LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014"

Transcription

1 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE Réunion du 28 mars 2014

2 SOMMAIRE PARTIE 1 : Le Cadre de travail Pourquoi réaliser un Projet d Etablissement? Qu est-ce qu un Projet d Etablissement? Un Projet d Etablissement est-ce facile à mettre en œuvre? Quelle méthodologie? Les représentations des acteurs de l enil (apprenants, personnels et personnes extérieures) Les attentes évoquées dans le questionnaire et dans les entretiens individuels Les axes stratégiques identifiés PARTIE 3 : Echanges

3 PARTIE 1 : Le Cadre de travail LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

4 PARTIE 1 : Le Cadre de travail POURQUOI RÉALISER UN PROJET D ÉTABLISSEMENT? Pour être «en mouvement» et s adapter aux évolutions de notre environnement : Économique (besoins des entreprises, axes de développement ) Social (souhaits et aspirations des jeunes, attentes de la société ) Institutionnel (loi du 8 juillet 2013, sur la refondation de l école, loi d avenir de l agriculture, de l alimentation et de la forêt, Grenelle de l environnement )

5 PARTIE 1 : Le Cadre de travail POURQUOI RÉALISER UN PROJET D ÉTABLISSEMENT? Pour donner du sens à nos actions et une meilleur lisibilité Pour les prioriser et les mettre en lien Pour permettre à chacun de trouver sa place et de situer son intervention, sa contribution, son engagement

6 PARTIE 1 : Le Cadre de travail QU EST-CE QU UN PROJET D ETABLISSEMENT? Un document construit, partagé et validé par les instances Qui définit des axes stratégiques traduits dans un contrat d objectifs Qui offre un cadre de travail pour un Contrat de Progrès, c est-à-dire des actions concrètes à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs fixés.

7 PARTIE 1 : Le Cadre de travail UN PROJET D ÉTABLISSEMENT EST-CE FACILE À METTRE EN ŒUVRE? On repère nos limites Non : On se remet parfois en question On travaille collectivement avec tous les acteurs concernés On se pose des questions c est parfois déstabilisant.

8 PARTIE 1 : Le Cadre de travail UN PROJET D ÉTABLISSEMENT EST-CE FACILE À METTRE EN ŒUVRE? Oui : On s appuie sur ce que l on est et ce que l on fait déjà On conforte nos points forts On travaille collectivement avec tous les acteurs concernés On s installe dans une démarche de progrès, de qualité; c est encourageant et constructif

9 PARTIE 1 : Le Cadre de travail QUELLE MÉTHODOLOGIE? 1- Un diagnostic, un état des lieux 2- Un calendrier 3- Un groupe de pilotage 4- Une démarche d équipe 5- Un plan d actions 6- Un plan d évaluation 7- Des étapes de validation 8- Un plan de communication

10 PARTIE 1 : Le Cadre de travail QUELLE MÉTHODOLOGIE? 1- Un diagnostic, un état des lieux Une prise en compte du cadre réglementaire Une prise en compte du cadre national (Ministère de l Agriculture et DGER), régional (DRAAF-SRFD) Une prise en compte de l avis des acteurs, de leur analyse de la situation, de leurs attentes Des entretiens individuels effectués par RSP Une enquête Une expertise de l équipe de direction

11 PARTIE 1 : Le Cadre de travail QUELLE MÉTHODOLOGIE? 2- Un calendrier : Présentation de la démarche, rentrée 2013 Entretiens individuels auprès d un échantillon représentatif de la communauté éducative sur novembre-décembre 2013 Construction et lancement du questionnaire, février 2014 Elaboration des propositions d axes stratégiques en CODIR, mars 2014 Présentation au personnel, échanges, mars 2014 Elaboration du Contrat d Objectif Elaboration du Contrat de Progrès, construction des fiches action et des groupes de travail correspondant Echanges au sein des instances de l établissement (entre avril et juin 2014) Présentation du Projet d Etablissement au Conseil d Administration de fin d année

12 PARTIE 1 : Le Cadre de travail QUELLE MÉTHODOLOGIE? 3- Un groupe de pilotage : le CODIR Directrice : Véronique DROUET Directeur adjoint : Laurent CHEVALIER Directeur Ateliers : Patrice DIEUDONNÉ Directeur CFPPA : Claude MOINE Gestionnaire : Valérie JACQUEMIER Directeur R & D : Sébastien ROUSTEL CPE : Yves CLOAREC Intendant : Philippe HOURDOUILLIE Secrétaire de Direction : Chantal KEBCHAOUI

13 PARTIE 1 : Le Cadre de travail QUELLE MÉTHODOLOGIE? 4- Une démarche d équipe : La mise en place de groupes de travail dans le cadre de fiches action avec un animateur et des acteurs (membres du personnel et éventuellement apprenants, personnes qualifiées suivant les thématiques). 5- Un plan d action : Les axes stratégiques sont déclinés en fiches action avec des groupes d acteurs impliqués.

14 PARTIE 1 : Le Cadre de travail QUELLE MÉTHODOLOGIE? 6- Un plan d évaluation : Chaque fiche action comporte un volet objectif, méthodologie, calendrier et évaluation. 7- Des étapes de validation : Le comité de pilotage (CODIR) Le Conseil d Administration

15 PARTIE 1 : Le Cadre de travail QUELLE MÉTHODOLOGIE? 8- Le Plan de communication : L e site dédié permet de partager et de suivre les actualités du projet d établissement ignature mail à disposition S des acteurs ENIL LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

16 PARTIE 1 : Le Cadre de travail QUELLE MÉTHODOLOGIE? 8- Le Plan de communication : Un nouveau projet d établissement pour préparer demain Un questionnaire envoyé par auprès des apprenants, stagiaires, enseignants et l ensemble des personnels et partenaires Un site internet : pour comprendre la démarche pour partager les résultats de l enquête pour répondre à vos questions 2014 : de nouvelles ambitions à partager! L affiche La charte administrative : sert de support à la formalisation des travaux > : de nouvelles ambitions à partager!

17 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

18 I- Les représentations des acteurs de l ENIL (apprenants, personnels et personnes extérieures) II- Les attentes évoquées dans le questionnaire et dans les entretiens individuels III- Les axes stratégiques identifiés

19 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL ENVOIS ET RETOURS DES QUESTIONNAIRES : CATÉGORIES DE PUBLICS NOMBRE D ENVOIS QUESTIONNAIRES NOMBRE DE RETOURS QUESTIONNAIRE APPRENANTS ENSEMBLE DES PERSONNELS PERSONNES EXTÉRIEURES GROUPE ENIL Franche-Comté *retours de questionnaires partiels A- AUTOUR DU PANEL *

20 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL A- AUTOUR DU PANEL LA RÉPARTITION PAR SITE ET PAR ANCIENNETÉ : APPRENANTS ENSEMBLE DES PERSONNELS PERSONNES EXTÉRIEURES ENIL Mamirolle ENILBIO Poligny Sur les 2 sites TOTAL ANCIENNETÉ (équivalente entre les sites) Moins d 1 an 52% 10% 15% De 1 à 5 ans 47% 23% 25% Plus de 5 ans 1% 67% 60%

21 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL B- LA VISION DE L ENIL PAR TOUS LES PUBLICS : les valeurs et les modalités de relations DANS QUOI SE RECONNAÎT-ON? 1 Le goût de bien faire 2 L exigence de l Enil vis-à-vis des élèves 3 La réactivité et l adaptation 4 L exigence de l Enil vis-à-vis de l entreprise 5 La prise en compte de chaque personne 6 La solidarité dans le quotidien BASE 100 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

22 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL B- LA VISION DE L ENIL PAR TOUS LES PUBLICS : les valeurs et les modalités de relations DANS QUOI SE RECONNAÎT-ON? 1 Le goût de bien faire 2 L exigence de l Enil vis-à-vis des élèves 3 La réactivité et l adaptation 4 L exigence de l Enil vis-à-vis de l entreprise 5 La prise en compte de chaque personne QU EST-CE QUI FAIT DIVERGENCE? 1 La réflexion et la définition de priorités partagées 2 Le travail collectif sur des enjeux communs 3 L écoute des demandes et la détermination à y répondre 6 La solidarité dans le quotidien BASE 100 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

23 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL B- LA VISION DE L ENIL PAR TOUS LES PUBLICS : les valeurs et les modalités de relations COMMENTAIRE DU RÉALISATEUR DE L ÉTUDE : Un cadre de performance individuellement intégré Un cadre collectif porteur de priorités de développement insuffisamment défini, partagé et compris par tous BASE 100

24 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL C- LA VISION DE L ENIL PAR TOUS LES PUBLICS : la qualité de vie DANS QUOI SE RECONNAÎT-ON? 1 Le niveau de sécurité 2 L autonomie 3 Le niveau d hygiène 4 Les règles de vie 5 Le relationnel BASE 100 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

25 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL C- LA VISION DE L ENIL PAR TOUS LES PUBLICS : la qualité de vie DANS QUOI SE RECONNAÎT-ON? 1 Le niveau de sécurité 2 L autonomie 3 Le niveau d hygiène 4 Les règles de vie 5 Le relationnel QU EST-CE QUI FAIT DIVERGENCE? 1 Le partage d informations 2 Le niveau de confort des espaces de vie 3 L équilibre activité scolaire, loisirs et obligations en entreprise BASE 100 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

26 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL C- LA VISION DE L ENIL PAR TOUS LES PUBLICS : la qualité de vie COMMENTAIRE DU RÉALISATEUR DE L ÉTUDE : Un cadre de travail quotidien porté par le sens des responsabilités de chacun Un cadre de vie, en particulier à Poligny, insatisfaisant pour les apprenants comme pour le personnel BASE 100 Des relations individuelles satisfaisantes, mais un manque d informations partagées

27 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL CE QU ON TIENT ET QUE L ON NE VEUT PAS LÂCHER? D- LE VÉCU DU PERSONNEL : L autonomie et l initiative individuelle

28 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL D- LE VÉCU DU PERSONNEL : CE QU ON TIENT ET QUE L ON NE VEUT PAS LÂCHER? CE QUE L ON VEUT AMÉLIORER? L autonomie et l initiative individuelle 1 La complexité de l organisation 3 Les obligations du quotidien BASE 100

29 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL D- LE VÉCU DU PERSONNEL : CE QU ON TIENT ET QUE L ON NE VEUT PAS LÂCHER? CE QUE L ON VEUT AMÉLIORER? COMMENTAIRE DU RÉALISATEUR DE L ÉTUDE : L autonomie et l initiative individuelle 1 La complexité de l organisation 3 Les obligations du quotidien Aujourd hui, il y a un lien entre l autonomie individuelle et la complexité de l organisation. Demain, il faudra construire un cadre partagé dans lequel l autonomie et l initiative individuelle pourront s exprimer de manière cohérente. BASE 100

30 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL CE QU ON TIENT ET QUE L ON NE VEUT PAS LÂCHER? E- LE VÉCU DES APPRENANTS : L acquisition de savoir-faire directement applicables en entreprise

31 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL E- LE VÉCU DES APPRENANTS : CE QU ON TIENT ET QUE L ON NE VEUT PAS LÂCHER? CE QUE L ON VEUT AMÉLIORER? L acquisition de savoir-faire directement applicables en entreprise 1 L écoute et la prise en compte de la différence 3 L intégration dans une vie sociale pleine à l école (Poligny) BASE 100

32 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL E- LE VÉCU DES APPRENANTS : CE QU ON TIENT ET QUE L ON NE VEUT PAS LÂCHER? CE QUE L ON VEUT AMÉLIORER? COMMENTAIRE DU RÉALISATEUR DE L ÉTUDE : L acquisition de savoir-faire directement applicables en entreprise 1 L écoute et la prise en compte de la différence 3 L intégration dans une vie sociale pleine à l école (Poligny) BASE 100 Il existe un consensus sur les finalités de l école. Au-delà, les apprenants expriment leurs aspirations à élargir leur espace d expression (individualisation, créativité et activités partagées entre élèves).

33 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL F- LE POSITIONNEMENT DE L ECOLE TEL QUE VU PAR TOUS LES PUBLICS DANS QUOI SE RECONNAÎT-ON? 1 L ouverture au monde professionnel est vue comme un plus pour : - Le renforcement de la qualité des enseignements - Une veille permettant d anticiper les évolutions de demain - Un partenariat intelligent que l on doit encore développer 2 Le niveau de formation pour la mise en pratique et la maîtrise des technologies est excellent ou satisfaisant 4 La diversification des formations est vue comme indispensable à la pérennité de l école et utile aux entreprises de la filière 5 L idée des bénéfices attendus par les entreprises : - La mise à dispo des jeunes employables - Une relation de partenariat à tous niveaux 3 Le niveau des informations concernant les évolutions économiques, sociales et environnementales est excellent ou satisfaisant BASE 100

34 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL F- LE POSITIONNEMENT DE L ECOLE TEL QUE VU PAR TOUS LES PUBLICS DANS QUOI SE RECONNAÎT-ON? 1 L ouverture au monde professionnel est vue comme un plus pour : - Le renforcement de la qualité des enseignements - Une veille permettant d anticiper les évolutions de demain - Un partenariat intelligent que l on doit encore développer 2 Le niveau de formation pour la mise en pratique et la maîtrise des technologies est excellent ou satisfaisant 3 Le niveau des informations concernant les évolutions économiques, sociales et environnementales est excellent ou satisfaisant BASE La diversification des formations est vue comme indispensable à la pérennité de l école et utile aux entreprises de la filière 5 L idée des bénéfices attendus par les entreprises : - La mise à dispo des jeunes employables - Une relation de partenariat à tous niveaux QU EST-CE QUI FAIT DIVERGENCE? 1 L ouverture au monde professionnel détourne l école de son rôle pour près de 50% des apprenants 2 Le niveau de formation sur les fondamentaux est difficilement appréhendable pour près de 50% des apprenants et des personnels de Poligny

35 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL F- LE POSITIONNEMENT DE L ECOLE TEL QUE VU PAR TOUS LES PUBLICS COMMENTAIRE DU RÉALISATEUR DE L ÉTUDE : La dynamique école entreprise fait partie de l histoire de l école et de ses gènes. Les modalités de la double dynamique : - école à destination des apprenants, - école en tant que plateforme ressource aux entreprises, BASE 100 nécessitent de les distinguer pour mieux définir les objectifs et mieux en organiser les modalités.

36 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL G- LA RECONNAISSANCE DE L ECOLE TELLE QUE VUE PAR TOUS LES PUBLICS QUEL EST NOTRE NIVEAU DE NOTORIÉTÉ? SUR QUEL PÉRIMÈTRE? 1 Bonne identification locale et régionale de l Enil 2 Identification moyenne au niveau national, mais manque de valorisation 3 Peu identifié au niveau international BASE 100

37 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL G- LA RECONNAISSANCE DE L ECOLE TELLE QUE VUE PAR TOUS LES PUBLICS QUEL EST NOTRE NIVEAU DE NOTORIÉTÉ? SUR QUEL PÉRIMÈTRE? 1 Bonne identification locale et régionale de l Enil 2 Identification moyenne au niveau national, mais manque de valorisation Pour les personnels et les apprenants de Mamirolle : Manque de valorisation de l Enil, même au niveau régional 3 Peu identifié au niveau international BASE 100

38 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL G- LA RECONNAISSANCE DE L ECOLE TELLE QUE VUE PAR TOUS LES PUBLICS QUEL EST NOTRE NIVEAU DE NOTORIÉTÉ? SUR QUEL PÉRIMÈTRE? BASE 100 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE COMMENTAIRE DU RÉALISATEUR DE L ÉTUDE : Aujourd hui l Enil Franche-Comté couvre 4 domaines de compétences distincts : - Technologies fromagères et laitières - Bio technologies en IAA - L analytique (laboratoires) - Le traitement de l eau La notoriété de l Enil comme ses efforts de communication en tant qu école (recrutement) ou en tant que plateforme ressources (prestation pour l entreprise), doit être posée pour chaque domaine de compétences (et non être globalisée).

39 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL H- AUTOUR DES AMBITIONS PARTAGÉES PAR TOUS LES PUBLICS UN INTÉRÊT PARTAGÉ POUR : 1 L accompagnement individuel et collectif des étudiants 2 La pédagogie innovante 3 Le lien entre R&D et production 4 Le développement de pratiques durables TOTAL DE + DE 50% PEU D INTÉRÊT PARTAGÉ POUR : 1 La dimension internationale 2 L éducation à la citoyenneté TOTAL DE + DE 50% BASE 100 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

40 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL H- AUTOUR DES AMBITIONS PARTAGÉES PAR TOUS LES PUBLICS UN INTÉRÊT PARTAGÉ POUR : 1 L accompagnement individuel et collectif des étudiants 2 La pédagogie innovante 3 Le lien entre R&D et production 4 Le développement de pratiques durables 67% du personnel de Mamirolle 47% du personnel de Poligny TOTAL DE + DE 50% PEU D INTÉRÊT PARTAGÉ POUR : 1 La dimension internationale 2 L éducation à la citoyenneté TOTAL DE + DE 50% BASE 100 souhaitent participer à un groupe de travail LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

41 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS A- LES ATTENTES OU RÉFLEXIONS EXPRIMÉES PAR LE PERSONNEL Le souhait d une dimension internationale - Formation Bac + 2 en anglais - Mobilité des étudiants à l étranger (stage) - Exploitation des actions gérées à l international par des formateurs pour organiser les partenariats

42 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS A- LES ATTENTES OU RÉFLEXIONS EXPRIMÉES PAR LE PERSONNEL Le souhait d une dimension internationale - Formation Bac + 2 en anglais - Mobilité des étudiants à l étranger (stage) - Exploitation des actions gérées à l international par des formateurs pour organiser les partenariats La question du niveau de recrutement et de la nécessaire sélection des élèves pour garantir notre crédibilité au niveau des entreprises pose les questions : - En amont, d autres modalités pour assurer le bon niveau d effectifs sur certaines filières - En aval : de la nécessaire individualisation de certains parcours scolaires

43 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS A- LES ATTENTES OU RÉFLEXIONS EXPRIMÉES PAR LE PERSONNEL Le redimensionnement de notre différence - La plus value actuelle : des compétences directement valorisables en entreprise sur le versus bio (matières, ingrédients technologiques, risques bio ) et le versus technique (process, outils et maintenance premier niveau) - La plus value demain : la connaissance de la gestion de production (aspect économique), la compétence managériale, autres?

44 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS A- LES ATTENTES OU RÉFLEXIONS EXPRIMÉES PAR LE PERSONNEL Le redimensionnement de notre différence - La plus value actuelle : des compétences directement valorisables en entreprise sur le versus bio (matières, ingrédients technologiques, risques bio ) et le versus technique (process, outils et maintenance premier niveau) - La plus value demain : la connaissance de la gestion de production (aspect économique), la compétence managériale, autres? La question de la pérennité du fonctionnement par le transfert de compétences en cas de départ des personnes, mais aussi par la formalisation des pratiques.

45 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS A- LES ATTENTES OU RÉFLEXIONS EXPRIMÉES PAR LE PERSONNEL L animation de la communication interne pour être au courant de l actualité interne, des évènements gérés en externe, mais aussi dépasser la complexité de notre organisation et le manque de lisibilité

46 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS A- LES ATTENTES OU RÉFLEXIONS EXPRIMÉES PAR LE PERSONNEL L animation de la communication interne pour être au courant de l actualité interne, des évènements gérés en externe, mais aussi dépasser la complexité de notre organisation et le manque de lisibilité La capitalisation de nos relations entreprises : nécessité d avoir un management organisé des relations et actions Entreprises

47 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS A- LES ATTENTES OU RÉFLEXIONS EXPRIMÉES PAR LE PERSONNEL L animation de la communication interne pour être au courant de l actualité interne, des évènements gérés en externe, mais aussi dépasser la complexité de notre organisation et le manque de lisibilité La capitalisation de nos relations entreprises : nécessité d avoir un management organisé des relations et actions Entreprises La nécessité de mieux valoriser le passage en production 2 directions : - Mettre en lien les cours théoriques et l approche pratique - Développer les relations entre les enseignants et les formateurs

48 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS A- LES ATTENTES OU RÉFLEXIONS EXPRIMÉES PAR LE PERSONNEL La définition de la valeur ajoutée de l éducatif : Qu attend-on de la vie scolaire? Comment mieux associer l éducatif et le pédagogique? Et la nécessité d améliorer le cadre de vie des jeunes (pour Poligny : les structures - pour Mamirolle : les activités extra scolaires).

49 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS A- LES ATTENTES OU RÉFLEXIONS EXPRIMÉES PAR LE PERSONNEL La définition de la valeur ajoutée de l éducatif : Qu attend-on de la vie scolaire? Comment mieux associer l éducatif et le pédagogique? Et la nécessité d améliorer le cadre de vie des jeunes (pour Poligny : les structures - pour Mamirolle : les activités extra scolaires). Et plus globalement : un cadre - une stratégie - des objectifs - une ligne directrice car manque de capitalisation du fait d un fonctionnement sans cadre clair.

50 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS B- LES ATTENTES EXPRIMÉES PAR LES APPRENANTS Autour du positionnement de l école : - Pour certains (Poligny) : l axe trop laitier - Pour d autres (Mamirolle) : la non reconnaissance de l école par les entreprises médicales ou environnementales

51 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS B- LES ATTENTES EXPRIMÉES PAR LES APPRENANTS Autour du positionnement de l école : - Pour certains (Poligny) : l axe trop laitier - Pour d autres (Mamirolle) : la non reconnaissance de l école par les entreprises médicales ou environnementales Au niveau des enseignements : - Pour certains (Poligny), trop axé sur la transformation, pas assez sur le labo - Pour d autres (Mamirolle), trop d acquisitions des savoirs en peu de temps avec une exigence élevée / manque de suivi des périodes en entreprise / une professionnalisation insuffisante

52 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS B- LES ATTENTES EXPRIMÉES PAR LES APPRENANTS Au niveau des structures : - Manque de disponibilité des labos et manque de places en ateliers

53 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS B- LES ATTENTES EXPRIMÉES PAR LES APPRENANTS Au niveau des structures : - Manque de disponibilité des labos et manque de places en ateliers Au niveau des modalités de fonctionnement : - Pour certains à Poligny : le manque de liberté d expression et d autonomie / une organisation du temps chaotique

54 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS C- LES ATTENTES EXPRIMÉES PAR LES PERSONNES EXTÉRIEURES Autour du positionnement de l école : - Limite de taille du fait de la structure d accueil - Pas de possibilité de poursuivre des études à l Enil après une licence pro

55 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS C- LES ATTENTES EXPRIMÉES PAR LES PERSONNES EXTÉRIEURES Autour du positionnement de l école : - Limite de taille du fait de la structure d accueil - Pas de possibilité de poursuivre des études à l Enil après une licence pro Au niveau des enseignements : - Limite des formations initiales par manque de travaux pratiques ou de visites en entreprises - Des contenus parfois trop éloignés de la réalité du terrain du fait d une mauvaise connaissance des problématiques d entreprise

56 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS C- LES ATTENTES EXPRIMÉES PAR LES PERSONNES EXTÉRIEURES Au niveau des structures : - L obligation d avoir du matériel à l échelle pilote

57 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS C- LES ATTENTES EXPRIMÉES PAR LES PERSONNES EXTÉRIEURES Au niveau des structures : - L obligation d avoir du matériel à l échelle pilote Au niveau des modalités de fonctionnement : - Le manque d information - Manque de disponibilité des intervenants et des labos du fait de l augmentation des demandes

58 III- LES AXES STRATÉGIQUES IDENTIFIÉS L ECOLE ENTREPRISE APPRENANTE La réussite de l apprenant, cela passe par quoi? - L individualisation - La LMD - La pratique des outils numériques - L ouverture à l international - La place des ateliers, des travaux pratiques et la relation avec les cours théoriques - Les autres aspects de la formation : la gestion de production, le management, le processus d innovation, la mise sur le marché

59 III- LES AXES STRATÉGIQUES IDENTIFIÉS L ECOLE ENTREPRISE APPRENANTE L AGRO ECOLOGIE La réussite de l apprenant, cela passe par quoi? - L individualisation - La LMD - La pratique des outils numériques - L ouverture à l international - La place des ateliers, des travaux pratiques et la relation avec les cours théoriques - Les autres aspects de la formation : la gestion de production, le management, le processus d innovation, la mise sur le marché Prendre en compte nos besoins et ceux des générations futures : - L alimentation - Les économies d énergies - La gestion des déchets - La maîtrise des ressources (eau)

60 III- LES AXES STRATÉGIQUES IDENTIFIÉS L ECOLE ENTREPRISE APPRENANTE L AGRO ECOLOGIE LE CADRE DE VIE La réussite de l apprenant, cela passe par quoi? - L individualisation - La LMD - La pratique des outils numériques - L ouverture à l international - La place des ateliers, des travaux pratiques et la relation avec les cours théoriques - Les autres aspects de la formation : la gestion de production, le management, le processus d innovation, la mise sur le marché Prendre en compte nos besoins et ceux des générations futures : - L alimentation - Les économies d énergies - La gestion des déchets - La maîtrise des ressources (eau) Mieux vivre ensemble et s épanouir : - La communication interne - L organisation - Les locaux - L éco-citoyenneté - La qualité comportementale

61 III- LES AXES STRATÉGIQUES IDENTIFIÉS L ECOLE ENTREPRISE APPRENANTE L AGRO ECOLOGIE LE CADRE DE VIE L ECOLE - PLATEFORME RESSOURCE AU SERVICE DE L ENTREPRISE La réussite de l apprenant, cela passe par quoi? - L individualisation - La LMD - La pratique des outils numériques - L ouverture à l international - La place des ateliers, des travaux pratiques et la relation avec les cours théoriques Prendre en compte nos besoins et ceux des générations futures : - L alimentation - Les économies d énergies - La gestion des déchets - La maîtrise des ressources (eau) Mieux vivre ensemble et s épanouir : - La communication interne - L organisation - Les locaux - L éco-citoyenneté - La qualité comportementale Accompagnement du développement de l entreprise : - La R&D - La relation partenaire - Le périmètre de nos activités - La communication externe - Les autres aspects de la formation : la gestion de production, le management, le processus d innovation, la mise sur le marché

62 PARTIE 3 : Echanges LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Réf. document : AT.PEG.22 LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Définition d un «Projet éducatif global» Les objectifs du Projet éducatif global d un établissement de formation du BTP représentent

Plus en détail

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet Campus TKPF Centre de compétences Synthèse du projet 1 UN ESPACE D INFORMATION, D ORIENTATION, D ACCOMPAGNEMENT & DE VALORISATION DE SON PARCOURS PROFESSIONNEL UNE INGENIERIE INTEGREE DU SYSTEME FORMATION

Plus en détail

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE INTRODUCTION Les CPE d aujourd hui s interrogent légitimement sur le rôle, sur leur positionnement dans l établissement et sur les relations dans lesquelles

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

Se préparer à la V2014 (Formation DPC)

Se préparer à la V2014 (Formation DPC) Se préparer à la V2014 (Formation DPC) Le Contexte et les Enjeux La V2014 modifie l approche des démarches qualité et gestion des risques en établissement de santé. Les ambitions de la certification V2014

Plus en détail

Éducation et Formation tout au long de la vie

Éducation et Formation tout au long de la vie Éducation et Formation tout au long de la vie 53 RESPONSABLE DE SERVICE DE SCOLARITÉ Code : EDU06B Responsable de l accompagnement des jeunes FPEEDU06 Il est responsable du service scolarité de l entité.

Plus en détail

Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : jurisprudentielles les plus significatives, impactant la relation au travail.

Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : jurisprudentielles les plus significatives, impactant la relation au travail. Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : Identifier les apports des réformes législatives, règlementaires ainsi que les évolutions jurisprudentielles les plus significatives, impactant

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

Une formation capacitaire proposée en réseau : le Certificat Capacitaire Animaux Domestiques.

Une formation capacitaire proposée en réseau : le Certificat Capacitaire Animaux Domestiques. La fiche descriptive d un processus d innovation Une formation capacitaire proposée en réseau : le Certificat Capacitaire Animaux Domestiques. Le projet L origine et description de votre projet Les mots

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations www.univ-bpclermont.fr 1 Charte de l évaluation des formations L évaluation des formations inscrit l Université Blaise

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

APIRAF. La mobilité. DRH - Grand Lyon Irène GAZEL

APIRAF. La mobilité. DRH - Grand Lyon Irène GAZEL APIRAF La mobilité DRH - Grand Lyon Irène GAZEL une collectivité identité se rassembler pour agir mieux Créée en 1969, la communauté urbaine de Lyon rassemble aujourd hui 57 communes, qui constituent la

Plus en détail

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES FPEGRH01 RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES Définir et mettre en œuvre la politique de ressources humaines d une administration ou d un établissement public de l État.

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

25 MARS 2010. Fonction RH du cadre

25 MARS 2010. Fonction RH du cadre 25 MARS 2010 Fonction RH du cadre 1 une collectivité identité se rassembler pour agir mieux Créée en 1969, la communauté urbaine de Lyon rassemble aujourd hui 57 communes, qui constituent la première agglomération

Plus en détail

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 RESPONSABLE DE RESSOURCES HUMAINES Code : GRH01 Responsable de ressources humaines FPEGRH01 Il définit et met en œuvre la politique de ressources

Plus en détail

Parcours en formation continue du master MEEF mention 2 nd degré

Parcours en formation continue du master MEEF mention 2 nd degré Parcours en formation continue du master MEEF mention 2 nd degré Responsable : Grégoire COCHETEL, directeur adjoint à l administrateur provisoire chargé de la formation continue Tél : 04 73 31 71 87 ESPE

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE

RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DE FORMATION RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE (DOCUMENT DE BASE : HORS RIME) Le présent référentiel est un référentiel interministériel

Plus en détail

Thématique 1 : La Gouvernance du dispositif

Thématique 1 : La Gouvernance du dispositif Thématique 1 : La Gouvernance du dispositif Comment rendre le pilotage du dispositif de Formation Professionnelle Continue plus efficace, efficient, cohérent et performant pour répondre aux 3 enjeux que

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Réunion 3 11 décembre 2013 Ivry-sur-Seine Fiche synthèse Réunion 3 Emploi, formation, compétences Groupe animé par Patrick Loire, directeur des relations

Plus en détail

"Cnam Alternance" Un cadre pour le déploiement de notre offre en alternance

Cnam Alternance Un cadre pour le déploiement de notre offre en alternance "Cnam Alternance" Un cadre pour le déploiement de notre offre en alternance La formation en alternance Une organisation spécifique alternant o séquences de formation en centre o séquences de travail en

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service,

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service, Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Le Projet de service, la recherche conjointe de la Qualité et de la Performance Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe

Plus en détail

Promotion des sites qualifiants en Limousin

Promotion des sites qualifiants en Limousin Promotion des sites qualifiants en Limousin Formation en Travail Social Accueil et accompagnement des stagiaires Etat des lieux des pratiques et des attentes Retour d enquête / Analyse quantitative et

Plus en détail

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL ET PRATIQUES DE TUTORAT Démarche d accompagnement des entreprises 1 2 Un outil de diagnostic flash Un guide d accompagnement au montage de projet 1 Tutorat et apprentissage

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

Rationalisation du système fourrager : une formation numérique et multi modale au CFPPA de Charolles

Rationalisation du système fourrager : une formation numérique et multi modale au CFPPA de Charolles La fiche descriptive d un processus d innovation Rationalisation du système fourrager : une formation numérique et multi modale au CFPPA de Charolles Le projet Cette première étape vise à décrire la façon

Plus en détail

LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE

LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE Chantal LAMEYNARDIE Consultante chef de projets RH - Groupe MONPLAISIR Quelles compétences pour

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Licence professionnelle Assistant ressources humaines

Licence professionnelle Assistant ressources humaines Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Assistant ressources humaines Université Jean Moulin Lyon 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE OFFRE DE FORMATION CONTINUE 205-206 GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE SOMMAIRE THÉMATIQUE COORDINATION Le Groupe d Appui Départemental (GAD) du Gard, instance

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

Master Ressources Humaines

Master Ressources Humaines 1 - Objectifs de formation du Master Le Master comprend deux années : Première année : La première année est dédiée à l acquisition des connaissances fondamentales en gestion des ressources humaines dans

Plus en détail

Master Ressources Humaines

Master Ressources Humaines 1 - Objectifs de formation du Master Le Master comprend deux années : Première année : Seconde année : La première année est dédiée à l acquisition des connaissances fondamentales en gestion des ressources

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

Préparation au CQPM Technicien en Industrialisation et en Amélioration des Processus TIAP (0049)

Préparation au CQPM Technicien en Industrialisation et en Amélioration des Processus TIAP (0049) Préparation au CQPM Technicien en Industrialisation et en Amélioration des Processus TIAP (0049) Public concerné Salariés ou futurs salariés des entreprises industrielles qui auront pour missions de participer

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley

Pôle de compétitivité Aerospace Valley Pôle de compétitivité Aerospace Valley Performances Industrielles Formations Collectives (PIFOCO) Cahier des charges pour une offre de sessions de formation lean. N 271 Sommaire Sommaire... 2 1-Aerospace

Plus en détail

LE DISPOSITIF FÉDÉRAL DE FORMATION ou DFF

LE DISPOSITIF FÉDÉRAL DE FORMATION ou DFF LE DISPOSITIF FÉDÉRAL DE FORMATION ou DFF La formation constitue un outil au service du projet politique décliné au niveau local. Elle contribue au rayonnement de l USEP au sein des départements et des

Plus en détail

CONDUIRE OU PARTICIPER AU PROJET GPMC DE SON ETABLISSEMENT LOT 1 RÉGION DATES

CONDUIRE OU PARTICIPER AU PROJET GPMC DE SON ETABLISSEMENT LOT 1 RÉGION DATES CONDUIRE OU PARTICIPER AU PROJET GPMC DE SON ETABLISSEMENT LOT 1 RÉGION Conduire ou participer au projet GPMC de son établissement LOT 1 OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Définir la stratégie de mise en place de

Plus en détail

FORMATION ET ACCOMPAGNEMENT DES FUTURS RESPONSABLES DE L INRA

FORMATION ET ACCOMPAGNEMENT DES FUTURS RESPONSABLES DE L INRA Jérôme GUERIF Formation permanente nationale Vocal : +33 (0)4 32 72 2951 E-mail : Jerome.Guerif@avignon.inra.fr CAHIER DES CHARGES FORMATION ET ACCOMPAGNEMENT DES FUTURS RESPONSABLES DE L INRA Contact

Plus en détail

Cahier des charges pour le recrutement du binôme de consultants du Comité Opérationnel de l action Santé & Performance Rhône-Alpes 2013-2014

Cahier des charges pour le recrutement du binôme de consultants du Comité Opérationnel de l action Santé & Performance Rhône-Alpes 2013-2014 Cahier des charges pour le recrutement du binôme de consultants du Comité Opérationnel de l action Santé & Performance Rhône-Alpes 2013-2014 0. Préambule THESAME centre de ressources de la région Rhône-Alpes,

Plus en détail

"Comment construire le plan de formation de mon entreprise"

Comment construire le plan de formation de mon entreprise "Comment construire le plan de formation de mon entreprise" Petit Déjeuner RH - 13 Septembre 2012 Les étapes nécessaires à la construction de mon plan de formation Les modalités de mise en œuvre Comment

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH 1 Levier essentiel dans le pilotage des grands changements que conduit l Institution, la fonction RH doit, du fait de ce positionnement

Plus en détail

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Coordination générale des soins Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Janvier 2010 PLAN 1. MISSIONS GENERALES 2. ACTIVITES 2.1 Politique générale du pôle 2.2 Coordination

Plus en détail

ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE

ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE LE PLAN DE FORMATION 2 CONTEXTE L article 7 de la loi de 1984 modifié par l article 7 de la loi du 19 février 2007 stipule que : «Les régions, les départements,

Plus en détail

PROVOCATEUR DE PERFORMANCE

PROVOCATEUR DE PERFORMANCE DE PERFORMANCE PROVOCATEUR DE PERFORMANCE PROVOCATEUR Notre société s est créée en 1996 autour d une ambition forte. Apporter une réponse globale, personnalisée et innovante à nos clients pour les aider

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT METHODOLOGIQUE

ACCOMPAGNEMENT METHODOLOGIQUE Version 1-29/02/2012 ACCOMPAGNEMENT METHODOLOGIQUE A LA DEMARCHE QUALITE NOTE METHODOLOGIQUE Apporter une assistance et une expertise gérontologique EHPAD DE CERILLY BP 17 03 350 CERILLY Accompagnement

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION Direction de la Valorisation Information Scientifique et Technique forma@doc Pôle Formation CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION «Animation de groupe, gestion de projet et communication» pour les animateurs

Plus en détail

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Les responsables occupent un «poste clé» autant dans l organisation et la gestion des activités que dans l animation de leur équipe et la qualité

Plus en détail

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE LA FORMATION DES EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS A L I.F.R.A.S.S. La formation des Educateurs de Jeunes Enfants est réalisée conformément à l arrêté du

Plus en détail

Licence Gestion des ressources humaines

Licence Gestion des ressources humaines Licence Gestion des ressources humaines Objectif de la formation : La licence en Gestion des Ressources Humaines a pour objectif de former des collaborateurs en gestion des ressources humaines assurant

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion des PME et développement durable

Licence professionnelle Gestion des PME et développement durable Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion des PME et développement durable Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

L expression de la qualité. groupe

L expression de la qualité. groupe L expression de la qualité groupe Le groupe BTL 2 L expression de la qualité Le groupe Business & Technical Languages est un acteur majeur de la formation linguistique auprès des entreprises. Cours en

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE

FORMATION PROFESSIONNELLE FORMATION PROFESSIONNELLE SYSTÈMES DE MANAGEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE Actualisez vos compétences! Contribuer au dévéloppement durable par son système de management Anticiper les évolutions des normes

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

2012-2015. Formation I Déclic création d entreprise. Pour les demandeurs d emploi porteur d un projet de création d entreprise. Objectifs pédagogiques

2012-2015. Formation I Déclic création d entreprise. Pour les demandeurs d emploi porteur d un projet de création d entreprise. Objectifs pédagogiques 2012-2015 Formation I Déclic création d entreprise Pour les demandeurs d emploi porteur d un projet de création d entreprise Objectifs pédagogiques Acquérir le socle de connaissances et d outils nécessaires

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Customer feedback management Management de la satisfaction client

Customer feedback management Management de la satisfaction client Customer feedback management Management de la satisfaction client La meilleure des publicités est un client satisfait. Vos clients les plus mécontents sont votre plus grande source d'enseignement. Bill

Plus en détail

Charte des PLATEAUX TECHNIQUES

Charte des PLATEAUX TECHNIQUES Charte des PLATEAUX TECHNIQUES L université Blaise Pascal affiche sa volonté de mutualisation de ses équipements scientifiques et sa volonté d ouverture vers son environnement institutionnel et économique.

Plus en détail

Cahier des charges de formation à la Prévention des Risques psycho-sociaux (RPS) à l INRA

Cahier des charges de formation à la Prévention des Risques psycho-sociaux (RPS) à l INRA Cahier des charges de formation à la Prévention des Risques psycho-sociaux (RPS) à l INRA INRA Versailles-Grignon Service de la Formation Permanente Contacts : Françoise BOUDET-BÖNE Responsable formation

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 La sécurité ferroviaire demande de réinterroger périodiquement

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Sciences humaines et sociales de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Informatique de l Université Paris 13 Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence... 1 6.1. Évaluation des compétences... 2 6.1.1 Mesure des écarts entre compétences

Plus en détail

ADAPTABILITE. Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels.

ADAPTABILITE. Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels. RIGUEUR CONFIANCE EXIGENCE ECOUTE EXPERTISE RESPECT ADAPTABILITE Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels. Des outils pragmatiques, des Conseils sur mesures pour faire avancer la Santé & Sécurité

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Electronique, informatique et communication embarquées appliquées aux transports de l Université de Valenciennes

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS 2009 CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS SE DISTINGUER PAR LES COMPETENCES Signe Distinctif accompagne les cabinets d avocats pour développer de nouvelles compétences professionnelles indispensables

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

Formation de dirigeant de PME

Formation de dirigeant de PME Formation Dirigeant de PME Public : Cette formation est centrée sur le chef d entreprise ou futur chef d entreprise qui a besoin de s approprier ou de perfectionner les outils du management global d entreprise

Plus en détail

Licence professionnelle Commerce spécialité Distribution : management et gestion de rayon

Licence professionnelle Commerce spécialité Distribution : management et gestion de rayon Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Commerce spécialité Distribution : management et gestion de rayon Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES LE RÉSEAU DES CADRES ET DE L EXPERTISE TERRITORIALE INSET ANGERS, INSET DUNKERQUE, INSET MONTPELLIER, INSET NANCY, INET

RESSOURCES HUMAINES LE RÉSEAU DES CADRES ET DE L EXPERTISE TERRITORIALE INSET ANGERS, INSET DUNKERQUE, INSET MONTPELLIER, INSET NANCY, INET INSET DE NANCY RESSOURCES HUMAINES LE RÉSEAU DES CADRES ET DE L EXPERTISE TERRITORIALE INSET ANGERS, INSET DUNKERQUE, INSET MONTPELLIER, INSET NANCY, INET Pour toute information et inscription : Agnès

Plus en détail

Séminaire de formation

Séminaire de formation Séminaire de formation Une initiative proposée par le Centquatre-Paris et l Agence Tertius L APPROCHE (PLURI)TERRITORIALE DU CENTQUATRE-PARIS UNE SEMAINE EN IMMERSION AU CENTQUATRE Le CENTQUATRE-PARIS

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

deno DATA ENGINEERING AND OPERATIONAL WISDOM PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE

deno DATA ENGINEERING AND OPERATIONAL WISDOM PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE Que la stratégie soit belle est un fait, mais n oubliez pas de regarder le résultat. Winston Churchill PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE Conseil en Organisation, stratégie opérationnelle

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 novembre 2009 Les partenaires Rectorat de l Académie de la Guadeloupe Direction de l Agriculture et de la Forêt

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Cinéma, documentaire, médias de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

Licence professionnelle Assistant juridique

Licence professionnelle Assistant juridique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Assistant juridique Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Licence professionnelle Administration et gestion de bases de données

Licence professionnelle Administration et gestion de bases de données Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Administration et gestion de bases de données Université Toulouse III - Paul Sabatier - UPS Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre 5-7 AVENUE DU GENERAL DE GAULLE 94160 SAINT MANDE Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre - Actions individuelles : diagnostic RH et accompagnement des

Plus en détail

Champ de Manœuvre. Résultat de l enquête d évaluation de la démarche de concertation auprès du Panel Citoyen

Champ de Manœuvre. Résultat de l enquête d évaluation de la démarche de concertation auprès du Panel Citoyen Champ de Manœuvre Résultat de l enquête d évaluation de la démarche de concertation auprès du Panel Citoyen Février 2015 La mobilisation effective d une cinquantaine de personnes 24 répondants 23 lors

Plus en détail

Lyon, le 1er juillet 2010. Nos réf. : bb/6124/22062010. Madame, Monsieur,

Lyon, le 1er juillet 2010. Nos réf. : bb/6124/22062010. Madame, Monsieur, Lyon, le 1er juillet 2010 Nos réf. : bb/6124/22062010 Madame, Monsieur, Suite au succès du Programme Leonardo Mobilité organisé en Belgique, Espagne et Danemark entre 2007 et 2009 et auquel ont participé

Plus en détail

Programme de formation «CAP RSEA»

Programme de formation «CAP RSEA» Programme de formation «CAP RSEA» Amélioration et mesure de la performance économique, sociale, sociétale et environnementale des Entreprises Adaptées Contexte La RSE se définit comme la responsabilité

Plus en détail

La mobilisation des professionnels, clé de la réussite d une démarche métiers-compétences. L expérience du CHRU de Lille

La mobilisation des professionnels, clé de la réussite d une démarche métiers-compétences. L expérience du CHRU de Lille ATELIER DE RETOUR D EXPÉRIENCES La mobilisation des professionnels, clé de la réussite d une démarche métiers-compétences L expérience du CHRU de Lille La définition de la GPMC Prévisionnelle : Prévoir,

Plus en détail

UN NOUVEAU PROGRAMME.. .. LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION

UN NOUVEAU PROGRAMME.. .. LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION UN NOUVEAU PROGRAMME.... LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION LA FORMATION SE DEROULE SUR 3 ANS SOIT 6 SEMESTRES Rentrée en septembre, sortie en juin Semestre 1 -> 15 semaines à l IFSI

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Biophotonique de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des

Plus en détail