Améliorer l enseignement de la relation médecin- patient aux internes en imagerie médicale : étude nationale. Nathalie Faye, Rokhaya Thiam

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Améliorer l enseignement de la relation médecin- patient aux internes en imagerie médicale : étude nationale. Nathalie Faye, Rokhaya Thiam"

Transcription

1 Améliorer l enseignement de la relation médecin- patient aux internes en imagerie médicale : étude nationale Nathalie Faye, Rokhaya Thiam

2 TABLE DES MATIERES RESUME INTRODUCTION Objectifs de l étude Justification de l étude METHODOLOGIE Questionnaire Analyse des données RESULTATS DISCUSSION REFERENCES ANNEXE

3 Résumé Contexte : le rôle du radiologue dans la prise en charge du patient a évolué et l interaction entre les deux est de plus en plus fréquente. Les outils utilisés pour l enseignement des habiletés de communication sont souvent destinés aux cliniciens et peu adaptés aux radiologues. Il n existe pas actuellement de système d évaluation de ces compétences non techniques en imagerie médicale. But : connaître l avis des internes en imagerie médicale sur leur formation dans le domaine de la relation médecin-patient pour améliorer cet enseignement. Méthodes : un questionnaire demande aux internes en imagerie médicale d évaluer l enseignement de la relation médecin-patient dans leur spécialité. Il leur demande aussi leur expérience dans ce domaine et comment améliorer cet enseignement. Résultats : dans cette étude nationale, la formation dans le domaine de la relation radiologuepatient est jugée insuffisante et les moyens pédagogiques inadaptés. Pour améliorer leur formation, les internes souhaiteraient plutôt des mises en situation théoriques ou pratiques. Ils ne sont pas demandeurs de la mise en place d un système d évaluation. Conclusion : l amélioration de l enseignement de la relation médecin-patient aux internes en imagerie médicale paraît nécessaire et nécessite une adaptation des moyens pédagogiques utilisés. Mots clés : habiletés de communication, habiletés non techniques, relation médecin-patient, imagerie médicale, enseignement. 3

4 1. Introduction 1.1 Objectifs de l étude L exigence déontologique qui s applique à tout médecin enseignant est de promouvoir la formation de «bons médecins» dans sa spécialité et donc de se demander quelles qualités importantes il doit leur transmettre. Dans la définition proposée par l ACGME (Accreditation Council for Graduate Medical Education) il y a six compétences et dans celle de l European Core Curriculum il y en a neuf dont les capacités de communication 1. Cette étude a permis de mener une enquête nationale auprès des internes en imagerie médicale avec un triple objectif : 1- Dans un premier temps connaître de façon objective les attentes et l expérience des internes dans le domaine de la relation radiologue-patient, de l enseignement à la pratique mais aussi sur leur perception de l environnement et sur la façon dont les informations sur les examens et les résultats devraient être délivrés au patient. 2- À partir de l analyse quantitative et qualitative des réponses au questionnaire, proposer des pistes et modifications sur comment améliorer l enseignement des compétences non techniques de communication et donc la prise en charge des patients. 3- Publier et diffuser les résultats auprès des instances en imagerie médicale (SFR ou Société Française de Radiologie et CERF ou Collège des Enseignants de Radiologie de France). 1.2 Justification de l étude La médecine moderne nécessite le plus souvent des examens complémentaires, notamment d imagerie que ce soit dans le cadre du dépistage, du diagnostic d une pathologie, de l évaluation thérapeutique ou des examens réalisés en urgence. Tous ces examens peuvent 4

5 être source de stress pour les patients en raison de l acte lui-même ou surtout du résultat. Ce qui implique que le radiologue est de plus en plus en interaction avec le patient pour lui expliquer le déroulement d un examen, lui donner les résultats et parfois même lui annoncer une mauvaise nouvelle. Cette tâche est d autant plus difficile pour lui que, la plupart du temps, il n a reçu aucune formation spécifique et qu il ne dispose pas, contrairement au médecin référent, de la «carte thérapeutique». De plus la relation est souvent brève, voire unique et il ne sait pas toujours ce qui a déjà été dit au patient sur sa maladie. Le risque est donc de commettre des erreurs, ou d adopter un comportement d évitement ce qui peut avoir un effet délétère. Le rôle du radiologue dans la prise en charge du patient est aussi particulier car il réalise un examen à la demande d un autre médecin et se place dans une relation complexe «triangulaire». D une part, il doit se positionner par rapport au médecin prescripteur qui veut parfois garder l exclusivité de la communication avec le patient et doit s assurer d avoir le même discours ; d autre part, il doit se positionner par rapport au patient qui ne connaît pas toujours le rôle exact de ce spécialiste. Les recommandations établies dans la littérature concernant la relation médecin-malade, sont plus spécifiquement axées sur la relation avec les cliniciens 2,3 ou les oncologues 4 6 et la discussion de schémas thérapeutiques avec le patient. Leur inadéquation avec la pratique de la radiologie nécessite le développement d outils spécifiques visant à améliorer les compétences de communication des radiologues. Actuellement parmi les projets portant sur l amélioration de l enseignement aux internes en imagerie médicale, peu s intéressent aux capacités de communication avec le patient. Depuis presque 10 ans, je me suis particulièrement investie dans l étude de la relation médecin-malade et je me suis rendue compte qu il y avait une demande légitime croissante 5

6 des patients de connaître rapidement leurs résultats radiologiques et donc en parallèle un besoin croissant en formation à la communication pour les radiologues. A ma connaissance, il n'existe pas, en France, d'enquête publiée portant sur ces aspects spécifiques. 2. Méthodologie 2.1 Questionnaire Nous avons développé un questionnaire pour connaître de façon objective l avis des internes en imagerie médicale sur l enseignement de la communication avec le patient. À partir de l analyse des réponses au questionnaire, nous pourrons apporter des pistes pour améliorer leur formation dans ce domaine. Objectif du questionnaire : ce questionnaire a pour but d évaluer les attentes et les besoins des étudiants en ce qui concerne l enseignement des qualités «non techniques» de communication nécessaires à la rencontre avec le patient pour lui expliquer le déroulement d un examen et surtout pour lui délivrer des résultats. Méthode d élaboration du questionnaire : élaboration d un questionnaire tenant compte des spécificités de la spécialité imagerie médicale et de l objectif : avoir une connaissance des attentes des internes et les intégrer dans leur formation. Les items sont choisis à partir de l avis des internes en stage, d experts radiologues notamment en oncologie et en sénologie et des publications sur le sujet de l amélioration de la prise en charge des patients et l amélioration de la relation médecin-malade en imagerie médicale. Mode de distribution : le questionnaire a été mis sur le site de l UNIR (Union Nationale des Internes en Radiologie) durant le mois de mai 2014 et les internes ont été informés de cette 6

7 enquête par mail ; les questionnaires étaient complétés directement sur le site et les réponses ont été récupérées à la fin de l enquête par l investigatrice (NF). Items (annexe 1) : les questions posées portent sur les besoins (cours, enseignements dirigés, mises en situation théorique ou pratique, évaluation), l expérience (situations de rencontre avec le patient) et la satisfaction des internes (cursus, moyens pédagogiques) par rapport à leur formation à la communication avec le patient. 2.2 Analyse des données L analyse a été d une part qualitative pour les questions à réponse libre qui concernent des thèmes variés comme les attentes des étudiants avant les formations sur la relation radiologuepatient, les points qu ils ont trouvé positifs ou négatifs durant leur cursus de spécialité et leur pratique personnelle dans le domaine. D autre part elle a été quantitative avec la cotation des réponses selon un score de 0, 4, 6 ou 10 points. Les variables qualitatives sont exprimées en fréquences et pourcentages. Les variables quantitatives sont exprimées en moyennes pondérées et notées sur 10. Un score élevé correspond à un besoin en formation qui est présent. 3. Résultats 48 internes ont complété le questionnaire. Les résultats sont résumés dans le tableau 1. Le cursus de spécialité était considéré comme insuffisant (moyenne=5.6) (figure 1) et les moyens pédagogiques mis en œuvre comme inadaptés (moyenne= 5.6) (figure 2). 1 interne (2%) n a pas répondu à ces deux questions. 9 internes (19%) ont assisté à la formation dédiée à la relation radiologue-patient dispensée dans le module oncologie et l ont jugée suffisante (moyenne= 4.7). 7

8 2 internes (4%) n ont pas répondu à cette question. 24 internes (50%) ont assisté à la formation dédiée à la relation radiologue-patient dispensée dans le module professionnel niveau 1 et l ont jugée suffisante (moyenne=4.6). 2 internes (4%) n ont pas répondu à cette question. Les aspects intéressants durant leur cursus étaient représentés par les stages pour 26 d entre eux (54%) et les remplacements pour 6 d entre eux (12%). 17 internes (35%) n ont pas répondu à cette question. Les aspects inintéressants durant leur cursus correspondaient au défaut de formation dans le domaine de la relation radiologue-patient pour 15 internes (31%) et l absence de contact avec le patient pour 16 d entre eux (33%). 17 internes (35%) n ont pas répondu à cette question. L amélioration de la formation nécessiterait plutôt des cours magistraux pour 3 internes (6%), des enseignements dirigés pour 6 internes (12%), des mises en situation théoriques pour 14 internes (29%), des mises en situation pratiques pour 22 internes (46%) et autre pour un interne (2%) (figure 3). 11 internes (23%) n ont pas répondu à cette question. 29 internes (60%) ne désirent pas d évaluation dans le domaine de la relation radiologuepatient. 1 seul interne (2%) n a pas répondu à cette question. Les internes rencontrent le patient avant l examen en cas de demande non explicite pour 20 internes (42%), en cas de problème médical spécifique (notamment allergie ou insuffisance rénale) pour 17 d entre eux (35%) et en radiologie interventionnelle pour 11 d entre eux (23%). 26 internes (54%) rencontrent le patient après l examen si ce dernier en fait la demande, 5 internes (10%) rencontrent systématiquement le patient en exercice libéral, 5 internes en 8

9 radiologie interventionnelle (10%), 4 internes après un examen réalisé en urgence (8%) et 3 internes après une IRM (6%). 5 internes (10%) n ont pas répondu à ces deux questions. 31 internes (64%) sont d accord pour la communication des résultats au patient par le radiologue que l examen soit normal ou anormal, 1 interne uniquement si l examen est normal (2%) et 1 interne (2%) uniquement si l examen est anormal. 15 internes (32%) n ont pas répondu à cette question. Les résultats peuvent être communiqués directement en salle après une échographie pour 37 internes (77%), dans un bureau ou salle dédiés après TDM ou IRM pour 16 internes (33%). 15 d entre eux (31%) précisent tout de même qu en pratique il est difficile d avoir une pièce dédiée et que la communication des résultats se fait dans un endroit inadapté (dans le couloir, dans la cabine ou dans la salle de préparation). 5 internes (10%) n ont pas répondu à cette question. Quand l examen est anormal 23 internes (48%) expliquent au patient la nécessité de revoir le médecin référent pour discuter les résultats de l examen radiologique. Les sous spécialités en imagerie médicale représentées dans cette étude correspondaient à l imagerie digestive pour 7 internes (14%), l imagerie de la femme pour 7 internes (14%), l ostéo articulaire pour 6 internes (12%), la neuroradiologie pour 5 internes (10%), l imagerie cardiovasculaire pour 3 internes (6%), la radiologie générale pour 1 interne (2%). 15 internes n ont pas répondu à cette question (31%) et 4 internes ne savent pas encore quelle spécialité choisir (8%). 18 internes ayant répondu au questionnaire exercent en ile de France (37%) et 8 internes n ont pas répondu à cette question (17%). 9

10 Amélioration Evaluation Rencontre patient Rencontre patient Communication formation avant examen après examen résultats N (%) Cours magistraux : Non : Radiologie interventionnelle : A sa demande : Radiologue : normal ou anormal 3 (6%) 29 (60%) 11 (23%) 26 (54%) 31 (64%) Enseignement dirigé : Oui : Problème spécifique : NA : Radiologue : anormal 6 (12%) 18 (38%) 17 (35%) 5 (10%) 1 (2%) Situation théorique : NA : Demande non explicite : Radiologue : normal 14 (29%) 1 (2%) 20 (42%) 1 (2%) Situation pratique : NA : NA : 22 (46%) 5 (10%) 15 (32%) NA : 11 (23%) Tableau 1. Résumé des résultats Ce tableau résume les principales réponses des internes en imagerie médicale au questionnaire sur la relation radiologue-patient. 48 étudiants ont complété le questionnaire. N= nombre d étudiants. NA= non assessable ou absence de réponse. Les résultats sont exprimés en fréquences et pourcentages. 10

11 Cursus Très insuffisant Insuffisant Suffisant Très suffisant NA Figure 1. Cursus de spécialité en imagerie médicale Ce schéma représente la répartition des réponses des 48 internes à la question sur le cursus de spécialité en imagerie médicale. 26 d entre eux ont trouvé le cursus insuffisant ou très insuffisant pour la formation à la relation radiologue-patient. 1 interne n a pas répondu à cette question. NA= non assessable ou absence de réponse. 11

12 Moyens pédagogiques Très inadapté Inadapté Adapté Très adapté NA Figure 2. Moyens pédagogiques Ce schéma illustre les réponses des 48 internes à la question sur les moyens pédagogiques mis en œuvre durant leur cursus de spécialité. Les moyens pédagogiques étaient considérés comme inadaptés ou très inadaptés pour 28 d entre eux. 1 interne n a pas répondu à cette question. NA= non assessable ou absence de réponse. 12

13 Amélioration formation Cours magistraux Enseignements dirigés Situation théorique 14 Situation pratique Autres 22 NA Figure 3. Amélioration de la formation à la relation radiologue-patient Ce schéma illustre la réponse des 48 internes à la question sur comment améliorer la formation à la relation radiologue-patient. 14 internes souhaiteraient des mises en situation théoriques et 22 internes des mises en situation pratiques. 11 internes n ont pas répondu à cette question. NA=non assessable ou absence de réponse. 13

14 4. Discussion La question de l interaction entre le radiologue et le patient est discutée dans la littérature depuis les années 60. Mais la spécificité de cette relation qui fait intervenir trois protagonistes : à savoir le radiologue, le patient et le médecin prescripteur de l examen radiologique explique que cette question reste encore d actualité. Les résultats de cette enquête réalisée auprès des internes en imagerie médicale montrent aussi qu il y a un besoin en formation spécifique dans ce domaine. Dans la littérature nous avons identifié trois thèmes principaux dans le domaine de la relation radiologue-patient : la spécificité du rôle du radiologue dans l équipe médicale, la demande des patients notamment en ce qui concerne la communication de leurs résultats, l enseignement aux radiologues et aux internes en imagerie médicale de la communication avec le patient. Spécificité du rôle du radiologue : l imagerie médicale est devenue incontournable dans la médecine moderne et le radiologue intervient à chaque étape que ce soit au niveau du dépistage, du diagnostic ou de la surveillance thérapeutique. Dans les années 60 7, les médecins prescripteurs considéraient que les résultats devaient leur être communiqués directement et que le radiologue n avait pas à établir de relation privilégiée avec le patient. Le radiologue n était pas considéré comme un consultant à part entière mais comme un prestataire du médecin prescripteur. Dès 1977 Berlin s interrogeait sur le rôle du radiologue dans cette relation complexe entre le médecin demandeur de l examen radiologique et le patient : est ce que le radiologue devait être considéré comme le «doctor s doctor» ou comme le «patient s doctor»? 8. 14

15 Le dépistage en mammographie a ouvert la voie à l interaction directe du radiologue avec la patiente pour la communication des résultats en raison de l absence de médecin prescripteur et les résultats dans la littérature sont positifs 9. Le défaut ou l absence de communication, constitue même une des causes les plus fréquentes de procès aux Etats Unis intentés par les patients contre les radiologues 10. Le développement de la mammographie, de l échographie et de la radiologie interventionnelle a aussi modifié la vision de la place du radiologue dans l équipe médicale et explique qu il soit de plus en plus en interaction directe avec le patient. Cependant les radiologues et surtout les cliniciens restent encore réticents à la communication directe des résultats aux patients surtout si l examen est anormal 11. Ainsi l étude de Levitsky et al. 12 a montré que 89% des radiologues sont d accord pour donner les résultats directement au patient si l examen est normal (76% des cliniciens sont d accord pour qu il le fasse) contre 33% si l examen est anormal (28% des cliniciens sont d accord pour qu il le fasse). Dans l étude de Bassett et al. 13, 85% des cliniciens sont d accord pour que le radiologue communique les résultats directement au patient si l examen est normal contre 58% si l examen est anormal. Le radiologue est le mieux placé pour connaître les indications, les limites, les risques et interpréter les images par rapport au clinicien 14 mais il exprime d avantage le sentiment d être moins bien formé à la communication par rapport aux autres praticiens 15. Pourtant l imagerie médicale s oriente de plus en plus vers une division en sous spécialités et la participation des radiologues en réunion de concertation multi disciplinaire leur permet de connaître aussi bien les modalités de prise en charge thérapeutique que le médecin référent. Dans notre étude nous avons observé que 54% des internes souhaitent rencontrer le patient et lui communiquer les résultats que l examen soit normal ou anormal. Mais ils reconnaissent à 54% que leur formation dans le domaine est insuffisante ou très insuffisante et à 58% que les moyens pédagogiques mis en œuvre durant leur cursus sont inadaptés ou très inadaptés. 15

16 Demande des patients : il existe encore une confusion pour les patients sur le rôle exact du radiologue dans l équipe médicale. Ainsi plusieurs auteurs montrent que les patients ne savent pas toujours ce qu est exactement un radiologue et notamment qu il s agit d un médecin (56% seulement des patients répondent correctement dans l étude de Pahade et al. 16 ) ; et quand ils le savent, ils pensent tout de même que l interprétation des images est faite par le médecin demandeur de l examen 17. Cela peut expliquer en pratique que les patients ne demandent pas les résultats de leur examen directement au radiologue qui l a réalisé. Peu de patients souhaitent rencontrer le radiologue avant l examen (64% répondent non dans l enquête de Ollivier et al. 18 en 2009). Dans notre étude, les internes rencontrent le patient avant l examen uniquement dans des cas particuliers comme la radiologie interventionnelle ou en cas de problème (allergie, insuffisance rénale ou prescription non explicite). Par contre la plupart des patients souhaitent le rencontrer après l examen (77% répondent oui dans la même enquête de Ollivier et al.) pour connaître leurs résultats (86% des cas). Les actes d imagerie sont anxiogènes pour les patients (51% des patients sont inquiets dans les jours précédents un examen 18 ) et le fait d avoir un entretien avec le radiologue permet de diminuer l anxiété notamment en radiologie interventionnelle (23% des internes rencontrent le patient avant un acte de radiologie interventionnelle notamment pour le rassurer et lui expliquer la procédure) 19. L anxiété est aussi expliquée par la crainte des résultats (76% des cas pour Ollivier et al. 18 ). Les patients souhaitent donc connaître leurs résultats le plus rapidement possible. Le délai d attente jugé comme acceptable pour 95% des patients dans l étude de Basu et al. 20 était de 2 heures après la réalisation de l examen. Ils préfèrent donc que les résultats leur soient communiqués directement par le radiologue que l examen soit normal (92%) ou anormal (87%)

17 Ils espèrent ainsi selon Ollivier et al. 18 : «être rassurés et ne pas attendre les résultats, avoir des résultats préliminaires, savoir s il y a un problème». Ces réponses exprimées par les patients montrent qu ils n attendent pas des explications détaillées et que la communication des résultats par le radiologue peut constituer une première information qui pourra être complétée par le médecin prescripteur. D ailleurs les internes interrogés précisent que quand l examen est anormal, ils insistent auprès du patient pour qu il refasse le point avec le médecin référent. L entretien avec le patient dans les suites d un examen d imagerie constitue actuellement un critère de qualité de prise en charge pour 90% des patients dans l article de Pahade et al. 16. Un des freins à la généralisation de la consultation entre le radiologue et le patient est du à l organisation actuelle des services notamment en milieu hospitalier ; en effet cette consultation doit s intégrer dans un planning de plus en plus chargé et dans des locaux pas toujours adapté. Les internes dans notre étude ont souligné ces deux limites. Ils trouvent que la rencontre avec le patient est trop rare car la charge de travail ne leur permet pas de voir le patient de façon systématique. Ils se contentent donc de voir les patients qui le demandent explicitement surtout dans les services hospitaliers. Ils savent aussi que les résultats doivent être communiqués dans un lieu dédié après un scanner ou une IRM mais 31% d entre eux ont précisé qu en pratique ce n est souvent pas le cas car les locaux ne sont pas adaptés. Il est donc important que toute l équipe (du personnel d accueil au chef de service) soit motivée par cette problématique et que le service d imagerie médicale soit organisé autour du patient (patient centered practice 18 ). Enseignement de la relation radiologue-patient : dans cette étude, les internes estiment que leur formation dans le domaine de la relation avec le patient est insuffisante et que les moyens pédagogiques utilisés sont inadaptés. 17

18 En effet le cursus de spécialité en imagerie médicale est constitué de cours magistraux qui se prêtent mal à ce type d enseignement d habiletés non techniques. De plus, les formations dédiées à l interaction avec le patient sont nationales, se déroulent sur Paris et uniquement tous les trois ans pour le module oncologie ; l accès à ces enseignements est donc limité. Seul 9 internes (19%) ont assisté à la formation dispensée dans le module oncologie et 24 internes (50%) à celle dispensée dans le module professionnel niveau 1. Pour améliorer leur formation, les internes qui trouvent les moyens pédagogiques inadaptés, souhaiteraient à 43% plutôt des mises en situation théoriques (avec des jeux de rôle ou des patients simulés) ce qui n existe pas actuellement dans le cursus d imagerie médicale mais qui est utilisé dans d autres spécialités ou d autres établissements 22 ; les 2 groupes d internes souhaiteraient aussi d avantage de mises en situation pratiques à 46% car ils trouvent que le contact avec le patient est trop rare en CHU (vacation sous la responsabilité d un senior ou trop chargée). Les aspects qu ils ont jugé les plus intéressants dans leur cursus correspondaient à des situations pratiques (stages et remplacements) qui leur permettaient d être en interaction directe avec le patient. Certains auteurs proposent des moyens mémo techniques pour enseigner les compétences de communication aux internes et radiologues comme Goske et al. 23 avec les acronymes anglais RADPED (Rapport, Ask for information, Discuss the exam, Perform the procedure, Exam distraction techniques, Discuss results) et PEARLS (Partnership, Empathy, Apology, Respect, Legitimization, Support) et Leclère et al. 24 les acronymes français CREDO (Construire une relation, Réaliser l examen, Ecouter, Donner les informations, Organiser les services autour du patient) et PERLES (Partenariat, Excuses, Respect, Légitimation, Empathie, Support). Ces outils sont destinés à mémoriser les points forts de la rencontre médecin-patient et surtout à éviter les erreurs. Les auteurs soulignent l importance de 18

19 développer un partenariat avec le patient, de se présenter, de faire preuve d empathie, d écouter, de donner les informations en s assurant de leur compréhension et d organiser les services autour du patient (patient centered practice 18 ). Nos résultats montrent que les internes interrogés ne souhaitent pas d évaluation spécifique dans le domaine de la relation radiologue-patient à 60%. Sur les trois internes ayant donné les raisons de leur réponse négative, deux ont notamment expliqué qu il était impossible d évaluer objectivement cette compétence. En effet il s agit d habiletés non techniques qui font appel à des qualités d empathie et d écoute difficiles à évaluer de façon objective. Pourtant dans la littérature plusieurs équipes ont déjà développé des outils pour enseigner et évaluer le professionnalisme et les qualités de communication des résidents en médecine et en radiologie 15. En ce qui concerne l évaluation, Wood et al. 25 montre que le professionnalisme et les qualités de communication des internes en radiologie peuvent être évalués par un supérieur, le patient et par lui même. Mais dans cet article l évaluation porte sur l explication des risques et du déroulement d une procédure radiologique et non pas sur la communication des résultats au patient qui est une tâche plus complexe. Par contre Lown et al. 15 a développé un outil spécifique pour enseigner et évaluer la communication au patient des résultats de mammographie par l interne ; dans cette étude l interne est évalué par le patient et par lui même. Il est aujourd hui bien établi que ces habiletés non techniques de communication font partie des qualités nécessaires pour faire un bon médecin et doivent donc être évaluées comme les autres compétences. Les études sur le sujet montrent que l évaluation joue un rôle central dans la dynamique enseignement-apprentissage et peut faire intervenir un senior de la spécialité, un membre du personnel paramédical (infirmier ou manipulateur en radiologie en fonction de la spécialité) mais aussi le patient et l étudiant lui même. 19

20 La principale limite de notre travail concerne le caractère incomplet de certains questionnaires et la non justification des réponses quand cela était possible. En conclusion, ce travail montre qu il y a un besoin en formation des internes en imagerie médicale dans le domaine de la communication avec le patient et que les moyens pédagogiques utilisés doivent être adaptés à l enseignement et à l évaluation de ces habiletés non techniques. 20

21 Références 1. Batalden P, Leach D, Swing S, Dreyfus H, Dreyfus S. General competencies and accreditation in graduate medical education. Health Aff Proj Hope Oct;21(5): Makoul G. Essential elements of communication in medical encounters: the Kalamazoo consensus statement. Acad Med J Assoc Am Med Coll Apr;76(4): Makoul G. The SEGUE Framework for teaching and assessing communication skills. Patient Educ Couns Oct;45(1): Baile WF, Beale EA. Giving bad news to cancer patients: matching process and content. J Clin Oncol Off J Am Soc Clin Oncol May 1;19(9): Baile WF, Lenzi R, Parker PA, Buckman R, Cohen L. Oncologists attitudes toward and practices in giving bad news: an exploratory study. J Clin Oncol Off J Am Soc Clin Oncol Apr 15;20(8): Duffy FD, Gordon GH, Whelan G, Cole-Kelly K, Frankel R, Buffone N, et al. Assessing competence in communication and interpersonal skills: the Kalamazoo II report. Acad Med J Assoc Am Med Coll Jun;79(6): Sprunt,WH. Whom do we serve. Radiology. 1966;87: Berlin L. The radiologist: doctor s doctor or patient s doctor. AJR Am J Roentgenol Apr;128(4): Hoffman NY, Janus J, Destounis S, Logan-Young W. When the patient asks for the results of her mammogram, how should the radiologist reply? AJR Am J Roentgenol Mar;162(3): Cannavale A, Santoni M, Mancarella P, Passariello R, Arbarello P. Malpractice in radiology: what should you worry about? Radiol Res Pract. 2013;2013: Vallely SR, Mills JO. Should radiologists talk to patients? BMJ Feb 3;300(6720): Levitsky DB, Frank MS, Richardson ML, Shneidman RJ. How should radiologists reply when patients ask about their diagnoses? A survey of radiologists and clinicians preferences. AJR Am J Roentgenol Aug;161(2): Bassett LW, Bomyea K, Liu S, Sayre J. Communication of mammography results to women by radiologists: attitudes of referring health care providers. Radiology Apr;195(1): Gunderman RB. Psychosocial issues in pediatric oncology: what the radiologist needs to know. Pediatr Radiol Jan;30(1): Lown BA, Sasson JP, Hinrichs P. Patients as partners in radiology education: an innovative approach to teaching and assessing patient-centered communication. Acad 21

22 Radiol Apr;15(4): Pahade J, Couto C, Davis RB, Patel P, Siewert B, Rosen MP. Reviewing imaging examination results with a radiologist immediately after study completion: patient preferences and assessment of feasibility in an academic department. AJR Am J Roentgenol Oct;199(4): Kuhlman M, Meyer M, Krupinski EA. Direct reporting of results to patients: the future of radiology? Acad Radiol Jun;19(6): Ollivier L, Apiou F, Leclère J, Sévellec M, Asselain B, Brédart A, et al. Patient experiences and preferences: development of practice guidelines in a cancer imaging department. Cancer Imaging Off Publ Int Cancer Imaging Soc. 2009;9 Spec No A:S Miller LS, Shelby RA, Balmadrid MH, Yoon S, Baker JA, Wildermann L, et al. Patient anxiety before and immediately after imaging-guided breast biopsy procedures: impact of radiologist-patient communication. J Am Coll Radiol JACR Jun;10(6): Basu PA, Ruiz-Wibbelsmann JA, Spielman SB, Van Dalsem VF 3rd, Rosenberg JK, Glazer GM. Creating a patient-centered imaging service: determining what patients want. AJR Am J Roentgenol Mar;196(3): Schreiber MH, Leonard M Jr, Rieniets CY. Disclosure of imaging findings to patients directly by radiologists: survey of patients preferences. AJR Am J Roentgenol Aug;165(2): Cuenot S, Cochand P, Lanares J, Feihl F, Bonvin R, Guex P, et al. L apport du patient simulé dans l apprentissage de la relation médecin-malade : résultats d une évaluation préliminaire. Pédagogie Médicale Nov;6(4): Goske MJ, Reid JR, Yaldoo-Poltorak D, Hewson M. RADPED: an approach to teaching communication skills to radiology residents. Pediatr Radiol Apr;35(4): Leclère J, Ollivier L, Ruszniewski M, Neuenschwander S. [Improving overall patient care during imaging studies: the radiologist s CREDO and PERLES]. J Radiol Dec;87(12 Pt 1): Wood J, Collins J, Burnside ES, Albanese MA, Propeck PA, Kelcz F, et al. Patient, faculty, and self-assessment of radiology resident performance: a 360-degree method of measuring professionalism and interpersonal/communication skills. Acad Radiol Aug;11(8):

Fédération Nationale des Syndicats d Internes en Pharmacie et en Biologie Médicale

Fédération Nationale des Syndicats d Internes en Pharmacie et en Biologie Médicale Fédération Nationale des Syndicats d Internes en Pharmacie et en Biologie Médicale president@fnsip.fr Tél : 06.10.28.39.18 5, rue Frederick Lemaître 75020 Paris www.fnsip.fr Twitter : @fnsip Fédération

Plus en détail

CURRICULUM VITAE SOPHIE LAPLANTE M.D. FRCPC

CURRICULUM VITAE SOPHIE LAPLANTE M.D. FRCPC CURRICULUM VITAE Nom: SOPHIE LAPLANTE M.D. FRCPC Langues: Anglais, écrit et parlé Français, écrit et parlé Espagnol, limité ÉDUCATION Pré-Universitaires 1982 DEC en Sciences de la Santé Collège Marguerite

Plus en détail

Documents de la HE Vinci à remplir pour l ARES

Documents de la HE Vinci à remplir pour l ARES Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement... 5 a) Introduction... 5 b) Liens avec la profession... 5 c) Acquis d apprentissage terminaux...

Plus en détail

*Dans tout le document lire : infirmier/infirmière

*Dans tout le document lire : infirmier/infirmière *Dans tout le document lire : infirmier/infirmière F L O R E N C E A M B R O S I N O, C É C I L E B A R R I È R E, G A L A D R I E L B O N N E L, C H R I S T O P H E D E B O U T, P A S C A L L A M B E

Plus en détail

Livret d accueil des stagiaires

Livret d accueil des stagiaires Livret d accueil des stagiaires SOMMAIRE : I/ Présentation du service II/Le métier de manipulateur III/ Modalités d encadrement IV/ Votre stage V/ Bilan global de votre stage I/ Présentation du service

Plus en détail

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa)

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Mars 2014 Propositions de conduite à tenir pour les femmes

Plus en détail

Le programme national de dépistage systématique du cancer du sein a été établi par

Le programme national de dépistage systématique du cancer du sein a été établi par Dépistage organisé du cancer du sein : le cahier des charges et son bilan après deux ans du Plan cancer Breast cancer screening: the protocol and its evaluation two years after the national plan for cancer

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Étude de la faisabilité de l auto-compression en A MOISEI, S KINZELIN, P TROUFLEAU, B BOYER, L LEMOINE, P HENROT

Étude de la faisabilité de l auto-compression en A MOISEI, S KINZELIN, P TROUFLEAU, B BOYER, L LEMOINE, P HENROT Étude de la faisabilité de l auto-compression en mammographie A MOISEI, S KINZELIN, P TROUFLEAU, B BOYER, L LEMOINE, P HENROT INTRODUCTION La compression mammographique est parfois mal vécue par certaines

Plus en détail

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 A l initiative des professionnels de terrain, la FHF a constitué en janvier 2014 une commission imagerie. Composée de médecins et de

Plus en détail

147788-LLP IT-ECVET N.E.T.WORK

147788-LLP IT-ECVET N.E.T.WORK ECVET system for No borders in tourism hospitality European Training and Work N.E.T.WORK 147788--1-IT-ECVET Units of learning outcomes What methods have you used? Le projet a pris en compte, à l avance

Plus en détail

Pascal LACHAISE Paul TORNER. Matthieu PICARD

Pascal LACHAISE Paul TORNER. Matthieu PICARD La communication médecins/ pharmaciens/patients Enquête sur les attentes des différents acteurs. Quelles solutions pour améliorer la concertation médecin/pharmacien pour le bénéfice du patient? Pascal

Plus en détail

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS:

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: Infirmier(e)s et aides soignant(e)s ETUDE ORSOSA État de santé, conditions de travail

Plus en détail

Controverse UDM télésurveillée Pour. P. Simon Association Nationale de Télémédecine

Controverse UDM télésurveillée Pour. P. Simon Association Nationale de Télémédecine Controverse UDM télésurveillée Pour P. Simon Association Nationale de Télémédecine Controverse Peut-on être en 2013 opposé au développement de la télémédecine? Pourquoi les patients en insuffisance rénale

Plus en détail

Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches

Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches Sara Vaillancourt, travailleuse sociale en oncologie CHU de Québec Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Cancer du sein - Mise à jour

Plus en détail

Acquis et limites de la classification BI-RADS Prélever ou surveiller. Mammographie-Echographie-IRM

Acquis et limites de la classification BI-RADS Prélever ou surveiller. Mammographie-Echographie-IRM Acquis et limites de la classification BI-RADS Prélever ou surveiller Mammographie-Echographie-IRM Dr Luc Ceugnart LILLE SFSPM Paris 14 novembre 2012 BI-RADS: Breast Imaging Reporting And Data System de

Plus en détail

MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE. Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2)

MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE. Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2) MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2) 1 - SCP Radiolor 2 - CHU de Nancy MODE D EXERCICE DU PRATICIEN Choix

Plus en détail

CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES

CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES Formalisation des engagements réciproques entre l EPS Ville-Evrard et les internes Ressources humaines médicales Delphine LEBIGRE AAH NOVEMBRE 2012 Objectifs L établissement

Plus en détail

DOULEURS ABDOMINALES : ORIENTATIONS A LA SORTIE DES URGENCES SANS

DOULEURS ABDOMINALES : ORIENTATIONS A LA SORTIE DES URGENCES SANS SEMINAIRE S.F.M.U. 2001 DOULEURS ABDOMINALES NON TRAUMATIQUES : prise en charge aux Urgences DOULEURS ABDOMINALES : ORIENTATIONS A LA SORTIE DES URGENCES SANS AVIS DU CHIRURGIEN Ph. Jean, P. Nelh, R. Mazellier,

Plus en détail

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé Domaine Santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé HES-SO, les 5 et 6 mai 2011 1 PEC Modules complémentaires santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé 1. Finalité des modules

Plus en détail

La formation interprofessionnelle pour les professions de la santé: L avenir C est dès maintenant!

La formation interprofessionnelle pour les professions de la santé: L avenir C est dès maintenant! 2 e Swiss Congress for Health Professions Winterthur 1 juin 2012 La formation interprofessionnelle pour les professions de la santé: L avenir C est dès maintenant! Prof. Diane Morin, Inf, PhD Plan de présentation

Plus en détail

Bulletin d information régional réalisé par l équipe du Programme québécois de dépistage du cancer du sein de Laval.

Bulletin d information régional réalisé par l équipe du Programme québécois de dépistage du cancer du sein de Laval. Juin 2015 - Numéro 1 Info-PQDCSLaval Bulletin d information régional réalisé par l équipe du Programme québécois de dépistage du cancer du sein de Laval. Connaissez-vous la Classification BI-RADS? La catégorisation

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Annexe 7. Le «Télé-AVC» : téléconsultation neurologique téléradiologie application à l AVC de la télémédecine

Annexe 7. Le «Télé-AVC» : téléconsultation neurologique téléradiologie application à l AVC de la télémédecine Annexe 7 Le «Télé-AVC» : téléconsultation neurologique téléradiologie application à l AVC de la télémédecine A37 Le «Télé-AVC» : téléconsultation neurologique téléradiologie application à l AVC de la

Plus en détail

L information, la formation Vue par un industriel

L information, la formation Vue par un industriel L information, la formation Vue par un industriel Antoine AUDRY Directeur des Affaires Publiques & Réglementaires Medtronic France SAS 1 Antoine Audry, Medtronic France Plan de l intervention Enjeux &

Plus en détail

L importance de l'autodétermination

L importance de l'autodétermination E-SUNET NEWSLETTER 2, NOVEMBRE 2014 Réseau pour les familles de personnes handicapées par l'e-learning Le projet E-sunet a pour objectif de développer un matériel de formation en ligne pour les parents

Plus en détail

au c œur des 1er Symposium International sur les NTIC et le Management Hospitalier ALGER 15-16 Mai 2004 Jacques E.ANDRE - Consultant, Hoptimis

au c œur des 1er Symposium International sur les NTIC et le Management Hospitalier ALGER 15-16 Mai 2004 Jacques E.ANDRE - Consultant, Hoptimis Le DOSSIER MEDICAL PARTAGE au c œur des SYSTEMES d INFORMATION et des RESEAUX de SANTE: MYTHE ou REALITE 1er Symposium International sur les NTIC et le Management Hospitalier ALGER 15-16 Mai 2004 INTRODUCTION

Plus en détail

L observation des aspects non techniques d une simulation

L observation des aspects non techniques d une simulation L observation des aspects non techniques d une simulation Dr François LECOMTE Praticien Hospitalier Urgences SMUR UMJ CHU Cochin Hôtel Dieu Université Paris Descartes francois.lecomte@cch.aphp.fr Mettre

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique

La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique + La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique 15 ème Conférence des Fédérations Hospitalières des Antilles et de la Guyane Y. MARIE-SAINTE Directeur 28/04/2011 V1.0 + #

Plus en détail

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE 1. Objectifs généraux La Maîtrise universitaire d études avancées en médecine clinique (en anglais Master of

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Evaluation des stages hospitaliers par les étudiants en médecine

Evaluation des stages hospitaliers par les étudiants en médecine Evaluation des stages hospitaliers par les étudiants en médecine A partir du lundi 28 octobre, vous devrez évaluer votre stage d externe du premier trimestre effectué entre le 01/08/2013 et le 27/10/201.

Plus en détail

Moyenne d efficacité du travail de l équipe de dispensateurs de SSP (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Cote moyenne

Moyenne d efficacité du travail de l équipe de dispensateurs de SSP (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Cote moyenne (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Cote moyenne de l efficacité du travail de l équipe fondée sur les facteurs suivants : vision; participation ouverte; orientation

Plus en détail

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION vice Direction des Partenariats Internationaux Pôle Mobilités Prrogrramme de bourrses Intterrnattiionalles en Mastterr (MIEM) Intterrnattiionall Mastterr Schollarrshiip Prrogrramme Sorrbonne Parriis Ciitté

Plus en détail

Inter&professionnalité&et& simulation& Pourquoi&et&quand&?& François&LECOMTE&=&Yvon&CROGUENNEC&

Inter&professionnalité&et& simulation& Pourquoi&et&quand&?& François&LECOMTE&=&Yvon&CROGUENNEC& Inter&professionnalité&et& simulation& Pourquoi&et&quand&?& François&LECOMTE&=&Yvon&CROGUENNEC& 1! Liens&d intérêt& & Yvon&CROGUENNEC&:&néant& & François&LECOMTE&:&AFSARMU,& SFMU,&Sanofi=Aventis,&BMS=UPSA,&

Plus en détail

PROJET DE FORMATION À LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE AU DÉPARTEMENT DE RADIOLOGIE DU CHUM (CENTRE HOSPITALIER DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL)

PROJET DE FORMATION À LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE AU DÉPARTEMENT DE RADIOLOGIE DU CHUM (CENTRE HOSPITALIER DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL) PROJET DE FORMATION À LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE AU DÉPARTEMENT DE RADIOLOGIE DU CHUM (CENTRE HOSPITALIER DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL) Sophie Tremblay-Paquet, MD Résidente en Radiologie Diagnostique,

Plus en détail

Formations 2014/2015

Formations 2014/2015 Institut de Formation en Soins Infirmiers Paris Saint-Joseph Département de formation continue Formations 2014/2015 «Apprendre tout au long de la vie» Notre enjeu : vous guider dans la réalisation de votre

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE Éducation thérapeutique de l enfant asthmatique et de sa famille en pédiatrie Juillet 2005 I. PROMOTEURS Association française de pédiatrie ambulatoire

Plus en détail

F. BILLION-REY V. LACROIX

F. BILLION-REY V. LACROIX Centre Hospitalier de Lons le Saunier Service Pharmacie et Stérilisation Centrale Plaidoyer pour le développement de la Pharmacie Clinique au Centre Hospitalier de Lons le Saunier F. BILLI-REY V. LACRIX

Plus en détail

Évaluation en vue de l accréditation. Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch

Évaluation en vue de l accréditation. Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch Évaluation en vue de l accréditation Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch Rapport final du Comité de visite de l OAQ 30 août 2005 I - Description du processus d

Plus en détail

VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE

VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE INFOS PATIENTS SEIN - PATHOLOGIE MAMMAIRE VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE Bienvenue VOUS AVEZ RENDEZ-VOUS POUR UNE PREMIÈRE CONSULTATION EN SÉNOLOGIE. NOUS AVONS RÉALISÉ CETTE PLAQUETTE

Plus en détail

LA CONTRACEPTION SUR L INFORMATION REÇUE EN

LA CONTRACEPTION SUR L INFORMATION REÇUE EN LA CONTRACEPTION 1 SATISFACTION DES PATENTES SUR L INFORMATION REÇUE EN POST PARTUM INTRODUCTION Contexte : 2 Élargissement des compétences de SF (contraception & gynécologie de prévention) (1) Rôle dans

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

LES PROFESSIONNELS DE SANTE ET LE TIERS PAYANT COMPLEMENTAIRE Enquête Mut Santé/TNS Healthcare auprès de 150 pharmaciens

LES PROFESSIONNELS DE SANTE ET LE TIERS PAYANT COMPLEMENTAIRE Enquête Mut Santé/TNS Healthcare auprès de 150 pharmaciens LES PROFESSIONNELS DE SANTE ET LE TIERS PAYANT COMPLEMENTAIRE Enquête Mut Santé/TNS Healthcare auprès de 150 pharmaciens Nouvel opérateur de la gestion du Tiers Payant Complémentaire, Mut Santé a souhaité

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude REPRODUCTIBILITE INTEROBSERVATEUR DU TEST «NIHSS» (National Institutes of Heath Stroke Scale) RÉALISÉ PAR VIDÉOCONFÉRENCE : EXPÉRIENCE DU RÉSEAU DES URGENCES NEUROLOGIQUES (RUN) BERTHIER E, CHRISTIANO

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Introduction : Essais de phase I

Introduction : Essais de phase I Schéma de recherche de dose dans les essais de phase I : comparaison par simulations dans un cadre temporel A Doussau 1,2, MC Le Deley 3, B Asselain 1, G Vassal 3, X Paoletti 1 1 - Institut Curie, 2 -

Plus en détail

Méthodes d apprentissage

Méthodes d apprentissage UNIVERSITÉ DE FRIBOURG SUISSE FACULTÉ DES SCIENCES UNIVERSITÄT FREIBURG SCHWEIZ MATHEMATISCH-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT Annexe au plan d études du BMed en médecine humaine Méthodes d apprentissage

Plus en détail

Master ès Sciences en sciences infirmières

Master ès Sciences en sciences infirmières Master ès Sciences en sciences infirmières Master conjoint UNIVERSITE DE LAUSANNE Faculté de biologie et de médecine, Ecole de médecine et HAUTE ECOLE SPECIALISEE DE SUISSE OCCIDENTALE Domaine santé PLAN

Plus en détail

Information PACES 20 Septembre 2012. Les métiers en lien avec le choix Manipulateur d Electroradiologie Médicale «MEM» Monsieur Daniel LAMI

Information PACES 20 Septembre 2012. Les métiers en lien avec le choix Manipulateur d Electroradiologie Médicale «MEM» Monsieur Daniel LAMI Information PACES 20 Septembre 2012 Les métiers en lien avec le choix Manipulateur d Electroradiologie Médicale «MEM» Monsieur Daniel LAMI 1 Institut de Formation de Manipulateurs d Electroradiologie Médicale

Plus en détail

Les usages pédagogiques du numérique

Les usages pédagogiques du numérique Les usages pédagogiques du numérique Septembre 2013 Contact : Bruno Jeanbart Directeur Général adjoint Tel : 01 78 94 90 14 Email : bjeanbart@opinion-way.com Méthodologie Echantillon de 1004 étudiants

Plus en détail

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095 Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2008 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 Projets de transfert

Plus en détail

REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire. Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris

REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire. Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris Soirée SFR-IDF, 15 Mars 2012 Une Technique Très Encadrée Dépistage organisé (DO) Départements pilotes

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Janvier 2015. Enquête CLCV Assurances et sinistres

Janvier 2015. Enquête CLCV Assurances et sinistres Janvier 2015 Enquête CLCV Assurances et sinistres 1 Synthèse Au cours du deuxième semestre 2014, nous avons réalisé une enquête auprès de 442 assurés ayant subi un sinistre automobile ou habitation aux

Plus en détail

Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics

Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics Au 1er janvier 2005, les entreprises pourront répondre aux marchés publics sous forme électronique, et les collectivités territoriales

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Approche centrée e sur le patient

Approche centrée e sur le patient Approche centrée e sur le patient Objectifs Prendre conscience des différences de type d approche Connaître le concept de l approche centrée sur le patient Savoir utiliser un outil d approche centrée sur

Plus en détail

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS ACTIVISION Coaching : un cursus de formation complet accrédité ICF pour acquérir les compétences et la posture du coach professionnel. Une formation professionnelle, pour des professionnels, par des professionnels.

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Direction générale de l offre de soin

Direction générale de l offre de soin Apport de la télémédecine en matière de coopération territoriale 1. Une nouvelle organisation de l offre sanitaire pour mieux répondre aux besoins des populations 2. Comment organiser des activités de

Plus en détail

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone SOMMAIRE 1. La mort aux urgences 2. Les Limitations et Arrêts des Thérapeutiques

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE : DES FORMATIONS POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE - GROUPE SOFT FORMATION 84, Boulevard de la Corderie 13007 Marseille Tél : 04.91.15.71.03 Fax : 04.91.81.52.62 1 NOTRE OFFRE

Plus en détail

Les Français et les soins palliatifs. Janvier 2011

Les Français et les soins palliatifs. Janvier 2011 Les Français et les soins palliatifs Janvier 2011 A Méthodologie page 2 Méthodologie Étude réalisée auprès d un échantillon de 1015 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 et plus.

Plus en détail

Outils d évaluations de la simulation en équipe: Évaluation de performance en formation interprofessionnelle. Martina ESDAILE SFAR 19 septembre 2012

Outils d évaluations de la simulation en équipe: Évaluation de performance en formation interprofessionnelle. Martina ESDAILE SFAR 19 septembre 2012 Outils d évaluations de la simulation en équipe: Évaluation de performance en formation interprofessionnelle Martina ESDAILE SFAR 19 septembre 2012 Déclaration de conflits d intérêts! Aucun conflits d

Plus en détail

Dr L Verzaux Pr Elisabeth Schouman-Claeys

Dr L Verzaux Pr Elisabeth Schouman-Claeys Dr L Verzaux Pr Elisabeth Schouman-Claeys Dépasser une approche normative Se mettre à la place du patient Bonne pratique, bientraitance Démarches qualité structurées Thématiques clés (dont exigences réglementaires)

Plus en détail

L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique. http://www.e-mri.

L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique. http://www.e-mri. L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique http://www.e-mri.org D HOA, A MICHEAU, G GAHIDE, E LE BARS, C CYTEVAL, M ZANCA, P DUJOLS,

Plus en détail

GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu. Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND

GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu. Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND PREAMBULE - Déçisions du directoire de l APHP : 1) le site de l HTD ne serait pas fermé 2) le site de l HTD ne serait pas

Plus en détail

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE du médecin libéral Patrice MARIE, c est l ensemble des documents concernant la santé d un patient donné que le médecin garde, en temps que médecin traitant. La loi, promulguée le 4 mars 2002, réaffirme

Plus en détail

Master en Kinésithérapie

Master en Kinésithérapie Haute École Louvain en Hainaut www.helha.be Année académique 2015-2016 Master en Kinésithérapie Catégorie Paramédicale HELHa Montignies-sur-Sambre 134 Rue Trieu Kaisin 6061 MONTIGNIES-SUR-SAMBRE Tél :

Plus en détail

NAVELBINE voie orale

NAVELBINE voie orale DENOMINATION DU MEDICAMENT & FORME PHARMACEUTIQUE NAVELBINE voie orale CARACTERISTIQUES Dénomination commune : vinorelbine Composition qualitative et quantitative : Statut : A.M.M. A.T.U. Classe ATC :

Plus en détail

Déploiement des TIM dans les pôles aux HUS

Déploiement des TIM dans les pôles aux HUS Déploiement des TIM dans les pôles aux HUS Journée «DIM d Alsace 2014» 4 novembre 2014 Service de santé publique HUS F.Binder-Foucard, H.Lefèvre, P.Tran Ba Loc, C.Weidmann, G. Nisand Plan Contexte Objectifs

Plus en détail

Enquêtes réalisées auprès des chirurgiens dentistes et des personnes vivant avec le VIH

Enquêtes réalisées auprès des chirurgiens dentistes et des personnes vivant avec le VIH Enquêtes réalisées auprès des chirurgiens dentistes et des personnes vivant avec le VIH 1 2 VIH/SIDA La prise en charge dentaire en Haute-Normandie Le COREVIH Haute-Normandie, comité de COordination RÉgionale

Plus en détail

Comprendre mieux pour mieux collaborer. Danielle D Amour, inf. PhD 23 novembre 2007

Comprendre mieux pour mieux collaborer. Danielle D Amour, inf. PhD 23 novembre 2007 Comprendre mieux pour mieux collaborer Danielle D Amour, inf. PhD 23 novembre 2007 Que comprendre? Quels sont les ingrédients de la collaboration? Jusqu où peut et doit aller la collaboration? Pour arriver

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Handicap, Dépendance, Invalidité REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT HANDIVIE 1 Boulevard de Compostelle - 13012 Marseille : 04 91 44 07 73 - : 09 70 62 08 48 ssiad-handivie@wanadoo.fr TABLE DES MATIERES I.LE

Plus en détail

GUIDE DE L'UTILISATEUR

GUIDE DE L'UTILISATEUR GUIDE DE L'UTILISATEUR LE PLAN D AUTOGESTION DU DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU EN CINQ ÉTAPES Pour pouvoir donner des soins de qualité aux patients tout au long de sa carrière professionnelle, le

Plus en détail

Connaissance et observance de la rééducation périnéale en grossesse

Connaissance et observance de la rééducation périnéale en grossesse Faculté de médecine Université de Montréal Connaissance et observance de la rééducation périnéale en grossesse Fanny Parent Résidente 1, médecine familiale HMR Projet d érudition 30 mai 2014 Introduction

Plus en détail

Info Sein BULLETIN. Bulletin numéro 8 Avril 2014. Contenu. Les 15 ans du PQDCS : 1998-2013

Info Sein BULLETIN. Bulletin numéro 8 Avril 2014. Contenu. Les 15 ans du PQDCS : 1998-2013 BULLETIN Région de la Capitale-Nationale Bulletin numéro 8 Avril 2014 Contenu Les 15 ans du PQDCS : 1998-2013 Éditorial 1 Comité de suivi régional : un travail d équipe! 3 Coordination et organisation

Plus en détail

France with an OIB. Updated January 2014

France with an OIB. Updated January 2014 France with an OIB Updated January 2014 The French system May appear complicated Not too expensive Good opportunities if you look carefully 2 European harmonisation of higher education - LMD system Licence

Plus en détail

C. Cohen, Inf. M.Sc. Professeure HEdS La Source & Intervenante à l IUFRS

C. Cohen, Inf. M.Sc. Professeure HEdS La Source & Intervenante à l IUFRS 3ème Séminaire européen du SIDIIEF «Les maladies chroniques : Formation, recherche et leadership clinique en soins infirmiers» 26 mars 2015 Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), Lausanne, Suisse

Plus en détail

Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire

Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire T. Mognetti et F. Giammarile Introduction La TEP-FDG (Tomographie par Émission de Positons après injection de 18 F- Fluoro-2-Déoxy-Glucose) est un des

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

Maurene McQuestion, IA, BScN, MSc, CON(C) John Waldron, MD, FRCPC

Maurene McQuestion, IA, BScN, MSc, CON(C) John Waldron, MD, FRCPC Séance plénière 2 : La collaboration interprofessionnelle entre médecins et infirmières Nous examinerons durant cette séance les questions clés liées à la collaboration interprofessionnelle entre médecins

Plus en détail

Techniques d archives médicales* au Collège Ahuntsic

Techniques d archives médicales* au Collège Ahuntsic Techniques d archives médicales* au Collège Ahuntsic *Présentation inspirée des documents Power point réalisés par mesdames Manon Brière, Nicole Dufresne et Andrée Dubreuil 2010-2011, adaptée par Lysann

Plus en détail

Impact de la publicité sur les professionnels

Impact de la publicité sur les professionnels Suivi pharmaceutique, Approche critique de l information, publicité et conflits d intérêts, 2 ème année MUP Impact de la publicité sur les professionnels Prof. Pascal BONNABRY Pharmacien-chef Pharmacie

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Voyage au cœur des réseaux d imagerie médicale

DOSSIER DE PRESSE. Voyage au cœur des réseaux d imagerie médicale DOSSIER DE PRESSE Voyage au cœur des réseaux d imagerie médicale Service de presse et de communication : MHC Communication Marie-Hélène Coste / Véronique Simon 38 avenue Jean Jaurès - 94110 Arcueil Tél.

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

Présentation de l échantillon

Présentation de l échantillon Cette année, rien ne va plus pour la filière AES! Après une baisse de 5,4% d inscrits pour l année 2013-2014 par rapport à l année passée, la licence pluridisciplinaire par excellence souffle ses 40 bougies

Plus en détail

7 octobre 2014 Entretiens Jacques Cartier

7 octobre 2014 Entretiens Jacques Cartier Le projet de formation «Partenaires, jusqu à la fin» Déterminer avec le patient et ses proches les objectifs de ses soins en contexte de maladie grave et de fin de vie 7 octobre 2014 Entretiens Jacques

Plus en détail

Une stratégie d enseignement de la pensée critique

Une stratégie d enseignement de la pensée critique Une stratégie d enseignement de la pensée critique Jacques Boisvert Professeur de psychologie Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu La pensée critique fait partie des capacités à développer dans la formation

Plus en détail

Management Responsabilité. Management Responsabilité. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2012 17

Management Responsabilité. Management Responsabilité. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2012 17 Management Responsabilité Management Responsabilité 2012 17 L'entretien annuel d'évaluation Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier

Plus en détail