Hubert de Vauplane avocat associé. Contrôle interne: les apports de la jurisprudence. Sommaire. Jurisprudence AMF.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Hubert de Vauplane avocat associé. Contrôle interne: les apports de la jurisprudence. Sommaire. Jurisprudence AMF."

Transcription

1 Hubert de Vauplane avocat associé Contrôle interne: les apports de la jurisprudence des commissions de sanction ACP/AMF Sommaire Jurisprudence ACP

2 Indépendance La fonction de contrôle des risques doit être exercée de façon indépendante des activités risquées Condamnation de la SGP lors de la crise de liquidité des OPCVM pour manque d indépendance de la fonction de gestion des risques: Le département des risques, en intervenant dans le processus décisionnel de gestion et de valorisation des actifs illiquides, s est éloigné de son rôle essentiel de contrôle. Il s est donc révélé être une force de proposition et de coordination opérationnelle et ne pouvait plus exercer la mission qui lui était dévolue, de sorte que le premier échelon de contrôle n a pas pu fonctionner Sanction AMF, 7 octobre 2011, Société Générale Asset Management: 1 M Externalisation La SGP doit en permanence disposer de moyens, d une organisation et de procédures de contrôle Condamnation de la mise en cause qui avait entièrement dévolu à un cabinet externe les vérifications liées au contrôle interne Le cabinet n effectuait que quelques revues par an N assurait pas un contrôle suffisamment exhaustif et régulier de l activité de gestion Sanction AMF, 23 oct. 2008, St Européenne de Gestion privée: avertissement

3 Permanence des moyens matériels, financiers et humains - Externalisation La SGP doit utiliser en permanence des moyens, notamment matériels, financiers et humains adaptés et suffisants L externalisation de tâches ou fonctions opérationnelles essentielles ou importantes ne doit pas être faite de manière qui nuise sensiblement à la qualité du contrôle interne Condamnation de la mise en cause pour insuffisance de moyens humains car: Absence de convention instituant de manière permanente l externalisation du contrôle interne Intervention du consultant extérieur limité à 2 demi-journées par an Sanction AMF, 17 juin 2010, St CMI France & autres: pour 2 pers. phy. Carence dans l organisation et manque de moyens Les opérations contraires à l intérêt des porteurs (taux de rotation anormalement rapide du portefeuille et dépassements répétés du ratio de division des risques) sont révélatrice de l insuffisance du contrôle interne Condamnation de la société car elle ne disposait pas de l organisation, des moyens et des procédures de contrôle en adéquation avec les activités exercées Sanction AMF, 13 mars 2008, St JP Klein Investissement & M. Porte: blâme

4 Permanence du dispositif L absence de vérification des ratios d engagement et l absence de suivi des positions caractérisent à elles seules une insuffisance du contrôle interne et déontologique Aucun contrôle systématique du respect des ratios Déontologue qui n était qu exceptionnellement présent dans les locaux Les moyens doivent exister en permanence et le déontologue est soumis à ce principe de permanence Sanction AMF, 15 mai 2008, St Agilis Gestion: Permanence du dispositif Condamnation pour contrôle interne défaillant Comptes-rendus de gestion erronés envoyés aux clients ne reflétant pas correctement les risques encourus Contrôle insuffisant des mouvements entre les portefeuilles gérés et les comptes des gestionnaires Cependant, le grief tiré de ce que la SGP n aurait pas disposé de moyens et de l organisation interne adaptée à ses activités n est pas retenu: Le manquement n est pas caractérisé, dès lors qu il n est pas démontré que les défaillances du contrôle interne aient été la conséquence d une insuffisance de moyens ou d une organisation inadéquate Sanction AMF, 7 oct. 2010, St X, M. A et B: & 5000 pour M. B & A

5 Insuffisance de moyens matériels et humains Permanence du dispositif Valorisation Indépendance vis-à-vis de l émetteur Une SGP doit utiliser en permanence des moyens matériels, financiers et humains adaptés et suffisants Elle doit être en mesure d effectuer sa propre valorisation des instruments financiers de son portefeuille La réglementation n impose toutefois aucun dispositif spécifique de valorisation Condamnation de la société: Elle ne disposait pas de moyens adaptés et suffisants pour satisfaire à l obligation d effectuer sa propre valorisation Carence dans la mise en place d un dispositif de contre-valorisation (tests de son dispositif et modalités de validation de ses modèles) Les données alimentant les calculs de valorisation provenaient de l émetteur, d où une dépendance à son égard Sanction AMF, 7 avril 2011, Société X: Insuffisance de moyens humains et matériels Valorisation - Indépendance vis-à-vis de l émetteur Une SGP doit utiliser en permanence des moyens, notamment matériels, financiers et humains adaptés et suffisant Elle doit pouvoir mesurer à tout moment les risques associés aux positions prises dans le cadre de la gestion des portefeuilles de l OPCVM ou du mandant et la contribution de ces positions au profil de risque général de ces portefeuilles Il est fait grief à SGP de n avoir pas mesuré ces risques, ayant été dans l incapacité de valoriser par ses propres moyens les EMTN émis par Landsbanki Island HF, dont elle a maintenu la valorisation à 100% dans ses comptes-rendus de gestion semestriels, y compris au moment où l'émetteur a fait défaut Elle n était pas dotée du dispositif qui lui aurait permis de procéder elle-même à la valorisation des instruments non cotés entrant dans la composition des portefeuilles gérés, tels que les titres d un EMTN Bien qu il n entrait pas dans la mission de la SGP de procéder à la valorisation des EMTN (elle n était pas agréée pour traiter ce type de titres), le fait de ne pas avoir disposé des moyens humains et matériels d évaluation et d expertise indispensables au suivi d un tel investissement et de s en être remise aux évaluations de l arrangeur, sans exercer le moindre contrôle, constitue une circonstance aggravante du grief relatif à la violation de son programme d activité Sanction AMF, 3 mai 2012, Société GSD Gestion, Mm. Jacques Gautier et Thierry Gautier: blâme

6 Carence de la fonction de la conformité Contexte de crise de liquidité des OPCVM. Condamnation de la mise en cause: La réunion, sous une même responsabilité, des risques et de la conformité, bien qu autorisée, a cependant nuit aux fonctions de contrôle La branche conformité ne disposait pas des moyens humains et des outils informatiques indispensables à sa mission (3 personnes seulement dédiées à la fonction de conformité) La fonction conformité a été totalement mise à l écart et n a pu exercer son contrôle sur les mesures de gestion de crise ni remplir son rôle de contre-pouvoir La SGAM ne disposait pas d outils d alerte de dépassement des ratios et n apporte pas la preuve de l existence d un suivi de ces dépassements Sanction AMF, 7 octobre 2011, Société Générale Asset Management précitée: 1 M Carence du contrôle des risques Une SGP doit pouvoir mesurer à tout moment les risques associés à ses positions Condamnation de la société: Elle n a pas informé immédiatement l AMF de la démission de son contrôleur des risques Constatation d une carence totale du contrôle des risques d autant plus grave que la gestion alternative pratiquée par SGP exigeait une surveillance accrue Sanction AMF, 2 octobre 2008, St Fininfor et Associés Multigestion: Blâme

7 Carence du contrôle des risques La structure du contrôle des risques de la mise en cause était organisée autour du comité «risques et compliance» et du directeur des risques et des contrôles permanents, structures affectées à l ensemble du groupe Le fonds concerné était affecté par une combinaison de facteurs de risques importants ce qui imposait un contrôle renforcé Le grief tiré de l insuffisance du contrôle des risques est néanmoins écarté: Les diligences qu appelait cette situation ont été mises en œuvre en sus du reporting mensuel, de la communication sur le site internet du fonds des performances hebdomadaires et mensuelles 4 visites et 6 réunions téléphoniques ont été spécialement organisées selon une périodicité mensuelle Il en résulte que la SGP avait ainsi une connaissance précise de la situation Sanction AMF, 8 avril 2010, Crédit Agricole Asset Management Alternative Investments: avertissement Carence des fonctions risques et conformité (1) Il était reproché à la SGP un défaut d organisation des fonctions risques et conformité illustré par de nombreux dépassements des ratios réglementaires applicables aux OPCVM, par l incapacité à gérer, contrôler et régulariser ces ratios Condamnation de la mise en cause: Nombre très élevé de dépassement des ratios dans des proportions importantes Le contrôle des ratios s effectuait seulement à partir d outils mis à disposition par le valorisateur des OPCVM, d où un manque d indépendance et de fiabilité Ce contrôle a été quasi inexistant sur plus d un an

8 Carence des fonctions risques et conformité (2) Il était en outre reproché à la SGP d avoir voulu régulariser certains dépassements de ratios avec des Total Return Swaps (TRS) Condamnation de la mise en cause: Ces opérations, qui avaient pour effet de régulariser en apparence les dépassements de ratios de certains fonds, ne diminuaient en rien les risques auxquels étaient exposés les porteurs de parts La mise en place de TRS visait à contourner le respect de la réglementation en occultant les dépassements Sanction AMF, 7 octobre 2011, Société Générale Asset Management Alternative Investments: 1.5 M Insuffisance du dispositif de conformité et défaillance du contrôle des risques en matière de pratiques commerciales Il était reproché à l entreprise d investissement d avoir souscrit des parts d un fonds non autorisé à la commercialisation en France dans le cadre d un mandat de gestion individuel qui n autorisait pas d opérations sur ce type d instrument financier Il lui était également reproché d avoir autorisé ses préposés à investir par le biais de mandats de gestion dans des actions d une SICAV luxembourgeoise non coordonnée alors que les souscriptions à un tel fonds étaient exclues par les mandats qui lui avaient été confiés et que les lettres de décharges remises aux contrôleurs pour justifier de ces investissements émanaient de clients hors mandat et ne pouvaient se substituer à l accord exprès et spécial des mandants. Condamnation de la mise en cause: Elle ne s était pas dotée d un dispositif de contrôle et de conformité suffisamment efficace pour détecter et prévenir les pratiques de commercialisation active de fonds non autorisés à la commercialisation en France alors que la fonction de contrôle interne doit établir et maintenir opérationnelle une fonction de conformité efficace exercée de manière indépendante Le dispositif de conformité et de contrôle des risques de l entreprise d investissement s est avéré insuffisant pour détecter et prévenir une transgression de ses obligations professionnelles, notamment celle de respecter l interdiction de toute commercialisation active en France d un fonds étranger non coordonné Sanction AMF, 21 septembre 2012, M. B. et Société X venant aux droits de la société Y: à l égard de la Société X à l égard de M. B

9 Accords de composition administrative (ACA) ACA du 6 juillet 2012, Société Sunny Asset Management Grief tiré de ce que, compte tenu de moyens techniques et humains inadaptés, la Société avait été incapable de gérer les risques liés à la gestion financière d instruments financiers en dehors du champ de son programme d activité Engagement de la Société à payer ACA du 10 juillet 2012, Société Carmignac Gestion La société n avait pas mis en œuvre un contrôle des risques adapté à son activité. En particulier elle n employait qu un seul contrôleur des risques, alors que son programme d activité en annonçait deux, et elle n avait pas averti l AMF de la modification du rattachement hiérarchique de ce dernier. De plus, en appréciant les risques en recourant à la méthode linéaire et non à la méthode de la Value at Risk (VaR), comme elle l avait indiqué à l AMF, la Société n avait pas mis en œuvre une procédure permettant d identifier de manière adaptée et suffisante tous les risques liés aux stratégies de gestion mises en œuvre, compte tenu notamment du recours à certains instruments financiers à terme complexes. Elle n avait pas procédé à un suivi et une analyse des risques de liquidité suffisants Engagement de la Société à payer ACA du 21 mai 2012, Société Assya Asset Management Instabilité et sous-dimensionnement du dispositif de conformité de la Société: la fonction de la conformité et du contrôle interne («RCCI») a été assurée de manière discontinue depuis octobre 2008, année de création de la société et jusqu en 2010, puisque les personnes en charge de cette fonction, l ont exercée soit sans autorisation à titre temporaire, soit sans être titulaires de la carte professionnelle prévue à l article du règlement général de l AMF, soit les deux Absence de continuité et d efficacité dans l exercice de la fonction RCCI Engagement de la Société à payer ACA du 14 mars 2012, Société Alis Capital Management Défaut de permanence de moyens humains à l origine d une absence partielle ou totale de gestion effective d un fonds Engagement de la Société à payer Jurisprudence ACP Décision de la commission des sanctions n du 10 janvier 2011, Caisse de Crédit municipal de Toulon Organisation des fonctions de contrôle permanent et de contrôle périodique Les entreprises assujetties au règlement n du 21 février 1997 du CRBF doivent mettre en place un contrôle permanent assuré par certains agents exclusivement dédiés à cette fonction et d autres exerçant des activités opérationnelles, et un contrôle périodique exercé par encore d autres agents. Les unités en charge du contrôle périodique doivent exercer leurs missions de manière indépendante à l égard de l ensemble des entités et services qu elles contrôlent Le dispositif de contrôle interne de la caisse de crédit municipal était avant tout formel, son organisation manquait de clarté et se caractérisait par une confusion entre les différents niveaux et dans la répartition des contrôles entre les agents concernés L intervention du responsable du contrôle interne se limitait à des contrôles récurrents de premier degré dans les services opérationnels, suppléant dans certains cas l absence de contrôles permanents de premier degré Si l agent comptable était en principe responsable du contrôle périodique, il effectuait des contrôles permanents, responsabilité en principe confiée au contrôleur interne Séparation des fonctions d engagement et de validation Le règlement n impose une stricte indépendance entre les unités chargées de l engagement des opérations et les unités chargées de leur validation Il arrivait de manière récurrente que les agents comptables subordonnés soient amenés à remplacer les chefs d agence et procèdent à la validation des opérations Les moyens alloués au contrôle interne Le règlement n prescrit à tout établissement de s assurer que le nombre et la qualification des personnes en charge du contrôle permanent et du contrôle périodique ainsi que les moyens mis à leur disposition sont adaptés à ses activités, à sa taille et à ses implantations Il est relevé par l ACP une faiblesse des moyens consacrés au contrôle interne, tant en nombre qu en qualification Blâme et sanction pécuniaire de

10 Jurisprudence ACP Décision de la commission des sanctions n du 26 mai 2011, établissement de crédit A (1/2) Séparation des fonctions d engagement et de validation Le règlement n impose une stricte indépendance entre les unités chargées de l engagement des opérations et les unités chargées de leur validation Malgré la dimension réduite de l activité titres, largement sous-traitée à un prestataire externe, le fait que le back-office ne soit mis à même d exercer aucun contrôle sur l activité titres avant l exécution des ordres n est pas conforme au principe réglementaire de séparation entre l engagement et la validation des opérations, qui s applique même au cas d appel à un prestataire externe La responsable de l activité titres disposait dans l applicatif comptable d un profil d habilitation étendu, l autorisant notamment à opérer des transferts de titres ou à modifier directement les données résultant de l interfaçage des relevés d exécution de A Même si l intéressée n a fait usage de cette habilitation qu à 4 reprises entre 2003 et 2009 pour corriger des erreurs matérielles du teneur de compte, il reste que l existence même de cette habilitation, qui lui aurait permis théoriquement d intervenir sans contrôle dans la comptabilité, méconnaissait à la lettre les dispositions du règlement n L organisation et les moyens des fonctions de contrôle permanent et de contrôle périodique Selon le règlement n 97-02, le contrôle permanent de la conformité, de la sécurité et de la validation des opérations réalisées et du respect des diligences liées à la surveillance des risques doit être assuré, avec un ensemble de moyens adéquats, d une part par des agents exclusivement dédiés à cette fonction et, d autre part, par d autres agents exerçant des activités opérationnelles Tout établissement doit s assurer que le nombre et la qualification des personnes en charge du contrôle permanent et du contrôle périodique, ainsi que les moyens mis à leur disposition, sont adaptés aux activités, à la taille et aux implantations de l entreprise Il est relevé par l ACP que les fonctions de responsable du contrôle permanent et de l audit (contrôle périodique) étaient assurée par le contrôleur interne, directement rattaché à la direction générale. En l absence d une personne chargée exclusivement du contrôle permanent du groupe employant 271 personnes, cette fonction était assurée par les responsables hiérarchiques, voire épisodiquement par le contrôleur interne Jurisprudence ACP Décision de la commission des sanctions n du 26 mai 2011, établissement de crédit A (2/2) L élaboration et la mise à jour de manuels de procédures Les entreprises assujetties au règlement n doivent élaborer et tenir à jour des manuels de procédure décrivant notamment les modalités d enregistrement, de traitement et de restitution des informations, les schémas comptables et les procédures d engagement des opérations L établissement n avait pas mis à jour son instruction d avril 2005 relative à l enregistrement des conversations téléphoniques, n avait pas établi de manuel de procédures comptables et avait présenté des schémas comptables incomplets Avertissement

11 Jurisprudence ACP Décision de la Commission des sanctions n du 16 décembre 2011, établissement de crédit A (1/2) Contrôles de second niveau Les entreprises assujetties au règlement n du 21 février 1997 du CRBF doivent disposer d agents réalisant les contrôles conformément aux dispositions ci-après: le contrôle permanent de la conformité, de la sécurité et de la validation des opérations réalisées est assuré, avec un ensemble de moyens adéquats, par, d une part, certains agents, au niveau des services centraux et locaux, exclusivement dédiés à cette fonction, et d autre part, par d autres agents exerçant des activités opérationnelles Le contrôle a relevé que les résultats économiques quotidiens des opérations de marché n étaient calculées que par le seul front office, ensuite qu aucune procédure formalisée ne décrivait les modalités du contrôle de ces résultats quotidiens et qu aucune entité indépendante ne s assurait de leur fiabilité à l issue du processus de récupération des données de marché, et enfin qu aucun contrôle de second niveau n était réalisé sur les calculs effectués par le service en charge du suivi de marché («middle office») au sein de l établissement A pour déterminer tant le résultat économique mensuel des activités de marché que le montant de l exigence réglementaire en fonds propres impliquée par ces activités Moyens affectés au contrôle permanent Aux termes du premier alinéa de l article 9 du règlement n «les entreprises assujetties s assurent que le nombre et la qualification des personnes mentionnées à l article 6, ainsi que les moyens mis à leur disposition, en particulier les outils de suivi et les méthodes d analyse de risques, sont adaptés aux activités, à la taille et aux implantations de l entreprise» En l absence de personnel dédié, le contrôle permanent de premier niveau de la salle des marchés était exclusivement assuré par le responsable de la salle et son adjoint La direction chargée des risques (chargée du contrôle de second niveau de l ensemble des risques financiers) ne disposait pas, avec un petit nombre de collaborateurs seulement en sus du directeur, des ressources suffisantes pour assumer cette charge, en sorte que, par exemple, elle ne contrôlait pas les résultats de la salle, et ne procédait pas à la supervision ou à l analyse contradictoire des travaux du middle office (notamment politique de réfactions, récupération des paramètres de marché). L insuffisance de ses moyens affaiblissait l autorité dont elle devrait disposer vis-à-vis du front office (relevant de la direction des marchés) et du middle office (rattaché à la direction financière) Jurisprudence ACP Décision de la Commission des sanctions n du 16 décembre 2011, établissement de crédit A (2/2) Moyens dédiés au contrôle périodique Aux termes du b) de l article 6 du règlement n 97-02, «le contrôle périodique de la conformité des opérations, du niveau de risque effectivement encouru, du respect des procédures, de l efficacité et du caractère approprié des dispositifs mentionnés au a) est assuré au moyen d enquêtes par des agents au niveau central et, le cas échéant, local, autres que ceux mentionnés au point a) ci-dessus». Aux termes du second alinéa de l article 9 du même règlement «les moyens affectés au contrôle périodique au titre des dispositifs mentionnés au b) de l article 6 doivent être suffisants pour mener un cycle complet d investigations de l ensemble des activités sur un nombre d exercices aussi limité que possible : un programme des missions de contrôle doit être établi au moins une fois par an en intégrant les objectifs annuels de l organe exécutif et de l organe délibérant en matière de contrôle» Les moyens de l inspection générale de l établissement A étaient insuffisants compte tenu de l importance des activités de marché : elle ne disposait que d une seule personne affectée au contrôle des opérations de marché, ce qui ne permettrait pas d assurer l ensemble des audits programmés. Après l appel à d autres fonctions en juin 2007 de l auditeur confirmé dans le domaine des activités de marché, l auditeur qui participait à ses côtés aux missions relatives à ces activités était resté seul et sans renforts supplémentaires jusqu en juillet 2009, tout en assurant d autres tâches. En outre, la présence d un petit nombre de personnes désormais affectées au contrôle périodique restait insuffisant compte tenu du périmètre à couvrir L analyse et la mesure du risque de contrepartie Selon l article 17 du règlement n 97-02, les assujettis «mettent en place des systèmes d analyse et de mesure des risques en les adaptant à la nature et au volume de leurs opérations afin d appréhender les risques de différentes natures auxquels ces opérations les exposent, et notamment les risques de crédit, de marché, de taux d intérêt global, d intermédiation, de règlement et de liquidité» La nature complexe d une opération de marché, si réduit qu en soit le volume, exclut que le risque qui y est attaché, notamment celui de contrepartie, ne soit pas complètement appréhendé En s abstenant, eu égard à la complexité des produits concernés, de calculer lui-même son risque de contrepartie (s en remettant alors à la valorisation du produit déterminée par sa contrepartie) l établissement A a méconnu les dispositions précitées de l article 17, qui ne distinguent pas selon qu une banque a ou non la qualité de teneur de marché ou choisit de manière prudente ses contreparties Avertissement et sanction pécuniaire de

12 Jurisprudence ACP Décision de la Commission des sanctions n du 29 juin 2012, Banque Populaire des Alpes (BPA) Le dispositif de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme (LCB-FT) Le a) de l article 6 du règlement n du 21 février 1997 modifié dispose que le contrôle permanent de la conformité, de la sécurité et de la validation des opérations réalisées et du respect des diligences liées à la surveillance des risques doit être assuré, avec un ensemble de moyens adéquats, d une part par des agents exclusivement dédiés à cette fonction, et d autre part, par d autres agents exerçant des activités opérationnelles. Le point 9 de l article 11-7 de ce règlement impose aux établissements assujettis d exercer un contrôle permanent du dispositif de LCB-FT, lequel fait partie du dispositif de contrôle de la conformité. Selon l alinéa 2 du 9 de cet article, il incombe au responsable du contrôle de la conformité de veiller au caractère adapté de ce dispositif et notamment au respect des obligations prévues aux articles L , L et R du COMOFI. Selon l article 9.1 du règlement n modifié : «Les entreprises assujetties définissent des procédures qui permettent : a) De vérifier l exécution dans des délais raisonnables des mesures correctrices qui ont été décidées par les personnes compétentes dans le cadre du dispositif de contrôle interne ; b) Au responsable du contrôle périodique d informer directement et de sa propre initiative le comité d audit de l absence d exécution des mesures correctrices décidées» La mise en œuvre du contrôle permanent de premier niveau par les directeurs d agence Insuffisance du contrôle permanent de premier niveau sur le traitement des alertes par les conseillers clientèle Contrôle insuffisant des ouvertures de comptes par les directeurs d agence: ils n exerçaient aucun contrôle sur la manière dont leurs collaborateurs vérifiaient la validité des pièces recueillies lors de l identification des nouveaux clients Les contrôles de second niveau exercés par la Cellule de sécurité financière (CSF) et le contrôle hiérarchique des activités du CSF Absence de contrôle par la CSF du traitement des alertes en matière de gel des avoirs Le contrôle hiérarchique des activités de la CSF, chargée de piloter le dispositif de LCB-FT, n était pas en place au moment de l inspection. L obligation de soumettre un service de contrôle de second niveau au contrôle permanent de sa propre hiérarchie résulte du simple bon sens et s impose donc alors même que les textes ne la prévoient pas Blâme et sanction pécuniaire de

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON RAPPORT DU PRESIDENT A L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DU 1er JUIN 2004 SUR

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

Charte de contrôle interne

Charte de contrôle interne Dernière mise à jour : 05 mai 2014 Charte de contrôle interne 1. Organisation générale de la fonction de contrôle interne et conformité 1.1. Organisation Le Directeur Général de la Société, Monsieur Sébastien

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

DECISION DE LA COMMISSION DES SANCTIONS A L EGARD DE LA SOCIETE DE GESTION DE PORTEFEUILLE SOCIETE GENERALE ASSET MANAGEMENT (SGAM)

DECISION DE LA COMMISSION DES SANCTIONS A L EGARD DE LA SOCIETE DE GESTION DE PORTEFEUILLE SOCIETE GENERALE ASSET MANAGEMENT (SGAM) La Commission des sanctions DECISION DE LA COMMISSION DES SANCTIONS A L EGARD DE LA SOCIETE DE GESTION DE PORTEFEUILLE SOCIETE GENERALE ASSET MANAGEMENT (SGAM) La Commission des sanctions de l Autorité

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

Politique de gestion et d encadrement des conflits d intérêts

Politique de gestion et d encadrement des conflits d intérêts Politique de gestion et d encadrement des conflits d intérêts Références Règlementaires Article 19 de la directive 2004/39/CE du 21 avril 2004 concernant les marchés d instruments financiers (Directive

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS Actualisation effectuée le 1 er janvier 2014 Le présent document a pour but d informer les mandants et les porteurs de Financière de l Echiquier de sa politique

Plus en détail

Assurance. Le contrôle interne. des établissements de crédit et des entreprises d investissement

Assurance. Le contrôle interne. des établissements de crédit et des entreprises d investissement Assurance Le contrôle interne des établissements de crédit et des entreprises d investissement Sommaire Les enjeux du contrôle interne 5 Le rôle prépondérant de la Direction Générale et du Conseil d Administration

Plus en détail

Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM

Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM 8 janvier 2014 Agrément SGP : Etat des lieux et perspectives de mise en œuvre La préparation de la mise en œuvre Les efforts de pédagogie Le Guide «Acteurs»

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

Politique de prévention et de gestion des conflits d intérêts. Montmartre Asset Management

Politique de prévention et de gestion des conflits d intérêts. Montmartre Asset Management Politique de prévention et de gestion des conflits d intérêts Montmartre Asset Management Préambule 1. Politique de gestion des conflits 1.1. Identification des situations potentielles de conflits d intérêts

Plus en détail

ADMINISTRATION CENTRALE, GOUVERNANCE INTERNE, GESTION DES RISQUES

ADMINISTRATION CENTRALE, GOUVERNANCE INTERNE, GESTION DES RISQUES ADMINISTRATION CENTRALE, GOUVERNANCE INTERNE, GESTION DES RISQUES Circulaire CSSF 12/552 21 février 2013 Introduction (1) Développements récents au niveau international Problèmes de gouvernance interne

Plus en détail

ZARIFI ZARIFI GESTION. Politique de Gestion des Conflits d intérêts. Société de Gestion de Portefeuille. Entreprise d Investissement

ZARIFI ZARIFI GESTION. Politique de Gestion des Conflits d intérêts. Société de Gestion de Portefeuille. Entreprise d Investissement ZARIFI Entreprise d Investissement ZARIFI GESTION Société de Gestion de Portefeuille Politique de Gestion des Conflits d intérêts Préambule Zarifi Entreprise d'investissement est une entreprise d investissement

Plus en détail

AUTORITÉ DE CONTROLE PRUDENTIEL COMMISSION DES SANCTIONS

AUTORITÉ DE CONTROLE PRUDENTIEL COMMISSION DES SANCTIONS Établissement de crédit A Procédure n 2011-02 ----- Avertissement et sanction pécuniaire de 500 000 euros ----- Audience du 28 septembre 2012 Rendue le 24 octobre 2012 AUTORITÉ DE CONTROLE PRUDENTIEL COMMISSION

Plus en détail

Convictions AM Procédure relative à la Sélection et à l Evaluation des intermédiaires et contreparties

Convictions AM Procédure relative à la Sélection et à l Evaluation des intermédiaires et contreparties Procédure relative à la Sélection et à l Evaluation des intermédiaires et contreparties Création: 16/07/08 - MAJ: 25/03/10 P a g e 1 I. RAPPEL DE LA REGLEMENTATION La meilleure sélection des brokers est

Plus en détail

Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs au recours à la tierce introduction pour le secteur des assurances

Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs au recours à la tierce introduction pour le secteur des assurances Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs au recours à la tierce introduction pour le secteur des assurances Décembre 2011 Les principes d application sectoriels,

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations

Recommandation sur le traitement des réclamations Recommandation sur le traitement des réclamations 1. Contexte 2015-R-03 du 26 février 2015 L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font

Plus en détail

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle Alger, le 08 février 2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs Généraux ; - Présidents des Directoires ; - Directeur Général

Plus en détail

Politique d exécution des ordres

Politique d exécution des ordres Politique d exécution des ordres 01/07/2015 Document public La Banque Postale Asset Management 02/07/2015 Sommaire 1. Informations générales définitions obligations 3 1.1. Contexte 3 1.2. Rappel des textes

Plus en détail

TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. - INFORMATIONS RÉGLEMENTAIRES LA SOCIÉTÉ TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. FORME JURIDIQUE

TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. - INFORMATIONS RÉGLEMENTAIRES LA SOCIÉTÉ TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. FORME JURIDIQUE TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. - INFORMATIONS LA SOCIÉTÉ TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. RÉGLEMENTAIRES FORME JURIDIQUE TreeTop Asset Management S.A. (ci-après «TREETOP» ou la «Société») est une société anonyme

Plus en détail

EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012. Orientations. sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés

EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012. Orientations. sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012 Orientations sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés Orientations de l ABE sur l évaluation de l aptitude des

Plus en détail

Emetteurs : Le RCCI et le Directeur de la gestion Date : 26 février 2013. : Comité de Direction Service Contrôle et Suivi de Gestion

Emetteurs : Le RCCI et le Directeur de la gestion Date : 26 février 2013. : Comité de Direction Service Contrôle et Suivi de Gestion PROCEDURE Emetteurs : Le RCCI et le Directeur de la gestion Date : 26 février 2013 Destinataires Copies : Gérants : Comité de Direction Service Contrôle et Suivi de Gestion POLITIQUE DE SELECTION DES INTERMEDIAIRES

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2006-23 Questions-réponses relatives au régime applicable aux conseillers en investissements financiers

Position recommandation AMF n 2006-23 Questions-réponses relatives au régime applicable aux conseillers en investissements financiers Position recommandation AMF n 2006-23 Questions-réponses relatives au régime applicable aux conseillers en investissements financiers Textes de référence : article L. 541-1 du code monétaire et financier

Plus en détail

Charte de Qualité sur l assurance vie

Charte de Qualité sur l assurance vie Charte de Qualité sur l assurance vie PRÉAMBULE La présente Charte de Qualité sur l assurance vie s'inspire largement de la Charte de Qualité ICMA Private Wealth Management, qui présente les principes

Plus en détail

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage?

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? Car c est une impression d orage à venir que laisse la première

Plus en détail

POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS *****

POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS ***** POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS Références Règlementaires : Code Monétaire et Financier article L 533-10 Règlement Général de l AMF Livre III articles 313-18 à 313-24 *****

Plus en détail

Devoir de conseil et responsabilité professionnelle

Devoir de conseil et responsabilité professionnelle ATELIER n 2 Devoir de conseil et responsabilité professionnelle Vincent Patrimonio, GRAS SAVOYE Professions «Les conseilleurs ne sont pas les payeurs». Est-ce vrai? A quels risques s exposent les professionnels

Plus en détail

CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Sur recommandation du Comité Monétaire institué par la Convention de Coopération du 22 novembre 1972, Le Gouvernement de la République

Plus en détail

Les attentes des autorités à l obligation d agir de manière honnête, loyale et professionnelle

Les attentes des autorités à l obligation d agir de manière honnête, loyale et professionnelle Les attentes des autorités à l obligation d agir de manière honnête, loyale et professionnelle vendredi 25 mai 2012 Intervenant : Michel JORNET Directeur Associé JORNET FINANCE CONSULTING Les principes

Plus en détail

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement Le 13 novembre 2013 Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement 2013-P-01 Document de nature explicative La présente

Plus en détail

Procédure PHCG. Procédure A7 : Alerte et gestion des conflits d intérêts

Procédure PHCG. Procédure A7 : Alerte et gestion des conflits d intérêts Procédure PHCG Procédure A7 : Alerte et gestion des conflits d intérêts Auteur : RD Date d édition : 29/07/2011 Date de mise à jour : 21/08/2013 I. Objectif : Déterminer les conflits d intérêt au sein

Plus en détail

TABLE DES MATIERES SECTION 1 CONTROLE INTERNE ET AUDIT INTERNE, POLITIQUE DE PREVENTION ET COMPLIANCE

TABLE DES MATIERES SECTION 1 CONTROLE INTERNE ET AUDIT INTERNE, POLITIQUE DE PREVENTION ET COMPLIANCE PPB-2007-5-CPB-1 TABLE DES MATIERES SECTION 1 CONTROLE INTERNE ET AUDIT INTERNE, POLITIQUE DE PREVENTION ET COMPLIANCE CHAPITRE I LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE CHAPITRE II LA POLITIQUE DE PREVENTION

Plus en détail

Club Asset Management 16 Janvier 2014

Club Asset Management 16 Janvier 2014 Club Asset Management 16 Comment se préparer à un contrôle AMF? Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

ARVIGE RAPPORT DE GESTION. Exercice 2006

ARVIGE RAPPORT DE GESTION. Exercice 2006 ARVIGE RAPPORT DE GESTION Exercice 2006 Le présent rapport a été approuvé par le conseil d administration d ARVIGE qui s est tenu le 24 avril 2007, sur convocation de son Président, Monsieur Yves CHEVILLOTTE.

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS & Code de Déontologie de COVEA FINANCE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS & Code de Déontologie de COVEA FINANCE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS & Code de Déontologie de COVEA FINANCE LIMINAIRES Covéa Finance, sis 8-12 rue Boissy d Anglas 75008 Paris, est une société de gestion de portefeuille, agréée

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS Novembre 2009 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1. Gestion saine

Plus en détail

12 e journée d information

12 e journée d information 12 e journée d information des RCCI et desrcsi Jeudi 22 mars 2012 Palais des Congrès - Paris L actualité législative et réglementaire par les services de l AMF 12 12 e e 18 d information des des RCCI et

Plus en détail

Questionnaire - Gestion pour compte de tiers

Questionnaire - Gestion pour compte de tiers Questionnaire - Gestion pour compte de tiers Ce questionnaire a pour objet de renseigner l Assureur sur le risque à garantir. Les réponses apportées aux questions posées ci-après ainsi que les documents

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers

Politique de sélection des intermédiaires financiers Politique de sélection des intermédiaires financiers - Mise à jour Février 2010 OBJET Ce document a pour objet de déterminer le périmètre et les conditions d application de sélection des intermédiaires.

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 275 28 décembre 2012. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 275 28 décembre 2012. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 4317 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 275 28 décembre 2012 S o m m a i r e Loi du 21 décembre 2012 portant

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction "conformité"

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction conformité BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction "conformité" Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib; vu la loi n 34-03 relative aux établissements de crédit

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS Nom : Politique de gestion des conflits d intérêts Création : 21 février 2008 Mise à jour : 26/ Février 2008 Mise à jour : 21 Octobre 2009 Mise à jour : 22

Plus en détail

POLITIQUE GENERALE DE PRESTATIONS DE SERVICES D INVESTISSEMENTS

POLITIQUE GENERALE DE PRESTATIONS DE SERVICES D INVESTISSEMENTS Janvier 2014 POLITIQUE GENERALE DE PRESTATIONS DE SERVICES D INVESTISSEMENTS Monte Paschi Banque est la filiale française, détenue à 100%, de Banca Monte dei Paschi di Siena (BMPS). Elle est agréée auprès

Plus en détail

Mandat de gestion du portefeuille [Nom du portefeuille Client] CONVENTION DE SERVICES. entre. [Nom du Client] et Indép'AM

Mandat de gestion du portefeuille [Nom du portefeuille Client] CONVENTION DE SERVICES. entre. [Nom du Client] et Indép'AM Mandat de gestion du portefeuille [Nom du portefeuille Client] CONVENTION DE SERVICES entre [Nom du Client] et Indép'AM [Date] Convention de service - Mandat Global entre [Nom du Client] et Indép AM Page

Plus en détail

DECISION DE LA COMMISSION DES SANCTIONS SAISIE DES MANQUEMENTS REPROCHES A LA SOCIETE GENERALE ASSET MANAGEMENT ALTERNATIVE INVESTMENTS (SGAM AI)

DECISION DE LA COMMISSION DES SANCTIONS SAISIE DES MANQUEMENTS REPROCHES A LA SOCIETE GENERALE ASSET MANAGEMENT ALTERNATIVE INVESTMENTS (SGAM AI) La Commission des sanctions DECISION DE LA COMMISSION DES SANCTIONS SAISIE DES MANQUEMENTS REPROCHES A LA SOCIETE GENERALE ASSET MANAGEMENT ALTERNATIVE INVESTMENTS (SGAM AI) La Commission des sanctions

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION Code ISIN : FR0010334037 Dénomination : ATOUT HORIZON DUO Forme juridique : Fonds commun de placement (FCP) de droit français Société de gestion :

Plus en détail

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE AUX MAISONS DE TRANSFERT ET AUX AGENTS DE CHANGE Les présentes lignes directrices résument les principales obligations légales auxquelles sont assujetties les maisons de transfert et les agents de change,

Plus en détail

Rapport d audit interne

Rapport d audit interne Exercice social clos au 31/12/2004 Rapport d audit interne du Président du Conseil d administration de la Compagnie Financière de Deauville en application de l article 117 de la loi n 2003-706 du 1 er

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE 22.05.08 RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE Le Conseil d administration de la Société Générale a pris connaissance du rapport ci-joint du Comité spécial qu il a constitué le 30

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Mars 2015 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto-évaluation

Plus en détail

Introduction. Jean-Philippe Thierry, vice-président de l ACP 27/06/2012. Banque de France - Autorité de Contrôle Prudentiel

Introduction. Jean-Philippe Thierry, vice-président de l ACP 27/06/2012. Banque de France - Autorité de Contrôle Prudentiel Introduction Jean-Philippe Thierry, vice-président de l ACP Banque de France - Autorité de Contrôle Prudentiel Sommaire Conférence animée par Fabrice Pesin, secrétaire général adjoint de l ACP 1. La veille

Plus en détail

REGLEMENT DU CONSEIL DU MARCHE FINANCIER RELATIF AUX SOCIETES DE GESTION. Chapitre I - Procédure relative à l agrément et au programme d activité

REGLEMENT DU CONSEIL DU MARCHE FINANCIER RELATIF AUX SOCIETES DE GESTION. Chapitre I - Procédure relative à l agrément et au programme d activité REGLEMENT DU CONSEIL DU MARCHE FINANCIER RELATIF AUX SOCIETES DE GESTION Chapitre I - Procédure relative à l agrément et au programme d activité Section 1 - Agrément et programme d activité Article 1 Au

Plus en détail

Charte de Qualité sur l assurance vie

Charte de Qualité sur l assurance vie Charte de Qualité sur l assurance vie PRÉAMBULE La présente Charte de Qualité sur l assurance vie s'inspire largement de la Charte de Qualité ICMA Private Wealth Management, qui présente les principes

Plus en détail

Textes de référence : articles 314-44, 314-60 et 314-66 IV du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 314-44, 314-60 et 314-66 IV du règlement général de l AMF Position recommandation AMF n 2007-21 Les obligations professionnelles à l égard des clients non professionnels en matière de gestion de portefeuille pour le compte de tiers Textes de référence : articles

Plus en détail

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF Chapitre I : Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières Section I : Dispositions générales Article 264 : Les dispositions du présent chapitre

Plus en détail

Guide des contrôles périodiques

Guide des contrôles périodiques Guide des contrôles périodiques 2 Guide des contrôles périodiques Le Haut Conseil du commissariat aux comptes a adopté le présent guide des contrôles périodiques le 12 juillet 2012 (décision 2012-02).

Plus en détail

INTRODUCTION. I. Définition. Qu est-ce que le crowdinvesting?

INTRODUCTION. I. Définition. Qu est-ce que le crowdinvesting? INTRODUCTION I. Définition Qu est-ce que le crowdinvesting? Le crowdinvesting 1 (littéralement «investissement par la foule») ou investissement participatif ne fait l objet d aucune définition juridique.

Plus en détail

Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers

Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers Certification professionnelle Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers Professionnels concernés et modalités de vérification Mai 2013 Sommaire

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DU BANQUIER DÉPOSITAIRE DE TITRES

LES OBLIGATIONS DU BANQUIER DÉPOSITAIRE DE TITRES LES OBLIGATIONS DU BANQUIER DÉPOSITAIRE DE TITRES Philippe Bourin Directeur des Affaires Juridiques Crédit Agricole Luxembourg 1 Le cadre juridique - Loi du 1 er août 2001 concernant la circulation de

Plus en détail

GUIDE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF (CROWDFUNDING) A DESTINATION DES PLATES-FORMES ET DES PORTEURS DE PROJET

GUIDE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF (CROWDFUNDING) A DESTINATION DES PLATES-FORMES ET DES PORTEURS DE PROJET GUIDE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF (CROWDFUNDING) A DESTINATION DES PLATESFORMES ET DES PORTEURS DE PROJET Selon les modalités de financement retenues, un opérateur de crowdfunding peut être soumis au respect

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

Risk Control and Business Innovation How to Build a Sustainable Financial Industry?

Risk Control and Business Innovation How to Build a Sustainable Financial Industry? 1 2 nd nd SINO-FRENCH FINANCIAL FORUM Risk Control and Business Innovation How to Build a Sustainable Financial Industry? «Contrôle des risques et innovation produit : Exemple d organisation d un Asset

Plus en détail

Principes de la politique de vote de CM-CIC Asset Management. Respect des droits des actionnaires minoritaires et équité entre les actionnaires

Principes de la politique de vote de CM-CIC Asset Management. Respect des droits des actionnaires minoritaires et équité entre les actionnaires Politique de vote GOUVERNEMENT D ENTREPRISE : EXERCICE DES DROITS DE VOTE Principes de la politique de vote de CM-CIC Asset Management Respect des droits des actionnaires minoritaires et équité entre les

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE DE LA GESTION DES SCPI

CODE DE DEONTOLOGIE DE LA GESTION DES SCPI Juin 2011 CODE DE DEONTOLOGIE DE LA GESTION DES SCPI PREAMBULE Dans un souci de transparence, les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI), visées aux articles L. 214-50 et suivants du Code monétaire

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2010 SUR LA POLITIQUE DE REMUNERATION DE LA SOCIETE EUROLAND FINANCE

RAPPORT ANNUEL 2010 SUR LA POLITIQUE DE REMUNERATION DE LA SOCIETE EUROLAND FINANCE RAPPORT ANNUEL 2010 SUR LA POLITIQUE DE REMUNERATION DE LA SOCIETE EUROLAND FINANCE Préambule Le présent document a été établi en application des articles 43.1 et 43.2 du règlement n 97-02 relatif au contrôle

Plus en détail

1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)?

1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)? 1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)? 2. Afin de fournir un service d investissement à ses clients, Delta Lloyd Bank est tenue de catégoriser ses clients 3. L un des fondements

Plus en détail

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Editorial La spécificité du groupe Caisse des Dépôts, découlant du statut d établissement public particulier de sa maison-mère

Plus en détail

Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs

Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs LA FRANCAISE GLOBAL INVESTMENT SOLUTIONS La Française GIS est une des 3 entités du Groupe La Française et

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l'afrique de l'ouest, Vu le Traité

Plus en détail

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR Le présent document est une information sur la politique de meilleure exécution de Lyxor Asset Management et de Lyxor International Asset Management (ensemble

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES OCDE-OICP SUR L AGRÉMENT DES ORGANISMES DE RETRAITE. Recommandation du Conseil

LIGNES DIRECTRICES OCDE-OICP SUR L AGRÉMENT DES ORGANISMES DE RETRAITE. Recommandation du Conseil DIRECTION DES AFFAIRS FINANCIERES ET DES ENTREPRISES LIGNES DIRECTRICES OCDE-OICP SUR L AGRÉMENT DES ORGANISMES DE RETRAITE Recommandation du Conseil Ces lignes directrices, préparées par le Comité des

Plus en détail

IGEA Patrimoine FCP agréé par l AMF

IGEA Patrimoine FCP agréé par l AMF IGEA Patrimoine FCP agréé par l AMF Présentation La Société de Gestion IGEA Finance La structure L approche originale Société de gestion agréée par l AMF Gestion diversifiée, patrimoniale Clients privés

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

7 ème partie du rapport

7 ème partie du rapport 3 6 ème partie du rapport SOMMAIRE DU TOME II Avertissement : De très nombreuses modifications purement formelles ont été apportées au texte adopté par le Sénat, sans avoir fait l objet d amendements en

Plus en détail

RÉGLEMENT DE DÉONTOLOGIE DES SOCIÉTÉS DE GESTION DE PORTEFEUILLE INTERVENANT DANS LE CAPITAL-INVESTISSEMENT DISPOSITIONS

RÉGLEMENT DE DÉONTOLOGIE DES SOCIÉTÉS DE GESTION DE PORTEFEUILLE INTERVENANT DANS LE CAPITAL-INVESTISSEMENT DISPOSITIONS RÉGLEMENT DE DÉONTOLOGIE DES SOCIÉTÉS DE GESTION DE PORTEFEUILLE INTERVENANT DANS LE CAPITAL-INVESTISSEMENT DISPOSITIONS Le présent règlement, spécifique aux sociétés de gestion de portefeuille intervenant

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE OPCVM conforme aux normes européennes PRESENTATION SUCCINCTE Code ISIN : FR0010736355 Dénomination : LCL SECURITE 100 (MAI 2009) Forme juridique : Fonds Commun

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ; DELIBERATION N 2015-04 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION ET DE SELECTION DES INTERMEDIAIRES

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION ET DE SELECTION DES INTERMEDIAIRES POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION ET DE SELECTION DES INTERMEDIAIRES Conformément à l article L.533-18 du Code monétaire et financier consécutif à la transposition de la Directive MIF, les prestataires

Plus en détail

La France compte quelque 3 000 conseillers en gestion de patrimoine, regroupés

La France compte quelque 3 000 conseillers en gestion de patrimoine, regroupés Chapitre Les professionnels de la gestion de patrimoine Renaud Salomon La France compte quelque 3 000 conseillers en gestion de patrimoine, regroupés en près de 500 établissements, tenus aux trois quarts

Plus en détail

Septembre 2006. Créer. sa société de gestion de portefeuille 0,5 32,5 32,5

Septembre 2006. Créer. sa société de gestion de portefeuille 0,5 32,5 32,5 Créer sa société de gestion de portefeuille Septembre 2006 Les S informer clés pour comprendre sur... 10 0,5 % 32,5 * 32,5 = 10 Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 Pourquoi constituer une société de

Plus en détail

ÉTUDE DROIT BANCAIRE ET FINANCIER

ÉTUDE DROIT BANCAIRE ET FINANCIER ÉTUDE DROIT BANCAIRE ET FINANCIER ÉTUDES ET COMMENTAIRES AFFAIRES 1324 COMMISSAIRE AUX COMPTES Un manquement à la bonne information financière du public relevant du contrôle de l AMF qui revêt une dimension

Plus en détail

Introduction Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l Autorité de contrôle prudentiel

Introduction Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l Autorité de contrôle prudentiel Introduction Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l Autorité de contrôle prudentiel 2 Sommaire 1. Le dispositif préventif LCB-FT : l insertion au sein du dispositif de contrôle interne (Henry de Ganay,

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit.

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Tunis, le 20 mai 2011 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06 Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

Plus en détail

1.1. Composition et conditions de préparation et d organisation du Conseil. Attributions du Conseil de surveillance

1.1. Composition et conditions de préparation et d organisation du Conseil. Attributions du Conseil de surveillance RéSultatS ConSolIDéS Du GRoupe RéSultatS SoCIaux Paris Orléans ET ses actionnaires Autres informations GouVeRneMent D entreprise Rémunération des mandataires sociaux RappoRt Du président Du ConSeIl De

Plus en détail

S informer sur. La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire financier

S informer sur. La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire financier S informer sur La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire financier Octobre 2011 Autorité des marchés financiers La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

société anonyme au capital de 252.000 siège social : 24 avenue de Friedland 75008 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris

société anonyme au capital de 252.000 siège social : 24 avenue de Friedland 75008 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris 1 A U D I K A société anonyme au capital de 252.000 siège social : 24 avenue de Friedland 75008 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris Rapport du président du conseil d administration sur le fonctionnement

Plus en détail

Assurance et capital-investissement Directive AIFM et utilité de l assurance RC Professionnelle

Assurance et capital-investissement Directive AIFM et utilité de l assurance RC Professionnelle Assurance et capital-investissement Directive AIFM et utilité de l assurance RC Professionnelle Cahiers les d'acp ASSURANCE & CAPITAL PARTNERS (ACP) est le Département spécialisé du Groupe SIACI SAINT

Plus en détail

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Rabat, le 25 décembre 2000 CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Aux termes de l'article premier du Dahir portant loi n 1-93-212

Plus en détail

La nouvelle réglementation des titres de créances négociables

La nouvelle réglementation des titres de créances négociables La nouvelle réglementation des titres de créances négociables Laure BÉAL Direction des Marchés de capitaux Service des Intermédiaires et des Instruments des marchés Le marché français des titres de créances

Plus en détail

AUDIKA. société anonyme au capital de 252.000 siège social : 24 avenue de Friedland 75008 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris

AUDIKA. société anonyme au capital de 252.000 siège social : 24 avenue de Friedland 75008 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris 1 AUDIKA société anonyme au capital de 252.000 siège social : 24 avenue de Friedland 75008 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris Rapport du président du conseil d administration sur le fonctionnement

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS de la CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE PROVENCE COTE D'AZUR et du GROUPE «CREDIT AGRICOLE»

Plus en détail

Les obligations du vendeur de produits et services financiers Marseille 16 novembre 2011. Tous droits réservés 2011

Les obligations du vendeur de produits et services financiers Marseille 16 novembre 2011. Tous droits réservés 2011 Les obligations du vendeur de produits et services financiers Marseille 16 novembre 2011 1 Tous droits réservés 2011 Objectif et plan PLAN DE LA PRÉSENTATION Les produits, les services et les instruments

Plus en détail

GUIDE DU RESPONSABLE DU CONTROLE

GUIDE DU RESPONSABLE DU CONTROLE GUIDE DU RESPONSABLE DU CONTROLE Mars 2006 PREAMBULE Quel est l objectif du guide? Le présent guide a pour objet de définir la fonction de responsable du contrôle au sein des sociétés d intermédiation

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Edito A l occasion de la rentrée, le pôle Assurances de Lefèvre Pelletier & Associés vous propose un panorama de l actualité juridique du deuxième trimestre 2008, enrichi de décisions parues au cours de

Plus en détail