Les modes de communication et leurs combinaisons : quand l espace compte toujours.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les modes de communication et leurs combinaisons : quand l espace compte toujours."

Transcription

1 Les modes de communication et leurs combinaisons : quand l espace compte toujours. Juin 2005 Sylvie CHARLOT + INRA-CESAER Gilles DURANTON* London School of Economics Résumé : cet article décrit les formes différenciées de communication sur le lieu de travail des salariés, en fonction de leur localisation, en mobilisant les enquêtes COI (Changement Organisationnel et Informatisation, 1997) et «Techniques et Organisation du Travail» (1987, 1993). Dans un premier temps, la relation positive entre intensité de communication et taille de la ville, dans laquelle travaille le salarié, est vérifiée. Cette relation est robuste à l introduction de nombreuses variables de contrôle. Cependant, la forte intensité de communication en ville ne serait pas due à des échanges en face-à-face plus nombreux mais à une utilisation des télécommunications plus dense. Les effets de complémentarité - substitution entre les différents médias et leur variabilité dans l espace sont ensuite étudiés, à l aide de différentes méthodologies (régressions de l intensité d utilisation d un média sur l intensité d utilisation de l autre et fonction de production de communication). Il semble ainsi que loin de réduire l avantage à la localisation en ville, en termes de communication, le développement des télécommunications risque au contraire de le renforcer. Abstract. In this paper we use the COI survey and the «Techniques et Organisation du Travail» (1987, 1993) surveys to document workplace communication patterns in urban, suburban and rural areas. Workers in large cities communicate more than workers in small cities and then more in small cities relative to rural areas. However, there are no clear spatial differences when it comes to face-to-face communication. The assertions prevailing in the literature about the greater prevalence of face-to-face in cities do not receive much empirical validation. We also investigate the complementarities across different media of communication with different methodologies (measures of correlations between different media and production functions of communication). Complementarities across media do not lend much support to popular predictions about the forthcoming demise of cities. Références JEL: R19, R39, Z13 Mots clés : communication, espace, externalités d agglomération, complémentarité. Keywords: communication, space, agglomeration externalities, complementarity. + Adresse : UMR CESAER, 26 Bd Dr Petitjean, BP 87999, Dijon Cedex, *Adresse : Department of Geography and Environment, Houghton Street, London WC2A 2AE, UK, Nous remercions vivement Nathalie Greenan de nous avoir permis d accéder aux données de l Enquête COI et Virginie Piguet de les avoir localisées. Nous remercions également le CESAER pour son soutien financier.

2 Le rôle des échanges d information et de la communication dans la formation des agglomérations est historiquement l un des premiers à avoir été mis en avant. Ainsi, depuis Marshall [1890] on décline classiquement les externalités d agglomération en trois catégories principales : l ampleur et la diversité du marché du travail, les relations amont - aval entre les entreprises et l échange d informations et de connaissances. Cette dernière force d agglomération est directement liée à la proximité des salariés qui peuvent échanger de manière formelle ou informelle des informations qui les rendent plus productifs voire innovants. Ainsi la proximité géographique, en facilitant les échanges sociaux de face-à-face conduirait à un accroissement de la productivité dans les entreprises concentrées dans les villes. Plus récemment, R. Lucas n exprimait rien d autre pour justifier un des mécanismes de croissance endogène basé sur les externalités de capital humain : What can people be paying Manhattan or Downtown Chicago rents for, if not for being near other people? [1988, p. 39]. Le développement des nouvelles technologies de l information et de communication (NTIC) a donné lieu à une forme de remise en question de ce mécanisme d agglomération basé sur l échange d informations. Ainsi, les NTIC, en permettant la communication à distance de manière continue à faible coût, pourraient favoriser le redéploiement de certaines activités dans les zones peu denses annonçant ainsi le déclin des villes (Cairncross [2001]). La description de ce redéploiement va de l utopie du télétravail à des formes de délocalisation moins systématiques, ne concernant que certaines activités, en particulier les moins intensives en technologies. Les travaux remettant en question les avantages à la concentration des activités font souvent l économie d une réflexion sur la contribution de la communication aux économies d agglomération. La complexité du processus qui relie proximité géographique des salariés et accroissement de la productivité de ses salariés sans surcoût (et donc donnant lieu à une externalité positive) n est que rarement abordée. Cette complexité est essentiellement due à la difficulté à distinguer les gains de productivité des salariés qui découlent des caractéristiques même des salariés localisés en ville de ceux qui découlent du fait que ces salariés travaillent à proximité les uns des autres. L identification de telles externalités pose des difficultés d ordre méthodologique récurrentes, en particulier lorsqu il s agit d externalités spatiales (Rosenthal et Strange [2004]). A partir des données disponibles dans l enquête COI, nous avons montré que la communication a un effet sur la productivité des salariés (Charlot et Duranton [2004]). Celui-ci est pour une grande part la conséquence de leurs caractéristiques individuelles mais il existe également une externalité de communication dépendant de la taille de la ville. En amont de ce constat, on peut se demander s il y a des spécificités spatiales des formes de communication et chercher à préciser ce qui définit la façon de communiquer en ville et à la campagne. Les formes d association entre les différents modes de communication et leur variabilité dans l espace constituent des éléments essentiels de la compréhension des économies d agglomération. Cette démarche permet en effet d apprécier la pérennité de l avantage que les agents peuvent tirer d un choix de localisation en ville. En mobilisant à nouveau l Enquête COI et ses antécédents (Enquêtes TOTTO), nous tentons ici 1

3 principalement de répondre à la question suivante : l avantage à la localisation en ville dont semblent bénéficier les salariés va-t-il perdurer malgré les changements technologiques observés? Pour cela, après avoir décrit les données que nous utilisons dans une première section, nous décrivons l intensité et les modes de communication en les différenciant dans l espace sur le gradient urbain-rural en tenant compte de la taille des villes. Les effets de complémentarité - substitution entre les différents média et leur variabilité dans l espace sont ensuite étudiés, à l aide de différentes méthodologies ; régressions de l intensité d utilisation d un média sur l intensité d utilisation de l autre et fonction de production de communication. La relation positive entre intensité de communication et taille de la ville, dans laquelle travaille le salarié, est vérifiée. Cette relation est robuste à l introduction de nombreuses variables de contrôle. Cependant, la forte intensité de communication en ville ne serait pas due à des échanges en face-à-face plus nombreux mais à une utilisation des télécommunications plus dense. Nous observons également une complémentarité significative entre la communication de face-à-face et la communication à distance. Il semble ainsi que loin de réduire l avantage à la localisation en ville, en termes de communication, le développement des télécommunications risque au contraire de le renforcer. LES DONNEES : VARIABLES DE COMMUNICATION ET TYPOLOGIE SPATIALE Dans le volet «salariés» de l Enquête COI, une dizaine de questions concernent les formes de communication des salariés. Il s agit soit de la communication entre salariés de l entreprise, soit de la communication avec des salariés d autres entreprises, soit avec des clients et fournisseurs. Ces questions portent également sur le mode de communication mobilisé pour recevoir des instructions (face-à-face, écrit, téléphone..) ainsi que sur l utilisation d un micro-ordinateur et d intranet ou Internet 1 (voir Annexe 1). Le couplage de l Enquête COI avec la localisation communale des entreprises permet des les répartir dans le Zonage en Aires Urbaines (ZAU) de Nous retenons trois principales catégories d espaces : les pôles urbains, les espaces périurbains et les espaces ruraux. Les pôles urbains correspondent aux villes de plus ou moins grande taille comportant au moins 5000 emplois. Les espaces périurbains correspondent aux communes n appartenant pas à un pôle mais dont au moins 40 % des actifs occupés résidents travaillent dans un pôle. Il s agit donc d une catégorie d espace construite à partir des migrations alternantes. Les communes qui n appartiennent à aucune des catégories précédentes sont considérées comme rurales. L annexe 1 détaille l ensemble des questions de l Enquête COI mobilisées ainsi que le ZAU et ses caractéristiques. Notons que si l Enquête COI fournit une information unique sur la communication et les média par lesquels elle transite sur le lieu de travail, cette information comporte certaines limites. En premier lieu 1 Une instruction est définie comme une information importante donnée ou reçue de manière régulière et nécessaire pour mener à bien une tâche. 2

4 on ne sait pas quelle est la destination de la communication. Si on est capable de localiser le salarié pour ce qui concerne son lieu de travail, on ne peut le faire pour l interlocuteur avec lequel il communique. Ensuite, une seule des questions que nous avons repérées concerne l intensité de la communication, il s agit de la communication de face-à-face ou par téléphone avec des clients. Afin de considérer l ensemble des aspects de la communication sur le lieu de travail, nous mobiliserons principalement deux indices synthétiques de communication dont le mode de construction est détaillé dans l Annexe 2. Le premier indice, que nous appellerons ComT, prend en compte les réponses de chaque salarié à l ensemble des questions concernant la communication. Le second indice, ComE, est construit à partir des questions qui ne concernent que la communication avec l extérieur. Ce dernier indicateur semble plus approprié pour s intéresser aux liens entre communication, mode de communication et localisation, dans la mesure où c est le besoin en communication avec l extérieur de l entreprise qui sous-tend la notion d externalités de communication en ville. La comparaison des deux indices permet de mesurer les différentiels de tendance dans l espace entre communication au sens large et communication externe à l entreprise. Les deux indicateurs de communication ainsi construits sont normalisés et ont donc un minimum de 0 et un maximum de 100. REPARTITION SPATIALE DE LA COMMUNICATION SUR LE LIEU DE TRAVAIL: QUELQUES GRANDES TENDANCES Le Tableau 1 présente les indices de communication moyens par type d espace, en Etant donnée la grande variabilité de la taille des pôles urbains, ils ont été répartis en quatre catégories : les villes de moins de habitants, celles dont la population est comprise entre et habitants, entre et 2 millions d habitants et le pôle urbain de Paris. Tableau 1. Intensité de la communication dans les types d espace Rural Périrurbain Urbain 1 Urbain 2 Urbain 3 Urbain 4 ComT 35,6X 39,2 X 40,6 X 43,4 X 44,1 X 50,3 X ComE 31,8X 35,9 X 36,5 X 41,4 X 42,7 X 50,4 X En pourcentage observations. Urbain 1: population < , Urbain 2: population < , Urbain 3: population < 2millions, Urbain 4: Paris (2m. population). L intensité de communication est clairement plus forte en ville que dans le rural et croît avec la taille de la ville, qu elle ne concerne que la communication extérieure à l entreprise ou l ensemble de la communication. La communication moyenne à Paris est environ 50 % supérieure à celle observée dans les zones rurales et plus de 25 % supérieure à celle des petites villes. Le différentiel spatial est très marqué pour la communication extérieure. Ces statistiques ne nous apprennent rien sur le lien de causalité entre intensité de la communication et localisation, on ne peut pas savoir si le niveau élevé de communication en ville est directement lié à la 3

5 localisation en ville ou si ce niveau élevé est la conséquence d une concentration forte de travailleurs qui communiquent plus. Dans le but d apporter quelques éléments pour appréhender ce lien de causalité, nous régressons le logarithme de l indice de communication mesuré au niveau individuel sur un ensemble de caractéristiques de l individu, dont la localisation de son lieu de travail sur le gradient urbain-rural. Il s agit de savoir si le niveau de communication en ville reste élevé lorsque les caractéristiques des individus sont prises en compte. Nous expliquons donc le niveau de communication pour chaque individu par son genre, son âge et son âge au carré et son niveau de qualification. Le fait d occuper un poste pour lequel le travail est considéré comme routinier ou pas est également introduit dans la dernière colonne. Une variable muette est introduite pour déterminer la localisation du lieu de travail dans une des trois catégories d espace : urbain, périurbain ou rural. Pour les salariés urbains, on introduit également le log de la taille de la ville. Afin de tester l hypothèse selon laquelle les salariés localisés dans un environnement riche, en termes de salariés hautement qualifiés, communiquent plus (cf. Glaeser [1999] et Glaeser et Maré [2001]), nous introduisons également la part des salariés diplômés du supérieur comme variable explicative (variable Univ.). Les résultats des régressions de base pour les deux indices sont reportés dans les colonnes 1 et 2 du Tableau 2. Les colonnes 3 et 4 de ce même tableau décrivent les résultats en introduisant les différentes variables énoncées précédemment pour le seul indice de communication extérieure (les résultats sur ComT sont sensiblement les mêmes). Les résultats sont assez identiques dans les deux premières colonnes. Les coefficients des niveaux individuels de formation initiale montrent que la formation est un déterminant essentiel de l intensité de communication sur le lieu de travail. L impact d un niveau de formation élevé est très fort, quelle que soit la régression considérée, même si, de manière logique, l introduction du type de poste occupé le réduit. L effet des autres caractéristiques individuelles sur l intensité de la communication est beaucoup moins important. L effet de l âge est non monotone ; pour l ensemble des estimations, la communication connaît un pic vers l âge de 50 ans, correspondant assez classiquement à ce que l on peut trouver comme effet de l âge, lorsqu il est utilisé comme variable proxy de l expérience, dans les équations de salaire. On n observe pas de différenciation significative par le genre. 4

6 Tableau 2. Les déterminants de la communication ComT ComE ComE ComE Regresseurs (1) (2) (3) (4) Constante -3,139 ns -11,083-9,811 b -7,992 ns (4,332) (4,292) (5,841) (5,221) Genre -3,410-0,848 b -11,521 ns -2,832 ns (0,451) (0,468) (8,764) (7,806) Educ1 33,658 37,573 35,149 21,483 (0,926) (0,864) (0,994) (0,959) Educ2 28,771 33,061 31,339 18,095 (0,880) (0,793) (0,914) (0,889) Educ3 22,623 25,883 23,617 13,330 (0,872) (0,833) (0,902) (0,850) Educ4 12,502 13,967 12,713 7,673 (0,691) (0,608) (0,704) (0,641) Educ5 5,133 5,323 4,742 3,723 (0,906) (0,838) (0,919) (0,819) Age 1,113 1,130 1,329 1,178 (0,197) (0,194) (0,279) (0,248) Age² -0,0122-0,0115-0,0132-0,0135 (0,0024) (0,0023) (0,0033) (0,0030) Poste non-routinier 20,229 (0,549) Comptabilité -9,189-2,484 (0,666) (0,744) Commerce 4,466 2,845 (1,110) (0,991) logempfirm 0,613 (0,179) Rural 2,404 ns 1,334 ns 5,743 3,098 b (1,874) (1,984) (2,010) (1,792) Périrubain 3,880 b 2,930 ns 6,857 4,039 a (2,136) (2,194) (2,214) (1,974) logpop 0,439 0,443 a 0,637 0,361 a (0,168) (0,172) (0,173) (0,155) Univ. 10,202 a 17,782 16,064 8,400 b (5,012) (5,327) (5,244) (4,673) Autres var. demo. No No Yes Yes R² Adj. 0,321 0,359 0,400 0,526 N. obs Note: Estimations en MCO avec écart-types robustes. Ecarts-types entre parenthèses. Tous les coefficients sont significatifs au seuil de 1 % sauf a significativement différent de 0 au seuil de 5 %, b significativement différent de 0 au seuil de 10 %, et ns non significatif. Les autres variables démographiques incluent le nombre d enfants, le nombre d enfants multiplié par le genre et l âge multiplié par le genre. 5

7 Si on s intéresse maintenant aux variables de localisation, on observe une relation positive entre le degré d urbanisation de l espace dans lequel le salarié travaille et l intensité de sa communication : il existe un gradient urbain rural de la communication avec l extérieur, les caractéristiques de l individu et de l entreprise qui l emploie étant contrôlées. La taille de la population de la ville, lorsque il s agit d une localisation urbaine, a un effet important et significatif. Entre les plus petites villes, d environ habitants, et le pôle urbain de Paris, l accroissement de la communication individuelle moyenne est d environ 4 points. De même, la part locale de personnes hautement formées a également un effet significatif très important sur l intensité de la communication avec l extérieur. Passer de la ville où les personnes sont les moins formées (comprenant 8 % de diplômés du supérieur) à la ville la plus formée (avec 28 % de diplômés du supérieur), accroît l indice de communication individuelle de 4 points. On peut facilement évaluer la contribution des caractéristiques individuelles et les effets directs de la localisation sur l intensité de la communication extérieure. A partir des résultats de la Colonne 3, on peut calculer que la moitié des différences spatiales constatées dans le Tableau 1 est directement imputable à la localisation. L autre moitié est due au fait que les salariés qui communiquent plus travaillent dans des lieux où la communication est plus élevée. Les deux dernières colonnes du Tableau 2 montrent également que l introduction de variables individuelles supplémentaires (telles que le statut marital, le nombre d enfants ), et des caractéristiques de l emploi occupé, comme le secteur et la taille de l entreprise et la fonction occupée, n altère pas les résultats décrits ci-dessus. DISTRIBUTION SPATIALE DES MODES DE COMMUNICATION L existence d un avantage à la localisation en ville, en termes d intensité de la communication, étant établie, on doit s interroger plus spécifiquement sur les formes de communication et leur répartition spatiale. Il existe une littérature abondante sur les bénéfices de la communication en face-à-face (voir Leamer et Storper [2001], ou Storper et Venables [2002]) et sur la facilité à communiquer par ce biais en ville. Afin d approfondir le lien entre localisation et mode de communication, nous nous intéressons plus spécifiquement aux questions présentes dans l enquête COI qui concernent le mode de transmission aux salariés des instructions qu ils reçoivent. Dans le Tableau 3, nous avons également reporté les réponses aux questions relatives à l usage des nouvelles technologies de l information, i. e. l utilisation d un P. C., l utilisation d un P. C. pour rechercher de l information, pour échanger des s, pour se connecter sur Internet ou un intranet. 6

8 Table 3. Modes de communication et utilisation des TIC en 1997 % de salariés Rural Périurbain Urbain 1 Urbain 2 Urbain 3 Urbain 4 Voix / face-à-face 84,6 X 84,9 X 86,6 X 84,8 X 87,6 X 86,7 X Ecrit - Papier 63,7 X 67,6 X 68,5 X 66,0 X 64,3 X 75,3 X Téléphone 24,5 X 25,8 X 26,2 X 27,4 X 28,7 X 41,7 X 13,4 X 16,1 X 15,0 X 18,2 X 19,4 X 31,3 X Utilisation d un PC 39,8 X 46,0 X 54,7 X 59,6 X 63,7 X 72,5 X Util. d un PC pour rechercher info 29,4 X 36,6 X 39,8 X 42,3 X 47,4 X 49,2 X Utilisation d Internet 2,5 X 4,4 X 2,5 X 4,2 X 6,8 X 11,1 X Utilisation d un intranet 18,2 X 23,0 X 25,3 X 31,7 X 35,9 X 44,7 X En pourcentage observations. Urbain 1: population < , Urbain 2: population < , Urbain 3: population < 2m, Urbain 4: Paris (2m population). Le premier constat tiré du Tableau 3 est que la communication en face-à-face est très importante quelle que soit la localisation du salarié. Même en zone rurale, elle s élève à près de 85 %. On peut également constater que ce mode de communication n est que très faiblement discriminant dans l espace. Il en est de même pour ce qui concerne la communication par écrit. Il n y a que de très faibles variations spatiales dans l utilisation de ce mode de communication, excepté pour Paris. Le téléphone est en revanche beaucoup plus utilisé dans les grandes villes qu il ne l est dans les petites villes, les zones périurbaines et l espace rural. Pour ce qui est de l utilisation des s, le même phénomène est observé mais avec une intensité plus forte. L ensemble des réponses apportées aux questions concernant l utilisation d un micro-ordinateur confirme ces différences spatiales dans l utilisation des modes de communication les plus avancés. Les NTIC sont plus souvent utilisées par les salariés travaillant dans le périurbain que par ceux travaillant dans le rural et plus fréquemment par les salariés urbains que périurbains. Au sein des villes, l utilisation des NTIC croît fortement avec la taille de celles-ci. Certaines des questions posées aux salariés dans le cadre de l enquête COI l avaient déjà été dans le cadre des enquêtes «Techniques et Organisation du Travail» (TOTTO) en 1987 et Le couplage de enquêtes permet d appréhender quelques tendances d évolution pendant la période L analyse de ces tendances reste cependant limitée puisque les salariés enquêtés dans chacun des cas ne sont pas les mêmes et que les enquêtes TOTTO ne concernaient que des salariés de l industrie. Le Tableau 4 présente les grandes évolutions dans l utilisation des média, à partir des enquêtes TOTTO et les seuls salariés de l industrie qui ont répondu à l enquête COI. 7

9 Tableau 4. Utilisation des modes de communication dans l industrie en 1987, 1993, et % des salariés Rural Périurbain Urbain 1 Urbain 2 Urbain 3 Urbain Voix / face-à-face Ecrit - Papier Téléphone Utilisation d un P. C X X X X En pourcentage. Pour rester cohérent, les chiffres sont calculés pour les seuls salariés de l industrie observations en observations en observations pour Les différences spatiales dans l utilisation des différents média, ou l absence de différence pour le faceà-face, observées en 1987 se maintiennent dans le temps. De manière globale, les évolutions temporelles sont donc assez identiques quelle que soit la localisation des salariés. L utilisation du faceà-face a connu un léger déclin, celle du micro-ordinateur une croissance importante, en toute logique. Le développement de l écrit pendant la période est certainement lié au changement organisationnel que les entreprises ont effectué pendant la période qui est parfaitement décrit par Greenan et Guellec [1998] et Greenan et Mairesse [1999]. Ce changement a en particulier donné lieu à une réduction des niveaux hiérarchiques dans l organisation du travail et à une autonomie plus grande pour les salariés dans l accomplissement de leurs tâches. Si les cadres ont plus de salariés à gérer, ils sont amenés à communiquer plus souvent par écrit et moins par oral. De même, ces changements organisationnels permettent d expliquer la croissance entre 1983 et 1987, puis le déclin de l utilisation du téléphone ; dans la première phase la baisse du coût de télécommunication conjuguée à ces changements a conduit à accroître l utilisation du téléphone. Puis, dans la période plus récente, l accès plus aisé aux ordinateurs en réseaux a certainement permis une substitution entre échanges d informations simples par téléphone et messages électroniques. L absence de différentiel spatial dans l intensité de la communication en face-à-face et l importance des différences entre espaces dans l utilisation de moyens de communication technologiquement plus avancés font surgir un ensemble de questions quant aux assertions présentes dans la littérature sur le rôle des villes comme moteur des interactions en face-à-face. Bien que ces résultats récusent un simple modèle dans lequel l utilisation de la communication en face-à-face croît avec la taille de la ville, ils sont compatibles avec un modèle plus complexe qui intègre non seulement les bénéfices du face-à-face mais aussi son coût. L ensemble de l argument est détaillé dans Charlot et Duranton [2005] et le mécanisme principal, en résumé, est le suivant. L hypothèse initiale cruciale est que les grandes villes offrent plus d opportunités d interactions directes mais elles rendent aussi les rencontres en face-à-face plus coûteuses. Ce coût élevé des rencontres en face-à-face est, d une part, dû au coût d opportunité du temps plus élevé pour 8

10 les salariés des grandes villes, et, d autre part, lié au plus long temps de transport nécessaire à la rencontre de plusieurs personnes. Si l on admet en outre que le gain dérivé de la communication en face-à-face, comparativement à la communication à distance, augmente avec la complexité de l interaction, on obtient un seuil de complexité de l interaction au dessus duquel il y a communication en face-à-face et en dessous duquel elle est remplacée par une forme de communication moins coûteuse, comme le téléphone ou l . Etant donné que le face-à-face est plus coûteux dans les grandes villes et que les coûts de télécommunication sont plus ou moins indépendants de la localisation (même si à l époque de l enquête ce n était pas totalement le cas en France), le seuil de complexité à partir duquel le face-à-face est utilisé doit augmenter avec la taille de la ville. Au final, il se peut que les plus grandes villes offrent effectivement plus d opportunités d interactions en face-à-face mais qu étant donné le coût plus élevé de ces dernières, seuls les problèmes les plus complexes soient gérés en face-à-face. Si ce modèle est vrai, la qualité des interactions en face-à-face doit être plus importante dans les grandes villes. Malheureusement, la validation de cette prédiction est impossible à mettre en œuvre à partir des données disponibles 2. COMPLEMENTARITE OU SUBSTITUTION DES MODES DE COMMUNICATION? Les observations faites à partir de données relatives à l enquête COI et ses antécédents conduisent à s interroger sur les prédictions souvent faites sur le rôle des villes dans l intensité des échanges sur le lieu de travail et donc sur le lien entre localisation, modes de communication et productivité. L idéal pour tester le modèle décrit ci-dessus aurait été de disposer d un indicateur de «qualité» de l information transmise lors de chaque interaction entre le salarié et un tiers, en plus du mode de communication employé et de la localisation du salarié. Nous ne pouvons donc que nous pencher sur les modes de communication utilisés dans l espace et leur combinaison 3. Les données sont limitées mais elles permettent de mesurer, de manière plus ou moins précise, des mécanismes locaux qui, à notre connaissance, n ont été abordés nulle part ailleurs auparavant. En supposant (implicitement ou pas) que les villes facilitent les interactions en face-à-face, un certain nombre d auteurs prédisent que la révolution technique des télécommunications va conduire au déclin des villes comme lieu principal de production. En remplacement des villes, on annonce souvent l émergence d un monde de télécommunication dans lequel le télétravail (à la campagne!) et les réunions à distance seraient monnaie courante (Graham et Marvin [1996], et Gaspar et Glaeser [1998] détaillent se débat et en donnent une bibliographie exhaustive). Dès que l on observe que l avantage des villes en termes de communication n est pas basé sur le face-àface mais sur les télécommunications, l hypothèse initiale de ce raisonnement est clairement ébranlée et la remise en question du rôle des villes devient peu convaincante. 2 Voir Gaspar et Glaeser [1998] pour des développements plus approfondis de ce type de modèle. 3 Dans un précédent travail, nous nous sommes intéressés au lien entre communication et productivité en mettant l accent sur le rôle de la localisation dans la forme de cette relation (Charlot et Duranton [2004]). 9

11 L objectif de cette section est de tester la seconde partie de l hypothèse, également plus ou moins implicite ; la communication en face-à-face et les télécommunications seraient substituables. Pour évaluer la validité de cette partie du schéma, on estime, dans un premier temps, à l aide de modèles Logit, si le fait d utiliser un mode de communication (par exemple le téléphone) augmente ou diminue l utilisation d un autre mode (par exemple le face-à-face). Pour appréhender les combinaisons entre modes de communication, nous avons sélectionné la communication en face-à-face, par écrit, par s et par téléphone. Le Tableau 5 résume les résultats de ces modèles Logit dans lesquels nous avons estimé la relation entre la probabilité d utilisation d un média Y et celle d utilisation d un média X, pour chaque salarié. Si le signe du coefficient du média Y est positif, la probabilité d utilisation d Y augmente avec celle d X, et l on parle de complémentarité entre les deux média. Si, au contraire, le signe du coefficient est négatif, on parle de substitution. Le Tableau 5 comprend également ce type de relation entre les différents modes de communication et l utilisation d un micro-ordinateur et d Internet. Tableau 5 : Corrélation entre modes de communication sur l ensemble de la France Téléphone Ecrit papier Micro-ordinateur Internet Voix/face-à-face C S S ns ns Téléphone C C C C Ecrit papier C C S C C Micro-ordinateur C 5887 observations. C correspond à un coefficient positif significatif à 5% dans l estimation logit. S correspond à un coefficient négatif significatif à 5% dans l estimation logit. ns correspond à un coefficient non significatif à 5%. Le face-à-face et le téléphone sont des modes de communication dont les usages sont positivement corrélés. Mais les relations entre le face-à-face et les autres modes de communication sont plus complexes. Le face-à-face semble être faiblement substitut à l écrit et l mais il n y a pas de relation significative entre face-à-face et utilisation d Internet ou d un ordinateur. Le téléphone semble être complément de l écrit et des média électroniques. Enfin, comme attendu, les différentes formes de communication électronique (utilisation des s et d Internet) sont fortement complémentaires 4. Le Tableau 6 résume les résultats issus des même estimations, menées uniquement sur les salariés les plus formés (niveau supérieur à bac + 2). De manière générale, pour ce type de salariés, il y a encore moins de substituabilité entre les différents média que pour les autres. Les média sont compléments deux à deux ou indépendants les uns des autres. Pour les salariés les plus formés, il n y aurait donc pas d arbitrage entre le téléphone et l , par exemple, mais au contraire, l utilisation de l un de ces média augmenterait la probabilité d en utiliser d autres. La relative variation des résultats obtenus sur l ensemble de l échantillon et sur les plus formés corrobore notre modèle explicatif : une partie substantielle des informations échangées en face-à-face par les plus formés seraient de nature telle qu elles ne pourraient l être seulement par télécommunication. 4 Dans Charlot et Duranton [2005], nous montrons que ces résultats sont robustes à l introduction de nombreuses variables de contrôle. 10

12 Tableau 6. Corrélation entre modes de communication pour les salariés les plus formés. Téléphone Ecrit papier Micro-ordinateur Internet Voix/face-à-face C ns ns ns ns Téléphone C C ns ns Ecrit papier C ns ns C C Micro-ordinateur C 1256 observations. C correspond à un coefficient positif significatif à 5% dans l estimation logit. S correspond à un coefficient négatif significatif à 5% dans l estimation Logit. ns correspond à un coefficient non significatif à 5%. Le Tableau 7 correspond aux résultats des mêmes estimations que précédemment, effectuées sur les seuls salariés dont le lieu de travail est localisé dans un pôle urbain. Pour les salariés urbains, les seuls média qui seraient substituts sont le face-à-face et l écrit, mais, là non plus, on ne détecte pas de substituabilité entre le face-à-face et les télécommunications. Tableau 7. Corrélation entre modes de communication pour les salariés urbains. Téléphone Ecrit - papier Micro-ordinateur Internet Voix/face-à-face C S ns ns ns Téléphone C C C C Ecrit papier C C ns C C Micro-ordinateur C 3825 observations. C correspond à un coefficient positif significatif à 5% dans l estimation logit. S correspond à un coefficient négative significatif à 5% dans l estimation logit. ns correspond à un coefficient non significatif à 5%. Afin d approfondir le lien entre localisation, intensité de la communication et combinaison des différents facteurs, et aller au-delà de la corrélation observée entre utilisation des médias, nous avons régressé l indice de communication extérieure sur ces média, en prenant en compte leurs interactions. Les média sont ici vus comme des facteurs de production dont la combinaison permet de produire la communication extérieure. Si le coefficient du terme croisé, par exemple du face-à-face et du téléphone, est positif, on considère qu il y a complémentarité. Si, inversement, il est négatif, on considère qu il y a substituabilité. Cette approche permet d évaluer des combinaisons plus complexes que la simple corrélation : un média peut très bien ne pas contribuer à la communication s il est considéré de manière isolée mais avoir un rôle non négligeable, dans l utilisation des autres modes de communication. Nous avons donc estimé la relation entre le logarithme de ComE 5 et les principaux média 6 ainsi que leurs termes croisés. Le mode de construction de cet indice (voir Annexe 2), et plus particulièrement le poids des questions non liées à l usage d un mode de communication, évite que la relation entre cet indice et l utilisation des différents média ne soit tautologique. 5 Le choix de l indice de communication extérieure est lié à la problématique ; si la localisation de l entreprise joue sur les modes de communication, c est bien lorsqu il y a interaction avec l extérieur. 6 La variable «utilisation d un micro» mesure l ensemble de l effet des NTIC. On a pu vérifier que lorsque cette variable est remplacée par «utilisation d Internet», les résultats sont identiques. 11

13 Dans la colonne (1) du Tableau 8, seuls les média et leurs termes croisés sont introduits, pour l ensemble de la France. Dans la colonne (2), les principales variables caractérisant le salarié sont ajoutées. La logique ici étant celle de l emploi et des ressources disponibles, en termes de modes de communication, pour atteindre le niveau de communication nécessaire au salarié pour effectuer sa tâche, nous n avons pas réintroduit des variables telles que le niveau de formation du salarié 7. 7 Si l âge et l âge au carré sont introduits, ils ne sont pas significatifs. Le niveau de formation est significatif, mais ne modifie pas les autres résultats. 12

14 Tableau 8. Combinaisons de média et production de communication : effets de la localisation France France France Urbain Périrurbain Rural Regresseurs (1) (2) (3) (4) (5) (6) Constante 3,118 3,016 2,764 2,778 2,98 2,95 (0,058) (0,052) (0,076) (0,0923) (0,153) (0,082) Face-à-face -0,304-0,149-0,155-0,164-0,158 ns -0,131 ns (0,058) (0,052) (0,053) (0,073) (0,150) (0,082) Papier / écrit -0,121 a -0,048 ns -0,058 ns -0,120 ns -0,079 ns -0,067 ns (0,060) (0,053) (0,053) (0,073) (0,155) (0,086) Téléphone 0,538 0,345 0,329 0,336 0,133 0,407 (0,079) (0,070) (0,070) (0,090) (0,226) (0,127) Micro 0,594 0,274 0,266 0,285 0,330 a 0,175 a (0,056) (0,050) (0,050) (0,068) (0,150) (0,089) Face-à-face *écrit 0,270 0,134 0,141 0,190 0,175 ns 0,031 ns (0,060) (0,053) (0,053) (0,073) (0,156) (0,089) Face-à-face *téléphone -0,136 a -0,075 ns -0,071 ns -0,069 ns 0,022 ns -0,123 ns (0,065) (0,057) (0,057) (0,074) (0,180) (0,105) Face-à-face*micro 0,113 a 0,042 ns 0,038 ns 0,021 ns -0,115 ns 0,0126 ns (0,050) (0,044) (0,044) (0,060) (0,130) (0,079) Ecrit*téléphone 0,163 0,136 0,146 0,175 0,256 ns 0,058 ns (0,056) (0,049) 0,049) (0,063) (0,161) 0,093) Ecrit*micro -0,114-0,030 ns -0,025 ns -0,036 ns -0,053 ns 0,006 ns (0,0425) (0,037) (0,037) (0,049) (0,115) (0,070) Téléphone*micro -0,187-0,132-0,130-0,152-0,182 ns -0,094 ns (0,043) (0,038) (0,038) (0,050) (0,114) (0,070) Genre -0,220-0,219-0,237-0,267-0,160 (0,018) (0,018) (0,024) (0,054) (0,031) Poste non-routinier 0,697 0,676 0,640 0,777 0,729 (0,020) (0,021) (0,026) (0,062) (0,021) Naf1 0,043 b 0,014 0,022 0,034 ns (0,024) (0,035) ns (0,071) ns (0,035) Naf2-0,013 ns -0,024 ns 0,088 ns -0,016 ns (0,022) (0,029) (0,074) (0,037) Naf3 0,031 ns 0,029 ns 0,0013 ns 0,105 ns (0,040) (0,051) (0,086) (0,101) Naf4 0,087 0,074 0,156 a 0,091 b (0,022) (0,027) (0,067) (0,047) Naf5 0,058 ns 0,035 ns - 0,795 ns (0,097) (0,102) - (0,518) logfirmemp -0, b -0, b -0, ns -0, ns -0,00011 a Rural 0,239 (0,000014) (0,000013) (0,000016) (0,000013) (0,000055) (0,0607) Périrubain 0,270 (0,0633) logpop 0,024 0,026 (0,0047) (0,0049) R² Adj. 0,3205 0,4754 0,479 0,460 0,486 0,477 N. obs Note: Estimations en MCO avec écart-types robustes. Ecarts-types entre parenthèses. Tous les coefficients sont significatifs au seuil de 1 % sauf a significativement différent de 0 au seuil de 5 %, b significativement différent de 0 au seuil de 10 %, et ns non significatif. 13

15 Les résultats de la première colonne peuvent apparaître comme relativement contradictoires avec ceux obtenus dans le Tableau 5. Le face-à-face et l écrit apparaissent comme complémentaires alors que la corrélation entre ces deux média est négative. Cependant, chacun de ces modes de communication a un impact négatif sur la communication extérieure, lorsqu il est considéré individuellement, coefficients négatifs qui peuvent s interpréter comme la conséquence du poids important de ces formes de communication dans l organisation interne des entreprises. De même, le face-à-face et le téléphone seraient ici substituables (au seuil de 5 %), alors que la corrélation entre leurs utilisations respectives est positive. L utilisation d un micro-ordinateur apparaît comme substituable à celle de l écrit et du téléphone alors que la corrélation mesurée précédemment est positive. La communication en face-à-face et celle par micro-ordinateur n apparaissent toujours pas substituables mais complémentaires (au seuil de 5 %). L introduction des combinaisons des modes de communication comme variables explicatives de la communication extérieure apporte des éclairages nouveaux sur les formes de complémentarité et substitution entre différents média : elles sont relativement complexes et semblent respecter une forme de hiérarchie dans ces média. Ainsi, si le face-à-face et l écrit sont utilisés de manière isolée, ils le sont plus pour communiquer de manière interne que vers l extérieur. En revanche, lorsque le face-à-face et le micro-ordinateur sont utilisés conjointement ils sont complémentaires, alors que l écrit et le microordnateur sont substituables. Ces résultats sont à nouveau des indices du différentiel de complexité de l information qui peut être transmise par les différents média. Lorsqu il est utilisé pour augmenter la communication vers l extérieur, le face-à-face l est certainement pour transmettre des informations qui ne peuvent l être à l aide d un micro-ordinateur. L introduction de variables de contôle a priori directement liées au besoin en communication externe, telles que le genre, l occupation d un poste non-routinier, la taille de l entreprise, rend un certain nombre de coefficients non significatifs et diminue les autres. Plus précisement, l usage de l écrit pris isolément, la substituabilité entre face-à-face et téléphone et entre écrit et micro-ordinateur, et la complémentarité entre face-à-face et micro-ordinateur ne sont plus significatifs. Sans véritable surprise, la fonction occupée est un déterminant important de la communication extérieure. Lorsque cet effet est contrôlé, seule l utilisation de l écrit reste complémentaire au face-à-face et au téléphone et celle du téléphone substituable au micro-ordinateur. L introduction de variables sectorielles conjointement aux variables de localisation confirme ces résultats, tout en mettant en évidence le gradient urbain-rural observé précédemment dans l intensité de la communication extérieure. Les colonnes (4), (5), et (6) donnent les résultats des régressions effectuées pour les seuls salariés dont l emploi est localisé respectivement dans les zones urbaines, périurbaines, et rurales. Elles montrent en premier lieu que le modèle de communication décrit précédemment est avant tout un modèle urbain : dans les zones urbaines, les résultats, obtenus précédemment sur l ensemble de l échantillon, sont amplifiés alors que sur les autres types d espace aucun des termes croisés des média n est significatif. Dans ces espaces moins urbanisés, le coefficient du face-à-face devient également non significatif alors qu il reste significativement négatif dans l urbain. L impact de l usage du téléphone, pris 14

16 individuellement, est beaucoup plus élevé sur la communication extérieure dans le rural que dans l urbain, en toute logique. Par contre, dans le périurbain, cet impact est assez faible. Le schéma s inverse pour ce qui est de l utilisation du micro-ordinateur : il est faiblement utilisé pour communiquer vers l extérieur dans le rural et plus fortement dans le périurbain. Autre fait remarquable, l impact de la taille de l entreprise n est pas significativement différent de zéro en ville et dans les espaces périurbains, mais il est négatif et important dans le rural. Ainsi, les salariés urbains semblent combiner les différents modes de communication de manière assez complexe, qu ils soient dans des grandes ou petites entreprises, jouant sur les complémentarités et substitutions de ceux-ci et utilisant plus souvent les nouveaux instruments de télécommunication. Les salariés de l espace rural semblent quant à eux mobiliser fortement le téléphone pour communiquer vers l extérieur et très faiblement le micro-ordinateur, tout en minimisant cette communication extérieure en faisant appel aux ressources internes à l entreprise. L espace périurbain étant très grand, en termes de superficie, et très hétérogène, en termes de structures sectorielles, de distance à la ville, on y observe un mélange des deux schémas. CONCLUSIONS Les résultats que nous avons pu mettre en évidence grâce à la richesse de l enquête COI, en termes d intensité et de modes de communication sur le lieu de travail, conduisent à quelques conclusions non triviales. La plus importante concerne le lien entre développement des nouvelles technologies de l information et concentration spatiale des activités. Nous avons pu montrer que, d une part, l intensité de la communication est plus forte en ville qu ailleurs mais que ceci n est pas imputable à une plus forte communication en face-à-face et que, d autre part, les télécommunications ne sont aucunement substituables à ce mode de communication. Les structures de communication sont différentes entre les différents types d espace. Elles sont plus complexes et jouent plus sur les combinaisons entre média en ville, corroborant un modèle dans lequel le choix du mode de communication dépend du type d information à transmettre. Même si ces résultats sont issus d une enquête datant quelque peu et donc menée à une période où l usage des NTIC étaient peu développé, ils ne présagent en rien d une déconcentration des activités liée à ce développement, au contraire. 15

17 References CAIRNCROSS, F. [2001], The Death of Distance, Harvard Business School Press, Boston. CHARLOT, S. et DURANTON, G. [2005], Cities and Workplace Communication: Some French Evidence, Urban Studies, forthcoming. CHARLOT, S. et DURANTON, G. [2004], Communication Externalities and Cities, Journal of Urban Economics, 56: GASPAR, J. and GLAESER, E. L. [1998], Information Technologies and the Future of Cities, Journal of Urban Economics 43: GLAESER, E. L. [1999], Learning in Cities, Journal of Urban Economics 46, GLAESER, E. L. and MARÉ, D. [2001], Cities and Skills, Journal of Labor Economics, 19, GRAHAM, S. and MARVIN, S. [1996], Telecommunications and the City: Electronic Spaces, Urban Places. London: Routledge. GREENAN, N. and GUELLEC, D. [1998], Firm Organisation, Technology and Performance: An Empirical Study, Economics of Innovation and New Technology 6: GREENAN, N. and MAIRESSE, J. [1999], Organisational Change in Manufacturing: What Do We Learn From Firm Representatives and From Their Employees?, National Bureau of Economic Research working paper LEAMER, E. E. and STORPER, M. [2001], The Economic Geography of the Internet Age, Journal of International Business Studies 32: LUCAS, R. E. Jr. [1988], On The Mechanics of Economic Development, Journal of Monetary Economics 22: MARSHALL, A. [1890], Principles of Economics, Macmillan, London. ROSENTHAL, S.S. and STRANGE W.C., [2004], Microfoundations of Urban Increasing Returns: Empirical Evidence, in J. F. Thisse and J. V. Henderson (eds), Handbook of Regional and Urban Economics, vol 4, North-Holland, Amsterdam. StORPER, M. and VENABLES, A. J. [2002], Buzz: The Economic Force of the City. Processed, London School of Economics. 16

18 Annexe 1 : localisation et questions concernant la communication Localisation Les entreprises et donc les salariés ont été localisés dans l espace français, à la commune, puis répartis entre les différentes catégories d espace, construites à partir du Recensement de Population de Rappelons que, selon le découpage officiel de l INSEE, les pôles urbains contiennent les communes dans lesquelles il existe un continu d habitat et au moins emplois. Les zones périurbaines regroupent toutes les communes dans lesquelles au moins 40 % des actifs occupés travaillent dans un pôle urbain. Ici seul, le périurbain mono-polaire (au moins 40 % des actifs vont travailler dans le même pôle) a été qualifié de «périurbain». Notre espace rural concerne donc toutes les communes qui ne sont ni dans les pôles urbains, ni dans le périurbain mono-polaire. Les pôles urbains comprenaient, en 1999, environ 60 % de la population et 70 % des emplois. Environ 65 % de nos observations sont localisées dans l urbain. Il y a donc une légère sous représentation des zones urbaines dans notre échantillon, essentiellement en raison de la relative dispersion des activités industrielles (champ de l enquête) comparativement aux services (très peu représentés dans l enquête). Environ 10 % de nos observations sont localisées dans le périurbain et 25 % dans le rural, tel qu il est défini ici. Questions relatives à la communication Le volet salarié du questionnaire de l Enquête COI comprend environ 80 questions fortement tournées vers les conditions de travail, les changements organisationnels et les technologies de l information. Pour ce qui concerne la communication, nous avons sélectionné les questions suivantes : 30. Etes-vous en contact (en face-à-face ou par téléphone) avec les clients (Toujours/Régulièrement/Parfois/Jamais)? 31. En dehors de vos subordonnés (si vous en avez), donner vous des instructions aux personnes suivantes dans leur travail? a/ Collègues avec qui vous travaillez régulièrement : oui/non/non pertinent. b/ Autres personnes, travaillant dans la même entreprise : O/N/NP. c/ Autres personnes, travaillant dans une autre entreprise (clients, fournisseurs ) : O/N/NP. 32. En dehors de votre supérieur, recevez-vous des instructions des personnes suivantes pour effectuer votre travail? a/ Collègues avec qui vous travaillez régulièrement : oui/non/non pertinent. b/ Autres personnes, travaillant dans la même entreprise : O/N/NP. c/ Autres personnes, travaillant dans une autre entreprise (clients, fournisseurs ) : O/N/NP. 34. Comment recevez-vous les instructions importantes pour votre travail? a/ En face-à-face : O/N. 17

19 b/ Par téléphone : O/N. c/ Par écrit (y compris fax, télex, etc.) : O/N. d/ Micro-ordinateur ( s, etc.) : O/N. e/ Une autre machine (écran de contrôle, etc.) : O/N. 40. Travaillez-vous en équipe? O/N. 40b. Si oui, le faites-vous avec les personnes suivantes? a/ Collègues du même service : O/N. b/ Autres personnes de la même entreprise : O/N. c/ Autres personnes extérieures à l entreprise : O/N. 40c. Si oui, quel type de travail effectuez-vous? Conception (design ou recherche) / production. 52. Utilisez-vous un micro-ordinateur ou une station de travail pour votre travail? O/N. 55. Utilisez-vous des technologies de l information pour rechercher de l information? O/N. 68. Utilisez-vous Internet au travail? O/N. 69. Utilisez-vous un intranet au travail? O/N. Annexe 2 : Indices de communication Les réponses à toutes les questions binaires ont été codées 1, pour oui, et 0, pour non. Les réponses à la question 30 ont été codées 4, pour le niveau le plus élevé de communication, 3, 2, et 1 pour les niveaux plus faibles. Nous les avons ensuite agrégées dans des indices de communication. ComT est une moyenne pondérée. Nous avons donné un poids égal à chacune des dimensions suivantes ; - Communication interne à l entreprise (somme de 31a, 31b, 32a, 32b, 40b a, et 40b-b). - Communication externe à l entreprise (somme de 31c, 32c, et 40b-c). - Intensité de la communication (30). - Media (somme de 34a, b, c, d, e, 52, 55, 68, et 69). - Participation à une activité créative avec d autres (40c). Cet indice est normalisé pour être compris entre 0 et 100. ComE est calculé exactement de la même manière que ComT mais en excluant toutes les questions concernant la communication interne. 18

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Evaluer l ampleur des économies d agglomération

Evaluer l ampleur des économies d agglomération Pierre-Philippe Combes GREQAM - Université d Aix-Marseille Ecole d Economie de Paris CEPR Janvier 2008 Supports de la présentation Combes, P.-P., T. Mayer et J.-T. Thisse, 2006, chap. 11. Economie Géographique,

Plus en détail

Face-à-face, téléphone ou internet : comment les PME bretonnes communiquent entre elles?

Face-à-face, téléphone ou internet : comment les PME bretonnes communiquent entre elles? Face-à-face, téléphone ou internet : comment les PME bretonnes communiquent entre elles? Anne Aguiléra et Virginie Lethiais La distance n est pas un frein aux relations entre entreprises : d autres formes

Plus en détail

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Note Méthodologique Dernière mise à jour : 27-1-214 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Présentation de l enquête L Insee réalise depuis janvier 1987 l enquête mensuelle de conjoncture

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

Les modes de communication et leurs combinaisons : quand l espace compte toujours.

Les modes de communication et leurs combinaisons : quand l espace compte toujours. Les modes de communication et leurs combinaisons : quand l espace compte toujours. Version révisée Avril 2006 Sylvie CHARLOT + INRA-CESAER Gilles DURANTON* Université de Toronto Résumé : cet article décrit

Plus en détail

Rapport d enquête: Les stratégies de diversification des cabinets comptables

Rapport d enquête: Les stratégies de diversification des cabinets comptables UNIVERSITÉ DE GAND FACULTÉ D ÉCONOMIE ET D AFFAIRES ACADÉMIQUE 2010 2011 Rapport d enquête: Les stratégies de diversification des cabinets comptables Frederik Verplancke sous la supervision de Prof. dr.

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle :

Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle : Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle : a. Une opération de «production» b. Visant l ensemble des variables d une enquête c. Recherchant

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

Résultats de l enquête de satisfaction de la revue de presse

Résultats de l enquête de satisfaction de la revue de presse Résultats de l enquête de satisfaction de la revue de presse Réalisée quotidiennement par la CCI de Quimper Cornouaille, la revue de presse a pour objectif de présenter l essentiel de l actualité économique

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Le présent chapitre doit être lu en conjonction avec les Dispositions générales sur les pratiques de publicité et de communication

Plus en détail

Impact des messages "Pic de pollution" affichés sur PMV

Impact des messages Pic de pollution affichés sur PMV Impact des messages "Pic de pollution" affichés sur PMV Myriam Hugot - IFSTTAR Fabrice Reclus - CETE de Lyon 7 janvier 2011 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL Ministère de l'écologie, du Développement

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES 1 CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES Cécile AYERBE Michel BERNASCONI L a création d entreprises innovantes a fait l objet d attention de la part des chercheurs du fait de la complexité

Plus en détail

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Intervention n 7.1 Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Jean-Pierre Nicolas - directeur adjoint du Laboratoire d Economie des Transports La présentation que je vais faire [diapositive

Plus en détail

Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston. 2011-2012 LACHAAL Rafik

Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston. 2011-2012 LACHAAL Rafik Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston 2011-2012 LACHAAL Rafik I. Introduction Les données choisis concernent les logements en banlieue de Boston. Celle-ci

Plus en détail

Lancement d une enquête AFIP dans le cadre du colloque Diversité + Université = Chômage? Freins et perspectives pour accéder au marché de l emploi

Lancement d une enquête AFIP dans le cadre du colloque Diversité + Université = Chômage? Freins et perspectives pour accéder au marché de l emploi Centre de ressources et de recrutement pour les jeunes diplômés issus de l immigration Lancement d une enquête AFIP dans le cadre du colloque Diversité + Université = Chômage? Freins et perspectives pour

Plus en détail

Problématique de la qualité des données statistiques

Problématique de la qualité des données statistiques Revue du Schéma directeur de la Statistique du Mali Problématique de la qualité des données statistiques La qualité : «l ensemble des propriétés et caractéristiques d un produit ou d un service qui lui

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations Chapitre V : Résultats Les corrélations présentées par la suite, sont celles qui correspondent aux chiffres choisis (corrélation de 0,13 ou 0,13), et celles que nous avons jugées les plus significatifs

Plus en détail

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête Fiche qualité relative à Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Nom Années de Périodicité Panel (suivi d échantillon) Services concepteurs Service réalisant Sujets principaux traités dans Carte d

Plus en détail

ENQUETE SUR LES BESOINS INFORMATIQUES DES STRUCTURES DE L'ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

ENQUETE SUR LES BESOINS INFORMATIQUES DES STRUCTURES DE L'ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ENQUETE SUR LES BESOINS INFORMATIQUES DES STRUCTURES DE L'ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE URL d origine du document : http://talcod.net/?q=node/59 Juillet 2011 - version 1.0 Licence Creative Commons BY-SA

Plus en détail

Mobilités professionnelles et formation continue

Mobilités professionnelles et formation continue Mobilités professionnelles et continue Pauline GIVORD, Lionel WILNER 7 décembre 2009 Introduction Dans un contexte de flexibilisation accrue du marché du travail (Givord 2006), il est important de comprendre

Plus en détail

Journée d échanges du RET Transports, croissance économique et développement territorial

Journée d échanges du RET Transports, croissance économique et développement territorial Journée d échanges du RET Transports, croissance économique et développement territorial Coûts de transport et inégalités régionales: Les apports de la nouvelle économie géographique Miren Lafourcade Paris-Jourdan

Plus en détail

ANALYSE BIVARIÉE DE VARIABLES QUALITATIVE ET QUANTITAVIE Analyse de Variance (ANOVA)

ANALYSE BIVARIÉE DE VARIABLES QUALITATIVE ET QUANTITAVIE Analyse de Variance (ANOVA) ANALYSE BIVARIÉE DE VARIABLES QUALITATIVE ET QUANTITAVIE Analyse de Variance (ANOVA) Dominique LAFFLY Maître de Conférences, Université de Pau Laboratoire Société Environnement Territoire UMR 5603 du CNRS

Plus en détail

La Qualité des données de cadrage. Jérôme NERAUDAU Directeur Etudes & Méthodes Scientifiques

La Qualité des données de cadrage. Jérôme NERAUDAU Directeur Etudes & Méthodes Scientifiques La Qualité des données de Jérôme NERAUDAU Directeur Etudes & Méthodes Scientifiques Sommaire La qualité des données de I Les données INSEE a) Les différentes sources utilisables b) La mise au point d une

Plus en détail

La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012

La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012 DREAL Champagne- Ardenne Juin 2014 OBSERVATION ET STATISTIQUES Le logement en chiffres La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012 En 2012, 2 191 permis ont été délivrés en Champagne-Ardenne

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

Burkina Faso Profil pays EPT 2014

Burkina Faso Profil pays EPT 2014 Burkina Faso Profil pays EPT 14 Contexte général Situé au cœur de l Afrique occidentale, dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est l un pays des pays les plus peuplés de la sous-région Ouest-africaine

Plus en détail

L impact de la libre circulation des personnes sur les salaires en Suisse

L impact de la libre circulation des personnes sur les salaires en Suisse L impact de la libre circulation des personnes sur les salaires en Suisse L accord sur la libre circulation des personnes (ALCP) avec les États de l UE et de l AELE, entré en vigueur en juin, marque un

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique.

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique. DETERMINER LES INDICATEURS Une fois les objectifs clairement définis, il est nécessaire d y associer des indicateurs pour le suivi régulier des actions mises en œuvre en vue d atteindre la référence souhaitée.

Plus en détail

Opportunities and challenges for the SMEs during the current crisis and in the future even more globalized economy

Opportunities and challenges for the SMEs during the current crisis and in the future even more globalized economy Opportunities and challenges for the SMEs during the current crisis and in the future even more globalized economy Ms. Martine Boutary, PhD Lecturer at the Toulouse Business School, m.boutary@esc-toulouse.fr

Plus en détail

Expertise, Indépendance et Performances Durables

Expertise, Indépendance et Performances Durables Expertise, Indépendance et Performances Durables Atelier «Gouvernance et engagement actionnarial» Chaire «Finance durable et Investissement Responsable» Gwenaël Roudaut Ecole Polytechnique 2 juillet 2012

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques.

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques. L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques 1 BUTS DU COURS : se familiariser avec le vocabulaire statistique o variable dépendante, variable indépendante o statistique descriptive,

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE UITWERKING VAN EEN WIJKMONITORING DIE HET HELE GRONDGEBIED VAN HET BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

Comment calculer la précision des estimateurs composites d Esane

Comment calculer la précision des estimateurs composites d Esane Comment calculer la précision des estimateurs composites d Esane Thomas Deroyon Insee - 18 Bd Adolphe Pinard Paris, thomas.deroyon@insee.fr Résumé. Les statistiques structurelles d entreprise permettent

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR Etude statistique des données fournies par MEDIAFOR Avant-propos Cette étude a été réalisée par l

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique

Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique Rapport d analyse au niveau des entreprises, Juin 2015 RESUME Droits de propriété intellectuelle et résultats

Plus en détail

CHAPITRE 2. Genre, structure du ménage et conditions de vie

CHAPITRE 2. Genre, structure du ménage et conditions de vie CHAPITRE 2 Genre, structure du ménage et conditions de vie Le type de ménage dans lequel vit une personne peut avoir une influence sur son accès aux ressources, telles que la nourriture, les médicaments,

Plus en détail

des ménages en 2012 Montant moyen dépensé (en euros)

des ménages en 2012 Montant moyen dépensé (en euros) COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 645 Juin 2015 Consommations énergétiques des ménages en 2012 OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION En 2012, la dépense moyenne annuelle en

Plus en détail

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages S. Winandy, R. Palm OCA GxABT/ULg oca.gembloux@ulg.ac.be décembre 2011 1 Introduction La Direction Générale Statistique

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES François JEGER Le parc de véhicules automobiles en service vieillit de trois mois par an depuis 1993 : la durée de vie médiane

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

NOUVELLES TECHNOLOGIES ET MARCHÉ DU TRAVAIL JUIN 2015

NOUVELLES TECHNOLOGIES ET MARCHÉ DU TRAVAIL JUIN 2015 NOUVELLES TECHNOLOGIES ET MARCHÉ DU TRAVAIL JUIN 2015 INFORMATISATION/AUTOMATISATION ET TÂCHES (1/3) Une tâche est aujourd hui réalisable par un ordinateur/robot de façon autonome si elle est codifiable

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

Résultats de l enquête EPCI

Résultats de l enquête EPCI Sondage Résultats de l enquête EPCI Intitulé du sondage : Les EPCI françaises et Internet Intranet, Extranet Référence : 02SD421 Destinataire(s) : Répondants à l enquête Version : 1.0 Date : Octobre 2002

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé 48 4 MANAGEMENT IMMOBILIER : COMMENT LES ENTREPRISES GÈRENT LEUR SIÈGE SOCIAl Par Ingrid Nappi-Choulet, professeur à l ESSEC, fondatrice et responsable de l Observatoire du management immobilier. 4.1 /

Plus en détail

Les classements des revues SHS, affichés sur le site de l AERES. Le cas des revues de psychologie

Les classements des revues SHS, affichés sur le site de l AERES. Le cas des revues de psychologie Les classements des revues SHS, affichés sur le site de l AERES. Le cas des revues de psychologie Classement dans les 15 domaines SHS Domaine Mise en ligne Catégories Anthropologie - Ethnologie 10/02/10

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

J.12. Annexe LIGNE 15 OUEST DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE. Été 2015

J.12. Annexe LIGNE 15 OUEST DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE. Été 2015 LIGNE 15 : PONT DE SÈVRES < > SAINT-DENIS PLEYEL (LIGNE ROUGE) LIGNE 15 OUEST DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE Été 2015 J.12 Annexe Suites données par la Société du Grand

Plus en détail

Documentation sur les indices des prix de transaction

Documentation sur les indices des prix de transaction Documentation Indice des prix de transaction 1/7 Wüest & Partner AG Gotthardstrasse 6 CH-8002 Zürich Telefon +41 44 289 90 00 Fax +41 44 289 90 01 www.wuestundpartner.com 1 Etat Décembre 2012 Documentation

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES

LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES Enquêtes : AGEFOS-PME, CGPME, CCI des Ardennes Analyse : Observatoire économique - CCI des Ardennes Direction de la formation, des études économiques,

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

Etat de la construction bois

Etat de la construction bois Etat de la construction bois en Belgique 2011-2014 Société L Artboiserie - Patrice Hennaut 7 % 7 % 2 % 1 % 83 % poursuite de l enquête 2011-2012 menée par Hout Info Bois Ossature en bois Bois massif empilé

Plus en détail

Radio et télévision 15 %

Radio et télévision 15 % culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail Thème : Transport durable Orientation : Faire évoluer les pratiques de mobilité L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail par aire urbaine et département hors aires urbaines La part

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03 1 «REDUCTION DES CONSOMMATIONS ELECTRIQUES DES PARTIES COMMUNES D IMMEUBLES COLLECTIFS ET DE BATIMENTS TERTIAIRES» Contexte et enjeux Les consommations d électricité des parties communes (éclairage des

Plus en détail

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Assemblée Générale des étudiants de Louvain 17 juin 2015 1 Avant-propos Depuis quelques semaines, la question de la surpopulation dans les filières

Plus en détail

Le Crédit d impôt recherche : 4,2 milliards dans la trappe des profits

Le Crédit d impôt recherche : 4,2 milliards dans la trappe des profits par Henri-Edouard Audier Le Crédit d impôt recherche : 4,2 milliards dans la trappe des profits Résumé Il ressort d un document récent du ministère sur le Crédit d impôt recherche (CIR) : (i) que celui-ci

Plus en détail

La couverture du délai de carence des arrêts maladie en France : Déterminants et impact sur l absentéisme

La couverture du délai de carence des arrêts maladie en France : Déterminants et impact sur l absentéisme La couverture du délai de carence des arrêts maladie en France : Déterminants et impact sur l absentéisme Catherine Pollak DREES, Centre d Economie de la Sorbonne Discussion : Roméo Fontaine, LEG (Université

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

ADOPTION DE L INTERNET ET PERFORMANCES DES ENTREPRISES BÉNINOISES. Par Yves Yao SOGLO

ADOPTION DE L INTERNET ET PERFORMANCES DES ENTREPRISES BÉNINOISES. Par Yves Yao SOGLO ADOPTION DE L INTERNET ET PERFORMANCES DES ENTREPRISES BÉNINOISES Par Yves Yao SOGLO PLAN INTRODUCTION OBJECTIFS METHODOLOGIE RESULTATS RECOMMENDATIONS INTRODUCTON Les enjeux soulevés par l usage des nouvelles

Plus en détail

Session B2: Assurance

Session B2: Assurance 33 èmes Journées des Économistes de la Santé Français 1 er et 2 décembre 2011 Session B2: Assurance Auteurs: Sophie Guthmuller et Jérôme Wittwer, Université Paris-Dauphine Référé: Aurore Pélissier, CERDI,

Plus en détail

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research RÉSUMÉ DE RECHERCHE Comparaison des résultats d élèves issus ou non d établissements dispensant les programmes de l IB au programme ISA d évaluation des écoles internationales, et au questionnaire sur

Plus en détail

L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France

L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France Baggio, S. & Sutter, PE. Résumé de la communication orale présentée au colloque

Plus en détail

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Laure BERTHELEMY Mars 2013 L enquête : Le développement de l usage des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) au sein

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 2. La production dans l entreprise Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.1 : Comment l entreprise produit-elle?

Plus en détail

Fiche qualité SRCV 2009. Carte d identité de l enquête

Fiche qualité SRCV 2009. Carte d identité de l enquête Fiche qualité SRCV 2009 Nom Carte d identité de Enquête Statistique sur les ressources et les conditions de vie Année de Les données de sont relatives à 2009 La première enquête SRCV a démarré en 2004.

Plus en détail

Méthodes d investigation

Méthodes d investigation Méthodes d investigation 1 LE QUESTIONNAIRE LE questionnaire 1. l économie générale du questionnaire : 2. L avant questionnaire 3. la construction du questionnaire 4. Le choix de l échantillon 2 1. Le

Plus en détail

1. INTRODUCTION. Un peu d histoire

1. INTRODUCTION. Un peu d histoire 1. INTRODUCTION Avant de nous intéresser aux technologies des réseaux actuelles, il est important de retracer en quelques points l évolution de l outil informatique afin de nous permettre d appréhender

Plus en détail