About the life of the digital optical disc (projet ODON): to the predictive model of the duration of their use

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "About the life of the digital optical disc (projet ODON): to the predictive model of the duration of their use"

Transcription

1 Optimisation des stratégies de décodage des disques optiques numériques (projet ODON) Application à la caractérisation de leur durée de vie par corrélation des erreurs à l analyse chimique About the life of the digital optical disc (projet ODON): to the predictive model of the duration of their use Olivier Adam 1, Jean-Marc Fontaine 1, François Bertholon 1, Jean-Dominique Polack 1, Steeve Collin 2,3, Sandrine Thérias 2, Pierre-Olivier Bussière 2, Jean-Luc Gardette 2 1. Institut Jean-le-Rond-d Alembert, équipe LAM, UMR 7190 CNRS / Université UPMC, 4 place Jussieu, Paris Cedex Équipe Photochimie, Institut de chimie de Clermont-Ferrand (ICCF), UMR 6296 Université Blaise-Pascal / CNRS / École nationale supérieure de chimie de Clermont-Ferrand, 24 avenue des Landais, BP 80026, Aubière Cedex 3. Laboratoire national de métrologie et d essais (LNE), 29 rue Roger-Hennequin, Trappes Cedex Responsable du projet : Olivier Adam, Projet sélectionné par le PNRCC en 2011 Résumé L utilisation des disques optiques numériques pour le stockage de données se heurte à la longévité de ces supports dont il est difficile d avoir une idée précise sur la durée. Ils sont vendus comme étant la solution d archivage à vie ; plusieurs études récentes ont pourtant montré que la lecture des données enregistrées sur les disques optiques pouvait, au contraire, s avérer problématique après un certain temps. Si l on veut proposer un modèle de vieillissement de ces disques, plusieurs paramètres sont à prendre en compte qui vont de leurs propriétés chimiques aux conditions dans lesquelles ils sont stockés. Il faut également tenir compte des performances des graveurs. Ce projet vise à mettre en évidence le processus d apparition des erreurs, notamment par l effet de la lumière et de l humidité sur les supports. Abstract Digital optical discs are showed as an attractive approach for long term data storage but it is difficult to know a priori information about its life duration. Recent studies showed that these discs could have a very short time for normal use. Many different parameters have to be taken in account to define a fine robust model for the prediction of the time variations of the error rate, especially light and humidity. Performance of the disc burners is important too in this process. The objective of this project is to propose a model to predict the error rate and to anticipate the end of the disc life. Mots clés : archive, disque optique numérique, taux d erreur, vieillissement, durée de vie Keywords: data storage, digital optical disc, error rate, ageing, life duration 126 / Actes du colloque Sciences des matériaux du patrimoine culturel 2 Paris, 20 et 21 novembre 2012

2 Introduction Depuis les années 1980, avec l arrivée du disque compact (CD), les supports dédiés au stockage des données numériques se sont diversifiés, principalement dans le souci d un meilleur rapport entre prix et taille de la mémoire. Même s il s agit d un paramètre important, on peut douter que la durée de vie du support ait été le critère principal pour la commercialisation de tels produits et, à ce jour, leur diffusion ne s accompagne pas d un label spécifique pouvant servir, pour l utilisateur, d indicateur sur la qualité de stockage des informations. Pourtant, la conservation des données numériques se pose, à plusieurs niveaux en fonction de leur importance pour nos sociétés. Ces niveaux vont de l utilisation instantanée à la nécessité d une sauvegarde sur une ou plusieurs décennies, voire au-delà. Ces besoins de conservation dépendent des applications prévues pour ces données : de l usage personnel à la sécurité nationale par exemple. Il faut ajouter à cela l explosion exponentielle des données numériques, du fait de capteurs de plus en plus performants disponibles à des prix de plus en plus accessibles. Ainsi, d un côté, sont développées des techniques générant de plus en plus de données numériques, et de l autre, sont proposées des approches de compression pour pouvoir transférer et stocker ces données. Dans un monde tout numérique qui voit l avènement continu de nouvelles technologies, l intérêt de travaux sur la longévité des données est, dans bien des domaines, vital. L utilisation des disques optiques numériques pour le stockage de données se heurte à la longévité de ces supports, dont il est difficile d avoir une idée précise. S ils sont vendus comme étant la solution d archivage à vie, plusieurs études récentes ont pourtant montré leurs limites, en termes de durée, pour une bonne lecture des données [1, 2, 3]. Si l on veut proposer un modèle de vieillissement de ces disques, plusieurs paramètres sont à prendre en compte, allant de leurs propriétés chimiques aux conditions dans lesquelles ils sont stockés. Il faut également tenir compte des performances des graveurs. Ce projet vise à mettre en évidence le processus d apparition d altérations de l information, traduites par des erreurs, notamment sous l effet de la lumière sur les supports. Il s agit également de mesurer les signaux de sortie des lasers des différentes plateformes pour détecter, notamment, la présence de tâches sur des disques vieillis. L objectif est de reconstituer l image des disques à partir de ces signaux, pour mettre en évidence d éventuelles tâches ou d autres défauts, et cela aussi bien pour les disques vierges que gravés. Ces défauts génèrent une chute de tension de durée proportionnelle à la grosseur de la tâche. Ces observations permettent ainsi de faire un suivi des défauts au cours du temps. Nous nous intéressons également à des méthodes modernes de correction d erreurs, dans le but de reculer la date de péremption de ces disques. Questions et hypothèses scientifiques Peut-on retrouver une donnée numérique sur un support dégradé? La présence d erreurs sur un disque peut avoir des origines diverses (figure 1). Ceci étant dit, avec les archives numériques, pour la première fois, la copie peut être de meilleure qualité que l original. Cela signifie que la présence d erreurs sur un disque n est pas dramatique en soi, tant qu elles sont suffisamment faibles pour qu au cours de l étape de la lecture, il soit possible de reconstituer les données perdues. Par contre, à partir d un certain seuil, qui reste à définir, la donnée sera définitivement irrécupérable. Dans le projet ODON, nous nous intéressons d une part à l évaluation de cette étape de transition entre le moment où une dégradation sur le support permet ou ne permet plus la récupération de la donnée, et d autre part à la proposition d une méthode de détection d erreurs plus moderne que celles actuellement proposées sur les platines de lecture. Figure 1. Présence d erreurs sur un CD. Quel est le processus de dégradation d un tel support numérique? Plusieurs paramètres sont à considérer : le support lui-même ; les modalités de fabrication, qui sont probablement une des clés permettant l explication de leur longévité : matériaux utilisés, qualité de leur mise en œuvre ; la précaution prise pour l inscription des données sur ce support ; la manipulation (régulière ou pas) des supports gravés et leurs conditions de stockage, critères de longévité particulièrement importants ; enfin, les performances des lecteurs. Ces paramètres doivent être intégrés conjointement pour définir un modèle de vieillissement. L objectif d un tel modèle est de prédire l évolution temporelle d un support et, idéalement, d anticiper sa dégradation pour conserver les données qui s y trouvent stockées. Caractérisation des erreurs à partir de l analyse du signal laser La connaissance de la présence d erreurs est cruciale pour caractériser le vieillissement d un disque numérique. Les analyseurs de disque donnent une information globale, intégrant un très grand nombre de trames. Dans notre projet, nous avons voulu nous focaliser au niveau de la trame par Actes du colloque Sciences des matériaux du patrimoine culturel 2 Paris, 20 et 21 novembre 2012 / 127

3 Figure 2. Exemple de pits d un CD pressé. Figure 4. Exemple de synchronisation/désynchronisation sur un CD entre le signal laser et l horloge. Figure 3. Signal issu du laser du CATS pour un CD pressé. Figure 5. Chute de tension due à la présence d une rayure sur un CD. l extraction de chaque bit. L objectif est d avoir une description la plus fine possible de chaque trame posée sur le disque, et d indiquer si elle contient ou pas une ou plusieurs erreurs. La méthode retenue est donc de mesurer le signal sortie du laser des platines de lecture afin de caractériser l accès direct aux données, en se plaçant en amont des étages de correcteurs d erreur intégrés. Plusieurs études ont montré la présence de défauts (dégradations, tâches) rendant difficile voire impossible la lecture des données. Car la lecture est basée sur la réflectivité du support, la performance du laser, l asservissement mécanique de la tête de lecture qui permet de suivre les trames successives. Ceci explique que pour un même disque présentant des erreurs, certains lecteurs arrivent à le lire et d autres non. La gravure se fait sur un substrat réfléchissant des creux de différentes longueurs qu on appelle des pits, entrecoupés par des zones plates appelées les lands (figure 2). La lecture du laser sur un pit crée des interférences avec la réflexion du signal optique sur le substrat. Il y a modulation de l inten sité du laser et c est ce qui rend possible la lecture des données. Le symbole «1» est alors représenté par un changement de zones (passage d un pit à un land ou passage d un land à un pit) qui correspond à une variation du signal du laser, et le «0» est représenté par une non-variation du signal (quand on est sur un pit ou sur un land). Il s agit du format NRZI (Non-Return Zero Inverted). L acquisition de chaque symbole se fait en synchronisation avec une horloge. Le laser commence par lire sur la piste la plus à l intérieur du disque (situé à 24 mm du centre). La distance du laser à la piste est réglée de manière à avoir un focus. Du fait de ce focus, l observation d un changement pit/land ou land/pit nécessite une longueur minimale, qui correspond à la lecture de deux symboles entre deux changements de zones (pit/land et land/pit), impliquant la présence d au moins deux «0» entre deux «1». L acquisition se fait via une carte analogique-numérique à des taux d échantillonnage supérieurs à 20 MHz, pilotée par un ordinateur équipé d un disque SSD de 200 Go. Les CD sont lus via un analyseur CATS ou un lecteur de CD audio de marque Studer (figure 3). Cette méthode permet de visualiser la présence d erreurs, dues par exemple à la désynchronisation avec l horloge (figure 4). L analyse du signal laser permet de reconstituer les bits contenus dans les trames posées sur les disques. Elle permet également de mettre en évidence des erreurs, comme la présence d une rayure (figure 5). Étude des évolutions physico-chimiques des constituants de CD-R Les disques optiques numériques (CD, DVD et Blu-Ray) sont des structures multicouches obtenues par l assemblage de différents matériaux. Un CD enregistrable (CD-R) est, 128 / Actes du colloque Sciences des matériaux du patrimoine culturel 2 Paris, 20 et 21 novembre 2012

4 Vernis de protection Couche réfléchissante Couche enregistrable (dye) Polycarbonate (1,2 mm) Figure 6. Structure d un CD-R. Figure 7. Analyse par AFM d une couche réfléchissante d un CD-R vierge stocké 8 ans (pointe silicium, mode tapping). Figure 8. Analyse par AFM du sillon d un substrat en polycarbonate (mode tapping) avant vieillissement (à gauche), et après 180 heures de photovieillissement accéléré (SEPAP 12/24) (à droite). profondeur (µm) longueur (nm) Figure 9. Observation au microscope du vernis de protection d un CD-R Verbatim immergé 71 heures (en haut) et profil d une goutte piégée dans le vernis de protection (en bas). par exemple, constitué d un substrat en polycarbonate, d une couche enregistrable appelée «dye», d une couche métallique réfléchissante et d un vernis de protection (figure 6). Chacun de ces matériaux est susceptible de subir des réactions de vieillissement et par conséquent d évoluer au cours du temps. L évolution du signal optique ou l apparition d erreurs numériques résultent d évolutions physico-chimiques de l un ou de plusieurs de ces constituants. Ces évolutions peuvent être étudiées à l aide de différentes techniques d analyse : microscopies, spectroscopies, mesures de dureté Une attention particulière doit être portée aux réactions affectant directement les propriétés fonctionnelles de ces matériaux. Par exemple, une évolution topographique du polycarbonate ou de la couche réfléchissante pourrait modifier le trajet optique du laser lors de la lecture et conduire à l apparition d erreurs numériques. Ce type de modification a été observé dans le cas du «vieillissement naturel» (stockage) d un modèle de CD-R pendant environ 8 ans. La caractérisation de la couche réfléchissante par microscopie à force atomique (AFM) a permis de mettre en évidence la présence de «tâches» pouvant nuire à la conservation des données (figure 7). Le vieillissement des disques optiques intervient au cours de périodes de stockage qui ne peuvent pas être accélérées au laboratoire de façon représentative. La démarche que nous avons adoptée consiste à appliquer différentes contraintes sur les constituants de CD-R et à caractériser les évolutions physico-chimiques provoquées par ces contraintes. Trois types de contrainte ont été choisis : photochimique (photovieillissements accélérés en enceintes SEPAP 12/24) ; thermique (vieillissement en étuves) ; d humidité (tests d immersion dans de l eau). Les dyes de CD-R sont caractérisés par des propriétés d absorp tion et de réfraction. De précédentes études ont montré que ces propriétés pouvaient subir des modifications importantes lors de vieillissements photochimiques en solutions [4]. Des photovieillissements de substrats en polycarbonate permettent, en particulier, de mettre en évidence une évolution topographique du sillon [5] et de révéler la réactivité du polycarbonate vis-à-vis de la lumière (figure 8). D autre part, les irradiations conduisent également à des évolutions importantes des propriétés mécaniques de surface du polycarbonate [6] qui sont corrélées à des modifications de structure chimique des macromolécules. Ces changements mécaniques (perte de ductilité) pourraient affecter la structure entière du CD-R. Impact de l humidité L air ambiant contient une quantité non négligeable de vapeur d eau. Le polycarbonate est un polymère perméable à l eau. La diffusion d eau à l intérieur d un CD-R pourrait conduire à des modifications des différentes couches et ainsi Actes du colloque Sciences des matériaux du patrimoine culturel 2 Paris, 20 et 21 novembre 2012 / 129

5 sont observables après quelques centaines heures d immersion (figure 10). Ces analyses indiquent que de l eau peut diffuser à l intérieur d un CD-R. La formation de gouttelettes pourrait conduire à une altération des couches enregistrable et réfléchissante. Figure 10. Observation au microscope de la couche réfléchissante d un CD-R Verbatim immergé durant 834 heures, en mode réflexion (à gauche) et en mode transmission (à droite). altérer les données stockées. L impact de l eau peut être mécanique (érosion, déformations ) ou chimique (réactions d hydrolyse). Afin de déterminer une éventuelle interaction de l eau avec les constituants de CD, des CD-R entiers ont été immergés dans de l eau à température ambiante. Des analyses par microscopie optique ont ensuite été effectuées après différentes périodes d immersion. L immersion conduit, après quelques dizaines d heures, à la formation de gouttelettes dans le vernis de protection (figure 9). Les analyses indiquent que le vernis de protection, dont le rôle principal est d assurer des propriétés barrières, semble très sensible à l humidité. Elles ont également mis en évidence la formation de gouttelettes piégées à l interface du polycarbonate et de la couche réfléchissante. Ces gouttes Conclusion Les disques numériques sont des supports qui évoluent au cours du temps, ce qui peut mettre en péril les données numériques qui y sont gravées. Nous nous sommes inté - ressés, dans le cadre de cette étude, à la prédiction des dégradations pour anticiper ces éventuelles pertes. Pour cela, il nous a semblé important de focaliser l étude d une part sur l exposition de ce support à l humidité en particulier, et d autre part sur le signal issu du laser de la platine, témoin direct de la réflectivité du disque et donc de la présence d erreurs sur les pits et les lands. Les premiers résultats montrent une difficulté pour établir un modèle de longévité de supports numériques. L analyse des signaux issus directement des lasers est une piste intéressante pour caractériser l évolution du taux de réflectivité, donc de la qualité de lecture et par conséquent de la possibilité de recouvrer les données. Par ailleurs, l analyse chimique a montré une grande disparité des comportements de ces supports, avec une sensibilité en particulier à l humidité. Bibliographie 1. Carou A., Nguyen T.P., 2005, Contribution à l étude du vieillissement des CD - Recherche sur les collections de la Bibliothèque nationale de France, bibnum.bnf.fr/conservation/etudecdbnfjuin2005.pdf 2. Fontaine J.-M., Poitevineau J., 2005, Are there criteria to evaluate optical disc quality that are relevant for end-users?, AES Convention Paper. 3. Hourcade J.-C., Laloe F., Spitz E., 2010, Longévité de l information numérique, Editions EDP Sciences (academie-sciences.fr/activite/rapport/ rc0310.htm) 4. Rollet F., Morlat-Thérias S., Gardette J.-L., Fontaine J.-M., Perdereau J., Polack J.-D., 2008, Identification of parameters involved in the photochemically induced degradation of CD-R phthalocyanine dye, Journal of Cultural Heritage, 9, p Rollet F., Morlat-Thérias S., Gardette J.-L., 2009, AFM analysis of CD- R photoageing, Polymer Degradation and Stability, 94, p Collin S., Bussière P.-O., Thérias S., Lambert J.-M., Perdereau J., Gardette J.-L., 2012, Physicochemical and mechanical impacts of photoageing on bisphenol A polycarbonate, Polymer Degradation and Stability, 97, p / Actes du colloque Sciences des matériaux du patrimoine culturel 2 Paris, 20 et 21 novembre 2012

TS 32 Stockage de données sur un CD

TS 32 Stockage de données sur un CD FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 32 Stockage de données sur un CD Type d'activité Activité documentaire Tâche complexe Notions et contenus Stockage optique Écriture et lecture des données

Plus en détail

QUALITE DES DISQUES BLU-RAY ENREGISTRABLES POUR L ARCHIVAGE DES DONNEES NUMERIQUES

QUALITE DES DISQUES BLU-RAY ENREGISTRABLES POUR L ARCHIVAGE DES DONNEES NUMERIQUES LABORATOIRES DE TRAPPES 29 avenue Roger Hennequin 78197 Trappes Cedex Tél. : 01 30 69 10 00 - Fax : 01 30 69 12 34 QUALITE DES DISQUES BLU-RAY ENREGISTRABLES POUR L ARCHIVAGE DES DONNEES NUMERIQUES Etude

Plus en détail

QUALITE DES CD-R DISPONIBLES SUR LE MARCHE POUR L ARCHIVAGE DES DONNEES NUMERIQUES. Etude effectuée pour :

QUALITE DES CD-R DISPONIBLES SUR LE MARCHE POUR L ARCHIVAGE DES DONNEES NUMERIQUES. Etude effectuée pour : LABORATOIRES DE TRAPPES 29 avenue Roger Hennequin 78197 Trappes Cedex Tél. : 01 30 69 10 00 - Fax : 01 30 69 12 34 QUALITE DES CD-R DISPONIBLES SUR LE MARCHE POUR L ARCHIVAGE DES DONNEES NUMERIQUES Etude

Plus en détail

QUALITE DES DVD+R ET DES DVD-R DISPONIBLES SUR LE MARCHE POUR L ARCHIVAGE DES DONNEES NUMERIQUES. Etude effectuée pour :

QUALITE DES DVD+R ET DES DVD-R DISPONIBLES SUR LE MARCHE POUR L ARCHIVAGE DES DONNEES NUMERIQUES. Etude effectuée pour : LABORATOIRES DE TRAPPES 29 avenue Roger Hennequin 78197 Trappes Cedex Tél. : 01 30 69 10 00 - Fax : 01 30 69 12 34 QUALITE DES DVD+R ET DES DVD-R DISPONIBLES SUR LE MARCHE POUR L ARCHIVAGE DES DONNEES

Plus en détail

1. La sauvegarde des données

1. La sauvegarde des données 1. La sauvegarde des données La sauvegarde des données Plan de la présentation: 1. Pourquoi sauvegarder? 2. Les supports de sauvegarde 3. Comment sauvegarder. 1. Pourquoi sauvegarder? Qu est-ce qu une

Plus en détail

Le disque optique et l'archivage vers un disque haute densité spécifique

Le disque optique et l'archivage vers un disque haute densité spécifique Le disque optique et l'archivage vers un disque haute densité spécifique Jean-Marc Fontaine Ingénieur Recherche Ministère de la Culture & Communication Institut Jean le Rond d'alembert LAM 11, rue de Lourmel

Plus en détail

Chimie Analytique II. Microscopie à force atomique

Chimie Analytique II. Microscopie à force atomique Chimie Analytique II Microscopie à force atomique Daniel Abegg Nicolas Calo Emvuli Mazamay Pedro Surriabre Université de Genève, Science II, Laboratoire 144 Groupe 4 29 décembre 2008 Résumé Les résultats

Plus en détail

F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France

F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France Logiciel d aide à l évaluation du risque chimique F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France Introduction

Plus en détail

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Connaissances et compétences : - Identifier les éléments d une chaîne de transmission d informations. - Recueillir et exploiter des informations concernant

Plus en détail

CD, DVD: quel disque choisir pour stocker ses fichiers?

CD, DVD: quel disque choisir pour stocker ses fichiers? CD, DVD: quel disque choisir pour stocker ses fichiers? Pas évident de déterminer le bon support de stockage en fonction de ses besoins. Photos, vidéos, fichiers divers Quelque petits conseils pour trouver

Plus en détail

Bibliothèque nationale de France (BnF) La conservation du support numérique

Bibliothèque nationale de France (BnF) La conservation du support numérique Bibliothèque nationale de France (BnF) La conservation du support numérique 20/06/2013 Conservation du support numérique 1 Plan Familles de support Risques physiques encourus Démarche stratégique Exemples

Plus en détail

Utilisation de l AFM pour l étude d échantillons Acquisition des données et traitement d image Stage de master 1

Utilisation de l AFM pour l étude d échantillons Acquisition des données et traitement d image Stage de master 1 Utilisation de l AFM pour l étude d échantillons Acquisition des données et traitement d image Stage de master 1 Farida Bendriaa, Virginie Hoel, Henri Happy Institut d'electronique et de Microélectronique

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

Microscopie à force atomique

Microscopie à force atomique Microscopie à force atomique DETREZ Fabrice Table des matières 1 Principe 2 2 Analyse structurale 3 3 Interactions pointes surfaces 4 4 Boucle d asservissement et contrastes 6 5 Traitement des Images 8

Plus en détail

CONTRÔLE QUALITE DES SURFACES VISUALISATION 3D - TOPOGRAPHIE MESURE RAPIDE & SANS CONTACT PORTABLE & SIMPLE D UTILISATION POWERED BY

CONTRÔLE QUALITE DES SURFACES VISUALISATION 3D - TOPOGRAPHIE MESURE RAPIDE & SANS CONTACT PORTABLE & SIMPLE D UTILISATION POWERED BY CONTRÔLE QUALITE DES SURFACES VISUALISATION 3D - TOPOGRAPHIE MESURE RAPIDE & SANS CONTACT PORTABLE & SIMPLE D UTILISATION POWERED BY LE NOUVEL EQUIPEMENT DE MESURE OPTIMAP TM MARQUE LE DEBUT D UNE REVOLUTION

Plus en détail

Association Aristote Groupe PIN Projets de technologies innovantes pour les supports de stockage 22 mars 2012

Association Aristote Groupe PIN Projets de technologies innovantes pour les supports de stockage 22 mars 2012 ARNANO Le hiéroglyphe du 3 ème millénaire. Association Aristote Groupe PIN Projets de technologies innovantes pour les supports de stockage 22 mars 2012 Conservation sécurisée à très long terme de documents

Plus en détail

Disques durs et disques optiques

Disques durs et disques optiques Disques durs et disques optiques GIF-1001 Ordinateurs: Structure et Applications, Hiver 2015 Jean-François Lalonde (sculpture faite de vieux disques durs, source: http://www.wired.com/2009/12/hard-drives-sculpture/all/1)

Plus en détail

Les enjeux du stockage de masse sur bande vidéo

Les enjeux du stockage de masse sur bande vidéo Les enjeux du stockage de masse sur bande vidéo et les alternatives 15 mars 2006 1 Rappels sur le travail d archivage Des procédures définies par les organisations internationales Procédures identiques

Plus en détail

TD 1 - Transmission en bande de passe

TD 1 - Transmission en bande de passe Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe Lebon - BP 540 76058 LE HAVRE CEDEX Claude.Duvallet@gmail.com Claude Duvallet 1/10 Transmission en bande de passe (1/2) Description

Plus en détail

LE COFFRE FORT NUMÉRIQUE AVEC SOLUTIONS INTÉGRÉES.

LE COFFRE FORT NUMÉRIQUE AVEC SOLUTIONS INTÉGRÉES. LE COFFRE FORT NUMÉRIQUE AVEC SOLUTIONS INTÉGRÉES. SÉCURISEZ VOS DOCUMENTS ET VOS BACKUP SAUVEGARDES SÉCURISÉES STOCKAGE INDÉLÉBILE Boîtier ultra résistant aux normes E.T.U. et UL qui permet de conserver

Plus en détail

Institut national de l audiovisuel

Institut national de l audiovisuel Institut national de l audiovisuel Sauvegarde et pérennité des données numériques à long terme sur Disques Optiques Numériques. Foued BERAHOU 1 Déroulement. Le dépôt légal de la radio et de la télévision.

Plus en détail

Domaine D1 : Travailler dans un environnement numérique évolutif

Domaine D1 : Travailler dans un environnement numérique évolutif Domaine D1 : Travailler dans un environnement numérique évolutif Tout au long de sa vie, l usager travaille dans un environnement numérique. La virtualisation des ressources, les risques inhérents numériques

Plus en détail

DIVA DIVA. DIVA, le chant des flammes ne vous atteindra pas IGNIFUGE SUPPORTS SENSIBLES

DIVA DIVA. DIVA, le chant des flammes ne vous atteindra pas IGNIFUGE SUPPORTS SENSIBLES DIVA DIVA IGNIFUGE SUPPORTS SENSIBLES NORME EUROPEENNE EN 1047-1 ECB.S EUROPEAN CERTIFICATION BOARD SECURITY SYSTEMS CLASSE DE QUALITE S 120 DIS DIVA, le chant des flammes ne vous atteindra pas DIVA ARMOIRE

Plus en détail

PRECAUTIONS DESCRIPTION DU PRODUIT

PRECAUTIONS DESCRIPTION DU PRODUIT Vous venez d acquérir un produit de la marque Essentiel b et nous vous en remercions. Nous apportons un soin particulier au design, à l'ergonomie et à la simplicité d'usage de nos produits. Nous espérons

Plus en détail

Les rencontres scientifiques du vendredi

Les rencontres scientifiques du vendredi Les rencontres scientifiques du vendredi Un élément de l Animation Scientifique de l axe 2 Techniques & Méthodes : Mesurer la taille des Particules Natalia Nicole Rosa Doctorante de l Axe 2 UMR IATE 29

Plus en détail

On distingue deux grandes catégories de mémoires : mémoire centrale (appelée également mémoire interne)

On distingue deux grandes catégories de mémoires : mémoire centrale (appelée également mémoire interne) Mémoire - espace destiné a recevoir, conserver et restituer des informations à traiter - tout composant électronique capable de stocker temporairement des données On distingue deux grandes catégories de

Plus en détail

Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces

Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces Communiqué de presse Dübendorf,St. Gall, Thun, le 22 août 2013 Deux-en-un : le NanoChemiscope 3D Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces Le NanoChemiscope 3D est une merveille issue des plus

Plus en détail

Introduction à l informatique temps réel Pierre-Yves Duval (cppm)

Introduction à l informatique temps réel Pierre-Yves Duval (cppm) Introduction à l informatique temps réel Pierre-Yves Duval (cppm) Ecole d informatique temps réel - La Londes les Maures 7-11 Octobre 2002 -Définition et problématique - Illustration par des exemples -Automatisme:

Plus en détail

Conserver les Big Data, source de valeur pour demain

Conserver les Big Data, source de valeur pour demain Le potentiel et les défis du Big Data UIMM Mardi 2 et mercredi 3 juillet 2013 56 avenue de Wagram 75017 PARIS Conserver les Big Data, source de valeur pour demain Définir les Big Data Les Big Data à travers

Plus en détail

2014-2015 TRAITEMENT DES PHOTOS A.D.S.B. COURS INFORMATIQUE GARCIN Robert

2014-2015 TRAITEMENT DES PHOTOS A.D.S.B. COURS INFORMATIQUE GARCIN Robert 2014-2015 A.D.S.B TRAITEMENT DES PHOTOS COURS INFORMATIQUE GARCIN Robert 2 Leçon N 1 Généralités Avant de commencer le cours sur la Traitement des photos numériques, il est bon de rappeler quelques principes

Plus en détail

Sauvegarde et protection des documents

Sauvegarde et protection des documents Sauvegarde et protection des documents 16 avril 2013 p 1 Sauvegarde et protection des documents Sauvegarder un document consiste à en conserver une copie, pour le mettre à l abri ou pour y revenir ultérieurement.

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants & INNOVATION 2014 NO DRIVER! Logiciel embarqué Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants contact@ovio-optics.com www.ovio-optics.com Spectromètre

Plus en détail

Information quantique

Information quantique Information quantique J.M. Raimond LKB, Juin 2009 1 Le XX ème siècle fut celui de la mécanique quantique L exploration du monde microscopique a été la grande aventure scientifique du siècle dernier. La

Plus en détail

Sauvegarde. de données. Nos conseils de prise en main

Sauvegarde. de données. Nos conseils de prise en main Sauvegarde de données de prise en main Pourquoi sauvegarder? L espace de stockage de nos ordinateurs continue sans cesse d augmenter. Le nombre de données que nous y enregistrons est de plus en plus important,

Plus en détail

Conservation des documents numériques

Conservation des documents numériques Conservation des documents numériques Qu'est ce qu'un document numérique? Matthieu GIOUX matthieu.gioux@bnf.fr Contexte de la préservation des documents numériques Une croissance en expansion Développement

Plus en détail

Microscopies en champ proche ou à sonde locale Gilles Parent

Microscopies en champ proche ou à sonde locale Gilles Parent Microscopies en champ proche ou à sonde locale Gilles Parent Nancy, 26 avril 2012 Introduction, historique STM (Scanning tunneling Microscope, microscope à effet tunnel électronique) : Binnig et Rohrer

Plus en détail

PCUpdate 4COMPARATIFS MEGA VENTIRADS TOP PERFS CARTES AGP LCD 16/9 19 ET 20 BOITIERS PCHC SPECIAL SOCKET A ATHLON, DURON, SEMPRON

PCUpdate 4COMPARATIFS MEGA VENTIRADS TOP PERFS CARTES AGP LCD 16/9 19 ET 20 BOITIERS PCHC SPECIAL SOCKET A ATHLON, DURON, SEMPRON PC Update 100% HARDWARE 100% PASSION 100% PRATIQUE PCUpdate > Mai/Juin 06 Numéro 23 POUR CHOISIR, UPGRADER ET BOOSTER SON PC! MEGA 4COMPARATIFS Les bonnes affaires, le palmarès de la rédaction! LCD 16/9

Plus en détail

Le microscope à force atomique métrologique au service de la nanométrologie dimensionnelle

Le microscope à force atomique métrologique au service de la nanométrologie dimensionnelle Le microscope à force atomique métrologique au service de la nanométrologie dimensionnelle S. Ducourtieux, B. Poyet, N. Feltin, Y. Boukellal, A. Delvallée Laboratoire national de métrologie et d essais

Plus en détail

Leçon 1 : Les principaux composants d un ordinateur

Leçon 1 : Les principaux composants d un ordinateur Chapitre 2 Architecture d un ordinateur Leçon 1 : Les principaux composants d un ordinateur Les objectifs : o Identifier les principaux composants d un micro-ordinateur. o Connaître les caractéristiques

Plus en détail

Système de stockage d entrée de gamme professionnel MAXDATA PLATINUM 600 IR

Système de stockage d entrée de gamme professionnel MAXDATA PLATINUM 600 IR Système de stockage d entrée de gamme professionnel MAXDATA PLATINUM 600 IR MAXDATA PLATINUM 600 IR : Système de stockage d entrée de gamme professionnel Caractéristiques du produit NAS (Network Attached

Plus en détail

On peut être «lourd» et agile!

On peut être «lourd» et agile! éditorial Traitements & Matériaux 412 Octobre - Novembre 2011 3 On peut être «lourd» et agile! La métallurgie est considérée comme une industrie «lourde», les traitements thermiques comme de «vieux» procédés,

Plus en détail

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER To cite this version: Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER. AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales.

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

Abstract : Mots clefs : Résistance thermique de contact ; Modèles prédictifs. 1 Introduction

Abstract : Mots clefs : Résistance thermique de contact ; Modèles prédictifs. 1 Introduction Étude comparative et validation de modèles prédictifs de résistance thermique de contact dans le cas solide-liquide avec prise en compte de la tension superficielle Saannibe Ciryle SOME a, Didier DELAUNAY

Plus en détail

Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information

Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information I. Nature du signal I.1. Définition Un signal est la représentation physique d une information (température, pression, absorbance,

Plus en détail

Copie de sauvegarde avec Roxio Easy CD Creator. Par : Patrick Kenny

Copie de sauvegarde avec Roxio Easy CD Creator. Par : Patrick Kenny Copie de sauvegarde avec Roxio Easy CD Creator Par : Patrick Kenny 22 novembre 2006 Table des matières Vérification du graveur :...2 Brûler des données avec le logiciel Roxio Easy CD Creator :...2-3 Nombre

Plus en détail

Tous les produits de la gamme SAF offrent des résistances :

Tous les produits de la gamme SAF offrent des résistances : Fiche Technique Strengths Are Flex La gamme SAF est basée sur une technologie et des polymères méthacrylates brevetés. Ces adhésifs de nouvelle génération permettent d adhérer sur de nombreux supports

Plus en détail

De la carte perforée à L atome...

De la carte perforée à L atome... bertrand kierren - LPM PSV LPS Orsay - 2006 http://www.lpm.u-nancy.fr/activite_surface/ De la carte perforée à L atome... CONQUETE À l échelle du nano Le nano monde 1 nm 1 μm 1 mm 1 m Les nano technologies

Plus en détail

Tous les conseils de nos experts pour bien l utiliser.

Tous les conseils de nos experts pour bien l utiliser. BIEN COMMENCER AVEC MES SAUVEGARDES Tous les conseils de nos experts pour bien l utiliser. Retrouvez tous les conseils de nos experts sur fnac.com À SAVOIR Pourquoi sauvegarder? L espace de stockage des

Plus en détail

Conserver ses photos. Frédéric Bisson /

Conserver ses photos. Frédéric Bisson / Conserver ses photos Frédéric Bisson / Sommaire Questions à se poser Pourquoi? Quelles photos? Combien de temps? Comment? Enregistrement, sauvegarde ou archivage? Définitions et spécificités Conserver

Plus en détail

Bernard Bordonado Motorola Semiconducteurs

Bernard Bordonado Motorola Semiconducteurs LabVIEW et l automatisation de mesures de circuits intégrés RF pour applications automobiles Bernard Bordonado Motorola Semiconducteurs Page 1 Plan de la présentation Introduction Circuits intégrés RF

Plus en détail

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP PLASMA / SOLAIRE / NANO Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP Notre laboratoire : PROMES Procédés Matériaux Energie Solaire Unité propre du CNRS, laboratoire de l INSIS (Institut des Sciences de l

Plus en détail

ESPACE MULTIMEDIA DU CANTON DE ROCHESERVIERE

ESPACE MULTIMEDIA DU CANTON DE ROCHESERVIERE 1 Introduction ESPACE MULTIMEDIA DU CANTON DE ROCHESERVIERE Atelier «pour approfondir» Sauvegarder ses données à domicile ou sur Internet Qui n a jamais perdu des photos ou documents suite à une panne

Plus en détail

Normes CE Equipements de Protection Individuelle

Normes CE Equipements de Protection Individuelle E. P. I D O C U M E N T D I N F O R M A T I O N Normes CE Equipements de Protection Individuelle Normes CE EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE Définitions : E.P.I : Tout dispositif ou moyen destiné

Plus en détail

Wobe. www.lea-networks.com

Wobe. www.lea-networks.com Wobe www.lea-networks.com Wobe Le Hotspot 3G/WiFi de poche Wobe est le premier routeur mobile 3G/WiFi autonome permettant de connecter à internet ses terminaux WiFi (PC, tablette tactile, console de jeux

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

La mémoire. Un ordinateur. L'octet. Le bit

La mémoire. Un ordinateur. L'octet. Le bit Introduction à l informatique et à la programmation Un ordinateur Un ordinateur est une machine à calculer composée de : un processeur (ou unité centrale) qui effectue les calculs une mémoire qui conserve

Plus en détail

L PRESENTATION GENERALE SCPIO

L PRESENTATION GENERALE SCPIO L PRESENTATION GENERALE SCPIO Nom : DEPARTEMENT PLATEFORME TECHNOLOGIQUE Sigle: CEA / DRT / LETI / DPTS SILICUIM Etablissement : CEA Grenoble Adresse : 7 rue des Martyrs Site Web : 804 GRENOBLE Cedex 9

Plus en détail

Projets proposés par le Laboratoire de Physique de l'université de Bourgogne

Projets proposés par le Laboratoire de Physique de l'université de Bourgogne Projets proposés par le Laboratoire de Physique de l'université de Bourgogne Titre : «Comprendre la couleur» Public : Collégiens, Lycéens. Nombre de participants : 5 à 10 (10 Maxi ) Lieu : Campus Universitaire

Plus en détail

Société de Geo-engineering

Société de Geo-engineering Gestion de la maintenance des réseaux le géoréférencement inertiel direct, technologie automatisée d'acquisition d'objets 2D / 3D vers les SIG Société de Geo-engineering Activité d'expertise et d'ingénierie

Plus en détail

THEME 1 : L ORDINATEUR ET SON ENVIRONNEMENT. Objectifs

THEME 1 : L ORDINATEUR ET SON ENVIRONNEMENT. Objectifs Architecture Matérielle des Systèmes Informatiques. S1 BTS Informatique de Gestion 1 ère année THEME 1 : L ORDINATEUR ET SON ENVIRONNEMENT Dossier 1 L environnement informatique. Objectifs Enumérer et

Plus en détail

ESPACE MULTIMEDIA DU CANTON DE ROCHESERVIERE

ESPACE MULTIMEDIA DU CANTON DE ROCHESERVIERE ESPACE MULTIMEDIA DU CANTON DE ROCHESERVIERE Session découverte La Gestion des photos avec Windows Vista / Windows 7 et le traitements d images numériques 1 Généralités sur le jargon de l image numérique

Plus en détail

Sur un ordinateur portable ou un All-in-One tactile, la plupart des éléments mentionnés précédemment sont regroupés. 10) 11)

Sur un ordinateur portable ou un All-in-One tactile, la plupart des éléments mentionnés précédemment sont regroupés. 10) 11) 1/ Généralités : Un ordinateur est un ensemble non exhaustif d éléments qui sert à traiter des informations (documents de bureautique, méls, sons, vidéos, programmes ) sous forme numérique. Il est en général

Plus en détail

Puis le convertisseur bloque en mémoire cette valeur pendant une période d échantillonnage.

Puis le convertisseur bloque en mémoire cette valeur pendant une période d échantillonnage. PATIE 7 CHAPITE (PHYSIQUE) NUMÉISATION, STOCKAGE ET TANSMISSION DE L INFOMATION TS I. LE SIGNAL NUMÉIQUE. Signal analogique ou numérique? Un signal est la représentation physique d une information qui

Plus en détail

Fahrenheit 2451 * Votre message vers le futur

Fahrenheit 2451 * Votre message vers le futur Fahrenheit 2451 * Votre message vers le futur www.fahrenheit2451.fr AvecleprojetFahrenheit2451,lessociétésArnanoetXYALIS,encollaborationavecla société Kolor, veulent sensibiliser le grand public sur le

Plus en détail

Drag-to-Disc Guide de l utilisateur

Drag-to-Disc Guide de l utilisateur Drag-to-Disc Guide de l utilisateur 2 Table des matières 1 Premiers pas avec Drag-to-Disc 5 Introduction à Drag-to-Disc.............................. 6 Il est possible que certaines fonctions ne soient

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

Sauvegarde des fichiers

Sauvegarde des fichiers Sauvegarde des fichiers 1 Hiérarchie des fichiers Stockage à la racine d un disque. Stockage dans un dossier. Stockage dans un dossier utilisateur : problématique de l accès aux fichiers. Stockage sur

Plus en détail

Câble optique et connectique. Appareils existants pour la caractérisation des systèmes optiques (Contrôle, dépannage et mesures)

Câble optique et connectique. Appareils existants pour la caractérisation des systèmes optiques (Contrôle, dépannage et mesures) Appareils existants pour la caractérisation des systèmes optiques (Contrôle, dépannage et mesures) Câble optique et connectique Connection fibre à fibre ou connecteur à ferrule: Exemples de connecteurs

Plus en détail

3 Les périphériques: les disques

3 Les périphériques: les disques 3 Les périphériques: les disques Tu dois devenir capable de : Savoir 1. Comparer un disque d'ordinateur et une cassette audio ou vidéo en montrant les ressemblances et les différences ; 2. Expliquer ce

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction Au programme Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Sébastien Roy Jean-Philippe Tardif Marc-Antoine Drouin Département d Informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal

Plus en détail

INtelligence En VAlidation :

INtelligence En VAlidation : INtelligence En VAlidation : Simplifiez-vous la Validation. www.ineva.fr Siège social: 14 rue du Girlenhirsch 67400 Illkirch France SAS au capital de 370 000 Euros RCS Strasbourg TI 799 828 462 APE 7112B

Plus en détail

Connaître le PC. Les composants matériels... 14 L anatomie d un ordinateur portable... 27 Les logiciels... 30 Déballer et installer l ordinateur...

Connaître le PC. Les composants matériels... 14 L anatomie d un ordinateur portable... 27 Les logiciels... 30 Déballer et installer l ordinateur... Connaître le PC Les composants matériels... 14 L anatomie d un ordinateur portable... 27 Les logiciels... 30 Déballer et installer l ordinateur... 32 Chapitre 1 Connaître le PC Un ordinateur est une machine

Plus en détail

Enregistreur de données d humidité et de température

Enregistreur de données d humidité et de température Manuel d utilisation Enregistreur de données d humidité et de température Modèle RHT Introduction Toutes nos félicitations pour votre acquisition de cet enregistreur de données d'humidité et de température.

Plus en détail

PLAN. Industrialisateur Open Source LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES

PLAN. Industrialisateur Open Source LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES PLAN LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX & ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES Copyright BV Associates 2013 IMEPSIA TM est une marque déposée par BV Associates Page 1 SOMMAIRE 1 PRINCIPES GENERAUX

Plus en détail

Système de surveillance des rayonnements RAMSYS

Système de surveillance des rayonnements RAMSYS ~~~ Radioprotection 1998 Vol. 33, no 3, pages 307 à 314 Produit nouveau Système de surveillance des rayonnements RAMSYS J.-M. HOUIN* (Manuscrit reçu le 10 avril 1998, accepté le 17 mai 1998) RÉSUMÉ Sur

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

FORMATION À LA GESTION DES ARCHIVES

FORMATION À LA GESTION DES ARCHIVES FORMATION À LA GESTION DES ARCHIVES Conserver des documents numériques CONSERVER DES DOCUMENTS NUMÉRIQUES Conseils pratiques pour la gestion et la conservation de votre information numérique Méthodes de

Plus en détail

2big Quadra ENTERPRISE CLASS. Système RAID professionnel à 2 disques DESIGN BY NEIL POULTON. esata 3 Go/s USB 2.0 FireWire 400 et 800

2big Quadra ENTERPRISE CLASS. Système RAID professionnel à 2 disques DESIGN BY NEIL POULTON. esata 3 Go/s USB 2.0 FireWire 400 et 800 2big Quadra ENTERPRISE CLASS DESIGN BY NEIL POULTON Système RAID professionnel à 2 disques esata 3 Go/s USB 2.0 FireWire 400 et 800 Plus Enterprise Class Le LaCie 2big Quadra Enterprise Class a été conçu

Plus en détail

Monitoring et suivi du comportement des chaussées

Monitoring et suivi du comportement des chaussées Monitoring et suivi du comportement des chaussées Pierre Hornych Juliette Blanc IFSTTAR - LAMES 1/xx MONITORING ET SUIVI DU COMPORTEMENT DES CHAUSSÉES DÉVELOPPEMENTS RÉCENTS ET PERSPECTIVES Introduction

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

CLASSEMENT DE LA REACTION AU FEU CONFORMEMENT A L EN 13501-1 + A1 : 2013

CLASSEMENT DE LA REACTION AU FEU CONFORMEMENT A L EN 13501-1 + A1 : 2013 Dossier / File P128500 - Document DE/1 - Page 1/6 Ce rapport constitue une extension du rapport de classement n M091439-DE/4 This report is an extension of the classification report n M091439-DE/4 CLASSEMENT

Plus en détail

FAG Detector II le collecteur et l analyseur de données portatif. Information Technique Produit

FAG Detector II le collecteur et l analyseur de données portatif. Information Technique Produit FAG II le collecteur et l analyseur de données portatif Information Technique Produit Application La maintenance conditionnelle Principe de fonctionnement Application Le FAG II est, à la fois, un appareil

Plus en détail

LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2012 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND

LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2012 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 0 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND SERGE HAROCHE DAVID WINELAND Le physicien français Serge Haroche, professeur

Plus en détail

appliquée aux emballages alimentaires

appliquée aux emballages alimentaires La méthode HACCP La méthode HACCP appliquée aux emballages alimentaires 1- La réglementation des matériaux au contact des aliments Quels contaminants issus des emballages dans les aliments? Des contaminants

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS COMMISSION GÉNÉRALE DE TERMINOLOGIE ET DE NÉOLOGIE Vocabulaire de l ingénierie nucléaire (liste de termes, expressions et définitions adoptés) NOR : CTNX1329843K I. Termes

Plus en détail

Adhésif structural pour le collage de renforts

Adhésif structural pour le collage de renforts Notice Produit Edition 18/07/2014 Numéro 3022 Version N 2014-253 N identification : 020206040010000001 Adhésif structural pour le collage de renforts Description est une colle structurale thixotrope à

Plus en détail

P ô l e C N F M d e T O U L O U S E

P ô l e C N F M d e T O U L O U S E INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE LABORATOIRE D'ANALYSE ET D'ARCHITECTURE DES SYSTEMES UNIVERSITE PAUL SABATIER A T E L I E R I N T E R U

Plus en détail

565, Avenue du Prado 13008 Marseille

565, Avenue du Prado 13008 Marseille Société de service dans l environnement du stockage et du réseau 565, Avenue du Prado 13008 Marseille Agence Marseille : +33 (0) 488 569 802 Agence Toulouse : +33 (0) 561 275 737 Serge Boulendi &Thierry

Plus en détail

Postes de travail dans le Cloud

Postes de travail dans le Cloud Postes de travail dans le Cloud Votre solution miracle pour la fin de vie de Windows XP LIVRE BLANC Sommaire Résumé analytique.... 3 Migration incrémentielle des postes de travail.... 3 Scénarios d utilisation

Plus en détail

CRÉER UN DVD VIDEO avec DVD FLICK (avec ou sans menu)

CRÉER UN DVD VIDEO avec DVD FLICK (avec ou sans menu) CRÉER UN DVD VIDEO avec DVD FLICK (avec ou sans menu) DVD Flick permet de convertir des vidéos de différents formats en DVD Vidéo (lisible sur un lecteur DVD de salon). Il supporte plus de 45 formats différents

Plus en détail

Tutoriel Papier sur le logiciel DVD Shrink

Tutoriel Papier sur le logiciel DVD Shrink Tutoriel Papier sur le logiciel DVD Shrink DVD Shrink est un logiciel gratuit qui permet de faire une copie d un DVD existant, copie sur une autre DVD vierge à l aide d un logiciel de gravure, sur un disque

Plus en détail

Transfert de films Copie de cassettes Multimédia. Informations / Conseils / Tarifs Dossier de comptoir. Version 6.1.12.2

Transfert de films Copie de cassettes Multimédia. Informations / Conseils / Tarifs Dossier de comptoir. Version 6.1.12.2 Transfert de films Copie de cassettes Multimédia Informations / Conseils / Tarifs Dossier de comptoir Version 6.1.12.2 Règles générales communes à tous nos tarifs Nos prestations comprennent : - le support

Plus en détail

Système télémétrique des équipements de protection cathodique des conduites métalliques enterrées

Système télémétrique des équipements de protection cathodique des conduites métalliques enterrées RECOMMANDATION PCRA 009 Juin 2010 Rév. 0 Commission Protection Cathodique et Revêtements Associés Système télémétrique des équipements de protection cathodique des conduites métalliques enterrées AVERTISSEMENT

Plus en détail

IMAGE NUMERIQUE : NUMERISATION-TRAITEMENT- RETOUCHES

IMAGE NUMERIQUE : NUMERISATION-TRAITEMENT- RETOUCHES MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION IMAGE

Plus en détail

Jean-Marc Rietsch, PCI DSS Roadshow Paris juillet 2013 1

Jean-Marc Rietsch, PCI DSS Roadshow Paris juillet 2013 1 Dématique*, stockage, archivage gouvernance! Jean-Marc Rietsch, Ingénieur Civil des Mines Expert en dématique et archivage électronique Chargé de cours à Mines ParisTech Président de FEDISA (Fédération

Plus en détail

Création d'étiquettes de disques à l'aide de LightScribe

Création d'étiquettes de disques à l'aide de LightScribe Création d'étiquettes de disques à l'aide de LightScribe Référence du document : 383416-051 Février 2005 2005 Hewlett-Packard Development Company, L.P. Les informations contenues dans ce document peuvent

Plus en détail

La persistance de l'information

La persistance de l'information La persistance de l'information Table des matières 1. Introduction...2 2. Quel support numérique durable?...4 3. Le coût...4 4. Les limites du numérique...5 4.1. Pas de fiabilité à 100%...5 4.2. Aucune

Plus en détail