CELLULE, ADN ET UNITE DU VIVANT. Chapitre 2 : Des activités cellulaires sous contrôle

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CELLULE, ADN ET UNITE DU VIVANT. Chapitre 2 : Des activités cellulaires sous contrôle"

Transcription

1 CELLULE, ADN ET UNITE DU VIVANT Chapitre 2 : Des activités cellulaires sous contrôle Rappel 6 e : Matière organique : elle est constituée d'atomes de carbone (C), hydrogène (H), et d'oxygène (O), et d'azote (N), phosphore (P), soufre (S) en moindres quantités. Cela correspond à tous les constituants provenant d'êtres vivants (végétaux, animaux, bactéries, champignons vivants ou morts, décomposés ou en cours de décomposition, déjections et humus). Matière minérale : elle est formée de constituants minéraux, c'est à dire de molécules ayant une composition chimique définie et une structure atomique ordonnée. Exemple : l'eau (H 2 O), l'air (N 2, O 2 ) I] Constitution chimique des êtres vivants Activité 1 : Constitution chimique de la matière vivante Le tableau suivant présente la composition chimique moyenne des cellules vivantes : Substances chimiques % de la masse cellulaire Eau 70 Ions minéraux 1 Glucides et précurseurs 3 Acides aminés et précurseurs 0,4 Nucléotides 0,4 Lipides et précurseurs 2 Macromolécules 22 TOTAL 98,8 Le développement et le fonctionnement d un être vivant nécessitent, selon qu il est plus ou moins complexe, la biosynthèse de quelques milliers à quelques dizaines de milliers de molécules spécifiques. 1. Résumer en quelques lignes les principales informations tirées de ce tableau. Les êtres vivants sont principalement constitués d eau. Les macromolécules correspondent à des grosses molécules comme les protéines, l ADN ou les molécules de réserve. Les ions minéraux, les glucides, les acides aminés, les nucléotides et les lipides constituent des «briques de base» permettant la production d énergie par la cellule ou la synthèse de ses macromolécules. Une cellule vivante a donc besoin de prélever dans son environnement les

2 «briques de base» nécessaire à la production de sa propre matière ou à la production d énergie. 2. En quoi les informations tirées du tableau illustrent-elles à la fois l unité et la diversité du monde vivant? Toutes les cellules composant les êtres vivants ont une composition chimique proche ce qui met en évidence une unité du vivant. Le terme macromolécules recouvrent des molécules de nature et de fonction très différentes ce qui marque une certaine diversité du vivant. Bilan : Pour vivre toutes les cellules doivent pouvoir produire des substances organiques nécessaires à leur fonctionnement ou à leur multiplication. II] Les besoins nutritionnels et modes de fonctionnement des cellules 1) Les besoins nutritionnels des cellules Quels sont les besoins des différents types de cellules? Activité 2 : Mise en culture de deux types cellulaires Les cellules présentent des points communs dans leur organisation. Intéressons nous au fonctionnement des cellules et plus particulièrement à leur nutrition. Pour cela des cultures de Levures et de Chlorelles ont été réalisées dans quatre milieux A, B, C et D différents par leur composition chimique. Le tableau 1 résume ces conditions. Tableau 1 : Conditions expérimentales Milieu A Milieu B Milieu C Milieu D Eau distillée X X X X Sels minéraux (Matière minérale) X X Matière organique X X Conséquence : Si ces cellules sont placées dans des conditions environnementales favorables, elles se multiplieront. Si l environnement n est pas favorable, elles mourront. Protocole : On met en culture dans quatre milieux différents A, B, C et D des concentrations IDENTIQUES de chaque type de cellule et on les expose au même éclairement pendant une semaine. On évaluera le nombre de cellule par comptage sur lames de Kova (voir fiche technique). Exploitation des résultats : 1) Décrire l aspect des tubes au début de l expérience puis après une semaine (avec éclairement). En début d expérience le contenu des tubes est limpide (transparent). Après une semaine de culture, les milieux de culture B et D sont colorés en vert car ils contiennent des chlorelles en suspension. Pour les levures, au bout d une semaine, le tube D présente une turbidité importante tandis que le tube C est légèrement moins turbide.

3 Les chlorelles se développent sur les milieux de culture B et D. Tandis que les levures se développent préférentiellement dans le milieu D mais également dans le milieu C. 2) Compter les cellules sur lame Kova. Indiquer si les cellules de levures et de chlorelles se développent dans le même type de milieu. Préciser. Non. Les chlorelles et les levures se développent toutes deux dans le milieu D, mais les chlorelles sont capables de se multiplier dans le milieu B, ce dont sont incapables les levures. 3) Comparer les milieux liquides A, B, C et D. Proposer une explication au fait qu aucun des deux types de cellulaires ne se développent dans le milieu A. Les milieux A, B, C et D sont des milieux qui diffèrent par l absence ou la présence de solutés minéraux ou organiques. Aucun développement des cultures ne s observe sur le milieu A (eau distillée), car l eau distillée n apporte pas les éléments nécessaires au développement des algues ou des levures. 4) L analyse des résultats permet-elle de dégager des points communs et des différences dans le métabolisme d une cellule chlorophyllienne et d une cellule non chlorophyllienne? Métabolisme = fonctionnement du vivant Oui. Les levures ont besoin d eau, d ions minéraux et de substances organiques pour se développer. Alors que les chlorelles (algues vertes) ont besoin d eau et d ions minéraux, elles n ont pas besoin de matière organique. 5) Indiquer pour chaque type cellulaire, s il peut être qualifié d hétérotrophe ou d autotrophe. Autotrophe : qui peut se développer et produire sa propre matière sur un milieu contenant uniquement des substances minérales. Hétérotrophe : qui ne peut pas se développer sur un milieu uniquement minéral et qui produit sa propre matière en utilisant des substances organiques et minérales. Si on se rapporte à ces définitions, les chlorelles sont des êtres vivants autotrophes. Les levures sont des êtres vivants hétérotrophes car elles ne peuvent élaborer leur propre matière organique qu à partir de matière organique préexistante. Bilan : Métabolisme : ensemble des réactions chimiques qui déterminent le mode de fonctionnement d une cellule. La mise en culture de deux types cellulaires sur des milieux qui différent par la présence ou l absence de matière organique met en évidence deux grands modes de fonctionnement cellulaires : - Des cellules qui peuvent se développer sur des milieux ne contenant que des substances minérales : cellules autotrophes (chlorelles, cellules végétales chlorophylliennes) - Des cellules qui ne peuvent se développer qu en présence de substances minérales et organiques : cellules hétérotrophes (levures) 2) Relation entre métabolisme et organisation cellulaire Activité 3 : Le métabolisme d une algue verte : l euglène

4 L euglène est une algue verte unicellulaire. Quatre suspensions d euglènes sont cultivées dans des conditions différentes de nutrition et d éclairement pendant 24 heures. L aspect et la croissance des euglènes sont observés. Le tableau ci-dessous résume ces conditions et les résultats observés. Milieu A B C D Composition du milieu de culture Eau Sels minéraux Eau Sels minéraux Eau Sels minéraux Glucose Eau Sels minéraux Glucose Conditions d éclairement Lumière Obscurité Lumière Obscurité Aspect des euglènes observées au microscope au bout de 24 heures Euglènes vertes Euglènes vertes Euglènes incolores Euglènes incolores Evolution de la culture Accroissement de la population d euglènes Diminution de la population d euglènes et mort Accroissement de la population d euglènes Accroissement de la population d euglènes 1) Par une exploitation rigoureuse des données fournies, préciser les besoins nutritifs des euglènes selon les conditions du milieu. Les euglènes vertes produisent leur propre matière organique à partir de substances minérales en présence d une source d énergie lumineuse. Les euglènes incolores ont besoin d eau, d ions minéraux et de substances organiques pour se développer. Leur développement s effectue à la lumière comme à l obscurité. 2) Indiquer quelle souche peut être qualifiée d autotrophe. Les euglènes vertes sont des êtres vivants autotrophes, car elles peuvent se développer sur un milieu contenant uniquement des substances minérales. 3) A l aide du diaporama, indiquer les caractéristiques structurales spécifiques à la souche autotrophe. La souche verte, contrairement à la souche incolore, renferment des chloroplastes. Ce sont donc les chloroplastes qui confèrent à la souche verte sont autotrophie. 4) A l aide du diaporama, indiquer les organites cellulaires communs aux deux souches et impliqués dans les deux types de métabolismes. Les mitochondries sont présentes dans les deux types de souches d euglènes. Elles sont impliquées dans le métabolisme des cellules eucaryotes, qu elles soient autotrophes ou hétérotrophes. 5) L absence de chloroplastes dans une souche se transmet de génération en génération. Indiquer ce qui peut être déduit sur l origine de cette caractéristique. La présence de chloroplastes ou son absence est un caractère qui se transmet de génération en génération. Comme seule l information génétique est intégralement transmise à la génération cellulaire suivante, on peut en conclure que la présence, ou l absence, d un organite est une caractéristique placée sous le contrôle de l information génétique de cette cellule.

5 Bilan : Les mitochondries sont présentes dans le cytoplasme des cellules eucaryotes autotrophes et hétérotrophes (cellules animales, végétales, champignons). Les chloroplastes sont présents dans le cytoplasme des cellules végétales chlorophylliennes, ce qui confère à ces cellules un mode de vie autotrophe. 3) Echanges gazeux avec l environnement TP : Les échanges gazeux accompagnant le métabolisme Activité : Etude du dégagement gazeux de la cellule chlorophyllienne à l aide d un ordinateur : mesure Exao (ou livre page 161) (Exao = expérimentation assistée par ordinateur) Mise en place du matériel : - Ajouter dans le réacteur du bicarbonate. Lancer l agitation du milieu. - Avec la lampe éclairer les cellules contenues dans le réacteur. - Utiliser la fiche technique mise à disposition pour lancer l interface labosvt. - Laisser le milieu se stabiliser pendant une dizaine de minutes. Expérimentation à la lumière : Temps d analyse : 25 minutes 1. Décrire l évolution des concentrations en O 2 observées à la lumière. A la lumière, les concentrations en O 2 augmentent au cours du temps. Expérimentation à l obscurité : Temps d analyse : 35 minutes - Mettre un sac plastique noir sur le dispositif expérimental et éteindre la lampe. - Utiliser la fiche technique mise à disposition pour lancer une nouvelle acquisition. 2. Décrire l évolution des concentrations en O 2 observées à l obscurité. A l obscurité, les concentrations en O 2 diminuent au cours du temps. 3. Sur le bureau du professeur les mêmes manipulations sont réalisées afin de mesurer l évolution des concentrations en CO 2 dans le milieu. Décrire l évolution des concentrations en CO 2 à la lumière et à l obscurité. A la lumière, la quantité de CO 2 dans le milieu diminue. A l obscurité, les concentrations en CO 2 augmentent au cours du temps. 4. Expliquer en quoi les résultats expérimentaux à la lumière confirment l idée que le CO 2 est un nutriment utilisé par les cellules chlorophylliennes pour la synthèse de leurs molécules organiques. A la lumière, la quantité de CO 2 dans le milieu diminue. Le végétal prélève donc le CO 2. La matière organique étant composée d atomes de carbone, on peut supposer que le carbone du CO 2 prélevé par la plante est utilisé pour réaliser la synthèse de molécules organiques par le végétal 5. Indiquer si les échanges gazeux des cellules chlorophylliennes sont influencés par les variations d éclairement. Proposer une explication.

6 Les échanges gazeux et donc le métabolisme des cellules chlorophylliennes sont influencés par les variations d éclairement. Le végétal respire à l obscurité, il a donc un métabolisme différent à l obscurité et à la lumière. 6. Représenter par deux schémas les échanges de CO 2 et d O 2 entre une cellule chlorophyllienne et son milieu selon les conditions d éclairement. Activité : Etude du dégagement gazeux de la levure à l aide d un ordinateur : mesure Exao (ou livre page 161) (Exao = expérimentation assistée par ordinateur) Mise en place du matériel : - Ajouter dans le réacteur du glucose. Lancer l agitation du milieu. - Avec la lampe éclairer les cellules contenues dans le réacteur. - Utiliser la fiche technique mise à disposition pour lancer l interface labosvt. - Laisser le milieu se stabiliser pendant une dizaine de minutes. Expérimentation à la lumière : Temps d analyse : 25 minutes 1. Décrire l évolution des concentrations en O 2 observées à la lumière. Dans le milieu contenant les levures, les concentrations en O 2 diminuent au cours du temps. Expérimentation à l obscurité : Temps d analyse : 35 minutes - Mettre un sac plastique noir sur le dispositif expérimental et éteindre la lampe. - Utiliser la fiche technique mise à disposition pour lancer une nouvelle acquisition à l aide de l interface labosvt. 2. Décrire l évolution des concentrations en O 2 observées à l obscurité. Dans le milieu contenant les levures, les concentrations en O 2 diminuent au cours du temps. 3. Sur le bureau du professeur les mêmes manipulations sont réalisées afin de mesurer l évolution des concentrations en CO 2 dans le milieu. Décrire l évolution des concentrations en CO 2 à la lumière et à l obscurité. Dans le milieu contenant les levures, les concentrations en CO 2 augmentent au cours du temps à la lumière comme à l obscurité. 4. Indiquer si les échanges gazeux des levures sont influencés par les variations d éclairement. On constate qu il n y a pas d influence des conditions d éclairement contrairement aux cellules végétales chlorophylliennes. A la lumière, comme à l obscurité, les levures rejettent du CO 2 et absorbent de l O 2.

7 5. Représenter par un schéma les échanges de CO 2 et d O 2 entre une levure et son milieu. Echanges gazeux de la levure Bilan : Comparaison des échanges gazeux accompagnant le métabolisme des levures et des cellules chlorophylliennes. 1) Conclure en indiquant la nature des échanges gazeux accompagnant chaque type de métabolisme. Les levures qui sont des êtres vivants hétérotrophes rejettent du CO 2 et absorbent de l O 2. Les cellules chlorophylliennes qui sont autotrophes rejettent de l O 2 et absorbent du CO 2 à la lumière. 2) Formuler une hypothèse expliquant que le métabolisme d une cellule chlorophyllienne soit différent à la lumière et à l obscurité. Il est possible de supposer que le métabolisme des cellules chlorophylliennes soit lié à la présence de chloroplastes qui sont absents des autres types cellulaires. Bilan : Selon les substances qu elles prélèvent dans leur environnement pour produire leur propre matière organique, les cellules présentent deux types de métabolisme. Les cellules AUTOTROPHES ne prélèvent que des substances minérales : sels minéraux, eau, CO 2. Ces cellules produisent leur matière organique à partir de composés minéraux et d une source d énergie externe comme la lumière. Les cellules HETEROTROPHES prélèvent des substances minérales et des substances organiques ; c est à partir de ces dernières qu elles tirent l énergie nécessaire à la synthèse de leur propre matière. L autotrophie et l hétérotrophie sont les deux grands types de métabolisme des cellules. BILAN DES 2 TYPES DE METABOLISME CELLULAIRE : Type de métabolisme Autotrophie Hétérotrophie Nature des besoins Matière minérale et matière Matière minérale nutritifs organique Nature des échanges Consomme du dioxyde de Consomme du dioxygène et

8 gazeux carbone et rejette du dioxygène rejette du dioxyde de carbone Conditions particulières A la lumière Types de cellules Cellules animales, Cellules végétales champignons, végétales non chlorophylliennes chlorophylliennes Organites concernés Chloroplastes Mitochondries

29- Les chaines alimentaires commence toujours par un. et se termine par un

29- Les chaines alimentaires commence toujours par un. et se termine par un Fiche de révision fin d'année 4 eme primaire Complète les phrases suivantes: 1- L'absorption des aliments digère à lieu à travers. 2- Les amidons sont digères par 3- La.. est la transformation des aliments.

Plus en détail

LA A RESPIRATION CELLULAIRE

LA A RESPIRATION CELLULAIRE Instructions aux professeurs Domaine : 1.1 Le transport de substances, réaction chimique de la respiration cellulaire, p. 6 Travail à réaliser : Les élèves répondent aux questions. Matériel : Feuilles

Plus en détail

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire)

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire) 4- Organisation structurale et fonctionnelle des cellules Organismes unicellulaires Organismes pluricellulaires cellule Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire

Plus en détail

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2. La chimie de la vie Au menu aujourd hui Les éléments chimiques et l eau http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.jpg Au menu aujourd hui Les éléments chimiques

Plus en détail

ne définition de l arbre.

ne définition de l arbre. LA PHYSIOLOGIE DES ARBRES. U ne définition de l arbre. L es arbres sont des êtres vivants qui occupent une place à part dans le monde végétal. Ils sont indispensables à la vie sur terre et ils ont largement

Plus en détail

THEME N 2 ENJEUX PLANETAIRES CONTEMPORAINS : ENERGIE, SOL Sous thème A : De la lumière solaire aux combustibles fossiles

THEME N 2 ENJEUX PLANETAIRES CONTEMPORAINS : ENERGIE, SOL Sous thème A : De la lumière solaire aux combustibles fossiles THEME N 2 ENJEUX PLANETAIRES CONTEMPORAINS : ENERGIE, SOL Sous thème A : De la lumière solaire aux combustibles fossiles Chap 1 - De la lumière solaire à la matière organique : la photosynthèse L énergie

Plus en détail

LE FERMENTEUR. il permet de réaliser les cultures dans des conditions stériles, physiquement et chimiquement contrôlées : température ph agitation po2

LE FERMENTEUR. il permet de réaliser les cultures dans des conditions stériles, physiquement et chimiquement contrôlées : température ph agitation po2 FERMENTATION le terme de fermentation est réservé à la culture de microorganismes (bactéries, levures, moisissures) mais, métaboliquement parlant, on devrait réserver ce terme aux cultures en conditions

Plus en détail

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Notice MESURACOLOR Colorimètre à DEL Réf. 22020 Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Indicateur Etalonnage Bouton Marche/Arrêt Indicateur de sélection de la longueur d'onde Indicateur de mode chronomètre

Plus en détail

Biologie et Physiologie Végétales

Biologie et Physiologie Végétales Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis Biologie et Physiologie Végétales Autotrophie des organismes végétaux LA PHOTOSYNTHESE

Plus en détail

Chapitre 2 : Organisation de la cellule

Chapitre 2 : Organisation de la cellule Partie 1 : notions de biologie cellulaire DAEU- Cours Sciences de la Nature & de la Vie- Marc Cantaloube Chapitre 2 : Organisation de la cellule La cellule est l unité de base des êtres vivants. Il existe

Plus en détail

Chapitre 2 La nature du vivant. 2-1- Le monde inerte et le monde vivant. 2-3- les molécules chimiques constitutives des êtres vivants

Chapitre 2 La nature du vivant. 2-1- Le monde inerte et le monde vivant. 2-3- les molécules chimiques constitutives des êtres vivants Chapitre 2 La nature du vivant Introduction 1- La composition des êtres vivants 2- La biochimie de la vie 2-1- Le monde inerte et le monde vivant 2-2- La richesse en eau du vivant 2-3- les molécules chimiques

Plus en détail

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Réf. : 13CSFL35 CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Mis à jour en Décembre 2012 Préambule Ce document a pour objet de fournir les caractéristiques générales des levures fraîches de

Plus en détail

Document de travail. La serre de VeRT-SeRRe ANNEXES

Document de travail. La serre de VeRT-SeRRe ANNEXES Documentdetravail La serre de VeRT-SeRRe ANNEXES 2010-2011 Ste Thérèse,le8octobre2010 Objet: Appeld offres Nousfaisonsappelàvosservicesafinquevousétablissiezunelistederecommandations dontnousdevronstenircomptelorsdelacréationdenosnouvellesserres.

Plus en détail

LA DIGESTION I. L APPAREIL DIGESTIF.

LA DIGESTION I. L APPAREIL DIGESTIF. LA DIGESTION Les aliments ingérés ne peuvent être utilisés tels quels par l organisme. Ils doivent être simplifiés par l appareil digestif en nutriments assimilables, et ce au cours de la digestion. Digestion

Plus en détail

2. Les agents de maladies infectieuses

2. Les agents de maladies infectieuses 2. Les agents de maladies infectieuses 2a. Ce qui est un agent pathogène des plantes? Les organismes phytopathogènes sont pour la plupart les champignons, les bactéries, les nématodes, et les virus (il

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Séquence pédagogique

Séquence pédagogique Séquence pédagogique Les matériaux de l espace L ensemble des questions concerne à la fois les sciences de la vie et de la Terre et la physique-chimie, dans le cadre des thèmes de convergence que sont

Plus en détail

TP N 3 La composition chimique du vivant

TP N 3 La composition chimique du vivant Thème 1 : La Terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant : une planète habitée Chapitre II : La nature du vivant TP N 3 La composition chimique du vivant Les conditions qui règnent sur terre

Plus en détail

CHAPITRE I /ENERGIE ET CELLULE VIVANTE/ La PHOTOSYNTHESE :

CHAPITRE I /ENERGIE ET CELLULE VIVANTE/ La PHOTOSYNTHESE : CHAPITRE I /ENERGIE ET CELLULE VIVANTE/ La PHOTOSYNTHESE : PREAMBULE: Structure tridimensionnelle d une feuille : Rappel : anatomie d une plante verte : -> Schéma d interprétation 3D : (à légender) TP

Plus en détail

Comptage Hétérotrophe sur Plaque (CHP)

Comptage Hétérotrophe sur Plaque (CHP) Comptage Hétérotrophe sur Plaque (CHP) École Secondaire But: Déterminer si un échantillon d'eau est dans la norme des recommandations canadiennes pour l'eau potable en ce qui concerne la croissance bactérienne.

Plus en détail

Ecole Normale de l Enseignement Privé Concours d entrée interne Session novembre 2008 SCIENCES

Ecole Normale de l Enseignement Privé Concours d entrée interne Session novembre 2008 SCIENCES Ecole Normale de l Enseignement Privé Concours d entrée interne Session novembre 2008 SCIENCES Durée : 2 heures 30 Coefficient : 2 1 ère partie : Sciences physiques (15 points) I) En consultant les divers

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière.

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière. Chapitre n 2 3 Conduction électrique et structure de la matière. T.P.n 1: Les solutions aqueuses sont-elles conductrices? >Objectifs: Tester le caractère conducteur ou isolant de diverses solutions aqueuses.

Plus en détail

1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE

1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE FICHE DE DONNEES DE SECURITE ULTIMEG 2002T DATE DE RÉVISION : 03/02/2005 1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE NOM DE PRODUIT ULTIMEG 2002T NO DE PRODUIT : U2002T DISTRIBUTEUR

Plus en détail

Sommaire. Séquence 3. Séance 1. Séance 2. Comment apporter l énergie nécessaire au fonctionnement de nos muscles?

Sommaire. Séquence 3. Séance 1. Séance 2. Comment apporter l énergie nécessaire au fonctionnement de nos muscles? Sommaire Séquence 3 Pour nous déplacer, prendre un objet, monter des escaliers, nous utilisons nos muscles. Quand nous devons faire un effort important, il faut prendre des aliments riches en énergie,

Plus en détail

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Fonctionnement de l organisme et besoin

Plus en détail

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek I) Les cellules procaryotes II) Les cellules eucaryotes o 1) Caractéristiques générales des cellules eucaryotes o 2) Organisation des cellules eucaryotes

Plus en détail

Séquence 4. La nature du vivant. Sommaire. 1. L unité structurale et chimique du vivant. 2. L ADN, support de l information génétique

Séquence 4. La nature du vivant. Sommaire. 1. L unité structurale et chimique du vivant. 2. L ADN, support de l information génétique Séquence 4 La nature du vivant Sommaire 1. L unité structurale et chimique du vivant 2. L ADN, support de l information génétique 3. Synthèse de la séquence 4. Exercices Devoir autocorrectif n 2 Séquence

Plus en détail

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Acide aminé (AA) Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Isabelle Quinkal INRIA Rhône-Alpes Septembre 2003 Petite molécule dont l enchaînement compose les protéines - on dit qu

Plus en détail

CHAP 5 : LES PLANTES A FLEURS ET LA VIE FIXEE

CHAP 5 : LES PLANTES A FLEURS ET LA VIE FIXEE CHAP 5 : LES PLANTES A FLEURS ET LA VIE FIXEE Une plante est constituée de racines ancrées dans le sol et de tiges feuillées se développant en milieu aérien. la plante est donc en contact avec 2 milieux

Plus en détail

Végétaux Exemples d individus

Végétaux Exemples d individus Végétaux Formation Biologie 2011 2012 Végétaux Exemples d individus Végétaux Embranchement Classification Description Reproduction Mode de vie Exemples d individu Végétaux Règne > Etymologie «Végetaux»

Plus en détail

Le réchauffement climatique, c'est quoi?

Le réchauffement climatique, c'est quoi? LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Le réchauffement climatique, c'est quoi? Le réchauffement climatique est l augmentation de la température moyenne à la surface de la planète. Il est dû aux g az à effet de serre

Plus en détail

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs 0193 exe TOTAL A5 contamination_mise en page 1 20/09/11 15:41 Page1 Se protéger contre la contamination par les micro-organismes Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour la classe de première série sciences et technologies de laboratoire Chimie, biochimie, sciences du vivant Thème 2 Évaluation sommative

Plus en détail

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4)

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4) PHYSIQUE-CHIMIE 4 ème TRIMESTRE 1 PROGRAMME 2008 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Les Cours Pi e-mail : lescourspi@cours-pi.com site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT DATE SEQUENCE jeudi 8 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Jeudi 8 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement.

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Rappels : L air qui nous entoure contient 3 gaz principaux: 71% d azote, 21% d oxygène, 0,03 % de CO2 et quelques gaz rares. L eau de chaux se trouble

Plus en détail

Biotechnologies. 114-1 - - 1 -Les Biotechnologies

Biotechnologies. 114-1 - - 1 -Les Biotechnologies 114-1 - - 1 -Les Utilisation des processus biologiques pour produire des biens et des services. Les biotechologies tirent leur efficacité des techniques clés engendrées par les progrès conjoints de la

Plus en détail

DIGESTION IN VITRO (Faure-Rabasse S.)

DIGESTION IN VITRO (Faure-Rabasse S.) DIGESTION IN VITRO (Faure-Rabasse S.) classe : 5 ème durée : 55 minutes Contexte : La partie «digestion des aliments et le devenir des Nutriments» commence avec la mise en place de cette tâche. En introduction

Plus en détail

ACTION 2 : Optimisation des processus d extraction et valorisation énergétique

ACTION 2 : Optimisation des processus d extraction et valorisation énergétique ACTION 2 : Optimisation des processus d extraction et valorisation énergétique Action 2.6. : Analyse environnementale de la filière microalgues-biodiesel Séminaire Final, Vitoria, 27 Mars 2014 Objectifs

Plus en détail

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 PRATIQUES OENOLOGIQUES SPECIFIQUES AUX VINS AROMATISES, AUX BOISSONS A BASE DE PRODUIT VITIVINICOLE ET AUX BOISSONS A BASE DE VIN L Assemblée Générale CONSIDERANT la résolution

Plus en détail

Fascicule d'apprentissage BIOLOGIE L'anatomie et la physiologie des cellules BIO-5064-2

Fascicule d'apprentissage BIOLOGIE L'anatomie et la physiologie des cellules BIO-5064-2 Fascicule d'apprentissage BIOLOGIE L'anatomie et la physiologie des cellules BIO-5064-2 Octobre 2004 I Introduction Ce cours de Biologie 5064-2 L'anatomie et la physiologie des cellules d'une durée de

Plus en détail

Ingestion Digestion Absorption Élimination

Ingestion Digestion Absorption Élimination Ingestion Digestion Absorption Élimination Ingestion(humaine) Dans la bouche la nourriture est dégradé physiquement par les dents et dégradé chimiquement par la salive La salive est un mélange d eau et

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT DATE SEQUENCE lundi 12 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Lundi 12 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

Précipitation - Produit de solubilité

Précipitation - Produit de solubilité Précipitation Produit de olubilité A Introduction : Lor de l addition de certain ion ( O H, Cl,...) dan une olution contenant de cation métallique, nou contaton qu il apparaît une phae olide. L apparition

Plus en détail

LES SUCRES. Exemple : Représentation du glycéraldéhyde (2, 3 dihydroxypropanal)

LES SUCRES. Exemple : Représentation du glycéraldéhyde (2, 3 dihydroxypropanal) LES SUCRES I ) Compléments de Stéréochimie 1) Représentation de Fischer Pour les sucres et les acides aminés, on utilise une autre représentation des molécules dans l'espace : la représentation de Fischer.

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Fluorures

Consensus Scientifique sur. les. Fluorures page 1/5 Consensus Scientifique sur Source : IPCS (2002) les Fluorures Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les aliments et l'eau de boisson contiennent généralement au moins un peu de fluorures. On

Plus en détail

L air que nous respirons

L air que nous respirons L air que nous respirons Brumes matinales sur le bocage normand, France Les êtres vivants et le dioxygène Le dioxygène est une molécule essentielle de l environnement. Elle représente près de 21 % des

Plus en détail

Photos des différents ingrédients

Photos des différents ingrédients 14 globules blancs (2 cuillères à soupe farine) participent à la défense contre les bactéries. plaquettes (2 cuillères à café pigment jaune) participent à la coagulation = bouchent les trous Photos des

Plus en détail

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Pour une éco-construction dans les règles de l art Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Mars 2011 www.eti-construction.fr - 1 - RENFORCER L ENVELOPPE chap.

Plus en détail

RECHERCHE EXPÉRIMENTALE SUR L ACIDITÉ

RECHERCHE EXPÉRIMENTALE SUR L ACIDITÉ RECHERCHE EXPÉRIMENTALE SUR L ACIDITÉ CAHIER DE BORD Version B Brigitte Loiselle Janvier 2006 CAPSULE THEORIQUE : L ACIDITE L eau pure est une substance composée de particules formées de deux atomes d

Plus en détail

L ACTE PHOTOCHIMIQUE DE LA PHOTOSYNTHESE

L ACTE PHOTOCHIMIQUE DE LA PHOTOSYNTHESE L ACTE PHOTOCHIMIQUE DE LA PHOTOSYNTHESE Acte photochimique Réactions chimiques L ACTE PHOTOCHIMIQUE DE LA PHOTOSYNTHESE I- La lumière et son énergie. A- Les radiations lumineuses Rappel : E = hν; h constante

Plus en détail

L ES E S GLUCIDES. a) Oses Les oses sont de petites molécules de glucides comprenant entre 12 et 24 atomes. Ce sont des molécules non hydrolysables.

L ES E S GLUCIDES. a) Oses Les oses sont de petites molécules de glucides comprenant entre 12 et 24 atomes. Ce sont des molécules non hydrolysables. L ES E S GLUCIDES. Introduction : Source de glucides? Plusieurs aliments d origine différente contiennent des glucides : Sucre, fruits, lait, pain, pâte, riz, légumes secs Rôle? Leur rôle est d apporter

Plus en détail

Microbiologie BIOL 3253. Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons

Microbiologie BIOL 3253. Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons Microbiologie BIOL 3253 Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons Les lentilles et la déviation de la lumière Quand un rayon lumineux passe d un milieu à un autre,

Plus en détail

Spécialiste de l hydroculture. Nous proposons 9 modules de formation :

Spécialiste de l hydroculture. Nous proposons 9 modules de formation : Spécialiste de l hydroculture Nous proposons 9 modules de formation : Module 1 : Historique de la lutte contre les ravageurs. Module 2 : Règles de base sur la santé des végétaux. Module 3 : Les stress

Plus en détail

PROGRAMME DE REVISIONS - TERM S /2016

PROGRAMME DE REVISIONS - TERM S /2016 PROGRAMME DE REVISIONS - TERM S /2016 ENSEIGNEMENT DE SPECIALITE THEMES 1 2 et 3 ENTRAINEMENT THEME 1 - LA TERRE DANS L UNIVERS LA VIE L EVOLUTION DE LA VIE ENERGIE ET CELLULE VIVANTE I / FLUX D ENERGIE

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

LISTE V AU PROTOCOLE A MAROC. Description des produits

LISTE V AU PROTOCOLE A MAROC. Description des produits LISTE V AU PROTOCOLE A MAROC 04.03 Babeurre, lait et crème caillés, yoghourt, képhir et autres laits et crèmes fermentés ou acidifiés, même concentrés ou additionnés de sucre ou d'autres édulcorants ou

Plus en détail

Présentation générale des principales sources d énergies fossiles.

Présentation générale des principales sources d énergies fossiles. Présentation générale des principales sources d énergies fossiles. Date : 19/09/2012 NOM / Name SIGNATURE Etabli / Prepared Vérifié / Checked Approuvé /Approved G J-L & R-SENE R.SENE R.SENE Sommaire 1.

Plus en détail

FORFOR 2010 LA MISE EN ŒUVRE EXPERIMENTALE DE LA NUTRITION CHEZ LES AUTOTROPHES

FORFOR 2010 LA MISE EN ŒUVRE EXPERIMENTALE DE LA NUTRITION CHEZ LES AUTOTROPHES FORFOR 2010 LA MISE EN ŒUVRE EXPERIMENTALE DE LA NUTRITION CHEZ LES AUTOTROPHES Formatrices : Anne Bauwens et Sandrine Kivits Lecture : Michel Edmond Ghanem www.uclouvain.be/scienceinfuse Scienceinfuse

Plus en détail

Tableau d avancement

Tableau d avancement Terminale S - AP SPC 6 Tableau d avancement Objectifs : Savoir réaliser un bilan de matière initial, intermédiaire ou final grâce à un tableau d avancement. Une transformation chimique est l évolution

Plus en détail

L'ABC. Le gaz naturel

L'ABC. Le gaz naturel Le gaz naturel Composition SAVIEZ-VOUS QUE? Le pourcentage exact de méthane dans le gaz naturel varie légèrement d'un endroit à l'autre. Dans le réseau de distribution du Québec, il y a 95,4 % de méthane.

Plus en détail

Collège Pablo Picasso Concours C Génial année 2013

Collège Pablo Picasso Concours C Génial année 2013 François Mathieu Victor Théo Antoine Bastien Anthony Maxime Clément Collège Pablo Picasso Concours C Génial année 2013 Intervenant : Mme Lemeur, ingégieur à Air Normand Choisir un sujet On s est réuni

Plus en détail

Les objectifs du règlement sur l utilisation des engrais et des pesticides sont de :

Les objectifs du règlement sur l utilisation des engrais et des pesticides sont de : GUIDE EXPLICATIF POUR LES CITOYENS RÈGLEMENT SUR L UTILISATION DES ENGRAIS ET DES PESTICIDES Les objectifs du règlement sur l utilisation des engrais et des pesticides sont de : Réduire l apport par ruissellement

Plus en détail

Point 12 de l ordre du jour CX/FL 10/38/17

Point 12 de l ordre du jour CX/FL 10/38/17 Point 12 de l ordre du jour CX/FL 10/38/17 F PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR L ÉTIQUETAGE DES DENRÉES ALIMENTAIRES TRENTE-HUITIÈME SESSION QUÉBEC (CANADA), 3 7 MAI

Plus en détail

LE POINT DE VUE DE FNE

LE POINT DE VUE DE FNE LE POINT DE VUE DE FNE Voir à ce sujet les articles suivants : - «Pour une eau vivante : la fin des barrages?» de la Lettre eau N 2 (juin 1996) - «Rapport de la Commission Mondiale des Barrages : les clés

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE. Référence formule : 17013704. 1.2 Nature de la préparation : Désodorisant pour la voiture. Flacon pompe de 125 ml.

FICHE DE DONNEES DE SECURITE. Référence formule : 17013704. 1.2 Nature de la préparation : Désodorisant pour la voiture. Flacon pompe de 125 ml. Date d'émission : 03/08/07 Annule et remplace : STANHOME International Direction Technique 3 allée de Grenelle F-92444 Issy-Les-Moulineaux Cedex Tel. : (+33) 01.41.08.53.55 Fax : (+33) 01.41.08.58.40 FICHE

Plus en détail

FICHE DE DONNEE SECURITE

FICHE DE DONNEE SECURITE Degy Anti-fourmis 28/03/12 page1/6 FICHE DE DONNEE SECURITE 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DU FOURNISSEUR Désignation commerciale: DEGY ANTI-FOURMIS Utilisation de la préparation : Produit

Plus en détail

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire Le ph Qu est-ce que le ph? Le ph mesure l acidité d un liquide. Sa valeur s exprime sur une échelle graduée de 0 à 14 où 1 désigne une substance fortement acide, 7, une substance neutre, et 14, une substance

Plus en détail

Fonctionnement de l organisme et besoin en énergie

Fonctionnement de l organisme et besoin en énergie Partie 2 Fonctionnement de l organisme et besoin en énergie Y Cette partie doit permettre à l élève d appréhender quelques aspects généraux concernant le fonctionnement du corps humain. Il s agit principalement

Plus en détail

Professeur Michel SEVE

Professeur Michel SEVE UE2 : Structure générale de la cellule Chapitre 2 : Structure de la cellule Le réticulum endoplasmique Professeur Michel SEVE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Page 1 de 5 SECTION 1: Identification de la substance/du mélange et de la société/l'entreprise Identificateur de produit Utilisations identifiées pertinentes de la substance ou du mélange et utilisations

Plus en détail

Protection contre les algues et les champignons

Protection contre les algues et les champignons Akzo Nobel Coatings AG Anwendungstechnik Täschmattstrasse 16 6015 Luzern T +41 (0)41 268 14 14 F +41 (0)41 268 13 18 www.akzonobel.ch Information technique Brochure d information sur le thème Protection

Plus en détail

Séquence 2. Énergie et cellule vivante. Sommaire

Séquence 2. Énergie et cellule vivante. Sommaire Séquence 2 Énergie et cellule vivante Sommaire 1. Prérequis 2. La photosynthèse : conversion de l énergie lumineuse en énergie chimique 3. Respiration et fermentation cellulaire 4. Utilisation de l ATP

Plus en détail

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel 10 en agronomie Les engrais minéraux Livret d autoformation ~ corrigés 8 Domaine technologique et professionnel Collection dirigée par Madeleine ASDRUBAL Ingénieur d agronomie ENESAD Département des Sciences

Plus en détail

UN VOYAGE DE CLASSE RESPONSABLE

UN VOYAGE DE CLASSE RESPONSABLE CORRIgé fiche élève ce2 - cm1 - cm2 UN VOYAGE DE CLASSE RESPONSABLE J'APPROFONDIS J OBSERVE Observe la vidéo puis réponds aux questions ECJS SÉANCE 2 - VOYAGER = POLLUER SCIENCES J'OBSERVE a) Que rejettent

Plus en détail

Exercices sur les combustions et les combustibles Enoncés

Exercices sur les combustions et les combustibles Enoncés Exercices sur les combustions et les combustibles Enoncés Exercice n : (revoir la nomenclature des alcanes) question : a) Écrire les formules semi-développées des alcanes suivants : le n-hexane le -méthylpentane

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Commentaires pour l'évaluation Contenu du cahier de laboratoire Problématique : Le glucose est un nutriment particulièrement important pour le sportif.

Plus en détail

1. L appareil digestif chez l homme.

1. L appareil digestif chez l homme. 1. L appareil digestif chez l homme. Beaucoup d êtres vivants nous entourent, tous se caractérisent par des propriétés et des caractères communs. comme la nutrition le transport la respiration l excrétion

Plus en détail

Il est important de connaître l eau qui coule autour de chez nous et prendre conscience que cette ressource peut vite se fragiliser.

Il est important de connaître l eau qui coule autour de chez nous et prendre conscience que cette ressource peut vite se fragiliser. Réponses ENQUÊTE SUR L EAU Connaissez-vous les secrets de? Il est important de connaître l eau qui coule autour de chez nous et prendre conscience que cette ressource peut vite se fragiliser. La Lizaine

Plus en détail

1L : Alimentation et environnement Activité.5 : Les glucides

1L : Alimentation et environnement Activité.5 : Les glucides 1L : Alimentation et environnement Activité.5 : Les glucides Les glucides I. Les différents types de glucides Dans la famille des glucides, on trouve les sucres et l amidon. Il existe deux types de sucres

Plus en détail

Chapitre 2 - VARIABILITÉ GÉNÉTIQUE ET MUTATION DE L ADN

Chapitre 2 - VARIABILITÉ GÉNÉTIQUE ET MUTATION DE L ADN Chapitre 2 - VARIABILITÉ GÉNÉTIQUE ET MUTATION DE L ADN Les organismes ne peuvent survivre que si leur ADN est soigneusement répliqué et protégé des altérations chimiques et physiques qui pourraient changer

Plus en détail

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Nom : Prénom: n groupe: TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Consignes de sécurité de base: Porter une blouse en coton, pas de nu-pieds Porter des lunettes, des gants (en fonction des espèces

Plus en détail

Chapitre 3 : La satisfaction des besoins des organes en nutriments.

Chapitre 3 : La satisfaction des besoins des organes en nutriments. Chapitre 3 : La satisfaction des besoins des organes en nutriments. Nous savons que nos organes utilisent le dioxygène, mais aussi les nutriments contenus dans le sang, pour fabriquer l énergie dont ils

Plus en détail

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777)

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) 1ère S Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) Objectif : pratiquer une démarche expérimentale pour déterminer la concentration d une

Plus en détail

Qu est-ce qui compose notre environnement dans le collège et à proximité? Quelles sont ses variations au cours du temps?

Qu est-ce qui compose notre environnement dans le collège et à proximité? Quelles sont ses variations au cours du temps? C.I n 1 : JE DECOUVRE LES CARACTERISTIQUES DE NOTRE ENVIRONNEMENT Qu est-ce qui compose notre environnement dans le collège et à proximité? Quelles sont ses variations au cours du temps? Séquence n 1 :

Plus en détail

L arbre près de chez moi

L arbre près de chez moi L arbre près de chez moi Module 3 Les arbres et le stress Résumé du module 3 Les élèves découvrent l influence de l environnement sur le développement de l arbre et les maladies qui peuvent l affecter.

Plus en détail

Formation au risque incendie

Formation au risque incendie Formation au risque incendie proposée par la classe de 1 SPVL sous la conduite de M. BAUDET dans le cadre de l enseignement «Gestion des espaces ouverts au public» Le triangle du feu Par Cécilia, Nesrine,

Plus en détail

Les oeufs et ovoproduits

Les oeufs et ovoproduits Les oeufs et ovoproduits Cela fesait un moment que je n avais pas écrit d articles de technologie du CAP, aujourd hui ce sera sur les œufs et ovoproduits. Définition d un oeuf : L oeuf est un corps organique

Plus en détail

Pour le 21/09/2010 Ex 1,2,4,6 p 159. CORRECTION Ex 1,2,4,6 p 159 Pour le 23/09/2010 Ex 7 et 8 p 159. Correction Ex 7, 8 p 159

Pour le 21/09/2010 Ex 1,2,4,6 p 159. CORRECTION Ex 1,2,4,6 p 159 Pour le 23/09/2010 Ex 7 et 8 p 159. Correction Ex 7, 8 p 159 07/09/10 : Accueil de la classe Fiche d'information, présentation du fonctionnement du cours de physique-chimie, lecture du règlement intérieur. 09/09/10 : suite du cours Chapitre 1 : Les lumières colorées

Plus en détail

Diversité des phénotypes aux différentes échelles macroscopique, cellulaire et moléculaire

Diversité des phénotypes aux différentes échelles macroscopique, cellulaire et moléculaire 1 CHAPITRE I Diversité des phénotypes aux différentes échelles macroscopique, cellulaire et moléculaire 2 Au sein du règne vivant, il existe une grande unité (Acide DesoxyriboNucléique, cellules ) qui

Plus en détail

Chapitre 8 production de l'énergie électrique

Chapitre 8 production de l'énergie électrique Chapitre 8 production de l'énergie électrique Activité 1 p 116 But Montrer que chaque centrale électrique possède un alternateur. Réponses aux questions 1. Les centrales représentées sont les centrales

Plus en détail

Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES

Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES Exercice A :Une faible absorption des acides aminés (anorexie, dénutrition, problème métabolique etc.) ne permet pas à l organisme de renouveler et de conserver

Plus en détail

LA DIGESTION. fiche Dl : signification de la digestion

LA DIGESTION. fiche Dl : signification de la digestion LA DIGESTION 1. A QUOI SERT L'APPAREIL DIGESTIF? fiche Dl : signification de la digestion L'appareil digestif a un triple rôle : 1 - digérer = réduire les aliments en de très fines particules (de la bouche

Plus en détail

-~w. les macm nuir\(y\qf1ts. Les rsaerenutrlments. les glucldes

-~w. les macm nuir\(y\qf1ts. Les rsaerenutrlments. les glucldes -~w les macm nuir\(y\qf1ts Les rsaerenutrlments Les macronutriments sont les nutriments dont nous avons besoin chaque jour en quantite relativement importante. L'eau est un macronutriment, tout comme les

Plus en détail

grande simple microscope microscope inventé années 1825. biologie = cellule) et (logos de plus en Anglais. Utilise un La microscopie, 1665,

grande simple microscope microscope inventé années 1825. biologie = cellule) et (logos de plus en Anglais. Utilise un La microscopie, 1665, Cours de Biologie Cellulaire Présentés par Mr CHELLI A. FSNV 2012/ /2013 CHAPITRE I : INTRODUCTION A LA BIOLOGIE CELLULAIRE A- Introduction et définitionn de la biologie cellulaire : Il était difficile

Plus en détail

L univers vivant De la cellule à l être humain

L univers vivant De la cellule à l être humain L univers vivant De la cellule à l être humain La cellule humaine Voir : http://www.biologieenflash.net/sommaire.html Voir : http://fr.wikipedia.org/ La cellule humaine Unité de base de tous les êtres

Plus en détail

Exercice d entraînement

Exercice d entraînement Exercice d entraînement En cas de difficulté, ne restez pas bloqué. Gérez votre temps. Plus de 5 min sur une question, c est du temps perdu et un stress qui s installe et qui vous fera perdre des moyens

Plus en détail