LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014"

Transcription

1 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE Réunion du 28 mars 2014

2 SOMMAIRE PARTIE 1 : Le Cadre de travail Pourquoi réaliser un Projet d Etablissement? Qu est-ce qu un Projet d Etablissement? Un Projet d Etablissement est-ce facile à mettre en œuvre? Quelle méthodologie? Les représentations des acteurs de l enil (apprenants, personnels et personnes extérieures) Les attentes évoquées dans le questionnaire et dans les entretiens individuels Les axes stratégiques identifiés PARTIE 3 : Echanges

3 PARTIE 1 : Le Cadre de travail LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

4 PARTIE 1 : Le Cadre de travail POURQUOI RÉALISER UN PROJET D ÉTABLISSEMENT? Pour être «en mouvement» et s adapter aux évolutions de notre environnement : Économique (besoins des entreprises, axes de développement ) Social (souhaits et aspirations des jeunes, attentes de la société ) Institutionnel (loi du 8 juillet 2013, sur la refondation de l école, loi d avenir de l agriculture, de l alimentation et de la forêt, Grenelle de l environnement )

5 PARTIE 1 : Le Cadre de travail POURQUOI RÉALISER UN PROJET D ÉTABLISSEMENT? Pour donner du sens à nos actions et une meilleur lisibilité Pour les prioriser et les mettre en lien Pour permettre à chacun de trouver sa place et de situer son intervention, sa contribution, son engagement

6 PARTIE 1 : Le Cadre de travail QU EST-CE QU UN PROJET D ETABLISSEMENT? Un document construit, partagé et validé par les instances Qui définit des axes stratégiques traduits dans un contrat d objectifs Qui offre un cadre de travail pour un Contrat de Progrès, c est-à-dire des actions concrètes à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs fixés.

7 PARTIE 1 : Le Cadre de travail UN PROJET D ÉTABLISSEMENT EST-CE FACILE À METTRE EN ŒUVRE? On repère nos limites Non : On se remet parfois en question On travaille collectivement avec tous les acteurs concernés On se pose des questions c est parfois déstabilisant.

8 PARTIE 1 : Le Cadre de travail UN PROJET D ÉTABLISSEMENT EST-CE FACILE À METTRE EN ŒUVRE? Oui : On s appuie sur ce que l on est et ce que l on fait déjà On conforte nos points forts On travaille collectivement avec tous les acteurs concernés On s installe dans une démarche de progrès, de qualité; c est encourageant et constructif

9 PARTIE 1 : Le Cadre de travail QUELLE MÉTHODOLOGIE? 1- Un diagnostic, un état des lieux 2- Un calendrier 3- Un groupe de pilotage 4- Une démarche d équipe 5- Un plan d actions 6- Un plan d évaluation 7- Des étapes de validation 8- Un plan de communication

10 PARTIE 1 : Le Cadre de travail QUELLE MÉTHODOLOGIE? 1- Un diagnostic, un état des lieux Une prise en compte du cadre réglementaire Une prise en compte du cadre national (Ministère de l Agriculture et DGER), régional (DRAAF-SRFD) Une prise en compte de l avis des acteurs, de leur analyse de la situation, de leurs attentes Des entretiens individuels effectués par RSP Une enquête Une expertise de l équipe de direction

11 PARTIE 1 : Le Cadre de travail QUELLE MÉTHODOLOGIE? 2- Un calendrier : Présentation de la démarche, rentrée 2013 Entretiens individuels auprès d un échantillon représentatif de la communauté éducative sur novembre-décembre 2013 Construction et lancement du questionnaire, février 2014 Elaboration des propositions d axes stratégiques en CODIR, mars 2014 Présentation au personnel, échanges, mars 2014 Elaboration du Contrat d Objectif Elaboration du Contrat de Progrès, construction des fiches action et des groupes de travail correspondant Echanges au sein des instances de l établissement (entre avril et juin 2014) Présentation du Projet d Etablissement au Conseil d Administration de fin d année

12 PARTIE 1 : Le Cadre de travail QUELLE MÉTHODOLOGIE? 3- Un groupe de pilotage : le CODIR Directrice : Véronique DROUET Directeur adjoint : Laurent CHEVALIER Directeur Ateliers : Patrice DIEUDONNÉ Directeur CFPPA : Claude MOINE Gestionnaire : Valérie JACQUEMIER Directeur R & D : Sébastien ROUSTEL CPE : Yves CLOAREC Intendant : Philippe HOURDOUILLIE Secrétaire de Direction : Chantal KEBCHAOUI

13 PARTIE 1 : Le Cadre de travail QUELLE MÉTHODOLOGIE? 4- Une démarche d équipe : La mise en place de groupes de travail dans le cadre de fiches action avec un animateur et des acteurs (membres du personnel et éventuellement apprenants, personnes qualifiées suivant les thématiques). 5- Un plan d action : Les axes stratégiques sont déclinés en fiches action avec des groupes d acteurs impliqués.

14 PARTIE 1 : Le Cadre de travail QUELLE MÉTHODOLOGIE? 6- Un plan d évaluation : Chaque fiche action comporte un volet objectif, méthodologie, calendrier et évaluation. 7- Des étapes de validation : Le comité de pilotage (CODIR) Le Conseil d Administration

15 PARTIE 1 : Le Cadre de travail QUELLE MÉTHODOLOGIE? 8- Le Plan de communication : L e site dédié permet de partager et de suivre les actualités du projet d établissement ignature mail à disposition S des acteurs ENIL LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

16 PARTIE 1 : Le Cadre de travail QUELLE MÉTHODOLOGIE? 8- Le Plan de communication : Un nouveau projet d établissement pour préparer demain Un questionnaire envoyé par auprès des apprenants, stagiaires, enseignants et l ensemble des personnels et partenaires Un site internet : pour comprendre la démarche pour partager les résultats de l enquête pour répondre à vos questions 2014 : de nouvelles ambitions à partager! L affiche La charte administrative : sert de support à la formalisation des travaux > : de nouvelles ambitions à partager!

17 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

18 I- Les représentations des acteurs de l ENIL (apprenants, personnels et personnes extérieures) II- Les attentes évoquées dans le questionnaire et dans les entretiens individuels III- Les axes stratégiques identifiés

19 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL ENVOIS ET RETOURS DES QUESTIONNAIRES : CATÉGORIES DE PUBLICS NOMBRE D ENVOIS QUESTIONNAIRES NOMBRE DE RETOURS QUESTIONNAIRE APPRENANTS ENSEMBLE DES PERSONNELS PERSONNES EXTÉRIEURES GROUPE ENIL Franche-Comté *retours de questionnaires partiels A- AUTOUR DU PANEL *

20 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL A- AUTOUR DU PANEL LA RÉPARTITION PAR SITE ET PAR ANCIENNETÉ : APPRENANTS ENSEMBLE DES PERSONNELS PERSONNES EXTÉRIEURES ENIL Mamirolle ENILBIO Poligny Sur les 2 sites TOTAL ANCIENNETÉ (équivalente entre les sites) Moins d 1 an 52% 10% 15% De 1 à 5 ans 47% 23% 25% Plus de 5 ans 1% 67% 60%

21 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL B- LA VISION DE L ENIL PAR TOUS LES PUBLICS : les valeurs et les modalités de relations DANS QUOI SE RECONNAÎT-ON? 1 Le goût de bien faire 2 L exigence de l Enil vis-à-vis des élèves 3 La réactivité et l adaptation 4 L exigence de l Enil vis-à-vis de l entreprise 5 La prise en compte de chaque personne 6 La solidarité dans le quotidien BASE 100 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

22 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL B- LA VISION DE L ENIL PAR TOUS LES PUBLICS : les valeurs et les modalités de relations DANS QUOI SE RECONNAÎT-ON? 1 Le goût de bien faire 2 L exigence de l Enil vis-à-vis des élèves 3 La réactivité et l adaptation 4 L exigence de l Enil vis-à-vis de l entreprise 5 La prise en compte de chaque personne QU EST-CE QUI FAIT DIVERGENCE? 1 La réflexion et la définition de priorités partagées 2 Le travail collectif sur des enjeux communs 3 L écoute des demandes et la détermination à y répondre 6 La solidarité dans le quotidien BASE 100 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

23 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL B- LA VISION DE L ENIL PAR TOUS LES PUBLICS : les valeurs et les modalités de relations COMMENTAIRE DU RÉALISATEUR DE L ÉTUDE : Un cadre de performance individuellement intégré Un cadre collectif porteur de priorités de développement insuffisamment défini, partagé et compris par tous BASE 100

24 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL C- LA VISION DE L ENIL PAR TOUS LES PUBLICS : la qualité de vie DANS QUOI SE RECONNAÎT-ON? 1 Le niveau de sécurité 2 L autonomie 3 Le niveau d hygiène 4 Les règles de vie 5 Le relationnel BASE 100 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

25 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL C- LA VISION DE L ENIL PAR TOUS LES PUBLICS : la qualité de vie DANS QUOI SE RECONNAÎT-ON? 1 Le niveau de sécurité 2 L autonomie 3 Le niveau d hygiène 4 Les règles de vie 5 Le relationnel QU EST-CE QUI FAIT DIVERGENCE? 1 Le partage d informations 2 Le niveau de confort des espaces de vie 3 L équilibre activité scolaire, loisirs et obligations en entreprise BASE 100 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

26 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL C- LA VISION DE L ENIL PAR TOUS LES PUBLICS : la qualité de vie COMMENTAIRE DU RÉALISATEUR DE L ÉTUDE : Un cadre de travail quotidien porté par le sens des responsabilités de chacun Un cadre de vie, en particulier à Poligny, insatisfaisant pour les apprenants comme pour le personnel BASE 100 Des relations individuelles satisfaisantes, mais un manque d informations partagées

27 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL CE QU ON TIENT ET QUE L ON NE VEUT PAS LÂCHER? D- LE VÉCU DU PERSONNEL : L autonomie et l initiative individuelle

28 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL D- LE VÉCU DU PERSONNEL : CE QU ON TIENT ET QUE L ON NE VEUT PAS LÂCHER? CE QUE L ON VEUT AMÉLIORER? L autonomie et l initiative individuelle 1 La complexité de l organisation 3 Les obligations du quotidien BASE 100

29 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL D- LE VÉCU DU PERSONNEL : CE QU ON TIENT ET QUE L ON NE VEUT PAS LÂCHER? CE QUE L ON VEUT AMÉLIORER? COMMENTAIRE DU RÉALISATEUR DE L ÉTUDE : L autonomie et l initiative individuelle 1 La complexité de l organisation 3 Les obligations du quotidien Aujourd hui, il y a un lien entre l autonomie individuelle et la complexité de l organisation. Demain, il faudra construire un cadre partagé dans lequel l autonomie et l initiative individuelle pourront s exprimer de manière cohérente. BASE 100

30 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL CE QU ON TIENT ET QUE L ON NE VEUT PAS LÂCHER? E- LE VÉCU DES APPRENANTS : L acquisition de savoir-faire directement applicables en entreprise

31 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL E- LE VÉCU DES APPRENANTS : CE QU ON TIENT ET QUE L ON NE VEUT PAS LÂCHER? CE QUE L ON VEUT AMÉLIORER? L acquisition de savoir-faire directement applicables en entreprise 1 L écoute et la prise en compte de la différence 3 L intégration dans une vie sociale pleine à l école (Poligny) BASE 100

32 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL E- LE VÉCU DES APPRENANTS : CE QU ON TIENT ET QUE L ON NE VEUT PAS LÂCHER? CE QUE L ON VEUT AMÉLIORER? COMMENTAIRE DU RÉALISATEUR DE L ÉTUDE : L acquisition de savoir-faire directement applicables en entreprise 1 L écoute et la prise en compte de la différence 3 L intégration dans une vie sociale pleine à l école (Poligny) BASE 100 Il existe un consensus sur les finalités de l école. Au-delà, les apprenants expriment leurs aspirations à élargir leur espace d expression (individualisation, créativité et activités partagées entre élèves).

33 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL F- LE POSITIONNEMENT DE L ECOLE TEL QUE VU PAR TOUS LES PUBLICS DANS QUOI SE RECONNAÎT-ON? 1 L ouverture au monde professionnel est vue comme un plus pour : - Le renforcement de la qualité des enseignements - Une veille permettant d anticiper les évolutions de demain - Un partenariat intelligent que l on doit encore développer 2 Le niveau de formation pour la mise en pratique et la maîtrise des technologies est excellent ou satisfaisant 4 La diversification des formations est vue comme indispensable à la pérennité de l école et utile aux entreprises de la filière 5 L idée des bénéfices attendus par les entreprises : - La mise à dispo des jeunes employables - Une relation de partenariat à tous niveaux 3 Le niveau des informations concernant les évolutions économiques, sociales et environnementales est excellent ou satisfaisant BASE 100

34 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL F- LE POSITIONNEMENT DE L ECOLE TEL QUE VU PAR TOUS LES PUBLICS DANS QUOI SE RECONNAÎT-ON? 1 L ouverture au monde professionnel est vue comme un plus pour : - Le renforcement de la qualité des enseignements - Une veille permettant d anticiper les évolutions de demain - Un partenariat intelligent que l on doit encore développer 2 Le niveau de formation pour la mise en pratique et la maîtrise des technologies est excellent ou satisfaisant 3 Le niveau des informations concernant les évolutions économiques, sociales et environnementales est excellent ou satisfaisant BASE La diversification des formations est vue comme indispensable à la pérennité de l école et utile aux entreprises de la filière 5 L idée des bénéfices attendus par les entreprises : - La mise à dispo des jeunes employables - Une relation de partenariat à tous niveaux QU EST-CE QUI FAIT DIVERGENCE? 1 L ouverture au monde professionnel détourne l école de son rôle pour près de 50% des apprenants 2 Le niveau de formation sur les fondamentaux est difficilement appréhendable pour près de 50% des apprenants et des personnels de Poligny

35 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL F- LE POSITIONNEMENT DE L ECOLE TEL QUE VU PAR TOUS LES PUBLICS COMMENTAIRE DU RÉALISATEUR DE L ÉTUDE : La dynamique école entreprise fait partie de l histoire de l école et de ses gènes. Les modalités de la double dynamique : - école à destination des apprenants, - école en tant que plateforme ressource aux entreprises, BASE 100 nécessitent de les distinguer pour mieux définir les objectifs et mieux en organiser les modalités.

36 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL G- LA RECONNAISSANCE DE L ECOLE TELLE QUE VUE PAR TOUS LES PUBLICS QUEL EST NOTRE NIVEAU DE NOTORIÉTÉ? SUR QUEL PÉRIMÈTRE? 1 Bonne identification locale et régionale de l Enil 2 Identification moyenne au niveau national, mais manque de valorisation 3 Peu identifié au niveau international BASE 100

37 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL G- LA RECONNAISSANCE DE L ECOLE TELLE QUE VUE PAR TOUS LES PUBLICS QUEL EST NOTRE NIVEAU DE NOTORIÉTÉ? SUR QUEL PÉRIMÈTRE? 1 Bonne identification locale et régionale de l Enil 2 Identification moyenne au niveau national, mais manque de valorisation Pour les personnels et les apprenants de Mamirolle : Manque de valorisation de l Enil, même au niveau régional 3 Peu identifié au niveau international BASE 100

38 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL G- LA RECONNAISSANCE DE L ECOLE TELLE QUE VUE PAR TOUS LES PUBLICS QUEL EST NOTRE NIVEAU DE NOTORIÉTÉ? SUR QUEL PÉRIMÈTRE? BASE 100 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE COMMENTAIRE DU RÉALISATEUR DE L ÉTUDE : Aujourd hui l Enil Franche-Comté couvre 4 domaines de compétences distincts : - Technologies fromagères et laitières - Bio technologies en IAA - L analytique (laboratoires) - Le traitement de l eau La notoriété de l Enil comme ses efforts de communication en tant qu école (recrutement) ou en tant que plateforme ressources (prestation pour l entreprise), doit être posée pour chaque domaine de compétences (et non être globalisée).

39 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL H- AUTOUR DES AMBITIONS PARTAGÉES PAR TOUS LES PUBLICS UN INTÉRÊT PARTAGÉ POUR : 1 L accompagnement individuel et collectif des étudiants 2 La pédagogie innovante 3 Le lien entre R&D et production 4 Le développement de pratiques durables TOTAL DE + DE 50% PEU D INTÉRÊT PARTAGÉ POUR : 1 La dimension internationale 2 L éducation à la citoyenneté TOTAL DE + DE 50% BASE 100 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

40 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL H- AUTOUR DES AMBITIONS PARTAGÉES PAR TOUS LES PUBLICS UN INTÉRÊT PARTAGÉ POUR : 1 L accompagnement individuel et collectif des étudiants 2 La pédagogie innovante 3 Le lien entre R&D et production 4 Le développement de pratiques durables 67% du personnel de Mamirolle 47% du personnel de Poligny TOTAL DE + DE 50% PEU D INTÉRÊT PARTAGÉ POUR : 1 La dimension internationale 2 L éducation à la citoyenneté TOTAL DE + DE 50% BASE 100 souhaitent participer à un groupe de travail LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

41 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS A- LES ATTENTES OU RÉFLEXIONS EXPRIMÉES PAR LE PERSONNEL Le souhait d une dimension internationale - Formation Bac + 2 en anglais - Mobilité des étudiants à l étranger (stage) - Exploitation des actions gérées à l international par des formateurs pour organiser les partenariats

42 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS A- LES ATTENTES OU RÉFLEXIONS EXPRIMÉES PAR LE PERSONNEL Le souhait d une dimension internationale - Formation Bac + 2 en anglais - Mobilité des étudiants à l étranger (stage) - Exploitation des actions gérées à l international par des formateurs pour organiser les partenariats La question du niveau de recrutement et de la nécessaire sélection des élèves pour garantir notre crédibilité au niveau des entreprises pose les questions : - En amont, d autres modalités pour assurer le bon niveau d effectifs sur certaines filières - En aval : de la nécessaire individualisation de certains parcours scolaires

43 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS A- LES ATTENTES OU RÉFLEXIONS EXPRIMÉES PAR LE PERSONNEL Le redimensionnement de notre différence - La plus value actuelle : des compétences directement valorisables en entreprise sur le versus bio (matières, ingrédients technologiques, risques bio ) et le versus technique (process, outils et maintenance premier niveau) - La plus value demain : la connaissance de la gestion de production (aspect économique), la compétence managériale, autres?

44 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS A- LES ATTENTES OU RÉFLEXIONS EXPRIMÉES PAR LE PERSONNEL Le redimensionnement de notre différence - La plus value actuelle : des compétences directement valorisables en entreprise sur le versus bio (matières, ingrédients technologiques, risques bio ) et le versus technique (process, outils et maintenance premier niveau) - La plus value demain : la connaissance de la gestion de production (aspect économique), la compétence managériale, autres? La question de la pérennité du fonctionnement par le transfert de compétences en cas de départ des personnes, mais aussi par la formalisation des pratiques.

45 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS A- LES ATTENTES OU RÉFLEXIONS EXPRIMÉES PAR LE PERSONNEL L animation de la communication interne pour être au courant de l actualité interne, des évènements gérés en externe, mais aussi dépasser la complexité de notre organisation et le manque de lisibilité

46 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS A- LES ATTENTES OU RÉFLEXIONS EXPRIMÉES PAR LE PERSONNEL L animation de la communication interne pour être au courant de l actualité interne, des évènements gérés en externe, mais aussi dépasser la complexité de notre organisation et le manque de lisibilité La capitalisation de nos relations entreprises : nécessité d avoir un management organisé des relations et actions Entreprises

47 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS A- LES ATTENTES OU RÉFLEXIONS EXPRIMÉES PAR LE PERSONNEL L animation de la communication interne pour être au courant de l actualité interne, des évènements gérés en externe, mais aussi dépasser la complexité de notre organisation et le manque de lisibilité La capitalisation de nos relations entreprises : nécessité d avoir un management organisé des relations et actions Entreprises La nécessité de mieux valoriser le passage en production 2 directions : - Mettre en lien les cours théoriques et l approche pratique - Développer les relations entre les enseignants et les formateurs

48 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS A- LES ATTENTES OU RÉFLEXIONS EXPRIMÉES PAR LE PERSONNEL La définition de la valeur ajoutée de l éducatif : Qu attend-on de la vie scolaire? Comment mieux associer l éducatif et le pédagogique? Et la nécessité d améliorer le cadre de vie des jeunes (pour Poligny : les structures - pour Mamirolle : les activités extra scolaires).

49 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS A- LES ATTENTES OU RÉFLEXIONS EXPRIMÉES PAR LE PERSONNEL La définition de la valeur ajoutée de l éducatif : Qu attend-on de la vie scolaire? Comment mieux associer l éducatif et le pédagogique? Et la nécessité d améliorer le cadre de vie des jeunes (pour Poligny : les structures - pour Mamirolle : les activités extra scolaires). Et plus globalement : un cadre - une stratégie - des objectifs - une ligne directrice car manque de capitalisation du fait d un fonctionnement sans cadre clair.

50 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS B- LES ATTENTES EXPRIMÉES PAR LES APPRENANTS Autour du positionnement de l école : - Pour certains (Poligny) : l axe trop laitier - Pour d autres (Mamirolle) : la non reconnaissance de l école par les entreprises médicales ou environnementales

51 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS B- LES ATTENTES EXPRIMÉES PAR LES APPRENANTS Autour du positionnement de l école : - Pour certains (Poligny) : l axe trop laitier - Pour d autres (Mamirolle) : la non reconnaissance de l école par les entreprises médicales ou environnementales Au niveau des enseignements : - Pour certains (Poligny), trop axé sur la transformation, pas assez sur le labo - Pour d autres (Mamirolle), trop d acquisitions des savoirs en peu de temps avec une exigence élevée / manque de suivi des périodes en entreprise / une professionnalisation insuffisante

52 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS B- LES ATTENTES EXPRIMÉES PAR LES APPRENANTS Au niveau des structures : - Manque de disponibilité des labos et manque de places en ateliers

53 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS B- LES ATTENTES EXPRIMÉES PAR LES APPRENANTS Au niveau des structures : - Manque de disponibilité des labos et manque de places en ateliers Au niveau des modalités de fonctionnement : - Pour certains à Poligny : le manque de liberté d expression et d autonomie / une organisation du temps chaotique

54 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS C- LES ATTENTES EXPRIMÉES PAR LES PERSONNES EXTÉRIEURES Autour du positionnement de l école : - Limite de taille du fait de la structure d accueil - Pas de possibilité de poursuivre des études à l Enil après une licence pro

55 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS C- LES ATTENTES EXPRIMÉES PAR LES PERSONNES EXTÉRIEURES Autour du positionnement de l école : - Limite de taille du fait de la structure d accueil - Pas de possibilité de poursuivre des études à l Enil après une licence pro Au niveau des enseignements : - Limite des formations initiales par manque de travaux pratiques ou de visites en entreprises - Des contenus parfois trop éloignés de la réalité du terrain du fait d une mauvaise connaissance des problématiques d entreprise

56 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS C- LES ATTENTES EXPRIMÉES PAR LES PERSONNES EXTÉRIEURES Au niveau des structures : - L obligation d avoir du matériel à l échelle pilote

57 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS C- LES ATTENTES EXPRIMÉES PAR LES PERSONNES EXTÉRIEURES Au niveau des structures : - L obligation d avoir du matériel à l échelle pilote Au niveau des modalités de fonctionnement : - Le manque d information - Manque de disponibilité des intervenants et des labos du fait de l augmentation des demandes

58 III- LES AXES STRATÉGIQUES IDENTIFIÉS L ECOLE ENTREPRISE APPRENANTE La réussite de l apprenant, cela passe par quoi? - L individualisation - La LMD - La pratique des outils numériques - L ouverture à l international - La place des ateliers, des travaux pratiques et la relation avec les cours théoriques - Les autres aspects de la formation : la gestion de production, le management, le processus d innovation, la mise sur le marché

59 III- LES AXES STRATÉGIQUES IDENTIFIÉS L ECOLE ENTREPRISE APPRENANTE L AGRO ECOLOGIE La réussite de l apprenant, cela passe par quoi? - L individualisation - La LMD - La pratique des outils numériques - L ouverture à l international - La place des ateliers, des travaux pratiques et la relation avec les cours théoriques - Les autres aspects de la formation : la gestion de production, le management, le processus d innovation, la mise sur le marché Prendre en compte nos besoins et ceux des générations futures : - L alimentation - Les économies d énergies - La gestion des déchets - La maîtrise des ressources (eau)

60 III- LES AXES STRATÉGIQUES IDENTIFIÉS L ECOLE ENTREPRISE APPRENANTE L AGRO ECOLOGIE LE CADRE DE VIE La réussite de l apprenant, cela passe par quoi? - L individualisation - La LMD - La pratique des outils numériques - L ouverture à l international - La place des ateliers, des travaux pratiques et la relation avec les cours théoriques - Les autres aspects de la formation : la gestion de production, le management, le processus d innovation, la mise sur le marché Prendre en compte nos besoins et ceux des générations futures : - L alimentation - Les économies d énergies - La gestion des déchets - La maîtrise des ressources (eau) Mieux vivre ensemble et s épanouir : - La communication interne - L organisation - Les locaux - L éco-citoyenneté - La qualité comportementale

61 III- LES AXES STRATÉGIQUES IDENTIFIÉS L ECOLE ENTREPRISE APPRENANTE L AGRO ECOLOGIE LE CADRE DE VIE L ECOLE - PLATEFORME RESSOURCE AU SERVICE DE L ENTREPRISE La réussite de l apprenant, cela passe par quoi? - L individualisation - La LMD - La pratique des outils numériques - L ouverture à l international - La place des ateliers, des travaux pratiques et la relation avec les cours théoriques Prendre en compte nos besoins et ceux des générations futures : - L alimentation - Les économies d énergies - La gestion des déchets - La maîtrise des ressources (eau) Mieux vivre ensemble et s épanouir : - La communication interne - L organisation - Les locaux - L éco-citoyenneté - La qualité comportementale Accompagnement du développement de l entreprise : - La R&D - La relation partenaire - Le périmètre de nos activités - La communication externe - Les autres aspects de la formation : la gestion de production, le management, le processus d innovation, la mise sur le marché

62 PARTIE 3 : Echanges LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : jurisprudentielles les plus significatives, impactant la relation au travail.

Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : jurisprudentielles les plus significatives, impactant la relation au travail. Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : Identifier les apports des réformes législatives, règlementaires ainsi que les évolutions jurisprudentielles les plus significatives, impactant

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Réf. document : AT.PEG.22 LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Définition d un «Projet éducatif global» Les objectifs du Projet éducatif global d un établissement de formation du BTP représentent

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

FORMATION ET ACCOMPAGNEMENT DES FUTURS RESPONSABLES DE L INRA

FORMATION ET ACCOMPAGNEMENT DES FUTURS RESPONSABLES DE L INRA Jérôme GUERIF Formation permanente nationale Vocal : +33 (0)4 32 72 2951 E-mail : Jerome.Guerif@avignon.inra.fr CAHIER DES CHARGES FORMATION ET ACCOMPAGNEMENT DES FUTURS RESPONSABLES DE L INRA Contact

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

Appel à propositions

Appel à propositions Appel à propositions Dispositif de professionnalisation des acteurs de l accueil, l information, l orientation, l emploi, la formation professionnelle initiale (par la voie de l apprentissage) et la formation

Plus en détail

Une expérimentation «Délégués Auditeurs Qualité» (D.A.Q)

Une expérimentation «Délégués Auditeurs Qualité» (D.A.Q) «Si l on arrête de se perfectionner, on arrête d être bon» Une expérimentation «Délégués Auditeurs Qualité» (D.A.Q) 29 Avenue de Frais Vallon Bat Le Nautile 13013 MARSEILLE Tél. : 04.91.10.40.00 Mail.

Plus en détail

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet Campus TKPF Centre de compétences Synthèse du projet 1 UN ESPACE D INFORMATION, D ORIENTATION, D ACCOMPAGNEMENT & DE VALORISATION DE SON PARCOURS PROFESSIONNEL UNE INGENIERIE INTEGREE DU SYSTEME FORMATION

Plus en détail

Promotion des sites qualifiants en Limousin

Promotion des sites qualifiants en Limousin Promotion des sites qualifiants en Limousin Formation en Travail Social Accueil et accompagnement des stagiaires Etat des lieux des pratiques et des attentes Retour d enquête / Analyse quantitative et

Plus en détail

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE INTRODUCTION Les CPE d aujourd hui s interrogent légitimement sur le rôle, sur leur positionnement dans l établissement et sur les relations dans lesquelles

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion du patrimoine immobilier

Licence professionnelle Gestion du patrimoine immobilier Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion du patrimoine immobilier Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Matériaux de l Université d Evry-Val-d Essonne - UEVE Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des

Plus en détail

Guide d accueil. des. Ateliers Métiers et Compétences

Guide d accueil. des. Ateliers Métiers et Compétences Service du personnel et de la fonction publique Le référentiel des métiers de l administration de la Polynésie française Guide d accueil des Ateliers Métiers et Compétences - 1 - Ia orana, Cher collègue,

Plus en détail

Licence professionnelle Banque, fiscalité, vente de produits financiers, gestion de patrimoine

Licence professionnelle Banque, fiscalité, vente de produits financiers, gestion de patrimoine Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Banque, fiscalité, vente de produits financiers, gestion de patrimoine Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague

Plus en détail

PLAN DE CONTROLE EXTERNE DU REFERENTIEL AFAQ Service Confiance

PLAN DE CONTROLE EXTERNE DU REFERENTIEL AFAQ Service Confiance PLAN DE CONTROLE EXTERNE DU REFERENTIEL AFAQ Service Confiance REF 13201 Activités d accueil, d information, de conception, de mise en œuvre et de suivi des formations professionnelles agricoles REFERENCE

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Cinéma, documentaire, médias de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence... 1 6.1. Évaluation des compétences... 2 6.1.1 Mesure des écarts entre compétences

Plus en détail

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste -

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste - Directeur du Département des Ressources Humaines - Profil de poste - Cotation du poste : 2,7 1. Informations institutionnelles relatives au CHRU de Lille Etablissement : CHRU de Lille 2 avenue Oscar Lambret

Plus en détail

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) :

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) : Evaluation des diplômes Masters Vague D Académie : Paris Etablissement déposant : Académie(s) : / Etablissement(s) co-habilité(s) : / Mention : Economie managériale et industrielle Domaine : Economie,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION LA GESTION DE PROJET. Application à la conduite d opérations immobilières à l INRA

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION LA GESTION DE PROJET. Application à la conduite d opérations immobilières à l INRA Institut National de la Recherche Agronomique Mission Centrale Prévention Formation permanente nationale Paris, le 24/06/2010 CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION LA GESTION DE PROJET Application à la conduite

Plus en détail

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations www.univ-bpclermont.fr 1 Charte de l évaluation des formations L évaluation des formations inscrit l Université Blaise

Plus en détail

AGEFOS PME Nord Picardie Appel à propositions MutEco Numérique Picardie 2015 1

AGEFOS PME Nord Picardie Appel à propositions MutEco Numérique Picardie 2015 1 APPEL A PROPOSITIONS MUTECO NUMERIQUE 2015 PICARDIE Le présent cahier des charges s adresse aux organismes de formation souhaitant se positionner sur le projet mutations économiques porté par AGEFOS PME

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

Certificat encadrant opérationnel d équipe

Certificat encadrant opérationnel d équipe Certificat encadrant opérationnel d équipe Ce programme de formation prépare à l obtention du CP FFP (Certificat Professionnel de la Fédération de la Formation Professionnelle) : Encadrant Opérationnel

Plus en détail

Une formation capacitaire proposée en réseau : le Certificat Capacitaire Animaux Domestiques.

Une formation capacitaire proposée en réseau : le Certificat Capacitaire Animaux Domestiques. La fiche descriptive d un processus d innovation Une formation capacitaire proposée en réseau : le Certificat Capacitaire Animaux Domestiques. Le projet L origine et description de votre projet Les mots

Plus en détail

LES FORMATIONS ET WORKSHOPS ECONCEPTS

LES FORMATIONS ET WORKSHOPS ECONCEPTS LES FORMATIONS ET WORKSHOPS ECONCEPTS Des formations et séminaires en éco-marketing et en éco- innovation - 1 Pourquoi choisir une formation econcepts? Les formations s adressent aux managers de l entreprise

Plus en détail

Rationalisation du système fourrager : une formation numérique et multi modale au CFPPA de Charolles

Rationalisation du système fourrager : une formation numérique et multi modale au CFPPA de Charolles La fiche descriptive d un processus d innovation Rationalisation du système fourrager : une formation numérique et multi modale au CFPPA de Charolles Le projet Cette première étape vise à décrire la façon

Plus en détail

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS La transversalité des compétences managériales Un parcours sur 3 niveaux pour tous les managers du Groupe selon leur expérience dans la fonction. Cette segmentation a pour objectif de doter les managers

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

Épreuves et modalités d évaluation du BTSA Option ACSE (analyse, conduite et stratégie de l entreprise agricole) (domaine professionnel)

Épreuves et modalités d évaluation du BTSA Option ACSE (analyse, conduite et stratégie de l entreprise agricole) (domaine professionnel) Épreuves et modalités d évaluation du BTSA Option ACSE (analyse, conduite et stratégie de l entreprise agricole) (domaine professionnel) Épreuve E7 : Cadre règlementaire NS DGER / N2014 Définition des

Plus en détail

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES FPEGRH01 RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES Définir et mettre en œuvre la politique de ressources humaines d une administration ou d un établissement public de l État.

Plus en détail

MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES DES COTES D ARMOR PLERIN. . LAMBALLE .ROSTRENEN PLAN STRATEGIQUE DE DEVELOPPEMENT ET D ACTIONS

MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES DES COTES D ARMOR PLERIN. . LAMBALLE .ROSTRENEN PLAN STRATEGIQUE DE DEVELOPPEMENT ET D ACTIONS MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES DES COTES D ARMOR PLERIN.. LAMBALLE.ROSTRENEN PLAN STRATEGIQUE DE DEVELOPPEMENT ET D ACTIONS - 2013-2016 1 SOMMAIRE : - Edito du Président du Conseil Général

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Electronique, informatique et communication embarquées appliquées aux transports de l Université de Valenciennes

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Commercialisation de produits et services inter-entreprises de l Université Lille 2 - Droit et Santé Vague E 2015-2019

Plus en détail

LA FORMATION EST-ELLE RÉELLEMENT

LA FORMATION EST-ELLE RÉELLEMENT LA FORMATION EST-ELLE RÉELLEMENT AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES? OBJECTIFS - ENQUÊTE NATIONALE DANS LES ENTREPRISES Mesurer le développement des compétences dans les entreprises et son impact

Plus en détail

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE L apprentissage dans l enseignement supérieur a pour mission de faciliter l accès à des formations de haut niveau et de permettre à des étudiants de

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

Licence professionnelle Assistant ressources humaines

Licence professionnelle Assistant ressources humaines Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Assistant ressources humaines Université Jean Moulin Lyon 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le

Plus en détail

Rév : K. Programme de Janvier 2014

Rév : K. Programme de Janvier 2014 CATALOGUE des FORMATIONS Programme de Janvier 2014 Rév : K Siret : 448 016 543 SARL au capital de 7500 APE : 741G 1/13 Ce catalogue de formations Intra entreprise est adaptable à vos besoins. Il est issu

Plus en détail

Charte des relations

Charte des relations Charte des relations entre Élus, membres des Conseils consultatifs de quartier et agents des services de la Ville de Brest et de Brest métropole océane Bellevue, Brest-Centre 1 Europe, Lambezellec Quatre

Plus en détail

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Avec le soutien de Lignes directrices pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Le Comité français de l UICN (Union Internationale pour la Conservation de la

Plus en détail

Le scénario pédagogique des formations AgriTic

Le scénario pédagogique des formations AgriTic Le scénario pédagogique des s AgriTic Guide à l attention des formateurs pour la mise en œuvre locale des s AgriTic. Un projet porté, au sein de Préférence FORMATIONS, par le CFPPA de Melle Niort. I. Le

Plus en détail

IFCAM &Projets Offre 2 13 ORIENTATIONS

IFCAM &Projets Offre 2 13 ORIENTATIONS & IFCAM Offre Projets ORIENTATIONS 2 13 IFCAM 2013 L IFCAM change de personnalité juridique au 1er janvier 2013, pour devenir GIE, et servir les ambitions du Groupe. Dans ce contexte particulier et pour

Plus en détail

AgriTic : une formation au Web 2.0 pour les agriculteurs de La Réunion

AgriTic : une formation au Web 2.0 pour les agriculteurs de La Réunion La fiche descriptive d un processus d innovation AgriTic : une formation au Web 2.0 pour les agriculteurs de La Réunion Le projet L origine et description de votre projet Les mots clés de votre action

Plus en détail

Conseil Formation Assistance aux Opérations

Conseil Formation Assistance aux Opérations Conseil Formation Assistance aux Opérations l Ambition pragmatique d Hommes de Métier pour le Pilotage et la Transformation des Entreprises et Collectivités VPS Finance - Tél : +33 (0)6 22 04 22 43 - E

Plus en détail

ECOLE NATIONALE DU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER. www.enfi.fr

ECOLE NATIONALE DU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER. www.enfi.fr ECOLE NATIONALE DU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER ENFI - siège social 19, rue des Capucines 75001 PARIS S.A.S au capital de 2.037.000-504 381 153 RCS Paris Déclaration d activité enregistrée sous le numéro

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management de la qualité : Industrie, services, santé de l Université d Evry-Vald Essonne - UEVE Vague E 2015-2019

Plus en détail

ALIDORO CONSULTANTS NOTRE OFFRE DE FORMATION 2015

ALIDORO CONSULTANTS NOTRE OFFRE DE FORMATION 2015 ALIDORO CONSULTANTS NOTRE OFFRE DE FORMATION 2015 SOMMAIRE NOTRE CONCEPTION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Notre approche pédagogique et déontologique page 1 Valeur ajoutée d Alidoro Consultants page

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Conseil et développement agricole de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

Améliorer votre approche processus

Améliorer votre approche processus Améliorer votre approche processus Décrire de manière complète les processus, Mettre en place des tableaux de bord de manière à en surveiller le fonctionnement et à en déterminer l efficacité, Réaliser

Plus en détail

LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE

LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE Chantal LAMEYNARDIE Consultante chef de projets RH - Groupe MONPLAISIR Quelles compétences pour

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Assistant chef de projet dans le tertiaire de l Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines - UVSQ Vague

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. POSTE À POURVOIR : RESPONSABLE CUISINES CENTRALES DE COLLEGES (h/f)

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. POSTE À POURVOIR : RESPONSABLE CUISINES CENTRALES DE COLLEGES (h/f) MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CG/SC/DEJ/N 14-01 Célia GHERSI 01 43 93 89 65 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE À POURVOIR : RESPONSABLE CUISINES CENTRALES DE COLLEGES

Plus en détail

Compte Rendu : Assises des filières locales pour la construction durable

Compte Rendu : Assises des filières locales pour la construction durable Compte Rendu : Assises des filières locales pour la construction durable Troyes les 22 et 23 mai 2013 Les 22 et 23 mai derniers se sont tenue à l IUMP de Troyes (10), les premières Assises des filières

Plus en détail

Programmation de développement rural hexagonal 2007-2013 APPEL A PROJETS «ANIMATION DU RESEAU RURAL ET PERIURBAIN POUR LA REGION ÎLE-DE-FRANCE»

Programmation de développement rural hexagonal 2007-2013 APPEL A PROJETS «ANIMATION DU RESEAU RURAL ET PERIURBAIN POUR LA REGION ÎLE-DE-FRANCE» Programmation de développement rural hexagonal 2007-2013 APPEL A PROJETS «ANIMATION DU RESEAU RURAL ET PERIURBAIN POUR LA REGION ÎLE-DE-FRANCE» 1. Contexte L article 68 du Règlement (CE) n 1678/2005 du

Plus en détail

Certificat d Aptitude aux Fonctions d Encadrement et de Responsable d Unité d Intervention Sociale PROGRAMME 2016-2017

Certificat d Aptitude aux Fonctions d Encadrement et de Responsable d Unité d Intervention Sociale PROGRAMME 2016-2017 Certificat d Aptitude aux Fonctions d Encadrement et de Responsable d Unité d Intervention Sociale PROGRAMME 2016-2017 Document non contractuel, ce programme peut faire l objet de modifications. VALIDATION

Plus en détail

Formation de dirigeant de PME

Formation de dirigeant de PME Formation Dirigeant de PME Public : Cette formation est centrée sur le chef d entreprise ou futur chef d entreprise qui a besoin de s approprier ou de perfectionner les outils du management global d entreprise

Plus en détail

D E L T A - C C E N T R E D E F O R M A T I O N F O R M A T I O N U N I V E R S I T A I R E E T P O S T U N I VER S I T A I R E

D E L T A - C C E N T R E D E F O R M A T I O N F O R M A T I O N U N I V E R S I T A I R E E T P O S T U N I VER S I T A I R E D E L T A - C C E N T R E D E F O R M A T I O N E T D AP P U I C O N S E I L P O U R L E D E V E L O P P E M E N T L O C A L F O R M A T I O N U N I V E R S I T A I R E E T P O S T U N I VER S I T A I

Plus en détail

FORMATIONS TH CONSEIL 2015-2016. TH CONSEIL Qualité de vie au travail. www.thconseil.fr

FORMATIONS TH CONSEIL 2015-2016. TH CONSEIL Qualité de vie au travail. www.thconseil.fr S 2015-2016 NOS FORMATIONS Acheteur Être acteur de son évolution professionnelle avec un handicap DOETH Maintenir en emploi Manager Partenaires sociaux Recruteur Référent handicap Responsable de mission

Plus en détail

L Entretien professionnel

L Entretien professionnel L Entretien professionnel Sommaire 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle 2. Comment

Plus en détail

«Quel Profil pour le Manager de Demain?»

«Quel Profil pour le Manager de Demain?» 4 ème Edition des Journées de l Economie et Gestion Former des Managers : Une Utopie? «Quel Profil pour le Manager de Demain?» Intervention de : M. Jamal Eddine TEBBAA Professeur Universitaire Administrateur

Plus en détail

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique OUTILS DE LA GRH

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Master Ressources Humaines

Master Ressources Humaines 1 - Objectifs de formation du Master Le Master comprend deux années : Première année : Seconde année : La première année est dédiée à l acquisition des connaissances fondamentales en gestion des ressources

Plus en détail

HAUTE ECOLE EPHEC. Baccalauréats en marketing et en commerce extérieur. Calendrier et plan de suivi des recommandations des experts

HAUTE ECOLE EPHEC. Baccalauréats en marketing et en commerce extérieur. Calendrier et plan de suivi des recommandations des experts HAUTE ECOLE EPHEC Baccalauréats en marketing et en commerce extérieur Calendrier et plan de suivi des recommandations des experts A. Commentaire général Ce commentaire général prend en compte le diagnostic

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Qualité, hygiène, sécurité, environnement de l Université de Valenciennes et du Hainaut- Cambrésis - UVHC Vague

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations Une formation en communication spécialisée sur les publics Le master Communication et générations propose une spécialisation originale

Plus en détail

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH 1 Levier essentiel dans le pilotage des grands changements que conduit l Institution, la fonction RH doit, du fait de ce positionnement

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

N 2. Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales

N 2. Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales 82, bd des Batignolles - 75017 Paris - FRANCE Tél. : +33 (0)1 53 42 35 35 / Fax : +33 (0)1 42 94 06 78 Web : www.carrenoir.com N 2 Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011

DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011 Accélérateur de croissance DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011 Contact presse : Johann Fourmond Tél. : 02 99 65 05 47 - Port. : 06 07 89 09 44 j.fourmond@releasepresse.com Sommaire Communiqué de presse p 3-4

Plus en détail

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Les responsables occupent un «poste clé» autant dans l organisation et la gestion des activités que dans l animation de leur équipe et la qualité

Plus en détail

Licence Science politique

Licence Science politique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Science politique Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Direction du réseau DRH réseau. Elaboration concertée d une méthodologie d analyse du changement

Direction du réseau DRH réseau. Elaboration concertée d une méthodologie d analyse du changement Direction du réseau DRH réseau Elaboration concertée d une méthodologie d analyse du changement INC du 23 avril 2014 1 Afin de lancer la démarche d élaboration d une méthodologie concertée d analyse du

Plus en détail

Académie de Versailles STMG. Sciences et Technologies du Management et de la Gestion

Académie de Versailles STMG. Sciences et Technologies du Management et de la Gestion Sciences et Technologies du Management et de la Gestion 1 À la rentrée, la série STMG remplace STG La place de la série STG / STMG Le sens de cette rénovation Les contenus d enseignement 2 La place de

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Master Communication et Commerce Spécialité «Ingénierie de l information et de la communication» Autorité responsable de la certification

Plus en détail

CONDUIRE OU PARTICIPER AU PROJET GPMC DE SON ETABLISSEMENT LOT 1 RÉGION DATES

CONDUIRE OU PARTICIPER AU PROJET GPMC DE SON ETABLISSEMENT LOT 1 RÉGION DATES CONDUIRE OU PARTICIPER AU PROJET GPMC DE SON ETABLISSEMENT LOT 1 RÉGION Conduire ou participer au projet GPMC de son établissement LOT 1 OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Définir la stratégie de mise en place de

Plus en détail

Chef du service qualité, relations aux usagers et contrôle de gestion au sein de la Direction de l Environnement et de l énergie

Chef du service qualité, relations aux usagers et contrôle de gestion au sein de la Direction de l Environnement et de l énergie Chef du service qualité, relations aux usagers et contrôle de gestion au sein de la Direction de l Environnement et de l énergie Communauté d agglomération du Pays Ajaccien 1. La collectivité La Communauté

Plus en détail

CHARTE DE LA FORMATION BAFA BAFD CONFÉDÉRATION NATIONALE DES FOYERS RURAUX

CHARTE DE LA FORMATION BAFA BAFD CONFÉDÉRATION NATIONALE DES FOYERS RURAUX CHARTE DE LA FORMATION BAFA BAFD CONFÉDÉRATION NATIONALE DES FOYERS RURAUX A Principes politiques de la formation à l animation volontaire TOUTE FÉDÉRATION DÉPARTEMENTALE OU RÉGIONALE QUI : adhère au projet

Plus en détail

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE LA FORMATION DES EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS A L I.F.R.A.S.S. La formation des Educateurs de Jeunes Enfants est réalisée conformément à l arrêté du

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Création et développement numérique en ligne de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis Vague D 2014-2018

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 RESPONSABLE DE RESSOURCES HUMAINES Code : GRH01 Responsable de ressources humaines FPEGRH01 Il définit et met en œuvre la politique de ressources

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Energies renouvelables et efficacité énergétique de l Université de Lille1 - Sciences et technologies - USTL Vague

Plus en détail

Introduction, le Crédit Foncier acteur référent de l immobilier crée l ENFI

Introduction, le Crédit Foncier acteur référent de l immobilier crée l ENFI SOMMAIRE Introduction, le Crédit Foncier acteur référent de l immobilier crée l ENFI Un secteur des «métiers de l immobilier» porteur mais une nécessité de professionnalisation dans un environnement complexe

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Informatique de l Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis - UVHC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Qualité, hygiène, sécurité, environnement (QHSE) de l Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis - UVHC Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles. Actualités 2013

Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles. Actualités 2013 Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles 2011-2015 Actualités 2013 Signé en juin 2011, le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles (CPRDFP)

Plus en détail

COMPTE- RENDU DE LA JOURNEE D ETUDE : «ANIMATION DE LA VIE SOCIALE» LUNDI 14 OCTOBRE 2013

COMPTE- RENDU DE LA JOURNEE D ETUDE : «ANIMATION DE LA VIE SOCIALE» LUNDI 14 OCTOBRE 2013 COMPTERENDU DE LA JOURNEE D ETUDE : «ANIMATION DE LA VIE SOCIALE» LUNDI 14 OCTOBRE 2013 ORGANISEE PAR LA FEDERATION DES CENTRES SOCIAUX DE LA COTED OR ANIMEE PAR LA SCOP ACCOLADES ACCUEIL : CAFE ET PETITS

Plus en détail

Master Ressources Humaines

Master Ressources Humaines 1 - Objectifs de formation du Master Le Master comprend deux années : Première année : La première année est dédiée à l acquisition des connaissances fondamentales en gestion des ressources humaines dans

Plus en détail

Module 1 (PALO.1) : Animer et consolider la démarche de tourisme durable au travers d'un réseau d'ambassadeurs

Module 1 (PALO.1) : Animer et consolider la démarche de tourisme durable au travers d'un réseau d'ambassadeurs CAHIER DES CHARGES ANNEE 2014 PROGRAMME LOCAL DE FORMATION INTERFILIERES Pays Adour Landes Océanes Axe 1 : Le Tourisme Durable positionnement marketing du territoire Module 1 (PALO.1) : Animer et consolider

Plus en détail

Licence Economie et gestion

Licence Economie et gestion Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Economie et gestion Université Jean Monnet Saint-Etienne - UJM Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante"

Projet partenarial - 1 er volet Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante" Projet partenarial, piloté par l'arpe, en co-réalisation avec l'orm -observatoire

Plus en détail