DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION"

Transcription

1 DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION

2 30 téléphones portables disponibles 27 femmes ont été admises au dispositif. Le bénéfice du TGD pendant une durée de 6 mois a été prorogé d'une durée égale dans presque tous les cas. Le dispositif expérimental du téléphone portable d alerte est très performant : il a permis qu il n y ait aucun contact physique entre la femme victime et son agresseur.

3 Origine du signalement 14 par les associations ou l Observatoire 11 par le Parquet ou le Tribunal de Grande Instance de Bobigny 2 par des travailleurs sociaux en commissariat * Sur les 27 situations admises au dispositif

4 Faits à l origine du signalement 15 suite à des violences conjugales 6 pour des menaces de mort 3 suite à une tentative d homicide 3 suite à un viol * Sur les 27 situations admises au dispositif

5 Profil des auteurs : une majorité d hommes déjà condamnés par la Justice 19 auteurs avaient des antécédents judiciaires de violences sur la victime, et 3 étaient connus de la Justice pour d autres faits. Seuls 5 auteurs n avaient pas d antécédents judicaires avant les faits ayant justifié l attribution du téléphone portable d alerte * Sur les 27 situations admises au dispositif

6 Efficacité du dispositif 38 appels d inquiétude ou de danger effectués par 11 femmes vers Mondial Assistance Parmi ces appels, 22 ont donné lieu à un contacts Police Les victimes ont été approchées par les auteurs potentiels, mais il n y a jamais eu de contact facial * Sur les 27 situations admises au dispositif

7 Les clefs de la réussite du dispositif TGD La réussite du dispositif TGD repose sur : - la large information des magistrats et des associations sur l existence et aux modalités de fonctionnement du dispositif - la réactivité et l implication du Parquet des enquêteurs et partenaires - la qualité de la prise en charge des femmes par SOS victimes 93 - l adhésion de la bénéficiaire à la mesure

8 La caractérisation de la situation de danger Une situation de très grand danger justifiant l admission au dispositif TGD peut résulter tant du profil de l auteur (gravité des violences commises, addiction alcoolique ou toxicomaniaque, profil psychiatrique ou psychologique, caractère multiréitérant ou multirécidiviste...) que de celui de la victime (situation de grande détresse, d isolement, de fragilité ).

9 Les déclenchements du protocole La majorité des bénéficiaires ont utilisé leur téléphone TGD dès qu elles se sont senties en danger. Même en l absence de toute infraction pénale, la convocation de l auteur devant les services de police est efficace dans la mesure où il est constaté que ce dernier ne reprend plus contact avec la victime par la suite.

10 La réponse pénale à l égard des auteurs Les hommes à l'origine du danger justifiant le TGD se trouvent, soit en cours d interpellation par les services de police, soit en attente de jugement, soit en exécution de peine. Si le mis en cause ne peut être localisé, mandat de recherche est décerné à son encontre par le parquet, ce qui donne lieu à inscription d une mention au fichier des personnes recherchées.

11 La réponse pénale à l égard des auteurs Lorsque le mis en cause est poursuivi devant le tribunal correctionnel ou fait l objet d une ouverture d information judiciaire, il fait toujours l objet d un défèrement et, en phase pré-sentencielle, il est systématiquement requis son placement sous contrôle judiciaire, comportant interdiction d entrer en contact avec la victime et de paraître au domicile du couple. En phase post-sentencielle, les auteurs violents sont majoritairement suivis dans le cadre d un sursis avec mise à l épreuve par le juge de l application des peines, mesure comportant généralement elle aussi les deux interdictions précitées.

12 La réponse pénale à l égard des auteurs Pour les condamnés exécutant une peine ferme en détention, la situation pénale fait l objet d un suivi étroit par le parquet, en relation directe avec le juge de l application des peines et l établissement pénitentiaire, afin d anticiper au mieux les conséquences de leur libération pour l épouse, concubine ou partenaire. Un téléphone TGD peut ainsi lui être remis quelques jours avant la remise en liberté du condamné.

13 La feuille de route 2011 du Parquet Après un an d'expérimentation du TGD et l'entrée en vigueur récente de l'ordonnance de protection, l'objectif prioritaire retenu par le Procureur de Bobigny est de renforcer la nécessaire coordination entre l'attribution du TGD, la saisine du juge aux affaires familiales par le ministère public dans le cadre de l'ordonnance de protection et l'exercice des poursuites pénales.

14 Articulation du dispositif avec l ordonnance de protection Parmi les 27 bénéficiaires du dispositif 6 situations ne bénéficiaient pas initialement d une interdiction de paraître ou d approcher la victime 2 ont obtenu cette interdiction grâce à l ordonnance de protection 3 envisagent de l obtenir dans les jours à venir.

TELEPROTECTION GRAVE DANGER SIGNATURE DE LA CONVENTION DEPARTEMENTALE. A LAON, LE 1 er JUILLET 2015

TELEPROTECTION GRAVE DANGER SIGNATURE DE LA CONVENTION DEPARTEMENTALE. A LAON, LE 1 er JUILLET 2015 TELEPROTECTION GRAVE DANGER SIGNATURE DE LA CONVENTION DEPARTEMENTALE A LAON, LE 1 er JUILLET 2015 Monsieur Raymond LE DEUN, préfet de l Aisne et Monsieur Baptiste PORCHER, procureur de la République près

Plus en détail

Le rôle des avocats dans la prise en charge des femmes victimes de violences

Le rôle des avocats dans la prise en charge des femmes victimes de violences Le rôle des avocats dans la prise en charge des femmes victimes de violences Me Sophie PENNARUN 22/01/2015 Pourquoi faire appel à un avocat? L'assistance d'un avocat est importante : face à l'impossibilité

Plus en détail

Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple

Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple Les principales mesures de la nouvelle loi visent à mieux protéger des violences les femmes, notamment

Plus en détail

FICHE DE BONNE PRATIQUE

FICHE DE BONNE PRATIQUE FICHE DE BONNE PRATIQUE Programme d actions pour améliorer la prévention des violences faites aux femmes, des violences intrafamiliales, et l aide aux victimes MESURE D ACCOMPAGNEMENT PROTÉGÉ DES ENFANTS

Plus en détail

Observatoire des violences envers les femmes du Conseil général de la Seine-Saint-Denis www.seine-saint-denis.fr

Observatoire des violences envers les femmes du Conseil général de la Seine-Saint-Denis www.seine-saint-denis.fr Observatoire des violences envers les femmes du Conseil général de la Seine-Saint-Denis www.seine-saint-denis.fr Art. 515-9. Lorsque les violences exercées au sein du couple ou par un ancien conjoint,

Plus en détail

LES VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE. Françoise GUYOT Vice-Procureure, Chargée de mission au Cabinet du Procureur de la République de Paris

LES VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE. Françoise GUYOT Vice-Procureure, Chargée de mission au Cabinet du Procureur de la République de Paris LES VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE Françoise GUYOT Vice-Procureure, Chargée de mission au Cabinet du Procureur de la République de Paris 2 DEFINITION La lutte contre les violences faites aux femmes s'inscrit

Plus en détail

l L immense majorité des condamnations concernent des délits

l L immense majorité des condamnations concernent des délits Prévention de la récidive et individualisation des peines Chiffres-clés Juin 2014 Les condamnations En 2012, environ 900 000 infractions ont donné lieu à environ 600 000 condamnations pénales prononcées

Plus en détail

PROTOCOLE DE PARTENARIAT

PROTOCOLE DE PARTENARIAT DISPOSITIF EXPÉRIMENTAL POUR LA PRISE EN CHARGE DES ENFANTS MINEURS LORS D UN FÉMINICIDE OU D UN HOMICIDE AU SEIN DU COUPLE PROTOCOLE DE PARTENARIAT entre le Conseil général, via l Observatoire des violences

Plus en détail

LES AMÉNAGEMENTS DE PEINE DANS LA LOI PÉNITENTIAIRE

LES AMÉNAGEMENTS DE PEINE DANS LA LOI PÉNITENTIAIRE LES AMÉNAGEMENTS DE PEINE DANS LA LOI PÉNITENTIAIRE Qu est-ce qu un aménagement de peine? Il s agit d une modalité d exécution d une peine d emprisonnement. Il existe plusieurs types de peines : emprisonnement

Plus en détail

Mission interministérielle pour la protection des femmes et la lutte contre la traite des êtres humains

Mission interministérielle pour la protection des femmes et la lutte contre la traite des êtres humains Mission interministérielle pour la protection des femmes et la lutte contre la traite des êtres humains 5ème Conférence internationale sur l observation de la criminalité et l analyse criminelle. I. Présentation

Plus en détail

I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise

I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise FICHE N 27 LES INFRACTIONS SEXUELLES DONT SONT VICTIMES LES MINEURS I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise Ces agressions sont punies quel que

Plus en détail

NE LAISSER AUCUNE VIOLENCE CONJUGALE DECLAREE SANS REPONSE PENALE ET SOCIALE

NE LAISSER AUCUNE VIOLENCE CONJUGALE DECLAREE SANS REPONSE PENALE ET SOCIALE PREFET DE L AISNE Laon, le 5 juin 2014 Dossier de presse NE LAISSER AUCUNE VIOLENCE CONJUGALE DECLAREE SANS REPONSE PENALE ET SOCIALE 5 juin 2014 LAON Table des matières Une action publique réorganisée

Plus en détail

Institutions Acteurs Procédures Vos droits. Les violences conjugales

Institutions Acteurs Procédures Vos droits. Les violences conjugales Institutions Acteurs Procédures Vos droits Les violences conjugales F i c h e P r a t i q u e Les violences conjugales Toute personne qui subit des violences physiques, verbales, psychologiques ou sexuelles

Plus en détail

L organisation judiciaire

L organisation judiciaire 1 : les juridictions de l ordre judiciaire a)premier degré Juridictions spécialisées Tribunal de commerce Juge tous les litiges entre commerçants ou sociétés commerciales. Ce ne sont pas des juges professionnels

Plus en détail

Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge. Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014

Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge. Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014 Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014 Procédure pénale belge Information Instruction Jugement Exécution Peines I. Les alternatives

Plus en détail

Mise en œuvre de la procédure civile de l ordonnance de protection

Mise en œuvre de la procédure civile de l ordonnance de protection Mise en œuvre de la procédure civile de l ordonnance de protection Brochure à destination des professionnels La loi du 9 juillet 2010 relative aux violences faites spécifiquement aux femmes, aux violences

Plus en détail

Edition 2016. le Guide. Si vous êtes victime de violences. Les aides au logement et les solutions d hébergement Si vous êtes mineure

Edition 2016. le Guide. Si vous êtes victime de violences. Les aides au logement et les solutions d hébergement Si vous êtes mineure Edition 2016 JE SUIS ENCEINTE le Guide Si vous êtes victime de violences Les démarches essentielles Les aides financières et matérielles Si vous êtes victime de violences Les aides au logement et les solutions

Plus en détail

Numéro du rôle : 5034. Arrêt n 5/2011 du 13 janvier 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 5034. Arrêt n 5/2011 du 13 janvier 2011 A R R E T Numéro du rôle : 5034 Arrêt n 5/2011 du 13 janvier 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 38, 5, des lois relatives à la police de la circulation routière, coordonnées

Plus en détail

Violences faites aux femmes

Violences faites aux femmes Colloque Mobiliser les professionnel-le-s par la formation Paris, le 20 novembre 2014 Université Descartes Paris 5 De la délinquance subie aux dépôt de plainte et à la décision de justice Enquête de victimation

Plus en détail

L ESTIMATION DU COUT SOCIAL ET FINANCIER DE LA VIOLENCE CONJUGALE EN EUROPE : SEIZE MILLIARDS D PAR AN

L ESTIMATION DU COUT SOCIAL ET FINANCIER DE LA VIOLENCE CONJUGALE EN EUROPE : SEIZE MILLIARDS D PAR AN L ESTIMATION DU COUT SOCIAL ET FINANCIER DE LA VIOLENCE CONJUGALE EN EUROPE : SEIZE MILLIARDS D PAR AN Par René Begon, chargé de projet en éducation permanente au CVFE Une étude financée par l Union européenne

Plus en détail

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 mai 2014. TEXTE DE LA COMMISSION DES LOIS CONSTITUTIONNELLES,

Plus en détail

Loi fédérale sur l interdiction d exercer une activité, l interdiction de contact et l interdiction géographique

Loi fédérale sur l interdiction d exercer une activité, l interdiction de contact et l interdiction géographique Projet de la Commission de rédaction pour le vote final Loi fédérale sur l interdiction d exercer une activité, l interdiction de contact et l interdiction géographique (Modification du code pénal, du

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières

Textes de référence : Table des matières Les alternatives aux peines d'emprisonnement et le Juge d'application des peines au Niger Textes de référence :! Code pénal du NIGER, Niamey1993.! Code de procédure pénale du NIGER.! Décret n 96-069 du

Plus en détail

Le cas de l Estonie, de la Lituanie, de la Suède et de la République Tchèque

Le cas de l Estonie, de la Lituanie, de la Suède et de la République Tchèque ASSOCIER LES ENFANTS AUX PROCEDURES LES CONCERNANT Le cas de l Estonie, de la Lituanie, de la Suède et de la République Tchèque NOTE DE SYNTHESE I. LA CONVENTION DE NEW YORK En droit estonien on considère,

Plus en détail

Le Tribunal de Grande Instance de Digne les Bains représenté par :

Le Tribunal de Grande Instance de Digne les Bains représenté par : PROTOCOLE RELATIF A LA PROTECTION ET A L'ACCOMPAGNEMENT DES VICTIMES DE VIOLENCES CONJUGALES ET A LA PREVENTION DE LA RECIDIVE PAR LE TRAITEMENT PENAL ET SOCIAL DES MIS EN CAUSE Entre : L'État représenté

Plus en détail

Une avancée majeure :

Une avancée majeure : d i t o édito Une avancée majeure : Fatima LALEM Adjointe au Maire de Paris en charge de l Égalité femmes hommes La possibilité pour les femmes victimes de violences de demander une ordonnance de protection,

Plus en détail

AMENAGEMENTS DE PEINE

AMENAGEMENTS DE PEINE AMENAGEMENTS DE PEINE TEXTES DE REFERENCE La loi du 9 mars 2004 portant adaptation de la justice aux évolutions de la criminalité a affirmé le principe selon lequel les peines d emprisonnement ont vocation

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête)

Commentaire. Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête) Commentaire Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 30 mai 2011 par la Cour de cassation (chambre criminelle, arrêt

Plus en détail

INTRODUCTION CONCLUSION PROTECTION JURIDIQUE DU MINEUR EN CONFLIT AVEC LA LOI

INTRODUCTION CONCLUSION PROTECTION JURIDIQUE DU MINEUR EN CONFLIT AVEC LA LOI Protection juridique de l enfant en conflit avec la loi INTRODUCTION I- CADRE JURIDIQUE DE PROTECTION A- NOTION D ENFANT EN CONFLIT AVEC LA LOI B- INSTRUMENTS JURIDIQUES DE PROTECTION II- MESURES DE PROTECTION

Plus en détail

En devenant majeur-e, vous devenez responsable de vos actes, c est-à-dire que vous en mesurez toutes les conséquences.

En devenant majeur-e, vous devenez responsable de vos actes, c est-à-dire que vous en mesurez toutes les conséquences. 3La responsabilité La responsabilité civile La responsabilité pénale La procédure judiciaire applicable La protection judiciaire pour les jeunes majeurs En devenant majeur-e, vous devenez responsable de

Plus en détail

Julie SIMIAND SOS Victimes 93

Julie SIMIAND SOS Victimes 93 > Protéger les victimes Sylvie MOISSON Procureure de la République de Bobigny Julie SIMIAND SOS Victimes 93 Dispositif Femmes en très grand danger Depuis la mise en place du dispositif : 242 situations

Plus en détail

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF CARTA EUROPEA avec le soutien de la Commission Européenne et des barreaux des Programmes EUROMED DROIT et EURODROIT SUD EST MEDITERRANEE Siège social Maison de l Europe à Montpellier Adresse administrative

Plus en détail

Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction

Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Ministère de la Justice Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction 2010 En vertu de l article 4-1 du Code d instruction criminelle,

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS

MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS ORIENTATIONS EN TERME DE PROTECTION ET DE REPRESSION 1998-2008 LE CAS DU JAPON Etude à jour le 1 er

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2016-261 du 3 mars 2016 relatif aux traitements automatisés du contrôle des personnes placées sous surveillance électronique

Plus en détail

Responsabilité civile et pénale de l instituteur

Responsabilité civile et pénale de l instituteur Responsabilité civile et pénale de l instituteur 1 Responsabilité civile et pénale de l instituteur Le terme instituteur désigne toute personne mandatée ou agréée par l administration pour assurer un enseignement

Plus en détail

PROFA 5 prestations autour de l intimité

PROFA 5 prestations autour de l intimité PROFA 5 prestations autour de l intimité Planning familial Éducation sexuelle Conseil en périnatalité Consultation conjugale et de sexologie Centre de consultation LAVI Des espaces de paroles pour mieux

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a pris connaissance de la procédure judiciaire.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a pris connaissance de la procédure judiciaire. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION NATIONALE DE DÉONTOLOGIE DE LA SÉCURITÉ Saisine n 2008-41 AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité à la suite de sa saisine, le 18

Plus en détail

Monsieur François HOLLANDE. Président de la république Palais de l Elysée. 55 rue du Faubourg- Saint Honoré. 75008 PARIS

Monsieur François HOLLANDE. Président de la république Palais de l Elysée. 55 rue du Faubourg- Saint Honoré. 75008 PARIS Monsieur LABORIE André Le 7 février 2013 2 rue de la Forge 31650 Saint Orens «Courrier transfert» Tél : 06-14-29-21-74. Mail : laboriandr@yahoo.fr http://www.lamafiajudiciaire.org PS : «Actuellement le

Plus en détail

Procédures. L extrait de casier judiciaire

Procédures. L extrait de casier judiciaire Vos droits Institutions Acteurs Procédures L extrait de casier judiciaire F i c h e P r a t i q u e Qu est-ce que le casier judiciaire? Le casier judiciaire conserve les condamnations prononcées par les

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

Claudie Lesselier Quelles violences? Quels droits face à ces violences?

Claudie Lesselier Quelles violences? Quels droits face à ces violences? Claudie Lesselier Association RAJFIRE rajfire@wanadoo.fr Un collectif féministe d action et de solidarité avec les femmes migrantes et exilées Quelles violences? Violence masculines contre les femmes manifestation

Plus en détail

Le droit criminel en bref

Le droit criminel en bref Le droit criminel en bref Avec le soutien financier de Les opinions exprimées ne représentent pas nécessairement la position officielle du gouvernement de l Ontario. 1 Campagne Femmes ontariennes et droit

Plus en détail

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime Association Réflexion Action Prison et Justice FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS L indemnisation de la victime La partie civile dispose des règles du droit civil et des voies d exécution de

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 332 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE DEUXIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2008-2009 15 septembre 2009 PROJET DE LOI relatif à la protection

Plus en détail

Référentiel national des espaces de rencontre

Référentiel national des espaces de rencontre Annexe 1 1 Référentiel national des espaces de rencontre 1. Définition des espaces de rencontre A. Objectifs et nature de l activité des espaces de rencontre L espace de rencontre est un lieu permettant

Plus en détail

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission 2 février 2010 Commission des lois Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission NB : Les amendements enregistrés

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015. Consorts R.

Commentaire. Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015. Consorts R. Commentaire Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015 Consorts R. (Procédure de restitution, au cours de l information judiciaire, des objets placés sous main de justice) La Cour de cassation a renvoyé

Plus en détail

Service des ressources humaines

Service des ressources humaines Service des ressrces humaines Annexe 1-D DÉCLARATION RELATIVE AUX ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Ce document doit être télécopié à monsieur Guy Rsseau au 450 776-8345 Veuillez identifier la situation appropriée

Plus en détail

Numéro du rôle : 5297. Arrêt n 62/2012 du 3 mai 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5297. Arrêt n 62/2012 du 3 mai 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5297 Arrêt n 62/2012 du 3 mai 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 38, 5, des lois relatives à la police de la circulation routière, coordonnées par

Plus en détail

AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE K A F REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253

Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253 AMENAGEMENT DE PEINE Projet de réinsertion solide, nécessité Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253 Un projet permettant de prévenir le risque de récidive grâce à une réinsertion

Plus en détail

Instructions destinées au greffe pour la mise en œuvre des dispositions instituant le juge délégué aux victimes

Instructions destinées au greffe pour la mise en œuvre des dispositions instituant le juge délégué aux victimes Page 1/15 Instructions destinées au greffe pour la mise en œuvre des dispositions instituant le juge délégué aux victimes Application du décret n 2007-1605 du 13 novembre 2007 Page 2/15 Table des Matières

Plus en détail

N 125 SÉNAT PROJET DE LOI. concernant la centralisation de la documentation relative à la circulation routière. (Texte définitif.)

N 125 SÉNAT PROJET DE LOI. concernant la centralisation de la documentation relative à la circulation routière. (Texte définitif.) PROJET DE LOI adopté le 12 juin 1970. SECONDE N 125 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1969-1970 PROJET DE LOI concernant la centralisation de la documentation relative à la circulation routière. (Texte définitif.)

Plus en détail

Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011

Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011 Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011 1. Contrôle systématique exercé par le Juge des libertés et de la détention (JLD) Exercice d un contrôle systématique

Plus en détail

PROCEDURE SUR DEMANDE D UN TIERS OU EN CAS DE PERIL IMMINENT

PROCEDURE SUR DEMANDE D UN TIERS OU EN CAS DE PERIL IMMINENT PROCEDURE SUR DEMANDE D UN TIERS OU EN CAS DE PERIL IMMINENT Thème ANCIENNES DISPOSITIONS NOUVELLES DISPOSITIONS Appellation Hospitalisation sur demande d un tiers Soins psychiatriques sur demande d un

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant : Le : 10/02/2011 Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 18 janvier 2011 N de pourvoi: 10-84980 Publié au bulletin Rejet M. Louvel (président), président SCP Waquet, Farge et Hazan, avocat(s)

Plus en détail

E-réputation : sanction de la vengeance en ligne et du harcèlement de son concubin

E-réputation : sanction de la vengeance en ligne et du harcèlement de son concubin E-réputation : sanction de la vengeance en ligne et du harcèlement de son concubin Article juridique publié le 01/09/2015, vu 1538 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM De plus en plus, la toile est utilisée

Plus en détail

Paris, le 11 février 2007. URGENCE PAPA 46, Rue Montorgueil, 75002 PARIS

Paris, le 11 février 2007. URGENCE PAPA 46, Rue Montorgueil, 75002 PARIS Paris, le 11 février 2007 46, Rue Montorgueil, 75002 PARIS A l attention de Monsieur/Madame XXXXX Candidat à la Présidence de la République Partie Politique, Adresse 1, Adresse 2 VILLE LETTRE RECOMMANDEE

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-054

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-054 Montreuil, le 24/06/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-054 OBJET : Entreprises en redressement judiciaire soumissionnaires de marchés

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 09DA01584 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 (bis) M. Mortelecq, président M. Vladan Marjanovic, rapporteur M. Minne, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

DÉCISION A2. du 12 juin 2009

DÉCISION A2. du 12 juin 2009 COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION A2 du 12 juin 2009 concernant l interprétation de l article 12 du règlement (CE) n o 883/2004, relatif à la législation

Plus en détail

Mesures d accompagnement social et budgétaire (MASP et MAJ)

Mesures d accompagnement social et budgétaire (MASP et MAJ) Mesures d accompagnement social et budgétaire (MASP et MAJ) Les mesures d accompagnement social et budgétaire, prévues dans le cadre de la réforme de la protection juridique des majeurs, sont destinées

Plus en détail

Accompagner. Le greffier du TC assure le secrétariat de la commission électorale.

Accompagner. Le greffier du TC assure le secrétariat de la commission électorale. Mars 2008 Elections des juges du Tribunal de Commerce Aspects pratiques Accompagner I. Organes de l élection Commission électorale (chargée de l établissement de la liste du Collège électoral) Cette commission

Plus en détail

DÉCISION Nº177 du 15 décembre 1998. relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 213 alinéa 2 du Code Pénal

DÉCISION Nº177 du 15 décembre 1998. relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 213 alinéa 2 du Code Pénal DÉCISION Nº177 du 15 décembre 1998 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 213 alinéa 2 du Code Pénal Publiée au Moniteur Officiel de la Roumanie, Partie I ère, nº77

Plus en détail

N o 3692 A S S E M B L É E N A T I O N A L E CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 17 avril 2002. PROPOSITION DE LOI tendant à renforcer

Plus en détail

cfemmes@ducotedesfemmes.asso.fr :www.ducotedesfemmes.asso.fr

cfemmes@ducotedesfemmes.asso.fr :www.ducotedesfemmes.asso.fr cfemmes@ducotedesfemmes.asso.fr :www.ducotedesfemmes.asso.fr 1 L association «Du Côté Des Femmes» de Cergy était partie civile mi-novembre aux côtés de la famille, au procès d un homme meurtrier de sa

Plus en détail

Guide de l élève. Cause # 5 : R. c. Cole. Programme citoyenneté et chartes

Guide de l élève. Cause # 5 : R. c. Cole. Programme citoyenneté et chartes Guide de l élève Cause # 5 : R. c. Cole Programme citoyenneté et chartes L EXERCICE DE PLAIDOIRIE LA PROTECTION CONSTITUTIONNELLE CONTRE LES FOUILLES ET LES SAISIES ABUSIVES R. c. Cole Cour suprême du

Plus en détail

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA.

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Carole Lardoux 1 Introduction Les données saisies par les agents de téléphonie du 115 de Paris sont extraites chaque

Plus en détail

Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois

Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois INTRODUCTION Le projet de loi visant la création d une Charte fédérale

Plus en détail

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour,

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N0702717 M. A X M. Pernot Conseiller Audience du 30 avril 2007 Lecture du 30 avril 2007 MD LA DEMANDE M. A X, de nationalité

Plus en détail

Ministère de la Justice Secrétariat Général Service des affaires Européennes et Internationales Bureau du droit comparé Paris le 6 janvier 2010

Ministère de la Justice Secrétariat Général Service des affaires Européennes et Internationales Bureau du droit comparé Paris le 6 janvier 2010 Ministère de la Justice Secrétariat Général Service des affaires Européennes et Internationales Bureau du droit comparé Paris le 6 janvier 2010 Le transfert d'embryons post mortem en droit comparé Allemagne,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 8 janvier 2013 relative à la présentation des articles 13 et 14 de la loi 2012-409 du 27 mars 2012 de programmation relative à l exécution des peines et portant transposition de la décision-cadre

Plus en détail

RAPPEL DE LA PROCÉDURE

RAPPEL DE LA PROCÉDURE N du 30 NOVEMBRE 2011 18ème CHAMBRE 'Mil des MfNUTP? f ; v>. s*--- '4$ CîQ.U H4 Af pï%t. i*i i.\ *. * i COUR D'APPEL DE VERSAILLES Nature de l arrêt : voir dispositif POURVOI : Arrêt prononcé publiquement

Plus en détail

Prisons de Lyon 2089 W 1 86 1941-1993. Versement de la Direction de l administration pénitentiaire

Prisons de Lyon 2089 W 1 86 1941-1993. Versement de la Direction de l administration pénitentiaire Prisons de Lyon 2089 W 1 86 1941-1993 Versement de la Direction de l administration pénitentiaire Répertoire numérique des versements 3678 W et 2089 W par Frédérique Murgia Janvier 2001 Revu en septembre

Plus en détail

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE L ORGANISATION DES NATIONS UNIES

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE L ORGANISATION DES NATIONS UNIES ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE ET L ORGANISATION DES NATIONS UNIES CONCERNANT L EXÉCUTION DES PEINES PRONONCÉES PAR LE TRIBUNAL PÉNAL INTERNATIONAL POUR LE RWANDA Le Gouvernement

Plus en détail

CONSEIL CITOYEN DE BEAUSEJOUR COMPTE RENDU N 2

CONSEIL CITOYEN DE BEAUSEJOUR COMPTE RENDU N 2 CONSEIL CITOYEN DE BEAUSEJOUR COMPTE RENDU N 2 La deuxième réunion du conseil citoyen de Beauséjour a eu lieu le mardi 31 mars 2015 à 18h30, à maison de quartier. Cette deuxième réunion a réuni 15 personnes

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES GENERALES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Les responsabilités des agents publics de l État sont de trois ordres:

Plus en détail

135.61. Tarif. des frais judiciaires en matière pénale. Le Conseil d Etat du canton de Fribourg. Arrête : du 12 décembre 1969

135.61. Tarif. des frais judiciaires en matière pénale. Le Conseil d Etat du canton de Fribourg. Arrête : du 12 décembre 1969 5.6 Tarif du décembre 969 des frais judiciaires en matière pénale Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu les articles al. et de la loi du novembre 949 d organisation judiciaire ; Vu les articles 8,

Plus en détail

Le juge est là pour me protéger

Le juge est là pour me protéger Le juge est là pour me protéger Guide à l usage des enfants et adolescents pour se repérer dans une procédure judiciaire Ce guide appartient à : NOM :... Prénom :... Date de naissance : / / Sommaire Est-ce

Plus en détail

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants NATIONS UNIES CAT Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants Distr. GÉNÉRALE CAT/C/MUS/Q/3 20 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CONTRE LA

Plus en détail

Nous constatons de nos jours

Nous constatons de nos jours LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETES par Me Jean Brucher Nous constatons de nos jours que l internationalisation et la globalisation des problèmes relatifs à l activité des entreprises ainsi que

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Aucune disposition du règlement intérieur ne peut être adoptée si elle n est pas en conformité avec les statuts du syndicat.

REGLEMENT INTERIEUR. Aucune disposition du règlement intérieur ne peut être adoptée si elle n est pas en conformité avec les statuts du syndicat. CHAMBRE DE L INGENIERIE ET DU CONSEIL DE FRANCE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I DISPOSITIONS PRELIMINAIRES Article 1 er OBJET Le présent règlement, établi en vertu des dispositions de l article 4 des statuts

Plus en détail

Informations de la Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale du canton de Berne

Informations de la Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale du canton de Berne Informations de la Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale du canton de Berne Qu est-ce que l aide aux victimes d infractions? Réglementée par une loi fédérale depuis 1993, cette aide

Plus en détail

Presentation de la mise en œuvre des visites en presence d un tiers sur le territoire de Roanne. Loire

Presentation de la mise en œuvre des visites en presence d un tiers sur le territoire de Roanne. Loire Presentation de la mise en œuvre des visites en presence d un tiers sur le territoire de Roanne. Loire Présentation : Agnès ROCHE : CDS enfance depuis 2010 auparavant responsable éducatif enfance sur le

Plus en détail

Les ententes parentales. dans le cas d une séparation ou d un divorce

Les ententes parentales. dans le cas d une séparation ou d un divorce Les ententes parentales dans le cas d une séparation ou d un divorce IMPORTANT Tous les renseignements juridiques contenus dans cette présentation sont offerts à titre d information générale seulement.

Plus en détail

Statistiques sur le contentieux devant la Cour européenne des droits de l Homme

Statistiques sur le contentieux devant la Cour européenne des droits de l Homme Statistiques sur le contentieux devant la Cour européenne des droits de l Homme La Cour européenne des droits de l Homme est compétente pour connaître des requêtes adressées par les particuliers ou les

Plus en détail

Règlement concernant l examen de chargé(e) de sécurité

Règlement concernant l examen de chargé(e) de sécurité Règlement concernant l examen de chargé(e) de sécurité conformément à l ordonnance sur les qualifications des spécialistes de la sécurité au travail (ordonnance sur les qualifications) Conformément à l

Plus en détail

Numéro du rôle : 3778. Arrêt n 63/2006 du 26 avril 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 3778. Arrêt n 63/2006 du 26 avril 2006 A R R E T Numéro du rôle : 3778 Arrêt n 63/2006 du 26 avril 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 38, 2bis, des lois relatives à la police de la circulation routière, coordonnées

Plus en détail

Lancement du dispositif Femmes en très grand danger à Paris

Lancement du dispositif Femmes en très grand danger à Paris DOSSIER DE PRESSE 13 Juillet 2012 Lancement du dispositif Femmes en très grand danger à Paris Contacts presse : Mairie de Paris Aurélien Pérol - 01 42 76 49 61 service.presse@paris.fr Tribunal de Grande

Plus en détail

PLACEMENT avec MAINTIEN PRIORITAIRE en MILIEU FAMILIAL

PLACEMENT avec MAINTIEN PRIORITAIRE en MILIEU FAMILIAL PLACEMENT avec MAINTIEN PRIORITAIRE en MILIEU FAMILIAL PRESENTATION DU SERVICE Chef de service : Frédéric Beyssac Tel : 06 32 12 32 28 Accueil de 12 enfants et/ou adolescents (+ suivi du service de placement

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-25 DU 18 FEVRIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2015-25 DU 18 FEVRIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2015-25 DU 18 FEVRIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

GUIDE A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE DEMANDER UNE MESURE DE PROTECTION D'UNE PERSONNE MAJEURE

GUIDE A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE DEMANDER UNE MESURE DE PROTECTION D'UNE PERSONNE MAJEURE GUIDE A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE DEMANDER UNE MESURE DE PROTECTION D'UNE PERSONNE MAJEURE Vous souhaitez solliciter l ouverture d une mesure de protection judiciaire, avant de faire cette démarche,

Plus en détail

- 53 - TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi. Projet de loi instituant un Contrôleur général des lieux de privation de liberté.

- 53 - TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi. Projet de loi instituant un Contrôleur général des lieux de privation de liberté. - 53 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi instituant un Contrôleur général des lieux de privation de liberté Projet de loi instituant un Contrôleur général des lieux de privation de liberté Article 1 er

Plus en détail

BILAN INTERMEDIAIRE DISPOSITIF JEUNES SUNDGAU

BILAN INTERMEDIAIRE DISPOSITIF JEUNES SUNDGAU A.L.S.A. ASSOCIATION POUR LE LOGEMENT DES SANS-ABRI 39 Rue Thierstein - BP 1371-68070 Mulhouse Cedex Tél. : 03 89 32 13 62 Fax. : 03 89 43 76 63 www.alsa68.org BILAN INTERMEDIAIRE DISPOSITIF JEUNES SUNDGAU

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

Numéro du rôle : 5264. Arrêt n 24/2012 du 16 février 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5264. Arrêt n 24/2012 du 16 février 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5264 Arrêt n 24/2012 du 16 février 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 38, 5, des lois relatives à la police de la circulation routière, coordonnées

Plus en détail

------------------ Unité - Progrès - Justice CHAMBRE CIVILE ------------------ AUDIENCE PUBLIQUE

------------------ Unité - Progrès - Justice CHAMBRE CIVILE ------------------ AUDIENCE PUBLIQUE COUR DE CASSATION BURKINA FASO ------------------ Unité - Progrès - Justice CHAMBRE CIVILE ------------------ Dossier n 104/08 ---------- Arrêt n 24 du 07 juillet 2011 AUDIENCE PUBLIQUE du 07 juillet 2011

Plus en détail