Chapitre 1. Technologies de l'information et de la communication dans les entreprises organisées en réseau à l'horizon

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 1. Technologies de l'information et de la communication dans les entreprises organisées en réseau à l'horizon 2005-2010"

Transcription

1 Chapitre 1 Technologies de l'information et de la communication dans les entreprises organisées en réseau à l'horizon Contours de l'ouvrage Cet ouvrage tente d'apporter des éclaircissements sur le visage des entreprises dans 5 ou 10 ans que ce soit d'un point de vue organisationnel ou technologique. D'une façon générale, l'ensemble des processus de l'entreprise pourrait se trouver impacté par les Nouvelles Technologies de l'information et de la Communication (NTIC). Celles-ci modifient notamment les échanges d'information à l'intérieur et à l'extérieur de l'entreprise ainsi que les relations avec les clients et les partenaires. L'information devient omniprésente, mais elle n'est pas nécessairement source de valeur. Elle peut engendrer un surcoût pénalisant pour la productivité et peut de fait nécessiter de reconsidérer l'organisation du travail. Dans les grandes entreprises, d'importantes transformations concernent en outre l'externalisation de processus, voire de fonctions entières. Elles permettent aux compagnies de se concentrer sur une partie essentielle, d'un point de vue stratégique, capitalistique ou logistique, de leurs activités, en déléguant les autres activités ou investissements à des partenaires. Ce modèle d'entreprise étendue à de fait largement déplacé les prises de risque et les contraintes sur les partenaires. Poussé à son paroxysme, il a aboutit à l'émergence d'entreprises qualifiées de virtuelles ou d'imaginaires. Plus récemment, des collaborations de Petites et Moyennes Entreprises (PME) se sont mises en place dans le cadre d'organisations virtuelles par le biais des NTIC. Cet ouvrage s'interroge plus particulièrement sur l'impact qu'auront les NTIC, les solutions d'e-business et l'ingénierie des connaissances dans l'organisation des 1 Chapitre rédigé par Thierry BOURON

2 2 Vision e-company entreprises en réseau à l'horizon Il tente de répondre aux questions suivantes : Quelles évolutions les NTIC risquent-elles d'engendrer aux niveaux de l'organisation, du management, des processus décisionnels et relationnels? Dans quelle mesure les entreprises sont-elles prêtes à s'approprier ces innovations technologiques? Les NTIC sont-elles susceptibles de modifier en profondeur l'organisation des entreprises, la nature du travail et les relations interentreprises? Quelles vont être les transformations et les expansions des divers types d'organisations en réseau, qu'il s'agisse d'entreprises étendues ou d'organisations virtuelles? Plus précisément, quelle va être l'extension et l'ouverture des relations partenariales des entreprises étendues avec l'adoption des nouvelles technologies Web? Les PME vont-elles au demeurant intensifier leurs collaborations pour rester compétitives vis à vis des grands groupes industriels et préserver une certaine autonomie? Les entreprises, y compris les PME, vont-elles devoir s'orienter vers une organisation centrée processus afin d'optimiser leur fonctionnement en fonction des Systèmes d'information (SI) et des relations externes? Suivant quel scénario la collaboration inter-entreprises pourrait progressivement passer de l'échange de données et de l'interopérabilité de SI au niveau plus élaboré de l'orchestration de processus? Ces interrogations montrent la diversité des impacts que pourraient avoir les NTIC sur les entreprises. Cet ouvrage se focalise plus particulièrement sur les relations inter-entreprises et sur la gestion de la relation client réciproquement désignées par les acronymes BtoB (Business to Business) et CRM (Customer Relationship Management). Ces deux domaines sont particulièrement intéressants car ils sont susceptibles de faire l'objet d'innovations majeures non seulement à court terme mais également à plus long terme. En contrepartie, cet ouvrage n'aborde pas plusieurs sujets, au demeurant fort intéressants, qui vont également influencer l'évolution des modes de travail et des entreprises tels que : le nomadisme professionnel, la connexion des employés à l'entreprise via des portails, les téléprocédures de e-gouvernement, la délimitation des entreprises par les pare-feu assurant la sécurité de leur SI. Ce premier chapitre constitue une introduction à l'ensemble des chapitres de l'ouvrage. La deuxième section de ce premier chapitre présente les objectifs de l'ouvrage. Elle mentionne l'intérêt que peut présenter cet ouvrage pour plusieurs acteurs de la sphère professionnelle (PME, grandes entreprises, opérateurs de services). La troisième section développe notre vision des impacts et enjeux potentiels des NTIC dans les entreprises à l'horizon sur les domaines

3 NTIC dans les entreprises organisées en réseau à l'horizon BtoB et CRM. La quatrième section introduit le programme de recherche Vision e- Company conduit par France Télécom R&D de 2001 à 2003 sur cette thématique. Elle donne une vue générale des résultats obtenus par les projets lancés dans le cadre de ce programme et souligne leur intérêt pour la conduite de recherches multidisciplinaires. La cinquième section introduit l'objet des différents chapitres composant l'ouvrage Propos de l'ouvrage Objectif L'objectif de cet ouvrage est d'apporter des éclaircissements sur la façon dont les entreprises s'organisent et s'organiseront en réseau autour des NTIC d'ici à 2010 en s'appuyant sur l'exposé de résultats issus du programme de recherche Vision e- Company et en développant de façon quasi systématique une approche multidisciplinaire intégrant des contributions en sociologie de l'entreprise, management, marketing, informatique et ingénierie des connaissances. Plus précisément, il s'agit : (1) de présenter les innovations technologiques en cours de développement ou d'expérimentation qui vont structurer les transformations de l'entreprise à venir en faisant notamment le point sur les initiatives de standardisation utiles au BtoB et au BPM (Business Process Management), (2) de mettre en perspective ces innovations à partir d'une réflexion sociologique préalable sur l'entreprise et sur l'appropriation effective des NTIC dans la sphère professionnelle, d'évaluer ainsi dans quelles mesures les prévisions annoncées à de la fin des années 90 sur les entreprises en réseau se sont concrétisées et de montrer comment, à travers l'exemple de la mise en place du CRM analytique, l'appropriation des NTIC s'inscrit dans une démarche globale de rationalisation des processus, (3) de se projeter dans le future pour anticiper des évolutions technologiques et transformations organisationnelles plus radicales. Trois fenêtres temporelles sont considérées. Cet ouvrage fournit ainsi dans un premier temps une analyse sociologique de la situation actuelle, puis donne une description précise et informée des développements techniques et des standards pouvant s'avérer prépondérants d'ici un couple d'années et enfin propose des perspectives de nouveaux services à l'horizon 2010.

4 4 Vision e-company Intérêts de l'ouvrage pour PME, grandes entreprises, opérateurs de services Les transformations et les innovations exposées dans cet ouvrage présentent un intérêt pour plusieurs acteurs de la sphère professionnelle : les dirigeants de PME, les urbanistes de SI, le marketing stratégique et opérationnel des grandes entreprises, les opérateurs de services. Intérêts pour les PME L'ouvrage présente de nouveaux services exploitant les fonctionnalités technologiques en cours de normalisation. Des exemples fournissent une illustration de l'apport potentiel de ces innovations technologiques vis à vis des PME. L'ouvrage développe notamment l'hypothèse suivant laquelle les PME pourraient être amenées dans un contexte fortement concurrentiel à intensifier leur collaboration avec d'autres PME. Il montre par exemple comment des PME historiquement organisées en réseau sur des bassins industriels donnés pourraient exploiter les innovations technologiques à venir pour améliorer leur performance et s'ouvrir à de nouveaux marchés. Intérêts pour les grande entreprises Seuls quelques grands groupes industriels ont accès à l'ensemble des informations sur les initiatives de standardisation BtoB et sur les technologies de pointe améliorant le traitement des connaissances client. L'ouvrage apporte aux directeurs et urbanistes de SI de grandes entreprises, une synthèse de ces initiatives. Il montre différents usages possible de ces initiatives et propose des solutions pour les articuler. Il fournit des éléments de descriptions techniques à l'attention des ingénieurs des SI en charge du déploiement de solutions CRM et BtoB. Cet ouvrage présente également un intérêt pour les responsables marketing opérationnel et stratégique de grandes entreprises. Il montre notamment, à partir d'analyses terrains et d'études de cas, comment d'une part, améliorer l'appropriation des NTIC dans les processus de CRM et, d'autre part, développer, formaliser et mieux exploiter la connaissance client à partir de simulations. Intérêts pour les opérateurs de services Sont désignés opérateurs de services les acteurs responsables d'opérer la fourniture de services immatériels basés sur le traitement d'information, de prestations logicielles et de services de télécommunication. Ces acteurs sont particulièrement concernés par les innovations les plus en rupture introduites dans cet ouvrage qui concernent de nouveaux métiers d'e-business tels que ceux : de médiation de place de marché BtoB, d'hébergement de services logiciels (ASP

5 NTIC dans les entreprises organisées en réseau à l'horizon Application Service Provider), de gérant d'espaces de travail coopératifs ou de management de processus de business. 1.3Vision des transformations à venir Avoir une démarche prospective est délicat dans ce contexte car les changements technologiques s'accélèrent et de plus il est nécessaire de les analyser par rapport aux fondements même des entreprises voir d'enjeux politiques liés notamment à l'économie de marché. C'est toutefois un exercice qui permet de mettre en exergue des tendances et des ruptures technologiques. L'énoncé d'une vision des transformations facilite en outre un débat stratégique et de fait l'expression d'objections. Les hypothèses avancées sont par conséquent amenées à être régulièrement reconsidérées en fonction des freins potentiels au développement et à l'appropriation plus ou moins rapide des innovations technologiques. L'ensemble des chapitres de cet ouvrage contribue à étayer notre vision des transformations à venir dont voici les grandes lignes. Figure 1.1 Illustration de la vision développée 1 1 Illustration réalisée par le studio 3e-oeil Paris

6 6 Vision e-company Une illustration des lignes directrices de cette vision est donnée par la figure 1.1. Dans cette figure, l'entreprise est esquissée comme un assemblage de pièces de puzzle représentant l'organisation en processus. Les relations BtoB sont illustrées par la collaboration au niveau des processus (la désignation et l'observation de pièces de puzzles), par la recherche de prestataires et la conclusion d'accords. L'entreprise produit un flot d'informations (symbolisé par des digit binaires et des satellites) qui peuvent être relayées au niveau mondial. Les échanges sont en outre personnalisés et portent en particulier sur la connaissance client. Cette vision est structurée par deux axes développés ci-dessous : (1) une organisation en réseau d'entreprises communiquant et coopérant avec des partenaires internes et externes aux structures diversifiées et évolutives, (2) un management informationnel des entreprises liant étroitement informations et décisions. Vision de l'organisations en réseaux D'ici un couple d'années, des solutions ouvertes et standard de communication BtoB vont s'imposer, qu'il s'agisse de Web Services, ebxml, UDDI (Universal Description Discovery Integration), ou de solutions alternatives. Le modèle d'entreprise étendue pourrait ainsi s'ouvrir et être parallèlement concurrencé par des modes d'organisation en réseau préservant plus d'autonomie aux PME, les entreprises s'organisant de plus en plus fréquemment au moins pour des périodes de temps donné suivant le schéma d'organisations virtuelles. Suite à cela, d'ici une dizaine d'année, des communautés professionnelles pourraient tirer parti de places de marchés électroniques sur lesquelles se concluront des contrats entre des offreurs de compétences (intérim, free-lance) et des demandeurs de services (entreprises). De tels marchés électroniques vont s'établir en priorité sur des bassins industriels donnés dans lesquels des relations de confiance entre les partenaires ont été préétablies. Une partie des PME devrait parallèlement passer progressivement d'une organisation en lignes de produits à une organisation en terme de processus en vue de faciliter l'orchestration des relations partenariales au niveau des processus. Vision du management informationnel Les NTIC procurent des outils tout à fait utiles pour collecter des informations sur les clients. C'est en particulier, le cas des outils de CRM, des Web call centers et des outils de Data Mining. L'information devient omniprésente dans l'entreprise. La collecte d'informations, leur transformation en connaissances et leur prise en compte dans des prises de décisions ont un coût qui toutefois risque d'en limiter l'intérêt. Plusieurs éléments peuvent accentuer ou contrebalancer le rôle et l'efficience de l'information dans l'entreprise, notamment : la disponibilité accentuée des employés via les mobiles, la raréfaction des situations de face à face, l'utilisation de nouvelles infrastructures telle que la messagerie instantanée, la connexion directe entre les ordinateurs (P2P - Peer to Peer), la transposition des échanges informationnels voix

7 NTIC dans les entreprises organisées en réseau à l'horizon et donnée sur IP et la possibilité d'analyser automatiquement ces échanges numériques. D'ici 5 à 10 ans, l'accent pourrait tout autant être mis sur la qualité des échanges d'informations dans les entreprises que sur leur quantité. L exploitation des systèmes d information va devenir essentiel pour personnaliser et contextualiser les offres de services et les relations client. Les processus liés à la relation client devront de ce fait avoir été largement redéfinis pour exploiter les SI et permettre une formalisation des connaissances client. Les trois figures suivantes schématisent notre vision des points d'impact d'ici à 2010 d'éléments technologiques sur d'une part, différentes formes d'organisations d'entreprises en réseau et, d'autre part, le management de l'information client. Les éléments technologiques sont portés sur un axe horizontal ; ils concernent principalement : des éléments du réseau de télécommunication tels que le déploiement des réseaux haut-débit bas coût (xdsl), la mise en place de VPN (Virtual Private Network) sur les réseaux IP, les architectures réseaux reliant directement les ordinateurs (P2P), les outils d'analyse des trafics IP, les évolutions du Web notamment le codage d'information et de metainformation XML, ebxml, les Web Services, le Web Sémantique, l'automatisation de procédés de confiance, les outils de BPM, le développement de logiciel libre (Open Source), des solutions de "Business Intelligence" tels que le Data Mining, les modèles comportementaux, les simulations d'écosystèmes. En complément, ces figures introduisent en diagonale des tendances organisationnelles guidant les transformations à venir des entreprises, notamment : l'organisation centrée processus, l'ouverture des SI, la réduction des coûts de transaction, l'organisation électronique d'une économie free-lance (e-lance), l'automatisation du CRM, la transformation des données client en connaissances, la rationalisation des processus. La figure 1.2 montre l'évolution des marchés de l'echange de Données Informatisé (EDI, new EDI) et à travers ceux-ci, l'expansion des entreprises en réseaux (étendues, virtuelles et imaginaires).

8 8 Vision e-company La figure 1.3 montre le développement d'organisations virtuelles fondées sur la collaboration de PME. Elle structure le développement de ce mode d'organisation autour de la délimitation d'une zone de confiance et de trois éléments : les platesformes coopératives, les places de marché BtoB avec des fonctionnalités de recherche et d'établissement de partenariats, et les services d'orchestration de processus. Marché Web Services (UDDI, ebxml) XML xdsl VPN/IP BPM Fr : 75 M EU : entreprises EDI Fr 8M EU : entreprises NEW EDI organisation centrée processus réduction coûts de transaction ouverture SI Figure 1.2 Expansion et évolution d'entreprises en réseaux autour d'edi procédés de confiance P2P, messagerie instantanée Web Services ebxml BtoB -INTERPME Web sémantique modèle open source (ontologie -OWL) BPM zone de confiance préétablie orchestration processus de business plate-forme de travail coopératif bibliothèque moteur de de processus automatisation recherche de gestion prestataires de partenariats zone sans confiance préétablie place de marché BtoB organisation centrée processus réduction coûts de transaction économie e-lance

9 NTIC dans les entreprises organisées en réseau à l'horizon Figure 1.3 Développement des organisations virtuelles de PME La figure 1.4 indique différents paliers dans le traitement de l'information client. Elle souligne le rôle croissant que pourraient jouer les technologies de "Business Intelligence" dans le contexte du CRM. Business Intelligence data mining traces IP modèles comportementaux simulation d écosystèmes Automatisation de l échantillonnage de SI Couplage du CRM au SI Référentiel processus de CRM Personnalisation Simulation de du CRM populations de consommateurs Qualification des interactions électroniques dissociation des flux d interaction automatisation du CRM transformation des données client en connaissances rationalisation des processus Figure 1.4 Traitement de l'information client dans l'entreprise 1.4. Programme de recherche Vision e-company Le programme de recherche Vision e-company a été lancé par France Télécom R&D en 2001 pour une durée de trois ans. Son but était d'anticiper l'évolution organisationnelle et informationnelle des entreprises à l'horizon sous l'impulsion des NTIC, d'établir comment les échanges d'informations, l'externalisation et la coopération de processus vont modifier les rapports professionnels intra et inter-entreprises et de déterminer les standards qui vont s'imposer dans l'e-business [BOURON 03a].

10 10 Vision e-company Quatre projets, intitulés e-infovalue, e-customer, e-contract et e-process, correspondant à des problématiques essentielles de l'entreprise, ont été conduits dans le cadre de ce programme. Les résultats obtenus par ces projets permettent d'analyser plus en détail et dans certains cas de valider la vision des transformations précédemment exposée Projets du programme Vision e-company Projet e-infovalue : échanges d'information dans l'entreprise Le projet e-infovalue s'est préoccupé de l'amélioration de l'efficience et de l'utilité des échanges électroniques d'information dans l'entreprise, en considérant à la fois la création de valeur réalisée (augmentation du capital connaissance de l'entreprise, gains de flexibilité) et le coût constaté (surcharge cognitive, rapport bruit / information). Le projet a analysé les éléments pouvant conduire à une surcharge informationnelle tels que l'exécution fréquente des processus suivant des modes d'exception ou encore la nécessité de garder à l'esprit une multitude de contextes donnés pour gérer en parallèle via l' un nombre important de conversation asynchrone. Il a étudié comment rationaliser les échanges électroniques et adapter les règles de communication et les modes de décision intra-entreprise aux nouveaux modes de télécommunication et d'organisation en réseaux des entreprises. Une méthode "instrumentée" centrée sur l'usager a été élaborée pour analyser les échanges électroniques dans l'entreprise. Elle combine une analyse qualitative basée sur des interviews à une analyse quantitative exploitant les données recueillies par des sondes logicielles traçant de façon individuelle les échanges électroniques sur IP (envoi et réception de courrier électronique, accès à l'intranet). Cette méthode, définie de façon empirique à partir d'expérimentations, s'appuie sur un cadre conceptuel établi à cet effet pour comprendre les notions mises en jeu, notamment la communication, l'agencement de tâche, le classement et la recherche d'information, la formation, la coopération et la coordination de tâches. Une expérimentation terrain a été menée pour quantifier et qualifier les échanges d'informations d'une population de test 2 [ASSADI 03]. L'utilisation d'analyse des échanges électroniques de ce type dans l'entreprise peut être envisagée pour évaluer, quantifier le rôle des échanges électroniques sur la réduction effective des coûts de transaction qui constitue un des éléments clé de la vision précédemment énoncée. 2 Cette population était composée d'une trentaine de personnes occupant différentes fonctions (ingénieur R&D, chargé de gestion, secrétaire, chef de projet, directeur de programme, responsable d'équipe, de laboratoire, directeur) à France Télécom R&D, dans des secteurs variés (commercial, communication, logistique, informatique, juridique, R&D).

11 NTIC dans les entreprises organisées en réseau à l'horizon Une infrastructure de services d'échanges électroniques, Team Open Space, dédiée à une organisation du travail par projets a été prototypée en parallèle. Plusieurs de ses fonctionnalités visent à réduire la surcharge informationnelle. Team Open Space structure la gestion des communications par projet afin de faciliter la mise en contexte des informations et la gestion de documents. Elle optimise en outre la synchronisation des tâches coopératives via l'usage de la messagerie instantanée. Ces services sont implantés sur une architecture P2P. De la sorte, Team Open Space ne nécessite pas d'administration de serveurs centralisés ce qui permet de réduire les coûts liés à l'exploitation de plate-formes de travail coopératif et peut contribuer ainsi à réduire les coûts de transaction dans le contexte d'organisations virtuelles (Cf. figure 1.3). Projet e-customer : traitement des informations client Le projet e-customer s'est focalisé sur la gestion, l'acquisition, la réutilisation, des connaissances sur les clients et sur l'analyse de leurs impacts dans la relation client. Il a d'une part examiné comment fédérer les diverses informations clients, analysé leur appropriation par les responsables opérationnels et leur transformation en connaissances utiles à l'amélioration de la relation client, et d'autre part développé de nouveaux outils pour étendre et optimiser cette connaissance. Il a ainsi considéré non seulement les techniques logicielles de traitement de l'information et les systèmes de prédiction destinés aux responsables des ventes et du marketing mais également les conditions sociales et organisationnelles d'appropriation de ces techniques et systèmes. L'intégration de compétences en sociologie de l'entreprise et en ingénierie des connaissances, notamment en Data Mining, a permis de préciser ce qui, dans la relation clientèle, est automatisable et ce qui ne l'est pas. Les résultats de ce projet permettent d'approfondir la vision précédemment énoncée sur l'impact des techniques de Business Intelligence dans le CRM (Cf. figure 1.4). Plusieurs études de cas ont été conduites en vue d'établir un référentiel des pratiques de CRM dans le domaine des télécommunications, des finances et du tourisme [KESSOUS 03a] [KESSOUS 03b] [MOUNIER 02]. Les travaux réalisés dans le secteur du tourisme ont mis en exergue une tendance de rationalisation du traitement des relations clients dans des centres de contact (Call Center) et souligné le rôle des SI (y compris l'introduction de la gestion de la relation par Internet) dans cette rationalisation. Ils ont par ailleurs analysé le travail de vendeurs et la façon dont le SI était utilisé à des fins marketing et commerciales dans les télécommunications. Plusieurs techniques de Data Mining ont été développées pour automatiser l'échantillonnage des données client et leur classification et ainsi tirer profit de l'augmentation des quantités de données disponibles, en accélérant les cycles de traitement Data Mining. Le procédé Khiops permet d'améliorer l'automatisation du pré-traitement des informations client en réduisant automatiquement le nombre de

12 12 Vision e-company variables considérées. Il met en oeuvre les algorithmes Khi2 et Student [BOULLE 01] [BOULLE 02] [BOULLE 03a] [BOULLE 03b]. Ce procédé a, entre autres, été testé sur un SI d'une Direction Régionale comprenant près de lignes et plus de 800 variables. En complément des techniques CCIL (Customer Constructive Induction Learning) ont été appliquées à la sélection et la construction de variables dans le domaine des grandes bases de données clients 3 [LEGRAND 02]. Ces travaux ont été complétés par le développement de méthode permettant la découverte automatique de classes de données. Pour palier l'augmentation des quantités de données, le projet a développé la formalisation de l'information client dans des modèles comportementaux. L'outil CUBES (Customer Behavior Simulation) a été réalisé pour explorer cette approche. Il permet de simuler une population de plusieurs milliers de consommateurs où chaque consommateur est représenté individuellement par un agent logiciel [BOURON 01b] [BEN SAID 01a] [BEN SAID 01b] [BEN SAID 03]. Chaque consommateur réagit de manière individuelle aux sollicitations du marché en fonction d'une plus ou moins forte expression de traits de comportement : attrait pour l'innovation, méfiance, opportunisme, imitation. Cet outil permet de tester les réactions d'un marché face à différentes stratégies de marque, mettant plus ou moins l'accent sur l'innovation, la fidélisation et la promotion. La formalisation de l'information client dans des modèles comportementaux a également été expérimentée dans le développement du logiciel CIC (Construction Interactive de Catégories) d'assistance au choix d'un produit 4 [LATOURRETTE 01] [BOURON 02]. Ce logiciel peut servir de support à un vendeur ou être directement consulté en ligne par un acheteur. Il classifie automatiquement l'ensemble des produits disponibles en trois catégories en fonction des préférences exprimées par le client. Le client peut à tout moment sélectionner/rejeter une des catégories ou exprimer de nouvelles préférences, les produits étant automatiquement re-classifiés. Les outils CUBES et CIC fournissent des éléments concrets sur l'apport potentiel et la maturité de nouvelles techniques de "Business Intelligence" dans le CRM (Cf. figure 1.4). Projets e-contract : organisations virtuelles, new EDI Le projet e-contract s'est focalisé sur la recherche et l'établissement de partenariats entre des professionnels via des places de marché électronique. Il s'est appliqué à anticiper l'évolution et la diversification organisationnelle des entreprises en réseau, à déterminer les standards pertinents dans ce contexte (ebxml, OWL, FIPA) et à décliner ces perspectives dans le contexte des places de marchés du travail (intérim, free-lance) facilitant la constitution d'organisations ou d'entreprises 3 Recherches conduites en coopération avec le laboratoire ERIC de l'université de Lyon 2. 4 Ce prototype a été réalisé dans le cadre d'une coopération avec le LIRMM, laboratoire mixte du CNRS et de l'université de Montpellier II.

13 NTIC dans les entreprises organisées en réseau à l'horizon virtuelles à travers la conception de logiciels automatisant le rapprochement de l'offre et la demande. La figure 1.5 donne une illustration de ce type de logiciel. Figure 1.5 Illustration de l'automatisation du rapprochement d'offres et de demandes 5 Le projet a construit une typologie des modes d'organisation en réseau des entreprises et communautés professionnelles à partir de l'analyse d'études de cas conduites aux Etats Unis et en Europe. Cette typologie constitue un support pour l'analyse des enjeux économiques et organisationnels liés à l'expansion des entreprises en réseau et corrélés aux NTIC. Une architecture a été élaborée en vue d'analyser d'un point de vue opératoire les fonctionnalités spécifiées dans le standard de BtoB ebxml qui pourraient structurer le marché new EDI (Cf. figure 1.2). En complément, une maquette a testé l'intérêt de plates-formes d'agents intelligents conformes au standard FIPA [BOURON 01a] 5 Illustration réalisée par le studio 3e-oeil Paris

14 14 Vision e-company pour prototyper des services de négociation qui permettraient d'étendre les fonctionnalités de l'infrastructure ebxml et d'intégrer notamment des protocoles d'appel à proposition [BOURON 03b]. Le projet a réalisé un système logiciel permettant d'automatiser de façon flexible le rapprochement d'offres de compétences et de demandes de prestations en considérant la proximité des activités et compétences considérées. Ce système s'appuie sur la formalisation d'une ontologie des métiers d'intérim complétée par un procédé d'indexation pondérée de l'ensemble des termes manipulés. Le projet a en outre mis en exergue l'importance de la confiance dans ce contexte (Cf. la délimitation liée à la confiance dans la figure 1.3). Projet e-process : processus de business Le projet e-process a considéré des solutions, illustrées par la figure 1.6, de gestion et de coordination adaptées à la modélisation et l'infogérance des processus de business. Il a en outre considéré la définition de SI à géométrie variable adaptés à des organisations d'entreprises évolutives facilitant l'externalisation ou l'intégration de fonctions. Le projet s'est appliqué à modéliser les processus génériques des PME afin d'en formaliser une représentation dans les standards compréhensibles par les logiciels et à définir une architecture SI comme un ensemble de composants, qui puisse être configurée en fonction des évolutions de l'entreprise. Une partie de ces questions a été étudiée dans le cadre des projets RNTL TRAMS 6 (Transformation Reposant sur une Architecture à base de Méta-modèles pour la Migration de SI vers le Web) et RNTL ACCORD 7 (Assemblage de Composants par Contrats en Environnement Ouvert et Réparti). Le simulateur Ma Petite Entreprise permet d'analyser les modifications des processus existants lors de transformations de l'entreprise, par exemple suite à l'introduction d'un nouveau canal de vente, et de donner une vue imagée et didactique de ces changements. Ce simulateur s'appuie sur une formalisation des processus d'entreprises intégrant différents niveaux d'abstraction. Un premier niveau 8 considère l'évolution organisationnelle de l'entreprise en terme de stratégie et d'intention [SALINESI 02]. Un second niveau dérivé des méta-modèles UML spécifiés par le consortium OMG formalise les processus en terme de comportements, d'activités, de rôles, d'artefacts et de flux. 6 Projet lancé dans le cadre de l'appel RNTL 2001, partenaires : EDF, France télécom, IRIT, LIP6, SoftMaint, 7 Projet lancé dans le cadre de l'appel RNTL 2001, partenaires : EDF, le CNAM, l'enst, l'enst-bretagne, France Télécom R&D, l'inria, LIFL, Softeam, 8 Ce modèle a été réalisé en coopération avec le laboratoire CRI de l'université Paris 1.

15 NTIC dans les entreprises organisées en réseau à l'horizon Figure 1.6 Conception, optimisation et hébergement de processus de business 9 Des offres de services permettant la gestion en ligne de processus de business en mode ASP et l'orchestration de processus définis par différentes entreprises ont été prototypées [LAU 03] [GIESS 02]. Les solutions élaborées s'appuient sur les standard BPML (Business Process Modeling Language) et BPEL4WS (Business Process Execution Language for Web Services). L'orchestration de processus de business a été abordé à plusieurs niveaux. Une architecture permettant la conception d'une bibliothèque en ligne de processus de business a été définie 10 dans la continuité de travaux sur le Process Handbook développé au MIT [LI 03]. Une modélisation de 9 Illustration réalisée par le studio 3e-oeil Paris Recherche conduite en coopération avec le laboratoire ebusiness du MIT

16 16 Vision e-company la synchronisation de processus collaboratifs a également été proposée [BITCHEVA 02] Encrage multi-disciplinaire La dimension multidisciplinaire est élément essentiel des travaux de recherche conduits dans le programme Vision e-company. L'évolution des entreprises avec les NTIC a été considérée systématiquement suivant trois perspectives : socioéconomique, technologies de l'information et ingénierie des connaissances (Knowledge Management - KM, Intelligence Artificielle IA). La table 1.1 mentionne les contributions et éléments clés des projets du programme Vision e- Company répondant à ces perspectives. Les recherches combinant des contributions en sociologie, marketing, informatique et ingénierie des connaissances sont assez rares. L'intégration de plusieurs projets multidisciplinaires dans un programme de recherche structuré l'est d'autant plus. Un intérêt majeur de cet ouvrage est par conséquent de présenter des éléments d'articulation et d'intégration de tels travaux. La dimension multidisciplinaire nous a en outre permis de bâtir une vision des transformations de l'entreprise à l'intersection de ces différentes perspectives. Projets\ Dimensions e-infovalue e-customer e-contract e-process Socio-économique Méthode d'analyse des échanges informationnels dans l'entreprise Analyse de la rationalisation des processus et de l'appropriation des NTIC dans le contexte du CRM Typologies d'entreprises en réseau. Cas d'études en Europe et aux Etats unis Perspectives de marché liés à la gestion et l'orchestration des processus de business Ingénierie des connaissances Fondements théoriques (KM et travail coopératif). Analyse des traces de trafic électroniques Formalisation de comportements client (IA). Catégorisation et sélection automatique de données (Data Mining) Formalisation d'ontologies, d'activités professionnelles Référentiel de processus de business, définition des processus comme des éléments de connaissance Technologies de l'information sonde trafic IP, messagerie instantanée, architecture P2P SI client, Data Mining EbXML, UDDI, Web Services FIPA, OWL BPMI, BPEL4WS, ASP

17 NTIC dans les entreprises organisées en réseau à l'horizon Table Approche multidisciplinaire du programme de recherche e-company 1.5. Objet des chapitres composant l'ouvrage Les chapitres suivants de l'ouvrage apportent des éclaircissements sur la façon dont les entreprises s'organisent et s'organiseront en réseau autour des NTIC d'ici à 2010 en s'appuyant principalement sur des résultats du programme de recherche Vision e-company dont une vue générale a été donnée dans la section précédente. Transformations organisationnelles des entreprises avec les NTIC Les chapitres 2 et 3 procèdent à une analyse sociologique des impacts actuels des NTIC dans les domaines BtoB et CRM. Le 2 ème chapitre, intitulé "diversité des entreprises en réseau : des entreprises étendues aux organisations virtuelles " analyse la diversité, l'étendue et la pérennité des entreprises organisées en réseau. Il propose une typologie de ces entreprises en vue d'identifier les solutions NTIC les plus appropriées suivant les cas de figure. Le 3 ème chapitre, intitulé "mise en place du CRM analytique, analyse sociotechnique" envisage le CRM suivant différentes perspectives allant de la connaissance des clients à l'évaluation des actions commerciales. Il considère trois points critiques du processus de CRM : d'une part la définition et le recueil de données pertinentes permettant d'optimiser les actions commerciales et marketing, d'autre part les modes de coopération entre les vendeurs et les marqueteurs à partir de l'appropriation des outils de Data Mining et enfin les points de connections entre le CRM opérationnel et le système d'information décisionnel. Nouvelles technologies de BtoB à l'horizon 2005 Les chapitres 4 et 5 sont centrés sur la description de technologies qui vont structurer et guider les évolutions des entreprises d'ici un couple d'années et sur l'introduction de nouveaux services ou fonctionnalités pouvant en découler. Le 4 ème chapitre, intitulé "ebxml, la nouvelle génération d'edi" analyse de quelle façon l'internet est en train de modifier le cadre de l'edi. Il présente plusieurs types d'infrastructures pouvant s'appuyer sur le standard ebxml qui pourrait faire suite aux transformations engagées et montre leurs apports potentiels en termes de services. Ce chapitre permet de considérer l'ouverture des entreprises existantes à de nouveaux partenaires et l'adaptation du concept d'edi aux PME. Le 5 ème chapitre, intitulé "BPM : systèmes standard de gestion et d'orchestration de processus de business" fait le point sur le concept de BPM (Business Process Management) ; il analyse notamment les enjeux, et les standards qui semblent devoir

18 18 Vision e-company conditionner son succès. Le chapitre est complété par la présentation d'un démonstrateur de service BPM en mode hébergé facilitant la collaboration entre PME. Projections à l'horizon 2010 Les chapitres 6, 7 et 8 présentent des travaux de recherche exploratoire avec des projections à plus long terme. Le 6 ème chapitre intitulé "portail e-contract: exemple d'application des ontologies dans le secteur de l'entreprise" analyse dans quelles conditions des portails de recherche de partenaires et de rapprochement d'offre de compétences et demandes de prestations peuvent accélérer le développement d'organisations virtuelles. Il montre de quelles façons les techniques du Web sémantique et la formalisation d'ontologies d'activités professionnelles peuvent être utilisées dans ce contexte. Le 7 ème chapitre intitulé "répertoire Web de processus de business" définit la conception générale d'une bibliothèque de processus métiers en ligne. Il explique l'intérêt que pourrait présenter une telle bibliothèque. Il montre sa faisabilité en mentionnant les solutions existantes ou en cours d'élaboration qui permettraient sa réalisation tant au niveau sémantique, décisionnel qu'opérationnel. Le 8 ème chapitre intitulé "simulations multi-agents d'écosystèmes d'entreprises" montre de quelle façon les simulations d'écosystèmes qu'ils s'agissent de systèmes financiers ou de marchés concurrentiels, peuvent être utilisées pour expérimenter des politiques économiques, des stratégies de marque, la diffusion d'innovations. Il introduit une nouvelle modélisation comportementale du consommateur implantée dans le logiciel CUBES (Customer Behaviors Simulation) qui permet de simuler une population de plusieurs milliers de consommateurs et de tester les réactions d'un marché face à différentes stratégies de marques. Conclusion Le 9 ème chapitre intitulé "nouvelles perspectives de recherche" passe en revue les orientations de recherche identifiées à l'issue du programme Vision e-company et étudiées dans le cadre d'un nouveau programme : le Pôle Entreprise.

19 NTIC dans les entreprises organisées en réseau à l'horizon Bibliographie [ASSADI 03] ASSADI H., DENIS J., La messagerie électronique au travail : entre simplicité de l'usage et surcharge, 9 ème Journées de Sociologie du Travail [BEN SAID 01a] BEN SAID L., BOURON T., Multi-agent simulation of consumer behaviours in a competitive market, Conférence MAAMAW'2001. [BEN SAID 01b] BEN SAID L., BOURON T., Multi-agent simulation of virtual consumer populations in a competitive market, Seventh Scandinavian Conference on Artificial Intelligence, 2001, [BEN SAID 01c] BEN SAID L., DROGOUL A., BOURON T., Multi-Agent Based Simulation of Consumer Behaviour : Towards a New Marketing Approach, International congress on Modelling and Simulation, Conférence MODSIM'2001. [BEN SAID 03] BEN SAID L., Simulation multi-agent des consommateurs dans un contexte concurrentiel, thèse de l'université Paris 6, 13 juin [BITCHEVA 02] BITCHEVA J., PERRIN O., GODART C., Cooperative Process Coordination, Conférence SEA 2002 [BOULLE 01] BOULLÉ M., Khiops: une méthode statistique de discrétisation, Extraction des connaissances et apprentissage, Conférence EGC'2002, janvier 2001 [BOULLE 02], BOULLÉ M., Procédé de discretisation d'attributs d'une base de données, demande de brevet d'invention n FR publiée par l'inpi le 29/11/2002. [BOULLE 03a] BOULLÉ M., Khiops: a Discretization Method of Continuous Attributes with Guaranteed Resistance to Noise, Conference MLDM [BOULLE 03b] BOULLÉ M., Khiops: a Statistical Discretization Method of Continuous Attributes, Conférence Machine Learning 2003.

20 20 Vision e-company [BOURON 01a] BOURON T., Application des systèmes multi-agents dans les télécommunications, chapitre 6 de Principes et architectures des systèmes multi-agents, p , Hermes [BOURON 01b] BOURON T., BEN SAID L., Procédé et système de simulation comportementale d'une pluralité de consommateurs par simulation multi-agents, demande de brevet d'invention n FR déposée à l'inpi en mai 2000, publiée par l'inpi le 23/11/2001 [BOURON 02] BOURON T., LATOURETTE M., SALLANTIN J., Assistance au choix d'un produit dans un catalogue électronique de produits, demande de brevet d'invention n FR déposée à l'inpi en février 2001, publiée par l'inpi le 30/08/2002. [BOURON 03a] BOURON T., Vision e-company : The network centric enterprises, Conférence Pro-ve'03, juin [BOURON 03b] BOURON T., PIERRE D., Procédé de mise en relation d'entrepreneurs et d'aide à la réalisations d'accords, demande de brevet d'invention déposée à l'inpi n en juillet 2002, publication INPI en décembre [GIESS 02] GIESS A., LAU W., SINACEUR S., Integration of Business Processes in the Information Systems,Conférence ADELI/ICSSEA 2002 [KESSOUS 03a] KESSOUS E, MOUNIER C., Les épreuves de la relation client, le cas de la mise en place d'un logiciel de CRM, soumis au numéro spécial de Sciences de la Société sur " Les ERP Instrumentation de gestion, systèmes d'information et performance industrielle ", juillet [KESSOUS 03b] KESSOUS E., MALLARD A., MOUNIER C., " A la découverte du client ", Analyse d'un moment fugace de la relation commerciale, présenté au 9 ème Journées de Sociologie du Travail, novembre [LATOURRETTE 01] LATOURETTE M., Acquisition de connaissances à partir d'opérateurs de généralisation, thèse de l'université Montpellier II, septembre [LAU 03] LAU W., LI Y., SINACEUR S., Ecosystem for virtual enterprise, Pro-ve'2003, juin [LEGRAND 02] LEGRAND G., ERRAY W., BOULLÉ M., Un Survey des Méthodes de Sélection d'attributs dans le Data Mining, 9èmes Rencontres de la Société Francophone de Classification, septembre 2002 [LI 03] LI Y., LAUBACHER R., QUIMBY J., BOURON T., LAU W., SINACEUR S., The process library : Enabler of cross-sme collaboration, Conférence VIEWS'03 décembre [MOUNIER 02] MOUNIER C., Du statut d'agent de réservation à celui de conseiller client, analyse d'une transition professionnelle au sein de deux centres d'appel, la revue réseaux, [SALINESI 02] SALINESI C., PRESSO M. J., Business Processes Change and Information System Adaptation: Formalisation of Higher Lavel Rationale, Conférence EDOC'2002.

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة Phase 3 Planification de la solution retenue et stratégie de changement Elaboration du Schéma Directeur du Système d Information des agences urbaines 2013 Sommaire

Plus en détail

Contexte : «l e-business» TECHNIQUES DE MARKETING EN LIGNE. Contexte : «l e-business» Création de valeur 02/02/12

Contexte : «l e-business» TECHNIQUES DE MARKETING EN LIGNE. Contexte : «l e-business» Création de valeur 02/02/12 Contexte : «l e-business» TECHNIQUES DE MARKETING EN LIGNE La notion «d E-Business» recouvre les différentes applications possibles de l'informatique faisant appel aux technologies de l'information et

Plus en détail

Fiche de l'awt Plate-formes d'intermédiation

Fiche de l'awt Plate-formes d'intermédiation Fiche de l'awt Plate-formes d'intermédiation Présentation de solutions techniques mises en oeuvre dans le cadre des plate-formes d'intermédiation, notamment sur base du standard XML Créée le 14/05/01 Modifiée

Plus en détail

Fiche de l'awt Qu'est-ce que l'e-business?

Fiche de l'awt Qu'est-ce que l'e-business? Fiche de l'awt Qu'est-ce que l'e-business? Que recouvre exactement la notion d'e-business? Les moteurs de l'e-business (gestion orientée client et TIC), proposition de valeur d'une stratégie e-business,

Plus en détail

Dématérialisation et document numérique (source APROGED)

Dématérialisation et document numérique (source APROGED) Dématérialisation et document numérique (source APROGED) La dématérialisation se répand très rapidement dans tous les domaines d'activités. Depuis l'origine, le concept de dématérialisation repose sur

Plus en détail

Le Workflow comme moteur des projets de conformité

Le Workflow comme moteur des projets de conformité White Paper Le Workflow comme moteur des projets de conformité Présentation Les entreprises sont aujourd'hui soumises aux nouvelles régulations, lois et standards de gouvernance les obligeant à mettre

Plus en détail

Fiche méthodologique Qu'est-ce que l'e-business?

Fiche méthodologique Qu'est-ce que l'e-business? Fiche méthodologique Qu'est-ce que l'e-business? Plan de la fiche : 1 : Présentation de la fiche 2 : Définition de l'e-business 3 : Les moteurs de l'e-business 4 : Choix stratégique et la proposition de

Plus en détail

Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges

Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges Quels sont les éléments principaux dont il faut tenir compte pour la rédaction d'un cahier des charges dans le cadre d'un projet lié aux TIC (technologies de

Plus en détail

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Plan de la fiche : 1 : Présentation de la fiche 2 : Introduction : les grands principes 3 : Contenu, 1 : positionnement et objectifs du projet 4 : Contenu,

Plus en détail

La technologie BPM. Qu'est-ce que la technologie BPM? AVRIL 2006

La technologie BPM. Qu'est-ce que la technologie BPM? AVRIL 2006 La technologie BPM Devant la quête incessante de productivité et le manque de vision globale entre les différents processus aboutissant à la mise sur le marché d'un nouveau produit, les entreprises font

Plus en détail

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Le Groupe consultatif du SYGADE soumet à l'attention du Secrétaire général de la CNUCED les conclusions suivantes formulées lors de sa 9ième

Plus en détail

Gérez efficacement vos flux d entreprises.

Gérez efficacement vos flux d entreprises. Gérez efficacement vos flux d entreprises. g geai* répond au besoin de gestion des flux de données inter et intra-entreprises. Vous maîtrisez vos flux autour d une application centralisée. *EAI : Enterprise

Plus en détail

Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996)

Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996) Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996) Légende: Le 31 mai 1996, les conclusions de la conférence ministérielle euro-méditerranéenne de Rome portant

Plus en détail

Avantages économiques de la stratégie de Cisco relative à l'informatique en nuage

Avantages économiques de la stratégie de Cisco relative à l'informatique en nuage Avantages économiques de la stratégie de Cisco relative à l'informatique en nuage Principaux résultats Synthèse L'informatique en nuage permet d'utiliser l'informatique en tant que service, en tout lieu

Plus en détail

PROJET DE PROPOSITION DE RÉSOLUTION

PROJET DE PROPOSITION DE RÉSOLUTION PARLEMENT EUROPÉEN 2014-2019 Document de séance 10.4.2015 B8-0000/2015 PROJET DE PROPOSITION DE RÉSOLUTION déposé à la suite de la question avec demande de réponse orale B8-0000/2015 conformément à l'article

Plus en détail

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Guides Pratiques Objecteering Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Auteur : Version : 1.0 Copyright : Softeam Equipe Conseil Softeam Supervisée par Philippe Desfray Softeam

Plus en détail

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm Notez que vous trouverez les fiches citées à chaque étape sur le site (Normalement, les liens ont été conservés et fonctionnent) Reste

Plus en détail

White Paper ADVANTYS. Workflow et Gestion de la Performance

White Paper ADVANTYS. Workflow et Gestion de la Performance White Paper Workflow et Gestion de la Performance Présentation L automatisation des process combinée à l informatique décisionnelle (Business Intelligence) offre une nouvelle plateforme de gestion pour

Plus en détail

Les Fiches thématiques Jur@tic. Services et Logiciels à distance Cloud Computing, ASP, SaaS

Les Fiches thématiques Jur@tic. Services et Logiciels à distance Cloud Computing, ASP, SaaS Les Fiches thématiques Jur@tic Services et Logiciels à distance Cloud Computing, ASP, SaaS Les Fiches thématiques Jur@TIC 1. Le principe du «Cloud» Qu on les appelle Application Service Provider (ASP),

Plus en détail

Système d Information

Système d Information 1 sur 9 Brandicourt sylvain formateur Unix,apache,Algorithme,C,Html,Css,Php,Gestion de projet,méthode Agile... sylvainbrandicourt@gmail.com Système d Information Architecture Technique Architecture Logiciel

Plus en détail

Pour une entreprise plus performante

Pour une entreprise plus performante Pour une entreprise plus performante Smart Technology Services Raison Sociale - Smart Technology Services llc Pôle d activités - Service et conseil dans la technologie de l information Pôle d activités

Plus en détail

WEB15 IBM Software for Business Process Management. un offre complète et modulaire. Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm.

WEB15 IBM Software for Business Process Management. un offre complète et modulaire. Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm. WEB15 IBM Software for Business Process Management un offre complète et modulaire Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm.com Claude Perrin ECM Client Technical Professional Manager

Plus en détail

Fiche méthodologique L'intermédiation

Fiche méthodologique L'intermédiation Fiche méthodologique L'intermédiation Plan de la fiche : 1 : Présentation de la fiche 2 : Définition et finalités 3 : Classification 4 : Services partiels à valeur ajoutée 5 : L'intermédiation technique

Plus en détail

Formation Méthode MDM. Architecture et procédés de modélisation des données de référence

Formation Méthode MDM. Architecture et procédés de modélisation des données de référence Architecture et procédés de modélisation des données de référence Objectifs de la session Les participants découvrent l architecture et les procédés de modélisation utilisés pour les projets de Master

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Fiche de l'awt L'intermédiation

Fiche de l'awt L'intermédiation Fiche de l'awt L'intermédiation E-Business: présentation de l'intermédiation (activités liées à l'e-business externalisées vers des parties tierces) et de ses différents modèles Créée le 05/02/01 Modifiée

Plus en détail

Elles énumèrent les connaissances qui doivent être acquises par les élèves à l issue de la classe terminale.

Elles énumèrent les connaissances qui doivent être acquises par les élèves à l issue de la classe terminale. Annexe 5 SCIENCES DE GESTION - CLASSE TERMINALE SPÉCIALITÉ : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Présentation Les technologies de l information et de la communication contribuent à la construction d'une

Plus en détail

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Forum panafricain sur le leadership et le management de

Plus en détail

Table des matières CHAPITRE I : LA COOPERATION INTERENTREPRISES...13 INTRODUCTION...13

Table des matières CHAPITRE I : LA COOPERATION INTERENTREPRISES...13 INTRODUCTION...13 3 Table des matières INTRODUCTION GENERALE...8 1. CONTEXTE ET CADRE DE LA RECHERCHE...8 2. OBJECTIF ET APPROCHE...9 3. ENONCE DU PLAN DE LA THESE...10 PARTIE I : CADRE THEORIQUE ET ETAT DE L ART...12 CHAPITRE

Plus en détail

Le "tout fichier" Le besoin de centraliser les traitements des fichiers. Maitriser les bases de données. Historique

Le tout fichier Le besoin de centraliser les traitements des fichiers. Maitriser les bases de données. Historique Introduction à l informatique : Information automatisée Le premier ordinateur Définition disque dure, mémoire, carte mémoire, carte mère etc Architecture d un ordinateur Les constructeurs leader du marché

Plus en détail

Les nouvelles architectures des SI : Etat de l Art

Les nouvelles architectures des SI : Etat de l Art Les nouvelles architectures des SI : Etat de l Art Objectif Mesurer concrètement les apports des nouvelles applications SI. Être capable d'évaluer l'accroissement de la complexité des applications. Prendre

Plus en détail

COMMISSION DE VALIDATION DES DONNEES POUR L'INFORMATION SPATIALISEE

COMMISSION DE VALIDATION DES DONNEES POUR L'INFORMATION SPATIALISEE COMMISSION DE VALIDATION DES DONNEES POUR L'INFORMATION SPATIALISEE NOTE Quel(s) outil(s) de communication pour la COVADIS? 1. Objet de la note Le bilan annuel de la Covadis présentée en séance plénière

Plus en détail

BACHELOR OF SCIENCE INFORMATICIEN-NE DE GESTION

BACHELOR OF SCIENCE INFORMATICIEN-NE DE GESTION Informatique de gestion BACHELOR OF SCIENCE HES-SO BACHELOR OF SCIENCE INFORMATICIEN-NE DE GESTION Plans d études et descriptifs des modules Filière à plein temps et à temps partiel Table des matières

Plus en détail

IODAA. de l 1nf0rmation à la Décision par l Analyse et l Apprentissage / 21

IODAA. de l 1nf0rmation à la Décision par l Analyse et l Apprentissage / 21 IODAA de l 1nf0rmation à la Décision par l Analyse et l Apprentissage IODAA Informations générales 2 Un monde nouveau Des données numériques partout en croissance prodigieuse Comment en extraire des connaissances

Plus en détail

Processus «Gérer les réclamations clients» De la réclamation au suivi de la satisfaction client

Processus «Gérer les réclamations clients» De la réclamation au suivi de la satisfaction client Processus «Gérer les réclamations clients» De la réclamation au suivi de la satisfaction client Historique Version Date Nature des modifications Auteur 1.0 12/10/2011 www.allaboutbpm.com / Bonitasoft Crédit

Plus en détail

PROGRAMME DU CONCOURS DE RÉDACTEUR INFORMATICIEN

PROGRAMME DU CONCOURS DE RÉDACTEUR INFORMATICIEN PROGRAMME DU CONCOURS DE RÉDACTEUR INFORMATICIEN 1. DÉVELOPPEMENT D'APPLICATION (CONCEPTEUR ANALYSTE) 1.1 ARCHITECTURE MATÉRIELLE DU SYSTÈME INFORMATIQUE 1.1.1 Architecture d'un ordinateur Processeur,

Plus en détail

Le signalement des publications de la recherche :

Le signalement des publications de la recherche : Enjeux du signalement des ressources numériques produites LES ENJEUX Les universités et les consortiums universitaires produisent de plus en plus de ressources numériques (pédagogiques, articles, thèses

Plus en détail

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT DEFINITION DE LA LOGISTIQUE La logistique est une fonction «dont la finalité est la satisfaction des besoins exprimés ou latents, aux meilleures conditions économiques pour l'entreprise

Plus en détail

La stratégie pour le développement de l administration électronique «e-stratégie» 2010-2015

La stratégie pour le développement de l administration électronique «e-stratégie» 2010-2015 La stratégie pour le développement de l administration électronique «e-stratégie» 2010-2015 Version actualisée Sommaire 1 Vision de la e-stratégie 2 Objectifs de la e-stratégie 3 4 Fondements de la e-stratégie

Plus en détail

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section J Division 63

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section J Division 63 Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2 Section J Division 63 63 SERVICES D'INFORMATION Cette division comprend les activités des portails de recherche sur Internet, de traitement et d'hébergement de

Plus en détail

Stimuler les recettes hors secteur aéronautique des aéroports

Stimuler les recettes hors secteur aéronautique des aéroports Stimuler les recettes hors secteur aéronautique des aéroports Collecte de données de vente FACTURE Gestion des contrats Recettes et facturation Analyse des performances www.concessionaireanalyzer.com Les

Plus en détail

Le 09 et 10 Décembre 09

Le 09 et 10 Décembre 09 Séminaire de 2 jours Le 09 et 10 Décembre 09 Mettez les évolutions technologiques au service de vos objectifs métier 2 OXIA a pour mission de concevoir et mettre en œuvre les meilleures solutions technologiques

Plus en détail

Présentation à la Direction des Santé Achats de la Société Générale. Asurances, soins, biens médicaux

Présentation à la Direction des Santé Achats de la Société Générale. Asurances, soins, biens médicaux Présentation à la Direction des Santé Achats de la Société Générale 2003 Asurances, soins, biens médicaux Une culture globale et entrepreneuriale orientée client Innovation et fonctionnement en réseau

Plus en détail

Concepts et définitions

Concepts et définitions Division des industries de service Enquête annuelle sur le développement de logiciels et les services informatiques, 2002 Concepts et définitions English on reverse Les définitions qui suivent portent

Plus en détail

URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION

URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION FAYCAL AYECH GL2. INSAT 2010/2011 INTRODUCTION AUX SYSTÈMES D INFORMATIONS URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION De l Urbanisme à L Urbanisation des SI Urbanisme : Mise en œuvre des politiques urbaines

Plus en détail

Composition à partir d'un dossier portant sur les éléments généraux du droit et sur le droit des affaires

Composition à partir d'un dossier portant sur les éléments généraux du droit et sur le droit des affaires Concours externe de l agrégation du second degré Section économie et gestion Programme de la session 2013 Les candidats à l'agrégation externe d économie et gestion ont le choix entre cinq options : -

Plus en détail

Conception Exécution Interopérabilité. Déploiement. Conception du service. Définition du SLA. Suivi du service. Réception des mesures

Conception Exécution Interopérabilité. Déploiement. Conception du service. Définition du SLA. Suivi du service. Réception des mesures Software propose une offre d intégration unique, qui apporte l équilibre parfait entre investissements et performances pour les entreprises qui doivent sans cesse améliorer leurs processus. Des caractéristiques

Plus en détail

Fiche de l'awt Matrice des activités d'un projet d'ebusiness

Fiche de l'awt Matrice des activités d'un projet d'ebusiness Fiche de l'awt Matrice des activités d'un projet d'ebusiness Les activités de cette matrice concernent les canaux de communication électronique et les interfaces avec les systèmes d'information de l'entreprise

Plus en détail

Les solutions SAS pour les Petites et Moyennes Entreprises

Les solutions SAS pour les Petites et Moyennes Entreprises BROCHURE SOLUTION Les solutions SAS pour les Petites et Moyennes Entreprises Sur un marché aussi compétitif que celui des Petites et Moyennes Entreprises, le temps et l efficacité sont deux valeurs prioritaires

Plus en détail

Données des SIM. Données signalétiques (nom, adresse), Historique d achat, Réactions passées aux actions de promotion

Données des SIM. Données signalétiques (nom, adresse), Historique d achat, Réactions passées aux actions de promotion Données des SIM Bases de données produits Identification, caractéristiques techniques, caractéristiques commerciales (prix, unités de vente, fournisseurs), état des stocks, ventes réalisées Bases de données

Plus en détail

JOUR 1 - MATIN Première approche de l'architecture métier

JOUR 1 - MATIN Première approche de l'architecture métier Version du 0/0/202 JOUR - MATIN Première approche de l'architecture métier Présentation de la formation exceptionnelle Connaître le cadre de la formation Le contexte : la méthode publique Praxeme, l'initiative,

Plus en détail

4.1 Des hypothèses initiales validées au positionnement favorable du guide SD21000 dans la perspective de l'iso 26000

4.1 Des hypothèses initiales validées au positionnement favorable du guide SD21000 dans la perspective de l'iso 26000 4 Des hypothèses testées aux limites rencontrées 4.1 Des hypothèses initiales validées au positionnement favorable du guide SD21000 dans la perspective de l'iso 26000 4.1.1 Retour sur les hypothèses initiales

Plus en détail

Intelligence Economique - Business Intelligence

Intelligence Economique - Business Intelligence Intelligence Economique - Business Intelligence Notion de Business Intelligence Dès qu'il y a une entreprise, il y a implicitement intelligence économique (tout comme il y a du marketing) : quelle produit

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION L.M.D.

OFFRE DE FORMATION L.M.D. REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE OFFRE DE FORMATION L.M.D. MASTER PROFESSIONNEL ET ACADEMIQUE Systèmes d Information

Plus en détail

EDI et commerce électronique

EDI et commerce électronique EDI et commerce électronique Table des matières 1. L Echange des Données Informatisées «EDI»... 2 1.1 La naissance du Besoin à L'EDI... 2 1.2 L objectif de L EDI... 2 1.3 Définition de L EDI... 2 1.4 Mise

Plus en détail

THE NEW STYLE OF SERVICE DESK, ANYTIME, ANYWHERE MARDI 11 FÉVRIER, DOMINIQUE DUPUIS, DIRECTRICE DE LA RECHERCHE

THE NEW STYLE OF SERVICE DESK, ANYTIME, ANYWHERE MARDI 11 FÉVRIER, DOMINIQUE DUPUIS, DIRECTRICE DE LA RECHERCHE THE NEW STYLE OF SERVICE DESK, ANYTIME, ANYWHERE MARDI 11 FÉVRIER, DOMINIQUE DUPUIS, DIRECTRICE DE LA RECHERCHE SOMMAIRE Les enquêtes du CXP SaaS / Cloud Mobilité Big Data Conclusion 2 SOMMAIRE Les enquêtes

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

Business Intelligence avec SQL Server 2012

Business Intelligence avec SQL Server 2012 Editions ENI Business Intelligence avec SQL Server 2012 Maîtrisez les concepts et réalisez un système décisionnel Collection Solutions Informatiques Extrait Alimenter l'entrepôt de données avec SSIS Business

Plus en détail

Intégration d'applications d'entreprise (INTA)

Intégration d'applications d'entreprise (INTA) Master 2 SITW - Recherche Intégration d'applications d'entreprise (INTA) Dr. Djamel Benmerzoug Email : djamel.benmerzoug@univ-constantine2.dz Maitre de Conférences A Département TLSI Faculté des NTIC Université

Plus en détail

Bien comprendre les fonctionnalités d'une GED

Bien comprendre les fonctionnalités d'une GED Bien comprendre les fonctionnalités d'une GED StarXpert 2011 STARXPERT - Siège social : 100 rue des Fougères 69009 LYON SAS au capital de 40 000 - Siret : 449 436 732 00035 - NAF : 723Z Table des matières

Plus en détail

L'ensemble de ces tendances présente de nouveaux challenges pour les départements IT de l'entreprise. Plus précisément :

L'ensemble de ces tendances présente de nouveaux challenges pour les départements IT de l'entreprise. Plus précisément : Livre blanc L'architecture de réseau d'entreprise Cisco ONE : l'automatisation et la reconnaissance des applications comme pierre angulaire de l'entreprise moderne Le challenge Au cours des dix dernières

Plus en détail

e-business, EAI et Business Intelligence Le triptyque gagnant profondément les structures des organisations et par conséquence

e-business, EAI et Business Intelligence Le triptyque gagnant profondément les structures des organisations et par conséquence e-business, EAI et Business Intelligence Le triptyque gagnant Alain Fernandez Consultant indépendant, il intervient depuis plus de 15 ans auprès des grands comptes et des PME sur la conception des systèmes

Plus en détail

Bachelier Bibliothécaire- Documentaliste!

Bachelier Bibliothécaire- Documentaliste! Bachelier Bibliothécaire- Documentaliste Structure du profil d'enseignement et du programme d'études détaillé Année académique : 2015-2016 Haute Ecole Paul-Henri Spaak Catégorie sociale (IESSID) 1 1. Le

Plus en détail

Transformer. Optimiser

Transformer. Optimiser Description de service Services Business Transformation and Plan Les Services SAP Business Transformation and Plan fournissent des services de conseils et de prototypage pour faciliter le programme d'innovation

Plus en détail

La gestion des connaissances Un nouveau modèle de l entreprise? Jean-Louis Ermine

La gestion des connaissances Un nouveau modèle de l entreprise? Jean-Louis Ermine La gestion des connaissances Un nouveau modèle de l entreprise? Jean-Louis Ermine MODELE THEORIQUE Ce qui décide D Du modèle OID au modèle AIK : De l information à la connaissance Ce qui informe I Production

Plus en détail

Projet Nouvelles Plateformes Technologiques

Projet Nouvelles Plateformes Technologiques Comité de Coordination des Systèmes d'information et de Communication Projet Nouvelles Plateformes Technologiques Observatoire Technologique, CTI Observatoire Technologique 10 septembre 2003 p 1 Plan de

Plus en détail

Une nouvelle ère de collaboration

Une nouvelle ère de collaboration Une nouvelle ère de collaboration La nature du travail évolue rapidement. Diverses tendances contribuent à transformer considérablement les modes d'interaction et de collaboration professionnelles. Analysons

Plus en détail

Alphonse Carlier, Intelligence Économique et Knowledge Management, AFNOR Éditions, 2012.

Alphonse Carlier, Intelligence Économique et Knowledge Management, AFNOR Éditions, 2012. 1 Du même auteur chez le même éditeur Alphonse Carlier, Intelligence Économique et Knowledge Management, AFNOR Éditions, 2012. AFNOR 2013 Couverture : création AFNOR Éditions Crédit photo 2011 Fotolia

Plus en détail

La gestion des flux d information : EDI

La gestion des flux d information : EDI La gestion des flux d information : EDI Introduction EDI (définition, composants, types et domaines d application) Les enjeux de l EDI La mise en œuvre de l EDI Conclusion Introduction Tâches Création

Plus en détail

ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL

ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL Au niveau du second degré, l'économie et gestion recouvre un ensemble de champs disciplinaires relevant de l'économie, du droit, des sciences de

Plus en détail

Master "Generating Eco Innovation"

Master Generating Eco Innovation International chair in "Generating Eco-innovation" Master "Generating Eco Innovation" Programme pédagogique 2009-2010 UE 1 : Prospective et compétitivité internationale (88 heures) UE 11 : Nature de l

Plus en détail

CONNECTIVITÉ. Options de connectivité de Microsoft Dynamics AX. Microsoft Dynamics AX. Livre blanc

CONNECTIVITÉ. Options de connectivité de Microsoft Dynamics AX. Microsoft Dynamics AX. Livre blanc CONNECTIVITÉ Microsoft Dynamics AX Options de connectivité de Microsoft Dynamics AX Livre blanc Ce document décrit les possibilités offertes par Microsoft Dynamics AX en terme de connectivité et de montée

Plus en détail

Fiche de l'awt Intégration des applications

Fiche de l'awt Intégration des applications Fiche de l'awt Intégration des applications Aujourd'hui, plus de 40 % des budgets de développement en informatique sont liés à l'intégration de données dans les systèmes d'information. Il s'agit donc d'une

Plus en détail

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché»

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» Mastère spécialisé «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» I- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS : Intitulé

Plus en détail

Parole d utilisateur. Parole d'utilisateur. France Télécom renforce sa plate-forme de communications unifiées grâce à une solution intégrée

Parole d utilisateur. Parole d'utilisateur. France Télécom renforce sa plate-forme de communications unifiées grâce à une solution intégrée Parole d utilisateur Parole d'utilisateur Témoignage Windows Server 2003 "Avec Office Communications Server 2007, les informaticiens consacrent moins de temps à l'administration et à la maintenance grâce

Plus en détail

Conventions communes aux profils UML

Conventions communes aux profils UML Conventions communes aux profils UML Auteur : Projet ACCORD (Assemblage de composants par contrats en environnement ouvert et réparti)* Référence : Livrable 2.1 Date : Juin 2002 * : Les partenaires du

Plus en détail

Développement d un réseau de prospection TUNIS, 29-30 - 31 Janvier 2003 Paola Morris, Ceipiemonte

Développement d un réseau de prospection TUNIS, 29-30 - 31 Janvier 2003 Paola Morris, Ceipiemonte Développement d un réseau de prospection TUNIS, 29-30 - 31 Janvier 2003 Paola Morris, Ceipiemonte 1 1. Le contexte international et les investissements à l étranger 2 Les dévelopements récents Plus de

Plus en détail

Manager avec les ERP

Manager avec les ERP Jean-Louis LEQUEUX Préface de Jean Joskowicz, Président de l AFISI Manager avec les ERP Architecture Orientée Services (SOA) Support de l ouvrage sur le blog de l auteur : http://www.weltram.eu/jeanlouislequeux.aspx

Plus en détail

Depuis plus de 20 ans, RENATER fournit à la communauté enseignement recherche française une infrastructure

Depuis plus de 20 ans, RENATER fournit à la communauté enseignement recherche française une infrastructure Depuis plus de 20 ans, RENATER fournit à la communauté enseignement recherche française une infrastructure très haut-débit de pointe pour répondre à des besoins en constante évolution. Le plan stratégique

Plus en détail

Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices

Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices Une étude personnalisée commandée par Cisco Systems Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices Juillet 2013 Déploiement d'une large gamme

Plus en détail

Quels progrès dans le développement des composants icargo?

Quels progrès dans le développement des composants icargo? News letter n 5 Juin 2013 Editorial Erick Cornelisse icargo est un projet de l'union européenne du septième programme-cadre qui vise à faire progresser et à étendre l'utilisation des TIC pour soutenir

Plus en détail

MASTER II ECONOMIE ET GESTION Spécialité Management des Organisations de la Neteconomie

MASTER II ECONOMIE ET GESTION Spécialité Management des Organisations de la Neteconomie MASTER II ECONOMIE ET GESTION Spécialité Management des Organisations de la Neteconomie MODULE C03 - Séquence 1 INTRODUCTION I. UN PEU D'HISTOIRE II. LES RESSOURCES D'UN SI III. LA DÉFINITION D UN SI À

Plus en détail

En outre 2 PDD sont impliqués dans le développement de politiques locales destinées à favoriser l'insertion des personnes handicapées.

En outre 2 PDD sont impliqués dans le développement de politiques locales destinées à favoriser l'insertion des personnes handicapées. PHOES Version : 2.0 - ACT id : 3813 - Round: 2 Raisons et Objectifs Programme de travail et méthodologie Dispositions financières Dispositions organisationnelles et mécanismes décisionnels Procédures de

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 3 : Le web dans l entreprise Sommaire Introduction... 1 Intranet... 1 Extranet...

Plus en détail

Réduire les risques liés à la migration du réseau de data center

Réduire les risques liés à la migration du réseau de data center Réduire les risques liés à la migration du réseau de data center Optimisez votre architecture et votre investissement IT tout en réduisant la complexité et les risques Les services Cisco de migration de

Plus en détail

BI2B est un cabinet de conseil expert en Corporate Performance Management QUI SOMMES-NOUS?

BI2B est un cabinet de conseil expert en Corporate Performance Management QUI SOMMES-NOUS? SOMMAIRE Qui sommes nous? page 3 Notre offre : Le CPM, Corporate Performance Management page 4 Business Planning & Forecasting page 5 Business Intelligence page 6 Business Process Management page 7 Nos

Plus en détail

CRM GESTION RELATION CLIENT

CRM GESTION RELATION CLIENT (Gestion de la Relation Client) GESTION RELATION CLIENT La solution idéale pour avoir une vue à 360 de vos prospects et clients. Destinés à tous les services, ces applications vous permettent de mieux

Plus en détail

SUSE Cloud. Devenez le cloud provider de votre entreprise

SUSE Cloud. Devenez le cloud provider de votre entreprise SUSE Cloud Devenez le cloud provider de votre entreprise Et si vous pouviez répondre plus rapidement aux demandes des clients et saisir immédiatement les opportunités commerciales? Et si vous pouviez améliorer

Plus en détail

Épreuve n 11 : contrôle de gestion

Épreuve n 11 : contrôle de gestion Épreuve n 11 : contrôle de gestion Nature : épreuve écrite portant sur l étude d une ou de plusieurs situations pratiques et/ou un ou plusieurs excercices et/ou une ou plusieurs questions. Durée : 4 heures.

Plus en détail

MICROSOFT DYNAMICS CRM & O Val

MICROSOFT DYNAMICS CRM & O Val MICROSOFT DYNAMICS CRM & O Val O Val Operational Value JSI Groupe 2, rue Troyon 92310 Sèvres 1 AGENDA 1. QUI SOMMES-NOUS? 2. NOS OFFRES 3. UNE ORGANISATION COMMERCIALE DÉDIÉE À NOS CLIENTS 4. O VAL : OPERATIONAL

Plus en détail

FORMATION RESPONSABLE COMMERCIAL EN AGROBUSINESS TITRE DE NIVEAU II contenu des modules de formation

FORMATION RESPONSABLE COMMERCIAL EN AGROBUSINESS TITRE DE NIVEAU II contenu des modules de formation Niveau Code Module Intitulé Unité d Enseignement Objectifs B B AF 2 Agro-fourniture Agro-ressources Acquérir une connaissance approfondie du marché des céréales alimentaires et non alimentaires dans un

Plus en détail

Cette première partie pose les enjeux de la BI 2.0 et son intégration dans le SI de l entreprise. De manière progressive, notre approche situera le

Cette première partie pose les enjeux de la BI 2.0 et son intégration dans le SI de l entreprise. De manière progressive, notre approche situera le Partie I BI 2.0 Cette première partie pose les enjeux de la BI 2.0 et son intégration dans le SI de l entreprise. De manière progressive, notre approche situera le SI classique avec l intégration de la

Plus en détail

RÉSUMÉ PLAN D'AFFAIRES

RÉSUMÉ PLAN D'AFFAIRES Open IT For Development Résumé - Page 1 / 6 ASSOCIATION OPEN IT FOR DEVELOPMENT RÉSUMÉ PLAN D'AFFAIRES Document: Résumé plan d'affaires, du 2012-05-24 Entreprise: Siège: Activités: Rédaction: Relecture:

Plus en détail

Validation globale. Des applications leaders sur le marché. BMC Remedy Service Desk. Leader sur le marché FICHE TECHNIQUE DE LA SOLUTION DE PRODUITS

Validation globale. Des applications leaders sur le marché. BMC Remedy Service Desk. Leader sur le marché FICHE TECHNIQUE DE LA SOLUTION DE PRODUITS FICHE TECHNIQUE DE LA SOLUTION DE PRODUITS Suite BMC Remedy IT Service Management Les organisations informatiques qui parviennent à améliorer leur efficacité, gérer les coûts de façon efficace, assurer

Plus en détail

Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service

Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service Solutions de gestion des actifs et services Au service de vos objectifs d entreprise Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service

Plus en détail

Un spécialiste s engage à vos côtés

Un spécialiste s engage à vos côtés Un spécialiste s engage à vos côtés Smart Technology Services Société de service et de conseil spécialisée dans la technologie de l information Accompagnement complet dans chacun de ses pôles d activité:

Plus en détail

Titre. Mots clés Source. Date de publication Février 2001 Nombre de pages 39 Langue Liens avec autres normes

Titre. Mots clés Source. Date de publication Février 2001 Nombre de pages 39 Langue Liens avec autres normes Statut du document Titre Mots clés Source Date de publication Février 2001 Nombre de pages 39 Langue Liens avec autres normes Situation courante Final Draft electronic business XML (ebxml) Technical Architecture

Plus en détail

L ERP global et proactif des Entreprises Moyennes

L ERP global et proactif des Entreprises Moyennes p r o A L P H A L ERP global et proactif des Entreprises Moyennes L'ERP global et proactif des Entreprises Moyennes Nous avons donc développé une solution globale et intégrée, pour optimiser l'ensemble

Plus en détail

Workflow et Service Oriented Architecture (SOA)

Workflow et Service Oriented Architecture (SOA) White Paper Workflow et Service Oriented Architecture (SOA) Présentation Cet article offre une approche pragmatique de la SOA et du workflow à travers des problématiques d'entreprises, une méthodologie

Plus en détail