About the life of the digital optical disc (projet ODON): to the predictive model of the duration of their use

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "About the life of the digital optical disc (projet ODON): to the predictive model of the duration of their use"

Transcription

1 Optimisation des stratégies de décodage des disques optiques numériques (projet ODON) Application à la caractérisation de leur durée de vie par corrélation des erreurs à l analyse chimique About the life of the digital optical disc (projet ODON): to the predictive model of the duration of their use Olivier Adam 1, Jean-Marc Fontaine 1, François Bertholon 1, Jean-Dominique Polack 1, Steeve Collin 2,3, Sandrine Thérias 2, Pierre-Olivier Bussière 2, Jean-Luc Gardette 2 1. Institut Jean-le-Rond-d Alembert, équipe LAM, UMR 7190 CNRS / Université UPMC, 4 place Jussieu, Paris Cedex Équipe Photochimie, Institut de chimie de Clermont-Ferrand (ICCF), UMR 6296 Université Blaise-Pascal / CNRS / École nationale supérieure de chimie de Clermont-Ferrand, 24 avenue des Landais, BP 80026, Aubière Cedex 3. Laboratoire national de métrologie et d essais (LNE), 29 rue Roger-Hennequin, Trappes Cedex Responsable du projet : Olivier Adam, Projet sélectionné par le PNRCC en 2011 Résumé L utilisation des disques optiques numériques pour le stockage de données se heurte à la longévité de ces supports dont il est difficile d avoir une idée précise sur la durée. Ils sont vendus comme étant la solution d archivage à vie ; plusieurs études récentes ont pourtant montré que la lecture des données enregistrées sur les disques optiques pouvait, au contraire, s avérer problématique après un certain temps. Si l on veut proposer un modèle de vieillissement de ces disques, plusieurs paramètres sont à prendre en compte qui vont de leurs propriétés chimiques aux conditions dans lesquelles ils sont stockés. Il faut également tenir compte des performances des graveurs. Ce projet vise à mettre en évidence le processus d apparition des erreurs, notamment par l effet de la lumière et de l humidité sur les supports. Abstract Digital optical discs are showed as an attractive approach for long term data storage but it is difficult to know a priori information about its life duration. Recent studies showed that these discs could have a very short time for normal use. Many different parameters have to be taken in account to define a fine robust model for the prediction of the time variations of the error rate, especially light and humidity. Performance of the disc burners is important too in this process. The objective of this project is to propose a model to predict the error rate and to anticipate the end of the disc life. Mots clés : archive, disque optique numérique, taux d erreur, vieillissement, durée de vie Keywords: data storage, digital optical disc, error rate, ageing, life duration 126 / Actes du colloque Sciences des matériaux du patrimoine culturel 2 Paris, 20 et 21 novembre 2012

2 Introduction Depuis les années 1980, avec l arrivée du disque compact (CD), les supports dédiés au stockage des données numériques se sont diversifiés, principalement dans le souci d un meilleur rapport entre prix et taille de la mémoire. Même s il s agit d un paramètre important, on peut douter que la durée de vie du support ait été le critère principal pour la commercialisation de tels produits et, à ce jour, leur diffusion ne s accompagne pas d un label spécifique pouvant servir, pour l utilisateur, d indicateur sur la qualité de stockage des informations. Pourtant, la conservation des données numériques se pose, à plusieurs niveaux en fonction de leur importance pour nos sociétés. Ces niveaux vont de l utilisation instantanée à la nécessité d une sauvegarde sur une ou plusieurs décennies, voire au-delà. Ces besoins de conservation dépendent des applications prévues pour ces données : de l usage personnel à la sécurité nationale par exemple. Il faut ajouter à cela l explosion exponentielle des données numériques, du fait de capteurs de plus en plus performants disponibles à des prix de plus en plus accessibles. Ainsi, d un côté, sont développées des techniques générant de plus en plus de données numériques, et de l autre, sont proposées des approches de compression pour pouvoir transférer et stocker ces données. Dans un monde tout numérique qui voit l avènement continu de nouvelles technologies, l intérêt de travaux sur la longévité des données est, dans bien des domaines, vital. L utilisation des disques optiques numériques pour le stockage de données se heurte à la longévité de ces supports, dont il est difficile d avoir une idée précise. S ils sont vendus comme étant la solution d archivage à vie, plusieurs études récentes ont pourtant montré leurs limites, en termes de durée, pour une bonne lecture des données [1, 2, 3]. Si l on veut proposer un modèle de vieillissement de ces disques, plusieurs paramètres sont à prendre en compte, allant de leurs propriétés chimiques aux conditions dans lesquelles ils sont stockés. Il faut également tenir compte des performances des graveurs. Ce projet vise à mettre en évidence le processus d apparition d altérations de l information, traduites par des erreurs, notamment sous l effet de la lumière sur les supports. Il s agit également de mesurer les signaux de sortie des lasers des différentes plateformes pour détecter, notamment, la présence de tâches sur des disques vieillis. L objectif est de reconstituer l image des disques à partir de ces signaux, pour mettre en évidence d éventuelles tâches ou d autres défauts, et cela aussi bien pour les disques vierges que gravés. Ces défauts génèrent une chute de tension de durée proportionnelle à la grosseur de la tâche. Ces observations permettent ainsi de faire un suivi des défauts au cours du temps. Nous nous intéressons également à des méthodes modernes de correction d erreurs, dans le but de reculer la date de péremption de ces disques. Questions et hypothèses scientifiques Peut-on retrouver une donnée numérique sur un support dégradé? La présence d erreurs sur un disque peut avoir des origines diverses (figure 1). Ceci étant dit, avec les archives numériques, pour la première fois, la copie peut être de meilleure qualité que l original. Cela signifie que la présence d erreurs sur un disque n est pas dramatique en soi, tant qu elles sont suffisamment faibles pour qu au cours de l étape de la lecture, il soit possible de reconstituer les données perdues. Par contre, à partir d un certain seuil, qui reste à définir, la donnée sera définitivement irrécupérable. Dans le projet ODON, nous nous intéressons d une part à l évaluation de cette étape de transition entre le moment où une dégradation sur le support permet ou ne permet plus la récupération de la donnée, et d autre part à la proposition d une méthode de détection d erreurs plus moderne que celles actuellement proposées sur les platines de lecture. Figure 1. Présence d erreurs sur un CD. Quel est le processus de dégradation d un tel support numérique? Plusieurs paramètres sont à considérer : le support lui-même ; les modalités de fabrication, qui sont probablement une des clés permettant l explication de leur longévité : matériaux utilisés, qualité de leur mise en œuvre ; la précaution prise pour l inscription des données sur ce support ; la manipulation (régulière ou pas) des supports gravés et leurs conditions de stockage, critères de longévité particulièrement importants ; enfin, les performances des lecteurs. Ces paramètres doivent être intégrés conjointement pour définir un modèle de vieillissement. L objectif d un tel modèle est de prédire l évolution temporelle d un support et, idéalement, d anticiper sa dégradation pour conserver les données qui s y trouvent stockées. Caractérisation des erreurs à partir de l analyse du signal laser La connaissance de la présence d erreurs est cruciale pour caractériser le vieillissement d un disque numérique. Les analyseurs de disque donnent une information globale, intégrant un très grand nombre de trames. Dans notre projet, nous avons voulu nous focaliser au niveau de la trame par Actes du colloque Sciences des matériaux du patrimoine culturel 2 Paris, 20 et 21 novembre 2012 / 127

3 Figure 2. Exemple de pits d un CD pressé. Figure 4. Exemple de synchronisation/désynchronisation sur un CD entre le signal laser et l horloge. Figure 3. Signal issu du laser du CATS pour un CD pressé. Figure 5. Chute de tension due à la présence d une rayure sur un CD. l extraction de chaque bit. L objectif est d avoir une description la plus fine possible de chaque trame posée sur le disque, et d indiquer si elle contient ou pas une ou plusieurs erreurs. La méthode retenue est donc de mesurer le signal sortie du laser des platines de lecture afin de caractériser l accès direct aux données, en se plaçant en amont des étages de correcteurs d erreur intégrés. Plusieurs études ont montré la présence de défauts (dégradations, tâches) rendant difficile voire impossible la lecture des données. Car la lecture est basée sur la réflectivité du support, la performance du laser, l asservissement mécanique de la tête de lecture qui permet de suivre les trames successives. Ceci explique que pour un même disque présentant des erreurs, certains lecteurs arrivent à le lire et d autres non. La gravure se fait sur un substrat réfléchissant des creux de différentes longueurs qu on appelle des pits, entrecoupés par des zones plates appelées les lands (figure 2). La lecture du laser sur un pit crée des interférences avec la réflexion du signal optique sur le substrat. Il y a modulation de l inten sité du laser et c est ce qui rend possible la lecture des données. Le symbole «1» est alors représenté par un changement de zones (passage d un pit à un land ou passage d un land à un pit) qui correspond à une variation du signal du laser, et le «0» est représenté par une non-variation du signal (quand on est sur un pit ou sur un land). Il s agit du format NRZI (Non-Return Zero Inverted). L acquisition de chaque symbole se fait en synchronisation avec une horloge. Le laser commence par lire sur la piste la plus à l intérieur du disque (situé à 24 mm du centre). La distance du laser à la piste est réglée de manière à avoir un focus. Du fait de ce focus, l observation d un changement pit/land ou land/pit nécessite une longueur minimale, qui correspond à la lecture de deux symboles entre deux changements de zones (pit/land et land/pit), impliquant la présence d au moins deux «0» entre deux «1». L acquisition se fait via une carte analogique-numérique à des taux d échantillonnage supérieurs à 20 MHz, pilotée par un ordinateur équipé d un disque SSD de 200 Go. Les CD sont lus via un analyseur CATS ou un lecteur de CD audio de marque Studer (figure 3). Cette méthode permet de visualiser la présence d erreurs, dues par exemple à la désynchronisation avec l horloge (figure 4). L analyse du signal laser permet de reconstituer les bits contenus dans les trames posées sur les disques. Elle permet également de mettre en évidence des erreurs, comme la présence d une rayure (figure 5). Étude des évolutions physico-chimiques des constituants de CD-R Les disques optiques numériques (CD, DVD et Blu-Ray) sont des structures multicouches obtenues par l assemblage de différents matériaux. Un CD enregistrable (CD-R) est, 128 / Actes du colloque Sciences des matériaux du patrimoine culturel 2 Paris, 20 et 21 novembre 2012

4 Vernis de protection Couche réfléchissante Couche enregistrable (dye) Polycarbonate (1,2 mm) Figure 6. Structure d un CD-R. Figure 7. Analyse par AFM d une couche réfléchissante d un CD-R vierge stocké 8 ans (pointe silicium, mode tapping). Figure 8. Analyse par AFM du sillon d un substrat en polycarbonate (mode tapping) avant vieillissement (à gauche), et après 180 heures de photovieillissement accéléré (SEPAP 12/24) (à droite). profondeur (µm) longueur (nm) Figure 9. Observation au microscope du vernis de protection d un CD-R Verbatim immergé 71 heures (en haut) et profil d une goutte piégée dans le vernis de protection (en bas). par exemple, constitué d un substrat en polycarbonate, d une couche enregistrable appelée «dye», d une couche métallique réfléchissante et d un vernis de protection (figure 6). Chacun de ces matériaux est susceptible de subir des réactions de vieillissement et par conséquent d évoluer au cours du temps. L évolution du signal optique ou l apparition d erreurs numériques résultent d évolutions physico-chimiques de l un ou de plusieurs de ces constituants. Ces évolutions peuvent être étudiées à l aide de différentes techniques d analyse : microscopies, spectroscopies, mesures de dureté Une attention particulière doit être portée aux réactions affectant directement les propriétés fonctionnelles de ces matériaux. Par exemple, une évolution topographique du polycarbonate ou de la couche réfléchissante pourrait modifier le trajet optique du laser lors de la lecture et conduire à l apparition d erreurs numériques. Ce type de modification a été observé dans le cas du «vieillissement naturel» (stockage) d un modèle de CD-R pendant environ 8 ans. La caractérisation de la couche réfléchissante par microscopie à force atomique (AFM) a permis de mettre en évidence la présence de «tâches» pouvant nuire à la conservation des données (figure 7). Le vieillissement des disques optiques intervient au cours de périodes de stockage qui ne peuvent pas être accélérées au laboratoire de façon représentative. La démarche que nous avons adoptée consiste à appliquer différentes contraintes sur les constituants de CD-R et à caractériser les évolutions physico-chimiques provoquées par ces contraintes. Trois types de contrainte ont été choisis : photochimique (photovieillissements accélérés en enceintes SEPAP 12/24) ; thermique (vieillissement en étuves) ; d humidité (tests d immersion dans de l eau). Les dyes de CD-R sont caractérisés par des propriétés d absorp tion et de réfraction. De précédentes études ont montré que ces propriétés pouvaient subir des modifications importantes lors de vieillissements photochimiques en solutions [4]. Des photovieillissements de substrats en polycarbonate permettent, en particulier, de mettre en évidence une évolution topographique du sillon [5] et de révéler la réactivité du polycarbonate vis-à-vis de la lumière (figure 8). D autre part, les irradiations conduisent également à des évolutions importantes des propriétés mécaniques de surface du polycarbonate [6] qui sont corrélées à des modifications de structure chimique des macromolécules. Ces changements mécaniques (perte de ductilité) pourraient affecter la structure entière du CD-R. Impact de l humidité L air ambiant contient une quantité non négligeable de vapeur d eau. Le polycarbonate est un polymère perméable à l eau. La diffusion d eau à l intérieur d un CD-R pourrait conduire à des modifications des différentes couches et ainsi Actes du colloque Sciences des matériaux du patrimoine culturel 2 Paris, 20 et 21 novembre 2012 / 129

5 sont observables après quelques centaines heures d immersion (figure 10). Ces analyses indiquent que de l eau peut diffuser à l intérieur d un CD-R. La formation de gouttelettes pourrait conduire à une altération des couches enregistrable et réfléchissante. Figure 10. Observation au microscope de la couche réfléchissante d un CD-R Verbatim immergé durant 834 heures, en mode réflexion (à gauche) et en mode transmission (à droite). altérer les données stockées. L impact de l eau peut être mécanique (érosion, déformations ) ou chimique (réactions d hydrolyse). Afin de déterminer une éventuelle interaction de l eau avec les constituants de CD, des CD-R entiers ont été immergés dans de l eau à température ambiante. Des analyses par microscopie optique ont ensuite été effectuées après différentes périodes d immersion. L immersion conduit, après quelques dizaines d heures, à la formation de gouttelettes dans le vernis de protection (figure 9). Les analyses indiquent que le vernis de protection, dont le rôle principal est d assurer des propriétés barrières, semble très sensible à l humidité. Elles ont également mis en évidence la formation de gouttelettes piégées à l interface du polycarbonate et de la couche réfléchissante. Ces gouttes Conclusion Les disques numériques sont des supports qui évoluent au cours du temps, ce qui peut mettre en péril les données numériques qui y sont gravées. Nous nous sommes inté - ressés, dans le cadre de cette étude, à la prédiction des dégradations pour anticiper ces éventuelles pertes. Pour cela, il nous a semblé important de focaliser l étude d une part sur l exposition de ce support à l humidité en particulier, et d autre part sur le signal issu du laser de la platine, témoin direct de la réflectivité du disque et donc de la présence d erreurs sur les pits et les lands. Les premiers résultats montrent une difficulté pour établir un modèle de longévité de supports numériques. L analyse des signaux issus directement des lasers est une piste intéressante pour caractériser l évolution du taux de réflectivité, donc de la qualité de lecture et par conséquent de la possibilité de recouvrer les données. Par ailleurs, l analyse chimique a montré une grande disparité des comportements de ces supports, avec une sensibilité en particulier à l humidité. Bibliographie 1. Carou A., Nguyen T.P., 2005, Contribution à l étude du vieillissement des CD - Recherche sur les collections de la Bibliothèque nationale de France, bibnum.bnf.fr/conservation/etudecdbnfjuin2005.pdf 2. Fontaine J.-M., Poitevineau J., 2005, Are there criteria to evaluate optical disc quality that are relevant for end-users?, AES Convention Paper. 3. Hourcade J.-C., Laloe F., Spitz E., 2010, Longévité de l information numérique, Editions EDP Sciences (academie-sciences.fr/activite/rapport/ rc0310.htm) 4. Rollet F., Morlat-Thérias S., Gardette J.-L., Fontaine J.-M., Perdereau J., Polack J.-D., 2008, Identification of parameters involved in the photochemically induced degradation of CD-R phthalocyanine dye, Journal of Cultural Heritage, 9, p Rollet F., Morlat-Thérias S., Gardette J.-L., 2009, AFM analysis of CD- R photoageing, Polymer Degradation and Stability, 94, p Collin S., Bussière P.-O., Thérias S., Lambert J.-M., Perdereau J., Gardette J.-L., 2012, Physicochemical and mechanical impacts of photoageing on bisphenol A polycarbonate, Polymer Degradation and Stability, 97, p / Actes du colloque Sciences des matériaux du patrimoine culturel 2 Paris, 20 et 21 novembre 2012

Etude du vieillissement des disques optiques numériques (CD-R, DVD-R)

Etude du vieillissement des disques optiques numériques (CD-R, DVD-R) Etude du vieillissement des disques optiques numériques (CD-R, DVD-R) Réunion du GIS-SPADON Le 30 Novembre 2012 LAM, Paris 1 Steeve COLLIN Contexte CD-R = support d archivage de nombreux organismes publics

Plus en détail

Détection des erreurs en vue d un modèle de vieillissement des disques optiques Olivier ADAM, Jean-Marc FONTAINE et Jean-Dominique POLACK PLAN Le contexte La chaine de mesures La détection des erreurs

Plus en détail

Le GIS-DON (Groupe d Intérêt Scientifique sur les Disques Optiques Numériques)

Le GIS-DON (Groupe d Intérêt Scientifique sur les Disques Optiques Numériques) Le GIS-DON (Groupe d Intérêt Scientifique sur les Disques Optiques Numériques) Par Franck Laloë, LKB (Ecole Normale Supérieure) Président du Conseil Scientifique du GIS-DON 1 Membres du GIS-DON LAM, Université

Plus en détail

Tenue dans le temps des disques enregistrables DVD±R et DVD en verre (SYYLEX) à température et hygrométrie élevées

Tenue dans le temps des disques enregistrables DVD±R et DVD en verre (SYYLEX) à température et hygrométrie élevées LABORATOIRES DE TRAPPES 29 avenue Roger Hennequin 78197 Trappes Cedex Tél. : 01 30 69 10 00 - Fax : 0 30 69 12 34 Tenue dans le temps des disques enregistrables DVD±R et DVD en verre (SYYLEX) à température

Plus en détail

TS 32 Stockage de données sur un CD

TS 32 Stockage de données sur un CD FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 32 Stockage de données sur un CD Type d'activité Activité documentaire Tâche complexe Notions et contenus Stockage optique Écriture et lecture des données

Plus en détail

L Enregistrement Optique : Comment ça a marche?

L Enregistrement Optique : Comment ça a marche? «Longévité des disques enregistrables (CD, DVD ) : mythe ou réalité?» L Enregistrement Optique : Comment ça a marche? Jean-José Wanègue Le 17 Novembre 2009 Jean-José Wanègue : «L enregistrement Les disques

Plus en détail

1. La sauvegarde des données

1. La sauvegarde des données 1. La sauvegarde des données La sauvegarde des données Plan de la présentation: 1. Pourquoi sauvegarder? 2. Les supports de sauvegarde 3. Comment sauvegarder. 1. Pourquoi sauvegarder? Qu est-ce qu une

Plus en détail

archive once and for all

archive once and for all Association Aristote : Groupe PIN 22 mars 2012 «Les projets de technologies innovantes pour les supports de stockage Les outils de modélisation, d inventaire et d archivage de données développés au CNES»

Plus en détail

Objet : résultats d une seconde étude sur des CD-R et des graveurs du marché, ainsi que d une étude sur les DVD-R et graveurs du marché.

Objet : résultats d une seconde étude sur des CD-R et des graveurs du marché, ainsi que d une étude sur les DVD-R et graveurs du marché. Paris, le 19 décembre 2008 La directrice des Archives de France à Mesdames et Monsieur les responsables des Services des Archives nationales Mesdames et Messieurs les directeurs d archives départementales

Plus en détail

Contexte et enjeux de l archivage numérique

Contexte et enjeux de l archivage numérique Contexte et enjeux de l archivage numérique Yannick Deshayes Laboratoire IMS, Université Bordeaux, IPB, UMR 5218 (CNRS) 351 Cours de la libération 33405 Talence Cedex email : yannick.deshayes@ims-bordeaux.fr

Plus en détail

Groupement d'intérêt scientifique GIS-DON. DEGRADATION NATURELLE DES DVD±R Etude d une collection de disques gravés de 2004 à 2008

Groupement d'intérêt scientifique GIS-DON. DEGRADATION NATURELLE DES DVD±R Etude d une collection de disques gravés de 2004 à 2008 Groupement d'intérêt scientifique GIS-DON DEGRADATION NATURELLE DES DVD±R Etude d une collection de disques gravés de 24 à 28 Jean-Michel LAMBERT 1 / 18 INTRODUCTION L observation des dégradations survenant

Plus en détail

Que deviennent tous nos appareils périmés? Chaque année en

Que deviennent tous nos appareils périmés? Chaque année en 4 VIE ET RECYCLAGE DES APPAREILS ET SUPPORTS NUMÉRIQUES Que deviennent tous nos appareils périmés? Chaque année en France, on vend plusieurs millions de tablettes, ordinateurs, smartphones. Et l utilisation

Plus en détail

Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG

Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG L. David 1, G. Carlot 2, S. Gomès 1, P. Garcia 2, M. Raynaud 1,T. Petit 2 1 INSA-Lyon,

Plus en détail

Le CD Audio Un cas exemplaire de codage et de traitement numérique d un phénomène physique

Le CD Audio Un cas exemplaire de codage et de traitement numérique d un phénomène physique Le CD Audio Un cas exemplaire de codage et de traitement numérique d un phénomène physique Le constat Le CD Audio, Compact Disc à lecture optique, s est imposé comme le support idéal pour le stockage de

Plus en détail

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Connaissances et compétences : - Identifier les éléments d une chaîne de transmission d informations. - Recueillir et exploiter des informations concernant

Plus en détail

Les enjeux du stockage de masse sur bande vidéo

Les enjeux du stockage de masse sur bande vidéo Les enjeux du stockage de masse sur bande vidéo et les alternatives 15 mars 2006 1 Rappels sur le travail d archivage Des procédures définies par les organisations internationales Procédures identiques

Plus en détail

QUALITE DES DISQUES BLU-RAY ENREGISTRABLES POUR L ARCHIVAGE DES DONNEES NUMERIQUES

QUALITE DES DISQUES BLU-RAY ENREGISTRABLES POUR L ARCHIVAGE DES DONNEES NUMERIQUES LABORATOIRES DE TRAPPES 29 avenue Roger Hennequin 78197 Trappes Cedex Tél. : 01 30 69 10 00 - Fax : 01 30 69 12 34 QUALITE DES DISQUES BLU-RAY ENREGISTRABLES POUR L ARCHIVAGE DES DONNEES NUMERIQUES Etude

Plus en détail

Disques durs et disques optiques

Disques durs et disques optiques Disques durs et disques optiques GIF-1001 Ordinateurs: Structure et Applications, Hiver 2015 Jean-François Lalonde (sculpture faite de vieux disques durs, source: http://www.wired.com/2009/12/hard-drives-sculpture/all/1)

Plus en détail

Microscopie à Force Atomique (AFM) en Master 2 Nanosciences

Microscopie à Force Atomique (AFM) en Master 2 Nanosciences Microscopie à Force Atomique (AFM) en Master 2 Nanosciences Alexandre Dazzi, Université Paris-Sud, Laboratoire de Chimie Physique, PMIPS bâtiment 201-P2, Orsay Alexandre.dazzi@u-psud.fr Introduction La

Plus en détail

QUALITE DES DVD+R ET DES DVD-R DISPONIBLES SUR LE MARCHE POUR L ARCHIVAGE DES DONNEES NUMERIQUES. Etude effectuée pour :

QUALITE DES DVD+R ET DES DVD-R DISPONIBLES SUR LE MARCHE POUR L ARCHIVAGE DES DONNEES NUMERIQUES. Etude effectuée pour : LABORATOIRES DE TRAPPES 29 avenue Roger Hennequin 78197 Trappes Cedex Tél. : 01 30 69 10 00 - Fax : 01 30 69 12 34 QUALITE DES DVD+R ET DES DVD-R DISPONIBLES SUR LE MARCHE POUR L ARCHIVAGE DES DONNEES

Plus en détail

Physique Transmission et stockage de l information Chap.22

Physique Transmission et stockage de l information Chap.22 TS Thème : Agir Activités Physique Transmission et stockage de l information Chap.22 I. Transmission de l information 1. Procédés physique de transmission Une chaîne de transmission peut se schématiser

Plus en détail

- Constat -Concept - Technologies - Architecture - Performances - Quelques exemples -Conclusion. Rugosité multi-échelles

- Constat -Concept - Technologies - Architecture - Performances - Quelques exemples -Conclusion. Rugosité multi-échelles - Constat -Concept - Technologies - Architecture - Performances - Quelques exemples -Conclusion Rugosité multi-échelles Le Constat La société EOTECH est à l origine une société de distribution de matériels

Plus en détail

F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France

F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France Logiciel d aide à l évaluation du risque chimique F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France Introduction

Plus en détail

LA CONSERVATION DES DONNEES NUMERIQUES SUR DVDR

LA CONSERVATION DES DONNEES NUMERIQUES SUR DVDR LABORATOIRES DE TRAPPES 9 avenue Roger Hennequin 7897 Trappes Cedex Tél. : 3 69 - Fax : 3 69 34 LA CONSERVATION DES DONNEES NUMERIQUES SUR DVDR Recherche dans le cadre du Groupement d Intérêt Scientifique

Plus en détail

Module : Fichier. Chapitre I : Généralités

Module : Fichier. Chapitre I : Généralités Module : Fichier Semestre 1 Année : 2010/2011-1- SOMMAIRE 1. Introduction 2. Définition d un fichier 3. Caractéristiques d un fichier 4. Topologie des fichiers 5. Résumé 6. QCM 7. Exercices 8. Bibliographie

Plus en détail

Chimie Analytique II. Microscopie à force atomique

Chimie Analytique II. Microscopie à force atomique Chimie Analytique II Microscopie à force atomique Daniel Abegg Nicolas Calo Emvuli Mazamay Pedro Surriabre Université de Genève, Science II, Laboratoire 144 Groupe 4 29 décembre 2008 Résumé Les résultats

Plus en détail

numérique : techno logique 1 Sauvegarde La faible longévité des supports d information un défi D après la conférence de Franck Laloë

numérique : techno logique 1 Sauvegarde La faible longévité des supports d information un défi D après la conférence de Franck Laloë La faible longévité des supports d information numérique : un défi techno logique D après la conférence de Franck Laloë Ancien diplômé de l École Polytechnique, Franck Laloë a été chercheur au CNRS au

Plus en détail

Routage Grande Vitesse des Cartes Electroniques

Routage Grande Vitesse des Cartes Electroniques Routage Grande Vitesse des Cartes Electroniques Roberto Reyna 1, aniela ragomirescu 2,3 1-Freescale Toulouse 2 - Université de Toulouse : INSA Toulouse, 135 Av. de Rangueil Toulouse cedex 4 3-LAAS-CNRS

Plus en détail

LOAD PROFILING : ESTIMATION D UNE COURBE DE CONSOMMATION ET PRECISION D ESTIMATION

LOAD PROFILING : ESTIMATION D UNE COURBE DE CONSOMMATION ET PRECISION D ESTIMATION LOAD PROFILING : ESTIMATION D UNE COURBE DE CONSOMMATION ET PRECISION D ESTIMATION Olivier Chaouy EDF R&D 1, avenue du Général de Gaulle - 92141 Clamart Cedex - France olivier.chaouy@edf.fr Résumé : Le

Plus en détail

Fiabilité pour les Micro et Nano Systèmes

Fiabilité pour les Micro et Nano Systèmes Fiabilité pour les Micro et Nano Systèmes Trends in Micro Nano 28 octobre 2015 Dr. Olha Sereda Copyright 2015 CSEM Characterization and Quality Assurance Page 1 Fiabilité dans Micro et Nano Systèmes Les

Plus en détail

LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL

LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL LCPC Instrumentation et Mesures sur Chantier CFMSG - 18 Septembre 2002 LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL JM. Caussignac Le Risque et le Génie Civil - F.O.-ENPC 3/02/00 1 Sommaire

Plus en détail

TD 1 - Transmission en bande de passe

TD 1 - Transmission en bande de passe Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe Lebon - BP 540 76058 LE HAVRE CEDEX Claude.Duvallet@gmail.com Claude Duvallet 1/10 Transmission en bande de passe (1/2) Description

Plus en détail

INDUSTRIES TECHNIQUES

INDUSTRIES TECHNIQUES Version 2 «Chimiste» Le métier s entend exercé par des femmes et des hommes. L emploi du pronom personnel «il» est donc générique et concerne autant les femmes que les hommes. APPELLATION(S) DU METIER

Plus en détail

Démarrez le Lecteur Windows Media

Démarrez le Lecteur Windows Media Le Lecteur Windows Media vous permet de rechercher et lire des fichiers multimédias numériques stockés sur votre ordinateur, de lire des CD et des DVD, ainsi que d afficher en continu du contenu multimédia

Plus en détail

Système d'information Page 1 / 7

Système d'information Page 1 / 7 Système d'information Page 1 / 7 Sommaire 1 Définition... 1 2 Fonctions du système d information... 4 2.1 Recueil de l information... 4 2.2 Mémorisation de l information... 4 2.3 Traitement de l information...

Plus en détail

QUALITE DES CD-R DISPONIBLES SUR LE MARCHE POUR L ARCHIVAGE DES DONNEES NUMERIQUES. Etude effectuée pour :

QUALITE DES CD-R DISPONIBLES SUR LE MARCHE POUR L ARCHIVAGE DES DONNEES NUMERIQUES. Etude effectuée pour : LABORATOIRES DE TRAPPES 29 avenue Roger Hennequin 78197 Trappes Cedex Tél. : 01 30 69 10 00 - Fax : 01 30 69 12 34 QUALITE DES CD-R DISPONIBLES SUR LE MARCHE POUR L ARCHIVAGE DES DONNEES NUMERIQUES Etude

Plus en détail

CD, DVD: quel disque choisir pour stocker ses fichiers?

CD, DVD: quel disque choisir pour stocker ses fichiers? CD, DVD: quel disque choisir pour stocker ses fichiers? Pas évident de déterminer le bon support de stockage en fonction de ses besoins. Photos, vidéos, fichiers divers Quelque petits conseils pour trouver

Plus en détail

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON J. RHAZI, S. NAAR Groupe de Recherche sur l Auscultation et l Instrumentation Département de génie civil

Plus en détail

Conservation des bulletins de salaire. L approche du Groupe Total

Conservation des bulletins de salaire. L approche du Groupe Total Conservation des bulletins de salaire L approche du Groupe Total DRHC/DS/DORS/DOM/ARM Service Archives et Records Management Contexte 2 - DRHC/DS/DORS/DOM/ARM 1 Contexte Ressources Humaines Système d Information

Plus en détail

Tous les conseils de nos experts pour bien l utiliser.

Tous les conseils de nos experts pour bien l utiliser. BIEN COMMENCER AVEC MES SAUVEGARDES Tous les conseils de nos experts pour bien l utiliser. Retrouvez tous les conseils de nos experts sur fnac.com À SAVOIR Pourquoi sauvegarder? L espace de stockage des

Plus en détail

www.konicaminolta.fr DocMaster La parfaite maîtrise du cycle de production documentaire * L essentiel de l image

www.konicaminolta.fr DocMaster La parfaite maîtrise du cycle de production documentaire * L essentiel de l image www.konicaminolta.fr DocMaster La parfaite maîtrise du cycle de production documentaire * L essentiel de l image * Solution de gestion documentaire DocMaster Avec DocMaster... maîtrisez votre cycle de

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

Sauvegarde. de données. Nos conseils de prise en main

Sauvegarde. de données. Nos conseils de prise en main Sauvegarde de données de prise en main Pourquoi sauvegarder? L espace de stockage de nos ordinateurs continue sans cesse d augmenter. Le nombre de données que nous y enregistrons est de plus en plus important,

Plus en détail

SIGNAUX ANALOGIQUES ET NUMERIQUES

SIGNAUX ANALOGIQUES ET NUMERIQUES SIGNAUX ANALOGIQUES ET NUMERIQUES 1. ANALOGIQUE OU NUMERIQUE? Un signal est la représentation physique d une information qui est transportée avec ou sans transformation, de la source jusqu au destinataire.

Plus en détail

Conservation des documents numériques

Conservation des documents numériques Conservation des documents numériques Qu'est ce qu'un document numérique? Matthieu GIOUX matthieu.gioux@bnf.fr Contexte de la préservation des documents numériques Une croissance en expansion Développement

Plus en détail

1. Etude 360. Une prise en charge globale de l étude et du développement de pièces et de moules pour l injection de matières plastiques.

1. Etude 360. Une prise en charge globale de l étude et du développement de pièces et de moules pour l injection de matières plastiques. Moule Injection 1. Etude 360 Full plastic concept Assemblage Laboratoire Une prise en charge globale de l étude et du développement de pièces et de moules pour l injection de matières plastiques Notre

Plus en détail

TECHNOLOGIES EXPERTISES RECHERCHES ANALYTIQUES EN ENVIRONNEMENT. SyPACV2. Système de prélèvement automatique compact - 2 ème génération

TECHNOLOGIES EXPERTISES RECHERCHES ANALYTIQUES EN ENVIRONNEMENT. SyPACV2. Système de prélèvement automatique compact - 2 ème génération TECHNOLOGIES EXPERTISES RECHERCHES ANALYTIQUES EN ENVIRONNEMENT Ingénierie SyPACV2 Système de prélèvement automatique compact - 2 ème génération 2012 SOMMAIRE 1. Le service Ingénierie 2. Qu est-ce que

Plus en détail

Sauvegarde Version 1.0. 25/05/2015 BTS SIO SISR Brochard Florent

Sauvegarde Version 1.0. 25/05/2015 BTS SIO SISR Brochard Florent Sauvegarde Version 1.0 25/05/2015 BTS SIO SISR Brochard Florent Sommaire I. Introduction... 3 II. Définition de la sauvegarde... 3 III. Stratégie de sauvegarde... 3 IV. Types de sauvegarde... 4 A. La sauvegarde

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

Dynamic Computing Services solution de backup. White Paper Stefan Ruckstuhl

Dynamic Computing Services solution de backup. White Paper Stefan Ruckstuhl Dynamic Computing Services solution de backup White Paper Stefan Ruckstuhl Résumé pour les décideurs Contenu de ce White Paper Description de solutions de backup faciles à réaliser pour des serveurs virtuels

Plus en détail

MANUEL D'UTILISATION ET INSTALLATION

MANUEL D'UTILISATION ET INSTALLATION Révision 1 - Octobre 2013 Manuel d'utilisation et d installation O-link Le fabricant OWANDY se réserve le droit de modifier ses produits ou leurs spécifications afin d'améliorer les performances, la qualité

Plus en détail

Comment lire ma musique dématérialisée? Partie 1

Comment lire ma musique dématérialisée? Partie 1 Comment lire ma musique dématérialisée? Partie 1 Maintenant que vous en savez plus sur les généralités de la musique dématérialisée (spécificités, stockage ), nous allons vous lister les différentes possibilités

Plus en détail

CALCUL THEORIQUE DE FIABILITE SUR LES CARTES DE L ERCP 80 SELON LA NORME UTE C 80-810 RAPPORT AF04-4864R1 25 FEVRIER 2005

CALCUL THEORIQUE DE FIABILITE SUR LES CARTES DE L ERCP 80 SELON LA NORME UTE C 80-810 RAPPORT AF04-4864R1 25 FEVRIER 2005 CALCUL THEORIQUE DE FIABILITE SUR LES CARTES DE L ERCP 80 SELON LA NORME UTE C 80-810 RAPPORT AF04-4864R1 25 FEVRIER 2005 CE RAPPORT ANNULE ET REMPLACE LE RAPPORT AF04-4864 DU 25 JANVIER 2005 Cette analyse

Plus en détail

Le polissage par laser

Le polissage par laser B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 Le polissage par laser Contexte Un traitement de surface est généralement réalisé dans le but d améliorer les caractéristiques

Plus en détail

Sauvegarde des fichiers

Sauvegarde des fichiers Sauvegarde des fichiers 1 Hiérarchie des fichiers Stockage à la racine d un disque. Stockage dans un dossier. Stockage dans un dossier utilisateur : problématique de l accès aux fichiers. Stockage sur

Plus en détail

Bernard Bordonado Motorola Semiconducteurs

Bernard Bordonado Motorola Semiconducteurs LabVIEW et l automatisation de mesures de circuits intégrés RF pour applications automobiles Bernard Bordonado Motorola Semiconducteurs Page 1 Plan de la présentation Introduction Circuits intégrés RF

Plus en détail

Thermographie infrarouge Les caméras de thermographie infrarouge de terrain aux meilleurs prix

Thermographie infrarouge Les caméras de thermographie infrarouge de terrain aux meilleurs prix Thermographie infrarouge Les caméras de thermographie infrarouge de terrain aux meilleurs prix SYNERGYS TECHNOLOGIES - Quartier Plessier - 39 avenue du 8 e Régiment de Hussards BP 30109-68132 Altkirch

Plus en détail

Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire)

Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire) Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire) Laurent Soulard CEA-DAM Ile-de-France laurent.soulard@cea.fr 1 Problématique La DAM est

Plus en détail

Graver un CD ou un DVD

Graver un CD ou un DVD Graver un CD ou un DVD 27 janvier 2014 p 1 Graver un CD ou un DVD Ce tutoriel est un complément à notre cours sur la sauvegarde des documents. Car la gravure de documents sur un cd ou un dvd est un moyen

Plus en détail

Conservation des données à long terme

Conservation des données à long terme Rencontres ACADM 26 juin 2014 Conservation des données à long terme Sandrine DANIEL, data manager Sandrine VINAULT, data manager Isabelle FOURNEL, médecin épidémiologiste CIC 1432 Module Epidémiologie

Plus en détail

26 Centre de Sécurité et de

26 Centre de Sécurité et de 26 Centre de Sécurité et de Maintenance La fenêtre du Centre de sécurité et de maintenance (CSM) rassemble tous les outils nécessaires au contrôle, à l analyse, à la maintenance, à la sauvegarde et au

Plus en détail

PROJET DE FIN D ÉTUDES Asservissement visuel d un robot parallèle à câbles pour la réalisation d une fresque verticale de grande taille

PROJET DE FIN D ÉTUDES Asservissement visuel d un robot parallèle à câbles pour la réalisation d une fresque verticale de grande taille Résumé de PFE PROJET DE FIN D ÉTUDES Asservissement visuel d un robot parallèle à câbles pour la réalisation d une fresque verticale de grande taille Introduction Dans le domaine de la robotique, la robotique

Plus en détail

La fabrication additive devient exacte

La fabrication additive devient exacte La fabrication additive devient exacte Source : article de la machine-outil, www.machine-outil.com Démarche empirique, la construction de pièces métalliques par superposition successive de couches change

Plus en détail

Didactique Kit de chimie

Didactique Kit de chimie Kit de chimie Français p 1 Version : 1110 1 Description 1.1 Généralités Le kit effet d un azurant sur le coton permet la mise en œuvre d une réaction photochimique en utilisant un azurant optique. Cette

Plus en détail

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires)

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires) PROBLEMATIQUE - L APPROCHE JADE Telecom L exploitation de réseaux de télécommunications implique pour les entreprises la prise en compte de différents points importants : La mise en place de personnel

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

Physiquement présent préservé pour l avenir

Physiquement présent préservé pour l avenir Physiquement présent préservé pour l avenir INTRODUCTION Réinventer l archivage numérique Assurer pour demain l accès à vos données d aujourd hui est un défi constant. Les données étant de plus en plus

Plus en détail

de proposer avec un kit de développement style carte arduino accompagné de 2 ou 3 capteurs et câbles par étudiant.

de proposer avec un kit de développement style carte arduino accompagné de 2 ou 3 capteurs et câbles par étudiant. D-3000 D-3000 à pour but de penser l aménagement des ateliers de l option design au sein de l isdat, en lien avec l enseignement apporté, c est-à-dire de penser des espaces de travail et des éléments qui

Plus en détail

Préambule. Tels sont les objectifs du projet «Bibliothèque virtuelle de Clairvaux- 1472».

Préambule. Tels sont les objectifs du projet «Bibliothèque virtuelle de Clairvaux- 1472». 1 Préambule La fondation en 1115 de l abbaye de Clairvaux, par le futur saint Bernard, constitue à l époque un événement non seulement religieux, mais aussi politique et culturel d importance. La bibliothèque,

Plus en détail

La console multi-capteurs sans-fil

La console multi-capteurs sans-fil La console multi-capteurs sans-fil Ecran tactile couleur Boutons de sélection Capteurs avec écran Boutons de navigation Elastomère de protection Connexion USB sans pilote Batterie lithium haute capacité

Plus en détail

Fiche à destination des enseignants TS 2 CD ou DVD?

Fiche à destination des enseignants TS 2 CD ou DVD? Fiche à destination des enseignants TS 2 CD ou DVD? Type d'activité Activité expérimentale ou évaluation expérimentale, type ECE Objectifs Pré-requis Conditions de mise en œuvre Liste du matériel, par

Plus en détail

Optimisation de la sauvegarde au cabinet (Exposé dans le cadre de la Formation Conventionnelle des Orthoptistes juin 2004)

Optimisation de la sauvegarde au cabinet (Exposé dans le cadre de la Formation Conventionnelle des Orthoptistes juin 2004) Optimisation de la sauvegarde au cabinet (Exposé dans le cadre de la Formation Conventionnelle des Orthoptistes juin 2004) **************************** Objectifs Quelques règles et suggestions Moyens I

Plus en détail

Compétences et Technologies de Précision

Compétences et Technologies de Précision Plateforme Laser, Compétences et Technologies de Précision Marquage - Soudage laser, Technologies complémentaires de l usinage. Le laser, une technologie pour gagner en compétitivité Le laser au CTDEC

Plus en détail

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

Conserver ses photos. Frédéric Bisson /

Conserver ses photos. Frédéric Bisson / Conserver ses photos Frédéric Bisson / Sommaire Questions à se poser Pourquoi? Quelles photos? Combien de temps? Comment? Enregistrement, sauvegarde ou archivage? Définitions et spécificités Conserver

Plus en détail

Ces tarifs sont modulés lorsque plusieurs opérations se chevauchent lors d une même intervention. Voir plus bas* dans les remarques

Ces tarifs sont modulés lorsque plusieurs opérations se chevauchent lors d une même intervention. Voir plus bas* dans les remarques TARIFS MAIN D ŒUVRE DE DÉPANNAGE INFORMATIQUE À PARTIR DU 10 SEPTEMBRE 2015 A tous ces tarifs, ajouter le coût du déplacement (sauf première intervention : déplacement offert) Ces tarifs sont modulés lorsque

Plus en détail

Cisco Secure Access Control Server Solution Engine. Introduction. Fiche Technique

Cisco Secure Access Control Server Solution Engine. Introduction. Fiche Technique Fiche Technique Cisco Secure Access Control Server Solution Engine Cisco Secure Access Control Server (ACS) est une solution réseau d identification complète qui offre à l utilisateur une expérience sécurisée

Plus en détail

Association Aristote Groupe PIN Projets de technologies innovantes pour les supports de stockage 22 mars 2012

Association Aristote Groupe PIN Projets de technologies innovantes pour les supports de stockage 22 mars 2012 ARNANO Le hiéroglyphe du 3 ème millénaire. Association Aristote Groupe PIN Projets de technologies innovantes pour les supports de stockage 22 mars 2012 Conservation sécurisée à très long terme de documents

Plus en détail

CREER ET FORMATER UNE PARTITION DE DISQUE DUR 1 QUE SONT LES PARTITIONS ET LES LECTEURS LOGIQUES? 6

CREER ET FORMATER UNE PARTITION DE DISQUE DUR 1 QUE SONT LES PARTITIONS ET LES LECTEURS LOGIQUES? 6 Table des matières. CREER ET FORMATER UNE PARTITION DE DISQUE DUR 1 QUE SONT LES PARTITIONS ET LES LECTEURS LOGIQUES? 6 QUE SONT LES DISQUES DE BASE ET LES DISQUES DYNAMIQUES? 6 FORMATAGE DES DISQUES ET

Plus en détail

Lexmark Pilote la Transformation IT avec les Solutions CA Service Assurance

Lexmark Pilote la Transformation IT avec les Solutions CA Service Assurance CUSTOMER SUCCESS STORY Août 2013 Lexmark Pilote la Transformation IT avec les Solutions CA Service Assurance PROFIL CLIENT Secteur: Société de services informatiques Société: Lexmark Effectifs: 12,000

Plus en détail

Les périphériques de stockage

Les périphériques de stockage Les périphériques de stockage Jean-Philippe PERNIN Université Stendhal Département Informatique Pédagogique Mél. : Jean-Philippe.Pernin@u-grenoble3.fr Copyright septembre 09 - Jean-Philippe Pernin - DIP

Plus en détail

Utilisation du RAID logiciel Sur un serveur Windows 2000

Utilisation du RAID logiciel Sur un serveur Windows 2000 BTS INFORMATIQUE DE GESTION Option Administrateur de réseaux développement d applications COMPTE-RENDU D ACTIVITE ACTIVITE N 6 Nom et Prénom : Casanova Grégory Identification (objectif) de l activité Utilisation

Plus en détail

I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI

I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI PRÉAMBULE I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI La société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour Object l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier

Plus en détail

Introduction. Division Moyennes et Grandes Entreprises - Direction Produits Page 2 / 7. Communiqué de lancement Sage HR Management V5.

Introduction. Division Moyennes et Grandes Entreprises - Direction Produits Page 2 / 7. Communiqué de lancement Sage HR Management V5. Division Moyennes et Grandes Entreprises Direction Produits Communiqué de lancement Sage HR Management Version 5.10 Nouveau module Décisionnel Bases de données Sage HR Management Version 5.10 MS SQL Server

Plus en détail

VMware vsphere 5 Maîtrisez l exploitation de votre infrastructure virtuelle

VMware vsphere 5 Maîtrisez l exploitation de votre infrastructure virtuelle 212 VMware vsphere 5 Maîtrisez l exploitation de votre infrastructure virtuelle Quoi qu'il en soit, gardez à l esprit que nous n avons pas voulu favoriser une technologie en particulier. Cependant, nous

Plus en détail

Transmissions série et parallèle

Transmissions série et parallèle 1. Introduction : Un signal numérique transmet généralement plusieurs digits binaires. Exemple : 01000001 ( huit bits). Dans une transmission numérique on peut envisager deux modes : les envoyer tous en

Plus en détail

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO Présentation Introduction I. Matériel et Méthode II. Résultats III. Discussion Comparaison avec d autres

Plus en détail

BRAND Baptiste, GRUNENVALD Renaud, SAMATE Babakare. Boîte postale 70034 68301 Saint Louis Cedex

BRAND Baptiste, GRUNENVALD Renaud, SAMATE Babakare. Boîte postale 70034 68301 Saint Louis Cedex 1/8 Mesure de qualité d une lentille Élèves : Partenaire : Adresse : Parrain du projet : A. Définition du cahier des charges BRAND Baptiste, GRUNENVALD Renaud, SAMATE Babakare ISL Boîte postale 70034 68301

Plus en détail

Yphise optimise en Coût Valeur Risque l informatique d entreprise

Yphise optimise en Coût Valeur Risque l informatique d entreprise Gérer le risque opérationnel ORM - Operational Risk Management Juin 2008 Xavier Flez yphise@yphise.com Propriété Yphise GM Gouvernance PR Projets IS Systèmes d Information SO Service Management 1 Le risque

Plus en détail

ESPACE MULTIMEDIA DU CANTON DE ROCHESERVIERE

ESPACE MULTIMEDIA DU CANTON DE ROCHESERVIERE 1 Introduction ESPACE MULTIMEDIA DU CANTON DE ROCHESERVIERE Atelier «pour approfondir» Sauvegarder ses données à domicile ou sur Internet Qui n a jamais perdu des photos ou documents suite à une panne

Plus en détail

TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN

TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN CHIKHI Mourad 1, SELLAMI Rabah 1 et Merzouk Kasbadji Nachida 1 1: Unité de Développement des Equipements Solaires

Plus en détail

Restaurer des données

Restaurer des données Restaurer des données Pré-requis à cette présentation La lecture de ce guide suppose que vous avez installé l agent SFR Backup sur l équipement que vous souhaitez sauvegarder. Il est également nécessaire

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

MCO : Maintien en Conditions Opérationnelles

MCO : Maintien en Conditions Opérationnelles Les différentes stratégies de pérennisation : étude menée par Edf avec ISO Ingénierie MCO : Maintien en Conditions Opérationnelles Par Matthieu Bresciani 10/06/2010 Journée Club Automation MCO des systèmes

Plus en détail

Périphériques de stockage

Périphériques de stockage 1. Ordinateur : 1-1 Définition : L ordinateur est un équipement électronique de traitement automatique de l information, comprenant les organes nécessaires à son fonctionnement autonome. 2. Schéma fonctionnel

Plus en détail

1. INTRODUCTION. Un peu d histoire

1. INTRODUCTION. Un peu d histoire 1. INTRODUCTION Avant de nous intéresser aux technologies des réseaux actuelles, il est important de retracer en quelques points l évolution de l outil informatique afin de nous permettre d appréhender

Plus en détail

Bien voir pour mieux prévoir

Bien voir pour mieux prévoir Bien voir pour mieux prévoir VUE D ENSEMBLE Entrez dans la nouvelle dimension de la radiologie portable avec un mobile. STEPHANIX possède la gamme de mobiles numériques la plus large du marché. Les Movix

Plus en détail

Méthode d aide à la conception en présence d imprécisions

Méthode d aide à la conception en présence d imprécisions Méthode d aide à la conception en présence d imprécisions Franck Massa, Thierry Tison, Bertrand Lallemand Laboratoire d'automatique, de Mécanique et d'informatique Industrielles et Humaines, UMR 8530,

Plus en détail