La chirurgie au CHPLT Une équipe de pointe... une équipe d avenir

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La chirurgie au CHPLT Une équipe de pointe... une équipe d avenir"

Transcription

1 20 Mars 2012 n La température du Centre Hospitalier Peltzer - La Tourelle de Verviers La chirurgie au CHPLT Une équipe de pointe... une équipe d avenir

2 2 Thermomètre 20 Edito Le patient au centre de nos réflexions et de nos actions Vous avez entre les mains le numéro 20 du Thermomètre qui vous apporte depuis 7 ans les nouvelles médicales du CHPLT. Dr Eric Brohon, Directeur médical du CHPLT Cette revue est née de la volonté et de la détermination du Docteur Claude Degauque qui a, en mai 2005, mis en œuvre une revue destinée aux partenaires du CHPLT. Depuis 7 ans (20 numéros), le comité d édition a toujours gardé pour objectif principal de vous faire découvrir comment le CHPLT met au service des patients ses activités, son personnel et ses infrastructures. Le premier édito du Directeur Médical avait pour titre «Ensemble, accompagner le patient». Ces quelques mots gardent aujourd hui encore tout leur sens. Ce numéro 20 est spécial à plusieurs titres. C est avec beaucoup de plaisir et un grand honneur que me revient la responsabilité de signer l édito du «20» en tant que nouvel éditeur responsable. Le développement des activités du CHPLT fait que nous avons été amenés, pour vous faire découvrir plus de choses, à doubler le nombre de pages. On passe ainsi de 8 à 16. Vous pourrez donc profiter d un maximum d informations avec une mise en page plus aérée incluant par ailleurs plus de photos. Non content de doubler le nombre de pages, le comité de rédaction a également pris la décision d élargir la diffusion à l ensemble du personnel du CHPLT. Lequel contribue largement, chacun dans son rôle, à assurer la qualité des soins apportés aux patients. Une nouvelle rubrique vous présentera dans chaque numéro les métiers de l hôpital. Des métiers parfois méconnus, mais ô combien indispensables au bon fonctionnement de l Institution. Cette première série commence par le portrait de deux techniciens du service de Néphrologie. Tout le travail de soins effectué quotidiennement est reconnu par les médecins généralistes de l AGEF qui ont, par le biais d un sondage, désigné le CHPLT comme l Institution hospitalière de référence, devançant le CHR de la Citadelle, le CHU, le CHC et la Clinique Sainte Élisabeth. Les résultats de cette enquête, qui vous sont présentés dans ce numéro, doivent être à la fois source de satisfaction, mais également moteur de motivation pour encore améliorer nos pratiques et renforcer cette position. Dans ce numéro, le dossier principal est consacré à la chirurgie. C est un événement, car il a fallu une gestation de 7 ans pour vous présenter l un des fleurons du CHPLT en termes de quantité et de qualité de soins! Vous allez le constater, la chirurgie au CHPLT est véritablement de très haute technicité et d une grande variété puisque toutes les disciplines sont représentées en dehors de la chirurgie intracrânienne et de la chirurgie cardiaque. Les équipes chirurgicales se sont toutes étoffées et rajeunies ces dernières années. Nous pouvons dès lors envisager sereinement l avenir en continuant ces développements qui permettent aux professionnels de la santé d effectuer un travail de qualité tout en conservant un équilibre de vie conforme aux attentes de chacun. Cette politique de développement s exprime également par le retour de nombreux assistants en spécialisation au CHPLT. Des assistants dont la présence est une reconnaissance de la qualité du travail fait par nos spécialistes. Je suis donc particulièrement heureux d être le nouveau Directeur Médical du CHPLT et le nouvel éditeur responsable du Thermomètre dans cette période d opportunités immenses qui va permettre, grâce à la mobilisation de tous, de résoudre les difficultés organisationnelles et financières que nous traversons. Je suis en effet convaincu que nous disposons des ressources pour relever ces défis en gardant comme objectif premier d offrir à nos patients des soins de qualité, prodigués par des professionnels compétents et motivés. Nous allons également renforcer les liens entre le journal en version papier et le site internet du CHPLT, deux outils complémentaires qui vont vous permettre d approfondir une série d informations en rapport avec nos activités. Nous restons à votre écoute pour continuer à améliorer notre, votre «Thermomètre» et nous examinerons avec attention les remarques que vous voudrez bien nous transmettre soit par papier, soit par mail à l adresse : Les Mayas avaient prévu le début d un nouveau cycle en 2012 (prévision 21/12/2012) et c est en avance que ces changements s opèrent pour le Thermomètre et le CHPLT. Bonne lecture.

3 La chirurgie au CHPLT Thermomètre 20 3 Le Dr Dany Lambot, chef de service de Chirurgie La chirurgie au CHPLT : Une équipe de pointe... une équipe d avenir La chirurgie au CHPLT, c est assurément un service de pointe. Un service qui est entré de plain-pied dans le 21ème siècle avec l inauguration en 2008 d un bloc médico-technique ultra moderne. Investissement : 25 millions d euros! Si les investissements au niveau du bloc médico-technique ont été conséquents, il en a été de même au niveau des unités d hospitalisation qui offrent maintenant une hôtellerie en adéquation avec les attentes des patients. Les techniques de chirurgie et d anesthésie ainsi que le développement de l Hôpital de jour chirurgical ont permis de réduire de manière importante la durée de séjour du patient tout en améliorant la qualité et la sécurité des soins. Voilà encore l une des évolutions de la chirurgie au Centre Hospitalier Peltzer - La Tourelle. Le Service de Chirurgie poursuit sa politique d excellence en faisant confiance à une nouvelle génération de chirurgiens qui peuvent compter sur l expérience de leurs aînés. De jeunes médecins qui amènent par ailleurs de nouvelles techniques. Le Service de Chirurgie s ouvre de plus en plus aux autres disciplines de l Institution. L interdisciplinarité est donc bien une réalité. Le travail en équipe garantit par exemple au patient d être opéré par le professionnel le plus expérimenté. Signalons encore que le Service de Chirurgie du CHPLT organise des consultations décentralisées à Spa et Aubel. Un service qui se veut le plus proche possible des patients de l Est de la Belgique. Chirurgie digestive Le Service de Chirurgie digestive est actuellement composé de 5 chirurgiens : Cyril Degauque Thierry Grenade Frédéric Lardinois Stanislas Laurent Charles-Marie Lavigne Depuis 2003, l augmentation progressive du nombre de chirurgiens (en parallèle avec l engagement de deux chirurgiens à orientation thoracique et vasculaire, les Drs Yves Périquet et Laurent Bouffioux) a permis d augmenter considérablement l activité chirurgicale dans de nombreux domaines d excellence : La Clinique du Sein : reconnaissance nationale du CHPLT sur base d un nombre de patients à traiter de plus de 125 par année. Le projet PROCARE : projet national et multicentrique d optimalisation de la prise en charge et du traitement des patients atteints d un cancer du rectum. La chirurgie de l obésité et la chirurgie métabolique : plus de 250 patients ont été pris en charge en 2011 par l équipe multidisciplinaire et ont été orientés vers les différentes options thérapeutiques possibles (comportementales, médicales, endoscopiques ou chirurgicales). Le bloc opératoire, entièrement rénové depuis 2008, dispose de toutes les technologies de pointe nécessaires à la bonne prise en charge des pathologies digestives et oncologiques les plus complexes : trois colonnes de laparoscopie, deux générateurs de dissection ultrasonique de dernière génération (ULTRACI- SION), un générateur de dissection- aspiration ultrasonique (CUSA), un générateur de dissection bipolaire (LIGASURE)... En 2012, le CHPLT va acquérir de nouveaux instruments de micro-laparoscopie ou chirurgie «percutanée» (instruments de 3 mm de diamètre). Le service s inscrit dans une politique de développement et, à ce titre, un renforcement de l équipe, d une part, et des besoins supplémentaires en lits, d autre part, font partie des priorités.

4 4 Thermomètre 20 La chirurgie au CHPLT A droite > Réalisation d une sleeve gastrectomie, la technique la plus utilisée au CHPLT dans le cadre de la chirurgie de l obésité Ci-dessus > Agrafage-section de l estomac pour la réalisation du manchon gastrique Évolution de la chirurgie de l obésité vers la chirurgie métabolique... Depuis ses premiers pas, fin des années 60, la chirurgie de l obésité est incontestablement l un des domaines de la chirurgie qui a connu les plus grandes évolutions scientifiques et technologiques. Initialement, le principe de base était de rétrécir la poche gastrique afin d empêcher les patients de manger de grands volumes de nourriture (Gastroplastie Verticale Calibrée décrite par Mason E.E. en 1967). Cette technique, bien qu efficace, se révélait par contre responsable d un inconfort alimentaire (dysphagie, reflux gastro-oesophagien, vomissements) chez plus de la moitié des patients et donc d une qualité de vie médiocre nécessitant pour la plupart une intervention ultérieure. Dès 1977, après avoir constaté la difficulté des patients opérés à maintenir leur poids - malgré une alimentation adaptée - Griffen propose le Bypass Gastrique comme traitement contre l obésité. Initialement réalisée par laparotomie, elle est maintenant réalisée en routine par laparoscopie. Cette intervention consiste donc en la réalisation d un petit néogastre d environ 50 cc de contenance associée à la mise en place d un court-circuit gastro-jéjunal permettant de diminuer l absorption digestive des nutriments caloriques. Cette intervention permet d obtenir d excellents résultats en termes de perte de poids et donc de résolution des comorbidités liées à l obésité. Cependant, il existe un risque carentiel en vitamines et en minéraux, nécessitant une supplémentation quotidienne et un suivi «ad vitam». Depuis le début des années 1990 est apparu l anneau gastrique ajustable, qui consiste en la mise en place autour de la portion la plus proximale de l estomac d un anneau gastrique permettant de restaurer des sensations de satiété précoce lors de la prise alimentaire. Cette intervention, considérée comme la moins «agressive» des techniques chirurgicales, permet d obtenir une perte de poids plus modérée (une trentaine de kilos en moyenne), tout en conservant une bonne qualité de vie et en induisant peu d effets secondaires à long terme. Depuis 2003, la panoplie chirurgicale dispose également de la sleeve gastrecomy ou gastrectomie en manchon. Cette intervention consiste en la résection verticale d environ les trois-quarts de l estomac, transformant celui-ci en un fin manchon tubulisé le long de la petite courbure gastrique. Il en résulte une diminution drastique du volume gastrique, mais également des sensations de faim (par effondrement de la synthèse de ghréline, hormone orexigène, sécrétée principalement par le fundus gastrique, qui est réséqué lors de la gastrectomie). Cette intervention est actuellement la plus pratiquée au CHPLT (plus de 100 procédures par an). En parallèle à ces développements techniques et technologiques (l ensemble de ces interventions est maintenant réalisé par abord laparoscopique, et bientôt par micro-laparoscopie grâce à l utilisation d instruments percutanés de 3 mm de diamètre), de nombreuses découvertes physio-pathologiques ont permis de confirmer, d une part, le bien-fondé de la prise en charge chirurgicale (seule solution thérapeutique permettant de maintenir une perte de poids radicale et significative au long cours) et, d autre part, de fournir des arguments complémentaires concernant les effets métaboliques favorables de ces techniques en termes de résolutions des comorbidités liées à l obésité (diabète de type 2, dyslipidémies, hypertension artérielle, apnées du sommeil, insuffisance rénale, stéatose hépatique, migraines, athérosclérose, risque de cancer induit par l obésité, infertilité, etc.). On ne parle désormais plus de «chirurgie de l obésité», mais bien de «chirurgie métabolique»... Enfin, dans le cadre de la prise en charge des patients dont le poids peut atteindre 200 kilos, le CHPLT a acquis des équipements adaptés tels qu une table spéciale de salle d opération et certains dispositifs spécifiques de mobilisation au bloc et dans l unité d hospitalisation.

5 La chirurgie au CHPLT Thermomètre 20 5 Le Service de Chirurgie vasculaire et thoracique : un service moderne ouvert aux nouvelles techniques... Il y a encore quelques années, le Service de Chirurgie vasculaire et thoracique était représenté par le tandem formé par les Drs Jaumin et Grenade, lesquels bénéficiaient de l aide active du Dr Lavigne. Le remplacement du Dr Claude Jaumin par le Dr Yves Périquet en 2003, et l arrivée du Dr Laurent Bouffioux en 2010, ont permis d étoffer l équipe. Le Dr Charles-Marie Lavigne participant déjà régulièrement au rôle de garde spécifique de chirurgie vasculaire a progressivement réorienté son activité vers la chirurgie générale. Des plages de consultation au sein du CHPLT sont proposées tous les mardis et jeudis par le Dr Y. Périquet, le mercredi par le Dr L. Bouffioux sur le site Peltzer (P0 - rue de Liège) et le mardi matin à Spa par le Dr Y. Périquet aux Heures Claires. L activité opératoire est répartie entre les différents chirurgiens sur tous les jours de la semaine. Une plage spécifique est réservée le mercredi matin en salle d angiographie-cathétérisme, située dans le Service de Radiologie. Cette délocalisation, en dehors du bloc opératoire, permet pour les procédures de revascularisation strictement percutanées de bénéficier des meilleures techniques d imagerie médicale (soustraction digitalisée) et de travailler en étroite collaboration avec les radiologues interventionnels (Drs Laurent Dorthu et David Grayet). Cette entente rend plus efficace et plus rapide la mise au point iconographique (angiographie conventionnelle, angio-mr, angio-scanner) des pathologies vasculaires rencontrées en consultation ou en hospitalisation. L équipement de cette salle spécifique et la collaboration avec le Service d Anesthésie permettent de réaliser des interventions sous sédation. Toutes les interventions chirurgicales vasculaires classiques ouvertes ne nécessitant pas l utilisation d une circulation extracorporelle (CEC) sont réalisées au CHPLT. Lorsque des interventions cardiaques (pontage coronaire, chirurgie valvulaire...) sont indiquées pour les patients du CHPLT, celles-ci sont le plus souvent réalisées au CHU de Liège, essentiellement par le Dr Thierry Grenade, lequel est l interlocuteur privilégié au sein du Service de Cardiologie. Le Dr Laurent Bouffioux travaille également deux demi-journées dans le Service de Chirurgie cardio-vasculaire du CHU. Si la chirurgie artérielle représente la majorité des interventions vasculaires au CHPLT, la prise en charge de l incompétence veineuse superficielle (varices) n est pas en recul et peut bénéficier depuis un peu plus de deux ans de l émergence d une nouvelle technique : l occlusion par radiofréquence de la veine saphène interne qui, associée à des phlébectomies, est une alternative moins invasive à l éveinage complet de la saphène interne. La chirurgie de revascularisation des axes carotidiens est réalisée dans la grande majorité des cas sous anesthésie locorégionale (plexus cervical superficiel). Cette technique d anesthésie permet, grâce à un patient qui reste conscient pendant l intervention, un contrôle clinique neurologique péri-opératoire ainsi qu une meilleure stabilité hémodynamique. Le CHPLT est la seule Institution du pays à proposer cette technique réduisant le recours au shunt opératoire, générateur de complications potentielles. Le CHPLT est un centre agréé pour l implantation des endoprothèses aortiques abdominales et iliaques. Après analyse des résultats des grandes études multicentriques et après une période nécessaire d apprentissage, les premières implantations ont débuté en L angiographie peropératoire pour une visualisation directe du traitement chirurgical En travaillant avec le Service de Néphrologie, le Service de Chirurgie vasculaire prend également en charge les patients en hémodialyse en créant chez ceux-ci un abord vasculaire (fistule artério-veineuse) et en assurant leur perméabilité dans le temps, notamment par des angioplasties veineuses percutanées. En 8 ans, le taux de dialyses réalisées par le biais d une FAV (versus cathéter de tésio) est passé de 30 à 70 %, ce qui permet - selon les recommandations scientifiques internationales - une meilleure efficacité de la dialyse et surtout une nette diminution des épisodes infectieux.

6 6 Thermomètre 20 La chirurgie au CHPLT La chirurgie thoracique L excellente collaboration avec le Service de Pneumologie permet de réaliser la plupart des interventions thoraciques au sein même du CHPLT. La chirurgie thoracique vidéo-assistée prend une place importante dans les indications opératoires en permettant de diminuer la lourdeur du geste que peut induire une thoracotomie. Ainsi, la vidéo-thoracoscopie est régulièrement utilisée pour des indications classiques comme le talcage des affections néoplasiques, le traitement de pneumothorax récidivants, les biopsies macroscopiques (pulmonaires, pleurales ou péricardiques), les résections partielles atypiques ou systématisées du parenchyme pulmonaire dans le cadre d emphysème ou d atteintes métastatiques localisées. L expérience acquise lors de ces différentes procédures permet également d envisager ces techniques «mini-invasives» pour des petites tumeurs pulmonaires primitives et ainsi d obtenir une résection carcinologique par lobectomie et curage ganglionnaire. Le service participe aux décisions thérapeutiques prises à la CMO (Consultation Multidisciplinaire d Oncologie) dédiée aux pathologies pulmonaires. Récemment, le Dr Yves Périquet a suivi - sur deux ans - une formation spécialisée et a obtenu un diplôme inter-universitaire (DIU - Paris Descartes) en Oncologie thoracique médicale et chirurgicale. Et d autres collaborations encore... La collaboration est évidemment très importante avec le Service de Cardiologie qui partage avec les chirurgiens cardio-vasculaires la prise en charge de nombreuses pathologies communes aux deux spécialités. De plus, au CHPLT, les cardiologues confient aux chirurgiens l implantation des pacemakers mono ou double chambre en salle d opération. Lorsqu il existe une indication de resynchronisation, la mise en place de la sonde ventriculaire gauche par cathétérisme du sinus coronaire requiert le plus souvent la présence au bloc opératoire d un cardiologue habitué aux techniques de coronarographie. De même, les chirurgiens vasculaires sont souvent amenés à participer aux discussions thérapeutiques avec les neurologues et les diabétologues pour les indications de revascularisation propres à leurs spécialités (artérite oblitérante diabétique des membres inférieurs, artérite des troncs supra-aortiques,...) En conclusion Le Service de Chirurgie vasculaire et thoracique du CHPLT est un service moderne ouvert aux nouvelles techniques. Les chirurgiens le composant ont la volonté de s intégrer largement dans un travail multidisciplinaire. Mise en place de pacemaker : technologie de pointe en salle d opération Ci-dessus > Une hygiène irréprochable grâce à un nettoyage approfondi et une désinfection entre chaque intervention

7 La chirurgie au CHPLT Thermomètre 20 7 La chirurgie de la main et des nerfs périphériques Le chirurgien de la main est amené à prendre en charge toutes les pathologies qui touchent à la main. Le développement des techniques micro-chirurgicales a incité les spécialistes à élargir le champ de leurs interventions à tous les nerfs périphériques. Les chirurgiens de la main, à côté du volet purement interventionnel de leur activité, dispensent également des conseils et des formations aux médecins urgentistes pour améliorer la qualité des prises en charge des pathologies de la main, au sens le plus large du terme, qui se présentent aux urgences. Les Drs C. Lambermont et D. Lambot opèrent régulièrement en binôme. Aujourd hui, la Chirurgie de la main au CHPLT est considérée comme un département de pointe dans l Est de la Belgique ; une activité débutée en 1993 par le Dr Dany Lambot. La prise en charge des cas les plus complexes est assurée conjointement par les Drs Lambot et Lambermont à raison d une demi-journée de programme opératoire par semaine. Le département de Chirurgie de la main est composé de trois chirurgiens : Dany Lambot, Cécile Lambermont et Jacques Servais (consultant). La Chirurgie de la main au CHPLT, c est plus de interventions par an. Un chiffre qui fait du CHPLT le plus important centre de chirurgie de la main de l Est de la Belgique. L une des principales évolutions de cette chirurgie est que la plupart des interventions sont réalisées en hospitalisation de jour et ce, grâce au développement des techniques d anesthésie plexuelle et tronculaire périphérique sous contrôle échographique. Ces techniques permettent, dans la grande majorité des cas, d éviter une anesthésie générale. Prothèses trapézo-métacarpiennes dans le traitement chirurgical de la rhizarthrose : 90% de satisfaction chez les patients La rhizarthrose est l arthrose de la base du pouce, qui atteint l articulation entre le trapèze et le premier métacarpien. C est une pathologie très fréquente - touchant essentiellement la femme autour de la cinquantaine, le plus souvent de façon bilatérale. En effet, 20 % de la population féminine est atteinte de rhizarthrose. Dans ce pourcentage, une femme sur cinq en souffrira. Si 80 % des cas sont résolus par un traitement médical, 20 % des femmes présentant des symptômes douloureux auront recours à la chirurgie à la suite d un échec du traitement conservateur. Au CHPLT, on pratique une cinquantaine d interventions de ce type par année. Son évolution naturelle est marquée par la déformation et l enraidissement progressifs du pouce. Si certaines patientes restent asymptomatiques, le symptôme habituel est la douleur. La patiente perd progressivement la force de préhension et la possibilité d attraper les objets. Peu à peu, l articulation se détériore puis se subluxe entrainant une déformation à la base du pouce caractéristique. Les radiographies de face et de profil du pouce confirment le diagnostic clinique. En cas d échec d un traitement conservateur, un traitement chirurgical doit être envisagé. De nombreuses techniques chirurgicales ont été décrites, mais actuellement, ce sont 2 types d interventions chirurgicales qui sont réalisées : la trapézectomie et la mise en place de prothèses trapézométacarpiennes (TM). La trapézectomie consiste à exciser l os malade donc le trapèze. Si la trapézectomie s effectue encore dans certaines indications, elle nécessite une immobilisation prolongée (6 semaines) et une rééducation relativement longue avec des résultats fonctionnels à 6 mois. L évolution des techniques chirurgicales ainsi que l évolution de la qualité des matériaux prothétiques a donné une place grandissante aux prothèses TM. Aujourd hui, cette technique chirurgicale représente la majorité des indications opératoires de la rhizarthrose au CHPLT. Précisons que l Institution est d ailleurs un des trois principaux centres de Wallonie où l on place des prothèses trapézométacarpiennes dans le traitement de la rhizarthrose. La prothèse totale TM a pour but de remplacer l articulation détruite et douloureuse. Elle présente l avantage de respecter l anatomie et de restaurer la biomécanique de la colonne du pouce en maintenant sa longueur. Elle se compose d une queue qui est placée dans le métacarpien et s articule, par l intermédiaire d un col à tête sphérique, dans une cupule placée dans le trapèze, cupule en polyéthylène ou en métal. La fixation des pièces prothétiques dans l os fait appel soit à la régénération osseuse (prothèse dites non scellées et recouvertes d hydroxy-apatite), soit à du ciment (prothèses dites scellées). Au CHPLT, la prothèse TM utilisée est une prothèse non scellée, recouverte d hydroxyapatite, ce qui garantit une bonne stabilité de la prothèse. De nombreuses prothèses trapézo-métacarpiennes sont placées, chaque année, dans le service. Les résultats sont très encourageants compte tenu du taux de réussite et de la satisfaction des patients à court et long terme (plus de 10 ans de recul). Si la technique chirurgicale est délicate, elle est aujourd hui bien maîtrisée au CHPLT.

8 8 Thermomètre 20 La chirurgie au CHPLT L utilisation de l échographie pour la réalisation des blocs nerveux a révolutionné les possibilités d anesthésie loco-régionales. Les indications pour la prothèse totale sont les femmes de plus de 50 ans, qui exercent une activité manuelle fine, avec une hauteur de trapèze suffisante pour pouvoir fixer la cupule dans le trapèze, sans arthrose STT (scapho-trapézo-trapézoïdienne) et avec un pouce adductus réversible, soit la majorité des indications opératoires. Les avantages de la prothèse sont nombreux : hospitalisation courte (une nuit grâce à une intervention sous plexus), immobilisation courte (1 à 3 semaines), autorééducation quasi immédiate avec une reprise rapide de l activité (1 mois). Elle permet la reprise d activités nécessitant une pince fine et a de très bons résultats cliniques tant sur la douleur, la mobilité et la force. Le taux de survie des implants est très bon puisqu il est actuellement de 90 % à 15 ans. Les prothèses trapézo-métacarpiennes représentent à l heure actuelle le meilleur traitement chirurgical de la rizarthrose dans certaines indications. En cas d échec d un traitement par prothèse trapézo-métacarpienne (luxation, descellement), la trapézectomie peut-être réalisée dans un deuxième temps opératoire. Les neurotomies sélectives : le chaînon manquant dans la prise en charge globale du traitement de la spasticité Le rapatriement du site de revalidation de Borgoumont sur le site de Peltzer a permis d améliorer la collaboration entre les équipes médicales s agissant de la prise en charge du traitement de la spasticité. Très vite, il est apparu que le «chaînon manquant» dans ce traitement était la neurotomie chirurgicale sélective. Les patients devaient se rendre dans des Institutions éloignées (Mont Godinne, Luxembourg). Cette technique nécessite une collaboration entre le rééducateur, l anesthésiste et le chirurgien. La spasticité est un désordre moteur caractérisé par une augmentation de la vitesse dépendante du réflexe d étirement. Elle est la conséquence d une lésion cérébrale ou médullaire (AVC, traumatisme crânien, maladie dégénérative) nécessitant une prise en charge spécifique et adaptée. Ses conséquences peuvent prendre la forme : de déformations articulaires (flexum des doigts, équin...) de difficultés fonctionnelles (garder une hygiène de la main si spasticité de doigts, difficulté d habillage si spasticité du biceps, soin du périnée si spasticité des adducteurs...) d une anomalie de balance agoniste/ antagoniste : une hyperactivité d un groupe musculaire peut rendre difficile la récupération d un groupe antagoniste (ex : spasticité triceps sural, faiblesse du tibialis antérieur) d un problème esthétique (attitude en flexion du bras et du poignet) La spasticité ne doit pas toujours être traitée. Elle peut parfois avoir son utilité comme de permettre d assurer un tonus musculaire au niveau des membres inférieurs, en cas de parésie importante, et, de ce fait, la déambulation (ex : lésion médullaire). Quel traitement proposer? Une prise en charge en kinésithérapie et/ou ergothérapie. La mise en place d orthèse. Les antispastiques oraux (souvent peu efficaces et associés à des effets secondaires importants). Les injections intramusculaires de toxines botuliniques (blocage de la libération d acétylcholine au niveau de la jonction neuromusculaire) permettant de diminuer le tonus musculaire. Les injections se font sous contrôle électromyographie. L action est réversible et nécessite une réinjection tous les 3 à 6 mois. C est le traitement de référence. Si la répétition des injections devient une contrainte (variation d efficacité entre le début et la fin de dose, coût élevé des toxines,...) et que les injections de toxines botuliniques donnent des résultats satisfaisants, on peut opter pour un traitement définitif : la neurotomie motrice partielle sélective. La neurotomie (ou section partielle du nerf) est une technique chirurgicale. Elle constitue un geste définitif. L indication est posée dans l équipe par le physiothérapeute qui est d ailleurs présent lors de l intervention pour évaluer l importance de la section à réaliser. Afin de choisir au mieux le nerf sur lequel réaliser une neurotomie, plusieurs examens devront être envisagés : examen du membre inférieur, analyse quantifiée de la marche, mais aussi bloc test anesthésique. Ce dernier est sans doute l un des examens les plus utiles. Effectué par l anesthésiste, il consiste en l injection d un anesthésique local (Naropin ) agissant environ quatre heures. Cette

9 La chirurgie au CHPLT Thermomètre 20 9 injection est réalisée au niveau du nerf (repéré sous contrôle échographique). L endormissement du nerf permet de simuler l effet de la neurotomie afin de confirmer la participation du muscle dans la spasticité (et l absence d une composante de rétraction qui nécessiterait un geste tendineux surajouté). Cette injection offre par ailleurs au patient la possibilité d évaluer le changement dans sa vie quotidienne (absence de spasticité utile). Si le test est positif, le patient sera candidat à la chirurgie. Les branches nerveuses qui bénéficieront de neurotomie seront celles testées par le bloc anesthésique. Le choix de l importance de la section dépendra de la fonctionnalité du muscle (50-90 %). Si un geste tendineux doit être réalisé (allongement, transfert...), il pourra être effectué en même temps. Si le test est négatif, si la pathologie est évolutive, nous prendrons une autre alternative thérapeutique. La chirurgie nécessite une parfaite connaissance de l anatomie et des techniques microchirurgicales. Dans leur principe, les neurotomies périphériques consistent en une section partielle des collatérales motrices du ou des muscles où siège une spasticité jugée excessive. La neurotomie ne doit ainsi jamais porter sur un tronc nerveux où sont encore mêlés fascicules moteurs et sensitifs cutanés. La section, même partielle, de ces derniers peut être responsable des douleurs dites de déafférentation. La neurotomie intéresse donc uniquement les collatérales motrices, qu elles soient déjà clairement isolées du tronc nerveux initial (comme le nerf des gastrocnémiens lors de l abord du nerf tibial dans la fosse poplitée) ou disséquées et identifiées clairement au sein des fascicules du tronc nerveux initial (comme les nerfs des longs fléchisseurs). Les neurotomies périphériques concernent aussi bien le membre supérieur que le membre inférieur. L abord des nerfs est une dissection minutieuse effectuée sous microscope qui permet de repérer les différents fascicules et de les stimuler pour reconnaître les parties motrices. Quelques exemples La neurotomie partielle du nerf musculocutané diminue fortement la spasticité du biceps et du brachialis et permet ainsi à l avant-bras d être en extension, ce qui permet au patient de laisser tomber le bras lors de la marche. La neurotomie partielle du nerf du soléaire aide le patient à mettre le pied à plat et évite ainsi la marche sur la pointe. Les patients peuvent tester anticipativement les effets, ce qui entraîne une plus grande satisfaction par la suite. Chirurgie hépatique au CHPLT : le résultat d une approche multidisciplinaire Sur ces vingt dernières années, le monde chirurgical a vu se majorer le nombre d hépatectomies grâce notamment à l apparition de nouvelles chimiothérapies pour le cancer colorectal (CCR). Ce n est évidemment pas la seule indication de chirurgie hépatique, mais l oncologie digestive reste la principale indication. 35 % des cancers colorectaux sont métastatiques au niveau hépatique au moment du diagnostic. La médiane de survie de ces patients est de 6.9 mois sans traitement. Les métastases hépatiques du CCR sont opérables chez moins de 20 % de ces patients. Chez les 80 % restants, la résection est contre-indiquée par la présence de métastases extrahépatiques, d une carcinomatose hépatique diffuse, d une fonction hépatique ou d un état général insuffisant. La survie à cinq ans d un patient correctement opéré de ses métastases varie de 25 à 50 %. Il est de nos jours accepté que les contre-indications définies dans les années 80 ne sont plus applicables. À cette époque, la présence de plus de 4 métastases, une métastase de plus de 5 cm ou une marge de résection infracentimétrique prévisible étaient des contre- indications formelles. Les chimiothérapies modernes associées aux nouvelles technologies ont permis de faire tomber ces contre-indications. L imagerie médicale Le CT scan multibarette, la RMN et le PET scan ont permis des diagnostics plus précoces et une meilleure définition des structures anatomiques permettant de planifier une meilleure stratégie de traitement. L embolisation portale préopératoire permet de réduire le risque d insuffisance hépatique postopératoire (Drs David Grayet et Laurent Dorthu). L atrophie hépatique ipsilatérale et l hypertrophie controlatérale peuvent en effet être induites par l embolisation radiologique ou la ligature chirurgicale de la branche portale menant dans le lobe métastatique. Cette embolisation est envisagée lorsque le volume hépatique postopératoire serait inférieur à 30 % du volume sans embolisation. Les chimiothérapies néo-adjuvantes (Drs H. Kalantari et F. Scerbo) Alors que les avancées récentes dans les traitements de chimiothérapie systémique ont mené à des taux de réponse nettement améliorés, la médiane de survie d un CCR métastatique reste entre 12 et 24 mois et les survivants sont rares à 5 ans (études incluant des protocoles FOLFOX, FOLFIRI ou FOLFIRI + bevacizumab). L association de la chimiothérapie moderne et de la chirurgie est de toute évidence la solution. La chimiothérapie menée avant chirurgie sélectionnera les patients répondeurs et amènera un patient irrésécable vers une résécabilité accrue. On note malheureusement une détérioration de la qualité du parenchyme avec des complications accrues (Oxaliplatine et irinotecan). L évolution des drogues d anesthésie et des techniques de remplissage permettent un meilleur contrôle des pressions artérielles et des pressions veineuses centrales. Le résultat est un meilleur contrôle des saignements et des hémorragies. Par ailleurs, chaque patient transitera par le Service de Réanimation, lequel permettra une surveillance de minimum 24/48h avant le retour du patient en étage. Il faut noter que le CHPLT possède des médecins anesthésistes dans son Service de Réanimation; ils ont toutes les compétences nécessaires pour assurer ce type de suivi très spécifique. Mortalité, morbidité, évolution... et sélection Sur les trois dernières décennies, la mortalité péri-opératoire associée aux hépatectomies est passée de 20 % chez les patients opérés avant 1980 à moins de 5 % au début des années La morbidité peropératoire reste aux alentours de 20 % et est faite essentiellement de

10 10 Thermomètre 20 La chirurgie au CHPLT fistules biliaires, abcès périhépatique, hémorragie, épanchement pleural et pneumonie ou insuffisance hépatocellulaire. Cette morbidité a également décru grâce à une meilleure sélection des patients, l amélioration des techniques d anesthésie-réanimation et l arrivée de matériel chirurgical plus performant. Le CHPLT a la chance de disposer d un plateau technique et humain complet permettant la prise en charge globale des lésions hépatiques depuis la radio, la chimio, en passant par la chirurgie et l anesthésie-réanimation. C est dans ce contexte, face à une demande croissante, que le CHPLT s est récemment doté d un dissecteur ultrasonique (CUSA : Cavitron Ultrasonic Surgical Aspirator) afin de faciliter la chirurgie du foie. Nous disposions déjà depuis longtemps d une technologie permettant la chirurgie hépatique (destruction par radiofréquence ou résection à l aide de pince ultracision), mais le CUSA permet grâce aux ultrasons (vibrations des molécules d eau) de faire exploser les cellules parenchymateuses tout en respectant les structures vasculaires et biliaires. Le principe du dissecteur à ultrasons est de délivrer des vibrations ultrasoniques en même temps qu une irrigation et une aspiration. Les cellules parenchymateuses sont dissociées et détruites par l effet de cavitation des ultrasons alors que les vaisseaux et les canaux biliaires sont préservés, car plus résistants en raison de leur structure fibreuse plus importante. Une fois isolés, ces éléments peuvent être coagulés, clippés ou liés de façon élective avant d être sectionnés. Ceci limitera les complications hémorragiques et les fistules biliaires. Tous les dossiers des patients susceptibles de bénéficier d une hépatectomie sont discutés en CMO et leurs clichés radiologiques sont analysés avec un radiologue. Pour plus de sécurité, cette chirurgie, au CHPLT, est pratiquée en binôme, à deux chirurgiens confirmés et une aide opératoire. Un bref séjour en réanimation est également la règle. Quelques chiffres 7 hépatectomies réglées en 2008, 10 en 2009, 11 en L acquisition récente du CUSA permettra d accroître ces chiffres en faisant face à une demande croissante. Chirurgie gynécologique au CHPLT Les techniques chirurgicales proposées par l équipe de gynécologie du CHPLT concernent principalement les pathologies gynécologiques bénignes. L oncologie pelvienne et certaines pathologies nécessitant un matériel et une expertise particuliers (endométriose sévère, infertilité, trouble de la statique pelvienne) sont prises en charge en collaboration étroite avec les chirurgiens du CHPLT et les centres universitaires. Les techniques en évolution constante dans le domaine de la gynécologie concernent notamment l hystéroscopie et la coelioscopie. D autres techniques opératoires en évolution, pratiquées au CHPLT, ne seront pas abordées dans ce numéro. L hystéroscopie interventionnelle est une intervention peu invasive permettant le traitement des polypes et myomes sous-muqueux, de l adénomyose, des synéchies et malformations utérines Antérieurement, un remplissage utérin au glycocolle (soluté hyperosmolaire) était réalisé et une anse de résection monopolaire était utilisée. Cette technique comportait des complications plus fréquentes. Depuis plus de 2 ans, le CHPLT est équipé d anses bipolaires, qui sont plus efficaces et plus sûres. Celles-ci permettent un remplissage au liquide physiologique rendant inexistant le risque de passage d un soluté non isoosmolaire en circulation. La coelioscopie est largement utilisée pour le traitement des grossesses tubaires, salpingites, kystes ovariens Elle s est également inscrite dans les techniques d hystérectomie. L hystérectomie par voie abdominale reste d actualité notamment pour les masses pelviennes volumineuses (kystes ovariens, fibromes). La voie vaginale (typiquement gynécologique) permet un abord très sûr et peu invasif avec une récupération postopératoire rapide. Cette voie seule est surtout utilisée, dans notre équipe, en cas d hystérectomie interannexielle. L utilisation du LigaSure (technique de fusion tissulaire contrôlée) augmente l espace disponible pour la dissection et la sécurité de l hémostase puisque celle-ci est contemporaine du clampage des structures vasculaires. Cela permet de diminuer le temps opératoire et d augmenter le confort de la patiente. La voie coelioscopique peut être utilisée seule. Cependant, l équipe apprécie particulièrement la LAVH (laparoscopic assisted vaginal hysterectomy) qui permet d allier les avantages des 2 voies. Cette technique est surtout utilisée pour une hystérectomie radicale (annexes incluses). Le premier temps opératoire coelioscopique permet la réalisation de l annexectomie avec un meilleur contrôle visuel. La dissection est poursuivie par voie vaginale permettant un contrôle efficace des structures para-utérines, une sortie aisée de

11 La chirurgie au CHPLT Thermomètre La salle de réveil, le point névralgique de la surveillance post-opératoire. la pièce opératoire ainsi qu une solidité optimale de la suture du fond vaginal. En fin d intervention, un contrôle par voie coelioscopique est réalisé. En conclusion, l équipe chirurgicale de Gynécologie du CHPLT adapte en permanence son activité aux progrès des techniques chirurgicales afin d offrir aux patientes les traitements les plus adéquats. L urologie au CHPLT Le Service est composé de 3 urologues : les Docteurs Baudouin Heinrichs, Eric Troisfontaines et Gilles Van Cauwenberghe. L orthopédie au CHPLT Le service d Orthopédie est composé de cinq chirurgiens : Raphaël Bran Alain Defraiteur Thierry Jacobs Michel Pirenne Marjorie Sabic Les Drs Defraiteur, Bran et Jacobs pratiquent la chirurgie générale. Le Dr Pirenne a en outre pris en charge de manière plus spécifique la chirurgie de l épaule. Le Dr Sabic, quant à elle, préfigure l image future du service axé à moyen terme sur la sectorisation et développe plus particulièrement la chirurgie du pied et la traumatologie du sport. Le Service d Orthopédie bénéficie bien sûr de l apport de l extérieur via les urgences et les consultations, mais tient à souligner son interaction qu il voudrait croissante avec des services internes à l hôpital, notamment le CRF, la dialyse, les soins intensifs et l oncologie. Le Service d Orthopédie bénéficie d un Le service propose tous les types de chirurgie : pédiatrique (cure de reflux vésico-urétéral, pyéloplastie, orchidopexie, hypospade, hydrocèle, embolisation de varicocèle, circoncision...) générale et oncologique (prostatectomie radicale, adénomectomie, cystectomie radicale, chirurgie de l urètre, cure d incontinence urinaire féminine...) endoscopique (résection de prostate, de tumeurs vésicales, lithiase vésicale...) laparoscopique (cure de cysto, hystéro et rectocèle, pyéloplastie, néphrectomie radicale...) Concernant le traitement de la lithiase, en plus des traitements «classiques» (urétéroscopie rigide associée au lithoclast et lithotripteur sur le site de Sainte Rosalie), environnement technologique de pointe (nouveau bloc opératoire - stock important de matériel permettant de faire face à toutes les situations orthopédiques et traumatologiques). Ceci lui permet notamment la pratique quotidienne de la chirurgie arthroscopique et le traitement optimal de tout type de fracture par voie mini-invasive. Citons en exemple parmi d autres l utilisation des clous gamma qui ces dernières années a modifié de façon considérable le pronostic des fractures du col fémoral chez les personnes âgées. Autre évolution notoire, en hospitalisation : la disparition quasi totale des escarres grâce à la qualité du nursing formé spécifiquement à la prise en charge de ce type de complications. Une consultation d orthopédie traumatologique est organisée chaque jour sur le site Peltzer. Cette organisation des consultations permet à chaque médecin généraliste qui le souhaite de faire voir un patient dans un délai extrêmement rapide. le service va prochainement acquérir un urétéroscope souple qui permettra le traitement des lithiases rénales par voie endoscopique. Ce matériel, associé au laser, rendra possible la fragmentation in situ des lithiases rénales, le traitement des petites tumeurs urétérales et pyéliques et présente un intérêt diagnostique majeur dans le cadre des hématuries d origine indéterminées. L arthroscopie pour le traitement de pathologies de plus en plus complexes Signalons encore que deux consultations décentralisées sont organisées à Spa, elles sont assurées par les Drs Bran et Defraiteur. Lors de la plupart des consultations, la présence d un prothésiste est assurée. Actuellement, les services d hospitalisation dédicacés aux patients d orthopédie sont le D5 et le C3.

12 12 Thermomètre 20 La chirurgie au CHPLT La chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique au CHPLT Le CHPLT dispose désormais d une activité plastique, reconstructrice et esthétique à temps plein. Grâce à cette organisation nouvelle, la chirurgie réparatrice en particulier s envisage de plus en plus sous l angle de la pluridisciplinarité. Le Dr Vincent Lemaire travaille en effet avec les chirurgiens généraux en vue de proposer au patient une prise en charge globale, depuis le diagnostic jusqu au terme du traitement. Il faut en effet relever que la chirurgie plastique est une des rares chirurgies qui n est pas limitée à un organe. Le Dr Vincent Lemaire participe aux consultations oncologiques multidisciplinaires (COM) de sénologie où sont discutés les nouveaux cas d ablation de chirurgie mammaire. Concrètement, grâce à ce type d approche, on envisage un geste de reconstruction plus précocement. La chirurgie plastique mini-invasive pour un bénéfice médico-psychologique maximum Le chirurgien plasticien collabore étroitement avec les dermatologues de l Institution en cas d ablation des cancers cutanés qui nécessitent un geste complémentaire de plastie. Le Dr Vincent Lemaire pratique également la chirurgie de la silhouette (abdominoplastie). Dans ce cadre, il collabore avec les chirurgiens digestifs : retravailler le corps après des pertes de poids importantes Ce qui constitue la principale avancée en matière de chirurgie plastique est incontestablement le développement de la microchirurgie dans le cadre de transfert de tissus vascularisés avec micros sutures vasculaires. Les taux de réussite, grâce à cette pratique, sont de plus en plus importants. Les reconstructions sont moins invasives. Signalons encore, on ne le sait que trop peu, qu il est indiqué de consulter le chirurgien plasticien dans le traitement des plaies chroniques. Le Dr Vincent Lemaire est en effet spécialisé dans la prise en charge de ce type de pathologie. Enfin, notez que le Dr Vincent Lemaire consulte sur le site Peltzer le jeudi aprèsmidi et le vendredi matin. Une consultation décentralisée est également organisée le mardi après-midi à Spa (Heures Claires). L ORL au CHPLT : une approche globale des pathologies Un chiffre illustre bien l importance des pathologies ORL dans la population : près de 15 % des patients qui consultent un médecin généraliste en aigu le font à la suite d un problème en rapport direct avec la sphère ORL. Six médecins composent le service ORL du CHPLT : les Drs Vincent Boniver, Anne Dourcy (en consultation uniquement), Alain Droissart, Viviane Dubois, Pierre Moreau et Vincent Vermeire, chef de service Une part importante des interventions réalisées par les oto-rhino-laryngologistes du CHPLT sont : l ablation des amygdales et des végétations ; la pose de drains aérateurs transtympaniques ; les septoplasties ; la radiofréquence pour hypertrophie des cornets nasaux ; les otoplasties et les rhinoplasties ; la chirurgie endoscopique des sinus maxillaires et ethmoïdaux... D autres chirurgies comme celle spécifique liée au ronflement sont également pratiquées. Les ORL interviennent encore : sur les glandes salivaires ; sur les fistules bucco-sinusiennes ; dans le cadre de perforation tympanique ; sur les cordes vocales par micro chirurgie ; sur les envahissements carcinologiques des ganglions cervicaux ;... Les oto-rhino-laryngologistes du CHPLT sont amenés aussi à prendre en charge les bilans endoscopiques des cancers des voies aérodigestives supérieures. De manière plus générale, la chirurgie ORL a notamment été marquée, au cours de ces dernières années, par l évolution de l endoscopie dans la chirurgie des sinus (chirurgie endoscopique fonctionnelle des sinus maxillaire et ethmoïdaux). Enfin, notez que les consultations ORL se tiennent sur le site Tourelle du CHPLT tous les jours de la semaine, mais aussi aux Heures Claires de Spa le lundi après-midi.

13 La chirurgie au CHPLT Thermomètre Chirurgie par technique percutanée de l avant-pied au CHPLT Une spécialité du Dr Sabic Cette chirurgie est apparue dans les années 1970 parmi les podiatres américains. Grâce aux Drs Isham et de Prado, cette technique s est de plus en plus développée et a connu un essor important ces dernières années. Ses principales indications sont la chirurgie des rayons latéraux. Le traitement de l hallux valgus obéit à des critères plus stricts et demande des exigences techniques supérieures. Ses indications sont donc limitées afin de pouvoir conserver des résultats comparables à ceux d une chirurgie conventionnelle. Cette technique nécessite un matériel particulier et l utilisation d un amplificateur de brillance afin de garder un contrôle continu sur les gestes effectués. Les coupes d ostéotomie sont effectuées à l aide de fraises montées sur un moteur rotatif à vitesse lente afin d éviter les brûlures. Un contrôle sous amplificateur de brillance est nécessaire à la réalisation des coupes et le contrôle de la réduction. La coupe osseuse est précise et dépend de l indication opératoire. La confection du pansement est capitale puisque c est lui qui maintient la réduction obtenue au niveau osseux. La marche peut être reprise d emblée avec une chaussure médicalisée qui sera conservée pendant 4 à 6 semaines en fonction du geste effectué. Comme dans toute chirurgie, il y a des complications potentielles telles que les brûlures, nécroses cutanées superficielles, hypo- ou dysesthésie, insuffisance de correction, excès de correction, métatarsalgies de transfert, infection profonde. Les résultats sont prometteurs avec une amélioration des douleurs postopératoires et la diminution de l agression des tissus mous. Cependant, nous manquons encore de recul et de codifications précises en fonction des déformations. La plus importante activité ophtalmologique de l Est de la Belgique Le Service d Ophtalmologie du CHPLT compte huit ophtalmologues : Nathalie Banneux Dominique Barbry Pierre Blaise Thierry Carion Didier Lamalle, chef de service Solange Lespagnard Hortense Njikam André Sohngen Pierre Sohngen, chef de service adjoint En polyclinique, les consultations sont permanentes. Elles sont assurées tous les jours par deux à quatre ophtalmologues sur le site Tourelle. Comme dans un grand nombre d autres disciplines au sein du CHPLT, les techniques et les appareillages se sont considérablement développés au cours de ces dernières années. Citons par exemple la nouvelle fluoangéiographie rétinienne, l OCT 3D (la tomographie à cohérence optique 3D). Ces dernières sont utilisées dans l étude des pathologies rétiniennes. N oublions pas les lasers; dont un laser jaune pour le traitement de pathologies rétiniennes, un laser YAG et un laser SLT pour les traitements des glaucomes, les techniques performantes pour les examens préopératoires de la cataracte et le suivi de la plupart des pathologies de l œil. Au cours de ces derniers mois, avec l arrivée du Dr Pierre Blaise, on assiste à un important développement de l activité de l ophtalmologie rétinienne. En salle d opération, la qualité de l environnement conjuguée à la technicité toujours plus performante des appareillages ont fait évoluer la discipline de manière notoire. La chirurgie de la cataracte reste la plus pratiquée avec plus de 850 interventions en Suivent certaines chirurgies du glaucome, de la cornée, de la conjonctive. Le Service d Ophtalmologie du CHPLT est également devenu depuis quelques années un centre de référence des injections intravitréennes (IVT) - traitement des dégénérescences maculaires liées à l âge - qui sont en progression constante (près de 900 injections en 2011). La chirurgie palpébrale de nature esthétique et/ou fonctionnelle est elle aussi en constante évolution. Elle est pratiquée notamment par les Drs Hortense Njikam et Pierre Sohngen. L arsenal du bloc opératoire : lieu de stockage de tout le matériel stérile utilisé en salle d opération

14 14 Thermomètre 20 Portrait Raphaël Wadeleux 29 ans Travaille depuis 3 ans au CHPLT Electromécanicien Rudy Piela 33 ans Travaille depuis 10 ans au CHPLT Electrotechnicien Electromécanicien Faisons plus ample connaissance... Techniciens électromédicaux spécialisés en néphrologie : un métier à plusieurs facettes Bienvenue dans le Service de Néphrologie du CHPLT. Dans le grand couloir qui mène au service, se trouve le bureau des deux techniciens électromédicaux qui ont, entre autres, en charge la maintenance de tous les appareillages de cet important service : Rudy Piela et Raphaël Wadeleux. Les deux hommes assurent au quotidien le bon fonctionnement des postes de dialyse et du traitement de l eau. Leur tâche est éminemment importante dans la mesure où le précieux liquide doit impérativement être stérile. L eau est traitée sur des filtres de 0,0001 micron. Sachant qu une machine consomme 250 litres d eau par séance, on comprend tout de suite l importance d une gestion rigoureuse de ce poste en particulier. Rudy et Raphaël veillent en outre à assurer une surveillance des machines au niveau hydraulique, chimique et bactériologique. La précision des machines utilisées doit être totale. Les deux jeunes techniciens ont également pour mission d assurer la maintenance des outils de pesée et, plus largement, de tout ce qui a un rapport avec l électronique médicale du service. C est également eux qui gèrent les stocks techniques. Leur journée commence généralement vers 7 heures du matin, au moment où les premiers patients sont connectés aux machines de dialyse. Dès le petit matin, Raphaël et Rudy vérifient tous les paramètres des postes de dialyse. Dans leur métier, les deux hommes doivent faire preuve de rigueur, se montrer calmes et être capables de gérer leur stress car celui-ci se transmet immanquablement au patient. Ils doivent également faire preuve de discrétion en respectant le secret médical. Incontestablement, le rôle des deux techniciens électromédicaux du Service de Néphrologie dépasse le cadre des compétences techniques. En effet, leur métier implique aussi des contacts directs avec les patients dont le bien-être est au coeur de leurs préoccupations. Rudy comme Raphaël ne perdent jamais de vue que de leurs actes dépendent des vies humaines. A côté de leur travail sur le site du CHPLT ou à la Clinique Reine Astrid de Malmedy, deux entités qui forment le Centre de Néphrologie de l Est de la Belgique, Rudy et Raphaël participent également à l accompagnement technique des dialyses à domicile. Ce sont eux qui conseillent le patient et sa famille quant aux adaptations à réaliser au domicile avant de débuter le traitement. Ils font en sorte que l environnement soit le plus adapté possible. Rudy et Raphaël sont des opérateurs spécialisés dans un domaine où les techniques sont en constante évolution : l hémodialyse, l autodialyse et la dialyse péritonéale nécessitent un appareillage de pointe et donc des connaissances qui doivent sans cesse être actualisées. A côté des actes techniques, Rudy Piela et Raphaël Wadeleux participent activement aux décisions en rapport avec l achat de machines et du matériel technique. A ce titre, ils participent aux réunions pluridisciplinaires. Leur avis, leur expertise et leurs conseils sont toujours pris en compte. Ils sont membres à part entière de l équipe et collaborent en permanence avec le personnel infirmier. Rudy et Raphaël sont passionnés par leur métier. Tous les deux sont épanouis dans leur travail. Quand on leur demande ce qui fait la force d un service comme le leur, sans hésitation, ils nous parlent de l esprit l équipe et du travail envisagé de manière pluridisciplinaire. Malgré la taille importante du service, le climat général y est «familial», ce qui est bénéfique au patient. Le Centre de Néphrologie de l Est de la Belgique en quelques chiffres 1 centre, 2 entités : Verviers et Malmedy Verviers : 34 postes de dialyse 5 salles Malmedy : 11 postes de dialyse 3 salles Au total, plus de dialyses sont réalisées chaque année au Centre de Néphrologie de l Est de la Belgique. 37 infirmier(ère)s 5 médecins 2 techniciens 1 assistante sociale 1 diététicienne 4 secrétaires

15 Le saviez-vous? Thermomètre La parole est à l AGEF... Enquête de satisfaction sur les institutions hospitalières de l Est Francophone L association des généralistes de l Est Francophone a réalisé en 2011 une enquête de satisfaction auprès de ses membres sur la qualité et l humanité des soins au sein des Institutions hospitalières de notre région, ainsi que sur la communication entre celles-ci et les patients, d une part, et entre celles-ci et les médecins généralistes, d autre part. Les résultats de cette enquête démontrent un bon indice de satisfaction quant à la qualité globale des soins au sein des services hospitaliers, des consultations et des hôpitaux de jour du CHPLT, qui arrive même en tête du classement des meilleures Institutions de notre province. Par contre, le score concernant l humanité des soins et la communication est plus nuancée, comme d ailleurs dans toutes les autres Institutions. De nombreux généralistes s accordent à rappeler que les médecins hospitaliers et l ensemble des équipes de nursing font un travail difficile de par le manque de ressources et la lourdeur des tâches administratives, et qu il faut mettre davantage le patient, en tant qu individu, au centre de leur action et leur en donner les moyens. Ils insistent sur l importance de la prise en considération de l avis du généraliste qui connaît son patient dans sa globalité et d une meilleure intégration du médecin traitant dans le suivi des patients hospitalisés. La réussite d une hospitalisation ne dépend pas que de la qualité des soins apportée, même si celle-ci est essentielle, mais aussi de la disponibilité et de la qualité de la communication du spécialiste et des équipes de nursing. Le séjour à l hôpital sera ainsi vécu tout autrement par le patient. Une concertation entre l AGEF et les médecins du CHPLT a déjà été mise en place depuis plusieurs années, et son rôle dans les prochains mois sera de mettre en place différentes mesures susceptibles d améliorer encore la qualité de la communication entre généralistes et spécialistes (envoi rapide des rapports, accessibilité aux prises de rendez-vous, disponibilité téléphonique des intervenants, intensification de l utilisation par les généralistes de l accès au DMI, une meilleure disponibilité des médecins hospitaliers en particulier des chefs de service souvent méconnus envers les patients et leur entourage, ). Notre seul souci est l amélioration de la prise en charge et du «vécu hospitalier» de nos patients, en associant à la qualité des soins déjà présente une approche plus humaine du malade. Pour l AGEF, Drs Pierre Dumont, Jean Yves Ernst et Albert Mignot En savoir plus sur le Conseil médical du CHPLT Le Conseil médical actuel a été élu par les médecins hospitaliers le 21 juin 2010 pour une durée de trois ans. Initialement présidé par le Dr Eric Brohon, le Conseil médical a actuellement à sa tête le Dr Laurent Dorthu depuis le 1 er octobre Il est entouré des Dr Marc Magnée, Vice-Président, du Dr Christian Hanssen, Trésorier, des Drs Didier Lamalle et François Jehin, respectivement Secrétaire et Secrétaire adjoint, ainsi que des Drs Philippe Angenot, Thierry Carvelli, Benjamin Grayet, Hassan Kalantari, Jean- Michel Knott, Pierre Lombet, Yves Periquet, Jean-Luc Strivay. Mme Véronique Huberty et le Dr Eric Brohon (Directeur Médical) participent également aux travaux en tant qu invités permanents. Le Conseil médical est l organe représentant les médecins hospitaliers par lequel ceux-ci sont associés à la prise de décisions relatives à l institution. Son rôle et ses prérogatives sont définis par l AR du Le Conseil médical veille à ce que les médecins hospitaliers collaborent à des mesures propres à : Favoriser et évaluer de façon permanente la qualité de la médecine pratiquée l hôpital. Promouvoir l esprit d équipe entre les médecins hospitaliers. Favoriser la collaboration avec les autres membres du personnel hospitalier et, en particulier, avec le personnel infirmier et paramédical. Promouvoir la collaboration entre les médecins de l hôpital et d autres médecins, en particulier, le médecin généraliste ou le médecin traitant qui a envoyé le patient. Stimuler les activités médicales a caractère scientifique, compte tenu des possibilités de l hôpital. Le Conseil médical se réunit deux fois par mois. Il participe également au Bureau Permanent et au Conseil d Administration. Afin de garantir la transparence des flux financiers à l intérieur de l hôpital, une Le docteur Laurent Dorthu, à la tête du Conseil médical jusqu en concertation régulière entre le gestionnaire et le Conseil médical est établie via la commission financière. Le projet du Conseil médical, après avoir mis en place une refonte structurelle de la participation du corps médical à la gestion hospitalière via notamment les travaux de la commission financière, sera, entre autres, de concentrer son action sur le maintien d une cohésion, solidaire, dans le corps médical afin de garantir prioritairement la qualité des soins. Des soins qui doivent rester accessibles à tous, sans aucune distinction. Le Conseil médical s attachera plus particulièrement à promouvoir les initiatives médicales, à renforcer le rôle du CHPLT en tant qu Institution de référence, indépendante, pour l Est de la Belgique. Enfin, l ouverture vers les partenaires de la région apparaît, dans ce contexte, comme un élément primordial.

16 16 Thermomètre 20 Brèves Bienvenue Dr Olivier APPOLONI en tant que spécialiste aux Soins Intensifs Dr Sophie LORQUET en tant que spécialiste en Gynécologie-Obstétrique Dr Arlette CHARLIER en tant que généraliste au sein du Service d hospitalisation en Revalidation Assistants BESSEMANS Séverine Médecine Interne D AMICO Sandra Gastro-entérologie LOPEZ RODRIGUEZ Alicia Urgences SCHLECK Michael Chirurgie TAXHET Arnaud Pédiatrie THONNARD Anne-Sophie Médecine Interne Symposium PointSanté Le samedi 12 mai 2012, de 14h à 18h, les médecins et paramédicaux sont invités au Symposium PointSanté qui se tiendra au Radisson Blu Balmoral Hôtel, avenue Léopold II, 40 à 4900 Spa. Au programme : «L actualité en diététique chez le patient diabétique de type II» par le Pr Jean-Paul Thissen et Mme Véronique Maindiaux. «Insuffisance Rénale Chronique : quand référer le patient?» par le Dr Frédéric Collart. Le samedi 17 mars dès 13h30, à l Hôtel Verviers, les acteurs de la santé de l arrondissement (SIS- DEF, AGEF, SMAV et leurs partenaires) organisent la troisième édition du «Samedi Santé». Le thème de cette année «Quand le sport rencontre la santé» rassemblera au cœur de notre ville des sportifs de haut niveau, mais également des professionnels de la santé qui partageront avec vous leurs connaissances en la matière. Cet évènement, organisé dans un contexte pluridisciplinaire large, est une occasion exceptionnelle de promouvoir, pour tous, les bénéfices «santé» liés à la pratique régulière d une activité sportive. Lors de cette manifestation, vous pourrez découvrir les bienfaits d une activité physique simple et régulière, praticable à tous les âges de la vie et quelle que soit sa condition physique. «PointSanté : les news et le rôle des intervenants» par Dr Anne Schaeken, Dr Philippe Bindelle, Dr Jean-Charles Crosset. «Réflexion : l Inami et la place de la première ligne» par le Dr Jean-Paul Dercq. Infos et inscriptions : PointSanté - 087/ Accréditation : 2 CP en scientifique et 2 CP en éthique. «Quand le sport rencontre la santé» Un évènement exceptionnel dans notre région! Des conférences animées par des orateurs de renom : Dominique MONAMI Cindy STOLLENBERG Daniel BOCCAR Philippe ANGENOT Damien PAUQUET Thierry MARIQUE Marc DE SMEDT Marc CLOES Alain SORET Jean MOENS... Des ateliers découvertes autour du sport : Démonstration de cyclo-danse Atelier WII Cardiofréquencemètre Yoga & Bien-être «11 bouge» Choisir sa chaussure de sport... Plus d infos sur MARINI Tania Pédiatrie MARTING Audrey Gastro-entérologie RENARD Marie VAN DER REST Catherine Médecine Interne ABU-SERIEH Rami Médecine Interne MARIS Catalin Le CHPLT participe à la journée mondiale du rein 2012 La journée mondiale du rein 2012 a été placée sous le signe du don d organe. Le Service de Néphrologie du CHPLT organise, à destination de ses patients candidats à la greffe et de leurs proches, une séance d information animée par le Dr Bonvoisin (CHU de Liège) et le Pr Mourad (UCL Saint-Luc). vice organise une information sous forme de stands et de posters dans le hall de l hôpital de 10 à 17 h. Un film sur la greffe de donneurs vivants sera projeté en continu, toute la journée. La coordinatrice de transplantation, Mme Delbouille, des patients greffés et du personnel infirmier répondront à toutes vos questions. Pédiatrie Chirurgie Le 8 mars, date officielle de la journée mondiale du rein le ser- Infos : 087/ de 8 h à 12 h Ont collaboré : Eric Brohon - éditeur responsable - Edition : Pascal François (Boiteacom) - Laurent Bouffioux - Raphaël Bran - Cyril Degauque - Laurent Dorthu - Audrey Heeren - Didier Lamalle - Cécile Lambermont - Dany Lambot - Stanislas Laurent - Catherine Lemaire - Vincent Lemaire - Florence Loumaye - Philippe Magermans - Marjorie Sabic - Michèle Muller - Yves Périquet - Janine Tits - Gilles Van Cauwenberghe - Vincent Vermeire

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Le Centre hospitalier de Valence se classe parmi les meilleurs hôpitaux et cliniques de France selon le Palmarès 2014 du Point. Infarctus du myocarde = 20ème/635 hôpitaux AVC = 28ème/788

Plus en détail

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition INFORMATION DES PATIENTS 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition Dr Michel AST Patient type Une femme dans 80 % des cas 40 ans 120 kg / 1,66 m soit un imc de 43 Chirurgie de rattrapage

Plus en détail

LA GASTROPLASTIE VERTICALE CALIBREE AVEC RESECTION GASTRIQUE OU SLEEVE GASTRECTOMIE Sleeve signifie manche ou manchette. C est ainsi que l on nomme cette résection (ablation) de l estomac qui enlève environ

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION

CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION INTRODUCTION INTRODUCTION INTRODUCTION DEFINITION DE L OBESITE Etat d'un individu ayant un excès de poids par augmentation

Plus en détail

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT Prostatectomie radicale assistée par ROBOT L intervention qui vous est proposée est destinée à enlever votre prostate qui est atteinte d un cancer. LA PROSTATE La prostate est une glande qui participe

Plus en détail

REFERENTIEL METIER/COMPETENCES CHIRURGIEN PLASTICIEN, ESTHETIQUE ET RECONSTRUCTEUR

REFERENTIEL METIER/COMPETENCES CHIRURGIEN PLASTICIEN, ESTHETIQUE ET RECONSTRUCTEUR REFERENTIEL METIER/COMPETENCES DU CHIRURGIEN PLASTICIEN, ESTHETIQUE ET RECONSTRUCTEUR 20.07.2007 1 Les situations de soins types 1 1 Les situations de soins retenues ne sont, bien entendu, pas exhaustives

Plus en détail

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPÉCIALISATION CHIRURGIE PLASTIQUE ET RECONSTRUCTIVE

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPÉCIALISATION CHIRURGIE PLASTIQUE ET RECONSTRUCTIVE MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPÉCIALISATION CHIRURGIE PLASTIQUE ET RECONSTRUCTIVE 1. Objectifs généraux La Maîtrise universitaire d études avancées en médecine clinique,

Plus en détail

Tendinites du poignet et de la main méconnues? L. Obert

Tendinites du poignet et de la main méconnues? L. Obert Tendinites du poignet et de la main méconnues? L. Obert Service d Orthopédie, d de Traumatologie, de Chirurgie Plastique et Reconstructrice et assistance Main Pr OBERT, Pr GARBUIO, Pr TROPET - C.H.U. Jean

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Arrêté du 25 février 2015 modifiant l arrêté du 19 février 2015 relatif aux forfaits

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

Chirurgie de l obésité

Chirurgie de l obésité Chirurgie de l obésité Dr Ch. de Séguin (clinique Saint Louis Ganges ) 12/06/2008 L obésité problème majeur de santé publique Complications de l obésité Diabète et obésité Quels obèses? Classification

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE TOULOUSE 1

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE TOULOUSE 1 1 Radiologie interventionnelle : ouverture d un secteur dédié au cœur des blocs opératoires 1 er étage - bâtiment h3 - hôpital Rangueil Sommaire I - Qu est-ce que la radiologie interventionnelle? 3 1 -

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

Votre médecin et ou votre chirurgien par l analyse de vos symptômes et un examen médical précis (tests de conflit) évoqueront le diagnostic.

Votre médecin et ou votre chirurgien par l analyse de vos symptômes et un examen médical précis (tests de conflit) évoqueront le diagnostic. LE CONFLIT SOUS ACROMIAL a) Fonction Lors des mouvements du membre supérieur, les tendons de la coiffe des rotateurs passent sous un élément osseux et ligamentaire (arche) composé de la face inférieure

Plus en détail

Mémoire pour le Diplôme Inter-Universitaire de PEDAGOGIE MEDICALE

Mémoire pour le Diplôme Inter-Universitaire de PEDAGOGIE MEDICALE UNIVERSITES PARIS VI, PARIS V, PARIS XI, PARIS XII Année 2009-2010 Mémoire pour le Diplôme Inter-Universitaire de PEDAGOGIE MEDICALE par François LHUISSIER Université Paris 13 DESC de médecine du sport

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

Qu est ce qu une rupture de la coiffe des rotateurs?

Qu est ce qu une rupture de la coiffe des rotateurs? Qu est ce qu une rupture de la coiffe des rotateurs? La rupture des tendons de la coiffe des rotateurs est une déchirure des tendons au niveau de leur insertion sur l humérus. Il s agit le plus souvent

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Maladie de Rendu-Osler

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Maladie de Rendu-Osler LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Maladie de Rendu-Osler Octobre 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France - F

Plus en détail

La chirurgie dans la PC

La chirurgie dans la PC La chirurgie dans la PC GF PENNECOT Marchant ou déambulant Grand handicapé Kinésith sithérapie Appareillage Médicaments Chirurgie neuro ortho LESION NEUROLGIQUE STABLE Spasticité Perte de la sélectivit

Plus en détail

Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients?

Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients? HigHligHts 2012: CHiRURgiE Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients? Lukasz Filip Grochola a, Hubert John b, Thomas Hess c, Stefan Breitenstein d a Clinique de chirurgie

Plus en détail

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Pré-requis : Athérosclérose, épidemiologie et physiopathologie (item

Plus en détail

PRISE EN CHARGE : Le point de vue du chirurgien orthopédiste Dr Nicolas CELLIER Service de chirurgie orthopédique et traumatologique Pr Asencio CHU Carémeau - Nîmes 27 septembre 2012 - Nîmes Indispensable

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie *, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du système de santé. Remise lors de votre consultation d urologie avant de pratiquer

Plus en détail

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR VOIE VAGINALE

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR VOIE VAGINALE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie *, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du système de santé. Remise lors de votre consultation d urologie avant de pratiquer

Plus en détail

Collège national des gynécologues et obstétriciens. gynécologie. Le corps féminin à tous les âges de la vie

Collège national des gynécologues et obstétriciens. gynécologie. Le corps féminin à tous les âges de la vie Collège national des gynécologues et obstétriciens Sous la direction du Pr Jacques Lansac Coordonné par le Dr Nicolas EVRARD En partenariat avec le site LE GRAND LIVRE de la gynécologie Le corps féminin

Plus en détail

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 Chirurgie du sein Simple tumorectomie Un examen récent, par palpation, a révélé une masse à un sein. Il est prévu

Plus en détail

Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte

Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte I. Anatomie Définitions II. Diagnostic d une hernie inguinale III. Argumenter l attitude thérapeutique OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer

Plus en détail

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR Dr A. PULCINI CHU NICE ANESTHESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR 1 - RAPPELS 2 - PRINCIPES GENERAUX 3 - BLOCS DU MEMBRE SUPERIEUR 4 - BLOCS

Plus en détail

LES DERNIERES TECHNOLOGIES CHIRURGICALES

LES DERNIERES TECHNOLOGIES CHIRURGICALES LES DERNIERES TECHNOLOGIES CHIRURGICALES SONT AU CHR D ORLEANS Au CHR d Orléans, la chirurgie robotisée est pluridisciplinaire Page 2 Technologies et avantages du robot «da Vinci» dernière génération Page

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE FAUT ' IL OPERER LES OBESES? CHIRURGIE DE L OBESITE DEFINITION DE L OBESITE Excès de masse grasse délétère pour la santé IMC > 30 kg / m² CLASSIFICATION

Plus en détail

Définition. Indications de la chirurgie de l obésité

Définition. Indications de la chirurgie de l obésité CHIRURGIE DE L OBESITE Gilles FOURTANIER L accroissement de la prévalence de l obésité et de sa gravité en France comme dans tous les pays européens, désigne ce phénomène comme un des enjeux importants

Plus en détail

Soins palliatifs et Ostéopathie. Prise en charge alternative de la douleur

Soins palliatifs et Ostéopathie. Prise en charge alternative de la douleur Soins palliatifs et Ostéopathie Prise en charge alternative de la douleur DÉFINITION Méthode thérapeutique jeune qui consiste, «dans une compréhension globale du patient, à prévenir, diagnostiquer, et

Plus en détail

CHIRURGIE DE L OBESITE

CHIRURGIE DE L OBESITE CHIRURGIE DE L OBESITE Information destinée aux patients Docteur D. LEONARD Centre de consultations Médico-Chirurgicales Rue des Rolletières 49402 Saumur Tél : 02 41 83 33 52 Site web : http://david-leonard.docvadis.fr

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

Fractures du bassin. JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI

Fractures du bassin. JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI Fractures du bassin JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI Définition Distinguer Les fractures extra- articulaires Les fractures du cotyle Définition Gravité +++ Pronostic vital Poly traumatisme Hémorragie

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE

EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE Abords vasculaires pour hémodialyse EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE Albert Mouton Clinique de l Archette AIX 12,13? 14 Juin,Juin 2014 Introduction

Plus en détail

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein Pr. Yves Aubard Les objectifs généraux de la surveillance Dépistage D un rechute locale ou régionale D un cancer du sein controlatéral D une métastase

Plus en détail

DOSSIER de PRESSE. Du changement à la La Clinique Saint-Vincent, clinique de proximité au coeur de Saint-Denis. Saint-Denis, Janvier 2011

DOSSIER de PRESSE. Du changement à la La Clinique Saint-Vincent, clinique de proximité au coeur de Saint-Denis. Saint-Denis, Janvier 2011 DOSSIER de PRESSE Du changement à la La Clinique Saint-Vincent, clinique de proximité au coeur de Saint-Denis Saint-Denis, Janvier 2011 A l occasion de la rénovation de sa façade, validée par l architecte

Plus en détail

A.R. 15.1.2014 (2x) M.B. 5.2.2014 En vigueur 1.4.2014-31.12.2014 F. CHIRURGIE ABDOMINALE ET PATHOLOGIE DIGESTIVE

A.R. 15.1.2014 (2x) M.B. 5.2.2014 En vigueur 1.4.2014-31.12.2014 F. CHIRURGIE ABDOMINALE ET PATHOLOGIE DIGESTIVE A.R. 25.6.2014 fixant les procédures, délais et conditions en matière d intervention de l assurance obligatoire soins de santé et indemnités dans le coût des implants et des dispositifs médicaux invasifs

Plus en détail

M 1795. Secrétariat du Grand Conseil. Proposition de motion Moins d'attente pour se faire opérer à l'hôpital!

M 1795. Secrétariat du Grand Conseil. Proposition de motion Moins d'attente pour se faire opérer à l'hôpital! Secrétariat du Grand Conseil M 1795 Proposition présentée par les députés : M mes et MM. Patrick Saudan, Gabriel Barrillier, Michèle Ducret, Michel Ducret, Pierre Kunz et Jean- Marc Odier Date de dépôt

Plus en détail

UNITE 93 BIENVENUE. Informations destinées aux étudiant(e)s infirmièr(e)s

UNITE 93 BIENVENUE. Informations destinées aux étudiant(e)s infirmièr(e)s UNITE 93 Informations destinées aux étudiant(e)s infirmièr(e)s BIENVENUE Urologie Unité 93 Route 93 Cliniques Universitaires St-Luc Avenue Hippocrate, 1200Bruxelles Tél/Fax : 02/764 93 03 Notre service

Plus en détail

I.- Les médecins en formation postgraduée

I.- Les médecins en formation postgraduée CONCEPT DE FORMATION POSTGRADUEE POUR MEDECIN SPECIALISTE FMH EN CHIRURGIE MAXILLO-FACIALE Lieu de formation post-graduée pour la chirurgie maxillo-faciale. Catégorie Nom du service : CHUV, Département

Plus en détail

Définition. remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial

Définition. remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial Arthrose Définition n Dégradation du cartilage associée à des remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial n Touche tous les éléments

Plus en détail

RECONSTRUCTION DU SEIN PAR LAMBEAU ABDOMINAL (DIEP)

RECONSTRUCTION DU SEIN PAR LAMBEAU ABDOMINAL (DIEP) RECONSTRUCTION DU SEIN PAR LAMBEAU ABDOMINAL (DIEP) Cette fiche d information a été conçue par les chirurgiens du service de Chirurgie, Plastique et Reconstructrice du CHU de TOURS comme un complément

Plus en détail

UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE

UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE Le Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph (GHPSJ) est un hôpital privé à but non lucratif, Etablissement de Santé Privé d'intérêt Collectif (ESPIC). Il est issu

Plus en détail

Syndrome du canal carpien. Marie-Noémie PLAT

Syndrome du canal carpien. Marie-Noémie PLAT Syndrome du canal carpien Marie-Noémie PLAT ANATOMIE Canal ostéofibreux INEXTENSIBLE Formé par: Une gouttière osseuse postérieure Le ligament annulaire antérieur en avant Contenant: Les tendons des muscles

Plus en détail

Chordomes vertébraux et sacrés Quoi de neuf en 2014? C.Court,A.Dubory, B.Lambert G.Missenard. Hôpital Kremlin Bicêtre, Université Paris sud.

Chordomes vertébraux et sacrés Quoi de neuf en 2014? C.Court,A.Dubory, B.Lambert G.Missenard. Hôpital Kremlin Bicêtre, Université Paris sud. Chordomes vertébraux et sacrés Quoi de neuf en 2014? C.Court,A.Dubory, B.Lambert G.Missenard. Hôpital Kremlin Bicêtre, Université Paris sud. Epidémiologie Classiquement : Tumeur osseuse rare :2/3% des

Plus en détail

LIVRET D ACCEUIL CLINIQUE SAINTE-MARIE 1 RUE CHRISTIAAN BARNARD 95520 OSNY 01 34 20 96 99

LIVRET D ACCEUIL CLINIQUE SAINTE-MARIE 1 RUE CHRISTIAAN BARNARD 95520 OSNY 01 34 20 96 99 LIVRET D ACCEUIL POUR LES STAGIAIRES SERVICE UNITE DE SOINS INTENSIFS PRESENTATION DU SERVICE AUX ETUDIANTS Nom USI UNITE DE SOINS INTENSIFS Localisation dans l Etablissement 1er étage Cadre de santé Christine

Plus en détail

Le ministre de la santé ;

Le ministre de la santé ; Arrêté du ministre de la santé n.. du. fixant la liste des appareils de prothèse et d orthèse médicales, des dispositifs médicaux et implants admis au remboursement ou à la prise en charge au titre de

Plus en détail

Département. service CHIRURGIE SÉNOLOGIQUE ET GYNÉCOLOGIQUE. QUELLE RECONSTRUCTION MAMMAIRE ENVISAGEr? >>>

Département. service CHIRURGIE SÉNOLOGIQUE ET GYNÉCOLOGIQUE. QUELLE RECONSTRUCTION MAMMAIRE ENVISAGEr? >>> Département chirurgie service CHIRURGIE SÉNOLOGIQUE ET GYNÉCOLOGIQUE Reconstruction mammaire De façon concertée, les spécialistes (radiologues, oncologues médicaux, oncologues radiothérapeutes, médecins

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

Le bloc de jour du Groupe Hospitalier Intercommunal Le Raincy-Montfermeil

Le bloc de jour du Groupe Hospitalier Intercommunal Le Raincy-Montfermeil 3 volets GHI:Mise en page 1 30/07/09 13:43 Page 3 N 5 - septembre 2009 Informations médicales du GHI Le Raincy-Montfermeil Edito Le bloc de jour du Groupe Hospitalier Intercommunal Le Raincy-Montfermeil

Plus en détail

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90.

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90. Lésions des parties nobles de la moelle épinière Eléments osseux : corps vertébral articulaires lames épineuses transverses pédicules vertébraux Eléments non osseux (sagittal) : disques ligaments capsules

Plus en détail

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE SURVEILLANCE DU CANCER DU SEIN TRAITE ( VIVIANE FEILLEL) SURVEILLANCE LOCOREGIONALE - Séquelles post-thérapeutiques - Récidive homolatérale - Cancer du sein controlatéral SURVEILLANCE GENERALE - Effets

Plus en détail

Moré Nicolas. IADE aux blocs communs Hôpital HURIEZ CHRU LILLE

Moré Nicolas. IADE aux blocs communs Hôpital HURIEZ CHRU LILLE Moré Nicolas IADE aux blocs communs Hôpital HURIEZ CHRU LILLE Obésité morbide Prise en charge au Bloc Opératoire Problèmes, solutions, surveillance. Introduction Lors de l accueil et de l installation

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3 Tumeurs du foie Item 151 GRANDVALLET Céline DCEM3 - Le foie peut être le siège de différentes tumeurs : bénignes ou malignes. - Les différents examens d imagerie sont des outils performants qui nous permettent

Plus en détail

CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ. Quel rôle pour le médecin traitant dans le parcours pré-opératoire?

CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ. Quel rôle pour le médecin traitant dans le parcours pré-opératoire? CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ Quel rôle pour le médecin traitant dans le parcours pré-opératoire? CRITÈRES DE CHOIX DES PATIENTS - IMC supérieur ou égal à 40 kg/m2 - IMC supérieur ou égal à 35 kg/m2 avec un facteur

Plus en détail

L insuffisance Veineuse et les Varices

L insuffisance Veineuse et les Varices L insuffisance Veineuse et les Varices Jean-Pierre Laroche CHU de Montpellier 3 ème Partie CH Traitement : pourquoi? 1. Éviter les complications cutanés des varices 2. Éviter troubles trophiques 3. Éviter

Plus en détail

TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES. Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes

TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES. Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes 1) Techniques endoscopiques 1.1) Bronchoscopie rigide 1.2) Thermocoagulation de haute fréquence 1.3) Cryothérapie

Plus en détail

A.R. 13.11.2012 M.B. 30.11.2012 En vigueur 1.1.2013

A.R. 13.11.2012 M.B. 30.11.2012 En vigueur 1.1.2013 A.R. 13.11.2012 M.B. 30.11.2012 En vigueur 1.1.2013 Article 11 PRESTATIONS SPECIALES GENERALES 2. Suppléments pour la méthode au laser : Modifier Insérer Enlever 355036 355040 Supplément attestable par

Plus en détail

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient.

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. N 92. Rachialgie Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Statistiques ECN Question déjà tombée 3 fois. En quelques mots-clés Commune/symptomatique

Plus en détail

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com L Index de Masse Corporelle IMC= poids/taille² IMC > 25 et < 30 kg/m² : surpoids IMC > 30 kg/m² : obésité Type 1 : 30 à 35 kg/m² Type 2 : 35 à 40

Plus en détail

6 UTILISATION D ENDOSPINE DANS LE TRAITEMENT CHIRURGICAL DES HERNIES DISCALES LOMBAIRES

6 UTILISATION D ENDOSPINE DANS LE TRAITEMENT CHIRURGICAL DES HERNIES DISCALES LOMBAIRES 6 UTILISATION D ENDOSPINE DANS LE TRAITEMENT CHIRURGICAL DES HERNIES DISCALES LOMBAIRES Jean DESTANDAU Service de Neurochirurgie, Hopital Bagatelle, Talence, France Correspondance: Jean DESTANDAU, 145

Plus en détail

Référentiel métier / Compétences du chirurgien plasticien, esthétique et

Référentiel métier / Compétences du chirurgien plasticien, esthétique et e-mémoires de l'académie Nationale de Chirurgie, 2009, 8 (4) : 22-26 22 Référentiel métier / Compétences du chirurgien plasticien, esthétique et reconstructeur Pr Véronique Martinot-Duquennoy, CHU Lille,

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

La chirurgie bariatrique

La chirurgie bariatrique La chirurgie bariatrique Dr LIENARD François Chirurgien digestif CHR Haute Senne Soignies Pourquoi une chirurgie bariatrique? Echec des traitements conservateurs > perte de poids minime et non persistante

Plus en détail

RECONSTRUCTION MAMMAIRE

RECONSTRUCTION MAMMAIRE Centre Hospitalier Guy de Chauliac Unité Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique Chirurgie Maxillo-Faciale RECONSTRUCTION MAMMAIRE De façon concertée, les spécialistes (radiologues, oncologues

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie

LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie Collège national des gynécologues et obstétriciens sous la direction du Pr Jacques lansac Coordonné par le dr nicolas evrard En partenariat avec le site LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie La sexualité féminine

Plus en détail

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Véronique Vendrely Service d oncologie radiothérapie Hôpital Saint André Bordeaux Club des jeunes néphrologues 20 Mai 2006 Introduction Quelques bases pour

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Elle est composée du cotyle et de la tête fémorale. Le cotyle fait partie de l os iliaque, qui est l os du bassin. La tête fémorale est située à la partie

Plus en détail

Objectifs de formation

Objectifs de formation Objectifs de formation OBJECTIFS THÉORIQUES A - Généralités I - ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE 111 - Anatomie du système circulatoire - Description et variations anatomiques - Projections cutanées, rapports et

Plus en détail

Compression Nerf ulnaire coude

Compression Nerf ulnaire coude Compression Nerf ulnaire coude site de compression Arcade du cubital antérieur Défile epitrochléoolécranien Atteinte Nerf ulnaire Parésthésie D4-D5 Perte de force : interosseux 1 Compression Nerf ulnaire

Plus en détail

BOITERIE DE L ENFANT. Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges

BOITERIE DE L ENFANT. Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges BOITERIE DE L ENFANT Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges DEFINITION Asymétrie du schéma de marche Douleur Raideur articulaire Déformation Affection neuromusculaire Étiologies

Plus en détail

220000020 C.H. de SAINT-BRIEUC

220000020 C.H. de SAINT-BRIEUC Description de l'établissement : 220000020 C.H. de SAINT-BRIEUC Territoire de sante n 7 - SAINT BRIEUC / GUINGAMP / LANNION Statut : Typologie : PUBLIC CH de référence Activité de et latoire 2011 chirurgicaux

Plus en détail

Polyhandicap définitions présentation médicale

Polyhandicap définitions présentation médicale Polyhandicap définitions présentation médicale Dr Isabelle Hodgkinson L Escale Hôpital Femme Mère Enfant Définition Handicap grave à expressions multiples associant une déficience motrice et une déficience

Plus en détail

REC - BOP: Antibioprophylaxie

REC - BOP: Antibioprophylaxie 1. OBJET L infection est un risque lors de toute opération et la prophylaxie antibiotique permet de limiter ce risque. L objectif de cette recommandation est: de réduire l incidence des infections du site

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

Options chirurgicales dans le cas d un glaucome

Options chirurgicales dans le cas d un glaucome Options chirurgicales dans le cas d un glaucome Le glaucome est défini comme une augmentation de pression dans l œil (appelée pression intraoculaire ou PIO) qui cause une dégénérescence du nerf optique

Plus en détail

FICHE DE PRE-ADMISSION EN SSR. Informations administratives et sociales

FICHE DE PRE-ADMISSION EN SSR. Informations administratives et sociales 3442 ANNEXE I FICHE DE PRE-ADMISSION EN SSR Informations administratives et sociales Date d admission souhaitée / / Date de la demande / / Date d admission prévue avec le SSR / / Date d admission réelle

Plus en détail

INFOS PATIENTS. La chirurgie à Gustave Roussy LA CHIRURGIE THYROÏDIENNE

INFOS PATIENTS. La chirurgie à Gustave Roussy LA CHIRURGIE THYROÏDIENNE INFOS PATIENTS La chirurgie à Gustave Roussy LA CHIRURGIE THYROÏDIENNE Ill C V j DIRCOM i 2010 La glande thyroïde est située dans la partie basse du cou, en dessous du larynx. Elle est formée de deux lobes

Plus en détail

Chirurgie assistée par ordinateurs (CAO) Crée par Magali Sanchez

Chirurgie assistée par ordinateurs (CAO) Crée par Magali Sanchez Chirurgie assistée par ordinateurs (CAO) Crée par Magali Sanchez Sommaire Introduction Qu est ce que la chirurgie assistée par ordinateur? Principes généraux Avantages/Inconvénients Simulations préopératoire

Plus en détail

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Introduction Les localisations digestives sont les plus fréquentes des tumeurs carcinoïdes Il s agit de tumeurs d évolution lente Elles sont souvent asymptomatiques

Plus en détail

A. ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE»

A. ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE» "A.R. 8.11.1999" "Art. 35bis "A.R. 20.02.2004 M.B. 27.02.2004 en vigueur : 01.03.2004" «1 er. Sont considérés comme relevant de la compétence des fournisseurs d'implants (U): A. ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE»

Plus en détail

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire GENERALISTE Oncologue Radiologue Radiothérapeute Chirurgien Vincent Pointillart Unité de Pathologie Rachidienne CHU Bordeaux Clairement

Plus en détail

Concept de formation post-graduée en Radiologie

Concept de formation post-graduée en Radiologie Date de la dernière modification : juin 2012 Concept de formation post-graduée en Radiologie Le Service de radiodiagnostic et radiologie interventionnelle assure la formation des médecins assistants désirant

Plus en détail

Quelle chirurgie correctrice préventive pour le pied diabétique?

Quelle chirurgie correctrice préventive pour le pied diabétique? Quelle chirurgie correctrice préventive pour le pied diabétique? Dr F.C AILLON Equipe multidisciplinaire pied diabète Boulogne sur mer Lille Lesquin 01 juin 2007 Quel bénéfice? Quoi, quand et qui corriger?

Plus en détail

Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie. Quel est mon parcours de soins?

Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie. Quel est mon parcours de soins? Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie Quel est mon parcours de soins? Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie Votre médecin peut adapter et compléter ces informations en fonction de votre situation personnelle.

Plus en détail

Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie

Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie Vrai / Faux? L incontinence urinaire est fréquente L incontinence urinaire fait partie du vieillissement normal L incontinence urinaire

Plus en détail