THEME : LES ENJEUX DE LA COMMUNICATION A LA GARDE DE SECURITE PENITENTIAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "THEME : LES ENJEUX DE LA COMMUNICATION A LA GARDE DE SECURITE PENITENTIAIRE"

Transcription

1 MINISTERE DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE, BURKINA FASO DE LA DECENTRALISATION ET DE LA SECURITE ********* ************ Unité-Progrès-Justice SECRETARIAT GENERAL ************ DIRECTION DE L ECOLE NATIONALE DE POLICE MONOGRAPHIE DE FIN DE CYCLE Pour l obtention du diplôme d Inspecteur de Sécurité Pénitentiaire THEME : LES ENJEUX DE LA COMMUNICATION A LA GARDE DE SECURITE PENITENTIAIRE Présentée et soutenue publiquement par : MEDA Bob-Zié Wilfrid, PROMOTION

2 DEDICACE A la mémoire de notre oncle, MEDAH Charles, arraché prématurément à notre affection. ii

3 REMERCIEMENTS Nous remercions : nos père et mère pour leur amour du berceau jusqu à maintenant, notre compagne Aïssata ILBOUDO et notre fille Malika, qui ont été pour nous une source inépuisable d inspiration, nos oncles, Alain SOME et Eric MEDAH, pour leurs soutiens multiformes, nos amis, Yves MEDA, Moumouni KOANDA, Jean-Yves SOME et Sahidou KABORE, monsieur Kianvouro Hugues MEDA, qui a bien voulu nous prêter son matériel informatique, monsieur Boukary NITIEMA, directeur de la communication et de la presse ministérielle du Ministère de la Justice, le commissaire principal Léandre SORGO, chef de la division communication et relations publiques de la Direction Générale de la Police Nationale, monsieur, Nestor YARO, enseignant à l E.N.P, monsieur, Patrice DA, communicateur, l Inspecteur de Sécurité Pénitentiaire Pascal DABIRE, l Inspecteur de Sécurité Pénitentiaire, Abdoulaye KEBRE, secrétaire particulier du directeur général de la Garde de Sécurité Pénitentiaire. Ingrat, serions-nous, si nous omettons de dire un grand merci au directeur de l Ecole Nationale de Police et à tous les encadreurs, qui n ont ménagé aucun effort pour que notre formation soit de qualité. Enfin, nous disons merci à tous les élèves inspecteurs et commissaires des promotions , ainsi qu à tous ces anonymes qui ont apporté leur pierre à la réalisation de cet oeuvre aussi humaine que perfectible. iii

4 EPIGRAPHE «Parlez afin que je vous connaisse» PLATON ( av. J.C) iv

5 SOMMAIRE INTRODUCTION GENERALE 1 CHAPITRE I : IMPORTANCE DE LA COMMUNICATION A LA GSP 3 Section I : Généralités 3 Paragraphe I : Clarification conceptuelle 3 Paragraphe II : Typologie, outils et moyens de communication 6 Section II : Avantages de la communication pour la GSP 9 Paragraphe I : Avantages de la communication interne 9 Paragraphe II : Avantages de la communication externe pour la GSP 12 CHAPITRE II : DESCRIPTION DE LA PRATIQUE DE LA COMMUNICATION A 17 LA GSP 17 Section I : Situation de la communication à la GSP 17 Paragraphe I : Pratique de la communication interne à la GSP 17 Paragraphe II : Communication externe de la GSP 21 Section II : Difficultés de communication à la GSP et suggestions 26 Paragraphe I : Problèmes de communication 26 Paragraphe II : Propositions pour l amélioration des activités de communication à la GSP 28 CONCLUSION GENERALE 32 BIBLIOGRAPHIE 34 ANNEXE vi TABLE DES MATIERES xiii v

6 SIGLES ET ABREVIATIONS CAP : DAPRS : DCPM : DGGSP : ENP : GSP : MACO : MJPDH : TIC : Op. Cit. : Commission d Application des Peines Direction de l Administration Pénitentiaire et de la Réinsertion Sociale Direction de la Communication et de la Presse Ministérielle Direction Générale de la Garde de Sécurité Pénitentiaire Ecole Nationale de Police Garde de Sécurité Pénitentiaire Maison d Arrêt et de Correction de Ouagadougou Ministère de la Justice et de la Promotion des Droits Humains Technologies de l Information et de la Communication Opere Citato

7 INTRODUCTION GENERALE L emprisonnement considéré comme la peine principale de l arsenal répressif de la société, est une invention du XVIe siècle plus précisément de 1553 à Londres en Angleterre. Autrefois impitoyable lieu de correction physique, la prison a évolué sous l influence de la démocratisation de la plupart des Etats du monde. De nos jours, la prison ne se contente plus de protéger la société contre ses éléments dangereux mais plus que par le passé, c est son humanisation qui est au coeur des actions de l administration pénitentiaire. Pour mémoire, les prisons au Burkina Faso étaient gérées au départ par la Garde Républicaine. Entretemps, elles passeront entre les mains de la Police nationale pour revenir à l Armée. C est sous la Révolution du 04 Août 1983, que la Garde de Sécurité Pénitentiaire (GSP) est créée par décret n / CNR/ PRES/ MJ du 17Août Le souci des autorités à l époque était d intégrer une dimension plus humaine dans la gestion des établissements pénitentiaires et d y apporter plus de professionnalisme en la confiant à une «unité paramilitaire spécialisée». Aux termes du deuxième article du décret sus-cité, la GSP a pour mission d assurer l application des lois et règlements relatifs à la sécurité des établissements pénitentiaires. Outre cette mission régalienne, les personnels pénitentiaires sont chargés de prendre toutes les mesures utiles à la réinsertion sociale des détenus, conformément à la législation nationale1 et aux instruments juridiques internationaux2. 1 Voir KITI n An VI 0103/FP/MIJ du 1er Décembre 1988 portant Organisation, Régime et Règlementation des établissements pénitentiaires au Burkina Faso 2 Voir Ensemble des règles minima pour le traitement des détenus adopté par le premier Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et le traitement des délinquants, tenu à Genève en Voir organigramme de la DGGSP en annexe 1 4 Le terme agent désigne dans la présente monographie, tout fonctionnaire appartenant à la GSP qu il soit Agent, Assistant, Contrôleur ou Inspecteur La Garde de Sécurité Pénitentiaire est organisée autour d une direction générale3 qui tient ses attributions du décret n /PRES/PM/MJPDH du 26 Juillet 2011 portant organisation du Ministère de la Justice, de la Promotion des Droits Humains (MJPDH). En dépit de l humanisation progressive des prisons, celles-ci demeurent toujours un monde ignoré et craint du grand public. L image de la prison reste marquée par certains clichés et le personnel de la GSP, pivot de l institution pénitentiaire n est pas en reste. A ce propos, le sens commun se laisse souvent convaincre que l agent4 de la GSP est de moralité tout aussi 2

8 douteuse que les détenus qu il garde. Cette situation pose la problématique de la méconnaissance de la GSP et n est pas sans conséquences sur la réalisation des missions assignées à l institution pénitentiaire. Dans un monde où communiquer est devenu le leitmotiv de toutes les corporations tant publiques que privées, devrons-nous voir en cette méconnaissance de la GSP, un déficit de communication voire une absence de communication? En tout état de cause, il semble de plus en plus admis que toute organisation est appelée à se construire une bonne et meilleure image c est-àdire une identité visuelle tant dans sa production interne qu externe. Au demeurant, la communication à travers l information et la sensibilisation sur les missions contribue à l atteinte des objectifs fixés. Dès lors, communiquer devient une exigence si l on veut être efficace. Fort de cette conviction, nous avons jugé utile de mener la réflexion sur le thème ainsi libellé : «Les enjeux de la communication à la Garde de Sécurité Pénitentiaire». Pour obtenir les données nécessaires à notre étude, il a été utile pour nous de passer par les étapes suivantes : premièrement, une phase exploratoire au cours de laquelle nous avons effectué une recherche documentaire sur le thème ; deuxièmement, la réalisation d entretiens semi-directifs auprès de certaines personnes ressources et l administration d un questionnaire au public. Tout cela a abouti à la présentation de notre travail en deux chapitres. Dans un premier chapitre, nous présenterons l importance de la communication pour la GSP. Mais avant de nous pencher sur ce volet essentiel de notre étude, nous apporterons, au titre des généralités, quelques éclairages relatifs aux concepts de sécurité pénitentiaire et de communication. Dans un deuxième chapitre, nous ferons une description de la pratique de la communication interne et externe à la GSP, avec les difficultés rencontrées. Au regard de ces difficultés, nous ne manquerons pas de proposer des modalités de renforcement de la pratique de communication à la GSP afin que cette institution puisse capitaliser au mieux les avantages de la communication.

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET BURKINA FASO ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

MÉMORANDUM D ACCORD ENTRE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET L ORGANISATION DES NATIONS UNIES SUR LE RENFORCEMENT DE LA CAPACITÉ DES

MÉMORANDUM D ACCORD ENTRE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET L ORGANISATION DES NATIONS UNIES SUR LE RENFORCEMENT DE LA CAPACITÉ DES MÉMORANDUM D ACCORD ENTRE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET L ORGANISATION DES NATIONS UNIES SUR LE RENFORCEMENT DE LA CAPACITÉ DES ÉTATS À EXÉCUTER, CONFORMÉMENT AUX RÈGLES INTERNATIONALES QUI RÉGISSENT

Plus en détail

2014 Lyon est une chance Sécurité, la complémentarité avec l Etat. Optimiser les capacités d intervention et de présence de la police nationale

2014 Lyon est une chance Sécurité, la complémentarité avec l Etat. Optimiser les capacités d intervention et de présence de la police nationale Les derniers bilans sécurité du Préfet font état d une ville relativement sûre, où les délits et crimes en augmentation requièrent d abord des moyens d investigation (cambriolages, crimes intrafamiliaux).

Plus en détail

LE MINISTRE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE L INNOVATION

LE MINISTRE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE L INNOVATION MINISTERE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE L INNOVATION ---------- SECRETARIAT GENERAL ---------- DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PLANIFICATION BURKINA FASO ----- Unité-Progrès-Justice Arrêté n 2012 /MRSI/SG/DEP

Plus en détail

VU le décret n 2012-1038/PRES du 31 décembre 2012 portant nomination du Premier Ministre ;

VU le décret n 2012-1038/PRES du 31 décembre 2012 portant nomination du Premier Ministre ; Décret 2014-582 PRES/PM/MEF du 10 juillet 2014 portant création, attributions, organisation, composition et fonctionnement du dispositif institutionnel de préparation du Projet pôle de croissance du Sahel.

Plus en détail

Décret n 2002-254/PRES/PM/SGG-CM du 17 juillet 2002 (JO N 31 2002)

Décret n 2002-254/PRES/PM/SGG-CM du 17 juillet 2002 (JO N 31 2002) Décret n 2002-254/PRES/PM/SGG-CM du 17 juillet 2002 (JO N 31 2002) portant organisation-type des départements ministériels. LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES, Vu la Constitution

Plus en détail

DISCOURS DU PRESIDENT DU COMITE DE PILOTAGE DU CIFAL OUAGADOUGOU

DISCOURS DU PRESIDENT DU COMITE DE PILOTAGE DU CIFAL OUAGADOUGOU DISCOURS DU PRESIDENT DU COMITE DE PILOTAGE DU CIFAL OUAGADOUGOU Monsieur Carlos LOPES, Directeur Général de l UNITAR et Sous-secrétaire Général des Nations Unies, Monsieur Edwin FORLEMU, Secrétaire Exécutif

Plus en détail

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES MINISTERE DE LA COMMUNICATION, CHARGE DES RELATIONS AVEC LE CONSEIL BURKINA FASO Unité - Progrès - Justice NATIONAL DE LA TRANSITION ------------ C A B I N E T COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES (MCOM-CRCNT

Plus en détail

Règles et normes de l Organisation des Nations Unies

Règles et normes de l Organisation des Nations Unies Règles et normes de l Organisation des Nations Unies en matière de prévention du crime et de justice pénale Aide-mémoire des Casques bleus Vous avez signé un contrat avec l Organisation des Nations Unies

Plus en détail

modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en matière pénale (LaCP) (E 4 10)

modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en matière pénale (LaCP) (E 4 10) Secrétariat du Grand Conseil PL 11404 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt : 19 mars 2014 Projet de loi modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en

Plus en détail

Les droits et devoirs des chefs d établissement

Les droits et devoirs des chefs d établissement Les droits et devoirs des chefs d établissement MODULE 1 Éléments de droit pénal général 1 re partie Cadre juridique et modalités d intervention du chef d établissement 2 e partie ÉLÉMENTS DE DROIT PÉNAL

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur l Albanie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur l Albanie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, le 8 octobre 2009 Public Greco RC-II (2007) 12F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE MASTER RECHERCHE DROIT ECONOMIQUE DE L ECOLE DOCTORALE DE LA FDSP TCHAOUROU/UP

APPEL A CANDIDATURE MASTER RECHERCHE DROIT ECONOMIQUE DE L ECOLE DOCTORALE DE LA FDSP TCHAOUROU/UP APPEL A CANDIDATURE MASTER RECHERCHE DROIT ECONOMIQUE DE L ECOLE DOCTORALE DE LA FDSP TCHAOUROU/UP Les besoins du marché et de la recherche évoluent et le droit peut accompagner cette évolution, dans cette

Plus en détail

C o n s e i l L o c a l d e S é c u r i t é e t d e P r é v e n t i o n d e l a D é l i n q u a n c e V I L L E D E L Y O N

C o n s e i l L o c a l d e S é c u r i t é e t d e P r é v e n t i o n d e l a D é l i n q u a n c e V I L L E D E L Y O N C o n s e i l L o c a l d e S é c u r i t é e t d e P r é v e n t i o n d e l a D é l i n q u a n c e V I L L E D E L Y O N Assurer la complémentarité entre la prévention, la répression et la solidarité

Plus en détail

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution.

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. Le Président de la République Vu la Constitution, Vu la loi n 90-07 du 28 juin 1990 relative à l organisation

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

«La prison est la seule solution pour préserver la société.»

«La prison est la seule solution pour préserver la société.» «La prison est la seule solution pour préserver la société.» Nous n enfermons rien d autre en prison qu une partie de nous-mêmes, comme d autres abandonnent sur le bord de la route leurs souvenirs encombrants

Plus en détail

LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES

LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES BURKINA FASO Unité Progrès Justice ---------- DECRET n 2010-388 /PRES/PM/MFPRE portant organisation du Ministère de la fonction publique et de la réforme de l Etat. LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL

Plus en détail

PLAN DE TRAVAIL ANNUEL 2010

PLAN DE TRAVAIL ANNUEL 2010 RBF ssociation des Régions du Burkina Faso Tél : 50 33 12 64 Fax : 50 33 12 61 Récépissé n 2007-607/MTD/SG/DGLPP/DOSOC BURKIN FSO Unité-Progrès-Justice SSOCITION DES REGIONS DU BURKIN FSO (RBF) PLN DE

Plus en détail

LOI N 013-2013/AN BURKINA FASO IV E REPUBLIQUE ----------- ----------- PORTANT REGLEMENTATION DE LA PROFESSION DE COMMERÇANT AU BURKINA FASO

LOI N 013-2013/AN BURKINA FASO IV E REPUBLIQUE ----------- ----------- PORTANT REGLEMENTATION DE LA PROFESSION DE COMMERÇANT AU BURKINA FASO BURKINA FASO IV E REPUBLIQUE ----------- ----------- UNITE-PROGRES-JUSTICE CINQUIEME LEGISLATURE ----------- ASSEMBLEE NATIONALE LOI N 013-2013/AN PORTANT REGLEMENTATION DE LA PROFESSION DE COMMERÇANT

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 141 14 août 2007. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 141 14 août 2007. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2485 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 141 14 août 2007 S o m m a i r e Loi du 24 juillet 2007 portant 1.

Plus en détail

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE 209 DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE Pierre Caspard Service d Histoire de l Éducation, France. En février 2013, Antoine Prost a reçu des mains du ministre de l Éducation nationale français,

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières

Textes de référence : Table des matières Les alternatives aux peines d'emprisonnement et le Juge d'application des peines au Niger Textes de référence :! Code pénal du NIGER, Niamey1993.! Code de procédure pénale du NIGER.! Décret n 96-069 du

Plus en détail

9/1/2015 DECRET Nº 2013-480/PRES du 14 juin 2013 promulguant la loi n 013-2013/AN du 07 mai 2013 portant réglementation de la profession de commerça

9/1/2015 DECRET Nº 2013-480/PRES du 14 juin 2013 promulguant la loi n 013-2013/AN du 07 mai 2013 portant réglementation de la profession de commerça DECRET Nº 2013-480/PRES du 14 juin 2013 promulguant la loi n 013-2013/AN du 07 mai 2013 portant réglementation de la profession de commerçant au Burkina Faso. JO N 29 DU 18 JUILLET 2013 LE PRESIDENT DU

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

Rapport du jury de l examen professionnel de chargé d études documentaires principal

Rapport du jury de l examen professionnel de chargé d études documentaires principal Secrétariat Général Direction des Ressources Humaines Sous-direction du recrutement et de la mobilité Bureau des recrutements par concours RM 1 Rapport du jury de l examen professionnel de chargé d études

Plus en détail

Projet MAE médicaments falsifiés en Afrique de l ouest : Proposition de la CIOPF

Projet MAE médicaments falsifiés en Afrique de l ouest : Proposition de la CIOPF Projet MAE médicaments falsifiés en Afrique de l ouest : Proposition de la CIOPF Olivier ANDRIOLLO Novembre 2012 Le Projet MAE : Lutte contre les Médicaments Falsifiés en Afrique de L ouest A Contexte

Plus en détail

Le Comité des Ministres, en vertu des articles 15.a et 16 du Statut du Conseil de l Europe,

Le Comité des Ministres, en vertu des articles 15.a et 16 du Statut du Conseil de l Europe, Résolution CM/Res(2013)13 sur le statut du Comité d'experts sur l'évaluation des mesures de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme (MONEYVAL) (adoptée par le Comité des

Plus en détail

L Exécution des peines en milieu ouvert

L Exécution des peines en milieu ouvert L Exécution des peines en milieu ouvert en Italie Bordeaux, 28 juin 2007 Eustachio Vincenzo Petralla - Seminaire CEP - Bordeaux 1 La législation Aujourd hui l exécution pénale en milieu ouvert en Italie

Plus en détail

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr Pays de l Afrique de l Ouest limité par : l Océan Atlantique au sud le Nigeria à l Est le Togo à l Ouest le Niger au Nord Est

Plus en détail

DECRET N 97-533/PRES/PM/MATS du 28 novembre 1997 portant Réglementation des activités des Sociétés de gardiennage.

DECRET N 97-533/PRES/PM/MATS du 28 novembre 1997 portant Réglementation des activités des Sociétés de gardiennage. DECRET N 97-533/PRES/PM/MATS du 28 novembre 1997 portant Réglementation des activités des Sociétés de gardiennage. VU la Constitution ; LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES VU le Décret

Plus en détail

Assemblée générale FGF 23 octobre 2012 Ouagadougou Hôtel Azalaï ----------

Assemblée générale FGF 23 octobre 2012 Ouagadougou Hôtel Azalaï ---------- Assemblée générale FGF 23 octobre 2012 Ouagadougou Hôtel Azalaï ---------- GESTION DES TERRES URBAINES AU BURKINA FASO : ETAT DES LIEUX, ENJEUX ET PERSPECTIVES Alain S. Bagré Géomètre Expert Urbaniste

Plus en détail

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe SEUL LE PRONONCE FAIT FOI! 17.06.2014 Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe 19 e Conférence du Conseil

Plus en détail

Vu la loi n 75-83 du 30 décembre 1975, portant loi de finances pour la gestion 1976, notamment les articles 45 et 46 de ladite loi;

Vu la loi n 75-83 du 30 décembre 1975, portant loi de finances pour la gestion 1976, notamment les articles 45 et 46 de ladite loi; Base de données LA LEGISLATION DU SECTEUR DE LA SECURITE EN TUNISIE Décret n 77-24 du 6 janvier 1977, portant mission, attributions et organisation générale de l'ecole Nationale de Formation des Agents

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES STRUCTURES DE LA SECURITE ET DE LA SANTE AU TRAVAIL ET DES COMPETENCES DES ACTEURS

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES STRUCTURES DE LA SECURITE ET DE LA SANTE AU TRAVAIL ET DES COMPETENCES DES ACTEURS 19 ÈME Journée Africaine de la Prévention des Risques Professionnels (JAPRP) 13 ÈME Journée Mondiale de la Sécurité et de la Santé au Travail (JMSST) ABIDJAN, République de COTE D IVOIRE- Salle de CONFÉRENCE

Plus en détail

GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

GESTION DES RESSOURCES HUMAINES NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/49/845/Add.1 9 mars 1995 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS Quarante-neuvième session Point 113 de l ordre du jour GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Examen de

Plus en détail

Bamako, 11-13 décembre 2007

Bamako, 11-13 décembre 2007 Mise en oeuvre des Lignes directrices de Robben Island en Afrique francophone Bamako, 11-13 décembre 2007 RAPPORT NARRATIF Introduction Ce séminaire, co-organisé par L Association pour la Prévention de

Plus en détail

Droit du crédit. Vu le décret n 94-121/PRES du 20 mars 1994, portant nomination du Premier Ministre ;

Droit du crédit. Vu le décret n 94-121/PRES du 20 mars 1994, portant nomination du Premier Ministre ; Droit du crédit DECRET N 94-270/MEFP DU 8 JUILLET 1994 PORTANT MODALITES DE CALCUL DU TAUX EFFECTIF GLOBAL LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES Vu la Constitution ; Vu le décret n 94-121/PRES

Plus en détail

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires FICHE-MESURE Plan pandémie grippale 3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires Validation : 13/10/2011 Ministère-pilote et rédacteur : Ministère chargé de l intérieur Ministères

Plus en détail

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN AXE 4 du PON FSE ASSISTANCE TECHNIQUE Objectif spécifique 1 :

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

BURKINA FASO ------------------ Unité-Progrès-Justice ------------------ MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DU TRAVAIL ET DE LA SECURITE SOCIALE

BURKINA FASO ------------------ Unité-Progrès-Justice ------------------ MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DU TRAVAIL ET DE LA SECURITE SOCIALE BURKINA FASO ------------------ Unité-Progrès-Justice ------------------ MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DU TRAVAIL ET DE LA SECURITE SOCIALE ANNUAIRE STATISTIQUE 2012 Mai 2014 BURKINA FASO **********

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)] Nations Unies A/RES/55/67 Assemblée générale Distr. générale 31 janvier 2001 Cinquante-cinquième session Point 107 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

Dossier de candidature Session «Jeunes» Ile-de-France

Dossier de candidature Session «Jeunes» Ile-de-France Dossier de candidature Session «Jeunes» Ile-de-France Du lundi 23 mars au vendredi 27 mars 2015 École des officiers de la gendarmerie nationale Melun (Seine-et-Marne) L INHESJ L Institut national des hautes

Plus en détail

LE MINISTRE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DU TRAVAIL ET DE LA SECURITE SOCIALE COMMUNIQUE

LE MINISTRE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DU TRAVAIL ET DE LA SECURITE SOCIALE COMMUNIQUE MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE, BURKINA FASO DU TRAVAIL ET DE LA SECURITE SOCIALE =-=-=-=-=- -=-=-=-=-=-=- Unité-Progrès-Justice SECRETARIAT GENERAL -=-=-=-=-=-=- AGENCE GENERALE DE RECRUTEMENT DE L

Plus en détail

PASSEPORT pour tes droits Conseil de l Europe. pour tes droits

PASSEPORT pour tes droits Conseil de l Europe. pour tes droits Conseil de l Europe PA S S E P O R T pour tes droits 1 Conseil de l Europe PA S S E P O R T pour tes droits 2 3 Bienvenue à bord On t a certainement déjà dit qu il y a des choses que tu n as pas le droit

Plus en détail

Guide de rédaction du. Rapport de stage

Guide de rédaction du. Rapport de stage Guide de rédaction du Rapport de stage Public Cible Etudiant de 3ème année licence (sauf informatique) Etablissement Institut des Hautes Etudes à Tunis (IHET) Objectifs Aider l apprenant à choisir son

Plus en détail

LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES

LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES AS/HO BURKINA FASO --------- Unité - Progrès - Justice DECRET N 2010- /PRES/PM/MAHRH/ 400 MRA/MECV/MEF/MATD portant modalités d élaboration et de validation des chartes foncières locales. LE PRESIDENT

Plus en détail

Projet ARCS (Appui au renforcement des capacités statistiques du Burkina Faso) Projet financé par le Fonds européen de développement

Projet ARCS (Appui au renforcement des capacités statistiques du Burkina Faso) Projet financé par le Fonds européen de développement Projet ARCS (Appui au renforcement des capacités statistiques du Burkina Faso) Projet financé par le Fonds européen de développement Mission EDUC2 (Bilan démarche qualité) RAPPORT FINAL 2 Juillet 2008

Plus en détail

Paris, le 31 janvier 2001. Le ministre de l intérieur. Monsieur le préfet de police

Paris, le 31 janvier 2001. Le ministre de l intérieur. Monsieur le préfet de police Paris, le 31 janvier 2001 SOUS-DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES Bureau des relations sociales Le ministre de l intérieur à Monsieur le préfet de police Madame et messieurs les préfets de région, préfets

Plus en détail

«Une préparation aux concours administratifs»

«Une préparation aux concours administratifs» «Une préparation aux concours administratifs» Le Centre de Préparation à l Administration Générale (CPAG) de Sciences Po Lyon prépare aux concours d accès aux emplois de catégorie A des fonctions publiques

Plus en détail

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France Séminaire des 12 et 13 février 2013 Danièle LAJOUMARD, Inspecteur général des Finances C.I.A (Certified Internal

Plus en détail

Conseil général de Maine-et-Loire

Conseil général de Maine-et-Loire Conseil général de Maine-et-Loire Archives départementales de Maine-et-Loire Les dossiers du service éducatif Vision idyllique de Saint-Hilaire. Dessin réalisé en 1869 par Guy de la Tourette n 2 Deux parcours

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

MARIE-SYLVIE DUPONT-BOUCHAT FABIENNE ALEXANDRE ET VERONIQUE STRIMELLE

MARIE-SYLVIE DUPONT-BOUCHAT FABIENNE ALEXANDRE ET VERONIQUE STRIMELLE MARIE-SYLVIE DUPONT-BOUCHAT PROFESSEUR Ä L'UNIVERSITE CATHOLIQUE DE LOUVAIN CENTRE D'HISTOIRE DU DROIT ET DE LA JUSTICE AVEC LA COLLABORATION DE FABIENNE ALEXANDRE ET VERONIQUE STRIMELLE DE LA PRISON A

Plus en détail

DIRECTIVES PRATIQUES POUR L'ORGANISATION ET LA GESTION DE LOGEMENTS EN COPROPRIÉTÉ

DIRECTIVES PRATIQUES POUR L'ORGANISATION ET LA GESTION DE LOGEMENTS EN COPROPRIÉTÉ NATIONS UNIES E Conseil Économique et Social Distr. GÉNÉRALE HBP/1999/7 1er juillet 1999 FRANÇAIS Original : ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L'EUROPE COMITÉ DES ÉTABLISSEMENTS HUMAINS Point 5 d) de

Plus en détail

PROJET D ELECTRIFICATION SOLAIRE D UNE DIZAINE DE LOCALITES DE LA RÉGION DU CENTRE-EST (BURKINA FASO) PRÉSENTATION SOMMAIRE

PROJET D ELECTRIFICATION SOLAIRE D UNE DIZAINE DE LOCALITES DE LA RÉGION DU CENTRE-EST (BURKINA FASO) PRÉSENTATION SOMMAIRE PROJET D ELECTRIFICATION SOLAIRE D UNE DIZAINE DE LOCALITES DE LA RÉGION DU CENTRE-EST (BURKINA FASO) PRÉSENTATION SOMMAIRE Mai - Juin 2008 CONTEXTE BURKINABE Fondation Énergies pour le Monde 1 PROJET

Plus en détail

M2 Droit de l'exécution des peines, droits de l'homme - Promotion 2 006

M2 Droit de l'exécution des peines, droits de l'homme - Promotion 2 006 M2 Droit de l'exécution des peines, droits de l'homme - Promotion 2 006 23 22 En emploi 21 En études 1 Total 22 - - Administration - Autre (CCI, services collectifs, sociaux ) -. Coordination régionale

Plus en détail

Situation évaluateur formalisme

Situation évaluateur formalisme LA PERENNISATION DE L'ENTRETIEN PROFESSIONNEL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE REFERENCES : - loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée, portant droits et obligations des fonctionnaires, et notamment

Plus en détail

ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS

ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS Symposium sur la valorisation des produits agricoles dans les boissons Hôtel HILTON Mars 2013 EXIGENCES ET OBLIGATIONS DE LA SECURITE ALIMENTAIRE DANS

Plus en détail

Strasbourg, le 12 juillet 1999. Programme commun entre la Commission européenne et le Conseil de l'europe pour la Moldova

Strasbourg, le 12 juillet 1999. Programme commun entre la Commission européenne et le Conseil de l'europe pour la Moldova Strasbourg, le 12 juillet 1999 JP\MOLDOVA [s:\jointprogramme\molodva\steerep250599] prison (99) 4 Programme commun entre la Commission européenne et le Conseil de l'europe pour la Moldova RÉFORME DU SYSTÈME

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Rapport du Comité d audit et de contrôle indépendant, 2012-2013

Rapport du Comité d audit et de contrôle indépendant, 2012-2013 Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 58 e réunion Distr. : Restreinte 27 août 2013 Français Original : anglais et français Rapport du Comité d audit et de contrôle indépendant,

Plus en détail

Agnès D ANGIO-BARROS Éric ANCEAU 7 janvier 2014. Les Mardis de l École des chartes

Agnès D ANGIO-BARROS Éric ANCEAU 7 janvier 2014. Les Mardis de l École des chartes Agnès D ANGIO-BARROS Éric ANCEAU 7 janvier 2014 Les Mardis de l École des chartes Plan général I Les grandes dates de la vie de Morny II Les biographies antérieures III L apport des sources accessibles

Plus en détail

Protocole d accord de coopération entre la Cour pénale internationale et le Commonwealth

Protocole d accord de coopération entre la Cour pénale internationale et le Commonwealth Protocole d accord de coopération entre la Cour pénale internationale et le Commonwealth ICC-PRES/10-04-11 Date d entrée en vigueur : 13 juillet 2011 Publication du Journal officiel PROTOCOLE D ACCORD

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéosurveillance

Charte déontologique de la vidéosurveillance Charte déontologique de la vidéosurveillance Ville de Clichy Préambule Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre davantage aux demandes sociales de sécurité et de prévention,

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

Table des matières. I. Nom, vision, mission et langues officielles... 2. II. Adhésion... 2. III. Principe de subsidiarité... 3. IV. Conseil...

Table des matières. I. Nom, vision, mission et langues officielles... 2. II. Adhésion... 2. III. Principe de subsidiarité... 3. IV. Conseil... Table des matières I. Nom, vision, mission et langues officielles... 2 II. Adhésion... 2 III. Principe de subsidiarité... 3 IV. Conseil... 3 V. Dirigeants... 6 VI. Comité exécutif... 6 VII. Autres comités...

Plus en détail

Référentiels interministériels de formation

Référentiels interministériels de formation Livret 4 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Référentiels interministériels de formation OUTILS DE LA GRH p. 2 Référentiels interministériels de formation

Plus en détail

Orientations pour l Enseignement catholique de Paris

Orientations pour l Enseignement catholique de Paris Orientations pour l Enseignement catholique de Paris Développement en Axes, Objectifs et Actions Enseignement catholique de Paris Aux différents acteurs de l Enseignement catholique de Paris Chers amis,

Plus en détail

L INSPECTION DES SERVICES

L INSPECTION DES SERVICES MINISTERE DE L ECONOMIE, DU COMMERCE, DE L INDUSTRIE ET DU TOURISME REPUBLIQUE GABONAISE UNION TRAVAIL - JUSTICE DIRECTION GENERALE DES IMPOTS L INSPECTION DES SERVICES B.P. 45- Libreville Tél : 79.53.76

Plus en détail

APPEL CHEZ VOTRE DÉPUTÉ

APPEL CHEZ VOTRE DÉPUTÉ Monsieur le député/madame la députée APPEL CHEZ VOTRE DÉPUTÉ Bonjour, je me nomme. Je suis un(e) militant(e) pour Amnistie internationale Canada francophone. J aimerais vous rencontrer concernant la révision

Plus en détail

Master complémentaire en droits de l homme. Master. Année académique. Horaire décalé

Master complémentaire en droits de l homme. Master. Année académique. Horaire décalé Master complémentaire en droits de l homme Master Horaire décalé Année académique 2014-2015 Présentation du diplôme Présentation du diplôme Les institutions L Université de Namur (UNamur), fondée en 1831,

Plus en détail

Protection et exploitation scientifique de données statistiques relatives à la protection de la jeunesse

Protection et exploitation scientifique de données statistiques relatives à la protection de la jeunesse Protection et exploitation scientifique de données statistiques relatives à la protection de la jeunesse Chercheurs: Eef GOEDSEELS (nl), Isabelle DETRY (fr) www.incc.fgov.be - A la demande du Ministre

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE MÉTIERS)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE MÉTIERS) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE MÉTIERS) Intitulé (cadre 1) Licence droit, économie, gestion, mention Licence d Administration Publique Autorité responsable de la certification

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 13 septembre 2012 N de pourvoi: 11-20756 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Le Griel, SCP Thouin-Palat et Boucard,

Plus en détail

MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE

MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/SEC//BR/DS/PP/DSA/N 12-04 Danielle SOULAT 01 43 93 84 77 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : CHEF DE PROJET ARCHIVAGE ET SYSTEME D

Plus en détail

Répertoire culturel. Comité arts et culture d Eastman (CACE) Municipalité d Eastman 01/03/2015

Répertoire culturel. Comité arts et culture d Eastman (CACE) Municipalité d Eastman 01/03/2015 2015 Répertoire culturel Comité arts et culture d Eastman (CACE) Municipalité d Eastman 01/03/2015 La culture, un art de vivre à Eastman Nul doute que la notoriété d Eastman comme village de culture n

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE --00-- MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES --ooo--

REPUBLIQUE TUNISIENNE --00-- MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES --ooo-- REPUBLIQUE TUNISIENNE --00-- MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES --ooo-- REPONSE DU GOUVERNEMENT TUNISIEN AU QUESTIONNAIRE ELABORE PAR LE HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME EN VUE

Plus en détail

Institut de la gestion financière du Canada L examen stratégique du point de vue de la Commission nationale des libérations conditionnelles

Institut de la gestion financière du Canada L examen stratégique du point de vue de la Commission nationale des libérations conditionnelles Institut de la gestion financière du Canada L examen stratégique du point de vue de la Commission nationale des libérations conditionnelles Le 23 novembre 2009 1 Aperçu Examen stratégique du gouvernement

Plus en détail

AVIS FORMEL DU CONSEIL D ETAT. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les membres de la commission, * * *

AVIS FORMEL DU CONSEIL D ETAT. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les membres de la commission, * * * CONSEIL D ETAT Château cantonal 1014 Lausanne Commission thématique de la modernisation du parlement Secrétariat général du Grand Conseil Place du Château 6 1014 Lausanne Réf. : PM/15007041 Lausanne, le

Plus en détail

CHARTE DES STAGES DE FIN DES ETUDES EN ENTREPRISES

CHARTE DES STAGES DE FIN DES ETUDES EN ENTREPRISES Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et des Technologies de l'information et de la Communication Université de Carthage Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de

Plus en détail

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Discours du Président de la République lors du Sommet des maires pour le climat Publié le 26 Mars 2015 Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Madame la Maire de Paris, chère Anne HILDALGO, Je voulais

Plus en détail

BURKINA FASO IVE RÉPUBLIQUE ------------- QUATRIEME LÉGISLATURE UNITÉ - PROGRÈS - JUSTICE -------------- ASSEMBLÉE NATIONALE

BURKINA FASO IVE RÉPUBLIQUE ------------- QUATRIEME LÉGISLATURE UNITÉ - PROGRÈS - JUSTICE -------------- ASSEMBLÉE NATIONALE BURKINA FASO IVE RÉPUBLIQUE ------------- QUATRIEME LÉGISLATURE UNITÉ - PROGRÈS - JUSTICE -------------- ASSEMBLÉE NATIONALE LOI N 027-2010/AN DU 25 MAI 2010 PORTANT MODIFICATION DE LA LOI N 061-2008 /AN

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/3/Rev.1 20 avril 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

1. Introduction. Les grands axes du rapport

1. Introduction. Les grands axes du rapport Rapport alternatif sur la mise en oeuvre du Protocole facultatif à la Convention des droits de l enfant sur la vente d enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants

Plus en détail

Thème : Rapport de Stage LA MISE EN PLACE D UN RÉSEAU LOCAL. Réalisé par : Encadré par :

Thème : Rapport de Stage LA MISE EN PLACE D UN RÉSEAU LOCAL. Réalisé par : Encadré par : OFPPT C.F.M.O.T.I I.S.T.A T.I.C Sidi Màarouf. Rapport de Stage Thème : LA MISE EN PLACE D UN RÉSEAU LOCAL Réalisé par : Encadré par : Encadrant Etablissement : Mr ZIANE HATIM. Encadrant Entreprise : Filière

Plus en détail

Fiche d information No 12 : L Organisation mondiale de la propriété intellectuelle et les peuples autochtones

Fiche d information No 12 : L Organisation mondiale de la propriété intellectuelle et les peuples autochtones Fiche d information No 12 : L Organisation mondiale de la propriété intellectuelle et les peuples autochtones Mots clefs et points essentiels Patrimoine culturel Propriété intellectuelle Organisation mondiale

Plus en détail

Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009

Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009 Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009 Document de travail. Copyright Yves Sandoz. A ne pas citer ni reproduire Ouverture du Séminaire Ire demi-journée:

Plus en détail

Introduction générale. La naissance et l évolution des institutions internationales. Partie I. L Etat

Introduction générale. La naissance et l évolution des institutions internationales. Partie I. L Etat LICENCE II. MENTION SOCIOLOGIE POLITIQUE LICENCE III. MENTION ADMINISTRATION ECONOMIQUE ET SOCIALE - OPTION ECHANGES INTERNATIONAUX PREMIER SEMESTRE 2011-2012 INSTITUTIONS INTERNATIONALES COURS DE MME

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DGER/SDEPC/N2005-2064 SG/SRH/GESPER/N2005-1248 Date: 20 septembre 2005

NOTE DE SERVICE DGER/SDEPC/N2005-2064 SG/SRH/GESPER/N2005-1248 Date: 20 septembre 2005 MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE Direction Générale de l'enseignement et de la Recherche 1 ter, av. de Lowendal, 75700 Paris 07 SP Sous-direction des établissements et de la politique contractuelle

Plus en détail

Déclaration de Monsieur Ahmed Reda CHAMI, Ministre de l Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies

Déclaration de Monsieur Ahmed Reda CHAMI, Ministre de l Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies Mission Permanente du Royaume du Maroc Genève البعثة الداي مة للمملكة المغربية جنيف Déclaration de Monsieur Ahmed Reda CHAMI, Ministre de l Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies à la troisième

Plus en détail

LIBRE CIRCULATION DES PERSONNES DANS LES PROCESSUS D INTEGRATION REGIONALE: CAS DE LA CEDEAO

LIBRE CIRCULATION DES PERSONNES DANS LES PROCESSUS D INTEGRATION REGIONALE: CAS DE LA CEDEAO LIBRE CIRCULATION DES PERSONNES DANS LES PROCESSUS D INTEGRATION REGIONALE: CAS DE LA CEDEAO Présentation Monsieur NFALY SANOH Chargé de Programme Principal Immigration/CEDEAO Introduction Les grands ensembles

Plus en détail

Mon plan de sondage en 9 questions

Mon plan de sondage en 9 questions Tiral Sidi Mon plan de sondage en 9 questions Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par

Plus en détail

GUIDE REFERENTIEL DU CONSEILLER DE PREVENTION

GUIDE REFERENTIEL DU CONSEILLER DE PREVENTION GUIDE REFERENTIEL DU CONSEILLER DE PREVENTION 1 TABLE DES MATIERES 1. INTRODUCTION...3 2. STATUT ET MISSION DU CONSEILLER...3 2.1. CADRE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE...3 2.2. CONDITIONS DE DESIGNATION...4

Plus en détail

Les objectifs du colloque

Les objectifs du colloque Les objectifs du colloque Avec la création de la charge de secrétaire d État à la marine, en 1669, «la marine se fit plus bureaucratique 1», nous dit Michel Vergé-Franceschi. Sous l impulsion des premiers

Plus en détail

Agence de la biodiversité et Agence des aires marines protégées : intégration ou association?

Agence de la biodiversité et Agence des aires marines protégées : intégration ou association? Agence de la biodiversité et Agence des aires marines protégées : intégration ou association? La création d une Agence de la biodiversité, annoncée dans son principe en septembre 2012 est à l étude depuis

Plus en détail

TABLEAUX DE PLANIFICATION STRATÉGIQUE NOTICE EXPLICATIVE

TABLEAUX DE PLANIFICATION STRATÉGIQUE NOTICE EXPLICATIVE Annexe 5 TABLEAUX DE PLANIFICATION STRATÉGIQUE NOTICE EXPLICATIVE L Instrument de planification stratégique se compose d une série de tableaux qui aident à appréhender les changements à apporter et à planifier

Plus en détail