Les principes de la nouvelle ordonnance et leur application

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les principes de la nouvelle ordonnance et leur application"

Transcription

1 Ordonnance du 5 mars 2009 relative à la gestion et à l'assainissement des sols pollués Les principes de la nouvelle ordonnance et leur application Gilles BERTRAND Donatienne WAHL Cabinet d Evelyne HUYTEBROECK Ministre de l Environnement 8 mai 2009

2 Plan I. Introduction II. Identification des terrains pollués III. Traitement des terrains pollués IV. Cas d application

3 Introduction ORDONNANCE DU 13 MAI 2004 Mise en oeuvre ordonnance 4,5 ans, 3000 dossiers Evaluation Difficultés Consultation administrations régionales et communales entreprises experts associations environnementales juristes,...

4 Introduction ORDONNANCE DU 13 MAI DIFFICULTES Manque de sécurité juridique Absence de définition, normes,... Obligations et titulaires d'obligations peu clairs Entrave à l'activité économique Frein dans les opérations immobilières Coût des obligations Pas d'intervention financière publique Défaut d'information Propriétaires / opérateurs Riverains Communes

5 Introduction SOLUTIONS Clarifier / Simplifier nouvelle ordonnance circulaires Co-financer arrêté gvt primes études du sol Brussels Greenfields extension BOFAS Informer validation inventaire folder information vente carte et attestation du sol / affichage

6 Introduction ORDONNANCE DU 5 MARS OBJECTIFS Principe pollueur-payeur Intégration de la réalité économique Amélioration de la sécurité juridique Amélioration de la procédure Amélioration de l information

7 Identification des terrains pollués DEFINITION Art. 3, 2 pollution du sol : toute contamination du sol qui est préjudiciable ou risque d'être préjudiciable, directement ou indirectement, à la santé humaine ou à l'état écologique, chimique ou quantitatif, ou au potentiel écologique, du sol et des masses d'eau, du fait de l'introduction directe ou indirecte en surface ou dans le sol de substances, préparations, organismes ou micro-organismes

8 Identification des terrains pollués DEFINITION Normes d'assainissement Normes d'intervention Cat. 0 risque nul risque négligeable risque non négligeable risque non tolérable [polluants] Cat. 1 Cat. 2 Cat. 4 ASSAINISSEMENT BATNEEC risque tolérable Cat. 3 GESTION DE RISQUE

9 Identification des terrains pollués INVENTAIRE DE L ETAT DU SOL Organisation : Catégorie 0 Catégorie 1 Catégorie 2 Catégorie 3 Catégorie 4 potentiellement pollué < normes d assainissement < normes d intervention en gestion du risque en traitement Unité : Contenu : Parcelle cadastrale Informations détaillées Alimentation : Activité à risque, accident, découverte, diffusion, Etudes du sol Validation : Projet d'inventaire Inventaire

10 Identification des terrains pollués INFORMATION I. Inventaire de l'état du sol + Validation II. Carte de l'état du sol et fiche d'identification III. Attestation du sol IV. Consultation / Enquête publique / Affichage

11 Identification des terrains pollués CARTE DE L ETAT DU SOL

12 Identification des terrains pollués FAITS GENERATEURS - RES Article Fait générateur Où? Qui? Quand? 13 1 er Aliénation d'un droit réel Terrain catégorie 0 Titulaire de droits réels Avant l aliénation du droit réel 13 2 Activité à risque (AR) : 1 cessation 2 cession 3 prolongation 4 périodique (certaines AR) 13 3 Nouvelle AR 13 4 / 13 5 Nouveau PE / PU : - excavation - entrave au traitement ou contrôle pollution - augmentation exposition Site concerné par AR Site où AR s exploitera 13 6 Découverte (excavation) Terrain concerné 13 7 Accident Terrain concerné Exploitant Demandeur de PE ou d extension Avant : 1 cessation 2 cession 3 prolongation 4 échéance période Avant la délivrance du PE ou de l extension Terrain catégorie 0 Demandeur de PE / PU Avant la délivrance du PE/PU 1 - Personne excavant ou pour le compte de laquelle excavation réalisée 2 Titulaire de droits réels 1 Auteur 2 Exploitant 3 Titulaire de droits réels Délai fixé par BE-IBGE Délai fixé par BE-IBGE 58 Expropriation Terrain catégorie 0 Autorité expropriante Avant le jugement provisoire 59 Faillite Site concerné par AR Curateur Délai fixé par BE-IBGE

13 Fait générateur - RES Aliénation de droits réels Aliénation de droits réels Copropriété forcée Activité à risque (AR) 1 cessation 2 cession Identification des terrains pollués FAITS GENERATEURS RES : DISPENSE Dispense Dispense Article Conditions Article Conditions 60 1 er - AR = motif présomption - RES ou EF < 1 an 61 Activité à risque (AR) 3 prolongation 60 3 Activité à risque (AR) 4 périodique Nouvelle AR Terrain pas en catégorie 0 - Présomption non exclusive au lot 60 1 er - AR = motif présomption - RES ou EF < 1 an Nouvelle AR Terrain en catégorie Nouveau PE / PU : - excavation - entrave traitement/contrôle - augmentation exposition - AR = motif présomption - RES ou EF < 15 ans - acceptation état initial - AR = motif présomption - RES ou EF < période - acceptation état initial - AR = motif présomption - RES ou EF < 15 ans - acceptation état initial 60 1 er - RES ou EF < 1 an - AR = motif présomption 60 5 et 60 6 Terrain : - en gestion du risque (catégorie 3) - en cours de traitement (catégorie 4) Terrain : - AR = motif présomption - RES ou EF réalisée - Mesures préventives (sauf fin d exploitation) Impossibilité technique

14 Traitement des terrains pollués PRINCIPES RES Traitement de la pollution ou non (RES) ED Type de pollution Titulaire d'obligation Type de traitement - Assainissement (Pollueur-Payeur) - Gestion du risque

15 Traitement des terrains pollués TYPE DE TRAITEMENT Normes d'assainissement Normes d'intervention Cat. 0 risque nul risque négligeable risque non négligeable risque non tolérable [polluants] Cat. 1 Cat. 2 Cat. 4 ASSAINISSEMENT BATNEEC risque tolérable Cat. 3 GESTION DE RISQUE

16 Traitement des terrains pollués TYPE DE TRAITEMENT SOURCE VOIES D'EXPOSITION RECEPTEUR ASSAINISSEMENT Approche uniforme : normes d'assainissement Limitations : coût faisabilité technique transfert nuisances GESTION DE RISQUE Approche au cas par cas : risques tolérables étude supplémentaire obligations récurrentes modélisation restriction d'usage Mesures de sécurité / suivi

17 Traitement des terrains pollués PRINCIPES AUTEURS DEFINIS Exploitant TYPE DE POLLUTION Titulaire de droits réels Toute personne identifiée si pollution > 20/01/2005 Unique Mélangée 1 auteur 1 auteur défini identifiable distinctement plusieurs auteurs au moins 1 auteur défini non identifiable distinctement Orpheline autres

18 Traitement des terrains pollués PRINCIPES Type de pollution Unique Mélangée Orpheline Type de traitement < 01/01/93 Gestion risque > 01/01/93 Assainissement auteur défini + autre(s) auteurs définis uniquement Gestion risque Assainissement auteur unique Titulaire d obligation Exploitant Titulaire droit réel Exploitant Titulaire droit réel Personne identifiée Exploitant Titulaire droit réel Personne identifiée auteurs partiels solidairement < 20/01/05 Gestion risque Titulaire droit réel > 20/01/05 Gestion risque auteur unique auteur partiel 1 Exploitant 2 Titulaire droit réel

19 Traitement des terrains pollués PRINCIPES Pollution générée en partie par un exploitant/propriétaire actuel ou, si après 20 janvier 2005, par une personne identifiée? oui non Gestion du risque Pollution générée entièrement par cette/ces personne(s)? oui non Gestion du risque Pollution générée après le 1 er janvier 1993? oui non Gestion du risque Assainissement

20 Traitement des terrains pollués PROCEDURE OK Activités à risque Accidents Découvertes Terrains potentiellement pollués FAIT GENERATEUR / URGENCE Reconnaissance Etat du sol Selon normes Remblais pollués Etude détaillée Selon identification polleur OK Etude de risque Projet d'assainissement PE / PU PE / PU Projet de gestion du risque Avis / EP Travaux d'assainissement Mesures de gestion du risque Evaluation et déclaration finales Evaluation et déclaration finales Recours

21 Traitement des terrains pollués DELAIS DE TRAITEMENT Fait générateur - RES Aliénation d'un droit réel Activité à risque (AR) : - cession Nouveau PE / PU : - excavation - entrave traitement/contrôle - augmentation exposition Activité à risque (AR) : - cessation - prolongation - périodique (certaines AR) Nouvelle AR Découverte (excavation) Accident Quand doit être réalisé le traitement? 1. Conclusions études 2. Fait générateur - Traitement Dérogations Délai fixé par BE-IBGE, sur proposition de l expert, dans les déclarations de conformité des études (ED, ER, PGR et PA) Avant l aliénation du droit réel (17 1 er, 1 ) Avant la cession du PE (17 1 er, 2 ) Avant l exécution des travaux ou la mise en exploitation qui : - entrave traitement/contrôle - augmentation exposition (17 1 er, 3 ) La cession ou l aliénation peuvent être antérieures au traitement si : - RES - engagement du titulaire des obligations sur calendrier - garantie financière

22 Divers SANCTIONS Civiles Nullité des aliénations de droits réels terrain catégorie 0 Inopposabilité à BE Administratives Ordonnance 25 mars 1999 État du sol initial Remise en état Pénales

23 Divers DISPOSITIONS TRANSITOIRES Inventaire Adaptation à la nouvelle forme de l inventaire (catégories) Procédure de validation en cours Aliénation de droits réels Ventes en cours Études, travaux et mesures Etudes en cours ordonnance 2004 Etudes suivantes ordonnance 2009 Équivalence des études réalisées

24 Cas d application 1 vente d'un terrain potentiellement pollué Pollution orpheline (AR ancienne) Pollution unique (AR en cours) 2 projet immobilier sur un terrain potentiellement pollué Pollution orpheline (AR ancienne) Pollution unique (AR en cours)

25 Cas d application 1 - VENTE D UN TERRAIN POTENTIELLEMENT POLLUE Descriptions : Terrain inscrit en catégorie 0 Parties 1er cas : pollution due à une AR ancienne 2ème cas : pollution due à l exploitation d'une AR en cours Vendeur Acheteur 2ème cas : exploitant de l'ar Scénario Vente du terrain Transfert de propriété s'opère lors de l'acte authentique Dérogation article 17 2

26 Cas d application 1 - VENTE D UN TERRAIN POTENTIELLEMENT POLLUE Reconnaissance état du sol Traitement information calendrier garantie compromis Acte authentique

27 Cas d application 1 - VENTE D UN TERRAIN POTENTIELLEMENT POLLUE Information des parties : le terrain est-il en catégorie 0? Vendeur inventaire et carte de l'état du sol validation inventaire information demande de PE (AR) attestation de l état du sol : obligatoire avant le compromis Acheteur inventaire et carte de l'état du sol attestation de l'état du sol avant le compromis : transmise par le vendeur acte authentique : mention déclaration du vendeur dans le compromis et dans l'acte

28 Cas d application 1 - VENTE D UN TERRAIN POTENTIELLEMENT POLLUE Obligations environnementales : Identification et traitement de la pollution avant aliénation de droits réels : Identification (RES) : vendeur sauf dispense (art 60 1er) Traitement : ED : vendeur/exploitant Gestion du risque : vendeur Assainissement : exploitant dérogation traitement après aliénation Identification (RES) : vendeur Vendeur/exploitant : calendrier et garantie financière remarques cession de l'obligation de traitement (article 23 3) études conjointes

29 Cas d application 1 - VENTE D UN TERRAIN POTENTIELLEMENT POLLUE Nullité de la vente : Nullité relative Invocable par l'acheteur, si le vendeur n'a pas : transmis à l'acquéreur l'attestation de l'état du sol avant le compromis réalisé une RES avant l'aliénation de droits réels réalisé le traitement (article 17) sauf si : 1. les obligations ont été réalisées avant acte authentique 2. l'acheteur y a renoncé expressément dans l'acte authentique

30 Cas d application 2 PROJET IMMOBILIER SUR TERRAIN POTENTIELLEMENT POLLUE Descriptions : Terrain inscrit en catégorie 0 Parties Scénario 1er cas : pollution due à une AR ancienne 2ème cas : pollution due à l exploitation d'un AR en cours propriétaire du terrain promoteur immobilier 2ème cas : exploitant réhabilitation d une friche industrielle en logement pas de vente du terrain préalable

31 Cas d application 2 PROJET IMMOBILIER SUR TERRAIN POTENTIELLEMENT POLLUE RES Traitement Délivrance PU Mise en œuvre PU

32 Cas d application 2 PROJET IMMOBILIER SUR TERRAIN POTENTIELLEMENT POLLUE Information des parties : le terrain est-il en catégorie 0? Propriétaire inventaire et carte de l'état du sol validation inventaire demande de PE (AR) Demandeur de PU inventaire et carte de l'état du sol attestation de l état du sol

33 Cas d application 2 PROJET IMMOBILIER SUR TERRAIN POTENTIELLEMENT POLLUE Obligations environnementales : Identification et traitement de la pollution avant la délivrance du PU : identification RES : demandeur de PU sauf dispense (article 60 1 er ) avant mise en œuvre des travaux : traitement pollution orpheline : propriétaire ==> gestion du risque pollution unique : exploitant ==> assainissement remarques cession de l'obligation de traitement (article 23 3) COBAT : délai de 2 ans pour mise en œuvre du PU suspendu pas de dérogation pour le calendrier de traitement découverte excavation assainissement limité

Comment gérer la pollution du sol?

Comment gérer la pollution du sol? Comment gérer la pollution du sol? La procédure d étude et de traitement prévue par l ordonnance du 5/03/2009 Wouter FRANCOIS Division Police de l environnement et sols Département Traitement des sols

Plus en détail

11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES

11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES 11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES SOLS POLLUÉS Cette fiche documentée présente les procédures techniques mises en place pour identifier et caractériser les sols pollués ainsi que

Plus en détail

Décret n 2005-03 du 6 janvier 2005 portant Audit Environnemental.

Décret n 2005-03 du 6 janvier 2005 portant Audit Environnemental. Décret n 2005-03 du 6 janvier 2005 portant Audit Environnemental. LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, Sur rapport conjoint de Madame la Ministre d Etat, Ministre de l Environnement, du Ministre d Etat, Ministre

Plus en détail

L acte transfusionnel et ses contrôles. Un exemple d évolution d une formation e-learning vers un programme DPC

L acte transfusionnel et ses contrôles. Un exemple d évolution d une formation e-learning vers un programme DPC L acte transfusionnel et ses contrôles Un exemple d évolution d une formation e-learning vers un programme DPC E-LEARNING EF02: L ACTE TRANSFUSIONNEL ET SES CONTRÔLES Formation assistée par ordinateur,

Plus en détail

RISQUES NATURELS, MINIERS ET TECHNOLOGIQUES

RISQUES NATURELS, MINIERS ET TECHNOLOGIQUES Adresse du bien 25 avenue du Bois 69 600 OULLINS RISQUES NATURELS, MINIERS ET TECHNOLOGIQUES DOSSIER D INFORMATION REGLEMENTAIRE DES ACQUEREURS ET LOCATAIRES Date de réalisation (document valable 6 mois)

Plus en détail

Assainissement Non Collectif. Conférence ANC. mai 2014. 10 ème programme d intervention AELB 2013-2018. ANC - Chapelle des Cordeliers - 15 mai 2014 1

Assainissement Non Collectif. Conférence ANC. mai 2014. 10 ème programme d intervention AELB 2013-2018. ANC - Chapelle des Cordeliers - 15 mai 2014 1 Assainissement Non Collectif Conférence ANC mai 2014 10 ème programme d intervention AELB 2013-2018 ANC - Chapelle des Cordeliers - 15 mai 2014 1 ANC - Perspectives OBJECTIFS : Repositionner l ANC comme

Plus en détail

ATTESTATION DU SOL 1. Identification de la parcelle

ATTESTATION DU SOL 1. Identification de la parcelle BPOST A l attention de Henri DE MARIE bd Anspach 1000 BRUXELLES n 449322 henri.demarie@bpost.be Bruxelles, le 24/02/2014 Division Inspectorat et sols pollués Sous-division Sols Département Inventaire de

Plus en détail

L inspection des installations classées de la DIMENC. Installations classées pour la protection de l environnement (ICPE)

L inspection des installations classées de la DIMENC. Installations classées pour la protection de l environnement (ICPE) L inspection des installations classées de la DIMENC Installations classées pour la protection de l environnement (ICPE) Qu est ce qu une ICPE? Une ICPE est une installation présentant des dangers ou inconvénients

Plus en détail

LA LEGISLATION DES INSTALLATIONS CLASSEES POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT (ICPE)

LA LEGISLATION DES INSTALLATIONS CLASSEES POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT (ICPE) LA LEGISLATION DES INSTALLATIONS CLASSEES POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT (ICPE) 1. Généralités La législation des installations classées pour la protection de l environnement organise le contrôle

Plus en détail

Les instruments financiers pour l identification et le traitement des sols pollués en Région de Bruxelles-Capitale

Les instruments financiers pour l identification et le traitement des sols pollués en Région de Bruxelles-Capitale Les instruments financiers pour l identification et le traitement des sols pollués en Région de Bruxelles-Capitale Saïd El Fadili Chef de la sous-division Sols Législation «sols pollués» en Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

Partenariats public-privé

Partenariats public-privé (PPP) Conférence OCDE michael.sibilleau@finances.gouv.fr Paris, le jeudi 05 mars 2009 Baux emphytéotiques administratifs Le bail emphytéotique administratif L autorisation d occupation temporaire du domaine

Plus en détail

RISQUES NATURELS, MINIERS ET TECHNOLOGIQUES

RISQUES NATURELS, MINIERS ET TECHNOLOGIQUES Quai Voltaire 77 190 DAMMARIE LES LYS RISQUES NATURELS, MINIERS ET TECHNOLOGIQUES DOSSIER D INFORMATION REGLEMENTAIRE DES ACQUEREURS ET LOCATAIRES Document valable jusqu au : 10 janvier 2017 UBYRISK Consultants

Plus en détail

Délégation Territoriale Ardèche Délégation Territoriale Drôme. Rechercher la présence d amiante : Des obligations pour mieux protéger

Délégation Territoriale Ardèche Délégation Territoriale Drôme. Rechercher la présence d amiante : Des obligations pour mieux protéger Délégation Territoriale Ardèche Délégation Territoriale Drôme Rechercher la présence d amiante : Des obligations pour mieux protéger Colloque XX/XX/XX repérage amiante Ardèche-Drôme - 2011 Rappel Les obligations

Plus en détail

RISQUES NATURELS, MINIERS ET TECHNOLOGIQUES

RISQUES NATURELS, MINIERS ET TECHNOLOGIQUES Quai Jacques Bourgoin 91 100 CORBEIL-ESSONNES RISQUES NATURELS, MINIERS ET TECHNOLOGIQUES DOSSIER D INFORMATION REGLEMENTAIRE DES ACQUEREURS ET LOCATAIRES Document valable jusqu au : 10 janvier 2017 UBYRISK

Plus en détail

RISQUES NATURELS, MINIERS ET TECHNOLOGIQUES

RISQUES NATURELS, MINIERS ET TECHNOLOGIQUES Quai de la Révolution Alfortville RISQUES NATURELS, MINIERS ET TECHNOLOGIQUES DOSSIER D INFORMATION REGLEMENTAIRE DES ACQUEREURS ET LOCATAIRES Document valable jusqu au : 10 janvier 2017 UBYRISK Consultants

Plus en détail

RISQUES NATURELS, MINIERS ET TECHNOLOGIQUES

RISQUES NATURELS, MINIERS ET TECHNOLOGIQUES Port de St Port Ouende l Aumône St Ouen Rue d Epluches 95 310 SAINT-OUEN- L AUMONE RISQUES NATURELS, MINIERS ET TECHNOLOGIQUES DOSSIER D INFORMATION REGLEMENTAIRE DES ACQUEREURS ET LOCATAIRES Document

Plus en détail

Présentation du système de bonification sur le prix du terrain

Présentation du système de bonification sur le prix du terrain Extension de Technoland Présentation du système de bonification sur le prix du terrain inciter les entreprises à aller au-delà de la réglementation Version du 21/05/2014 Sommaire Le contexte Le principe

Plus en détail

Loi pour l accès au logement et à un urbanisme rénové du 24 mars 2014

Loi pour l accès au logement et à un urbanisme rénové du 24 mars 2014 Loi pour l accès au logement et à un urbanisme rénové du 24 mars 2014 Dispositions de la loi ALUR Besoins et enjeux Améliorer l information sur les sites et sols pollués Clarifier les responsabilités (qui

Plus en détail

1- RAPPELS 1/5. Réglementation

1- RAPPELS 1/5. Réglementation Accessibilité des personnes à mobilité réduite aux Etablissements recevant du public (E.R.P.) et Installations ouvertes au public (I.O.P.) ----------------- NOTICE D'ACCESSIBILITE ----------------- Notice

Plus en détail

La nomenclature est consultable à la Chambre de Métiers et de l Artisanat ou auprès des services de l Etat.

La nomenclature est consultable à la Chambre de Métiers et de l Artisanat ou auprès des services de l Etat. Toute installation artisanale, industrielle ou agricole susceptible de créer des risques ou de provoquer des pollutions ou des nuisances, notamment pour la sécurité et la santé des riverains est une installation

Plus en détail

Service Urbanisme. Foire Aux Questions. Service Foncier

Service Urbanisme. Foire Aux Questions. Service Foncier Foire Aux Questions 1 Droit de Préemption Urbain simple ou renforcé (DPU/DPUR)? Préemption des fonds de commerce ou des baux? La ville de Houilles n a pas instauré le droit de préemption sur les fonds/

Plus en détail

OIBT 2002. Quelques exemples illustrés par des cas pratiques. Page 1

OIBT 2002. Quelques exemples illustrés par des cas pratiques. Page 1 Quelques exemples illustrés par des cas pratiques Page 1 AI Type de travaux : 1 circuit 10 A dans une installation existante (habitation et P20). A la fin des travaux. AA avec protocole Conjointement avec

Plus en détail

Les zonages d assainissement

Les zonages d assainissement Les zonages d assainissement Formation des commissaires enquêteurs de Bourgogne 4 avril 2016 Département évaluation environnementale Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement

Plus en détail

DETECTION DES RESEAUX ENTERRES REUNION PEER 19/03/15

DETECTION DES RESEAUX ENTERRES REUNION PEER 19/03/15 DETECTION DES RESEAUX ENTERRES REUNION PEER 19/03/15 Textes fondateurs règlementation antiendommagement: Décret du 20/12/10: création du Guichet Unique (télé service: réseaux-et canalisations.gouv.fr):

Plus en détail

Le schéma national des emplois, des activités et des formations des sapeurspompiers

Le schéma national des emplois, des activités et des formations des sapeurspompiers La présente circulaire, après avoir rappelé les dispositions du dispositif national de formation de l acteur de sécurité civile et celles du schéma national des emplois, des activités et des formations

Plus en détail

Le certificat d urbanisme

Le certificat d urbanisme Le certificat d urbanisme 2014, N 3 AGGLOMÉRATION D AGEN La demande de certificat d urbanisme Le certificat d'urbanisme est un acte administratif qui indique l'état des règles d'urbanisme applicables pour

Plus en détail

Image de début avec nom

Image de début avec nom Image de début avec nom Le bon usage de mon équipement de travail Alain HIRTH Ingénieur Conseil Mars 2014 Quelques définitions (Selon code du travail) Équipements de travail : Machines, appareils, outils,

Plus en détail

Demande d octroi de période(s) supplémentaire(s)

Demande d octroi de période(s) supplémentaire(s) Demande d octroi de période(s) supplémentaire(s) Ce document présente les dispositions de l arrêté du 27 avril 2015 relatif aux conditions d octroi d une deux périodes supplémentaires et à la demande de

Plus en détail

Prolongation des sources scellées

Prolongation des sources scellées Prolongation des sources scellées Prolongation d utilisation des sources 1) Définition de la péremption et obligations 2) L ex-régime des CPE étalonnages 3) Présentation de la décision sur la prolongation

Plus en détail

Les politiques de l emploi

Les politiques de l emploi Les politiques de l emploi Emplois d avenir Contrat de génération Loi de sécurisation de l emploi 26 septembre 2013 1 Emplois d avenir Créé par la loi du 26 octobre 2012 Proposer des solutions d emploi

Plus en détail

Entrée en vigueur des principales mesures d application du droit des sols

Entrée en vigueur des principales mesures d application du droit des sols des principales mesures d application du droit des sols Mesures de loi ALUR différée Dispositions transitoires Commentaires Construction le long de la Loire et de ses affluents Précision des projets pouvant

Plus en détail

La protection des captages : articulation avec la DUP des périmètres de protection. 18 octobre 2012

La protection des captages : articulation avec la DUP des périmètres de protection. 18 octobre 2012 La protection des captages : articulation avec la DUP des périmètres de protection 18 octobre 2012 De quoi parle-t-on? 1 déclaration d utilité publique (DUP) = 1 collectivité exploitant un réseau d eau

Plus en détail

ASSEMBLEE DE CORSE 3 MAI RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF

ASSEMBLEE DE CORSE 3 MAI RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF COLLECTIVITE TERRITORIALE DE CORSE RAPPORT N 2011/E2/088 ASSEMBLEE DE CORSE 2 EME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011 3 MAI RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF OBJET : RETROCESSION DES PARCELLES

Plus en détail

Formation des commissaires-enquêteurs le 15 octobre 2015 DDTM 13/SU/PA/NM/octobre 2015

Formation des commissaires-enquêteurs le 15 octobre 2015 DDTM 13/SU/PA/NM/octobre 2015 Centrales solaires photovoltaïques au sol Formation des commissaires-enquêteurs le 15 octobre 2015 DDTM 13/SU/PA/NM/octobre 2015 2 Le défrichement Le permis de construire 3 LE DEFRICHEMENT Définition :

Plus en détail

Table des matières. Introduction 5. Lexique 13

Table des matières. Introduction 5. Lexique 13 341 Table des matières Introduction 5 Lexique 13 1. Des différentes ventes publiques immobilières 29 Généralités et types de ventes publiques 31 Intervention du juge de paix 34 Mode de vente et procédure

Plus en détail

Mise à jour : novembre 2011

Mise à jour : novembre 2011 LA FIN DES CONGES Aptitude physique des agents affiliés à la CNRACL Agents titulaires et stagiaires effectuant au moins 28 heures de travail par semaine Mise à jour : novembre 2011 Centre de Gestion de

Plus en détail

Insalubrité. Elle peut déclencher elle même la procédure, Par le Maire, A la demande de tout locataire ou occupant de l immeuble.

Insalubrité. Elle peut déclencher elle même la procédure, Par le Maire, A la demande de tout locataire ou occupant de l immeuble. Insalubrité La procédure a été modifiée par la loi SRU. La procédure d insalubrité concerne tous les immeubles : Vacants ou non, Isolés ou groupés, En îlots ou groupe d îlots. Dés lors qu ils présentent

Plus en détail

Coordination des aspects environnementaux

Coordination des aspects environnementaux Fermeture de sites industriels Coordination des aspects environnementaux Sommaire A A Procédure de fermeture B B Détermination du responsable de la remise en état 1 A A Procédure de fermeture B B Détermination

Plus en détail

ANNEXE 1 : GRILLE D AIDE À L ÉVALUATION Sous épreuve U21 : compréhension écrite et expression écrite en langue vivante.

ANNEXE 1 : GRILLE D AIDE À L ÉVALUATION Sous épreuve U21 : compréhension écrite et expression écrite en langue vivante. ANNEXE 1 : GRILLE D AIDE À L ÉVALUATION Sous épreuve U21 : compréhension écrite et expression écrite en langue vivante BTS TRANSPORT ET PRESTATION LOGISTIQUE SESSION 2016 Sous épreuve U21 COMPRÉHENSION

Plus en détail

Mise en chantier et réalisation des projets de logement: Délais de mise en œuvre et propositions d amélioration des processus

Mise en chantier et réalisation des projets de logement: Délais de mise en œuvre et propositions d amélioration des processus Union des Villes et Communes de Wallonie asbl Mise en chantier et réalisation des projets de logement: Délais de mise en œuvre et propositions d amélioration des processus Avis du Comité permanent des

Plus en détail

Service Public d Assainissement Non Collectif SPANC. Mode d Emploi

Service Public d Assainissement Non Collectif SPANC. Mode d Emploi Service Public d Assainissement Non Collectif SPANC Mode d Emploi PRESENTATION Le Service Public d Assainissement Non Collectif du Syndicat Mixte du Bassin Versant du Lignon, de l Anzon et du Vizézy est

Plus en détail

ZOOM SUR LES PRIORITÉS DE L AGENCE MODALITÉS SPÉCIFIQUES DE FINANCEMENT

ZOOM SUR LES PRIORITÉS DE L AGENCE MODALITÉS SPÉCIFIQUES DE FINANCEMENT ZOOM SUR LES PRIORITÉS DE L AGENCE MODALITÉS SPÉCIFIQUES DE FINANCEMENT CE QUI CHANGE EN 2015 Zoom sur les priorités du X ème programme 2013-2018 Atteindre le bon état écologique des ME Poursuivre la suppression

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DES IMPOTS DEMANDE DE REMBOURSEMENT DE CREDIT TVA A LA FIN DU MOIS DE OU DE L ANNEE.

DIRECTION GENERALE DES IMPOTS DEMANDE DE REMBOURSEMENT DE CREDIT TVA A LA FIN DU MOIS DE OU DE L ANNEE. CACHET DU DIRECTION GENERALE DES IMPOTS DATE DE RECEPTION DEMANDE DE REMBOURSEMENT DE CREDIT TVA Direction régionale Division Fiscale A LA FIN DU MOIS DE OU DE L ANNEE Cette déclaration permet aux entreprises

Plus en détail

LOI No 520 du 6 juin 1996. Développement du Marché Financier et des Contrats Fiduciaires

LOI No 520 du 6 juin 1996. Développement du Marché Financier et des Contrats Fiduciaires LOI No 520 du 6 juin 1996 Développement du Marché Financier et des Contrats Fiduciaires Article Unique: Le projet de loi transmis par le Décret No 6807 du 20 mai 1995 relatif au Développement du Marché

Plus en détail

ASSURANCE CONTRE LA PERTE DE REVENUS Arrêté du Gouvernement Wallon du 21 janvier 1999. INSTRUCTIONS AUX DEMANDEURS

ASSURANCE CONTRE LA PERTE DE REVENUS Arrêté du Gouvernement Wallon du 21 janvier 1999. INSTRUCTIONS AUX DEMANDEURS Date d envoi du document au demandeur :.. DIRECTION GENERALE OPERATIONNELLE DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE, DU LOGEMENT, DU PATRIMOINE ET DE L ENERGIE DEPARTEMENT DU LOGEMENT Service " Assurance Perte

Plus en détail

Convention de premier emploi

Convention de premier emploi Convention de premier emploi RONY BAERT Conseiller général, Partena Secrétariat social Conseiller social auprès de la Cour du travail de Liège Clôture rédactionnelle : 1er février 2011 Kluwer Waterloo

Plus en détail

Loi ALUR : 2 ans de mise en œuvre pour l accès au logement et la construction durable. Tableau de synthèse

Loi ALUR : 2 ans de mise en œuvre pour l accès au logement et la construction durable. Tableau de synthèse Loi ALUR : 2 ans de mise en œuvre pour l accès au logement et la construction durable Tableau de synthèse Mercredi 23 mars 2016 Contact presse Ministère du Logement et de l Habitat durable 55 rue Saint-Dominique

Plus en détail

AAP innovation et compétitivité des filières agricoles et agroalimentaires

AAP innovation et compétitivité des filières agricoles et agroalimentaires AAP innovation et compétitivité des filières agricoles et agroalimentaires Rappel du contexte Mise en place du programme d investissements d avenir (PIA) en 2010 (35 Mrds + 12 Mrds en 2012) pour relancer

Plus en détail

Durée légale du travail, heures supplémentaires, heures complémentaires?

Durée légale du travail, heures supplémentaires, heures complémentaires? Durée légale du travail, heures supplémentaires, heures complémentaires? La modification du temps de travail par l employeur La durée du travail est encadrée par la loi. En effet, la durée du travail a

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 22 octobre 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 9 sur 170 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

Plus en détail

PARTIE 2 REGIME JURIDIQUE CLASSEMENT DES INSTALLATIONS

PARTIE 2 REGIME JURIDIQUE CLASSEMENT DES INSTALLATIONS de en Martinik REGIME JURIDIQUE CLASSEMENT DES INSTALLATIONS BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. CLASSEMENT ICPE RUBRIQUE CONCERNEE... 3 1.1.

Plus en détail

Le cadre d action de l ANC au niveau national

Le cadre d action de l ANC au niveau national Le cadre d action de l ANC au niveau national Charlotte RAMBERT Chargée de mission en ANC MEDDE/DGALN/DEB/GR3 Journée des SPANC Rhin-Meuse 18 mars 2014 Crédit photo : Thierry DEGEN/METL-MEDDE Ministère

Plus en détail

DEMANDE D IDENTIFICATION D UNE UNITE T.V.A. (formulaire 606 A)

DEMANDE D IDENTIFICATION D UNE UNITE T.V.A. (formulaire 606 A) DEMANDE D IDENTIFICATION D UNE UNITE T.V.A. (formulaire 606 A) IMPORTANT Les assujettis établis en Belgique qui sont indépendants d un point de vue juridique mais étroitement liés sur les plans financier,

Plus en détail

Pollution de sol & pratiques notariales expériences et perspectives

Pollution de sol & pratiques notariales expériences et perspectives Pollution de sol & pratiques notariales expériences et perspectives Renaud Grégoire, notaire Porte-parole du Conseil francophone Fédération Royale du Notariat belge Introduction Historique Précurseur Région

Plus en détail

Ordonnance bruxelloise relative à la gestion et l assainissement des sols pollués : la nouvelle procédure technique d étude des sols

Ordonnance bruxelloise relative à la gestion et l assainissement des sols pollués : la nouvelle procédure technique d étude des sols Ordonnance bruxelloise relative à la gestion et l assainissement des sols pollués : la nouvelle procédure technique d étude des sols Institut Bruxellois pour la Gestion de l Environnement Division Police

Plus en détail

REGISTRE DE DECLARATION DES DANGERS GRAVES ET IMMINENTS

REGISTRE DE DECLARATION DES DANGERS GRAVES ET IMMINENTS REGISTRE DE DECLARATION DES DANGERS GRAVES ET IMMINENTS NOM DE LA COLLECTIVITE : REGISTRE DE DECLARATION DES DANGERS GRAVES ET IMMINENTS RAPPEL DE LA REGLEMENTATION : Décret n 85-603 du 10/06/1985 Art.

Plus en détail

Dossier de presse. L assainissement non collectif à Besançon : Lancement du diagnostic Individuel des installations 18 mai 2010

Dossier de presse. L assainissement non collectif à Besançon : Lancement du diagnostic Individuel des installations 18 mai 2010 Dossier de presse L assainissement non collectif à Besançon : Lancement du diagnostic Individuel des installations 18 mai 2010 Contacts VILLE DE BESANÇON Département Eau et Assainissement David MOUROT

Plus en détail

Service Public d Assainissement Non Collectif SPANC. Mode d Emploi

Service Public d Assainissement Non Collectif SPANC. Mode d Emploi Service Public d Assainissement Non Collectif SPANC Mode d Emploi PRESENTATION Le Service Public d Assainissement Non Collectif du Syndicat Mixte du Bassin Versant du Lignon, de l Anzon et du Vizézy est

Plus en détail

Loi fédérale sur la protection de l environnement

Loi fédérale sur la protection de l environnement Loi fédérale sur la protection de l environnement (Loi sur la protection de l environnement, LPE) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral

Plus en détail

LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES

LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES BURKINA FASO - - - Unité - Progrès - Justice DECRET N 2005-332/PRES/PM/MCPEA/MFB/MJ/MTEJ portant création, attributions, organisation et fonctionnement des Centres de Formalités des Entreprises (CEFORE)

Plus en détail

L appréhension des biens sans maître par les communes 15/06/2016 MIMIZAN

L appréhension des biens sans maître par les communes 15/06/2016 MIMIZAN L appréhension des biens sans maître par les communes 15/06/2016 MIMIZAN Le fondement du droit de la propriété des communes sur les biens sans maître Art. 713 du code civil Version 1804 «Les biens qui

Plus en détail

La technique de la partie double consiste en un double enregistrement des faits à saisir.

La technique de la partie double consiste en un double enregistrement des faits à saisir. Le mécanisme de la partie double. La technique de la partie double consiste en un double enregistrement des faits à saisir. Il en résulte que chaque transaction est enregistrée au moins sur deux comptes,

Plus en détail

Droit de l urbanisme

Droit de l urbanisme Université des Antilles et de la Guyane Faculté de droit et d économie de la Martinique Droit de l urbanisme Master 1 droit public droit privé Plan du cours de Alain LAGUERRE 2008-2009 INTRODUCTION Section

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 18 mars 2002 relatif au fonds de garantie de la caisse de garantie du logement locatif social NOR: ECOT0226297A

ARRETE Arrêté du 18 mars 2002 relatif au fonds de garantie de la caisse de garantie du logement locatif social NOR: ECOT0226297A Le 26 mai 2009 ARRETE Arrêté du 18 mars 2002 relatif au fonds de garantie de la caisse de garantie du logement locatif social NOR: ECOT0226297A Version consolidée au 29 décembre 2006 Le ministre de l économie,

Plus en détail

935.31.5. RÈGLEMENT sur les émoluments et contributions à percevoir en application de la loi du 26 mars 2002 sur les auberges et les débits

935.31.5. RÈGLEMENT sur les émoluments et contributions à percevoir en application de la loi du 26 mars 2002 sur les auberges et les débits 95..5 RÈGLEMENT sur les émoluments et contributions à percevoir en application de la loi du 6 mars 00 sur les auberges et les débits de boissons (RE-LADB) du 7 juillet 004 (état: 0..004) LE CONSEIL D'ETAT

Plus en détail

Autorisation unique environnementale pour les projets soumis à la loi sur l eau (IOTA)

Autorisation unique environnementale pour les projets soumis à la loi sur l eau (IOTA) Autorisation unique environnementale pour les projets soumis à la loi sur l eau (IOTA) Rencontre avec les maîtres d ouvrage et bureaux d études Direction Régionale et Interdépartementale de l'environnement

Plus en détail

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES Document valable jusqu au : 1 er décembre 2012 RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES DOSSIER D INFORMATION REGLEMENTAIRE DES ACQUEREURS ET LOCATAIRES SOMMAIRE - Déclaration de l état des risques naturels

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION POUR DES FRAIS DE CONSERVATION RELATIFS AU

DEMANDE DE SUBVENTION POUR DES FRAIS DE CONSERVATION RELATIFS AU région de BrUXeLLes-caPItaLe Administration de l Aménagement du Territoire et du Logement Direction des Monuments et Sites DEMANDE DE SUBVENTION POUR DES FRAIS DE CONSERVATION RELATIFS AU PetIt PatrIMoIne

Plus en détail

ACCESSIBILITE DES E.R.P.

ACCESSIBILITE DES E.R.P. ACCESSIBILITE DES E.R.P. La loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a pour objectif de permettre aux personnes en situation

Plus en détail

REGLEMENT N 08/2009/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU STATUT DU RESEAU ROUTIER COMMUNAUTAIRE DE L UEMOA ET DE SES MODALITES DE GESTION

REGLEMENT N 08/2009/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU STATUT DU RESEAU ROUTIER COMMUNAUTAIRE DE L UEMOA ET DE SES MODALITES DE GESTION UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE --------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 08/2009/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU STATUT DU RESEAU ROUTIER COMMUNAUTAIRE DE L UEMOA ET DE SES

Plus en détail

Programmation sensible au Genre: Étude de cas du Programme d Amélioration de la Gestion du Chili

Programmation sensible au Genre: Étude de cas du Programme d Amélioration de la Gestion du Chili Programmation sensible au Genre: Étude de cas du Programme d Amélioration de la Gestion du Chili La présentation Objectif : présenter un exemple de programme qui interconnecte les objectifs de genre à

Plus en détail

ASSEMBLEE DE CORSE 27 ET 28 JUILLET RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF

ASSEMBLEE DE CORSE 27 ET 28 JUILLET RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF COLLECTIVITE TERRITORIALE DE CORSE RAPPORT N 2010/E4/108 ASSEMBLEE DE CORSE 4 EME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010 27 ET 28 JUILLET RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF OBJET : HABILITATION

Plus en détail

Les aspects juridiques de l'éclairage public

Les aspects juridiques de l'éclairage public Les aspects juridiques de l'éclairage public Sounil BHOSLE Formateur pour le compte de l ADEME: Maîtrise de la Demande d Electricité en Eclairage Public Le CGCT Les maires sont les décideurs au titre de

Plus en détail

Atelier n 3 Espèce, origine, valeur : les évolutions dans le CDU

Atelier n 3 Espèce, origine, valeur : les évolutions dans le CDU 1 Atelier n 3 Espèce, origine, valeur : les évolutions dans le CDU Introduction I) Les changements réglementaires majeurs II) Les renseignement contraignants : outils de sécurisation des échanges III)

Plus en détail

PRESENTATION DES CIRCULAIRES DU 28 JUILLET 2015 ET DU 18 AOUT 2015

PRESENTATION DES CIRCULAIRES DU 28 JUILLET 2015 ET DU 18 AOUT 2015 ANNEXE I - :- :- :- :- :- :- CHSCTMESR Séance du 30 novembre 2015 - :- :- :- :- :- : PRESENTATION DES CIRCULAIRES DU 28 JUILLET 2015 ET DU 18 AOUT 2015 Présentation des circulaires Circulaire du 28 juillet

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : Catégorie : C Dernière modification : 10/07/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d équipe autonome I OBJECTIF

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DU CONTROLE ECONOMIQUE DE LA REPRESSION DES FRAUDES

DIRECTION GENERALE DU CONTROLE ECONOMIQUE DE LA REPRESSION DES FRAUDES DIRECTION GENERALE DU CONTROLE ECONOMIQUE DE LA REPRESSION DES FRAUDES Direction du Contrôle des Pratiques Commerciales et Anticoncurrentielles Direction du Contrôle de la Qualité et de la Répression des

Plus en détail

Déclaration lien d intérêts

Déclaration lien d intérêts LES CONSÉQUENCES DE LA LOI MÉDICAMENT Frédérique CLAUDOT Docteur en Droit Public, Science Politique MCU-PH- Service de Médecine Légale et Droit de la Santé Avocat au Barreau de Nancy Déclaration lien d

Plus en détail

DEMANDE DE CONSTATATION DE L ETAT DE CATASTROPHE NATURELLE MOUVEMENTS DE TERRAIN

DEMANDE DE CONSTATATION DE L ETAT DE CATASTROPHE NATURELLE MOUVEMENTS DE TERRAIN DEMANDE DE CONSTATATION DE L ETAT DE CATASTROPHE NATURELLE MOUVEMENTS DE TERRAIN Cadre général La loi n 82-600 du 13 juillet 1982 modifiée fixant le cadre de l indemnisation des catastrophes naturelles

Plus en détail

Assainissement Non Collectif

Assainissement Non Collectif Assainissement Non Collectif Quelles responsabilités pour le Maire? Comment agir face à un problème de salubrité publique? DDRA MAJ LP 08-2012 Fiche 1 Les responsabilités du Maire La principale responsabilité

Plus en détail

EvRP Séminaire du 14/02 H. Rivières, chargé de domaine RH I. Cohen, chef de projet EvRP V. Pacatte, experte fonctionnelle

EvRP Séminaire du 14/02 H. Rivières, chargé de domaine RH I. Cohen, chef de projet EvRP V. Pacatte, experte fonctionnelle EvRP Une solution pour le pilotage de vos actions de prévention Séminaire du 14/02 H. Rivières, chargé de domaine RH I. Cohen, chef de projet EvRP V. Pacatte, experte fonctionnelle Amue - 2013 SOMMAIRE

Plus en détail

Procédures de transit douanier dans l'union européenne

Procédures de transit douanier dans l'union européenne OMD Comité Technique Permanent Bruxelles, 5 novembre 2013 Procédures de transit douanier dans l'union européenne II. Fonctionnement des régimes de transit de l'union & commun 2. Le fonctionnement du transit

Plus en détail

Actualité législative sur la séquence éviter-réduire-compenser les impacts sur les milieux naturels

Actualité législative sur la séquence éviter-réduire-compenser les impacts sur les milieux naturels Actualité législative sur la séquence éviter-réduire-compenser les impacts sur les milieux naturels 30 mars 2016 Rencontre du groupe d échanges «trame verte et bleue» CGDD SEEIDD ERNR1/IDDPP2 Crédit photo

Plus en détail

Prix et qualité du service public d assainissement non collectif SPANC

Prix et qualité du service public d assainissement non collectif SPANC ARLES CRAU CAMARGUE MONTAGNETTE Prix et qualité du service public d assainissement non collectif SPANC Rapport relatif au prix et à la qualité du service public d assainissement non-collectif pour l'exercice

Plus en détail

L ASSEMBLEE NATIONALE

L ASSEMBLEE NATIONALE LOI N 025/99/AN PORTANT REGLEMENTATION GENERALE DES SOCIETES A CAPITAUX PUBLICS. L ASSEMBLEE NATIONALE Vu la Constitution ; Vu la Résolution n 01/97/AN du 07 juin 1997, portant validation du mandat des

Plus en détail

Installations classées et légionelles

Installations classées et légionelles Installations classées et légionelles! Les équipements concernés sont principalement des installations de réfrigérations visées par la rubrique n 2920. " régime de la déclaration si 50kW

Plus en détail

CHAPITRE 5 LES MUSÉES 5.1 LES MUSÉES DE FRANCE

CHAPITRE 5 LES MUSÉES 5.1 LES MUSÉES DE FRANCE 55 CHAPITRE 5 LES MUSÉES 5.1 LES MUSÉES DE FRANCE Équipements patrimoniaux parmi les plus anciens de Corse, les musées constituent des centres de ressources de premier ordre pour les scolaires et leurs

Plus en détail

CHARTE D ACCES A L ANNUAIRE DU GIP-CPS

CHARTE D ACCES A L ANNUAIRE DU GIP-CPS CHARTE D ACCES A L ANNUAIRE Version : 17 du 01062007 Diffusion libre Groupement d Intérêt Public Carte de Professionnel de Santé 8 bis, rue de Châteaudun 75009 Paris Tél : 01 44 53 36 53 Fax : 01 40 16

Plus en détail

Service Public d Assainissement Non Collectif :

Service Public d Assainissement Non Collectif : Service Public d Assainissement Non Collectif : quel est son rôle? 1Qu est ce que le SPANC? Le SPANC est le Service Public d Assainissement Non Collectif. Il s agit d une nouvelle compétence donnée aux

Plus en détail

CONVENTION DE MANDAT DE MAITRISE D OUVRAGE

CONVENTION DE MANDAT DE MAITRISE D OUVRAGE COMMUNE DE BEGLES Aménagement d un giratoire dénivelé sur la rue Frères Lumières et liaison directe avec l A630 CONVENTION DE MANDAT DE MAITRISE D OUVRAGE Entre les soussignés : - M. le PREFET de la GIRONDE,

Plus en détail

Prime à l acquisition d immeubles VILLE DE VERVIERS

Prime à l acquisition d immeubles VILLE DE VERVIERS Prime à l acquisition d immeubles VILLE DE VERVIERS REGLEMENT RELATIF A L OCTROI D UNE PRIME A L ACQUISITION D IMMEUBLES Version modifiée Conseil Communal du 30 mars 2015 Article 1 er Dans les limites

Plus en détail

Etat des risques naturels, miniers et technologiques

Etat des risques naturels, miniers et technologiques Etat des risques naturels, miniers et technologiques En application des articles L125-5 à 7 et R125-26 du code de l'environnement. Référence : 7216040033/TIL Réalisé par Didier TILLAUD Pour le compte de

Plus en détail

Règlement de Consultation Procédure adaptée. Marché de maîtrise d œuvre

Règlement de Consultation Procédure adaptée. Marché de maîtrise d œuvre Règlement de Consultation Procédure adaptée Marché de maîtrise d œuvre Pour la réalisation de 17 logements locatifs sociaux à Candillargues «Résidence Séniors» 1 Grand Rue Date de parution : 10/06/2016

Plus en détail

Le Bilan de Compétences Le Bilan de Compétence " $ %#&.* $ ) Syndicat

Le Bilan de Compétences Le Bilan de Compétence  $ %#&.* $ ) Syndicat Le Bilan de Compétences est un dispositif qui a pour objet de permettre au salarié d analyser ses compétences professionnelles et personnelles ainsi que ses aptitudes et motivations afin de définir un

Plus en détail

Fiche n II-1 "Réalisation des fouilles de fondations superficielles et des blindages"

Fiche n II-1 Réalisation des fouilles de fondations superficielles et des blindages Fiche n II-1 "Réalisation des fouilles de fondations superficielles et des blindages" 1. Objet de la présente fiche Cette fiche concerne la réalisation des fouilles de fondations superficielles des ouvrages

Plus en détail

Livret d information sur l Assainissement non collectif

Livret d information sur l Assainissement non collectif Livret d information sur l Assainissement non collectif de la Ville de Dax n Dt/10/035 révision 0 de document site internet dédié : regiedeseaux.dax.fr Qu EST CE QuE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF? Il

Plus en détail

Réunion d'information fournisseurs Marché de Maintenance des systèmes de téléphonie fixe (autocommutateurs) et leurs périphériques Région Limousin

Réunion d'information fournisseurs Marché de Maintenance des systèmes de téléphonie fixe (autocommutateurs) et leurs périphériques Région Limousin Réunion d'information fournisseurs Marché de Maintenance des systèmes de téléphonie fixe (autocommutateurs) et leurs périphériques Région Limousin Jeudi 16 avril 2015 SOMMAIRE I - LE MARCHE II - REPONDRE

Plus en détail

Les recenser Les prolonger S en débarrasser

Les recenser Les prolonger S en débarrasser Les sources scellées Les recenser Les prolonger S en débarrasser 11 mars 2013 Nicolas Borot Une source scellée : sa vie Article R1333-45 Code de la Santé Publique modifié par décret n 2007-1582 du 7 novembre

Plus en détail

LA REFORME DE L ENQUETE PUBLIQUE. DDTM 40 Secrétariat Général

LA REFORME DE L ENQUETE PUBLIQUE. DDTM 40 Secrétariat Général LA REFORME DE L ENQUETE PUBLIQUE Le constat Une multiplicité des régimes d enquêtes Des règles complexes Une participation du public insuffisante Une longue genèse Dès 1999 le conseil d État dans son étude

Plus en détail

Réunion ADS du 10.06.08

Réunion ADS du 10.06.08 Réunion ADS du 10.06.08 Divisions et lotissements questions / réponses Définition et champ d application Rappels I ) Les divisions de terrains bâtis ne sont soumises à aucune formalité au titre du code

Plus en détail