«Quick-Check Asset Management»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Quick-Check Asset Management»"

Transcription

1 1

2 «Quick-Check Asset Management» Audit sur le positionnement des gestionnaires de réseau de distribution en matière de gestion d actifs Septembre 2012

3 D un régime actuel «Cost +» La plupart des GRD se sont bien préparés dans le contexte actuel du marché mais ils vont très certainement devoir augmenter leur efficacité dans le futur L activité de GRD aujourd hui Sur le plan international, la Suisse dispose d un réseau électrique de bonne qualité. Afin de mesurer la qualité de fourniture, les GRD sont depuis 2010 obligés de fournir à l ElCom les données nécessaires à ces mesures. Avec environ 800 acteurs actifs dans la distribution d électricité, le marché suisse est extrêmement fragmenté et la situation selon les cantons diffère de manière significative. En raison d une pression de plus en plus constante exercée par l ElCom dans le futur, une concentration du marché est attendue. Depuis le 1 er janvier 2009, les recettes des GRD en Suisse sont soumises à un régime de régulation de type «Cost+» et sont contrôlées par l ElCom. On constate, au sein d aires de desserte comparables, des différences en termes de recettes perçues par les GRD. Comme le régime actuel de régulation n incite pas les GRD à réduire leurs coûts, on peut en déduire que le niveau d efficacité actuel des GRD n est pas élevé. Dans les cinq dernières années, les grands et moyens GRD ont mis en place un programme d Asset Management leur permettant de revoir leur stratégie de maintenance et de renouvellement des actifs réseaux. Cette stratégie se base principalement sur une identification et évaluation des risques des installations comme base décisionnelle pour conduire les activités de maintenance et les investissements. Il est un fait que la revue des principes de gestion des actifs conduit à une meilleure transparence et contrôle global de l activité mais cela ne suffit pas dans le cadre d un régime de régulation incitative Avec la mise en place prévue d une régulation incitative en Suisse, les GRD sont amenés à optimiser d avantage leur modèle de gestion du réseau 3

4 vers la mise en place d une régulation incitative en Suisse Le projet de révision de la LApEl prévoit entre autres la mise en place d une régulation incitative pour les GRD suisses Contexte réglementaire lié à la mise en place de la régulation incitative Ordonnance sur l Approvisionnement en Electricité (OApEl) Art. 19: L ElCom vérifie les tarifs d accès aux réseaux et les tarifs d électricité Pour ce faire, l ElCom réalise des comparaisons entre les GRD portant sur leur efficacité L ElCom prend en considération les différences structurelles sur lesquelles les entreprises n ont pas de prise, et de la qualité de l approvisionnement L ElCom ordonne la compensation, par réduction tarifaire, des gains injustifiés dus à des tarifs d utilisation du réseau ou à des tarifs d électricité trop élevés Projet de révision de la Loi Fédérale sur l'approvisionnement en Electricité (LApEl) le 18 novembre 2009, le Conseil Fédéral a annoncé un projet de révision de la (LApEl) L un des points clés du projet de révision de la LApEl concerne la mise en place d une régulation incitative en Suisse pour les gestionnaires de réseaux de distribution (GRD). Celle-ci vise à «inciter» les GRD à augmenter leur efficacité respectivement à réduire leurs coûts sans pour autant dégrader la sécurité et qualité de fourniture La mise en place d un régime de régulation incitative en Suisse est attendue dès 2016 (première période) 4

5 Mécanisme non incitatif Mécanismes incitatifs Les différents régimes incitatifs en Europe La régulation incitative pour les GRD est un fait accompli dans les pays voisins européens. Différents régimes sont implémentés. Régimes de régulation en Europe Principes Price-Cap Prix Max = Prix A-1 (1 + taux d Inflation X) Le nouveau prix s oriente sur l année précédente, ajusté selon l inflation et un facteur de productivité X Revenue-Cap Recettes Max = Recettes A-1 (1 + taux d Inflation X + taux de croissance) Sous ce régime de régulation, les recettes du GRD sont limitées. Outre un facteur de productivité, la limitation des recettes tient compte du profile de croissance de l entreprise (une entreprise à forte croissance générera d avantage de recettes) Revenue-Cap Price-Cap Cost plus Cost+ Analogue au modèle actuel suisse Les tarifs se basent sur les coûts d exploitation et de capital 5

6 ont conduit à une diminution des recettes L expérience en Europe démontre que l introduction d une régulation incitative conduit à une diminution significative des recettes pour les GRD Tarifs d accès aux réseaux en Europe Scénarii d évolution des coûts Tarifs d accès aux réseaux de distribution MT cent/kwh (2005, excl. TVA/redevances) Période d intervention du régulateur Evolution des coûts selon le régime de régulation LUX IT DE AT BE IRL FRA DK SWE NL POR FIN ES UK Depuis Source: EU Gas & Electricity Benchmarking Report; Analyse EnAdvice Une réduction des recettes de 20-30% pour les GRD n est pas irréaliste 6

7 De nouvelles contraintes pour les GRD suisses Les GRD devront dans le futur satisfaire à de nouvelles conditions imposées par l ElCom associées à une diminution des recettes Diminution des coûts Augmentation de l efficacité Qualité de fourniture Relation avec le régulateur A travers la mise en place d une régulation incitative, une pression est exercée sur une diminution des coûts tout en conservant une qualité minimale de fourniture Afin de pouvoir diminuer les coûts de manière constante, les GRD doivent augmenter leur efficacité p.ex. à travers l optimisation des processus La qualité de fourniture des GRD va être mesurée et comparée à travers un benchmark. Si les standards ne sont pas respectés, des pénalités seront appliquées. Les GRD ne doivent pas uniquement recevoir des directives par le régulateur. Ils doivent prendre une position claire envers ce dernier et entrer dans un processus de négociation. L objectif du GRD: Répondre aux exigences et standards imposés par le régulateur Assurer la rentabilité de l activité à terme Adapter/optimiser la politique de gestion des actifs aux nouvelles contraintes du régulateur 7

8 Question à soulever Compte tenu des futures contraintes imposées par la régulation incitative, une revue critique des principes d Asset Management actuel s impose Contexte Problématique Les principes actuels de gestion des actifs réseaux répondent aux contraintes actuelles de l ElCom La mise en place prévue d une régulation incitative constitue un défi supplémentaire pour les GRD suisses Une revue critique des principes d Asset Management est nécessaire permettant entre autres d optimiser le modèle global de gestion des activités liées au réseau Les principes actuels en matière de gestion des actifs réseaux doivent être comparés aux meilleures pratiques constatées en Europe: Où se situent les écarts principaux par rapport aux meilleures pratiques sous un régime incitatif? Quelle est la nature de ces écarts? Comment ces écarts peuvent-ils être comblés? Quelles sont les initiatives à mettre en place? Quels sont les besoins en ressources humaines et financières à déployer? Question à soulever Où se trouve notre Asset Management comparé aux meilleures pratiques en Europe? 8

9 Réponse à travers le Quick Check Asset Management La réalisation d un Quick Check Asset Management permet une comparaison des principes d Asset Management avec les meilleures pratiques, illustre les écarts et met en avant les actions nécessaires permettant de les combler Question Quick Check Asset Management Résultats Où nous situons-nous en matière d Asset Management par rapport aux meilleures pratiques observées sous une régime de régulation incitative? Identification des écarts (analyse du gap) à travers des interviews conduits selon plusieurs dimensions Comparaison Illustration des écarts Plan d action 9

10 Périmètre: le Quick Check Asset Management traite 10 dimensions Le Quick Check prend en considération 10 dimensions afin de couvrir l ensemble des aspects de l Asset management (1) Séparation des rôles Asset Owner (3) Interface AO/AM (6) Interface AM/ASP Asset Manager Asset Service Provider (2) Définition objectifs / vision (4) Planification des activités (5) Gestion et contrôle (7) Implémentation des activités (8) Gestion et contrôle (9) Systèmes informatiques (10) Modèle de données Objet / Périmètre du Quick Check Asset Management (1) Séparation claire des rôles d Asset Owner, Asset Manager et Asset Service Provider (2) Définition / revue de la vision en tant que producteur et des objectifs stratégiques (3) Communication de la vision et des objectifs stratégiques (4) Planification optimale des activités et décisions adéquates (5) Gestion et contrôle optimal au sein du groupe de l Asset Manager (6) Communication des tâches à réaliser à l Asset Service Provider (7) Efficacité dans la réalisation des tâches ordonnées par l Asset Manager (8) Gestion et contrôle optimal au sein du groupe de l Asset Service Provider (9) Système informatiques de support et d aide à la prise de décision (10) Modèle de données nécessaires aux systèmes Il n est pas forcément nécessaire de traiter les 10 dimensions Note: Le terme «activités» englobe les activités de maintenance, nouveau projet et renouvellement 10

11 Résultats Activités Finalité Approche et activités Le Quick Check Asset Management se déroule en trois étapes 1. Préparation et analyse 2. Appréciation 3. Rapport final Lancer le projet et procéder à l analyse de l existant Illustrer les écarts (dysfonctionnements) par rapport aux meilleures pratiques et définir les actions nécessaires à entreprendre Consolider et présenter les résultats du Quick Check Asset Management Lancement du projet Recueil des informations nécessaires Elaboration des guides d entretiens structurés autour des dimensions incluses dans le périmètre Conduite et documentation des entretiens Sur la base des meilleures pratiques et des résultats des entretiens, confrontation du positionnement actuel en matière de gestion des actifs Illustration des écarts (analyse du gap) Identification des actions à entreprendre Priorisation des actions selon des critères prédéfinis (p.ex. importance stratégique, complexité de mise en œuvre, besoins en ressources) Elaboration du rapport de synthèse inclus plan d action court et moyen terme, et besoins en ressources Présentation des résultats du Quick Check Asset Management Elaboration du plan d action Compréhension partagée des meilleures pratiques Compréhension de la situation actuelle Dysfonctionnements (écarts) identifiés Mesures correctives identifiées et priorisées Rapport final Plan directeur comme base nécessaire à la planification des prochains pas Plan d action à court et moyen terme 2 à 4 semaines 11

12 Valeur ajoutée du Quick Check Asset Management La réalisation d un Quick Check Asset Management génère une valeur ajoutée significative et cela en un court délai Le Quick Check Asset Management englobe l ensemble des axes liés à la gestion d actifs: stratégie, organisation, processus, interfaces et systèmes se base sur une approche flexible permettant de sélectionner toute ou partie des dimensions selon les besoins spécifiques du GRD est neutre et transparent grâce à l analyse de la situation actuelle et la conduite d entretiens avec les collaborateurs appropriés permet d illustrer les dysfonctionnements majeurs du GRD en matière d Asset Management et de définir un ensemble de mesures correctives (à court et moyen termes) conduit à un plan d action «logique» en vue de combler les écarts et de se rapprocher des bonnes pratiques tout en limitant la complexité de mise en œuvre des actions est réalisé en un court délai se situant entre deux et quatre semaines en fonction du périmètre défini constitue une base solide pour une préparation efficace à la mise en place prévue d une régulation incitative en Suisse du fait que les actions définies devront conduire à une augmentation globale de l efficacité 12

13 Contact Avons-nous éveillé votre intérêt? N hésitez pas à nous contacter Jérémy Plumejeau Principal Téléphone: +41 (43) Portable: +41 (79)

14

Auditer son environnement Telecom Un des fondements du projet TEM

Auditer son environnement Telecom Un des fondements du projet TEM Auditer son environnement Telecom Un des fondements du projet TEM Sommaire Introduction... 3 Les éléments internes essentiels à auditer... 4 Le dimensionnement de l infrastructure... 4 Les factures...

Plus en détail

la révision de l ordonnance sur l énergie (OEne): augmentation du supplément visé à l art. 15b de la loi sur l énergie (art. 3j, al.

la révision de l ordonnance sur l énergie (OEne): augmentation du supplément visé à l art. 15b de la loi sur l énergie (art. 3j, al. Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC Office fédéral de l énergie OFEN Division Efficacité énergétique et énergies renouvelables Avril 2015 Rapport

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 25 avril 2013 portant décision sur l évolution automatique de la grille tarifaire de GrDF au 1 er juillet 2013 Participaient à la

Plus en détail

ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES

ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES Introduction : Le management des risques est un processus qui permet au Business Manager d équilibrer les coûts économiques et opérationnels et faire du

Plus en détail

Services industriels de la commune de Monthey

Services industriels de la commune de Monthey Services industriels de la commune de Monthey COMMUNE DE MONTHEY Annexe : B Directive communale concernant : Définitions et détails de la grille tarifaire Le conseil municipal - Vu le règlement communal

Plus en détail

FEBEG Memorandum en vue des élections de 2014

FEBEG Memorandum en vue des élections de 2014 FEBEG Memorandum en vue des élections de 2014 Un certain nombre de contradictions importantes dans la politique menée actuellement influencent significativement les marchés de l électricité et du gaz.

Plus en détail

COMPARAISON DES TARIFS D'UTILISATION DU RÉSEAU DE TRANSPORT DE GAZ NATUREL DE FLUXYS SA ET DE PLUSIEURS OPÉRATEURS EUROPÉENS

COMPARAISON DES TARIFS D'UTILISATION DU RÉSEAU DE TRANSPORT DE GAZ NATUREL DE FLUXYS SA ET DE PLUSIEURS OPÉRATEURS EUROPÉENS Commission de Régulation de l Electricité et du Gaz Rue de l industrie 26-38 1040 Bruxelles Tél. 02/289.76.11 Fax 02/289.76.99 CONFÉRENCE DE PRESSE Bruxelles - le 5 avril 2002 COMPARAISON DES TARIFS D'UTILISATION

Plus en détail

Consultation - Arrêté fédéral sur la deuxième étape de l ouverture du marché de l électricité

Consultation - Arrêté fédéral sur la deuxième étape de l ouverture du marché de l électricité Office fédéral de l énergie Section MR 3003 Berne Par courriel : marktregulierung@bfe.admin.ch Lausanne, le 22 janvier 2015 Consultation - Arrêté fédéral sur la deuxième étape de l ouverture du marché

Plus en détail

Livre vert sur les retraites. Le vieillissement démographique s accentue: 2008 et 2060. Jung Lichtenberger Unité Assurance et Pension

Livre vert sur les retraites. Le vieillissement démographique s accentue: 2008 et 2060. Jung Lichtenberger Unité Assurance et Pension Livre vert sur les retraites Colloque Assuralia, «L Europe et le vieillissement: l avenir de nos pensions» Bruxelles, le 26 octobre 2010 Jung Lichtenberger Unité Assurance et Pension Le vieillissement

Plus en détail

Sommaire. Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC

Sommaire. Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC Office fédéral de l énergie OFEN Approvisionnement énergétique 14 septembre 2015 Explications relatives

Plus en détail

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement Révisions ISO ISO 9001 Livre blanc Comprendre les changements Aborder le changement ISO 9001 en bref Comment fonctionne ISO 9001? ISO 9001 peut s appliquer à tous les types et tailles d organisations et

Plus en détail

Planification stratégique chez RCGT

Planification stratégique chez RCGT Planification stratégique chez RCGT 1 2 3 4 «Où sommes-nous?» «Où voulons-nous être?» «Comment s y rendre?» du plan stratégique Environnement Marchés et clients Concurrence Avantage concurrentiel Performance

Plus en détail

1.1. Qu est ce qu un audit?... 17

1.1. Qu est ce qu un audit?... 17 Table des matières chapitre 1 Le concept d audit 17 1.1. Qu est ce qu un audit?... 17 1.1.1. Principe général... 17 1.1.2. Historique... 19 1.1.3. Définitions des termes particuliers utilisés en audit...

Plus en détail

BCBS 239 Repenser la gestion des données Risques

BCBS 239 Repenser la gestion des données Risques 1 BCBS 239 Repenser la gestion des données Risques Etude Ailancy du 19 janvier 2015 2 1. Quelques mots sur Ailancy 2. Présentation de BCBS 239 et de ses impacts pour les Banques QUELQUES MOTS SUR AILANCY

Plus en détail

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier SANTE Diagnostic financier et aide à l élaboration d un plan de redressement Comment s approprier la démarche de diagnostic? Les enjeux Depuis la mise en place de la T2A, les établissements de santé sont

Plus en détail

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement»

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Résultat : 1. Obtenir les meilleures conditions d approvisionnement possibles, en termes de prix, de

Plus en détail

1. Cadre en vigueur pour l évolution du tarif péréqué d utilisation des réseaux publics de distribution de gaz naturel de Veolia Eau

1. Cadre en vigueur pour l évolution du tarif péréqué d utilisation des réseaux publics de distribution de gaz naturel de Veolia Eau Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 15 mai 2014 portant décision sur l évolution automatique de la grille tarifaire du tarif péréqué d utilisation des réseaux publics

Plus en détail

Evolution du processus d allocation. Atelier «processus d allocation» n 2 Le 31 mai 2012

Evolution du processus d allocation. Atelier «processus d allocation» n 2 Le 31 mai 2012 Evolution du processus d allocation Atelier «processus d allocation» n 2 Le 31 mai 2012 Synthèse des propositions reçues 14 contributions ont été reçues, dont une sous couvert d anonymat Les propositions

Plus en détail

Cahier des charges pour la réalisation d un audit externe du programme GUS / OFS

Cahier des charges pour la réalisation d un audit externe du programme GUS / OFS Département fédéral de l intérieur (DFI) Office Fédéral de la Statistique OFS Etat-major Cahier des charges pour la réalisation d un audit externe du programme GUS / OFS Table des matières 1 Généralités

Plus en détail

Contrôler, optimiser, anticiper : la Direction Financière au centre de l activité bancaire

Contrôler, optimiser, anticiper : la Direction Financière au centre de l activité bancaire Contrôler, optimiser, anticiper : la Direction Financière au centre de l activité bancaire Les turbulences financières actuelles, symptômes de mutations structurelles du système financier, Les évènements

Plus en détail

Qu est-ce que le ehealthcheck?

Qu est-ce que le ehealthcheck? Plus la dépendance d une compagnie envers ses systèmes informatiques est grande, plus le risque qu une erreur dans les processus métiers puisse trouver ses origines dans l informatique est élevé, d où

Plus en détail

Le rôle de swissgrid sur le marché ouvert de l électricité. Hans-Peter Aebi CEO de swissgrid Zurich, 26 mars 2008

Le rôle de swissgrid sur le marché ouvert de l électricité. Hans-Peter Aebi CEO de swissgrid Zurich, 26 mars 2008 Le rôle de swissgrid sur le marché ouvert de l électricité Hans-Peter Aebi CEO de swissgrid Zurich, 26 mars 2008 Ordre du jour 1. Opportunités pour les clients et les fournisseurs d électricité 2. Sécurité

Plus en détail

sur les tarifs d'acheminement et de vente d'énergie

sur les tarifs d'acheminement et de vente d'énergie COMMUNE DE MONTHEY Annexe C Directive communale sur les tarifs d'acheminement et de vente d'énergie pour l année 2015 Tarification de l'utilisation du réseau électrique et fourniture d'énergie 2015 1)

Plus en détail

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Christine CHAUVET, Catherine EDWIGE, Yann PADOVA et Jean-Pierre SOTURA, commissaires.

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Christine CHAUVET, Catherine EDWIGE, Yann PADOVA et Jean-Pierre SOTURA, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 28 mai 2015 portant décision sur l évolution au 1 er août 2015 des tarifs d utilisation d un réseau public d électricité dans le

Plus en détail

Forum AMOA ADN Ouest. Présentation du BABOK. 31 Mars 2013 Nadia Nadah

Forum AMOA ADN Ouest. Présentation du BABOK. 31 Mars 2013 Nadia Nadah Forum AMOA ADN Ouest Présentation du BABOK 31 Mars 2013 Nadia Nadah Ce qu est le BABOK Ce que n est pas le BABOK Définition de la BA - BABOK version 2 Le processus de Business Analysis La structure du

Plus en détail

Retour d expérience. Le rôle du Business Analyst chez Orange. Nadia Magarino & Christophe Dufour 29 avril 2015

Retour d expérience. Le rôle du Business Analyst chez Orange. Nadia Magarino & Christophe Dufour 29 avril 2015 Retour d expérience Le rôle du Business Analyst chez Orange Nadia Magarino & Christophe Dufour 29 avril 2015 Plus de 161 000 salariés à votre service mobile entreprises internet et fixe Plus de 161 000

Plus en détail

ÉVÈNEMENT 2. 30 avril 2015, Salon PPS

ÉVÈNEMENT 2. 30 avril 2015, Salon PPS ÉVÈNEMENT 2 30 avril 2015, Salon PPS COCKPIT ET GESTION DES RISQUES Roland Schmid, directeur, SLPS Salon PPS, Evénement 2, 30 avril 2015 2 ENJEUX ET PROBLÈMES DES CAISSES DE PENSIONS DANS LE CONTEXTE ACTUEL

Plus en détail

Loi sur l approvisionnement en électricité

Loi sur l approvisionnement en électricité Loi sur l approvisionnement en électricité (LApEl) 734.7 du 23 mars 2007 (Etat le 1 er juin 2015) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 89, 91, al. 1, 96 et 97, al. 1, de la Constitution

Plus en détail

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2 CHECK-LIST du label Valais excellence PHASE 2 La check-list Valais excellence a pour objectif de compléter les exigences ISO 9001 et ISO 14001 par celles 1) de la création de richesse en Valais 2) correspondantes

Plus en détail

HERMES 5.1. Méthode de gestion pour tous les projets MANUEL POUR MANAGER

HERMES 5.1. Méthode de gestion pour tous les projets MANUEL POUR MANAGER HERMES 5.1 Méthode de gestion pour tous les projets MANUEL POUR MANAGER ManagerHERMES_FR.indd 1 20.05.15 12:05 ManagerHERMES_FR.indd 2 20.05.15 12:05 «Ce qui dure, c est le changement» (Michael Richter,

Plus en détail

La Suisse est àla pointe de la recherche et de l innovation, l encouragement àla recherche doit cadencer son pas

La Suisse est àla pointe de la recherche et de l innovation, l encouragement àla recherche doit cadencer son pas La Suisse est àla pointe de la recherche et de l innovation, l encouragement àla recherche doit cadencer son pas La conseillère nationale Tiana Moser, pvl Séminaire parlementaire du réseau FUTURE 11 janvier

Plus en détail

Passer d ISO 14001:2004 à ISO 14001:2015

Passer d ISO 14001:2004 à ISO 14001:2015 ISO 14001 Guide de transition Révisions ISO Passer d ISO 14001:2004 à ISO 14001:2015 La nouvelle norme internationale pour les systèmes de management environnemental ISO 14001 - Système de Management Environnemental

Plus en détail

Plateforme STAR CPM. Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James

Plateforme STAR CPM. Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James Plateforme STAR CPM Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James Groupe STAR Your single-source provider for corporate product communication Le bon

Plus en détail

1.1.1.1 (+) Fonds propres selon les états financiers Fonds propres selon le périmètre de consolidation comptable.

1.1.1.1 (+) Fonds propres selon les états financiers Fonds propres selon le périmètre de consolidation comptable. Page 1/31 Lignes 1 Total des fonds propres pris en compte: = 1.4.11 art. 21 à 40 de 1.1 tier 1 (T1) ajustés pris en = 1.4.8 compte: art. 21 à 29 de, art. 31 à 40 de 1.1.1 de base durs (common equity =

Plus en détail

Ordonnance sur l approvisionnement en électricité

Ordonnance sur l approvisionnement en électricité Ordonnance sur l approvisionnement en électricité (OApEl) du 14 mars 2008 Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 30, al. 2, de la loi fédérale du 23 mars 2007 sur l approvisionnement en électricité (LApEl)

Plus en détail

Améliorer l efficacité de votre fonction RH

Améliorer l efficacité de votre fonction RH Améliorer l efficacité de votre fonction RH Des tendances accentuées par un environnement économique et social en constante évolution La fonction RH doit répondre à des exigences croissantes en termes

Plus en détail

Parité réseau. 1. Synthèse. 2. Introduction

Parité réseau. 1. Synthèse. 2. Introduction Parité réseau Document connaissances de base, état: octobre 2013 1. Synthèse Dès lors que l électricité autoproduite affiche un coût équivalent à celui de l électricité prélevée sur le réseau, elle devient

Plus en détail

Cas de l électricité

Cas de l électricité Régulation incitative des industries de réseaux : quels enseignements pour améliorer la performance de la gestion de l infrastructure ferroviaire? Cas de l électricité Cécile George Conférence ARAF 26

Plus en détail

Atelier " Gestion des Configurations et CMDB "

Atelier  Gestion des Configurations et CMDB Atelier " Gestion des Configurations et CMDB " Président de séance : François MALISSART Mercredi 7 mars 2007 (Nantes) Bienvenue... Le thème : La Gestion des Configurations et la CMDB Le principe : Échanger

Plus en détail

Les chemins commerciaux de l Electricité

Les chemins commerciaux de l Electricité Les chemins commerciaux de l Electricité L Electricité est Un produit à la fois comme un autre Il fait l objet d une concurrence entre fournisseurs Il nécessite des moyens de productions et des réseaux

Plus en détail

Réussir l externalisation de sa consolidation

Réussir l externalisation de sa consolidation Réussir l externalisation de sa consolidation PAR ERWAN LIRIN Associé Bellot Mullenbach et Associés (BMA), activité Consolidation et Reporting ET ALAIN NAULEAU Directeur associé Bellot Mullenbach et Associés

Plus en détail

Réponse de l AFIEG à la. Consultation publique relative aux prochains tarifs d utilisation des réseaux de transport de gaz

Réponse de l AFIEG à la. Consultation publique relative aux prochains tarifs d utilisation des réseaux de transport de gaz Réponse de l AFIEG à la Consultation publique relative aux prochains tarifs d utilisation des réseaux de transport de gaz Ce document s inscrit dans le cadre de la consultation publique organisée par la

Plus en détail

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Le premier ministre, Sur le rapport du ministre de l écologie, du développement durable et de l énergie, Vu le code de l énergie,

Plus en détail

ajustement Audit des cadres ERM

ajustement Audit des cadres ERM Alex andra Psic a, cmc RESPONSABLE DE DIRECTION INTERIS CONSULTING INC. D ANS L ABSOLU, LE CADRE DE MANAGEMENT DES RISQUES DE l entreprise (ERM) doit être suffisamment adapté à ses objectifs, à ses risques

Plus en détail

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Christine CHAUVET, Catherine EDWIGE, Yann PADOVA et Jean-Pierre SOTURA, commissaires.

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Christine CHAUVET, Catherine EDWIGE, Yann PADOVA et Jean-Pierre SOTURA, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 6 mai 2015 portant décision sur l évolution automatique de la grille tarifaire du tarif péréqué d utilisation des réseaux publics

Plus en détail

IBM Maximo Asset Management for IT

IBM Maximo Asset Management for IT Gérez de manière économique l ensemble du cycle de vie de vos équipements et ressources informatiques IBM Points forts Aide à contrôler les coûts et l impact financier des équipements informatiques avec

Plus en détail

AVIS CG110216-051 CONSEIL GENERAL COMMISSION DE RÉGULATION DE L ÉLECTRICITÉ ET DU GAZ. relatif

AVIS CG110216-051 CONSEIL GENERAL COMMISSION DE RÉGULATION DE L ÉLECTRICITÉ ET DU GAZ. relatif Commission de Régulation de l Electricité et du Gaz rue de l Industrie 26-38 1040 Bruxelles Tél. : 02/289.76.11 Fax : 02/289.76.09 COMMISSION DE RÉGULATION DE L ÉLECTRICITÉ ET DU GAZ CONSEIL GENERAL AVIS

Plus en détail

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Ordonnance sur la formation continue: Audition Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Zurich, le 7 septembre 2015 Monsieur le Conseiller fédéral Schneider-Ammann Nous vous vous

Plus en détail

Fournisseur d'électricité et de gaz. Fournisseur d'électricité et de gaz

Fournisseur d'électricité et de gaz. Fournisseur d'électricité et de gaz Fournisseur d'électricité et de gaz Fournisseur d'électricité et de gaz Le marché de l énergie : mode d emploi Le marché de l énergie Un marché concurrentiel avec les garanties du Service Public L énergie

Plus en détail

NOTE DE MISE EN ŒUVRE

NOTE DE MISE EN ŒUVRE NOTE DE MISE EN ŒUVRE Objet : Gouvernance et surveillance d'entreprise dans les institutions appliquant l'approche NI Catégorie : Fonds propres N o A-1 Date : Janvier 2006 I. Introduction Le présent document

Plus en détail

CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN

CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN PROCÉDURES OPÉRATIONNELLES STANDARD pour les PAYS ADOPTANT l approche «UNIS DANS L ACTION» Août 2014 GUIDE DU CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN Le Cadre budgétaire commun, par sa présentation transparente et centralisée

Plus en détail

LA CONDUITE DE PROJET BTS SIO SI7

LA CONDUITE DE PROJET BTS SIO SI7 1 LA CONDUITE DE PROJET BTS SIO SI7 Les objectifs 2 Aborder les enjeux et l organisation d une conduite de projet Présenter les premiers éléments d une évaluation financière d un projet : Charges fixes,

Plus en détail

Réforme du système suisse de santé. Entreprendre des réformes maintenant

Réforme du système suisse de santé. Entreprendre des réformes maintenant Réforme du système suisse de santé Entreprendre des réformes maintenant Base de discussion pour le congrès du parti du 20 juin 2009 I. Le PDC suisse applique les principes suivants en matière de politique

Plus en détail

Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité

Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité Introduction Un milieu de vie inclusif et sain Rosemont La Petite-Patrie est reconnu comme un milieu de vie complet

Plus en détail

UE 4 Comptabilité et audit 2 Identification du candidat (prénom, nom) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

UE 4 Comptabilité et audit 2 Identification du candidat (prénom, nom) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Diplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion DSCG D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0 Validation des Acquis de l Expérience VAE R é f é

Plus en détail

Conférence sur les marchés publics informatiques

Conférence sur les marchés publics informatiques Conférence sur les marchés publics informatiques Un moyen fiable pour aboutir à un appel d offres sans accroc : les processus métier comme pièce maîtresse d un projet informatique, de l adjudication à

Plus en détail

NOTRE OFFRE DE SERVICES ÉNERGÉTIQUES

NOTRE OFFRE DE SERVICES ÉNERGÉTIQUES NOTRE OFFRE DE SERVICES ÉNERGÉTIQUES SOMMAIRE BHC ENERGY, c est... Présentation de la société Des solutions adaptées à vos besoins Pourquoi structurer sa démarche d efficacité énergétique? Nos prestations

Plus en détail

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid Réseau de transport suisse Mission et défis de Swissgrid 2 La mission de Swissgrid La mission de Swissgrid: la sécurité de l approvisionnement Qui est Swissgrid? La société nationale pour l exploitation

Plus en détail

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON 14-10-14 CD/12 1161 répondants 1098 OUI 31 NON Une convention établie sur 5 ans plutôt que sur 3 ans pourrait être proposée. Cette demande est raisonnable et on y tient (pas trop négocier à la baisse).

Plus en détail

DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE

DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE Révision des Directives de l ASB concernant le mandat de gestion de fortune La nouvelle version des Directives de l ASB concernant le mandat de gestion de

Plus en détail

Eoljoux, point de la situation

Eoljoux, point de la situation Eoljoux, point de la situation Mardi 12 janvier 2012 Casino du Brassus Sommaire 1. Introduction, rappel 2. Le PPA Eoljoux 3. La planification cantonale 2 4. Les démarches entreprises 5. La suite 6. Conclusions

Plus en détail

Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information

Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information Bureau du surintendant des institutions financières Novembre 2012 Table des matières 1.

Plus en détail

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014.

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014. Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives 2014 Contexte du BCBS 239 2 Une nouvelle exigence Les Principes aux fins de l agrégation des données sur les et de la notification des

Plus en détail

Le système informatique comptable du service public de Wallonie dans le cadre de la nouvelle comptabilité publique

Le système informatique comptable du service public de Wallonie dans le cadre de la nouvelle comptabilité publique DANS LE CADRE DE LA NOUVELLE COMPTABILITÉ PUBLIQUE / 5 Le système informatique comptable du service public de Wallonie dans le cadre de la nouvelle comptabilité publique Dans le cadre de la mise en œuvre

Plus en détail

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Principaux défis et facteurs de réussite Dans le cadre de leurs plans stratégiques à long terme, les banques cherchent à tirer profit

Plus en détail

Les modes de gestion à la disposition des collectivités Anne BELLAMY, AGIR

Les modes de gestion à la disposition des collectivités Anne BELLAMY, AGIR Les modes de gestion à la disposition des collectivités Anne BELLAMY, AGIR Réunion du 13 mai 2011, de l Observatoire Régional des Transports de Midi-Pyrénées Plan de l intervention 1) Rappel des principes

Plus en détail

Initiative pour des denrées alimentaires produites de manière durable (Initiative sur les denrées alimentaires)

Initiative pour des denrées alimentaires produites de manière durable (Initiative sur les denrées alimentaires) Initiative pour des denrées alimentaires produites de manière durable (Initiative sur les denrées alimentaires) Projet à l intention de l examen juridique La version allemande fait foi. Texte de l initiative

Plus en détail

ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE. Rénover l État par les technologies de l information *** Secrétariat du Conseil du trésor

ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE. Rénover l État par les technologies de l information *** Secrétariat du Conseil du trésor ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE Rénover l État par les technologies de l information *** Stratégie gouvernementale en technologies de l information Secrétariat du Conseil du trésor 15 juin 2015 1 SOMMAIRE

Plus en détail

LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS

LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ET DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR SESSION DE FORMATION Module 3 LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS 2 3 Terminologie de la GAR Plusieurs formulations sont utilisées : Gestion

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

Programme qualité. de l association suisse des services d aide et de soins à domicile. Projet 02 Octobre 2001

Programme qualité. de l association suisse des services d aide et de soins à domicile. Projet 02 Octobre 2001 Programme qualité de l association suisse des services d aide et de soins à domicile Projet 02 Octobre 2001 A propos de la consultation auprès des associations cantonales 24.10.2001-21.11.2001 1. Situation

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU PROGRAMME ET BUDGET. Onzième session Genève, 25 28 juin 2007

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU PROGRAMME ET BUDGET. Onzième session Genève, 25 28 juin 2007 OMPI WO/PBC/11/11 ORIGINAL : anglais DATE : 11 juin 2007 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU PROGRAMME ET BUDGET Onzième session Genève, 25 28 juin 2007 PROPOSITION

Plus en détail

3.1. Responsabilités et activités

3.1. Responsabilités et activités - 1 - République et Canton de Genève Département de l'instruction publique CAHIER DES CHARGES Services administratifs et financiers Division des ressources humaines Etabli par : Date de création : Modifié

Plus en détail

FM - Outsourcing dans le secteur publique à l exemple de l EPFZ

FM - Outsourcing dans le secteur publique à l exemple de l EPFZ FM - Outsourcing dans le secteur publique à l exemple de l EPFZ 28 Janvier 2015 Présentation Nicolas Gysi Consultant senior, RESO Partners SA membre du cadre Aloys-Fauquez 2 Direct +41 44 809 21 07 1018

Plus en détail

Le risque de contrepartie

Le risque de contrepartie Le risque de contrepartie Gérer les risques en temps de crise 20/06/2012 Idriss Tchapda Djamen Sommaire Exécutif n Le risque de contrepartie reçoit une attention considérable de la part des régulateurs

Plus en détail

CADA. Contrôler les coûts de son régime d assurance collective. Présenté par Myriam Bélanger, Conseillère en Avantages Sociaux

CADA. Contrôler les coûts de son régime d assurance collective. Présenté par Myriam Bélanger, Conseillère en Avantages Sociaux CADA & Contrôler les coûts de son régime d assurance collective Présenté par Myriam Bélanger, Conseillère en Avantages Sociaux Thèmes abordés CADA Qui et pourquoi? Avantages de CADA La gestion des régimes

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société)

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Objectifs FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) L intendance générale de la Société relève de la responsabilité du conseil d administration (les «administrateurs»).

Plus en détail

Modification du code des obligations / Bail à loyer - Procédure de consultation

Modification du code des obligations / Bail à loyer - Procédure de consultation Monsieur Joseph Deiss Conseiller fédéral Chef du Département fédéral de l économie Palais fédéral 3003 Berne Bâle, le 29 mars 2006 A.98/GHE/och Modification du code des obligations / Bail à loyer - Procédure

Plus en détail

Mesures centrales relatives à la Transition énergétique pour la 18e législature

Mesures centrales relatives à la Transition énergétique pour la 18e législature Mesures centrales relatives à la Transition énergétique pour la 18e législature (L Agenda Énergie en 10 points du Ministère fédéral de l Économie et de l Énergie [BMWi]) 1. Énergies renouvelables, loi

Plus en détail

Objet: Programme multinational de formation à la stratégie d influence du processus décisionnel communautaire. programme

Objet: Programme multinational de formation à la stratégie d influence du processus décisionnel communautaire. programme Maastricht, avril 2007 Objet: Programme multinational de formation à la stratégie d influence du processus décisionnel communautaire. Madame, Monsieur, Influencer le processus décisionnel de l Union européenne

Plus en détail

VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE (VAE) Expert en ingénierie du logiciel. 1) Conditions de recevabilité de la demande des candidats

VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE (VAE) Expert en ingénierie du logiciel. 1) Conditions de recevabilité de la demande des candidats VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE (VAE) Expert en ingénierie du logiciel 1) Conditions de recevabilité de la demande des candidats Le candidat souhaitant acquérir le titre professionnel d Expert en

Plus en détail

ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations

ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations Auteur: Fabian PIAU, Master 2 MIAGE, Nantes La Gestion des Configurations est un processus issu d ITIL version 2 qui aide au soutien du service («Service

Plus en détail

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 Nouvelles contraintes, limites, mais avec quel avantage? Vincent Tattini Plan A. Les nouveautés de MIFID 2 B. Loi sur les services financiers

Plus en détail

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services.

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Solutions de Service Management Guide d achat Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Aujourd hui, toutes

Plus en détail

Le management de l énergie. L expertise Swiss Electricity

Le management de l énergie. L expertise Swiss Electricity Le management de l énergie L expertise Swiss Electricity Objectifs Construire une vraie politique de management de l énergie Inscrire les actions d amélioration dans la durée Faire la chasse systématique

Plus en détail

Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick. Rapport d étape

Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick. Rapport d étape Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick Rapport d étape Introduction Depuis les derniers grands changements qui datent de près d un demi-siècle, le gouvernement

Plus en détail

Le chauffage à distance L ÉNERGIE DE CONFORT

Le chauffage à distance L ÉNERGIE DE CONFORT Le chauffage à distance L ÉNERGIE DE CONFORT Conditions cadres politiques pour le chauffage à distance Florian Lüthy Responsable production / Services industriels bâlois(iwb) Agenda Où trouvons-nous du

Plus en détail

Commerce d électricité en Suisse

Commerce d électricité en Suisse . Commerce d électricité en Suisse Conditions-cadres et évolution des prix sur le marché libéralisé Jeudi 3 décembre 2009, 13h30 à 17h15 Site de la Saidef, Posieux (Fribourg) Co organisateur : Energy Center

Plus en détail

CATÉGORIE # D ANNÉE D EXP. TAUX JOURNALIER

CATÉGORIE # D ANNÉE D EXP. TAUX JOURNALIER CATÉGORIE # D ANNÉE D EXP. TAUX JOURNALIER Identifier la(les) catégorie(s), avec vos années d expérience et votre taux. Adjoint aux ressources Adjoint de projet Analyste de la rémunération Analyste des

Plus en détail

Surveillance consolidée des banques et des négociants en valeurs mobilières

Surveillance consolidée des banques et des négociants en valeurs mobilières Foire aux questions (FAQ) Surveillance consolidée des banques et des négociants en valeurs mobilières (Dernière modification : 31 mars 2015) La FINMA surveille plus de 100 groupes de banques et de négociants

Plus en détail

Ordonnance du 27 juin 1995 sur l assurance-maladie (OAMal)

Ordonnance du 27 juin 1995 sur l assurance-maladie (OAMal) Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Assurance maladie et accidents Ordonnance du 27 juin 1995 sur l assurance-maladie (OAMal) Modifications

Plus en détail

Gestion comptable et financière

Gestion comptable et financière 4 5 Gestion comptable et financière Gérez efficacement votre activité comptable et financière Solution modulaire, vous propose une gestion de la comptabilité, des moyens de paiement, de la trésorerie,

Plus en détail

N 78 État de Genève : audit de gestion relatif à la gestion du parc des véhicules (MOVE) rapport publié le 8 mai 2014

N 78 État de Genève : audit de gestion relatif à la gestion du parc des véhicules (MOVE) rapport publié le 8 mai 2014 N 78 État de Genève : audit de gestion relatif à la gestion du parc des véhicules (MOVE) rapport publié le 8 mai 014 Le rapport contient 14 recommandations toutes acceptées par l audité. Au 30 juin 015,

Plus en détail

Convergence réglementaire dans le Partenariat transatlantique

Convergence réglementaire dans le Partenariat transatlantique Convergence réglementaire dans le Partenariat transatlantique Etat des négociations 2013 : détermination du champ des discussions et identification des difficultés. La convergence réglementaire concentrerait

Plus en détail

MARCHÉ DE L ÉLECTRI- CITÉ : CONCURRENCE ET DÉSENCHEVÊTREMENT DU «SWISS GRID»

MARCHÉ DE L ÉLECTRI- CITÉ : CONCURRENCE ET DÉSENCHEVÊTREMENT DU «SWISS GRID» MARCHÉ DE L ÉLECTRI- CITÉ : CONCURRENCE ET DÉSENCHEVÊTREMENT DU «SWISS GRID» La Suisse est-elle prête pour la concurrence et pour l Europe? Urs Meister, Avenir Suisse Document de discussion Ce document

Plus en détail

Forum 4: rapport Quand des prestations résidentielles ou ambulatoires sont-elles indiquées et quelle est leur accessibilité?

Forum 4: rapport Quand des prestations résidentielles ou ambulatoires sont-elles indiquées et quelle est leur accessibilité? Direction de la justice, des affaires communales et des affaires ecclésiastiques du canton de Berne Office des mineurs Justiz-, Gemeinde- und Kirchendirektion des Kantons Bern Kantonales Jugendamt Gerechtigkeitsgasse

Plus en détail

Avis de droit du 28 mars 2008. relatif à la transmission des données des patients aux assureurs maladie. à l attention de H+ Les Hôpitaux de Suisse

Avis de droit du 28 mars 2008. relatif à la transmission des données des patients aux assureurs maladie. à l attention de H+ Les Hôpitaux de Suisse MIOTTI_HUMBEL_KERSTEN_LANG Avocats 5201 Broug, case postale 460 Avis de droit du 28 mars 2008 relatif à la transmission des données des patients aux assureurs maladie à l attention de H+ Les Hôpitaux de

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2011-2012 PROPOSITION DE DÉCRET. visant au regroupement des Gestionnaires des réseaux de distribution d électricité et de gaz

PARLEMENT WALLON SESSION 2011-2012 PROPOSITION DE DÉCRET. visant au regroupement des Gestionnaires des réseaux de distribution d électricité et de gaz 617 (2011-2012) N 1 617 (2011-2012) N 1 PARLEMENT WALLON SESSION 2011-2012 5 juin 2012 PROPOSITION DE DÉCRET visant au regroupement des Gestionnaires des réseaux de distribution d électricité et de gaz

Plus en détail