Magazine d information de La Tour Réseau de Soins Numéro 9 Juin 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Magazine d information de La Tour Réseau de Soins Numéro 9 Juin 2010"

Transcription

1 Magazine d information de La Tour Réseau de Soins Numéro 9 Juin 2010

2 SOMMAIRE 3 Editorial 4 EchoFemme 6 Colono-CT 7 MED-NET 8 Sport for Life 10 SPECT-CT 12 Autogestion des maladies chroniques 14 Groupe Synapse 15 Formation des Aides Hospitalières 16 Obésité L efficacité chirurgicale 18 Nouveaux médecins 20 Bilan 2009 Magazine d information de La Tour Réseau de Soins Numéro 9 - juin 2010 Comité de rédaction: James Bissell - Antoine Bloch - Heiko Bubach Liliane Jacquet - Paul Nogent - Philippe Lamballe EDITIONS INFOPUBLIC SA Liliane Jacquet Case Postale Genève 15 Tél: ++41 (0) Fax: ++41 (0) PRODUCTIONS OUTLINE COMMUNICATION Sàrl 1 rue des Lattes Meyrin Tél: ++41 (0) Crédit photos: La Tour Réseau de Soins SA Illustrations: Sidonie Carillat La rédaction n est pas responsable des textes et illustrations publiés qui n engagent que leurs auteurs.

3 La Tour Info n 9 Juin Editorial Nouvel essor Que s est-il passé à La Tour Réseau de Soins depuis la parution en juin 2009 du numéro précédent de La- TourInfo? Un événement tragique: le décès accidentel de Jean-Benoît Thorens. Jean-Benoît, chef de l unité des Soins intensifs de l Hôpital de La Tour, était un homme remarquable; il nous manque beaucoup. Plusieurs bonnes nouvelles: de janvier 2009 à janvier 2010, 28 médecins ont demandé et obtenu leur agrégation au Réseau de Soins La Tour. Plusieurs d entre eux travaillent dans le Réseau lui-même; ils vous sont présentés dans ce numéro de LaTourInfo. Autre bonne nouvelle: les travaux de rénovation de l Hôpital de La Tour se poursuivent au rythme prévu et seront donc terminés à la fin de l année; un grand merci à Nathalie Delbarre, directrice-adjointe, pour son excellent travail de coordinatrice. La maternité rénovée a pris un nouvel essor: pour la première fois depuis des années, le nombre d accouchements a dépassé les 500 en Autre bonne nouvelle: des conventions ont été signées avec la quasi-totalité des assurancesmaladie. Une nouvelle «grise»: tout est prêt pour la construction du nouveau bâtiment, le B2, indispensable au développement de La Tour. Malheureusement les investisseurs sont difficiles à trouver pour le moment, dans cette période de crise mondiale. En conclusion, La Tour se porte bien et nous sommes très optimistes pour son avenir. James B. Bissell Directeur général Dr. Antoine Bloch Directeur médical

4 4 La Tour Info n 9 Juin 2010 Maternité EchoFemme Centre de diagnostic prénatal et d échographie de la femme Nouvelle spécialité à l Hôpital de La Tour! En juillet 2009, notre Maternité s est enrichie d un Centre de Diagnostic Prénatal et d Echographie de la Femme répondant au nom d Echo- Femme. Créé par le Docteur Romaine Robyr Susini, en partenariat avec Madame Odile Dandine, sage-femme responsable de la Maternité, EchoFemme s est naturellement intégré au sein du service. Un tel centre exige une compétence médicale très spécifique. À sa formation de gynécologue-obstétricienne, le Docteur Robyr Susini a ajouté une spécialité en médecine maternofœtale. Elle lui confère une expertise toute particulière pour la surveillance du bon développement du fœtus, le dépistage d anomalies éventuelles (le risque spontané de malformation congénitale est de 3 à 5 %) et le suivi des grossesses à risques.

5 La Tour Info n 9 Juin Métier magique Anomalies, risques? Le Docteur Robyr Susini insiste sur le «côté heureux et même magique» de son métier. «Dans l immense majorité des cas, ajoute-t-elle, je rassure les futurs parents sur le bon déroulement de la grossesse». Et preuves à l appui grâce aux fascinantes images en 2D et en 3D qu elle réalise pour chacune de ses patientes. En règle générale, la surveillance commence par une première échographie entre la 11 ème et la 14 ème semaine. Objectifs: dater la grossesse, rechercher des malformations et dépister d éventuels signes d anomalies chromosomiques, en particulier la trisomie 21. Dans ce cas précis, l image échographique, en particulier celle de la clarté nucale, donne une première indication. La clarté nucale est un petit espace situé sous la peau de la nuque du fœtus dont on mesure l épaisseur. Cette mesure sera étayée par des analyses de sang de la mère et l âge de cette dernière représente un troisième facteur à intégrer dans le calcul du risque. Le résultat fournit un indice de probabilité, jamais une certitude, et fait donc l objet d une discussion avec les parents. En cas de forte probabilité de trisomie ou de toute autre malformation, une choriocentèse (prélèvement au niveau du placenta effectué entre la 11 e et 14 e semaine) ou une amniocentèse (prélèvement de liquide amniotique effectué dès la 16 e semaine) peut être envisagé. Si la fiabilité des résultats est alors de 100%, un tel acte comporte cependant un risque de fausse-couche de l ordre de 1%. Chaque parent choisira donc librement la méthode qui lui convient le mieux. Une deuxième échographie, dite «morphologique», intervient vers la 20 ème semaine à la recherche d éventuelles anomalies anatomiques. Lors de cette échographie il est possible de mesurer la longueur du col de l utérus afin de déterminer le risque d accouchement prématuré. L échographie morphologique est un voyage étonnant au cœur du fœtus qui permet au médecin d observer avec finesse et précision l aspect et le développement de chaque organe. La précision et le modelé se révèlent bouleversants. Les parents font alors vraiment connaissance avec leur enfant. En cas d image suggérant une anomalie le couple est adressé dans le(s) service(s) spécialisé(s) de pédiatrie, de chirurgie pédiatrique, de génétique et de radiologie, qui forment un réseau étroit avec EchoFemme afin d assurer une prise en charge optimale. Une collaboration particulière a été mise en place dans le domaine de la cardiologie foetale grâce à la présence du Dr Cécile Tissot, médecin adjoint à l Hôpital des Enfants de Genève qui consulte au centre une fois par mois. Une échographie pour évaluer la croissance du fœtus est souvent réalisée vers la 32 ème semaine (sur indication médicale seulement). Nouvelle magie! Lorsque les conditions techniques le permettent, les images en 3D-4D apportées par les perfectionnements des plus récents appareils d échographie permettent aux parents de partager un magnifique moment d intimité avec leur futur enfant. La doctoresse elle-même en reste toujours émerveillée. Sous ses yeux, certaines naissances timidement évoquées deviennent en quelques secondes impatiemment attendues. Impatiemment avec confiance, impatiemment avec bonheur. Propos recueillis auprès du Dr Romaine Robyr Susini L échographie ne concerne pas que les femmes enceintes mais toutes les femmes. En effet, il est peut être nécessaire de recourir à l échographie dans un certain nombre d affections gynécologiques (p. ex. kystes de l ovaire ou fibromes).

6 6 La Tour Info n 9 Juin 2010 Nouvelles acquisitions Colono-CT: Un scanner dépiste les menaces de cancer côlon En suisse, le cancer du côlon représente la troisième cause de mortalité imputable au cancer. En l an 2000, et au niveau mondial, un million de cas a entraîné un demi-million de décès. Et pourtant, lorsque la tumeur ou ses prémices sont diagnostiquées tôt, les chances de guérison approchent 100%. Place au scanner Technique classique de dépistage, la colonoscopie par examen interne optique est aujourd hui complétée par la colonoscopie virtuelle ou colono-ct. En effet, elle est réalisée à l aide d un scanner-ct. Comment repérer les signes précoces? La lésion primaire est en général un polype. Pour le médecin, il représente la cible du dépistage. Grâce à leur vitesse d acquisition et à leur résolution, les dernières générations de scanners à rayons X permettent de réaliser cet examen. L Hôpital de La Tour est équipé d un tel scanner, le ict de Philips aux très nombreux détecteurs. Vite et bien Contrairement à la côlonoscopie classique, le Colono-CT ne requiert pas l introduction de la sonde du fibroscope. Le côlon est simplement dilaté par du gaz carbonique. L examen se révèle très rapide: environ 15 minutes au total. Autre avantage: il permet l inspection de l ensemble des organes de l abdomen, comme un scanner abdominal classique: foie, reins, rate, rétropéritoine, vessie, prostate, ovaires De même que la colonoscopie optique, le Colono-CT nécessite une préparation pour Résultat d'images suite à une colonoscopie virtuelle 5 «nettoyer» le côlon durant les 24 heures qui précèdent l examen. L interprétation des images est réalisée sur une console informatique. Elle permet de simuler une endoscopie (colonoscopie virtuelle), de dérouler et «ouvrir» le côlon (dissection virtuelle). Les polypes, même de petite taille, sont détectés et analysés avec un logiciel CAD (diagnostic assisté par ordinateur). Si un polype est présent, il conviendra de compléter l'examen par une colonoscopie classique. Elle permettra de le réséquer. Il sera ensuite soumis à l analyse histologique. Nouveau progrès majeur, le Colono-CT cumule beaucoup d avantages: performances diagnostiques larges et précises, examen bref, aucun risque pour le patient. Propos recueillis auprès du Dr Antoine Rosset

7 La Tour Info n 9 Juin Med-Net.ch Bilan de santé complet et dossier médical toujours accessible «E n voyage d'affaire ou de vacances en Asie, vous êtes victime d'un grave problème de santé et vous voulez une prise en charge la plus professionnelle possible là où vous êtes». Cliquez sur Med-Net.ch si vous voulez en savoir plus! Ceci est la première page d'un nouveau site internet protégé qui contient tout votre dossier médical et qui est accessible dans le monde entier Dr Claude de Senarclens MED-NET Av. J.-D. Maillard 1bis Tél Fax Répondant à une demande croissante de certaines entreprises, de missions ou d'ambassades, de cadres résidents ou d'expatriés vivant à Genève, ou d'étrangers de passage recherchant une expertise médicale, l'hôpital de La Tour s'est fait la spécialité de réaliser des bilans de santé approfondis dans un délai bref. Quand le diagnostic n'est pas clair ou par souci de grouper les investigations, les médecins de la région lui adressent aussi leurs patients et pour les mêmes raisons beaucoup de particuliers ont recours à ce service. La structure de l'hôpital de la Tour s'y prête puisqu'elle peut fournir un éventail quasi complet de spécialistes, facilement accessibles, surtout si le bilan révèle un problème. Mais l'innovation c'est Med-Net (Med de Médecine et Net de Network (réseau) qui organise, assemble les informations données par les spécialistes, constitue un dossier complet et l'installe sur un site informatique protégé. Ainsi, avec un numéro de dossier et un mot de passe, vous pouvez vous même donner accès à toutes les informations qu'il contient, partout dans le monde, au médecin d'urgence qui vous prendra en charge. Il pourra lire les rapports médicaux récents, les résultats des analyses du sang et des urines, voir les radiographies, les tracés électrocardiographiques, les images pertinentes des CT-Scan, IRM, etc. Il pourra aussi vérifier si vous avez des intolérance à des médicaments, des problèmes d'anesthésie ou des antécédents d'accidents allergiques. Un système de rappel par SMS (Reminder service) pour les vaccins et certains examens (coloscopie, etc.) fait également partie de l'offre. Enfin, une hotline est à disposition pour établir le contact en cas de doute. Si vous avez un intérêt pour cette manière de gérer votre santé, cliquez sur Med-Net.ch et prenez contact. Propos recueillis auprès du Dr Claude de Senarclens

8 8 La Tour Info n 9 Juin 2010 Médecine du sport Sport for Life Multiplier les vocations sportives Un important service de Médecine du Sport et des spécialistes de renom ne suffisent pas à désigner La Tour comme l hôpital du sport par excellence. L action permanente en faveur des activités physiques, le rayonnement et l autorité auprès des milieux sportifs en bref: l engagement et la réputation expliquent également la fidélité de très nombreuses vedettes du sport, ainsi que des clubs et des amateurs auxquels nous prodiguons conseils, suivi et soins. En qualité d hôpital des sportifs, La Tour se devait d épauler une initiative particulièrement bienvenue: le lancement en novembre 2009 de la Fondation Sport for Life. Organisme militant, cette fondation entend promouvoir le sport et ses valeurs essentielles auprès des jeunes et de leur famille. Genève la doit à l initiative d Hugues Quennec, président du Servette Hockey Club. Plusieurs personnalités se sont immédiatement ralliées, ainsi Amélie Moresmo, devenue ambassadrice de la fondation, Jean-Philippe Rapp, Jim Bissel, directeur de notre hôpital, Pascale Arribe, Alex Ahr et bien d autres. La pratique du sport Sport for Life affiche des ambitions élevées: éduquer, sensibiliser aux valeurs du sport, encourager sa pratique, soutenir les jeunes sportifs. Trois actions principales sont menées de front: information des milieux concernés, conférences publiques, programmes initiatiques auprès des jeunes. Conférences. Elles peuvent se doubler de rencontres informelles avec des champions. Citons quelques thèmes: le Sport: école de vie, Gestion du stress, Dépassement de soi Programmes de découverte. Pour encourager la pratique précoce du sport, des programmes s adressent aux enfants, souvent dans les écoles. Un exemple: «Le Petit Sport» destiné aux bambins de 4 à 6 ans. Une approche ludique met à profit les jeux de rôle et un «art d enseigner par les histoires». Déjà révélé avec grand succès à quelque 300 enfants de Carouge et Plan-les-Ouates, une variante spécifique dénommée «Le Petit Tennis» en précède plusieurs autres en phase de démarrage, ainsi «Le Petit Hockey».

9 La Tour Info n 9 Juin École de vie Qui dit sport devrait dire esprit sportif. Avec le partage de savoirs, de techniques et d expérience, les animateurs transmettent des valeurs civiques et humaines primordiales: passion, respect des autres, esprit d équipe, goût de l effort et de la persévérance, générosité, humilité Ils promeuvent le retour à une conduite et à un état d esprit qui semblent parfois faiblir de nos jours. Soutenir les jeunes sportifs Un programme particulier favorise la détection et le soutien de jeunes sportifs prometteurs. Il met à leur disposition un véritable réseau de compétences dont l Hôpital de La Tour fait à l évidence partie. Il les place sous la houlette de champions et d experts qui les aident à devenir des athlètes performants et épanouis. Plusieurs espoirs en bénéficient déjà. Parmi eux, Tess Sugnaux (14 ans) championne suisse de tennis cet hiver. Propos recueillis auprès de Monsieur Alexandre Ahr, Directeur de la fondation James Bissell, Thomas Elissalde (notre jeune 3 protégé) et Rapaël Jacquelin (notre Parrain Golf)

10 10 La Tour Info n 9 Juin 2010 Nouvelles technologies Progrès majeur en imagerie médicale: le SPECT-CT Nouvelle avance technologique majeure! Le service de médecine nucléaire de l Hôpital de La Tour renouvelle son plateau technique et intègre la toute récente caméra hybride SPECT- CT, première du genre à Genève. Elle combine deux modalités d imagerie et permet en un seul passage d observer de vastes zones (ou l entier) du corps. La partie SPECT (Tomographie Computée à Émission de Photon Unique) fournit d excellentes images fonctionnelles, par exemple en cardiologie, orthopédie, médecine du sport, médecine du dos, rhumatologie, endocrinologie, ou en investigation oncologique Le scanner CT à faible irradiation ajoute simultanément l information morphologique et anatomique correspondante. Il situe avec précision les lésions observées, et en trois dimensions, avec des coupes dans tous les plans, grâce à la technique tomographique. Tomographie? Tomos signifie «couper, découper». L observation tomographique permet de reconstruire le volume intérieur du corps à partir d'une série de «coupes», ou plutôt d images prises par tranches fines depuis l'extérieur. Photon unique? Le système utilise un marqueur biologique spécifique (à rayonnement gamma) injecté par voie intraveineuse. La technologie se démarque du PET (à émission de positron) apparu voici une dizaine d années. Elle augmente nettement la spécificité et la précision de certains examens. Propos recueillis auprès du Dr M. Wissmeyer et de Mme D. Guiguet Rachis lombaire 4 Qui sommes nous? Médecins nucléaristes: Tél Dr Willi Jean-Pierre, Médecin responsable - Dr Wissmeyer Michael Responsable Médecine nucléaire et Radioprotection: Tél Mme Guiguet Dominique

11 La Tour Info n 9 Juin Éventail technologique IRM, scanner, scintigraphie, PET-CT, et maintenant SPECT-CT et bientôt PET-IRM, les patients ont le droit de s y perdre et les investisseurs de poser des questions. Rappelons que ces techniques reposent sur la radiographie (IRM et scintigraphie exceptées) et qu elles ajoutent l observation tomographique. Scanner L émetteur de rayons X tourne autour du patient au lieu d'être fixe comme dans les appareils classiques. Ainsi réalise-t-il des images en coupes fines (transversales) du corps. Un système informatique puissant reconstitue les images dans tous les axes souhaités. Scintigraphie Après injection d un radiopharmaceutique (à isotopes radioactifs en doses extrêmement faibles et de faible durée de vie), une caméra détecte les rayonnements émis par ce radiopharmaceutique, accumulé dans les organes à examiner. L émission vient donc du patient lui-même et non d une source externe. Elle révèle les fonctionnements d organes ou les lésions avec une altération métabolique. Les possibilités d imagerie sont multiples: statique, dynamique, tomographique PET-CT Instrument hybride. Un scanner ultrasensible, la partie PET, détecte avec haute précision le signal métabolique (le «fonctionnement») de nombreux organes et d anomalies. Un autre scanner, le composant CT, ajoute l anatomie interne. Il «suffit» de marier les deux images pour voir avec une incroyable finesse les zones pathologiques et leur position exacte. Pour certains cas, le nouveau SPECT-CT est plus approprié encore.

12 12 La Tour Info n 9 Juin 2010 Autogestion des maladies chroniques Prendre le contrôle de ma santé L Hôpital de La Tour est la première institution médicale suisse à être certifiée par l université de Stanford pour offrir ce programme d'autogestion des maladies chroniques. Pourquoi un nouveau programme? 4 Parce que les maladies chroniques représentent des coûts humains et économiques très élevés. 4 Parce que la qualité de vie des patients souffrant de maladies chroniques est souvent diminuée. La prise en charge des patients souffrant de maladies chroniques est établie habituellement au moyen d'une classification par diagnostic et par appareil. Cette approche n'est pas la plus pertinente parce que les malades chroniques, quel que soit leur diagnostic, partagent des caractéristiques, des difficultés, des évolutions, un vécu communs. Le développement de programmes d'éducation thérapeutique et d'autogestion du patient chronique est donc important. Pour qui? Les ateliers «Prendre contrôle de ma santé» est destiné aux patients souffrant de diverses maladies chroniques et à leur entourage. Des personnes avec différentes maladies chroniques partagent les mêmes soucis et problèmes. Les mêmes patients peuvent avoir plusieurs maladies chroniques. Le développement de ce programme? Vivre avec une maladie chronique est un processus difficile qui exige énormément de temps, d énergie, de frustration et d effort. Le programme «Prendre le contrôle de ma santé» a été introduit aux Etats-Unis et dans 22 différents pays par l'université de Stanford («Stanford Patient Education Research Center»). Il a été validé par une étude randomisée ayant duré 5 ans. Il vise à donner aux malades chroniques des outils pour mieux gérer leurs problèmes, à leur redonner confiance en eux et à leur permettre d'affronter les défis causés par la maladie. Ces défis peuvent être classés en 3 catégories: 1. Gestion médicale, gestion des habitudes Il s'agit de la prise des médicaments, de l'interprétation des symptômes, de l'activité physique, de l'alimentation. 2. Gestion du rôle Maintien ou développement de nouvelles attitudes, de nouveaux comportements. 3. Gestion des émotions Il s'agit là de la gestion des émotions liées à l'état de santé: colère, dépression, incertitude face à l'avenir, modifications des relations interpersonnelles. Ce programme d autogestion des maladies chroniques ne remplace pas d autres programmes d éducation du patient. Le patient, un partenaire actif accompagné (comme 3 deux parapentistes)

13 La Tour Info n 9 Juin Un programme d autogestion, d éducation thérapeutique, pour des patients souffrant de maladies chroniques 5 En pratique Le cours ambulatoire interactif et structuré réunit 8 à 12 patients. Il est animé par un professionnel de santé et par une personne souffrant de maladies chroniques, tous deux ayant suivi une formation adéquate. Le cours dure 2h30, à raison d'1 fois par semaine pendant 6 semaines consécutives. Le matériel fourni aux participants consiste en un livre «Vivre en santé avec une maladie chronique». Le cours est remboursé par les assurances maladie sur prescription médicale. Efficacité du programme d'autogestion des maladies chroniques? Des études internationales ont démontré que les patients qui ont suivi ce programme: 4 sont physiquement plus actifs 4 laissent nettement moins les symptômes communs (la douleur, la fatigue, la dépression et l essoufflement) interférer dans leur vie. 4 sont mieux préparés pour leurs consultations médicales 4 consultent moins en urgence 4 restent moins longtemps hospitalisés 4 prennent mieux leurs médicaments Début du premier cours: 14 juin 2010 Liens: Pour toute information et pour les inscriptions, veuillez vous adresser à: Karin Lörvall, spécialiste en éducation thérapeutique du patient chronique Tel: Propos recueillis auprès de Mme Karin Lorvall

14 14 La Tour Info n 9 Juin 2010 Groupe Synapse Stop à la douleur C est en 2001, sous l impulsion du département qualité qu un groupe de soignants se forme pour réfléchir à l amélioration de la prise en charge de la douleur au sein de l hôpital. L année suivante, le «groupe synapse*» est créé. Il adhère au programme de la Ligue Suisse contre le Cancer et de l association Ensemble Contre la Douleur* dirigée par le Professeur Rapin, avec pour objectif d obtenir le label qualité: «Ensemble contre la Douleur». Après quelques mois de mise en place de différentes procédures, contrôles, formations, évaluations, c est en mars 2004, suite à un audit externe pratiqué à l échelle de l établissement, que le label est obtenu. 6 années plus tard, le groupe synapse a gardé les lignes directives de ce label en restant membre de l association «Ensemble Contre La Douleur», mais il a également augmenté ses exigences en organisant des formations en interne auprès du personnel soignant et en développant de nouvelles techniques afin de réduire la douleur des patients lors des soins. Le but du groupe synapse au sein de l Hôpital de La Tour est de transmettre une «culture douleur» en facilitant les échanges soignantsoigné et d accompagner les équipes dans leur approche face à la douleur. Actuellement, le groupe synapse se compose de 2 médecins répondant (Dr Abbas-Terki et Dr Dussoix) et de 9 infirmiers(ères) ayant obtenu un Diplôme Universitaire pour la prise en charge de patients douloureux à Lyon et à Saint-Etienne. L équipe a été augmentée cette année par 4 infirmières veilleuses (en cours de formation universitaire) qui auront la tâche de poursuivre les actions du groupe durant la nuit, ce qui assurera à l hôpital une prise en charge de la douleur quasiment 24h/24. Concrètement, le groupe synapse intervient à différents niveaux au sein de l hôpital: 1. Rôle de contrôle (directives du label). Régulièrement, la consommation des antalgiques est vérifiée et analysée en collaboration avec notre pharmacien. 4 Le groupe veille également à la bonne utilisation des échelles de douleurs validées dans l établissement (EVA, échelle pédiatrique, DOLO+). 2. Rôle d information (aussi bien auprès du personnel que des patients). 4 Une brochure destinée aux patients, expliquant la prise en charge de la douleur lors d une hospitalisation est à disposition. 4 Un journal mensuel est adressé par mail à tout le personnel du réseau avec des rappels, articles de presses, actualités internes. 3. Rôle de formation. 4 Intervention du groupe lors de cours d unités ou ateliers PCA, 4 Formation au MEOPA* (cours, pratiques et validation) et suivi des différents cas, 4 Rencontre pluridisciplinaire: réunion ouverte à tous (20 à 40 personnes), sur un thème défini, 4 FORUM douleur: Journée organisée à l hôpital avec plus de 100 personnes, différents sujets avec orateurs internes et externes. 4. Rôle de consultation. 4 Le groupe intervient de plus en plus souvent en tant que conseiller. Nous pouvons consulter sur demande de l équipe médicale un patient hospitalisé présentant des douleurs difficiles à calmer. Une hot-line 6482 est en place. Un suivi sera réalisé durant toute l hospitalisation et un relais pourra être fait par la suite (en ambulatoire) avec le CMD (Consultation Multidisciplinaire de la Douleur) de Meyrin. En suivant les recommandations du programme «Ensemble Contre La douleur» et en continuant à développer nos consultations, nous espérons promouvoir une prise en charge optimale de la douleur à l Hôpital de La Tour. *Le MEOPA (Mélange équimolaire d oxygène et de protoxyde d azote) est un mélange de deux gaz, l oxygène et le protoxyde d azote. (Equimolaire signifie 50% d oxygène et 50% de protoxyde d azote) et utilisé en anesthésie.

15 La Tour Info n 9 Juin La meilleure médecine trouve son excellence dans l accueil dont elle s entoure. Depuis la création de l Hôpital de La Tour, cette évidence justifie et conduit une véritable vocation hôtelière au service de la mission hospitalière. Le 17 juin a marqué une grande date pour les bénéficiaires. Dans les locaux de l École Hôtelière de Genève, elles ont reçu leur Certificat de Formation Continue en Restauration et Services Hospitaliers. Ce diplôme représente une importante et authentique reconnaissance professionnelle. De plus, il va faire école. Il satisfait une demande qui dépasse le cadre de l Hôpital de La Tour. Rien de tel n existait encore en Suisse. Comment optimiser notre accueil et notre volet hôtelier? En 2006, une enquête a permis de préciser les attentes prioritaires de nos hôtes. L excellent niveau de satisfaction aurait pu justifier un palier. En vérité, il devait encourager un nouvel effort. Accueil, pratiques hôtelières, art de l hospitalité, sensibilisation psychologique les thèmes primordiaux ont été revus pendant deux jours de formation dispensée à cent infirmières et aides-soignantes. Aller plus loin pour acquérir de véritables compétences hôtelières exigeait une aide extérieure. L idée est donc venue d un partenariat informel avec l École Hôtelière de Genève. Plusieurs années de mise au point ont conduit à un programme spécifique pour les aidessoignantes. Elles sont en effet les véritables protagonistes du bon service hôtelier. Parmi le personnel de l hôpital, onze candidates furent dûment sélectionnées pour une formation étalée d octobre à fin mai. Sous la houlette de l Office Cantonal de la Formation Professionnelle, l enseignement était dispensé par une équipe pluridisciplinaire très motivée: médecins, cadres, infirmiers. Le programme comprenait 5 modules: Nutrition, Restauration hospitalière, Hygiène hospitalière, Accueil et communication. Enfin, Élaboration d un projet de fin d études. À point nommé La distinction de nos premières diplômées ne reste pas sans suites. Déjà, une deuxième volée se prépare pour une session qui démarre en octobre. Le coup de projecteur ainsi donné sur une profession essentielle tombe à point nommé. Il accompagne plusieurs optimisations matérielles : nouveaux locaux de prestations hôtelières dans trois servicespilotes, chariots dernier cri, équipements divers. La prestation hôtelière fait partie des soins, disions-nous. Le choix de repas, la collation du thé, le joli plateau, son napperon, sa belle vaisselle cent petites choses accompagnent les grandes. Parmi celle-ci, l affabilité, la compétence, l efficacité compréhensive et le sourire. Formation reconnue des Aides Hospitalières en Hôtellerie Soins hospitaliers

16 16 La Tour Info n 9 Juin 2010 Troubles alimentaires Obésité L efficacité chirurgicale «N é sous le signe de la balance». Tout imagée soit-elle, l expression ne saurait alléger le boulet des obèses. Inconfort, handicaps sociaux, espérance de vie amoindrie, perturbation de l image du corps et détresse psychologique dans certains cas les difficultés et les risques désignent l obésité comme une maladie. L OMS la reconnaît depuis Parfois imputable aux antécédents familiaux, l hypertrophie de la masse adipeuse provient le plus souvent du mode de vie et des habitudes alimentaires. Le médecin la considère comme un état «morbide» susceptible d engendrer certaines «comorbidités». Citons le diabète, l hypertension, le taux élevé de cholestérol, le syndrome d apnée du sommeil, les dégradations ostéo-articulaires et même une fréquence accrue de cancers, sans parler des accidents vasculaires. Agir est nécessaire. Agir est possible. GPO - Groupe Pluridisciplinaire de l Obésité Voici quatre ans, sous la direction du docteur Jean-Marie Mégevand, l Hôpital de La Tour créait une structure spécialisée: le GPO. Elle privilégie la prévention et la prise en charge par un médecin, un psychologue, un diététicien et une rééducation physique au sein de l équipe de physiothérapie. Le GPO s intéresse, en particulier, aux troubles comportementaux alimentaires. En cas d échec, et si certaines conditions sont réunies, la chirurgie peut apporter une solution efficace. Deux stratégies chirurgicales Dites «restrictives», deux techniques principales permettent de diminuer la capacité de l estomac pour engendrer une satiété précoce. La première encercle le haut de l estomac par un anneau gonflable. Elle n est pas sans complications après quelques années. Plus récente, la «gastrectomie en manchette» (sleeve gastrectomy) supprime verticalement environ les deux tiers de la poche gastrique. Les conséquences éloignées et les résultats sont encore à l étude. À ces approches restrictives, certains chirurgiens opposent la solution «malabsorptive». Ils créent une importante déviation qui raccourcit considérablement la portion utilisée (absorbante) de l intestin grêle. Très efficace, l intervention n est pas sans engendrer des carences à terme, en particulier vitaminiques. Le progrès de la technique mixte Aujourd hui, la technique phare, celle que nous préconisons à l hôpital de La Tour, est à la fois restrictive et malabsorptive, mais avec mesure. L estomac est restructuré. La petite poche ainsi créée se voit reliée par pontage (by-pass) à une section intermédiaire de l intestin grêle. L intervention est réalisée par voie coelioscopique (petits trous) avec l aide de notre robot da Vinci. Les résultats se révèlent très encourageants. En moyenne, après quelques mois, nous avons constaté une perte d environ 75% de l excès de poids. Les patients retrouvent la motricité et l espérance de vie normales à leur âge. Propos recueillis auprès du Dr Jean-Marie Mégevand

17 La Tour Info n 9 Juin Chirurgie: plusieurs conditions En Suisse, pour acceptation par les assurances, l IMC (Indice de Masse corporelle) doit être égal ou supérieur à 40*. Étendus sur deux années pour le moins, les moyens médicaux et diététiques doivent avoir échoué. Le patient doit présenter un ou plusieurs de signes de «comorbidité» et être âgé de moins de 65 ans. * L'indice de masse corporelle est obtenu en divisant le poids (exprimé en kilogrammes) par le carré de la taille (exprimée en mètres). Prenons un homme de 1 m 80 pesant 95 kg. Le carré de 1,8 est 3,24. L IMC sera 95 / 3,24 = 29,3. Un IMC de 30 est le seuil à partir duquel les sujets sont jugés obèses. Embonpoint galopant En Europe, voici 25 ans,10 à 12 % de la population était obèse. Aujourd hui, 25 %! Plus grave, l'obésité gagne les adolescents. Ils sont trois fois plus nombreux.

18 18 La Tour Info n 9 Juin 2010 Réseau La Tour Liste des nouveaux médecins dans le Réseau de Soins La Tour Dr Ismail Bennani (FR-DE-EN) FMH Médecine interne FMH Cardiologie Promenades des Artisans 24 CH-1217 Meyrin T: (+41) F: (+41) Dr Mahbiz Nobahar-Corke (FR-EN-FA) FMH en Oncologie médicale Av. Cardinal-Mermillod 1 CH-1227 Carouge T: (+41) F: (+41) Dr André Berger (FR-DE-EN-HU) FMH en Médecine interne FMH en Endocrinologie et Diabétologie Promenades des Artisans 24 CH-1217 Meyrin T: (+41) F: (+41) Dr Romaine Robyr Susini (FR-IT-EN-DE) FMH en Gynécologie-Obstétrique Spéc. médecine foeto-maternelle Av. J.-D. Maillard 3 CH-1217 Meyrin T: + 41 (0) F: + 41 (0) Dr Tatiana Daneva Treand (FR-ES-EN-RU-BG) FMH en Médecine interne FNH en Endocrinologie/diabétologie Av. Cardinal-Mermillod 1 CH-1227 Carouge T: (+41) F: (+41) Dr Emmanuel Schaub (FR) FMH en Anesthésiologie Av. J.-D. Maillard 3 CH-1217 Meyrin T: (+41) F: (+41) Dr Omar Kerad (FR-EN-FA) FMH Médecine interne Av. J.-D. Maillard 3 CH-1217 Meyrin T: (+41) F: (+41) Dr Mathias Tschopp (FR) FMH Médecine interne FMH Médecine intensive Av. J.-D. Maillard 3 CH-1217 Meyrin T: (+41) F: (+41)

19 La Tour Info n 9 Juin Adieu au docteur Jean-Benoît Thorens Un grand médecin et un grand ami nous a tragiquement quittés. Alors qu il se rendait à notre hôpital au petit matin du 2 septembre 2009, le Dr Jean-Benoît Thorens a été fauché par un automobiliste irresponsable. Marié, père de trois enfants, il avait 51 ans. Dr Alexandra Witzeling (FR) FMH en Radiologie Av. J.-D. Maillard 3 CH-1217 Meyrin T:(+41) F: +41) Dr Alain Younossian (FR-EN) FMH en Pneumologie FMH en Médecine Intensive FMH en Médecine Interne Av. J.-D. Maillard 3 CH-1217 Meyrin T: (+41) F: (+41) À l hôpital, nous le tenions tous pour un être exceptionnel. Fruit de longues années de formation ardue, ses connaissances professionnelles étaient immenses: médecine interne et pneumologie auxquelles s ajoutait un domaine qui avait comblé sa vocation profonde: les soins intensifs. À l Hôpital de La Tour, il était chef de l unité spécialisée, et il avait su en faire un centre d excellence. Pour le personnel soignant et ses confrères, son bagage scientifique et son expérience le rendaient incontournable en cas de problème médical difficile. Au cours des années, plusieurs volées d internes ont été marquées par son exemple. Grand médecin, le Dr Thorens l était par ses connaissances, mais aussi par sa personnalité et ses valeurs existentielles. Elles imprégnaient sa manière d exercer et elles portaient à un niveau extrême l exigence envers soimême, ainsi que le sens du devoir et l attention absolue accordée aux patients. De telles qualités ne formaient pas les seuls traits d une nature très riche. Nul n oublie le charisme, l humour, le rire chaleureux et un appétit entreprenant pour l existence. Le sport, par exemple, occupait beaucoup des loisirs de Jean-Benoît Thorens: course à pied, tennis, voile et, pardessus tout, les courses en montagne à peau de phoque. Cependant, la discrétion et la modestie, peut-être même une horreur de la «frime» tenaient souvent ses amis dans l ignorance de véritables exploits sportifs. Brutale, injuste, incompréhensible, la disparition nous laisse dans une détresse profonde. Notre ami Jean-Benoît rayonnait d une telle énergie, d une telle force tranquille qu il semblait à l abri d un drame aussi funeste. Nous tournons nos pensées vers Nicole, son épouse, et vers ses enfants: Isaline, Valérie et Quentin. Qu ils sachent combien nous sommes nombreux à partager leur douleur. Jean-Benoît Thorens restera à jamais ancré au plus profond de nous. Dr Marc Ritz

20 20 La Tour Info n 9 Juin 2010 Bilan de l année Un solide exercice 2009 Les résultats et les indicateurs témoignent une nouvelle fois du renom de notre hôpital. Courtoisie et efficacité de l accueil, extrême qualité des soins, niveau de l équipement, confort hôtelier, dévouement du personnel soignant, attention de chaque instant tout assure notre rayonnement. L amélioration technique et le développement architectural sont permanents. Les travaux achevés trouvent leur récompense. D autres se poursuivent, alors que des chantiers d envergure se préparent. 9'000 8'000 7'000 6'000 5'000 4'000 3'000 2'000 1'000 Nombre d'admissions Clinique de Carouge La Tour Admissions: légère baisse 2009 a vu le démarrage de trois unités rénovées: cardio-pulmonaire, chirurgie générale, chirurgie digestive. Si le nombre d admissions a marqué un léger recul, les «journées-patients» ont augmenté de 3,3%. L allongement de la durée moyenne de séjour reflète la prise en charge d un nombre accru de cas complexes '000 Nombre d'hospitalisations de jour Clinique de Carouge La Tour Hospitalisations de jour: légère hausse À l Hôpital de La Tour, l unité consacrée aux hospitalisations de jour a été fermée durant une partie de l année pour rénovation. La Clinique de Carouge a enregistré une hausse de 5,7%. La moyenne pondérée se situe à 1,7%. Les cas exigeant une présence très courte sont traités, de plus en plus, en régime ambulatoire, disposition très appréciées par les patients. 5'500 5'000 4'500 4'000 3'500 3'000 2'500 2'000 1'500 1'

21 La Tour Info n 9 Juin Durée moyenne des séjours: augmentation Durées moyennes de séjours (en jours) Clinique de Carouge La Tour À l Hôpital de La Tour, la durée moyenne des séjours passe de 5,7 à 6 jours. À la clinique de Carouge, de 4,5 à 4,6 jours. L augmentation des cas complexes compense le recours accru à la chirurgie ambulatoire. 1'000 Nombre de naissances La Tour 900 Naissances: nette progression En période de «mini-baby-boom», la superbe maternité rénovée comble l attente des obstétriciens comme des futures mères. Résultat: un bond de 17,5% '000 7'000 6'000 5'000 4'000 Nombre total d'interventions chirurgicales Clinique de Carouge La Tour Interventions chirurgicales: léger recul 3'000 2'000 1' L Hôpital de La Tour voit un très faible recul de la chirurgie hospitalière (-0,6%), la clinique de Carouge, un repli plus sensible qui reflète un glissement des cas chirurgicaux vers les cas de médecine.

22 22 La Tour Info n 9 Juin Chiffre d'affaires total (revenu net) en millions de fr. Chiffre d'affaires ambulatoire et hospitalisation de jour Chiffre d'affaires hospitalier du réseau Chiffre d affaires: progression Le chiffre d affaires du Réseau de Soins SA augmente de 4,3% (dont 3,7% pour le secteur hospitalier). Parmi d autres facteurs, comme l augmentation du prix du matériel médical et des médicaments, l allongement de la durée moyenne de séjour y contribue. La part de l ambulatoire grandit de 5,3% Salaires & charges sociales Autres charges d'exploitation Médicaments & matériel médical Honoraires médicaux ±12% ±22% ±48% ±18% Salaires et charges sociales: augmentation Salaires et charges sociales + honoraires en millions de fr. Réseau La Tour Genève La masse salariale enfle de 4%. Ainsi le veut une augmentation destinée à moduler les salaires par une évaluation des fonctions et une grille de compétences requises

23 La Tour Info n 9 Juin Coût des médicaments et du matériel médical en millions de fr. Réseau La Tour Genève Médicaments et matériel médical: augmentation Après une stabilité de 3 ans, voici une augmentation de 5,9%. Plusieurs facteurs l expliquent: progression des prix d achat, allongement des séjours, activité accrue du secteur ambulatoire. Baby-boom Investissements Les investissements liés aux rénovations se poursuivent. Ajoutons l aménagement du parking pour le personnel. À la rubrique des équipements, il faut noter le renouvellement (environ 1 million de francs) de l ensemble du réseau de monitorage. Celui-ci permet le suivi direct et par télémétrie de tous les patients des soins intensifs et des soins continus, même s ils sont absents de leur chambre. Mentionnons également l acquisition et le renouvellement de nombreux équipements des blocs opératoires. Quant à la toute nouvelle caméra SPEC-CT déjà en service (voir page 10), elle est inscrite au budget de Petite, mais réjouissante remontée de la natalité en Suisse. L an dernier, 76'691 naissances: un surcroît de 2000 par rapport à l année précédente. Même tendance à Genève: 6'081 nouveaux-nés, dont 544 à l Hôpital de La Tour (+17,5%). 35 Investissements en millions de fr. Routine Bloc opératoire Imagerie Rénovation maternité et Unités de soins

24 Acupuncture Anesthésiologie Angiographie Angiologie Allergologie Cardiologie Centre de Check-up Centre de diagnostique prénatal et d'échographie de la femme Centre Douleurs Thoraciques Centre laser dermatologique Chirurgie de la main Chirurgie des voies digestives Chirurgie endoscopique Chirurgie générale Chirurgie ophtalmologique Chirurgie plastique & reconstructive Chirurgie prothétique Chirurgie cardio-vasculaire Chirurgie robotique Chirurgie Vasculaire Clinique du dos Dermatologie Diabétologie Ecole du dos éducation du patient Ergothérapie Gastro-entérologie Gynécologie / Obstétrique Hémodialyse Imagerie médicale (CT/IRM) Laboratoire d analyses médicales Laboratoire d électrophysiologie cardiaque Médecine de la Reproduction Médecine du sport Médecine interne Médecine nucléaire Néonatologie Neurochirurgie Nutrition Oncologie Ophtalmologie & Laser ophtalmique O.R.L Orthopédie Ostéopathie Pédiatrie Physiothérapie Physiothérapie respiratoire Pneumologie Podologie Radiologie Réadaptation cardio-vasculaire Rhumatologie Service des Urgences Soins intensifs Urologie Spécialités médicales Avenue J.-D. Maillard 3 CH-1217 Meyrin/Genève T: Av Cardinal Mermillod Carouge T: Promenade des Artisans 24 CH-1217 Meyrin / Genève T: URGENCES 24/24H URGENCES 24/24H Urgences du lundi au vendredi, de 8h à 19 h

Trisomie 21. Informations concernant le dépistage de la trisomie 21 durant la grossesse

Trisomie 21. Informations concernant le dépistage de la trisomie 21 durant la grossesse Trisomie 21 Informations concernant le dépistage de la trisomie 21 durant la grossesse En début de grossesse, le professionnel de santé (gynécologue, sage-femme, généraliste) qui suit votre grossesse vous

Plus en détail

Grossesse, Poids et Nutrition

Grossesse, Poids et Nutrition Service de Gynécologie Obstétrique et service de Nutrition Hôpital de la Pitié-Salpêtrière Grossesse, Poids et Nutrition Si vous avez un problème de poids, voici des conseils pour la préparation et le

Plus en détail

da Vinci Pontage gastrique

da Vinci Pontage gastrique da Vinci Pontage gastrique Une nouvelle approche de la chirurgie bariatrique Êtes-vous intéressé par la dernière option de traitement de l'obésité? Votre docteur peut vous proposer une nouvelle procédure

Plus en détail

Nouvelle version du Guide du bon usage des examens d'imagerie médicale

Nouvelle version du Guide du bon usage des examens d'imagerie médicale 1 er février 2013 Nouvelle version du Guide du bon usage des examens d'imagerie médicale Limiter l exposition des patients aux rayonnements ionisants Améliorer la qualité des soins Promouvoir l interdisciplinarité

Plus en détail

I. LE REVE D UN JEUNE DIPLOME II. LES DATES A RETENIR III. UNE NOTORIETE NATIONALE ET INTERNATIONALE IV. LA POLITIQUE QUALITE ET GESTION DES RISQUES

I. LE REVE D UN JEUNE DIPLOME II. LES DATES A RETENIR III. UNE NOTORIETE NATIONALE ET INTERNATIONALE IV. LA POLITIQUE QUALITE ET GESTION DES RISQUES I. LE REVE D UN JEUNE DIPLOME II. LES DATES A RETENIR III. UNE NOTORIETE NATIONALE ET INTERNATIONALE IV. LA POLITIQUE QUALITE ET GESTION DES RISQUES V. LE PLATEAU TECHNIQUE VI. LES ACTIVITES DE LA CLINIQUE

Plus en détail

Une approche médicale naturelle

Une approche médicale naturelle Publications des chiropraticiens suisses: La chiropratique - une approche médicale naturelle La chiropratique et la hernie discale La chiropratique et la sciatique La chiropratique et le mal de tête La

Plus en détail

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE LE CANCER EN QUELQUES CHIFFRES Problème majeur de santé publique avec près de 355 000 nouveaux cas estimés chaque année, le cancer est la première

Plus en détail

- COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 -

- COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - REGROUPEMENT DE LA CLINIQUE ADASSA ET DE LA CLINIQUE DU DIACONAT DE STRASBOURG --- NAISSANCE DE LA CLINIQUE ADASSA - DIACONAT --- Strasbourg (Bas-Rhin), le 06 janvier 2011 la clinique Adassa et la clinique

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Né du souhait de mieux répondre aux grands défis de notre système de santé, Cité générations est un nouveau

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

Les HUG en bref. Chiffres-clés basés sur l exercice 2013

Les HUG en bref. Chiffres-clés basés sur l exercice 2013 2014 Les HUG en bref Chiffres-clés basés sur l exercice 2013 Stratégie Missions, vision, valeurs 3 missions : soins, enseignement, recherche 1 vision : être l hôpital des Genevois et un centre universitaire

Plus en détail

Le Pôle départemental de médecine du sport. de l Essonne (PDMS)

Le Pôle départemental de médecine du sport. de l Essonne (PDMS) Pôle Départemental de Médecine du Sport Conception : ClinicProSport / Design : kreo / Crédits photos : Alexis Harnichard, Lionel Antoni Le Pôle départemental de médecine du sport de l Essonne (PDMS) Pôle

Plus en détail

RÉDUCTION DE L ATTENTE AUX URGENCES : OÙ EN EST-ON? Dossier de presse 30 octobre 2015

RÉDUCTION DE L ATTENTE AUX URGENCES : OÙ EN EST-ON? Dossier de presse 30 octobre 2015 RÉDUCTION DE L ATTENTE AUX URGENCES : OÙ EN EST-ON? Dossier de presse 30 octobre 2015 Table des matières L engagement des HUG : réduire par deux le délai de prise en charge aux urgences... 3 Contexte général

Plus en détail

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition INFORMATION DES PATIENTS 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition Dr Michel AST Patient type Une femme dans 80 % des cas 40 ans 120 kg / 1,66 m soit un imc de 43 Chirurgie de rattrapage

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

CHIRURGIE DE L OBESITE

CHIRURGIE DE L OBESITE CHIRURGIE DE L OBESITE Information destinée aux patients Docteur D. LEONARD Centre de consultations Médico-Chirurgicales Rue des Rolletières 49402 Saumur Tél : 02 41 83 33 52 Site web : http://david-leonard.docvadis.fr

Plus en détail

MARDI 03 JUIN 2014 10H30

MARDI 03 JUIN 2014 10H30 CONFéRENCE DE PRESSE MARDI 03 JUIN 2014 10H30 dépistage du cancer du col de l utérus à mayotte SOMMAIRE 1- présentation de l association Fonctionnement de l association Territoire d intervention Population

Plus en détail

Centre Hospitalier d Antibes Juan-Les-Pins

Centre Hospitalier d Antibes Juan-Les-Pins Centre Hospitalier d Antibes Juan-Les-Pins Inauguration de l extension 6 JUILLET 2015 À 12h00 AU CŒUR DE LA SANTE DE SON TERRITOIRE, LE CENTRE HOSPITALIER D ANTIBES SE DONNE UN NOUVEAU VISAGE SOMMAIRE

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

Une salle plus adaptée pour les équipes

Une salle plus adaptée pour les équipes Depuis quelques semaines, le service de chirurgie vasculaire et cardiaque de la Clinique du Tonkin de Villeurbanne pratique ses interventions dans une toute nouvelle salle, pourvue d un équipement d imagerie

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

de vie La qualité au service de votre santé

de vie La qualité au service de votre santé Source de vie La qualité au service de votre santé calme Pour vous l aventure commence Vous êtes enceinte, félicitations! Vous voilà au début d une bouleversante et merveilleuse aventure. La maternité

Plus en détail

Centre du sein. Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu

Centre du sein. Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu Centre du sein Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu Présentation Situé à la Maternité, le Centre du sein regroupe au même endroit toutes les expertises et tous les équipements nécessaires

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma

Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma LE BÉNÉVOLAT Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma le bénévolat CULTIVER LA SOLIDARITÉ La mobilisation dans la lutte contre le cancer, à laquelle a appelé Son Altesse Royale la Princesse Lalla Salma

Plus en détail

Dépistage prénatal 11 e -14 e semaine

Dépistage prénatal 11 e -14 e semaine 23 Dépistage prénatal 11 e -14 e semaine Brochure d information Pour vous, pour la vie Quelques faits. La grande majorité des bébés naissent normaux ;. Toutes les femmes, quelque soit leur âge, présentent

Plus en détail

L'alliance des cliniques indépendantes. 4 cliniques de Midi-Pyrénées s unissent pour créer «Clinavenir, l alliance des cliniques indépendantes»

L'alliance des cliniques indépendantes. 4 cliniques de Midi-Pyrénées s unissent pour créer «Clinavenir, l alliance des cliniques indépendantes» Communiqué de presse Mars 2012 4 cliniques de Midi-Pyrénées s unissent pour créer «Clinavenir, l alliance des cliniques indépendantes» Toulouse, le 7 mars 2012 Quatre cliniques de la région Midi-Pyrénées,

Plus en détail

Devenir acteur de santé

Devenir acteur de santé de cadres de santé d ambulanciers d auxiliaires de puériculture école d infirmiers de bloc opératoire des aides-soignants école d infirmiers anesthésistes Les écoles et instituts de formation aux professions

Plus en détail

Le traitement de l obl morbide: Indications, techniques et résultats r

Le traitement de l obl morbide: Indications, techniques et résultats r obesity Le traitement de l obl obésité morbide: Indications, techniques et résultats r des gastroplasties Dr Elie CHOUILLARD Service de Chirurgie Générale et Digestive Centre Hospitalier de Poissy Avril

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Le Centre hospitalier de Valence se classe parmi les meilleurs hôpitaux et cliniques de France selon le Palmarès 2014 du Point. Infarctus du myocarde = 20ème/635 hôpitaux AVC = 28ème/788

Plus en détail

Prévention grossesse

Prévention grossesse Prévention grossesse Le mot de la Directrice La Fondation PremUp, reconnue d utilité publique, agit pour la santé de la femme enceinte et du nouveau-né. Elle conduit 3 types de missions : 1. Faire progresser

Plus en détail

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE 1. Objectifs généraux La Maîtrise universitaire d études avancées en médecine clinique (en anglais Master of

Plus en détail

Infirmier(e) Le Métier d Infirmier(e) Le Concours. Concours Prépa Santé

Infirmier(e) Le Métier d Infirmier(e) Le Concours. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 400 h/an Access : 250 h/an de septembre à mai Infirmier(e) Le Métier d Infirmier(e) Présents à l hôpital dans tous les services, les infirmiers et les infirmières dispensent

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.fr DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES Crédit Photo : Nicolas MASSON Cannes, le 6 avril 2011

Plus en détail

CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION

CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION INTRODUCTION INTRODUCTION INTRODUCTION DEFINITION DE L OBESITE Etat d'un individu ayant un excès de poids par augmentation

Plus en détail

- Prévention des chutes accidentelles chez la personne âgée (novembre 2005, éditée par l HAS)

- Prévention des chutes accidentelles chez la personne âgée (novembre 2005, éditée par l HAS) Evaluation des Pratiques Professionnelles : Evaluation de la prise en charge du risque apriori de chute des patients admis en service de soins de suite et de réadaptation. Introduction La chute n est jamais

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION

HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION DOSSIER DE PRESSE VENDREDI 2 OCTOBRE 2009 SOMMAIRE L INAUGURATION DU 2 OCTOBRE 2009 p 4 La nouvelle Maison des Consultations L extension du bloc opératoire L HÔPITAL

Plus en détail

Programmes d enseignement thérapeutique. Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids

Programmes d enseignement thérapeutique. Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Programmes d enseignement thérapeutique Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Pour qui? Quelles prestations? 3 Les programmes proposés par le service d

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Le Contrat Thérapeutique en Catalogne

Le Contrat Thérapeutique en Catalogne Le Contrat Thérapeutique en Catalogne Programme d Aide d Intégrale aux Médecins M Malades de Catalogne Dr. Antoni Arteman Gérant Fondation Galatea Conseil Régional R de l Ordre l des Médecins M Rhône-Alpes

Plus en détail

bienvenue à la clinique de valère

bienvenue à la clinique de valère bienvenue à la clinique de valère une clinique de spécialistes spécialement à votre service SOMMAIRE Bienvenue Votre arrivée à la Clinique S informer, communiquer, lire Vos soins et traitements A l heure

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com L Index de Masse Corporelle IMC= poids/taille² IMC > 25 et < 30 kg/m² : surpoids IMC > 30 kg/m² : obésité Type 1 : 30 à 35 kg/m² Type 2 : 35 à 40

Plus en détail

Plan de mise en œuvre des options stratégiques. Conférence de presse, 25 septembre 2014

Plan de mise en œuvre des options stratégiques. Conférence de presse, 25 septembre 2014 Plan de mise en œuvre des options stratégiques Conférence de presse, 25 septembre 2014 Plan stratégique, concertation & consensus HNE, une (déjà) longue histoire au service de la population Concertation

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) POLYCLINIQUE MAJORELLE

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) POLYCLINIQUE MAJORELLE ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE POLYCLINIQUE MAJORELLE 1240, AVENUE RAYMOND PINCHARD 54100 NANCY CEDEX AVRIL 2007 PARTIE 1 Nom de l établissement Situation géographique

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire 2 Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Mars bleu Dossier de presse Ensemble mobilisons nous contre le Cancer colorectal! ADOC 11 Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Un dépistage organisé Le principe du dépistage est de détecter

Plus en détail

NOM DE L ETABLISSEMENT

NOM DE L ETABLISSEMENT NOM DE L ETABLISSEMENT : CSSR LES LAURIERS Adresse : 8 ROUTE DE CARBON BLANC BP 119-33306 LORMONT CEDEX Tél. 05.56.77.37.37 Fax. : 05.56.31.53.35 Mail : cssr.lauriers@ugecamaq.fr Site Internet : www.cssr-leslauriers.fr

Plus en détail

Guide des garanties ExpatPlus Valide à partir du 1 er janvier 2008

Guide des garanties ExpatPlus Valide à partir du 1 er janvier 2008 Les tableaux ci-dessous récapitulent les garanties offertes par chaque module. Pour le détail des garanties et des définitions, veuillez vous référer au texte de la police d assurance. Toutes les garanties

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE GROUPE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE CAREMEAU Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES cedex 9 CENTRE MULTIDISCIPLINAIRE DE DIAGNOSTIC PRENATAL Tél. secrétariat : 04.66.68.43.67

Plus en détail

Rapport de formation (cours interentreprises) Evaluation du niveau de formation de:

Rapport de formation (cours interentreprises) Evaluation du niveau de formation de: Rapport de formation (cours interentreprises) Evaluation du niveau de formation de: Domaine Aide à la consultation 1.1. Relation avec le propriétaire de l animal et administration/connaissances informatiques

Plus en détail

Programme Mammographie. Les examens complémentaires

Programme Mammographie. Les examens complémentaires Programme Mammographie Les examens complémentaires Le saviez-vous? Les différents examens complémentaires à une mammographie de dépistage servent bien souvent à exclure un cancer. Une intervention chirurgicale

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE PLAN 1. Cancérogénèse/Définition 2. Les causes connues 3. Epidémiologie 4. Prévention

Plus en détail

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955 Jacky TESSIER, premier directeur de l Institut de Formation en Soins Infirmiers d Allonnes, nous a laissé son témoignage à propos du «cheminement de la formation initiale du personnel soignant sur près

Plus en détail

Cancérologie: la roue de la confiance

Cancérologie: la roue de la confiance Cancérologie: la roue de la confiance B. Danhieux, I.Rousseau,G-B Zocco 20 septembre 2012 INTRODUCTION 60.000 nouvelles tumeurs cancéreuses diagnostiquées chaque année en Belgique o1 homme sur 3 o1 femme

Plus en détail

Fondation Pro Familia

Fondation Pro Familia Centre Polyvalent pour Enfants Services pour femmes et leurs enfants en détresse Centre de Consultation et de Médiation Familiale Centre de Formation Psycho-Familiale www.profamilia.lu Contact Fondation

Plus en détail

LA GASTROPLASTIE VERTICALE CALIBREE AVEC RESECTION GASTRIQUE OU SLEEVE GASTRECTOMIE Sleeve signifie manche ou manchette. C est ainsi que l on nomme cette résection (ablation) de l estomac qui enlève environ

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

Rapport Financier Fondation Maréchal Foch 2013

Rapport Financier Fondation Maréchal Foch 2013 Rapport Financier Fondation Maréchal Foch 2013 Sommaire LA FONDATION MARÉCHAL FOCH Les mots du Président et du Trésorier................ P.1 Les actions financées en 2013........................P.2-3 Modalités

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

IMAGERIE MEDICALE DU VIGNOBLE FICHE D INFORMATION POUR LES EXAMENS SCANNOGRAPHIQUES

IMAGERIE MEDICALE DU VIGNOBLE FICHE D INFORMATION POUR LES EXAMENS SCANNOGRAPHIQUES IMAGERIE MEDICALE DU VIGNOBLE FICHE D INFORMATION POUR LES EXAMENS SCANNOGRAPHIQUES 53C rue de Turckheim - 68000 COLMAR Tel : 03.89.226.226 Docteur WILDY Valérie Docteur HOLL Nathalie Docteur ROTUNNO Antoine

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nature du diabète gestationnel Le diabète gestationnel apparait durant la grossesse et disparaît généralement après l accouchement. Dans la plupart des cas, il est trouvé par une

Plus en détail

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans)

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Introduction Depuis plus de 50 ans, le «Camp du Tom» propose aux ados, âgés de 12 à 17 ans, de partir

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I ANNEXE I DIPLÔME D ÉTAT D ERGOTHÉRAPEUTE Référentiel d activités L ergothérapeute est un professionnel de santé. L ergothérapie s exerce dans les secteurs sanitaire et social et se fonde sur le lien qui

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

Régime Premier. Adhérents CFE - États-Unis Tableau des prestations. Détails du régime Réseau Conventionné Réseau non-conventionné

Régime Premier. Adhérents CFE - États-Unis Tableau des prestations. Détails du régime Réseau Conventionné Réseau non-conventionné Régime Premier Adhérents CFE - États-Unis Tableau des prestations Détails du régime Zone de couverture États-Unis États-Unis Montant annuel maximal des garanties Illimité Illimité Franchises annuelles

Plus en détail

«Je t aime mon cœur» Programme Régional de Réduction des Risques Cardio-vasculaires

«Je t aime mon cœur» Programme Régional de Réduction des Risques Cardio-vasculaires «Je t aime mon cœur» Programme Régional de Réduction des Risques Cardio-vasculaires Contact Presse Sylvie MULLER 21 avenue Foch 57018 METZ Tel : 03.87.39.40.61 06.34.46.73.52 www.jetaimemoncoeur.fr Le

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE CHIRUGIE DIGESTIVE FOUQUE (FCG)

LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE CHIRUGIE DIGESTIVE FOUQUE (FCG) LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE CHIRUGIE DIGESTIVE FOUQUE (FCG) PRESENTATION HOPITAL SAINT JOSEPH Le personnel de l hôpital Saint Joseph est heureux de vous accueillir et de participer à votre formation. Établissement

Plus en détail

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Claire Savary: Sandrine Dias: CI IDE JFIC La Baule 15 et 16 sept 2011 Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg»

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» Conférence de Presse 11/09/2013 «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» La Santé Périnatale au Luxembourg Etat des lieux Présentation de deux rapports : Surveillance de la Santé

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE. Programmes et services

CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE. Programmes et services CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE Programmes et services 1 2 Bienvenue Le Centre de rééducation professionnelle appartient à Travail sécuritaire NB, lequel en assure la gestion. Il offre des services

Plus en détail

Brochure d information destinée aux parents. Bienvenue à Clairival. Informations utiles sur la prise en soins de votre enfant

Brochure d information destinée aux parents. Bienvenue à Clairival. Informations utiles sur la prise en soins de votre enfant Brochure d information destinée aux parents Bienvenue à Clairival Informations utiles sur la prise en soins de votre enfant Présentation Le service de psychiatrie de l enfant et de l adolescent des Hôpitaux

Plus en détail

Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation

Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation Historiquement le Centre SSR St Christophe était une Maison de Repos, La Désix, créée en 1958 sur la commune de Sournia.

Plus en détail

PROGRAMMES DE SANTE SCLEROSE EN PLAQUES (NEU+RH)

PROGRAMMES DE SANTE SCLEROSE EN PLAQUES (NEU+RH) PROGRAMMES DE SANTE SCLEROSE EN PLAQUES (NEU+RH) à Lamalou-les-Bains (Hérault) Que soigne-t-on à Lamalou-les-Bains. Les eaux de Lamalou-les-Bains constituent un véritable petit bassin hydrologique. Leur

Plus en détail

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES Conférence de Presse JANVIER 2008 CONTACT PRESSE Anne-Laure Vautier Tel : 04 42 43 20 11 - E-mail

Plus en détail

Diagnostic prénatal : Les progrès de la médecine appellent un débat sur les valeurs fondamentales. Prise de position de Procap

Diagnostic prénatal : Les progrès de la médecine appellent un débat sur les valeurs fondamentales. Prise de position de Procap Diagnostic prénatal : Les progrès de la médecine appellent un débat sur les valeurs fondamentales Prise de position de Procap Introduction Ces dernières semaines, les médias ont titré «Nouveau check de

Plus en détail

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007 Institut de Formation en Soins Infirmiers IFSI Institut de Formation d Aides Soignants IFAS Dans l de Montpellier 1146 Avenue du Père Soulas 34295 MONTPELLIER cédex 5 Tél. 04 67 33 88 44 - Fax 04 67 33

Plus en détail

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS dossier de presse janvier 2014 le dispositif alzheimer au centre hospitalier de béziers Contacts presse Françoise PERIDONT Directrice Communication Anne-Claire ITIé Chargée de

Plus en détail

Fiche du programme 12051400102 de l'organisme INFIPP INFIPP

Fiche du programme 12051400102 de l'organisme INFIPP INFIPP Fiche du programme 12051400102 de l'organisme INFIPP INFIPP Descriptif du programme: Référence Programme OGDPC 12051400102 Titre du programme Préparation à l'entrée aux écoles d'aide-soignants et d'auxiliaire

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Groupement de coopération sanitaire entre l Hôpital d Instruction des Armées (HIA) Val-de-Grâce et le Groupe Hospitalier Cochin-Broca-Hôtel-Dieu de l AP-HP Le Groupement de coopération

Plus en détail

Offre de formations 2015-2016. L approche tridimensionnelle de l alimentation (biologique, psycho-sensorielle et socioenvironnementale)

Offre de formations 2015-2016. L approche tridimensionnelle de l alimentation (biologique, psycho-sensorielle et socioenvironnementale) Offre de formations 2015-2016 Une offre originale par : L expertise nutritionnelle des formateurs L approche tridimensionnelle de l alimentation (biologique, psycho-sensorielle et socioenvironnementale)

Plus en détail

Tiré à Part du BDP volume 7 n 1

Tiré à Part du BDP volume 7 n 1 Tiré à Part du BDP volume 7 n 1 LE ROLE DE L INFIRMIERE DE DIALYSE PERITONEALE DANS L EDUCATION DU PATIENT Ghislaine VENIEZ Infirmière - Unité de Dialyse Péritonéale C.H. René Dubos - 95300 Pontoise 1997

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Les employés. de HP font des choses. exceptionnelles. HP Carrière exceptionnelle. Résultats exceptionnels.

Les employés. de HP font des choses. exceptionnelles. HP Carrière exceptionnelle. Résultats exceptionnels. Les employés de HP font des choses exceptionnelles HP Carrière exceptionnelle. Résultats exceptionnels. Chaque jour, des employés de HP des quatre coins du globe font des choses exceptionnelles pour nos

Plus en détail

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 Grégory GUILLAN Formateur I.F.S.I. Charles Foix Octobre 2011 1 Raisonnement et démarche clinique L infirmier(ère) comprend le problème de santé d un patient et

Plus en détail

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les remontées du terrain Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les programmes d Evaluation des Pratiques Professionnelles Pertinence des hospitalisations en HDT HO *Formalisation de certificats

Plus en détail

Livret aide-mémoire LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE

Livret aide-mémoire LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE Livret aide-mémoire Secrétaires médicales LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE 1 Le présent livret vise à : Former les secrétaires médicales à l information et la promotion du DMP auprès des

Plus en détail

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile.

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile. Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile Hélène Heckenroth l'auteur déclare n'avoir aucun conflit d'intérêt avec l'industrie pharmaceutique

Plus en détail