THESE. Présentée à : L INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE. Pour l obtention. Du DOCTORAT DE L I.N.S.A.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "THESE. Présentée à : L INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE. Pour l obtention. Du DOCTORAT DE L I.N.S.A."

Transcription

1 THESE Présentée à : L INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE Pour l obtention Du DOCTORAT DE L I.N.S.A. Spécialité : CONCEPTION DE CIRCUITS MICROELECTRONIQUES ET MICROSYSTEMES Par Fabrice CAIGNET Mesure et modélisation prédictive des phénomènes parasites liés aux interconnexions dans les technologies CMOS Directeur de thèse : Rapporteurs : Membres du jury : M. Etienne SICARD M. André TOUBOUL M. Jean CHILO M. Augustin MARTINEZ M. Willian DYLAN M. Michel HAOND M. Georges FERRANTE 1

2 Thése : "Mesure et modélisation prédictive des phénomènes parasites liés aux interconnexions dans les technologies CMOS" Résumé : Face aux constantes évolutions de la micro-électronique, l'intégrité de signal est devenue un des problèmes majeur du bon fonctionnement des circuits. Avec la rapide montée en fréquence et l augmentation des densités d intégration, les interconnexions jouent un rôle de plus en plus important. Non seulement les délais de propagation des signaux deviennent de plus en plus significatifs, mais encore le rapprochement des interconnexions induit des phénomènes parasites tels que les phénomènes de diaphonie. Le concepteur de circuits microélectroniques se doit de considérer le comportement des interconnexions en prenant en compte correctement les phénomènes parasites. Ce travail présente les phénomènes parasites liés aux interconnexions, et donne les différentes approches physiques depuis l'analyse électromagnétique à la modélisation des lignes. Après avoir exposé les différentes méthodes de caractérisation des interconnexions, une méthode de mesure générique permettant la caractérisation de l'intégrité de signal est proposée. La méthode a été implémentée dans différentes technologies, depuis la CMOS 0.7µm à des "process" avancés, 0.35µm, 0.18µm (ST-Microelectronics), 0.25µm (INFINEON), et plusieurs résultats expérimentaux sont présentés. Un ensemble d'abaques orientées intégrité de signal ainsi que des formulations analytiques de l'amplitude des phénomènes parasites sont proposées. Grâce à ces abaques, nous proposons des solutions visant à pallier les problèmes d'intégrité de signal au niveau de la mise en place des règles de dessin, du placement/routage et de la vérification après routage. Abstract : With the constant evolutions of the micro-electronics, the integrity of signal became one of the major problem of the circuit performances. With the increased of the frequency and the high density of integration, the interconnections play an increasingly significant role. Not only the propagation times of the signals become increasingly significant, but still the proximity of the interconnections induce parasitic phenomena such as crosstalk. The micro-electronic designer of circuits must consider the behavior of the interconnections by taking into account correctly the parasitic phenomena. This work presents the parasitic phenomena related to the interconnections, and give the various physical approaches from the electromagnetic analysis to the modeling of the lines. After having exposed the various methods of characterization of the interconnections, a generic measurement method allowing precise characterizations is proposed. The method has been implemented in various technologies, from the CMOS 0.7µm, to advanced "processes" like 0.35µm, 0.18µm (ST-Microelectronics), 0.25µm (INFINEON), and several experimental results are presented. A whole of abacuses directed signal integrity and analytical formulations are proposed. Thanks to these abacuses, we propose solutions aiming at mitigating the problems of integrity of signal the levels of the design rules establishment, the placement and route methodology, and the post-layout analysis. Spécialité : Conception de circuits Microélectronique et Microsystèmes Mots-clés : Circuit intégrés, technologies CMOS, interconnexions, intégrité de signal, mesure "on-chip", simulation, outil CAO. Key Words : Integrated circuits, CMOS technologies, interconnections, signal integrity, "on-chip" measurement, simulation, CAD Tools. 2

3 Remerciements Ce travail a été effectué au sein du groupe de recherche "sûreté de fonctionnement des systèmes" au département de génie électrique et informatique de l INSA de Toulouse. Je remercie M. B. PRADIN, directeur de ce département, ainsi que tous le personnel technique et administratif pour leurs nombreux conseils ainsi que pour la bonne humeur dont ils ont toujours su faire preuve. Je voudrais témoigner toute ma sympathie et ma vive reconnaissance à Etienne SICARD, mon directeur de thèse, qui a fait preuve de tant de patience et de pédagogie tout au long de ces trois dernières années. Il a su me donner confiance en moi-même, en particulier en me permettant de participer à de nombreuses conférences internationales et réunions techniques avec des industriels, en relation directe avec mon sujet. J adresse mes sincères remerciements à M. A. MARTINEZ qui me fait l honneur de présider mon jury, ainsi qu à M. J. CHILO, M. A. TOUBOUL qui ont accepté la charge d être rapporteurs. Je n'oublierais pas D. WILLIAMS, professeur au NIST (National Institut of Standard and Techniques) de Boulder Colorado pour son soutient constant et en particulier pour la qualité de ses conseils au moment de la rédaction de ce document. Consciente de l opportunité qui m a été donnée de travailler en collaboration avec le milieu industriel, je tiens à exprimer toute ma gratitude à M. J.G. FERRANTE (MATRA S&I) coordinateur du projet MEDEA et membre du jury, grâce à qui j'ai pu rentrer en contact avec les représentants des industries de pointe européennes. J'en profite pour remercier M. M. HAOND (ST-Microelectronics), membre du jury, qui m'a fait confiance et guidé dans l'élaboration de motifs de test visant à caractériser les process avancés en cours de développement. Que M. P. SAINTO (ST-Microelectronics), et M. T. STEINCKE (INFINEON) trouvent ici l'expression de ma sincère gratitude pour l intérêt qu ils ont porté à mes recherches et pour m avoir donné accès à des technologies avancées, sans lesquelles ce travail n aurait pu être mené à bien. Un grand merci à Pierrot (P. SOLIGNAC), qui a réalisé les différents bancs de test nécessaires à la mise en œuvre de notre système de mesure. Ses compétences, sa disponibilité et sa patience m ont rendu d inestimables services. Je remercie M. N. FROIDEVEAU (ST-Microelectronics), et M. R. NIEBAUER (INFI- NEON) pour leurs compétences industrielles sans qui la conception de puces de plus en plus complexes n'aurait pu être possible. Nombreux sont ceux qui m ont supportée durant ces dernières années, je pense à tous les membres du DGEI, Colette, Pascale, Claude, Ana, Jean-Louis, Jean-Yves, Pierre, Fofo, Ber- 3

4 nard et tous les autres, la liste serait trop longue. Je remercie évidemment mes collègues de bureau, Marc, Soso et Chen Xi avec qui le travail en équipe à toujours été très instructif et plein de vie. Je ne peux terminer ces remerciements sans exprimer toute ma gratitude à ma famille qui m a supporté, soutenu et conseillé tout au long de cette thèse, en particulier Cécile et mes parents. 4

5 5 Aux miens

6 Table des matières. REMERCIEMENTS...3 TABLE DES MATIÈRES...6 INTRODUCTION...9 CHAPITRE I : INTÉGRITÉ DU SIGNAL ET EVOLUTIONS TECHNOLOGIQUES I. PLACE DE L'INTERCONNEXION DANS L'ÉVOLUTION TECHNOLOGIQUE ) Introduction ) Augmentation de la fréquence de fonctionnement ) Evolution des interconnexions ) Evaluation des paramètres résistifs et capacitifs...20 II. INTERCONNEXIONS ET INTÉGRITÉ DU SIGNAL ) Le retard de propagation ) Définition du délai ) Notion de longueur typique ) Evolution du délai avec la technologie ) Insertion de répéteurs ) Le couplage diaphonique ) Définitions ) Evolution de la diaphonie avec la technologie ) Le retard induit par couplage diaphonique...34 III. QUELLES SOLUTIONS POUR RÉSOUDRE LES PROBLÈMES D'INTÉGRITÉ DE SIGNAL ) Règles de dessin dédiées à l'intégrité de signal ) Vérification et simulation "Post-Layout" IV. CONCLUSION...39 RÉFÉRENCES :...40 CHAPITRE II : RAPPEL SUR LA THÉORIE DES INTERCONNEXIONS...42 I. ) RAPPEL D'ÉLECTROMAGNÉTISME ) Equations de Maxwell ) Régime statique ) Régime harmonique ) Les fonctions de Green ) Modes de propagation b) Mode de propagation Transverse Electromagnétique ) Equivalence ligne de transmission ) Effet de peau ) Classification des modes de propagation...56 II. LOGICIELS D'EXTRACTION DES PARAMÈTRES ) Méthodes de résolution ) Intérêt de la mise en place d'un extracteur de paramètres ) Choix de la dimension (2D, 3D) ) Choix d'une analyse paramétrique sur plusieurs paramètres ) Méthodologie adoptée ) Exemple d'application III. CONCLUSION...66 RÉFÉRENCES :...67 CHAPITRE III :MODÉLISATION DES D'INTERCONNEXIONS...69 I. INTRODUCTION...70 II. CALCUL DES PARAMÈTRES D'INTERCONNEXION ) Introduction ) Modélisation capacitive

7 2.2.1) Capacité de substrat Capacité plane Prise en compte des effets de bord Approche analytique ) Capacité de couplage ) capacité de croisement ) Conclusion ) Modélisation résistive ) Résistance par carré ) Rôle des Vias ) Effet de peau ) Modélisation inductive d'une interconnexion...81 III. MODÉLISATION DES INTERCONNEXIONS Choix d un modèle ) L interconnexion seule ) Deux interconnexions couplées Découpage de la ligne : Vers un modèle distribué ) Etude comparative des modèles...86 III. CONCLUSION...91 RÉFÉRENCES :...93 CHAPITRE IV : MÉTHODES DE MESURE...95 I. ) INTRODUCTION...96 II. LES DIFFÉRENTES MÉTHODES DE MESURE ) Introduction: ) Mesure externe ) Mesure sous pointes ) Mesure par faisceau d'électrons (IDS) : "E-Beam testing" ) Mesures hautes fréquence : Réflectométrie - Paramètres [S] ) Méthodes intégrées sur puces ) Mesure de capacité "on-chip" : a) Oscillateur b) capteur de mesure de capacités ) Caractérisation du couplage : ) Caractérisation du délai induit par couplage: ) Mesures temporelles "on-chip" a) La méthode d'intel Corporation b) Notre approche : méthode d'échantillonnage ) Comparaison, performance et choix de la méthode III. MÉTHODE D'ÉCHANTILLONNAGE "ON-CHIP" ) Calibrage du système ) Calibrage de l'amplificateur suiveur ) Calibrage de l'offset du système échantillonneur bloqueur ) Calibrage de la cellule de délai ) Mise en place ) Mode opératoire IV. CONCLUSION RÉFÉRENCES : CHAPITRE V : MESURES ET MODÉLISATION I. INTRODUCTION II. PUCE "ALFA" 0.7µM CMOS ) Descriptif: ) Performances du capteur en technologie 0.7µm ) Mesure de commutation ) Mesure de couplage diaphonique ) Mesure du délai de commutation induit par couplage diaphonique ) Mesure de fluctuation d'alimentation III. PUCE "DEEP" 0.35µM CMOS ) Descriptif )Performances du capteur en technologie 0.35µm ) Mesure de résistance statique: ) Mesure sur des oscillateurs en anneau

8 3.5) Mesure de commutation ) Mesure de couplage diaphonique ) Glossaire de la puce DEEP IV. PUCE "BLUE" 0.18 µm CMOS ) Descriptif ) Performance du capteur ) Motif d'intégrité du signal ) Déclinaison du motif, implémentation dans BLUE ) Mise en place de la mesure ) Mesure de la commutation ) Mesure de diaphonie ) Abaque de la diaphonie en fonction de la longueur de ligne et du choix technologique ) Abaque de la diaphonie en fonction des pistes aggresseurs actives ) Abaque de la diaphonie en fonction de la longueur de ligne et de l'espacement entre pistes ) Abaque de la diaphonie en fonction de la longueur de ligne et de la taille des buffers agresseurs V. CONCLUSION RÉFÉRENCES : CHAPITRE VI : UTILISATION DES RÉSULTATS DE MESURE, PROSPECTIVES I. INTRODUCTION II. MISE EN PLACE DES RÈGLES DE DESSIN ) Problématique ) Approche proposée ) Mise en place de lois d'évolution III. UTILISATION DES ABAQUES POUR LE PLACEMENT ROUTAGE ) Placement routage : définition ) Notre approche IV. UTILISATION DES ABAQUES POUR LA VÉRIFICATION "POST LAYOUT" ET LA SIMULATION ) Estimation "post-layout" : définition ) Application au logiciel "MicroWind": Mise en place de l'extraction ) Technique d'extraction ) Implémentation ) Extraction des phénomènes parasites ) Exemples d'application ) Deuxième approche V. CONCLUSION RÉFÉRENCES : CONCLUSION GLOSSAIRE GLOSSAIRE DES TERMES TECHNIQUES : GLOSSAIRE DES NOTATIONS PHYSIQUES: UNITÉS ET CONSTANTES USUELLES ANNEXES ANNEXES A ANNEXES B Liste des motifs : Motifs d'extraction des paramètres de transistors : Motifs d analyse de ligne : lignes pour le mesure sous pointes paramètres [S] : Liste des plots d Entrée / Sortie Motif de contrôle des lignes Liste des entrées/sorties du capteur Motifs de calibration (15 plots) : Fichier de simulation de la puce BLUE

9 Introduction 9

10 Depuis l'apparition du premier transistor en 1947, et du premier circuit intégré inventé en 1958 par Jack Kilby (Ingénieur à Texas Instrument) [INTEL99], les technologiques n'ont cessé d'évoluer, et placent aujourd'hui l'industrie du semi-conducteur au premier plan du marché de l'électronique. Les technologies silicium comme les technologies CMOS (Complementary Metal Oxide Semi-conductor) ont été très largement instaurées, et représentent aujourd'hui environ 75% du marché du semi-conducteur. Cette évolution est largement cofinancée par l'explosion de la micro-informatique, des multimédias et systèmes de communication pour qui les besoins sont de plus en plus grands en termes de performances. Ces quinze dernières années ont été les témoins d'un effort constant visant l'intégration de fonctions de plus en plus complexes. Pour situer cette évolution, on peut s'intéresser tout particulièrement à l'évolution des processeurs et des mémoires, représentées en figure 1a et 1b respectivement. Le premier graphe donne l'évolution de la complexité des microprocesseurs en précisant le nombre de transistors. On s'aperçoit que l'on est passé de quelques dizaines de milliers de transistors pour les premiers processeurs (8086 en 1982), à plusieurs dizaines de millions de nos jours, avec la sortie du Merced en Pour information, le premier processeur a été inventé par INTEL en Il s'agit du 4004, composé de 2300 transistors et capable de traiter opérations par seconde à une fréquence de 108KHz. La figure 2 représente une microphotographie du processeur 4004 et du Pentium II de INTEL. Il en va de même pour l'évolution des mémoires RAM (Random Access Memory) qui sont passées de quelque kilos-bits à quelques Giga-bits stockés en l'espace de quelques années. Nombre de transistors Taille des mémoires (bit) G pentium II Merced 486 pentium K 1M 256M 64M 16M 4M Années Années 1-a : Evolution du nombre de transistors des différents microprocesseurs ces dernières années 1-b : Evolution de la complexité des mémoires ces dernières années Figure 1 : Les grandes tendances de l évolution technologique ces dernières années [SIA97]. 10

11 2.a : Microphotographie du processeur b : Microphotographie du processeur PentiumII (P2B) Figure 2 : Photographies de deux processeurs emblématiques de INTEL [INT99]. Cette incroyable évolution des performances est essentiellement due à la réduction d'un paramètre technologique qui est la dimension de la longueur de canal des transistors. L'évolution est aussi fortement corrélée à la maîtrise lithographique des traitements du silicium au cours des différentes étapes de fabrication [SIC92]. La figure 3 permet de comprendre comment on arrive à intégrer de plus en plus de transistors sur la même surface de silicium. Deux technologies sont comparées, l'une datant de 1989 (0.7µm) et l'autre de 1998 (0.25µm) où la technologie est définie par la longueur minimale de canal réalisable. Pour cela nous avons choisi une vue en trois dimensions d'un système de trois inverseurs, et la même surface de silicium est reproduite (10µm²). 10µm 10µm 3.a - 0.7µm 3.b µm Figure 3 : Comparaison 3D d'un technologie 0.7µm et 0.25µm CMOS [SIC98] 11

12 Plus la technologie est performante, plus on peut mettre de transistors sur la même surface de silicium. Il n'est donc pas étonnant de faire une comparaison directe entre l'évolution technologique, en s'attachant à la largeur de canal, et l'évolution des microprocesseurs comme présenté en figure 4. Canal l (µm) Recherche pentium pentium II l Production Industrielle Recherche Année Figure 4 : Evolution des processeurs (production et recherche) référencés par rapport aux évolutions technologique des longueurs (en longueur de canal) [SIA97]. La réduction de la lithographie est l'un des critères principaux de l'augmentation des performances des circuits pour laquelle la recherche a en permanence environ deux à trois ans d'avance sur la production. De plus on s'aperçoit que l'évolution a été constante au cours de ces dernières années, et on peut prévoir quelles seront les performances des circuits de demain. La S.I.A. (Semiconductor Industry Association) a régulièrement publié un certain nombre d'informations relatives à ces évolutions, et précise les objectifs de ces prochaines années [SIA 97]. Ces prévisions identifient les verrous technologiques qui doivent être levés pour atteindre les performances prévues. Le tableau 1 donne, par exemple, la complexité des processeurs et des mémoires d'ici l'année 2010 en fonction de la lithographie. La S.I.A. y précise des informations relatives à chaque technologie comme le nombre de transistors, la fréquence de fonctionnement, la taille des puces avec l année de mise en production. C est en se basant sur ces informations que nous pourrons par la suite classer par ordre de priorité les problèmes à résoudre pour parvenir en temps voulu à de tels niveaux de complexité. 12

13 Année de mise en production Lithographie (µm) Mémoires (Bits/Puce) 64M 256M 1G 1G 4G 16G 64G Processeurs (Transistors/cm²) 3M 4M 6.2M 10M 18M 84M 180M Taille des puces (mm²) Fréquences internes (MHz) Tension d alimentation (V) Nombre de Broches des Processeurs Nombre de Broches des ASIC Tableau 1 : Evolution des circuits intégrés au cours des prochaines années [SIA97]. Si les interconnexions ont été longtemps négligées elles sont aujourd'hui au centre de nombreuses études. L'évolution technologique les placent au premier rang des éléments perturbateurs des circuits intégrés. Le délai de propagation, le bruit induit par couplage diaphonique, le délai induit par couplage ou les fluctuations d'alimentations sont autant de phénomènes pouvant compromettre le bon fonctionnement des circuits, d'où l'urgence à trouver des solutions réduisant leurs effets néfastes. La récente apparition du cuivre dans le filières de production en est un exemple flagrant, mais les efforts ne doivent pas s'arrêter là car très vite, l'introduction de nouveaux matériaux ne suffira pas à endiguer les problèmes d'intégrité de signal. Il parait donc nécessaire de modifier les méthodologies de conception, d'extraction et simulation de circuits prenant en compte les interconnexions pour garantir la fiabilité du fonctionnement des systèmes. La caractérisation précise des phénomènes parasites est la première étape et c'est sur celleci que nous allons porter notre attention dans le premier chapitre de ce document. Des études comparatives utilisant une modélisation simple des interconnexions y sont menées de façon à quantifier leurs effets avec les réductions des dimensions. En fin de chapitre nous posons les définitions du délai de propagation, de la diaphonie, et du retard induit par diaphonie. Le chapitre II est consacré à l'extraction des paramètres de ligne et essaye de montrer comment on peut passer des équations de Maxwell à une modélisation de type RLC. Un logiciel d'extraction de paramètres permettant de mener des études paramétriques y est présenté ainsi qu'une série d'analyses. Le Chapitre III, fait l'inventaires des différentes modélisations et formulations existantes qui servent à estimer l'amplitude des phénomènes parasites. Le chapitre III présente les modèles de lignes existants et aborde le problème d'une estimation rapide du couplage diaphonique. Mais la simulation n'est pas tout, et pour la valider, des mesures sont nécessaires. Il existe différents types de mesures, dont les principales sont présentées dans le chapitre IV. Certaines d'entre elles sont dites "externes" comme la réflectométrie ou les mesures de paramètres [S], 13

14 mais la tendance est au développement de systèmes de mesure totalement intégrés sur silicium. L'une des méthodes que nous avons choisie pour effectuer nos mesures y est décrite en précisant nos choix. Le chapitre V est entièrement consacré à la présentation de résultats de mesure effectués sur plusieurs puces allant de la technologie 0.7µm à la technologie 0.18µm. Des comparaisons avec les simulations sont faites afin de valider les différents modèles. La dernière partie de ce chapitre développe l'implémentation d'un motif complet dédié à l'intégrité de signal permettant la mise en place d'abaques directement utilisable pour faire des estimations rapides de placement routage ou des analyses de retard et de bruit sur des circuits finis. Ces techniques sont exposées dans le dernier chapitre (Chap.VI) de ce document où une implémentation logicielle a été effectuée pour l'analyse et des délais de propagation et de diaphonie. 14

15 Références : [INT99] INTEL Site internet, "History of the Microprocessor", [SIA97] [SIC92] [SIC98] [CAT95] [SOU99] Semiconductor Industry Association, "The Technology Roadmap for Semiconductors : Technology Needs", 1997 édition. http ://www.sematech.org/public. E. Sicard, "La Micro-Electronique Simulateur en Main", TEC & DOC Lavoisier, Language et Informatique - ISBN : " Microwind, an introduction to microelectronics design on PC " Editeur INSA 1998, ISBN X J. Catrysse, A. Sinnaeve, G. Vandecasteele, "Measured Crosstalk on Chips Using Specially Designed Components", IEEE Trans. On Electromagnetic Compatibility, Vol. 37, N 2, pp , May K. Soumyanath, et al. "Accurate On-Chip Interconnect Evaulation: A Time- Domain Technique", IEEE Journal of Solid-State-Circuits, Vol 34, N 5, May [NOU97] Nouet, Toulouse Use of Test structures for characterization and modelling of Capacitances in a CMOS process, IEEE Trans. Semiconductor Manufact. Vol 10, N 2, Nov 97 [TOUL98] A Toulouse, "Contribution à la caractérisation et à la modélisation des capacités en technologie CMOS ", manuscrit de doctorat. 15

16 Chapitre I : Intégrité du Signal et Evolutions Technologiques. 16

17 I. Place de l'interconnexion dans l'évolution technologique. 1.1) Introduction. Face à l'augmentation constante de la complexité des circuits intégrés, à une intégration de plus en plus dense, le problème des interconnexions est devenu un des points cruciaux du fonctionnement des systèmes intégrés. Essentielles pour les liaisons entre les transistors, les interconnexions ont vu leur nombre suivre l'augmentation du nombre de transistors, et on prévoit que ce phénomène s'intensifiera comme le présente le tableau I.1, dont les données proviennent de la S.I.A. [SIA97]. Année de mise en production Lithographie (µm) Nombre de niveaux métalliques DRAM Processeurs Longueur maximale d interconnexion (m/puce) densité (m/cm²/niveau) Tableau I.1 : Evolution des interconnexions [SIA97]. L augmentation du nombre de niveaux métalliques et la densité croissante des interconnexions représentent une limitation majeure dans les performances des circuits intégrés en technologie CMOS sub-micronique [RYAN95]. Ceci est essentiellement dû aux réductions de dimensions des pistes métalliques nécessaires pour attendre un tel niveau d intégration. Les interconnexions ne peuvent plus être considérées comme de simples lignes équipotentielles, mais comme à un réseau plus ou moins complexe de capacités, résistances, voire d inductances. La prise en compte de tous ces paramètres ainsi que l augmentation des performances des transistors a pour effet d engendrer des phénomènes parasites tel que le retard de propagation, le couplage diaphonique, et l émission d'énergie électromagnétique par rayonnement. Ces phénomènes sont amplifiés du fait de la réduction de dimensions des interconnexions et à l'augmentation du nombre de niveaux métalliques 17

18 Lithographie (µm) 0.7 2λ Lambda(λ ) (µm) Année Nb de niveaux Tension d alimentation (V) Oxyde (A) Vt (V) Fichier de règles Ams08.rul Hcmos6.rul Hcmos7.rul Hcmos8.rul Hcmos9.rul Hcmos10.rul Hcmos11.rul Tableau I.2 : Evolution des interconnexions en fonction des technologies [SIA97] Les performances des circuits sont fortement corrélées avec ce que l'on nomme le "Backend" technologique qui correspond à la réalisation des niveaux métalliques dans les procédés de fabrication. La géométrie des interconnexions influe directement sur les problèmes d'intégrité de signal. Dans ce chapitre nous décrirons tout d'abord les différents phénomènes parasites en identifiant quels sont leurs causes et leurs effets. Pour cela nous nous intéresserons à plusieurs types de technologies allant de la 0.7µm à la 0.07µm, sur la base des données de la S.I.A., résumées dans le tableau 3. Ce tableau présente les paramètres principaux, à savoir les tensions d alimentation, les épaisseurs d oxyde de grille et la tension de seuil des transistors de type NMOS (VT). La dernière colonne spécifie le fichier contenant le détail des règles de dessins ainsi que les cartes modèles des transistors utiles pour la simulation. Ces paramètres correspondent au niveau 3 de SPICE pour une première approximation de phénomènes, mais nous utiliserons par la suite un modèle plus adapté aux technologies submicroniques pour obtenir des simulations précises. 1.2) Augmentation de la fréquence de fonctionnement. Grâce aux paramètres technologiques précédement définis, nous sommes à même de lancer des simulations comparatives pour se faire une idée plus précise de l'impact de la réduction du canal du transistor sur les performances des circuits. Pour cela nous avons choisi de simuler la structure du diviseur de fréquence par deux, que nous notonsdiv2 (Fig.I.1). Cette cellule possède une fréquence de comptage maximale, correspondant à la fréquence maximale de l'hor- 18

19 loge H pour laquelle la cellule divise la fréquence. L avantage de celle-ci est d être relativement représentative des évolutions technologiques puisqu elle donne une fréquence de fonctionnement proche des portes standards de chaque lithographie. DFF T D Q 2*T H Figure I.1 : Structure du diviseur de fréquence par deux (DIV2). La figure I.2 présente les résultats obtenus en fonction des technologies référencées selon le tableau I Fréquence (GHz) 10 12,5 13,5 Lithographie AMS08 1 Hcmos6 2 Hcmos7 5 Hcmos8 6,25 Hcmos9 Hcmos10 Hcmos11 Figure I.2 : Evolution des fréquences de fonctionnement de la cellule DIV2 en fonction des technologies. 1.3) Evolution des interconnexions. Nous allons illustrer l'évolution technologique relative aux interconnexions toujours en se référant à la SIA [SIA97]. Les interconnexions sont définies par leurs dimensions géométriques, mais aussi par les matériaux qui les constituent et les diélectriques qui les entourent. En effet, les principales contributions parasites de la ligne, à savoir sa résistance propre et ses capacités, représentent aujourd hui un verrou technologique qu il est impératif de résoudre [EDE95]. 19

20 Jusqu aux générations technologiques dont la largeur de grille est supérieure à 0.35µm, les interconnexions sont réalisées en aluminium et placées dans un diélectrique isolant de type S i O 2 de constante ε = 4. Avec l apparition de la technologie 0.25µm en 1998, le cuivre a r remplacé l aluminium dans les procédés de fabrication. De plus, de nouveaux diélectriques à faible permittivité appelés "Low K" se sont substitués au S i O 2 classique. Le cuivre est un atout primordial dans la problématique "rapidité de fonctionnement des circuits" dans le sens où sa conductivité propre est environ deux fois supérieure à celle de l Aluminium. La résistance des lignes est de ce fait divisée quasiment par deux (à section équivalente), se traduisant par une rapidité accrue de la transmission du signal comme nous le verrons dans le paragraphe suivant. L intérêt d introduire des isolants à faible permittivité est de diminuer la contribution capacitive de la ligne, principalement les capacités de couplage. Ces changements technologiques sont nécessaires aujourd hui, si on souhaite continuer à augmenter les performances des circuits avec la réduction de dimension tout en limitant les problèmes d intégrité de signal. 1.4) Evaluation des paramètres résistifs et capacitifs. Pour arriver à bien exposer l intérêt de toutes ces modifications technologiques, nous allons dans ce paragraphe évaluer les paramètres parasites des interconnexions, en se basant sur les technologies décrites dans le tableau I.2. Pour chaque technologie, nous décrirons les dimensions typiques des interconnexions selon la notation de la figure I.3, et précisons les matériaux utilisés. Ces données sont résumées dans le tableau I.3. Elles correspondent aux fichiers de règles précisés à la dernière colonne. T W W W H Figure I.3 : Définition des paramètres géométriques des interconnexions. 20

Routage Grande Vitesse des Cartes Electroniques

Routage Grande Vitesse des Cartes Electroniques Routage Grande Vitesse des Cartes Electroniques Roberto Reyna 1, aniela ragomirescu 2,3 1-Freescale Toulouse 2 - Université de Toulouse : INSA Toulouse, 135 Av. de Rangueil Toulouse cedex 4 3-LAAS-CNRS

Plus en détail

CONCEPTION ET TEST DE CIs. 3. METHODES ET OUTILS DE CONCEPTION DES CIs

CONCEPTION ET TEST DE CIs. 3. METHODES ET OUTILS DE CONCEPTION DES CIs CONCEPTION ET TEST DE CIs 3. METHODES ET OUTILS DE CONCEPTION DES CIs 3.1 Introduction 3.2 Méthodologies de conception des ASICs 3.3 Conception des Circuits Programmables 3. METHODES ET OUTILS - Introduction

Plus en détail

Etude de cas sur la mémoire non volatile

Etude de cas sur la mémoire non volatile Etude de cas sur la mémoire non volatile 1. Introduction Objectif Le but de cette étude de cas est de montrer comment une information peut être mémorisée de façon durable et conservée même sans alimentation.

Plus en détail

1 Les familles logiques

1 Les familles logiques 1 Les familles logiques 1.1 Fonctions logiques câblées Avec l invention de la diode, et longtemps avant la mise au point du transistor et du circuit intégré, il fut possible de câbler directement certains

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE CONCEPTION DES CIRCUITS INTÉGRÉS DIGITAUX

MÉTHODOLOGIE DE CONCEPTION DES CIRCUITS INTÉGRÉS DIGITAUX MODULE: SYSTEMES NUMERIQUES COMPLEXES Cours 1 MÉTHODOLOGIE DE CONCEPTION DES CIRCUITS INTÉGRÉS DIGITAUX H.Boumeridja 1 Introduction Méthodologie de conception des circuits intégrés digitaux: approche descendante

Plus en détail

Conception des Systèmes Numériques et Mixtes

Conception des Systèmes Numériques et Mixtes Conception des Systèmes Numériques et Mixtes Daniela Dragomirescu 1,2, Michael Kraemer 1,2, Marie-Line Boy 3, Philippe Bourdeau d Aguerre 3 1 - Université de Toulouse : INSA Toulouse, 135 Av. de Rangueil

Plus en détail

QUELQUES MOTS CLES ET DEFINITIONS.

QUELQUES MOTS CLES ET DEFINITIONS. CH. 2 QUELQUES MOTS CLES ET DEFINITIONS. ASIC : Application Spécific Integrated Circuit = HW circuit intégré pour application spécifique SOC : System On Chip = HW et SW Système sur puce IP : FPGA : CAD

Plus en détail

Les évolutions en cours

Les évolutions en cours Les évolutions en cours version 1.0 Plan Back-end / Front-end ASIC / FPGA 2 Le problème des longs fils Relative delay Temps de propagation dans les longs fils Temps de propagation dans les portes (fanout

Plus en détail

Modélisation électrique

Modélisation électrique Institut National des Sciences Appliquées de Toulouse Rapport de TP Modélisation électrique de la commande de charge dans l automobile Simon Bouvot Alexis Ferte

Plus en détail

UE MEMS TP 2 Dimensionnement d un capteur d accéleration et de son circuit de mesure

UE MEMS TP 2 Dimensionnement d un capteur d accéleration et de son circuit de mesure UE MEMS TP 2 Dimensionnement d un capteur d accéleration et de son circuit de mesure Dimitri Galayko 1 Introduction Ce TP représente la première partie du travail de conception d un système complet permettant

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

U. E. R SYSTEME DE TESTS AUTOMATIQUES AVEC UN OSCILLOSCOPE NUMERIQUE + PC M. AGERON, A. HRISOHO, C. NGUYEN, K. TRUONG. Bâtiment 200-91405 ORSAY Cedex

U. E. R SYSTEME DE TESTS AUTOMATIQUES AVEC UN OSCILLOSCOPE NUMERIQUE + PC M. AGERON, A. HRISOHO, C. NGUYEN, K. TRUONG. Bâtiment 200-91405 ORSAY Cedex 1 T P-i. oc i LAIVUTS 1 J-13 October SYSTEME DE TESTS AUTOMATIQUES AVEC UN OSCILLOSCOPE NUMERIQUE + PC M. AGERON, A. HRISOHO, C. NGUYEN, K. TRUONG U. E. R de l'université Paris-Sud Institut National de

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

= K 1+ jω ω 1 1+ jω ω 2 ω 2 = R 1 + R 2 = 6880 rad /s. avec : K =

= K 1+ jω ω 1 1+ jω ω 2 ω 2 = R 1 + R 2 = 6880 rad /s. avec : K = Exercice : réponse harmonique de circuits passifs d'ordre Déterminer la fonction de transfert H(j) U 2 /U et tracer les asymptotes des diagrammes de Bode des circuits ci-dessous.! 60 nf 0 kω 50 nf U U

Plus en détail

Technologies SOC (System On Chip) (Système sur une seule puce)

Technologies SOC (System On Chip) (Système sur une seule puce) Technologies SOC (System On Chip) (Système sur une seule puce) Pierre LERAY et Jacques WEISS Équipe de recherche ETSN Supélec Campus de Rennes février, 02 Technologies SoC ; P. Leray, J. Weiss 1 Évolution

Plus en détail

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Cyril BUTTAY CEGELY VALEO 30 novembre 2004 Cyril BUTTAY Contribution à la conception

Plus en détail

Cours de radioamateur en vue de l'obtention de la licence complète (HAREC +) Les composants

Cours de radioamateur en vue de l'obtention de la licence complète (HAREC +) Les composants Les composants 7. Autres dispositifs semi-conducteurs 7.1. Introduction Bien que le programme HAREC ne prévoie pas ce connaître les matières suivantes, nous pensons qu'il est très important d'étudier les

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Microélectronique. TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction 3. 1.1 Définition 3 1.2 Bref historique 3 1.3 Les étapes de la conception d un circuit intégré 3

Microélectronique. TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction 3. 1.1 Définition 3 1.2 Bref historique 3 1.3 Les étapes de la conception d un circuit intégré 3 Microélectronique TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction 3 1.1 Définition 3 1.2 Bref historique 3 1.3 Les étapes de la conception d un circuit intégré 3 2. Organisation du cours 4 3. Les transistors MOS 5

Plus en détail

LABE04 5 oct 2004. Table des matières. Métraux Nathanaël - YTM1 1 TLC556

LABE04 5 oct 2004. Table des matières. Métraux Nathanaël - YTM1 1 TLC556 Table des matières Cahier des charges...2 a)... 2 b)... 2 Bref rappel théorique... 2 Mode astable... 3 Mode monostable... 3 Introduction...3 Calculs pour l'astable... 3 Formules utilisées... 3 Tableau

Plus en détail

UNE NOUVELLE METHODOLOGIE DE CARACTERISATION DE L INTEGRITE DU SIGNAL EN CMOS

UNE NOUVELLE METHODOLOGIE DE CARACTERISATION DE L INTEGRITE DU SIGNAL EN CMOS NOM :: : DELMAS - BEN DHIA PPrréénnoom : Sonia Titre de la thèse : UNE NOUVELLE METHODOLOGIE DE CARACTERISATION DE L INTEGRITE DU SIGNAL EN CMOS SUBMICRONIQUE PROFOND. Thèse de doctorat soutenue à l INSA

Plus en détail

DU BINAIRE AU MICROPROCESSEUR D ANGELIS TECHNOLOGIE DES CIRCUITS INTEGRES LOGIQUES LES CIRCUITS LOGIQUES TTL

DU BINAIRE AU MICROPROCESSEUR D ANGELIS TECHNOLOGIE DES CIRCUITS INTEGRES LOGIQUES LES CIRCUITS LOGIQUES TTL 109 LES CIRCUITS LOGIQUES TTL La technologie TTL standard (série 54 et 74 ) est apparue en 1965. Deux sous-familles ont été créées simultanément: La 74 H (54 H) TTL High Speed - Rapide - série qui, comme

Plus en détail

Figure 2.1 : fenêtre de travail d'excel v7.0

Figure 2.1 : fenêtre de travail d'excel v7.0 2.1. Excel 2.1.1. Présentation Les tableurs sont des utilitaires parfois intégrés aux éditeurs de texte (Works, Word, Kspread) ou non (Excel) et qui permettent la gestion de données numériques, le graphisme

Plus en détail

Mise au point d un modèle simplifié pour l étude du comportement dynamique de l enceinte de confinement sous chargement sismique

Mise au point d un modèle simplifié pour l étude du comportement dynamique de l enceinte de confinement sous chargement sismique Mise au point d un modèle simplifié pour l étude du comportement dynamique de l enceinte de confinement sous chargement sismique Thomas CATTEROU Stage de M1 de l ENS Cachan réalisé à l IRSN Encadrant Georges

Plus en détail

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X INTRODUCTION La conception d'un mécanisme en vue de sa réalisation industrielle comporte plusieurs étapes. Avant d'aboutir à la maquette numérique du produit définitif, il est nécessaire d'effectuer une

Plus en détail

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue F.Z.KETTAF 1, N.H.CHERIET 2, B. BOUCHOUICHA 3 Laboratoire LMSR.Université Djillali Liabès Sidi Bel Abbes- Algérie. 1 fz.kettaf@gmail.com

Plus en détail

La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA)

La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA) La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA) I. L'intérêt de la conversion de données, problèmes et définitions associés. I.1. Définitions:

Plus en détail

Dimensionnement d'un vérin électrique

Dimensionnement d'un vérin électrique Dimensionnement d'un vérin électrique Problématique Pour restituer les mouvements (et les accélérations) d'un vol par exemple, une solution classique est l'architecture appelée plate-fome Stewart. Celle-ci

Plus en détail

Optimisation de la performance. d un processus d usinage à commande numérique

Optimisation de la performance. d un processus d usinage à commande numérique Jacques ALEXIS 20 Novembre 2001 Optimisation de la performance d un processus d usinage à commande numérique 1 Exposé du problème à résoudre L exemple utilisé pour cette présentation a été présenté par

Plus en détail

ELP 304 : Électronique Numérique. Cours 1 Introduction

ELP 304 : Électronique Numérique. Cours 1 Introduction ELP 304 : Électronique Numérique Cours 1 Introduction Catherine Douillard Dépt Électronique Les systèmes numériques : généralités (I) En électronique numérique, le codage des informations utilise deux

Plus en détail

LES RESISTANCES. Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance

LES RESISTANCES. Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance LES RESISTANCES Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance Le rôle de la résistance est de limiter le courant dans un circuit. Elle possède plusieurs caractéristiques technique : La valeur

Plus en détail

GELE5340 Circuits ITGÉ (VLSI) Chapitre 1: Introduction

GELE5340 Circuits ITGÉ (VLSI) Chapitre 1: Introduction GELE5340 Circuits ITGÉ (VLSI) Chapitre 1: Introduction Contenu du cours Introduction aux circuits intégrés Dispositifs CMOS, processus de fabrication. Inverseurs CMOS et portes logiques. Délai de propagation,

Plus en détail

CONSEILS POUR LE ROUTAGE D UNE CARTE

CONSEILS POUR LE ROUTAGE D UNE CARTE CONSEILS POUR LE ROUTAGE D UNE CARTE /I/ Du schéma au routage. Pour nous entrainer au routage d une carte nous allons effectuer le routage d un multivibrateur astable à amplificateur opérationnel. Le schéma

Plus en détail

Séance No. 5 Découplages de circuits électroniques 1 novembre 2010 (CSYEI)

Séance No. 5 Découplages de circuits électroniques 1 novembre 2010 (CSYEI) Séance No. 5 Découplages de circuits électroniques 1 novembre 2010 (CSYEI) 1 Programme du jour 1. Découplage des IC 2. Choix des composants de découplage. 3. Règles de routage des PCB 4. Phénomène de diaphonie

Plus en détail

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION 4.1 But de l expérience 1. Tracer la courbe caractéristique d un transistor 2. Afficher la caractéristique à l écran d un oscilloscope 3. Utiliser le transistor

Plus en détail

Les Convertisseurs Analogique Numérique. Figure 1 : Symbole de la fonction Conversion Analogique / Numérique

Les Convertisseurs Analogique Numérique. Figure 1 : Symbole de la fonction Conversion Analogique / Numérique Site Internet : www.gecif.net Discipline : Génie Electrique Les Convertisseurs Analogique Numérique I Identification de la fonction C.A.N. On appelle Convertisseur Analogique Numérique (C.A.N.) tout dispositif

Plus en détail

Études et Réalisation Génie Électrique

Études et Réalisation Génie Électrique Université François-Rabelais de Tours Institut Universitaire de Technologie de Tours Département Génie Électrique et Informatique Industrielle Études et Réalisation Génie Électrique Chargeur de batterie

Plus en détail

Cours 9 Une variable numérique : distribution et répartition

Cours 9 Une variable numérique : distribution et répartition Cours 9 Une variable numérique : distribution et répartition Lorsqu'une variable est qualitative et l'autre numérique, il est courant que la première identie des sous-populations (sexe, catégories socio-économiques,

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

VI- Des transistors aux portes logiques. Conception de circuits

VI- Des transistors aux portes logiques. Conception de circuits 1 VI- Des transistors aux portes logiques. Conception de circuits Nous savons que l ordinateur traite uniquement des instructions écrites en binaire avec des 0 et des 1. Nous savons aussi qu il est formé

Plus en détail

Calcul de valeurs globales dans ArtemiS SUITE

Calcul de valeurs globales dans ArtemiS SUITE 09/14 dans ArtemiS SUITE Dans certains cas, il peut être utile de ramener les résultats d analyse à une valeur globale, donc, par exemple, de réduire une évolution de niveau en fonction du temps à une

Plus en détail

EMETTEUR ULB. Architectures & circuits. Ecole ULB GDRO ESISAR - Valence 23-27/10/2006. David MARCHALAND STMicroelectronics 26/10/2006

EMETTEUR ULB. Architectures & circuits. Ecole ULB GDRO ESISAR - Valence 23-27/10/2006. David MARCHALAND STMicroelectronics 26/10/2006 EMETTEUR ULB Architectures & circuits David MARCHALAND STMicroelectronics 26/10/2006 Ecole ULB GDRO ESISAR - Valence 23-27/10/2006 Introduction Emergence des applications de type LR-WPAN : Dispositif communicant

Plus en détail

Réalisation d une carte de traitement d image à base de FPGA

Réalisation d une carte de traitement d image à base de FPGA Université de Bourgogne Faculté Mirande Rapport de projet Licence Electronique, Signal et Image Réalisation d une carte de traitement d image à base de FPGA Sébastien Jeanniard Guillaume Lemaître Novembre

Plus en détail

Les Mémoires. Electronique des Composants & Systèmes. Université Constantine 2 Abdelhamid Mehri Faculté des NTIC Département MI. Dr. Kitouni I.

Les Mémoires. Electronique des Composants & Systèmes. Université Constantine 2 Abdelhamid Mehri Faculté des NTIC Département MI. Dr. Kitouni I. Université Constantine 2 Abdelhamid Mehri Faculté des NTIC Département MI Electronique des Composants & Systèmes Les Mémoires Cours de L1 - TRONC COMMUN DOMAINE MATHEMATIQUES INFORMATIQUE 2015-2016 Dr.

Plus en détail

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance Chapitre 5 Circuits RL et RC Ce chapitre présente les deux autres éléments linéaires des circuits électriques : l inductance et la capacitance. On verra le comportement de ces deux éléments, et ensuite

Plus en détail

TP HF Manipulation 3 ANALYSEUR DE RESEAUX VECTORIELS

TP HF Manipulation 3 ANALYSEUR DE RESEAUX VECTORIELS TP HF Manipulation 3 ANALYSEUR DE RESEAUX VECTORIELS I. Introduction En hyperfréquence, la caractérisation des dispositifs passifs ou actifs est assez différentes des techniques utilisées en basse fréquence.

Plus en détail

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique Fiche technique expérimentale 5 Notions sur l acquisition numérique D.Malka MPSI 2014-2015 Lycée Saint-Exupéry Ce bref guide traite de quelques éléments important sur l acquisition numérique des signaux

Plus en détail

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Introduction La mémoire des ordinateurs est constituée d une multitude de petits circuits électroniques qui ne peuvent être que dans deux états : sous

Plus en détail

PC & Windows Livret d exercices Laurent DUPRAT Pratiquons

PC & Windows Livret d exercices Laurent DUPRAT Pratiquons Pratiquons ensemble PC & Windows Livret d exercices Laurent DUPRAT Pratiquons ensemble PC & Windows Livret d exercices Laurent DUPRAT Pratiquons ensemble PC & Windows Livret d exercices Laurent DUPRAT

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels

Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels Partie théorique I. omparateur L utilisation la plus simple d un amplificateur opérationnel (AOP) en montage non-linéaire est le comparateur. Deux

Plus en détail

Le nombre de morts sur la route. en fonction des évolutions de la réglementation. Rapport adressé à AutoPlus. par la

Le nombre de morts sur la route. en fonction des évolutions de la réglementation. Rapport adressé à AutoPlus. par la Société de Calcul Mathématique, S. A. Algorithmes et Optimisation Le nombre de morts sur la route en fonction des évolutions de la réglementation Rapport adressé à AutoPlus par la Société de Calcul Mathématique

Plus en détail

LA GESTION D ASTREINTE White Paper

LA GESTION D ASTREINTE White Paper LA GESTION D ASTREINTE White Paper GENERALITES SUR LA GESTION D ASTREINTE :... 2 POURQUOI METTRE EN PLACE UNE GESTION D ASTREINTE AUTOMATISEE?... 2 LA TRANSMISSION DE L INFORMATION, LE NERF DE LA GESTION

Plus en détail

LES MÉMOIRES FLASH : ENTRE MÉMOIRE VIVE ET MÉMOIRE DE STOCKAGE. Etienne Nowak 12 mars 2015. Etienne Nowak - 12 mars 2015 - GIS-SPADON

LES MÉMOIRES FLASH : ENTRE MÉMOIRE VIVE ET MÉMOIRE DE STOCKAGE. Etienne Nowak 12 mars 2015. Etienne Nowak - 12 mars 2015 - GIS-SPADON LES MÉMOIRES FLASH : ENTRE MÉMOIRE VIVE ET MÉMOIRE DE STOCKAGE Etienne Nowak 12 mars 2015 PRÉSENTATION ETIENNE NOWAK

Plus en détail

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude.

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude. Chapitre 3 : Mesure et ncertitude. Le scientifique qui étudie un phénomène naturel se doit de faire des mesures. Cependant, lors du traitement de ses résultats ce pose à lui la question de la précision

Plus en détail

I] ETUDE STATISTIQUES SIMPLE

I] ETUDE STATISTIQUES SIMPLE INTRODUCTION Scilab (contraction de Scientific Laboratory) est un logiciel libre, développé à l'inria Rocquencourt. C'est un environnement de calcul numérique qui permet d'effectuer rapidement toutes les

Plus en détail

THESE DE DOCTORAT MODELISATION DE LA FORMATION DES NANOSTRUCTURES OBTENUES PAR ABLATION LASER EN REGIME FEMTOSECONDE

THESE DE DOCTORAT MODELISATION DE LA FORMATION DES NANOSTRUCTURES OBTENUES PAR ABLATION LASER EN REGIME FEMTOSECONDE MINISETRE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE MOULOUD MAMMERI, TIZI-OUZOU FACULTE DES SCIENCES DEPARTEMENT DE PHYSIQUE THESE DE DOCTORAT SPECIALITE : Physique OPTION

Plus en détail

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Assemblée Générale des étudiants de Louvain 17 juin 2015 1 Avant-propos Depuis quelques semaines, la question de la surpopulation dans les filières

Plus en détail

COMPRENDRE LE CÂBLE COAXIAL

COMPRENDRE LE CÂBLE COAXIAL COMPRENDRE LE CÂBLE COAXIIAL sans math est presque sans formules Pour partir sur une bonne base Afin que tout soit bien clair et afin de faciliter la compréhension de l exposé qui suit, je me permets de

Plus en détail

Les régimes du neutre

Les régimes du neutre Chapitre 1 Les régimes du neutre Dans tout système triphasé Haute ou Basse Tension existent trois tensions simples, mesurées entre chacune des phases et un point commun appelé "point neutre". Physiquement,

Plus en détail

J AUVRAY Systèmes Electroniques

J AUVRAY Systèmes Electroniques LE TRANITOR MO Un transistor MO est constitué d'un substrat semiconducteur recouvert d'une couche d'oxyde sur laquelle est déposée une électrode métallique appelée porte ou grille (gate).eux inclusions

Plus en détail

LE TRANSISTOR MOS. Introduction. Description structurelle. Description comportementale. Quelques développements Analytiques. Exemples d'utilisation

LE TRANSISTOR MOS. Introduction. Description structurelle. Description comportementale. Quelques développements Analytiques. Exemples d'utilisation LE TRANSISTOR MOS Introduction Description structurelle Description comportementale Quelques développements Analytiques Exemples d'utilisation 1 INTRODUCTION Avant Actuellement Transistor à effet de champ:

Plus en détail

Architecture des calculateurs

Architecture des calculateurs Chapitre 1 Architecture des calculateurs 1.1 Introduction Ce paragraphe n a pas la prétention de présenter un cours d informatique. D une manière générale, seuls les caractéristiques architecturales qui

Plus en détail

Les Conditions aux limites

Les Conditions aux limites Chapitre 5 Les Conditions aux limites Lorsque nous désirons appliquer les équations de base de l EM à des problèmes d exploration géophysique, il est essentiel, pour pouvoir résoudre les équations différentielles,

Plus en détail

Le réglage mécanique virtuel

Le réglage mécanique virtuel Le réglage mécanique virtuel Didier LE PAPE [1] Un réglage mécanique est une modification de la configuration d un mécanisme, sans changement de la définition des pièces, réalisée afin de satisfaire une

Plus en détail

Région de saturation V GS4 V GS3 V GS2 V GS1 -V DS

Région de saturation V GS4 V GS3 V GS2 V GS1 -V DS Transistor MO - introduction à la logique Transistor MO - introduction à la logique I. PARTI THORIQU I.1. Constitution et fonctionnement du transistor MO Un transistor MO (Metal Oxyde emiconducteur) est

Plus en détail

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Problématique Le bras asservi Maxpid est issu d'un robot cueilleur de pommes. Il permet, après détection d'un fruit par un système optique,

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Process de certification CEM des ASI forte puissance

Process de certification CEM des ASI forte puissance Process de certification CEM des ASI forte puissance Méthodologie appliquée au laboratoire CEM de All content in this presentation is protected 2008 American Power Conversion Corporation Agenda Les produits

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

DU BINAIRE AU MICROPROCESSEUR - D ANGELIS LOGIQUE COMBINATOIRE. SIMPLIFICATION DES EQUATIONS BOOLEENNES Leçon 07

DU BINAIRE AU MICROPROCESSEUR - D ANGELIS LOGIQUE COMBINATOIRE. SIMPLIFICATION DES EQUATIONS BOOLEENNES Leçon 07 DU BINAIRE AU MICROPROCESSEUR - D ANGELIS 43 SIMPLIFICATION DES EQUATIONS BOOLEENNES Leçon 7 Le rôle de la logique combinatoire est de faciliter la simplification des circuits électriques. La simplification

Plus en détail

TRANSISTORS bipolaires, MOS et à effet de champ

TRANSISTORS bipolaires, MOS et à effet de champ TRANSSTORS bipolaires, MOS et à effet de champ Deux transistors sont principalement utilisés en électronique : le transistor bipolaire et le transistor MOS. Dans une proportion moindre, on trouvera également

Plus en détail

ALIMENTATIONS A DECOUPAGE

ALIMENTATIONS A DECOUPAGE Polytech'Nice 4 ème Année T.P. d'electronique TP N 6 AIMENTATIONS A DECOUPAGE I. e mécanisme de régulation à découpage e but de cette manipulation est la compréhension du mécanisme de régulation par découpage.

Plus en détail

Séance de TP n 3 : L amplificateur opérationnel (AOp)

Séance de TP n 3 : L amplificateur opérationnel (AOp) LSM 2 - Mesures physiques - Instrumentation Séance de TP n 3 : L amplificateur opérationnel (AOp) Les circuits étudiés jusqu'ici sont des circuits passifs constitués de résistances, condensateurs inductances

Plus en détail

CHAPITRE VI ALEAS. 6.1.Généralités.

CHAPITRE VI ALEAS. 6.1.Généralités. CHAPITRE VI ALEAS 6.1.Généralités. Lors de la synthèse des systèmes logique (combinatoires ou séquentiels), nous avons supposé, implicitement, qu une même variable secondaire avait toujours la même valeur

Plus en détail

Intégration de lentilles métalliques dans des capteurs d'images silicium CMOS

Intégration de lentilles métalliques dans des capteurs d'images silicium CMOS Atelier Plasmonique du 5 février 2015, LAAS-CNRS, Toulouse Intégration de lentilles métalliques dans des capteurs d'images silicium CMOS Thomas Lopez 1, Sébastien Massenot 1, Magali Estribeau 1, Pierre

Plus en détail

GMEC1311 Dessin d ingénierie. Chapitre 1: Introduction

GMEC1311 Dessin d ingénierie. Chapitre 1: Introduction GMEC1311 Dessin d ingénierie Chapitre 1: Introduction Contenu du chapitre Introduction au dessin technique Normes Vues Traits Échelle Encadrement 2 Introduction Les dessins ou graphiques sont utilisés

Plus en détail

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques ANNEXE BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques L'enseignement des mathématiques dans les sections de techniciens supérieurs Agencement de l'environnement architectural

Plus en détail

Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies

Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies Régis Boulet Charlie Demené Alexis Guyot Balthazar Neveu Guillaume Tartavel Sommaire Sommaire... 1 Structure

Plus en détail

AMELIORATION DE LA FIABILITE D UN MOTEUR GRÂCE AU TEST STATIQUE ET DYNAMIQUE

AMELIORATION DE LA FIABILITE D UN MOTEUR GRÂCE AU TEST STATIQUE ET DYNAMIQUE AMELIORATION DE LA FIABILITE D UN MOTEUR GRÂCE AU TEST STATIQUE ET DYNAMIQUE Le test statique est un moyen très connu pour évaluer les moteurs électriques. Cependant, si un moteur ne peut pas être arreté,

Plus en détail

Département de physique

Département de physique Département de physique Etude de la densité spectrale de puissance du bruit thermique dans une résistance Travail expérimental et rédaction du document : Jean-Baptiste Desmoulins (P.R.A.G.) mail : desmouli@physique.ens-cachan.fr

Plus en détail

TECHNOLOGIE CIRCUITS INTÉGRÉS

TECHNOLOGIE CIRCUITS INTÉGRÉS TECHNOLOGIE DES CIRCUITS INTÉGRÉS I/ INTRODUCTION Page 1 Le besoin de miniaturisation et de réduction des coûts ont depuis longtemps poussé les fabricants de composants électroniques à intégrer au maximum

Plus en détail

Phase Locked Loop (boucle à verrouillage de phase) f ref Φ. f out

Phase Locked Loop (boucle à verrouillage de phase) f ref Φ. f out Phase Locked Loop (boucle à verrouillage de phase) f ref Φ f out N - Principe 2 - Principaux comparateurs de phase 3 - Différents types 3-: PLL du 2 nd ordre - type 3-2: PLL avec pompe de charge - 3 ème

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT DU VERIN Pour un dimensionnement correct du vérin, il est nécessaire de procéder comme suit:

DIMENSIONNEMENT DU VERIN Pour un dimensionnement correct du vérin, il est nécessaire de procéder comme suit: DIMENSIONNEMENT DU VERIN Pour un dimensionnement correct du vérin, il est nécessaire de procéder comme suit: définition des données de l application (A) calcul de la charge unitaire (B) contrôle à la charge

Plus en détail

Architecture des ordinateurs. Optimisation : pipeline. Pipeline (I) Pipeline (II) Exemple simplifié : Instructions de type R

Architecture des ordinateurs. Optimisation : pipeline. Pipeline (I) Pipeline (II) Exemple simplifié : Instructions de type R Architecture des ordinateurs Licence Informatique - Université de Provence Jean-Marc Talbot Optimisation : pipeline jtalbot@cmi.univ-mrs.fr L3 Informatique - Université de Provence () Architecture des

Plus en détail

2.1 Le point mémoire statique Le point mémoire statique est fondé sur le bistable, dessiné de manière différente en Figure 1.

2.1 Le point mémoire statique Le point mémoire statique est fondé sur le bistable, dessiné de manière différente en Figure 1. Mémoires RAM 1. LOGIUE STATIUE ET LOGIUE DYNAMIUE Le point mémoire est l élément de base, capable de mémoriser un bit. Il y a deux approches possibles. L approche statique est fondée sur la l'utilisation

Plus en détail

PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET

PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/developpement/gestion-projet/guide-planfi-suivi-projet

Plus en détail

Le logiciel du MSA pas à pas Analyseur de réseaux vectoriel, mode transmission 18/12/09

Le logiciel du MSA pas à pas Analyseur de réseaux vectoriel, mode transmission 18/12/09 Le logiciel du MSA pas à pas Analyseur de réseaux vectoriel, mode transmission 18/12/09 Ce document est destiné à vous familiariser avec les fonctions de base du MSA et de son logiciel, fonctionnant en

Plus en détail

Automates Programmables Industriels

Automates Programmables Industriels Automates Programmables Industriels 1) Structure d un API...2 1.1 Structure matérielle...2 1.2 Mémoire programme utilisateur...2 1.3 Mémoire bit...3 1.4 Mémoire mot...4 2) Structure logicielle...4 2.1.

Plus en détail

Archambeau Tony. GENERATEUR Carré, Sinus, Triangle

Archambeau Tony. GENERATEUR Carré, Sinus, Triangle GENERATEUR Carré, Sinus, Triangle Le 16 Novembre 2006 Table des matières I/ Dossier de présentation (Partie Théorique). 1) Table des matières. 2) Introduction. 3) Enoncé numéro 1 : Cahier des charges.

Plus en détail

TRANSISTOR BIPOLAIRE

TRANSISTOR BIPOLAIRE I Introduction I.1 Constitution Le transistor bipolaire est réalisé dans un monocristal comportant trois zones de dopage différentes. n p n collecteur base émetteur n C On reconnaît deux jonctions PN p

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

N d ordre : 792 Année 2005 THESE. Présentée à L INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE. Pour l obtention du DOCTORAT DE L I.N.S.A.

N d ordre : 792 Année 2005 THESE. Présentée à L INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE. Pour l obtention du DOCTORAT DE L I.N.S.A. N d ordre : 792 Année 2005 THESE Présentée à L INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE Pour l obtention du DOCTORAT DE L I.N.S.A. Spécialité : CONCEPTION DE CIRCUITS MICROELECTRONIQUES ET

Plus en détail

CHAPITRE I CONCEPTION DE MICROCAPTEURS DE PRESSION PIEZORESISTIFS A MEMBRANE SILICIUM A HAUTES PERFORMANCES

CHAPITRE I CONCEPTION DE MICROCAPTEURS DE PRESSION PIEZORESISTIFS A MEMBRANE SILICIUM A HAUTES PERFORMANCES 21 CHAPITRE I CONCEPTION DE MICROCAPTEURS DE PRESSION PIEZORESISTIFS A MEMBRANE SILICIUM A HAUTES PERFORMANCES Chapitre I : Conception de microcapteurs de pression piézorésisitifs à membrane silicium à

Plus en détail

Résumé du document «Programmes des classes préparatoires aux Grandes Écoles ; Discipline : Informatique ; Première et seconde années - 2013»

Résumé du document «Programmes des classes préparatoires aux Grandes Écoles ; Discipline : Informatique ; Première et seconde années - 2013» Résumé du document «Programmes des classes préparatoires aux Grandes Écoles ; Discipline : Informatique ; Première et seconde années - 2013» I Objectifs Niveau fondamental : «on se fixe pour objectif la

Plus en détail

Echantillonnage MP* 14/15

Echantillonnage MP* 14/15 Echantillonnage MP* 14/15 1. Principe de l oscilloscope numérique L oscilloscope numérique est principalement constitué d un amplificateur analogique (sur chaque voie), d un convertisseur analogique-numérique

Plus en détail

Expériences avec un oscilloscope numérique

Expériences avec un oscilloscope numérique Expériences avec un oscilloscope numérique Pratiques Expériences Certaines figures et textes sont tirés de l excellent DICTIONNAIRE de PHYSIQUE EXPERIMENTALE, tome4, L électricité, Jean-Marie Donnini,

Plus en détail

Lancez le logiciel un schéma est complètement ou partiellement chargé.

Lancez le logiciel un schéma est complètement ou partiellement chargé. Multisim permet la saisie de schéma et la simulation de ceux-ci Présentation Lancez le logiciel un schéma est complètement ou partiellement chargé. les composants à gauche, ils sont regroupés par catégorie,

Plus en détail

Comme chaque ligne de cache a 1024 bits. Le nombre de lignes de cache contenu dans chaque ensemble est:

Comme chaque ligne de cache a 1024 bits. Le nombre de lignes de cache contenu dans chaque ensemble est: Travaux Pratiques 3. IFT 1002/IFT 1005. Structure Interne des Ordinateurs. Département d'informatique et de génie logiciel. Université Laval. Hiver 2012. Prof : Bui Minh Duc. Tous les exercices sont indépendants.

Plus en détail

Conception en Vue du Test (CVT-DFT) des circuits intégrés digitaux INTRODUCTION

Conception en Vue du Test (CVT-DFT) des circuits intégrés digitaux INTRODUCTION Conception en Vue du Test (CVT-DFT) des circuits intégrés digitaux INTRODUCTION Mounir BENABDENBI Mounir.Benabdenbi@lip6.fr Laboratoire d Informatique de Paris 6 (LIP6) 2007 Landrault Techniques et outils

Plus en détail