Laurent ALBARET : PORTRAIT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Laurent ALBARET : PORTRAIT"

Transcription

1 Laurent ALBARET : PORTRAIT Société : AD HOC Construction Batis pierre, bois et fer Tél. : Mob. : Cabrille Saint Clément LAUTREC Activité Territoire Bâtisseur pierre : Rénovation, pierre, murs (maçonnerie, rénovation des murs en pierre, enduits, rejointoiement). Enduits muraux : chaux, plâtre/bois : cloisons intérieures, structures bois extérieurs/fer : portails, etc. Conseil en matériaux décoration. Lautrec et alentours. Une reconversion complète Le choix de démarrer sécurisé Devenir chef d entreprise à Régabât, en collectif

2 Une reconversion complète Après un parcours de 17 ans comme travailleur social, Laurent Albaret décide de se reconvertir et de chercher un nouveau projet professionnel. C est finalement le hasard d une rencontre qui lui apporte la solution : un voisin a un mur de pierre à monter et cherche un maçon depuis près de 6 mois. Il lui propose de l aide. Au cours de ce coup de main impromptu, Laurent Albaret perçoit un besoin : plusieurs personnes le sollicitent alors pour le même type de service. Il prend plaisir au travail qu il vient d effectuer, et décide d en faire son projet professionnel. Il se forme auprès de l AFPA en maçonnerie, mais garde une spécificité autour de la rénovation. Son objectif de départ est l emploi salarié : «Le statut me convenait bien, c était moins de stress». Mais il prend conscience au fur et à mesure de son envie de «maîtriser les chantiers». De là est née progressivement l envie de s installer. Laurent ALBARET : PORTRAIT Âge : 40 ans Il prend contact avec Coop action à Toulouse qui l informe du démarrage prochain de Régabât. L accompagnement l intéresse parce qu il lui apporte «moins de stress, la possibilité de démarrer plus sereinement», et par rapport à sa famille, la possibilité de ne mettre «personne en péril, de ne pas les mouiller». Devenir chef d entreprise à Régabât, en collectif A Régabât, il met en avant ses attentes : l accompagnement et l apprentissage progressif. Il raconte les négociations avec l assurance pour bien faire comprendre son activité, et le contrôle de la régularité des devis, précisant qu il attend «surtout un appui dans l élaboration des devis», et des acquis de compétences sur la gestion : «On a 3 ans pour être autonome. Je vais m impliquer dans la gestion de ma boîte». Le choix de démarrer sécurisé La création le tente pour pouvoir «gérer son temps, anticiper, sortir d un rapport employeur / salarié qui est très fort dans le bâtiment». Il se tourne vers l ANPE qui lui propose un accompagnement avec l organisme Créact up. De l information qu il en retire, c est le prix des assurances et l aspect administratif qui lui font peur : «Je connais des artisans, je les vois souffrir de la pression fiscale». A cette occasion il se renseigne sur les différents statuts, les différentes possibilités, la structuration de son projet, et les possibilités de création en coopérative. Pour lui, les moments forts du démarrage ont été «Le moment où on ouvre un compte fournisseur, on crée sa carte de visite, le nom, le logo» Autant d éléments qui le font progressivement se «sentir entrepreneur». Pour lui, Régabât c est aussi le collectif. Pour un aspect humain, «bosser avec des gens, apprendre de nouvelles choses, s aider si besoin sur des chantiers», mais aussi comme outil économique : il raconte avoir utilisé ce collectif des entrepreneurs «sur un gros chantier, seul, je ne pouvais pas le faire. On a répondu à plusieurs». Il explique que ce n était pas simple pour Régabât nouvellement confronté à la situation et comment ils ont pu, avec le conducteur de travaux, trouver finalement une solution. Pour son entreprise, Laurent Albaret dit vouloir «vérifier si elle est viable. J attends les 3 ans pour faire le bilan du plaisir, des contraintes». A l issue du test, il pourrait occuper aussi «la fonction de chef d équipe», et embaucher si l entreprise se développe. AD HOC Construction Batis pierre, bois et fer ALBARET Laurent - Tél. : Mob. : Cabrille Saint Clément LAUTREC «Sans Régabât, je crois que ça aurais tourné en rond encore quelques temps et que j aurais saisi une autre opportunité. Régabât a été un élément déclencheur pour me dire «je suis prêt à franchir le cap» et ce qui me stresse s est retrouvé amoindri. Si j arrête je n ai rien perdu, je l aurais fait.»

3 Philippe BARJAUD : PORTRAIT Société : BARJAUD PH Consultant du patrimoine, culture, urbanisme, environnement Tél. : Mob. : Lieu dit Randy MURAT SUR VEBRE Activité Territoire Consultant en urbanisme et environnement : Réalisation d études d aménagement du territoire, diagnostic territoire, réalisation de documents d urbanisme, études d impact environnement, formation urbanisme. Sud-Aveyron, Est Tarn, Nord-Ouest de l Hérault (Castres, Millau, Bédarieux.) Un parcours fait d expériences diverses D une opportunité à la structuration d un projet d entreprise Un parcours d entrepreneur en coopérative Régabât et le choix coopératif

4 Un parcours fait d expériences diverses Philippe Barjaud a eu des fonctions très variées : depuis l étude d espaces ruraux en déshérence pour aider à l installation de néo-ruraux jusqu à la mise en place d un centre de ressources et de travaux journalistiques pour le conseil général de l Héraut. Il décrit un ce parcours en «en zig zag», ce qui n était pas toujours facile à valoriser. D une opportunité à la structuration d un projet d entreprise C est suite à la sollicitation d une commune sur un appel d offre que Philippe Barjaud a construit son projet d entreprise. Le passage en coopérative d activités lui a donc permis de saisir cette opportunité, puis de s en servir de tremplin pour structurer et développer son propre projet. Il était alors demandeur d emploi depuis 2 ans, se confrontant aux difficultés du reclassement des «séniors» : «J avais un parcours atypique. A presque 50 ans, les filières classiques d emploi, c était fini. Ou bien vous pouvez vous targuer d une expérience, et on vous emploie comme senior, ou vous débutez jeune et on peut investir avec vous, mais âgé et sans expériences, pas possible. Mes expériences n étaient pas sanctionnées, et puis j ai eu des expériences. Je me suis dit il faut que tu restes à Régate et que tu réussisses ton test. De toute façon je n avais pas d alternatives. 2 ans de recherche d emploi n avaient rien donné.» Le choix de la structure s est fait aussi dans le but de répondre à 3 besoins : Se former, acquérir une crédibilité, avoir un statut. C est dans son parcours que l aspect coopératif s est développé. Un parcours d entrepreneur en coopérative Philippe Barjaud est resté 3 ans en coopérative d activités et d emploi généraliste, à Régate. Il l a utilisé pour faire sa place sur un marché spécifique, avec des prestations sur plusieurs années. Il lui fallait du temps pour se faire connaître et reconnaître sur ce secteur des études et marchés publics : «En face de toi tu as des gros cabinets, toi t es le petit poucet». Il met en avant la possibilité de se former sur le tas pour compléter une formation initiale «vieille de 30 ans», jamais utilisée directement dans l exercice de ses fonctions. Ces éléments ont motivé son choix : «La phase test a permis une montée en charge progressive : pouvoir gérer le volet acquis de compétences, la façade professionnelle et la montée en charge de mon plan d activité». Philippe BARJAUD : PORTRAIT Âge : 52 ans BARJAUD PH Consultant du patrimoine, culture, urbanisme, environnement BARJAUD Philippe - Tél. : Mob. : Lieu dit Randy MURAT SUR VEBRE Il raconte son parcours avec ses hauts et ses bas, et notamment un cap difficile où l accompagnement en coopérative l a aidé à continuer : «En étant à Régate j ai pu me laisser le temps de rebondir». Son activité est maintenant pérenne et se développe encore : «Aujourd hui j apprends à gérer le trop». Philippe est aussi officiellement reconnu dans son domaine par l Office professionnel de qualification des urbanistes, il a lancé une démarche de Valorisation des Acquis de l Expérience et intègre Régabât en coopérative d emploi. Régabât et le choix coopératif C est, selon lui, une opportunité pour le développement économique de son activité de par la diversité et la complémentarité des entrepreneurs : «Certains marchés réclament une pluridisciplinarité, un groupement de prestations avec des compétences complémentaires. Par exemple un urbaniste, un paysagiste, un environnementaliste. Ça me donne l occasion de former un groupement». Pour lui le test se termine, son activité est viable. Il est désormais postulant pour l entrée en coopérative d emploi : Pour sa «création», il a choisi de rester en coopérative. «Je me sens déjà très isolé dans ma montagne, je ne voulais pas me retrouver seul dans mon coin. J ai aussi une culture de la vie associative et maintenant coopérative. Le travail n est pas que alimentaire, il doit donner du sens à sa vie. Pendant 3 ans j ai reçu un accompagnement, des encouragements ; Une structure qui m a permis de développer mon activité : Après avoir reçu, j ai eu envie de donner. La coopérative d emploi c était le bon endroit pour continuer mon activité». Aujourd hui il souhaite être présent auprès de ceux qui démarrent, une sorte de «tuteur» dans l exercice de l activité professionnelle et de parrainage sur l idée coopérative.

5 Guy CELARIES : PORTRAIT Société : CELARIES G Charpentier Mob. : La Ramade Basse LABECEDE LAURAGAIS Activité Charpentier : Charpentes traditionnelles, escaliers, chalets en bois, maisons ossature bois, couverture, zinguerie, «écoconstruction». Territoire Montagne Noire et alentours : Tarn, Nord de l Aude, Est de la Haute-Garonne Un retour vers l entreprise Régabât : L apprentissage de l entreprise au quotidien

6 Guy CELARIES : PORTRAIT Âge : 42 ans Régabât : L apprentissage de l entreprise au quotidien La structure lui permet de pouvoir travailler seul, mais d être aidé dans la gestion quotidienne et administrative de son activité. Un retour vers l entreprise Après un bac agricole, Guy CELARIES se tourne vers la charpente, il y a maintenant 20 ans. Il fait une formation AFPA, puis il intègre les compagnons du devoir. Il monte ensuite une première entreprise qu il gère plus de 10 ans. Il se tourne d emblée vers la rénovation et les méthodes alternatives. Il se spécialise au démarrage sur les moulins à vent, et plus largement la rénovation. En ce qui concerne les constructions neuves, c est vers les matières naturelles qu il se dirige : chalets, maisons en bois, mais aussi les toitures végétalisées qu il découvre, développe et sur lesquelles il se spécialise. Il travaille alors régulièrement avec un ami artisan, qui l aide dans la gestion quotidienne, administrative. Quand, pour des raisons de santé, il est tenu d interrompre son activité, Guy CELARIES continue seul un temps mais précise que «ça n allait pas bien. J arrivais à travailler seul, mais je n arrivais plus à gérer les papiers, j ai arrêté». Il retourne vers du salariat, toujours autour de chantiers spécifiques (rénovation d un château, toitures végétales). Durant cette période, il prend connaissance du système des coopératives d activités et d emploi par des personnes de son entourage qui y développent leur activité. Prenant contact avec Énergies Alternatives, dans l Aude, puis Coop Action à Toulouse il apprend finalement le démarrage de Régabât. Sans Régabât, il aurait probablement dû se créer, rapidement, pour pouvoir répondre à un chantier important. Ici, l accompagnement lui permet d acquérir des compétences nouvelles, progressivement, en particulier sur la gestion de son activité : «Vous aidez à nous aider. Nous on est fait pour travailler. Avec les ateliers (proposés au démarrage de Régabât), ça ne bloque plus vraiment. Il faut s y mettre. C est comme tout, ça s apprend et vous nous apprenez. Maintenant je fais tout au fur et à mesure». Il précise aussi l acquisition de connaissances nouvelles sur la façon d établir des devis, qui vient compléter son expérience plus «empirique» en la matière : «J en avais fait comme ça, mais là je sais les faire. Les mentions obligatoires aussi, il faut le savoir». Il se sent désormais mieux préparé pour retourner vers l entreprise : «Je pense m installer ensuite. Il faudra voir comment ça va fonctionner, surtout pour les clients». Remettre en route un réseau et sa clientèle, c est aussi l objet du test pour Guy CELA- RIES, «après être sorti du milieu artisan». Il démarre en ce moment ses démarches commerciales : fait ses cartes, a sensibilisé ses fournisseurs. Enfin, c est aussi l intérêt pour la structure, SCOP, et par conséquent l aspect collectif que son choix pour Régabât s est constitué : «La SCOP m intéresse. Sans Régabât j aurais peut-être crée en SCOP. Et puis ce sont des métiers où on ne peut pas travailler seul. Il faut s entendre avec les autres». CELARIES G Charpentier CELARIES GUY - Mob. : La Ramade Basse LABECEDE LAURAGAIS

7 Thomas DELCAMBRE : PORTRAIT Société : DE BOIS EN TOIT Charpentier couvreur Mob. : La Capelle VENES Activité Charpentier couvreur : Charpente et couverture, bâtiments sains, maison ossature bois (MOB), rénovation Territoire Tarn et départements limitrophes. Changer sa place dans l entreprise L impulsion donnée par la coopérative La création

8 Changer sa place dans l entreprise Thomas Delcambre a toujours travaillé en charpente, bois, sa formation initiale depuis le collège est tournée vers ce secteur : 4ème / 3ème technologie, BAC pro et BTS bois. Il travaille ensuite comme salarié dans plusieurs entreprises et prend conscience, par étape, de son envie d indépendance : «Je prenais des coups de fatigue des entreprises au bout de quelques mois. Je me suis demandé si c était pas moi qui n étais pas à la bonne place Peut-être que je devais faire l ensemble du travail». Thomas DELCAMBRE : PORTRAIT Pour cela, Thomas Delcambre décide d abord de changer de voie : il se forme en métallurgie artisanale et forge. Il réalise alors que ce n était pas tant le secteur d activité, mais l envie de «retrouver une place plus vivante» au sein de l entreprise qui le motive, c est à dire pour lui aborder «la relation client, le calcul des prix, prendre des risques : vivre de son travail, c est aussi se prendre en main». C est la gestion, l administratif, le financier qui l ont freiné dans l idée de se lancer un jour à son compte. C est par une personne de sa famille qu il entend parler du réseau coopérer pour entreprendre et qu il apprend la création prochaine de Régabât. Il prend le temps de faire son choix, contacte aussi la chambre des métiers, participe au stage création : «Quand on a vu la somme d info à connaître, lire un compte de résultat, la gestion, les assurances. La comptabilité ce n est pas forcément compliqué mais l analyse des chiffres» Âge : 27 ans La structure l intéresse et lui semble être le compromis dont il a besoin pour se lancer : «Je me suis rendu compte que même si je prenais des risques, je les minimisais avec Régabât, tout en apprenant. Je tiens à mon travail, mais je ne veux pas sacrifier tout le reste». De part cette maîtrise du risque qu il trouve à Régabât, Thomas Delcambre raconte sa motivation pour la découverte de nouvelles tâches, il parle même d un stress et d une adrénaline positive : «La démarche commerciale, ce n est pas évident, c est nouveau. C est ça qui est intéressant : comment faire dans une situation nouvelle». La création «Je ne me sens pas du tout encore chef d entreprise Je crée ma propre dynamique, je suis à la rigueur mon propre patron». L expérience de salariat au sein de plusieurs entreprises lui ont permis de voir la forme qu il souhaite donner à son entreprise. En particulier à moyen terme : Au vu de l évolution de son métier, il souhaite aller vers de la polyactivité : Créer un atelier, des meubles et de la menuiserie, y intégrer peut-être la partie forge... «Cibler quelque chose de petit, mais être sûr de réussir, rester à un niveau humain». L impulsion donnée par la coopérative C est donc l envie d être accompagné qui le conduit à Régabât. «Ça me permet de travailler ma partie : Moi c est le bois, la charpente, mais tout ce qui est gestion administrative, comptabilité Voilà ce qui m a plu dans Régabât : être accompagné sur tout ça dans un cadre concret, ramener nos chantier, faire nos devis Moi ça me parle, je ne voulais pas reprendre des études de compta, de gestion. Là c est un apprentissage de terrain». DE BOIS EN TOIT Charpentier couvreur DELCAMBRE Thomas - Mob. : Route de Salsigne VILLARDONNEL

9 Véronique MULLINS : PORTRAIT Société : MULLINS DECO Maçonnerie, enduits, peintures Mob. : avenue Lucien Coudert CASTRES Activité Maçon : Maçonnerie, enduits, peintures Territoire Castres et alentours Le choix du bâtiment par passion Le choix de démarrer sécurisé Devenir entrepreneure pas à pas et en collectif

10 Le choix du bâtiment par passion «J ai mis du temps à avoir l information qu on pouvait travailler dans le bâtiment, c était des années perdues. (...) Pour moi c est une passion avant tout.». Véronique Mullins décrit le point de départ de son projet par une passion pour les belles choses et le bâtiment, en autodidacte. Auparavant, elle travaillait dans l animation puis dans le secteur hospitalier. Au cours d une recherche d emploi, elle voit une photo dans La Dépêche et c est un véritable déclic : une femme sculptait la pierre, c est donc possible, en tant que femme, de mettre en œuvre un projet professionnel dans le bâtiment. Soutenue ensuite par son agent ANPE, elle se forme à l AFPA comme tailleur de pierre puis en maçonnerie. «Quand j ai fait mon stage, il y avait une autre fille, qui avait fait maçonnerie ; elle m a dit pourquoi tu te lances pas? Je lui ai dit tu es folle une femme dans la maçonnerie, j y arriverais jamais! Elle m a répondu moi j y suis arrivée c est plus comme autrefois, il y a des élévateurs... J en ai discuté avec le formateur, il m a dit : je te sens capable de le faire. Si ça t amène vraiment quelque chose (...) Depuis toujours je suis manuelle mais à l époque on n écoutait pas les enfants!». Au départ, elle se heurte, dans ses recherches d emploi, au fait d être une femme sur un secteur masculin : «Chaque fois c était la porte fermée parce que je suis une femme. C est un gros problème car dans le bâtiment, de la main d œuvre ils en cherchent.». De ce fait, elle s oriente vers le second œuvre. Elle fait ensuite une nouvelle formation qui lui permet d aller plus loin dans la connaissance des matières. Elle cherche toujours un employeur qui accepterait de lui laisser tenter sa chance mais les freins restent nombreux. Les employeurs potentiels lui expliquent leurs appréhensions quant à l ambiance que pourrait provoquer la présence de femmes sur les chantiers, l absence d autonomie par rapport à certaines tâches, l absence de vestiaires... C est ce qui la conduira à la décision progressive de se mettre à son compte : «Puisque c est comme ça je vais montrer que je suis capable de travailler». Véronique MULLINS : PORTRAIT Âge : 51 ans Le choix de démarrer sécurisé Elle nourrit le projet de créer son entreprise pour «travailler comme j aime travailler. J ai pas envie de gagner des milliers, je veux faire des belles choses, passer mon savoir, former des jeunes.». Elle fait le stage création à la chambre des métiers et est également accompagnée par des organismes d insertion professionnelle (Clef 81). Elle prend contact avec Régate dont elle a entendu parler par l ANPE. Le cadre sécurisé l intéresse, mais la coopérative Régabât n existe pas encore et Régate ne peut accueillir les métiers du bâtiment. Elle n ose pas se lancer directement et travaille pour des peintres. «J avais peur, je me suis retenue. Il me manquait des cartes, comment trouver des clients, faire un devis, gérer». C est naturellement qu elle prendra contact avec Régabât quand elle apprend son existence par l ANPE. Le principe du test permet de la rassurer dans la mise en œuvre de son projet. Elle en attend de la tranquillité sur l aspect gestion afin de se concentrer sur la recherche de clients. «Ce qui m angoisse le plus, c est de trouver des clients : si les patrons ont eu peur, est-ce que les clients ne vont pas avoir peur aussi, et ça c était un frein. J ai fait les ateliers, ça m a donné des éléments que je n avais pas, ça booste... Là, je suis vraiment soutenue». Devenir entrepreneure pas à pas et en collectif A ce jour, dans la recherche de ses premiers clients et l établissement des devis, Véronique Mullins appréhende progressivement les différents aspects de l entreprise «Je me sens apprentie-entrepreneure. On m apprend à voler, à être autonome. J ai l impression d être salariée de ma propre entreprise, je n en suis pas encore la directrice, j apprends. Ça me rassure.». Dans son parcours, elle mobilise le réseau des entrepreneurs de Régabât et le cadre coopératif : «Il y a un réseau autour de moi, des compétences, les autres entrepreneurs, pouvoir se passer des chantiers, j aime la convivialité». Pour conclure, elle déplore l absence d information sur les possibilités dans le bâtiment quand on est une femme : «Je trouve ça dommage que ça ne soit pas plus valorisé, il y a beaucoup de filles qui seraient intéressées.» MULLINS DECO Véronique Mullins - Mob. : avenue Lucien Coudert CASTRES

11 Manuela JOUVIN : PORTRAIT Société : AMEPROPERSO Conseil en aménagement intérieur / extérieur Tél. : Mob. : Les Hermets ST CHRISTOPHE VALLON Activité Territoire Dessinatrice en architecture : Conseil en aménagement intérieur / extérieur : Recherche d aménagement, matériaux, couleurs, style, éclairage, mobilier. Conseils personnalisés pour aider les gens à penser leur espace à vivre et le visualiser. Ouest Aveyron et limitrophe : Vallon, Rodez, Villefranche, Figeac, Aurillac. L émergence de l idée : une recherche d autonomie Le choix du test sécurisé, le goût pour l entreprenariat Le goût pour le collectif

12 L émergence de l idée : une recherche d autonomie Après un BTS d architecture intérieure et 2ans à l école d architecture, Manuela Jouvin, lors de son arrivée dans l Aveyron, se forme sur la rénovation. Elle souhaite connaître le bâtit de l Aveyron et rencontrer des artisans pour aider ses recherches d emploi. Après avoir exercé en dessin d architecture, souvent dans du neuf et du pavillonnaire, elle recherche un emploi avec plus d autonomie et de créativité. Elle utilise son savoir faire autour de la rénovation et l aménagement intérieur bénévolement jusqu à l appui d un artisan rencontré au cours de sa formation : «Il m a mis devant le fait que je répondais à un besoin. Les gens sont de plus en plus exigeant, ont envie de travailler leur projet, et d être plus tranquilles par rapport à la réalisation de leurs travaux». Tentée par l autonomie dans le travail, l aménagement de ses horaires, la possibilité de ne pas faire la même chose tous les jours, elle décide de passer le cap vers la création. Le choix du test sécurisé, le goût pour l entreprenariat Elle contacte l ANPE et travaille son projet au cours d une prestation avec le Rile 12 qui lui présente Régate. Elle fait le choix de la coopérative d activités. «Pour me lancer avec plus de sérénité. Je ne l aurais pas fait sans la structure, pour ne pas foncer tête baissée.». Elle ressentait aussi le besoin d acquérir des notions de marketing et définir encore son projet, en faisant réellement. Elle entre à Régate en avril 2007 et intègre ensuite la coopérative d activités Régabât nouvellement crée pour pouvoir développer son activité, notamment par du suivi de travaux pour les artisans. Elle situe son intervention entre les choix des particuliers et le travail des artisans : «Je débroussaille avec les Manuela JOUVIN : PORTRAIT Âge : 34 ans gens pour que l artisan ne perde plus de temps». Avec les particuliers, elle travaille la globalité de leur aménagement, l harmonie d ensemble. «Je prends beaucoup plus de temps dans la recherche, le choix des matériaux. Ce qui existe, au niveau fonctionnel, etc. Quand on est formé on voit les incidences». Manuela profite de l accompagnement pour l aider à développer une activité nouvelle, la faire «entrer dans les mœurs : il ne faut pas que les artisans me confondent avec les architectes. Ils gardent le choix de la conception et de la méthode technique. Je fais la médiation, je garde un œil mais je n impose pas la méthode». A ce jour elle trouve un écho favorable auprès des artisans, qui gagnent effectivement du temps, mais aussi auprès des fournisseurs intéressés par l accompagnement à l achat qu elle propose. La coopérative lui a permit de se lancer plus rapidement que prévu pour profiter de la tendance du marché. Elle y pensait pour plus tard, quand ses enfants seraient plus grands. Le cadre sécurisé l a rassurée pour pouvoir se lancer au bon moment. «J ai pris goût. Je me sens entrepreneure. C est motivant de travailler pour soi, je me sens bien dans ce rôle-là, même si des fois ça met un peu la pression. On se forme à être entrepreneur. Moi je sors d une famille où tout le monde est fonctionnaire!». Elle souhaite profiter pleinement des 3 ans pour tester d autres produits et pérenniser son activité. Le goût pour le collectif Manuela Jouvin met en avant l intérêt qu elle trouve au collectif d entrepreneurs de Régabât «On parle vraiment bâtiment. On peut travailler ensemble sur certains projets. Je sais que si j ai une question technique, je peux appeler quelqu un de Régabât.». Arrivée dans l Aveyron en 2005, la coopérative sert aussi d appui à Manuela pour constituer son réseau professionnel. Elle en apprécie en particulier la complémentarité d activités. AMEPROPERSO Manuela Jouvin - Tél. : Mob. : Les Hermets ST CHRISTOPHE VALLON

13 Lionel PAGES : PORTRAIT Société : PAGES SERVICE PLUS Plombier Tél. : Mob. : Avenue de Lacaze Basse CASTRES Activité Plombier-Chauffagiste, Electricien : Rénovation / neuf. Territoire Tarn Sud jusqu à Albi, et Toulouse-Nord. Vers une reconversion dans le bâtiment Se sentir entrepreneur

14 Vers une reconversion dans le bâtiment Lionel PAGES : PORTRAIT Âge : 33 ans Anciennement salarié dans l industrie, souvent en déplacement, Lionel Pagès a décidé de changer de voie : Il a donc profité du FONGECIF pour travailler sa restructuration vers la plomberie / chauffage. De formation électricien, il choisit ce nouveau corps de métier car elle se complète bien avec sa formation initiale, et sa motivation personnelle. Après 1 an à l AFPA et 4 années de travail intérimaire, c est un artisan, pour qui il travaille alors, qui lui conseille de se lancer, et de l aider dans cette démarche en lui trouvant des clients. Il raconte en avoir eu vaguement l idée lors de sa formation, mais c est la discussion avec cet employeur qui vient immédiatement déclencher l envie de se créer. C est «pour ne pas partir de but en blanc, par rapport à ma vie familiale, chercher un moyen de faire progressif» que Lionel Pagès rencontre Régabât : Il se renseigne auprès de tous les organismes, sur les aides au démarrage. Il sentait son projet prêt et se sentait prêt : il a fait le stage des 3 jours à la chambre des métiers, rempli son dossier. Se sentir entrepreneur De ces premiers mois en coopérative, Lionel Pagès apprécie la posture de chef d entreprise : «ça me plaît. Je suis bien, je fais ce que je veux. J ai été salarié pendant 13 ans, je suis patron depuis 3 mois. Le statut change du tout au tout, par rapport aux clients : quand j étais intérimaire, souvent les clients ne vous parlaient pas, en tant que patron, ils vous parlent, ils vous servent le café.». L objectif maintenant de Lionel est de vivre confortablement de son activité, de pouvoir, dans la mesure du possible, choisir et gérer ses chantiers, puis d essayer de s agrandir. «Je suis détendu, plus que salarié en fin de compte. Il y a plus de cadence, mais personne ne nous dit de faire ci ou ça.» Le regard par rapport à l entourage change aussi, et c est parfois plus difficile : «il y a des jalousies ( ) on est persuadé qu on gagne beaucoup, moi je touchais plus quand j étais intérimaire!». Le test lui sert pour trouver sa clientèle, être sûr de la pérennité de son entreprise «J entends toujours dire : si j avais su Je tente, on verra, j aurais essayé. Si je vois que je regrette, j arrête, je retourne salarié.». Le premier devis est important : «J étais content qu il soit accepté, et c était pas quelqu un de la famille, hein!». Au cours de ses démarches de recherche d informations, il rencontre l inspection du travail qui lui conseille Régabât. C est «pour le cadre sécurisé, le statut de salarié, la situation familiale Pouvoir partir de 0». C est le premier entrepreneur à entrer dans la coopérative d activités. Il raconte les réglages nécessaires au démarrage, les petites lenteurs dans l attente des réponses des assurances ou des devis : «Je les ai bousculé de partout!». Il démarre son parcours de chef d entreprise, sereinement : «Pour le début, ça nous soulage, spécialement sur la comptabilité», même s il la fait également lui-même car «il faut apprendre à gérer soi-même». Il sait aussi qu il peut utiliser le réseau des entrepreneurs de Régabât : «On se passe des chantiers, ça ouvre des portes ( ) Je regarde ce qui peut m aider par rapport à mon métier.» PAGES SERVICE PLUS Plombier PAGES Lionel - Tél. : Mob. : Avenue de Lacaze Basse CASTRES

ARCHITECTURE ET DECORATION RAPPORT DE STAGE - CLASSE DE 3E DU 14 AU 18 DECEMBRE 2009 THOMAS MASSONNEAU

ARCHITECTURE ET DECORATION RAPPORT DE STAGE - CLASSE DE 3E DU 14 AU 18 DECEMBRE 2009 THOMAS MASSONNEAU DU 14 AU 18 DECEMBRE 2009 THOMAS MASSONNEAU RAPPORT DE STAGE - CLASSE DE 3E ARCHITECTURE ET DECORATION Collège Sainte-Marie des Ursulines 34, avenue de la Colonne 31500 TOULOUSE Tél. 05 34 25 28 61 Fax.

Plus en détail

créé, pourquoi pas moi? www.claee.org Elles ont

créé, pourquoi pas moi? www.claee.org Elles ont Elles ont créé, pourquoi pas moi? (garde d enfant) (patronne salon coiffure) - (patronne restaurant) (femme de ménage / vendeuse à la sauvette) www.claee.org DepliantCLAEE-Final.indd 1 1/02/11 22:16:36

Plus en détail

UNE ÉQUIPE D ARTISANS LOCAUX & EXPÉRIMENTÉS CONSTRUCTION & EXTENSION RÉNOVATION & AMÉNAGEMENT CONSEIL

UNE ÉQUIPE D ARTISANS LOCAUX & EXPÉRIMENTÉS CONSTRUCTION & EXTENSION RÉNOVATION & AMÉNAGEMENT CONSEIL UNE ÉQUIPE D ARTISANS LOCAUX & EXPÉRIMENTÉS CONSTRUCTION & EXTENSION RÉNOVATION & AMÉNAGEMENT CONSEIL UNE EXTENSION UNE RÉNOVATION UNE CONSTRUCTION? MAISON COMTEMPORAINE MAISON TRADITIONNELLE Qu il s agisse

Plus en détail

Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments).

Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments). Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments). Bien que la seconde ait été chaotique, il est passé en première

Plus en détail

ils et elles sont fiers de construire

ils et elles sont fiers de construire L A F O R M A T I O N A U X M É T I E R S D U B Â T I M E N T ils et elles sont fiers de construire Les jeunes qui choisissent le bâtiment ont de bonnes raisons de le faire Dans le bâtiment, on se sent

Plus en détail

Rapport de stage. Durant ces quatres mois de stage j ai découvert trois éditions différentes du Courrier Picard:

Rapport de stage. Durant ces quatres mois de stage j ai découvert trois éditions différentes du Courrier Picard: 1. Déroulement du stage Rapport de stage Durant ces quatres mois de stage j ai découvert trois éditions différentes du Courrier Picard: Tableau 1. Périodes de stage lieu date bilan Edition l amiénois du

Plus en détail

Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU. Observatoire de La Vie Etudiante

Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU. Observatoire de La Vie Etudiante Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU Observatoire de La Vie Etudiante 1. Présentation 1. Dispositif : DAEU & Pré-DAEU - DAEU : Diplôme d Accès aux Études Universitaires, un équivalent

Plus en détail

LA CARAVANE ÉCOHABITATON PASSE ICI! ENTREPRENEURS ET ICI TROUSSE OFFRE DE FORMATIONS LA RESSOURCE EN HABITATION ÉCOLOGIQUE

LA CARAVANE ÉCOHABITATON PASSE ICI! ENTREPRENEURS ET ICI TROUSSE OFFRE DE FORMATIONS LA RESSOURCE EN HABITATION ÉCOLOGIQUE LA CARAVANE ÉCOHABITATON PASSE ICI! ENTREPRENEURS ET ICI OFFRE DE FORMATIONS 1 Photo : www.celine Lecomte.com TROUSSE LA RESSOURCE EN HABITATION ÉCOLOGIQUE Photo : seir+seir, Creative Commons LA CARAVANE

Plus en détail

Séance construction 04/11/04/Armelle

Séance construction 04/11/04/Armelle Séance construction 04/11/04/Armel consigne 1. P Vous alr jouer avec jeu de construction petit ingénieur mais cette fois-ci on va compliquer un petit peu s choses, Johanna, vous me regardez là, A. on va

Plus en détail

BTS Comptabilité et Gestion des Organisations

BTS Comptabilité et Gestion des Organisations BTS Comptabilité et Gestion des Organisations Recueil de témoignages de titulaires d un bac général 12 rue Dessaignes 41016 BLOIS CEDEX bts-dessaignes.org Téléphone : 02 54 55 53 00 Messagerie : contact.tscompta@laposte.net

Plus en détail

IMPROMPTU, SCÈNES DU COURS DE FRANÇAIS

IMPROMPTU, SCÈNES DU COURS DE FRANÇAIS Recherches n 50, D une classe à l autre, 2009-1 IMPROMPTU, SCÈNES DU COURS DE FRANÇAIS Marylène Constant IUFM Nord Pas-de-Calais, université d Artois Quentin est élève en première S dans un lycée lillois.

Plus en détail

Dossier de presse REGATE ET REGABAT LES COOPÉRATIVES D ACTIVITÉS ET D EMPLOI DU TARN. Contact presse

Dossier de presse REGATE ET REGABAT LES COOPÉRATIVES D ACTIVITÉS ET D EMPLOI DU TARN. Contact presse Dossier de presse LES COOPÉRATIVES D ACTIVITÉS ET D EMPLOI DU TARN REGATE ET REGABAT Contact presse Agence RP Véronique Michel 06 61 17 67 14 veronique.michel@agencerp.fr www.agencerp.fr Mars 2013 Sommaire

Plus en détail

les mobilités professionnelles et le développement des compétences des salariés sur un territoire?

les mobilités professionnelles et le développement des compétences des salariés sur un territoire? Actions et Communication pour promouvoir les mobilités professionnelles et le développement des compétences des salariés sur un territoire? MARS 2008 Sommaire Introduction Proposition de campagne de communication

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

Dessins : Nicolas J. 1

Dessins : Nicolas J. 1 Dessins : Nicolas J. 1 Dans ce numéro «Il était une fois dans le Bâtiment...», nous vous proposons des interviews et articles, notamment sur Mme Crozon, une chef d'entreprise spécialisée dans la construction

Plus en détail

Un tiers des créateurs d entreprise seniors était au chômage

Un tiers des créateurs d entreprise seniors était au chômage Un tiers des créateurs d entreprise seniors était au chômage Quand on est senior et qu on perd son emploi, on sait que le parcours pour regagner le monde du travail en tant que salarié, sera un parcours

Plus en détail

Freins et leviers au changement de comportements vers une réduction de l usage de la voiture individuelle

Freins et leviers au changement de comportements vers une réduction de l usage de la voiture individuelle Freins et leviers au changement de comportements vers une réduction de l usage de la voiture individuelle Anaïs ROCCI 6T bureau de recherche Colloque «Bougeons autrement», 30/11/2011 CNFPT, Région Haute-Normandie

Plus en détail

Module 1: Introduction au Blogging - Transcription vidéo

Module 1: Introduction au Blogging - Transcription vidéo Module 1: Introduction au Blogging - Transcription vidéo VIDEO, autres modules, ressources et questions à poser sur http://vivredesonblog.com/formation par Ling-en Hsia Dans cette toute première partie,

Plus en détail

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège...

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège... NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège......... SOMMAIRE Avant le stage Le cahier de stage. 2 Conseil au stagiaire. 3 Fiche d identité de l élève

Plus en détail

Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10)

Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10) Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10) Interview complète d Aurore Deschamps Aurore DESCHAMPS, ancienne stagiaire

Plus en détail

Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles mars 2011

Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles mars 2011 Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles mars 2011 S SECTORIELLES Les partenaires professionnels des contrats d objectifs bretons ont contribué à la préparation du CPRDF.

Plus en détail

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V ANNEX V 233 Interviews in Victor Hugo school, June 29, 1999 Premier Groupe S : qu est ce que que vous pouvez me dire quand vous utilisez le enfin l email, le courrier électronique? 1 : euh 2 : c est le

Plus en détail

Sandra. «Un huissier de justice, c est un chef d entreprise» Huissière de justice (Actihuis) INFO PLUS A CONSULTER

Sandra. «Un huissier de justice, c est un chef d entreprise» Huissière de justice (Actihuis) INFO PLUS A CONSULTER Sandra Huissière de justice (Actihuis) «Je ne savais pas ce que je voulais faire. Enfin si, je savais que je ne voulais pas faire de Droit car j en avais une image trop rigide. Après mon Bac ES (ex B),

Plus en détail

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio.

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Mode d emploi du cours audio REUSSIR Tout d abord, félicitations pour l achat de ce cours et pour la décision

Plus en détail

20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe

20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe Amélioration de la performance des hommes et des organisations par le management et la motivation 4.0 20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe «Faire grandir mon équipe ou

Plus en détail

Enquête éco-construction. Bilan et résultats

Enquête éco-construction. Bilan et résultats Enquête éco-construction Bilan et résultats Introduction Lancée sur l ensemble de la région Rhône-Alpes en juin 29 par le réseau des Chambres de Métiers et de l Artisanat de Rhône-Alpes et en partenariat

Plus en détail

PEINTRE EN BATIMENT FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Lorène, apprentie peintre en bâtiment à Marseille (15 ème arrondissement) Lorène

PEINTRE EN BATIMENT FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Lorène, apprentie peintre en bâtiment à Marseille (15 ème arrondissement) Lorène Dossier n 7 FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» PEINTRE EN BATIMENT Regards, témoignages et présentation de métiers fortement sexués Entretien avec Lorène, apprentie peintre en bâtiment à Marseille (15 ème arrondissement)

Plus en détail

Présentent Le bec littéraire du samedi 18 septembre 2010. Découvrez EN APESANTEUR. De BRIGIT H. Et votez en couleurs!

Présentent Le bec littéraire du samedi 18 septembre 2010. Découvrez EN APESANTEUR. De BRIGIT H. Et votez en couleurs! Présentent Le bec littéraire du samedi 18 septembre 2010 Découvrez EN APESANTEUR De BRIGIT H Et votez en couleurs! Les zones d interprétation se situent après le texte, ci-dessous. Pour voter, suivez les

Plus en détail

- Madame Mathot, vous êtes ingénieur chez IBM. Quelles sont vos fonctions dans l entreprise?

- Madame Mathot, vous êtes ingénieur chez IBM. Quelles sont vos fonctions dans l entreprise? Entretien avec Dominique Mathot, ingénieure chez IBM France - Madame Mathot, vous êtes ingénieur chez IBM. Quelles sont vos fonctions dans l entreprise? - J exerce un métier d architecte en systèmes d

Plus en détail

COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE

COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE Comment réagir si vous Comment réagir si vous Comment réagir si vous Comment réagir si vous ne savez pas quelque chose en stage éprouvez des

Plus en détail

ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN

ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN Damien et Justine, étudiants en Master IIA (promotion 2011) nous livrent ci-dessous leurs points de vue respectifs sur la formation et plus particulièrement sur le TP-Projet,

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Développez vos compétences sur la maison ossature bois RT 2012

Développez vos compétences sur la maison ossature bois RT 2012 Formations Développez vos compétences sur la maison ossature bois RT 2012 Commercialiser Concevoir Dimensionner S équiper Choisir les Produits Construire Des formations pour les professionnels conçues

Plus en détail

Galerie de portraits d ORPISTES

Galerie de portraits d ORPISTES Galerie de portraits d ORPISTES Christophe Girard - ORPI Girard Immobilier - Romorantin Lanthenay (41) J ai derrière moi une carrière de boxeur de haut niveau : j ai participé entre autres à trois championnats

Plus en détail

Illustrations Aurélie Blard-Quintard

Illustrations Aurélie Blard-Quintard Devenir parent Groupe de travail et auteurs Sylvie COMPANYO (directrice de l École des Parents et des Éducateurs de la Région Toulousaine*) Nathalie COULON (maître de conférences en psychologie à l université

Plus en détail

En 1999, près de 52 000 personnes, soit 6,9 % des actifs occupés de la région, travaillaient dans

En 1999, près de 52 000 personnes, soit 6,9 % des actifs occupés de la région, travaillaient dans BÂTIMENT, TRAVAUX PUBLICS En, près de 52 personnes, soit 6,9 % des actifs de la région, travaillaient dans le domaine du bâtiment et des travaux publics. Composé de huit familles professionnelles, ce domaine

Plus en détail

LES TRAVAUX SUR LE PATRIMOINE BÂTI

LES TRAVAUX SUR LE PATRIMOINE BÂTI LES TRAVAUX SUR LE PATRIMOINE BÂTI À VERSAILLES Versailles a su conserver son remarquable patrimoine architectural. Chacun de nous l apprécie, le respecte et le valorise afin que notre ville conserve l

Plus en détail

Le 11 octobre 2013 PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» à St Paul les Dax

Le 11 octobre 2013 PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» à St Paul les Dax Le 11 octobre 2013 à St Paul les Dax PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers Rendez-vous le vendredi 11 octobre 2013 Sommaire

Plus en détail

LE SECTEUR DU BATIMENT

LE SECTEUR DU BATIMENT LE SECTEUR DU BATIMENT INTERVENANTS 1 - CAPEB 2 Compagnons du Devoir 3 BTP CFA de l Aude Les métiers du bâtiment et les perspectives d évolution professionnelles L Artisanat du bâtiment dans l économie

Plus en détail

Créateurs - repreneurs d entreprise

Créateurs - repreneurs d entreprise Créateurs - repreneurs d entreprise L Offre BGE Atlantique-Vendée Loire-Atlantique, 2 ème sem. 2015 Association de conseils et formations en création & développement d entreprises Envie d indépendance?

Plus en détail

SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT

SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT TU ES ACTIF SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX. MAIS CONNAIS-TU TON PROPRE RÉSEAU SOCIAL? QUELLES SONT LES PERSONNES DE TON ENTOURAGE

Plus en détail

Difficultés d écoute et de communication

Difficultés d écoute et de communication 1 CHAPITRE 1 Difficultés d écoute et de communication Dans le monde entier il y a beaucoup d enfants qui sont soit sourds soit incapables d entendre très bien. Les parents peuvent ne pas savoir ce qui

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

1 Concevoir son projet et construire

1 Concevoir son projet et construire Se loger avec l économie sociale et solidaire avec l économie sociale et solidaire 1 Concevoir son projet et construire Soutien à la conception de votre projet de construction ou de rénovation, Assistance

Plus en détail

Comment SE PRÉPARER. à la validation des acquis de son expérience

Comment SE PRÉPARER. à la validation des acquis de son expérience GUIDE POUR AGIR Comment SE PRÉPARER à la validation des acquis de son expérience JE BÂTIS MON PROJET PROFESSIONNEL Avec le soutien du Fonds social européen Pourquoi se préparer à la validation des acquis

Plus en détail

"Construire ensemble une place pour chaque jeune" La lettre d'info de la Mission Locale des Jeunes du Sud Deux-Sèvres (Niort - Melle - Saint Maixent)

Construire ensemble une place pour chaque jeune La lettre d'info de la Mission Locale des Jeunes du Sud Deux-Sèvres (Niort - Melle - Saint Maixent) "Construire ensemble une place pour chaque jeune" Numéro spécial Les Emplois d Avenir La lettre d'info de la Mission Locale des Jeunes du Sud Deux-Sèvres (Niort - Melle - Saint Maixent) Sommaire Edito

Plus en détail

Organiser, plannifier

Organiser, plannifier Dossier HABITAT - Organiser, plannifier Organiser, plannifier 010-011 Les métiers et l organisation Situation de départ : Les travaux de la maison vont commencer, qui doit intervenir en premier, comment

Plus en détail

Cours de langue. Avant l ENSGSI. Pas motivant. Professeur. Ennuyant. Long. Trop scolaire. «Dégout» Tableau noir. Pas ludique.

Cours de langue. Avant l ENSGSI. Pas motivant. Professeur. Ennuyant. Long. Trop scolaire. «Dégout» Tableau noir. Pas ludique. Avant l ENSGSI Pas motivant Grammaire Liste de vocabulaire Professeur Trop scolaire Cours de langue Ennuyant Long Tableau noir «Dégout» Examens Pas ludique Souvent inintéressant 2AP et 1AI à l ENSGSI Plaisirs

Plus en détail

www.professions-construction.ch

www.professions-construction.ch Journal de stage en entreprise En suivant un stage en entreprise, tu pourras t informer en toute simplicité sur une profession de la construction en vivant la pratique au quotidien. Tu poses des questions,

Plus en détail

la voie "pro" CAP BTS Bac Pro pour une insertion réussie la voie professionnelle,

la voie pro CAP BTS Bac Pro pour une insertion réussie la voie professionnelle, la voie "pro" la voie professionnelle, pour une insertion réussie Bac Pro BTS Se former au lycée avec l'entreprise, pour exercer un métier avec un diplôme adapté rubrique "enseignement et formation" >

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

Observatoire de la MEF

Observatoire de la MEF 2013 Observatoire de la MEF Cité des métiers du Grand Beauvaisis 36, Avenue Salvador Allende Village Mykonos Bâtiment G 60000 Beauvais 03 60 56 60 60 www.mef-beauvaisis.fr SOMMAIRE 1/Définition du secteur

Plus en détail

J aime bien la lecture. Quand je prends Taoki, j arrive bien à lire et ma mère elle me gronde même pas! Il faut apprendre tout doucement.

J aime bien la lecture. Quand je prends Taoki, j arrive bien à lire et ma mère elle me gronde même pas! Il faut apprendre tout doucement. J aime bien la lecture. Quand je prends Taoki, j arrive bien à lire et ma mère elle me gronde même pas! Il faut apprendre tout doucement. On réfléchit, on a les mots dans sa tête, on les lit à l école

Plus en détail

Choisir son artisan. Propriété de Tech Facile SAS Tous droits réservés

Choisir son artisan. Propriété de Tech Facile SAS Tous droits réservés Choisir son artisan Propriété de Tech Facile SAS Tous droits réservés Vous rechercher un artisan? Chacun de nous est ici à votre écoute. Nous avons construit ce guide pour vous aider à bien choisir celui

Plus en détail

CHOISIR LES ANNONCES. Comment. auxquelles répondre GUIDE POUR AGIR JE RECHERCHE DES OFFRES D EMPLOI ET J Y RÉPONDS

CHOISIR LES ANNONCES. Comment. auxquelles répondre GUIDE POUR AGIR JE RECHERCHE DES OFFRES D EMPLOI ET J Y RÉPONDS GUIDE POUR AGIR Comment CHOISIR LES ANNONCES auxquelles répondre JE RECHERCHE DES OFFRES D EMPLOI ET J Y RÉPONDS Avec le soutien du Fonds social européen Pourquoi «choisir» des annonces? Peut-être pensez-vous

Plus en détail

Mon stage au Sénégal avec Mer et Monde

Mon stage au Sénégal avec Mer et Monde Mon stage au Sénégal avec Mer et Monde Joannie Gagné Printemps 2006. Il y a de cela environ un an, j étais assise chez moi à réfléchir à ma vie. J ai étudié pendant trois ans à Québec en Techniques d éducation

Plus en détail

Livret d accompagnement

Livret d accompagnement C M J CM MJ CJ CMJ N Livret d accompagnement affiche_charte_youhou.pdf 4/03/10 15:21:38 de la charte d accueil du jeune enfant en situation de handicap Sommaire Introduction p. 3 Cadre réglementaire p.

Plus en détail

MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004

MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004 MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004 Salut! Est-ce que tu as un bon copain? Un meilleur ami? Est-ce que tu peux parler avec lui ou avec elle de tout? Est-ce

Plus en détail

Opinions, faits, sentiments

Opinions, faits, sentiments Opinions, faits, sentiments Les messages que nous recevons, de proches, d adultes, de la télévision, des livres, des journaux sont composés d un ensemble de faits, d opinions et de sentiments. Il n est

Plus en détail

PRÉSENTATION. Paul CHARLES Président de la FFAC

PRÉSENTATION. Paul CHARLES Président de la FFAC PRÉSENTATION Mon rôle de Président de la FFAC, la Fédération Française des Associations de Chiens guides d aveugles, est celui de convaincre le plus grand nombre de non et malvoyants à obtenir un chien

Plus en détail

LA PLACE DES COMPÉTENCES DES SALARIÉS DANS LE DÉVELOPPEMENT DE LʼENTREPRISE

LA PLACE DES COMPÉTENCES DES SALARIÉS DANS LE DÉVELOPPEMENT DE LʼENTREPRISE > LES COMPÉTENCES CRÉENT DE LA VALEUR «J ai pu obtenir de nouveaux marchés car je m appuie sur une équipe de professionnels»... «je peux me consacrer au développement de mon entreprise car j ai des com-

Plus en détail

Définition du domaine de la GESTION

Définition du domaine de la GESTION Nom : Groupe : 51 Tu peux vouloir lire la définition ou répondre au questionnaire ou même faire les deux pour constater si ce domaine t intéresse. Définition du domaine de la GESTION La gestion est synonyme

Plus en détail

Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques?

Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques? Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques? Quel est le cadre législatif? Quelles réticences? Est-ce un frein à la mobilité?

Plus en détail

BILAN DE COMPÉTENCES :

BILAN DE COMPÉTENCES : BILAN DE COMPÉTENCES : retrouvez le sens de l orientation! Parlons de votre avenir avec les Espaces Bilan-Orientation de l Académie de Toulouse. SOMMAIRE «La vie professionnelle, ce n est plus comme avant»

Plus en détail

aradel Avec le soutien de nos partenaires UN RÉSEAU DE COMPÉTENCES POUR NOS TERRITOIRES

aradel Avec le soutien de nos partenaires UN RÉSEAU DE COMPÉTENCES POUR NOS TERRITOIRES Avec le soutien de nos partenaires PRÉFECTURE DE LA RÉGION RHÔNE-ALPES Secrétariat Général pour les Affaires Régionales aradel Crédits photos : Fotolia Illustrations : Cambon Lovenly 11252e UN RÉSEAU DE

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

Les p'tites femmes de Paris

Les p'tites femmes de Paris Les p'tites femmes de Paris De Géraldine Feuillien D'après une idée de Stéphanie Bouquerel Episode 2: Ménage à trois 1 APPARTEMENT DE - BUREAU- INT - JOUR 1 Mais enfin Julien! Qu est ce qui t as pris de

Plus en détail

EMPLOI - FORMATION. Une porte s ouvre sur votre avenir. www.midipyrenees.fr

EMPLOI - FORMATION. Une porte s ouvre sur votre avenir. www.midipyrenees.fr EMPLOI - FORMATION Une porte s ouvre sur votre avenir www.midipyrenees.fr Un projet régional, un ancrage local Gourdon LOT Figeac Decazeville Rodez Auch GERS L'isle-Jourdain Tarbes Bagnèrede-Bigorre HAUTE-

Plus en détail

La démarche générale d une création d entreprise

La démarche générale d une création d entreprise La démarche générale d une création d entreprise (Module de sensibilisation) Créer une entreprise, pourquoi pas? Sur le chemin de la création : les atouts de la réussite Les étapes de la démarche "Rien

Plus en détail

Mesure du Marché du Travail C.E.R.EC - 1 ère volée : février/octobre 2008

Mesure du Marché du Travail C.E.R.EC - 1 ère volée : février/octobre 2008 2008 Mesure du Marché du Travail C.E.R.EC - 1 ère volée : février/octobre 2008 (Mamajah signifie mère nature) entreprise d insertion - organisme de formation Association crée en 1997 à Genève, active depuis

Plus en détail

La réforme de la formation professionnelle. Augmente. tes chances de réussite!

La réforme de la formation professionnelle. Augmente. tes chances de réussite! La réforme de la formation professionnelle Augmente tes chances de réussite! Tu ne le sais peut-être pas encore : la formation professionnelle dans les lycées luxembourgeois a commencé à changer. Elle

Plus en détail

BTS (brevet de technicien supérieur) DUT (diplôme universitaire de technologie) Filière santé (médecine, pharmacie, sage-femme, dentaire)

BTS (brevet de technicien supérieur) DUT (diplôme universitaire de technologie) Filière santé (médecine, pharmacie, sage-femme, dentaire) Un BTS ou un DUT, une prépa ou une université, ou bien une école spécialisée? Choisir son orientation après le bac n'est pas toujours facile. Pour vous aider à y voir plus clair, nous vous proposons quelques

Plus en détail

Version 6.0 du 07/11/06. Comment décloisonner mes services et les faire travailler ensemble vers les mêmes objectifs?

Version 6.0 du 07/11/06. Comment décloisonner mes services et les faire travailler ensemble vers les mêmes objectifs? Version 6.0 du 07/11/06 Comment décloisonner mes services et les faire travailler ensemble vers les mêmes objectifs? Salut Paul Tu as l air relax, ce n est pas ton habitude Oui, c est incroyable! On n

Plus en détail

La simplicité de se lancer en affaires

La simplicité de se lancer en affaires La simplicité de se lancer en affaires Mon but en écrivant ce livre est de vous démontrer que si vous avez la volonté de vous lancer en affaires, c est facile d y parvenir. Se lancer en affaires C est

Plus en détail

L ARTISANAT 1 ère entreprise de France. L apprentissage : Passeport pour l emploi

L ARTISANAT 1 ère entreprise de France. L apprentissage : Passeport pour l emploi L ARTISANAT 1 ère entreprise de France L apprentissage : Passeport pour l emploi le cad de la chambre de Métiers et de l artisanat des conseillers spécialistes de l apprentissage et de l emploi l apprentissage

Plus en détail

Le groupe Réactif : de la mutualisation de compétences à la création d un espace de co-working

Le groupe Réactif : de la mutualisation de compétences à la création d un espace de co-working Numéro 28 Octobre 2015 Le mot de la Rédac Voilà maintenant deux semaines que le SociaLab, notre média de proximité, consacre ses reportages à des structures de la Métropole lilloise qui œuvrent au quotidien,

Plus en détail

LA PRÉPARATION ET L ACCESSION AU CAP DANS L ESPACE DES TRAJECTOIRES SCOLAIRES AU DÉBUT DU XXI E SIÈCLE. Joanie Cayouette-Remblière (LSQ, Crest / CMH)

LA PRÉPARATION ET L ACCESSION AU CAP DANS L ESPACE DES TRAJECTOIRES SCOLAIRES AU DÉBUT DU XXI E SIÈCLE. Joanie Cayouette-Remblière (LSQ, Crest / CMH) LA PRÉPARATION ET L ACCESSION AU CAP DANS L ESPACE DES TRAJECTOIRES SCOLAIRES AU DÉBUT DU XXI E SIÈCLE Joanie Cayouette-Remblière (LSQ, Crest / CMH) I. La construction de la typologie I. La construction

Plus en détail

Rénovons la recherche d Emploi Module : L Emploi et vous

Rénovons la recherche d Emploi Module : L Emploi et vous 2014 Rénovons la recherche d Emploi Module : L Emploi et vous La cohésion du projet : La cohésion est le moment où vous prendrez conscience que l humain n est pas une machine et qu il a besoin d aimer

Plus en détail

N 24 Strasbourg. des ateliers. «Au lieu d essayer d avoir la vérité, tu peux simplement être vrai.» Janvier 2012. Jacqueline-Marie Ganter

N 24 Strasbourg. des ateliers. «Au lieu d essayer d avoir la vérité, tu peux simplement être vrai.» Janvier 2012. Jacqueline-Marie Ganter N 24 Strasbourg Janvier 2012 let Tre des ateliers «Au lieu d essayer d avoir la vérité, tu peux simplement être vrai.» Jacqueline-Marie Ganter Chers amis lecteurs Les fêtes de fin d année passées, nous

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Technicien de maintenance Autres appellations du métier Technicien polyvalent, agent d entretien polyvalent, agent de maintenance Le technicien de maintenance maintient les installations techniques en

Plus en détail

LA FILIERE CAP-BREVET PROFESSIONNEL EN APPRENTISSAGE : Un modèle de formation adapté aux exigences des métiers du Bâtiment

LA FILIERE CAP-BREVET PROFESSIONNEL EN APPRENTISSAGE : Un modèle de formation adapté aux exigences des métiers du Bâtiment DOSSIER DE PRESSE LA FILIERE CAP-BREVET PROFESSIONNEL EN APPRENTISSAGE : Un modèle de formation adapté aux exigences des métiers du Bâtiment Dans son parcours scolaire, l élève en fin de 3 ème a trois

Plus en détail

c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet

c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet Mon nom est Valérie Gueudet, je suis formatrice indépendante dans de grandes entreprises. Je suis spécialisée dans l'accueil verbal et dans l'accueil

Plus en détail

La transition école travail et les réseaux sociaux Monica Del Percio

La transition école travail et les réseaux sociaux Monica Del Percio Institut de psychologie et éducation Faculté des lettres et sciences humaines Espace Louis-Agassiz 1 CH-2000 Neuchâtel La transition école travail et les réseaux sociaux Monica Del Percio Institut de psychologie

Plus en détail

DEC accéléré en Soins infirmiers

DEC accéléré en Soins infirmiers P O R T R A I T S D É T U D I A N T E S I M M I G R A N T E S P A R C O U R S I N S P I R A N T S Nous vous présentons des personnes immigrantes dont le parcours de vie, professionnel et scolaire est à

Plus en détail

L'EXPERIENCE MACORETZ Une démarche mobilisatrice : vers l entreprise apprenante

L'EXPERIENCE MACORETZ Une démarche mobilisatrice : vers l entreprise apprenante L'EXPERIENCE MACORETZ Une démarche mobilisatrice : vers l entreprise apprenante ))))))) MACORETZ ))))))) Secteur : SCOP Bâtiment Activité : Construction de maisons individuelles Effectifs : 90 salariés

Plus en détail

W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! DOSSIER DE PRESSE < octobre 2011>

W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! DOSSIER DE PRESSE < octobre 2011> W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! DOSSIER DE PRESSE < octobre 2011> COMMUNIQUE W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! Les artisans peinent à trouver de

Plus en détail

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers Rendez-vous le 11 octobre 2012 pour visiter le chantier GROUPE SCOLAIRE ILOT DE

Plus en détail

Secteur d activité. Construction. France, Picardie et Beauvaisis. Sources : FFB, CAPEB, CMA, INSEE, URSSAF, CARMEE

Secteur d activité. Construction. France, Picardie et Beauvaisis. Sources : FFB, CAPEB, CMA, INSEE, URSSAF, CARMEE Secteur d activité Construction France, Picardie et Beauvaisis Sources : FFB, CAPEB, CMA, INSEE, URSSAF, CARMEE DEFINITION Le Bâtiment : qu est-ce que c est? - Il comprend la construction d'édifices très

Plus en détail

Parrainage Citoyen : Bilan et Perspectives

Parrainage Citoyen : Bilan et Perspectives Parrainage Citoyen : Bilan et Perspectives Point d étape n 12.04 Présenté par le groupe de travail «Parrainage Citoyen» du CONSEIL LILLOIS DE LA JEUNESSE à l Assemblée Plénière du 23 JUIN 2012 1- Introduction

Plus en détail

UNE FILLE ENGAGÉE. Un outil qui permet à l étudiante d être dynamique et proactive dans sa formation.

UNE FILLE ENGAGÉE. Un outil qui permet à l étudiante d être dynamique et proactive dans sa formation. UNE FILLE ENGAGÉE Facteurs de succès pour l étudiante en formation non traditionnelle Un outil qui permet à l étudiante d être dynamique et proactive dans sa formation. Cet outil t est remis en début de

Plus en détail

Dossier de Presse 2010

Dossier de Presse 2010 Dossier de Presse 2010 Le salon de printemps, la référence habitat. Des experts locaux de proximité à votre service Sommaire Édito 3 L Eco Artisan, l artisan de demain 4 La maison en bois, une maison du

Plus en détail

Façonne ton avenir. Grâce à un apprentissage professionnel chez Swisscom.

Façonne ton avenir. Grâce à un apprentissage professionnel chez Swisscom. Façonne ton avenir. Grâce à un apprentissage professionnel chez Swisscom. Prêt pour le marché du travail. Un apprentissage professionnel te permet d accéder directement à la vie professionnelle en sortant

Plus en détail

Au CPE Vire-Crêpe l enfant a le droit d être un enfant!

Au CPE Vire-Crêpe l enfant a le droit d être un enfant! Au CPE Vire-Crêpe l enfant a le droit d être un enfant! Convention de la bientraitance des enfants fréquentant les installations du centre de la petite enfance Vire-Crêpe 1 Tous droits de traduction, d

Plus en détail

Rapport de stage. Julien Jarrige Session d examen : Juin 2012. Entreprise «Les Charpentiers d Uzès» Durée du stage :

Rapport de stage. Julien Jarrige Session d examen : Juin 2012. Entreprise «Les Charpentiers d Uzès» Durée du stage : Julien Jarrige Session d examen : Juin 2012 BTS Systèmes constructifs bois et habitat Lycée Technologique Joseph Gibelin 48200 Saint Chély d Apcher Rapport de stage Entreprise «Les Charpentiers d Uzès»

Plus en détail

Le Portable. Xavier Boissaye

Le Portable. Xavier Boissaye Le Portable Xavier Boissaye L acteur entre en scène s appuyant sur une béquille, la jambe plâtrée. «Quand je pense qu il y en a.» (bruit de portable) L acteur prend son appareil dans sa poche et se tourne

Plus en détail

Livret destiné aux collégiens

Livret destiné aux collégiens PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BTP» Livret destiné aux collégiens Rendez-vous les Visite du chantier de Sommaire 1. Qu est-ce que le batiment?... 3 Qu entend-on concrètement par «bâtiment»?... 3

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

Une histoire de Letizia Lambert

Une histoire de Letizia Lambert Une histoire de Letizia Lambert Voix off : Aujourd hui c est dimanche. Bonne nouvelle, c est le jour du cinéma. Voix off : Gabriel aime ce moment car... Voix off :...c est très ennuyeux l hôpital. Voix

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS CREATION REPRISE DEVELOPPEMENT D ENTREPRISE

CATALOGUE DE FORMATIONS CREATION REPRISE DEVELOPPEMENT D ENTREPRISE 2014 CATALOGUE DE FORMATIONS CREATION REPRISE DEVELOPPEMENT D ENTREPRISE La solution pour ouvrir votre boite BGE Morbihan 02 97 21 25 25 www.bge-morbihan.com Chaque année, plus de 300 entreprises sont

Plus en détail