p.2 p.6 p.5 Vol. 10 N 2 Juillet 2010 Deux membres de Proxfin échangent leurs meilleures pratiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "p.2 p.6 p.5 Vol. 10 N 2 Juillet 2010 Deux membres de Proxfin échangent leurs meilleures pratiques"

Transcription

1 Vol. 10 N 2 Juillet 2010 Appui technique et investissement en finance de proximité Délégation vietnamienne en Russie : au centre, on aperçoit M. Tran Quang Khanh (VAPCF) et Jean-Marc Crevier (DID). Proxfin: un séminaire international sur la sécurité alimentaire p.2 Deux membres de Proxfin échangent leurs meilleures pratiques p.5 Haïti: le défi de la reconstruction pour les caisses populaires p.6

2 ÉDITORIAL DID célèbre ses 40 ans! En 2010, DID célèbre ses 40 ans de vie institutionnelle. Fondé en 1970, soit tout juste deux ans après l Agence canadienne de développement international (ACDI), un partenaire de la première heure, DID a partagé depuis avec les pays en développement et en émergence l expérience et l expertise du Mouvement Desjardins. Pendant ces 40 ans, Développement international Desjardins (DID) a contribué à la croissance du secteur de la microfinance et au renforcement d institutions financières dans près de 60 pays, sur quatre continents et en collaboration avec des centaines de partenaires. C est évidemment avec une certaine fierté que DID affirme avoir su, au long de ces 40 années, évoluer, se redéfinir et s adapter. Trois éléments-clés pour assurer la pérennité L évolution de DID démontre que notre pérennité repose sur trois éléments-clés : la pertinence de notre expertise et de nos solutions, l innovation dans nos pratiques et la continuité dans nos partenariats. L écoute des partenaires est primordiale pour demeurer pertinent car elle permet d offrir la bonne solution, au bon moment et de la bonne manière, afin de rendre toujours plus accessibles les services financiers nécessaires aux populations moins favorisées de la planète. DID fait preuve d innovation grâce à son engagement dans la recherche et le développement de solutions spécialisées. Ces spécialisations touchent des secteurs aussi variés que les technologies, l assurance, le financement agricole, le financement de l habitat et le financement aux entrepreneurs. Nos stratégies de développement se sont aussi beaucoup enrichies dans les dernières années : entre autres par la création de fonds d investissement, la mise en place de bureaux régionaux et le déploiement de centres financiers aux entrepreneurs (CFE). La continuité est un élément extrêmement crucial en développement international. DID croit fermement que les partenariats qui durent sont les plus productifs. C est pourquoi nous avons à cœur de viser des partenariats qui se développent et qui évoluent dans la durée. Un livre-souvenir pour célébrer le quarantième de DID Pour souligner ce 40 e anniversaire, DID a produit un livresouvenir, intitulé DID et ses partenaires : 40 portraits, qui est un clin d œil à la place privilégiée qu occupe DID entouré de partenaires aussi diversifiés qu estimés. Nous souhaitons donc, par l entremise de cet ouvrage souvenir, partager avec nos partenaires l expérience de ces 40 dernières années. Notre plus grand souhait étant bien entendu d alimenter pendant encore 40 autres années la richesse de nos partenariats présents et à venir! Anne Gaboury Présidente-directrice générale Pour consulter DID et ses partenaires : 40 portraits, visitez le Un séminaire international sur la sécurité alimentaire DID sera l hôte les 5 et 6 octobre 2010 d un séminaire international ayant pour thème: «La microfinance, un outil efficace pour assurer la sécurité alimentaire?», où une centaine de participants sont attendus, dont des membres de l association internationale Proxfin, des acteurs du milieu de la microfinance ainsi que des experts en sécurité alimentaire. La sécurité alimentaire est devenue un enjeu incontournable sur la scène internationale. Selon le Programme alimentaire mondiale (PAM), à l échelle planétaire, plus d un milliard de personnes vivent l insécurité alimentaire et plus de 15 % de la population mondiale n a pas accès à une nourriture suffisante pour mener une vie saine et active. Ce séminaire international sera l occasion de souligner la contribution des institutions de microfinance (IMF) à la sécurité alimentaire entre autres par le développement de produits novateurs comme le crédit stockage, l assurance récolte ou les produits de crédit adaptés au commerce équitable. DID et Proxfin souhaitent ainsi mettre en valeur l apport de la microfinance pour assurer la sécurité alimentaire et contribuer à l élaboration de pistes de solutions pour faire face à cet enjeu. Les conférenciers proviennent à la fois d organismes internationaux, du Mouvement Desjardins et de réseaux partenaires de DID, ayant ainsi une approche concrète de la sécurité alimentaire, de même que différentes perspectives sur cet enjeu selon leur pays d origine. Information : Destinée aux partenaires de Développement international Desjardins, la revue d information Finance & communautés est publiée deux fois par année en version papier. Ce numéro est tiré à exemplaires. ISSN Dépôts légaux : Bibliothèque et Archives du Canada et Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Cette publication est imprimée au Canada sur du papier 100 % postconsommation. 2 Finance & communautés Juillet 2010

3 DES PARTENAIRES D EXCEPTION Parmi les partenaires de DID membres du réseau international Proxfin se trouvent des personnes qui font preuve d un dynamisme et d une créativité hors du commun en vue d élargir l accès de leur communauté aux services financiers. DID est fier de vous présenter trois de ses partenaires exceptionnels de Depuis 1994, Sigitas Bubnys a participé activement, en partenariat avec DID, à la mise en place et à l évolution du réseau de caisses lituaniennes jusqu à en devenir le directeur général. Il a entre autres participé à l introduction de nombreuses innovations, dont le fonds de gestion des liquidités et le fonds de stabilisation, qui contribuent aujourd hui à la santé financière des caisses et de l ensemble du réseau. Par-dessus tout, il a joué un rôle capital dans la création de la Caisse centrale de Lituanie (LCCU), dont il est maintenant le président-directeur général. La LCCU chapeaute 61 caisses réparties à travers le pays et est un fleuron de la scène économique lituanienne. Il importe de mentionner qu il s agit de la seule institution financière à propriété lituanienne dans ce pays, puisque toutes les banques qui y opèrent sont détenues par des intérêts étrangers. Sigitas Bubnys a également joué un rôle actif dans la mise en place de Proxfin, qui regroupe une trentaine d institutions de finance de proximité partenaires de DID. D abord vice-président de ce réseau international, M. Bubnys en est devenu le président en novembre 2009 à l occasion du troisième séminaire de Proxfin, dont la LCCU était d ailleurs l hôte. Que ce soit pour la LCCU, Proxfin ou, plus largement, pour le développement de la microfinance, Sigitas Bubnys s est toujours avéré un joueur clé et un partenaire des plus dynamiques et appréciés. Sigitas Bubnys Président-directeur général de la Caisse centrale de Lituanie Khady Fall Diop est l une des pionnières du réseau sénégalais de coopératives d épargne et de crédit PAMÉCAS puisque dès 1996, elle s engageait, à titre de dirigeante d une caisse de base à Pikine, dans le processus d émergence des caisses. Son engagement a porté fruit car aujourd hui, PAMÉCAS est un vaste réseau de 37 caisses qui emploie 428 personnes, joint près de membres et clients et affiche un actif de près de 100 M $CA. Après avoir accédé à la présidence du conseil d administration de sa caisse, M me Fall est devenue la première femme à présider le conseil d administration de l Union regroupant l ensemble des caisses du réseau, qu elle a fièrement représentée tant au plan national qu international entre 2001 et En 2006, Khady Fall Diop devenait coordonnatrice de la Mutuelle de santé du réseau PAMÉCAS. Elle a alors engagé toute son énergie pour que le réseau puisse assurer une protection sociale à la grande majorité de la population qui, jusque là, n avait accès à aucun système de couverture formelle. D abord implantée dans sa caisse, la mutuelle a rapidement été déployée dans tout le réseau grâce au succès qu elle a connu, facilitant ainsi l accès aux soins de santé pour les membres et leurs familles. Depuis, Khady Fall Diop s est employée à faire la promotion des systèmes de microassurance santé à travers l Afrique. Khady Fall Diop Coordonnatrice de la Mutuelle de santé du réseau PAMÉCAS (Sénégal) Le réseau de coopératives financières NATCCO (National Confederation of Cooperatives), aux Philippines, doit beaucoup à Cresente Paez. En tant que directeur général du réseau de 2004 à 2009, cet infatigable travailleur a joué un rôle de premier plan dans la reconfiguration de NATCCO et dans le recentrage de ses activités sur l intermédiation financière, dans un contexte où plusieurs caisses offraient une multitude de services non liés à la finance. Toujours fidèle à sa parole, il a su convaincre les caisses du bien-fondé de la démarche proposée, ce qui lui a permis de tenir le cap et d assurer le succès de cette ambitieuse opération malgré la résistance qu il a parfois rencontrée sur son chemin. Aujourd hui, grâce au travail acharné de M. Paez, NATCCO est une institution financière solide, crédible et davantage intégrée. Elle est désormais exclusivement centrée sur la finance de proximité et capable d offrir à ses membres la qualité de service à laquelle ils s attendent. Cresente Paez a donc su conserver la confiance des acteurs de NATCCO qui, en 2009, l ont élu président de la section politique de l institution. À ce titre, il agit comme représentant de NATCCO à la Chambre des représentants des Philippines, au sein de laquelle il s est imposé comme un acteur visionnaire et proactif en faveur du développement des coopératives du pays. Cresente Paez Représentant du réseau de coopératives NATCCO à la Chambre des représentants des Philippines Information et biographies complètes : (onglet «Nos partenaires») Finance & communautés Juillet

4 INNOVATIONS DIGNES DE MENTION Zambie : la carte à puce pour tous les clients du CFE PFSL Déterminé à offrir à ses clients des services financiers sécuritaires et performants, le CFE Zambie, Pulse Financial Services Limited (PFSL), a investi des ressources considérables pour établir un environnement d affaires rendant la technologie conviviale pour ses clients. Dans ce pays anglophone d Afrique australe, le CFE Zambie est un acteur important du secteur financier car il compte clients et gère un portefeuille de crédits de plus d un million de dollars canadiens (5 200 millions de Kwacha, la monnaie locale) et qui sont destinés à soutenir les micro, petites et moyennes entreprises locales. L efficience toujours croissante dans les transactions et les demandes de prêts est l un des nombreux avantages qui ont un impact direct sur les clients du CFE. Cela entraîne une meilleure satisfaction de la clientèle, un avantage distinctif qui renforce la position du CFE sur le marché de la microfinance et contribue à redéfinir les standards d offre de services. Un autre avantage pour les clients est la sécurité : l environnement automatisé assure aux clients l intégrité des informations personnelles et limite fortement les risques de fraude et de vols. Pour PFSL, un environnement sécuritaire est une stratégie globale et une norme pour le futur déploiement d outils financiers évolués qui renforceront la compétitivité de l établissement. Le plus récent de ces outils est d ailleurs la carte à puce. La carte à puce contribue à augmenter l efficacité et la capacité d affaires de PFSL Simplicité, flexibilité et sécurité Mise en place au CFE PFSL avec la collaboration de DID, la carte à puce présente le nom du client, sa photo et est munie d un numéro d identification personnel permettant aux employés d accéder rapidement au solde du compte d épargne du client, à son état du compte de prêt et à son historique de remboursement. La carte contribue à augmenter l efficacité et la capacité d affaires de PFSL et à accroître le sentiment de sécurité des clients en restreignant l accès à l information financière. Dotée d une puce et d une bande magnétique, la carte est un instrument souple, flexible et sécuritaire. Quant au logiciel de protection antifraude utilisé pour ces cartes, il est aussi avancé que celui utilisé par les banques internationales reconnues. Une technologie qui s intègre aux opérations courantes Après deux mois d opération, cartes à puce avaient été émises par le CFE PFSL. De plus, chaque nouveau client se voit enrôler systématiquement car désormais, toutes les transactions effectuées au CFE nécessiteront l usage de la carte à puce. Stratego : un nouvel outil d intelligence d affaires pour la microfinance 4 Finance & communautés Juillet 2010 Dans les réseaux de microfinance comme dans les grandes banques, l intelligence d affaires est au cœur des stratégies de croissance car elle favorise l analyse des données de l organisation afin d en dégager des informations pertinentes à la prise de décisions. Pour les gestionnaires et dirigeants des réseaux partenaires de DID, un nouvel outil d aide à la décision est maintenant disponible : Stratego. EnAfrique de l Ouest, l entrée en vigueur de la nouvelle réglementation de la Banque centrale des États de l Afrique de l Ouest (BCEAO) impose aux coopératives financières et à leurs réseaux de fournir aux autorités gouvernementales de nouveaux rapports légaux. Ainsi, pour le réseau Kafo Jiginew (Mali), qui disposait du logiciel transactionnel SAF mais d aucun outil d aide à la décision, il y avait urgence d agir afin de se doter d une solution d intelligence d affaires adaptée. Cette solution s appelle Stratego, un outil performant d intelligence d affaires qui vise à améliorer la prise de décision stratégique des gestionnaires en leur permettant d exploiter plus efficacement leurs données pour ainsi obtenir une meilleure connaissance de leur organisation. Intégrée aux opérations dans le cadre d un projet pilote mené par DID, l expérience s avère répondre et même dépasser les besoins exprimés par la direction du réseau Kafo Jiginew. Aller au-delà de la réglementation Convivialité, sécurité, accessibilité et fiabilité des données, voilà des critères qui ont guidé DID dans le développement de cet outil qui, au-delà de répondre aux exigences légales, génère des rapports de gestion (épargne, crédit, sociétariat, performance des agents de crédit) et des tableaux de bord par caisse. Les rapports fournis par Stratego sont le fruit d une analyse par DID des besoins de la Confédération des institutions financières (CIF) d Afrique de l Ouest et de Kafo Jiginew, dont l implication à chacune des phases du projet pilote était d ailleurs un critère fondamental de succès. «La qualité et la pertinence d une solution d intelligence d affaires comme Stratego sont hautement liées aux objectifs stratégiques du réseau utilisateur» souligne Éric Bélanger, directeur Solutions technologiques de DID. Intégré au logiciel SAF, Stratego est basé sur une interface web et permet d aller au-delà des rapports prédéfinis en permettant une exploitation dynamique des données. Au cours des mois à venir, les réseaux de la CIF pourront eux aussi bénéficier de Stratego, qui prendra alors la relève du Système DECISION. À moyen terme, l ensemble des membres de Proxfin pourront également bénéficier de cette innovation. Information : expertise/technologies

5 NOUVELLES DES PARTENAIRES En avril, une délégation de gestionnaires et dirigeants de la National Union (NU) de Russie se sont rendus au Vietnam pour rencontrer les représentants de la Vietnam Association of People s Credit Funds (VAPCF) et échanger sur les meilleures pratiques relativement à des sujets d intérêt bien précis. Puis en mai, une délégation de la VAPCF se rendait à son tour en Russie pour rencontrer la NU. Cet échange, en partie financé par un programme de l association Proxfin, a été très enrichissant comme en témoignent les représentants des réseaux participants. Anatoly Kadrov est directeur exécutif de la National Union depuis 2005 et participe étroitement à la définition des objectifs et à l élaboration des projets menés par son organisation.au Vietnam, Tran Quang Khanh est président de la VAPCF depuis 2006 ; auparavant, il était responsable du développement des People Credit Funds (PCFs) à la Banque d État du Vietnam. Anatoly Kadrov (National Union, Russie) Tran Quang Khanh (VAPCF, Vietnam) Question (Q) : Quelles étaient vos attentes envers cet échange? Anatoly Kadrov (National Union, Russie) : «Notre fédération nationale opère depuis cinq ans et l un de nos défis est d en assurer la pérennité, alors que nous regroupons plus de 100 coopératives membres qui sont réparties dans 20 régions de la Russie. Nous étions donc intéressés d apprendre comment la VAPCF a introduit la tarification des services auprès de ses coopératives membres.aussi, nous souhaitions connaître mieux le fonctionnement de la caisse centrale et l expérience d avoir mis en place des technologies de pointe.» Tran Quang Khanh (VAPCF, Vietnam) : «La VAPCF a été fondée en mai Notre siège social est situé dans la capitale Hanoï et nous avons deux places d affaires, à Hanoï et à Thai Binh. Nos ambitions d appuyer le réseau des PCF du Vietnam sont grandes, mais notre défi actuellement consiste à maintenir nos opérations malgré que nos ressources financières et humaines soient limitées.alors par cet échange, nous souhaitons connaître le modèle organisationnel de la NU et les mécanismes de fonctionnement d une fédération qui dessert un grand nombre de coopératives membres. Nous désirons aussi apprendre sur leurs activités de supervision et d inspection, que nous souhaitons instaurer.» Q : Quel est le profil des participants à cet échange? A. Kadrov : «La délégation russe était composée de leaders des caisses populaires des régions centrale et ouest de Russie, de même que de représentants de la Rostov Central Finance Facility et de la NU.» T.Q. Khanh : «Les participants étaient des leaders de nos caisses (les PCFs) situées dans le nord et le sud du pays, qui sont d ailleurs les plus importantes et qui ont été mises en place il y a longtemps. L un des membres de la délégation est le directeur adjoint du centre des technologies de l information à la Central People s Credit Fund (CCF).» Q : Quelles activités avez-vous réalisées pendant votre séjour? A. Kadrov : «Notre séjour au Vietnam a débuté par une réception à Hanoï organisée par la VAPCF et financée par le projet d appui de DID à la VAPCF. Les représentants des ambassades de Russie et du Canada, les représentants de la Banque d État du Vietnam (SBV) et ceux du réseau PCF y ont assisté. À Hanoï et à Hai Phong City, notre délégation a visité des coopératives financières et deux bureaux régionaux de la SBV. Nous avons aussi échangé avec les leaders de la VAPCF et de la CCF.» T.Q. Khanh : «Nous avons visité une coopérative financière à Kandros et cela nous a donné l occasion d apprendre à propos de leurs opérations courantes et de leur structure nationale. Nous avons aussi participé à une conférence internationale au cours de laquelle nous avons appris le contexte dans lequel s inscrit le développement des coopératives financières dans plusieurs régions de Russie ; nous avons aussi exposé aux participants le rôle et les responsabilités de la CCF et de la SBV dans la gestion et la supervision du réseau des PCFs. Nous avons également découvert la grande beauté de la Russie et apprécié l accueil chaleureux des Russes.» Q : Quels apprentissages tirez-vous de cet échange et qui inspireront votre organisation dans un avenir rapproché? A. Kadrov : «Notre délégation a été impressionnée par l étroite supervision de la SBV auprès des PCF ; alors qu en Russie, les autorités sont à définir les orientations à savoir comment réglementer et contrôler le secteur. Nous avons aussi beaucoup appris à propos de l histoire et des opérations de la CCF qui va célébrer son 15 e anniversaire en août prochain.» T.Q. Khanh : «Nos rencontres avec les leaders des réseaux de Lituanie et de Russie nous ont permis d apprendre sur leurs clés de succès. En voyant le succès du réseau et en sachant qu ils opèrent en ayant pour modèle celui transmis par DID, nous sommes confiants que le réseau des PCFs va connaître une croissance soutenue au Vietnam, car DID appuie notre réseau depuis ses premiers jours et appuie aussi l Association. Nous nous sommes promis que nous allions faire tout en notre possible pour accroître le succès de notre réseau de sorte à ce que le modèle de coopérative financière au Vietnam soit au premier rang dans toute l Asie.» Délégation russe au Vietnam Deux réseaux membres de Proxfin échangent leurs meilleures pratiques Délégation vietnamienne en Russie National Union of Non Commercial Organizations for Mutual Financial Aid (Russie) Fondée le 5 février 2001 Siège social à Rostov-on-Don 180 coopératives membres membres Actif : millions de roubles (215 M $CA) Vietnam Association of People s Credit Funds (Vietnam) Fondée le 14 mai 2005 Siège social à Hanoï 987 membres PCF de la VAPCF 12 millions de membres Actif de milliards de dongs (1 106 M $CA) Finance & communautés Juillet

6 NOUVEAUX DÉFIS Panama : du crédit pour les entrepreneurs grâce au CFE Centro Financiero Empresarial En plein cœur de l Amérique centrale, les micro, petits et moyens entrepreneurs panaméens peuvent désormais compter sur le Centre financier aux entrepreneurs Centro Financiero Empresarial pour accroître et améliorer l offre de produits et services financiers spécialisés. Le 4 janvier 2010, le Ministère du Commerce et de l Industrie (MICI) du Panama octroyait une licence d opération au CFE Centro Financiero Empresarial afin que ses activités puissent officiellement démarrer. Situé dans la capitale Panama City, le CFE est né à la suite d un accord conclu en 2008 entre DID et la Confédération latino-américaine d épargne et de crédit (COLAC), un organisme de nature coopérative qui a pour but la représentation et la promotion des coopératives d épargne et de crédit en Amérique latine. Cet accord, signé en 2008, allait permettre de jeter les bases d une collaboration éventuelle avec la FINCOLAC, une institution de microfinance fondée en 1997 qui opérait au Panama sous le nom commercial de Financiera Solidaria et qui se spécialisait dans l offre de prêts à la consommation. Faiblesse de l offre de crédit aux entrepreneurs panaméens Bien que le financement à la consommation soit facilement accessible au Panama, il est très difficile pour les entrepreneurs d obtenir le financement nécessaire pour démarrer, relancer ou soutenir la croissance de leur micro, petite ou moyenne entreprise. Le CFE vise donc à répondre aux besoins exprimés par ce marché-cible et il le fera en milieu rural comme en milieu urbain, et qu il s agisse d entreprises du secteur informel ou formel. Aux produits de crédit commercial s ajoutera l introduction, selon l évaluation qu en fera le CFE, de produits financiers complémentaires tels que l épargne, le financement de l habitat, le financement des entreprises agricoles et le financement de la filière du commerce équitable. Le transfert de la propriété du CFE à des intérêts locaux fait partie intégrante de la convention entre les actionnaires du CFE Une direction panaméenne, appuyée par l expertise de DID La gestion du CFE Centro Financiero Empresarial est sous la responsabilité du directeur général Edison Silva, qui peut compter sur l expérience d un conseiller-expert de DID, Gerardo Almaguer, qui occupe les fonctions de conseiller à la direction générale et de directeur des opérations. En 2010, en plus d atteindre l équilibre budgétaire, le CFE projette de doubler le portefeuille de crédit et de développer significativement les prêts commerciaux. Puis, au cours des cinq prochaines années, les objectifs de croissance fixés par le CFE sont d embaucher 120 employés supplémentaires (le CFE en compte présentement 35), d ouvrir jusqu à neuf nouveaux points de service pour desservir sa clientèle (le CFE en opère déjà quatre) et d atteindre un portefeuille de prêts de 40 M $CA. Le transfert de la propriété du CFE à des intérêts locaux, donc panaméens, fait partie intégrante de la convention entre les actionnaires du CFE dont DID fait partie. Ce transfert s effectuera à partir du moment où DID aura assuré la viabilité de l institution et aura complété le transfert de son expertise et de sa méthodologie; un horizon de cinq ans est anticipé. Enfin, l introduction des programmes d accès à la propriété du CFE par les clients et les employés permettront d optimiser ces valeurs d ancrage local. Après avoir vu son principal immeuble subir de lourds dommages lors du séisme, la caisse populaire Mamev, appuyée par la Fédération Le Levier, accueille présentement ses membres dans un abri temporaire. Haïti : le défi de la reconstruction pour les caisses populaires 6 Finance & communautés Juillet 2010 Sécuriser les caisses populaires des zones sinistrées. Anticiper les problèmes et leurs solutions. Rétablir dès que possible les opérations et l octroi de crédit. Voilà les trois plus grands défis auxquels la Fédération Le Levier est confrontée, six mois après le terrible tremblement de terre qui a secoué Haïti. Dans les zones sinistrées de Port-au-Prince, Léogane et Jacmel, les huit caisses populaires endommagées ou détruites ont su rétablir en quelques jours, grâce aux points de services, l offre de services de base pour l ensemble de leurs membres. À la Fédération Le Levier, bien qu aucune vie n ait été emportée par le séisme, tous les employés ont été affectés par le drame : plusieurs ont perdu des proches au sein de leur famille, certains ont perdu leur maison, et nombreux sont ceux qui ont longtemps préféré dormir à la belle étoile ou dans une voiture par crainte des dégâts que les secousses sismiques subséquentes auraient pu causer. Assurer la continuité des opérations dans un contexte d instabilité Dans ce contexte d instabilité, comment les caisses populaires haïtiennes arrivent-elles à poursuivre leur mission qui consiste à offrir des services financiers adaptés aux besoins des populations pauvres? Le défi est immense pour les caisses et pour leur fédération. Heureusement, les activités de dépôts et de retraits ont pu rapidement être rétablies dans l ensemble des caisses du réseau. Cependant, il n en va pas de même pour l octroi de crédit dans les zones sinistrées, car les caisses font face à deux enjeux de taille : Le manque de liquidités, conséquence directe du haut taux de délinquance dans le remboursement des prêts, alors que les membres n ont plus les ressources financières, ni les revenus ou les actifs pour honorer leurs dettes ; La difficulté des emprunteurs à présenter un dossier de crédit assez solide pour susciter la confiance de leur institution de finance de proximité. C est ainsi que la Fédération Le Levier met les bouchées doubles pour définir un plan d appui aux caisses des zones sinistrées afin de les accompagner dans la poursuite de leurs activités et d ainsi maintenir leur rôle essentiel dans leurs communautés respectives. Quant aux projets entamés par la Fédération au cours des derniers mois, que ce soit en matière d interconnectivité ou de crédit écolage, ceux-ci se poursuivent avec l appui de DID malgré les nouvelles contraintes dont la fragilité des infrastructures de télécommunication. Information : (section «DID en Haïti»)

7 PLEINS FEUX SUR LA MICROFINANCE Le directeur général de la Fédération Le Levier était à Québec le 27 mars pour prononcer une allocution devant les délégués du Mouvement Desjardins réunis pour les Assemblées générales annuelles. Espoir et reconnaissance, voilà les messages qu il a voulu transmettre à son auditoire. Devant un parterre composé de dirigeants, haut gestionnaires et directeurs généraux du Mouvement Desjardins, Jocelyn St-Jean a livré un discours rempli d espoir alors que son pays se relève à peine du terrible séisme qui l a secoué le 12 janvier dernier. «Avant le 12 janvier, je peux vous dire qu en Haïti, nous vivions une phase de développement hors du commun : les indicateurs économiques étaient en constante amélioration ; d ailleurs les trop-perçus de notre réseau de caisses avaient connu une hausse significative par rapport à l année précédente.», souligne Jocelyn St-Jean. Ce constat est particulièrement remarquable dans le contexte où le pays avait été frappé de plein fouet par quatre cyclones en Parmi les défis auxquels la Fédération Le Levier et ses caisses doivent désormais faire face, il y a les pertes de vie parmi les employés et dirigeants des caisses, des caisses lourdement endommagées ou complètement détruites et un enjeu majeur de recouvrement des prêts. «Heureusement, souligne Jocelyn St-Jean, nous pouvons compter sur la force de notre réseau [ ]. Puis à nos bureaux de la Fédération, avec DID nous sommes à pied d œuvre pour compléter le diagnostic de la situation financière du réseau, remettre en marche les systèmes informatiques, relancer les opérations intercaisses et soutenir les caisses dans les nouveaux défis qui se posent à elles.» L intercoopération au service de la reconstruction Le Mouvement Desjardins a fait l objet de remerciements de la part de Jocelyn St-Jean, en raison de son grand geste de générosité envers un collègue coopérateur. «Mon mot de la fin va à vous du Mouvement Desjardins. [ ] Le geste que vous posez, en menant une levée de fonds au bénéfice du Levier à la grandeur de Desjardins, a une grande valeur pour nous. C est un geste significatif qui va au-delà de l apport financier. Ce geste démontre combien la solidarité entre coopératives occupe une place considérable parmi les valeurs de votre grand Mouvement. Et ça, c est extraordinaire, car ça nous donne le courage de continuer à lutter. Merci!» Pour lire l allocution complète : Jocelyn St-Jean est entouré de Marcel Lauzon, président du conseil d administration de DID, Monique F. Leroux, présidente et chef de la direction du Mouvement Desjardins et d Anne Gaboury, présidente-directrice générale de DID. Jocelyn St-Jean témoigne devant l assemblée générale annuelle du Mouvement Desjardins Du 26 au 28 mai se tenait la conférence du Microfinance Center (MFC) sous le thème «Post-crisis microfinance: What is the responsible way forward?». Durant ces trois jours, près de 450 représentants d institutions de microfinance (IMF), dirigeants politiques, investisseurs, bailleurs de fonds et experts se sont réunis dans le cadre d un des plus gros événements de microfinance de l année. Sigitas Bubnys, président de Proxfin, participait en tant que panéliste à la séance de clôture de l événement. Ce panel, composé d experts de la Banque centrale arménienne, du SEEP Network (Etats-Unis), de Planis (France) et de la Bai-Tushum and Partners (Kazakhstan), s est penché sur les différentes approches qui contribuent à la microfinance responsable. Rappelons que les thèmes de la protection des clients, de la crise financière et des outils pour y faire face ainsi que de la dimension sociale de l engagement des IMF étaient à l ordre du jour. Les différentes perspectives des intervenants à la conférence d Astana ont permis d illustrer les courants de pensée actuels Le rôle de Proxfin mis en lumière M. Bubnys a présenté le rôle de Proxfin en tant que promoteur de la microfinance responsable. Il a souligné la distinction du modèle coopératif et ses forces pour contribuer à cet enjeu. Il a également rappelé les six principes de protection des clients qui ont été adoptés par Proxfin de même que l engagement de l association envers la performance sociale, que ce soit par le biais de la compilation et la publication de données, de même que par les travaux de ses membres sur le développement durable et l équité entre les genres. Les différentes perspectives des intervenants à la conférence d Astana ont permis d illustrer les courants de pensée actuels de ce qui constitue la microfinance responsable et de réfléchir sur ce qui doit être fait afin de créer un secteur de la microfinance plus transparent et efficace. Information : Proxfin prend part à la conférence du Microfinance Center (MFC) au Kazakhstan Finance & communautés Juillet

8 Cette section du bulletin Finance & communautés est consacrée aux développements associés au réseau international d échange et de réflexion Proxfin et aux institutions de finance de proximité qui en font partie. Proxfin s intéresse à la sécurité alimentaire Au début de l année 2008, une crise alimentaire sévit à l échelle planétaire. Les prix des denrées de base s envolent pendant quelques semaines, provoquant d innombrables émeutes et catapultant près de 140 millions de personnes de plus dans l insécurité alimentaire. Les causes de cette crise sont multiples : flambée des prix de l énergie, développement des biocarburants, pauvreté, insuffisance des infrastructures. Encore aujourd hui, plus d un milliard de personnes dans le monde sont sousalimentées. C est donc dire que la sécurité alimentaire est un sujet actuel qui touche tous les pays sans exception, bien qu avec une intensité et des conséquences diverses. Dans ce contexte, les membres du comité de gestion de Proxfin acceptaient à l unanimité, lors de leur réunion tenue à Québec le 25 mars 2010, que la sécurité alimentaire soit officiellement le thème de leur prochain séminaire annuel. Ainsi, les 5 et 6 octobre 2010, DID sera l hôte d un séminaire international ayant pour thème : «La microfinance, un outil efficace pour assurer la sécurité alimentaire?». Trois thèmes centraux Un premier thème sera celui de la contribution de la microfinance au développement durable et des différents défis qui se posent dans ce contexte. Les panélistes en provenance de divers pays mettront en relief les enjeux spécifiques de leur région face à la sécurité alimentaire de même que les pistes de solution que peuvent apporter les différents outils de microfinance. Encore aujourd hui, plus d un milliard de personnes dans le monde sont sous-alimentées Le second thème abordera la façon dont la microfinance peut contribuer à réduire la vulnérabilité des femmes face à la sécurité alimentaire. Les femmes sont souvent les premières à être touchées par l insécurité alimentaire quand des crises éclatent, comme des conflits ou des crises financières. De plus en plus, des produits de microfinance adaptés à la situation particulière des femmes sont mis sur pied. L objectif sera ainsi de déterminer si ces produits peuvent également réduire la vulnérabilité des femmes face à la sécurité alimentaire. Enfin, le séminaire abordera les produits novateurs et les partenariats fertiles qui favorisent la sécurité alimentaire. Ce thème permettra de traiter des questions telles que la sécurité des revenus des agriculteurs, par des mécanismes d assurance-récolte, l introduction de produits de crédit performants, ou encore la commercialisation des produits équitables. Déclaration de Proxfin sur la crise financière Réunis en novembre 2009 en Lituanie, les réseaux membres de Proxfin ont échangé sur les enjeux et défis du secteur de la microfinance face à la crise financière qui a secoué les marchés en 2007 et Au terme de ces discussions, une déclaration publique a été publiée. Lors de leurs échanges, et à la lumière des présentations de quelques-uns des réseaux membres, les participants ont d abord fait le constat du faible impact de la crise sur leurs institutions financières. L une des affirmations contenues dans la déclaration en fait d ailleurs état : «Nous reconnaissons que, pendant la crise, le secteur des coopératives d épargne et de crédit a connu une augmentation de son volume de dépôts, les sociétaires étant à la recherche de placements plus sûrs.» En Haïti par exemple, les épargnes des coopératives d épargne et de crédit membres du réseau Le Levier ont connu un bond de 28,8 %, le volume ayant augmenté de 190 millions de gourdes (ou 4,77 millions de dollars américains). La déclaration met également en lumière le fait que les coopératives d épargne et de crédit axent leur développement sur la collecte de l épargne dans leur communauté plutôt que sur des sources de financement externe, ce qui leur permet de mieux contrôler la gestion de leurs actifs et particulièrement de leur liquidité. À cet effet, la présidente et directrice générale de DID, Anne Gaboury,souligne que «dans le contexte économique actuel, et malgré les enjeux et défis auxquels sont confrontées les coopératives d épargne et de crédit, la formule coopérative est plus pertinente que jamais». En somme, les 11 affirmations que compte la déclaration renforcent les valeurs et principes qui animent les réseaux membres de Proxfin. Pour lire le texte de la déclaration de Proxfin relativement à la crise financière : 150, rue des Commandeurs, Lévis (Québec) Canada G6V 6P Cette publication a été réalisée avec l appui financier du gouvernement du Canada agissant par l entremise de l Agence canadienne de développement international (ACDI).

p. 2 p. 4 p. 6 Vol. 13 N 2 Juillet 2012 Le modèle coopératif en microfinance : plus actuel et pertinent que jamais

p. 2 p. 4 p. 6 Vol. 13 N 2 Juillet 2012 Le modèle coopératif en microfinance : plus actuel et pertinent que jamais Vol. 13 N 2 Juillet 2012 Appui technique et investissement en finance de proximité David MacDonald, DID (Bénin) Le modèle coopératif en microfinance : plus actuel et pertinent que jamais p. 2 Les CFE partenaires

Plus en détail

AGIR LOCALEMENT, COOPÉRER ET INNOVER POUR MIEUX FAIRE FACE À LA CRISE ÉCONOMIQUE > p. 2

AGIR LOCALEMENT, COOPÉRER ET INNOVER POUR MIEUX FAIRE FACE À LA CRISE ÉCONOMIQUE > p. 2 & Vol. 10 N o 2 Juillet 2009 Appui technique et investissement en finance de proximité AGIR LOCALEMENT, COOPÉRER ET INNOVER POUR MIEUX FAIRE FACE À LA CRISE ÉCONOMIQUE p. 2 ZAMBIE : DES ENTREPRENEURS MIEUX

Plus en détail

Etat des lieux. Des structures plus ou moins formalisées et diverses ;

Etat des lieux. Des structures plus ou moins formalisées et diverses ; 1 Etat des lieux 2 Qu est-ce que c est? La Microfinance est l offre permanente de services financiers à grande échelle aux populations démunies. La Microfinance est apparue vers les années 1970 en Afrique

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

NOTES POUR UNE ALLOCUTION DE

NOTES POUR UNE ALLOCUTION DE NOTES POUR UNE ALLOCUTION DE MME MONIQUE F. LEROUX PRÉSIDENTE ET CHEF DE LA DIRECTION DU MOUVEMENT DES CAISSES DESJARDINS «GRANDIR POUR NOS MEMBRES ET NOS CLIENTS» CENTRE DES CONGRÈS DE QUÉBEC, LE 29 MARS

Plus en détail

p. 2 p. 7 p. 4 Vol. 14 N 1 Janvier 2013 Collecter l épargne au quotidien : un service de proximité qui répond clairement au besoin des membres

p. 2 p. 7 p. 4 Vol. 14 N 1 Janvier 2013 Collecter l épargne au quotidien : un service de proximité qui répond clairement au besoin des membres Vol. 14 N 1 Janvier 2013 Appui technique et investissement en finance de proximité Photo : DID Retour sur l Année internationale des coopératives p. 2 Collecter l épargne au quotidien : un service de proximité

Plus en détail

Contenu de la présentation

Contenu de la présentation Contenu de la présentation Le Mouvement Desjardins Développement international Desjardins (DID) Le modèle coopératif Le financement agricole Le Centre financier aux entrepreneurs/centre financier agricole

Plus en détail

p.6 p.4 p.2 Vol. 12 N 2 Juillet 2011 Des résultats prometteurs pour le programme d actionnariat populaire en Zambie

p.6 p.4 p.2 Vol. 12 N 2 Juillet 2011 Des résultats prometteurs pour le programme d actionnariat populaire en Zambie Vol. 12 N 2 Juillet 2011 Appui technique et investissement en finance de proximité Le modèle coopératif pour contrer certaines dérives de la microfinance p.2 Des résultats prometteurs pour le programme

Plus en détail

L AFD ET LA MICROFINANCE

L AFD ET LA MICROFINANCE L AFD ET LA MICROFINANCE 1988 2008 Vingt ans déjà! Paul Kabre LA MICROFINANCE, POURQUOI? Dans de nombreux pays, l immense majorité de la population n a pas accès au secteur bancaire classique : sa capacité

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

Evaluation du projet FAIR Mali Rapport de mission

Evaluation du projet FAIR Mali Rapport de mission Evaluation du projet FAIR Mali Rapport de mission pg 1/5 1 Fact sheet (français) Contexte de l évaluation Objectifs du mandat Durée du projet Type évaluation Budget planifié Budget estimatif de réalisation

Plus en détail

L AFD et LA MICROFINANCE

L AFD et LA MICROFINANCE AFD André Pouillès-Duplaix L AFD et LA MICROFINANCE Plus de vingt ans d expérience Encourager l extension géographique et la diversification des services de microfinance en République Démocratique du Congo

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

Le Mouvement Desjardins:

Le Mouvement Desjardins: Le Mouvement : Coopérer pour créer l avenir Présentation à l occasion du Rendez-vous de l habitation Le 1 er octobre 2012, Laval , de 1900 à aujourd hui 1900-1920 Fondation des premières caisses par Alphonse

Plus en détail

Le Canada rural, ça compte

Le Canada rural, ça compte Le Canada rural, ça compte 1 Le Canada rural, ça compte Le Canada rural, ça compte Les régions rurales du Canada sont importantes pour la santé et la prospérité du pays. Malheureusement, les habitants

Plus en détail

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS Présenté par Dr Alpha AYANDE Tél. +41 79 358 26 12 Email: syfodip@gmail.com

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

p. 2 p. 4 p. 6 Vol. 14 N 2 Juillet 2013 Transactions intercaisses : un service de plus en plus demandé

p. 2 p. 4 p. 6 Vol. 14 N 2 Juillet 2013 Transactions intercaisses : un service de plus en plus demandé Vol. 14 N 2 Juillet 2013 Appui technique et investissement en finance de proximité Photo : Yves Boily Cueilleur dans un champ de thé en Tanzanie Mettre la microfinance au service de la sécurité alimentaire

Plus en détail

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé Directrice Générale de NYESIGISO Réseau des Caisses d Épargne et de Crédit du Mali La micro finance dans le cadre de

Plus en détail

Soutenir la microf inance. responsable

Soutenir la microf inance. responsable Soutenir la microf inance responsable L ACCÈS AU CRÉDIT POUR TOUS : UN SECTEUR PRIORITAIRE Dans de nombreux pays, la grande majorité de la population est exclue du système bancaire. L accès aux services

Plus en détail

Méthodologie d approche globalisée du risque en agriculture, l exemple du Canada et du Québec

Méthodologie d approche globalisée du risque en agriculture, l exemple du Canada et du Québec Méthodologie d approche globalisée du risque en agriculture, l exemple du Canada et du Québec Robert Keating Président de la Financière agricole du Québec - Canada #FinAgri13 55 L agriculture au Canada

Plus en détail

LE CERCLE CANADIEN DE MONTRÉAL. Le Fonds de solidarité FTQ : son impact sur la société et sur l économie

LE CERCLE CANADIEN DE MONTRÉAL. Le Fonds de solidarité FTQ : son impact sur la société et sur l économie LE CERCLE CANADIEN DE MONTRÉAL Le Fonds de solidarité FTQ : son impact sur la société et sur l économie Allocution de M. Yvon Bolduc, Président-directeur général Fonds de solidarité FTQ Montréal, le lundi

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

LA PERFORMANCE SOCIALE, AU CŒUR DU TROISIÈME SÉMINAIRE PROXFIN > p. 2

LA PERFORMANCE SOCIALE, AU CŒUR DU TROISIÈME SÉMINAIRE PROXFIN > p. 2 & Vol 10 N o 01 Janvier 2009 A p p u i t e c h n i q u e e t i n v e s t i s s e m e n t e n f i n a n c e d e p r o x i m i t é LA PERFORMANCE SOCIALE, AU CŒUR DU TROISIÈME SÉMINAIRE PROXFIN p. 2 RÉPUBLIQUE

Plus en détail

Plan de développement global de la communauté francophone de Terre-Neuve-et-Labrador 2014-2019

Plan de développement global de la communauté francophone de Terre-Neuve-et-Labrador 2014-2019 Plan de développement global de la communauté francophone de Terre-Neuve-et-Labrador 2014-2019 Janvier 2015 Table des matières Contexte... 3 Méthodologie... 3 États des lieux... 4 Hier : de grandes réalisations...

Plus en détail

Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves

Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves Juillet 2013 Commentaires de MEQ dans le cadre des consultations du Gouvernement du Canada sur les Sociétés à capital de risque de travailleurs Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves

Plus en détail

La micro assurance est au service du développement de l économie au Maroc

La micro assurance est au service du développement de l économie au Maroc La micro assurance est au service du développement de l économie au Maroc Mme Saadia Nouri Directeur Général Adjoint Assurances de personnes et Partenariats Axa Assurance Maroc 1 Sommaire Préambule : Micro

Plus en détail

Étude sur les jeunes agriculteurs et l avenir de l agriculture

Étude sur les jeunes agriculteurs et l avenir de l agriculture Étude sur les jeunes agriculteurs et l avenir de l agriculture Allocution de Marion G. Wrobel Directeur, Évolution des marchés et de la réglementation Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

Evaluation des performances sociales

Evaluation des performances sociales Evaluation des performances sociales Evaluation SPI 3.0/CERISE pour Taanadi (Août 2008) Historique de l institution La coopérative de services Taanadi a été créée en Avril 2003 à la suite de l institutionnalisation

Plus en détail

Coup d œil sur le FIDA

Coup d œil sur le FIDA Coup d œil sur le FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations rurales pauvres à améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle,

Plus en détail

EXTRAIT DU : CAHIER SPÉCIAL DES CHARGES BTC/CTB CTB/SEN/2012/33 DU 09/03/2012

EXTRAIT DU : CAHIER SPÉCIAL DES CHARGES BTC/CTB CTB/SEN/2012/33 DU 09/03/2012 EXTRAIT DU : CAHIER SPÉCIAL DES CHARGES BTC/CTB CTB/SEN/2012/33 DU 09/03/2012 MARCHÉ DE SERVICES POUR LE PROGRAMME DES BOURSES HORS PROJET CRÉATION ET MISE EN ŒUVRE DE DEUX MODULES D UNE FORMATION POUR

Plus en détail

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes Fédération des ONG du Sénégal FONGS Action Paysanne Quel rôle des organisations professionnelles agricoles dans la finance rurale : Expérience de la FONGS Paris, 05 décembre 2007 Nadjirou SALL (Secrétaire

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

Agir auprès des personnes, soutenir ceux qui aident, préparer l avenir.

Agir auprès des personnes, soutenir ceux qui aident, préparer l avenir. La solidarité : UNE RICHESSE POUR LE QUÉBEC Agir auprès des personnes, soutenir ceux qui aident, préparer l avenir. Depuis la Révolution tranquille, l État québécois a grandement contribué à bâtir une

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Page1 Volume 4, numéro 3 Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Mario Tremblay, Vice-président aux affaires publiques et corporatives, et secrétaire

Plus en détail

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL 1. INTRODUCTION SUR LE MICRO ASSURANCE AU SEIN DE L ONG CADERCO- SAVINGS FOR LIFE INTERNATIONAL. L ONG

Plus en détail

MOT DE LA PRÉSIDENTE. Séance du conseil d administration du RTL, le 5 février 2015. Le texte lu fait foi.

MOT DE LA PRÉSIDENTE. Séance du conseil d administration du RTL, le 5 février 2015. Le texte lu fait foi. MOT DE LA PRÉSIDENTE Séance du conseil d administration du RTL, le 5 février 2015 Le texte lu fait foi. 1 Bonjour à toutes et à tous, Voilà plus d un an que nous formons l actuel conseil d administration

Plus en détail

Financer la croissance des PME

Financer la croissance des PME Financer la croissance des PME Allocution de Marion G. Wrobel Vice-président, Politiques et opérations Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée devant le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie 1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie (Monaco, 14 et 15 avril 1999) Déclaration de Monaco 1. Lors du 7 ème Sommet des Chefs d Etat et de Gouvernement des pays

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

République du Burundi

République du Burundi République du Burundi Ministère des Finances et de la Planification du Développement Economique Secteur Financier Titre du Projet 1 : Mise en œuvre du plan d actions de la Stratégie du Développement du

Plus en détail

LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS

LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS LAISSEZ VOTRE VIE GUIDER VOS CHOIX, PAS L IMPÔT Parce que la vie vous réserve encore bien des surprises, votre situation personnelle sera appelée à changer au fil du

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Synthèse des conclusions et recommandations Bamako les 14-15 et 16 février 2005 Page 1 sur 5 Les 14, 15 et 16 février 2005, a eu lieu à Bamako

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

Microfinance et technologie : Quel impact du digital sur le secteur?

Microfinance et technologie : Quel impact du digital sur le secteur? Microfinance et technologie : Quel impact du digital sur le secteur? INTERVENANTS Mardi 9 septembre de 14h à 15h30 Salle Notre Dame des Victoires, Palais Brongniart, Directeur général, SAIF MANKO, Groupe

Plus en détail

Par Claude d Almeida, mai 2012.

Par Claude d Almeida, mai 2012. 1 er FORUM ÉCONOMIQUE DU PATRONAT IVOIRIEN Thème : «MÉCANISMES INNOVANTS ET ALTERNATIFS DE FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVÉ» Par Claude d Almeida, mai 2012. CLAUDE D ALMEIDA, CONSULTANT ANCIEN STATISTICIEN

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

M. Godin fait partie des bâtisseurs de l industrie des technologies de l information. Il a pavé la voie pour de nombreux autres entrepreneurs

M. Godin fait partie des bâtisseurs de l industrie des technologies de l information. Il a pavé la voie pour de nombreux autres entrepreneurs Monsieur l Ambassadeur, Monsieur le Délégué général, Monsieur Maynard - Président la Chambre de commerce France-Canada, Monsieur Godin, Distingués invités, Mesdames et Messieurs, Mon nom est Eric Lemieux,

Plus en détail

Des assises solides pour assurer votre sécurité financière

Des assises solides pour assurer votre sécurité financière Des assises solides pour assurer votre sécurité financière Édition 2011 Desjardins Sécurité financière Une compagnie d assurance de personnes aux assises solides Desjardins Sécurité financière offre une

Plus en détail

SOMMAIRE. Brève présentation de l ANACAPH Les caisses populaires et le développement durable ANACAPH et le développement durable des territoires

SOMMAIRE. Brève présentation de l ANACAPH Les caisses populaires et le développement durable ANACAPH et le développement durable des territoires SOMMAIRE Brève présentation de l ANACAPH Les caisses populaires et le développement durable ANACAPH et le développement durable des territoires Brève présentation de l ANACAPH Stratégies d intervention

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LE FIDA

COUP D ŒIL SUR LE FIDA Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté COUP D ŒIL SUR LE FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations

Plus en détail

Les Franciliens changent, le Crédit Agricole d Ile-de-France aussi

Les Franciliens changent, le Crédit Agricole d Ile-de-France aussi Les Franciliens changent, le Crédit Agricole d Ile-de-France aussi Dossier de presse Novembre 2014 Contacts presse : Profile PR Olivia Chabbert - ochabbert@profilepr.fr Claudia Roux - croux@profilepr.fr

Plus en détail

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA EVALUATION FINALE AFR/017 Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la Zone UEMOA FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Union Economique et Monétaire Ouest

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

solutions Investir dans des Plan stratégique 2015-2020

solutions Investir dans des Plan stratégique 2015-2020 International Development Research Centre Centre de recherches pour le développement international Investir dans des solutions Plan stratégique 2015-2020 LE MOT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL Je suis très fier

Plus en détail

MICHEL BEAUREGARD, M.A.(Admin. Publique), Diplôme d Études Supérieures (Développement International), B.A. Économie, B.A. Espagnol.

MICHEL BEAUREGARD, M.A.(Admin. Publique), Diplôme d Études Supérieures (Développement International), B.A. Économie, B.A. Espagnol. MICHEL BEAUREGARD, M.A.(Admin. Publique), Diplôme d Études Supérieures (Développement International), B.A. Économie, B.A. Espagnol. Adresse : Éducation : Montréal, Québec H2X 3Z3 Tel : (514) 289 1920 Fax

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

L importance de réaffirmer et de renforcer le rôle social de l État

L importance de réaffirmer et de renforcer le rôle social de l État L importance de réaffirmer et de renforcer le rôle social de l État Avis présenté dans le cadre des consultations de la Commission de révision permanente des programmes Par la Fédération de la santé du

Plus en détail

Comment les pauvres gèrent-ils le risque?

Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Le présent dossier donne un aperçu de la manière dont les ménages pauvres gèrent les risques. Fondé sur les recherches effectuées via les journaux financiers dont

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES

PROFIL DE COMPÉTENCES PROFIL DE COMPÉTENCES Direction et direction adjointe à la gestion d un établissement scolaire Bureau du recrutement, des stages et du développement des compétences Service de la gestion des personnes

Plus en détail

Vendredi 28 mars 2014. Conférence de presse

Vendredi 28 mars 2014. Conférence de presse Vendredi 28 mars 2014 Conférence de presse Point sur 2013 et perspectives pour 2014 Le Crédit Agricole Alsace Vosges : une banque régionale de plein exercice en profonde transformation Page 2-28/03/2014

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

Rapport national du CANADA à la Commission du développement durable (CDD) 16-17 Profil thématique : La désertification dans le monde

Rapport national du CANADA à la Commission du développement durable (CDD) 16-17 Profil thématique : La désertification dans le monde Rapport national du CANADA à la Commission du développement durable (CDD) 16-17 Profil thématique : La désertification dans le monde 1. Cadres de planification stratégique pour la protection et la gestion

Plus en détail

Promoting innovative remittance markets and empowering migrant workers and their families

Promoting innovative remittance markets and empowering migrant workers and their families Promoting innovative remittance markets and empowering migrant workers and their families Mécanisme de financement pour l envoi de fonds (FFR) Marché des transferts de fonds au Sénégal Enseignements retirés

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

Au service des prêteurs d espoir

Au service des prêteurs d espoir Au service des prêteurs d espoir GRAMEEN ET CREDIT AGRICOLE s allient pour lutter contre la pauvreté Fondée en 1983 par Muhammad Yunus, la Grameen Bank (banque des villages) a développé au Bangladesh le

Plus en détail

Réseau habitat et francophonie Congrès de Gatineau. Synthèse des échanges de la 46 e conférence du RHF. 19 juin 2013. Les objectifs de la conférence

Réseau habitat et francophonie Congrès de Gatineau. Synthèse des échanges de la 46 e conférence du RHF. 19 juin 2013. Les objectifs de la conférence Réseau habitat et francophonie Congrès de Gatineau Synthèse des échanges de la 46 e conférence du RHF 19 juin 2013 Les objectifs de la conférence La conférence de Gatineau visait à stimuler la discussion

Plus en détail

ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET

ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET UNE INITIATIVE DE LA FILIÈRE PORCINE QUÉBÉCOISE UN CONTEXTE PROPICE À L INVESTISSEMENT L es perspectives économiques entourant l industrie

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

Des système assuranciels en construction Jean-Christophe Debar, FARM

Des système assuranciels en construction Jean-Christophe Debar, FARM Des système assuranciels en construction Jean-Christophe Debar, FARM Colloque «La micro-assurance agricole en Afrique de l Ouest : réalités et perspectives» Paris, 27 février 2014 Source «The emergence

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

Consultation sur le projet de Stratégie gouvernementale de développement durable

Consultation sur le projet de Stratégie gouvernementale de développement durable Consultation sur le projet de Stratégie gouvernementale de développement durable Consultation en ligne MÉMOIRE DU BUREAU DE NORMALISATION DU QUĒBEC (BNQ) Jacques Girard, ing., directeur En collaboration

Plus en détail

Bienvenue chez desjardins. le premier groupe financier coopératif au canada

Bienvenue chez desjardins. le premier groupe financier coopératif au canada Bienvenue chez desjardins le premier groupe financier coopératif au canada 04 Vous accueillir. Vous accompagner. Vous simplifier la vie. desjardins souhaite faciliter votre intégration au pays. dans cette

Plus en détail

Assemblée annuelle et extraordinaire des actionnaires

Assemblée annuelle et extraordinaire des actionnaires Assemblée annuelle et extraordinaire des actionnaires Le 25 avril 2012 Créer la nouvelle référence en stérilisation en milieu de santé Germain Carrière Président du conseil d administration 2 Déroulement

Plus en détail

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives Conférenciers Stéphane Chabot, Réseau d investissement social du Québec (RISQ) Lucie Villeneuve, Réseau québécois du crédit communautaire (RQCC)

Plus en détail

Conférence du 14 juin 2012

Conférence du 14 juin 2012 Soutenu par : Conférence du 14 juin 2012 «Mobile banking : les premiers succès et les défis du futur» Présentation Le mobile banking est un formidable vecteur d inclusion financière. Des offres de mobile

Plus en détail

Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement.

Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement. Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement. Elle n a été ni modifiée ni mise à jour depuis sa date d archivage.

Plus en détail

INVESTIR À propos de Banque Nationale Courtage direct. Prenez le contrôle avec Banque Nationale Courtage direct

INVESTIR À propos de Banque Nationale Courtage direct. Prenez le contrôle avec Banque Nationale Courtage direct Prenez le contrôle avec Banque Nationale Courtage direct 01 Au service des investisseurs canadiens depuis plus de 25 ans Filiale d une des plus grandes institutions financières au pays, offre aux investisseurs

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE

OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE VISEZ PLUS HAUT AVEC VOTRE INVESTISSEMENT Votre vie est bien remplie. Votre carrière et votre vie personnelle vous nourrissent d une multitude de

Plus en détail

Consultations sur la. Banque de développement économique. du Québec

Consultations sur la. Banque de développement économique. du Québec Consultations sur la Banque de développement économique du Québec Commission de l économie et du travail Assemblée nationale du Québec 15 mai 2013 Table des matières Recommandations de Réseau Capital 3

Plus en détail

Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque nationale du Canada 3e trimestre 2015. www.cpq.qc.ca

Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque nationale du Canada 3e trimestre 2015. www.cpq.qc.ca Commentaires du CPQ sur le projet de loi n 58 Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec - Septembre 2015 - Le CPQ a pour mission

Plus en détail

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées Microfinance à l international et les banques : Engagement sociétal ou pur Business? Evènement co-organisé par le Groupe Solidarité d HEC Alumni et le Club Microfinance Paris Rappel du thème : L Engagement

Plus en détail

4eme EDITION TRIBUNE DE LA MICROFINANCE : «Mobile Banking comme moyen de développement de la finance rurale»

4eme EDITION TRIBUNE DE LA MICROFINANCE : «Mobile Banking comme moyen de développement de la finance rurale» 4eme EDITION TRIBUNE DE LA MICROFINANCE : «Mobile Banking comme moyen de développement de la finance rurale» Université Alioune DIOP de Bambey, 19 juin 2013 Mansa OUALY Economiste, Expert senior Microfinance,

Plus en détail

La Capitale en un coup d œil

La Capitale en un coup d œil La Capitale en un coup d œil Guidée par les valeurs mutualistes qui l animent, La Capitale accompagne les personnes pour bâtir, protéger et valoriser ce qu elles considèrent comme essentiel à leur sécurité

Plus en détail

Complémentarité du commerce équitable et de la microfinance

Complémentarité du commerce équitable et de la microfinance Complémentarité du commerce équitable et de la microfinance (Compte rendu de la table ronde du 21 septembre 2006) BIM n - 10 octobre 2006 Association des Centraliens & CERISE Le BIM d'aujourd'hui nous

Plus en détail

Mémoire sur le projet de loi-cadre n o 27, Loi sur l économie sociale

Mémoire sur le projet de loi-cadre n o 27, Loi sur l économie sociale 2013 Mémoire sur le projet de loi-cadre n o 27, Loi sur l économie sociale Présenté à la Commission de l aménagement du territoire, de l Assemblée nationale du Québec Présenté le 21 mai 2013 1 Avant-propos

Plus en détail

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9 MÉMOIRE DÉPOSÉ AUPRÈS DU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PORTANT SUR LA SUPPRESSION PROGRESSIVE DES CRÉDITS D IMPÔT ATTACHÉS AUX FONDS DE TRAVAILLEURS CAP finance appuie les fonds

Plus en détail

ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE CHEA CHANTO, GOUVERNEUR DE LA BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE 21 EME CONFERENCE DES GOUVERNEURS (DAKAR 14-16 MAI 2014)

ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE CHEA CHANTO, GOUVERNEUR DE LA BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE 21 EME CONFERENCE DES GOUVERNEURS (DAKAR 14-16 MAI 2014) ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE CHEA CHANTO, GOUVERNEUR DE LA BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE SUR " PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE : ROLE DES BANQUES CENTRALES" 21 EME CONFERENCE DES GOUVERNEURS DES BANQUES

Plus en détail

Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires

Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires Besoin d une gestion plus serrée des heures supplémentaires Ottawa, le 2 mai 2006 La Ville d Ottawa devrait mettre en place une série de mesures dans

Plus en détail

Les partis politiques se prononcent sur les enjeux liés aux troubles d apprentissage

Les partis politiques se prononcent sur les enjeux liés aux troubles d apprentissage L association québécoise des troubles d apprentissage (AQETA) profite du déclenchement de la campagne électorale provinciale pour rappeler aux partis politiques l importance de la question des troubles

Plus en détail

UN PARTENARIAT FRANCO-BRESILIEN PLEINEMENT REUSSI. CNP Assurances et CAIXA Economica Federal (CEF) à travers leur filiale : CAIXA SEGUROS

UN PARTENARIAT FRANCO-BRESILIEN PLEINEMENT REUSSI. CNP Assurances et CAIXA Economica Federal (CEF) à travers leur filiale : CAIXA SEGUROS UN PARTENARIAT FRANCO-BRESILIEN PLEINEMENT REUSSI CNP Assurances et CAIXA Economica Federal (CEF) à travers leur filiale : CAIXA SEGUROS Par : Gilles Benoist CEO du Groupe CNP Assurances de 1998 à 2012

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

!Mutuelle!!de microfinance (Québec)!!!!Défis et enjeux!

!Mutuelle!!de microfinance (Québec)!!!!Défis et enjeux! !Mutuelle!!de microfinance (Québec)!!!!Défis et enjeux! Du microcrédit à la microfinance!!!! Les défis et enjeux! La cohérence - Mission, vision! L innovation! Croissance et rentabilité! Gouvernance! L

Plus en détail

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique 1 ière Édition Agriculture, changement climatique et responsabilité des organisations Dakar, du 25 au 27 Avril 2013 au CICES Communication

Plus en détail