SEMINAIRE «CLIMAT ET SANTE» En partenariat avec le CRVOI

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SEMINAIRE «CLIMAT ET SANTE» En partenariat avec le CRVOI"

Transcription

1 Projet Adaptation au Changement Climatique (ACClimate). Un projet de la Commission de l Océan Indien, cofinancé par le Fonds français pour l Environnement Mondial (FFEM), le Ministère français des Affaires Etrangères et Européennes (MAEE) et la Région Réunion. Réseau de surveillance épidémiologique et de gestion des alertes (SEGA). Un projet de la Commission de l Océan Indien, financé par l Agence Française de Développement (AFD). SEMINAIRE «CLIMAT ET SANTE» En partenariat avec le CRVOI 1 Documents de référence. Document de Projet ACClimate, version juin Devis programme ACClimate no2.2h (version 13 nov.09), octobre 2009-septembre Introduction. Les Projets «Adaptation au Changement Climatique (ACClimate)» et de «Réseau de surveillance épidémiologique et de gestion des alertes (SEGA)» de la Commission de l Océan Indien (COI), organisent du 17 au 22 mai 2010, au Centre de Recherche et de Veille sur les Maladies Emergentes dans l Océan Indien (CRVOI), un séminaire de formation/sensibilisation intitulé «Climat et Santé». 3 Le Contexte. La plupart des spécialistes s accordent à reconnaître que, depuis le début de l ère industrielle c est-à-dire 1850 environ, le climat mondial se réchauffe (voir figures 1 et 2 ci-dessous). Ce réchauffement continu est du à l augmentation de la concentration des gaz à effet de serre (GES, voir figure 3), qui est corrélée à la fois au développement des activités humaines et à la croissance de la population mondiale. Figure 1 Figure 2 Version BM Rev. KD//Date //Page 1

2 Figure 3 : Mesure de la concentration de 3 gaz à effets de serre au cours du temps Nous avons de très sérieuses raisons de craindre que le réchauffement climatique soit lourd multiplicateur de menaces pour les pays du sud ouest de l Océan Indien. En effet : (a) nos pays sont très exposées aux aléas climatiques ; (b) nous nous développons dans des territoires géographiquement limités voire très limités, sur lesquels les populations ne cessent de se concentrer ; (c) certaines observations sont inquiétantes. Parmi les conséquences attendues, il y a celles qui concernent la santé humaine (et animale). Des études ont tenté de quantifier les effets du climat ou du temps sur la santé (voir Figure 4 ci après). Figure 4 De manière générale, il est admis que les effets de cette modification rapide du climat sur la santé risquent d être très largement négatifs, notamment pour les populations les plus pauvres, les plus faibles, les plus mal préparées. Quelques réserves toutefois : - Le réchauffement est certes démontrable mais il est encore globalement limité (de l ordre de 0.7 C en moyenne en 1 siècle) 1. - Il ne faut pas confondre les conséquences d un réchauffement avec les conséquences d une météorologie. Le climat de notre région est l ensemble des conditions atmosphériques et météorologiques propres à celle-ci. Mais ces conditions varient sans cesse et «naturellement» et c est la statistique de leur mesure sur une plus ou moins longue période de temps qui décrit une tendance, en fait notre climat. Mais il y a aussi des extrêmes (une sécheresse, un cyclone, une inondation), aux effets plus ou moins catastrophiques, qui peuvent être décrits comme des anormalités par rapport aux valeurs les plus fréquemment observées de ce climat. Actuellement, nous observons des impacts de phénomènes météorologiques mais il est encore difficile de dire si ce sont des impacts du changement climatique. - L action d une large gamme de maladies infectieuses et non infectieuses résulte de la variabilité des températures et des précipitations. Mais il est difficile de discriminer si ces conséquences sont provoquées par le changement climatique ou par la variabilité de systèmes climatiques complexes comme El Niño, l ENSO. 1 Il semble même s accélérer. La période a compris 11 des 12 années les plus chaudes depuis 1850! A la Réunion, 2009 a été l année la plus chaude. Version BM Rev. KD//Date //Page 2

3 - Il y a absence de séries de données épidémiologiques ou relatives à la santé. Dans nos îles, nous n avons pas décrit et évalué - avec précision et dans la durée - quels seraient ces impacts ni systématisé leur observation. - Des déterminants non climatiques 2 agissent de manière importante dans la distribution et l intensité des maladies humaines. Ils peuvent affecter et modifier l impact du changement climatique sur les indicateurs de la santé humaine. Dans tous les cas de figure, si changement il y a, l homme peut et doit s adapter (en adaptant son environnement de vie) même si dans un contexte de réchauffement «rapide» du climat cette adaptation présente des limites. 4 Objectifs. Conformément à leurs termes de références, les projets ACClimate et SEGA ont pour objectifs de mettre en œuvre des formations et des séminaires, dans leurs domaines respectifs de l adaptation au changement climatique et de la santé, afin d échanger les expériences et de contribuer au développement de capacités dans les pays. Parmi tous les secteurs prioritaires des îles de la COI, la santé fait partie de ceux qui risquent d être impactés en premier par le changement climatique. On comprend donc les liens entre les 2 projets. L adaptation passe nécessairement par la compréhension en termes de climat et de santé de ce qui se passe dans nos îles. Pour les mêmes raisons, il est clair que le SEGA accorde de l intérêt à la problématique et à l impact du climat, potentiel ou réel, sur son action. L objectif du séminaire est de déterminer quelques spécificités de cette problématique «climat et santé» pour les pays du sud-ouest de l océan indien, et de fournir à des professionnels en activité dans des secteurs connexes (services de santé publique, vétérinaires, etc.) des éléments de compréhension et d intervention. Il contribuera ainsi à un renforcement de leurs capacités à y faire face. 5 Public cible. Une vingtaine de professionnels engagés dans la vie active comprenant 3 participants par pays membre de la COI (point focal SEGA, point focal Climat, une personne ressource de la plate-forme «climat» dans les pays). Quelques étudiants de l Université de la Réunion en phase de spécialisation qui pourraient se joindre à ces participants. Afin d élargir l impact de ce séminaire, le comité d organisation évalue la possibilité d une mise en visioconférence des présentations et débats. 6 Les partenaires du séminaire. Les projets ACClimate et SEGA sont les commanditaires du séminaire. Le CRVOI est l opérateur du séminaire. Une convention - signée entre les partenaires - détermine leurs responsabilités et obligations. 6.1 Le Projet ACClimate. Sous maîtrise d œuvre du Secrétariat Général de la COI, cofinancé par le FFEM, le MAEE et la Région Réunion, le Projet ACClimate a pour finalité l établissement d une coopération régionale effective entre les pays de la COI en matière d adaptation aux impacts des changements climatiques et d intégration de l adaptation dans les différents secteurs. Son objectif spécifique est le renforcement des capacités de la COI et de ses États membres en matière d adaptation au changement climatique pour le court terme, mais aussi pour développer des projets et politiques à long terme. Afin de répondre aux attentes, la démarche d ACClimate comprend 3 étapes qui se succèderont d'ici à 2011: 1) définir scientifiquement ce qui se passe en termes météorologique et climatologique dans la région pour une période ± 50 ans (1950/2050) ; 2) identifier les vulnérabilités et les risques qui vont en découler pour la région ; 3) intégrer l ensemble de ces informations dans une stratégie régionale pour l adaptation au changement. 2 Facteurs socio économiques : densité et comportement de la population, niveau de développement des infrastructures y compris les infrastructures sanitaires, niveau de développement du réseau de fourniture d eau, du réseau d assainissement, programmes de contrôle des vecteurs de maladies, etc. Version BM Rev. KD//Date //Page 3

4 Pour s assurer de la durabilité de ses objectifs, ACCLIMATE met également l'accent sur de la formation et de l'information, sur l'éducation et la communication (IEC). C est dans le cadre de ces actions de formation que ACCLIMATE souhaite mettre en place le présent séminaire. 6.2 Le Réseau de surveillance épidémiologique et de gestion des alertes (SEGA). Un thème au cœur de l actualité, le risque d épidémie est bel et bien présent tant sur le plan international que sur le plan régional. C est de cette constatation qu est née l idée d un projet de Réseau de surveillance épidémiologique et de gestion des alertes (SEGA) entre les Etats membres de la Commission de l Océan Indien. Financé par l Agence Française de Développement et soutenu par les Etat membres, la COI et l OMS, le projet a démarré en novembre 2008 et est chargé de faire le lien entre les différents systèmes de surveillance épidémiologique existants dans ces îles afin de permettre un partage des données et ainsi renforcer la prévention des épidémies dans la zone. La finalité du projet est l établissement d une coopération régionale effective entre les pays membres car il y a un besoin de veille des risques d épidémies dans la région Océan Indien, une région tropicale sujette en tant que telle aux maladies infectieuses, comme la dengue et le paludisme le montrent depuis longtemps et comme le Chikungunya l a montré récemment. Un programme sur quatre années a été défini, comprenant des formations, des réunions, la mise en place d'outils d'échange et de partage de l'information. Le programme de l année 2009 a débuté avec une formation régionale au «Mauritius Institute of Health» du 23 mars au 9 avril. Des missions de coordination des moyens et des techniques en matière de surveillance épidémiologique auront par la suite lieu dans chaque pays membre. 6.3 Le CRVOI. Le Centre de Recherche et de Veille sur les Maladies Emergentes dans l Océan Indien (CRVOI) conduit une recherche multidisciplinaire sur les maladies infectieuses d intérêt régional : - investigations sur les pathogènes, les vecteurs, les réservoirs et les hôtes infectés, - étude des facteurs environnementaux, écologiques et sociologiques, pour une meilleure compréhension des mécanismes de transmission et des phénomènes d émergence. - recherche pour améliorer les paramètres de surveillance et d alerte. Mieux comprendre l émergence ou la réémergence de maladies dans un contexte de changement global, et pouvoir l anticiper, fait donc partie des objectifs prioritaires du centre. Le CRVOI accueille le séminaire. En liaison avec les projets ACClimate et SEGA : - Il a défini un contenu au séminaire et a contacté les personnes ressources (instructeurs). - Il se charge également de la partie administrative du séminaire, des invitations finales, après avoir convenu avec ACCLIMATE et le SEGA d une liste des participants. - Il se charge aussi de toutes les autres formalités : voyages, transferts, hébergement, frais de bouche (repas et pauses café), paiement des per diem, à la fois pour les instructeurs et les participants. 7 Contenu du séminaire. (Voir également 12. Planning non finalisé.) D une durée de 3 jours 1/2, le séminaire est découpé en journées, chaque journée abordant un thème particulier et apportant des éléments de compréhension de la problématique climat-santé : - Contexte général et hétérogénéités locales - Des liens étroits climat / environnement / santé - Les approches méthodologiques - Quelle perspective pour l OI? Une table ronde est également prévue la dernière demi-journée pour soulever un certain nombre de question concernant l impact réel ou potentiel du changement climatique sur la santé dans la région sud-ouest de l Océan Indien. D autres points pourraient être abordés lors de ce séminaire, en relation ou non avec les points ci-dessus mentionnés : Version BM Rev. KD//Date //Page 4

5 - Anthropisation du milieu comme un déterminant du changement de climat et des conditions sanitaires. - Changement de répartition de vecteurs (le cas du moustique, des tiques, des puces), - Saisonnalité des maladies. - Santé et environnement naturel, santé et environnement social. - Transition épidémiologiques et sanitaires. Chaque intervenant remettra aux organisateurs et aux participants une présentation de son cours et la bibliographie attenante avec si possible une analyse rapide des documents présentés. Horaires : 09h-17h, pause déjeuner entre 12h30 et 13h30, pause café 10h30-10h45 et 15h00-15h30. 8 Les intervenants. D. ROY (1h30) xxx (1h45) E. RACHOU (1h30) J-C. DESENCLOS (1h45) V. GUERNIER (1h30) F. TAGLIONI (3h15) R. LANCELOT (1h30) J-S. DEHECQ (1h45) JF. VIEL (1h30) E. LAGABRIELLE (1h45) L. FILLEUL (1h30) M. BAVILLE (1h30) 9 Développements attendus. Ce séminaire pourrait évoluer en une formation qualifiante ou diplômante, si manifestation d intérêt par les participants et centres de formation. 10 Contacts. COI-IOC Tél. : ou ou Fax : Brice MONTFRAIX, Chef du Projet ACCLIMATE, Cellulaire Loïc FLACHET, Chef du Projet SEGA, CRVOI Vanina GUERNIER Veille scientifique, Centre de Recherche et de Veille sur les maladies émergentes dans l Océan Indien (CRVOI), 2 rue Maxime Rivière, Sainte Clotilde, Île de la Réunion, Tel Pistes bibliographiques. 4 ième rapport de l IPCC 2007 (Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat). Sur le net Impact des vagues de chaleur. - Fouillet, A., G. Rey, P. Bessemoulin, P. Frayssinet, E. Jougla, D. Hémon, 2007: Comparaison de la surmortalité observée en juillet 2006 à celle estimée à partir des étés , France. Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, Numéro thématique - Été 2006 : premier épisode caniculaire majeur après la catastrophe de 2003, n 22-23, juin 2007, Version BM Rev. KD//Date //Page 5

6 - Fouillet, A., G. Rey, E. Jougla, P. Frayssinet, P. Bessemoulin and D. Hemon, 2007 : A predictive model relating daily fluctuations in summer temperatures and mortality rates, BMC Public Health, 7:114 (19 June 2007). - Fouillet, A., G. Rey, V. Wagner, K. Laaidi, P. Empereur-Bissonnet, A. Le Tertre, P. Frayssinet, P. Bessemoulin, F Laurent, P. De Crouy-Channel, E. Jougla, D. Hémon, 2008: Has the impact of heat waves on mortality changed in France since the European heat wave of Summer 2003? A study of the 2006 heat wave. International Journal of Epidemiology, 37: Rey, G., E. Jougla, A. Fouillet, G. Pavillon, P. Bessemoulin, P. Frayssinet, J. Clavel, D. Hémon, 2007: The impact of major heat waves on all-cause and cause-specific mortality in France from 1971 to Int. Arch. Occup. Environ. Health, 80(7): Rey, G., A. Fouillet, P. Bessemoulin, P. Frayssinet, A. Dufour, E. Jougla, D. Hémon, 2008: Socio-economic vulnerability factors to Heat Waves: an ecological approach during the 2003 Heat Wave in France. Biomed Central (accepted). - Rey, G., A. Fouillet, P. Bessemoulin, P. Frayssinet, A. Dufour, E. Jougla, D. Hémon, 2009: Heat exposure and socio-economic vulnerability as synergistic factors in heat-wave-related mortality. European Journal of Epidemiology (accepted). Version BM Rev. KD//Date //Page 6

7 12 Planning non finalisé. (Chaque intervention comprend une présentation d une heure suivie d une discussion d 1/2 heure maxi) Lundi 17 Mardi 18 Mercredi 19 Jeudi 20 Contexte général et hétérogénéités locales Des liens étroits climat / environnement / santé Des outils disponibles Quelle perspective pour l OI? 09h00-10h30 10h45-12h30 12h30-13h30 Evolution sur 50 ans du climat dans l OI ; la prévision saisonnière. (D. ROY Météo France) Contexte géographique et écologique (écosystèmes) du Sud ouest de l Océan Indien. (xxx) Climat et santé. (J.C. DESENCLOS - InVS) Changement climatique et maladies vétérinaires. (R. LANCELOT - CIRAD) Le risque en santé. (J.F. VIEL Université de Franche-Comté) Outils et méthodes : statistiques spatiales. (J-F. VIEL Université de Franche-Comté) Pause déjeuner Pause déjeuner Pause déjeuner Table ronde sur le thème : Impact du changement climatique sur la santé dans le SWOI : quelles actions à conduire? 13h30-15h00 Contexte sanitaire SWOI. (E. RACHOU - ORS) Changement climatique : le point de vue des entomologistes. (J.S. DEHECQ - DRASS) Outils et méthodes : SIG & télédétection. (E. LAGABRIELLE IRD) 15h30-17h00 Transition épidémiologique et contexte du SOOI. (F. TAGLIONI IRD) Changement climatique et milieu marin. (J. Turquet ARVAM) Systèmes d alerte et plans de prévention. (L. FILLEUL InVS + M. BAVILLE - DRASS) Version BM Rev. KD//Date //Page 7

RETOUR D EXPÉRIENCE SUR LA CANICULE DE JUILLET 2006

RETOUR D EXPÉRIENCE SUR LA CANICULE DE JUILLET 2006 RETOUR D EXPÉRIENCE SUR LA CANICULE DE JUILLET 2006 A. Fouillet 1, G. Rey 1,2, P. Bessemoulin 3, P. Frayssinet 3, E. Jougla 2, D. Hémon 1 (1) Inserm U4 IFR6 Epidémiologie environnementale des cancers,

Plus en détail

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de uillet en France métropolitaine FOUILLET A 1, REY G 1, JOUGLA E, HÉMON D 1 1 Inserm, U75, Villeuif, France. Inserm CépiDc, IFR9,

Plus en détail

Formation des OSC de niveaux 2 et 3 en «Cycle de projet»

Formation des OSC de niveaux 2 et 3 en «Cycle de projet» FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Programme de l Union Européenne pour la Société Civile et la Culture/PESCC 10 ème FED TERMES DE REFERENCE Formation des OSC de niveaux

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/AC.21/2003/4 6 février 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Bureau régional

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 Avril 2013 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION.2 AUDIT INTERNE 2 AUDIT EXTERNE.4 GESTION DES RISQUES..5 OPINION GLOBALE

Plus en détail

Je suis honoré d avoir été invité à prononcer le discours officiel. à l ouverture de ce symposium sur la veille sanitaire de l océan

Je suis honoré d avoir été invité à prononcer le discours officiel. à l ouverture de ce symposium sur la veille sanitaire de l océan Mon collègue le Ministre de l Agro-industrie et de la Sécurité Alimentaire Monsieur l ambassadeur de France Monsieur le secrétaire général de la commission de l océan indien (COI) Monsieur le directeur

Plus en détail

Le Département de l Aisne améliore la sécurité informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink

Le Département de l Aisne améliore la sécurité informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink SUCCESS STORY Le améliore la sécurité informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink ENTREPRISE Le DOMAINE D ACTIVITÉ Secteur Public Nexthink a été sélectionnée par le pour fournir

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

Monsieur le directeur de l Agence française de développement, Messieurs les représentants de la délégation de l Union européenne,

Monsieur le directeur de l Agence française de développement, Messieurs les représentants de la délégation de l Union européenne, Premier comité de pilotage du projet de Gestion durable des zones côtières de la COI (GDZC-COI) Allocution du Secrétaire général de la Commission de l océan Indien, Jean Claude de l Estrac 1 er avril 2015,

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France»

Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France» Plan Séisme Chantier N 1- Action 1.4.2 Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France» Rapport AFPS Contrat AFPS / MEDD N CV05000137

Plus en détail

Séminaires Itinérants sur le Temps, le Climat et les Agriculteurs

Séminaires Itinérants sur le Temps, le Climat et les Agriculteurs Séminaires Itinérants sur le Temps, le Climat et les Agriculteurs M.V.K. Sivakumar Climate and Water Department World Meteorological Organization Presentation Importance de le temps et le climat a l agriculture

Plus en détail

Termes de Référence (TDR)

Termes de Référence (TDR) 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 37 83 69; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavsmail@gmail.com http://www.iavs.info Termes de Référence (TDR) Du Séminaire de formation sur l élaboration

Plus en détail

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 Auto-évaluation Chapitre 10 Auto-évaluation Section Sujet traité Page 10000 Résumé.. 10-2 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 10200 Lettre déclarative de responsabilité.. 10-4 10300 Résolution

Plus en détail

Plan d action sur le changement climatique de [nom de la collectivité]

Plan d action sur le changement climatique de [nom de la collectivité] Province du Manitoba Climate Change Planning Resource Guide Plan d action sur le changement climatique de [nom de la collectivité] Élaboré par : Remerciements : P. ex. conseil municipal, conseil d administration,

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Décentralisation et des Collectivités locales Direction de la Coopération Décentralisée Programme des Nations Unies pour le Développement

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives

Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives Strasbourg, 15 mars 2011 Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives organisé conjointement par le Conseil de l Europe et le Ministère

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière Séminaire Démarche de clustering : Stratégie et animation 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière En partenariat avec la Grappe d entreprises INOVAGRO et animé par France Clusters L innovation agroalimentaire

Plus en détail

Plan de développement des compétences. Personnel de soutien. Art. 8-4.00

Plan de développement des compétences. Personnel de soutien. Art. 8-4.00 Plan de développement des compétences Personnel de soutien Art. 8-4.00 Direction du service des ressources humaines 1 Table des matières 1. Contexte... 3 2. Objectifs... 3 3. Mécanisme prévu à la convention

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION SUR LES CATASTROPHES NATURELLES ET LEUR GESTION

PROGRAMME DE FORMATION SUR LES CATASTROPHES NATURELLES ET LEUR GESTION PROGRAMME DE FORMATION SUR LES CATASTROPHES NATURELLES ET LEUR GESTION SOMMAIRE MODALITES DES FORMATIONS...2 Modalités pratiques...2 Modalités tarifaires...2 CONTENU DE LA FORMATION...3 1 MODALITES DES

Plus en détail

PRÉSENTATION DU MICRO-LYCÉE

PRÉSENTATION DU MICRO-LYCÉE L objectif du micro-lycée Permettre à des jeunes qui ont interrompu leur scolarité au lycée de reprendre des études dans des conditions différentes et adaptées à leur situation en vue d obtenir le baccalauréat

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/WG.4/2012/1 Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 25 mai 2012 Français Original: anglais Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

INVESTISSEMENTS D AVENIR

INVESTISSEMENTS D AVENIR INVESTISSEMENTS D AVENIR COHORTES SUIVI 2013 Compte rendu scientifique Relevé de dépenses Indicateurs juin 2014 SYNTHESE DU SUIVI D ACTION COHORTES (Année 2013) INTRODUCTION L action «cohortes» vise à

Plus en détail

Formation des OSC de niveau 3 sur «Techniques de montage de projets»

Formation des OSC de niveau 3 sur «Techniques de montage de projets» PROGRAMME DE L UNION EUROPEENNE POUR LA SOCIETE CIVILE ET LA CULTURE TERMES DE REFERENCE Formation des OSC de niveau 3 sur «Techniques de montage de projets» Octobre 2015 1 I. Contexte et justification

Plus en détail

Le système documentaire

Le système documentaire Le système documentaire Sommaire : 3. PRESTATION DE SERVICE A DOMICILE... 4 3.1 : Principes et cadre d intervention... 6 Exemple 1 : Projet de service type d une entité adhérent à ADESSA.... 7 Exemple

Plus en détail

Qu est-ce que le risque?

Qu est-ce que le risque? FAIRTRADE INTERNATIONAL Qu est-ce que le risque? Le risque est l effet potentiel de l incertitude sur les objectifs d un projet. La gestion des risque compte quatre parties essentielles : l évaluation

Plus en détail

Pour passer du rêve à la réalité

Pour passer du rêve à la réalité PRESENTATION DU PROGRAMME ASP LANCEMENT D UNE ENTREPRISE CODE 5264 Objectifs généraux du programme Acquérir les connaissances, les habiletés et les attitudes qui permettent : o de démarrer son entreprise,

Plus en détail

À l attention des parents (Le conseil étudiant travaillera à produire un questionnaire pour les élèves de l école.)

À l attention des parents (Le conseil étudiant travaillera à produire un questionnaire pour les élèves de l école.) À l attention des parents (Le conseil étudiant travaillera à produire un questionnaire pour les élèves de l école.) REMETTRE CE DOCUMENT AU SECRÉTARIAT DE L ÉCOLE OU NOUS LE FAIRE PARVENIR PAR COURRIEL

Plus en détail

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement NATIONS UNIES TD Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. LIMITÉE TD/B/COM.2/ISAR/L.4 18 septembre 2001 FRANÇAIS Original: ANGLAIS CONSEIL DU COMMERCE ET DU DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Politique pour les étudiants à besoins éducationnels spéciaux

Politique pour les étudiants à besoins éducationnels spéciaux Collège Jean-de-Brébeuf Niveau collégial Règlements et politiques Politique pour les étudiants à besoins éducationnels spéciaux Dans la présente politique, l utilisation du masculin est épicène. Table

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé de clientèle en assurance de l Université de Nîmes Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012 Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020 De la version 2005 à la version 2012 Plan de la présentation L intervention sera structurée suivant les 8 chapitres de la norme. Publiée le 1 er mars 2012, homologuée

Plus en détail

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des dispositions de Bale II et Bale III dans l UMOA. Lieu : Salle

Plus en détail

SOCIETENATIONALE DE LA CROIX-ROUGE HAITIENNE TERMES DE REFERENCE. Consultant pour mettre à jour la base de données des formations du CDF-CRH

SOCIETENATIONALE DE LA CROIX-ROUGE HAITIENNE TERMES DE REFERENCE. Consultant pour mettre à jour la base de données des formations du CDF-CRH SOCIETENATIONALE DE LA CROIX-ROUGE HAITIENNE Centre de formation TERMES DE REFERENCE Consultant pour mettre à jour la base de données des formations du CDF-CRH Projet DIP-ECHO 9 Croix-Rouge Haïtienne /

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/18/Add.30 28 février 2005 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention sur

Plus en détail

Claire DUFAY-LEENAERT

Claire DUFAY-LEENAERT Claire DUFAY-LEENAERT Réduction de la consommation de viande : Analyse des steaks végétaux comme alternative à la consommation de viande en Belgique. Impacts environnementaux et durabilité. TRAVAIL INDIVIDUEL

Plus en détail

L ADMINISTRATEUR JUDICIAIRE

L ADMINISTRATEUR JUDICIAIRE L ADMINISTRATEUR JUDICIAIRE TIJANI CHAABANE Expert Comptable INTRODUCTION Le développement de l économie dépend en grande partie d un processus de destruction des activités inutiles ou moins utiles et

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

Impact des messages "Pic de pollution" affichés sur PMV

Impact des messages Pic de pollution affichés sur PMV Impact des messages "Pic de pollution" affichés sur PMV Myriam Hugot - IFSTTAR Fabrice Reclus - CETE de Lyon 7 janvier 2011 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL Ministère de l'écologie, du Développement

Plus en détail

MINISTERE DE L EAU --------------- SECRETARIAT GENERAL --------------- DIRECTION DU SYSTEME D INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ---------------

MINISTERE DE L EAU --------------- SECRETARIAT GENERAL --------------- DIRECTION DU SYSTEME D INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION --------------- MINISTERE DE L EAU SECRETARIAT GENERAL DIRECTION DU SYSTEME D INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION TERME DE REFERENCE SUR L APPUI ET L ASSISTANCE TECHNIQUE EN MATIERE DE COMMUNICATION ET BASE DE DONNEES

Plus en détail

PROGRAMME D ENTRAÎNEMENT 2015

PROGRAMME D ENTRAÎNEMENT 2015 2015 OBJECTIF Ce programme d entraînement a comme objectif de vous préparer à réaliser un défi unique et ambitieux : courir des relais de 1 km et 2 km pendant plus de 30 heures consécutives, en reliant

Plus en détail

Etre cheffe ou chef, ça s apprend. Avec les formations à la conduite de l ASFC.

Etre cheffe ou chef, ça s apprend. Avec les formations à la conduite de l ASFC. Etre cheffe ou chef, ça s apprend. Avec les formations à la conduite de l ASFC. ASFC La compétence dans la conduite au quotidien. L Association Suisse pour la Formation des Cadres (ASFC) s engage depuis

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX PARLEMENTAIRE DE S COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX La Commission de l économie, du commerce, du travail et des blocs commerciaux examine les questions économiques

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION

DOCUMENT D INFORMATION DOCUMENT D INFORMATION SEPTEMBRE 2015 REMERCIEMENTS La Fondation Monique-Fitz-Back souhaite remercier les partenaires de chacun des deux programmes : SSQ Groupe financier et Gaudreau Environnement. Elle

Plus en détail

Livret de suivi du candidat(outil B)

Livret de suivi du candidat(outil B) A chaque étape du parcours CQP, son outil : Branche de la Miroiterie, Transformation et Négoce du Verre CQP Animateur d équipe de 1 er niveau Livret de suivi du candidat(outil B) Document à remplir par

Plus en détail

Personal Financial Services Fonds de placement

Personal Financial Services Fonds de placement Personal Financial Services Fonds de placement Un investissement dans des fonds de placement, c est la promesse de rendements attractifs pour un risque contrôlé. Informez-vous ici sur le fonctionnement

Plus en détail

PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU

PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU M. KOUASSI Jules Venance Assistant au PCCI (Côte d Ivoire) kouassjv2003@yahoo.fr ATELIER REGIONAL SUR L ADAPTATION ACCRA 21 au 23 septembre 2006 INTRODUCTION

Plus en détail

( prêt de la Banque Mondiale N 7392TN) -------------

( prêt de la Banque Mondiale N 7392TN) ------------- UNIVERSITE DE SOUSSE TERMES DE REFERENCE Projet d appui à la qualité (Capacité de Gestion) Formation des cadres de l Université de Sousse Dans le domaine de la Gestion Financière des Établissements Publics

Plus en détail

Artisanat et Création d Emploi, quel Avenir Économique pour les Jeunes?

Artisanat et Création d Emploi, quel Avenir Économique pour les Jeunes? BURKINA FASO Unité-Progrès-Justice SALON INTETERNATIONAL DE L ARTISANAT DEOUAGADOUGOU (SIAO) TERMES DE REFERENCE SEPTEMBRE Artisanat et Création d Emploi, quel Avenir Économique pour les Jeunes? Septembre

Plus en détail

La Banque de France teste Wallstreet Suite version 7.2 pour la communauté des banques centrales

La Banque de France teste Wallstreet Suite version 7.2 pour la communauté des banques centrales La Banque de France teste Wallstreet Suite version 7.2 pour la communauté des banques centrales La Banque de France est un des principaux membres du Système européen de banques centrales (SEBC). En tant

Plus en détail

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI)

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL SP AFI/08-WP/45 17/10/08 RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Durban (Afrique du Sud), 24

Plus en détail

GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES

GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES Objectif(s) : o Analyse des écarts sur chiffre d'affaires : Pré requis : o Modalités : o o écart sur prix de vente, écart sur quantité. évaluation du chiffre d'affaires.

Plus en détail

Créer de solides relations de travail entre des équipes indo-américaines

Créer de solides relations de travail entre des équipes indo-américaines Créer de solides relations de travail entre des équipes indo-américaines Dr Reddy s Laboratories Dr. Reddy s Laboratories est un groupe pharmaceutique mondial indien qui produit des médicaments génériques

Plus en détail

Recommandations. pour améliorer le dispositif national de veille sanitaire

Recommandations. pour améliorer le dispositif national de veille sanitaire Recommandations pour améliorer le dispositif national de veille sanitaire La loi relative au renforcement de la veille sanitaire et du contrôle de la sécurité sanitaire des produits destinés à l homme

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE

TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE Recrutement d un expert en communication institutionnelle Page 1 TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE 1. CADRE GENERAL DU PROGRAMME Le Programme d Appui au Commerce

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1 PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2014 à 2016 Version avril 2014 Page 1 1. INTRODUCTION La forêt occupe une place importante pour la région de la Gaspésie et des Îles-de-la- Madeleine. Par conséquent, les besoins

Plus en détail

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement Agence de Développement Social Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement SOMMAIRE 1. vision 2. Mission de l ADS dans le domaine de la Protection de l Environnement,

Plus en détail

PROJET DE SERVICE. association d aide à domicile

PROJET DE SERVICE. association d aide à domicile PROJET DE SERVICE Adhérent labellisé par réseau d'aide à domicile le 1 association d aide à domicile Adhérent labellisé par réseau d'aide à domicile le Conformément à la loi du 02 janvier 2002 rénovant

Plus en détail

FICHE. Le financement

FICHE. Le financement FICHE # 7 Le financement Le financement Pourquoi entreprendre cette démarche? Parce que c est par le financement à la mission globale que les organismes communautaires autonomes pourront réaliser leur

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1

Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1 COMITE DE CONCERTATION POUR LA DIFFUSION NUMERIQUE EN SALLES Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1 relative à la définition, au regard des usages professionnels, de la date de

Plus en détail

7245, rue Clark # 202, Montréal (Québec) H2S 2S4 Tél : (514) 279.3669 / Fax: (514) 279-4223 Courriel : emplois@carrefourble.qc.ca

7245, rue Clark # 202, Montréal (Québec) H2S 2S4 Tél : (514) 279.3669 / Fax: (514) 279-4223 Courriel : emplois@carrefourble.qc.ca 7245, rue Clark # 202, Montréal (Québec) H2S 2S4 Tél : (514) 279.3669 / Fax: (514) 279-4223 Courriel : emplois@carrefourble.qc.ca Le Carrefour BLE est un organisme à but non lucratif et de bienfaisance.

Plus en détail

Présentation générale du Manuel De Procédures de l Agence de Développement Social

Présentation générale du Manuel De Procédures de l Agence de Développement Social Présentation générale du Manuel De Procédures de l Agence de Développement Social 1 Page sur 5 1. PRESENTATION DU MANUEL DE PROCEDURES... 3 2. STRUCTURE DU MANUEL DE PROCEDURES... 3 Fenêtre 1 : Structure

Plus en détail

Comité consultatif sur l application des droits

Comité consultatif sur l application des droits F WIPO/ACE/10/13 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER SEPTEMBRE 2015 Comité consultatif sur l application des droits Dixième session Genève, 23 25 novembre 2015 OUTILS PÉDAGOGIQUES POUR LA PROMOTION DU RESPECT

Plus en détail

23 juin 2006 Polytech Lille. Forum i-trans SYNTHESE

23 juin 2006 Polytech Lille. Forum i-trans SYNTHESE 23 juin 2006 Polytech Lille Forum i-trans SYNTHESE Forum i-trans 2 Sommaire Table ronde/ Le financement de l innovation... 3 Débat...5 Conclusion d Yves Ravalard...5 Sigles... 6 Intervenants Yves RAVALARD...

Plus en détail

Orientation 1. Améliorer la qualité de l air et réduire les émissions des GES. Objectif : Réduire les émissions de gaz à effet de serre

Orientation 1. Améliorer la qualité de l air et réduire les émissions des GES. Objectif : Réduire les émissions de gaz à effet de serre PLAN LOCAL DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE LA VILLE MONTRÉAL-EST Introduction 2013-2015 Le développement durable est, de nos jours, un concept très important qui permet à tout décideur de concilier les dimensions

Plus en détail

Le projet que je vous soumets concerne l Agence de développement. économique du Canada pour les régions du Québec dont les principaux

Le projet que je vous soumets concerne l Agence de développement. économique du Canada pour les régions du Québec dont les principaux Le projet que je vous soumets concerne l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec dont les principaux services sont offerts dans notre région par Développement Économique

Plus en détail

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations:

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations: PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE SECRETARIAT D ETAT A LA SOLIDARITE ET LA REGION CENTRE POUR LA MISE EN PLACE D UN PLAN DES METIERS DANS LE SECTEUR SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL I : Contexte: Le schéma régional des

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Consolidation du programme régional Risques Naturels de la Commission de l Océan Indien (COI)

TERMES DE REFERENCE Consolidation du programme régional Risques Naturels de la Commission de l Océan Indien (COI) TERMES DE REFERENCE Consolidation du programme régional Risques Naturels de la Commission de l Océan Indien (COI) 1) Contexte général La phase I du projet Risques Naturels (RN-COI) a été financée par l

Plus en détail

L utilisation d un réseau social pour améliorer la prise en charge de vos patients

L utilisation d un réseau social pour améliorer la prise en charge de vos patients L utilisation d un réseau social pour améliorer la prise en charge de vos patients 2 Un réseau social pour améliorer la prise en charge des patients. MeltingDoc valorise les compétences des médecins et

Plus en détail

Développer ses Ressources Humaines en Santé : Enjeux et solutions Séminaire pour les pays d Afrique francophones à Cotonou, Benin

Développer ses Ressources Humaines en Santé : Enjeux et solutions Séminaire pour les pays d Afrique francophones à Cotonou, Benin Développer ses Ressources Humaines en Santé : Enjeux et solutions Séminaire pour les pays d Afrique francophones à Cotonou, Benin Contexte Il existe désormais un large consensus sur le besoin impératif

Plus en détail

CONDUITE DE PROJET. La description du projet

CONDUITE DE PROJET. La description du projet CONDUITE DE PROJET Comme nous vous l avons expliqué dans le support «Conseils méthodologiques pour la présentation power point du CPPC», sous partie 3.4, la conduite de projet met en avant les écarts entre

Plus en détail

Le partenariat maison-école :

Le partenariat maison-école : TDAHetvous.ca : une ressource pour la rentrée scolaire Le partenariat maison-école : Soutien à l enfant atteint de TDAH Pour les enfants atteints de TDAH, les difficultés et les réussites en lien avec

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES FORMATION ANGLAIS PROFESSIONNEL. Lot 1 : cours individuels. Lot 2 : cours collectifs

CAHIER DES CHARGES FORMATION ANGLAIS PROFESSIONNEL. Lot 1 : cours individuels. Lot 2 : cours collectifs Centre de Paris Formation Permanente du Centre INRA de Paris CAHIER DES CHARGES FORMATION ANGLAIS PROFESSIONNEL Lot 1 : cours individuels Lot 2 : cours collectifs Contacts : Viviane BOCK Sdar/FPL Tél.

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Comment mieux évaluer les risques industriels par la mesure du capital immatériel???

Comment mieux évaluer les risques industriels par la mesure du capital immatériel??? Comment mieux évaluer les risques industriels par la mesure du capital immatériel??? GENERALI : Un acteur engagé et responsable FFSA 26/01/2010 " Le secteur de l assurance est concerné par tous les sujets

Plus en détail

Conseil de la bibliothèque publique de Trillium. Politique du service de référence

Conseil de la bibliothèque publique de Trillium. Politique du service de référence EXEMPLE 1 POLITIQUE DU SERVICE DE RÉFÉRENCE Conseil de la bibliothèque publique de Trillium Politique du service de référence Mars 1994 Cet exemple de politique a été inclus dans ce Guide pour vous aider

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LES ACTIVITES DE FORMATION EN ETHIQUEPROFESSIONNELLE POUR LES FONCTIONNAIRES D AUJOURD HUI PROJET DE CD-ROM POUR L AFRIQUE.

SEMINAIRE SUR LES ACTIVITES DE FORMATION EN ETHIQUEPROFESSIONNELLE POUR LES FONCTIONNAIRES D AUJOURD HUI PROJET DE CD-ROM POUR L AFRIQUE. Centre Africain de Formation et de Recherche Administrative pour le Développement Nations Unies Département des Affaires Economiques et Sociales SEMINAIRE SUR LES ACTIVITES DE FORMATION EN ETHIQUEPROFESSIONNELLE

Plus en détail

www.vision-2018.org - 25 -

www.vision-2018.org - 25 - www.vision-2018.org - 25 - La navigation intérieure est un mode de transport dynamique et tourné vers l avenir. Par la «Vision 2018», la Commission Centrale pour la Navigation du Rhin (CCNR) se fixe pour

Plus en détail

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le secteur public Octobre 2009 TABLE DES MATIÈRES PARAGRAPHE Introduction....01

Plus en détail

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL PRÉAMBULE En concluant le Protocole du 17 juillet 1981 relatif au temps de travail,

Plus en détail

Cahier des Charges / formation «Mieux vendre avec le Plan d'actions Commerciales»

Cahier des Charges / formation «Mieux vendre avec le Plan d'actions Commerciales» Cahier des Charges / formation «Mieux vendre avec le Plan d'actions Commerciales» Entité : CARINNA (Agence pour la Recherche et l Innovation en Champagne- Ardenne) Contact : Franck MOREL Chargé d affaires

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Formation : «Réussir votre web marketing dans un contexte concurrentiel»

Formation : «Réussir votre web marketing dans un contexte concurrentiel» Formation : «Réussir votre web marketing dans un contexte concurrentiel» Avec : Le 8 juillet 2015 Joss Frimond Consultant sénior Linguaid Réussir votre web marketing dans un contexte concurrentiel public

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

1. Satisfaction Satisfaction Globale

1. Satisfaction Satisfaction Globale Evaluation de la Rencontre Régionale Appui à l émergence et la structuration d une dynamique associative de développement local et régional Quelles perspectives communes de travail? Le 28 février 09 -

Plus en détail

Centre Régional Africain d Administration du Travail (CRADAT) BP 1055 Yaoundé Tél. 22.23.32.04 Fax. 22.22.21.80 E-mail. : cradat@ilo.

Centre Régional Africain d Administration du Travail (CRADAT) BP 1055 Yaoundé Tél. 22.23.32.04 Fax. 22.22.21.80 E-mail. : cradat@ilo. Centre Régional Africain d Administration du Travail (CRADAT) BP 1055 Yaoundé Tél. 22.23.32.04 Fax. 22.22.21.80 E-mail. : cradat@ilo.org I- PRESENTATION DU CRADAT A- Création - Siège Le Centre Régional

Plus en détail

Examen du réseau d'électricité. de la Nouvelle-Écosse Résumé

Examen du réseau d'électricité. de la Nouvelle-Écosse Résumé Examen du réseau d'électricité de la Nouvelle-Écosse Résumé Examen du réseau d'électricité de la Nouvelle-Écosse Résumé RÉSUMÉ À l automne 2013, le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a adopté la loi

Plus en détail

La créativité comme pratique

La créativité comme pratique 2015 Prospectus à l intention des commanditaires La créativité comme pratique Mobiliser différents modes de pensée 14 et 15 mai 2015 dans le Quartier Latin Montréal, Québec, Canada Organisé par : L Institut

Plus en détail

Rapport annuel sur la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel sur la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel sur la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels 2007-2008 Table des matières Introduction...........................................................

Plus en détail

Le réseau SEGA Océan Indien, un dispositif pour la réduction des risques liés aux maladies émergentes et épidémiques

Le réseau SEGA Océan Indien, un dispositif pour la réduction des risques liés aux maladies émergentes et épidémiques Le réseau SEGA Océan Indien, un dispositif pour la réduction des risques liés aux maladies émergentes et épidémiques 1 Introduction Les réseaux transfrontaliers de veille sanitaire pourraient contribuer

Plus en détail

Délégué/e/s à la formation. Rôle et missions. (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1

Délégué/e/s à la formation. Rôle et missions. (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1 Délégué/e/s à la formation Rôle et missions (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1 Sommaire: 1. Considérations générales sur le rôle et les missions du délégué/e à la formation...

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Stop au gaspillage! Equipe de projet: Laïla Duport, Enola Bechtel, Alexandre Grosjean, Melissa Curcio

Stop au gaspillage! Equipe de projet: Laïla Duport, Enola Bechtel, Alexandre Grosjean, Melissa Curcio ! Equipe de projet: Laïla Duport, Enola Bechtel, Alexandre Grosjean, Melissa Curcio Métier: Apprentis employé de commerce Année d'apprentissage: 1 ère année Nom de l'école ou de l'entreprise: Ceff COMMERCE

Plus en détail

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Le saviez vous? La valeur des échanges de produits agricoles s est élevée à 1 765 milliards

Plus en détail