FoNCTioN immobilière

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FoNCTioN immobilière"

Transcription

1 Cahier pratique 10 POINTS-CLÉS FoNCTioN immobilière et entreprises STRATÉGIE ET ORGANISATION Modèle d organisation, stratégie immobilière, conseil Page 4 PERFORMANCE FINANCIÈRE Asset Management, Facility Management, détention d actifs, location Page 10 PERFORMANCE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE Contrat de performance, questionnaire social, gestion spatiale Page 16 7 décembre 2012 Le Moniteur n 5689 Cahier détaché n 3 consultable sur CP5689_Cahier_bleu.indd 1 03/12/12 13:39

2 SOMMAIRE Sommaire n INTRODUCTION Qu est-ce que la fonction immobilière?... 3 n STRATÉGIE ET ORGANISATION 1. Les modèles d organisation de la fonction immobilière dans un environnement complexe et/ou international Le directeur immobilier et la stratégie immobilière Les directions immobilières et le conseil... 8 n PERFORMANCE FINANCIÈRE 4. Les leviers de réduction des coûts et d amélioration de la performance en matière d Asset Management Les leviers de réduction des coûts et d amélioration de la performance en matière de Facility Management Les critères et les enjeux de la détention et de la location d actifs n PERFORMANCE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE 7. Les modèles d organisation spatiale des entreprises Le rôle de la direction immobilière dans les nouvelles perspectives environnementales Les contrats de performance énergétique Le questionnaire social : un instrument de mesure de la performance sociale des fournisseurs n POUR EN SAVOIR PLUS Textes officiels Autres publications Site Internet à consulter n Glossaire Principal actionnaire : Groupe Moniteur Holding. Société éditrice : Groupe Moniteur SAS au capital de euros. RCS : Paris B Siège social : 17, rue d Uzès Paris cedex 02. Numéro de commission paritaire : 0912 T Président / Directeur de la publication : Guillaume Prot. Impression : Roto Champagne, 2 rue des Frères Garnier, Chaumont - Dépôt légal : décembre Le Moniteur 7 décembre 2012 CP5689_Cahier_bleu.indd 2 03/12/12 13:39

3 Introduction Une gestion immobilière créatrice de valeur pour l entreprise La fonction immobilière d une entreprise a pour objet la gestion de son parc immobilier. Il s agit pour elle de soutenir les activités principales de l entreprise et de faciliter son fonctionnement. Pour cela, la fonction immobilière opère de manière à ce que le patrimoine immobilier coïncide parfaitement aux besoins opérationnels de l entreprise. Cette mission comporte l entretien et la maintenance des immeubles, l occupation et l aménagement des espaces, la gestion des loyers, l acquisition, la valorisation et la cession d actifs, tout comme la programmation et la conduite de travaux. Cette énumération n est pas exhaustive. Le contexte actuel (complexification des règlementations, crises financières successives et mondialisation) a fait naître de nouveaux enjeux, notamment financiers et environnementaux au sein des entreprises. La fonction immobilière s adapte à ces nouvelles situations. Elle se structure et s organise de plus en plus en véritable «direction immobilière». De «fonction support», elle est progressivement devenue une «fonction stratégique» et contribue désormais à créer de la valeur pour l entreprise. Pour atteindre cet objectif, elle se concentre désormais sur des activités plus stratégiques et financières que logistiques : opérations de valorisation des actifs, réduction des coûts ou encore amélioration de l efficacité opérationnelle. Mal connue en tant que telle, la fonction immobilière est présentée dans ce Cahier pratique par le cabinet Colombus Consulting. Ce dernier apporte, en dix points clés, un éclairage sur les missions de la fonction immobilière, composante importante de l entreprise. La Rédaction du Moniteur Ce Cahier pratique est consultable à l adresse pour les abonnés aux services Premium du Moniteur. Sigles et abréviations AF : Asset Management CGI : Code général des impôts CPE : contrats de performance énergétique FM : Facility Management IFRS : International Financial Reporting Standards. OPCI : organisme de placement collectif en immobilier SCPI : société civile de placement immobilier SDI : schéma directeur immobilier SIIC : société d investissement Immobilier cotée SSII : services en ingénierie informatique SUBL : surface utile brute locative SUN : surface utile nette 7 décembre 2012 Le Moniteur 3 CP5689_Cahier_bleu.indd 3 03/12/12 13:39

4 1. Les modèles d organisation de la fonction immobilière dans un environnement complexe et/ou international Sous l effet de l internationalisation des entreprises et dans un environnement réglementaire de plus en plus complexe, la fonction immobilière se transforme, ce qui conduit à l émergence de nouvelles organisations et au développement de nouvelles structures au sein des directions immobilières. Définition Facility Management (FM) : gestion globale par un (ou des) prestataire(s) spécialisé(s) des fonctions supports nécessaires à l exercice du métier principal d une entreprise. 1.1 Quels sont les grands modèles d organisation de la fonction immobilière? Les études publiées ces dernières années présentent une vision solidement convergente de l organisation des directions immobilières des grandes entreprises du secteur tertiaire sur le plan national. Le premier facteur de convergence réside dans la centralisation de la fonction immobilière. En effet, quatre entreprises sur cinq présentent une fonction immobilière centralisée, le plus souvent rattachée directement à la direction générale. Autre facteur de convergence : le recentrage sur les activités «purement immobilières». Ainsi, les missions conservées au sein de la fonction immobilière sont essentiellement celles relatives à la stratégie, au juridique et au financier, ce qui traduit une tendance à l externalisation des activités qui ne sont ni stratégiques, ni inhérentes à leur cœur de métier. C est ainsi que le Facility Management (FM), activité dite de «service», a été externalisé par plus de 70 % des entreprises. En revanche, l organisation de la fonction immobilière à l international présente de nombreuses variantes. Si la tendance est à la mise en place de directions immobilières globales (un tiers des entreprises ont suivi ce mouvement et 20 % envisagent de le faire), les missions qu elles se voient confiées et les sphères d influence dans lesquelles elles évoluent sont sensiblement différentes d une entreprise à l autre. Ces missions peuvent ainsi aller du simple portage d une politique «Groupe» déclinée par pays, à la construction de véritables «filières métiers» organisées hiérarchiquement. Et entre ces deux extrêmes, une grande variété de situations peuvent se présenter : pilotage stratégique, suivi financier, pôles d expertise 1.2 En quoi l environnement se complexifie-t-il? Les directions immobilières doivent faire face à deux nouveaux défis : En premier lieu, la complexité des réglementations va en s accroissant sous l effet de la mondialisation et des crises financières successives et constitue un contexte mouvant difficile à maîtriser : nouvelles normes comptables (IFRS, Grenelle ), règles de solvabilité de plus en plus contraignantes (Bâle III et Solvency II), évolution régulière des règles fiscales. Ainsi, les choix qui semblent opportuns à un moment donné peuvent s avérer inadaptés par la suite. Les organisations immobilières doivent assumer les effets de la mondialisation et ainsi prendre en charge des problématiques de plus en plus larges dont la coordination est souvent malaisée. En second lieu, les directions immobilières se voient assigner des objectifs de réduction des coûts et d amélioration de l efficacité opérationnelle qui doivent être assumés conjointement, nonobstant leur incompatibilité apparente. 4 Le Moniteur 7 décembre 2012 CP5689_Cahier_bleu.indd 4 03/12/12 13:39

5 1.3 Quelles sont les nouvelles tendances observées? Les directions immobilières sont confrontées à une pression accrue en termes de réduction des coûts et d amélioration de l efficacité opérationnelle, ce qui se traduit par le lancement de projets et d opérations de renégociation de baux selon un périmètre plus ou moins large, dont l effet de levier peut s avérer significatif. Des démarches similaires sont menées afin de réduire les consommations énergétiques dont le poids financier apparaît de plus en plus lourd. Le recours de plus en plus fréquent aux benchmarks, signe de la professionnalisation accrue de l immobilier, permet de positionner les directions immobilières et de mettre en relief de manière plus factuelle la nature des actions à mener. Les opérations d externalisation en particulier du Facility Management continuent de se développer principalement lorsqu elles sont placées dans une double perspective d amélioration de l efficacité opérationnelle et de la réduction des coûts, avec la tendance de plus en plus marquée de mener ces initiatives sur un périmètre international. Au chapitre de l innovation, la promotion de nouveaux modes d organisation du poste de travail (poste de travail non affecté, travail à distance) paraît aujourd hui appréhendée de façons très diverses selon les entreprises et la nature de leurs activités. Le positionnement des directions immobilières semble significativement évoluer vers celui de prestataire de service dans la perspective de créer de la valeur au profit des métiers de l entreprise. Cette tendance peut se traduire concrètement par la création de centres de services partagés agissant comme un véritable support d expertise auprès des métiers ou par la constitution de «Customer Relationship Managers» chargés de gérer la relation avec eux. Enfin, il semble que la mondialisation favorise l instauration d un pilotage plus solide de la fonction immobilière, notamment en mettant en place des directions immobilières détenant des responsabilités accrues tant au plan financier qu en termes de suivi des risques, même si les résistances locales inhérentes à la mise en place de tels processus attestent des difficultés qui peuvent être rencontrées. Ces tendances qui conduisent à faire évoluer les organisations et la structure des directions immobilières doivent s accompagner d une évolution des compétences. À cet égard, la relativisation de l importance des missions opérationnelles, le recentrage vers les questions d ordre stratégique et les fonctions de pilotage et de relation avec les clients internes dans un contexte d internationalisation accrue font naître des enjeux considérables en termes de formation ou de recrutement pour faire face à ces évolutions. Définition Benchmark : analyse comparative des performances ou des fonctionnalités d une entreprise avec les meilleures pratiques du marché. 7 décembre 2012 Le Moniteur 5 CP5689_Cahier_bleu.indd 5 03/12/12 13:39

6 2. Le directeur immobilier et la stratégie immobilière Pour répondre à l évolution permanente de l entreprise, le directeur immobilier doit être en mesure de déployer une stratégie immobilière en parfaite adéquation avec la stratégie globale de l entreprise et son environnement interne et externe. Plusieurs leviers d optimisation peuvent être utilisés à cet effet. 2.1 Quels sont les facteurs clés de succès pour construire une stratégie immobilière pertinente? Nouvelle organisation, élargissement des activités, conquête de nouveaux marchés, rapprochement avec une autre structure, l entreprise est en évolution permanente. Outil de travail incontournable, son immobilier doit rester en parfaite adéquation avec ses besoins opérationnels et ses orientations stratégiques. C est la raison pour laquelle la stratégie immobilière doit être formalisée et validée par la direction générale. Elle constitue à la fois le contrat du directeur immobilier et son mandat. Afin d asseoir sa stratégie, le directeur immobilier doit s assurer qu un certain nombre de facteurs clés de succès sont réunis. En premier lieu, il doit être en mesure de s approprier la stratégie globale de l entreprise, pour ensuite la traduire en enjeux immobiliers. En outre, il convient de mesurer les contraintes internes qui lui sont imposées, notamment sur le plan des politiques RH et financière. En deuxième lieu, le directeur immobilier doit acquérir une vision critique de la prestation de sa propre direction, identifier ses forces et ses faiblesses. Pour y parvenir, et par souci d objectivité, il peut être amené à questionner ses propres clients internes, voire même à recourir aux services de sociétés d audit externes. En troisième lieu, le directeur immobilier doit être capable de caractériser et maîtriser les exigences et contraintes de l environnement complexe dans lequel il évolue : nouvelles tendances du marché, évolution des réglementations immobilières, comptables et fiscales, pratiques de ses confrères dans un contexte international, etc. Cette vision lui permettra d identifier des solutions immobilières innovantes et ainsi de contribuer à renforcer l image de l entreprise vis-à-vis de ses parties prenantes. Pour ce faire, il peut s appuyer sur des études ou des benchmarks, de plus en plus répandus dans l industrie immobilière. Pour aborder des problématiques aussi larges et diverses, il peut être utile de faire appel à l expertise de cabinets spécialisés. 6 Le Moniteur 7 décembre 2012 CP5689_Cahier_bleu.indd 6 03/12/12 13:39

7 2.2 Quels sont les leviers pour bâtir une stratégie immobilière? Parmi les outils présidant à l élaboration d une stratégie immobilière, l amélioration de la performance au travers de leviers d optimisation peut constituer une approche pertinente. Tout d abord, les critères de performance doivent coïncider avec la vision qu a le directeur immobilier des problématiques de son entreprise. Sans en préjuger, il semble qu au moins trois critères peuvent être identifiés : la performance opérationnelle, la performance financière et la performance environnementale. Une fois ces critères identifiés, la recherche et la sélection des leviers d amélioration constituent la clé de voûte de cette approche. À titre d exemple, des leviers contribuant à la performance opérationnelle peuvent consister à densifier les espaces, optimiser la surface utile de l immeuble, réduire les charges en améliorant les processus, ou encore revoir les concepts d aménagement. Ces leviers devant être suivis dans le cadre du pilotage de la stratégie immobilière, il est indispensable de définir dès le départ des indicateurs de performance tels que le rendement d occupation des surfaces, la durée moyenne de vente d un bien immobilier et les taux d occupation. La méthode qui repose sur l analyse de l existant et des besoins, la construction et le chiffrage de scénarios et leur mise en concurrence conserve certainement sa pertinence. Mais la confrontation de la stratégie à l aune de ces leviers de performance peut constituer une approche complémentaire. 7 décembre 2012 Le Moniteur 7 CP5689_Cahier_bleu.indd 7 03/12/12 13:39

8 3. Les directions immobilières et le conseil L évolution de la demande dans le domaine de l immobilier a naturellement conduit, au cours de ces dix dernières années, au développement d un large éventail d acteurs en conseil immobilier, positionnés sur l ensemble des segments identifiables, allant des investisseurs jusqu aux utilisateurs. Ces acteurs tendent par ailleurs à diversifier leur offre afin de répondre aux nouveaux besoins des directions immobilières. Définition Broker : «courtier» en français. 3.1 Quelles sont les typologies traditionnelles d offres de conseil en immobilier en France? Extrêmement ouvert, le marché du conseil en immobilier compte un nombre important d acteurs, traditionnellement répartis selon leur positionnement dans la chaîne de valeur immobilière. Il y a moins de dix ans, les investisseurs et agences foncières régnaient déjà en maîtres incontestés de l offre immobilière. C est donc naturellement que les «brokers» se sont focalisés sur les problématiques des bailleurs et des investisseurs. Sans aller jusqu à parler d oligopole, quelques «grands» brokers tiennent depuis lors la tête de la compétition mondiale sur ce segment de marché : BNP Real Estate, CBRE, Cushman & Wakefield, DTZ et Jones Lang Lassalle. D autres sociétés de conseil se sont alors développées autour du segment resté inoccupé par ces géants. En effet, à l autre bout de la chaîne de valeur, les utilisateurs commençaient progressivement à formaliser et exprimer leurs besoins en termes d accompagnement de leurs mutations immobilières. C est ainsi, qu en France, AOS Studley, Mobilitis et Form a, pour ne citer que quelques exemples, se sont spécialisés en aménagement, déménagement et rénovation des espaces de travail. 3.2 Quels sont les nouveaux besoins des directions immobilières en matière de conseil? Face à la complexification des conjonctures économique et juridique, ainsi qu à l internationalisation du parc, le rôle dévolu à la direction immobilière s est élargi au-delà des seules tâches opérationnelles. Son activité doit désormais s intégrer dans la stratégie globale de l entreprise. Prenant toujours plus d envergure, la direction immobilière passe d un statut d exécutant à un statut de partenaire, capable d être force de proposition et s inscrivant dans une démarche prospective, efficace et novatrice. Elle doit également : s approprier un nombre croissant de connaissances techniques, réglementaires, juridiques, fiscales et financières ; travailler au quotidien avec l ensemble des directions de l entreprise ; orchestrer pléthore de parties prenantes externes : notaires, ingénieurs, architectes, bureaux de contrôle, spécialistes financiers, etc. L utilisateur est donc devenu un acteur de plus en plus conscient de ses besoins, cherchant à s entourer des meilleures compétences. 8 Le Moniteur 7 décembre 2012 CP5689_Cahier_bleu.indd 8 03/12/12 13:39

9 3.3 Quelles sont les nouvelles offres pour les utilisateurs et quels sont les nouveaux acteurs? Pour accompagner l évolution du rapport de force en faveur des utilisateurs, les sociétés de conseil en immobilier cherchent à se positionner comme des acteurs capables de répondre aux demandes toujours plus spécifiques des utilisateurs. Les sociétés telles qu AOS Studley, Mobilitis et Form a ne se contentent plus d accompagner les utilisateurs lors de leurs mutations immobilières, mais cherchent à devenir de véritables conseillers en immobilier d entreprise. Leurs activités s inscrivent dorénavant dans une logique de long terme (aménagement efficace, fonctionnel et innovant, s adaptant à la stratégie de l entreprise) et s étendent à la recherche de locaux, aux transactions et négociations, voire même à l ingénierie financière. Ainsi, en 2010, Microsoft a confié à Form a l entière conception et la réalisation des lieux de son nouveau siège social à Issy-les-Moulineaux. Le cabinet est intervenu sur tous les aspects de ce projet d envergure : mobilier sur mesure, intégration technologique avancée, qualité environnementale et identité de marque. Quant aux brokers, ils suivent la tendance et passent même à l offensive en créant des départements dédiés aux utilisateurs, mouvement d ailleurs depuis longtemps engagé dans les pays anglo-saxons. Leur objectif consiste à créer une plate-forme de compétences et de services diversifiés : recherche de locaux, conception et aménagement des espaces, suivi des travaux, négociation des baux, etc. La couverture internationale des brokers leur confère par ailleurs une force de frappe et de diversification importante, leur permettant d accompagner des grands comptes partout dans le monde. Ainsi, les acteurs «traditionnels» du conseil en immobilier ont élargi et diversifié leurs offres, jusqu à faire converger leurs périmètres d activités, initialement complémentaires. Cependant, ces acteurs doivent à présent compter sur de nouveaux venus, les professionnels de conseil en management et organisation dont certains ont décidé de s engager dans la voie de l immobilier. Forts de leur double compétence organisationnelle et immobilière, leur valeur ajoutée réside principalement dans leur capacité à jouer le rôle de chefs d orchestre lors des projets de transformation et à aider ainsi les directions immobilières à se positionner comme un acteur prééminent au sein de l entreprise. Ils interviennent en amont de la chaîne de valeur immobilière, avant des acteurs «traditionnels», pour aider les directions immobilières à définir leurs axes stratégiques : conception d une nouvelle organisation, rapprochement avec une nouvelle structure, élargissement des activités, etc. Une fois ces axes définis, les consultants interviennent en aval et assistent la direction d entreprise dans leur mise en œuvre afin d obtenir des résultats en adéquation avec les objectifs de performances financière, environnementale et opérationnelle. Ainsi en 2011, Colombus Consulting, qui fait partie de ce type de nouveaux acteurs, a accompagné une grande entreprise dans un projet de création et de déploiement d un partenariat de Facility Management intégré. La complexité de ce projet résidait dans la capacité à créer des synergies entre les multiples parties prenantes, à optimiser les coûts de la fonction Immobilière via la mise en place de processus et d outils innovants, tout en réduisant les risques opérationnels. 7 décembre 2012 Le Moniteur 9 CP5689_Cahier_bleu.indd 9 03/12/12 13:39

10 4. Les leviers de réduction des coûts et d amélioration de la performance en matière d Asset Management L Asset Management, qui consiste en la gestion stratégique d un portefeuille immobilier dans l objectif d optimiser la rentabilité de l investissement, dispose d un ensemble de leviers permettant d améliorer la performance immobilière et de réduire les coûts. 4.1 Comment mesurer la performance immobilière? La performance immobilière d une entreprise peut être évaluée de multiples manières, et notamment par la méthode des «leviers de performance». La démarche repose avant tout sur la définition de critères de performance. Même si le choix dépend d abord du regard que porte le directeur immobilier sur les problématiques de son entreprise, il semble que la performance immobilière peut se décliner selon trois critères principaux que sont la performance opérationnelle, la performance financière et la performance environnementale. Une fois les critères de performance identifiés et retenus, il convient de définir les indicateurs de mesure qui les qualifient le mieux, par exemple, le taux d occupation, le rapport Surface utile nette (SUN) sur Surface utile brute locative (SUBL), le nombre de mètres carrés par poste de travail, ou encore le coût au poste de travail. L étape suivante de la démarche consiste à établir un bilan de la performance immobilière, immeuble par immeuble, puis à un niveau global, en valorisant chaque indicateur de mesure. Cette étape permet d obtenir une sorte de référentiel qui définit la performance immobilière de l entreprise. Ce référentiel peut alors être confronté à des benchmarks afin de comparer sa performance avec les valeurs standards du marché. La dernière étape consiste à analyser ces performances et permet de revenir sur les causes qui peuvent expliquer les écarts et ainsi d identifier les pistes d amélioration et d économies. 4.2 Quels sont les leviers de réduction des coûts? La recherche de leviers de réduction des coûts immobiliers est fondée sur la mesure de la performance de l entreprise, confrontée aux benchmarks du marché. Le classement des leviers d amélioration identifiés en court terme et moyen/long terme permet d échelonner les mesures dans le temps et de constituer ainsi l amorce d un plan d action. Ce dernier est ensuite à compléter en mettant en évidence les résultats que chaque mesure permet d obtenir. Une illustration des résultats d une telle démarche est synthétisée dans le tableau Quels sont les axes majeurs d un plan de restructuration immobilière? Les axes majeurs des restructurations immobilières qui sont fréquemment explorés sont souvent ceux qui offrent les plus grandes perspectives d amélioration de la performance a priori. Le regroupement des équipes en réduisant le nombre d implantations peut également favoriser la réduction des coûts et contribuer à améliorer l efficacité opérationnelle. Au contraire, la séparation des équipes en augmentant éventuellement le nombre d implantations dans une logique où seules les fonctions commerciales demeurent localisées dans des quartiers centraux, constitue également une piste de restructuration immobilière, même si elle peut impliquer de repenser le processus de fonctionnement et l organisation opérationnelle de l entreprise. 10 Le Moniteur 7 décembre 2012 CP5689_Cahier_bleu.indd 10 03/12/12 13:39

11 Enfin, le simple changement d immeuble, sans regroupement ni séparation des équipes, peut être envisagé. Dans ce cas, l objectif poursuivi est de trouver un immeuble plus performant et moins coûteux, en positionnant les critères de choix selon la grille de performance opérationnelle, financière et environnementale (Cf. Tab. 1). Au total, l ampleur de l ambition d amélioration de la performance immobilière doit certainement être mesurée en fonction des besoins de l entreprise, de sa stratégie et de la position que l outil immobilier est appelé à y prendre. Tableau 1 : Exemples d actions d amélioration des performances Performance Leviers Résultats Court terme Moyen/Long terme Chasser les postes non occupés Densifier Modifier la répartition bureaux fermés / open space Revoir les concepts d aménagement Réduire les charges en modifiant les processus (modifier Libérer des espaces ou créer des espaces disponibles pour les : réaffecter opérationnelle l exploitation de l immeuble, sous-louer passer au Facility Management, résilier partiellement modifier le fonctionnement d entreprise, etc.) Réduire les coûts d exploitation Améliorer la surface utile de l immeuble Réviser les charges contractuelles (renégociation des clauses du Réviser les charges contractuelles (renégociation des Gains financiers Économies bail, etc.) clauses du bail, etc.) financière Renégocier les contrats d exploitation Renégocier les contrats énergies Réviser les taxes (révision des assiettes, vérification de la valeur locative, de la valeur ajoutée, etc.) Réduire les volumes des déchets Rationnaliser les consommations Réduire les consommations énergétiques (modification des Compatibilité Grenelle 2 Gains financiers environnementale de consommables comportements) Économies Améliorer la performance énergétique (modification structurelle) 7 décembre 2012 Le Moniteur 11 CP5689_Cahier_bleu.indd 11 03/12/12 13:39

12 5. Les leviers de réduction des coûts et d amélioration de la performance en matière de Facility Management Le Facility Management (FM) est un système d organisation qui consiste à regrouper sous la responsabilité d un seul prestataire les fonctions de gestion, de pilotage et de développement des activités supports d une entreprise. Permettant d améliorer la qualité de services tout en réduisant leurs coûts, le Facility Management s inscrit au cœur des enjeux stratégiques de l entreprise. 5.1 La revue ou la mise en place des contrats de Facility Management permet-elle de générer des économies renouvelables? La mise en place initiale du Facility Management (FM) au sein d une organisation, si elle passe par le regroupement au sein d un même contrat de prestations diverses couvrant un périmètre plus ou moins large, ne peut s entendre comme une simple juxtaposition de prestations sous traitées. Comme le souligne Françoise Leroy (dans Immobilier & Services n 36), «Cette meilleure performance économique ne se résume pas à négocier le prix des prestations». Certes, la délégation de la responsabilité d un large périmètre de services, intégrant le pilotage, auprès d un prestataire unique, génère en principe des économies d échelle. Lors de la mise en place des contrats de Facility Management, cela se traduit par des gains souvent immédiats. À cet égard, force est de constater que le plus gros du gain se fait sur la mise en place initiale de cette nouvelle organisation. Les renégociations de contrats ultérieures, à périmètre sensiblement égal, consistent bien souvent à réduire sans cesse la marge du prestataire, ce qui ne peut avoir pour effet, à plus ou moins court terme, que d inciter celui-ci à une baisse significative de la qualité de sa prestation. Toutefois, la maturité croissante du marché du Facility Management et de ses pratiques permet désormais d aller rechercher des gains et une rentabilité plus significatifs et plus durables. 5.2 Comment le Facility Management peut-il constituer un levier de performance durable pour les entreprises? Après les tâtonnements des premières années d émergence du Facility Management, les grands comptes utilisateurs ont globalement intégré le principe d optimisation de la fonction support aux bâtiments et à leurs occupants. Afin de mettre en place de nouvelles organisations permettant de rationaliser leur immobilier d exploitation, ils ont ainsi revu l ensemble des processus relatifs aux prestations dites «multitechniques» et «multiservices». Cette évolution va de pair avec la transformation du rôle de la fonction immobilière de l entreprise, qui contribue à sa performance globale, comme l annonçait déjà l étude sur l immobilier d entreprise menée en 2011 conjointement par Jones Lang Lasalle et Thomson Reuters. L amélioration de la performance du Facility Management doit s inscrire nécessairement dans une stratégie immobilière globale. Pour que le Facility Management constitue un levier de performance durable, il doit s inscrire dans une démarche d innovation permanente de la part du prestataire. Ce dispositif doit toucher non seulement l efficacité énergétique mais aussi les processus d activités diverses comme le traitement du courrier, le système de télésurveillance. L objectif de cette démarche est double : réduire la facture du client en partageant les gains réalisés par le prestataire et améliorer les conditions de travail des occupants. Ces nouveaux environnements de travail doivent permettre d offrir des outils plus innovants et performants aux collaborateurs comme le souligne Serge Clémente (www.immobilieretservices.com). 12 Le Moniteur 7 décembre 2012 CP5689_Cahier_bleu.indd 12 03/12/12 13:39

13 5.3 Comment mesurer et piloter efficacement la performance d une organisation de Facility Management? Pour piloter la performance, il faut d abord se donner les moyens de la mesurer. Si la maîtrise des installations techniques et des prestations de service classiques (nettoyage, traitement du courrier, etc.) reste une obligation de base, la performance standard attendue du Facility Management aujourd hui va bien au-delà : proactivité, réactivité, capacité d adaptation, qualité de la relation avec les collaborateurs utilisateurs des services, fourniture d un reporting intégré, global et harmonisé pour l ensemble du périmètre externalisé. Ces nouvelles orientations se traduisent par des outils de pilotage mesurant l efficacité opérationnelle, l efficience économique et la responsabilité sociale. Les indicateurs peuvent être construits à différents niveaux : une vision globale de la performance au niveau d un groupement d immeubles, un pilotage de la performance de l immeuble. La construction de ces indicateurs de performance est réalisée à partir de données sources issues de l exploitation quotidienne de l immeuble. Il n existe aucune méthode miracle, chaque organisation élaborant ses outils de pilotage selon ses propres spécificités. Cependant, l expérience montre que l efficacité d une prestation de Facility Management peut reposer sur sept principes : des niveaux de service exprimés en résultats ; des objectifs associés à chaque prestation ; un dispositif orienté qualité et amélioration continue ; une emphase sur la maintenance préventive et la maîtrise des risques opérationnels ; des engagements d économies structurelles ; une transparence des coûts qui favorise la maîtrise des enjeux financiers ; une maîtrise des enjeux sociaux. Le développement des contrats de Facility Management avec engagement de résultat associé à un dispositif d amélioration continue est encore peu répandu en France. Les services innovants se développent à petits pas. La transition du «faire» au «faire faire» n est pas terminée, le métier de «pilotage de prestataire» n est toujours pas assimilé auprès des équipes clientes. La prochaine étape sera probablement le passage du «faire» au «faire faire» au «faire ensemble» pour permettre au FM de devenir un levier de performance durable. Pour parvenir à un tel résultat, la mise en place d une logique de partenariats entre les entreprises clientes et les prestataires de Facility Management constitue un jalon incontournable. 7 décembre 2012 Le Moniteur 13 CP5689_Cahier_bleu.indd 13 03/12/12 13:39

14 6. Les critères et les enjeux de la détention et de la location d actifs 2012, riche en évolutions réglementaires, représente une année charnière pour les directions immobilières, ce qui pourrait fortement influencer leur stratégie. Outre ces sources de transformations, les facteurs déterminants d une stratégie immobilière sont intrinsèquement liés à la visibilité des entreprises sur leurs activités, leur solidité bilancielle et leur anticipation du rendement des investissements immobiliers. Dans cette perspective, la question de la propriété ou de la location des actifs d exploitation est au cœur de ces problématiques. 6.1 Quels sont les critères permettant d opter pour la location ou la propriété? Acheter ou louer? Aucune réponse toute faite ne peut être apportée à cette question. Mais quelques critères bien précis méritent une étude approfondie pour apporter des éléments de réponse. Le premier critère porte sur la stratégie globale de l entreprise et la visibilité à long terme de ses activités. Ainsi, une vision limitée de l avenir ou encore une stratégie impliquant une forte croissance des effectifs peuvent pousser l entreprise à opter pour la location afin de conserver une certaine souplesse. À l inverse, une entreprise disposant d une bonne visibilité à long terme et souhaitant orienter sa stratégie immobilière vers des investissements pérennes pourrait privilégier l acquisition de son immobilier. Le deuxième critère tient au bénéfice futur attendu du bien immobilier. Selon cette logique, si l investissement immobilier délivre un taux de rendement médiocre en comparaison des autres investissements liés directement au métier de l entreprise, il paraît plus opportun d affecter les liquidités au développement de l entreprise. L acquisition serait pertinente si l évolution de la valeur patrimoniale du bien est susceptible de générer un taux de rendement élevé ou si la possession de l actif confère un avantage stratégique à l entreprise (avantage concurrentiel, vecteur de communication ). Le troisième critère a trait à la structure financière de l entreprise. L acquisition d un bien immobilier nécessite une structure solide capable de supporter un investissement conséquent, sans altérer la capacité d investissement dans les projets stratégiques liés à l exploitation. Inversement, l entreprise pourrait opter pour la cession de ses biens et la bascule vers la location, afin de rendre disponibles des liquidités pour soutenir un effort d investissement stratégique. Dans ce dernier cas, les opérations de «Sale and Lease-back» peuvent constituer une réponse appropriée à cette problématique. 14 Le Moniteur 7 décembre 2012 CP5689_Cahier_bleu.indd 14 03/12/12 13:39

15 6.2 L externalisation : une réelle opportunité? Ce dispositif, qui consiste en la cession d actifs d exploitation pour en devenir locataire, permet de libérer des flux de trésorerie tout en maintenant les avantages procurés par l occupation du bien immobilier. L externalisation d actifs immobiliers est loin d être un phénomène marginal. Ainsi, entre 2000 et 2010, 28 milliards d euros ont été cédés à des vecteurs d investissement de tout type (SIIC, OPCI, SCPI, fonds étrangers, sociétés foncières ). Cependant, l un des éléments de cette dynamique, le régime de l article 210E du Code général des impôts (CGI) qui offrait, sous certaines conditions, aux personnes morales un régime fiscal avantageux pour les plus-values de cession de leurs actifs immobiliers ou de titres de sociétés à prépondérance immobilière (19 % au lieu de 33,3 %) a disparu le 31 décembre L externalisation a-t-elle pour autant perdu son intérêt? S attendre à une raréfaction de ces opérations reviendrait à ne voir dans l externalisation immobilière qu une approche purement fiscale, sans égard pour ses motivations économiques. Ces dernières restent pourtant nombreuses et variées, parmi lesquelles l amélioration de la rentabilité des fonds propres, le financement de l activité et du développement, la rationalisation de la gestion du parc immobilier ou encore le financement de travaux. Les tendances observées en 2012 montrent que les entreprises continuent d étudier l opportunité d externaliser certains de leurs actifs, d autant que les fonds étrangers pourraient revenir sur le marché français qu ils avaient délaissé au début de la crise financière mondiale de Certes, le projet de révision de la norme IAS 17, dont la mise en œuvre effective se situe désormais à l horizon de 2014 et qui prévoit l obligation d inscrire tous les contrats de location (y compris en location simple) au bilan de l entreprise, pourrait constituer un frein au développement des opérations d externalisation. Encore que cette réglementation ne concerne que les sociétés cotées et leurs comptes consolidés. De même, les réglementations Bâle III et Solvency II vont contribuer à faciliter l accès au crédit et favoriser la détention des actifs immobiliers par les entreprises occupantes. Le niveau des externalisations reviendra-t-il à deux ou trois milliards par an comme c était le cas entre 2000 et 2010? Il reste qu au-delà des grandes entreprises qui ont déjà réalisé de nombreuses opérations, le phénomène pourrait à présent s élargir à des entreprises de taille plus réduite, et notamment les PME. Les nombreux projets réglementaires en cours Grenelle 2, Bâle III et la réforme de l IAS 17 font de 2012 une année particulière pour la stratégie immobilière. L anticipation de ces transformations ainsi que l incertitude économique actuelle pourraient avoir un effet considérable sur la stratégie immobilière des entreprises. 7 décembre 2012 Le Moniteur 15 CP5689_Cahier_bleu.indd 15 03/12/12 13:39

16 7. Les modèles d organisation spatiale des entreprises Bien au-delà des considérations esthétiques des entreprises, la morphologie du bâti résulte d une équation aux multiples variables qu il convient d identifier, afin de dessiner les tendances à venir ainsi que leurs conséquences sur le mode de travail des usagers. 7.1 Campus et tour : des modèles qui s affrontent ou se complètent? Les récentes réussites de modèles de campus, comme celui de Dassault Systèmes à Vélizy ou la satisfaction affichée par la SNCF après son installation dans la tour Oxygène à Lyon, pourraient laisser suggérer qu il existe une opposition entre deux modèles d implantation immobilière, le campus ou la tour, pour les entreprises désireuses de rassembler leurs équipes. L énoncé de la problématique peut a priori paraître simple : il s agit de combiner de façon optimale quatre indicateurs clefs que sont l accessibilité, le coût, la politique managériale et l image. Si l impératif de la centralité urbaine et de la proximité des transports en commun l emporte sur les coûts élevés de fonctionnement, les quartiers d affaires tels que la Défense ou encore la Part Dieu à Lyon apparaissent comme le choix à privilégier. Or, ces terres naturelles et historiques des tours devraient le rester, tant la pression du foncier y est forte. En revanche, si l argument économique l emporte sur l emplacement, le regroupement des équipes ne peut a priori se faire qu en dehors des quartiers d affaires, là où se trouvent les réserves de foncier. L implantation d un campus, propice à une organisation du travail fondée sur le bien-être et la convivialité, apparaît alors comme le contrepoids indispensable à l éloignement géographique. Les entreprises optant pour cette solution affichent une volonté de rénovation de leur politique managériale, axée sur la création de valeur, remettant l homme au centre du projet d entreprise, et modernisant les codes classiques de l organisation du travail. Ajoutons enfin que les décideurs intègrent également à leur raisonnement la conséquence que peut avoir la morphologie du bâti sur l image véhiculée par l entreprise. Par ailleurs, certaines entreprises, ayant parfaitement intégré les avantages et les inconvénients de chaque modèle, choisissent de s implanter à la fois dans une tour et un campus, dans une logique de «front-offices» et de «back offices». Bouygues Telecom a ainsi installé son siège administratif dans une tour à Issy les Moulineaux et son centre de recherche dans un campus à Vélizy. Société Générale, qui occupe déjà trois tours d une hauteur de plus de 90 m à la Défense, a, quant à elle, récemment décidé d augmenter sa présence à Val de Fontenay en y construisant un nouveau campus pour Enfin, d autres entreprises organisent leur implantation en s affranchissant totalement de cette dualité, surtout lorsqu elles privilégient le choix de l emplacement. C est ainsi que Microsoft a installé son siège parisien dans un immeuble, ni tour, ni campus, mais en bordure du périphérique, faisant ainsi de son immeuble un instrument fort de communication. 7.2 Des nouveaux modèles sont-ils en train d apparaître? Des exemples récents semblent révéler les limites du raisonnement stéréotypant les deux modèles : tour et campus. En effet, l argument économique a été récemment mis à mal. L investissement particulièrement conséquent consenti par SFR pour la construction de son futur campus à Saint-Denis (500 millions d euros pour m² de surface aménageable) (Source : article dans Businessimmo «SFR mijote son nouveau campus urbain»), tend à montrer que le siège construit à l horizontale ne doit pas être considéré comme le «choix du pauvre». 16 Le Moniteur 7 décembre 2012 CP5689_Cahier_bleu.indd 16 03/12/12 13:39

17 De même, de grands groupes français ont-ils décidé d installer leur campus dans des zones où le prix du foncier était pourtant significatif, et ce pour favoriser la desserte en transports en commun. C est le cas d Evergreen du Crédit agricole situé à Montrouge, ou encore d Atos Origin à Bezons qui profite de la connexion du tramway avec la Défense. Quant aux utilisateurs de tours, ils s imprègnent dorénavant de la philosophie des campus axée sur le bien-être «qui donne envie de travailler» pour reprendre la formule de Jean-Philippe Adam, directeur immobilier de Crédit agricole. C est donc fort logiquement que l on trouve aujourd hui, dans des tours, des services à forte valeur ajoutée pour les employés. GDF Suez propose ainsi dans ses tours de la Défense : une crèche, sept restaurants, une conciergerie et une salle de sport. Le groupe mutualiste bancaire BPCE s inscrit également dans cette mouvance, ses différentes entités (Organe central, Natixis, BRED, CEIDF) étant regroupées dans des immeubles ultramodernes au cœur de Paris 13 e (Quai de Seine). Les pistes de développement et d innovation sont donc nombreuses. 7.3 Comment ces modèles répondent ils aux enjeux de l évolution du travail? Face aux attentes, notamment insufflées par la génération Y réputée pour l œil attentif qu elle porte à sa relation au travail, la direction immobilière se doit de tenir compte dans son organisation spatiale des nouvelles tendances auxquelles toutes les entreprises françaises sont désormais confrontées : l hyperconnectivité des salariés, la liberté d initiative désirée et la demande accrue pour des espaces collaboratifs. Les projets de campus lancés récemment amènent à considérer que la prise en compte du bien-être au travail et l impulsion donnée à la collaboration par le biais d ouverture d espaces dédiés portent leurs fruits auprès des salariés. Ainsi, avec pas moins de 50 % des espaces de son campus d Issy-les-Moulineaux consacrés à des salles de réunion, Microsoft entend satisfaire les besoins de la génération Y. Mission semble-t-il réussie, la 2 e place du classement France Great Place to Work 2012 ayant été accordée à Microsoft sur la base des évaluations de ses salariés. Le regroupement des employés d Atos Origin dans le nouveau siège de Bezons s inscrit également dans cette logique et la phrase adressée par Jacques Cosnefroy, Senior vice-président Transformation lors d une interview à Business Immo est révélatrice de toute l attention dont les entreprises peuvent faire preuve à l égard de leurs «jeunes» : «Nous avons mis tout le monde en business class». Le nouvel immeuble de la SSII est en effet marqué par un effort esthétique poussé dans la conception de ses open spaces tournés vers la Seine, et une intégration de services très variés pour ses employés : coiffeur, conciergerie, et même manucure. Il est important, par ailleurs, de relever le fait que cette évolution semble être une tendance de fond, et toucherait toutes les entreprises indépendamment de la structure de leurs locaux. Ernst & Young, installé dans la tour First à la Défense et la tour Oxygène à Lyon Part-Dieu, a su répondre présent dans la course au bien être. Si la valeur ajoutée du bonheur impacte effectivement l efficacité des entreprises, celle du cabinet sera dopée par les installations nec plus ultra consenties : les «suite-offices», à mi-chemin entre les traditionnels open spaces et les espaces confortables dotés de services haut de gamme, participent à l amélioration du cadre de vie au bureau. Au total, il paraît important de porter un regard objectif sur ces transformations et de ne pas considérer ces tendances comme des vérités générales. Bruits, espaces surchargés et pertes de repères semblent accompagner cette «collectivisation» des espaces de travail. Le principal enjeu des entreprises pourrait donc être de parvenir à un juste équilibre entre l individuel et le collaboratif en optant pour des voies encore largement inexploitées comme le télétravail, ou encore l implication directe des collaborateurs à l élaboration de leur nouveau lieu de travail. C est par exemple le cas de Crédit agricole et de Johnson & Johnson qui ont fait appel à des volontaires dans le cadre de «groupes d expression». Un tel échange a ainsi permis aux employés du géant pharmaceutique de se faire entendre et de voir pris en compte leur refus d accroissement du nombre d open spaces. 7 décembre 2012 Le Moniteur 17 CP5689_Cahier_bleu.indd 17 03/12/12 13:39

18 8. Le rôle de la direction immobilière dans les nouvelles perspectives environnementales À la lumière de l ambition environnementale affichée par les lois Grenelle 1 et 2, les directions immobilières se voient confier la mission de conjuguer la stratégie globale de l entreprise avec les enjeux environnementaux. 8.1 Quels sont les nouveaux défis des directions immobilières en matière d environnement? Les lois Grenelle 1 et 2 ont fixé l ambition globale de réduction des consommations d énergie à 38 % et des émissions de gaz à effet de serre à 50 % d ici Cette ambition se traduit par des objectifs concrets de performance énergétique et de réduction de l empreinte environnementale, qui affectent directement l immobilier tertiaire. Les objectifs du Grenelle imposent une consommation énergétique limitée à 50 kwh/m 2 /an pour les bâtiments neufs (RT 2012 entrée en vigueur le 28 octobre 2011 pour les permis de construire concernant les bâtiments neufs du secteur tertiaire) et des travaux de rénovation pour améliorer la performance énergétique des bâtiments existants. Concernant l optimisation du parc existant, le rapport Gauchot, publié fin 2011, a proposé une démarche qui repose sur l évolution graduelle des immeubles vers une amélioration de leur cotation au diagnostic de performance énergétique (DPE) dont l échelle s étend, pour les bâtiments tertiaires, de la classe A, pour les immeubles les plus performants, à la classe I, pour les immeubles les plus énergivores. Ainsi, l objectif pour les immeubles les moins performants (H et I) serait d augmenter au minimum de deux tranches, pour les immeubles de classes D, E, F et G, d augmenter d une tranche, quant aux immeubles déjà performants (A, B et C), ils n auraient pas de tels objectifs, mais les maîtres d ouvrage concernés se devraient d optimiser la gestion de leurs immeubles. Pour l heure, le rapport propose un gain minimum provisoire de 25 % avant 2020, mais ce chiffre pourrait être revu à la hausse dès 2015 en fonction des retours d expérience. Quoi qu il en soit, l atteinte de ces objectifs nécessite un effort considérable de la part des directions immobilières. C est pourquoi l amélioration de la performance énergétique devient une donnée essentielle dans l établissement des schémas directeurs immobiliers (SDI) et dans les décisions d investissements. Autre mesure phare, l article 8 de la loi Grenelle 2 a prévu l insertion d une annexe environnementale pour les baux portant sur des bureaux ou commerces de plus de m². Les dispositions à inclure dans cette annexe, précisées par décret d application publié le 30 décembre 2011, portent sur les obligations réciproques du bailleur et du preneur. Les parties doivent par exemple déterminer d un commun accord un programme d actions visant à améliorer la performance énergétique et environnementale du bâtiment. De telles obligations poussent à dépasser la logique traditionnelle de «confrontation» entre le bailleur et le preneur, et à mettre en place des instances de discussion permettant de suivre l évolution des indicateurs de performance. Les acteurs immobiliers se trouvent confrontés à un autre défi de taille avec l article 75 de la loi Grenelle 2 qui impose aux entreprises de plus de 500 salariés de publier un bilan carbone détaillé accompagné d un plan d action. La publication d un tel bilan suppose que l entreprise soit capable de mesurer avec précision son empreinte environnementale, de définir des indicateurs pertinents et de conduire des actions efficaces pour maintenir la trajectoire. En somme, l enjeu majeur pour les directions immobilières consiste à se donner les moyens de conduire une politique de développement durable intégrée, afin de transformer le parc immobilier de l entreprise en un parc «écoperformant». 18 Le Moniteur 7 décembre 2012 CP5689_Cahier_bleu.indd 18 03/12/12 13:39

19 8.2 Quel rôle pour la direction immobilière? Les acteurs immobiliers sont globalement conscients de ces enjeux. Ainsi, selon une étude menée par Jones Lang Lasalle, 83 % des professionnels de l immobilier considèrent que le développement durable est la priorité absolue des dix prochaines années. Pour relever ce défi, les directions immobilières sont appelées à repenser leur rôle et leur positionnement au sein de l entreprise. Elles vont être en effet amenées à innover en permanence pour concilier les enjeux environnementaux avec la stratégie globale de l entreprise et la nécessité d optimiser les coûts de fonctionnement. De fait, la réussite d une politique de développement durable est liée à la mobilisation des compétences internes et externes à l entreprise dans une approche globale où la direction immobilière joue le rôle de chef d orchestre. Dans cette perspective, les plans d action à mettre en place impliqueront à la fois les occupants, les propriétaires et les prestataires de services, mais également les différentes parties prenantes de l entreprise : juridique, ressources humaines, communication. Ainsi, il semble que la direction immobilière sera désormais un acteur clé dans la coordination des différentes compétences pour atteindre les objectifs environnementaux. Pour assumer ces responsabilités nouvelles, elle devra se doter de chefs de projet aux expertises pluridisciplinaires, capables de construire une feuille de route globale et de fédérer l ensemble des acteurs. Le rôle traditionnel de fonction technique et de support devrait ainsi être dépassé pour laisser place à une fonction stratégique transverse, ouverte à toutes les parties prenantes et résolument tournée vers l avenir. En définitive, les enjeux et les risques considérables liés aux nouvelles perspectives environnementales offrent une opportunité aux directions immobilières de conquérir une position déterminante dans le développement de l entreprise et le bien-être de ses salariés. 7 décembre 2012 Le Moniteur 19 CP5689_Cahier_bleu.indd 19 03/12/12 13:39

20 9. Les contrats de performance énergétique L initiative de rénovation énergétique des bâtiments présente des enjeux économiques, politiques et environnementaux importants. De nouveaux dispositifs, tel le contrat de performance énergétique (CPE), ont été mis en place pour atteindre cette ambition. 9.1 Quelle est la place du contrat de performance énergétique (CPE) parmi les outils financiers de rénovation des bâtiments? Lors de son discours d ouverture de la Conférence environnementale pour la transition écologique des 14 et 15 septembre 2012, le président de la République a souligné que «la rénovation énergétique des bâtiments [étaient] aujourd hui la première des politiques permettant conjointement d améliorer le pouvoir d achat, de développer l économie et l emploi et de s engager dans la transition écologique de notre société». Vaste ambition, encore faut-il encourager les propriétaires à investir. Conscient de ces enjeux, l État a mis en place une palette d outils incitatifs de financement des travaux de maîtrise de l énergie et, parmi eux, les aides publiques directes ou indirectes, le mécanisme du tiers investissement et les contrats de performance énergétique (CPE). Le CPE trouve en effet son originalité dans son modèle économique alléchant : les économies d énergie générées doivent contribuer, au moins partiellement, au financement des investissements consentis. Cependant, la force mais aussi la faiblesse de ce modèle dépendent, au moins pour partie, du montant des investissements engagés : plus ces derniers sont lourds, plus l équilibre financier du projet sera difficile à atteindre. Le classement des CPE en fonction de la nature des prestations à réaliser, et par conséquent des investissements à consentir, présente un intérêt particulier : Le CPE «Fournitures et Services» met en œuvre la simple réalisation de services et d installations d équipements. L investissement ainsi limité rend possible l atteinte de l équilibre financier dans un délai raisonnable (2 à 5 ans). Le CPE «Travaux et Services» implique, en plus de services fournis, la réalisation de travaux sur le bâti : les investissements sont nécessairement lourds, et, de facto, les contrats peu aptes à être autofinancés. Le CPE «Global» représente la somme des deux précédents, dont on comprendra aisément que le retour sur investissement ne peut s effectuer que sur le long terme. Les CPE les plus complexes doivent donc certainement remplir des fonctions plus larges que la simple amélioration de la performance énergétique, et être intégrés dans une stratégie globale d amélioration de la valeur de l immeuble. 20 Le Moniteur 7 décembre 2012 CP5689_Cahier_bleu.indd 20 03/12/12 13:39

1. Le partenariat Foncière des Régions / AOS Studley

1. Le partenariat Foncière des Régions / AOS Studley 1. Le partenariat Foncière des Régions / AOS Studley En tant que partenaires et conseils des utilisateurs de l'immobilier tertiaire, Foncière des Régions et AOS Studley s'associent pour réaliser une grande

Plus en détail

RENOVATION ENERGETIQUE

RENOVATION ENERGETIQUE RENOVATION ENERGETIQUE DES BATIMENTS DU TERTIAIRE : IL FAUT AGIR! Par le pôle Ecologie de Terra Nova Le 25 octobre 2013 La rénovation énergétique des bâtiments est une condition sine qua non de la réussite

Plus en détail

Adapter la stratégie immobilière aux évolutions des services publics

Adapter la stratégie immobilière aux évolutions des services publics Adapter la stratégie immobilière aux évolutions des services publics Constats Au-delà de l'informatisation des procédures «papier», la révolution numérique pousse l administration à envisager la refonte

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine. La durée de placement

Plus en détail

Vers une gestion performante du patrimoine public local

Vers une gestion performante du patrimoine public local Programme conjoint sur le renforcement de l administration locale en Serbie Vers une gestion performante du David CARASSUS Université de Pau et des Pays de l Adour 1 Eléments introductifs 1) Le des collectivités

Plus en détail

Altaïr Conseil. Gestion des risques et pilotage des projets informatiques

Altaïr Conseil. Gestion des risques et pilotage des projets informatiques Gestion des risques et pilotage des projets informatiques Altaïr Conseil 33, rue Vivienne 75 002 Paris - Tél. : 01 47 33 03 12 - Mail : contact@altairconseil.fr Constats Des projets de plus en plus nombreux

Plus en détail

SCHEMA DIRECTEUR IMMOBILIER

SCHEMA DIRECTEUR IMMOBILIER Décembre 2014 SCHEMA DIRECTEUR IMMOBILIER Les questions immobilières étant devenues majeures pour les entreprises, les Directions Immobilières doivent fournir de plus en plus d éléments tangibles d évaluation

Plus en détail

CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE. axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL

CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE. axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL SOMMAIRE Édito... page 3 Axiwell Financial Services... Exemples de missions réalisées... Nos offres spécifiques... Risques / Conformité / Réglementaire...

Plus en détail

Le management au Ministère de la Défense

Le management au Ministère de la Défense Ouvrage collectif piloté par le CFMD sous la direction du général Baudouin ALBANEL Le management au Ministère de la Défense, 2004 ISBN : 2-7081-3042-0 Introduction Baudouin Albanel par le général de division

Plus en détail

Le marché français des services énergétiques. Etat des lieux et analyse

Le marché français des services énergétiques. Etat des lieux et analyse Le marché français des services énergétiques Etat des lieux et analyse SYNTHESE Etude réalisée pour l ADEME par CODA STRATEGIES Pilotage : Elodie TRAUCHESSEC Service Climat Juin 2014 1 Contexte, objectifs

Plus en détail

Pour une gestion active du patrimoine

Pour une gestion active du patrimoine Pour une gestion active du patrimoine Présentation CETE du 07-06-2012 1 sommaire 1. Introduction 2. La gestion active du patrimoine : qu est-ce que c est? 3. Une nouvelle organisation 4. Le Plan Stratégique

Plus en détail

Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux...

Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux... Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux... Directions Financières dirigeants d entreprise fonds d investissement Avocats, mandataires & liquidateurs judiciaires Notre mission Répondre

Plus en détail

Petit Déjeuner. Mutualisation interne (CSP) ou Externalisation des ressources?

Petit Déjeuner. Mutualisation interne (CSP) ou Externalisation des ressources? Petit Déjeuner Mutualisation interne (CSP) ou Externalisation des ressources? 29 Janvier 2004 Mutualisation ou Externalisation?!1- Problématique de création de valeur!2- Définitions CSP / Externalisation!3-

Plus en détail

Accompagnement RH des projets de transformation des organisations

Accompagnement RH des projets de transformation des organisations Accompagnement RH des projets de transformation des organisations La conduite d un projet de réorganisation : Un exercice complexe ET délicat! Confrontée à une dégradation continue de sa compétitivité,

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale L anticipation des nouvelles normes environnementales Lors de la constitution d un patrimoine immobilier à travers la création d une nouvelle SCPI, PERIAL Asset Management s efforcera de prendre en compte

Plus en détail

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances :

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Le marché locatif de bureaux : - La baisse de l activité se

Plus en détail

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial INSTITUT NATIONAL DES ÉTUDES TERRITORIALES Conçu pour des cadres expérimentés, le cycle supérieur de management (CSM) vise

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

Comment accéder autrement aux opportunités du marché immobilier en toute simplicité?

Comment accéder autrement aux opportunités du marché immobilier en toute simplicité? Comment accéder autrement aux opportunités du marché immobilier en toute simplicité? AXA Selectiv Immo AVERTISSEMENT L OPCI détient directement et/ou indirectement des immeubles dont la vente exige des

Plus en détail

Beyond business performance. Together. Accélération des délais de clôture

Beyond business performance. Together. Accélération des délais de clôture Beyond business performance. Together. Accélération des délais de clôture Enjeux L accélération des délais de clôture ou Fast Close s est tout d abord très largement répandu dans les grandes entreprises

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

L immobilier au service de l épargne

L immobilier au service de l épargne Corporate au service de l épargne La performance durable au service de l épargne 14 15 Dans un marché de l immobilier d entreprise particulièrement concurrentiel, la construction d un patrimoine de qualité

Plus en détail

«Toilettage des règles de gestion des SCPI» Exposé des motifs

«Toilettage des règles de gestion des SCPI» Exposé des motifs «Toilettage des règles de gestion des SCPI» Exposé des motifs Date : 16 mars 2012 Le présent document vise à exposer les objectifs poursuivis par l ASPIM en ce qui concerne les propositions de modifications

Plus en détail

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr Avertissement - Facteurs de risques Lorsque vous investissez dans une SCPI de type «Scellier

Plus en détail

PEA Consulting Rendre l ingénierie d affaire plus compétitive

PEA Consulting Rendre l ingénierie d affaire plus compétitive R e n d e z - v o u s d E x p e r t PEA Consulting Rendre l ingénierie d affaire plus compétitive L ingénierie à l affaire est un secteur clef de l industrie française. L excellence de ses ingénieurs,

Plus en détail

Property Management & Gestion Opérationnelle dédiés aux ensembles immobiliers tertiaires

Property Management & Gestion Opérationnelle dédiés aux ensembles immobiliers tertiaires Property Management & Gestion Opérationnelle dédiés aux ensembles immobiliers tertiaires G E S T I O N L O C A T I V E E T O P T I M I S A T I O N D E S B U D G E T S D E C H A R G E S M A Î T R I S E

Plus en détail

Ce règlement contient également des dispositions d ordre déontologique et fait du Directoire un acteur du contrôle interne.

Ce règlement contient également des dispositions d ordre déontologique et fait du Directoire un acteur du contrôle interne. RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL DE SURVEILLANCE SUR LES CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL AINSI QUE SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE MISES EN PLACE PAR LA SOCIETE

Plus en détail

Les Retraites en France

Les Retraites en France Les Retraites en France Pour une Réforme Durable Strategie I Conseil I Digital I Technologie I Operations Une réforme en profondeur Alors que la réforme des retraites fait à nouveau l actualité, il apparaît

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

L IMMOBILIER PEUT-IL CONTRIBUER À LA PERFORMANCE DE L ENTREPRISE?

L IMMOBILIER PEUT-IL CONTRIBUER À LA PERFORMANCE DE L ENTREPRISE? L IMMOBILIER PEUT-IL CONTRIBUER À LA PERFORMANCE DE L ENTREPRISE? COLLIERS INTERNATIONAL FRANCE ÉDITORIAL Stratégie & conseil aux utilisateurs Expertise Conseil en transformation de la fonction Conséquence

Plus en détail

Les fondements d une GPEC

Les fondements d une GPEC Les fondements d une GPEC 4 décembre 2013 Page 1 Les fondements d une GPEC La partie de l'image avec l'id de relation rid2 n'a pas été trouvé dans le fichier. La partie de l'image avec l'id de relation

Plus en détail

SOMMAIRE. Un acteur de référence en produits d épargne immobilière 3. Une équipe de professionnels de l immobilier 4.

SOMMAIRE. Un acteur de référence en produits d épargne immobilière 3. Une équipe de professionnels de l immobilier 4. SCPI OPCI CILOGER SOMMAIRE Un acteur de référence en produits d épargne immobilière 3 Une équipe de professionnels de l immobilier 4 Philosophie 5 Stratégie d investissement 6 Une gamme complète de produits

Plus en détail

Charte du management des risques du groupe La Poste

Charte du management des risques du groupe La Poste Direction de l'audit et des Risques du Groupe Direction des Risques du Groupe Destinataires Tous services Contact Béatrice MICHEL Tél : 01 55 44 15 06 Fax : E-mail : beatrice.michel@laposte.fr Date de

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

Rapport du Président du Conseil d Administration sur les procédures de contrôle interne pour l exercice clos le 31 décembre 2012

Rapport du Président du Conseil d Administration sur les procédures de contrôle interne pour l exercice clos le 31 décembre 2012 FIPP Société Anonyme au capital de 15 000 000 euros Siège social : 2 rue de Bassano 75116 - PARIS 542 047 212 RCS PARIS Rapport du Président du Conseil d Administration sur les procédures de contrôle interne

Plus en détail

DÉMATÉRIALISATION DES DOCUMENTS ET AUTOMATISATION DES PROCESSUS UN PREMIER PAS VERS LA BANQUE SANS PAPIER

DÉMATÉRIALISATION DES DOCUMENTS ET AUTOMATISATION DES PROCESSUS UN PREMIER PAS VERS LA BANQUE SANS PAPIER DÉMATÉRIALISATION DES DOCUMENTS ET AUTOMATISATION DES PROCESSUS UN PREMIER PAS VERS LA BANQUE SANS PAPIER Pour les banques, le papier devrait servir à imprimer des billets ; pas à en garder la trace dans

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Services de change et de gestion des paiements internationaux

DOSSIER DE PRESSE. Services de change et de gestion des paiements internationaux DOSSIER DE PRESSE Services de change et de gestion des paiements internationaux Janvier 2014 Fiche d identité de FX4Biz Date de création 2012 : FX4Biz Belgique Type de société SA de droit Belge au capital

Plus en détail

L E TA L E N T S E PA RTA G E

L E TA L E N T S E PA RTA G E M E R C AT E N A L E TA L E N T S E PA RTA G E M E R C AT E N A, S O C I É T É D E G E S T I O N A G R É É E A M F Offrir aux investisseurs institutionnels un accès privilégié à une performance née de

Plus en détail

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis kpmg.fr Les défis du futur Une réponse adaptée Les mutuelles du livre II du Code de la mutualité font face à de réelles mutations,

Plus en détail

Donnez une impulsion à votre carrière

Donnez une impulsion à votre carrière Donnez une impulsion à votre carrière Devenir le 1 er cabinet de conseil indépendant en France Un métier de conseil en management & IT Solucom, un cabinet coté sur NYSE Euronext environ 1 200 collaborateurs

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT

Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT ************ Introduction : Pourquoi cette feuille de route régionale? La promotion et le développement des démarches de GPECT se trouvent au cœur

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

Investissement immobilier: la fin des SCPI?

Investissement immobilier: la fin des SCPI? Investissement immobilier: la fin des SCPI? La SCPI figure comme le premier véhicule structuré d investissement en immobilier. A l origine de ces investissements, des sociétés civiles se sont développées

Plus en détail

Introduction. Pourquoi ce livre?

Introduction. Pourquoi ce livre? Introduction Pourquoi ce livre? La gestion de projet est un processus à la fois courant et complexe de nos organisations. Courant car la culture du travail en «mode projet» fait partie du vocabulaire et

Plus en détail

expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier

expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier + Management Packages Qu ils soient négociés à l occasion d un changement de contrôle ou, dans les

Plus en détail

ECOLE NATIONALE DU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER. www.enfi.fr

ECOLE NATIONALE DU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER. www.enfi.fr ECOLE NATIONALE DU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER ENFI - siège social 19, rue des Capucines 75001 PARIS S.A.S au capital de 2.037.000-504 381 153 RCS Paris Déclaration d activité enregistrée sous le numéro

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

Gestion immobilière Conférence de l AFTA 15 octobre 2012

Gestion immobilière Conférence de l AFTA 15 octobre 2012 Gestion immobilière Conférence de l AFTA 15 octobre 2012 Intervenants : - Béatrice de Durfort, Centre Français des Fonds et Fondations - Frédéric Grosjean, Institut Pasteur - Maître Christelle Grandin

Plus en détail

OPÉRATEURS DU SECTEUR PUBLIC : ANTICIPER LES TRANSFORMATIONS BUDGÉTAIRES ET COMPTABLES

OPÉRATEURS DU SECTEUR PUBLIC : ANTICIPER LES TRANSFORMATIONS BUDGÉTAIRES ET COMPTABLES OPÉRATEURS DU SECTEUR PUBLIC : ANTICIPER LES TRANSFORMATIONS BUDGÉTAIRES ET COMPTABLES Décret gestion budgétaire et comptable du 7 novembre 2012 Afin de préciser les modalités d application concrètes de

Plus en détail

Préfigurateur ANCOLS. Support Préfigurateur ANCOLS

Préfigurateur ANCOLS. Support Préfigurateur ANCOLS Support Préfigurateur ANCOLS Comité de suivi ANCOLS du 3 décembre 2013 1 CONTEXTE Dans le cadre de l accord-cadre signé avec France Domaine relatif à l assistance et au conseil en vue de l acquisition

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Optimisation de l impôt sur les sociétés. 18, boulevard Montmartre 75009 Paris

Optimisation de l impôt sur les sociétés. 18, boulevard Montmartre 75009 Paris INVESTIS Optimisation de l impôt sur les sociétés 18, boulevard Montmartre 75009 Paris INVEST IS - Page 0 tél : 01 43 29 02 02 - fax : 01 43 29 02 12 - e-mail : info@fineiffel.com - www.fineiffel.com FINEIFFEL

Plus en détail

Jones Lang LaSalle Supply Chain & Logistics Solutions

Jones Lang LaSalle Supply Chain & Logistics Solutions Jones Lang LaSalle Supply Chain & Logistics Solutions Mathieu de Saint Albin I Bruno Montigny I Jean Marie Guillet I Alexis Trochu Paris, mars 2012 Vos questions? Problématiques associées à la chaîne de

Plus en détail

Plan Bâtiment Grenelle : Quels enjeux et quelles conséquences juridiques de la mise en œuvre de ces nouveaux outils?

Plan Bâtiment Grenelle : Quels enjeux et quelles conséquences juridiques de la mise en œuvre de ces nouveaux outils? EFE Performance Energétique des Bâtiments Plan Bâtiment Grenelle : Quels enjeux et quelles conséquences juridiques de la mise en œuvre de ces nouveaux outils? Véronique Lagarde, avocat associé EFE Performance

Plus en détail

OPTIMISATION DES COûTS SOCIAUX

OPTIMISATION DES COûTS SOCIAUX OPTIMISATION DES COûTS SOCIAUX OPTIMISATION DES COûTS SOCIAUX Nos experts analysent les coûts sociaux de votre entreprise tout en préservant votre organisation, et ce, sans aucune incidence sur les droits

Plus en détail

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable?

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Lean Management : une stratégie de long terme Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Au cours de ces deux dernières années, les grandes entreprises du monde

Plus en détail

Management de transition Une réponse au besoin de sécuriser l organisation financière de l entreprise

Management de transition Une réponse au besoin de sécuriser l organisation financière de l entreprise Article paru dans la revue de l Association des Directeurs de Comptabilité et de Gestion, décembre 2007. Management de transition Une réponse au besoin de sécuriser l organisation financière de l entreprise

Plus en détail

PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE. Pour la gestion durable de votre patrimoine immobilier

PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE. Pour la gestion durable de votre patrimoine immobilier PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE Pour la gestion durable de votre patrimoine immobilier Vos Enjeux Acteurs du marché de l immobilier, la performance énergétique est pour vous un enjeu économique, écologique et

Plus en détail

Avant-propos. Avec la participation de l'ademe

Avant-propos. Avec la participation de l'ademe Avant-propos Le Grenelle de l Environnement et la loi sur la Transition Energétique pour la croissance verte ont confirmé le caractère incontournable des réseaux de chaleur. Un objectif de quintuplement

Plus en détail

CSP Financiers en France : Etat des lieux et perspectives Synthèse de l étude

CSP Financiers en France : Etat des lieux et perspectives Synthèse de l étude CSP Financiers en France : Etat des lieux et perspectives Synthèse de l étude *connectedthinking Démarche de notre étude et profil de notre panel Slide 2 Une étude présentant le panorama des pratiques

Plus en détail

«La réhabilitation du patrimoine immobilier des collectivités : enjeux, démarches et opportunités» Agir sur son patrimoine

«La réhabilitation du patrimoine immobilier des collectivités : enjeux, démarches et opportunités» Agir sur son patrimoine «La réhabilitation du patrimoine immobilier des collectivités : enjeux, démarches et opportunités» Agir sur son patrimoine Jérôme Gatier, directeur Plan Bâtiment Grenelle Plan Bâtiment Grenelle 1 Sommaire

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

MUTATIONS ECONOMIQUES

MUTATIONS ECONOMIQUES MUTATIONS ECONOMIQUES Pour un nouvel élan kpmg.fr Les Mutations Economiques, plus nombreuses, plus rapides, plus complexes, nous conduisent à changer notre perception de l environnement économique et

Plus en détail

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Faciliter l accès et la compréhension du système de retraite aux assurés : il s agit d une exigence de service public. Depuis désormais

Plus en détail

Maximiser la performance de vos projets immobilier de bureaux

Maximiser la performance de vos projets immobilier de bureaux Make the most of your energy* Maximiser la performance de vos projets immobilier de bureaux * Tirez le meilleur de votre énergie www.schneider-electric.fr Schneider Electric France Direction Communication

Plus en détail

PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT

PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT DANS UN ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE MARQUÉ PAR UNE FORTE MONTÉE DES RISQUES, LA CAPACITÉ À ANTICIPER ET À «METTRE SOUS TENSION» L ENSEMBLE

Plus en détail

Durée d investissement recommandée de 8 ans. Lorsque vous investissez dans une SCPI, vous devez tenir compte des éléments et risques suivants :

Durée d investissement recommandée de 8 ans. Lorsque vous investissez dans une SCPI, vous devez tenir compte des éléments et risques suivants : SCPI Rivoli Avenir Patrimoine investir INDIRECTEMENT dans l immobilier d entreprise et bénéficier de revenus potentiels réguliers Durée d investissement recommandée de 8 ans AVERTISSEMENT Lorsque vous

Plus en détail

Contrôler, optimiser, anticiper : la Direction Financière au centre de l activité bancaire

Contrôler, optimiser, anticiper : la Direction Financière au centre de l activité bancaire Contrôler, optimiser, anticiper : la Direction Financière au centre de l activité bancaire Les turbulences financières actuelles, symptômes de mutations structurelles du système financier, Les évènements

Plus en détail

Système d information Immobilier

Système d information Immobilier Système d information Immobilier Bonjour et bienvenue, Eric Davy, Membre de l A.D.I. Professeur au Master 2 MIPI Management Immobilier de l Université Marne La Vallée Confidentiel E.Davy 2012 1 Programme

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

Anticiper les coûts. d exploitation d un immeuble. Michel Tolila, Directeur Général Délégué d Ocea Smart Building

Anticiper les coûts. d exploitation d un immeuble. Michel Tolila, Directeur Général Délégué d Ocea Smart Building Anticiper les coûts Des immeubles intelligents pour les hommes et l environnement d exploitation d un immeuble Michel Tolila, Directeur Général Délégué d Ocea Smart Building OCEA SMART BUILDING Outils

Plus en détail

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps GESTION D ACTIFS IMMOBILIERS SCPI OPCI GROUPEMENTS FORESTIERS UFFI REAM Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers Donnons plus de valeur au temps UFFI REAM Historique UFFI Ream :

Plus en détail

Notre offre de services : un accompagnement par des experts sur toutes les dimensions de votre projet

Notre offre de services : un accompagnement par des experts sur toutes les dimensions de votre projet ETAT Comptabilité générale Vers une vision patrimoniale de votre organisation Les enjeux La comptabilité générale permet aux services de l Etat et à ses établissements publics de bénéficier d une véritable

Plus en détail

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation*

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Advisory, le conseil durable Conseil en Management Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Une capacité unique à combiner compétences sectorielles et

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes secrétaire administratif de classe exceptionnelle,

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche volontaire de l entreprise, d intégration des enjeux du développement durable dans son modèle et dans son offre qui va au-delà du respect de la

Plus en détail

Position de l ADI sur le projet de loi Pinel relatif à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises

Position de l ADI sur le projet de loi Pinel relatif à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises Position de l ADI sur le projet de loi Pinel relatif à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises A l occasion de l examen du projet de loi Pinel sur l artisanat, le commerce et les très

Plus en détail

manufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING anufacturing

manufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING anufacturing anufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING manufacturing i-club Un club utilisateur de plus de 100 adhérents qui participent activement à la vie de nos produits plus de 2000 Clients industriels

Plus en détail

Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE

Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE Valorisez votre patrimoine avec de l immobilier d entreprise de qualité en investissant dans la SCPI Edissimmo - Durée recommandée : 8 ans Augmentation de capital ouverte

Plus en détail

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis kpmg.fr Les défis du futur Une réponse adaptée Les mutuelles du livre II du Code de la mutualité font face à de réelles mutations,

Plus en détail

Cabinet d expertise comptable et de conseil dédié aux groupes et filiales d entreprises françaises et internationales

Cabinet d expertise comptable et de conseil dédié aux groupes et filiales d entreprises françaises et internationales Cabinet d expertise comptable et de conseil dédié aux groupes et filiales d entreprises françaises et internationales Fort de 300 collaborateurs, primexis accompagne des groupes et filiales d entreprises

Plus en détail

Développer le potentiel de vos équipes

Développer le potentiel de vos équipes Développer le potentiel de vos équipes Notre mission : vous accompagner vers la réussite de vos objectifs Alter Ego RH vous aide à anticiper, développer et valoriser vos relations avec vos salariés et

Plus en détail

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE Finance, Contrôle des Organisations Cette spécialisation se fonde sur la nécessité de prendre des décisions et/ou d organiser les différents processus au cœur de

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

8 Certifications Minergie

8 Certifications Minergie 8 Chapitre 8 Être Minergie, est-ce aussi être «autrement»? Pour de nombreux acteurs du marché immobilier, un label de durabilité devrait s accompagner d une appréciation de la valeur de leur immeuble,

Plus en détail

ANNEXE 6. Ce rapport doit indiquer en outre les éventuelles limitations apportées aux pouvoirs du directeur général.

ANNEXE 6. Ce rapport doit indiquer en outre les éventuelles limitations apportées aux pouvoirs du directeur général. ANNEXE 6 Rapport du Président du Conseil d Administration sur les procédures de contrôle interne Chers actionnaires, En application des dispositions de l article L. 225-37 du Code de Commerce, le président

Plus en détail

Gestion des actifs et du patrimoine immobilier

Gestion des actifs et du patrimoine immobilier 06 Gestion Cette famille rassemble des métiers dont la finalité est de gérer mobiliers et s en vue d optimiser leur rentabilité et leur contribution à la performance économique globale de l entreprise.

Plus en détail

Thématique de travail possible n 1. RSE, compétitivité et développement durable l enjeu des PME

Thématique de travail possible n 1. RSE, compétitivité et développement durable l enjeu des PME Thématique de travail possible n 1 RSE, compétitivité et développement durable l enjeu des PME Constat/Diagnostic On assiste depuis quelques années à une diffusion croissante de pratiques dites «responsables»

Plus en détail

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE. Investissez. dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine FRUCTIPIERRE

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE. Investissez. dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine FRUCTIPIERRE BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine FRUCTIPIERRE Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine L ordonnance

Plus en détail