Laurent ALBARET : PORTRAIT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Laurent ALBARET : PORTRAIT"

Transcription

1 Laurent ALBARET : PORTRAIT Société : AD HOC Construction Batis pierre, bois et fer Tél. : Mob. : Cabrille Saint Clément LAUTREC Activité Territoire Bâtisseur pierre : Rénovation, pierre, murs (maçonnerie, rénovation des murs en pierre, enduits, rejointoiement). Enduits muraux : chaux, plâtre/bois : cloisons intérieures, structures bois extérieurs/fer : portails, etc. Conseil en matériaux décoration. Lautrec et alentours. Une reconversion complète Le choix de démarrer sécurisé Devenir chef d entreprise à Régabât, en collectif

2 Une reconversion complète Après un parcours de 17 ans comme travailleur social, Laurent Albaret décide de se reconvertir et de chercher un nouveau projet professionnel. C est finalement le hasard d une rencontre qui lui apporte la solution : un voisin a un mur de pierre à monter et cherche un maçon depuis près de 6 mois. Il lui propose de l aide. Au cours de ce coup de main impromptu, Laurent Albaret perçoit un besoin : plusieurs personnes le sollicitent alors pour le même type de service. Il prend plaisir au travail qu il vient d effectuer, et décide d en faire son projet professionnel. Il se forme auprès de l AFPA en maçonnerie, mais garde une spécificité autour de la rénovation. Son objectif de départ est l emploi salarié : «Le statut me convenait bien, c était moins de stress». Mais il prend conscience au fur et à mesure de son envie de «maîtriser les chantiers». De là est née progressivement l envie de s installer. Laurent ALBARET : PORTRAIT Âge : 40 ans Il prend contact avec Coop action à Toulouse qui l informe du démarrage prochain de Régabât. L accompagnement l intéresse parce qu il lui apporte «moins de stress, la possibilité de démarrer plus sereinement», et par rapport à sa famille, la possibilité de ne mettre «personne en péril, de ne pas les mouiller». Devenir chef d entreprise à Régabât, en collectif A Régabât, il met en avant ses attentes : l accompagnement et l apprentissage progressif. Il raconte les négociations avec l assurance pour bien faire comprendre son activité, et le contrôle de la régularité des devis, précisant qu il attend «surtout un appui dans l élaboration des devis», et des acquis de compétences sur la gestion : «On a 3 ans pour être autonome. Je vais m impliquer dans la gestion de ma boîte». Le choix de démarrer sécurisé La création le tente pour pouvoir «gérer son temps, anticiper, sortir d un rapport employeur / salarié qui est très fort dans le bâtiment». Il se tourne vers l ANPE qui lui propose un accompagnement avec l organisme Créact up. De l information qu il en retire, c est le prix des assurances et l aspect administratif qui lui font peur : «Je connais des artisans, je les vois souffrir de la pression fiscale». A cette occasion il se renseigne sur les différents statuts, les différentes possibilités, la structuration de son projet, et les possibilités de création en coopérative. Pour lui, les moments forts du démarrage ont été «Le moment où on ouvre un compte fournisseur, on crée sa carte de visite, le nom, le logo» Autant d éléments qui le font progressivement se «sentir entrepreneur». Pour lui, Régabât c est aussi le collectif. Pour un aspect humain, «bosser avec des gens, apprendre de nouvelles choses, s aider si besoin sur des chantiers», mais aussi comme outil économique : il raconte avoir utilisé ce collectif des entrepreneurs «sur un gros chantier, seul, je ne pouvais pas le faire. On a répondu à plusieurs». Il explique que ce n était pas simple pour Régabât nouvellement confronté à la situation et comment ils ont pu, avec le conducteur de travaux, trouver finalement une solution. Pour son entreprise, Laurent Albaret dit vouloir «vérifier si elle est viable. J attends les 3 ans pour faire le bilan du plaisir, des contraintes». A l issue du test, il pourrait occuper aussi «la fonction de chef d équipe», et embaucher si l entreprise se développe. AD HOC Construction Batis pierre, bois et fer ALBARET Laurent - Tél. : Mob. : Cabrille Saint Clément LAUTREC «Sans Régabât, je crois que ça aurais tourné en rond encore quelques temps et que j aurais saisi une autre opportunité. Régabât a été un élément déclencheur pour me dire «je suis prêt à franchir le cap» et ce qui me stresse s est retrouvé amoindri. Si j arrête je n ai rien perdu, je l aurais fait.»

3 Philippe BARJAUD : PORTRAIT Société : BARJAUD PH Consultant du patrimoine, culture, urbanisme, environnement Tél. : Mob. : Lieu dit Randy MURAT SUR VEBRE Activité Territoire Consultant en urbanisme et environnement : Réalisation d études d aménagement du territoire, diagnostic territoire, réalisation de documents d urbanisme, études d impact environnement, formation urbanisme. Sud-Aveyron, Est Tarn, Nord-Ouest de l Hérault (Castres, Millau, Bédarieux.) Un parcours fait d expériences diverses D une opportunité à la structuration d un projet d entreprise Un parcours d entrepreneur en coopérative Régabât et le choix coopératif

4 Un parcours fait d expériences diverses Philippe Barjaud a eu des fonctions très variées : depuis l étude d espaces ruraux en déshérence pour aider à l installation de néo-ruraux jusqu à la mise en place d un centre de ressources et de travaux journalistiques pour le conseil général de l Héraut. Il décrit un ce parcours en «en zig zag», ce qui n était pas toujours facile à valoriser. D une opportunité à la structuration d un projet d entreprise C est suite à la sollicitation d une commune sur un appel d offre que Philippe Barjaud a construit son projet d entreprise. Le passage en coopérative d activités lui a donc permis de saisir cette opportunité, puis de s en servir de tremplin pour structurer et développer son propre projet. Il était alors demandeur d emploi depuis 2 ans, se confrontant aux difficultés du reclassement des «séniors» : «J avais un parcours atypique. A presque 50 ans, les filières classiques d emploi, c était fini. Ou bien vous pouvez vous targuer d une expérience, et on vous emploie comme senior, ou vous débutez jeune et on peut investir avec vous, mais âgé et sans expériences, pas possible. Mes expériences n étaient pas sanctionnées, et puis j ai eu des expériences. Je me suis dit il faut que tu restes à Régate et que tu réussisses ton test. De toute façon je n avais pas d alternatives. 2 ans de recherche d emploi n avaient rien donné.» Le choix de la structure s est fait aussi dans le but de répondre à 3 besoins : Se former, acquérir une crédibilité, avoir un statut. C est dans son parcours que l aspect coopératif s est développé. Un parcours d entrepreneur en coopérative Philippe Barjaud est resté 3 ans en coopérative d activités et d emploi généraliste, à Régate. Il l a utilisé pour faire sa place sur un marché spécifique, avec des prestations sur plusieurs années. Il lui fallait du temps pour se faire connaître et reconnaître sur ce secteur des études et marchés publics : «En face de toi tu as des gros cabinets, toi t es le petit poucet». Il met en avant la possibilité de se former sur le tas pour compléter une formation initiale «vieille de 30 ans», jamais utilisée directement dans l exercice de ses fonctions. Ces éléments ont motivé son choix : «La phase test a permis une montée en charge progressive : pouvoir gérer le volet acquis de compétences, la façade professionnelle et la montée en charge de mon plan d activité». Philippe BARJAUD : PORTRAIT Âge : 52 ans BARJAUD PH Consultant du patrimoine, culture, urbanisme, environnement BARJAUD Philippe - Tél. : Mob. : Lieu dit Randy MURAT SUR VEBRE Il raconte son parcours avec ses hauts et ses bas, et notamment un cap difficile où l accompagnement en coopérative l a aidé à continuer : «En étant à Régate j ai pu me laisser le temps de rebondir». Son activité est maintenant pérenne et se développe encore : «Aujourd hui j apprends à gérer le trop». Philippe est aussi officiellement reconnu dans son domaine par l Office professionnel de qualification des urbanistes, il a lancé une démarche de Valorisation des Acquis de l Expérience et intègre Régabât en coopérative d emploi. Régabât et le choix coopératif C est, selon lui, une opportunité pour le développement économique de son activité de par la diversité et la complémentarité des entrepreneurs : «Certains marchés réclament une pluridisciplinarité, un groupement de prestations avec des compétences complémentaires. Par exemple un urbaniste, un paysagiste, un environnementaliste. Ça me donne l occasion de former un groupement». Pour lui le test se termine, son activité est viable. Il est désormais postulant pour l entrée en coopérative d emploi : Pour sa «création», il a choisi de rester en coopérative. «Je me sens déjà très isolé dans ma montagne, je ne voulais pas me retrouver seul dans mon coin. J ai aussi une culture de la vie associative et maintenant coopérative. Le travail n est pas que alimentaire, il doit donner du sens à sa vie. Pendant 3 ans j ai reçu un accompagnement, des encouragements ; Une structure qui m a permis de développer mon activité : Après avoir reçu, j ai eu envie de donner. La coopérative d emploi c était le bon endroit pour continuer mon activité». Aujourd hui il souhaite être présent auprès de ceux qui démarrent, une sorte de «tuteur» dans l exercice de l activité professionnelle et de parrainage sur l idée coopérative.

5 Guy CELARIES : PORTRAIT Société : CELARIES G Charpentier Mob. : La Ramade Basse LABECEDE LAURAGAIS Activité Charpentier : Charpentes traditionnelles, escaliers, chalets en bois, maisons ossature bois, couverture, zinguerie, «écoconstruction». Territoire Montagne Noire et alentours : Tarn, Nord de l Aude, Est de la Haute-Garonne Un retour vers l entreprise Régabât : L apprentissage de l entreprise au quotidien

6 Guy CELARIES : PORTRAIT Âge : 42 ans Régabât : L apprentissage de l entreprise au quotidien La structure lui permet de pouvoir travailler seul, mais d être aidé dans la gestion quotidienne et administrative de son activité. Un retour vers l entreprise Après un bac agricole, Guy CELARIES se tourne vers la charpente, il y a maintenant 20 ans. Il fait une formation AFPA, puis il intègre les compagnons du devoir. Il monte ensuite une première entreprise qu il gère plus de 10 ans. Il se tourne d emblée vers la rénovation et les méthodes alternatives. Il se spécialise au démarrage sur les moulins à vent, et plus largement la rénovation. En ce qui concerne les constructions neuves, c est vers les matières naturelles qu il se dirige : chalets, maisons en bois, mais aussi les toitures végétalisées qu il découvre, développe et sur lesquelles il se spécialise. Il travaille alors régulièrement avec un ami artisan, qui l aide dans la gestion quotidienne, administrative. Quand, pour des raisons de santé, il est tenu d interrompre son activité, Guy CELARIES continue seul un temps mais précise que «ça n allait pas bien. J arrivais à travailler seul, mais je n arrivais plus à gérer les papiers, j ai arrêté». Il retourne vers du salariat, toujours autour de chantiers spécifiques (rénovation d un château, toitures végétales). Durant cette période, il prend connaissance du système des coopératives d activités et d emploi par des personnes de son entourage qui y développent leur activité. Prenant contact avec Énergies Alternatives, dans l Aude, puis Coop Action à Toulouse il apprend finalement le démarrage de Régabât. Sans Régabât, il aurait probablement dû se créer, rapidement, pour pouvoir répondre à un chantier important. Ici, l accompagnement lui permet d acquérir des compétences nouvelles, progressivement, en particulier sur la gestion de son activité : «Vous aidez à nous aider. Nous on est fait pour travailler. Avec les ateliers (proposés au démarrage de Régabât), ça ne bloque plus vraiment. Il faut s y mettre. C est comme tout, ça s apprend et vous nous apprenez. Maintenant je fais tout au fur et à mesure». Il précise aussi l acquisition de connaissances nouvelles sur la façon d établir des devis, qui vient compléter son expérience plus «empirique» en la matière : «J en avais fait comme ça, mais là je sais les faire. Les mentions obligatoires aussi, il faut le savoir». Il se sent désormais mieux préparé pour retourner vers l entreprise : «Je pense m installer ensuite. Il faudra voir comment ça va fonctionner, surtout pour les clients». Remettre en route un réseau et sa clientèle, c est aussi l objet du test pour Guy CELA- RIES, «après être sorti du milieu artisan». Il démarre en ce moment ses démarches commerciales : fait ses cartes, a sensibilisé ses fournisseurs. Enfin, c est aussi l intérêt pour la structure, SCOP, et par conséquent l aspect collectif que son choix pour Régabât s est constitué : «La SCOP m intéresse. Sans Régabât j aurais peut-être crée en SCOP. Et puis ce sont des métiers où on ne peut pas travailler seul. Il faut s entendre avec les autres». CELARIES G Charpentier CELARIES GUY - Mob. : La Ramade Basse LABECEDE LAURAGAIS

7 Thomas DELCAMBRE : PORTRAIT Société : DE BOIS EN TOIT Charpentier couvreur Mob. : La Capelle VENES Activité Charpentier couvreur : Charpente et couverture, bâtiments sains, maison ossature bois (MOB), rénovation Territoire Tarn et départements limitrophes. Changer sa place dans l entreprise L impulsion donnée par la coopérative La création

8 Changer sa place dans l entreprise Thomas Delcambre a toujours travaillé en charpente, bois, sa formation initiale depuis le collège est tournée vers ce secteur : 4ème / 3ème technologie, BAC pro et BTS bois. Il travaille ensuite comme salarié dans plusieurs entreprises et prend conscience, par étape, de son envie d indépendance : «Je prenais des coups de fatigue des entreprises au bout de quelques mois. Je me suis demandé si c était pas moi qui n étais pas à la bonne place Peut-être que je devais faire l ensemble du travail». Thomas DELCAMBRE : PORTRAIT Pour cela, Thomas Delcambre décide d abord de changer de voie : il se forme en métallurgie artisanale et forge. Il réalise alors que ce n était pas tant le secteur d activité, mais l envie de «retrouver une place plus vivante» au sein de l entreprise qui le motive, c est à dire pour lui aborder «la relation client, le calcul des prix, prendre des risques : vivre de son travail, c est aussi se prendre en main». C est la gestion, l administratif, le financier qui l ont freiné dans l idée de se lancer un jour à son compte. C est par une personne de sa famille qu il entend parler du réseau coopérer pour entreprendre et qu il apprend la création prochaine de Régabât. Il prend le temps de faire son choix, contacte aussi la chambre des métiers, participe au stage création : «Quand on a vu la somme d info à connaître, lire un compte de résultat, la gestion, les assurances. La comptabilité ce n est pas forcément compliqué mais l analyse des chiffres» Âge : 27 ans La structure l intéresse et lui semble être le compromis dont il a besoin pour se lancer : «Je me suis rendu compte que même si je prenais des risques, je les minimisais avec Régabât, tout en apprenant. Je tiens à mon travail, mais je ne veux pas sacrifier tout le reste». De part cette maîtrise du risque qu il trouve à Régabât, Thomas Delcambre raconte sa motivation pour la découverte de nouvelles tâches, il parle même d un stress et d une adrénaline positive : «La démarche commerciale, ce n est pas évident, c est nouveau. C est ça qui est intéressant : comment faire dans une situation nouvelle». La création «Je ne me sens pas du tout encore chef d entreprise Je crée ma propre dynamique, je suis à la rigueur mon propre patron». L expérience de salariat au sein de plusieurs entreprises lui ont permis de voir la forme qu il souhaite donner à son entreprise. En particulier à moyen terme : Au vu de l évolution de son métier, il souhaite aller vers de la polyactivité : Créer un atelier, des meubles et de la menuiserie, y intégrer peut-être la partie forge... «Cibler quelque chose de petit, mais être sûr de réussir, rester à un niveau humain». L impulsion donnée par la coopérative C est donc l envie d être accompagné qui le conduit à Régabât. «Ça me permet de travailler ma partie : Moi c est le bois, la charpente, mais tout ce qui est gestion administrative, comptabilité Voilà ce qui m a plu dans Régabât : être accompagné sur tout ça dans un cadre concret, ramener nos chantier, faire nos devis Moi ça me parle, je ne voulais pas reprendre des études de compta, de gestion. Là c est un apprentissage de terrain». DE BOIS EN TOIT Charpentier couvreur DELCAMBRE Thomas - Mob. : Route de Salsigne VILLARDONNEL

9 Véronique MULLINS : PORTRAIT Société : MULLINS DECO Maçonnerie, enduits, peintures Mob. : avenue Lucien Coudert CASTRES Activité Maçon : Maçonnerie, enduits, peintures Territoire Castres et alentours Le choix du bâtiment par passion Le choix de démarrer sécurisé Devenir entrepreneure pas à pas et en collectif

10 Le choix du bâtiment par passion «J ai mis du temps à avoir l information qu on pouvait travailler dans le bâtiment, c était des années perdues. (...) Pour moi c est une passion avant tout.». Véronique Mullins décrit le point de départ de son projet par une passion pour les belles choses et le bâtiment, en autodidacte. Auparavant, elle travaillait dans l animation puis dans le secteur hospitalier. Au cours d une recherche d emploi, elle voit une photo dans La Dépêche et c est un véritable déclic : une femme sculptait la pierre, c est donc possible, en tant que femme, de mettre en œuvre un projet professionnel dans le bâtiment. Soutenue ensuite par son agent ANPE, elle se forme à l AFPA comme tailleur de pierre puis en maçonnerie. «Quand j ai fait mon stage, il y avait une autre fille, qui avait fait maçonnerie ; elle m a dit pourquoi tu te lances pas? Je lui ai dit tu es folle une femme dans la maçonnerie, j y arriverais jamais! Elle m a répondu moi j y suis arrivée c est plus comme autrefois, il y a des élévateurs... J en ai discuté avec le formateur, il m a dit : je te sens capable de le faire. Si ça t amène vraiment quelque chose (...) Depuis toujours je suis manuelle mais à l époque on n écoutait pas les enfants!». Au départ, elle se heurte, dans ses recherches d emploi, au fait d être une femme sur un secteur masculin : «Chaque fois c était la porte fermée parce que je suis une femme. C est un gros problème car dans le bâtiment, de la main d œuvre ils en cherchent.». De ce fait, elle s oriente vers le second œuvre. Elle fait ensuite une nouvelle formation qui lui permet d aller plus loin dans la connaissance des matières. Elle cherche toujours un employeur qui accepterait de lui laisser tenter sa chance mais les freins restent nombreux. Les employeurs potentiels lui expliquent leurs appréhensions quant à l ambiance que pourrait provoquer la présence de femmes sur les chantiers, l absence d autonomie par rapport à certaines tâches, l absence de vestiaires... C est ce qui la conduira à la décision progressive de se mettre à son compte : «Puisque c est comme ça je vais montrer que je suis capable de travailler». Véronique MULLINS : PORTRAIT Âge : 51 ans Le choix de démarrer sécurisé Elle nourrit le projet de créer son entreprise pour «travailler comme j aime travailler. J ai pas envie de gagner des milliers, je veux faire des belles choses, passer mon savoir, former des jeunes.». Elle fait le stage création à la chambre des métiers et est également accompagnée par des organismes d insertion professionnelle (Clef 81). Elle prend contact avec Régate dont elle a entendu parler par l ANPE. Le cadre sécurisé l intéresse, mais la coopérative Régabât n existe pas encore et Régate ne peut accueillir les métiers du bâtiment. Elle n ose pas se lancer directement et travaille pour des peintres. «J avais peur, je me suis retenue. Il me manquait des cartes, comment trouver des clients, faire un devis, gérer». C est naturellement qu elle prendra contact avec Régabât quand elle apprend son existence par l ANPE. Le principe du test permet de la rassurer dans la mise en œuvre de son projet. Elle en attend de la tranquillité sur l aspect gestion afin de se concentrer sur la recherche de clients. «Ce qui m angoisse le plus, c est de trouver des clients : si les patrons ont eu peur, est-ce que les clients ne vont pas avoir peur aussi, et ça c était un frein. J ai fait les ateliers, ça m a donné des éléments que je n avais pas, ça booste... Là, je suis vraiment soutenue». Devenir entrepreneure pas à pas et en collectif A ce jour, dans la recherche de ses premiers clients et l établissement des devis, Véronique Mullins appréhende progressivement les différents aspects de l entreprise «Je me sens apprentie-entrepreneure. On m apprend à voler, à être autonome. J ai l impression d être salariée de ma propre entreprise, je n en suis pas encore la directrice, j apprends. Ça me rassure.». Dans son parcours, elle mobilise le réseau des entrepreneurs de Régabât et le cadre coopératif : «Il y a un réseau autour de moi, des compétences, les autres entrepreneurs, pouvoir se passer des chantiers, j aime la convivialité». Pour conclure, elle déplore l absence d information sur les possibilités dans le bâtiment quand on est une femme : «Je trouve ça dommage que ça ne soit pas plus valorisé, il y a beaucoup de filles qui seraient intéressées.» MULLINS DECO Véronique Mullins - Mob. : avenue Lucien Coudert CASTRES

11 Manuela JOUVIN : PORTRAIT Société : AMEPROPERSO Conseil en aménagement intérieur / extérieur Tél. : Mob. : Les Hermets ST CHRISTOPHE VALLON Activité Territoire Dessinatrice en architecture : Conseil en aménagement intérieur / extérieur : Recherche d aménagement, matériaux, couleurs, style, éclairage, mobilier. Conseils personnalisés pour aider les gens à penser leur espace à vivre et le visualiser. Ouest Aveyron et limitrophe : Vallon, Rodez, Villefranche, Figeac, Aurillac. L émergence de l idée : une recherche d autonomie Le choix du test sécurisé, le goût pour l entreprenariat Le goût pour le collectif

12 L émergence de l idée : une recherche d autonomie Après un BTS d architecture intérieure et 2ans à l école d architecture, Manuela Jouvin, lors de son arrivée dans l Aveyron, se forme sur la rénovation. Elle souhaite connaître le bâtit de l Aveyron et rencontrer des artisans pour aider ses recherches d emploi. Après avoir exercé en dessin d architecture, souvent dans du neuf et du pavillonnaire, elle recherche un emploi avec plus d autonomie et de créativité. Elle utilise son savoir faire autour de la rénovation et l aménagement intérieur bénévolement jusqu à l appui d un artisan rencontré au cours de sa formation : «Il m a mis devant le fait que je répondais à un besoin. Les gens sont de plus en plus exigeant, ont envie de travailler leur projet, et d être plus tranquilles par rapport à la réalisation de leurs travaux». Tentée par l autonomie dans le travail, l aménagement de ses horaires, la possibilité de ne pas faire la même chose tous les jours, elle décide de passer le cap vers la création. Le choix du test sécurisé, le goût pour l entreprenariat Elle contacte l ANPE et travaille son projet au cours d une prestation avec le Rile 12 qui lui présente Régate. Elle fait le choix de la coopérative d activités. «Pour me lancer avec plus de sérénité. Je ne l aurais pas fait sans la structure, pour ne pas foncer tête baissée.». Elle ressentait aussi le besoin d acquérir des notions de marketing et définir encore son projet, en faisant réellement. Elle entre à Régate en avril 2007 et intègre ensuite la coopérative d activités Régabât nouvellement crée pour pouvoir développer son activité, notamment par du suivi de travaux pour les artisans. Elle situe son intervention entre les choix des particuliers et le travail des artisans : «Je débroussaille avec les Manuela JOUVIN : PORTRAIT Âge : 34 ans gens pour que l artisan ne perde plus de temps». Avec les particuliers, elle travaille la globalité de leur aménagement, l harmonie d ensemble. «Je prends beaucoup plus de temps dans la recherche, le choix des matériaux. Ce qui existe, au niveau fonctionnel, etc. Quand on est formé on voit les incidences». Manuela profite de l accompagnement pour l aider à développer une activité nouvelle, la faire «entrer dans les mœurs : il ne faut pas que les artisans me confondent avec les architectes. Ils gardent le choix de la conception et de la méthode technique. Je fais la médiation, je garde un œil mais je n impose pas la méthode». A ce jour elle trouve un écho favorable auprès des artisans, qui gagnent effectivement du temps, mais aussi auprès des fournisseurs intéressés par l accompagnement à l achat qu elle propose. La coopérative lui a permit de se lancer plus rapidement que prévu pour profiter de la tendance du marché. Elle y pensait pour plus tard, quand ses enfants seraient plus grands. Le cadre sécurisé l a rassurée pour pouvoir se lancer au bon moment. «J ai pris goût. Je me sens entrepreneure. C est motivant de travailler pour soi, je me sens bien dans ce rôle-là, même si des fois ça met un peu la pression. On se forme à être entrepreneur. Moi je sors d une famille où tout le monde est fonctionnaire!». Elle souhaite profiter pleinement des 3 ans pour tester d autres produits et pérenniser son activité. Le goût pour le collectif Manuela Jouvin met en avant l intérêt qu elle trouve au collectif d entrepreneurs de Régabât «On parle vraiment bâtiment. On peut travailler ensemble sur certains projets. Je sais que si j ai une question technique, je peux appeler quelqu un de Régabât.». Arrivée dans l Aveyron en 2005, la coopérative sert aussi d appui à Manuela pour constituer son réseau professionnel. Elle en apprécie en particulier la complémentarité d activités. AMEPROPERSO Manuela Jouvin - Tél. : Mob. : Les Hermets ST CHRISTOPHE VALLON

13 Lionel PAGES : PORTRAIT Société : PAGES SERVICE PLUS Plombier Tél. : Mob. : Avenue de Lacaze Basse CASTRES Activité Plombier-Chauffagiste, Electricien : Rénovation / neuf. Territoire Tarn Sud jusqu à Albi, et Toulouse-Nord. Vers une reconversion dans le bâtiment Se sentir entrepreneur

14 Vers une reconversion dans le bâtiment Lionel PAGES : PORTRAIT Âge : 33 ans Anciennement salarié dans l industrie, souvent en déplacement, Lionel Pagès a décidé de changer de voie : Il a donc profité du FONGECIF pour travailler sa restructuration vers la plomberie / chauffage. De formation électricien, il choisit ce nouveau corps de métier car elle se complète bien avec sa formation initiale, et sa motivation personnelle. Après 1 an à l AFPA et 4 années de travail intérimaire, c est un artisan, pour qui il travaille alors, qui lui conseille de se lancer, et de l aider dans cette démarche en lui trouvant des clients. Il raconte en avoir eu vaguement l idée lors de sa formation, mais c est la discussion avec cet employeur qui vient immédiatement déclencher l envie de se créer. C est «pour ne pas partir de but en blanc, par rapport à ma vie familiale, chercher un moyen de faire progressif» que Lionel Pagès rencontre Régabât : Il se renseigne auprès de tous les organismes, sur les aides au démarrage. Il sentait son projet prêt et se sentait prêt : il a fait le stage des 3 jours à la chambre des métiers, rempli son dossier. Se sentir entrepreneur De ces premiers mois en coopérative, Lionel Pagès apprécie la posture de chef d entreprise : «ça me plaît. Je suis bien, je fais ce que je veux. J ai été salarié pendant 13 ans, je suis patron depuis 3 mois. Le statut change du tout au tout, par rapport aux clients : quand j étais intérimaire, souvent les clients ne vous parlaient pas, en tant que patron, ils vous parlent, ils vous servent le café.». L objectif maintenant de Lionel est de vivre confortablement de son activité, de pouvoir, dans la mesure du possible, choisir et gérer ses chantiers, puis d essayer de s agrandir. «Je suis détendu, plus que salarié en fin de compte. Il y a plus de cadence, mais personne ne nous dit de faire ci ou ça.» Le regard par rapport à l entourage change aussi, et c est parfois plus difficile : «il y a des jalousies ( ) on est persuadé qu on gagne beaucoup, moi je touchais plus quand j étais intérimaire!». Le test lui sert pour trouver sa clientèle, être sûr de la pérennité de son entreprise «J entends toujours dire : si j avais su Je tente, on verra, j aurais essayé. Si je vois que je regrette, j arrête, je retourne salarié.». Le premier devis est important : «J étais content qu il soit accepté, et c était pas quelqu un de la famille, hein!». Au cours de ses démarches de recherche d informations, il rencontre l inspection du travail qui lui conseille Régabât. C est «pour le cadre sécurisé, le statut de salarié, la situation familiale Pouvoir partir de 0». C est le premier entrepreneur à entrer dans la coopérative d activités. Il raconte les réglages nécessaires au démarrage, les petites lenteurs dans l attente des réponses des assurances ou des devis : «Je les ai bousculé de partout!». Il démarre son parcours de chef d entreprise, sereinement : «Pour le début, ça nous soulage, spécialement sur la comptabilité», même s il la fait également lui-même car «il faut apprendre à gérer soi-même». Il sait aussi qu il peut utiliser le réseau des entrepreneurs de Régabât : «On se passe des chantiers, ça ouvre des portes ( ) Je regarde ce qui peut m aider par rapport à mon métier.» PAGES SERVICE PLUS Plombier PAGES Lionel - Tél. : Mob. : Avenue de Lacaze Basse CASTRES

ARCHITECTURE ET DECORATION RAPPORT DE STAGE - CLASSE DE 3E DU 14 AU 18 DECEMBRE 2009 THOMAS MASSONNEAU

ARCHITECTURE ET DECORATION RAPPORT DE STAGE - CLASSE DE 3E DU 14 AU 18 DECEMBRE 2009 THOMAS MASSONNEAU DU 14 AU 18 DECEMBRE 2009 THOMAS MASSONNEAU RAPPORT DE STAGE - CLASSE DE 3E ARCHITECTURE ET DECORATION Collège Sainte-Marie des Ursulines 34, avenue de la Colonne 31500 TOULOUSE Tél. 05 34 25 28 61 Fax.

Plus en détail

UNE ÉQUIPE D ARTISANS LOCAUX & EXPÉRIMENTÉS CONSTRUCTION & EXTENSION RÉNOVATION & AMÉNAGEMENT CONSEIL

UNE ÉQUIPE D ARTISANS LOCAUX & EXPÉRIMENTÉS CONSTRUCTION & EXTENSION RÉNOVATION & AMÉNAGEMENT CONSEIL UNE ÉQUIPE D ARTISANS LOCAUX & EXPÉRIMENTÉS CONSTRUCTION & EXTENSION RÉNOVATION & AMÉNAGEMENT CONSEIL UNE EXTENSION UNE RÉNOVATION UNE CONSTRUCTION? MAISON COMTEMPORAINE MAISON TRADITIONNELLE Qu il s agisse

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! DOSSIER DE PRESSE < octobre 2011>

W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! DOSSIER DE PRESSE < octobre 2011> W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! DOSSIER DE PRESSE < octobre 2011> COMMUNIQUE W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! Les artisans peinent à trouver de

Plus en détail

Sandra. «Un huissier de justice, c est un chef d entreprise» Huissière de justice (Actihuis) INFO PLUS A CONSULTER

Sandra. «Un huissier de justice, c est un chef d entreprise» Huissière de justice (Actihuis) INFO PLUS A CONSULTER Sandra Huissière de justice (Actihuis) «Je ne savais pas ce que je voulais faire. Enfin si, je savais que je ne voulais pas faire de Droit car j en avais une image trop rigide. Après mon Bac ES (ex B),

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège...

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège... NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège......... SOMMAIRE Avant le stage Le cahier de stage. 2 Conseil au stagiaire. 3 Fiche d identité de l élève

Plus en détail

LES TRAVAUX SUR LE PATRIMOINE BÂTI

LES TRAVAUX SUR LE PATRIMOINE BÂTI LES TRAVAUX SUR LE PATRIMOINE BÂTI À VERSAILLES Versailles a su conserver son remarquable patrimoine architectural. Chacun de nous l apprécie, le respecte et le valorise afin que notre ville conserve l

Plus en détail

DEC accéléré en Soins infirmiers

DEC accéléré en Soins infirmiers P O R T R A I T S D É T U D I A N T E S I M M I G R A N T E S P A R C O U R S I N S P I R A N T S Nous vous présentons des personnes immigrantes dont le parcours de vie, professionnel et scolaire est à

Plus en détail

Les p'tites femmes de Paris

Les p'tites femmes de Paris Les p'tites femmes de Paris De Géraldine Feuillien D'après une idée de Stéphanie Bouquerel Episode 2: Ménage à trois 1 APPARTEMENT DE - BUREAU- INT - JOUR 1 Mais enfin Julien! Qu est ce qui t as pris de

Plus en détail

Organiser, plannifier

Organiser, plannifier Dossier HABITAT - Organiser, plannifier Organiser, plannifier 010-011 Les métiers et l organisation Situation de départ : Les travaux de la maison vont commencer, qui doit intervenir en premier, comment

Plus en détail

MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004

MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004 MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004 Salut! Est-ce que tu as un bon copain? Un meilleur ami? Est-ce que tu peux parler avec lui ou avec elle de tout? Est-ce

Plus en détail

L ARTISANAT 1 ère entreprise de France. L apprentissage : Passeport pour l emploi

L ARTISANAT 1 ère entreprise de France. L apprentissage : Passeport pour l emploi L ARTISANAT 1 ère entreprise de France L apprentissage : Passeport pour l emploi le cad de la chambre de Métiers et de l artisanat des conseillers spécialistes de l apprentissage et de l emploi l apprentissage

Plus en détail

La transition école travail et les réseaux sociaux Monica Del Percio

La transition école travail et les réseaux sociaux Monica Del Percio Institut de psychologie et éducation Faculté des lettres et sciences humaines Espace Louis-Agassiz 1 CH-2000 Neuchâtel La transition école travail et les réseaux sociaux Monica Del Percio Institut de psychologie

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

Version 6.0 du 07/11/06. Comment décloisonner mes services et les faire travailler ensemble vers les mêmes objectifs?

Version 6.0 du 07/11/06. Comment décloisonner mes services et les faire travailler ensemble vers les mêmes objectifs? Version 6.0 du 07/11/06 Comment décloisonner mes services et les faire travailler ensemble vers les mêmes objectifs? Salut Paul Tu as l air relax, ce n est pas ton habitude Oui, c est incroyable! On n

Plus en détail

Observatoire de la MEF

Observatoire de la MEF 2013 Observatoire de la MEF Cité des métiers du Grand Beauvaisis 36, Avenue Salvador Allende Village Mykonos Bâtiment G 60000 Beauvais 03 60 56 60 60 www.mef-beauvaisis.fr SOMMAIRE 1/Définition du secteur

Plus en détail

LE SECTEUR DU BATIMENT

LE SECTEUR DU BATIMENT LE SECTEUR DU BATIMENT INTERVENANTS 1 - CAPEB 2 Compagnons du Devoir 3 BTP CFA de l Aude Les métiers du bâtiment et les perspectives d évolution professionnelles L Artisanat du bâtiment dans l économie

Plus en détail

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers Rendez-vous le 11 octobre 2012 pour visiter le chantier GROUPE SCOLAIRE ILOT DE

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

Rourétoise de rénovation SAVOIR-FAIRE - AUTHENTICITÉ - TRADITION - QUALITÉ

Rourétoise de rénovation SAVOIR-FAIRE - AUTHENTICITÉ - TRADITION - QUALITÉ Rourétoise de rénovation SAVOIR-FAIRE - AUTHENTICITÉ - TRADITION - QUALITÉ 35 ans de savoir-faire, d authenticité, de tradition pour donner vie à vos projets Artisan Maçon reconnu par 35 années d Expérience

Plus en détail

Un tiers des créateurs d entreprise seniors était au chômage

Un tiers des créateurs d entreprise seniors était au chômage Un tiers des créateurs d entreprise seniors était au chômage Quand on est senior et qu on perd son emploi, on sait que le parcours pour regagner le monde du travail en tant que salarié, sera un parcours

Plus en détail

Mieux connaître le secteur du bâtiment

Mieux connaître le secteur du bâtiment iche d animation Compétence B3 Mieux connaître le secteur du bâtiment Objectif Permettre aux élèves de découvrir la diversité des métiers du bâtiment et les caractéristiques de ce secteur. Matériel nécessaire

Plus en détail

CONSTRUCTEUR DEPUIS 1973

CONSTRUCTEUR DEPUIS 1973 CONSTRUCTEUR DEPUIS 1973 Construire le meilleur, C est avant tout une histoire d hommes Depuis 1973, nous, Maisons Levoye sommes spécialistes de la construction individuelle de standing et de l extension

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Entreprendre ici est une chance

Entreprendre ici est une chance Entreprendre ici est une chance Je me sens bien dans cette ambiance cosmopolite Environnement exceptionnel Pierre est chargé de clientèle pour l Europe «Anglais, allemand, italien, chinois, russe Quand

Plus en détail

c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet

c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet Mon nom est Valérie Gueudet, je suis formatrice indépendante dans de grandes entreprises. Je suis spécialisée dans l'accueil verbal et dans l'accueil

Plus en détail

Bâtiment et développement durable

Bâtiment et développement durable Bâtiment MAÇON MAÇON Le maçon construit le gros œuvre des bâtiments. Il met en place les fondations puis monte les structures porteuses : murs, poutrelles et planchers. Métier Le maçon réalise des travaux

Plus en détail

JE CHLOÉ COLÈRE. PAS_GRAVE_INT4.indd 7 27/11/13 12:22

JE CHLOÉ COLÈRE. PAS_GRAVE_INT4.indd 7 27/11/13 12:22 JE CHLOÉ COLÈRE PAS_GRAVE_INT4.indd 7 27/11/13 12:22 Non, je ne l ouvrirai pas, cette porte! Je m en fiche de rater le bus. Je m en fiche du collège, des cours, de ma moyenne, des contrôles, de mon avenir!

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

LA FILIERE CAP-BREVET PROFESSIONNEL EN APPRENTISSAGE : Un modèle de formation adapté aux exigences des métiers du Bâtiment

LA FILIERE CAP-BREVET PROFESSIONNEL EN APPRENTISSAGE : Un modèle de formation adapté aux exigences des métiers du Bâtiment DOSSIER DE PRESSE LA FILIERE CAP-BREVET PROFESSIONNEL EN APPRENTISSAGE : Un modèle de formation adapté aux exigences des métiers du Bâtiment Dans son parcours scolaire, l élève en fin de 3 ème a trois

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Technicien de maintenance Autres appellations du métier Technicien polyvalent, agent d entretien polyvalent, agent de maintenance Le technicien de maintenance maintient les installations techniques en

Plus en détail

BTS (brevet de technicien supérieur) DUT (diplôme universitaire de technologie) Filière santé (médecine, pharmacie, sage-femme, dentaire)

BTS (brevet de technicien supérieur) DUT (diplôme universitaire de technologie) Filière santé (médecine, pharmacie, sage-femme, dentaire) Un BTS ou un DUT, une prépa ou une université, ou bien une école spécialisée? Choisir son orientation après le bac n'est pas toujours facile. Pour vous aider à y voir plus clair, nous vous proposons quelques

Plus en détail

Ossature - Poteaux-poutres

Ossature - Poteaux-poutres Construction Bois Ossature - Poteaux-poutres 2015 Construction de clos-couverts isolés en ossature bois ou système poteaux-poutres Pionnier de la construction bois dans l Ain, ELCC intègre toutes les compétences

Plus en détail

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2014 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text M: Bonjour Yasmine. Ça va? F: Ah bonjour! Oui, ça va bien. Écoute, ce weekend

Plus en détail

DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR

DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR Activité 1. Complète les phrases avec le bon verbe au présent. DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR 1. Elle absolument terminer son boulot avant de partir. 2. Elle sait bien qu elle rentrer à dix heures! 3. Il acheter

Plus en détail

AVEC LAMBALLE CO. Pourquoi rénover? BIEN. Comment acheter? LOGER. Quelles aides? habitat - énergie

AVEC LAMBALLE CO. Pourquoi rénover? BIEN. Comment acheter? LOGER. Quelles aides? habitat - énergie AVEC LAMBALLE CO BIEN Pourquoi rénover? SE Comment acheter? LOGER Quelles aides? habitat - énergie Le Programme Local de l Habitat, un dispositif pour bien construire votre projet logement. Accueillir

Plus en détail

TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire

TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire Démarche sur l aide financière aux participantes Marie-Lourdes Pas beaucoup d argent pour tout ce qu il faut

Plus en détail

MAISON VOUS ACCOMPAGNER TOUT AU LONG DE VOTRE PROJET CUGAND (85) - CLISSON (44) www.c-3-p.fr

MAISON VOUS ACCOMPAGNER TOUT AU LONG DE VOTRE PROJET CUGAND (85) - CLISSON (44) www.c-3-p.fr MAISON www.c-3-p.fr VOUS ACCOMPAGNER TOUT AU LONG DE VOTRE PROJET CUGAND (85) - CLISSON (44) MAISON Construire avec C3P MAISON c est choisir la tranquillité et un interlocuteur unique pour mener à bien

Plus en détail

NOM : PRENOM : LEA Martin Luther King. Je suis en Terminale CAP Peintre-applicateur de revêtements et après, je fais quoi?

NOM : PRENOM : LEA Martin Luther King. Je suis en Terminale CAP Peintre-applicateur de revêtements et après, je fais quoi? 60, Rue Georges Corète Tel : 01.47.92.79.68 Je suis en Terminale CAP Peintre-applicateur de revêtements et après, je fais quoi? NOM : PRENOM : LEA Martin Luther King 1. Je souhaite travailler Inscrivez-vous

Plus en détail

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe de Luc Tartar * extraits * Les sardines (on n est pas des bêtes) - Qu est-ce qu

Plus en détail

PRENOM NOM DE L ENTREPRISE DATE DU STAGE METIER

PRENOM NOM DE L ENTREPRISE DATE DU STAGE METIER NOM DATE DU STAGE METIER PRENOM NOM DE L ENTREPRISE L ENTREPRISE L ENTREPRISE Dates du stage :... Nom de l entreprise :.. Adresse de l entreprise :...... Que fait-on dans cette entreprise?. Combien de

Plus en détail

Rapport de stage en entreprise PROSPECTIVE IMAGE. Produire et réaliser en vidéo pour l entreprise, la télévision et l internet

Rapport de stage en entreprise PROSPECTIVE IMAGE. Produire et réaliser en vidéo pour l entreprise, la télévision et l internet ROLAND Quentin 3èmeD Rapport de stage en entreprise PROSPECTIVE IMAGE Produire et réaliser en vidéo pour l entreprise, la télévision et l internet Année scolaire 2006-2007 Collège André CHENE SOMMAIRE

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUES AUTORISATION TRAVAUX. avez-vous le permis?

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUES AUTORISATION TRAVAUX. avez-vous le permis? GUIDE PRATIQUES GUIDE PRATIQUE AUTORISATION TRAVAUX avez-vous le permis? Vous envisagez de faire réaliser des travaux? Attention, de la construction d une maison à la rénovation des combles en passant

Plus en détail

Livret destiné aux collégiens

Livret destiné aux collégiens PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BTP» Livret destiné aux collégiens Rendez-vous les Visite du chantier de Sommaire 1. Qu est-ce que le batiment?... 3 Qu entend-on concrètement par «bâtiment»?... 3

Plus en détail

EXTENSIONS ECOLOGIQUES

EXTENSIONS ECOLOGIQUES www.josefapricoupenko.com Louise Ranck, Latitude 48 www.latitude48.net EXTENSIONS ECOLOGIQUES www.josefapricoupenko.com 27 mars 2010 Extensions écologiques, Joséfa Pricoupenko 1 Structure associative créée

Plus en détail

Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc

Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc Activité Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc PNR Monts d Ardèche 1-Dynamique du marché Caractéristiques du secteur d activité et perspectives (au niveau national)

Plus en détail

Comment SE PRÉPARER. à la validation des acquis de son expérience

Comment SE PRÉPARER. à la validation des acquis de son expérience GUIDE POUR AGIR Comment SE PRÉPARER à la validation des acquis de son expérience JE BÂTIS MON PROJET PROFESSIONNEL Avec le soutien du Fonds social européen Pourquoi se préparer à la validation des acquis

Plus en détail

Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens!

Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens! Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens! Daniel est un étudiant de quatrième année en génie minier à l Université de la Colombie-Britannique. Il aimerait travailler pour

Plus en détail

que dois-tu savoir sur le diabète?

que dois-tu savoir sur le diabète? INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS - TERRE NEUVE - FRHMG00277 - Avril 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. que dois-tu savoir sur le diabète? Lilly France 24 boulevard Vital Bouhot CS 50004-92521

Plus en détail

concours sois intense au naturel

concours sois intense au naturel concours sois intense Tu veux participer? Rends-toi sur le site, réponds au jeu-concours et cours la chance de gagner le grand prix, d une valeur approximative de 2 000 $, ou encore l une des nombreuses

Plus en détail

1 Concevoir son projet et construire

1 Concevoir son projet et construire Se loger avec l économie sociale et solidaire avec l économie sociale et solidaire 1 Concevoir son projet et construire Soutien à la conception de votre projet de construction ou de rénovation, Assistance

Plus en détail

Une révolution dans la téléprospection www.jobphoning.com

Une révolution dans la téléprospection www.jobphoning.com Une révolution dans la téléprospection www.jobphoning.com Dossier de Presse Sommaire p.3 Synthèse p.4 3 questions à Thomas Ciemniewski, créateur de JobPhoning p.6 Présentation de la plateforme p.6 Comment

Plus en détail

Des profils pour vous aider à recruter (1/6)

Des profils pour vous aider à recruter (1/6) Retrouvez cette circulaire sur www.btp13.com à partir du Des profils pour vous aider à recruter (1/6) (ci-après liste de candidats motivés) Vous recherchez du personnel? Transmettez-nous votre offre d'emploi,

Plus en détail

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Vous souhaitez créer votre institut ou devenir indépendante en réalisant des soins à domicile? Vous ne savez pas quelles démarches entreprendre et quelles

Plus en détail

Kerberos mis en scène

Kerberos mis en scène Sébastien Gambs Autour de l authentification : cours 5 1 Kerberos mis en scène Sébastien Gambs (d après un cours de Frédéric Tronel) sgambs@irisa.fr 12 janvier 2015 Sébastien Gambs Autour de l authentification

Plus en détail

L ECOLE DE L ARNAQUE

L ECOLE DE L ARNAQUE L ECOLE DE L ARNAQUE Vous avez tous eu des projets de rénovation ou des projets d améliorations de votre habitation! Voici toutes les techniques de vente, les secrets des commerciaux, les pièges à éviter

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Valisette architecture

Valisette architecture Valisette architecture Qu est-ce qu un bâtiment, quels sont ses formes et ses usages? jeu des façades & à la découverte d un bâtiment - Repérer et comparer différents éléments d architecture. - Acquérir

Plus en détail

À propos d exercice. fiche pédagogique 1/5. Le français dans le monde n 395. FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM

À propos d exercice. fiche pédagogique 1/5. Le français dans le monde n 395. FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM fiche pédagogique FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM Par Paola Bertocchini et Edvige Costanzo Public : Futurs enseignants en formation initiale et enseignants en formation continue Objectifs Prendre

Plus en détail

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui P a r c naturel régional Loire-Anjou-Touraine Les fiches techniques du Parc Patrimoine bâti Un bâti en tuffeau pour aujourd hui Réhabilitation d une ancienne grange du XVIII ème siècle Localisation : 49260

Plus en détail

LE P TIT PLUS AVENIR

LE P TIT PLUS AVENIR LE P TIT PLUS AVENIR SOMMAIRE Nos partenaires sur ces actions ACTION STAGE Un point sur l action stage 1 Liste des jeunes en stage 2 Interview d un stagiaire chez scolarest 3 ACTION RAPPROCHEMENT ENTREPRISE

Plus en détail

Recruter et intégrer des seniors

Recruter et intégrer des seniors Recruter et intégrer des seniors Fiche 5 Enjeux Le recrutement de seniors correspond à des enjeux spécifiques pour les entreprises, que cette action relève d une politique affichée de lutte contre les

Plus en détail

8.6. Tableau synthétique présentant les principales caractéristiques des salariés de GAZ rencontrés

8.6. Tableau synthétique présentant les principales caractéristiques des salariés de GAZ rencontrés 8.6. Tableau synthétique présentant les principales caractéristiques des salariés de GAZ rencontrés Salarié Age Statut Diplôme de GAZ Responsable exploitation 51 Cadre (depuis 2004) Animateur sécurité

Plus en détail

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier Bernier Léa 3 1 Rapport de stage Sallard immobilier Photo de Sallard immobilier 1 Sommaire 1 e partie : Enquête sur l entreprise 1) Présentation de l entreprise... p.3 2) Situation de l entreprise... p3-4

Plus en détail

Dossier de presse. La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche. Synthèse page 2

Dossier de presse. La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche. Synthèse page 2 Dossier de presse La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche Synthèse page 2 Le contexte de la campagne page 5 Le déroulement de la campagne page 7 Faits

Plus en détail

AGENCEUR D INTÉRIEUR. Une équipe aux. multiples savoir-faire. un métier valorisant! www.deviensagenceur.fr

AGENCEUR D INTÉRIEUR. Une équipe aux. multiples savoir-faire. un métier valorisant! www.deviensagenceur.fr AGENCEUR D INTÉRIEUR un métier valorisant! Une équipe aux multiples savoir-faire www.deviensagenceur.fr L architecte, l architecte d intérieur, le décorateur, le designer et l agenceur d intérieur contribuent

Plus en détail

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr Rhône Développement Initiative 1993-2013 Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité www.rdi.asso.fr Jean-Jacques MARTIN, Président de RDI Membre des réseaux nationaux RDI Edito

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

Rapport de stage. Bureau de Poste de Miribel. 25 au 29 janvier 2010

Rapport de stage. Bureau de Poste de Miribel. 25 au 29 janvier 2010 B... T... Collège E.Cizain 3 C Montluel Rapport de stage Bureau de Poste de Miribel Du 25 au 29 janvier 2010 SOMMAIRE 1- Présentation de l établissement Page 3 2- Fonctionnement de l établissement Page

Plus en détail

Pour une école citoyenne à la mesure de tous : les enfants médiateurs

Pour une école citoyenne à la mesure de tous : les enfants médiateurs Pour une école citoyenne à la mesure de tous : les enfants médiateurs L école Antoine-Balard à Montpellier accueille près de 200 enfants d un quartier défavorisé de la ville. Comme dans la plupart des

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

Extraits d'email reçus : Ce sont les utilisateurs qui savent le mieux parler du logiciel BatiFree Devis et du service d'assistance.

Extraits d'email reçus : Ce sont les utilisateurs qui savent le mieux parler du logiciel BatiFree Devis et du service d'assistance. Extraits d'email reçus : Ce sont les utilisateurs qui savent le mieux parler du logiciel BatiFree Devis et du service d'assistance. # Ce qu'ils disent Notre Commentaire Région 57 "Bonjour, je viens de

Plus en détail

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème Année scolaire 2014 2015 Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème STAGE 3 ème Du 02/02/2015 au 06/02/2015 Nom et prénom de l élève : Classe de : Projet d orientation : Nom

Plus en détail

LES FILIERES DE FORMATION METIERS DU BATIMENT. AFDET 24 mars 2010

LES FILIERES DE FORMATION METIERS DU BATIMENT. AFDET 24 mars 2010 LES FILIERES DE FORMATION METIERS DU BATIMENT AFDET 24 mars 2010 enseignement supérieur BTS insertion ou enseignement professionnel supérieur BEG BTN terminale générale Bac Pro terminale accès au niveau

Plus en détail

Appuyez sur la touche ENTRÉE pour visualiser la suite de la brochure.

Appuyez sur la touche ENTRÉE pour visualiser la suite de la brochure. Appuyez sur la touche ENTRÉE pour visualiser la suite de la brochure. Série limitée Mon chalet Cuny - 2013 Un chalet, le charme d un style de vie tant en hiver qu en été. Le bois, le minéral, le calme

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant Texte de la comédie musicale Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Les Serruriers Magiques 2013 2 Sommaire Intentions, adaptations, Droits

Plus en détail

Rencontre avec Mylène, le 10.03.15

Rencontre avec Mylène, le 10.03.15 Rencontre avec Mylène, le 10.03.15 Mylène : Bonjour, j ai 24 ans. Je suis Asperger. Je l ai découvert il y a deux ans ; le cours «acquisition et dysfonctionnement» m a aidée à en savoir plus. J ai rencontré

Plus en détail

Guide d utilisation des fichiers bonus accompagnant le guide «L Argent est une science exacte»

Guide d utilisation des fichiers bonus accompagnant le guide «L Argent est une science exacte» Guide d utilisation des fichiers bonus accompagnant le guide «L Argent est une science exacte» - Fichier «Gestion main de fer» Cet outil, à utiliser chaque semaine, permet de réaliser une synthèse de l

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE. Février 2012 ETALAGISTE. NOM prénom classe

RAPPORT DE STAGE. Février 2012 ETALAGISTE. NOM prénom classe RAPPORT DE STAGE Février 2012 ETALAGISTE NOM prénom classe 2 SOMMAIRE I Présenter l entreprise page 2 A Identification B Environnement II Le travail page 3 à 4 A Nature du métier B Condition de travail

Plus en détail

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt?

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt? Y : Cette année, je suis le cours ETIC de sujet MOOC, donc mon prof m a recommandé de vous contacter pour une interview, parce que vous avez fait beaucoup de MOOCs. R : Oui, j ai un peu d expérience. Y

Plus en détail

Indications pédagogiques E2 / 42

Indications pédagogiques E2 / 42 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques E2 / 42 E : APPRECIER UN MESSAGE Degré de difficulté 2 Objectif intermédiaire 4 : PORTER UN JUGEMENT SUR UN MESSAGE SIMPLE Objectif opérationnel

Plus en détail

commercial@ifeco.fr Port : 06 19 60 67 24 Tel : 05.31.05.00.29

commercial@ifeco.fr Port : 06 19 60 67 24 Tel : 05.31.05.00.29 2014 2017 commercial@ifeco.fr Port : 06 19 60 67 24 Tel : 05.31.05.00.29 IFECO est agréé pour dispenser s modules FEE Bat au national. Devenez un acteur du marché la rénovation thermique s logements. Obtenez

Plus en détail

Jeu questionnaire Es-tu prêt(e) pour le secondaire? Ma future école

Jeu questionnaire Es-tu prêt(e) pour le secondaire? Ma future école Est-ce que je suis prêt ou prête? C est sûrement une des questions que tu te poses! Voici une activité qui te permettra de savoir où tu en es dans ton cheminement. Ma future école Je connais le nom de

Plus en détail

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème Année scolaire 20 20 Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème STAGE 3 ème Du././20.. au././20.. Nom et prénom de l élève : Classe de : Projet d orientation : Nom et adresse

Plus en détail

Les 9, 10 et 11 octobre 2014

Les 9, 10 et 11 octobre 2014 Les 9, 10 et 11 octobre 2014 PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Sommaire 1. QU EST CE QUE LE BATIMENT?... 3 Qu entend on concrètement par «Bâtiment»? Erreur! Signet non défini. Bâtiment ou

Plus en détail

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital.

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital. 27 juin 2015 Le partage est un élément vital. Notre démarche Notre chemin Dans un premier temps, nous sommes partis de mots qui expriment ce qui est essentiel pour nous, indispensable pour bien vivre.

Plus en détail

Mon mémento Page 3. 1/ Pourquoi ce mémento? Page 4. 2/ Pourquoi s évaluer? Page 4. 3/ Comment utiliser ce mémento? Page 5

Mon mémento Page 3. 1/ Pourquoi ce mémento? Page 4. 2/ Pourquoi s évaluer? Page 4. 3/ Comment utiliser ce mémento? Page 5 «STAJ PRATIC BAFA» KIT PEDAGOGIQUE «STAJ PRATIC BAFA» MEMENTO ANIMATEUR Sommaire : Mon mémento Page 3 1/ Pourquoi ce mémento? Page 4 2/ Pourquoi s évaluer? Page 4 3/ Comment utiliser ce mémento? Page 5

Plus en détail

Synthèse et capitalisation des réflexions menées. Lors des conviviales 2013,

Synthèse et capitalisation des réflexions menées. Lors des conviviales 2013, Synthèse et capitalisation des réflexions menées Lors des conviviales 2013, 5 thèmes ont été identifiés comme primordiaux dans la réussite de son intégration professionnelle et sont le sujet d'ateliers

Plus en détail

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation GRETA M2S Métiers de la Santé et du Social Le salarié et ses droits à la formation Le DIF Droit individuel à la formation ))) Qu est-ce que c est? Le DIF permet au salarié de négocier avec son employeur,

Plus en détail

Présentation du programme de danse Questions-réponses

Présentation du programme de danse Questions-réponses Présentation du programme de danse Questions-réponses Description du programme Le DEC préuniversitaire en Danse du Cégep de Rimouski offre une formation collégiale préparatoire à la poursuite d études

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 Téléphone : 514 382.7922 Télécopieur : 514 382.3474 Site Internet : www.2tiers.org Courriel : club@2tiers.org

Plus en détail