Une méthode formelle pour la vérification de la consistance temporelle et la gestion prédictive de la Qualité de service pour la présentation des

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une méthode formelle pour la vérification de la consistance temporelle et la gestion prédictive de la Qualité de service pour la présentation des"

Transcription

1 Une méthode formelle pour la vérification de la consistance temporelle et la gestion prédictive de la Qualité de service pour la présentation des documents SMIL A.Abdelli LSI-TR

2 Une méthode formelle pour la vérification de la consistance temporelle et la gestion prédictive de la Qualité de service pour la présentation des documents SMIL A.Abdelli Laboratoire LSI - Département d informatique USTHB B.P.32 El-Alia Bab Ezzouar Alger Algérie Résumé Plusieurs travaux ont été dédiés à l édition et à la présentation des applications interactives multimedia sur le web, mais très peu se sont intéressés à la vérification sémantique de ces documents. Ce papier présente une approche formelle pour la construction du graphe de synthèse modélisant un document multimédia décrit en SMIL. Le graphe de synthèse obtenu en utilisant notre approche donne toutes les solutions consistantes lorsqu elles existent. Ce graphe calcule au niveau de chaque nœud terminal les délais minimaux et maximaux pour chaque sous séquence Multimédia réalisée. Ce qui permet d envisager aussi bien une analyse qualitative que quantitative du document. Le graphe obtenu, peut être utilisé aussi bien pour garantir une présentation consistante du Player (au niveau client) que pour améliorer la qualité de service en implémentant une politique de Scheduling dynamique par anticipation (au niveau du serveur multimédia) Mots Clés: Multimedia, RT-LOTOS, Réseau temporel algébrique (RTA), SMIL, vérification formelle, qualité de service, graphe temporel. 1 INTRODUCTION Plusieurs travaux se sont intéressés au développement des documents multimédias interactifs (DMI) basés sur la norme W3C Synchronized Multimedia integration language (SMIL) [1]. Certains de ces travaux ont été dédiés à l édition, à la présentation des documents SMIL [3] [4] et d autres à l implémentation du Player [5] [6] [7][8]. Ces travaux se sont focalisés sur la spécification des besoins de l édition et des contraintes de synchronisations et très peu ont proposé des solutions pour la vérification sémantique de tels documents [2][9][10][11]. Dans [12] une approche formelle permettant de traduire un document SMIL2.0 vers une spécification RT-LOTOS [13] a été proposée. Dans le but de vérifier sa consistance, l approche exploite les méthodes d analyses précédemment définies qui consistent en la génération à partir d une spécification RT-LOTOS de l automate temporisé équivalent et puis de sa dérivation vers un graphe d accessibilité fini. Dans le cas d un document SMIL, le graphe obtenu permet de décrire tous les comportements possibles du système (consistant et non consistants). Un graphe de synthèse [19][20] est ensuite extrait, en éliminant toutes les branches inconsistantes, avant d être traduit vers un automate temporisé modélisant «le graphe de synthèse». Dans l approche que nous proposons, le graphe de synthèse est plus compact et nettement plus réduit que celui produit dans [20]. Pour ce faire, nous exploitons des travaux précédents qui permettent de traduire une spécification RT-LOTOS vers un langage à base de réseaux de Petri temporels [14], appelé «réseau temporel algébrique»[15]. Par ailleurs, une approche de construction du «graphe d accessibilité contracté» à partir d un RTA a été formalisée et implémenté [16]. L avantage de notre approche est qu elle produit «un graphe de synthèse» minimal. 1

3 Le graphe généré ici, que nous appelons «graphe temporel» de plus qu il est compact, il calcule les délais minimaux et maximaux de réalisation de chaque sous séquence multimédia réalisée. Ce qui permet une fois obtenu, d effectuer aussi bien une analyse qualitative que quantitative [17]. Le graphe temporel peut servir de modèle, lors de l édition ou l exécution d une présentation, et aussi comme outil de prédiction pour l amélioration de la qualité de service au niveau du serveur Multimédia. Ce papier est organisé comme suit: La section 2 présente de manière informelle les différents modèles utilisés. Les sections 3 et 4 présentent l approche proposée pour la vérification de la consistance temporelle des documents SMIL, appliquée à un exemple concret. La dernière section propose une technique pour l amélioration de la qualité de service pour la présentation des documents SMIL, en utilisant le graphe de synthèse obtenu. 2 MODELES UTILISES Nous considérons dans ce papier les modèles suivants: 2.1 Le langage SMIL SMIL est l acronyme de Synchronized Multimedia Integration Language. C est un langage déclaratif qui permet de décrire l aspect spatial et temporel d une présentation composée de plusieurs objets multimédias. SMIL est un langage de balisage basé sur XML (extensible Markup language). SMIL offre des options de gestion de la présentation telles que les opérateurs de synchronisation par «exécution parallèle de plusieurs objets» et seq «exécution séquentielle de plusieurs objets», l opérateur de choix switch et l opérateur de préchargement «prefetech». Par ailleurs, SMIL est indépendant de la plate forme et des médias utilisés. Le code source en texte pur assure sa portabilité et son ouverture à des mises en œuvre diverses. 2.2 Le langage RT-LOTOS RT-LOTOS (Real-Time LOTOS) [13][18] est une extension temporelle du langage LOTOS basée sur l algèbre des processus et normalisée par ISO (ISO8807). RT-LOTOS permet de décrire le comportement d un système temps réel par une expression algébrique combinant des actions élémentaires (qui peuvent être contraintes temporellement) avec des opérateurs algébriques héritées dans leur globalité de LOTOS. La réalisation d une action du système peut manipuler des structures de données déclarées au moyen des types abstraits. Plusieurs mécanismes temporelles ont été définies dans RT-LOTOS tels que: - La temporisation à durée déterministe (date), à durée non déterministe (intervalles ) - Le mécanisme d urgence. - Le mécanisme de préemption.etc RT-LOTOS a fait l objet de plusieurs travaux dans le domaine multimédia [12][18] et plus récemment pour la validation de la consistance temporelle des documents SMIL [11][19][20]. 2.3 Le modèle RTA (réseau temporel algébrique) Ce modèle a été présenté et définie dans [14][15]. Il permet de modéliser un système temps réel par une expression algébrique combinant des opérateurs algébriques avec des instanciations de processus. Chaque processus est modélisé par un réseau de Petri temporel [21]. Les processus peuvent manipuler des structures de données, et évoluer en parallèle, synchrone, asynchrone où selon une autre sémantique. Ils communiquent par rendez-vous sur des canaux de communication. Un canal est associé à chaque transition et définit le rendez-vous sur lequel elle communique et se synchronise avec son environnement. Une approche a été formalisée et implémentée dans [14] pour traduire une spécification RT-LOTOS vers un RTA. Ceci permet d exploiter la méthode d énumération des classes accessibles développée pour un RTA [16] pour l analyse des spécifications RT-LOTOS. 2.4 Le graphe temporel Le «graphe temporel» a été défini dans [14][16] et permet de modéliser le graphe d accessibilité contracté d un RTA. Un graphe temporel est un système de transitions étiquetées tel que dans chacun de ses nœuds est sauvegardé l ensemble des contraintes temporelles définissant le domaine de satisfaisabilité. Lors de la construction du graphe on calcule aussi un Tableau D donnant les délais minimaux et maximaux des sous séquences d actions réalisées. L approche de construction développée permet de calculer au nœud (n) le tableau D n de manière récursive à partir du tableau D n-1 obtenu au noeud (n-1), ce qui permet de réduire de façon considérable la complexité en temps de calcul. Contrairement aux autres graphes, Le «graphe temporel» obtenu, permet d envisager une 2

4 analyse aussi bien qualitative que quantitative du système modélisé. D autre part une approche a été formalisée dans [22] permettant de traduire un graphe temporel vers un automate temporisé, ce qui permet d effectuer des analyses par application de logiques temporelles. 3. GRAPHE DE SYNTHESE D UN DOCUMENT SMIL: Considérant une réseau temporel algébrique modélisant une document SMIL. Le RTA correspondant peut être obtenu soit: Editeur de documents SMIL Traduction automatique vers une spécification formelle RT-LOTOS Traduction automatique vers un Réseau Temporel Algébrique RTA non maximaux de réalisation de chacune de ses sous séquences multimédias réalisées. L opération de formatage se trouve simplifiée, et peut être effectuée, à partir du graphe obtenu. Ce graphe pourra être utilisé aussi bien: 1) à l édition, dans ce cas, il sera généré lors de l édition et permettra d offrir au concepteur de manière interactive, un mécanisme de formatage du document SMIL. 2) à l exécution, dans ce cas, on ne considère que les comportements consistants du scénario. il permettra au Player client d effectuer une présentation cohérente si possible, telle que les délais de réalisation de ses composants sont extraits à partir des domaines de validité exprimés dans le «graphe temporel consistant» (graphe de synthèse ). 3.1 Exemple Considérons le scénario temporel modélisé par le document SMIL de la figure2-b et illustré dans la figure 2-a et qui consiste en une séquence d un vidéo clip (Vidéo) suivi par une image (Img 2 ). Construction du graphe temporel Tableaux D Analyse des propriétés de consistance Graphe de synthèse Si le document est consistant oui Cette séquence doit être présentée simultanément avec une autre séquence composée d une image (Img 1 ) suivie par un certain média. Ce dernier correspond à un élément de l opérateur «switch» de SMIL qui peut être soit une bande Audio (Audio) ou un texte (Txt). Cet élément est choisi par l opérateur Swich et peut être décodé si l évaluation de ses attributs est satisfaite. Figure1 : approche de vérification des documents SMIL 1) A partir de la spécification RT-LOTOS modélisant le document SMIL en exploitant les passerelles existantes 2) Directement à partir du document SMIL. Dans ce cas, le passage formelle et automatique entre les deux modèles reste à définir et à implémenter. Le RTA obtenu, est ensuite dérivé vers un «graphe d accessibilité contracté» équivalent. Ce graphe compact, appelé «graphe temporel» énumère tous les comportement possibles consistant et inconsistants. Chaque neoud du graphe sauvegarde les contraintes temporelles exprimées sur des horloges modélisant des délais de franchissements relatifs. L avantage de ce graphe est qu il calcule au niveau de chaque nœud, terminal les délais minimaux et Notons que le média «vidéo» peut être interrompu au cours de son exécution et terminé par un événement externe, représentant une interaction avec l utilisateur. La fin de la présentation de Img 2 est déterminée par le terminaison séquentielle de Img 1 et l élément choisi par l opérateur Swich. Supposons que les durées de Img 1, Audio, Txt et Vidéo sont, respectivement, 5 20, 4 et 10 secondes, et que le média Img 2 n a pas une durée explicite. Ainsi sa terminaison dépend de la fin du choix entre (Txt et Audio) ce qui implique une synchronisation de type «master» avec Txt ou Audio [23]. Notons par ailleurs que l interaction de l utilisateur peut être effective qu entre [6,10] secondes après le début de «Vidéo». 3

5 Img1 Video User Img2 (a) TXT ou AUDIO <par id= par01 <seq id=seq01> <img1 dur= 5s /> <Switch> <Audio dur= 20s./> <Txt dur=4s./> <Switch> </seq> <seq id= seq02 end= id(seq01)/(end) > <video dur= 10s <anchor id= user href= img2 Begin= 6s dur= 4s />. /> <Img2... /> </seq> </par> (b) Figure 2. Scénario avec swich et événement non déterministe Img1 Txt Audio Video Img 2 g 1 g 2 g 3 g 4 (c) La figure2.c représente les points de synchronisation entre les différents médias: g 1 : synchronisation entre les débuts de Img 1 et Vidéo. g 2 : synchronisation entre la fin de Img 1 et le début de Audio ou Txt. g 3 : synchronisation entre la fin de Vidéo et le début de Img 2. g 4 : synchronisation entre les terminaisons, Img 2 et de Audio ou Txt. La figure 3 présente le réseau temporel algébrique correspondant au scénario «doc-smil» précédent. Le comportement global du scénario est modélisé par une expression algébrique qui combine des instanciations de réseaux de Petri temporels avec des opérateurs algébriques: a) la composition parallèle avec synchronisation sur un ensemble de rendez-vous [g 1..g n ] qui permet de modéliser des mécanismes SMIL tels que: seq et par b) l opérateur de choix non déterministe [ ] qui permet de modéliser le «switch» c) l opérateur de préemption <g 1..g n ]qui permet de préempter le comportement de gauche dès qu un rendez-vous de {g 1 g n } y est réalisé, pour ensuite exécuter le comportement de droite. Le RTA modélise chaque élément, par un réseau de Petri temporel auquel est associé à chacune de ses transitions un rendez-vous dénotant le point de synchronisation sur lequel elle va se réaliser. Chaque média commence par une action «Début» et se termine par une action «fin». D autres actions peuvent être modélisées comme une interaction extérieure (ex: transition F-vid-User dans Vidéo). L unité Doc modélise le début et la fin du document Multimédia. Begin Doc-SMIL using [g 1,g 2,g 3,g 4 ] expression Doc [g 1, g 4 ] [g 1, g 4 ] (Vidéo[g 1,g 3 ] [ g 3 ] Img 2 [g 3, g 4 ] ) [ ] Master [g 4 ] [g 1, g 4 ] Img1 [g 1,g 2 ] [ g 2 ] ( Txt [g 2, g 4 ] [ ] Audio [g 2, g 4 ] ) Where <g 4 ] Stop D-Doc D-vid D-Img2 D-Aud D-Img1 F-Master [0,10] g3 [0, 5]g2 [0,0]g1 [0, 0 ]g1 [0, 5 ]g2 [0, ]g1 [0, ] g4 D-Txt F-Doc [0, ] g4 DOC F-vid-user F-Img2 F-vid MASTER F-Aud F-Img1 F-Txt [10, 10] g3 [6, 10 ]g3 [0, ] g4 [20, 20] g4 [5,5] g2 [4, 4] g4 VIDEO IMG2 STOP AUDIO IMG1 TXT Figure 3. Réseau temporel algébrique correspondant 4

6 Le début du scénario est modélisé par la synchronisation des unités Vidéo, Img1, Doc sur le rendez-vous «g 1». La séquence Img 1 et le choix non déterministe entre Txt et Audio est modélisée par la synchronisation sur g 2. La séquence entre Video et Img2 est réalisée par la synchronisation sur g 3. La fin du scénario a lieu sur le rendez-vous «g 4» en synchronisant Doc, (Audio ou Txt) et (Img 2 ou Master). L unité Master permet de modéliser une synchronisation de type «Master»[23] : à savoir que la fin de Txt ou audio (maitre) force la terminaison de la séquence Video, Img 2 même lorsque Img 2 n offre pas «g 4». La fin du scénario multimédia est déclenchée lors de la réalisation du rendez-vous «g 4» ce qui active le mécanisme de préemption <g 4 ] en donnant la main à l unité Stop (réseau à une place, sans transitions) En utilisant l approche développée dans [16]. Nous obtenons le graphe temporel de la figure 4. Chaque nœud du graphe contient les contraintes temporelles déterminant le domaine de validité des variables k i. La variable k i modélise le temps écoulé entre les nœuds (i-1) et (i) (k 0 étant l instant initial). Pour chaque nœud terminal (n) nous calculons le tableau D n (i,j) qui donne les délais écoulés entre les nœuds (i) et (j). Nous représentons sur chaque arc reliant les nœuds (i-1) et (i) le groupe de transitions synchrones franchi, et le rendez-vous qui lui est associé. On présente dans ce qui suit l algorithme de calcul de la fonction D n 3.2 Définitions et Notations - On note par Ts n l ensemble des transitions sensibilisées au noeud (n) - On note par Ns n : l application qui associe pour chaque transition sensibilisée de Ts n son noeud de sensibilisation d origine dans la séquence 1.. n. - On définit au nœud (n) la fonction: D n :[0, n] 2 Q D n (i,j) = donne le temps maximum écoulé entre les noeuds (i) et(j) si i <j D n (i,j) = donne la valeur négatif du temps minimal écoulé entre les noeuds (i) et (j) si i >j D n (i,j) = 0 si i=j D n est obtenu récursivement à partir de D n-1 suite au tir d un groupe de transitions synchrones gt n comme suit: D n (n,n)= 0 i [0,n-1], D n (i, n) = MAX ( D n-1 (i,n-1), Min t TSn-1 { Tmax(t) +D n-1 (i, Ns n-1 (t) )} D n (n, i) = MIN ( Min t gtn { D n-1 (Ns n-1 (t) ), i) - Tmin(t)}, D n-1 (n-1,i) ) i, j [0,n-1] 2 D n (i, j) = Min ( D n-1 (i, j), D n (i,n) + D n ( n, j) ) K K 1 0 =0 =0 K 21 =5 1 K 31 4 {D-doc, D-vid, D-img1} g1 {D-txt F-img1} g2 {D-img2, F-Vid-user} g3 [5,5] [0,0] [6,9] [5,5] {D-aud, F-img1} g2 33 {F-txt, 1 K F-master F-doc } g4 {D-img2, F-vid_user} g3 K 22 =5 [6,10] [9,9] {F-img2, F-Txt F-doc } g4 [9,9] {F-img2, F-doc F-Aud} g4 [10,10] [25,25] {D-img2, F-vid} g3 K 32 =4 1 K 31 4 K 41 =4- K K 33 4 K 41 =20-K K 34 =5 43 {F-Img2, F-Doc, F-Aud} g2 K 43 =15 [25,25] Figure 4 Graphe de synthèse correspondant D D D D

7 4 ANALYSE DE LA CONSISTANCE ET SYNTHESE La vérification formelle de la consistance d un document SMIL en utilisant RT-LOTOS a été traitée dans [19][20]. Un document est dit consistant, si l action caractérisant le début de la présentation est nécessairement suivie (plus tard) par une action caractérisant sa fin. Cette définition a été raffinée dans le but de distinguer entre deux types d évènements qui peuvent mener à une inconsistance temporelle: 1) les «évènements internes non déterministes» qui sont liés à la flexibilité de la durée de chaque média dans la présentation ou à des contraintes temporelles non satisfaites. 2) les «évènements externes non déterministes» qui sont en relation avec l occurrence d un événement externe, tels: l interaction d un utilisateur sur un «anchor», les retards de transmission et de traitement dus aux interrogations de base de données, simulations scientifiques, etc En résumé, la non consistance temporelle d un document Multimédia peut être du soit à des évènements internes ou externes, soit aux deux. Plus simplement, la non consistance d un document peut être déterminée par l identification de l origine de ses inconsistances dans le scénario temporel, ensuite vérifier si elles peuvent être corrigées par formatage temporel (recherche de solutions). Analysons maintenant le scénario de la figure 2. Le graphe de la figure 4 correspondant, est consistant puisque tous ses chemins mènent vers l action f-doc. Considérons maintenant que la fin du Scénario est déterminée par la fin simultanée de Img2 et (Txt ou Audio) (synchronisation de type «and» [23] ) Supposons aussi que les durées de Img1 et audio, deviennent respectivement 2 et 3. Dans ce cas, la fin du document ne peut jamais avoir lieu si Txt est choisi. Les branches (21 41) et (21 32) vont disparaître du graphe, et on se retrouve avec la branche (1..21) qui ne mène pas vers une occurrence de f-doc, d où un scénario inconsistant. Cette inconsistance est due à un événement interne non déterministe,.i.e. Elle est liée à une mauvaise modélisation des contraintes de temps. Le concepteur devra revoir son document initial, et effectuer un formatage temporel (synthèse) qui consiste à ajuster les durées de telle sorte que la branche partant de 1 devienne consistante (que f-txt et f-img 2 puissent se synchroniser). Supposons maintenant que la durée de Img2 devient 2 et que l interaction utilisateur peut survenir à n importe quel instant compris entre le début et la fin de Vidéo. Dans ce cas, si l utilisateur intervient dans les deux secondes après le début de vidéo, la fin de img 2 ne pourra jamais se synchroniser avec celle de txt ou audio, d où l inconsistance du scénario. Cette incohérence est due à un «événement, externe non déterministe». Dans SMIL l élément «anchor» peut être temporisé, contrairement à l élément d adressage «a». Ces deux éléments sont utilisés pour modéliser une interaction de l utilisateur. Dans le cas d un adressage «a», le formatage du document est plus délicat, car l inconsistance est due à un événement qu on ne peut maîtriser temporellement. Pour ce faire, il est nécessaire de revoir complètement le document, en modifiant les contraintes temporelles des autres composants. Pour conclure, le graphe temporel peut être utilisé à deux niveaux: a) Au niveau édition, il permet de vérifier la consistance temporel d un document multimédia SMIL. Dans le cas d une incohérence temporelle, le concepteur aura à formater son document jusqu à obtenir un graphe consistant qu on appellera «graphe de synthèse». b) Au niveau présentation, si l on désire avoir une présentation consistante à partir d un document non consistant, le graphe de synthèse est extrait à partir du graphe temporel en élaguant toutes les branches inconsistantes. A partir de là le Player utilisera le graphe de synthèse extrait comme «outil de décision» pour ne présenter que les comportements consistants du document multimédia. 5 GESTION PREDICTIVE DE LA QUALITE DE SERVICE Le serveur Multimédia doit assurer que l ordre temporel des flux multimédia soit satisfait lors du traitement des requêtes client. Le flux multimédia a une grande consommation en bande passante, et dans un réseau, le serveur peut traiter plusieurs clients en même temps. Par conséquent, durant une présentation, un client peut attendre indéfiniment avant de recevoir le prochain flux multimédia. Ceci est du au fait que les requêtes du client sont mis en file d attente avant d être traitées. Ce qui provoque des pertes de synchronisation entre les différents objets Multimédias requis par le client pour leur présentation. 6

8 (1) Serveur1 (5) (7) Composant 1 Client disposant d un Player SMIL 2.0 (6) INTERNET (4) (2) Document SMIL Graphe de Synthèse INTERNET requêtes prédictives Composant N Serveur N Serveurs Hébergeant la présentation SMIL INTERNET (3) Serveur hébergeant Le document SMIL Figure 5 : Gestion prédictive de la qualité de service Dans ce cas une solution peut se proposer et qui consiste à ce que le Serveur hébergeant le document SMIL informe en avance les différents serveurs Multimédia de l ensemble des objets requis dans le temps pour leur présentation sur un Player client. Cette information sera utilisée par chaque serveur Multimédia pour appliquer une politique de Scheduling prédictive et optimale pour la délivrance des flux Multimédia. La gestion prédictive est décrite dans la figure 5 et suit les étapes suivantes: 1) Le client envoie une requête au serveur hébergeant, la page contenant le code XML du document SMIL. 2) A la réception de la requête, le serveur charge le code Xml, et le traduit en graphe de synthèse. Pour chaque composant E i requis pour la présentation il récupère (en considérant tous les chemins possibles) à partir des tableaux D n : a) le temps minimum Time-begin(E i ) écoulé entre le début du document et le début du composant E i. b) la durée maximum Time-max(E i ) écoulé entre le début et la fin d un composant E i 3) Pour chaque serveur Multimédia hébergeant un composant E i utilisant le streaming. Le serveur Web lui envoie une «requête prédictive» spécial l invitant à charger une durée timemax(e i ) du composant E i qui va être requise au plutôt dans Time-begin(E i ) secondes. 4) Le serveur Web envoie le code XML du document SMIL au Player client. 5) A la réception de la requête prédictive, le serveur multimédia hébergeant le composant E i traite la requête en fonction de son urgence (valeur de Time-begin(E i ) ) en chargeant dans un buffer la partie demandée du composant E i d une durée time-max(e i ). 6) A la réception du code XML du document SMIL. Le Player réalise une présentation dans l ordre spécifié et envoie au fur et à mesure les requêtes aux différents Serveurs multimédia. 7) Lorsque une requête de délivrance du composant E i est réceptionnée. Le serveur multimédia délivre en temps réel le flux multimédia à partir du Buffer préchargé. Remarque: Seuls les composants utilisant le streaming de type audio ou vidéo ont besoin d un pré chargement. 6 CONCLUSION Nous avons présenté dans ce papier une approche formelle pour la construction du graphe de synthèse d un document Multimédia SMIL. L approche proposée traduit le code XML vers un réseau temporel algébrique, qui est dérivé vers un graphe temporel minimal. Le graphe obtenu ici, est compact et représente tous les comportements possibles du scénario modélisé. 7

9 Lors de sa construction, le graphe calcule au niveau de chacun de ses nœuds terminaux, les délais minimaux et maximaux de chaque sous séquence multimédia réalisée. Ceci permet d envisager une analyse aussi bien qualitative que quantitative du document SMIL. Le «graphe temporel» obtenu, peut être utilisé: Au niveau de l édition, permettant au concepteur d effectuer un formatage temporel de son document multimédia pour le rendre consistant. Lors de la présentation, pour la production des parties de scénarios consistants à partir du «graphe de synthèse». D autre part certaines informations contenues dans le graphe peuvent servir à la gestion prédictive de la qualité de service. Il suffit d envoyer à chaque serveur multimédia, à l avance l objet requis, sa durée maximal, et son délai minimal restant avant sa présentation. A partir de là, le serveur peut appliquer une politique de scheduling optimale pour la délivrance des flux multimédias en temps réel. Pour terminer signalons que des outils de vérification de documents SMIL sont en cours d implémentation en se basant sur l approche proposée dans ce papier. REFERENCES [1] W3C Recommendations. Synchronized Multimedia Integration Language (SMIL) 1.0 Specification. URL:http://www.w3.org/TR/REC-smil, June 1998 [2] S.M. Chung and L.Pereira Timed Petri net representation of the synchronized Multimedia Integration Language (SMIL ) of XML In proc Of the intern Conf on information Technology: computer and communications april 2003) [3] Jourdan, M.Layaida, N.Roisin, C.Sabry-Ismail, L.Tardif, L.Madeus, An authoring Environment for interactive Multimedia Documents In proc of ACM Multimedia 98 Bristol, UK sep 1998 pp [4] D.C.A Bulterman User-Centered Abstractions for adaptive Hypermedia Presentations In proc of ACM Multimedia 98 Brisol UK 1998 pp [5] Real Systems G2 Home page (version 6.0). URL: [6] GriNS Home page (version 6.0) URL: [7] HPAS home page (Version 1.0) URL: [8] Helio Barbizon home page (Version Cherbourg 1.0) URL: [9] M.C Buchanan, P.T Zellweger, Automatically generating consistent Schedules for multimedia documents Multimedia Systems Journal V1 n pp55-67 [10] N.Layaida, L.Sabry-Ismail Maintaining Temporal Consistency of multimedia documents using constraint Networks In proc of the 1996 Multimedia Computing and networking, San josé USA Feb 1996 pp [11] P.N.M. Sampaio, C.Lohr, J.P.Courtiat An integrated environment for the presentation of consistent SMIL 2.0 documents ACM Symposium on Document Engineering (DocEng'01), Atlanta (USA), 9-10 Novembre 2001, pp [12] P.N.M Sampaio, J.P. Courtiat An approach for the automatic generation of RT-LOTOS specifications from SMIL 2.0 documents IX Symposium on Multimedia Systems and Web, Salvador (Brésil), 3-6 Novembre 2003, pp [13] J.P. Courtiat, R.C de Oliveira and L.F.R.C Carmo. «The RT-LOTOS formal specification of the conditional delivery mechanism Information Systems, Special issue on Multimedia, Elseiver Science- Spinger Verlag 95 [14] A. Abdelli, Enumération des états accessible d un système temporal spécifié au moyen de LOTOS étendu au facteur temps : RT-LOTOS Thèse soutenue le 3 oct 1998 au département d informatique Université USTHB Alger Algérie [15] A.Abdelli "Specifying a real time system using the ATN model" In proc of the fourth international symposium on programming and systems". ISPS99 Algiers Nov 1999 [16] A.Abdelli " Constructing the contracted accessibility graph of real timed system modelled using a language based on Time Petri Nets. l" In proc of the first International symposium on software and systems Fev Constantine Algeria. [17] J.P Courtiat, R.C Oliveira Proving temporal consistency in a new multimedia Synchronisation Model In Proc of ACM Multimedia 96 Boston USA Nov 1996 pp [18] J.P Courtiat, C.A.S Santos, C.Lohr, B.Outtaj Experience with RT-LOTOS, a temporal extension of the Lotos formal description technique In Computer Communications Vol..23, N 12 pp , July2000. [19] C.Santos, N Sompaio, J.P Courtiat, Revisiting the concept of hypermedia document consistency. In proc of ACM Multimedia 99 Orlando USA Nov [20] P.N.M.SAMPAIO, J.P.COURTIAT Providing consistent SMIL 2.0 documents 2002 IEEE International Conference on Multimedia and Expo (ICME'2002), Lausanne (Suisse), Août 2002, 4p. [21] P.Merlin D.JFarber "Recovability of communication protocols" IEEE Trans on communications, 24(1976) [22] H.boucheneb, A.Abdelli, GBerthelot "L'automate temporisé d'une spécification TC-LOTOS" in Proc. Of CARI 98, INRIA Dakar (senegal) Oct 98. [23] M.Diaz P.senac "time stream Petri nets : a model for timed multimedia information" 15th international conference on application and theory of petri nets, LNCS 815, Springer Verlag, Zaragoza (spain) juin

Une méthodologie de conception des systèmes distribués basée sur UML

Une méthodologie de conception des systèmes distribués basée sur UML Une méthodologie de conception des systèmes distribués basée sur UML Nouvelles Technologies de la Répartition (NOTERE 2005) 1 er septembre 2005 Ludovic Apvrille Pierre de Saqui-Sannes Axelle Apvrille Page

Plus en détail

Adaptation sémantique de documents SMIL

Adaptation sémantique de documents SMIL Adaptation sémantique de documents SMIL Sébastien Laborie Jérôme Euzenat Nabil Layaïda INRIA Rhône-Alpes - 655 Avenue de l Europe - 38334 St Ismier Cedex {Sebastien.Laborie;Jerome.Euzenat;Nabil.Layaida}@inrialpes.fr

Plus en détail

Sémantique formelle et synthèse de client pour services Web

Sémantique formelle et synthèse de client pour services Web Sémantique formelle et synthèse de client pour services Web Séminaire «Services Web» 24 Janvier 2006 sylvain.rampacek@univ-reims.fr CReSTIC LAMSADE Plan Introduction Services Web Description de la plate-forme

Plus en détail

AVATAR. Un profil SysML temps réel outillé

AVATAR. Un profil SysML temps réel outillé AVATAR Un profil SysML temps réel outillé Ludovic Apvrille, Pierre de Saqui-Sannes ludovic.apvrille@telecom-paristech.fr pdss@isae.fr SysML France, 6 décembre 2010 Agenda De TURTLE à AVATAR Le langage

Plus en détail

Adaptation sémantique de documents SMIL

Adaptation sémantique de documents SMIL Adaptation sémantique de documents SMIL Sébastien Laborie Jérôme Euzenat Nabil Layaïda INRIA Rhône-Alpes - 655 Avenue de l Europe - 38334 St Ismier Cedex {Sebastien.Laborie;Jerome.Euzenat;Nabil.Layaida}@inrialpes.fr

Plus en détail

Analyse abstraite de missions sous PILOT

Analyse abstraite de missions sous PILOT Analyse abstraite de missions sous PILOT Damien Massé EA 3883, Université de Bretagne Occidentale, Brest damien.masse@univ-brest.fr Résumé Nous étudions la possibilité de réaliser un analyseur par interprétation

Plus en détail

Question 1.1. Modélisation d une machine simple

Question 1.1. Modélisation d une machine simple D'apres TD ENSEEIHT Question 1. Modélisation d une machine à café Corrigé du Travaux Dirigés n 2 Ingénierie des protocoles LOTOS Question 1.1. Modélisation d une machine simple La modélisation de la machine

Plus en détail

DUT Informatique - Module M-4102C Modélisation et construction des applications réparties

DUT Informatique - Module M-4102C Modélisation et construction des applications réparties DUT Informatique - Module M-4102C Modélisation et construction des applications réparties Applications réparties (distributed systems) J. Christian Attiogbé Février 2009, maj 2015 J. Christian Attiogbé

Plus en détail

Introduction au model-checking et application à la vérification des protocoles cryptographiques

Introduction au model-checking et application à la vérification des protocoles cryptographiques Introduction au model-checking et application à la vérification des protocoles cryptographiques Prof. John MULLINS École Polytechnique de Montréal Prof. John MULLINS (École Polytechnique) Introduction

Plus en détail

SDL: 20 ans de programmation basée modèle

SDL: 20 ans de programmation basée modèle SDL: 20 ans de programmation basée modèle Emmanuel Gaudin emmanuel.gaudin @ pragmadev.com Principes MDE, MDA et MDD: Approche orienté modèle PIM: Platform Independant Model PDM: Platform Definition Model

Plus en détail

Vérification Formelle des Aspects de Cohérence d un Workflow net

Vérification Formelle des Aspects de Cohérence d un Workflow net Vérification Formelle des Aspects de Cohérence d un Workflow net Abdallah Missaoui Ecole Nationale d Ingénieurs de Tunis BP. 37 Le Belvédère, 1002 Tunis, Tunisia abdallah.missaoui@enit.rnu.tn Zohra Sbaï

Plus en détail

GESTION PREDICTIVE DE LA QUALITE DE SERVICE POUR DES PRESENTATIONS AU FORMAT SMIL

GESTION PREDICTIVE DE LA QUALITE DE SERVICE POUR DES PRESENTATIONS AU FORMAT SMIL GESTION PREDICTIVE DE LA QUALITE DE SERVICE POUR DES PRESENTATIONS AU FORMAT SMIL BELKHIR Abdelkader, NOUASRI Amine Kaderbelkhir@hotmail.com noamine@yahoo.fr USTHB, Faculté Génie Electrique Laboratoire

Plus en détail

Module OMGL - UE ModDyn

Module OMGL - UE ModDyn Module OMGL - UE ModDyn Modélisation de la dynamique / Réseaux de Petri J. Christian Attiogbé Février 2009, maj 2012 J. Christian Attiogbé (Février 2009, maj 2012) Module OMGL - UE ModDyn 1 / 34 Plan de

Plus en détail

CONCEPTION des SYSTÈMES d INFORMATION UML

CONCEPTION des SYSTÈMES d INFORMATION UML CONCEPTION des SYSTÈMES d INFORMATION UML 4 : Analyse organique Epitech 3 Automne 2007 Bertrand LIAUDET SOMMAIRE ANALYSE ORGANIQUE 2 Diagrammes de séquence 3 Exemple de diagramme de séquence 8 Diagramme

Plus en détail

Information utiles. cinzia.digiusto@gmail.com. webpage : Google+ : http://www.ibisc.univ-evry.fr/ digiusto/

Information utiles. cinzia.digiusto@gmail.com. webpage : Google+ : http://www.ibisc.univ-evry.fr/ digiusto/ Systèmes de gestion de bases de données Introduction Université d Evry Val d Essonne, IBISC utiles email : cinzia.digiusto@gmail.com webpage : http://www.ibisc.univ-evry.fr/ digiusto/ Google+ : https://plus.google.com/u/0/b/103572780965897723237/

Plus en détail

Evaluation des performances de programmes parallèles haut niveau à base de squelettes

Evaluation des performances de programmes parallèles haut niveau à base de squelettes Evaluation des performances de programmes parallèles haut niveau à base de squelettes Enhancing the Performance Predictability of Grid Applications with Patterns and Process Algebras A. Benoit, M. Cole,

Plus en détail

Le langage UML : Les diagrammes de séquence. Lydie du Bousquet Lydie.du-bousquet@imag.fr

Le langage UML : Les diagrammes de séquence. Lydie du Bousquet Lydie.du-bousquet@imag.fr Le langage UML : Les diagrammes de séquence Lydie du Bousquet Lydie.du-bousquet@imag.fr 1 Modélisation des interactions Les objets d un système ont un comportement Ils interagissent entre eux Dynamique

Plus en détail

Analyse statique de SCADE par interprétation abstraite

Analyse statique de SCADE par interprétation abstraite Analyse statique de SCADE par interprétation abstraite soutenance de stage Alex AUVOLAT ANSYS-Esterel Technologies sous l encadrement de Jean-Louis Colaço Juin-Juillet 2014 1/33 Introduction SCADE : programmation

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

Conception des systèmes répartis

Conception des systèmes répartis Conception des systèmes répartis Principes et concepts Gérard Padiou Département Informatique et Mathématiques appliquées ENSEEIHT Octobre 2012 Gérard Padiou Conception des systèmes répartis 1 / 37 plan

Plus en détail

Programmation de services en téléphonie sur IP

Programmation de services en téléphonie sur IP Programmation de services en téléphonie sur IP Présentation de projet mémoire Grégory Estienne Sous la supervision du Dr. Luigi Logrippo Introduction La téléphonie sur IP comme support à la programmation

Plus en détail

Compatibility and replaceability analysis for timed web service protocols

Compatibility and replaceability analysis for timed web service protocols Compatibility and replaceability analysis for timed web service protocols Boualem Benatallah 1 Fabio Casati 2 Julien Ponge 3,1 Farouk Toumani 3 1 Computer School of Engineering, The University of New South

Plus en détail

Plus courts et plus longs chemins

Plus courts et plus longs chemins Plus courts et plus longs chemins Complément au chapitre 8 «Une voiture nous attend» Soit I={1,2,,n} un ensemble de tâches à ordonnancer. La durée d exécution de chaque tâche i est connue et égale à p

Plus en détail

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Pierre Andreoletti IUT d Orléans Laboratoire MAPMO (Bât. de Mathématiques UFR Sciences) - Bureau 126 email: pierre.andreoletti@univ-orleans.fr

Plus en détail

GÉNIE LOGICIEL (SOFTWARE ENGINEERING)

GÉNIE LOGICIEL (SOFTWARE ENGINEERING) GÉNIE LOGICIEL (SOFTWARE ENGINEERING) 5ÈME PARTIE UML (UNIFIED MODELING LANGUAGE) Faculté des Sciences et Techniques http://labh-curien.univ-st-etienne.fr/~fj/gl Francois.Jacquenet@univ-st-etienne.fr Plan

Plus en détail

ACI Sécurité ALIDECS:

ACI Sécurité ALIDECS: ACI Sécurité ALIDECS: Langages et Atelier Integrés pour le Développement de Composants Embarqués Sûrs Réunion de démarrage LIP6, 21 et 22 octobre 2004 Marc Pouzet 1 Page web http://www-verimag.imag.fr/synchrone/alidecs/

Plus en détail

UML : DIAGRAMME D ETATS-TRANSITIONS

UML : DIAGRAMME D ETATS-TRANSITIONS DEFINITION: Décrit le comportement des objets d une classe au moyen d un automate d états associés à la classe Le comportement est modélisé par un graphe : Nœuds = états possibles des objets Arcs = transitions

Plus en détail

NFP121 Programmation Avancée. Relations entre classes

NFP121 Programmation Avancée. Relations entre classes NFP121 Programmation Avancée Relations entre classes Xavier Crégut ENSEEIHT Télécommunications & Réseaux Xavier Crégut (N7) NFP121 Programmation Avancée Relations entre classes

Plus en détail

Gestion de copies multiples en environnement mobile

Gestion de copies multiples en environnement mobile Gestion de copies multiples en environnement mobile Lydialle Chateigner, Sophie Chabridon et Guy Bernard CNRS UMR Samovar 5157 13 septembre 2004 Plan Gestion de copies multiples en environnement mobile

Plus en détail

1. Introduction. 2. Diagramme des exigences

1. Introduction. 2. Diagramme des exigences 1. Introduction La complexité des systèmes techniques est telle que, sans outils de représentations abstraites et progressivement enrichies, les intervenants d un projet auraient de nombreuses difficultés

Plus en détail

Analyse qualitative et quantitative des Systèmes Automatisés de Production

Analyse qualitative et quantitative des Systèmes Automatisés de Production Analyse qualitative et quantitative des Systèmes Automatisés de Production Jean-Luc Cojan Laboratoire LISyC Université de Bretagne Occidentale Encadrants : M. Philippe Le Parc M. Loïc Plassart M. Franck

Plus en détail

Systèmes d Information Avancés (et répartis)

Systèmes d Information Avancés (et répartis) Systèmes d Information Avancés (et répartis) Université Lyon 1 MIAGE L. Médini, mars 2005 Plan des cours Protocole HTTP et programmation serveur Architectures réparties Objets distribués Introduction aux

Plus en détail

Supplément théorique Inférence dans les réseaux bayésiens. Rappel théorique. Les processus aléatoires. Les réseaux bayésiens

Supplément théorique Inférence dans les réseaux bayésiens. Rappel théorique. Les processus aléatoires. Les réseaux bayésiens DÉPARTEMENT DE GÉNIE LOGICIEL ET DES TI LOG770 - SYSTÈMES INTELLIGENTS ÉTÉ 2011 Supplément théorique Inférence dans les réseaux bayésiens Rappel théorique Les processus aléatoires La plupart des processus

Plus en détail

Service de réconciliation pour la synchronisation de copies

Service de réconciliation pour la synchronisation de copies Service de réconciliation pour la synchronisation de copies L. Chateigner, S. Chabridon, N. Sabri et G. Bernard CNRS UMR SAMOVAR 01-03 juin 2004 Plan Service de réconciliation pour la synchronisation de

Plus en détail

RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005

RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005 Oussama ELKACHOINDI Wajdi MEHENNI RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005 Sommaire I. Préliminaire : Notice d exécution et mode opératoire...4 II. Architecture globale de l application...5

Plus en détail

Conventions communes aux profils UML

Conventions communes aux profils UML Conventions communes aux profils UML Auteur : Projet ACCORD (Assemblage de composants par contrats en environnement ouvert et réparti)* Référence : Livrable 2.1 Date : Juin 2002 * : Les partenaires du

Plus en détail

Systèmes temps réel Concepts de base. Richard Grisel Professeur des Universités Université de Rouen

Systèmes temps réel Concepts de base. Richard Grisel Professeur des Universités Université de Rouen Systèmes temps réel Concepts de base Richard Grisel Professeur des Universités Université de Rouen 1 Systèmes temps réel - Choix Gestion des ressources Ordonnancement ( Scheduling ), Tolérance aux fautes

Plus en détail

Partie I : Automates et langages

Partie I : Automates et langages 2 Les calculatrices sont interdites. N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si un candidat est amené à repérer ce qui peut

Plus en détail

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1 Machine de Turing Nous avons vu qu un programme peut être considéré comme la décomposition de la tâche à réaliser en une séquence d instructions élémentaires (manipulant des données élémentaires) compréhensibles

Plus en détail

IRL : Simulation distribuée pour les systèmes embarqués

IRL : Simulation distribuée pour les systèmes embarqués IRL : Simulation distribuée pour les systèmes embarqués Yassine El Khadiri, 2 ème année Ensimag, Grenoble INP Matthieu Moy, Verimag Denis Becker, Verimag 19 mai 2015 1 Table des matières 1 MPI et la sérialisation

Plus en détail

SOMMAIRE. II L organisation du projet. 15 II.1 La place du projet dans la structure de l entreprise. 15 II.2 Les acteurs. 18

SOMMAIRE. II L organisation du projet. 15 II.1 La place du projet dans la structure de l entreprise. 15 II.2 Les acteurs. 18 SOMMAIRE CHAPITRE 1 INTRODUCTION I Définition du projet et de la gestion de projets. 7 I.1 Définition du projet. 7 I.2 Définition de la gestion des projets. 10 I.3 Interaction formulation - résolution

Plus en détail

RTSP - Introduction (1/2)

RTSP - Introduction (1/2) RTSP - Introduction (1/2) Protocol suite: TCP/IP. Type: Application layer protocol. Working group: mmusic, Multiparty Multimedia, Session Control RFC 2326: «RTSP is an application-level protocol for control

Plus en détail

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Ecole des Mines d Alès Laboratoire de Génie Informatique et d Ingénierie de Production LGI2P Nîmes Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Titre Domaine De l ingénierie des besoins à l ingénierie des exigences

Plus en détail

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base SOA et Services Web 23 octobre 2011 1 SOA: Concepts de base 2 Du client serveur à la SOA N est Nest pas une démarche entièrement nouvelle: années 1990 avec les solutions C/S Besoins d ouverture et d interopérabilité

Plus en détail

Base de données. Objectifs du cours 2014-05-20 COURS 01 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES

Base de données. Objectifs du cours 2014-05-20 COURS 01 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES 1 Base de données COURS 01 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Objectifs du cours 2 Introduction aux bases de données relationnelles (BDR). Trois volets seront couverts : la modélisation; le langage d exploitation;

Plus en détail

Thème 11 Réseaux de Petri Places-Transitions

Thème 11 Réseaux de Petri Places-Transitions Thème 11 Réseaux de Petri Places-Transitions Contenu du thème 1. Introduction 2. RdP PT 3. Protocoles de communication Références Diaz, Michel (2001) Les Réseaux de Petri Modèles fondamentaux, Hermes Science

Plus en détail

Master IAD Module PS. Reconnaissance de la parole (suite) Modèles de Markov et bases de données. Gaël RICHARD Février 2008

Master IAD Module PS. Reconnaissance de la parole (suite) Modèles de Markov et bases de données. Gaël RICHARD Février 2008 Master IAD Module PS Reconnaissance de la parole (suite) Modèles de Markov et bases de données Gaël RICHARD Février 2008 1 Reconnaissance de la parole Introduction Approches pour la reconnaissance vocale

Plus en détail

Les langages informatiques modernes orientés objet permettent la réutilisation Importance de la clarté de la documentation

Les langages informatiques modernes orientés objet permettent la réutilisation Importance de la clarté de la documentation Clues from other disciplines (from E. Gamma) Patrons de conception («Design Patterns») ESIR2, GL (LSI) Benoit Combemale Université de Rennes 1, ESIR & IRISA (Triskell team) Benoit.Combemale@irisa.fr Inspiré

Plus en détail

Définition générale d'un Workflow :

Définition générale d'un Workflow : Workflow Table des matières Analyse... 3 Définition générale d'un Workflow :... 3 Avantages...4 Workflow Pattern...5 Forme Mathématique...7 Terminologie...8 Langages, Notations et Projets... 9 Les Notations:...9

Plus en détail

IFT 187 Éléments de bases de données

IFT 187 Éléments de bases de données Département d informatique IFT 187 Éléments de bases de données Plan de cours Automne 2014 Enseignants Marc Frappier Courriel : marc.frappier@usherbrooke.ca Local : D4-1010-08 Téléphone : (819) 821-8000

Plus en détail

INTERFACE D ÉDITION DE DOCUMENTS STRUCTURÉS MULTIMÉDIA

INTERFACE D ÉDITION DE DOCUMENTS STRUCTURÉS MULTIMÉDIA INTERFACE D ÉDITION DE DOCUMENTS STRUCTURÉS MULTIMÉDIA Nabil Layaida et Jean!Yves Vion!Dury Unité mixte Bull!IMAG/Systèmes. Z.I Mayencin, 2 Av. de Vignate, 38610 Gières. E!mail: {Nabil.Layaida, Jean!Yves.Vion!Dury}@imag.fr

Plus en détail

Modélisation Principe Autre principe

Modélisation Principe Autre principe Modélisation Principe : un modèle est une abstraction permettant de mieux comprendre un objet complexe (bâtiment, économie, atmosphère, cellule, logiciel, ). Autre principe : un petit dessin vaut mieux

Plus en détail

MODÉLISATION DYNAMIQUES DIAGRAMMES D ACTIVITÉS DIAGRAMMES D ETATS-TRANSITIONS

MODÉLISATION DYNAMIQUES DIAGRAMMES D ACTIVITÉS DIAGRAMMES D ETATS-TRANSITIONS MODÉLISATION DYNAMIQUES DIAGRAMMES D ACTIVITÉS DIAGRAMMES D ETATS-TRANSITIONS 1 PRÉSENTATION Un diagramme d activité est un diagramme UML qui modélise les aspects dynamiques d un système Le diagramme d

Plus en détail

Etat de l art sur l utilisation des techniques Web Sémantique en ECD

Etat de l art sur l utilisation des techniques Web Sémantique en ECD Etat de l art sur l utilisation des techniques Web Sémantique en ECD Hicham Behja ENSAM Meknès(1,2,3) Brigitte Trousse Projet AxIS INRIA Sophia Antipolis (2) Abdelaziz Marzak Faculté des sciences Casablanca

Plus en détail

Planification et ordonnancement sous incertitudes Application à la gestion de projet

Planification et ordonnancement sous incertitudes Application à la gestion de projet Toulouse, 14 mai 2003 Planification et ordonnancement sous incertitudes Application à la gestion de projet Julien Bidot Plan Séminaire au LAAS Planification de tâches et ordonnancement Domaine d application

Plus en détail

CADEPA. A - Arborescence générale : organisation projet/application.

CADEPA. A - Arborescence générale : organisation projet/application. Document d accompagnement pour le logiciel... CADEPA Le logiciel CADEPA 1 permet la réalisation complète d un projet d automatisme de l écriture au test jusqu au téléchargement du programme vers l automate.

Plus en détail

Projet : Plan Assurance Qualité

Projet : Plan Assurance Qualité Projet : Document : Plan Assurance Qualité 2UP_SPEC_DEV1 VERSION 1.00 Objet Ce document a pour objectif de définir la démarche d analyse et de conception objet ainsi les activités liées. Auteur Eric PAPET

Plus en détail

Supervision des réseaux et services pair à pair

Supervision des réseaux et services pair à pair Supervision des réseaux et services pair à pair Présentation des travaux de Thèse Guillaume Doyen LORIA - Université Henri Poincaré pour l obtention du Doctorat en Informatique de l université Henri Poincaré

Plus en détail

Influence De La Taille Du Jeton Sur Les Performances De L algorithme D'exclusion Mutuelle De Ricart - Agrawala

Influence De La Taille Du Jeton Sur Les Performances De L algorithme D'exclusion Mutuelle De Ricart - Agrawala Influence De La Taille Du Jeton Sur Les Performances De L algorithme D'exclusion Mutuelle De Ricart - Agrawala Sarah Benkouider, Souhila Labgaa 2, Mohamed Yagoubi 3 Université Amar Telidji Département

Plus en détail

Sylvain Archenault Yves Houpert. Projet Informatique : Langage Java : Jeu De Dames en Java

Sylvain Archenault Yves Houpert. Projet Informatique : Langage Java : Jeu De Dames en Java Sylvain Archenault Yves Houpert Projet Informatique : Langage Java : Jeu De Dames en Java Projet GM3 Mai 2005 Chapitre 1 INTRODUCTION Le projet qui nous a été confié est de réaliser un jeu de dames en

Plus en détail

Conception et Implémentation

Conception et Implémentation I. INTRODUCTION Dans ce chapitre on va définir la conception de notre site web dynamique et nous expliquons les étapes de réalisation, les outils utilisés et l interface principale ainsi que les différentes

Plus en détail

Vers l'orchestration de grilles de PC par les mécanismes de publicationsouscription

Vers l'orchestration de grilles de PC par les mécanismes de publicationsouscription Vers l'orchestration de grilles de PC par les mécanismes de publicationsouscription Présentée par Leila Abidi Sous la direction de Mohamed Jemni & Christophe Cérin Plan Contexte Problématique Objectifs

Plus en détail

Applications multimédias réparties

Applications multimédias réparties Applications multimédias réparties Kamal BEYDOUN Master 2 Professionnel Option SRR Université Joseph Fourier Grenoble Kamal_Beydoun@hotmail.com 16/11/2004 1 Plan Introduction Protocole RTP Protocole RTCP

Plus en détail

XML, PMML, SOAP. Rapport. EPITA SCIA Promo 2004 16 janvier 2003. Julien Lemoine Alexandre Thibault Nicolas Wiest-Million

XML, PMML, SOAP. Rapport. EPITA SCIA Promo 2004 16 janvier 2003. Julien Lemoine Alexandre Thibault Nicolas Wiest-Million XML, PMML, SOAP Rapport EPITA SCIA Promo 2004 16 janvier 2003 Julien Lemoine Alexandre Thibault Nicolas Wiest-Million i TABLE DES MATIÈRES Table des matières 1 XML 1 1.1 Présentation de XML.................................

Plus en détail

Introduction aux automates

Introduction aux automates Introduction aux automates Principes et exemples Pascal André IRIN Université de Nantes 2 rue de la Houssinière ; B.P. 92208 44322 Nantes Cedex 03 Pascal.Andre@irin.univ-nantes.fr Introduction aux automates

Plus en détail

Chapitre VIII. Les bases de données. Orientées Objet. Motivation

Chapitre VIII. Les bases de données. Orientées Objet. Motivation Chapitre VIII Motivation Le modèle relationnel connaît un très grand succès et s avère très adéquat pour les applications traditionnelles des bases de données (gestion) Les bases de données Orientées Objet

Plus en détail

LINQ to SQL. Version 1.1

LINQ to SQL. Version 1.1 LINQ to SQL Version 1.1 2 Chapitre 03 - LINQ to SQL Sommaire 1 Introduction... 3 1.1 Rappels à propos de LINQ... 3 1.2 LINQ to SQL... 3 2 LINQ to SQL... 3 2.1 Importer des tables... 3 2.1.1 Le concepteur

Plus en détail

Une approche modèle dans la conception de systèmes sur puce hétérogènes

Une approche modèle dans la conception de systèmes sur puce hétérogènes Une approche modèle dans la conception de systèmes sur puce hétérogènes Jean-Luc Dekeyser et Lossan Bondé FETCH 07 IP dans le SoC 100% Réutilisé 80% Spécifique 60% 40% 20% 0% 1999 2002 2005 2008 2011 2014

Plus en détail

Systèmes d information et bases de données (niveau 1)

Systèmes d information et bases de données (niveau 1) Systèmes d information et bases de données (niveau 1) Cours N 1 Violaine Prince Plan du cours 1. Bibliographie 2. Introduction aux bases de données 3. Les modèles 1. Hiérarchique 2. Réseau 3. Relationnel

Plus en détail

Yphise optimise en Coût Valeur Risque l informatique d entreprise

Yphise optimise en Coût Valeur Risque l informatique d entreprise Comprendre comment réussir la continuité de service Mars 2008 Xavier Flez yphise@yphise.com Propriété Yphise 1 Constat Nous voyons dans beaucoup de DSI des opérations métier critiques sur lesquelles les

Plus en détail

Automatisation de la certification formelle de systèmes critiques par instrumentation d interpréteurs abstraits

Automatisation de la certification formelle de systèmes critiques par instrumentation d interpréteurs abstraits 1 d Automatisation de la certification formelle de systèmes critiques par instrumentation d sous la direction de Michaël Périn Soutenance de Thèse de Doctorat Université de Grenoble - Laboratoire Verimag

Plus en détail

Chapitre 5 LE MODELE ENTITE - ASSOCIATION

Chapitre 5 LE MODELE ENTITE - ASSOCIATION Chapitre 5 LE MODELE ENTITE - ASSOCIATION 1 Introduction Conception d une base de données Domaine d application complexe : description abstraite des concepts indépendamment de leur implémentation sous

Plus en détail

MEAD : temps réel et tolérance aux pannes pour CORBA

MEAD : temps réel et tolérance aux pannes pour CORBA MEAD : un intergiciel temps-réel et tolérant aux pannes pour CORBA Master 2 Informatique Recherche Université de Marne-la-Vallée Vendredi 3 mars 2006 Plan 1 Introduction 2 Solutions existantes 3 Concilier

Plus en détail

Description et illustration du processus unifié

Description et illustration du processus unifié USDP Description et illustration du processus unifié Définit un enchaînement d activités Est réalisé par un ensemble de travailleurs Avec des rôles, des métiers Avec pour objectifs de passer des besoins

Plus en détail

Environnements de Développement

Environnements de Développement Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Mahdia Unité d Enseignement: Environnements de Développement Mme BEN ABDELJELIL HASSINE Mouna m.bnaj@yahoo.fr Développement des systèmes d Information Syllabus

Plus en détail

Cours de Génie Logiciel

Cours de Génie Logiciel Cours de Génie Logiciel Sciences-U Lyon Diagrammes UML (2) http://www.rzo.free.fr Pierre PARREND 1 Avril 2005 Sommaire Les Diagrammes UML Diagrammes de Collaboration Diagrammes d'etats-transitions Diagrammes

Plus en détail

Laboratoire PRiSM, CNRS UMR 8144 Université de Versailles St-Quentin

Laboratoire PRiSM, CNRS UMR 8144 Université de Versailles St-Quentin Horodatage Sécurisé J.M. Fourneau Laboratoire PRiSM, CNRS UMR 8144 Université de Versailles St-Quentin M2 ASS-ACSIS 2008, Université de Versailles St Quentin [1/25] Horodatage Sécurisé Le service d horodatage

Plus en détail

Langage de nouvelle génération pour la modélisation et la vérification formelle de systèmes parallèles asynchrones

Langage de nouvelle génération pour la modélisation et la vérification formelle de systèmes parallèles asynchrones Langage de nouvelle génération pour la modélisation et la vérification formelle de systèmes parallèles asynchrones Frédéric Lang LIG et Inria/CONVECS CADP (Construction and Analysis of Distributed Processes)

Plus en détail

Réunion GDS 13 octobre 2006

Réunion GDS 13 octobre 2006 École normale supérieure de Lyon Réunion GDS 13 octobre 2006 Plan Introduction 1 Introduction 2 3 4 5 6 Les workflows Ensemble de tâches connectées La structure du workflow représente la relation temporelle

Plus en détail

TP10 Modélisation, simulation et vérification du «Priority Inheritance Protocol» en Kind2

TP10 Modélisation, simulation et vérification du «Priority Inheritance Protocol» en Kind2 École normale supérieure Année 2014-2015 Systèmes et réseaux TP10 Modélisation, simulation et vérification du «Priority Inheritance Protocol» en Kind2 1 Plan En suivant l exemple de Jahier, Halbwachs et

Plus en détail

INFO-F-101 Programmation Projet 4 Page Ranking(1/4): Création de la matrice du compte des liens

INFO-F-101 Programmation Projet 4 Page Ranking(1/4): Création de la matrice du compte des liens INFO-F-101 Programmation Projet 4 Page Ranking(1/4): Création de la matrice du compte des liens Année académique 2009 2010 1 Introduction Ce projet est le premier d une série de quatre projets qui ont

Plus en détail

Résumé du chapitre 8 Ressources et interblocage

Résumé du chapitre 8 Ressources et interblocage Résumé du chapitre 8 Ressources et interblocage Jacques Mossière 12 août 2004 1 Introduction Ce chapitre est consacré à l étude d un problème classique dans les systèmes, l interblocage, c est à dire l

Plus en détail

Approche Contract First

Approche Contract First Exemple HelpDesk Approche Contract First Développement d un premier web service en utilisant l approche contract first (ou WSDL First) Écriture du wsdl avant d écrire le code java Autre possibilité implementation

Plus en détail

ALEM: Un Modèle de Référence pour les Applications Web Adaptatif Educatif

ALEM: Un Modèle de Référence pour les Applications Web Adaptatif Educatif ALEM: Un Modèle de Référence pour les Applications Web Adaptatif Educatif Mohammed TADLAOUI 1, Azzedine CHIKH 2, Karim Bouamrane 1 1 Université d Oran, Algérie, 2 Université de King Saud, Royaume d'arabie

Plus en détail

Approche dirigée par les modèles pour la spécification, la vérification formelle et la mise en œuvre des services Web composés

Approche dirigée par les modèles pour la spécification, la vérification formelle et la mise en œuvre des services Web composés Approche dirigée par les modèles pour la spécification, la vérification formelle et la mise en œuvre des services Web composés Christophe Dumez Laboratoire Systèmes et Transports (SeT) Université de Technologie

Plus en détail

MINISTÈRE DES SOLIDARITÉ ET DE LA COHÉSION SOCIALE

MINISTÈRE DES SOLIDARITÉ ET DE LA COHÉSION SOCIALE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE l EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉ ET DE LA COHÉSION SOCIALE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT Standard d'interopérabilité entre

Plus en détail

Chapitre 2 : Conception de base de données relationnelle

Chapitre 2 : Conception de base de données relationnelle Chapitre 2 : Conception de base de données relationnelle Le modèle entité-association 1. Les concepts de base 1.1 Introduction Avant que la base de données ne prenne une forme utilisable par le SGBD il

Plus en détail

Résolution générique à la volée de systèmes d équations booléennes et applications

Résolution générique à la volée de systèmes d équations booléennes et applications Résolution générique à la volée de systèmes d équations booléennes et applications Radu Mateescu INRIA Rhône-Alpes / VASY Plan Introduction Systèmes d équations booléennes d alternance 1 Algorithmes de

Plus en détail

Modèles à Événements Discrets. Réseaux de Petri Stochastiques

Modèles à Événements Discrets. Réseaux de Petri Stochastiques Modèles à Événements Discrets Réseaux de Petri Stochastiques Table des matières 1 Chaînes de Markov Définition formelle Idée générale Discrete Time Markov Chains Continuous Time Markov Chains Propriétés

Plus en détail

RAPPORT DE CONCEPTION UML :

RAPPORT DE CONCEPTION UML : Carlo Abi Chahine Sylvain Archenault Yves Houpert Martine Wang RAPPORT DE CONCEPTION UML : Bamboo Ch@t Projet GM4 Juin 2006 Table des matières 1 Introduction 2 2 Présentation du logiciel 3 2.1 Précisions

Plus en détail

Services de vidéo en ligne

Services de vidéo en ligne Services de vidéo en ligne Dominique PRESENT Dépt S.R.C. - I.U.T. de Marne la Vallée Des services diversifiés Télévision numérique : s appuie sur des standards de format (standards ETSI) utilise plusieurs

Plus en détail

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION Dans les leçons précédentes, nous avons modélisé des problèmes en utilisant des graphes. Nous abordons dans cette leçon un autre type de modélisation.

Plus en détail

Contexte général de l étude

Contexte général de l étude 1 2 Contexte général de l étude Les entrepôts de données associés à des outils d analyse On Line Analytical Processing (OLAP), représentent une solution effective pour l informatique décisionnelle (Immon,

Plus en détail

extensible Linking Language

extensible Linking Language 0 Philippe.Poulard@sophia.inria.fr Philippe Poulard Sommaire Qu est-ce? Présentation de XLink Principes Types de liens Comportements des liens Sémantique des liens Exemples Liens étendus multiples Processeurs

Plus en détail

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Ecole des Mines d Alès Laboratoire de Génie Informatique et d Ingénierie de Production LGI2P Nîmes Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Titre Domaine De l ingénierie des besoins à l ingénierie des exigences

Plus en détail

Introduction pratique au Développement orienté Modèle Pierre Parrend, Mars 2005

Introduction pratique au Développement orienté Modèle Pierre Parrend, Mars 2005 MDA : Un Tutoriel Introduction pratique au Développement orienté Modèle Pierre Parrend, Mars 2005 1 Sommaire Table des matières 1 Sommaire 1 2 Introduction 2 2.1 A qui s adresse ce tutoriel......................

Plus en détail

Rapport du projet Qualité de Service

Rapport du projet Qualité de Service Tim Autin Master 2 TI Rapport du projet Qualité de Service UE Réseaux Haut Débit et Qualité de Service Enseignant : Congduc Pham Sommaire Introduction... 3 Scénario... 3 Présentation... 3 Problématique...

Plus en détail

INGÉNIERIE DES CONNAISSANCES BCT (3b)

INGÉNIERIE DES CONNAISSANCES BCT (3b) 08.12.1999 INGÉNIERIE DES CONNAISSANCES BCT (3b) Nathalie Aussenac-Gilles (IRIT) Jean Charlet (DSI/AP-HP) Ingénierie des connaissances BCT (N. Aussenac-Gilles, J. Charlet) BCT-1 PLAN La notion de BCT :

Plus en détail

Architecture Logicielle

Architecture Logicielle Architecture Logicielle Chapitre 3: UML pour la description et la documentation d une architecture logicielle Année universitaire 2013/2014 Semestre 1 Rappel L architecture d un programme ou d un système

Plus en détail

UML Diagramme de classes (class diagram) pour le recueil et l analyse des besoins. Emmanuel Pichon 2013 V1.1

UML Diagramme de classes (class diagram) pour le recueil et l analyse des besoins. Emmanuel Pichon 2013 V1.1 UML Diagramme de classes (class diagram) pour le recueil et l analyse des besoins 2013 V1.1 Objectif Diagramme de classes (class diagram) pour le recueil des besoins et l analyse Présenter un ensemble

Plus en détail