages pédagogiques du numérique Septembre 2013 Contact : Bruno Jeanbart Directeur Général adjoint Tel : 01 78 94 90 14 Email : bjeanbart@opinion-way.com Méthodologie Echantillon de 1004 étudiants

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

Les Français et le handicap visuel

Les Français et le handicap visuel Janvier 015 Enquête TNS Sofres pour la Fédération des Aveugles de France Rapport de résultats 48UA53 Rappel méthodologique Echantillon Enquête réalisée par téléphone auprès d un échantillon de 1005 personnes

Plus en détail

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

Les jeunes et les métiers de l industrie

Les jeunes et les métiers de l industrie Novembre 2013 Institut Lilly N 111442 Contacts : Damien Philippot / Esteban Pratviel 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A - B - C - D - Le

Plus en détail

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice.

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice. Délégation interministérielle à la Famille ENQUÊTE SALARIÉS Baromètre de l Observatoire de la parentalité en entreprise, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la famille et l Union nationale

Plus en détail

Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France. Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012"

Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France. Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012 Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012" SOMMAIRE 1 Structure de l échan0llon p. 3 4 2 Acteurs comptables p. 5 6 3 Organisa0on et ou0ls de

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2014 Table des matières Le rapport 2014... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées Agi son Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées 1 Introduction p. 3 Méthode p.4 1. Le public p.5 A. Caractéristique des personnes interrogées

Plus en détail

Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012

Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012 Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012 Des tendances d évolution différenciées pour les femmes

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

Décembre 2009. Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte

Décembre 2009. Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte Décembre 2009 Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte Sommaire Introduction La loi handicap Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte Résultats de l enquête nationale Recrutement, sous-traitance,

Plus en détail

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public ENQUÊTE NATIONALE SUR LA POPULATION CANADIENNE Document destiné à l Association canadienne du diabète Préparé par Environics

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE Une enquête /CSA pour Le Cercle des épargnants Note d analyse Février 2009 S.A. au capital de 38.112,25 euros Siège

Plus en détail

S ONDAGE SUR LA SCOLARIS ATION E N MILIE U ORDINAIRE DES ENFANTS E N S ITUATION DE HANDICAP EN ELEMENTAIRE ET AU COLLEGE

S ONDAGE SUR LA SCOLARIS ATION E N MILIE U ORDINAIRE DES ENFANTS E N S ITUATION DE HANDICAP EN ELEMENTAIRE ET AU COLLEGE S ONDAGE SUR LA SCOLARIS ATION E N MILIE U ORDINAIRE DES ENFANTS E N S ITUATION DE HANDICAP EN ELEMENTAIRE ET AU COLLEGE - Sondage de l'institut CSA - - Note des principaux enseignements - N 1001198 Février

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement. Novembre 2013

Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement. Novembre 2013 Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement Novembre 2013 Introduction L AFIC, qui souhaite promouvoir activement le rôle des femmes dans les métiers du capital investissement,

Plus en détail

Baromètre Inergie-Afci 2012 de la fonction Communication Interne

Baromètre Inergie-Afci 2012 de la fonction Communication Interne Baromètre Inergie-Afci 2012 de la fonction Communication Interne Contact Afci Aurélie Renard Déléguée Générale de l Afci arenard@afci.asso.fr Contacts Inergie Luc Vidal DGA Directeur associé pôle Opinion

Plus en détail

Editorial. Yvon Robert Maire de Rouen. Hélène Klein Adjointe au Maire en charge de la lutte contre les discriminations et des droits des femmes

Editorial. Yvon Robert Maire de Rouen. Hélène Klein Adjointe au Maire en charge de la lutte contre les discriminations et des droits des femmes 1 Editorial L égalité entre les femmes et les hommes est un droit fondamental. Ce droit est né des luttes qui ont été menées dans notre pays comme dans bien d autres, mais il reste un enjeu majeur tant

Plus en détail

UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE

UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE La grande conférence sociale a permis d établir une feuille de route ambitieuse, qui engage ensemble l Etat, les

Plus en détail

Sitographie «Egalité des chances entre les filles et les garçons»

Sitographie «Egalité des chances entre les filles et les garçons» Sitographie «Egalité des chances entre les filles et les garçons» Sites généralistes (textes de référence, statistiques, actions, outils) : http://www.education.gouv.fr/syst/egalite/ Cette rubrique du

Plus en détail

Les dirigeants face à l innovation

Les dirigeants face à l innovation Les dirigeants face à l innovation Vague 2 FACD N 111164 Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d'entreprise flore-aline.colmet-daage@ifop.com Mai

Plus en détail

Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin. Août 2013

Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin. Août 2013 1 Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin Août 2013 Sommaire Contexte... 2 Les équipements TIC des mairies... 3 Les compétences présentes en mairie... 4 Les usages TIC des mairies... 5 La communication

Plus en détail

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 1 ère Partie Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Formation, statut, mobilité, rémunération, motivation Introduction.

Plus en détail

"DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES"

DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES "DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES" ENQUÊTE RÉALISÉE PAR HOMMES & PERFORMANCE ET EMLYON BUSINESS SCHOOL EN PARTENARIAT AVEC L'APEC Juin 2011 OBJECTIFS DE L ÉTUDE

Plus en détail

Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés. Diligenter une enquête auprès des salariés pour connaitre précisément leurs besoins

Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés. Diligenter une enquête auprès des salariés pour connaitre précisément leurs besoins Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale (ces exemples visent à accompagner les partenaires sociaux dans leur négociation, ils ne sont pas exhaustifs des bonnes

Plus en détail

ASSEMBLEE GENRALE 2015

ASSEMBLEE GENRALE 2015 ASSEMBLEE GENRALE 2015 Réponse du conseil d Administration du 29 avril 2015 (articles L. 225-108 et R 225-84 du Code de commerce) QUESTIONS ECRITES D ACTIONNAIRE posée le 17 avril 2015 par EUROPEAN WOMEN

Plus en détail

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation (Synthèse) Enquête réalisée dans le cadre du projet Concert Action Septembre 2011 La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires

Plus en détail

Garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Département Évaluation des Politiques Sociales Garanties et services : les attentes des et des entreprises Mars 2014 Synthèse des résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour

Plus en détail

Etude OpinionWay pour Axys Consultants Les Réseaux Sociaux d Entreprise : degré d appropriation & bénéfices perçus par les utilisateurs

Etude OpinionWay pour Axys Consultants Les Réseaux Sociaux d Entreprise : degré d appropriation & bénéfices perçus par les utilisateurs Octobre 2014 Etude OpinionWay pour Axys Consultants Les Réseaux Sociaux d Entreprise : degré d appropriation & bénéfices perçus par les utilisateurs Méthodologie de l étude Étude réalisée auprès d un échantillon

Plus en détail

Principes de gestion et leadership. Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA

Principes de gestion et leadership. Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA Principes de gestion et leadership Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA Sommaire Expérience du MFPMA en matière d institutionnalisation de l égalité entre

Plus en détail

Enquête bien-être au travail des salariés

Enquête bien-être au travail des salariés Présentation petit déjeuner RH & Com Linking http://labrh.opinion-way.com Enquête bien-être au travail des salariés Décembre 2012 Note méthodologique Echantillon représentatif de 1014 salariés français

Plus en détail

LEADERSHIP POUR ELLES L APPLI MOBILE. Réalisée par

LEADERSHIP POUR ELLES L APPLI MOBILE. Réalisée par LEADERSHIP LEADERSHIP POUR ELLES POUR ELLES L APPLI MOBILE Réalisée par B T E O Réalisée par 2 LEADERSHIP POUR ELLES L APPLI MOBILE Savez-vous que les différences de confiance en soi entre femmes et hommes

Plus en détail

Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2

Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2 Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2 Juin 2014 Contact - BVA Opinion Erwan LESTROHAN, directeur d études erwan.lestrohan@bva.fr - 01 71 16 90 9 Victor CHAPUIS, chargé d études Victor.chapuis@bva.fr

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

Les Français et leur perception de l école maternelle et élémentaire avant la rentrée 2012

Les Français et leur perception de l école maternelle et élémentaire avant la rentrée 2012 NOTE DETAILLEE Les Français et leur perception de l école maternelle et élémentaire avant la rentrée 2012 Etude Harris Interactive pour le Syndicat National Unitaire des Instituteurs et Professeurs des

Plus en détail

pour l égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif

pour l égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif Convention interministérielle pour l égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif 2013-2018 convention interministérielle pour l égalité entre les filles et

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE Dossier de Presse Contacts presse OFDT : Julie-Emilie Adès/ 01 53 20 95 16 / juade@ofdt.fr MILDT: Patrick Chanson / 01 44 63 20

Plus en détail

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS Service Education des Epargnants &Habilitation des Intervenants Sondage sur la culture financière d une population d internautes

Plus en détail

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales Étude sur la compétitivité des administrations cantonales réalisée pour les Chambres de commerce latines Avril 2015 2 1. Descriptif de la recherche Contexte et méthodologie 3 La 7 ème vague de l étude

Plus en détail

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire Rapport présenté à la Mars 2008 Tables des matières Contexte et objectifs.... 2 Page Méthodologie.3 Profil des répondants...6 Faits saillants..10

Plus en détail

Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris

Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris Sondage Ifop pour la FFSE Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Anne-Sophie Vautrey Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com

Plus en détail

I Des indicateurs figurant dans le rapport de situation comparée

I Des indicateurs figurant dans le rapport de situation comparée 1/13 Dans le cadre des dispositions issues du code du travail, il est établi une synthèse du plan d actions. I Des indicateurs figurant dans le rapport de situation comparée Salaires annuels moyens de

Plus en détail

Consultation 2014-2015

Consultation 2014-2015 Consultation 2014-2015 Synthèse des résultats de la consultation nationale sur le projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT

Plus en détail

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Synthèse des principaux enseignements Octobre 2012 sfrbusinessteam.fr FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Echantillon : 300 entreprises de 20 à

Plus en détail

Observatoire des politiques publiques :

Observatoire des politiques publiques : Observatoire des politiques publiques : Les Français et l économie sociale et solidaire Sondage Ifop pour Acteurs Publics Contact Ifop : Damien Philippot Directeur des Etudes Politiques Département Opinion

Plus en détail

dans les entreprises en pays de la loire Réalité, besoins & perspectives

dans les entreprises en pays de la loire Réalité, besoins & perspectives Les USAGES DES TIC dans les entreprises en pays de la loire Réalité, besoins & perspectives é d i t i o n 2 0 0 9 1 Des ÉQUIPEMENTS qui se sont généralisés Une informatisation qui a atteint un seuil L

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

Observatoire Gleeden de l infidélité

Observatoire Gleeden de l infidélité 16 janvier 2014 N 111 730 Enquêtes auprès d un échantillon national représentatif de 804 Français âgés de 18 ans et plus Contacts : 01 72 34 94 64 / 94 13 François Kraus / Anne-Sophie Vautrey Prenom.nom@ifop.com

Plus en détail

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU NB : les notes font référence au diaporama de synthèse de l enquête en ligne sur le site de l'adbu Comment les SCD tentent-ils

Plus en détail

PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE

PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE ETUDE RHÔNE Septembre 2015 CCI LYON - DIRECTION DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET TERRITORIAL Page 1 I CCI DDIT Page 2 I CCI DDIT ommaire Avant-propos page

Plus en détail

Etude Afci Andrh Inergie sur la communication managériale (3 ème édition)

Etude Afci Andrh Inergie sur la communication managériale (3 ème édition) Etude Afci Andrh Inergie sur la communication managériale (3 ème édition) L appropriation de la stratégie et sa démultiplication par les managers Juillet 2011 Contact Inergie Luc Vidal DGA Directeur associé

Plus en détail

Les internautes et les comparateurs de prix

Les internautes et les comparateurs de prix FM N 19410 Contact L Atelier : Sandra Edouard Baraud Tél : 01 43 16 90 22 sandra.edouardbaraud@atelier.net, Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com pour Les internautes

Plus en détail

Pratiques des entreprises en matière de communication managériale

Pratiques des entreprises en matière de communication managériale Pratiques des entreprises en matière de communication managériale Etude Afci - Andrh Inergie Mardi 14 décembre 2010 Contact Inergie - pôle opinion : Luc Vidal Directeur associé lvidal@inergie.com 01 41

Plus en détail

Regards de Français sur les objets connectés dans le domaine de l assurance

Regards de Français sur les objets connectés dans le domaine de l assurance Regards de Français sur les objets connectés dans le domaine de l assurance Sondage Ifop pour AILANCY 4 juin 2015 N 113049 Contacts Ifop : Frédéric Dabi - Directeur Général Adjoint Alexandre Bourgine Chargé

Plus en détail

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Dossier de synthèse documentaire et bibliographique Réactualisation - novembre 2011 Marseille : 18, rue Stanislas Torrents 13006 Marseille Tél. :

Plus en détail

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Etude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises Résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Méthodologie Deux enquêtes téléphoniques auprès

Plus en détail

Relations de travail entre les femmes et les hommes

Relations de travail entre les femmes et les hommes Erwan LESTROHAN Directeur d études Département Opinion Institutionnel 01 55 33 20 05 erwan.lestrohan@lh2.fr Thomas GENTY Chargé d études Département Opinion Institutionnel 01 55 33 20 74 thomas.genty@lh2.fr

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jean-Bernard LAINÉ Co-Directeur du Pôle Banque Assurances Services Industrie / jean-bernard.laine@csa.eu / 01 44 94 59 43 Yves-Marie CANN Directeur d études au Pôle

Plus en détail

2 ème édition par Résultats de l enquête effectuée du 23/11/2010 au 09/01/2011

2 ème édition par Résultats de l enquête effectuée du 23/11/2010 au 09/01/2011 2 édition ème par Résultats de l enquête effectuée du 23/11/2010 au 09/01/2011 SOMMAIRE Méthodologie et profil des répondants 3 Les moyens pour recruter et trouver un emploi 5 Les profils recherchés sur

Plus en détail

3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits : bilan et perspectives. Janvier 2012

3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits : bilan et perspectives. Janvier 2012 3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits : bilan et perspectives Janvier 2012 SOMMAIRE Contexte Résultats détaillés Profil de l auto-entrepreneur..p.5 Exercice de l activité..p.12 Vivre

Plus en détail

Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique

Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique Ministère de la Culture et de la Communication Direction générale des médias et des industries culturelles Service du livre et de

Plus en détail

LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE

LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE 201 LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE Jérôme JAFFRÉ Directeur du Centre d Études et de Connaissances sur l Opinion Publique Jean-Pierre GAILLARD Président du Cercle des Epargnants Philippe CREVEL Secrétaire

Plus en détail

ENQUETE. ANALYSE des RESULTATS

ENQUETE. ANALYSE des RESULTATS ENQUETE La Gestion de la Retraite dans le Cadre de la Mobilité Internationale Dans le cadre du 19 ème Salon de la Mobilité Internationale AVENIR EXPAT Etude réalisée par la Direction Internationale de

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Résultats du premier Observatoire des femmes et l assurance Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Fiche méthodologique Cible : Hommes et femmes âgés

Plus en détail

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 Préambule Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative

Plus en détail

FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise

FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise 35 rue de la gare 75019 Paris Tél : 01 45 84 14 44 Fax : 01 45 85 59 39 pour Les Français

Plus en détail

Les Français et le libéralisme

Les Français et le libéralisme Les Français et le libéralisme Vague 2 Sondage Ifop pour L Opinion/Génération Libre/i>TELE Mai 2015 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Guillaume Marchal Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01 45

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

La crise économique vue par les salariés français

La crise économique vue par les salariés français La crise économique vue par les salariés français Étude du lien entre la performance sociale et le contexte socioéconomique Baggio, S. et Sutter, P.-E. La présente étude s intéresse au lien entre cette

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

Mardi 15 octobre 2013 00h00

Mardi 15 octobre 2013 00h00 Communiqué de presse Sondage CSA - Europ Assistance 7 ème baromètre Santé & Société Les opinions des Américains sur leurs systèmes de santé se dégradent tandis que celles des Européens restent très hétérogènes

Plus en détail

LE BAROMÈTRE DES FEMMES MANAGERS

LE BAROMÈTRE DES FEMMES MANAGERS LE BAROMÈTRE DES FEMMES MANAGERS Introduction Objectifs de l étude Les Essenti Elles, le réseau des femmes managers de BPCE S.A., a souhaité lancer un nouveau Baromètre concernant les Femmes Managers en

Plus en détail

Sociologie des joueurs en ligne

Sociologie des joueurs en ligne Mars 2013 Sociologie des joueurs en ligne Enquête ARJEL 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne 2 Propos introductifs à l enquête sur la sociologie des joueurs Au-delà de la publication trimestrielle

Plus en détail

Estimations 2014 des consommations de produits psychoactifs à 17 ans

Estimations 2014 des consommations de produits psychoactifs à 17 ans Estimations des consommations de produits psychoactifs à 17 ans Stanislas Spilka, Olivier Le Nézet et François Beck Note 2015-02 du 21 avril 2015 L enquête ESCAPAD Cette note présente les premières exploitations

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES. Septembre 2011 DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING

COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES. Septembre 2011 DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING Septembre 2011 SYNTEC Coaching 3, rue Léon Bonnat 75016 Paris Tel. : 01 44 30 49 00 www.syntec.evolution-professionnelle.com

Plus en détail

Les Français et le pouvoir d achat

Les Français et le pouvoir d achat Contacts CSA Pôle Opinion Corporate : Jérôme Sainte-Marie, Directeur général adjoint Yves-Marie Cann, Directeur d études Les Français et le pouvoir d achat Sondage CSA pour Cofidis Septembre 2012 Sommaire

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) ACCORD DU 9 DÉCEMBRE

Plus en détail

Pour diffusion immédiate. Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS

Pour diffusion immédiate. Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS COMMUNIQUÉ Pour diffusion immédiate Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS Montréal, le 6 mars 2007 Un sondage réalisé du 28 février au 4 mars 2007 par la maison CROP

Plus en détail

Les Français et les soins palliatifs. Janvier 2011

Les Français et les soins palliatifs. Janvier 2011 Les Français et les soins palliatifs Janvier 2011 A Méthodologie page 2 Méthodologie Étude réalisée auprès d un échantillon de 1015 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 et plus.

Plus en détail

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA QUALITÉ DE VIE AU BUREAU - Synthèse de l Institut CSA Contacts Pôle Opinion Corporate Laurence Bedeau Directrice du Pôle (laurence.bedeau@csa.eu) Baptiste Foulquier Chargé

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

Regards croisés sur l intérim

Regards croisés sur l intérim octobre 2012 Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi Regards croisés sur l intérim Regards croisés sur l intérim L Observatoire des Métiers et de l Emploi s est vu confier, depuis 2008,

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012

panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012 panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012 DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 28 JUIN 2012 A 0H01 Les études de l emploi cadre juin 2012 Bilan de la mobilité des cadres en 2011 Perspectives

Plus en détail