PRÉVENTION ET CONTRÔLE DES INFECTIONS DANS LES MILIEUX SCOLAIRES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PRÉVENTION ET CONTRÔLE DES INFECTIONS DANS LES MILIEUX SCOLAIRES"

Transcription

1 PRÉVENTION ET CONTRÔLE DES INFECTIONS DANS LES MILIEUX SCOLAIRES Guides d intervention et outils à l intention des Centres de santé et de services sociaux Région de la Capitale-Nationale Mars 2011

2 Ce document est disponible seulement en version électronique à l adresse Internet section Documentation, rubrique Publications. Le genre masculin est utilisé dans ce document et désigne aussi bien les femmes que les hommes. Dépôt légal, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2011 Dépôt légal, Bibliothèque et Archives Canada, 2011 ISBN: (PDF) Cette publication a été versée dans la banque SANTÉCOM La reproduction de ce document est permise, en autant que la source soit mentionnée. Référence suggérée : Agence de la santé et des services sociaux et les Centres de santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale. PRÉVENTION ET CONTRÔLE DES INFECTIONS DANS LES MILIEUX SCOLAIRES - Guides d intervention et outils à l intention des Centres de santé et de services sociaux. Québec : Agence de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale, Direction régionale de santé publique, mars p. Agence de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale

3 ONGLET - «TABLE DES MATIÈRES»

4

5 TABLES DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 GROUPE DE TRAVAIL... 6 AVERTISSEMENT... 7 LEXIQUE... 8 TABLEAU DES RESPONSABILITÉS POUR LE CONTRÔLE DES MALADIES INFECTIEUSES EN MILIEU SCOLAIRE OUTILS À REMETTRE AUX MILIEUX SCOLAIRES ONGLET «PROTOCOLES» COQUELUCHE ERYTHÈME INFECTIEUX (5 IÈME MALADIE) GALE GASTRO-ENTÉRITE HÉPATITE A IMPETIGO INFECTION À MÉNINGOCOQUE PHARYNGITE À STREPTOCOQUE ET SCARLATINE MÉNINGITE VIRALE MONONUCLÉOSE INFECTIEUSE OREILLONS PÉDICULOSE ROUGEOLE RUBÉOLE PÉRIODE DE CONTAGIOSITÉ SYNDROME PIEDS-MAINS-BOUCHE TEIGNE DU CUIR CHEVELU TEIGNE DU CORPS VARICELLE ONGLET «PÉDICULOSE» SOURCES: RÔLES ET RESPONSABILITÉS DES DIFFÉRENTES PERSONNES CONCERNÉES PAR LA PRÉVENTION DE LA PÉDICULOSE DANS LES MILIEUX SCOLAIRES INTERVENTIONS À METTRE EN PLACE À LA RENTRÉE I N F O - P É D I C U L O S E AUTO-TEST - MYTHES OU RÉALITÉS? INTERVALLES MINIMAUX ET MAXIMAUX POUR L ENVOI DES LETTRES GRILLE DE SURVEILLANCE DE PÉDICULOSE - APERÇU DE LA SITUATION PAR GROUPE LISTE DES INTERVENTIONS FAITES POUR LE GROUPE GRILLE D ÉVALUATION DU TRAITEMENT DE LA PÉDICULOSE A L INTENTION DE L INFIRMÈRE TRAITEMENTS PÉDICULOSE 1 ER AVIS ECLOSION DE PÉDICULOSE / NOTE À L ENSEIGNANT(E) PÉDICULOSE 2 IÈME AVIS QUESTIONNAIRE D ÉVALUATION - PÉDICULOSE 2 E AVIS PÉDICULOSE 3 IÈME AVIS PERSISTANCE DE PÉDICULOSE (POUX OU LENTES) CHEZ UN ENFANT AFFICHE : ATTENTION AUX POUX ONGLET - LETTRES TYPES COQUELUCHE

6 ÉRYTHÈME INFECTIEUX (5 E MALADIE) GALE (AVIS ET SURVEILLANCE) GALE (AVIS ET TRAITEMENT) GASTRO-ENTÉRITE ÉPIDÉMIQUE IMPÉTIGO INFECTION À MÉNINGOCOQUE MÉNINGITE VIRALE MONONUCLÉOSE INFECTIEUSE OREILLONS ROUGEOLE RUBÉOLE TEIGNE DU CORPS TEIGNE DU CUIR CHEVELU VARICELLE (PICOTTE) ONGLET - «OUTILS» LISTE DES OUTILS ET LEUR DESCRIPTION CONSIGNES AUX MILIEUX CONCERNÉS À LA SUITE DU SIGNALEMENT D UN CAS RELEVÉ MENSUEL DES MALADIES INFECTIEUSES MALADIES À DÉCLARATION OBLIGATOIRE (MADO) IMMUNOSUPPRESSION LISTE DES ENFANTS IMMUNOSUPPRIMÉS DU MILIEU SCOLAIRE ONGLET - «INCIDENT / ACCIDENT» MORSURES INTER-HUMAINES EN MILIEU SCOLAIRE ONGLET - «AVIS : GROSSESSE» GROSSESSE ET TRAVAIL AUPRÈS DES ENFANTS ONGLET - «GALE» TABLE DES MATIÈRES CONSIGNES AUX MILIEUX CONCERNÉS SUITE AU SIGNALEMENT D UN CAS LEXIQUE CONTRÔLE DE LA GALE EN MILIEU SCOLAIRE FICHE À L INTENTION DES PERSONNES INFESTÉES FICHE SIGNALÉTIQUE À L INTENTION DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ ONGLET - «SECTION ANGLAISE» CONJUNCTIVITIS GIARDIASIS GASTRO-ENTERITIS EPIDEMIC HAND-FOOT-AND-MOUTH SYNDROME (COXSACKIE VIRUS) IMPETIGO INFECTIOUS ERYTHEMA (5 TH DISEASE) INFECTIOUS MONONUCLEOSIS MEASLES... ERREUR! SIGNET NON DEFINI. MENINGOCOCCUS INFECTION MUMPS PERTUSSIS (WHOOPING COUGH) PINWORM RUBELLA SCABIES SCABIES SCALP RINGWORM STREPTOCOCCAL INFECTIONS AND SCARLET FEVER RINGWORM OF THE BODY VARICELLA (CHICKEN POX)

7 VIRAL MENINGITIS P E D I C U L O S I S ONGLET - SECTION ESPAGNOLE PEDICULOSIS ONGLET - «CPE» CONJONCTIVITE GIARDIASE PHARYNGITE À STREPTOCOQUES ET SCARLATINE OXYUROSE SYNDROME PIEDS-MAINS-BOUCHE (COXSACKIE)

8

9 AVANT-PROPOS À QUI S ADRESSE CE GUIDE Le présent document se veut un guide pour le contrôle des maladies infectieuses en milieu scolaire; il vise également à fournir des outils uniformisés pour l ensemble du territoire de la région de la Capitale-Nationale. Il s adresse aux infirmières en maladies infectieuses des Centres de santé et de services sociaux (CSSS), ainsi qu aux infirmières qui œuvrent en milieu scolaire. DÉFINITION DE MILIEU SCOLAIRE On entend par milieu scolaire toutes les classes du primaire et du secondaire, la maternelle et le service de garde du milieu scolaire. La pré-maternelle est considérée comme un Centre de la petite enfance (CPE). CONTENU DU GUIDE Le guide contient des protocoles de contrôle des maladies infectieuses, des lettrestype à l intention des parents en cas de survenue d une maladie transmissible, une grille décisionnelle pouvant servir d aide-mémoire, ainsi que différents outils destinés à simplifier la tâche des intervenant(e)s. Étant donné que le guide ne vise dorénavant que les milieux scolaires, une section contenant les outils de contrôle des maladies transmissibles en CPE a été ajoutée afin de faciliter la tâche des intervenant(e)s. Il a été conçu de façon à pouvoir y apporter des améliorations, y ajouter des sections et surtout, pour permettre des mises à jour faciles. De plus, un CD comprenant les lettres-type et d autres outils sont mis à la disposition de chaque CSSS de façon à ce qu ils puissent être adaptés aux situations et aux milieux où ils sont utilisés. Le document ne traite que de maladies infectieuses, excluant ainsi d autres pathologies (comme l asthme) qui ne font pas partie du mandat du comité de travail. De même, il ne traite pas de toutes les maladies infectieuses; celles qui ont été retenues ont un pouvoir de transmissibilité et représentent un potentiel de risque pour la santé publique. Si une maladie plus rare se manifestait, il sera toujours plus prudent de référer l enfant à une ressource médicale et de prendre des informations auprès de l infirmière en maladies infectieuses du CSSS. SOURCES Le document s inspire des commentaires des infirmières à qui il est destiné, et des outils produits et utilisés par elles. Il s inspire aussi de ces documents : 1. MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX. Prévention et contrôle des infections dans les services de garde à l enfance : guide d intervention, Québec, MSSS, Direction de la protection de la santé publique, Comité de prévention des infections dans les services de garde à l enfance du Québec, AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE LAVAL. Prévention et contrôle des infections dans les écoles primaires et secondaires, Laval, Direction régionale de santé publique, Équipe des maladies infectieuses, Août

10 Le Comité régional DRSP-CSSS de contrôle des maladies infectieuses en milieu scolaire espère que cet outil sera non seulement utile mais surtout utilisé. Et la tâche de le rendre vivant revient à ses utilisateurs. GROUPE DE TRAVAIL Font actuellement partie du Comité : Chantal Béland, CSSS de la Vieille-Capitale Michel Frigon, Direction régionale de santé publique de la Capitale-Nationale, reponsable Daniel Lafond, CSSS Québec-Nord Lucie Voyer, CSSS Québec-Nord Louise Beauchemin, CSSS de la Vieille-Capitale Michèle-Anne Lavoie, CSSS de la Vieille-Capitale Ont participé aux travaux du comité depuis le début de sa création : Claire Legroulx, CLSC Laurentien Denise Hamel, CLSC Ste-Foy - Sillery Madeleine Régnier, CLSC Basse-Ville, CLSC Limoilou Michel Frigon, Direction régionale de santé publique de la Capitale-Nationale Daniel Lafond, CLSC de la Jacques-Cartier France Laverdière, CLSC La Source, coordonnatrice responsable du comité Lucie Voyer, CLSC La Source Pierrette Leroux, CSSS de la Vieille-Capitale Patricia Fournier, CSSS de la Vieille-Capitale Francine Turgeon, CSSS de la Vieille-Capitale Secrétariat : Danièle Nollet, Direction régionale de santé publique de la Capitale-Nationale Dominique Lambert, CSSS de la Vieille-Capitale Claudette Dionne, CSSS de la Vieille-Capitale Mars

11 AVERTISSEMENT LES DIFFÉRENTES SECTIONS DU DOCUMENT S ADRESSENT À DIVERS GROUPES D INTERVENANTS. AINSI, LES PROTOCOLES S ADRESSENT AUX INFIRMIÈRES; LES LETTRES-TYPES SONT DESTINÉES AUX PARENTS ET VISENT L INFORMATION ET LA SURVEILLANCE DE L APPARITION DE NOUVEAUX CAS; ELLES SONT UTILISÉES PAR LES DIRECTIONS GÉNÉRALES DES MILIEUX CONCERNÉS (HABITUELLEMENT LE SECRÉTARIAT) APRÈS AUTORISATION DE L INFIRMIÈRE; LA GRILLE DÉCISIONNELLE S ADRESSE À LA DIRECTION GÉNÉRALE DU MILIEU (HABITUELLEMENT LE SECRÉTARIAT) POUR ORIENTER CELLE-CI DANS LES ACTIONS À ACCOMPLIR DEVANT UN CAS DE MALADIE INFECTIEUSE TRANSMISSIBLE. DE PLUS, NOUS TENONS À APPORTER LA PRÉCISION SUIVANTE : NOUS CROYONS QUE LE RÔLE (RELIÉ AUX MALADIES INFECTIEUSES) DE L INFIRMIÈRE EN MILIEU SCOLAIRE EST D EMPÊCHER LA PROPAGATION D UNE MALADIE AUX AUTRES ENFANTS FRÉQUENTANT LE MÊME MILIEU QUE LE CAS. LE DOCUMENT A DONC ÉTÉ PRODUIT EN FONCTION DE LA PROTECTION DES ENFANTS SEULEMENT. IL NE TIENT PAS COMPTE DES ASPECTS DE SANTÉ AU TRAVAIL DANS LESQUELS SE RETROUVE LA TRAVAILLEUSE ENCEINTE QUI RELÈVE DU PROGRAMME DE SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL DE SON EMPLOYEUR. LES ÉLÉMENTS QUI TRAITENT DE LA FEMME ENCEINTE DANS LES LETTRES CONCERNENT LA MÈRE DES ENFANTS EN CONTACT AVEC UN CAS DE MALADIE INFECTIEUSE TRANSMISSIBLE. CONFIDENTIALITÉ Toute information concernant l état de santé d un enfant ou d un membre du personnel doit être traitée d une façon respectueuse et confidentielle. Il peut être nécessaire d informer la direction de l école de la présence d un cas de maladie transmissible afin de lui permettre d instaurer des mesures de contrôle. L information permettant d identifier un enfant ou un membre du personnel atteint d une maladie doit être limitée aux personnes impliquées dans le contrôle de la maladie et la protection des autres personnes dans l école. Les renseignements contenus dans le dossier de santé scolaire ne sont pas accessibles aux membres du personnel de l école sauf si les parents en ont donné l autorisation par écrit. 7

12 LEXIQUE LES ENCADRÉS : MADO indique une maladie à déclaration obligatoire à la Direction régionale de santé publique. NON MADO indique que cette maladie n est pas à déclaration obligatoire à la Direction régionale de santé publique. Au centre, sous le nom de la maladie : contient le nom de l agent causal. EX. : PARVORIVUS B19 En haut, à droite du nom de la maladie : indique le temps de l année où celle-ci est le plus fréquent. EX. : PRINTEMPS/ÉTÉ LES DÉFINITIONS ET LES ABRÉVIATIONS : Période d incubation : Période de contagiosité : Cas contact (ou contact) : Éclosion : Épidémie : CLSC : période ou délai entre le contact avec l agent infectant (ou la personne malade) et le début des symptômes. période pendant laquelle la maladie est transmissible. individu qui a été en relation avec une personne infectée ou un environnement contaminé, de telle sorte qu il y a eu occasion de transmission de l agent infectieux. Le type et la durée du contact nécessaire à la transmission d une infection peut varier selon la maladie. Deux (2) cas ou plus d une même maladie ayant une source commune ou un lien épidémiologique (ex. : même classe). Nombre inhabituel de cas d une maladie pour un groupe donné, limité dans le temps et dans l espace. Par exemple, on parle de diarrhée épidémique lorsque de plus en plus de cas surviennent d une journée à l autre dans un même groupe (ex. : classe, service de garde) durant une même unité de temps (ex. : une journée). Centre local de services communautaires CSSS : Centre de santé et de services sociaux 8

13 DRSP : LCR : Direction régionale de santé publique. Liquide céphalo-rachidien. IgG : Immunoglobulines non spécifiques de type G. Sérologie : Service de garde : Traitement de support : VZIG : Test sanguin qui consiste à rechercher la présence d anticorps dirigés contre une maladie spécifique ; ex. : sérologie antirougeoleuse ou recherche des anticorps anti-rougeoleux. Service de gardiennage du milieu scolaire. Sont exclus les centres de la petite enfance. Tout traitement qui ne vise pas l agent causal de la maladie. Toute manœuvre thérapeutique ayant pour but de maintenir en vie ou d aider au confort une personne malade le temps qu elle guérisse. Exemple : une personne présentant une encéphalite virale avec insuffisance respiratoire sera intubée le temps qu elle guérisse de l encéphalite et puisse respirer spontanément. Autre exemple : administrer un analgésique. Immunoglobulines spécifiques G contre la varicelle. 9

14 10

15 TABLEAU DES RESPONSABILITÉS POUR LE CONTRÔLE DES MALADIES INFECTIEUSES EN MILIEU SCOLAIRE. NOTE : Les tâches et responsabilités qui suivent ne sont que des indications et ne sont pas immuables. On doit ajuster les responsabilités de chacun selon les situations et toujours en vue de la résolution du problème et pour la satisfaction de la clientèle. Le milieu concerné : 1. Recevoir les signalements des maladies. 2. Aviser l infirmière responsable du milieu. 3. Expédier les lettres de surveillance ou de contrôle selon l avis de l infirmière. 4. Aviser les femmes enceintes et les personnes immunosupprimées selon la maladie, d après le tableau élaboré à l intention du secrétariat. 5. Tenir à jour une liste des personnes immunosupprimées. 6. Tenir à jour le relevé mensuel des maladies infectieuses. L infirmière responsable du milieu ou le CSSS : 1. Décider de l envoi des lettres de surveillance ou de contrôle selon la maladie signalée. 2. Aviser l infirmière en maladies infectieuses du CSSS lorsqu indiqué. 3. Faire les recommandations appropriées (mesures à prendre) au milieu pour le contrôle de la maladie en fonction des indications des protocoles. 4. Assurer la surveillance du développement de la situation dans le milieu. La Direction régionale de santé publique : 1. Établir et mettre à jour les protocoles de contrôle des maladies en collaboration avec les CSSS. 2. Fournir des lettres-type de surveillance ou de contrôle à distribuer au besoin. 3. Supporter l infirmière pour le contrôle de la situation, surtout lorsque celle-ci est difficile à contrôler ou prend des proportions importantes. 4. Faire les enquêtes et la recherche des contacts lorsqu il s agit d une maladie à déclaration obligatoire (MADO) selon ses règles de fonctionnement. 11

16 OUTILS À REMETTRE AUX MILIEUX SCOLAIRES Copies de : 1. Lettres-types de toutes les maladies à l intention des parents. 2. Lettres-types sur la pédiculose : 1 er avis, 2 e avis et 3 e avis. 3. Fiche «Informations» sur la pédiculose. 4. Consignes aux milieux concernés. 5. Tableau décisionnel. 6. Relevé mensuel des maladies infectieuses. 7. Grille «Liste des enfants immunosupprimés». 12

17 ONGLET «PROTOCOLES»

18

19 COQUELUCHE MADO Bordetella pertussis AUTOMNE/HIVER TABLEAU CLINIQUE EXCLUSION MODE DE TRANSMISSION PÉRIODE D INCUBATION PÉRIODE DE CONTAGIOSITÉ Phase catarrhale (durée de 1 à 2 semaines) : malaises, anorexie, rhinorrhée, toux, larmoiement. Fièvre souvent absente ou minime. Phase paroxystique (durée de quelques semaines) : quintes de toux sévères souvent suivies d un bruit inspiratoire caractéristique (chant du coq), de vomissements ou d apnée. Phase de convalescence : résolution graduelle des symptômes Jusqu à 5 jours après le début de l antibiotique ou 3 semaines après le début de la toux si non traitée Par contact avec les sécrétions naso-pharyngées d une personne infectée. Par gouttelettes : avec de grosses gouttelettes projetées par des personnes lorsqu elles parlent, toussent ou éternuent (jusqu à un mètre de distance). En moyenne de 7 à 10 jours (5 à 21 jours). Si traitée, jusqu à 5 jours après le début du traitement antibiotique. Si non traitée, jusqu à 3 semaines après le début des quintes de toux, peut se prolonger jusqu à 6 semaines chez les moins d un an. Note : contagiosité maximale en phase catarrhale, soit la 1ère phase avant le début des quintes de toux. DIAGNOSTIC Habituellement diagnostic clinique, confirmé par la culture ou recherche de la bactérie sur les sécrétions naso-pharyngées. GROSSESSE (mère du cas) TRAITEMENT RECOMMANDATIONS Consultation médicale recommandée. Spécifique : antibiotique per os. Le traitement du cas change rarement le cours de la maladie mais réduit le temps de contagiosité. La DRSP doit valider le cas. Lorsque le cas est validé : intervention selon le protocole et les recommandations de la DRSP. 16

20 ERYTHÈME INFECTIEUX (5 IÈME MALADIE) NON MADO Parvovirus B19 HIVER/PRINTEMPS TABLEAU CLINIQUE EXCLUSION MODE DE TRANSMISSION PÉRIODE D INCUBATION PÉRIODE DE CONTAGIOSITÉ DIAGNOSTIC GROSSESSE (mère du cas) TRAITEMENT Symptômes généraux bénins : malaises, mal de gorge, céphalée, myalgies (précédent l éruption de 7 à 10 jours). Éruption cutanée en trois étapes : 1. rougeur marquée sur les joues (joues giflées); 2. éruption sur le tronc et les membres «en dentelle» souvent prurigineuse; 3. réapparition des éruptions lors d exposition au chaud, au froid, à l exercice (peut durer plusieurs semaines). Généralement afébrile. Arthralgie, arthrite (femme adulte surtout). Aucune Par contact : avec des sécrétions naso-pharyngées d une personne infectée. Par gouttelettes : avec de grosses gouttelettes projetées lorsque la personne infectée parle, tousse, ou éternue (jusqu à un mètre). Transplacentaire : de la mère au fœtus. Habituellement de 4 à 14 jours, et jusqu à 21 jours avant l apparition de l érythème ou des autres symptômes. Sept jours avant le début de l éruption. N est plus contagieux lorsque l éruption survient. Diagnostic clinique, mais la sérologie est utilisée dans certaines circonstances. L infection du fœtus ne cause pas de malformation congénitale mais il a été démontré que l infection aiguë peut causer un avortement spontané, une anémie fœtale ou un décès intra-utérin associé à un hydrops fœtal (accumulation de liquide dans tout le corps du fœtus). Le risque de perte fœtale chez la femme infectée est de 2 à 10 % et survient surtout durant la première moitié de la grossesse. Aucun traitement spécifique. RECOMMANDATIONS Lorsque l infirmière du CSSS a validé le cas auprès des parents : Envoyer une lettre d information aux parents de tous les élèves du même groupe de niveau primaire et secondaire. Une autre forme de communication pourrait être privilégiée au secondaire afin d informer les jeunes et leurs parents. 17

21 GALE NON MADO Sarcoptes scabiei TOUTES SAISONS TABLEAU CLINIQUE EXCLUSION MODE DE TRANSMISSION PÉRIODE D INCUBATION PÉRIODE DE CONTAGIOSITÉ DIAGNOSTIC GROSSESSE (mère du cas) TRAITEMENT Vésicules, papules ou fins sillons qui sont plus évidents au niveau interdigital, sur les faces antérieures des poignets ou des coudes, aux plis axillaires antérieurs, aux cuisses, à l abdomen et aux organes génitaux. Les fins sillons hébergent les femelles et les œufs. La gale épargne habituellement la tête, la paume des mains et la plante des pieds sauf chez le nourrisson. Démangeaisons intenses, surtout la nuit qui persistent même après un traitement efficace. Le prurit est secondaire à une réponse immunitaire et non au déplacement du parasite. Exclusion jusqu à ce que le traitement soit complété. Par contact de peau à peau prolongé avec une personne infestée (une simple poignée de mains ne suffit pas). Par contact avec les effets personnels ou de la literie fraîchement contaminés par les personnes infestées (possible mais peu important comme mode de transmission). De 2 à 6 semaines avant le début du prurit chez les personnes qui n ont encore jamais été exposées. De 1 à 4 jours chez les personnes qui ont déjà été infestées. Durant toute la période d incubation et jusqu à ce que le traitement soit complété. Habituellement diagnostic clinique, avec mise en évidence du sarcopte par grattage et parfois par biopsie. Le diagnostic doit être fait par un dermatologue ou un médecin compétent en la matière. Aucune particularité. Scabicide topique prescrit par un médecin. Les personnes atteintes et tous les membres de leur famille et autres contacts significatifs doivent appliquer le traitement simultanément, qu ils aient ou non des symptômes. En général il n est pas nécessaire de répéter le traitement sauf si de nouvelles lésions apparaissent. Les nodules et démangeaisons peuvent persister plusieurs jours après le traitement et ne sont pas un signe d échec du traitement. RECOMMANDATIONS Lorsque l infirmière du CSSS a validé le cas auprès des parents : (Voir la section Gale pour plus d information) Faire confirmer le diagnostic par un dermatologue ou un médecin compétent en la matière avant le début du traitement. 18

22 GASTRO-ENTÉRITE NON MADO Plusieurs agents infectieux TOUTE SAISON (changement de saison) TABLEAU CLINIQUE Nausées, vomissements, douleurs et crampes abdominales, diarrhée, fièvre légère, etc. EXCLUSION MODE DE TRANSMISSION Exclure jusqu à 24 heures après la fin des symptômes. Par contact (fécal-oral) : avec des selles contaminées (mains, objets contaminés) ou ingestion de nourriture ou d eau contaminées. PÉRIODE D INCUBATION Virale : de 24 à 48 heures Autres : variable selon l agent causal. PÉRIODE DE CONTAGIOSITÉ DIAGNOSTIC GROSSESSE (mère du cas) TRAITEMENT RECOMMANDATIONS Habituellement pendant la phase aiguë. Habituellement diagnostic clinique mais des cultures peuvent être disponibles et deviennent nécessaires dans un contexte d éclosion. Aucune particularité. Spécifique : parfois un antibiotique per os, si origine bactérienne avec atteinte de l état général. Lors d une éclosion de gastro-entérite, l infirmière du CSSS doit documenter la situation et aviser la DRSP qui s assurera qu il s agit bien d une gastro-entérite épidémique. Compléter le bilan d éclosion si la gastro-entérite est confirmée (voir formulaire sous l onglet «outils»). 19

23 HÉPATITE A MADO Virus de l hépatite A (VHA) TOUTE SAISON TABLEAU CLINIQUE EXCLUSION MODE DE TRANSMISSION Souvent asymptomatique : 70 % des enfants de moins de 6 ans sont asymptomatiques. Si symptomatique : début abrupt de fièvre, malaises généraux, céphalée, fatigue, arthralgie, anorexie, nausées, inconfort abdominal suivi après quelques jours de jaunisse, urine foncée ou selles pâles. La sévérité augmente avec l âge. Jusqu à 7 jours après le début de la jaunisse. Par contact (fécal-oral) : avec les selles d une personne infectée (mains mal lavées, objets, aliments) ou par des aliments contaminés par les selles. Peut aussi se transmettre lors de contacts sexuels ou usage de drogues avec partage de matériel d injection. PÉRIODE D INCUBATION De 15 à 50 jours, 28 jours en moyenne. PÉRIODE DE CONTAGIOSITÉ DIAGNOSTIC GROSSESSE (mère du cas) TRAITEMENT RECOMMANDATIONS De 14 jours avant le début des symptômes et jusqu à 7 jours après le début de l ictère ou 14 jours après le début des symptômes en absence d ictère. Diagnostic clinique et sérologique. Aucune particularité. Spécifique : aucun La DRSP doit valider le cas. Lorsque le cas est validé : intervention selon le protocole. 20

24 IMPETIGO NON MADO Staphylocoque doré ou Streptocoque ß-Hémol. Gr. A TOUTE SAISON TABLEAU CLINIQUE EXCLUSION MODE DE TRANSMISSION PÉRIODE D INCUBATION PÉRIODE DE CONTAGIOSITÉ DIAGNOSTIC GROSSESSE (mère du cas) TRAITEMENT Les lésions cutanées (purulentes et croûtées) peuvent être localisées et discrètes ou s étendre et couvrir une grande surface, le plus souvent au pourtour du nez et de la bouche mais peuvent aussi se retrouver ailleurs sur le corps. Occasionnellement, de la fièvre, des malaises, une céphalée ou de l anorexie. Aucune En général, l impétigo se transmet par contact direct avec des lésions cutanées. Les bactéries responsables peuvent également être transmises par des gouttelettes provenant du nasopharynx d une personne infectée ou par des objets contaminés. Variable, habituellement de 7 à 10 jours. Jusqu à la guérison des lésions ou jusqu à 24 heures après le début du traitement par antibiotique. Examen clinique, mais la culture du nez, de la gorge ou des écoulements purulents peut être faite au besoin. Pas de risque connu. Spécifique : Pour les infections localisées de la peau, antibiotique topique prescrit par le médecin. Antibiothérapie (par la bouche) est indiquée si l infection s étend de façon marquée. De support : Lavage des lésions avec de l eau et du savon antiseptique, compresses humides pour décroûter et soulager le prurit. Garder les ongles courts (vecteurs de transmission). RECOMMANDATIONS Lorsque l infirmière du CSSS a validé le cas auprès des parents : Recouvrir les lésions avec un pansement lorsque possible. Renforcer les mesures d hygiène. Niveau primaire : Envoyer une lettre d information aux parents des élèves du même groupe lorsqu il y a deux cas dans le même groupe dans un intervalle de dix jours. Niveau secondaire : Aucune intervention. 21

25 INFECTION À MÉNINGOCOQUE MADO Neisseria meningitidis HIVER/PRINTEMPS TABLEAU CLINIQUE EXCLUSION MODE DE TRANSMISSION PÉRIODE D INCUBATION PÉRIODE DE CONTAGIOSITÉ DIAGNOSTIC GROSSESSE (mère du cas) TRAITEMENT RECOMMANDATIONS Forte fièvre, maux de tête importants, raideur de la nuque, myalgies, nausée et vomissement. Certains cas présenteront une atteinte cutanée caractéristique soit des pétéchies, surtout aux extrémités et sur le thorax. Dans les cas fulminants, l infection progresse rapidement et le décès peut survenir dans les 12 à 24 heures. Jusqu à 24 heures après le début du traitement destiné à éliminer l état de porteur. Par contact : avec les sécrétions respiratoires d une personne porteuse ou malade (ex. : baiser profond) ou avec des objets contaminés. Par gouttelettes : avec de grosses gouttelettes projetées par une personne porteuse ou malade lorsqu elle parle, tousse ou éternue (moins d un mètre). 1 à 10 jours, en moyenne 4 jours. De 7 jours avant le début des symptômes et jusqu à 24 heures après le début du traitement. État de porteur chez 3 % à 25 % de la population. Clinique et identification de la bactérie dans le liquide céphalorachidien ou le sang. Pas de risque pour le fœtus. Spécifique : Antibiothérapie intraveineuse. La DRSP doit valider le cas. Lorsque le cas est validé : Intervention selon protocole et recommandation de la DRSP. 22

26 PHARYNGITE À STREPTOCOQUE ET SCARLATINE NON MADO Streptocoque Bêtahémolytique groupe A TOUTE SAISON TABLEAU CLINIQUE EXCLUSION MODE DE TRANSMISSION PÉRIODE D INCUBATION PÉRIODE DE CONTAGIOSITÉ DIAGNOSTIC GROSSESSE (mère du cas) TRAITEMENT RECOMMANDATIONS Fièvre élevée, mal de gorge, pharyngite ou amygdalite avec ou sans exsudats, atteinte de l état général, nausées, vomissements, langue framboisée, adénopathies cervicales et érythème fin atteignant le cou, le corps, l intérieur des cuisses et particulièrement les plis des aisselles, des coudes et des aines, blanchissant sous la pression et donnant au toucher une impression de papier sablé. L éruption diminue en une semaine. Il peut y avoir desquamation. La maladie ne confère pas d immunité. Aucune Par gouttelettes : Avec de grosses gouttelettes projetées par une personne porteuse ou malade lorsqu elle parle, tousse ou éternue (moins d un mètre). De 2 à 5 jours, rarement plus longue. Les cas secondaires apparaissent à l intérieur de 1 à 14 jours. La contagiosité commence 7 jours avant le début des symptômes. Si traité : dépasse rarement 24 heures après le début du traitement. Si non traité : habituellement 10 à 21 jours mais on peut devenir porteur pour une période variable. Examen clinique et détection de la bactérie par culture ou par un test rapide d identification du streptocoque dans la gorge. Pas de risque pour le fœtus. Spécifique : Antibiothérapie prescrite par le médecin. Renforcer les mesures d hygiène. Envoyer une lettre d information aux parents de tous les élèves du même groupe de niveau primaire. 23

27 MÉNINGITE VIRALE NON MADO (divers virus) ÉTÉ / AUTOMNE TABLEAU CLINIQUE EXCLUSION MODE DE TRANSMISSION PÉRIODE D INCUBATION PÉRIODE DE CONTAGIOSITÉ DIAGNOSTIC GROSSESSE (mère du cas) TRAITEMENT RECOMMANDATIONS Fièvre, maux de tête, nausées, raideur de la nuque, éruptions cutanées. Des symptômes respiratoires ou gastro-intestinaux peuvent être associés selon le virus impliqué. Aucune. Variable selon le virus impliqué (le plus souvent contact fécal-oral, possiblement respiratoire). De 3 à 6 jours selon le virus impliqué. Maximale 7 à 10 jours avant et jusqu à 7 à 10 jours après le début des symptômes. Le virus peut persister dans les selles jusqu à 1 à 2 mois après le début de la maladie. Examen clinique et analyse du liquide céphalo-rachidien et sérologie. Dépend du virus impliqué. La mère devrait consulter son médecin. Spécifique : Aucun Renforcer les mesures d hygiène. Envoyer une lettre d information aux parents de tous les élèves du même groupe de niveau primaire. 24

28 MONONUCLÉOSE INFECTIEUSE «La maladie du baiser» NON MADO Virus Epstein-Bar TOUTE SAISON TABLEAU CLINIQUE EXCLUSION MODE DE TRANSMISSION PÉRIODE D INCUBATION PÉRIODE DE CONTAGIOSITÉ DIAGNOSTIC GROSSESSE (mère du cas) TRAITEMENT RECOMMANDATIONS Fièvre, mal de gorge avec souvent des exsudats importants, adénopathies, atteinte du foie et de la rate, fatigue (peut persister pendant plusieurs semaines), perte d appétit, rougeurs sur le corps dans certains cas (surtout si traitement avec pénicilline). Parfois peu ou pas symptomatique. Aucune Par contact : avec la salive d une personne infectée ou avec des objets contaminés par la salive. Par transfusion sanguine (exceptionnellement). De 4 à 7 semaines. Peu contagieuse. L excrétion pharyngée peut persister 1 an et plus après une mononucléose infectieuse. De 10 % à 15% des adultes en bonne santé excrètent le virus dans leur salive. Tableau clinique, formule sanguine, monotest. Pas de risque connu. Spécifique : Aucun Renforcer les mesures d hygiène. Envoyer une lettre d information aux parents de tous les élèves du même groupe de niveau primaire. 25

29 OREILLONS MADO Paramyxovirus HIVER/PRINTEMPS TABLEAU CLINIQUE Souvent asymptomatique (30 %). Fièvre, malaises, anorexie, myalgies, céphalée, gonflement parotidien unilatéral ou bilatéral en 2 ou 3 jours; peut durer jusqu à 9 jours. Parfois, atteinte des glandes sublinguales ou sous-maxillaires (10 %). COMPLICATIONS EXCLUSION MODE DE TRANSMISSION PÉRIODE D INCUBATION PÉRIODE DE CONTAGIOSITÉ DIAGNOSTIC GROSSESSE (mère du cas) TRAITEMENT RECOMMANDATIONS Méningite (10 % à 30 % des cas) généralement sans séquelle. Après la puberté : orchite (jusqu à 50 % des cas), ovarite (5 % des cas). Stérilité rare. Jusqu à la disparition du gonflement (environ 9 jours). Si tous les contacts (enfants et personnel) sont immunisés, l enfant peut revenir dès que son état de santé le permet. Par contact : avec la salive d une personne infectée. Par gouttelettes : avec de grosses gouttelettes projetées par des personnes infectées lorsqu elles parlent, toussent ou éternuent (1 mètre). De 12 à 25 jours, en moyenne 16 à 18 jours. De 7 jours avant et jusqu à 9 jours après l apparition du gonflement. Contagiosité maximale de 48 heures avant et jusqu à 5 jours après le début du gonflement. Examen clinique et sérologie obligatoire. À différencier des parotidites causées par d autres virus. Risque d avortement spontané (27 %) au cours du premier trimestre. De soutien avec diète molle sans fruit citrin pendant la phase aigüe, car l acidité accentue la douleur parotidienne. Antipyrétiques, analgésiques au besoin. La DRSP doit valider le cas. Lorsque le cas est validé : selon les recommandations de la DRSP seulement. 26

30 PÉDICULOSE Poux de tête NON MADO Pediculus humanus capitis TOUTE SAISON TABLEAU CLINIQUE EXCLUSION MODE DE TRANSMISSION PÉRIODE D INCUBATION PÉRIODE DE CONTAGIOSITÉ GROSSESSE du cas) (mère Démangeaisons et excoriation du cuir chevelu, présence de lentes collées à la racine des cheveux, derrière les oreilles et à l occiput, parfois dans les sourcils, les cils ou les oreilles. Les poux sont occasionnellement visibles à l œil nu. Jusqu après la fin de la 1 ère application du traitement. Par contact direct : avec une personne infestée (tête à tête). Par contact indirect (semble jouer un rôle secondaire dans la transmission): avec les effets personnels d une personne infestée (brosses à cheveux, peignes, barrettes, chapeaux, etc.). Environ 10 jours. Les œufs (lentes) prendront entre 4 et 10 jours avant d éclore et les poux atteignent leur maturité après 2 semaines. Tant que les poux et les lentes demeurent vivants sur la personne infestée ou sur ses effets personnels contaminés. Note : les poux adultes peuvent vivre jusqu à 72 heures en dehors du corps humain et les lentes jusqu à 7 jours. Les jeunes poux doivent se nourrir dans les 24 heures après leur éclosion sinon ils meurent. Aucune, si ce n est des précautions pour le traitement. TRAITEMENT Produits recommandés (voir Annexe 1 sous l onglet «Pédiculose» : 1. en après shampoing : perméthrine (Nix MC, Kwellada-P MC ) 2. en shampoing : pyréthrine et butoxyle de pipéronyle (R&C MC, Pronto MC ) 3. en shampoing : Resultz MC RECOMMANDATION Se référer au «Protocole d intervention sur la pédiculose». 27

31 ROUGEOLE MADO Virus de la rougeole HIVER/PRINTEMPS TABLEAU CLINIQUE COMPLICATIONS EXCLUSION MODE DE TRANSMISSION PÉRIODE D INCUBATION PÉRIODE DE CONTAGIOSITÉ DIAGNOSTIC GROSSESSE (mère du cas) TRAITEMENT RECOMMANDATIONS Atteinte importante de l état général avec une forte fièvre, un écoulement nasal (rhinorrhée), de la toux, conjonctivite avec larmoiement excessif, photophobie et présence du signe de Koplik (lésion de la muqueuse buccale). Rougeurs qui débutent au visage et au cou pour ensuite s étendre au tronc et aux membres. Ces lésions maculo-papulaires ont une durée de 4 à 7 jours. Les complications sont plus fréquentes chez les nourrissons, les adultes, les femmes enceintes et les immunosupprimés. Les principales complications sont l otite moyenne, l infection pulmonaire, la diarrhée, l encéphalite et la pan-encéphalite subaiguë sclérosante. Exclusion jusqu à 4 jours après le début de l éruption. Pour les sujets non protégés (non vacciné ou n ayant pas fait la maladie) : exclusion jusqu à 14 jours après l apparition du dernier cas. Le virus se transmet très facilement par voie aérienne ou par contact direct avec les sécrétions nasopharyngées de la personne infectée. Comme ce virus peut survivre dans l air pendant quelques heures, les contacts directs ne sont pas essentiels à la transmission. On peut s infecter du seul fait de partager un même espace avec une personne malade en phase contagieuse. De 7 à 18 jours, moyenne 14 jours. La personne est contagieuse de 3 à 5 jours avant l apparition du rash et jusqu à 4 jours après l apparition des rougeurs. Tableau clinique. Sérologie obligatoire. Risque plus élevé d avortement spontané et de prématurité. Il faut consulter son médecin. Aucun traitement spécifique. Traitement symptomatique (acétaminophène). La DRSP doit valider le cas. Lorsqu un cas est validé : intervention selon protocole et recommandations de la DRSP. 28

32 RUBÉOLE MADO Virus de la rubéole HIVER/PRINTEMPS TABLEAU CLINIQUE Infection qui peut être asymptomatique pour 25 % à 50 % des cas. Les principaux symptômes sont la fièvre, l adénopathie généralisée, la conjonctivite, un coryza léger et parfois des arthralgies, de l arthrite et une encéphalite (rare). Éruption maculo-papulaire qui débute au visage puis sur le tronc et les membres. L éruption peut durer 3 ou 4 jours. COMPLICATIONS Encéphalite rare (1/5000). Hémorragie secondaire à une thrombocytopénie ou une vasculite (1/3000). EXCLUSION MODE DE TRANSMISSION Jusqu à 7 jours après l apparition de l éruption. Par contact direct avec les sécrétions rhinopharyngées infectées ou l inhalation de gouttelettes projetées par des personnes infectées lorsqu elles parlent, toussent ou éternuent à moins d un mètre de distance. La mère peut la transmettre par voie transplacentaire. Par contact avec les sécrétions corporelles d un enfant atteint de rubéole congénitale. PÉRIODE D INCUBATION PÉRIODE DE CONTAGIOSITÉ DIAGNOSTIC De 14 à 23 jours. Une moyenne de 16 à 18 jours en général. Rubéole postnatale : 7 jours avant et jusqu à 7 jours après l éruption. Rubéole congénitale : de 12 à 24 mois après la naissance. Sérologie obligatoire. GROSSESSE (mère du cas) La femme enceinte peut transmettre l infection à son bébé surtout durant les 20 premières semaines de la grossesse (15 % à 20 % de malformations congénitales). Risque d avortement spontané. Consultation médicale recommandée. TRAITEMENT RECOMMANDATIONS Aucun traitement spécifique, acétaminophène si fièvre. La DRSP doit valider le cas. Lorsqu un cas est validé : intervention selon protocole et recommandations de la DRSP. 29

33 SYNDROME PIEDS-MAINS-BOUCHE (Coxsackie) NON MADO Virus Coxsackie A 16 ÉTÉ/AUTOMNE TABLEAU CLINIQUE EXCLUSION MODE DE TRANSMISSION PÉRIODE D INCUBATION PÉRIODE DE CONTAGIOSITÉ Souvent asymptomatique. Maladie qui se caractérise par de petites vésicules surtout localisées aux faces dorsales et palmo-plantaires des mains et des pieds. On peut avoir des lésions maculo-papulaires au niveau des fesses. On peut aussi avoir des ulcérations au niveau de la bouche, de la fièvre, des malaises généraux, de l irritabilité, de l anorexie et de la diarrhée. La maladie dure en général moins de 10 jours. Aucune. Par contact direct avec les sécrétions nasopharyngées ou les selles de la personne infectée, ou par l inhalation de gouttelettes contaminées en présence d une personne qui tousse ou éternue, ou par contact indirect avec des objets contaminés par les sécrétions nasopharyngées ou les selles d une personne infectée. De 3 à 6 jours. Durant la phase aiguë de la maladie, le virus peut être excrété dans les selles pendant 8 à 12 semaines. DIAGNOSTIC GROSSESSE (mère du cas) TRAITEMENT RECOMMANDATIONS Par examen clinique. Risque de myocardite ou d encéphalite chez le nouveau-né si on trouve le virus dans le sang de la mère en fin de grossesse. Aucun traitement spécifique. Respect strict des mesures d hygiène en ce qui a trait aux selles et aux sécrétions nasopharyngées. 30

34 TEIGNE DU CUIR CHEVELU (Tinea capitis) NON MADO Champignons : Trichophyton tonsurans (90%), ou Microsporum. TOUTE SAISON TABLEAU CLINIQUE EXCLUSION MODE DE TRANSMISSION PÉRIODE D INCUBATION PÉRIODE DE CONTAGIOSITÉ DIAGNOSTIC Papules avec plaques squameuses ressemblant à des pellicules, perte de cheveux avec zones dénudées, pustules, parfois fièvre et adénopathies. Aucune. Par contact avec les lésions d un humain ou d un animal ou avec des objets contaminés et des poils d animaux. 2 à 14 jours. Tant que les lésions sont présentes. Examen clinique et microscopique. GROSSESSE (mère du cas) TRAITEMENT RECOMMANDATION Pas de risque connu. Antifongique oral. Lettre aux parents pour le primaire. * Pour les gens de race noire, il est recommandé de consulter un dermatologue car cette maladie passe souvent inaperçue. On confond souvent avec des pellicules. * 31

35 TEIGNE DU CORPS (Tinea corporis) NON MADO Champignons Trichophyton ou Microsporum ou Épidermophyton TOUTE SAISON TABLEAU CLINIQUE EXCLUSION MODE DE TRANSMISSION PÉRIODE D INCUBATION PÉRIODE DE CONTAGIOSITÉ DIAGNOSTIC GROSSESSE (mère du cas) TRAITEMENT RECOMMANDATION Lésions annulaires plates. Prurit fréquent. Aucune. Par contact avec les lésions d un humain ou d un animal ou avec des objets contaminés et des poils d animaux. 4 à 10 jours Tant que les lésions sont présentes. Examen clinique et microscopique. Pas de risque connu. Antifongique topique, parfois oral pour les cas réfractaires. Lettre aux parents pour le primaire. 32

36 VARICELLE NON MADO Varicella zoster HIVER/PRINTEMPS TABLEAU CLINIQUE EXCLUSION TRANSMISSION PÉRIODE D INCUBATION PÉRIODE DE CONTAGIOSITÉ DIAGNOSTIC GROSSESSE (mère du cas) Éruption maculopapulaire puis vésiculaire et croûteuse généralisée mais plus marquée sur le tronc. Démangeaison. Fièvre légère. Bon état général. Aucune. De personne à personne par contact avec les vésicules ou par voie aérienne via les secrétions respiratoires. De 10 à 21 jours, le plus souvent de 14 à 16 jours. Contagion importante 1 à 2 jours avant le début de l éruption et jusqu à 5 jours après ou jusqu à ce que toutes les lésions soient croûteuses. Tableau clinique. Risque de varicelle congénitale (malformations) : 2 % durant le premier trimestre. TRAITEMENT Traitement symptomatique. Pas d ASPIRINE MD (Syndrome de Reye). Acyclovir pour les nouveau-nés, les femmes enceintes et les personnes immunosupprimées. RECOMMANDATION Intervention milieu (lettre) : CSSS. 33

37 ONGLET «PÉDICULOSE»

38

39 P É D I C U L O S E SOURCES: 1. AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE LA MONTÉRÉGIE. Guide d intervention sur les maladies infectieuses en milieu scolaire, ASSS de la Montérégie, Direction de santé publique, Mai MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX. Prévention et contrôle des infections dans les services de garde à l enfance : guide d intervention, MSSS, Direction de la protection de la santé publique, Comité de prévention des infections dans les services de garde à l enfance du Québec, TABLE DE CONCERTATION NATIONALE EN MALADIES INFECTIEUSES. Pédiculose : outils d intervention. Recueil d outils pour le suivi de la pédiculose de tête dans les écoles, Groupe de travail ad hoc de la TCNMI, Juillet TABLE DE CONCERTATION NATIONALE EN MALADIES INFECTIEUSES. Protocole d intervention : une nouvelle approche en santé publique pour le contrôle de la pédiculose de tête dans les écoles et les services de garde à l enfance, Sous la direction de Julio Soto, TCNMI, Juillet

40 PÉDICULOSE TABLE DES MATIÈRES Rôles et responsabilités des différentes personnes concernées par la prévention de la pédiculose dans les écoles p. 40 Interventions à mettre en place à la rentrée p. 44 Rencontre des parents p. 45 Info-pédiculose (recto) + Auto-test Mythes ou réalités? (verso) p. 46 Arbres d aide à la décision Déclaration d un cas p. 48 Éclosion persistante p. 49 Cas particulier p. 50 Éclosion persistante Mesures d intervention tertiaires Cas persistant après 2 e avis p. 51 Intervalles minimaux et maximaux pour l envoi des lettres p. 52 Grille de surveillance : aperçu de la situation par groupe p. 53 Liste des interventions faites pour le groupe p. 54 Grille d évaluation du traitement à l intention de l infirmière. p. 55 Traitements Traitement avec Kwellada-P ou Nix p. 57 Traitement avec Pronto ou R & C p. 58 Traitement avec Resultz p. 59 Pédiculose - 1 er avis Consignes p. 60 Lettre aux parents (verso) p. 61 Éclosion de pédiculose Note à l enseignant(e) p. 62 Pédiculose 2 e avis Consignes p. 63 Lettres aux parents (recto) p

41 Questionnaire d évaluation de la pédiculose (verso) p. 65 Pédiculose 3 e avis Consignes p. 66 Lettre aux parents - Vérification de la tête des enfants p. 67 Persistance de pédiculose chez un enfant Consignes p. 68 Lettre aux parents p. 69 Chemises pour l infirmière p. 70 Chemises pour le secrétariat / École publique p. 71 Chemises pour le secrétariat / École privée p. 72 Affiche «Attention aux poux» (recto et verso) p. 73 Dépliant «Mieux vaut prévenir» p

42

43 Rôles et responsabilités des différentes personnes concernées par la prévention de la pédiculose dans les milieux scolaires. Rôles et responsabilités du parent ou du tuteur Prévention Prend connaissance des documents distribués par l école. Examine la tête de son enfant à toutes les semaines lors d une année scolaire et à tous les jours lors d éclosion. Signalement de la pédiculose Avise tous les milieux fréquentés (école, milieu de garde, amis, etc.) lorsque son enfant a des poux ou des lentes. Collabore avec la direction de l école à l application du protocole d intervention et remplit les formulaires demandés lorsque nécessaire. Traitement / mesures d éclosion Garde son enfant atteint de poux à la maison jusqu après la première application du traitement afin de réduire la contagiosité. Suit les recommandations de l infirmière du CSSS lors d infestation active ou lors d éclosion persistante. Est responsable du traitement de son enfant. Rôles et responsabilités de la direction de l école Prévention Fait connaître le protocole d intervention à tout le personnel de l établissement. Rend disponible le matériel nécessaire pour l application du protocole d intervention. Voit à la distribution aux parents et à tout le personnel de l établissement d un document d information sur la pédiculose au moment de la rentrée. 40

44 Signalement de la pédiculose Informe les parents, remet la documentation nécessaire si elle soupçonne qu un enfant est atteint de poux ou de lentes et recommande de consulter un professionnel de la santé au besoin. Avise l infirmière responsable du milieu. S assure que le personnel procède selon le protocole d intervention. Identifie dans le milieu une personne responsable de la notification des cas de pédiculose sur la grille de surveillance. Collabore avec les CSSS et la DRSP dans l application du protocole d intervention lors des interventions de dépistage, d information et de contrôle. Traitement /mesures de contrôle Informe dès que possible les parents, les élèves et le personnel des mesures de contrôle. S assure de la distribution aux parents des enfants de la lettre recommandée selon les étapes du protocole. Est responsable de l exclusion des enfants atteints de pédiculose. Collabore avec l infirmière du CSSS lors d éclosion. Avise les parents des enfants de moins de 14 ans avant de procéder à l examen des têtes. Rôles et responsabilités du personnel en milieu scolaire Prévention Sensibilise les enfants au mode de transmission des poux, aux symptômes qu ils provoquent ainsi qu aux mesures générales de contrôle à l aide des outils disponibles. Demeure vigilant à la possibilité d une éclosion de pédiculose. Signalement de la pédiculose Informe la direction de l école s il soupçonne qu un enfant est atteint de poux ou de lentes ou lorsqu un parent l avise que son enfant est porteur. Avise la direction de l école lorsqu il a lui-même des poux ou des lentes. 41

45 Traitement / mesures de contrôle Reste à la maison jusqu à la première application lorsqu il a lui-même des poux afin de réduire la contagiosité. Suit les recommandations de l infirmière du CSSS lors d infestation active ou lors d éclosion persistante. Rôles et responsabilités de l infirmière du CSSS Prévention Fait la promotion du protocole d intervention auprès de la direction de l école. Collabore avec la direction de l école afin d informer et de sensibiliser les parents, les enfants et le personnel à la problématique de la pédiculose particulièrement au moment de la rentrée. Agit comme personne-ressource en matière de prévention des maladies infectieuses selon les recommandations de la direction régionale de santé publique. Signalement de la pédiculose Apporte son soutien à la direction de l école dans l application des recommandations contenues dans le protocole d intervention. Prend connaissance d un signalement de pédiculose et s assure de la mise en application du processus de contrôle lors d éclosion ou d infestation active. Traitement / mesures lors d éclosion Suit les recommandations contenues dans le protocole d intervention. Collabore avec la direction de l école lors d éclosion ou d infestation active de pédiculose pour : Rencontrer les parents, les enfants et le personnel. Former le personnel requis à l examen des têtes au besoin : Superviser l examen des têtes dans l école. Recommander à la direction de l école l exclusion des enfants atteints de pédiculose. Contacte le pharmacien ou le médecin lorsqu il y a litige entre les recommandations de celui-ci et celles contenues dans le protocole d intervention. 42

46 Rôles et responsabilités de la DRSP Prévention Collabore aux campagnes médiatiques annuelles qui pourraient être organisées avec la Direction de la protection de la santé publique du ministère de la Santé et des Services sociaux, l Institut national de santé publique et d autres organisations ou associations publiques ou privées. Collabore au besoin à la promotion du protocole d intervention auprès des commissions scolaires, des CSSS, des médecins et des pharmaciens de son territoire. Fait le lien avec les services Info-Santé au regard de l information à la population. Fait le lien avec les médias lorsque nécessaire afin de sensibiliser et d informer la population à la problématique. Signalement de la pédiculose Est disponible aux professionnels de la santé pour soutien et conseil. Traitement / mesures lors d éclosion Collabore avec le CSSS à l évaluation et au choix de surveillance et de contrôle lors de situations particulières. Assure un soutien aux CSSS au besoin pour l application de ces mesures. Confidentialité Toute information concernant l état de santé d un enfant ou d un membre du personnel doit être traitée d une façon respectueuse et confidentielle. Il est nécessaire d informer la direction de l école de la présence d un cas de pédiculose afin de mettre en place des mesures de contrôle. L information permettant d identifier un enfant ou un membre du personnel infesté doit être limitée aux personnes impliquées dans le contrôle de la pédiculose dans l école. Les renseignements contenus dans le dossier de santé scolaire ne sont pas accessibles au personnel de l école, sauf si les parents l autorisent par écrit. 43

Mon enfant est malade!! Peut-il fréquenter le Centre de la Petite Enfance??

Mon enfant est malade!! Peut-il fréquenter le Centre de la Petite Enfance?? Centre de la Petite Enfance Baliballon Mon enfant est malade!! Peut-il fréquenter le Centre de la Petite Enfance?? La réponse dans les pages qui suivent En collaboration avec le CLSC-CHSLD «Comme la santé

Plus en détail

Politique. relative aux enfants malades et à l exclusion. Juin 2012. Nous aborderons les points suivants :

Politique. relative aux enfants malades et à l exclusion. Juin 2012. Nous aborderons les points suivants : Politique relative aux enfants malades et à l exclusion au Juin 2012 Nous aborderons les points suivants : 1. Procédure spécifique en cas de fièvre 2. Procédure spécifique en cas de diarrhée et/ou vomissements

Plus en détail

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L herpès est une infection systémique qui se manifeste surtout par des lésions muco-cutanées causées par le virus herpès simplex des types 1 et 2. Ne sera abordé

Plus en détail

gale - Brochure d information -

gale - Brochure d information - gale La - Brochure d information - Qu est-ce que la gale? La gale est une infection de la peau causée par un parasite. Celui-ci creuse un petit tunnel (sillon) dans la partie superficielle de la peau et

Plus en détail

Prévention des maladies

Prévention des maladies Prévention des maladies 410, rue Buller Woodstock (Ontario) N4S 4N2 Tél. : 519 539-9800 Téléc. : 519 539-6206 99, rue Edward St.Thomas (Ontario) N5P 1Y8 Tél. : 519 631-9900 Téléc. : 519 633-0468 50, rue

Plus en détail

Lignes directrices sur les maladies transmissibles et d autres problèmes de santé touchant les enfants

Lignes directrices sur les maladies transmissibles et d autres problèmes de santé touchant les enfants Lignes directrices sur les maladies transmissibles et d autres problèmes de santé touchant les enfants Bureau de santé de la région de Niagara Télécopieur : 905 682-6470 Téléphone : 905 688-8248 ou 1 888

Plus en détail

GALE INFORMATIONS GÉNÉRALES

GALE INFORMATIONS GÉNÉRALES GALE INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition La gale est une infection parasitaire de la peau causée par une mite : Sarcoptes scabie variété hominis. Ces parasites acariens ne sont pas des vecteurs d autres

Plus en détail

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT PAS SEULEMENT LES PATIENTS Monica Attinger Unité HPCI VD SSSH -16 mars 2013 /CHUV Rappel Infection : envahissement de l organisme par des germes capables de provoquer une maladie

Plus en détail

PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE

PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE MALADIES INFECTIEUSES PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition La pharyngo-amygdalite virale consiste en une angine (mal de gorge) causée par différents virus

Plus en détail

Complications Le Tinea capitis peut entraîner des plaques d alopécie permanente du cuir chevelu.

Complications Le Tinea capitis peut entraîner des plaques d alopécie permanente du cuir chevelu. TINEA CAPITIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition Le Tinea capitis est une infection mycotique (fongique) du cuir chevelu communément appelée teigne. Le champignon Trichophyton tonsurans en est la cause

Plus en détail

Maladies infectieuses - Coqueluche

Maladies infectieuses - Coqueluche Maladies infectieuses - Coqueluche Document d info La coqueluche 1 Introduction La coqueluche est une maladie aiguë et contagieuse des voies respiratoires provoquée par la bactérie Bordetella pertussis.

Plus en détail

1. Critères d exclusion généraux. 2. Réintégration de l enfant dans le groupe

1. Critères d exclusion généraux. 2. Réintégration de l enfant dans le groupe Ce guide a été conçu afin de mieux cerner les interventions à réaliser lorsqu un enfant est malade. Il nous permet d avoir un cadre à suivre précis qui soit le même pour tous les enfants, tout en favorisant

Plus en détail

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE Il faut rappeler que pour toute personne malade (par exemple présentant de la fièvre, vomissements ou diarrhée)

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE OC-P3

ORDONNANCE COLLECTIVE OC-P3 ORDONNANCE COLLECTIVE OC-P3 Titre : INITIER UN TRAITEMENT DE LA PÉDICULOSE AU CUIR CHEVELU Professionnels visés : Les pharmaciens offrant des soins et services pharmaceutiques dans une pharmacie communautaire

Plus en détail

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE Le Puy-en-Velay, le 22 Septembre 2006 Il faut rappeler que pour toute personne malade (par exemple présentant

Plus en détail

Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie

Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie LA VACCINATION POST-GREFFE DE CELLULES HÉMATO-POÏÉTIQUES Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie Pourquoi me faire vacciner suite à une greffe de cellules hématopoïétiques

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX ENFANTS MALADES ET À l EXCLUSION

POLITIQUE RELATIVE AUX ENFANTS MALADES ET À l EXCLUSION POLITIQUE RELATIVE AUX ENFANTS MALADES ET À l EXCLUSION 2008 TITRE CPE Les Petits Bonheurs Code : CA 115.8.2 Politique relative aux enfants malades et à l exclusion NATURE ET APPROBATION Date d approbation

Plus en détail

Durée de la maladie L influenza dure en général de deux à sept jours, mais la toux et la fatigue peuvent persister plus de deux semaines.

Durée de la maladie L influenza dure en général de deux à sept jours, mais la toux et la fatigue peuvent persister plus de deux semaines. INFLUENZA INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L influenza est une infection virale aiguë saisonnière très contagieuse, qui peut être prévenue annuellement par la vaccination. La maladie est causée par le

Plus en détail

LE VACCIN L HÉPATITE A LES EFFETS SECONDAIRES

LE VACCIN L HÉPATITE A LES EFFETS SECONDAIRES HÉPATITE A L HÉPATITE A L hépatite A est une infection du foie causée par un virus. Il s agit d une maladie sérieuse qui peut nécessiter une hospitalisation. Elle est plus grave chez les personnes plus

Plus en détail

CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS

CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS d après le Conseil Supérieur d Hygiène Publique de France 1/7 I - L application des mesures en collectivité joue un rôle

Plus en détail

5. FICHES DESCRIPTIVES SUR LES MALADIES INFECTIEUSES À L'INTENTION DES INFIRMIÈRES DU CSSS

5. FICHES DESCRIPTIVES SUR LES MALADIES INFECTIEUSES À L'INTENTION DES INFIRMIÈRES DU CSSS 5. FICHES DESCRIPTIVES SUR LES MALADIES INFECTIEUSES À L'INTENTION DES INFIRMIÈRES DU CSSS Cette section est un outil de consultation sur les maladies infectieuses à l'intention des infirmières du CSSS.

Plus en détail

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Mise à jour Janvier 2012 page 1 Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Cette politique a été conçue afin de mieux cerner les interventions

Plus en détail

LA GALE. Réunion du Réseau des HAD SSIAD IDE Libéraux. ARLIN Midi-Pyrénées CCLIN Sud-Ouest

LA GALE. Réunion du Réseau des HAD SSIAD IDE Libéraux. ARLIN Midi-Pyrénées CCLIN Sud-Ouest LA GALE Réunion du Réseau des HAD SSIAD IDE Libéraux ARLIN Midi-Pyrénées CCLIN Sud-Ouest Jeudi 11 juin 2015 LE SARCOPTE DE LA GALE Définition Parasite de l ordre des acariens qui vit dans l épiderme humain

Plus en détail

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Coqueluche Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Définition et mode de transmission La coqueluche est une infection bactérienne peu ou pas fébrile de l'arbre respiratoire

Plus en détail

INFORMATIONS POUR LES TRAVAILLEURS DE LA SANTÉ. Développé par la Direction de santé publique

INFORMATIONS POUR LES TRAVAILLEURS DE LA SANTÉ. Développé par la Direction de santé publique Juin 2008 EN MILIEU AMBULATOIRE INFORMATIONS POUR LES TRAVAILLEURS DE LA SANTÉ Développé par la Direction de santé publique Index Coqueluche 2 Érythème infectieux ou 5 e maladie 3 Hépatite A 4 Hépatite

Plus en détail

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Ce que vous devez savoir sur les vaccins antigrippaux offerts cette année L influenza, qu on appelle communément la grippe, est une infection respiratoire

Plus en détail

Oreillons à l école ou dans l entreprise: fiche d information

Oreillons à l école ou dans l entreprise: fiche d information Maladies infectieuses - Oreillons 1/8 Oreillons à l école ou dans l entreprise: fiche d information Certaines maladies infectieuses sont plus fréquentes à l âge d enfant qu à l âge adulte. C est pourquoi

Plus en détail

Explications des réponses

Explications des réponses Explications des réponses Explications des réponses Question 1 : Un vaccin, c est... (information adaptée de l ouvrage Avoir la piqûre pour la santé de votre enfant, 3e édition, page 10) La vaccination

Plus en détail

Quelles sont les maladies contre lesquelles mon enfant devrait recevoir une protection?

Quelles sont les maladies contre lesquelles mon enfant devrait recevoir une protection? Qu est-ce que l immunisation? L immunisation est un processus qui permet au corps de lutter contre les maladies causées par certains virus et bactéries. L un des moyens d être immunisé est de recevoir

Plus en détail

Le brossage des dents en service de garde Mesures d hygiène à prendre

Le brossage des dents en service de garde Mesures d hygiène à prendre Le brossage des dents en service de garde Mesures d hygiène à prendre Par Diane Lambert m.d. Comité de prévention des infections dans les services de garde à l enfance du Québec, Direction de la protection

Plus en détail

LES FEMMES ENCEINTES ET LA GRIPPE A(H1N1)

LES FEMMES ENCEINTES ET LA GRIPPE A(H1N1) LES FEMMES ENCEINTES ET LA GRIPPE A(H1N1) Ce que vous devez savoir Pour vous, pour la vie Qu est-ce que la grippe A(H1N1)? La grippe est une infection virale très contagieuse des voies respiratoires. Il

Plus en détail

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Politique adoptée par le conseil d administration du CPE les Globules le 4 juin 2013 Révisé et adopté par le CA le 22 mai 2014. Le centre de la petite

Plus en détail

La gale. Dr Nathalie Quiles Tsimaratos Hôpital saint joseph Marseille

La gale. Dr Nathalie Quiles Tsimaratos Hôpital saint joseph Marseille La gale Dr Nathalie Quiles Tsimaratos Hôpital saint joseph Marseille Ectoparasitoses Poux Gale Oxyures Gale Prurit diffus à recrudescence nocturne épargnant le visage souvent un caractère conjugal ou familial

Plus en détail

Module 7 - Edition 2006 - Item 94 page 1 Copyright CMIT ITEM N 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT LES OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition 2006 - Item 94 page 1 Copyright CMIT ITEM N 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT LES OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2006 - Item 94 page 1 ITEM N 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT LES OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer et distinguer une rougeole, une rubéole, un herpès, un mégalérythème épidémique,

Plus en détail

Tout enfant trop malade pour participer pleinement aux activités normales devrait être soigné à la maison.

Tout enfant trop malade pour participer pleinement aux activités normales devrait être soigné à la maison. Directives à l intention des écoles et des établissements de garde d enfants sur les maladies transmissibles et autres problèmes de santé chez les enfants Ces directives ont pour but d aider la direction

Plus en détail

CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE

CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE 1 INFORMATIONS SUR PANDEMIE GRIPPALE Une pandémie grippale frappe le monde depuis quelques semaines. Il s

Plus en détail

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre :

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre : LA VACCINATION, UNE BONNE PROTECTION En faisant vacciner votre enfant, vous lui offrez la meilleure protection contre certaines maladies graves. Comment agissent les vaccins? Les vaccins amènent nos cellules

Plus en détail

La grippe, comment l éviter?

La grippe, comment l éviter? La grippe, comment l éviter? Marine LARRIERE, étudiante en soins infirmiers IFSI Laxou Promotion 2014/2017 Février 2015 Sommaire Qu est-ce que la grippe? Epidémie saisonnière de 2015 Les virus de la grippe

Plus en détail

Varicelle. Cause : Épidémiologie :

Varicelle. Cause : Épidémiologie : Varicelle La varicelle classique sous sa forme de maladie infantile éruptive fréquente, en milieu tempéré, touche plus tardivement l'adulte en milieu tropical où elle est tout aussi caractérisée par sa

Plus en détail

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles GRIPPE SAISONNIERE Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles DR M.A. HUBSCHER Journée régionale EMS 22/11/2012 Le virus grippal Réputé fragile : sensible aux

Plus en détail

Centre de la petite enfance Trois Petits Points

Centre de la petite enfance Trois Petits Points POLITIQUE DE SANTÉ DE L INSTALLATION Centre de la petite enfance Trois Petits Points Ajournée le 5 mai 2015, adoptée le 14 mai 2015 Lors d une séance ordinaire du conseil d administration TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS

GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS 1. Qu est-ce que la grippe? 2. Comment se transmet la grippe? 3. Combien de temps une personne infectée est-elle contagieuse? 4. Quels sont les symptômes de la

Plus en détail

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Centre de la petite enfance Du Boisé Vimont

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Centre de la petite enfance Du Boisé Vimont Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Centre de la petite enfance Du Boisé Vimont Ce document a été conçu à partir de la politique des CPE suivants : CPE La Ritournelle, CPE La P tite

Plus en détail

SERVICES À LA PETITE ENFANCE DE ST-LAZARE POLITIQUE DE PRÉVENTION DES MALADIES. Adopté par le Conseil d administration de la

SERVICES À LA PETITE ENFANCE DE ST-LAZARE POLITIQUE DE PRÉVENTION DES MALADIES. Adopté par le Conseil d administration de la SERVICES À LA PETITE ENFANCE DE ST-LAZARE POLITIQUE DE PRÉVENTION DES MALADIES Adopté par le Conseil d administration de la Corporation Services à la Petite Enfance de St-Lazare Le 29 octobre 2012 2 Table

Plus en détail

Maladies de l enfant.

Maladies de l enfant. Maladies de l enfant. I. Rougeole : Virus Incubation : 8 à 12 jours Entre 2 et 10 ans, bébé rarement touché, non vacciné Prodromes : catarrhe occulo-naso-pharyngée (hypersécrétion des muqueuses telles

Plus en détail

La varicelle et le zona sont dus au même virus. La varicelle est le plus souvent bénigne et touche les enfants. Le zona peut se compliquer de

La varicelle et le zona sont dus au même virus. La varicelle est le plus souvent bénigne et touche les enfants. Le zona peut se compliquer de La varicelle et le zona sont dus au même virus. La varicelle est le plus souvent bénigne et touche les enfants. Le zona peut se compliquer de douleurs rebelles et sa fréquence augmente avec l âge après

Plus en détail

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion. 1. Critères d exclusion généraux

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion. 1. Critères d exclusion généraux Politique relative aux enfants malades et à l exclusion 1. Critères d exclusion généraux En tout temps, lorsqu un enfant est en mauvais état général et qu il ne peut suivre les activités du groupe, s il

Plus en détail

Ectoparasitoses cutanées : gale et pédiculose (79) Philippe Berbis Février 2006

Ectoparasitoses cutanées : gale et pédiculose (79) Philippe Berbis Février 2006 Ectoparasitoses cutanées : gale et pédiculose (79) Philippe Berbis Février 2006 1. Gale acarienne humaine 1.1. Généralités Due à un acarien, Sarcoptes scabiei, variété hominis Sarcoptes scabiei : parasite

Plus en détail

L HÉPATITE B L ABC DE. S informer, se protéger et protéger ses proches LES GESTES À FAIRE

L HÉPATITE B L ABC DE. S informer, se protéger et protéger ses proches LES GESTES À FAIRE L ABC DE L HÉPATITE B LES GESTES À FAIRE S informer, se protéger et protéger ses proches Direction de santé publique de Laval www.santepubliquelaval.qc.ca Je m informe QU EST-CE QUE L HÉPATITE B? 1 C est

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

L enfant avant tout. Rubéole : dépistage avant la grossesse

L enfant avant tout. Rubéole : dépistage avant la grossesse 30 L enfant avant tout Rubéole : dépistage avant la grossesse Dix pour cent des femmes en âge de procréer n ont pas les anticorps pour les protéger contre l infection rubéolique. Selon l équipe de la division

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LES POUX DE TÊTE

TOUT SAVOIR SUR LES POUX DE TÊTE TOUT SAVOIR SUR LES POUX DE TÊTE Les poux existent depuis toujours et ne sont pas près de disparaître. Heureusement, ils ne sont pas dangereux, mais ils sont dérangeants. Le saviez-vous? Les poux de tête

Plus en détail

Je fais vacciner mes enfants. Je demande à mes proches de. Je me fais vacciner contre l hépatite A. si le médecin me l a prescrit.

Je fais vacciner mes enfants. Je demande à mes proches de. Je me fais vacciner contre l hépatite A. si le médecin me l a prescrit. Pour plus d information, je contacte : Dr 1 Mon médecin : 2 Le service Info-Santé : 811 3 La Fondation canadienne du foie : www.liver.ca ou 514 876-4170 www.lavalensante.com MA LISTE D ACTIONS Je visite

Plus en détail

Le mycoplasme: un problème dans mon troupeau? David Francoz, DMV, MSc, ACVIM Faculté de médecine vétérinaire Saint-Hyacinthe CSTL - 9 décembre 2008

Le mycoplasme: un problème dans mon troupeau? David Francoz, DMV, MSc, ACVIM Faculté de médecine vétérinaire Saint-Hyacinthe CSTL - 9 décembre 2008 Le mycoplasme: un problème dans mon troupeau? David Francoz, DMV, MSc, ACVIM Faculté de médecine vétérinaire Saint-Hyacinthe CSTL - 9 décembre 2008 Le mycoplasme, qu est ce que c est? Une des plus petites

Plus en détail

ANNEXE XI. Immunosuppression. Liste des enfants immunosupprimés du milieu scolaire

ANNEXE XI. Immunosuppression. Liste des enfants immunosupprimés du milieu scolaire ANNEXE XI Immunosuppression Liste des enfants immunosupprimés du milieu scolaire Immunosuppresion 1 Définition «L immunosuppression est la réduction ou l abolition des réactions immunologiques d un organisme

Plus en détail

Les parasites externes du chien

Les parasites externes du chien Les parasites externes du chien La puce La puce, doit-elle être considérée comme un parasite normal du chien? Non, elle vit à ses dépends, les femelles prélevant du sang sur le chien pour se nourrir. La

Plus en détail

Collectivités de jeunes enfants et maladies

Collectivités de jeunes enfants et maladies Guide pratique Collectivités de jeunes enfants et maladies infectieuses 2009 Avant-propos Ce guide est le fruit d une collaboration entre le Ministère de la Santé, la Société Française de Pédiatrie et

Plus en détail

La prise en charge des infections

La prise en charge des infections La prise en charge des infections Les exigences de déclaration d une infection varient selon la région du Canada. Pour connaître les infections qu il faut déclarer dans votre province ou votre territoire,

Plus en détail

L enfant et la maladie

L enfant et la maladie L enfant et la maladie En service de garde Guide à l intention des responsables de garde en milieu familial et des parents utilisateurs de La trottinette carottée Mars 2009 Bureau coordonnateur La trottinette

Plus en détail

Lignes directrices sur les maladies transmissibles à l intention des écoles et des établissements de garde d enfants

Lignes directrices sur les maladies transmissibles à l intention des écoles et des établissements de garde d enfants Lignes directrices sur les maladies transmissibles à l intention des écoles et des établissements de garde d enfants BUREAU DE SANTÉ DE L EST DE L ONTARIO Ces lignes directrices ont été préparées afin

Plus en détail

Guide pratique. Collectivités. de jeunes enfants et maladies. infectieuses. Société Française de Pédiatrie

Guide pratique. Collectivités. de jeunes enfants et maladies. infectieuses. Société Française de Pédiatrie Guide pratique Collectivités de jeunes enfants et maladies infectieuses Société Française de Pédiatrie Avant-propos Ce guide est le fruit d une collaboration entre la Direction générale de la santé, la

Plus en détail

Version 2.0 : 17 décembre 2014

Version 2.0 : 17 décembre 2014 Gestion de la santé au travail : mesures à prendre pour le traitement des travailleurs de la santé qui ont eu des contacts ou des contacts étroits avec la maladie à virus Ebola (MVE) Version 2.0 : 17 décembre

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION DES INFECTIONS ET POLITIQUE DE RETRAIT DES ENFANTS MALADES

POLITIQUE DE PRÉVENTION DES INFECTIONS ET POLITIQUE DE RETRAIT DES ENFANTS MALADES POLITIQUE DE PRÉVENTION DES INFECTIONS ET POLITIQUE DE RETRAIT DES ENFANTS MALADES CENTRE DE LA PETITE ENFANCE LE PETIT RÉSEAU INC. 50 rue Sainte-Catherine Ouest, bureau 220 Montréal (Québec) H2X 3V4 Avril

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable.

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable. SAISON 2011/2012 Quels virus en 2011/2012 Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) Virus A (H3N2) Virus B Virus A (H1N1) est stable. Les 3 types de virus de la grippe Virus grippal Type A Type B Type C Espèces

Plus en détail

40 cas cliniques dermato : maladies de peau courantes

40 cas cliniques dermato : maladies de peau courantes Évaluez vous 40 cas cliniques dermato : maladies de peau courantes IFMT IFMT-MS-2006-dermatologie 1 1 Impetigo (pyoderma) Enfant Localisation IFMT-MS-2006-dermatologie 2 2 eczema atopique Enfant Localisation

Plus en détail

VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux

VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux 1 VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux DESCRIPTION Le Virus du Papilloma Humain (VPH) existe sous plus de 150 souches différentes. Seul une quarantaine est responsable des condylomes génitaux

Plus en détail

GUIDE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE

GUIDE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE GUIDE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE RETRAIT PRÉVENTIF DE LA TRAVAILLEUSE ENCEINTE La coqueluche COMITÉ MÉDICAL PROVINCIAL EN SANTÉ AU TRAVAIL DU QUÉBEC Adopté le 26 mars 1998 Guide de pratique élaboré à

Plus en détail

PEDICULOSES PARASITOSES. Hélène DALMAS

PEDICULOSES PARASITOSES. Hélène DALMAS PEDICULOSES PARASITOSES Hélène DALMAS Les pédiculoses (poux), la gâle sont dues à une infestation de l homme par des parasites. Ile se transmettent par contact avec une personne atteinte. Ils sont surtout

Plus en détail

RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE

RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE... 1 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE... 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE...

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

félins peuvent-ils être vaccinés?

félins peuvent-ils être vaccinés? Fiche technique n 6 Contre quelles maladies nos félins peuvent-ils être vaccinés? Les valences vaccinales* destinées aux chats sont regroupées en deux catégories : les valences dites «essentielles» conseillées

Plus en détail

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille N de Table : ISO2 PATHOLOGIES INFECTIEUSES & NOTIONS D INFECTIOLOGIE 1 ère Session M. MABON 18/06/2013 (Durée : 2h) Partie 1 : QCM (10 questions) sur 20 points Chaque question peut avoir une à 5 réponses

Plus en détail

Programme québécois d aide financière aux personnes infectées par le virus de l hépatite C

Programme québécois d aide financière aux personnes infectées par le virus de l hépatite C Programme québécois d aide financière aux personnes infectées par le virus de l hépatite C Mars 2004 Le gouvernement du Québec offre une aide financière aux personnes qui ont été infectées par le virus

Plus en détail

La gale DOSSIER. 2.1. Mesures préventives lors des soins à une personne atteinte

La gale DOSSIER. 2.1. Mesures préventives lors des soins à une personne atteinte Référence Référence : : Version : Date : La gale DOSSIER Sommaire : 1. Ce qu il faut savoir 1.1. Comment se manifeste la gale? 1.2. Comment se traiter? Traitement corporel Traitement du linge et autres

Plus en détail

Parents Note H1N1 : n o 3

Parents Note H1N1 : n o 3 École primaire Laurentia Parents Note H1N1 : n o 3 Destinataires : Tous les parents de L ÉCOLE PRIMAIRE LAURENTIA Date : Le 16 novembre 2009 Objet : Expéditrice : Transport des élèves vers les centres

Plus en détail

Les manifestations la grippe

Les manifestations la grippe Les manifestations la grippe Les manifestations de la grippe sont assez caractéristiques: Un début souvent brutal Le début de la grippe est le plus souvent brutal, apparaissent ainsi: Courbatures, Douleurs

Plus en détail

La Gale. Dr N. Contet-Audonneau. 26/09/2010 Dr N Contet-Audonneau Cours IST

La Gale. Dr N. Contet-Audonneau. 26/09/2010 Dr N Contet-Audonneau Cours IST La Gale Dr N. Contet-Audonneau 1 Définition Dermatose contagieuse due à un acarien Sarcoptes scabiei variété hominis Fréquente Cosmopolite Prurigineuse 2 La gale 300 millions de personnes/an dans le monde

Plus en détail

Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose

Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose Fiche technique n 17 2 ème édition Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose La toxoplasmose est causée par un parasite qui se multiplie dans l intestin des félidés et dans de nombreuses cellules

Plus en détail

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR Vaccin bivalent contre l hépatite A et l hépatite B Le présent dépliant constitue la troisième et dernière partie de la «monographie de produit» publiée

Plus en détail

Ces éruptions de l enfant que l on rencontre aussi chez l adulte

Ces éruptions de l enfant que l on rencontre aussi chez l adulte 12 èmes Rendez-Vous de l Urgence Jeudi 26 novembre 2009 Ces éruptions de l enfant que l on rencontre aussi chez l adulte ou La guerre des boutons Dr Laurent CROCE Praticien Contractuel Urgences Médicales

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

gratuite de vaccination Programmes en 4 e année du primaire Contre l hépatite B pour les garçons et les filles

gratuite de vaccination Programmes en 4 e année du primaire Contre l hépatite B pour les garçons et les filles «Programmes de vaccination gratuite en 4 e année du primaire» Contre l hépatite B pour les garçons et les filles (incluant une protection contre l hépatite A ) Contre le virus du papillome humain (VPH)

Plus en détail

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE Prévention de la coqueluche Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE La coqueluche : question d actualité? Epidémiologie Nouvelles recommandations vaccinales et leur application Rôle des professionnels

Plus en détail

DIPHTÉRIE - TÉTANOS - POLIOMYÉLITE* Vacci mains

DIPHTÉRIE - TÉTANOS - POLIOMYÉLITE* Vacci mains DIPHTÉRIE - TÉTANOS - POLIOMYÉLITE* Vacci mains Se faire vacciner, se laver les mains : 2 gestes essentiels pour lutter contre les maladies infectieuses. C est décidé, je vais sauver le monde!...commence

Plus en détail

La grippe en 2011 : questions et réponses

La grippe en 2011 : questions et réponses La grippe en 2011 : questions et réponses 1. Pourquoi vacciner contre la grippe? La vaccination est la seule manière de se protéger contre la grippe, et surtout contre ses complications. La grippe est

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant)

Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant) Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant) 3 mai 2009, 15 h HNE Sur cette page : Que dois-je faire si je contracte ce nouveau virus et que

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX ENFANTS MALADES ET À L EXCLUSION

POLITIQUE RELATIVE AUX ENFANTS MALADES ET À L EXCLUSION CPE LE PETIT TRAIN POLITIQUE RELATIVE AUX ENFANTS MALADES ET À L EXCLUSION Sylvie Guay 12/03/2009 Révision 2013 CPE Le Petit Train inc. Politique relative aux enfants malades et à l exclusion NATURE ET

Plus en détail

Au troisième mois, vous avez pris conscience de votre grossesse et votre corps la vit plus sereinement.

Au troisième mois, vous avez pris conscience de votre grossesse et votre corps la vit plus sereinement. Le troisième mois Voir aussi : La déclaration de grossesse Le choix de la maternité Échographie : Video d un coeur à 14 SA Votre corps Au troisième mois, vous avez pris conscience de votre grossesse et

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Traitement d urgence lors d une réaction anaphylactique secondaire à l administration d une substance par voie parentérale. NUMÉRO : 1.14 DATE : Novembre 2005 RÉVISÉE

Plus en détail

La vaccination chez l enfant

La vaccination chez l enfant Conseil santé La vaccination chez l enfant www.omnimut.be La vaccination chez l enfant La vaccination chez l enfant Nous ne les voyons pas, mais ils sont bien là! De nombreux virus et bactéries peuvent

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE N 2 HERPES ET GROSSESSE ASSOCIATION HERPES. Agissons contre l herpès

GUIDE PRATIQUE N 2 HERPES ET GROSSESSE ASSOCIATION HERPES. Agissons contre l herpès GUIDE PRATIQUE N 2 HERPES ET GROSSESSE ASSOCIATION HERPES Agissons contre l herpès L herpès est une m En France, on estime qu'environ 10 millions de personnes sont porteuses du virus de l'herpès à des

Plus en détail

Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline / oxacilline (SARM / SARO)

Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline / oxacilline (SARM / SARO) Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline / oxacilline (SARM / SARO) Traitement de décolonisation pour les porteurs On vous a informé que vous étiez colonisé par le Staphylococcus aureus résistant

Plus en détail

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires A) GENERALITES SUR LA NOUVELLE GRIPPE A (H1N1) v. Qu est-ce que la nouvelle grippe A (H1N1) v? La nouvelle grippe A(H1N1) est une infection

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA DIARRHÉE DU VOYAGEUR

TRAITEMENT DE LA DIARRHÉE DU VOYAGEUR ORDONNANCE COLLECTIVE Nº 02 TRAITEMENT DE LA DIARRHÉE DU VOYAGEUR en vigueur à la clinique Priva Santé La révision du contenu de la présente ordonnance est sous la responsabilité de : Dominique Landry

Plus en détail

Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous?

Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous? Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous? Vous refusez à cause des effets secondaires Explications : En

Plus en détail

Informer. http://www.grippe-aviaire.gouv.fr/img/pdf/plan_pg_2009.pdf

Informer. http://www.grippe-aviaire.gouv.fr/img/pdf/plan_pg_2009.pdf Nouveau virus de grippe QUESTIONS / REPONSES 5 mai 2009 Fiche 5 Pour les réponses aux questions générales concernant la nature du virus ou les connaissances médicales et épidémiologiques disponibles, nous

Plus en détail

TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES

TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition La tuberculose est une maladie contagieuse causée par le Mycobacterium tuberculosis aussi appelé bacille de Koch. Au moment de l inhalation du bacille

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail