Politique de vote de La Banque Postale Asset Management. Avril 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Politique de vote de La Banque Postale Asset Management. Avril 2015"

Transcription

1 La Banque Postale Asset Management - 34, rue de la Fédération Paris Cedex 15 La Banque Postale Asset Management est une société de gestion agréée par l AMF sous le n SA à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de euros RCS Paris labanquepostale-am.fr Politique de vote de La Banque Postale Asset Management Avril 2015 Document public 24/04/2015

2 Organisation de l exercice des droits de vote Mode de détermination des sociétés pour lesquelles LBPAM vote Orientations de la politique de vote Principes de la politique de vote Conflits d intérêts Page 2

3 ORGANISATION DE L EXERCICE DES DROITS DE VOTE Page 3

4 Equipe en charge de l exercice des droits de vote La coordination des votes des résolutions aux assemblées générales des sociétés cotées, l instruction et l analyse des résolutions, ainsi que la décision des votes sont mises en œuvre à La Banque Postale Asset Management (LBPAM) par la Direction «ISR et Développement Durable», et plus particulièrement par les membres suivants : - Najib Sassenou, Directeur ISR et Développement Durable - et Benoît Humeau, analyste ISR. L équipe en charge de l exercice des droits de vote est intégrée dans l organigramme à la gestion ; elle dépend hiérarchiquement du Directeur des gestions. Elle s appuie, en cas de besoin, sur les avis des équipes de gestion, de la Direction de la Conformité et du Contrôle Interne et de la Direction juridique de LBPAM. Mode d exercice des droits de vote LBPAM exerce ses droits de vote via différents canaux : - Par correspondance (pour les sociétés françaises), - Par l intermédiaire de la plateforme du prestataire extérieur spécialisé Institutional Shareholder Services (ISS), qui assure la transmission des votes à l assemblée générale (pour les sociétés étrangères), - Par l intermédiaire d un mandataire, en cas de besoin, le mandataire votant dans le respect des indications données par LBPAM, - En participant directement à l assemblée générale, dans la mesure où LBPAM estime que cela est préférable. Page 4

5 Portefeuilles pour lesquels LBPAM vote OPC - Les portefeuilles pour lesquels LBPAM vote sont les OPC (FCP et SICAV) dont elle est société de gestion, et pour lesquels elle a identifié un intérêt à la mise en œuvre d une politique actionnariale. - Concernant les FCPE, selon les termes du règlement, les droits de vote attachés aux instruments financiers détenus sont exercés soit par la société de gestion, soit par le conseil de surveillance du FCPE. Au 1er janvier 2015, le nombre d OPC pour lesquels LBPAM vote est de 29. La liste de ces OPC figure en annexe du document. Mandats - Sur demande particulière de ses clients, LBPAM peut être amenée à exercer les droits de vote pour le compte de mandats. Page 5

6 MODE DE DETERMINATION DES SOCIETES POUR LESQUELLES LBPAM VOTE Page 6

7 Conformément à l article L du Code Monétaire et Financier, LBPAM exerce les droits de vote dans l intérêt exclusif des porteurs/actionnaires des OPC dont elle est société de gestion. En vue de déterminer l intérêt des porteurs de participer au vote des résolutions soumises en assemblée générale des sociétés, LBPAM prend en compte les éléments suivants : La significativité du poids de LBPAM dans la prise de décision : Ce critère conduit à déterminer un seuil en pourcentage de détention du capital de l émetteur. La couverture des encours actions sous gestion : Ce critère doit garantir que les seuils fixés (cf. ci-dessus) permettent de retenir un nombre de sociétés assez important pour couvrir largement les encours détenus dans les portefeuilles. Le coût lié à l'exercice des droits de vote : - Coût «externe» : il s'agit du coût lié à l'utilisation d'outils, de recherche, au paiement d'un prestataire pour la mise en œuvre de l'exercice du droit de vote, etc. Ces coûts sont d'autant plus élevés que les zones géographiques de lieu de situation de l'émetteur sont éparses. Le fait de limiter l'exercice de droit de vote à une zone géographique permet ainsi de limiter le coût. - Coût «interne» : LBPAM doit se doter de moyens et d'une organisation lui permettant de pouvoir initier le processus d'exercice des droits de vote (analyse des résolutions, communication avec les émetteurs, etc.). Ainsi, si le périmètre est trop large et que les moyens mis en place ne sont pas adaptés, l'exercice ne pourra s'effectuer d'une manière satisfaisante. - Ce critère du coût peut ainsi influer sur les niveaux des seuils soit de détention minimale du capital d'un émetteur, soit de détention par les OPC. La présence dans les fonds d Investissement Socialement Responsable (ISR) : L engagement actionnarial étant une dimension importante de toute démarche ISR, un effort particulier est réalisé pour les sociétés dont les titres sont détenus dans au moins un fonds ISR de LBPAM. Page 7

8 Du fait de la prise en compte de ces critères, LBPAM exerce ainsi ses droits de vote pour les actions : Émises par des sociétés cotées ayant leur siège social dans un des pays de l Union Européenne (UE), de l Espace Economique Européen (EEE) ou de l Association Européenne de Libre-Echange (AELE) ; Et pour lesquelles l ensemble des OPC détenait un pourcentage prédéterminé du capital au 1 er janvier 2015 (0,5% pour les sociétés dont la capitalisation est inférieure à 4 milliards d euros, et 0,05% pour les sociétés dont la capitalisation est supérieure à 4 milliards d euros) ; Et pour lesquelles elle détient encore des titres conférant le droit de participer aux assemblées durant les périodes de tenue d assemblée générale, ces titres ayant pu être soit vendus, soit non rapatriés dans le cas d une opération de prêt [1]. Le périmètre arrêté au 1 er janvier 2015 selon les critères ci-dessus rassemble 120 sociétés. La majorité des AG ayant lieu pendant une période relativement courte au cours du printemps, LBPAM estime pertinent de conserver ce périmètre figé pour l année. Il couvre près de 70% de la totalité des encours actions des portefeuilles pour lesquels LBPAM vote, à la date du 1 er janvier En complément, LBPAM exerce les droits de vote pour l ensemble des sociétés de l UE/EEE/AELE dont des actions sont détenues au moment de l AG dans au moins l un des portefeuilles ISR (cf. annexe du document). La liste de ces sociétés pourra donc évoluer au cours de l année. [1] Afin d éviter d être en situation de devoir rapatrier les titres prêtés, LBPAM a mis en place un dispositif spécifique pour limiter les opérations de prêt en période d AG. Au cas où des titres auraient néanmoins fait l objet d une cession temporaire, LBPAM apprécie dans l'intérêt des porteurs s'il est nécessaire de rapatrier les titres au vu des éléments suivants, le rapatriement effectif pouvant également dépendre de contraintes opérationnelles : connaissance par LBPAM que le bénéficiaire des prêts de titres va voter dans un sens contraire à la politique de vote, et donc contraire à l'intérêt de nos porteurs ; résolutions soumises en AG revêtant une importance particulière au regard de la défense de l'intérêt de nos porteurs, et au regard des valeurs défendues par LBPAM. Page 8

9 ORIENTATIONS DE LA POLITIQUE DE VOTE Page 9

10 La Banque Postale Asset Management considère que le vote aux assemblées générales des actionnaires constitue un engagement important dans le processus de gestion. Ces votes permettent en effet d engager un dialogue avec les entreprises dans lesquelles LBPAM investit pour le compte des OPC gérés, sans néanmoins exercer une influence notable sur la gestion de ces entreprises. C est ainsi que LBPAM peut être amenée à dévoiler ses intentions de vote préalablement à la tenue des assemblées générales, et ce uniquement une fois ses intentions initiales de vote tracées dans un outil informatique. En fonction du contenu des échanges avec la société, l orientation initiale du vote pourra être éventuellement modifiée. Ces modifications, ainsi que leurs motivations, sont répertoriées dans un document interne. La politique de vote est définie dans l intérêt exclusif des porteurs et vise à soutenir la valorisation à long terme de leurs investissements. Elle est appliquée de la même manière pour l ensemble des OPC. Dans les prises de décision quant à l orientation de ses votes, LBPAM prend ainsi en considération les éléments suivants : Elle encourage la diffusion des meilleures pratiques de gouvernance et de déontologie professionnelle, le développement économique, la cohésion sociale et la protection de l environnement. LBPAM est favorable à la présentation en assemblée générale de résolutions relatives à une meilleure prise en compte par l entreprise de ses «parties prenantes» (environnement naturel, salariés, fournisseurs, clients, etc.). LBPAM considère qu une communication transparente aux actionnaires est le fondement d un bon gouvernement d entreprise. Aussi, pour encourager cette pratique, nous refusons de voter favorablement pour toute résolution pour laquelle l information fournie ne permet pas de se forger une idée juste et précise de la décision à prendre. LBPAM s oppose aux résolutions incluant plusieurs options : les résolutions ne doivent poser qu une question demandant une réponse unique. Cependant, si au sein d une résolution multiple, LBPAM votait favorablement à l ensemble des sous-résolutions prises séparément, alors le vote final sera également favorable. Page 10

11 De façon à préserver les intérêts des portefeuilles gérés, LBPAM se positionne contre tout dispositif visant à limiter ou affaiblir les droits des actionnaires. Le principe «une action, un vote, un dividende» est systématiquement soutenu. De la même manière, LBPAM s opposera à tout dispositif visant à empêcher en amont le déroulement normal d une offre publique d achat (OPA). Pour les résolutions externes, présentées par des actionnaires, LBPAM assure généralement son soutien au conseil d administration en place. Cependant, elle se réserve le droit de voter favorablement à des résolutions non agréées par le conseil lorsque ces résolutions vont dans le sens des principes défendus par LBPAM (par exemple, pour une meilleure prise en compte par l entreprise de sa responsabilité sociale). Enfin, l exercice des droits de vote est effectué en application des principes énumérés dans ce document et après avoir pris connaissance des analyses d ISS et de Proxinvest, ainsi que des recommandations de l AFG (Association Française de la Gestion financière) pour les sociétés françaises. LBPAM a défini des principes de vote applicables à l ensemble des sociétés pour lesquelles elle exerce ses droits de vote. Cependant, LBPAM prend en considération les caractéristiques de chaque société avant de voter. Il peut ainsi y avoir une certaine souplesse par rapport à certains seuils indiqués ci-après dans les principes, notamment dans le cas d entreprises de petite et moyenne capitalisation. Page 11

12 Les principes directeurs auxquels se conforme LBPAM sont classés selon la typologie définie dans le Règlement général de l AMF. Dans le cas d un vote d une résolution relevant d une typologie non présentée, LBPAM se réfère aux orientations générales de la politique présentées dans la partie précédente. PRINCIPES DE LA POLITIQUE DE VOTE Page 12

13 A. Approbation des comptes et affectation du résultat 1) Approbation des comptes et de la distribution du dividende - Sauf exception motivée, les résolutions dans ces domaines sont généralement approuvées. - Dans le cas où les commissaires aux comptes de la société ont émis des réserves, la résolution correspondante sera refusée. 2) Décharge de responsabilité (ou quitus) - LBPAM approuve généralement les demandes de décharge de responsabilité pour les membres du conseil et les mandataires sociaux dirigeants, dans la mesure où le vote n empêche pas de mener une action en justice si cela s avérait nécessaire. - LBPAM peut cependant s opposer à ces demandes, lorsqu elle souhaite exprimer un désaccord sur la gestion de la société ou sur ses pratiques de gouvernance. Dans ces cas de figure, le motif d opposition est précisé aux sociétés. B. Nomination, révocation et rémunération des organes sociaux 1) Séparation des pouvoirs - LBPAM se positionne en faveur de la dissociation des postes de président du conseil et de directeur général ou alors en faveur d'une structure à conseil de surveillance et directoire. - Cependant, l arbitrage se fait au cas par cas au regard de critères tels que le niveau d indépendance du conseil, le contrôle du capital, le bilan du dirigeant, la taille de l entreprise ou encore ses pratiques de gouvernance. Page 13

14 2) Les conseils d administration et de surveillance Nomination des membres du conseil - Qualité d information Le conseil doit être un organe actif, indépendant et compétent. Il est responsable vis-à-vis des actionnaires. Il est important que les actionnaires disposent d informations pour évaluer la candidature de chaque membre (expérience, activité principale, indépendance, motivations de sa candidature). Le conseil doit avoir une taille raisonnable, pour favoriser son bon fonctionnement. - Résolutions séparées Les actionnaires doivent pouvoir s exprimer sur les nominations et renouvellements de manière individuelle. Cependant, LBPAM votera en faveur d une demande collective lorsqu elle considère que chaque candidat proposé répond aux critères fixés par ailleurs dans la politique. - Cumul des mandats LBPAM n est pas en faveur de la nomination de candidats ayant un nombre trop important d autres mandats en cours dans des sociétés cotées de groupes différents (2 pour les mandataires sociaux dirigeants et 4 pour les membres non exécutifs). La présidence d un comité d audit est comptabilisée comme un mandat supplémentaire, de même que la présidence d un conseil. Si ce cas de figure se présente, LBPAM peut prendre en considération dans sa décision de vote le niveau et la qualité de participation des membres aux travaux du conseil, lorsque l information est disponible. - Durée des mandats LBPAM est favorable à des mandats d une durée maximale de quatre ans. - Participations croisées LBPAM se positionne en faveur de l absence de membres réciproques au conseil de deux sociétés (sauf exception stratégique justifiée). - Membres représentant les salariés LBPAM est favorable à la présence au conseil de représentants des salariés ou des salariés actionnaires. Si plusieurs candidats sont proposés pour un seul siège, LBPAM privilégie la personne qui représente le mieux les salariés de l entreprise, dans la mesure où des informations détaillées permettent de le savoir. Sinon, LBPAM votera en faveur de l ensemble des candidats. Page 14

15 Indépendance des conseils d administration et de surveillance LBPAM favorise la nomination de membres indépendants. - Critères d indépendance Pour être qualifié d indépendant, un administrateur ou un membre du conseil de surveillance ne doit pas se trouver en situation de conflit d intérêts potentiel. Ainsi, il ne doit pas : Etre salarié, mandataire social dirigeant de la société ou d une société de son groupe, ni l avoir été dans les cinq dernières années ; Etre salarié ou mandataire social dirigeant d un actionnaire significatif de la société ou d une société de son groupe ; Etre salarié ou mandataire social dirigeant d un partenaire significatif et habituel, commercial, bancaire ou financier, de la société ou d une société de son groupe ; Avoir été auditeur de l entreprise au cours des cinq années précédentes ; Etre membre du conseil d administration ou du conseil de surveillance de l entreprise depuis plus de douze ans. - Proportion de membres indépendants LBPAM souhaite qu au moins 33% des membres du conseil soient jugés indépendants pour les sociétés contrôlées, cette proportion passant à 50% pour les sociétés non contrôlées. (Une société est considérée comme étant contrôlée lorsqu un actionnaire ou un groupe d actionnaires possède au moins 40% des droits de vote). Le calcul du taux d indépendance est effectué par rapport aux membres du conseil qui sont élus par les actionnaires. Page 15

16 Diversité au sein des conseils d administration et de surveillance LBPAM encourage la diversité dans la composition des conseils (expériences, nationalités, équilibre hommes-femmes, représentation des salariés et de la société civile, etc.). Exceptions Avec l avis de la Gestion, des exceptions marginales concernant les principes d analyse des nominations (cumul des mandats, durée des mandats, etc.) peuvent être faites si : - la nomination permet d améliorer le taux d indépendance du conseil alors que celui-ci est inférieur au taux souhaité par LBPAM, - le candidat dispose d une légitimité particulière pour siéger au conseil (exemples : membre de la famille fondatrice, actionnaire de référence, etc.), - la nomination favorise la pérennité de l entreprise (élection d un administrateur exécutif par exemple). Censeurs La présence de censeurs au conseil doit rester exceptionnelle, et faire l objet de justifications précises préalablement à l assemblée générale. Page 16

17 3) Comités spécialisés Indépendance des comités spécialisés : audit, rémunération, nomination - Les critères qualifiant d indépendant un membre de ces comités sont les mêmes que ceux s appliquant aux membres du conseil (voir liste ci-dessus). - LBPAM préconise que l ensemble des membres des comités d audit et de rémunération n exercent aucune fonction dans l entreprise et que la majorité d entre eux soient indépendants. - Pour le comité de nomination, LBPAM préconise une majorité de membres indépendants non-exécutifs. - Dans le cas où ces conditions ne sont pas remplies, LBPAM peut s opposer à l élection d un membre de ces comités. 4) Rémunération des membres du conseil Jetons de présence - Le montant des jetons de présence doit être cohérent avec les pratiques en cours dans le pays et dans le secteur d'activité. La répartition des jetons de présence doit prendre en compte les missions exercées par chaque membre, ainsi que leur assiduité aux réunions. Les évolutions importantes doivent être expliquées. - LBPAM souhaite que le taux de présence aux réunions du conseil soit indiqué de manière individuelle dans le rapport annuel. Page 17

18 Rémunération du président non exécutif La rémunération du président non exécutif fait l objet d une attention particulière, s agissant notamment d une éventuelle part variable. Rémunération des dirigeants LBPAM est favorable à la mise au vote des rémunérations des dirigeants, que ce soit de manière consultative ou de manière contraignante. Les principes et mécanismes de rémunération devraient être présentés de manière lisible dans une politique mise à la disposition des actionnaires. Les différentes composantes de la rémunération (fixe, variable court terme et long terme, indemnités de départ, système de retraite, avantages particuliers) doivent y être détaillées. LBPAM vote en faveur d une rémunération des dirigeants mandataires sociaux pour laquelle : - Les critères de rémunération sont clairement définis a priori, et les montants effectivement versés sont clairement justifiés. La présence de critères extra-financiers est encouragée par LBPAM. - Il y a un bon équilibre entre la partie fixe et la partie variable «cible». - La part variable long terme représente un poids significatif. - La rémunération, à la hausse comme à la baisse, doit évoluer de manière cohérente avec la rémunération moyenne par employé, le dividende et les résultats. - L importance des montants versés ne risque pas de nuire à la réputation de la société, la confiance des actionnaires et la motivation des collaborateurs. - Les attributions de stock-options et d actions gratuites sont en ligne avec les critères fixés dans la Politique de vote de LBPAM (cf. C.2). Page 18

19 Indemnités de départ - LBPAM souhaite que le montant des indemnités de départ tienne compte notamment de la durée de présence des dirigeants et de la contribution apportée à la société durant leur mandat. Elles ne doivent pas excéder deux fois la rémunération annuelle (fixe et variable). - Il est souhaitable que le départ d un mandataire social dirigeant sur sa seule initiative n entraîne pas de versement. Indemnités de non-concurrence - Le plafond fixé à deux fois la rémunération annuelle (fixe et variable) couvre les indemnités de départ et les indemnités de non-concurrence. - LBPAM souhaite que la clause de non-concurrence soit précise (durée d application, fonctions et entités concernées, etc.). La société doit expliquer l intérêt que présente cette clause pour son activité. Retraite sur-complémentaire LBPAM étudie les résolutions relatives à la mise en place de retraites sur-complémentaires pour les dirigeants notamment d après les critères suivants : - ancienneté du dirigeant, - présence dans l entreprise au moment du départ en retraite, - progression raisonnable des droits potentiels (pourcentage limité de la rémunération fixe), - plafonnement de la rente versée aux bénéficiaires, - nécessité qu en soient bénéficiaires potentiels un groupe sensiblement plus large que les seuls dirigeants, - fixation d une période de référence sur plusieurs années. Page 19

20 C. Opérations sur le capital 1) Augmentation de capital LBPAM n accepte les augmentations de capital que si : - Elles ne courent pas sur une durée trop longue (5 ans maximum) ; - Elles ne sont pas faites via l émission d actions de préférence ; - Elles ne peuvent pas avoir lieu en période d OPA ; - Elles respectent les seuils et critères indiqués ci-après : Avec droit préférentiel de souscription (DPS) LBPAM accepte les augmentations de capital avec maintien du DPS jusqu à 100% du capital existant. Sans droit préférentiel de souscription LBPAM n est pas favorable aux augmentations du capital sans maintien du DPS, sauf en présence d un objet spécifique (par exemple : opération de croissance externe, émission de titres hybrides) ou d un délai de priorité d un minimum de 5 jours. Dans ces cas, LBPAM accepte les augmentations si celles-ci restent inférieures à 20% du capital. Placements privés LBPAM n est pas favorable aux augmentations de capital par placement, dans la mesure où, les sociétés de gestion de portefeuille étant rarement sollicitées, elles ne peuvent que «subir» ce type d opérations. Page 20

21 Exceptions LBPAM peut soutenir des opérations qui ne sont pas en ligne avec les principes cités ci-dessus, lorsque la société justifie de situations particulières et lorsque leur mise en œuvre future est précisée et raisonnable. Les augmentations de capital en période d OPA peuvent dans certains cas être considérés comme un moyen de négocier une valorisation de l offre, dans l intérêt des actionnaires. LBPAM peut approuver ce type d opération seulement si les actionnaires ont connaissance des conditions de l offre, et au regard des intentions de la société qui l ont initiée. 2) Plans de participation à long terme Les sociétés soumettent des résolutions distinctes des augmentations classiques de capital lorsqu il s agit de plans à destination des salariés et/ou des mandataires sociaux. LBPAM analyse ce type de résolutions au regard des principes indiqués ci-dessous. Dispositions communes - L'ensemble des plans en cours ne doit pas dépasser le plafond de 10% du capital. - LBPAM souhaite que la résolution indique clairement qui seront les bénéficiaires des plans soumis au vote, ainsi que la part réservée aux mandataires sociaux dirigeants. Dans l idéal, LBPAM est favorable à la séparation des résolutions concernant les mandataires sociaux, de celles concernant les salariés. - LBPAM souhaite que les plans reposent sur des conditions de performance pertinentes et objectives, d'autant plus lorsque l'éligibilité du plan est restreinte. Plan d actionnariat salarié LBPAM est favorable au développement de l actionnariat salarié. Page 21

22 Attribution d options de souscription ou d achat d actions LBPAM vote favorablement à l attribution d options aux salariés et dirigeants si : - La décote est nulle ; - Ces attributions dépendent de critères de performances objectifs et pertinents évalués sur au moins 3 ans ; - Les attributions n ayant pas été exercées sont annulées en cas de départ de l entreprise ; - Le montant des attributions individuelles est en ligne avec les bonnes pratiques et les résultats de la société ; - Les conditions initiales ne peuvent pas être modifiées de façon significative a posteriori. Attribution d actions gratuites Lorsqu elles ne concernent pas l ensemble des salariés, LBPAM s oppose aux attributions d actions gratuites si elles ne sont pas soumises à des conditions de performance évaluées sur au moins 3 ans, et clairement expliquées. Elle est favorable à une obligation de conservation des actions pendant une durée raisonnable. 3) Rachat de titres - Le rachat de titres doit être plafonné à 10% du capital, sauf exception motivée. LBPAM accepte généralement ces résolutions, sauf si elles sont jugées incompatibles avec la situation financière de la société. - Elle s oppose aux programmes de rachat lorsqu ils pourraient vraisemblablement être utilisés comme un dispositif anti- OPA. Page 22

23 D. Décisions entraînant une modification des statuts Sont systématiquement refusées les résolutions proposant de limiter l exercice des droits de vote des actionnaires ou d autoriser les droits de votes multiples ou plafonnés. LBPAM pourra néanmoins soutenir des résolutions encourageant la détention longue d actions, à travers le versement d un dividende majoré. Un traitement identique des actionnaires, au porteur et au nominatif, doit pouvoir être assuré. LBPAM s'oppose à la diminution des seuils de déclenchement statutaires de déclaration des droits de vote en pourcentage du capital. E. Conventions dites réglementées La notion de «convention réglementée» est une particularité française, que l on peut retrouver dans les sociétés étrangères sous une autre terminologie. La diversité des conventions réglementées rend difficile la définition de règles de vote adaptées à chaque type de convention. LBPAM se prononce donc sur les résolutions relatives aux conventions dites réglementées selon les principes suivants : - LBPAM vote contre toute résolution lorsque l information fournie sur les conventions visées est insuffisante. - LBPAM vote également contre toute résolution lorsque l une des conventions visées va à l encontre de principes de vote définis par ailleurs (par exemple, sur les indemnités de départ des dirigeants). LBPAM souhaite que les conventions les plus importantes fassent l objet de résolutions séparées, pour permettre aux actionnaires de se prononcer au cas par cas. LBPAM se prononce uniquement sur les conventions nouvelles, qui n ont pas encore été soumises au vote des actionnaires. LBPAM soutient les conventions précédemment approuvées par les actionnaires, même lorsqu elles s écartent de ses principes de vote, mais elle peut faire part de ses réserves aux sociétés dans le cadre du dialogue préalable à l AG. Page 23

24 F. Désignation des contrôleurs légaux des comptes Les résolutions dans ce domaine sont généralement acceptées, sauf exception motivée. C est le cas s il s avère que les contrôleurs légaux des comptes ont aussi effectué des prestations autres que l audit pour la société en question, et si les honoraires qu ils ont reçus pour ces prestations dépassent 20% des honoraires reçus globalement au titre de chacun des deux derniers exercices. Le cas échéant, il est souhaitable que la société fournisse des informations détaillées sur la nature des prestations. LBPAM est favorable à une rotation régulière des contrôleurs. Ainsi, pour les sociétés françaises, LBPAM s oppose à leur élection si le même cabinet certifie les comptes depuis plus de trois mandats. Pour les sociétés étrangères, le plafond est adapté en fonction de la législation locale. Page 24

25 CONFLITS D INTERETS Page 25

26 Le conflit d'intérêts potentiel découlant de l'exercice des droits de vote provient des pressions que pourrait subir LBPAM afin de ne pas voter dans le sens de l'intérêt des porteurs, tel que défini dans la politique de vote. LBPAM a ainsi identifié deux situations potentielles pouvant générer des pressions éventuelles : Les sociétés avec lesquelles LBPAM/ ses actionnaires/ ses salariés entretiennent des liens particuliers tels des liens commerciaux, d'influence.(sociétés dites "sensibles") Les sociétés pour lesquelles LBPAM vote (qu'elles aient ou non des liens sensibles avec LBPAM) et demandant nos intentions de vote avant la tenue des assemblées générales. Afin de prévenir la survenance de ces situations potentielles de conflits d'intérêts, LBPAM a mis en place le dispositif suivant s'inscrivant dans le cadre plus général de la politique de gestion des conflits d'intérêts de LBPAM : Le respect des orientations et principes définis dans la présente politique lors de l'exercice des votes est le garant de l'autonomie des prises de décision de LBPAM : au cas où LBPAM déciderait de ne pas voter conformément à sa politique, la Direction de la Conformité et du Contrôle Interne est systématiquement tenue informée des dérogations. Elle formule un avis à l attention du Directoire, qui tranchera. Les intentions de vote ne sont pas communiquées aux émetteurs/ à leurs mandataires tant qu'elles n'ont pas été tracées et ainsi cristallisées dans un outil informatique. Aucune intention de vote n est communiquée à une personne autre que l émetteur/ son mandataire. Page 26

27 Au cas où un vote porterait sur des sociétés identifiées comme "sensibles", une procédure renforcée de justification du vote est mise en place. Compte-tenu des relations entretenues avec les entités CNP ASSURANCES, AEGON, ainsi que MALAKOFF-MEDERIC, LBPAM a décidé de s'abstenir : - de toute participation aux assemblées générales de CNP ASSURANCES, AEGON, SCOR, et - de vote sur les résolutions portant sur l acceptation de nominations de mandataires sociaux de CNP ASSURANCES, d AEGON, ainsi que de SCOR, au sein d instances dirigeantes d autres sociétés que CNP ASSURANCES, AEGON et SCOR LBPAM s abstient également de voter pour les élections de mandataires sociaux de La Poste, de La Banque Postale et de LBPAM au sein d instances dirigeantes de sociétés cotées. Afin de détecter la survenance de situations potentielles de conflits d'intérêts, deux axes sont établis : Remontée à la Direction de la Conformité et du Contrôle Interne des cas problématiques rencontrés et de toutes les dérogations à la politique de vote. Mise en place d'un contrôle a posteriori annuel. Dès lors qu'une situation de conflit d'intérêts fait l'objet d'une remontée auprès de la Direction de la Conformité et du Contrôle Interne, cette dernière en reporte au Directoire : ensemble, ils établissent les mesures adéquates pour gérer et cantonner le risque de conflit d'intérêts au stade de potentiel. Page 27

POLITIQUE DE VOTE. La Direction des Opérations assure l organisation et le reporting relatif à l exercice des votes.

POLITIQUE DE VOTE. La Direction des Opérations assure l organisation et le reporting relatif à l exercice des votes. MARS 2015 POLITIQUE DE VOTE Préambule Conformément à l article 314-100 du règlement général de l AMF, les sociétés de gestion doivent élaborer un document intitulé «politique de vote», qui présente les

Plus en détail

PALATINE ASSET MANAGEMENT

PALATINE ASSET MANAGEMENT 20 février 2015 PALATINE ASSET MANAGEMENT Rapport sur l exercice des droits de vote en 2014 I. Introduction : En vertu de l article L 533-22 du Code Monétaire et Financier, les Sociétés de Gestion de Portefeuille

Plus en détail

POLITIQUE DE VOTE AUX ASSEMBLEES GENERALES

POLITIQUE DE VOTE AUX ASSEMBLEES GENERALES POLITIQUE DE VOTE AUX ASSEMBLEES GENERALES Sommaire 1. Organisation de la Société de Gestion... 3 2. Périmètre d exercice des droits de vote... 4 2.1. Critères de détention et d emprise... 4 2.2. Critère

Plus en détail

PROCÉDURE Politique de vote

PROCÉDURE Politique de vote PROCÉDURE Emetteur : Direction Générale Destinataires : Gérants d OPCVM, Middle Office Réf. : 325 Sommaire 1. Organisation de la société de gestion de portefeuille... - 2-2. Principes déterminant l exercice

Plus en détail

POLITIQUE DE VOTE. Raymond James Asset management international

POLITIQUE DE VOTE. Raymond James Asset management international POLITIQUE DE VOTE Raymond James Asset management international Objectif Les professionnels de la gestion pour compte de tiers représentent à travers les actifs qu'ils gèrent une part significative de la

Plus en détail

Périmètre et modalités d exercice des votes

Périmètre et modalités d exercice des votes POLITIQUE DE VOTE Périmètre et modalités d exercice des votes > PERIMETRE DE VOTE La politique de vote concerne les émetteurs présents dans les OPCVM et les mandats gérés par les différentes entités du

Plus en détail

POLITIQUE DE VOTE Mise à jour le 28 janvier 2015

POLITIQUE DE VOTE Mise à jour le 28 janvier 2015 POLITIQUE DE VOTE Mise à jour le 28 janvier 2015 Financière de l Echiquier, en qualité de société de gestion d OPCVM de droit français spécialisée dans les actions, est amenée, à travers les investissements

Plus en détail

POLITIQUE DE VOTE DU FONDS CCR ACTIONS ENGAGEMENT DURABLE CCR ASSET MANAGEMENT

POLITIQUE DE VOTE DU FONDS CCR ACTIONS ENGAGEMENT DURABLE CCR ASSET MANAGEMENT Date de mise à jour : janvier 2010 POLITIQUE DE VOTE DU FONDS CCR ACTIONS ENGAGEMENT DURABLE CCR ASSET MANAGEMENT A titre indicatif CCR ACTIONS ENGAGEMENT DURABLE a pour objectif de réaliser une performance

Plus en détail

HSBC Global Asset Management (France) Politique de vote - Mars 2015

HSBC Global Asset Management (France) Politique de vote - Mars 2015 HSBC Global Asset Management (France) Politique de vote - Mars 2015 Ce document présente les conditions dans lesquelles la société de gestion HSBC Global Asset Management (France) entend exercer les droits

Plus en détail

SOMMAIRE. Périmètre de vote. Résolution des votes suivant classification AMF. Analyse détaillée des votes 2014. Evolution des votes depuis 2009

SOMMAIRE. Périmètre de vote. Résolution des votes suivant classification AMF. Analyse détaillée des votes 2014. Evolution des votes depuis 2009 SOMMAIRE Périmètre de vote Résolution des votes suivant classification AMF Analyse détaillée des votes 2014 Evolution des votes depuis 2009 Motifs de refus ou d abstention depuis 2004 Conflits d intérêt

Plus en détail

POLITIQUE DE VOTE SYCOMORE ASSET MANAGEMENT. Saison des votes 2014 SYCOMORE ASSET MANAGEMENT. Agrément AMF n GP01030

POLITIQUE DE VOTE SYCOMORE ASSET MANAGEMENT. Saison des votes 2014 SYCOMORE ASSET MANAGEMENT. Agrément AMF n GP01030 POLITIQUE DE VOTE SYCOMORE ASSET MANAGEMENT SYCOMORE ASSET MANAGEMENT Agrément AMF n GP01030 24-32 rue Jean Goujon 75008 Paris www.sycomore-am.com SOMMAIRE PREAMBULE... 3 1. EXERCICE DES DROITS DE VOTE...

Plus en détail

Principes de la politique de vote de CM-CIC Asset Management. Respect des droits des actionnaires minoritaires et équité entre les actionnaires

Principes de la politique de vote de CM-CIC Asset Management. Respect des droits des actionnaires minoritaires et équité entre les actionnaires Politique de vote GOUVERNEMENT D ENTREPRISE : EXERCICE DES DROITS DE VOTE Principes de la politique de vote de CM-CIC Asset Management Respect des droits des actionnaires minoritaires et équité entre les

Plus en détail

POLITIQUE DE VOTE AUX ASSEMBLEES GENERALES DES SOCIETES COTEES DES FCPR SOUS GESTION

POLITIQUE DE VOTE AUX ASSEMBLEES GENERALES DES SOCIETES COTEES DES FCPR SOUS GESTION POLITIQUE DE VOTE AUX ASSEMBLEES GENERALES DES SOCIETES COTEES DES FCPR SOUS GESTION 1 I - INTRODUCTION 2 AURIGA PARTNERS est une société de gestion de portefeuille pour compte de tiers agréée par la Commission

Plus en détail

HSBC Global Asset Management (France) Rapport sur l exercice des droits de vote - Année 2014

HSBC Global Asset Management (France) Rapport sur l exercice des droits de vote - Année 2014 HSBC Global Asset Management (France) Rapport sur l exercice des droits de vote - Année 2014 Rapport sur l exercice des droits de vote Année 2014 Conformément aux dispositions de l article 314-101 du Règlement

Plus en détail

POLITIQUE DE VOTE > EXERCICE DES DROITS, ANALYSE DES PROJETS DE RÉSOLUTION ET ORIENTATIONS DE VOTE

POLITIQUE DE VOTE > EXERCICE DES DROITS, ANALYSE DES PROJETS DE RÉSOLUTION ET ORIENTATIONS DE VOTE POLITIQUE DE VOTE > PÉRIMÈTRE La politique de vote concerne les émetteurs présents dans les OPCVM dont les Fonds Communs de Placement d'entreprise (FCPE) et les mandats gérés par les différentes entités

Plus en détail

50 Assemblées Générales votées - Répartition par Pays

50 Assemblées Générales votées - Répartition par Pays RAPPORT SUR L EXERCICE DU DROIT DE VOTE EXERCICE 2014 En application des dispositions prévues par l article L.533-22 du Code monétaire et financier et des articles 314-100 à 314-104 et 319-21 à 319-25

Plus en détail

Rapport sur la politique de vote de La Francaise Asset Management Exercice des Droits de Vote en 2014

Rapport sur la politique de vote de La Francaise Asset Management Exercice des Droits de Vote en 2014 Rapport sur la politique de vote de La Francaise Asset Management Exercice des Droits de Vote en 2014 1/6 SOMMAIRE CHAPITRE 1 : L ORGANISATION INTERNE DE LA FRANÇAISE ASSET MANAGEMENT ET L EXERCICE DES

Plus en détail

Informations réglementaires

Informations réglementaires Informations réglementaires Sommaire 1. Politique de «meilleure sélection»... 2 2. Politique de gestion des conflits d intérêt... 3 3. L exercice des droits de vote... 4 3.1 Politique de vote... 4 3.2

Plus en détail

REGLES DE PARTICIPATION AUX AG

REGLES DE PARTICIPATION AUX AG REGLES DE PARTICIPATION AUX AG Objet Procédure de la politique de vote aux AG Version 2.0 A jour le 06 Avril 2009 Rédacteur VB, EG Table des matières 1. ORGANISATION DE L EXERCICE DES DROITS DE VOTE...

Plus en détail

D. Période du 01/01/2012 au 31/12/2012

D. Période du 01/01/2012 au 31/12/2012 www.cpr-am.fr A. Rapport B. sur C. l exercice des droits de vote D. Période du 01/01/2012 au 31/12/2012 SOMMAIRE INTRODUCTION 2 I. PERIMETRE INITIAL ET ORGANISATION DE L EXERCICE DU VOTE 3 II. ANALYSE

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL. Federal finance Gestion a exercé son droit de vote à 99 assemblées générales.

RAPPORT ANNUEL. Federal finance Gestion a exercé son droit de vote à 99 assemblées générales. BILAN DE VOTE 2014 En conformité avec l article 314-101 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers (AMF), Federal Finance Gestion (FFG) rend compte des conditions dans lesquelles elle a

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIRECTION DES AFFAIRES CORPORATIVES

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIRECTION DES AFFAIRES CORPORATIVES CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIRECTION DES AFFAIRES CORPORATIVES Conseil d administration Approbation initiale : 26 mai 2011 CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE I- MANDAT Conformément à la Loi constituant

Plus en détail

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS)

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) Page 1 PREAMBULE Le présent Règlement de Déontologie spécifique aux sociétés de gestion d OPCVM

Plus en détail

DANONE EXTRAIT DU PROCES-VERBAL DE LA REUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10 FEVRIER 2010 STATUT DES MANDATAIRES SOCIAUX

DANONE EXTRAIT DU PROCES-VERBAL DE LA REUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10 FEVRIER 2010 STATUT DES MANDATAIRES SOCIAUX DANONE EXTRAIT DU PROCES-VERBAL DE LA REUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10 FEVRIER 2010 STATUT DES MANDATAIRES SOCIAUX II. STATUT DE MONSIEUR EMMANUEL FABER, DIRECTEUR GENERAL DELEGUE 1. Modification

Plus en détail

Politique de vote de Mandarine Gestion

Politique de vote de Mandarine Gestion Dernière MàJ : Février 2014 Politique de vote de Mandarine Gestion OBJECTIFS Définir les principes suivis par Mandarine Gestion dans le cadre de l exercice de son droit d actionnaire. Conscients que les

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

PRISMAFLEX INTERNATIONAL

PRISMAFLEX INTERNATIONAL PRISMAFLEX INTERNATIONAL Société anonyme au capital de 2.374.758 Siège social à Haute Rivoire (69610), 309 Route de LYON CS 50001, Lieudit la Boury 345 166 425 RCS LYON ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT Suivant délibération en date du 14 avril 2009 le Conseil d Administration de la société Groupe CRIT a établi son règlement intérieur. Le Conseil

Plus en détail

Politique de vote 2015

Politique de vote 2015 Politique de vote 2015 Notre engagement L exercice des droits de vote est au cœur du processus de gestion d Ecofi Investissements et constitue un moyen essentiel de défense de l intérêt à long terme de

Plus en détail

Société Anonyme au capital de 13.515.649 euros Siège social : 93, boulevard Malesherbes - 75008 PARIS 999 990 005 R.C.S. PARIS

Société Anonyme au capital de 13.515.649 euros Siège social : 93, boulevard Malesherbes - 75008 PARIS 999 990 005 R.C.S. PARIS Société Anonyme au capital de 13.515.649 euros Siège social : 93, boulevard Malesherbes - 75008 PARIS 999 990 005 R.C.S. PARIS PRESENTATION DES RESOLUTIONS A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 15 MAI 2013 I.

Plus en détail

Politique. de vote par procuration

Politique. de vote par procuration de vote par procuration Date de création : décembre 2009 Dernière mise à jour : avril 2014 Politique Exercer son droit de vote est l un des droits les plus précieux de l actionnaire, et avec ce droit vient

Plus en détail

Résolutions à titre ordinaire

Résolutions à titre ordinaire COFACE SA CONSEIL D ADMINISTRATION DU 17 FEVRIER 2015 Rapport du Conseil d administration sur les résolutions présentées à l Assemblée Générale Mixte Le rapport a pour objet de présenter les résolutions

Plus en détail

3. RAPPORT DU DIRECTOIRE SUR LES RÉSOLUTIONS PRÉSENTÉES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE

3. RAPPORT DU DIRECTOIRE SUR LES RÉSOLUTIONS PRÉSENTÉES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE 3. RAPPORT DU DIRECTOIRE SUR LES RÉSOLUTIONS PRÉSENTÉES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE 3.1. RELEVANT DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE Approbation des comptes 2014 et affectation du résultat Par le vote

Plus en détail

Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts

Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts 1 POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS 1.1 PRINCIPES Le présent document a pour but d informer les investisseurs des

Plus en détail

Synthèse des principales caractéristiques de l opération Programme de rachat d actions

Synthèse des principales caractéristiques de l opération Programme de rachat d actions 1 CONSTRUCTIONS INDUSTRIELLES DE LA MEDITERRANEE (CNIM) Société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 6 056 220 Euros Siège social : PARIS (75008) 35, rue de Bassano RCS PARIS 662

Plus en détail

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le Conseil d Administration du 29 juillet 2014 TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le Conseil d administration de TOTAL S.A. 1, a arrêté le présent Règlement intérieur.

Plus en détail

CONVENTION DE PRET DE TITRES FINANCIERS

CONVENTION DE PRET DE TITRES FINANCIERS CONVENTION DE PRET DE TITRES FINANCIERS ENTRE LES SOUSSIGNES : 1. Civilité : - Nom : - Nom de jeune fille : Prénoms : Date de naissance : Lieu de naissance : Département de naissance : Nationalité : Co-titulaire

Plus en détail

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier.

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier. Société Anonyme au capital de 36 659 280 Siège social : 20, rue de l'arc de Triomphe - 75017 PARIS 378 557 474 RCS PARIS RAPPORT DU PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL ETABLI EN APPLICATION DU DERNIER ALINEA DE

Plus en détail

Directive concernant Informations relatives à la Corporate Governance (Directive Corporate Governance, DCG)

Directive concernant Informations relatives à la Corporate Governance (Directive Corporate Governance, DCG) Directive Corporate Governance Directive concernant Informations relatives à la Corporate Governance (Directive Corporate Governance, DCG) Du Fondement juridique 1 er septembre 2014 art. 1, 4, 5 et art.

Plus en détail

Politique sur le Gouvernement d'entreprise

Politique sur le Gouvernement d'entreprise Politique sur le Gouvernement d'entreprise Révisé par le Conseil d'administration le 23 mars 2011 Le Conseil d'administration d'esso Société Anonyme Française (ci-après "ESSO" ou "la Société") a adopté

Plus en détail

Principales caractéristiques de l augmentation de capital en numéraire réservée aux adhérents du Plan d Epargne d Entreprise du Groupe Accor

Principales caractéristiques de l augmentation de capital en numéraire réservée aux adhérents du Plan d Epargne d Entreprise du Groupe Accor Information Règlementée Paris, 29 Mars 2007 Principales caractéristiques de l augmentation de capital en numéraire réservée aux adhérents du Plan d Epargne d Entreprise du Groupe Accor Accor S.A. a décidé

Plus en détail

Règlement intérieur. Son existence et ses termes principaux seront portés à la connaissance des actionnaires et du public.

Règlement intérieur. Son existence et ses termes principaux seront portés à la connaissance des actionnaires et du public. Règlement intérieur du Conseil d administration (tel que modifié le 25 août 2014) Les membres du Conseil d administration de Accor (ci-après la «Société») ont souhaité adhérer aux règles de fonctionnement

Plus en détail

104 MICHELIN DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2013

104 MICHELIN DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2013 L ILT est différé car il est bloqué et ne pourra être versé qu entre la 5 e et la 9 e année suivant l exercice de référence, sauf révocation de mandat pour faute de gestion. Le coût maximum plafonné de

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS & Code de Déontologie de COVEA FINANCE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS & Code de Déontologie de COVEA FINANCE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS & Code de Déontologie de COVEA FINANCE LIMINAIRES Covéa Finance, sis 8-12 rue Boissy d Anglas 75008 Paris, est une société de gestion de portefeuille, agréée

Plus en détail

INFORMATIONS CONCERNANT LE CAPITAL

INFORMATIONS CONCERNANT LE CAPITAL INFORMATIONS CONCERNANT LE CAPITAL Les conditions auxquelles les statuts soumettent les modifications du capital social et des droits attachés aux actions sont en tous points conformes aux prescriptions

Plus en détail

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce Recommandation AMF n 2012-02 Gouvernement d entreprise et rémunération des dirigeants des sociétés se référant au code AFEP-MEDEF - Présentation consolidée des recommandations contenues dans les rapports

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013

HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013 HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013 Janvier 2014 Ce guide a pour objet de préciser l interprétation

Plus en détail

HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013

HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013 HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013 Janvier 2014 Ce guide a pour objet de préciser l interprétation

Plus en détail

OBER Société anonyme au capital de 2 061 509.45 Siège social : 31, route de Bar 55000 Longeville-en-Barrois 382 745 404 R.C.S.

OBER Société anonyme au capital de 2 061 509.45 Siège social : 31, route de Bar 55000 Longeville-en-Barrois 382 745 404 R.C.S. OBER Société anonyme au capital de 2 061 509.45 Siège social : 31, route de Bar 55000 Longeville-en-Barrois 382 745 404 R.C.S. Bar-le-Duc Avis de réunion valant avis de convocation Mesdames et Messieurs

Plus en détail

APPROBATION PAR L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE

APPROBATION PAR L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE Publicité préalable à la décision de transfert d Euronext Paris sur Alternext APPROBATION PAR L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU TRANSFERT DE LA COTATION DES TITRES DE LA SOCIETE PISCINES DESJOYAUX SA D

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE 1. OBJET La présente politique vise à garantir la conformité D EXANE SA, EXANE DERIVATIVES, EXANE OPTIONS, EXANE LIMITED et leurs succursales concernées

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES RESOLUTIONS PRESENTEES A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 15 MAI 2012

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES RESOLUTIONS PRESENTEES A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 15 MAI 2012 RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES RESOLUTIONS PRESENTEES A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 15 MAI 2012 Mesdames et Messieurs les actionnaires, Nous vous avons réunis en Assemblée générale conformément

Plus en détail

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce Recommandation AMF n 2012-02 Gouvernement d entreprise et rémunération des dirigeants des sociétés se référant au code AFEP-MEDEF - Présentation consolidée des recommandations contenues dans les rapports

Plus en détail

Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge

Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge Le 1 er décembre 2015 La Banque Postale Asset Management - 34, rue de la Fédération - 75737 Paris Cedex 15

Plus en détail

Rapport prévu aux articles 43-1 et 43-2 du Règlement CRBF 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit.

Rapport prévu aux articles 43-1 et 43-2 du Règlement CRBF 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit. Rapport prévu aux articles 43-1 et 43-2 du Règlement CRBF 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit. Politique et pratiques de rémunération des collaborateurs dont les activités

Plus en détail

RENAULT (sa) REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RENAULT (sa) REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RENAULT (sa) REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le présent règlement a pour objet de définir les règles et modalités de fonctionnement du Conseil d administration et de ses comités, ainsi

Plus en détail

A U D I K A G R O U P E

A U D I K A G R O U P E Page 1 sur 8 A U D I K A G R O U P E Société anonyme au capital de 283 500 Siège social : 58 avenue Hoche 75008 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris Ordre du jour de l assemblée générale ordinaire et

Plus en détail

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA SOCIETE SYNERGIE Approuvé par

Plus en détail

RIBER Société anonyme au capital de EUR 3.036.472,48 Siège social : 31, Rue Casimir Perier 95873 Bezons Cedex R.C.S Pontoise 343 006 151

RIBER Société anonyme au capital de EUR 3.036.472,48 Siège social : 31, Rue Casimir Perier 95873 Bezons Cedex R.C.S Pontoise 343 006 151 RIBER Société anonyme au capital de EUR 3.036.472,48 Siège social : 31, Rue Casimir Perier 95873 Bezons Cedex R.C.S Pontoise 343 006 151 RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL DE SURVEILLANCE A L ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

1. QUELS SONT LES MARCHES CONCERNES?... 2 2. QUELS SONT LES INSTRUMENTS FINANCIERS CONCERNES?... 2 3. QUI DOIT DECLARER?... 2

1. QUELS SONT LES MARCHES CONCERNES?... 2 2. QUELS SONT LES INSTRUMENTS FINANCIERS CONCERNES?... 2 3. QUI DOIT DECLARER?... 2 Position AMF n 2006-14 Questions réponses sur les obligations de déclaration des opérations réalisées par les dirigeants, leurs proches et les personnes assimilées Textes de référence : articles L. 621-18-2

Plus en détail

DELEGATIONS ET AUTORISATIONS ET FINANCIERES DÉLÉGATIONS ET AUTORISATIONS FINANCIÈRES EN COURS DE VALIDITÉ

DELEGATIONS ET AUTORISATIONS ET FINANCIERES DÉLÉGATIONS ET AUTORISATIONS FINANCIÈRES EN COURS DE VALIDITÉ DELEGATIONS ET AUTORISATIONS ET FINANCIERES DÉLÉGATIONS ET AUTORISATIONS FINANCIÈRES EN COURS DE VALIDITÉ DÉLÉGATIONS ET AUTORISATIONS FINANCIÈRES SOUMISES A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 18 AVRIL 2013

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS... 3 A. Membres du Conseil, principes de gouvernance

Plus en détail

GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS N 383 699 048 RCS PARIS

GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS N 383 699 048 RCS PARIS GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS N 383 699 048 RCS PARIS ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 6 JUIN 2012 RESULTATS DES

Plus en détail

Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris

Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris RAPPORT SPECIAL DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 22 JUIN 2012 SUR LA

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Mis à jour le 4 mars 2015 PREAMBULE Le conseil d administration d ARKEMA (la «Société») a arrêté le présent règlement intérieur contenant le recueil des

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

Rapport sur la politique de vote de La Française Inflection Point Exercice des Droits de Vote en 2014

Rapport sur la politique de vote de La Française Inflection Point Exercice des Droits de Vote en 2014 Rapport sur la politique de vote de La Française Inflection Point Exercice des Droits de Vote en 2014 SOMMAIRE 1/6 CHAPITRE 1 : L ORGANISATION INTERNE DE LA FRANCAISE INFLECTION POINT ET L EXERCICE DES

Plus en détail

PricewaterhouseCoopers Audit 63, rue de Villiers 61, rue Henri Régnault 92208 Neuilly-sur-Seine Cedex 92400 Courbevoie

PricewaterhouseCoopers Audit 63, rue de Villiers 61, rue Henri Régnault 92208 Neuilly-sur-Seine Cedex 92400 Courbevoie Rapport spécial des Commissaires aux Comptes sur l émission d actions de préférence avec maintien du droit préférentiel de souscription (Assemblée Générale Extraordinaire du 30 avril 2009 24 ème résolution)

Plus en détail

PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DE L EMISSION DE CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) NORD EST (visa AMF n 04-869 en date du 04 novembre 2004)

PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DE L EMISSION DE CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) NORD EST (visa AMF n 04-869 en date du 04 novembre 2004) PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DE L EMISSION DE CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) NORD EST (visa AMF n 04-869 en date du 04 novembre 2004) EMETTEUR CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE DU NORD EST

Plus en détail

Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013

Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013 Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Le membre ou

Plus en détail

POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS *****

POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS ***** POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS Références Règlementaires : Code Monétaire et Financier article L 533-10 Règlement Général de l AMF Livre III articles 313-18 à 313-24 *****

Plus en détail

CONVENTION D ASSURANCE COLLECTIVE - RETRAITE À PRESTATIONS DÉFINIES

CONVENTION D ASSURANCE COLLECTIVE - RETRAITE À PRESTATIONS DÉFINIES RÉMUNÉRATION DES DIRIGEANTS 15.1. Rémunération du Directoire CONVENTION D ASSURANCE COLLECTIVE - RETRAITE À PRESTATIONS DÉFINIES Une Convention d assurance collective «retraite entreprise à prestations

Plus en détail

RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE DU 6 JUIN 2012

RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE DU 6 JUIN 2012 Société anonyme avec Conseil d Administration Au capital social de 7 097 879 Siège social : 155 avenue de la Rochelle, 79000 Niort B 025 580 143 RCS Niort RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

Bernard Loiseau SA. Place de cotation des actions : Bourse de Paris Eurolist Compartiment C Code SICOVAM : 6696 Code ISIN FR000 0066961

Bernard Loiseau SA. Place de cotation des actions : Bourse de Paris Eurolist Compartiment C Code SICOVAM : 6696 Code ISIN FR000 0066961 Bernard Loiseau SA Saulieu le 24 mai 2011 Place de cotation des actions : Bourse de Paris Eurolist Compartiment C Code SICOVAM : 6696 Code ISIN FR000 0066961 Approbation par l Assemblée générale mixte

Plus en détail

Politique de gestion et d encadrement des conflits d intérêts

Politique de gestion et d encadrement des conflits d intérêts Politique de gestion et d encadrement des conflits d intérêts Références Règlementaires Article 19 de la directive 2004/39/CE du 21 avril 2004 concernant les marchés d instruments financiers (Directive

Plus en détail

in 12 slides Le code Buysse II, synthétis tisé en 12 slides

in 12 slides Le code Buysse II, synthétis tisé en 12 slides in 12 slides Le code Buysse II, synthétis tisé en 12 slides 1 Principes de gouvernance Les entrepreneurs n ont pas encore fait évolué leur activité en société. Les entrepreneurs activent un conseil d administration.

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2013 EXTRAITS DU DOCUMENT DE RÉFÉRENCE

RAPPORT ANNUEL 2013 EXTRAITS DU DOCUMENT DE RÉFÉRENCE HERMES RAPPORT ANNUEL 2013 EXTRAITS DU DOCUMENT DE RÉFÉRENCE Les renvois de page ci-après font référence aux pages du Tome 2 du rapport annuel 2013 Rapport du Conseil de surveillance à l Assemblée générale

Plus en détail

Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs

Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds Texte de référence : article L. 214-24, I du code monétaire et financier. L AMF applique l ensemble

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Organisation du dispositif de maîtrise des risques

Organisation du dispositif de maîtrise des risques Organisation du dispositif de maîtrise des risques Conférence EIFR 18 décembre 2014 Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE DECEMBRE 2014 Etabli en application des dispositions de l article R. 823-21 du Code de commerce 1 Préambule Le présent rapport établi par la Société Thierry MOREL & Associés

Plus en détail

Guide d information sur les OPCVM

Guide d information sur les OPCVM Guide d information sur les OPCVM 1. Les OPCVM : Définition et types. 2. Les Avantages d un placement en OPCVM. 3. L a constitution d un OPCVM. 4. Le fonctionnement d un OPCVM. 5. Les frais de gestion

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 27 MAI 2014 EXPOSE DES MOTIFS DES RESOLUTIONS 1- EXPOSE DES MOTIFS DES RESOLUTIONS A TITRE ORDINAIRE

ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 27 MAI 2014 EXPOSE DES MOTIFS DES RESOLUTIONS 1- EXPOSE DES MOTIFS DES RESOLUTIONS A TITRE ORDINAIRE ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 27 MAI 2014 EXPOSE DES MOTIFS DES RESOLUTIONS 1- EXPOSE DES MOTIFS DES RESOLUTIONS A TITRE ORDINAIRE Les trois premières résolutions qui sont soumises à votre vote portent sur

Plus en détail

KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE

KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Reporting corporate governance Bruxelles, le 18 novembre 1999 Madame, Monsieur La Commission bancaire et financière et Brussels Exchanges

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

DESCRIPTIF DU PROGRAMME DE RACHAT D ACTIONS PROPRES

DESCRIPTIF DU PROGRAMME DE RACHAT D ACTIONS PROPRES Société anonyme au capital de 232 741 851 euros Siège social : 43, rue Bayen - 75017 Paris R.C.S. Paris 552 030 967 DESCRIPTIF DU PROGRAMME DE RACHAT D ACTIONS PROPRES QUI SERA SOUMIS À L'APPROBATION DE

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS Janvier 2014 KURMA PARTNERS 5/7 rue de Monttessuy F-75340 Paris cedex 07, France Agrément AMF n GP 09000027 Pour nous contacter Tel +33 (0)1 58 19

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DU 2 JUIN 2015 ANNEXE AU RAPPORT DE GESTION PORTANT SUR LA PARTIE EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 2 JUIN 2015

ASSEMBLEE GENERALE DU 2 JUIN 2015 ANNEXE AU RAPPORT DE GESTION PORTANT SUR LA PARTIE EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 2 JUIN 2015 AFONE Société anonyme à Conseil d administration au capital de 589 001,60 euros Siège social : 11 place François Mitterrand 49100 ANGERS 411 068 737 RCS ANGERS ASSEMBLEE GENERALE DU 2 JUIN 2015 ANNEXE

Plus en détail

INSTRUCTION N 22/99 RELATIVE A L AGREMENT DES ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF EN VALEURS MOBILIERES ET A L INFORMATION DU PUBLIC

INSTRUCTION N 22/99 RELATIVE A L AGREMENT DES ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF EN VALEURS MOBILIERES ET A L INFORMATION DU PUBLIC UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE CONSEIL REGIONAL DE L EPARGNE PUBLIQUE ET DES MARCHES FINANCIERS INSTRUCTION N 22/99 RELATIVE A L AGREMENT DES ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF EN VALEURS MOBILIERES ET

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 21 MARS 2012 --------------------------------- TEXTE DE RESOLUTIONS

ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 21 MARS 2012 --------------------------------- TEXTE DE RESOLUTIONS Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 467 226 960 euros RCS PARIS n 493 455 042 Siège social : 50, avenue Pierre Mendès France 75201 PARIS Cedex 13 ASSEMBLEE GENERALE MIXTE

Plus en détail

Transferts. Nombre de titres 33.599 Echéance maximale moyenne Cours moyen de la 86,38 transaction Prix d exercice moyen Montants 2.902.

Transferts. Nombre de titres 33.599 Echéance maximale moyenne Cours moyen de la 86,38 transaction Prix d exercice moyen Montants 2.902. VICAT Société Anonyme au capital de 62.361.600 euros Siège social : Tour MANHATTAN 6 place de l Iris 92095 PARIS LA DEFENSE CEDEX 057 505 539 RCS Nanterre NOTE D INFORMATION RELATIVE A L AUTORISATION DEMANDEE

Plus en détail

LISTE DES EXPERTS PLAISANCE RECOMMANDÉS PAR LE CESAM

LISTE DES EXPERTS PLAISANCE RECOMMANDÉS PAR LE CESAM LISTE DES EXPERTS PLAISANCE RECOMMANDÉS PAR LE CESAM Le CESAM met à la disposition de ses adhérents et de leurs assurés un réseau d Experts recommandés en matière de navigation de plaisance (maritime,

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

CHARTE DE L ADMINISTRATEUR. mise à jour au 23 juillet 2013 ANNEXE AU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DE L ADMINISTRATEUR. mise à jour au 23 juillet 2013 ANNEXE AU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION mise à jour au 23 juillet 2013 ANNEXE AU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION ALBIOMA SOCIÉTÉ ANONYME AU CAPITAL DE 1 122 964,11 IMMEUBLE LE MONGE 22 PLACE DES VOSGES, LA DÉFENSE 5 92400 COURBEVOIE

Plus en détail