La réponse inflammatoire gastrique à l infection par Helicobacter pylori

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La réponse inflammatoire gastrique à l infection par Helicobacter pylori"

Transcription

1 La réponse inflammatoire gastrique à l infection par Helicobacter pylori 1 Christophe BURUCOA EA 4331 Laboratoire Inflammation Tissus Épithéliaux Cytokines Université de Poitiers Laboratoire de Bactériologie CHU de Poitiers

2 Helicobacter pylori Bactérie spiralée et mobile Colonise la muqueuse gastrique humaine Infecte 50% de la population mondiale Transmission interhumaine, familiale Gastrite, ulcère, cancer gastrique Tri-thérapie orale Seule bactérie responsable d un cancer chez l homme 2

3 Où en est-on? 1983 la découverte 1987 l ulcère : maladie infectieuse 1994 agent carcinogène de type I ère conférence de consensus 1997 séquençage de séquençage de J ème conférence de consensus 2005 prix Nobel ème conférence de consensus ème conférence de consensus 3 Cancer Résistance

4 Infection à Helicobacter pylori : Modèle d inflammation ANTIMICROBIENS Facteurs bactériens Cellules épithéliales gastriques Inflammation Cancer CYTOKINES CYTOKINES MALADIES MALADES 4

5 Décades Helicobacter pylori Infection Inflammation Gastrite aiguë Gastrite chronique Développement du MALT Hypersécrétion acide 90% Atrophie Métaplasie 5 Ulcère duodénal 10% Gastrite chronique stable 85% Ulcère gastrique 5% Cancer 1% Lymphome

6 Projet Hospitalier de Recherche Clinique Interrégional 2009 Expression des médiateurs de l inflammation dans l infection gastrique à Helicobacter pylori PYLORIKINE 6 Christophe BURUCOA, Christine SILVAIN, Julie CREMNITER ARC : Audrey MERON, Laetitia ROULEAU Tech. : Emilie PEYROT Laboratoire de Bactériologie, Service d Hépato Gastroentérologie, CHU de Poitiers EA4331 Laboratoire Inflammation Tissus Épithéliaux Cytokines, Université de Poitiers Méthodologie : Joëlle GUILHOT, CIC-P 802 Poitiers Ana-Path : Gaëlle FROMONT

7 CagPAI CagA PGN Nod1 NFkB IL-1 IL-8 TNF-a DC VacA Uréase OipA Hsp60 HP-NAP Autres? PN IL-12 IL-10 MF IL-12 Th1 Th2 IL-1b IL-6 TNF-a IFN-g IL-2 TNF-a IL-4 IL-5 IL-13 7

8 CagPAI CagA PGN Nod1 NFkB Défensines HBD2 S100A7 IL-17 IL-22 IL-1 IL-8 TNF-a DC Th17 VacA Uréase OMPs Hsp60 HP-NAP Autres? PN IL-12 IL-10 IL-23 MF IL-12 Th1 Th2 8 IL-1b IL-6 TNF-a IFN-g IL-2 TNF-a IL-4 IL-5 IL-13 Nature Immunol 2007 J Immunol 2005, 2007

9 PYLORIKINE 9 1. Étude transcriptomique des médiateurs de la réponse inflammatoire de la muqueuse gastrique : RT-PCR quantitative Réponse Th17 : IL-17, IL-23, IL-22 Peptides antimicrobiens : BD2, BD3, S100A9 Réponse Th1 : IFNg, TNFa, IL-2, IL-12 Réponse Th2 : IL-4, IL-13, IL-10 IL-8, IL-1 Marqueurs d infiltration : PNN, CD, LT, MP 2. Quantification de H. pylori et recherche des facteurs de virulence Présence et quantification par PCR quantitative temps réel Facteurs de virulence : îlot Cag, caga, génotypage vaca, icea, baba, saba, OipA, dupa : PCR temps réel Culture

10 PYLORIKINE Etude cognitive, prospective, multicentrique, nationale, interventionnelle (deux biopsies supplémentaires propres à l étude). Objectif principal : caractériser la réponse anti-infectieuse Th17 dans les biopsies gastriques de patients lors des pathologies sévères liées à H. pylori non infectés 100 infectés - gastrite chronique (90% des infectés) 50 - ulcère duodénal (6% des infectés) 50 - ulcère gastrique (4% des infectés) 50 - cancer gastrique (1% des infectés) 50 et lésions précancéreuses (3%) 10

11 PYLORIKINE Etude multicentrique : 9 centres Poitiers Angers Limoges La Rochelle Niort Poitiers Polyclinique Henri Mondor Ambroise Paré Lariboisière 11

12 DEROULEMENT PRATIQUE Inclusion 1500 patients biopsiés Consentement éclairé 2 ans + 1 Biopsies Évaluation et suivi centres CR Endoscopie CR Histologie UD UG Normal Lésions prék & ADK Gastrite Poitiers Hp+ PCR HP + culture Hp+ Hp- Hp+ Hp

13 Résultats préliminaires au 25 janvier 700 patients inclus 110 analysables : 58 non infectés, muqueuse normale 52 infectés 32 gastrites 4 ulcères duodénaux 3 ulcères gastriques 13 lésions précancéreuses et cancers 1 atrophie 10 métaplasies 1 dysplasie 1 adénocarcinome 13

14 Expression relative des différentes interleukines et défensines Infectés/non infectés 14 expression Hp+/Hp- HBD IL IL 17A IL S100A p

15 Expression relative des différentes interleukines et défensines Gastrites/pathologies sévères (UD, UG, prék et K) 15 expression Gastrite/sévère HBD IL IL 17A IL S100A p

16 Statut caga/pathologie 16 caga+ Gastrite Sévères 18 2 caga- U. duodénal 4 0 U. gastrique 2 1 prék et K Densité bactérienne UFC/mg de biopsie CagA CagA p expression caga+/caga- HBD IL IL 17A IL S100A p

17 Expression relative (GOI/REF) Expression relative (GOI/REF) Résultats HBD2 * * * * * IL8 * Muqueuse normale Gastrite Ulcère Patho sévères Muqueuse normale Gastrite Ulcère Patho sévères

18 Expression relative (GOI/REF) Expression relative (GOI/REF) Résultats IL17A * * * IL22 * Muqueuse normale Gastrite Ulcère Patho sévères Muqueuse normale Gastrite Ulcère Patho sévères

19 Expression relative (GOI/REF) Résultats S100A Muqueuse normale Gastrite Ulcère Patho sévères

20 nombre d'inclusions cumulé Progression des inclusions Evolution des inclusions Théorique Réel févr-10 avr-10 juin-10 août-10 oct-10 déc-10 févr-11 avr-11 juin-11 août-11 oct-11 déc-11 févr-12 avr-12 juin-12 août-12 oct-12 20

21 Perspectives mettre en évidence des profils inflammatoires spécifiques de chaque pathologie (ulcères, cancers, gastrites) mettre en évidence le rôle de la voie Th17 et des défensines mettre en évidence l impact des facteurs de virulence (cagpai, caga, oipa, vaca ) pistes pour des expérimentations contrôlées : nécessité de modèles d étude

22 AGS + HP141k AGS + HP141s AGS quantité d'il-8 en pg/ml Intérêt des modèles Mutants des facteurs de virulence In vitro AGS Coculture pangénomique moyenne (n=4) sauvage mutant In vivo souris 22

23 CagPAI CagA PGN Nod1 NFkB défensines IL-17 IL-22 Validation du modèle IL-1 IL-8 TNF-a DC Th17 Uréase OMPs Hsp60 HP-NAP Autres? PN IL-12 IL-4 IL-23 MF IL-12 Th1 Th2 IL-1b IL-6 TNF-a IFN-g IL-2 TNF-a IL-4 IL-5 IL-13 23

24 Modèle murin Gavage C57/Bl6 H. pylori 141 CagA+/CagA- sacrifices : étude cinétique (J3-J30) cinétique de la réponse inflammatoire RT-PCR Q cytokines Infectiosité UFC/estomac 24

25 Densité d infection 25

26 Cinétique des cytokines 26

27 Cinétique des défensines 27

28 Modèle murin : déception pas d influence de caga sur : la colonisation l inflammation On ne retrouve pas dans le modèle murin ce qu on observe chez les malades 28

29 Mise en place d un nouveau modèle : cellules gastriques ex vivo Patients atteints d obésité morbide : Sleeve gastrique Pr Jean-Pierre Faure 29 Dr Thierry Barthès

30 21 Approche expérimentale Estomac réséqué Fundus Dissociation mécanique Récupération de la muqueuse gastrique Digestions enzymatiques Filtrations Lavages.. Mise en culture Antre 50 µm

31 I. Isolation and culture of primary gastric cells : development of the cell culture model J2 200X Figure 1. Antral and fundic gastric epithelial cells after 48h of culture. A,D Gx40 ; B,E Gx100 ; C,F Gx200 31

32 26 Modèle d infection par H. pylori Etablissement de la dose infectieuse Dose infectieuse (Bactéries/cellul e) Dose infectieuse (Bactéries/cellul e) Dose infectieuse (Bactéries/cellul e) Production dose-dépendante 1 faible dose (10 bactéries/cellule) et 1 forte dose (100 bactéries/cellule)

33 II. Expression of Cytokeratin 18, Mucin 1, Mucin 5AC and Trefoil Factor 1 in primary gastric human epithelial cells Primary antral cells AGS cells Mucine 1 Mucine 5AC TFF-1 Rodhamine CK18 Alexafluor B D F RedX H Control J L 488 Control Figure 2. Specific cytoplasmic immunostaining in primary antral cells and AGS cells: Mucin 1 (A) & (B); Mucin 5AC (C) & (D); Trefoil Factor 1 (E) & (F); Rhodamine-RedX negative controls (G) & (H); CK18 (I) & (J); Alexa fluor 488 negative controls (K) & (L). 33

34 III. Chemokine, cytokine and antimicrobial peptides expression after stimulation with H. pylori Réponse 3H Inflammatoire HP B128 cagpai HP B128 cagm Antimicrobienne Figure 3. Chemokines gene expression by H. pylori-stimulated primary epithelial cells. Antral cells were cultured in the presence of H. pylori B128 or B128ΔcagM at MOI of 10 or 100 for 3h or 24h. QRT-PCR analysis was carried out on total RNA from 3 independent primary cultures. mra expression levels are normalized using housekeeping genes and expressed as the fold increase above unstimulated cultures. 34

35 perspectives du modèle Appliquer le modèle à l étude d autres facteurs de virulence Étudier la variabilité de la réponse inflammatoire selon les donneurs collaborations 35

36 Axe Helicobacter pylori Formes coccoïdes Inflammation cancer H Vin et Helicobacter H H H 36 Transfert d ADN chromosomique Systèmes de sécrétion de type IV Virulence H H SELDI Diagnostic Résistance Microbial Drug Resistance 2002 FEMS Microbiol Letters 2002 J Clin Microbiol 2002 Helicobacter 2010 Infect Immun 2003 Aliment Pharmacol Ther 2003 Antimicrob. Agents Chemother 2005 BMC Genomics 2010 Microbiology 2005 FEMS Microbiol Lett 2005 Crit Care 2006 Ann Clin Microbiol 2010 Helicobacter 2006 J Clin Microbiol 2008 Proteomics 2009 AAC 2011

Cellules souches cancéreuses : exemple du cancer gastrique

Cellules souches cancéreuses : exemple du cancer gastrique Cellules souches cancéreuses : exemple du cancer gastrique Christine Varon, MCF INSERM U853 Laboratoire de Bactériologie du Pr. F. Mégraud Université Bordeaux Segalen christine.varon@u-bordeaux2.fr Le

Plus en détail

Actes doubles : bonnes (et mauvaises) indications

Actes doubles : bonnes (et mauvaises) indications > 15 e Journée de Réflexion < sur l Endoscopie Digestive en France Samedi 26 janvier 2013 Paris, Eurosites Georges V Actes doubles : bonnes (et mauvaises) indications Docteur Gilles Lesur, Boulogne-Billancourt

Plus en détail

Fiche de Recommandation sur la prévention des cancers digestifs par endoscopie

Fiche de Recommandation sur la prévention des cancers digestifs par endoscopie Antécédents de gastrectomie partielle Cancer du moignon gastrique après gastrectomie partielle : 4 à 6 % des cas. Risque accru 15 à 20 ans après la gastrectomie. Surveillance endoscopique : - endoscopie

Plus en détail

APPLICATIONS DE LA MICROSCOPIE CONFOCALE A L ENDOSCOPIE DIGESTIVE. Thierry BARRIOZ CHU de POITIERS

APPLICATIONS DE LA MICROSCOPIE CONFOCALE A L ENDOSCOPIE DIGESTIVE. Thierry BARRIOZ CHU de POITIERS APPLICATIONS DE LA MICROSCOPIE CONFOCALE A L ENDOSCOPIE DIGESTIVE Thierry BARRIOZ CHU de POITIERS 3 L endomicroscopie confocale est une nouvelle technique d endoscopie diagnostique, faisant partie des

Plus en détail

TOUT sur HELICOBACTER PYLORI

TOUT sur HELICOBACTER PYLORI TOUT sur HELICOBACTER PYLORI Les Jeudis de l Europe Le 10 avril 2008 Docteur Hubert REBAUDET INTRODUCTION Sujet d actualité avec le lancement de la campagne nationale d information HP : vit dans l estomac,

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

Actualités Helicobacter pylori

Actualités Helicobacter pylori Actualités Helicobacter pylori FMC Val de Creuse - Argenton-sur-Creuse mercredi 12 décembre 2012 Christophe BURUCOA Laboratoire de Bactériologie CHU de Poitiers EA 4331 Université de Poitiers christophe.burucoa@chu-poitiers.fr

Plus en détail

Hélicobacter pylori. Dr BAAMRANI Manal Gastro-entérologue CHR Tétouan

Hélicobacter pylori. Dr BAAMRANI Manal Gastro-entérologue CHR Tétouan Hélicobacter pylori Dr BAAMRANI Manal Gastro-entérologue CHR Tétouan Helicobacter pylori Bactérie spiralée gram négatif Colonise exclusivement l estomac humain Cause de 90% des UD et 80% des UG Cause de

Plus en détail

Prevention des lesions gastro- duodenales induites par les AINS

Prevention des lesions gastro- duodenales induites par les AINS 5 e FORUM Régional Est de l omnipraticien Oum El Bouaghi, le 04 Novembre 2010 Prevention des lesions gastro- duodenales induites par les AINS Dr Y.CHIKHI Service de médecine interne et gastro-entérologie

Plus en détail

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer)

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Article; IL-6 and Stat3 Are Required for Survival of Intestinal Epithelial Cells and Development of Colitis-Associated Cancer Le cancer

Plus en détail

LB régulateurs. M1 14/11/2013 Thomas Guerrier

LB régulateurs. M1 14/11/2013 Thomas Guerrier LB régulateurs M1 14/11/2013 Thomas Guerrier LB : population hétérogène Foie fœtal et moelle osseuse B1 Plasmocytes Moelle osseuse T2-MZP LB de la zone marginale Périphérie Cellules souches LB immatures

Plus en détail

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr 1 Cellules Présentatrices d Antigène (CPA) Cellules dendritiques Monocytes / Macrophages Lymphocytes

Plus en détail

Autoimmunité & alimentation : après le sel les graisses?

Autoimmunité & alimentation : après le sel les graisses? Autoimmunité & alimentation : après le sel les graisses? RIIP 2014, 21/03/2014, Paris Pr Denis Jullien Hôpital E. Herriot Athérosclérose? - Psoriasis - Lupus - Polyarthrite Rhumatoïde - Facteurs Pro-athérogènes

Plus en détail

Pathologie oesophagienne et gastro-duodénale. Dysplasie en pathologie digestive + Les éléments du compte-rendu d anatomie-pathologique digestive

Pathologie oesophagienne et gastro-duodénale. Dysplasie en pathologie digestive + Les éléments du compte-rendu d anatomie-pathologique digestive Pathologie oesophagienne et gastro-duodénale + Dysplasie en pathologie digestive + Les éléments du compte-rendu d anatomie-pathologique digestive ED DCEM1 23 octobre 2006 patient médecin en charge du patient

Plus en détail

Anatomie Pathologique

Anatomie Pathologique Anatomie Pathologique 5 cours magistraux Œsophage estomac Intestin grêle et colon Foie Voies biliaires et pancréas Tumeurs digestives 1 ED 2h à préparer : 5 observations, en ligne 3 semaines avant Répondre

Plus en détail

Nouvelles recommandations sur la prise en charge des patients infectés par Hélicobacter pylori.

Nouvelles recommandations sur la prise en charge des patients infectés par Hélicobacter pylori. Nouvelles recommandations sur la prise en charge des patients infectés par Hélicobacter pylori. Docteur Olivier COATMEUR Hôpital privé la Châtaigneraie - BEAUMONT Introduction Hélicobacter pylori découverte

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

COURS N 3: Anatomo-pathologie de l'œsophage et de l'estomac.

COURS N 3: Anatomo-pathologie de l'œsophage et de l'estomac. Appareil digestif 26/09/2012 Mme Lavergne-Slove Ronéotypeuse: Laura Bernard Ronéolectrice: Ariane Blanco COURS N 3: Anatomo-pathologie de l'œsophage et de l'estomac. Généralités II. L'œsophage 1) Caractéristiques

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique de l éradication de Helicobacter pylori chez l adulte et l enfant

Prise en charge thérapeutique de l éradication de Helicobacter pylori chez l adulte et l enfant Bon usage Mise au point Prise en charge thérapeutique de l éradication de Helicobacter pylori chez l adulte et l enfant Septembre 2005 143/147, bd Anatole France - F-93285 Saint-Denis Cedex tél. +33 (0)

Plus en détail

Endomicroscopie. Tamara Matysiak-Budnik. Hépato-Gastroentérologie & IMAD Hôtel Dieu, CHU de Nantes

Endomicroscopie. Tamara Matysiak-Budnik. Hépato-Gastroentérologie & IMAD Hôtel Dieu, CHU de Nantes Endomicroscopie confocale Tamara Matysiak-Budnik Hépato-Gastroentérologie & IMAD Hôtel Dieu, CHU de Nantes Plan Introduction Techniques d endomicroscopie confocale: - aspects techniques - performances

Plus en détail

Le diagnostic des infections à Helicobacter pylori (V. JACOMO - Avril 14)

Le diagnostic des infections à Helicobacter pylori (V. JACOMO - Avril 14) Le diagnostic des infections à Helicobacter pylori (V. JACOMO - Avril 14) Helicobacter pylori est un bacille à Gram négatif hélicoïdal, très mobile, caractérisé par Warren et Marshall en 1983, dont les

Plus en détail

Table des matières I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15

Table des matières I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15 Table des matières CHAPITRE 1 EXPLORATIONS EN HÉPATOLOGIE 15 I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15 II. TIPS (TRANSJUGULAR INTRAHEPATIC PORTOSYSTEMIC SHUNT 17 OU SHUNT INTRA-HÉPATIQUE PORTO-SYSTÉMIQUE)

Plus en détail

Helicobacter pylori en Dr Pierre Coulom Dr Anne Courillon Mallet

Helicobacter pylori en Dr Pierre Coulom Dr Anne Courillon Mallet Helicobacter pylori en 2014 Dr Pierre Coulom Dr Anne Courillon Mallet Seroprevalence (%) 100 80 60 40 20 0 Prévalence de l infection à H. pylori selon l année de naissance dans différents pays Européens

Plus en détail

Techniques d études des réponses immunitaires

Techniques d études des réponses immunitaires Techniques d études des réponses immunitaires I. Principes (d après Hernandes-Fuentes M. P. et al. (2003) J. Immunol. Methods 196:247 ; éléments du polycopié de TP : The 2 nd PSU International Teaching

Plus en détail

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic Département de Biologie Laboratoire de Biochimie - Immunologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 (S4) 2004-2005 Module de Biologie Humaine M 16.1 Élément d Immunologie

Plus en détail

Prévention et dépistage et du cancer de l estomac Dr Eric VAILLANT Marcq en Baroeul

Prévention et dépistage et du cancer de l estomac Dr Eric VAILLANT Marcq en Baroeul Prévention et dépistage et du cancer de l estomac Dr Eric VAILLANT Marcq en Baroeul Samedi 22 Mars 2014 aucun CONFLITS D INTÉRÊT Objectifs pédagogiques -Connaître les lésions pré-cancéreuses et les patients

Plus en détail

Facteurs de risques et dépistage du cancer gastrique. D. Lamarque

Facteurs de risques et dépistage du cancer gastrique. D. Lamarque Facteurs de risques et dépistage du cancer gastrique D. Lamarque Cancer gastrique : Un problème de Santé publique! 2ème cancer digestif en France! Environ 7000 nouveaux cas de cancers par an! 3,4 % des

Plus en détail

TUMEURS DE L ESTOMAC

TUMEURS DE L ESTOMAC -1/8- Lundi 02/04/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset TUMEURS DE L ESTOMAC I/ INTRODUCTION : Le cancer de l estomac est le 4 cancer en fréquence derrière le

Plus en détail

LES CANCERS DE L ESTOMAC

LES CANCERS DE L ESTOMAC LES CANCERS DE L ESTOMAC I) DEFINITION Les carcinomes gastriques sont des tumeurs malignes épithéliales. C est une tumeur biologiquement et génétiquement hétérogène à étiologie multifactorielle (génétique

Plus en détail

TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers

TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers Principe Construction Techniques réalisables sur TMA Analyse des résultats: lecture Interprétation - Intégration des résultats Intérêts

Plus en détail

Transmission nosocomiale des entérovirus :

Transmission nosocomiale des entérovirus : Transmission nosocomiale des entérovirus : Intérêt du diagnostic moléculaire rapide associé au génotypage prospectif Enseignement à propos d une observation Audrey MIRAND EA3843 Laboratoire de Virologie

Plus en détail

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Vieillissement immunitaire et risque infectieux Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Introduction L immunité = la résistance aux maladies, et spécifiquement infectieuses La physiologie

Plus en détail

Helicobacter pylori. Matthieu Eveillard UFR SPIS, Université d Angers Laboratoire de bactériologie, CHU Angers

Helicobacter pylori. Matthieu Eveillard UFR SPIS, Université d Angers Laboratoire de bactériologie, CHU Angers Helicobacter pylori Matthieu Eveillard UFR SPIS, Université d Angers Laboratoire de bactériologie, CHU Angers Plan - Introduction - Habitat et épidémiologie - Pouvoir pathogène - Physiopathologie - Diagnostic

Plus en détail

Biochimie et appareil digestif. Introduction. Aliments complexes. Cours de PCEM2 Dr. Claude Bendavid

Biochimie et appareil digestif. Introduction. Aliments complexes. Cours de PCEM2 Dr. Claude Bendavid Biochimie et appareil digestif Cours de PCEM2 Dr. Claude Bendavid Introduction Aliments : structures et composés complexes Digestion et Absorption : activité intégrée et complexe des organes digestifs

Plus en détail

Le portage nasal à Staphylococcus aureus :

Le portage nasal à Staphylococcus aureus : Le portage nasal à Staphylococcus aureus : déterminants bactériens et déterminants d hôte Anne Tristan Centre de Biologie et de Pathologie Est CNR des staphylocoques LYON A. Histoire naturelle de la contamination

Plus en détail

Peut-on diminuer la durée e du portage de l ERG l l utilisation d un d

Peut-on diminuer la durée e du portage de l ERG l l utilisation d un d Peut-on diminuer la durée e du portage de l ERG l par l utilisation d un d probiotique? Olivier Lesens Maladies Infectieuses et Tropicales, CHU de Clermont-Ferrand PLAN Problématique Généralités sur les

Plus en détail

Modèles animaux de cancérogenèse

Modèles animaux de cancérogenèse INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE isabelle.dhennin@u-picardie.fr Modèles animaux de cancérogenèse I- Généralités sur le cancer 1- Données épidémiologiques Hommes Femmes

Plus en détail

Y a-t-il du bénin dans le tube?

Y a-t-il du bénin dans le tube? Les tumeurs bénignes de l abdomen Journée de printemps de la SIAD 28.03.14 Y a-t-il du bénin dans le tube? C. Ridereau-Zins CHU ANGERS Y a-t-il des tumeurs bénignes dans le tube digestif? OUI Lésions rares

Plus en détail

CANCER de l ESTOMAC. Dr Kanor, Dr Mineur, Dr Houtin 7 ème Journée Carpentrassienne Vendredi 4 Décembre 2011

CANCER de l ESTOMAC. Dr Kanor, Dr Mineur, Dr Houtin 7 ème Journée Carpentrassienne Vendredi 4 Décembre 2011 CANCER de l ESTOMAC Dr Kanor, Dr Mineur, Dr Houtin 7 ème Journée Carpentrassienne Vendredi 4 Décembre 2011 On aurait pu dire 4 ème rang mondial : poumon,sein,colon 2 ème rang des cancers digestifs France

Plus en détail

Pathologie oesophagienne et gastro-duodénale. Dysplasie en pathologie digestive + Les éléments du compte-rendu d anatomie-pathologique digestive

Pathologie oesophagienne et gastro-duodénale. Dysplasie en pathologie digestive + Les éléments du compte-rendu d anatomie-pathologique digestive Pathologie oesophagienne et gastro-duodénale + Dysplasie en pathologie digestive + Les éléments du compte-rendu d anatomie-pathologique digestive ED DCEM1 20 octobre 2008 patient médecin en charge du patient

Plus en détail

Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C

Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C E. Estrabaud 1, I. Bièche 2, M. Lapalus 1, S. de Muynck 1, M.

Plus en détail

Helicobacter pylori: Actualités thérapeutiques en Jean-charles Delchier (Créteil)

Helicobacter pylori: Actualités thérapeutiques en Jean-charles Delchier (Créteil) Helicobacter pylori: Actualités thérapeutiques en 2012 Jean-charles Delchier (Créteil) CONFLITS D INTÉRÊT Jean-Charles Delchier: - Consultant laboratoire Aptalis - Intervenant laboratoire Mayoly Spindler

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

H pylori Actualités 2014

H pylori Actualités 2014 H pylori Actualités 2014 Jean-Charles Delchier Hôpital H Mondor,Créteil jean-charles.delchier@hmn.aphp.fr 1 Déclaration de liens d intérêt avec les industries de santé en rapport avec le thème de la présentation

Plus en détail

Mise en œuvre d une politique des anti-infectieux au CHU de Nice. Dr Florence Lieutier, Dr Véronique Mondain

Mise en œuvre d une politique des anti-infectieux au CHU de Nice. Dr Florence Lieutier, Dr Véronique Mondain Mise en œuvre d une politique des anti-infectieux au CHU de Nice Dr Florence Lieutier, Dr Véronique Mondain Constats et contexte Thèse 2004 : 25 à 30% d antibiothérapies inutiles; 25 % d inappropriées

Plus en détail

Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa.

Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa. Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa. Projet déposé par REDINI Françoise (Directeur de Recherche

Plus en détail

Chapitre 31 : Item 290 Ulcère gastrique et duodénal. Gastrite

Chapitre 31 : Item 290 Ulcère gastrique et duodénal. Gastrite Chapitre 31 : Item 290 Ulcère gastrique et duodénal. Gastrite I. Ulcère gastrique et duodénal II. Gastrite OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer un ulcère gastrique, un ulcère duodénal, une gastrite Identifier

Plus en détail

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie Véronique ZULIANI, Institut de la Filière Porcine Jean Christophe Augustin, ENVA, ASA Qu est ce qu un virus? Microorganisme de 15 à 40 nm Environ

Plus en détail

Essais en Oncologie Digestive. Estomac-Stade «opérable» néo-adjuvant

Essais en Oncologie Digestive. Estomac-Stade «opérable» néo-adjuvant Essais en Oncologie Digestive Estomac-Stade «opérable» néo-adjuvant ADCI : FFCD 1103 Estomac résécable M0, à cellules indépendantes (ADCI) Phase II / III Intérêt de la chimio péri-op pour les cancers gastriques

Plus en détail

Le rejet aigu cellulaire

Le rejet aigu cellulaire Le rejet aigu cellulaire CUEN: 3/12/2013 Philippe Grimbert Plan Les antigènes de transplantation Le mécanisme du rejet L incidence et les outils du diagnostique Le traitement 1 Rejet aigu cellulaire Représente

Plus en détail

des recommandations françaises sur la prise en charge de l infection par Helicobacter pylori.

des recommandations françaises sur la prise en charge de l infection par Helicobacter pylori. Recommandations Révision des recommandations françaises sur la prise en charge de l infection par Helicobacter pylori doi: 10.1684/hpg.2012.0761 Revised french recommendations on the management of Helicobacter

Plus en détail

Ulcère gastro-duodénal (UGD)

Ulcère gastro-duodénal (UGD) Ulcère gastro-duodénal (UGD) Perte de substance de la muqueuse gastrique ou duodénale Prévalence : 8% ulcère duodénal (3H / 1F) 2% ulcère gastrique (H > F) Hier maladie chronique exposée aux complications

Plus en détail

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Docteur Fabienne MESSAOUDI Gynécologue-Obstétricienne Hôpital de Versailles Généralités Les lésions précancéreuses et cancéreuses

Plus en détail

Présentation des lauréats des Bourses Leem Recherche 2005

Présentation des lauréats des Bourses Leem Recherche 2005 Présentation des lauréats des Bourses Leem Recherche 2005 Alexis Broisat 27 ans Grenoble Diplômes : Thèse de biologie (avril 2005) DEA de génie biologique et médical. Situation actuelle : En attente du

Plus en détail

FMC du Boischaut Sud La Châtre 15 mai Helicobacter Pylori J L DUJARDIN

FMC du Boischaut Sud La Châtre 15 mai Helicobacter Pylori J L DUJARDIN FMC du Boischaut Sud La Châtre 15 mai 2012 Helicobacter Pylori J L DUJARDIN Barry et Robin Prix Nobel Médecine en 2005 I Identité du germe Bactérie gram négatif à flagelles, non invasive, spécifique du

Plus en détail

Le chercheur clinicien en recherche clinique: transformation

Le chercheur clinicien en recherche clinique: transformation Le chercheur clinicien en recherche clinique: transformation Paolo Renzi MD Directeur Médical Unité de Phase 1 et 2 CRCHUM Professeur titulaire Université de Montréal Sommaire de la présentation 1) La

Plus en détail

La modulation des voies de costimulation et le risque infectieux

La modulation des voies de costimulation et le risque infectieux La modulation des voies de costimulation et le risque infectieux Arnaud CONSTANTIN Centre de Rhumatologie, Hôpital Purpan, Toulouse. Faculté de Médecine de Toulouse Rangueil. INSERM U558, Toulouse. MHC

Plus en détail

Etude des interactions entre Helicobacter pylori et les cellules épithéliales gastriques

Etude des interactions entre Helicobacter pylori et les cellules épithéliales gastriques Etude des interactions entre Helicobacter pylori et les cellules épithéliales gastriques Pascale Mustapha To cite this version: Pascale Mustapha. Etude des interactions entre Helicobacter pylori et les

Plus en détail

Identification de récepteurs r endothéliaux stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler

Identification de récepteurs r endothéliaux stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler Identification de récepteurs r endothéliaux à différents stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler S.Lavisse 1, V. Lazar 2, P. Opolon 3, P. Dessen 2, A. Roche 1, N. Lassau 1 Équipes

Plus en détail

MALADIE DE WHIPPLE. Dr Isabelle ROSA Anne-Laure Audrain DES - 14 Mai 2011

MALADIE DE WHIPPLE. Dr Isabelle ROSA Anne-Laure Audrain DES - 14 Mai 2011 MALADIE DE WHIPPLE Dr Isabelle ROSA Anne-Laure Audrain DES - 14 Mai 2011 INTRODUCTION 1907: 1 e description par Dr Whipple, maladie nommée lipodystrophie intestinale [1] 1949: Coloration au PAS + sur les

Plus en détail

Plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers

Plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers Plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers Biomarqueurs et cancers o Identification d altérations génétiques au sein des cellules cancéreuses => nouveaux biomarqueurs moléculaires diagnostic

Plus en détail

FLASH SCLÉROSE EN PLAQUES SFN - NEUROSCIENCE 2015

FLASH SCLÉROSE EN PLAQUES SFN - NEUROSCIENCE 2015 FLASH SCLÉROSE EN PLAQUES SFN - NEUROSCIENCE 2015 CHICAGO, USA - 17 AU 21 OCTOBRE par Dr Richard Macrez, Université de Caen & Hôpital de Caen CONGRES NEUROSCIENCES 2015 - CHICAGO, USA Du 17 au 21 Octobre

Plus en détail

C N (1,2), MA (1), X (1), G (1), M (1), T (1), C (2), P (3), M (4), V (1,5), JP (1,5), PN. (1), E

C N (1,2), MA (1), X (1), G (1), M (1), T (1), C (2), P (3), M (4), V (1,5), JP (1,5), PN. (1), E Caractérisation phénotypique et rôle des lymphocytes T régulateurs intra- hépatiques au cours de l hépatite chronique virale C N Sturm (1,2), MA Thélu (1), X Camous (1), G Dimitrov (1), M Ramzan (1), T

Plus en détail

Comment ré-intervenir après gastrectomie longitudinale (en manchon)

Comment ré-intervenir après gastrectomie longitudinale (en manchon) Comment ré-intervenir après gastrectomie longitudinale (en manchon) Dr D.Nocca, Dr P.Noel, Dr C. de Seguin de Hons,,Dr V.Salsano, Dr PM.Blanc, Dr JG. Rodier,, V.Harivel, B.Daynes, Dr P.Lefebvre, Dr N.Berlandier,

Plus en détail

Helicobacter Pylori. Dr J L DUJARDIN FMC La Châtre GMBS 07/01/ 2014 «Le Lion d Argent»

Helicobacter Pylori. Dr J L DUJARDIN FMC La Châtre GMBS 07/01/ 2014 «Le Lion d Argent» Helicobacter Pylori Dr J L DUJARDIN FMC La Châtre GMBS 07/01/ 2014 «Le Lion d Argent» Barry et Robin Prix Nobel Médecine en 2005 I Identité du germe Bactérie gram négatif non invasive spécifique du mucus

Plus en détail

Rôle du HP dans les anémies mégaloblastiques par carence en vitb12. Congrès maghrébin Mai 2009 zéralda

Rôle du HP dans les anémies mégaloblastiques par carence en vitb12. Congrès maghrébin Mai 2009 zéralda Rôle du HP dans les anémies mégaloblastiques par carence en vitb12 Congrès maghrébin Mai 2009 zéralda HP Définition Prévalence Manifestations: * digestives * extra-digestives Moyens diagnostiques HP Bacille

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Laboratoire Inflammation Tissus Epithéliaux et Cytokines LITEC sous tutelle des établissements et organismes : Université de Poitiers Décembre

Plus en détail

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T M. Butte et al Immunity 2007 DOI 10.1016 PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T 1 Généralités L'activation du lymphocyte est due à

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00 01-janv-15 4h21 9h49 16h53 22h11 6h38 59 19h07 62 0h59 13h37 5h17 10h51 17h49 23h13 7h34 65 20h01 69 2h04 14h39 6h06 11h44 18h36 0h07* 8h21 73 20h47 76 3h02 15h33 6h50 12h30 19h19 0h51* 9h03 79 21h28 81

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel :

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 01-janv-16 12h04 16h56 - - 1h54 57 14h05 52 8h48 21h10 0h42 5h29 13h02 17h32 2h43 47 14h56 43 9h32 21h57 1h45 6h18 13h48 18h22 3h48 40 16h08 37 10h28 22h58 2h44 7h24 15h07 19h36 5h04 37 17h27 38 11h38

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel :

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 01-janv-17 9h13 14h42 21h43 3h04* 11h26 82 23h50 81 6h18 18h37 9h52 15h19 22h24 3h43* 12h05 79 --:-- --- 6h55 19h15 10h35 15h58 23h09 4h26* 0h30 77 12h46 74 7h34 19h55 11h22 16h41 23h59 5h13* 1h14 71 13h32

Plus en détail

LA BRONCHITE A EOSINOPHILES

LA BRONCHITE A EOSINOPHILES LA BRONCHITE A EOSINOPHILES Frédéric de BLAY Unité de pneumologie,d allergologie et de pathologie respiratoire de l environnement Pôle de pathologie thoracique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Définition

Plus en détail

Le laboratoire et le diagnostic de l hépatite B : principes de base et nouveautés Dr Ph. Bürgisser

Le laboratoire et le diagnostic de l hépatite B : principes de base et nouveautés Dr Ph. Bürgisser Le laboratoire et le diagnostic de l hépatite B : principes de base et nouveautés Dr Ph. Bürgisser Ag Australia HBV = HBcAg Hépatocyte infecté par HBV Ag HBe Ag HBe et Ag HBc : conformation différente

Plus en détail

MICI et cancers. Dr Sarah Leblanc Service de Gastroentérologie Hôpital Cochin

MICI et cancers. Dr Sarah Leblanc Service de Gastroentérologie Hôpital Cochin MICI et cancers Dr Sarah Leblanc Service de Gastroentérologie Hôpital Cochin Généralités Espérance de vie Non différente de celle de la population générale Un peu réduite dans la MC Incidence globale et

Plus en détail

THESE Pour l obtention du Grade de. Docteur de l Université de Poitiers. Pascale MUSTAPHA

THESE Pour l obtention du Grade de. Docteur de l Université de Poitiers. Pascale MUSTAPHA THESE Pour l obtention du Grade de Docteur de l Université de Poitiers Faculté de Médecine et de Pharmacie (Diplôme National Arrêté du 7 août 2006) Ecole Doctorale : BioSanté N 524 Champs disciplinaire

Plus en détail

Difficulté de la technique

Difficulté de la technique Difficulté de la technique Le tissu dans 95% des cas, tissu fixé l ADN est de mauvaise qualité (cassé, modifié chimiquement par les fixateurs) artefacts au séquençage. Si un artefact est suspecté, il faut

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Plan Buts de la chirurgie Chirurgie au sein: Y-a-t-il toujours un choix? Reconstruction simultanée?

Plus en détail

TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil

TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil 47 Définition du phénotype MSI (MicroSatellite Instability) Environ 15% des cancers colo-rectaux présentent

Plus en détail

Les cancers digestifs à prédisposition familiale

Les cancers digestifs à prédisposition familiale Les cancers digestifs à prédisposition familiale Pr Thierry CONROY Centre Alexis Vautrin et CHU de Nancy Formes familiales de cancer colorectal (CCR) Polypose adénomateuse familiale CCR à un âge médian

Plus en détail

Hépatites virales. Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques. Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba

Hépatites virales. Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques. Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba Hépatites virales Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba Journées de Biologie Clinique Necker Institut Pasteur 2010 Mercredi 20 janvier 20 Difficultés

Plus en détail

Paradigme Th1/Treg dans l athérosclérose des patients transplantés rénaux

Paradigme Th1/Treg dans l athérosclérose des patients transplantés rénaux Paradigme Th1/Treg dans l athérosclérose des patients transplantés rénaux Bamoulid J, Courivaud C, Deschamps M, Ferrand Ch, Chalopin JM, Tiberghien P, Saas Ph, Ducloux D Néphrologie CHU Besançon INSERM

Plus en détail

LESIONS PRE-CANCEREUSES DE L ESTOMAC. Thierry VALLOT

LESIONS PRE-CANCEREUSES DE L ESTOMAC. Thierry VALLOT LESIONS PRE-CANCEREUSES DE L ESTOMAC Thierry VALLOT Service de Gastroentérologie Hôpital Bichat Claude Bernard 16, rue Henri Huchard 75877 PARIS Cedex 18 thierry.vallot@bch.ap-hop-paris.fr 49 Le cancer

Plus en détail

Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs. Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse

Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs. Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse Guérir l infection VIH 1996-1997: l espoir initial Guérir l

Plus en détail

Faut-il traiter l hyperthermie chez les malades infectés de réanimation? CONTRE

Faut-il traiter l hyperthermie chez les malades infectés de réanimation? CONTRE Faut-il traiter l hyperthermie chez les malades infectés de réanimation? CONTRE Conséquences de la fièvre Données in vitro Sur les microorganismes: Inhibition de la croissance bactérienne, inhibition de

Plus en détail

Réduction de l'espérance de vie des égoutiers Les Hypothèses de travail

Réduction de l'espérance de vie des égoutiers Les Hypothèses de travail Réduction de l'espérance de vie des égoutiers Les Hypothèses de travail Dr Claude Danglot Médecin biologiste et Ingénieur hydrologue 20 Février 2013 - AG des Personnels! travaillant en réseaux d assainissement!

Plus en détail

MYCOSES ET CANCER. M Develoux (Brazzaville)

MYCOSES ET CANCER. M Develoux (Brazzaville) MYCOSES ET CANCER M Develoux (Brazzaville) Mycoses et cancer une relation moins bien documentée qu avec les parasitoses Environ 1/5 des cancers sont d origine infectieuse Le rôle de certaines infections

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

Qu est-ce que Helicobacter pylori? Source: http://www.medicaltribune.net/put/default.htm Le cycle de vie (pathogénie) de l Helicobacter pylori

Qu est-ce que Helicobacter pylori? Source: http://www.medicaltribune.net/put/default.htm Le cycle de vie (pathogénie) de l Helicobacter pylori HELICOBACTER PYLORI Qu est-ce que Helicobacter pylori? L Helicobacter pylori est une bactérie intestinale qui cause la majorité des ulcères dans l estomac et dans le duodénum. Ils se développent dans des

Plus en détail

CRB cancérologie CHU Grenoble

CRB cancérologie CHU Grenoble CRB cancérologie CHU Grenoble mise en place en 2001 dans le cadre d un appel à projet de l'inserm et du Ministère de la Recherche puis validé par la DHOS Thématique «cancer» Autorisation du Ministère de

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

«Complications infectieuses chez les patients traités par anti-tnf α»

«Complications infectieuses chez les patients traités par anti-tnf α» «Complications infectieuses chez les patients traités par anti-tnf α» Réseau RATIO 9 juin 2006 Nouveaux immuno modulateurs Anticorps anti TNF α : infliximab, etanercept, adalimumab. Anticorps anti CD20

Plus en détail

Item 150 : Tumeurs de l'estomac

Item 150 : Tumeurs de l'estomac Item 150 : Tumeurs de l'estomac Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Définitions... 1 2 Epidémiologie... 2 3 Facteurs de risque... 3 4 Diagnostic...4 5 Bilan d'extension... 5 6 Principes

Plus en détail

VITAMINE B12 TOUIL.FZ; BENTAHAR. I; ACHICHI. A; HAMDI.S. Service d hématologie - CHU de Sétif - Algérie

VITAMINE B12 TOUIL.FZ; BENTAHAR. I; ACHICHI. A; HAMDI.S. Service d hématologie - CHU de Sétif - Algérie ETUDE DE LA CARENCE EN VITAMINE B12 TOUIL.FZ; BENTAHAR. I; ACHICHI. A; HAMDI.S. Service d hématologie - CHU de Sétif - Algérie INTRODUCTION Anémies carentielles : problème de santé publique Anémies microcytaires

Plus en détail

Les microarrays: technologie pour interroger le génome

Les microarrays: technologie pour interroger le génome Les microarrays: technologie pour interroger le génome Patrick DESCOMBES patrick.descombes@frontiers-in-genetics.org Plate forme génomique NCCR Frontiers in Genetics Université de Genève http://genomics.frontiers-in-genetics.org

Plus en détail

Janvier 2003 PLACE DE L ENDOSCOPIE DANS LES COLITES MICROSCOPIQUES RECOMMANDATIONS DE LA

Janvier 2003 PLACE DE L ENDOSCOPIE DANS LES COLITES MICROSCOPIQUES RECOMMANDATIONS DE LA Janvier 2003 RECOMMANDATIONS DE LA PLACE DE L ENDOSCOPIE DANS LES COLITES MICROSCOPIQUES L. BEAUGERIE (Paris) Avec la collaboration de : G. GAY (Nancy), B. NAPOLEON (Lyon), T. PONCHON (Lyon), J. BOYER

Plus en détail

RECOMMANDATIONS ET ASSURANCE QUALITE POUR L EVALUATION DU STATUT Cerb-2 DANS LE CANCER GASTRIQUE

RECOMMANDATIONS ET ASSURANCE QUALITE POUR L EVALUATION DU STATUT Cerb-2 DANS LE CANCER GASTRIQUE 7 Novembre 2014 RECOMMANDATIONS ET ASSURANCE QUALITE POUR L EVALUATION DU STATUT Cerb-2 DANS LE CANCER GASTRIQUE Armor Pathologie Docteurs Agathe Coeugnet Fernanda Garcia Pimenta Pierre Marie Girardot

Plus en détail

Cohorte TEAM-P Suivi des TIPMP des canaux secondaires PROTOCOLE www.teamp.org

Cohorte TEAM-P Suivi des TIPMP des canaux secondaires PROTOCOLE www.teamp.org Cohorte TEAM-P Suivi des TIPMP des canaux secondaires PROTOCOLE www.teamp.org Personne responsable de l étude Dr Vinciane Rebours Praticien Hospitalier Universitaire Hôpital Beaujon, service de Gastroentérologie-Pancréatologie

Plus en détail

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com L Index de Masse Corporelle IMC= poids/taille² IMC > 25 et < 30 kg/m² : surpoids IMC > 30 kg/m² : obésité Type 1 : 30 à 35 kg/m² Type 2 : 35 à 40

Plus en détail

A Larégion épigastrique

A Larégion épigastrique > A Larégion épigastrique Depuis la publication princeps de Walls et al., larégion épigastrique aété analysée àl aide de sondes de 3,5 MHz jusque dans le milieu des années 1980. Les cancers de l estomac

Plus en détail