LIVRE DES RÉSUMÉS. ZOOM PAYS INVITÉ : L ALGÉRIE. Avec le soutien institutionnel de :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LIVRE DES RÉSUMÉS. www.jfhod.com ZOOM PAYS INVITÉ : L ALGÉRIE. Avec le soutien institutionnel de :"

Transcription

1 Société Nationale Française de Gastro-Entérologie PAYS INVITÉ : L ALGÉRIE ZOOM LA GÉNÉTIQUE Avec le soutien institutionnel de : LIVRE DES RÉSUMÉS JFHOD Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie & d Oncologie Digestive

2

3 Sommaire Résumés du Jeudi 19 mars Communications orales (CO.01 à CO.24) Page 3 Communications plénières (CO.25 à CO.29) Page 18 Communications orales (CO.30 à CO.54) Page 22 Posters (P.01 à P.96) Page 36 Résumés du VENDREdi 20 mars Communications orales (CO.55 à CO.79) Page 88 Communications plénières (CO.80 à CO.83) Page 102 Communications orales (CO.84 à CO.113) Page 105 Posters (P.97 à P.229) Page 122 Résumés du SAMEdi 21 mars Communications plénières (CO.114 à CO.117) Page 192 Posters (P.230 à P.345) Page 195 Résumés du DIMANCHE 22 mars Communications plénières (CO.118 à CO.124) Page 257 Vidéo session (V.01 à V.07) Page 263 Posters (P.346 à P.426) Page 266 INDEX DES AUTEURS Page 312 sommaire JFHOD2015

4 JFHOD2015 / JEUDI 19 MARS JFHOD2015 JEUDI 19 MARS

5 CO.01 Mucosectomie et radiofréquence dans le traitement de l EBO en dysplasie de haut grade M. Robert (1), S. Godat (1), F. Caillol (1), A. Autret (1), E. Bories (1), C. Pesenti (1), J.-P. Ratone (1), F. Poizat (1), M. Giovannini (1) (1) Marseille. Introduction : Le traitement endoscopique de première intention des tumeurs superficielles de l œsophage est la résection endoscopique (RE). Les techniques de thermo-ablation (RFA) se sont associées à la RE. Nous avons voulu analyser l efficacité de la RFA associée à la RE chez les patients ayant de la dysplasie de haut grade (DHG) sur endobrachyœsophage (EBO). Patients et Méthodes : De septembre 2007 à décembre 2013, 146 patients ont eu une RE pour EBO en dysplasie. 89 patients avaient de la DHG ou adénocarcinome (ADK) sur les biopsies ou la pièce opératoire. Ces 89 patients ont été divisés en 2 groupes. Le 1ergroupe comportait les patients ayant été traités par RE seule. Le 2e groupe les patients traités par RE+ RFA. Les données ont été recueillies rétrospectivement au moyen du logiciel de cotation du service d endoscopie puis au moyen du dossier patient informatisé. Le but de l étude était d évaluer l efficacité du traitement dans chaque groupe et ainsi l apport de la RFA dans la prise en charge de la DHG sur EBO. Résultats : 55 patients ont été inclus ds le groupe 1 (48 hommes, moyenne d âge de 67,82 ans). 53 patients avaient de la DHG sur l histologie pré-opératoire dont 30 confirmées après résection. 16 pièces opératoires montraient uniquement de la dysplasie de bas grade (DBG) et 7 un EBO simple. 2 patients avaient de la DHG sur la pièce de résection et de la DBG sur les biopsies préopératoires. Avec 1.80 sessions de RE en moyenne, l éradication de la DHG, de la DBG et de l EBO était respectivement de 100% (32/32), 93,75% (15/16), 16,4% (9/55). La longueur de l EBO réséqué était de C2,71 M4,51 en moyenne. La récidive en DHG était de 9,09% dans un délai moyen de 22,2 mois. 34 patients ont été inclus ds le groupe 2 (31 hommes, moy d age = 67,26 ans). 32 patients avaient de la DHG sur les biopsies. 25 résections ont confirmé la DHG, 5 patients avaient de la DBG, 1 un EBO sans dysplasie, 1 une muqueuse normale sur la pièce de RE. 2 patients avaient donc de la DHG sur la pièce de résection et de l EBO sans DHG sur les biopsies préopératoires. Avec 1.97 sessions de RE et 1,62 sessions de RFA en moyenne, l éradication de la DHG, de la DBG et de l EBO était respectivement de 92,59% (25/27), 100% (5/5), 58,82% (20/34). La longueur de l EBO réséquée était de C4,45 M6,61 en moyenne. La récidive en DHG était de 14,71 % dans un délai moyen de 18,20 mois. Les récidives de la DBG ou la DHG n était pas significativement différentes entre les 2 groupes. (respectivement p = 0,1393 et p = 0,4151) La longueur de l EBO traitée était significativement supérieure dans le groupe RFA aussi bien en ce qui concerne la circonférence (p = 0.015) que la hauteur maximale (p<0.001) des languettes traitées.dans le groupe 1, 1.8% (1/55) des patients ont présenté une perforation traitée endoscopiquement, 14.5% (8/55) des patients ont présenté une sténose œsophagienne nécessitant une reprise endoscopique dans 100% des cas pour dilatation avec pose de prothèse chez 2 patients. Dans le groupe 2, aucune complication per-opératoire n est survenue. 1 patient a présenté de manière précoce une hématémèse avec déglobulisation prise en charge endoscopiquement. 1 patient a présenté une hémorragie intrapéritonéale sans perforation. 17.6% (6/34) des patients ont présenté une sténose prise en charge par dilatation dans 100% des cas. Aucun décès n est survenu pendant la durée de l étude. Conclusion : L association RE et RFA permet de traiter des EBO significativement plus long dans notre expérience avec des résultats sur l éradication équivalent. La récidive à long terme n a pas été étudiée. 3 CO.02 Suivi à long terme de la résection endoscopique de la dysplasie de haut grade/adénocarcinome superficiel sur endobrachyœsophage F. Caillol (1), E. Bories (1), A. Autret (1), C. Pesenti (1), F. Poizat (1), C. Loeve (1), J.-P. Ratone (1), J. Guiramand (1), J.-R. Delpero (1), M. Giovannini (1) (1) Marseille. Introduction : La résection endoscopique (RE) est considéré comme le traitement de première intention des lésions en dysplasie de haut grade (DHG) ou adénocarcinome superficiel (ADKs) développé sur endobrachyœsophage (EBO). Peu de données existent encore sur le suivi à long terme. Le but de cette étude rétrospective était d évaluer la récidive et la survie à long terme des patients avec une RE carcinologiquement curative et de déterminer les éventuels facteurs de récidive. Patients et Méthodes : De mars 2000 à juillet 2010 les RE œsophagiennes étaient notées manuellement et retranscrites sous la forme d une base de données. Les patients ayant eu une résection carcinologiquement satisfaisante avec de la DHG/ADKs sur les biopsies ou la pièce de résection ont été inclus. Une analyse rétrospective a ensuite été réalisée sur la base du dossier patient informatisé. Une mise à jour de ces dossiers a été faite en Les perdus de vues ont été exclus. Le début du suivi était déterminé par la dernière endoscopie thérapeutique. Le suivi pouvait être assuré dans notre centre ou par les gastroentérologues des patients. La fin du suivi était soit la date de récidive, soit en l absence de récidive, le décès ou la date du dernier contrôle par FOGD. Une récidive était définie par l apparition histologique de DHG/ADK. Résultats : 64 patients comportant de la DHG/ADKs sur les biopsies ou sur la pièce opératoire ont eu une RE ; 4 patients ont été perdus de vue. Au total 60 patients (53 hommes, âge moyen = 65 ans) ont été inclus dans l étude. La RE était par définition considéré comme carcinologiquement thérapeutique avec éradication complète de la DHG/ADKs. L éradication des résidus d EBO n a pas été systématique et donc l EBO périphérique na pas été éradiqué chez tous les patients. L éradication de l EBO était complète pour 29 patients (48%). 19% de complications immédiates toutes traitées endoscopiquement. Le taux de sténose était de 6%. Suivi : Le suivi moyen était de 70,5 mois en l absence de récidive ou de décès. La survie à 60 mois était de 91%. Un patient est décédé en rapport avec sa récidive. Le risque cumulé de récidive à 36 mois est de 19% et reste stable jusqu à 60 mois de suivi. L éradication complète de l EBO périphérique était un facteur de non récidive (p = 0,019). L histologie pré ou post RE n influençait pas la récidive. Conclusion : Le suivi à long terme du traitement par RE de la DHG/ADKs sur EBO est satisfaisant. Un traitement complet de l EBO périphérique lors de la prise en charge est un critère de non récidive. Un suivi attentif doit être effectué jusqu à 36 mois. JFHOD2015 / JEUDI 19 MARS COMMUNICATIONS ORALES

6 JFHOD2015 / JEUDI 19 MARS COMMUNICATIONS ORALES CO.03 Dissection endoscopique sous-muqueuse pour les adénocarcinomes superficiels compliquant l œsophage de Barrett : résultats d un centre tertiaire européen J.-B. Chevaux (1), H. Piessevaux (1), A. Jouret-Mourin (1), R. Yeung (1), E. Danse (1), P. Deprez (1) (1) Bruxelles, BELGIQUE. Introduction : La place de la dissection sous muqueuse (ESD) dans la dysplasie compliquant l œsophage de Barrett (OB) n est pas encore définie bien que cette technique permettrait l obtention d un meilleur taux de résection curative et d une meilleure évaluation histologique comparés à la résection par mucosectomie (EMR). Le but de notre étude était d évaluer l efficacité, la sécurité et les résultats à long terme de l ESD dans l OB. Patients et Méthodes : Les dossiers de soixante quinze patients consécutifs ayant bénéficié d une ESD entre janvier 2007 et février 2014 dans notre institution ont été analysés rétrospectivement. Les indications d ESD comprenaient les lésions visibles ou multiples, de plus de 15 mm et/ou avec un soulèvement partiel et/ou une suspicion d infiltration sous muqueuse. L objectif principal correspondait au taux de résection curative (R0). Résultats : L âge médian des patients était de 68 ans (Interquartile Range [IQR], 61-76). Le suivi médian était de 20 mois (IQR, 8,5-37,5) et le diamètre maximal du spécimen était de 52,2 mm (IQR, 43-71). Les taux de résection en bloc et curative (R0) étaient de 90% et 85%, respectivement. Une différentiation G3 et une invasion > pt1m2 étaient observés chez 25% et 55% des cas respectivement. Cinq complications précoces (<48H) (deux saignements différés, trois perforations) ont été observées et traitées endoscopiquement. Aucun décès lié à la procédure n a été rapporté. Une sténose œsophagienne survenait chez 60% des patients et était traitée endoscopiquement dans tous les cas. Un traitement endoscopique complémentaire de l OB résiduel était proposé à 64% des patients, avec un nombre médian de 2 sessions (IQR, 2-3). A la date des dernières nouvelles, une résection complète de la néoplasie et de la métaplasie intestinale étaient obtenues dans respectivement 92% et 73% des cas. Conclusion : L ESD dans l OB apparaît sure et efficace avec un haut taux de résection curative R0. En cas de risque de résection incomplète et de mauvaise évaluation histologique par EMR conventionnelle, cette technique devrait être privilégiée. CO.04 ESD optimisée couplant injection haute pression pulsée et solutions macromoléculaires visqueuses : à propos des 45 premiers cas humains dans 4 centres experts français et belge M. Pioche (1), V. Lépilliez (1), P. Deprez (2), M. Giovannini (3), F. Caillol (3), H. Piessevaux (2), J. Rivory (1), O. Guillaud (1), M. Ciocirlan (4), V. Hervieu (1), C. Lafon (1), J.-C. Saurin (1), T. Ponchon (1) (1) Lyon; (2) Bruxelles, BELGIQUE; (3) Marseille; (4) Bucarest, ROUMANIE. Introduction : L ESD a connu deux optimisations majeures depuis les premiers cas avec les solutions visqueuses macromoléculaires qui améliorent le soulèvement et les cathéters bi-fonction couplés à des systèmes d injection haute pression qui permettent de travailler avec un seul outil. Il n était jusqu alors pas possible techniquement de les associer. Le système Nestis Enki II autorise ceci et a montré ses bénéfices par rapport à la méthode classique dans deux précédentes études animales.nous rapportons les 45 premiers cas d ESD réalisées sur ce principe à Lyon, Marseille et Louvain dans 4 centres experts. Patients et Méthodes : Il s agit d une étude rétrospective multicentrique regroupant tous les 45 cas consécutifs réalisés entre janvier 2013 et 2014 dans 4 centres par 6 endoscopistes. La nature histologique des lésions, les caractéristiques de la procédure (temps, complications), la qualité de résection, le suivi et les problèmes techniques étaient collectés à partir d une fiche de bloc remplie prospectivement. Le suivi était ensuite collecté rétrospectivement. Résultats : Les 45 procédures se sont révélées en bloc avec 91.1% de résections complètes R0 et 88.9% de résections curatives. Les lésions étaient 22 LST rectales, 11 lésions gastriques, 10 lésions œsophagiennes (3 épidermoïdes, 7 Barrett), 1 lésion du colon droit et 1 lésion duodénale. Les solutions injectées par le water jet haute pression étaient l hydroxyéthylstarch (Voluven) dans 25 cas, le mélange de glycérol dans 14 cas, le carboxymethylcellulose dans 5 cas et le lactate de sodium dans 1 cas (Geloplasma). L injection était de bonne qualité y compris en rétroflexion maximale. 6 obstructions sont survenues (3 voluven, 3 glycérol) en cours d intervention après 58 minutes en moyenne, toujours dans un contexte de saignement. 2 patients ont présenté une bulle autour du rectum sans symptômes associés et traités conservativement et 2 hémorragies retardées sont survenues dont une nécessitant un traitement endoscopique. Le suivi est pour l instant disponible chez 32 malades sans aucune récidive pour un suivi moyen de 3.8 mois avec 2 patients opérés secondairement. 1 malade traité par ESD ciromférentielle a présenté une sténose traitée par 2 séances de dilatation. Conclusion : Le système Nestis permet de coupler l injection haute pression pulsée aux solutions macromoléculaires de manière efficace et sûre. Deux cas réalisés dans le colon droit et le duodénum ont mis en lumière la sécurité et le confort de l injection haute pression dans les situations difficiles. Quelques obstructions du cathéter sont survenues en contexte hémorragique mettant en lumière la nécessité d injecter fréquemment pour rendre la procédure plus sure mais aussi pour nettoyer l orifice du canal d injection. Un essai multicentrique prospectif va démarrer prochainement pour confirmer ces données dans le colon à grande échelle. 4

7 CO.05 Prévention des sténoses œsophagiennes cicatricielles après dissection sousmuqueuse étendue, par greffe de double feuillet de cellules souches mésenchymateuses chez le porc G. Perrod (1), G. Rahmi (1), L. Pidial (1), S. Camilleri (1), A. Bellucci (1), T. Viel (1), B. Tavitian (1), C. Cellier (1), O. Clément (1) (1) Paris. Introduction : La dissection sous muqueuse (DSM) des néoplasies superficielles étendues de l œsophage est responsable de sténose cicatricielle. Le but de cette étude est d évaluer l impact de la greffe de cellules souches mésenchymateuses allogéniques (CSM) organisées en doubles feuillet comme traitement préventif de la survenue de ces sténoses chez le porc. Matériels et Méthodes : Réalisation d une étude prospective comparative de janvier à août 2014 chez 12 porcs charcutiers femelles agées de 6 mois. A J0, tous les animaux étaient traités par DSM hémi-circonférentielle sur 5 cm de hauteur. Le groupe CSM (n = 6) recevait une greffe de 4 doubles feuillets de CSM et était comparé à un groupe témoin (n = 6). Les doubles feuillets étaient appliqués directement au sein de la cicatrice. Les CSM étaient marquées au PKH67 dont l objectif était de suivre l implantation cellulaire par vidéomicroscopie confocale fibrée (VCF). A J3, J14 et J28, une évaluation endoscopique (avec VCF) et TOGD était réalisée. A J28, les animaux étaient sacrifiés pour analyse histologique. Résultats : Un animal du groupe témoin a été exclu et sacrifié (complication anesthésique). Les animaux du groupe CSM avaient moins souvent de régurgitation (17% vs. 80% ; p = 0.08) et un poids plus important à J28. En VCF, 4 animaux du groupe CSM sur 6 ont exprimé à J3 un signal compatible avec une greffe de feuillets cellulaires. Ce signal n était pas retrouvé au cours du suivi (J14 et J28). Dans le groupe CSM, 17 % (1/6) des animaux ont développés une sténose serrée (non franchissable par le gastroscope) contre 100% (5/5) dans le groupe témoin. L évaluation par TOGD montrait une diminution moins importante du diamètre œsophagien pour le groupe CSM à J14 (47%vs. 76% ; p = 0,017) et à J28 (49% vs. 78% ; p = 0,035). L analyse histologique montrait une fibrose cicatricielle diminuée pour le groupe CSM, en terme de surface (9,7 vs. 26,1 mm² ; p = 0,017) et d épaisseur maximale (1,6 vs. 3,2 mm ; p = 0,052). Conclusion : La greffe de CSM permet une réduction significative du taux de sténose œsophagienne cicatricielle après DSM étendue. Cette étude doit être confirmée et complétée pour permettre une meilleure compréhension des mécanismes cicatriciels impliqués par la greffe cellulaire. Remerciements, financements, autres : Nous remerçions la Fondation de l Avenir et l UMR Inserm U970 pour leur soutien institutionel et financier ayant permis de mener à bien cette étude. CO.06 L application endoscopique du macroclip OTSC pour les hémorragies digestives sévères chez les patients anticoagulés. Une étude rétrospective bicentrique sur les 5 dernières années E. Wedi (1), A. Sportes (1), J. Hochberger (1) (1) Strasbourg. Introduction : Le clip OTSC (OVESCO, Allemagne) est un nouvel outil endoscopique récemment utilisé pour le traitement des hémorragies digestives, des fistules et lors de procédures expérimentales de type NOTES. Nous avons réalisé une étude rétrospective de février 2009 à mars 2014 chez les patients hospitalisés pour une hémorragie digestive traitée par la mise en place d un clip OTSC. Matériels et Méthodes : Sur une période de 5 ans, 55 patients ont été admis pour une hémorragie digestive sévère sous anticoagulation (hémoglobine < 7 g/ dl à l admission ou endoscopie réalisée en urgence pour les patients déjà hospitalisés) [médiane : 73 ans (29 à 97) 17 H, 38 F, ASA 2-4]. Un total de 56 clips OTSC ont été placés (54 de type T 12/6 17,5 mm de diamètre extérieur et 2 de type T, 14/6 21 mm de diamètre extérieur). Résultats : Dans 48/55 cas (87,2 %) l hémorragie digestive était liée à un ulcère gastro-duodénal. Le saignement était dû à une origine tumorale dans deux cas (1 adénocarcinome gastrique et 1 lymphome gastrique), à une hémorragique post-polypectomie dans deux cas, à un syndrome de Mallory Weiss dans un cas, à un ulcère hémorragique d une anastomose gastro-jéjunale dans un cas, et dans les suites d une dilatation au ballonnet pour achalasie provoquant une lacération profonde de la paroi musculaire chez le dernier patient. Chez 46/55 (83,6 %) patients, le traitement par l OTSC a été efficace, sans récidive. Chez 18/55 (32,7 %) patients, le clip OSTC a été posé en raison de l échec d une autre technique d hémostase (hemoclips standards, injection ou embolisation radiologique). Sur les 55 patients, 44 (80 %) étaient anticoagulés : 9/55 (16,4 %) par de la warfarine, 24/55 (43,6 %) par de l aspirine, 10/55 (18,2 %) par le l héparine/énoxaparine et 1 (1,8 %) avec une combinaison d aspirine et de clopidogrel. Chez 7/55 (12,7 %) patients un traitement chirurgical a été nécessaire en raison d une hémostase insuffisante. 4 de ces 7 patients ont décédé au cours de l hospitalisation. Deux autres patients présentant de nombreuses comorbidités n ont pas pu être opérés et ont également décédé. Conclusion : Le clip OTSC est un nouvel outil prometteur pour la gestion des hémorragies chez les patients anticoagulés comme une hémostase sure et une ré-anticoagulation rapide est souhaitable. Des études multicentriques prospectives seront nécessaires pour une évaluation finale. JFHOD2015 / JEUDI 19 MARS COMMUNICATIONS ORALES 5

8 JFHOD2015 / JEUDI 19 MARS COMMUNICATIONS ORALES CO.07 Mutations somatiques de CALR dans une cohorte prospective de 308 malades avec thrombose splanchnique C. Marzac (1), A. Plessier (2), J.-J. Kiladjian (1), A. Andreoli (1), E. de Raucourt (2), O. Goria (3), K. Zekrini (2), C. Bureau (4), F. Lorre (1), N. Casadevall (1), D. Valla (2), P.-E. Rautou (2) (1) Paris; (2) Clichy-la-Garenne; (3) Rouen; (4) Toulouse. Introduction : Les syndromes myéloprolifératifs (SMP) sont la cause la plus fréquente de thrombose des veines splanchniques (environ 30 à 40% des malades). Leur diagnostic est facilité depuis la découverte de la mutation JAK2V617F. Cependant, 5 à 10% des malades avec thrombose des veines splanchniques ont un SMP sans mutation JAK2V617F. Leur diagnostic nécessite d effectuer une biopsie ostéomédullaire et/ou une culture des progéniteurs érythroïdes. Ces méthodes sont invasives ou peu disponibles. Récemment, des mutations du gène de la calréticuline (CALR) ont été identifiées chez des malades avec SMP. Notre but était de déterminer la prévalence des mutations CALR chez les malades avec thrombose des veines splanchniques ainsi que leurs caractéristiques cliniques. Patients et Méthodes : Nous avons recherché les mutations de CALR dans l ADN des malades atteints de thrombose des veines splanchniques et inclus prospectivement dans notre cohorte de maladies vasculaires du foie. La réalisation de biopsie ostéomédullaire ou de culture de progéniteurs érythroïdes reposait sur des critères de forte suspicion de SMP proposés précédemment (hauteur de rate 17 cm et taux de plaquettes > 200/µL ; Chait, Brit J Haematol 2005). En l absence de ces critères, ces examens pouvaient être effectués à la discrétion du praticien. Résultats : 308 malades (162 femmes ; 146 hommes), âgés de 43 ±16 ans, ont été inclus. 98 avaient un syndrome de Budd-Chiari et 210 une thrombose porte. Une mutation du gène du facteur II ou V était présente chez 18 (6%) et 20 (7%) malades, respectivement. Un syndrome des anticorps antiphospholipides était diagnostiqué chez 31 malades (10%) et une hémoglobinurie paroxystique nocturne chez 5 malades (2%). Un SMP était présent chez 70 malades (23%), dont 56 avec mutation JAK2V617F (Figure). Une mutation CALR était détectée chez 6 (3 femmes, 3 hommes ; âge moyen 34 ±5 ans) des 308 malades (2%). Tous avaient une rate mesurant 17 cm ou plus, sauf un dont la rate mesurait 16,6 cm. Aucun des 6 malades n avait de mutation JAK2V617F, de mutation des gènes du facteur II ou du facteur V, de syndrome des anticorps antiphospholipides ou d hémoglobinurie paroxystique nocturne. Les malades avec mutation CALR avaient plus fréquemment une thrombose porte que les autres malades (6/6 vs.. 144/299 ; p = 0,01). Les SMP des malades avec mutation CALR correspondaient à une myélofibrose (n = 4), une thrombocytémie essentielle (n = 1) ou une forme inclassée (n = 1). Conclusion : La mutation CALR est détectable chez 2% des malades avec thrombose splanchnique. Chez les malades atteints, cette mutation est le seul facteur de risque de thrombose identifié suggérant qu il s agit d un déterminant majeur. La mutation CALR doit donc être recherchée chez les malades avec thrombose des veines splanchniques sans mutation JAK2V617F. Ces résultats confortent la stratégie diagnostique fondée sur la prise en compte de la hauteur de rate et du taux de plaquettes, puisqu un SMP est présent chez quasiment tous les malades avec hauteur de rate 17 cm et taux de plaquettes > 200/µL alors qu il n est présent que chez 3% de ceux avec un seul ou aucun de ces 2 critères. 6 CO.08 Epidémiologie et caractéristiques du syndrome de Budd-Chiari en France en 2010 M. Allaire (1), I. Ollivier-Hourmand (1), R. Morello (1), C. Chagneau-Derrode (2), J. Dumortier (3), O. Goria (4), N. Ganne Carrie (5), N. Carbonell (6), J.-P. Cervoni (7), V. de Lédinghen (8), S. Dharancy (9), C. Bureau (10), A. Abergel (11), F. Oberti (12), A. Minello-Franza (13), M.-P. Ripault (14), R. Anty (15), J.-B. Nousbaum (16), M. Pages- Ecochard (17), H. Barraud (18), I. Archambeaud (19), A. Guillygomarc H (20), D. Valla (21), T. Dao (1), A. Plessier (21) (1) Caen; (2) Poitiers; (3) Lyon; (4) Rouen; (5) Bondy; (6) Paris; (7) Besançon; (8) Bordeaux; (9) Lille; (10) Toulouse; (11) Clermont-Ferrand; (12) Angers; (13) Dijon; (14) Montpellier; (15) Nice; (16) Brest; (17) Saint-Étienne; (18) Nancy; (19) Nantes; (20) Rennes; (21) Clichy-la-Garenne. Introduction : Il n existe aucune donnée épidémiologique publiée sur le syndrome de Budd Chiari (SBC) couvrant l ensemble de la population française. Notre étude avait pour objectif d établir l incidence et la prévalence du SBC en France, et d en décrire les caractéristiques. Patients et Méthodes : Sur la période de janvier à décembre 2010, 48 centres français ont été sollicités pour réaliser un enregistrement prospectif des cas de SBC vus en consultation et hospitalisation. Un complément d enquête a ensuite été réalisé rétrospectivement auprès des DIM (code I82.0). Il s agissait de tous les centres de compétence universitaires des maladies vasculaires du foie du territoire, et de 14 centres de la région parisienne. L incidence et la prévalence ont été calculées en prenant en compte la population recensée par l INSEE en 2010 dans les centres répondeurs. Les patients atteints de SBC compliquant un carcinome hépatocellulaire (CHC) ont été exclus. Résultats : Trente neufs centres ont participé. Parmi 270 patients recensés, 86 ont été exclus secondairement (nonrésidents en France, erreur de codage, dossiers manquants, doublons). Les 184 cas de SBC retenus en 2010 incluaient 29 nouveaux cas soit une incidence de 0,45 nouveaux cas par million d habitants et par an, et une prévalence de 2,87 cas par million d habitants. Le diagnostic le plus ancien remontait à Il n y avait pas de disparité régionale significative. Le diagnostic était fait dans les 7 jours suivant le début des symptômes dans seulement 9% des cas, et après plus d un mois d évolution dans 48% des cas. L âge moyen était de 38,7 ans. Il s agissait de femmes dans 71% des cas. La thrombose s étendait à la veine cave inférieure dans 23% des cas. Les signes cliniques les plus fréquents au diagnostic étaient l ascite (71%), une hépatomégalie (71%), des douleurs abdominales (65%), et une splénomégalie (50%). Cinquante-trois pour cent des patients avaient des varices œsophagiennes au diagnostic et 29% des patients avaient une insuffisance hépatocellulaire avec un facteur V inférieur à 50%. Parmi les facteurs de risque interprétables sans ambiguïté rétrospectivement, les plus fréquents étaient le syndrome myélo-prolifératif (SMP) (45,7% répartis en maladie de Vaquez 60%, thrombocytémie essentielle 29%, SMP latent 9,5%, et myélofibrose 1,4%), les contraceptifs oraux oestroprogestatifs (33%), et la mutation du gène du facteur V (15%). Une thrombocytémie > /mm3 était présente au diagnostic chez 74% des patients ayant un SMP prouvé. Parmi les 73 patients ayant un SMP prouvé, le diagnostic était déjà connu avant la survenue du SBC dans 9 cas mais aucun n avait été traité par anticoagulant ou cytoréducteur. Aucun facteur de risque n avait pu être identifié chez 23% des malades et 2 facteurs de risque au moins étaient associés dans 24% des cas. L IMC était significativement plus élevé dans le groupe sans facteur de risque identifié (25,8 kg/m2 versus 23,5 kg/m2, p = 0,018). L ascite réfractaire était la complication la plus fréquente et survenait dans 2 tiers des cas dès la première année. Une rupture de varices œsophagiennes était observée dans 10 % des cas dans la première année, puis dans 2 % des cas. Ultérieurement, un tiers des patients ont évolué vers une cirrhose et 8 patients

9 ont eu un CHC. La moitié des traitements interventionnels étaient réalisés dans la première année suivant le diagnostic (TIPS 15%, angioplastie 12%, transplantation 5%). Le taux de décès à 1 an et la durée moyenne de survie calculés sur les cas incidents était respectivement de 24,1% et de 45,8 mois ± 4,2. La majorité des décès survenaient dans le premier mois. La survie au terme de l étude était de 75% ± 8,2. Conclusion : Dans cette enquête couvrant la majorité du territoire français, l incidence et la prévalence du SBC en 2010 ont été respectivement de 0,45 et de 2,87 cas par million d habitants. La mortalité à un mois restait élevée. Le diagnostic souvent tardif pourrait l expliquer en partie. CO.09 Reprise des TIPS couverts : quelles indications avec quels résultats? B. Lesage (1), M. Colin (1), M. Azahaf (1), G. Lassailly (1), G. Sergent (1), V. Canva (1), A. Louvet (1), O. Ernst (1), P. Mathurin (1), S. Dharancy (1) (1) Lille. Introduction : Le shunt portosystémique intrahépatique transjugulaire couvert (TIPS) est un traitement efficace des complications de l hypertension portale, cependant, les événements/complications post TIPS (thrombose, dysfonction et encéphalopathie hépatique clinique (EHC) ) ne sont pas rares et peuvent faire l objet d une reprise du TIPS. Peu de données sont disponibles sur ces reprises. Ce travail avait pour but d étudier les modalités de reprise de TIPS et ses résultats en termes de survie sans TH. Patients et Méthodes : Tous les patients traités par TIPS couvert entre 2005 et 2014 ont été inclus et prospectivement suivi par une évaluation systématique clinicobiologique et radiologique par scanner abdominal (à J5, M1, M6 et M12 puis annuellement). Une reprise du TIPS au cas par cas était discuté en cas de complications : la mise en place d une nouveau TIPS en cas de thrombose, une dilatation en cas de dysfonction ou une réduction de calibre en cas d EHC. Le critère du jugement principal était la survie sans transplantation (TH) à 1 an. Les variables significativement associées à la survie à 1 an en analyse par Kaplan Meier ont été ensuite, une par une, vérifiées par régression de Cox puis, intégrées dans un modèle de survie de Cox. Résultats : Depuis 2005 une cohorte prospective de suivi des patients bénéficiant d un TIPS couvert a été constituée dans notre centre. Un travail précédent a mis en évidence que la survie globale sans transplantation de ces patients était de 82±3% à 1 an, de 59±4% à 3 ans et de 45±5% à 5 ans. Après un suivi moyen de 32,5 mois, au moins une complication clinique et/ou scannographique était mise en évidence chez 90 patients (42,8% des cas). Ces événements étaient une thrombose du TIPS pour 33 patients (thrombose précoce dans 11,2% des cas) ; thrombose tardive dans 6,4%), une dysfonction du TIPS dans 20,7% des cas et une EHC dans 6,6% des cas). Au sein de la population de 220 patients cirrhotiques avec TIPS couvert, 24 (10.9%) ont bénéficié d une reprise du TIPS et constitue le groupe analysé. L indication de reprise était une thrombose dans 12 cas (50%), une dysfonction dans 8 cas (34%) et une EHC dans 4 cas (17%). La reprise a permis une résolution initiale de l événement dans 54% des cas, cependant un nouvel événement succédait à la reprise dans 70% des cas. Au cours du suivi (suivi médian de 23,2 mois), 6 patients (25%) ont bénéficié d une TH et 7 (29%) sont décédés. En analyse univariée, les facteurs associés à la survie à 1 an sans TH étaient : 1) l indication de la reprise (100% groupe dysfonction vs. 82,5% groupe thrombose vs. 25% groupe encéphalopathie hépatique, p = 0,01) ; 2) le taux de créatinine au moment de la reprise (taux créatinine<9.3 : 100% versus taux créatinine > 9,3 : 63±12%, p = 0,034) ; 3) le délai entre la mise en place du TIPS et la reprise de la prothèse (>3 mois 100% vs. <3 mois 58±14%, p = 0,015) ; 4) le score de Child (Score de CHILD < 8 : 100% vs. score de CHILD 8 : 61±13%, p = 0,026) ; 5) l apparition d une encéphalopathie hépatique chronique suite à la reprise du TIPS (Absence d EH : 96±6% vs. présence d une EH : 33±2%, p = 0,016). En analyse multivariée, il existait une tendance en faveur du caractère pronostique indépendant du score de Child au moment de la reprise (coefficient de régression 0,6 IC95% : -0,05/1,3 p = 0,07) et du motif de la reprise (coefficient de régression 3,6 IC95% : -0,2/7,6 p = 0,06). Conclusion : Une reprise de TIPS est proposée que pour une minorité de patients présentant une complication (15 à 30% des cas) et le taux d événement post-reprise est élevé. La décision de reprise du TIPS reste complexe, techniquement difficile et nécessite une discussion collégiale entres les équipes d hépatologie et de radiologie. En effet, la complication post-tips est souvent associée à une décompensation de la fonction hépatocellulaire. La reprise pour dysfonction est associée à 100% de survie sans TH à 1 an. En revanche, l EHC comme motif de reprise apparait comme un facteur défavorable et doit faire discuter la TH chez les patients éligibles en termes d age et de comorbidités. JFHOD2015 / JEUDI 19 MARS COMMUNICATIONS ORALES 7

10 JFHOD2015 / JEUDI 19 MARS COMMUNICATIONS ORALES CO.10 Efficacité du shunt porto-cave intrahépatique (TIPSS) dans le traitement des complications de l hypertension portale non cirrhotique J. Bissonnette (1), J.-C. Garcia-Pagan (2), A. Albillos (3), C. Ferreira (2), J.-C. Nault (4), F. Trottier-Tellier (5), M. Abdel Rehim (1), A. Sibert (1), P.-E. Rautou (1), D. Valla (1), A. Plessier (1) (1) Clichy-la-Garenne; (2) Barcelone, ESPAGNE; (3) Madrid, ESPAGNE; (4) Bondy; (5) Montréal, CANADA. Introduction : L hypertension portale non-cirrhotique (HTPNC) désigne un ensemble hétérogène de maladies caractérisées par une hypertension portale sans cirrhose, sans cause d hépatopathie chronique et sans obstruction veineuse. L efficacité du shunt porto-cave intra-hépatique (TIPSS) dans cette population n a jamais été rapportée. Patients et Méthodes : Nous avons revu rétrospectivement les dossiers de patients avec HTPNC ayant été traités par TIPSS dans 5 centres entre 1994 et Des analyses de survie ont été faites d après le test du log-rank et le modèle de Cox. Les données de survie sont présentées en moyennes +/- écart-type. Résultats : Trente-huit patients (16 femmes, 22 hommes) âgés de 45 +/- 16 ans ont été inclus. Des varices œsophagiennes, une ascite réfractaire, une créatininémie > 100 µmol/l et une thrombose de la veine porte étaient présents chez 32, 14, 9, et 12 patients respectivement. Les états sousjacents étaient un état prothrombotique (déficit en protéine C, déficit en protéine S, syndrome myéloprolifératif, grossesse, syndrome des antiphospholipides, n = 9), dysimmunitaire (myosite inflammatoire, arthrite rhumatoïde, VIH, déficit immun commun variable, maladie de Crohn, n = 12), une exposition à des toxiques (oxaliplatine, myéloablation pour greffe de moelle osseuse, n = 9) et pas de cause (n = 8). L indication du TIPSS était une hémorragie digestive non contrôlée (n = 22), une ascite réfractaire (n = 12), une entéropathie exsudative (n = 1), un hydrothorax (n = 1) et la préparation à une chirurgie abdominale (n = 2). Le gradient porto-cave est passé de 20 +/- 7 à 6 +/- 3 mmhg. Le suivi moyen a été de 34 +/- 32 mois. Dix décès, dont 6 de complications du TIPSS ou de la maladie hépatique et 4 de la maladie associée, sont survenus en moyenne 16 +/- 20 mois après la mise en place du TIPSS. Dans le groupe avec ascite réfractaire, 6/12 patients (50%) sont décédés, dont 5 dans les 6 premiers mois. Dans le groupe avec hémorragie digestive, une récidive de saignement s est produite chez 7/22 (31%) patients, dont 3 en lien avec une thrombose précoce du TIPSS. Quatorze patients (38%) ont nécessité une hospitalisation pour encéphalopathie hépatique. En analyse univariée, la créatininémie (p = 0,003), le score de MELD (p = 0,006) et l ascite comme indication (p = 0,03) au moment du TIPSS prédisaient le décès. Dans le groupe des patients décédés, le score de MELD moyen etait de 14 +/- 5 et le score de Child-Pugh était compris entre 6 et 9 au moment du TIPSS. Conclusion : L utilisation du TIPSS au cours de l HTPNC compliquée d ascite est associée à une mortalité importante. Le nombre de récidives hémorragiques est élevé. Le score de MELD, la créatininémie et l ascite comme indication sont associés à une mortalité plus élevée. Cependant, le score de MELD moyen chez les patients décédés était plus bas que celui habituellement prédictif de mortalité en cirrhose. Remerciements, financements, autres : Julien Bissonnette a reçu une bourse sponsorisée par Gilead pour fellowship de l Association Canadienne pour l Étude du Foie. CO.11 Un score simple pour prédire le pronostic des cirrhotiques admis en réanimation : résultats d une cohorte monocentrique de 218 malades pris en charge sur 12 ans C. Chaignat (1), G. Piton (1), J.-P. Cervoni (1), C. Patry (1), G. Capellier (1), V. Di Martino (1) (1) Besançon. Introduction : L identification précoce des cirrhotiques capables de survivre à un séjour en réanimation est cruciale. Les objectifs de cette étude étaient : 1) de définir les facteurs prédictifs de mortalité chez les patients cirrhotiques admis en réanimation, 2) d évaluer la pertinence d un nouveau score pronostique établi dès l admission prenant en compte la fonction hépatique, les défaillances d organes extra-hépatiques et les interventions nécessaires. Patients et Méthodes : Etude rétrospective de cohorte incluant tous les patients cirrhotiques admis consécutivement dans notre unité de réanimation médicale entre Janvier 2002 et mai variables ont été recueillies pour chaque patient. L analyse multivariée a utilisé une régression logistique pour la survie en unité de soins intensifs et modèle de Cox pour la survie à 28 jours et à 6 mois. Résultats : Sur les 7427 admissions enregistrées au cours de la période d étude, 258 (3,5%) ont concerné 218 patients cirrhotiques (165 hommes, âge médian : 59 ; 85% de cirrhose alcoolique). Lors de l admission, les médianes des différents scores pronostiques étaient les suivantes : Child-Pugh = 11, MELD = 28, SOFA = 12, msofa = 10 et IGS II = patients (90%) ont nécessité une ventilation mécanique ; 187 patients (86%) ont reçu des catécholamines, 112 (51%) ont été hémofiltrés, 22 (10%) ont eu un MARS. Les taux de mortalité en réanimation, à J28, 3 mois et 6 mois, étaient respectivement de 47%, 49%, 62,5% et 66%. Parmi les 115 patients sortis vivants de réanimation, seulement 7 patients ont été secondairement transplantés, alors que 48 n avaient pas de contre-indication apparente à la greffe. En analyse univariée, 36 variables enregistrées au départ étaient associées à la mortalité en réanimation et à J28, incluant la ventilation mécanique, la dialyse, les catécholamines et des niveaux élevés de scores pronostiques. Les Scores généraux de réanimation étaient meilleurs pour prédire la mortalité à court terme que les scores d insuffisance hépatique. La meilleure prédiction la mortalité en réanimation (AUROC = 0,94) et à J28 (AUROC = 0,89) a été fournie par la variation du SOFA entre J0 et J3. Lorsque l ensemble de la population était analysée, cet impact persistait sur la mortalité à 6 mois (AUROC = 0,84). Les analyses multivariées consacrées à la mortalité en réanimation ont identifié 3 variables indépendantes, incorporées dans un nouveau modèle pronostique : SOFA 12 (OR = 5,8 [IC 95% : à 11.06] : 2 points), INR 2.6 (OR = 1,7 [1,2-3,3] ; 1 point) et le recours à une hémofiltration (OR = 4,2 [1.9 à 9.2] ; 1 point). Ces même variables étaient capables le discriminer les survivants à J28 jours, 3 mois et 6 mois. Pour un score = 4 (16% des patients), la prédiction de la mortalité en réanimation était excellente (VPP = 91%), similaire à celle donnée par le delta SOFA (VPP = 93%). Conclusion : Le taux de mortalité dans notre réanimation médicale était conforme à la littérature, malgré une forte proportion de patients intubés. Les outils d évaluation pronostiques déjà disponibles sont améliorés en utilisant un regroupement original du SOFA (meilleur indicateur de défaillance extra-hépatique), de l INR (meilleur marqueur d insuffisance hépatique) et du recours à la dialyse (intervention thérapeutique au plus fort impact pronostique). Ce score pronostique nous a permis d identifier les patients dont l évaluation à J3 n est pas indispensable pour prédire la mortalité en réanimation. Il doit être validé prospectivement. Dans cette série, l évaluation pronostique initiale restait pertinente pour prédire la mortalité à 6 mois, en raison d un accès insuffisant à la transplantation hépatique. 8

11 CO.12 Présentation phénotypique de l hémochromatose au fil du temps : étude d une cohorte de 2111 homozygotes C282Y constituée entre 1963 et 2014 A.-S. Bollart (1), E. Bardou Jacquet (1), A.-M. Jouanolle (1), D. Guyader (1), R. Moirand (1), Y. Deugnier (1) (1) Rennes. Introduction : L hémochromatose génétique (HG) est liée à un défaut de production de l hepcidine, hormone hépatique de régulation du fer systémique, le plus souvent secondaire à une homozygotie pour la mutation C282Y du gène HFE identifiée en La pénétrance de ce génotype est incomplète. Cette étude a eu pour objectif de décrire (i) l évolution de l expression phénotypique de l HG et (ii) l influence du poids et de la consommation d alcool sur sa présentation au fil du temps. Patients et Méthodes : Pour tous les homozygotes C282Y (H : F : 986) diagnostiqués (H : F : 639) ou dépistés (H : F : 347) dans notre centre entre 1963 et 2014 et répertoriés, rétrospectivement jusqu en 1989, puis prospectivement dans la base de données LOGIFER, les éléments suivants, recueillis au moment du diagnostic, ont été extraits : âge, sexe, circonstance du diagnostic, expression clinique, poids, taille, indice de masse corporelle, consommation d alcool, données biologiques usuelles et bilan martial dont ferritinémie et nombre de grammes de fer soustrait par saignées nécessaire à l obtention de la désaturation. Ces éléments ont été comparés au cours de 5 périodes successives. Résultats : Au fil du temps, (i) la cohorte s est féminisée, (ii) l âge moyen au diagnostic est resté assez constant avec une tendance à l augmentation dès 1991, (iii) l excès de fer a significativement diminué dans les 2 sexes à partir de 1996, (iv) l impact hépatique (fibrose), cardiaque et pancréatique (diabète) de la surcharge s est fait moindre, surtout chez l homme, alors que les manifestations articulaires et générales (asthénie) sont devenues plus fréquentes, notamment chez les femmes et (v) l exposition aux cofacteurs d expressivité de l affection dont l alcool et le surpoids s est progressivement et très significativement modifiée chez les hommes. Les principaux résultats concernant les probants sont présentés dans le tableau suivant sachant que, globalement, les mêmes tendances ont été retrouvées chez les apparentés avec un âge au diagnostic (H : 39.9±14.5 ans - F : 43.6±14.1 ans) et un excès de fer (H : 5.8±4 g - F : 2.7±3.3 g) globalement moindres. H : hommes - F : femmes - * ANOVA avec correction de Bonferroni ou test Chi2 de Pearson (SPSS 22.0) Conclusion : L atténuation de l expression clinique et biologique de l hémochromatose avec le temps n est pas le fait d un diagnostic plus précoce. Elle témoigne du recrutement de formes mineures grâce au test génétique, surtout chez les femmes. Elle s accompagne, chez les hommes, d une moindre alcoolisation et d une augmentation du poids avec persistance d un risque diabétique de type 2 connues pour favoriser la production d hepcidine et donc limiter la surcharge en fer. CO.13 Intérêt de la chimiothérapie adjuvante après cytoréduction complète et chimiothérapie hyperthermique intrapéritonéale pour carcinose isolée d origine colique M. Maillet (1), O. Glehen (2), J. Lambert (1), D. Goere (3), M. Pocard (1), S. Msika (4), G. Passot (2), D. Elias (3), C. Eveno (1), J.-M. Sabaté (4), T. André (1), J.-M. Gornet (1) (1) Paris; (2) Lyon; (3) Villejuif; (4) Colombes. Introduction : La chirurgie de cytoréduction (CR) avec chimiothérapie hyperthermique intrapéritonéale (CHIP) a prouvé son efficacité comme traitement de la carcinose péritonéale (CP) d origine colo-rectale. Des études rétrospectives suggèrent l intérêt d une chimiothérapie (CT) adjuvante après CR + CHIP mais son bénéfice après CR complète n est pas démontré. Matériels et Méthodes : Cette étude rétrospective multicentrique a inclus des patients tous traités par CR complète et CHIP pour CP isolée d origine colique. L objectif principal était la comparaison de la survie globale (SG) selon que les patients aient reçu ou non une CT post opératoire débutée moins de trois mois après la chirurgie. Les objectifs secondaires étaient la survie sans progression (SSP) et la survie sans rechute péritonéale (SSRP). Résultats : Les dossiers de 612 patients opérés dans 4 centres experts de CHIP de 2004 à 2012 ont été revus dont 231 répondaient aux critères d inclusion. Après exclusion de 10 patients décédés en post-opératoire (4%), l analyse a porté sur 221 patients (avec CT : n = 151 ; sans CT : n = 70). La CHIP était principalement réalisée à ventre ouvert (54%) avec de l oxaliplatine (79 %) soit seule (48%) soit associée à de l irinotecan (31%) ou de la mitomycine C seule (16%). Les protocoles de CT utilisés en post opératoire (médiane de 6 cycles/patient) étaient les suivants : Folfox (28%), Folfiri bevacizumab (24,5%), Folfiri (16%), Folfiri cetuximab (12,5%), Folfox bevacizumab (9%), Folfox cetuximab (4%), 5FU bevacizumab (3%) et LV5FU2 (3%). Le nombre médian de cycle de CT reçu en pré-opératoire par les patients était de 6 dans les 2 groupes avec ou sans CT post opératoire avec un contrôle de la maladie (stabilité ou réponse objective) dans 87% des cas jugé par scanner selon les critères RECIST 1.1 et/ou une évaluation chirurgicale lors de la CHIP. Avec un suivi médian de 34 mois, la médiane de SG de l ensemble de la population était de 43,3 mois sans différence entre les groupes avec ou sans CT adjuvante (HR = 0,98 IC95% = 0,62-1,55, p = 0.929). En analyse multivariée, un index IPC bas (p<0,0001) et un long délai entre le diagnostic de CP et la CHIP (p = 0,001) étaient corrélés à la SG. La médiane de SSP et de SSRP était de 12,4 mois et 17 mois. Il n était pas mis en évidence de différence selon l administration d une CT post opératoire sur la SSP (HR = 1.07 IC 95% = 0,77-1,48, p = 0,685), ni sur la SSRP (HR = 1,21 IC95% = 0,86-1,71, p = 0,273). Aucune différence n était observée sur la SG, la SSP et SSRP selon que le schéma post opératoire utilisait de l oxaliplatine ou de l irinotecan. Parmi les patients ayant reçu une CT péri-opératoire (n = 116), une modification de protocole en post opératoire n était pas un facteur pronostic pour la SG (p = 0.355), la SSP (p = 0.88) ni pour la SSRP ( = La résection d une métastase extra péritonéale antérieurement à la CHIP (n = 23) était un facteur pronostic défavorable pour la SSP (p = 0,019). Conclusion : Dans cette étude multicentrique rétrospective réalisée chez des patients avec CP isolée d origine colo-rectale, après CR complète et CHIP, une CT adjuvante n améliore pas la SG, la SSP et la SSRP. Un sousgroupe de patients pouvant bénéficier d une CT adjuvante reste à définir. JFHOD2015 / JEUDI 19 MARS COMMUNICATIONS ORALES 9

12 JFHOD2015 / JEUDI 19 MARS CO.14 Radiochimiothérapie pré-opératoire et chimiothérapie post-opératoire avec la capécitabine et l oxaliplatine vs. capécitabine seule dans le cancer du rectum localement avancé : analyse intermédiaire de survie sans maladie M. Ducreux (1), K. Haustermans (2), T. Price (3), B. Nordlinger (4), R.-D. Hofheinz (5), J.-F. Daisne (6), J. Janssens (7), B. Brenner (8), P. Schmidt (9), H. Reinel (10), S. Hollerbach (11), K. Caca (12), F. Fauth (13), C.-V. Hannig (14), J. Zalcberg (15), N. Tebbutt (16), M. Mauer (17), C. Messina (17), M. Lutz (18), E. Van Cutsem (2), H.-J. Schmoll (19) (1) Villejuif; (2) Louvain, BELGIQUE; (3) Woodville, AUSTRALIE; (4) Boulogne-Billancourt; (5) Mannheim, ALLEMAGNE; (6) Namur, BELGIQUE; (7) Turnhout, BELGIQUE; (8) Petah Tiqva, ISRAËL; (9) Neunkirchen, ALLEMAGNE; (10) Schweinfurt, ALLEMAGNE; (11) Celle, ALLEMAGNE; (12) Ludwigsburg, ALLEMAGNE; (13) Hanau, ALLEMAGNE; (14) Bottrop, ALLEMAGNE; (15) Melbourne, AUSTRALIE; (16) Heidelberg, AUSTRALIE; (17) Bruxelles, BELGIQUE; (18) Saarbrucken, ALLEMAGNE; (19) Halle, ALLEMAGNE. à 95% : 0,806-1,331, P = 0,781). La DFS à 3 ans était de 74,5% (IC 95% : 70,1% - 78,3%) dans le bras 1, ce qui était plus élevé que prévu versus 73,9% (IC 95% : 69,5% - 77,8%) dans le bras 2. La probabilité d obtenir un résultat significatif après 440 événements sous l hypothèse d un RR = est de 7% seulement. Conclusion : Les résultats intermédiaires avec un suivi médian de 2,6 ans ne semblent pas indiquer de bénéfice de DFS en faveur de l ajout de l oxaliplatine à la RCT préopératoire à base de capécitabine et à la CT postopératoire. Cependant, 245 évènements sur les 440 requis sont survenus et au moins 2 années supplémentaires de suivi sont nécessaires pour l évaluation finale. COMMUNICATIONS ORALES Introduction : L essai PETACC-6 vise à déterminer si l ajout de l oxaliplatine à la radiochimiothérapie préopératoire à base de fluoropyrimidine orale (CRT) suivie d une chimiothérapie à base de fluoropyrimidine +/- oxaliplatine en postopératoire (CT) améliore la survie sans maladie (DFS) dans le cancer du rectum localement avancé. Matériels et Méthodes : Entre 11/2008 et 09/2011, les patients atteints d un adénocarcinome du rectum à moins de12 cm de la marge anale, T3-4 et/ou N+, sans aucun signe de la maladie métastatique et considérés comme résécables au moment de l entrée ou devant devenir résécables ont été randomisés pour recevoir 5 semaines de CRT préopératoire avec la capécitabine, suivis par 6 cycles de chimiothérapie adjuvante avec la capécitabine (bras 1) ou la capécitabine + oxaliplatine (bras 2) avant et après la chirurgie. La survie sans maladie (DFS) a été définie comme le temps entre la randomisation et le premier épisode de récidive locorégionale ou à distance, l apparition d un cancer secondaire ou le décès. Les patients avec une résection R2, une tumeur qui ne pouvait pas être réséquée ou des métastases à distance détectées au moment de l intervention chirurgicale ont été considérés comme des échecs au moment de la chirurgie. 440 événements étaient nécessaires pour avoir 80% de puissance afin de détecter une amélioration de DFS à 3 ans de 65% avec la capécitabine seule à 72% avec la capécitabine + oxaliplatine (HR = 0,763) en utilisant un test bilatéral avec un risque de 5% et autorisant une analyse intermédiaire de l efficacité précoce à 200 événements. L analyse principale a été réalisée en intention de traiter et ajustée selon les facteurs de stratification (catégorie clinique de T, statut ganglionnaire, distance de la tumeur à la marge de l anus et de la méthode de stadification locorégionale) à l exception du centre. Résultats : 1094 patients ont été randomisés (547 dans chaque bras). 543 patients éligibles dans le bras 1 et 528 dans le bras 2 ont commencé leur traitement préopératoire (3/528 patients sans oxaliplatine dans le bras 2), et 420/543 (77,3%) et 381/525 (72,6%) patients ont commencé la chimiothérapie post-opératoire conformément au protocole. Dans le groupe 2, 45/381 (11,8%) patients n ont pas reçu l oxaliplatine postopératoire. Les principales raisons pour l arrêt du protocole étaient une progression de la maladie (3,9% dans le bras 1 vs. 3,8% dans le bras 2), une toxicité (7,7% contre 16,5%), une complication chirurgicale (8,7% contre 9,1%), le refus du patient (5,9% vs.. 10,8%). A l analyse intermédiaire prévue, le comité de surveillance des données indépendant a recommandé la présentation anticipée des résultats. Après un suivi médian de 31 mois, 124 et 121 événements de récidives ont été observés dans le bras 1 et 2 (RR ajusté = 1,036, IC 10

13 CO.15 Impact des polymorphismes génétiques de la voie du VEGF sur la réponse au bévacizumab dans le cancer colorectal métastatique : résultats d une étude pilote C. Sibertin-Blanc (1), J. Mancini (1), A. Fabre (1), A. Lagarde (1), J. Del Grande (1), J.-F. Seitz (1), S. Olschwang (1), L. Dahan (1) (1) Marseille. Introduction : Le bevacizumab est une des biothérapies majeures dans la prise en charge du Cancer Colorectal Métastatique (CCRM). Malgré son efficacité largement démontrée, certains patients sont d emblée ou acquièrent une résistance au bevacizumab. Il n existe pas à l heure actuelle de facteur prédictif validé de réponse ou de toxicité au bevacizumab. Certains Single Nucleotide Polymorphisms (SNPs) ont été décrits comme ayant un impact fonctionnel sur les protéines de la voie du VEGF. De plus certains SNPs ont été étudiés en tant que facteur prédictif dans le CCRM. Cependant la plupart des études sont rétrospectives non contrôlées et les résultats sont divergents. Notre étude a pour objectif d évaluer l impact de 10 SNPs sur les gènes VEGF-A, VEGFR-1 ; VEGFR-2 et HIF-1α sur le temps jusqu à échec du traitement, puis sur la survie sans progression (SSP), la survie globale (SG), la réponse et la survenue d une hypertension artérielle (HTA) chez des patients traités par bevacizumab pour un CCRM. Patients et Méthodes : Tous les patients âgés de plus de 18 ans présentant un adénocarcinome colorectal métastatique ayant été traités par au moins une cure de bevacizumab dans le service d oncologie digestive de la Timone et pour qui nous disposions d un échantillon d ADN constitutionnel ont été inclus de manière rétrospective. Les génotypages ont été réalisés par PCR de type TaqMan. Une évaluation clinico-biologique et radiologique était réalisée toutes les 6-8 semaines. Tous les patients avaient signé un consentement institutionnel. Les SNPs ont été retenus sur la base d études précédentes ayant montré leur importance clinique (pronostique ou prédictive) et fonctionnelle ainsi que sur leur fréquence relative. Résultats : Entre septembre 2005 et janvier 2014, 89 patients ont été inclus avec 70,8% d hommes qui présentaient en majorité un bon état général (stade OMS = 0-1). La tumeur initiale se situait majoritairement au niveau du côlon gauche (49,4%) ; 75,3 % présentaient des métastases synchrones. Les métastases étaient multiples dans 66,3% des cas. Le bevacizumab était administré en majorité en première ligne (61,8%), en association avec du FOLFIRI (77,5%). Les patients ont reçu en moyenne 19 cures [1-75]. Le SNP VEGF-A c.*237c>t (appelé communément VEGF-A +936C>T) était corrélé de manière significative en analyse uni- et multivariée au temps jusqu à échec du traitement (14,2 mois pour les génotypes CC contre 6,0 mois pour les génotypes CT et TT ; p = 0,022, HR = 1,75 IC 95% [1,08-2,83] ). De plus ce SNP était associé de manière significative en analyse univariée à la SG (médiane à 29,1 mois pour les génotypes CC vs. 19,7 mois pour les CT et TT ; p = 0,016), la SSP (médiane à 15 mois pour les CC vs. 7 mois pour les CT et TT ; p = 0,044). En analyse uni- et multivariée, les génotypes CC présentaient plus d HTA sévère (HTA>1) en comparaison avec les génotypes CT et TT (29,5% et 7,1% respectivement ; p = 0,022 OR = 0,159, IC95% [0,033-0,770] ). Discussion : Cette étude est la première à montrer un impact prédictif de ce SNP sur la réponse au bevacizumab dans le CCRM. Sur le plan biologique l allèle T a été décrit comme entraînant un taux de VEGF-A circulant plus bas ce qui pourrait expliquer la résistance au bevacicumab pour les patients porteurs de l allèle T. De plus, il a été suggéré par certaines études que la survenue d une HTA pourrait être un facteur prédictif de réponse au bevacizumab, ceci va dans le sens de notre étude puisque les patients CC étaient ceux qui répondaient le mieux au traitement mais aussi ceux qui avaient le plus d HTA>1. Conclusion : Notre étude a permis de montrer que le SNP VEGF-A c.*237c>t était associé de manière significative au temps jusqu à échec du traitement et à la survenue d une HTA. A l heure de la médecine personnalisée, il est essentiel de déterminer des sous-groupes de patients pouvant bénéficier de ces biothérapies et d anticiper la survenue des effets secondaires afin de les prendre en charge précocement et qu ils ne soient pas des facteurs limitant la prescription. Ces données sont en cours de validation sur 316 échantillons d ADN issus de l étude Prodige 9 évaluant l intérêt du bevacizumab en entretien pendant les pauses. JFHOD2015 / JEUDI 19 MARS COMMUNICATIONS ORALES 11

14 JFHOD2015 / JEUDI 19 MARS COMMUNICATIONS ORALES CO.16 Etude MOSAÏC : actualisation de la survie à 10 ans et évaluation de l impact de la mutation BRAF P. Artru (1), G. Lledo (1), B. Chibaudel (2), J. Desramé (1), J.-F. Fléjou (2), T. André (2), A. de Gramont (2) (1) Lyon; (2) Paris. Introduction : L étude MOSAIC (André T, N Engl J Med, 2004) a démontré chez les patients opérés d un cancer colique de stade II/III un bénéfice en survie sans progression (SSP) à 3 ans et en survie globale (SG) de l oxaliplatine ajouté au 5FU infusionnel et à l acide folinique (LV5FU2) constituant ainsi le schéma FOLOFX 4. Celui-ci a également montré un bénéfice pour les tumeurs avec instabilité microsatéllitaire ou dmmr (deficient MisMatch Repair) (Fléjou JF ASCO 2014). Nous rapportons ici : 1) les résultats de MOSAÏC actualisés aprés 10 ans de suivi et 2) les résultats obtenus dans la population évaluable pour BRAF. Patients et Méthodes : Les données de survie à 10 ans sont présentées sur la population entière de l étude (n = 2246). Les blocs tumoraux étaient disponibles pour 903 patients permettant une recherche de la mutation V600E du gène de BRAF par une méthode de préamplification suivie de la technique ARMSO. Les mutations repérées ont été confirmées par une technique de pyroséquençage. Dans la population analysée 15 variables furent analysées en uni/ multivariée quant à leur valeur pronostique pour la SSR. Résultats : 1. A10 ans dans l ensemble de la population (stades II et III), les taux de SSR furent de 61.7% et de 67.5% (HRDFS 0.82 ; P = 0.007) et les taux de SG de 67.1% et de 71.7% (HROS 0.85, P = 0.043) respectivement dans les bras LV5FU2 et FOLFOX4. Concernant les patient de stade III le HR (Hazard Ratio) pour la SSR et la SG fut respectivement de0.79 (p = 0.007) and 0.80 (P = 0.015). 2. Au total, 94 patients (10.4%) présentaient une mutation de BRAF dont les données de survie sont présentées dans le tableau 1. En analyse multivarie (n = 903), la mutation de BRAF n avait pas de valeur pronostique pour la SSR (p = 0.82) contrairement au statut dmmr qui en possédait une en analyse uni et multivariée. Stades II and III SSR à 3ans, % (SE) SG à 10 ans, % (SE) BRAF muté (n = 94) -FOLFOX4 (n = 50) -LV5FU2 (n = 44) HR (95% CI) P-value BRAF sauvage (n = 809) -FOLFOX4 (n = 413) -LV5FU2 (n = 396) HR (95% CI) P-value 80.0 (5.7) 63.6 (7.2) 0.50 ( ) (2.0) 76.1 (2.1) 0.90 ( ) (6.1) 65.7 (7.2) 0.66 ( ) (2.3) 68.4 (2.4) 0.94 ( ) Conclusion : A 10 ans, le bénéfice en survie globale apporté par l oxalipltaine, comme traitement adjuvant des cancers coliques opérés, est confirmé. Les patients avec tumeur BRAF muté semblent bénéficier du traitement par FOLFOX4. CO.17 Résultats finaux de l étude DREAM dans le traitement en première ligne des cancers colorectaux métastatiques (CCRm) G. Lledo (1), P. Artru (1), B. Chibaudel (2), C. Tournigand (3), J.-F. Ramée (4), M. Mabro (5), C. Louvet (2), J. Desramé (1), A. de Gramont (2) (1) Lyon; (2) Paris; (3) Créteil; (4) Nantes; (5) Suresnes. Introduction : La combinaison d anticorps monoclonaux anti-vegf et anti EGFR a donné des résultats défavorables dans deux phases III (CAIRO 2 et PACCE). L étude DREAM posait la question de l intérêt de l erlotinib(e) en combinaison au bevacizumab (B) en traitements d entretien après une chimiothérapie d induction de 3 à 6 mois. Patients et Méthodes : DREAM était une phase III internationale randomisant les patients traités en première ligne pour un CCRM. Les patients non progressifs ou opérés après une chimiothérapie d induction comprenant du B recevaient soit B (7.5 mg/kg J1 = J21), soit B (même schéma) et E (150 mg/j per os) comme traitement d entretien jusqu à progression après une stratification par centre, IP à l inclusion, taux de PAL, LDH, type de chimiothérapie d induction induction (XELOX2-B vs. mfolfox7-b ou FOLFIRI-B), statut KRAS, âge, nombre de sites métastatiques et réponse tumorale and (RR). L objectif principal était la survie sans progression (SSP) depuis la randomisation, les objectifs secondaires étant la survie globale (SG), la SSP depuis le début de l étude, les périodes de traitements sans chimiothérapie, la toxicité et l analyse selon le statut RAS. Une étude qualité de vie était également prévue. Enfin les résultats du traitement d induction des 311 premiers patients étaient analysés (randomisés avant induction entre FOLFOX-B et XELOX2-B), les patients suivant recevant un traitement d induction selon la décision de l investigateur. Résultats : Parmi les 701 patients inclus dans le traitement d induction, 452 ont été randomisés pour la maintenance (B, 228 ; BE, 224) avec un suivi médian de 50 mois. Les médianes de SSP des bras B vs. BE étaient respectivement de 4.9 vs. 5.9 mois (HR 0.77, CI ; p = 0.012), avec depuis l inclusion initiale des médiane de SSP 9.3 vs mois (HR 0.76, 95%CI ; p = 0.007). Les médianes de SG étaient, après randomisation pour la maintenance, de 22.0 vs mois (HR 0.80, CI ; p = 0.034), et, depuis l induction de 26.9 vs mois (HR 0.80, CI ; p = 0.040). Tous les sous groupes, y compris les patients avec tumeur mutés KRAS avaient un bénéfice en SG et taux de réponse sous entretien (KRAS WT 15.4% vs. 24% (OR 0.58, CI ; p = 0.133), KRAS mut 8.3% vs. 19.7% (OR 0.37, CI ; p = 0.041) ). Les patients du bras B arm vs. ceux du bras BE arm avaient moins de diarrhée sévère (0.9% vs. 9.3%), de rash (0% vs. 21.4%). Le temps moyen de traitement dans le bras BE était de 110 jours. Enfin pour les 311 patients randomisés entre XELOX 2 B versus FOLFOX-B il n y avait pas de différence de SG, SSP et RR (SG 26.6/23.4 mois (HR 1.24, CI ; p = 0.075), SSP 7.9/8.7 mois (HR 0.98, CI ; p = 0.918),. RR (mfolfox7/xelox2) 50.0%/49.3%). Conclusion : La combinaison BE comme traitement de maintenance du CCRM après une chimiothérapie d induction avec B permet d allonger significativement la SSP et la SG des patients atteints de CCRM. Cette efficacité existe également chez les patients KRAS mutés. 12

15 CO.18 Analyse intermédiaire de PRODIGE 9, étude de phase III randomisant la pause ou l entretien avec bévacizumab pendant les intervalles libres de chimiothérapie dans le cancer colorectal métastatique T. Aparicio (1), J. Bennouna (2), K. Le Malicot (3), F. Ghiringhelli (3), V. Boige (4), J. Taïeb (5), O. Bouché (6), E. François (7), J.-M. Phelip (8), C. Borel (9), R. Faroux (10), L. Dahan (11), S. Jacquot (12), D. Genet (13), F. Desseigne (14), P. Texereau (15), F. Khemissa (16), E. Suc (17), Y. Becouarn (18), C.-B. Levaché (19), Y. Rinaldi (11), J.-B. Bachet (5), C. Lepage (3) (1) Bobigny; (2) Nantes; (3) Dijon; (4) Villejuif; (5) Paris; (6) Reims; (7) Nice; (8) Saint-Étienne; (9) Strasbourg; (10) La Roche-sur-Yon; (11) Marseille; (12) Montpellier; (13) Limoges; (14) Lyon; (15) Mont-de-Marsan; (16) Perpignan; (17) Toulouse; (18) Bordeaux; (19) Périgueux. Introduction : Le FOLFIRI + bévacizumab (bev) est une biochimiothérapie (CT) de 1ère ligne standard du cancer colorectal métastatique (CCRm). En cas de maladie contrôlée mais considérée comme définitivement non opérables à l issue d un traitement d induction, des périodes de désescalades thérapeutiques ou d intervalles libres de chimiothérapie (ILC) sont nécessaires pour diminuer la toxicité de la CT. L intérêt du maintien d un traitement par anti-angiogénique seul pendant l ILC reste à démontrer. Patients et Méthodes : L étude PRODIGE 9 visait à comparer la durée de contrôle de la maladie (DCM) par une 1ère ligne de CT suivie d un entretien avec bev (Bras A) ou d une pause sans bev (Bras B) au cours de l ILC. Les patients (pts) des deux bras recevaient 12 cycles de CT d induction par FOLFIRI + bev ; en cas de maladie contrôlée un ILC était débuté jusqu à progression. La CT (8 cycles) était alors réintroduite à la progression ; puis un nouvel ILC était mis en place et ainsi de suite. La DCM était définie par le délai entre la randomisation (faite avant tout traitement) et l échec de la stratégie, correspondant à la progression de la tumeur ou le décès au cours d une séquence de FOLFIRI + bev. Les hypothèses statistiques prévoyaient un allongement de la DCM de 10 à 14 mois (α bilatéral = 5%, 1-β = 80, HR = 0.74, Nombre de pts prévus = 494). Les résultats de l analyse intermédiaire (AI) sont présentés après que 203 événements aient été observés. Résultats : 494 pts ont été randomisés entre mars 2010 et juillet L AI a été réalisée sur les données de 490 pts (245 dans les deux bras). L âge médian était de 64,5 années, 218 (44%) pts avaient une tumeur primitive non-réséquée. Au cours de la CT d induction, 68% des pts ont reçu les 12 cycles prévus. Au moment de l analyse, 60% des pts avaient reçu seulement la 1ère séquence de FOLFIRI + bev et 29% avaient reçu 2 séquences. La DCM médiane était de 14,3 mois [95% IC : 12,16 ; 18,3] dans le bras A et de 13,4 mois [95% IC : 11,7 ; 17,3] dans le bras B (HR = 0,98 ; p = 0,86). La survie sans progression (SSP) estimée était de 9,2 mois [95% IC : 8,2 ; 9,7] dans le bras A et 8,0 mois [95% IC : 7,7 ; 9,0] dans le bras B. La médiane de survie globale n était pas atteinte au moment de l AI. Les toxicités de grade 3-4 ont été observées chez 74% des pts du bras A et 71% du bras B. Les événements indésirables graves rapportés étaient attendus. Conclusion : La stratégie évaluée dans PRODIGE 9, alternant les séquences de CT et d ILC avec ou sans entretien par bev, a révélé une DCM prolongée dans les deux bras et plus longue que prévue dans le bras B. L AI ne montre pas d amélioration significative de la DCM avec un traitement d entretien par bev. Une tendance à une SSP prolongée est observée dans le bras entretien par bev ; ceci devra être confirmé par l analyse finale prévu en Aucune augmentation de la toxicité dans le bras entretien par bev n a été observée. Cette étude valide pour la première fois la stratégie de réintroduction à progression d un schéma de CT à base d irinotécan en première ligne de CCRm. Remerciements, financements, autres : Remerciements à tous les investigateurs et à l équipe du CRGA de la FFCD Financements : INCa, Ligue Nationale contre le Cancer et subvention du laboratoire Roche. JFHOD2015 / JEUDI 19 MARS COMMUNICATIONS ORALES 13

16 JFHOD2015 / JEUDI 19 MARS COMMUNICATIONS ORALES CO.19 Le microbiote intestinal comme marqueur potentiel du cancer colorectal J. Tap (1), G. Zeller (2), A. Voigt (2), A. Amiot (1), J. Tran Van Nhieu (1), N. de Angelis (1), T. Aparicio (3), S. Sunagawa (2), J.-R. Kultima (2), J.-P. Carrau (4), C. Tournigand (1), E. Zrihen (5), M. Von Knebel Doeberitz (2), P. Schrotz-King (2), M. Kloor (2), P. Bork (2), I. Sobhani (1) (1) Créteil; (2) Heidelberg, ALLEMAGNE; (3) Bobigny; (4) Paris; (5) Vitry-sur-Seine. Introduction : Le cancer colorectal (CCR) reste une maladie très prévalente, à mauvais pronostic et coûteux. Son dépistage non invasif a permis de réduire son incidence, sa mortalité et son cout global pour la société. Plusieurs espèces bactériennes du microbiote intestinal ont été incriminées dans le développement du CCR mais leur potentiel comme biomarqueurs reste à explorer. Cette étude présente l analyse métagénomique par séquençage total de l ADN fécal pour identifier des marqueurs discriminants de taxonomie microbienne dans un contexte de dépistage. Patients et Méthodes : Après information et recueil de consentement, 156 patients à risque de CCR moyen à élevé, adressés pour une coloscopie de dépistage, ont été inclus dans une cohorte exploratrice. 335 patients issus de différents centres européens ont ensuite été inclus dans une cohorte de validation. Des échantillons fécaux ont été prélevés au moins deux à quatre semaines à distance de toute prise de polyéthylène-glycol ou d antibiotique. Les données cliniques, endoscopiques et histopathologiques ont été recueillies à partir des dossiers médicaux ainsi que le résultat du test HEMOCULT et la classification TNM. Après l extraction de l ADN fécal, une moyenne de 70 millions de séquences a été obtenue pour chaque échantillon par la technologie Illumina HiSeq L analyse bioinformatique a été réalisée d une part par le logiciel MOCAT pour l assemblage des séquences et la détection des gènes et d autre part par SpecI pour la détection et la quantification des espèces microbienne. L extraction des biomarqueurs et la modélisation ont été effectuées à l aide d une régression logistique de type LASSO. La mesure des performances du modèle a été faite à travers des validations croisées 10-fold. Une analyse fonctionnelle de chaque métagénome a été estimée à partir des bases de données CAZy et KEGG. Résultats : Dans la cohorte exploratoire, 156 patients ont été inclus, 53 dans le groupe CCR et 103 dans le groupe contrôle (absence de CCR ou d adénome >7 mm). Dans la cohorte de validation indépendante, 335 patients ont été inclus (38 dans le groupe CCR). Après régression logistique, une combinaison de 18 marqueurs bactériens permettant de discriminer les patients atteints de CCR et les contrôles, a été identifiée. La performance diagnostique du modèle métagénomique (AUROC = 0,86) est supérieure au test HEMOCULT avec un gain de sensibilité d environ 35 %. La performance diagnostique du modèle métagénomique était similaire quelle que soit l âge, le sexe, les antécédents personnels ou familiaux d adénome et/ou de CCR et la classification TNM. Le modèle métagénomique a été validé dans la cohorte de validation indépendante (AUROC = 0,83). Par ailleurs, il a été montré que les marqueurs isolés du microbiome intestinal fécal étaient enrichis sur le microbiote associé à la tumeur chez les patients du groupe CCR (p < 0.001) suggérant une interaction entre l hôte et son microbiote au niveau de la muqueuse tumorale. L estimation du potentiel fonctionnel du microbiome intestinal a suggéré une modification du métabolisme bactérien chez les patients du groupe CCR sous la forme d une réduction de l activité de dégradation des fibres alimentaires, d une augmentation du catabolisme des glycosides de l hôte et d une augmentation de la synthèse de lipopolysaccharides. Conclusion : L analyse exhaustive du microbiome intestinal par une approche métagénomique a permis de confirmer la présence d une dysbiose spécifique du CCR. L utilisation de marqueurs bactériens permet des performances diagnostiques supérieures au test HEMOCULT. L analyse fonctionnelle du microbiome intestinal suggère une modification du métabolisme bactérien associé au CCR. Ces données originales pourraient permettre d améliorer le dépistage non-invasif du CCR et d offrir de nouvelles opportunités de prévention du CCR en utilisant le microbiome intestinal comme cible. 14

17 CO.20 Effets anti-inflammatoires in vitro et in vivo de la protéine MAM identifiée chez Fæcalibacterium prausnitzii, une bactérie majeure du microbiote intestinal et déficiente dans la maladie de Crohn E. Quévrain (1), C. Michon (2), M.-A. Maubert (1), F. Chain (2), L. Bermudez-Humaran (2), C. Bridonneau (2), J.-P. Grill (1), C. Aubry (2), N. Breyner (2), J.-M. Chatel (2), G. Trugnan (1), P. Langella (2), H. Sokol (1), P. Seksik (1) (1) Paris; (2) Jouy-en-Josas. Introduction : Des travaux récents de notre équipe nous ont permis de mettre évidence l existence d une protéine de 15kDa (MAM) produite par Faecalibacterium prausnitzii, une bactérie commensale impliquée dans la physiopathologie de la maladie de Crohn. La protéine MAM et/ou les peptides issus de cette protéine, détectés dans le surnageant de culture de F. Prausnitzii, participent à l effet anti-inflammatoire de cette bactérie en diminuant l activation de la voie NF-κB dans les cellules épithéliales intestinales. Nous avons souhaité évaluer l effet anti-inflammatoire de la protéine MAM, à la fois in vitro, sur la voie NF-κB, et in vivo dans un modèle de colite murine. Matériels et Méthodes : En raison de la forte hydrophobicité de la protéine MAM, nous empêchant de l obtenir par synthèse chimique totale ou par expression dans un système hétérologue, nous avons développé une approche de biologie moléculaire en transfectant le gène codant la protéine MAM dans un modèle de cellule épithéliale (HEK293, HT29) sans et avec stimulation de la voie NF-κB (par CARD-11 ou IKKβ) et en utilisant un système rapporteur bioluminescent de la voie NF-κB. Pour étudier l effet anti-inflammatoire de MAM in vivo, une stratégie utilisant une de souche Lactococcus lactis capable de délivrer un ADNc a été adoptée. Deux types de plasmides, pilmam (contenant l ADNc de MAM sous la dépendance du promoteur pcmv) et son équivalent pilempty ont été utilisés. Ces souches ainsi transformées ont été données en gavage à des souris soumises à une colite induite par le DNBS. Différents paramètres ont été mesurés afin d évaluer l effet de la protéine MAM sur l inflammation (poids, score macroscopique de Wallace, dosage de cytokines dans les ganglions mésentériques). Résultats : La transfection du gène de la protéine MAM (MAM+) dans des cellules épithéliales (HEK293T, HT29) a permis d observer une diminution significative de l activation de la voie NF-κB par CARD-11 (24 ± 3 x UA d activation dans les cellules MAM- vs. 4 ± 1 x UA d activation dans les cellules MAM+) avec un effet-dose. Cette diminution de l activité de NF-κB a été également observée dans le système MAM+ après stimulation par IKKβ (partie distale de la voie NF-κB). De plus, nous avons observé, en microscopie à fluorescence dans les cellules HEK293, une localisation péri-nucléaire de la protéine MAM ainsi qu une co-localisation de cette protéine avec IKKβ. Ces données confortent les résultats obtenus sur la signalisation cellulaire du surnageant de F. Prausnitzii. In vivo, nous avons obtenu une amélioration du tableau inflammatoire dans le cas de colites induites au DNBS chez les souris ayant reçu par voie orale la souche de L. Lactis pilmam vs. celles ayant reçu la souche de L. Lactis pilempty. Il a ainsi été observé une perte de poids moindre, un score macroscopique amélioré et une diminution de la production des cytokines proinflammatoires INF-ɣ et IL17-A chez les souris pilmam. La présence de l ARNm ainsi que de la protéine MAM in vivo a également été observée. Conclusion : L expression in situ de la protéine MAM, dans un modèle de colite murine, a permis de montrer les propriétés anti-inflammatoires de MAM. Ces données in vivo confirment les résultats observés in vitro sur la voie NfκB. Des travaux sont actuellement menés afin d identifier les partenaires cellulaires de MAM et d affiner nos connaissances sur son mode d action anti-inflammatoire dans les cellules épithéliales intestinales. CO.21 L invalidation de CARD9 induit un microbiote intestinal pro-inflammatoire B. Lamas (1), C. Bridonneau (2), G. Da Costa (2), T.-W. Hoffmann (2), P. Langella (2), M. Lavie-Richard (2), H. Sokol (1) (1) Paris; (2) Jouy-en-Josas. Introduction : Un déséquilibre au sein du microbiote intestinal appelé dysbiose est associé à de multiples maladies et en particulier aux Maladies Inflammatoires Chroniques de l Intestin (MICI). La pathogénèse des MICI reste encore inconnue mais implique une réponse immunitaire intestinale dérégulée vis-à-vis du microbiote intestinal chez des hôtes génétiquement prédisposés. Parmi ces facteurs génétiques, on retrouve des polymorphismes touchant le gène Card9 (Caspase Recruitment Domain 9). Ce gène code une protéine adaptatrice exprimée dans les cellules présentatrices d antigènes et qui joue un rôle dans la détection d une grande variété de micro-organismes intestinaux commensaux et pathogènes. Des travaux récents ont montrées que les souris invalidées pour le gène Card9 (Card9-KO) présentaient une sensibilité accrue à la colite induite par le dextran sulfate sodium (DSS) et une réponse immune anormale, avec une diminution de la production d IL-6, IL-17, IFN-γ et IL-22 dans le colon. D autre part il a été observé que le microbiote des souris Card9-KO était différent de celui des souris sauvages (WT). Le but de cette étude a été d explorer le rôle du microbiote intestinal dans la susceptibilité des souris Card9-KO à la colite induite par le DSS. Matériels et Méthodes : Quarante souris axéniques (GF) C57BL/6 WT ont été randomisées en deux groupes dans des isolateurs séparés et colonisées par gavage avec le microbiote fécal de souris C57BL/6 WT (GF MWT) ou de souris Card9-KO (GF MKO). Trois semaines après l inoculation de la flore, les souris ont reçu 2% de DSS dans l eau de boisson pendant 7 jours puis de l eau pendant 5 jours. Un bilan quotidien des souris a été effectué afin de déterminer la perte de poids des animaux et l index d activité de la colite. Le score histologique de l inflammation a été déterminé en fin d expérience. Les transcrits de 179 gènes associés à l inflammation ont été quantifiés au niveau du colon par la technologie Nanostring (Mouse inflammation Codeset). L analyse statistique a été réalisée avec des tests non paramétriques et les différences avec un P inférieur à 0,05 ont été considérées significatives. Résultats : La colite induite par le DSS est plus sévère dans les souris GF MKO comparée aux souris GF MWT, avec une perte de poids et un score DAI plus élevés durant la période de récupération (p<0,05 des jours 8 à jours 12 après DSS). De plus, le score histologique est significativement supérieur dans les souris GF MKO. L analyse transcriptomique du colon montre des profils différents entre les deux groupes. L expression des cytokines de types Th1 tel que l IFN-γ est plus forte dans les souris GF MKO alors que celle des cytokines de types Th2 (IL-4, IL-5) est diminuée. Par ailleurs, on observe dans les souris GF MKO une réduction de l expression d IL- 22 qui est impliquée dans la réparation tissulaire intestinale. De nombreuses chimiokines comme CCL3, CXCL2 et CXCL3 sont également sous-exprimées dans les animaux GF MKO. Conclusion : Les souris axéniques colonisées avec le microbiote de souris Card9-KO sont davantage susceptible à la colite induite par DSS que les souris axéniques colonisées avec le microbiote de souris WT. De plus, la réponse immune des souris GF MKO est déséquilibrée. Cette étude montre que le microbiote intestinal joue un rôle dans la susceptibilité des souris Card9-KO à la colite induite par le DSS. Outre son implication directe dans la réponse immune, Card9 pourrait participer à la pathogénèse des MICI via la modulation du microbiote intestinal. JFHOD2015 / JEUDI 19 MARS COMMUNICATIONS ORALES 15

18 JFHOD2015 / JEUDI 19 MARS COMMUNICATIONS ORALES CO.22 Effet protecteur de la neurostimulation sacrée dans un modèle préclinique de colite aiguë au TNBS A.-C. Cabral Cordeiro Da Silva (1), J. Brégeon (1), P. Aubert (1), J. Jaulin (1), J. Chevalier (1), J. Hervouet (1), D. Minault (1), E. Coron (1), G. Meurette (1), M. Neunlist (1) (1) Nantes. Introduction : Les maladies inflammatoires chroniques de l intestin (MICI) touchent principalement les sujets jeunes et entraînent un préjudice important à leur qualité de vie avec un coût sociétal élevé. Bien que les traitements pour les MICI ont fait des progrès récents, notamment avec la thérapie biologique, les effets secondaires, la perte d efficacité et la prévention des rechutes restent encore à maîtriser. Un taux encore considérable de patients auront recours à un traitement chirurgical. Au cœur de la pathogénèse des MICI, il existe des altérations de la barrière épithéliale intestinale (BEI) déterminées par une hyperperméabilité et un défaut de réparation. Cependant les thérapies que ciblent le renforcement de la BEI sont actuellement inexistantes. Le système nerveux entérique (SNE) est un des principaux régulateurs de l homéostasie de l intestin et des fonctions de la BEI. La stimulation des racines sacrées (SRS), utilisée couramment dans le traitement des troubles fonctionnels de l intestin, a été montrée ayant un effet de renforcement de la BEI, probablement par l activation du SNE (1). Ainsi, le but de cette étude a été de déterminer l effet protecteur de la SRS sur la BEI lors d une inflammation colique aiguë. Matériels et Méthodes : Seize porcs ont été implantés bilatéralement au niveau de S3 et ont été soumis à un lavement rectal au TNBS. Huit porcs ont reçu une stimulation continue pendant 6h (3h avant et 3h après le lavement), alors que les animaux du groupe contrôle ont été implantés mais non stimulés. Des biopsies rectales ont été obtenues avant (T0) et 1h, 3h, 24h après le lavement au TNBS pour des analyses ex vivo. Les fonctions et la structure de la BEI, ainsi que l inflammation intestinale ont été étudiées par des approches histologiques et transcriptomiques. La perméabilité paracellulaire et transcellulaire a été évaluée en chambres d Ussing. De plus, des analyses in vivo par endoscopie et endomicroscopie confocale (EMC) ont été réalisées pour analyser la muqueuse rectale. Résultats : Nos résultats ont montré pour les deux groupes une augmentation précoce et significative de la perméabilité intestinale dès 1h après le TNBS. Après 24h, la perméabilité restait encore significativement élevée par rapport au niveau à T0 pour le groupe contrôle, alors que pour le groupe stimulé elle était comparable à T0. Conséquemment, le score UCEIS à 24 h pour le groupe stimulé était diminué par rapport au groupe contrôle. L EMC a caractérisé les altérations des propriétés de cryptes induites par le TNBS à 24 h. La SRS a été capable de réduire significativement ses modifications. De plus, à 24h, la desquamation épithéliale était significativement augmentée dans le groupe contrôle par rapport à T0. Finalement, l expression transcriptomique et protéique de ZO-1, une protéine impliquée dans la régulation des jonctions serrées, et donc de la perméabilité de la BEI, était significativement supérieure pour le groupe stimulé à 24h. Nos résultats démontrent que la SRS favoriserait la réparation des lésions aiguës de la muqueuse induites par le TNBS, en rétablissant la perméabilité et la structure de la BEI. Conclusion : En conclusion, notre étude a permis de démontrer l effet protecteur de la SRS après un stress inflammatoire aigu dans un modèle préclinique. A ce jour, il n existe pas de traitement ciblant le renforcement de la barrière intestinale. Dans ce contexte, si ces résultats se confirment dans des modèles chroniques et ainsi que chez l homme, l utilisation de la SRS pourrait représenter une thérapie prometteuse dans la prise en charge des MICI et des maladies avec une dysfonction de la BEI. L utilisation du modèle préclinique favorisera un transfert rapide de cette technique à l homme. Références : 1. Neurogastroenterol Motil 2012 ; 24, 267-e CO.23 La N-acyl-homosérine lactone 3-oxo- C12, molécule du dialogue interbactérien (quorum sensing), exerce des effets sur l hôte : vers une implication du quorum sensing dans les maladies inflammatoires chroniques intestinales C. Landman (1), M. Clément (1), H. Nsiri (1), E. Quévrain (1), T. Bazin (1), L. Brot (1), J.-P. Grill (1), M.-A. Maubert (1), L. Humbert (1), H. Sokol (1), G. Trugnan (1), D. Rainteau (1), P. Seksik (1) (1) Paris. Introduction : La dysbiose associée aux maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI) entraîne des modifications profondes de l écosystème bactérien. Nous avions montré que le profil des molécules du dialogue interbactérien, les N-acyl-homosérine lactones (AHLs), était altéré au cours de la dysbiose. En particulier, on observait au cours de cette dysbiose une carence en une AHL dominante de l écosystème intestinal, la 3-oxo-C12 : 2. Ces résultats nous ont invité à étudier le rôle fonctionnel de cette AHL sur le microbiote intestinal et sur l hôte. Cette molécule n étant actuellement pas synthétisée, nous nous sommes intéressés à une AHL structurellement proche : la 3-oxo-C12. Connaissant l existence d enzymes de l hôte (les paraoxonases) impliquées dans le quorum quenching, déficientes dans les MICI (1), il nous est apparu intéressant d étudier le rôle fonctionnel de la 3-oxo-C12 sur les voies de l inflammation. Le but de notre étude était donc d étudier la capacité de la 3-oxo-C12 à interagir avec des cellules eucaryotes telles que les cellules épithéliales intestinales et les cellules immunes. Matériels et Méthodes : Nous avons tout d abord étudié la localisation subcellulaire de la 3-oxo-C12 (1µM) couplée à la fluorescéine en microscopie confocale sur un modèle de cellules épithéliales humaines (Caco-2). Des marquages complémentaires étaient réalisés comme suit : marquage des membranes par la Lectine Wheat Germ agglutinin (WGA), du noyau par le DRAQ 5 et de l euchromatine par un anticorps anti-histone3. Les effets de la 3-oxo-C12 ont ensuite été testés sur les macrophages murins Raw264.7 et comparés à ceux exercés par une AHL à chaîne courte (C4). Différentes conditions ont été testées pour chaque AHL : concentrations de 1 à 10 µm dans le DMSO, sans et avec 2-hydroxyquinoline (2HQ) (100 µm) un inhibiteur des paraoxonases, sans et avec stimulation par l INF-γ (20UI/mL) et le LPS (50ng/mL). La réponse des cellules Raw264.7 était évaluée par les taux de TNF-α et l IL-6 dans le surnageant après 6h de contact avec les AHLs et exprimée en pg/mg protéines. Résultats : En microscopie confocale, nous avons pu observer une localisation intracellulaire de la 3-oxo-C12 à 1µM après 1 heure. Plus précisément, on observait une co-localisation avec l euchromatine suggérant un rôle de facteur transcriptionnel de cette molécule bactérienne chez l hôte. La fluorescence diminuait après addition dans le milieu de 3-oxo-C12 non fluorescente en excès (20 µm) et l on n observait pas de fluorescence intracellulaire avec la fluorescéine seule (témoin négatif). Sur les cellules Raw264.7, nous avons mis en évidence une diminution significative de l IL-6 6h après stimulation par l IFN-γ et le LPS en présence de 3-oxo-C12 à la concentration de 5µM et de 2HQ par rapport au témoin négatif (DMSO + 2HQ) : / vs / pg/mg de protéines, p = 0,03. On observait également une diminution (non significative) du TNF-α dans les mêmes conditions. En présence de C4 à 5µM avec 2HQ, on n observait pas de diminution significative de l IL-6 et du TNF-α 6h après stimulation. Conclusion : Nous avons pu mettre en évidence que la 3-oxo-C12, une AHL structurellement proche de la 3-oxo-C12 : 2, identifiée dans l écosystème intestinal humain, interagissait avec les cellules eucaryotes en pénétrant les cellules épithéliales intestinales. Par ailleurs, elle exerce un effet anti-inflammatoire à faible concentration et en présence d inhibiteur des PON sur un modèle de macrophages murins.

19 Références : (1) Boehm D, et al. Paraoxonase-1 status in Crohn s disease and ulcerative colitis. Inflamm Bowel Dis Jan ; 15 (1) : CO.24 L appendicectomie est un facteur de risque de dysplasie de haut grade et de cancer colorectal dans la rectocolite hémorragique Y. Harnoy (1), Y. Bouhnik (2), V. Desfourneaux-Denis (1), L. Maggiori (2), L. Sulpice (1), D. Cazals-Hatem (2), B. Larroque (2), K. Boudjema (1), Y. Panis (2), E. Ogier-Denis (3), X. Treton (2) (1) Rennes; (2) Clichy-la-Garenne; (3) Paris. Introduction : L appendicectomie est actuellement considérée comme un facteur protecteur de la rectocolite hémorragique (RCH). Le but de ce travail était de déterminer si l appendicectomie chez les patients RCH pouvait favoriser l émergence de dysplasie de haut grade (DHG) ou de cancer colorectal (CCR). Matériels et Méthodes : Deux groupes de souris mâles d un nouveau modèle murin de RCH (modèle Interleukine 10/NADPH Oxidase-1 double knock-out, ou modèle IL10/Nox1DKO), appariés par âge, ont été opérés : résection du patch caecal (équivalent lymphoïde murin de l appendice humain, groupe RPC) versus laparotomie blanche (groupe contrôle). Celles-ci ont été euthanasiées un mois plus tard et leurs colons ont été analysés en aveugle par un anatomopathologiste spécialisé dans la RCH et le CCR. La sévérité de la colite et la présence de DHG/CCR ont été évaluées. Une comparaison statistique des résultats des 2 groupes a été réalisée. Parallèlement, une étude bicentrique rétrospective a analysé les caractéristiques des patients RCH opérés de colectomie consécutivement entre 2001 et Leurs antécédents, dont celui d appendicectomie, ont été recherchés. La présence de l appendice, d une DHG et/ou d un CCR sur les pièces de colectomie ont été recherchées en aveugle par un anatomopathologiste spécialisé. Une analyse univariée et multivariée des facteurs de risque de DHG/CCR, incluant l antécédent d appendicectomie, a été réalisée. Résultats : Dans le modèle murin IL10/Nox1DKO, 40 souris ont été opérées, 20 dans chaque groupe. La mortalité était nulle. L équivalent d appendicectomie n a pas montré d effet protecteur ou curateur sur la colite (p = 0.97) à 1 mois. Dans le groupe RPC, 10 souris sur 20 (50%) ont développé sur le colon proximal une DHG ou un CCR (6 DHG et 4 CCR) et 3 souris supplémentaires ont développé une dysplasie de bas grade (DBG) colique, tandis que dans le groupe contrôle, aucune souris (0/20) n a développé de DBG, DHG ou CCR (p = ). Dans l étude chez l homme, parmi les 232 patients atteints de RCH et consécutivement opérés de colectomie, 15 présentaient un antécédent d appendicectomie et 39 présentaient une HGD ou un CCR. Parmi les patients avec antécédent d appendicectomie, 5 présentaient un CCR (33%) et 4 une HGD (27%). Chez les patients nonappendicectomisés, 12 présentaient un CCR (5.5%) et 18 une HGD (8.3%). En analyse multivariée, un antécédent d appendicectomie était le facteur de risque indépendant le plus important de survenue de DHG/CCR chez les patients RCH [p = 0.005, OR = (CI95% = ) ]. Conclusion : Sur un nouveau modèle murin de RCHlike (modèle IL10/Nox1DKO), la résection du patch caecal (équivalent lymphoïde de l appendice) entrainait l apparition de DHG/CCR à 1 mois de vie dans 50% des cas. Chez l homme, notre étude a identifié l antécédent d appendicectomie comme le plus important facteur de risque indépendant de néoplasie colorectale. Nous recommandons de surveiller attentivement les patients RCH avec antécédent d appendicectomie et de ne pas pratiquer d appendicectomie à but thérapeutique chez les patients RCH jusqu à confirmation de nos données par d autres études. Remerciements, financements, autres : AFA (association François Aupetit), SFCD (Société française de chirurgie digestive). JFHOD2015 / JEUDI 19 MARS COMMUNICATIONS ORALES 17

20 COMMUNICATIONS PLÉNIÈRES JFHOD2015 / JEUDI 19 MARS CO.25 Plénière Impact de la réponse virale soutenue sur les complications hépatiques et extrahépatiques à 5 ans chez les patients ayant une cirrhose virale C compensée inclus dans la cohorte ANRS CO12 CirVir P. Nahon (1), V. Bourcier (1), R. Layese (2), N. Talmat (1), S. Allam (3), P. Marcellin (4), D. Guyader (5), S. Pol (3), D. Larrey (6), F. Zoulim (7), D. Roulot (8), V. de Lédinghen (9), D. Ouzan (10), J.-P. Zarski (11), J.-C. Trinchet (1), F. Roudot-Thoraval (2) (1) Bondy; (2) Créteil; (3) Paris; (4) Clichy-la-Garenne; (5) Rennes; (6) Montpellier; (7) Lyon; (8) Bobigny; (9) Pessac; (10) Saint-Laurent-du-Var; (11) Grenoble. 18 Introduction : Les effets bénéfiques des traitements anti-viraux C n ont jamais été évalués de façon prospective. L objectif était d étudier les effets de la réponse virale soutenue (RVs.) sur l incidence des complications survenant dans une cohorte prospective de patients ayant une cirrhose virale C compensée avant l introduction des antiviraux directs de seconde génération en France. Patients et Méthodes : Les patients répondant aux critères d inclusion suivants ont été inclus dans la cohorte par 35 centres français : a) cirrhose histologiquement prouvée ; b) liée au VHC ou au VHB ; c) appartenance à la classe A de Child-Pugh ; d) absence de complication hépatique antérieure à l inclusion. Les patients étaient suivis prospectivement tous les 6 mois. Résultats : Un total de 1672 patients a été consécutivement inclus entre Mars 2006 et Juin Parmi eux, 1323 patients étaient mono-infectés par le VHC [âge 55 ans, hommes 63,5%, Génotype 1 : 62%, 2 : 5%, 3 : 14%, 4 : 8%, autre et DM : 11%]. A l inclusion 1234 (93%) patients étaient sous traitement antiviral ou avaient bénéficié antérieurement d un traitement, 398 (30,1%) ayant une virémie C négative. A la date de point de janvier 2014, correspondant à suivi médian de 43 mois, 517 (41,9%) avaient une charge virale C négative, témoignant d une RVs. chez 402 (34,8%) patients après au moins un traitement à base d interferon (avec anti-protéase de première génération chez 96 patients). Les facteurs indépendants associés à une plus grande probabilité de RVs. étaient un âge jeune, une infection par un génotype 2 ou 3, l absence de thrombopénie, d hypoalbuminémie et d augmentation des gamma-gt. Durant la même période de suivi, les évènements suivants ont été recensés : tumeurs primitives du foie [TPF, n = 141 dont 136 carcinomes hépatocellulaires (CHC) ], décompensation hépatique (définie par la survenue d un premier épisode d ascite, hémorragie digestive ou d encéphalopathie hépatique, n = 170), infection bactérienne (n = 159, dont pulmonaires = 43, urinaires = 40, cutannées = 15, ascite = 15, autres = 45), complications cardio-vasculaires (n = 98), cancers extrahépatiques (n = 61). Les patients ayant une RVs. avaient un risque diminué de survenue d un CHC [Incidence cumulée à 5 ans (CumI 5 ans) : 4,9% vs. 20,7%, Log-rank<0,0001], d une première décompensation hépatique [CumI 5 ans : 7,4% vs. 21,5%, Log-rank<0,0001], d une première infection bactérienne [CumI 5 ans : 9,9% vs. 18,7%, Log-rank = 0,003] et d un premier évènement cardio-vasculaire [CumI 5 ans : 5,2% vs. 10,3%, Log-rank = 0,02]. Cent vingt-quatre décès ont été recensés [insuffisance hépatique ou progression d une TPF : 62 (56%), infection bactérienne : 17 (15%), autre cause : 31 (28%), DM = 14]. La mortalité globale était plus faible chez les patients ayant obtenu une RVs. (CumI 5ans = 3% vs. 15,6%, Logrank<0,0001). En analyse multivariée, l obtention d une RVs. était un facteur indépendant de diminution du risque de CHC (HR = 0,36 [0,21-0,63], P<0,0001), d infection bactérienne (HR = 0,64 [0,45-0,91], P = 0,01) et de survenue d évènements cardiovasculaires (HR = 0,59 [0,37-0,95], P = 0,003). Conclusion : L obtention d une RVs. chez les patients ayant une cirrhose virale C compensée diminue le risque de complications hépatiques (CHC, décompensation) et extrahépatiques (infections bactériennes, évènements cardiovasculaires), avec comme conséquence un allongement de la survie. L augmentation de la probabilité de RVs. suite à l introduction récente des antiviraux directs de seconde génération devrait profondément modifier l histoire naturelle de la cirrhose virale C dans les années à venir.

Essai Inter-groupe : FFCD UNICANCER FRENCH - GERCOR

Essai Inter-groupe : FFCD UNICANCER FRENCH - GERCOR CLIMAT - PRODIGE 30 Etude de phase III randomisée évaluant l Intérêt de la colectomie première chez les patients porteurs d un cancer colique asymptomatique avec métastases hépatiques synchrones non résécables

Plus en détail

LE SYNDROME DE BUDD CHIARI

LE SYNDROME DE BUDD CHIARI CENTRE DE REFERENCE DES MALADIES VASCULAIRES DU FOIE (C.R.M.V.F.) Hôpital Beaujon 100 bd du Général Leclerc 92110 Clichy Service d Hépatologie Pavillon Abrami (consultation) Pavillon Sergent (hospitalisation)

Plus en détail

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Introduction Les localisations digestives sont les plus fréquentes des tumeurs carcinoïdes Il s agit de tumeurs d évolution lente Elles sont souvent asymptomatiques

Plus en détail

Place de la Chirurgie en Situation Palliative dans le Cancer Gastrique

Place de la Chirurgie en Situation Palliative dans le Cancer Gastrique Place de la Chirurgie en Situation Palliative dans le Cancer Gastrique Pr. Christophe Mariette Service de Chirurgie Digestive et Générale CHRU de Lille 1 Contexte Données de la littérature Cancer gastrique

Plus en détail

Table des matières I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15

Table des matières I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15 Table des matières CHAPITRE 1 EXPLORATIONS EN HÉPATOLOGIE 15 I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15 II. TIPS (TRANSJUGULAR INTRAHEPATIC PORTOSYSTEMIC SHUNT 17 OU SHUNT INTRA-HÉPATIQUE PORTO-SYSTÉMIQUE)

Plus en détail

: (1) ; PE. (1) ; G. (2) ; S. (3) ; H. (4) ; D. (5) ; P. (6) ; MH. (7) ; H. (8) ; D. (2) ; D. (2) ; D.

: (1) ; PE. (1) ; G. (2) ; S. (3) ; H. (4) ; D. (5) ; P. (6) ; MH. (7) ; H. (8) ; D. (2) ; D. (2) ; D. Evolution maternelle et fœtale des grossesses survenant chez des malades atteintes de thrombose chronique de la veine porte (TVP) : résultats d une étude européenne multicentrique A. Plessier (1) ; PE.

Plus en détail

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille Aucun CONFLITS D INTÉRÊT Objectifs pédagogiques Savoir définir un cancer du pancréas localement avancé et border

Plus en détail

COELIOSCOPIE EN CHIRURGIE DU CANCER COLO RECTAL MARS 2005

COELIOSCOPIE EN CHIRURGIE DU CANCER COLO RECTAL MARS 2005 COELIOSCOPIE EN CHIRURGIE DU CANCER COLO RECTAL MARS 2005 La Haute Autorité de Santé diffuse un document réalisé par l Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé au titre de son programme

Plus en détail

LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T.

LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T. LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T. CASSAN, J-P TASU PLAN GENERALITES ANATOMIE DU PANCREAS CHIRURGIE PLACE DE

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3 Tumeurs du foie Item 151 GRANDVALLET Céline DCEM3 - Le foie peut être le siège de différentes tumeurs : bénignes ou malignes. - Les différents examens d imagerie sont des outils performants qui nous permettent

Plus en détail

COMPLICATIONS THROMBOTIQUES DES SYNDROMES MYÉLOPROLIFÉRATIFS: ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE

COMPLICATIONS THROMBOTIQUES DES SYNDROMES MYÉLOPROLIFÉRATIFS: ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE COMPLICATIONS THROMBOTIQUES DES SYNDROMES MYÉLOPROLIFÉRATIFS: ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE D APRES «THROMBOTIC COMPLICATIONS OF MYELOPROLIFERATIVE NEOPLASMS : RISK ASSESSMENT AND RISK-GUIDED MANAGEMENT

Plus en détail

L âge moyen des femmes au moment du diagnostic était de 49,7 ans (E.T. 12), avec un pic de fréquence entre 45 et 55 ans

L âge moyen des femmes au moment du diagnostic était de 49,7 ans (E.T. 12), avec un pic de fréquence entre 45 et 55 ans المجلة الصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٢ Le cancer du sein est le principal cancer féminin dans le monde et en Tunisie [1-4]. Son incidence est plus élevée dans les

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Tumeurs de l'estomac «adénocarcinome gastrique» (150) Professeur J.R Delpero Juin 2005 Objectifs : Diagnostiquer une tumeur de l estomac

Tumeurs de l'estomac «adénocarcinome gastrique» (150) Professeur J.R Delpero Juin 2005 Objectifs : Diagnostiquer une tumeur de l estomac Tumeurs de l'estomac «adénocarcinome gastrique» (150) Professeur J.R Delpero Juin 2005 Objectifs : Diagnostiquer une tumeur de l estomac 1. Introduction L'adénocarcinome gastrique se développe à partir

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

2 Gliomes de haut grade

2 Gliomes de haut grade 2 Gliomes de haut grade Etudes rétrospectives de cohortes populationnelles n Les résultats présentés à l ASCO concernent des études rétrospectives de cohortes. On ne dispose pas de résultats d études de

Plus en détail

Définition et Généralités

Définition et Généralités LE CANCER PRIMITIF DU COLON Docteur Jean-Baptiste Bachet, fédération des pathologies digestives, Hôpital Ambroise Paré, APHP, Boulogne Billancourt & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Diagnostic et traitement des lésions néoplasiques du tube digestif

Diagnostic et traitement des lésions néoplasiques du tube digestif Diagnostic et traitement des lésions néoplasiques du tube digestif Frédéric Prat, Hôpital Cochin, Université Paris-Descartes, Paris Euro-Pharmat, Lyon, octobre 2011 Méthodes et outils pour le DIAGNOSTIC

Plus en détail

ARLIX Audrey CHU TOULOUSE

ARLIX Audrey CHU TOULOUSE Mme A ARLIX Audrey CHU TOULOUSE Mme A 40 ans Découverte d une cirrhose en 03/2004 devant une 1 ère DOA Clinique : CVC, ascite, ictère, angiomes stellaires, érythrose palmaire Biologie : Hb :10,2 g/dl TP

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 25 mai 2011 AVASTIN 25 mg/ml Boîte de 1 flacon de 4 ml (CIP : 566 200-7) Boîte de 1 flacon de 16 ml (CIP : 566 201-3) Laboratoires ROCHE Bevacizumab Liste I Réserve hospitalière

Plus en détail

TUMEURS DE L ESTOMAC

TUMEURS DE L ESTOMAC -1/8- Lundi 02/04/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset TUMEURS DE L ESTOMAC I/ INTRODUCTION : Le cancer de l estomac est le 4 cancer en fréquence derrière le

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

Formation Médicale Continue Organisée par l Institut des Maladies de l Appareil Digestif

Formation Médicale Continue Organisée par l Institut des Maladies de l Appareil Digestif Formation Médicale Continue Organisée par l Institut des Maladies de l Appareil Digestif / Nantes 2012 Cours avancé d Endoscopie Digestive Jeudi 2 février 2012 Quoi de neuf en Hépato-Gastroentérologie?

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE

CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE L. Lecoq, J. Gendre, N. Sturm, C. Letoublon, MN. Hilleret, JP. Zarski, V. Leroy

Plus en détail

Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome

Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome 1/34 Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome Dr Xavier Mirabel Département universitaire de radiothérapie Centre Oscar Lambret - Lille - France x-mirabel@o-lambret.fr 2/34 Radiothérapie Traditionnellement

Plus en détail

PROGRAMME PRÉLIMINAIRE. ème 15 journée de Formation Médicale Continue en Hépatologie

PROGRAMME PRÉLIMINAIRE. ème 15 journée de Formation Médicale Continue en Hépatologie PROGRAMME PRÉLIMINAIRE ème 15 journée de Formation Médicale Continue en Hépatologie CNIT PARIS LA DÉFENSE du 24 au 27 SEPTEMBRE 2014 Photo : Agence Sofiacome Conseil d Administration O. Chazouillères (Président),

Plus en détail

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Corinne Bouteloup Service de Médecine Digestive et Hépatobiliaire CHU Clermont-Ferrand Conflits d intérêts Nutricia Nutrition

Plus en détail

EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»?

EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»? EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»? I Jammet (1), E Decroisette (1), M Pouquet (1), Y Aubard (1), JP Rouanet (2), A Maubon (1) (1) Limoges France, (2) Montpellier

Plus en détail

2. Indications (Figure 2)

2. Indications (Figure 2) Conseil de pratique Techniques et indication de l entéroscopie Rédacteur : Gabriel Rahmi Documents de référence : Di Caro S, May A, Heine DG et al; DBE-European Study Group. The European experience with

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Ce que l on sait déjà Néphropathie vasculaire évoluant sur le mode chronique 2 types de sténoses de l artère rénale: SAAR (90%) et

Plus en détail

Thierry PONCHON. Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles

Thierry PONCHON. Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles Thierry PONCHON Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles Connaître les différentes colorations Connaître les indications et leur niveau de preuve

Plus en détail

APPLICATIONS DE LA MICROSCOPIE CONFOCALE A L ENDOSCOPIE DIGESTIVE. Thierry BARRIOZ CHU de POITIERS

APPLICATIONS DE LA MICROSCOPIE CONFOCALE A L ENDOSCOPIE DIGESTIVE. Thierry BARRIOZ CHU de POITIERS APPLICATIONS DE LA MICROSCOPIE CONFOCALE A L ENDOSCOPIE DIGESTIVE Thierry BARRIOZ CHU de POITIERS 3 L endomicroscopie confocale est une nouvelle technique d endoscopie diagnostique, faisant partie des

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Savoir d où l on vient! Bernstein TE. Colorectal Disease. October 2012 14, (10), e668 e678 Norwegian Rectal

Plus en détail

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012 Surveillance des patients VHC non traités Julia ATTALI 15/12/2012 Patients non traités Absence d indication au traitement: patients F0/F1 Echec traitement Contre-indication au traitement Refus du patient

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de :

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de : 1 Les référentiels de bonnes pratiques cliniques des tumeurs de l endomètre. Version 2013 Sous la conduite de : Cédric NADEAU Service de Gynécologie - Obstétrique - CHU de Poitiers & Yannick THIROUARD

Plus en détail

Bilan pré opératoire des cancers ovariens C. GRANIER Imagerie Médicale CRLCC Val d Aurelle Montpellier Données épidémiologiques Incidence en France en 2008 est estimée à 4430 nouveaux cas par an 7ème cause

Plus en détail

Compléments de statistiques

Compléments de statistiques 2 e cycle EM2 & 3 LCA Complément de statistique. Compléments de statistiques Analyse de données de survie Analyse univariée D. Neveu compléments statistiques EM2 EM3 : 2006-2007 2 Objectifs pédagogiques

Plus en détail

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement Mathias VIDON Définition Passage d une partie du contenu gastrique dans l oesophage En pratique clinique : symptômes ou lésions oesophagienne en rapport

Plus en détail

Dépistage, diagnostic et traitement du carcinome hépatocellulaire

Dépistage, diagnostic et traitement du carcinome hépatocellulaire Dépistage, diagnostic et traitement du carcinome hépatocellulaire Jean-Marie Péron Service d Hépato-Gastro-Entérologie Fédération Digestive Hôpital Purpan et INSERM U531 Toulouse 38 Japon 30 Incidence

Plus en détail

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT -

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT - Version n 4 du 07/03/2011 Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude - Protocole n 10 137 01 PROTOCOLE DE RECHERCHE BIOMEDICALE

Plus en détail

Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR?

Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR? Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR? 7 ième Journée scientifique Annuelle 31/ 05/ 2014 Clinique Atlas Dr ALJ AMINA Médecin Nucléaire IMAGERIE EN CANCEROLOGIE - La place de l imagerie

Plus en détail

Tableau 1 : examens biologiques dans les SMD

Tableau 1 : examens biologiques dans les SMD Tableau 1 : examens biologiques dans les SMD Analyses biologiques Diagnostic/Pronostic Indispensable / obligatoire Recommandé utile au diagnotic et/ou à la stratification thérapeutique individuelle En

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges Le risque septique lors des cures d éventration de la paroi abdominale, contre indique

Plus en détail

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE SURVEILLANCE DU CANCER DU SEIN TRAITE ( VIVIANE FEILLEL) SURVEILLANCE LOCOREGIONALE - Séquelles post-thérapeutiques - Récidive homolatérale - Cancer du sein controlatéral SURVEILLANCE GENERALE - Effets

Plus en détail

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT Ce document contient des informations générales au sujet de l intervention qui est programmée chez vous. Discutez des informations fournies avec votre

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Vidéocapsule à tous les étages: VCE, VCO, VCC indications et perspectives

Vidéocapsule à tous les étages: VCE, VCO, VCC indications et perspectives Vidéocapsule à tous les étages: VCE, VCO, VCC indications et perspectives Rémi Systchenko Les enjeux de la videocapsule Le grêle: mieux l explorer L œsophage et le colon: aussi bien voir que l endoscopie

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV JM. Classe, R. Rouzier, O.Glehen, P.Meeus, L.Gladieff, JM. Bereder, F Lécuru Population concernée par la

Plus en détail

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Adénome «Transformé» Adénome présentant un foyer localisé ou étendu d un adénocarcinome superficiel,

Plus en détail

Recommanda)ons+ECCO+ Nouveautés+2014?+

Recommanda)ons+ECCO+ Nouveautés+2014?+ Recommanda)ons+ECCO+ Nouveautés+2014?+ - Enfants! - Adolescents! - Grossesse! Recommanda)ons+à+part+en)ère++ Maladie+de+Crohn++ GT1+:+diagnos)c+et+classifica)on++ L imagerie en coupe (IRM/scanner) et

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein Pr. Yves Aubard Les objectifs généraux de la surveillance Dépistage D un rechute locale ou régionale D un cancer du sein controlatéral D une métastase

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

Bulletin n 10 2014. Cher adhérent, cher donateur,

Bulletin n 10 2014. Cher adhérent, cher donateur, Bulletin n 10 2014 Cher adhérent, cher donateur, La maladie crée souvent une situation de stress aussi il nous a semblé nécessaire de préciser les différentes étapes du parcours de soins afin de faciliter

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

DEPISTAGE DU CANCER DU SEIN ACTUALITES RADIOLOGIQUES. Dr Sébastien ERRERA, Médecin radiologue Lille

DEPISTAGE DU CANCER DU SEIN ACTUALITES RADIOLOGIQUES. Dr Sébastien ERRERA, Médecin radiologue Lille DEPISTAGE DU CANCER DU SEIN ACTUALITES RADIOLOGIQUES Dr Sébastien ERRERA, Médecin radiologue Lille EPIDEMIOLOGIE 1 K chez la femme : 50000 nouveaux cas / an 1 femme sur 8 concernée! K sein = 30 % des K

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Drainage du LCR Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Service de Chirurgie Vasculaire Pôle Cardio-Thoracique et Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR

Plus en détail

Cholangite Sclérosante Primitive

Cholangite Sclérosante Primitive Cholangite Sclérosante Primitive C. Corpechot Centre de Référence des Maladies Inflammatoires des Voies Biliaires Hôpital Saint- Antoine, APHP, Paris Evaluer la progression de l hépatopathie Dépister les

Plus en détail

Malformations de l estomac

Malformations de l estomac Malformations de l estomac Pr Thierry Merrot Enseignement DESC viscéral Paris 2013 Embryologie Vers 4 à 5 semaines Dilatation tubulaire Partie distale de l intestin primitif antérieur Microgastrie anténatale

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Endoscopie le passé le présent et le futur. Prof. Gian Dorta Service de Gastro-entérologie et d Hépatologie CHUV Lausanne

Endoscopie le passé le présent et le futur. Prof. Gian Dorta Service de Gastro-entérologie et d Hépatologie CHUV Lausanne Endoscopie le passé le présent et le futur Prof. Gian Dorta Service de Gastro-entérologie et d Hépatologie CHUV Lausanne Endoscopie digestive 1978 Endoscopie souple 1982 Polypectomie ERCP Mucosectomie

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Hématologie et Soins Palliatifs. Pr Mauricette Michallet Service d Hématologie 1G Centre Hospitalier Lyon Sud

Hématologie et Soins Palliatifs. Pr Mauricette Michallet Service d Hématologie 1G Centre Hospitalier Lyon Sud Hématologie et Soins Palliatifs Pr Mauricette Michallet Service d Hématologie 1G Centre Hospitalier Lyon Sud Problématiques En Onco-Hématologie Les médecins sont face à des situations souvent très complexes

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE FAUT ' IL OPERER LES OBESES? CHIRURGIE DE L OBESITE DEFINITION DE L OBESITE Excès de masse grasse délétère pour la santé IMC > 30 kg / m² CLASSIFICATION

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

CANCERS DE L OVAIRE ST PAUL DE VENCE

CANCERS DE L OVAIRE ST PAUL DE VENCE CANCERS DE L OVAIRE ST PAUL DE VENCE Président : E. Pujade-Lauraine Président d honneur : M. Namer Comité de pilotage : G. Freyer, F. Lécuru, I. Ray-Coquard SOMMAIRE Dépistage Groupe de travail : AC. Hardy-Bessard,

Plus en détail

VIDEO-CAPSULE. D r Eric SGRO Service Hépato gastro-entérologie CARCASSONNE

VIDEO-CAPSULE. D r Eric SGRO Service Hépato gastro-entérologie CARCASSONNE VIDEO-CAPSULE D r Eric SGRO Service Hépato gastro-entérologie CARCASSONNE Qu apporte la vidéo capsule? => vision de la muqueuse de l intestin grêle Non vue par Rx Plus facile que l entéroscopie (rarement

Plus en détail

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE Fier commanditaire de 1 TEST DE DÉPISTAGE SEPTIN9 Votre professionnel de la santé peut utiliser

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DES TUMEURS STROMALES DE L ESTOMAC S.C.V.O. 17 juin 2005 1

TRAITEMENT CHIRURGICAL DES TUMEURS STROMALES DE L ESTOMAC S.C.V.O. 17 juin 2005 1 F. CHIO L. FERRAND TRAITEMENT CHIRURGICAL DES TUMEURS STROMALES DE L ESTOMAC S.C.V.O. 17 juin 2005 1 G.I.S.T* : GENERALITES (1) - Tumeurs rares - Incidence annuelle : 800-900 cas en France - Histologie

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

DIU DE CHIRURGIE OESOGASTRODUODENALE

DIU DE CHIRURGIE OESOGASTRODUODENALE DIU DE CHIRURGIE OESOGASTRODUODENALE SEMINAIRE n 1 Jeudi 12 et vendredi 13 décembre 2013 à LILLE Lieu : Faculté de Médecine de Lille Pôle Recherche (Face à l hôpital Claude HURIEZ), 1 place de Verdun 59037

Plus en détail

Plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers

Plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers Plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers Biomarqueurs et cancers o Identification d altérations génétiques au sein des cellules cancéreuses => nouveaux biomarqueurs moléculaires diagnostic

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

8 ièmes journées de cancérologie digestive PACA-CORSE. Dr. P. GRANDVAL Hôpital de la Timone

8 ièmes journées de cancérologie digestive PACA-CORSE. Dr. P. GRANDVAL Hôpital de la Timone 8 ièmes journées de cancérologie digestive PACA-CORSE Dr. P. GRANDVAL Hôpital de la Timone Cancers digestifs accessibles à un dépistage et une surveillance Cancer colo rectal Cancer de l œsophage: Adénocarcinome

Plus en détail

ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE

ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro-Entérologue CHG Haguenau Dr Pierre OSWALD Radiologie CHG Haguenau MESSAGE SONORE DU DR BERNARD WILLEMIN NOUS EXPLIQUANT QUELS

Plus en détail

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque?

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Mourad DERGUINI Hôpital de Kouba - Alger SAERM, Alger 2015 Le risque

Plus en détail

Marine Lorent, Yohann Foucher, Magali Giral. 13 Décembre 2012. Di at EA-4275

Marine Lorent, Yohann Foucher, Magali Giral. 13 Décembre 2012. Di at EA-4275 Courbes ROC nettes dépendantes du temps : méthode d évaluation de la capacité d un marqueur à prédire la mortalité liée à l insuffisance rénale terminale chez des patients transplantés rénaux. Marine Lorent,

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Cancer de l ovaire RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES TRAITEMENTS, SOINS ET INNOVATION TRAITEMENT CHIRURGICAL. www.e-cancer.

Cancer de l ovaire RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES TRAITEMENTS, SOINS ET INNOVATION TRAITEMENT CHIRURGICAL. www.e-cancer. TRAITEMENTS, SOINS ET INNOVATION JUIN 2009 RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Cancer de l ovaire TRAITEMENT CHIRURGICAL COLLECTION Recommandations & référentiels RECOMMANDATIONS DE PRISE EN CHARGE SPÉCIALISÉE

Plus en détail

Contacts: sanofi-aventis + 33 (0)6 70 93 75 28 + 33 (0) 1 58 10 08 97

Contacts: sanofi-aventis + 33 (0)6 70 93 75 28 + 33 (0) 1 58 10 08 97 Contacts: sanofi-aventis CIRG Anne Bancillon Emmanuelle Mékercke + 33 (0)6 70 93 75 28 + 33 (0) 1 58 10 08 97 DES TRAITEMENTS A BASE DE TAXOTERE ET HERCEPTINE DÉMONTRENT CHEZ LES FEMMES ATTEINTES DE FORME

Plus en détail

CANCER de l ESTOMAC. Dr Kanor, Dr Mineur, Dr Houtin 7 ème Journée Carpentrassienne Vendredi 4 Décembre 2011

CANCER de l ESTOMAC. Dr Kanor, Dr Mineur, Dr Houtin 7 ème Journée Carpentrassienne Vendredi 4 Décembre 2011 CANCER de l ESTOMAC Dr Kanor, Dr Mineur, Dr Houtin 7 ème Journée Carpentrassienne Vendredi 4 Décembre 2011 On aurait pu dire 4 ème rang mondial : poumon,sein,colon 2 ème rang des cancers digestifs France

Plus en détail

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Dr Frédéric Luzerne chirurgien orthopédiste Dr Patrick Morin anesthésiste Emmanuelle

Plus en détail

Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT. Hôpital Cochin

Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT. Hôpital Cochin L hépatite alcoolique aiguë Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT Unités d Hépatologie et d Addictologie i Hôpital Cochin Histoire naturelle Maladie symptomatique Foie normal Maladie alcoolique du

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

LA GASTROPLASTIE VERTICALE CALIBREE AVEC RESECTION GASTRIQUE OU SLEEVE GASTRECTOMIE Sleeve signifie manche ou manchette. C est ainsi que l on nomme cette résection (ablation) de l estomac qui enlève environ

Plus en détail

Importance de l'approche multidisciplinaire de recours dans la prise en charge du CHC complexe

Importance de l'approche multidisciplinaire de recours dans la prise en charge du CHC complexe Importance de l'approche multidisciplinaire de recours dans la prise en charge du CHC complexe Philippe Merle Service d Hépatologie et de Gastroentérologie, Groupement Hospitalier Lyon Nord Centre de Recherche

Plus en détail