Ressources énergétiques : l heure des choix

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ressources énergétiques : l heure des choix"

Transcription

1 Le Cercle du développement durable Synthèse de la Conférence du 15 juin 2011 Ressources énergétiques : l heure des choix E D I T O Fidèle à sa vocation de débat et de réflexion, le Cercle du développement durable, créé par BNP Paribas Investment Partners en collaboration avec Erik Orsenna, poursuit sa revue des enjeux majeurs du monde de demain. Après trois premiers rendez-vous consacrés aux thèmes de l eau (juillet 2010), du risque souverain (novembre 2010) et des matières premières minières (mars 2011), le cycle de rencontres et d échanges s est clos le 15 juin dernier par une plongée dans le maelström de l énergie. Intitulé «ressources énergétiques : l heure des choix», ce débat, animé par Erik Orsenna, traduit bien l ampleur des choix qui s annoncent. Selon l Agence internationale de l énergie (AIE), l année 2010 a été marquée par un pic historique des émissions de CO2, premier gaz à effet de serre, niveau record atteint avec dix ans d avance sur les prévisions les plus alarmistes des climatologues. Dès lors, comment faire face à la trajectoire implacable qui menace aujourd hui l humanité? La consommation mondiale de ressources naturelles - matières premières énergétiques et fossiles, soit environ 60 milliards de tonnes par an, semble encore appelée à doubler d ici à 2050 selon l agence des Nations Unies pour l environnement. Intenable, à moins d infléchir la tendance. Tiraillés entre la nécessité d une croissance indispensable à l équilibre du monde et l impératif de mieux maîtriser les ressources naturelles, décideurs et investisseurs doivent apporter des réponses équilibrées face à des populations indécises. Trois étapes rythmeront nos réflexions sur la complexité énergétique : l état des lieux des énergies nucléaire et fossiles- pétrole, charbon et gaz -, la place des énergies renouvelables dans un ensemble énergétique plus responsable et, enfin, les possibilités offertes par l efficacité énergétique.

2 Ressources énergétiques : l heure des choix I Août 2011 I 2 I - Nucléaire et énergies fossiles : état des lieux, état des doutes s y n t h è s e Catastrophe de Fukushima au Japon et revirement brutal de l Allemagne sur le nucléaire : ces deux épisodes, dramatique pour le premier, empreint de politique pour le second, témoignent bien du désarroi des filières énergie en ce début de décennie. Ils illustrent la complexité du débat : comment envisager l exploitation et le renouvellement de l ensemble des sources d énergie dans le respect des contraintes environnementales et de sécurité? Déjà complexe, l équation énergétique se trouve confrontée à la nouvelle donne post-fukushima. Or, «ce drame ne doit pas faire oublier la contrainte climatique», plaide Erik Orsenna, favorable à une prise en compte objective de l ensemble des risques de toutes les sources d énergie. «Raisonner sur une seule source d énergie n a pas de sens», poursuit-il, «Ce sont les combinaisons des différentes énergies «l energy mix» - qui doivent fonder la réflexion. Il faut se poser les questions le plus rationnellement possible et tenter de sortir de la pensée magique, qu elle soit positive ou négative». Réfléchir en grand plutôt qu à l étroit impose de revenir sur la situation nucléaire issue de Fukushima. «Malgré son ampleur, le seul tremblement de terre du 11 mars n aurait pas dû entraîner les conséquences que l on connaît», rappelle Edouard Brézin (Académie des sciences) qui pointe un enchaînement tragique de circonstances. Arrivée 55 minutes après les secousses, la vague géante a dépassé 14 mètres, franchissant les digues de 5,60 mètres pour noyer quatre des six réacteurs nippons. Les générateurs de secours diesel ont été noyés. Un épisode aux conséquences fatales car, dès lors, il n était plus possible de refroidir la chaleur résiduelle des produits de fission. «Cette chaleur représente encore 6 % de la puissance du réacteur, soit pas moins de 60 MW», calcule le scientifique. «De quoi, en l espace d une demi-heure, faire bouillir l eau et atteindre 1200 C. La vapeur d eau générée a attaqué les gaines de zirconium dans lesquelles se trouvait le combustible, avec au final l explosion de l hydrogène dégagé». La France est-elle préservée d un tel épisode? «Notre situation, du point de vue industriel comme celui de la sécurité, me paraît bien supérieure à celle du Japon», estime Edouard Brézin qui s est penché, ces derniers mois, sur l état de l art en matière de sécurité nucléaire, notamment sur les 58 réacteurs du parc français. L autorité de sûreté a su prouver son indépendance et l Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), créé en 2002, constitue une force de frappe sans égale. Enfin, EDF a tiré les leçons de tous les accidents antérieurs (cf. Three Miles Island, Tchernobyl) : depuis 2007, tous les réacteurs français sont ainsi équipés de recombineurs passifs d hydrogène, c està-dire qu ils ne dépendent pas de l alimentation électrique pour fonctionner. Pour ce qui est de l avenir, le débat restera animé. «En démocratie, le pouvoir n est pas celui des experts», convient-il. Au-delà des questions cruciales de sécurité, le nucléaire est critiqué pour la rareté du combustible disponible. Existerat-il un réacteur du futur, capable de répondre aux objections des partisans du développement durable? «Nous travaillons actuellement avec des réacteurs qui utilisent le seul élément fissile présent dans la nature, l uranium 235, lequel ne représente que 0,7 % de l uranium naturel extrait. Tous les autres matériels fissiles, comme le plutonium 239, résultent de nos activités humaines». Assistera-t-on au retour des réacteurs à neutron rapide, de type Superphénix, fonctionnant avec du plutonium extrait du retraitement et de l uranium appauvri? «Avec les quantités disponibles à la Hague, nous aurions une ressource énergétique disponible sur notre sol équivalente au pétrole de l Arabie Saoudite. De quoi assurer l indépendance énergétique de la France pour des centaines d années». Les énergies fossiles représentent 80 % de l énergie consommée dans le monde et font face, elles aussi, à une série de bouleversements : hausse de la demande, flambée des prix, désastre écologique (à l image de la plateforme Deepwater Horizon dans le golfe du Mexique, la plus grosse catastrophe pétrolière de l histoire), rupture technologique avec la révolution des gaz de schistes aux Etats- Unis. De plus, il est difficile aujourd hui de mesurer toutes les conséquences post-fukushima. «L une de mes craintes est qu en cas d un hiver glacial, on n arrive pas à passer la pointe car on ne trouvera pas assez d électricité à acheter», anticipe Jean-Marie Chevalier (Paris-Dauphine). Selon lui, «Fukushima est une nouvelle désastreuse pour

3 Ressources énergétiques : l heure des choix I Août 2011 I 3 l environnement, car elle relance l appétit pour les énergies fossiles. Nous faisons face à un moment critique dans l histoire de l énergie», avertit-il, à l unisson de l AIE, tout en écartant les discours alarmistes en matière de rareté. Ainsi les réserves de pétrole prouvées récupérables représentaient 32 ans de consommation annuelle en Elles atteignent 46 ans en 2011, grâce aux nouvelles découvertes et à de meilleures techniques d exploitation. «Le pic pétrolier sera lié au rythme de la demande et de l offre, pas à la rareté des réserves dont la découverte et l exploitation dépendent des investissements. Je n ai aucune inquiétude sur les réserves sous condition d investissement», confie Jean-Marie Chevalier. Sous réserve d investissements, chiffrés il est vrai à plusieurs dizaines de milliards d USD, l Irak pourrait ainsi porter sa production quotidienne de 2,5 à entre sept et huit millions de barils. Si les gaz de schistes bouleversent la donne énergétique aux Etats-Unis, au point de remettre en cause la compétitivité économique du charbon, l Europe avance en ordre dispersé. Alors que la France fait preuve de réticence, la Pologne et l Allemagne autorisent les travaux d exploration. Une étape indispensable avant l exploitation. L e c h a r b o n d o i t s o r t i r d e l a q u a d r a t u r e d u cercle : une énergie bon marché, mais «deux fois et demie plus polluante que le gaz naturel, le pétrole constituant un entre-deux», souligne Jean-Marie Chevalier. Ses partisans placent beaucoup d espoir dans la capture et le stockage du CO2 dans des gisements de pétrole et de gaz épuisés, le «Carbon capture & storage» (CCS). Techniquement maîtrisée, cette approche reste coûteuse. «Cela renchérit 2,5 à 3 fois le prix du kwh produit. Quel opérateur le fera sans y être forcé par la réglementation?», s interroge Jean-Marie Chevalier. «De six à huit centimes le kwh, ce surcoût n est que de 50 à 100 % par rapport au coût le plus bas du nucléaire. Ce n est plus un obstacle», plaide Ghislain Lescuyer (Alstom) pour lequel les énergies fossiles resteront une réalité. «Notre rôle d industriel n est pas de changer le mix énergétique, mais de nous adapter aux besoins de nos clients, de rendre l énergie produite plus propre et d améliorer l efficacité de l ensemble des produits de notre gamme. De fait, pour la prochaine décennie, la moitié des nouvelles installations seront encore thermiques (deux tiers en charbon, principalement en Chine et en Inde, et un tiers en gaz). «La base installée en génération d électricité en 2020 sera encore largement thermique», confirme Ghislain Lescuyer.

4 Ressources énergétiques : l heure des choix I Août 2011 I 4 II - L Arlésienne des énergies renouvelables a fini par arriver s y n t h è s e «Les renouvelables, ce n est plus l Arlésienne, c est un train en marche», sourit Jean-Louis Bal, (Syndicat des énergies renouvelables 1 ), pointant l envolée des investissements mondiaux de 104 milliards d USD en 2007 à 200 milliards en La France, qui vise 23 % de renouvelables dans son mix énergétique en 2020, voit l éolien terrestre et la biomasse capter une majorité des investissements. Une domination logique en raison de la maturité technologique de ces deux filières, désormais soutenues en France par une bonne dose de volontarisme politique. «Deux milliards d EUR sont consacrés en France à ces technologies en développement, dans le cadre des investissements d avenir, dont une partie à l Agence nationale de la recherche (ANR) et une autre à l Agence de l environnement et de la maîtrise de l énergie (Ademe)», explique Jean-Louis Bal. S il approche de la maturité technologique, le modèle économique du solaire photovoltaïque reste en revanche à parfaire. La baisse des prix y contribue : «Ils se réduisent constamment, jusqu à -30 % en 2009 et -10 % en Ce qui va permettre d arriver bientôt à la «parité» avec l électricité venant du réseau : le producteur décentralisé proposera une électricité à un coût équivalent ou inférieur à la partie énergie de la facture EDF. Le potentiel du marché deviendra alors exponentiel», s enthousiasme-t-il, très confiant dans les promesses du solaire. «Toutes les 40 minutes, le soleil envoie l énergie nécessaire à l Humanité pour une année. A condition de savoir l utiliser». Les renouvelables, vecteur de croissance économique et d emplois? Selon Jean-Louis Bal, le cas de l Allemagne le démontre. «Les renouvelables y représentent 11 % de la consommation d énergie et 18 % de la consommation d électricité, en étant parti de quasiment zéro en Avec, à la clé, la création de emplois et une balance commerciale positive de 12 milliards d EUR en 2010». 1 Le Syndicat des énergies renouvelables (SER) est un organisme français créé en 1993 pour promouvoir les intérêts des industriels et des professionnels français des énergies renouvelable et pour défendre les intérêts français au niveau des principaux programmes européens de soutien au secteur.

5 Ressources énergétiques : l heure des choix I Août 2011 I 5 III - L autre frontière : l efficacité énergétique «Efficacité et diversité énergétique sont les maîtres mots pour investir aujourd hui», estime Jean-Marie Chevalier. Face à une donne complexe, l équation ne peut plus se réduire à un simple «produire plus», probablement intenable, face à un «produire mieux», encore en devenir. Le «consommer mieux et moins», formule plus triviale de l efficacité énergétique, devient une voie prometteuse. Elle prend tout son sens avec les «smart grids» ou réseaux de distribution d électricité intelligents, ces modes d organisation et de gestion électrique décentralisés, capables de gérer des énergies multiples, non commandables à volonté : le vent ne souffle pas avec constance. Un sentiment partagé par Jean-Pierre Auriault (BNP Paribas Real Estate). «Mieux produire de l énergie est important, mais mieux la consommer est encore plus efficace», plaide-t-il, soulignant le rôle déterminant que peut jouer le secteur immobilier tertiaire. En France, ce dernier consomme 70 millions de tonnes équivalent pétrole (Tep), soit deux fois plus que la consommation d énergie de l industrie, et 40 % de plus que la consommation des transports! En 40 ans, la part de l électricité dans l immobilier est passée de 5 à 40 %, quand, dans le même temps, celle du pétrole reculait de 50 à 20 %. Un transfert conséquent lié à un prix de l énergie et notamment de l électricité faible au nom de la protection du consommateur. «Le prix du kwh électrique à usage domestique a baissé depuis 20 ans de 17 à 12 centimes, compliquant les politiques d économie d énergie». Depuis cinq ans, l approche change, avec un véritable nouveau paradigme : «On ne raisonne plus en termes de coût global et de protection du consommateur, mais avec l idée de protéger la planète», poursuit Jean-Pierre Auriault. L AIE évalue ainsi à 100 milliards d USD le coût du «non-copenhague», c est-à-dire l absence de décision de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour l économie mondiale. Cependant, le chemin s annonce long et difficile, à l image du casse-tête de l efficacité énergétique dans le secteur résidentiel. Ainsi, «pour respecter la nouvelle réglementation issue des Grenelle I et II (à compter de 2012), le surcoût dans l immobilier tertiaire neuf atteint 120 à 150 EUR par m² pour une économie de charges annuelle de l ordre de 4 EUR par m²... Un taux de retour qui n est pas très incitatif», calcule Jean-Pierre Auriault. Pour l heure, il n existe pas encore de réelle surcote de valeur des bâtiments neufs verts, à moins d anticiper de nouveaux durcissements réglementaires. Aux Etats-Unis, «le taux de capitalisation d un immeuble vert serait de 0,5 % supérieur à celui d un immeuble non vert, soit plus de 10 % de la valeur, alors que le différentiel de loyer n est que de 1 à 2 %». Agir sur le seul flux des constructions ne sera pas suffisant si rien n est entrepris sur le stock de l ancien. La France vise une réduction de 38 % de sa consommation d énergie dans le bâtiment existant d ici «À mix constant des sources d énergie, si un tel objectif était tenu, cela reviendrait à supprimer 15 des 59 tranches nucléaires françaises!», poursuit Jean-Pierre Auriault. En fait, le plus spectaculaire - comme les bâtiments à énergie positive ou les fermes éoliennes géantes - n est ni le plus efficace, ni le plus rentable. «Le vrai enjeu sur l énergie n est pas de faire des économies d énergie à n importe quel prix, mais à moindre coût, avec des temps de retour sur investissement les plus brefs», confie Jean-Pierre Auriault. Un constat partagé par Erik Orsenna : «Il n existe pas une seule source d économie, pas une seule réponse adaptée. Toutefois, l analyse la plus rigoureuse est probablement celle qui s avère la moins sensible aux effets d annonce. L un des enjeux du développement durable est bien de trouver le moyen de privilégier l invisible à long terme par rapport au visible à court terme». Savoir donner un prix au temps. A méditer avant 2012.

6 Ressources énergétiques : l heure des choix I Août 2011 I 6 B I O G R A P H I E S Erik Orsenna Après des études de philosophie, de sciences politiques et d économie (Paris & London School of Economics), il devient chercheur et enseignant en finance internationale et en économie du développement. Il rejoint le cabinet du ministre de la coopération (1981) avant de devenir le conseiller culturel du Président François Mitterrand en Il est nommé au Conseil d Etat parallèlement à cette carrière administrative. Erik Orsenna a écrit de nombreux romans dont «L exposition coloniale» (Prix Goncourt 1988) et des essais sur la mondialisation, dont «L avenir de l eau» (2009). Elu à l académie française en 1998, au fauteuil de Jacques-Yves Cousteau. Jean-Marie Chevalier est Professeur de Sciences Economiques à l Université Paris-Dauphine au Centre de Géopolitique de l Energie et des Matières Premières (CGEMP). Il est aussi Senior Associé au Cambridge Energy Research Associates (IHS-CERA), membre du Cercle des Economistes. Il est l auteur de nombreux ouvrages et articles sur l industrie et l énergie, dont «Les grandes batailles de l énergie» (2004), «Les marchés du gaz et de l électricité : un défi pour l Europe et pour la France» (2008), «Les nouveaux défis de l énergie : Climat, Economie et Géopolitique» (collectif 2009) dont la version anglaise est «The New Energy Crisis: Climate, Economics and Geopolitics, Rapport sur la volatilité du prix du pétrole» (Rapport pour Madame Christine Lagarde 2010), «Les 100 mots de l énergie» (2010). Jean-Marie Chevalier est diplômé de l Institut d Etudes Politiques de Paris, Docteur en Sciences Economiques (Université Panthéon-Sorbonne) et Agrégé des Facultés de Sciences Economiques.

7 Ressources énergétiques : l heure des choix I Août 2011 I 7 Edouard Brézin est membre de l Académie des Sciences, dont il a été président en 2005 et Il est également membre étranger de l Académie des Sciences des Etats-Unis et de la Royal Society. Diplômé de Polytechnique ( ), Ingénieur des Ponts et Chaussées (1963), et Docteur en Sciences à l Université de Paris (1969), il a travaillé pendant plus de 20 ans au Commissariat à l énergie atomique. Professeur à l Université Paris VI et à Polytechnique, il fut Directeur du département de physique de l ENS de 1986 à 1991 et Président du CNRS de 1992 à En 2004, il a été rapporteur à l occasion des Etats généraux de la recherche et de l enseignement supérieur. Jean-Pierre Auriault est ingénieur et architecte de formation. Il a débuté sa carrière au ministère en charge de la construction (Plan et Direction de la Construction) en tant que responsable des actions sur les économies d énergie et les énergies nouvelles. Après une expérience au sein de la Compagnie Générale des Eaux, il est Directeur de programmes chez COGEDIM Paris, puis conseil technique au sein de la direction immobilière de la Banque Paribas. Directeur au sein de BNP Paribas Immobilier depuis 1998, il a réalisé de nombreux projets d envergure dont «Le Triangle de l Arche» à La Défense et «Les Grands Moulins de Pantin» (50000m 2 de bureaux certifiés HQE). Cette dernière opération a reçu en 2008 la Pyramide de Vermeil de la Fédération Nationale des Promoteurs, et le Grand Prix 2010 de la rénovation par le SIMI. Il est en charge depuis 2010 de la coordination des actions sur le Développement Durable entre les différents métiers au sein de BNP Paribas Real Estate. Ghislain Lescuyer est Directeur de la Stratégie et du Développement du groupe Alstom depuis le 08 juin Ghislain Lescuyer est diplômé de l Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications de Paris (1977) et titulaire d un MBA de l INSEAD (1988). De 1982 à 1993, il occupe des responsabilités commerciales à la Société Anonyme des Télécommunications et chez Hewlett- Packard. Il devient ensuite consultant chez McKinsey & Company ( ). Il rejoint Bull en 1994 en tant que Directeur des Achats et de la Logistique, puis est successivement Président de la Division Manufacturing, de la Division «Smart cards & Terminals» et enfin Président de Bull Services. De 2000 à 2003, il dirige le fond d investissement Internet du Groupe Arnault (Europatweb). Il rejoint ensuite Thomson, où il devient Directeur Général Adjoint du Groupe et Président de la division Systèmes et Equipement, puis Vice-Président Stratégie et Marketing du Groupe. Il était depuis 2007 Directeur (Executive VP) de la division Produits de Areva T&D. Jean-Louis Bal est Ingénieur Civil Electricien de formation (Université Catholique de Louvain). Après avoir enseigné puis voyagé à travers le continent Africain, il rejoint le secteur privé. C est alors qu il s engage dans l industrie solaire, officiant pendant près de 17 ans en qualité de Directeur Commercial. En 1992, il rejoint l Agence de l Environnement et de la Maîtrise de l Energie (ADEME), où il passera l essentiel de sa carrière. Il y occupera notamment les fonctions de Directeur des Energies Renouvelables, des Réseaux et des Marchés Energétiques puis de Directeur des Productions et Energies Durables. Jean-Louis Bal figure parmi les principaux rapporteurs du Grenelle de l environnement. Il est aujourd hui Président du Syndicat des Energies Renouvelables.

8 Le présent document a été rédigé et est publié par BNP Paribas Asset Management S.A.S. (BNPP AM)*, un membre de BNP Paribas Investment Partners (BNPP IP)**. Ce contenu vous est communiqué à titre purement informatif et ne constitue: 1. ni une offre de vente, ni une sollicitation d achat, et ne doit en aucun cas servir de base ou être pris en compte pour quelque contrat ou engagement que ce soit ; 2. ni un conseil d investissement. Les opinions exprimées dans le présent document constituent le jugement de BNPP AM au moment indiqué et sont susceptibles d être modifiées sans préavis. BNPP AM n est nullement obligé de les tenir à jour ou de les modifier. Il est recommandé aux investisseurs de consulter leurs propres conseillers juridiques et fiscaux en fonction des considérations légales, fiscales, domiciliaires et comptables qui leur sont applicables avant d investir dans les Instruments financiers afin de déterminer eux-mêmes l adéquation et les conséquences de leur investissement, pour autant que ceux-ci soient autorisés. Compte tenu des risques économiques et de marché, aucune garantie ne peut être donnée quant à la réalisation par les startégies mentionnées de leurs objectifs d investissement. Les performances peuvent varier notamment en fonction des objectifs ou des stratégies d investissement des Instruments financiers et des conditions économiques et de marché importantes, notamment les taux d intérêt.. Les performances passées ne préjugent pas des performances à venir et la valeur des investissements dans les Instruments financiers est susceptible par nature de varier à la hausse comme à la baisse. Il se peut que les investisseurs ne récupèrent pas leur investissement initial. 14, rue Bergère Paris - France * BNPP AM est une société de gestion de portefeuille agréée par l Autorité des Marchés Financiers en France (numéro d enregistrement 96-02), constituée sous forme de société par actions/parts simplifiées, au capital de euros, ayant son siège social au 1, boulevard Haussmann Paris, France, RCS Paris ** «BNP Paribas Investment Partners» est la marque globale des services de gestion d actifs du groupe BNP Paribas. Les entités de gestion d actifs faisant partie de BNP Paribas Investment Partners et éventuellement citées dans le présent document le sont uniquement à titre d information et n exercent pas nécessairement d activités dans votre pays. Pour tout complément d information, veuillez contacter votre Partenaire local agréé. Août Graphisme : Studio BNPP IP - P

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Gamme Metropolitan- Rentastro (Growth 1, Stability 2, et Balanced 3 ) Investir pour l avenir

Gamme Metropolitan- Rentastro (Growth 1, Stability 2, et Balanced 3 ) Investir pour l avenir Gamme Metropolitan- Rentastro (Growth 1, Stability 2, et Balanced 3 ) Investir pour l avenir 1 fonds d épargne-pension de droit belge Metropolitan-Rentastro Growth 2 nom commercial du fonds d épargne-pension

Plus en détail

Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider

Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider Conseil économique pour le développement durable Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider Dominique Bureau Conseil économique pour le développement durable www.developpement-durable.gouv.fr Leçons

Plus en détail

Réservé aux Professionnels de l investissement au sens de la MIF LES MEILLEURS TALENTS EN EUROPE PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP

Réservé aux Professionnels de l investissement au sens de la MIF LES MEILLEURS TALENTS EN EUROPE PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP Réservé aux Professionnels de l investissement au sens de la MIF LES MEILLEURS TALENTS EN EUROPE PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP 5 D INVESTIR DANS RAISONS PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP 1 LES PETITES

Plus en détail

Les meilleurs talents en Europe BNP Paribas L1 Equity Best Selection Euro

Les meilleurs talents en Europe BNP Paribas L1 Equity Best Selection Euro Les meilleurs talents en Europe BNP Paribas L1 Equity Best Selection Euro 1 Nous pensons que c est le bon moment d investir dans les entreprises européennes : Les entreprises européennes sont solides :

Plus en détail

Forum de l innovation France Suisse!

Forum de l innovation France Suisse! Forum de l innovation France Suisse!! Nouveaux axes de développement, nouveaux marchés, nouveaux défis pour l innovation! 4 juin 2013! Marc FLORETTE! Directeur R&I! GDF SUEZ! SOMMAIRE 1) Présentation de

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

POSITION SUR LA CHALEUR RENOUVELABLE DANS LE CADRE DU DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE PAR L ALLIANCE CHALEUR RENOUVELABLE

POSITION SUR LA CHALEUR RENOUVELABLE DANS LE CADRE DU DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE PAR L ALLIANCE CHALEUR RENOUVELABLE POSITION SUR LA CHALEUR RENOUVELABLE DANS LE CADRE DU DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE PAR L ALLIANCE CHALEUR RENOUVELABLE La chaleur renouvelable : c est quoi? Au sens de la directive européenne1

Plus en détail

La transition énergétique, comment les réseaux sociaux en débattent sur internet?

La transition énergétique, comment les réseaux sociaux en débattent sur internet? La transition énergétique, comment les réseaux sociaux en débattent sur internet? Quels enseignements en tirer pour la conduite des plans d actions engagés? L expression spontanée sur internet via les

Plus en détail

Janvier 2011. Fusion des sicav. BNP Paribas L1 et Parvest

Janvier 2011. Fusion des sicav. BNP Paribas L1 et Parvest Janvier 2011 Fusion des sicav BNP Paribas L1 et Parvest Fusion des sicav - BNP Paribas L1 et Parvest I Janvier 2011 I 2 À l issue de la fusion avec Fortis Investments, l offre commerciale de BNP Paribas

Plus en détail

Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge

Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge Le 1 er décembre 2015 La Banque Postale Asset Management - 34, rue de la Fédération - 75737 Paris Cedex 15

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

UNE REFLEXION PREALBLE

UNE REFLEXION PREALBLE UNE REFLEXION PREALBLE NOUS N AVONS JAMAIS ETE AUSSI RICHES IL N Y A JAMAIS EU AUTANT DE PAUVRES QUI GERE LA REPARTITION? 1 ÉNERGIE ET TRANSITION Comprendre la situation est facile Ce qu il faut faire

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

SYNTHÈSE DU DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE

SYNTHÈSE DU DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE DÉBAT PUBLIC 2005/06 Projet Flamanville 3 Construction d une centrale électronucléaire tête de série EPR sur le site de Flamanville @ SYNTHÈSE DU DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE EDF, maître d ouvrage du projet

Plus en détail

LES GRANDES PROBLEMATIQUES D UNE SOCIETE DE DISTRIBUTION

LES GRANDES PROBLEMATIQUES D UNE SOCIETE DE DISTRIBUTION LES GRANDES PROBLEMATIQUES D UNE SOCIETE DE DISTRIBUTION Patrice CAILLAUD 9 septembre 2014 LE RÉSEAU ÉLECTRIQUE AU CŒUR DES DÉBATS DANS DE NOMBREUX PAYS LA PRESSE EN PARLE» Le paradoxe Africain Jeune Afrique

Plus en détail

[R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE

[R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE [R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE Perspectives énergétiques pour un monde plus durable Synthèse du rapport 2015 image : Gemasolar, tour solaire de 15 MW, Espagne. CONTEXTE Cette année, la lutte contre les changements

Plus en détail

La transi)on énergé)que est- elle en échec? Discours et réalités Pierre Veya, journaliste Mars 2015

La transi)on énergé)que est- elle en échec? Discours et réalités Pierre Veya, journaliste Mars 2015 La transi)on énergé)que est- elle en échec? Discours et réalités Pierre Veya, journaliste Mars 2015 vision centrée sur la Suisse La transi)on se limite à l électricité La catastrophe de Fukushima (2011)

Plus en détail

LE PROJET MAROCAIN INTEGRE D ENERGIE EOLIENNE

LE PROJET MAROCAIN INTEGRE D ENERGIE EOLIENNE LE PROJET MAROCAIN INTEGRE D ENERGIE EOLIENNE Discours de Madame Amina BENKHADRA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Tanger le 28 juin 2010 Projet Marocain d Energie Eolienne.

Plus en détail

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge 1. Sécurité d approvisionnement Le taux de dépendance énergétique de la Belgique est plus important que la moyenne européenne. Ainsi en 2011, le taux

Plus en détail

Transition énergétique : l expérience de l Allemagne

Transition énergétique : l expérience de l Allemagne Transition énergétique : l expérience de l Allemagne Une analyse de l APERe, rédigée par Jean Cech et Christophe Haveaux Version du 07/03/2013 1. L expérience de l Allemagne 1.1. Quelles leçons tirer de

Plus en détail

Communiqué 21 octobre 2009

Communiqué 21 octobre 2009 Communiqué 21 octobre 2009 Les surcoûts du programme d électricité éolienne et photovoltaïque doivent être compensés par une politique industrielle ambitieuse. La France a consommé en 2008 environ 485

Plus en détail

Les enjeux de la transition énergétique Quel devenir de notre planète?

Les enjeux de la transition énergétique Quel devenir de notre planète? Les enjeux de la transition énergétique Quel devenir de notre planète? Henri WAISMAN Centre International de Recherche sur l Environnement et le Développement waisman@centre-cired.fr La transition énergétique

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

L'industrie de l'énergie, G. Chauveteau, Commission Energie Attac Toulouse

L'industrie de l'énergie, G. Chauveteau, Commission Energie Attac Toulouse L'industrie de l'énergie, G. Chauveteau, Commission Energie Attac Toulouse 1 I La richesse grâce aux énergies fossiles! II Pic du pétrole et économie de marché III Les ressources non-conventionnelles IV

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE. 3 septembre 2015. Jean-Bernard LÉVY Président-Directeur Général

CONFÉRENCE DE PRESSE. 3 septembre 2015. Jean-Bernard LÉVY Président-Directeur Général CONFÉRENCE DE PRESSE 3 septembre 2015 Jean-Bernard LÉVY Président-Directeur Général Xavier URSAT Directeur Exécutif Ingénierie et Projets Nouveau Nucléaire EDF, ÉLECTRICIEN RESPONSABLE CHAMPION DE LA CROISSANCE

Plus en détail

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46 CAHORS 21 janvier 2010 DDT 46 Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments Introduction Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement

Plus en détail

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE CONTEXTE Cette année, la lutte aux changements climatiques pourrait connaître un tournant majeur. La Conférence de Paris en décembre présente une occasion aux leaders politiques et aux chefs d entreprises

Plus en détail

Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne

Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne La Société Française d Energie Nucléaire (SFEN) est le carrefour français des connaissances

Plus en détail

Développement Cliquez et modifiez. Durable. École Centrale Paris Leader, entrepreneur, innovateur. Pascal da Costa 2013 NASA

Développement Cliquez et modifiez. Durable. École Centrale Paris Leader, entrepreneur, innovateur. Pascal da Costa 2013 NASA Développement Cliquez et modifiez Durable titre Pascal da Costa 2013 École Centrale Paris Leader, entrepreneur, innovateur NASA Cours dirigé par : Pascal da Costa Economiste, Maître de Conférences de l

Plus en détail

L énergie nucléaire au Canada

L énergie nucléaire au Canada L énergie nucléaire au Canada Présenté par : Sylvana Guindon Ressources naturelles Canada Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques Le 2 décembre 2005 Le rôle du gouvernement Le Ministre

Plus en détail

La transition énergétique en France et en Allemagne

La transition énergétique en France et en Allemagne La transition énergétique en France et en Allemagne Regards croisés sur les politiques nationales de transition énergétique Institute for Sustainable Development and International Relations 41 rue du Four

Plus en détail

CHANGEMENT CLIMATIQUE ET ENERGIE: UN NOUVEAU PARADIGME POUR L IMMOBILIER

CHANGEMENT CLIMATIQUE ET ENERGIE: UN NOUVEAU PARADIGME POUR L IMMOBILIER CHANGEMENT CLIMATIQUE ET ENERGIE: UN NOUVEAU PARADIGME POUR L IMMOBILIER Jean Carassus Professeur à l Ecole des Ponts ParisTech Consultant jean.carassus@immobilierdurable.eu 1/ Comment l immobilier est

Plus en détail

Evolution du mix électrique en France - Qui paiera?

Evolution du mix électrique en France - Qui paiera? Evolution du mix électrique en France - Qui paiera? Par Julien Deleuze Senior Manager, Estin & Co Des options environnementales, énergétiques, économiques majeures La France fait face à cinq options environnementales,

Plus en détail

Le parc nucléaire EDF

Le parc nucléaire EDF Le parc nucléaire EDF Le nucléaire: un choix français La France a fondé son choix de l énergie nucléaire après les 2 chocs pétroliers de 1973 et 1979 Pour maîtriser les coûts de l électricité et assurer

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE

DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE INTRODUCTION DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE Note au sous groupe gouvernance du groupe d experts. * L URANIUM DANS LE BILAN ENERGETIQUE FRANÇAIS Bernard LAPONCHE 3 avril 2013 * Dans les échanges

Plus en détail

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL 2 Sommaire Le développement des EnR en France enregistre un ralentissement, imputable à des causes multiples,

Plus en détail

La place du charbon dans le mix électrique

La place du charbon dans le mix électrique La place du charbon dans le mix électrique Présentation au colloque 7 février 2008 Gérard Mestrallet, PDG de SUEZ «Les nouveaux débouchés du charbon : quels risques pour le changement climatique?» Outline

Plus en détail

L efficacite e nerge tique

L efficacite e nerge tique L efficacite e nerge tique 1. Principes généraux Une mesure «d efficacité énergétique» désigne toute action mise en œuvre par un agent économique afin de limiter la consommation d énergie liée à un usage

Plus en détail

La boîte à outils pour des placements avisés

La boîte à outils pour des placements avisés La boîte à outils pour des placements avisés Sommaire 3 4 6 8 10 incomeiq une plateforme intelligente pour réfléchir à vos besoins de revenus futurs Les besoins en revenus n ont jamais été aussi importants

Plus en détail

MAÎTRISE DE LA DEMANDE EN ÉNERGIE

MAÎTRISE DE LA DEMANDE EN ÉNERGIE DÉFINITION POURQUOI RÉDUIRE LA CONSOMMATION D ÉLECTRICITÉ CONTENU CO2 DE L ÉLECTRICITÉ MÉTHODES DE CALCUL CO2 QU EST-CE QUE LES CEE? PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE DÉFINITION Définition de l Ademe : «Pour réduire

Plus en détail

Communication à caractère promotionnel. Les performances de BNP Paribas Investment Partners en 2012. Prix et récompenses

Communication à caractère promotionnel. Les performances de BNP Paribas Investment Partners en 2012. Prix et récompenses Communication à caractère promotionnel Les performances de BNP Paribas Investment Partners en 2012 Prix et récompenses L excellence a un «prix» Une gamme de qualité récompensée pour ses performances dans

Plus en détail

Défis énergétiques, les enjeux et les perspectives de développement

Défis énergétiques, les enjeux et les perspectives de développement DR R.Vezin DR Energie et patrimoine bâti : de l exemple à la généralisation 12 Mars 2013 Défis énergétiues, les enjeux et les perspectives de développement Christian LABIE, Directeur de RHONALPENERGIE-ENVIRONNEMENT

Plus en détail

«Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité»

«Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité» Fédération mondiale des travailleurs scientifiques World Federation of scientifique Workers 85ème session du Conseil exécutif Symposium «Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité»

Plus en détail

Vers une «bataille» de l Arctique?

Vers une «bataille» de l Arctique? Conférence du Cercle Géopolitique du 30 octobre 2013 Vers une «bataille» de l Arctique? Patrice Geoffron En cette rentrée 2013, le cycle de conférences du Cercle Géopolitique s est ouvert sur l intervention

Plus en détail

Quel contexte. pour l électricité en 2020-30?

Quel contexte. pour l électricité en 2020-30? Page précédente 15 2 Quel contexte pour l électricité en 2020-30? Page précédente 15 Page précédente 16 @ 2 - Quel contexte pour l électricité en 2020-30? L Agence Internationale de l Energie prévoit une

Plus en détail

OBJECTIF FACTEUR /4. Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050.

OBJECTIF FACTEUR /4. Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050. OBJECTIF FACTEUR /4 Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050. Transition énergétique Le scénario GrDF GrDF exploite le réseau de distribution de

Plus en détail

Le Bâtiment à Energie Positive (BEPOS) Point d étape 2013. Germain Gouranton TCE - Terre Ciel Energies

Le Bâtiment à Energie Positive (BEPOS) Point d étape 2013. Germain Gouranton TCE - Terre Ciel Energies Le Bâtiment à Energie Positive (BEPOS) Point d étape 2013 Germain Gouranton TCE - Terre Ciel Energies Le cadre Le bâtiment : 25 % des GES, 69 Mtep de consommation et 46% de la consommation totale d énergie

Plus en détail

Eclairage sur les PME et ETI

Eclairage sur les PME et ETI Avril 14 Eclairage sur les PME et ETI Un certain nombre d éléments semblent aujourd hui favorables aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) et Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI). L amélioration

Plus en détail

Projet de cogénération de Bécancour

Projet de cogénération de Bécancour Projet de cogénération de Bécancour Mémoire présenté dans le cadre des audiences du Bureau d audiences publiques en environnement (BAPE) sur le projet de cogénération de Bécancour par TransCanada Energy

Plus en détail

ÉNERGIES PROPRES L ESSENTIEL EN

ÉNERGIES PROPRES L ESSENTIEL EN ÉNERGIES PROPRES 10 L ESSENTIEL EN POINTS 1 MIX ÉNERGÉTIQUE 32 %, c est l objectif que s est fixé la France pour la part des énergies renouvelables dans la consommation finale brute d énergie en 2030.

Plus en détail

Canadian Solar Industries Association

Canadian Solar Industries Association Comparution devant le Comité sénatorial permanent de l énergie, de l environnement et des ressources naturelles Le jeudi 29 septembre 2011 Témoins Patrick Bateman, Conseiller, politiques et recherche,

Plus en détail

Énergies renouvelables

Énergies renouvelables REFERENCES : 7 QUALEADER 92, Rue René Coty 85000 La Roche sur Yon Tél. : 02 51 47 96 98 Fax : 02 51 47 71 26 Email : jean-philippe.leger@qualeader.com Effectif : 7 salariés Activité : Audit, Conseil, Formation,

Plus en détail

«Japon, Moyen-Orient, reprise économique : quels impacts sur les matières premières?»

«Japon, Moyen-Orient, reprise économique : quels impacts sur les matières premières?» INFORMATION 12 mai 2011 «Japon, Moyen-Orient, reprise économique : quels impacts sur les matières premières?» Les répercussions du tremblement de terre japonais, les mouvements de révolte en Lybie tout

Plus en détail

Discours de Mme Ségolène Royal. Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie

Discours de Mme Ségolène Royal. Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Discours de Mme Ségolène Royal Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Paris, le lundi 20 avril 2015 500 territoires à énergie positive pour la croissance verte et pour le climat

Plus en détail

Le coût du nucléaire EPR. Benjamin Dessus Global Chance 14 mai 2013

Le coût du nucléaire EPR. Benjamin Dessus Global Chance 14 mai 2013 Le coût du nucléaire EPR Benjamin Dessus Global Chance 14 mai 2013 Des caractéristiques très particulières Densité de puissance considérable : 5000 MW th dans un faible volume (500 000 logements), La création

Plus en détail

NUCLÉAIRE : UNE FAUSSE SOLUTION POUR LE CLIMAT

NUCLÉAIRE : UNE FAUSSE SOLUTION POUR LE CLIMAT NUCLÉAIRE : UNE FAUSSE SOLUTION POUR LE CLIMAT Confrontés au déclin mondial du nucléaire, les industriels du secteur et leurs relais politiques et médiatiques essaient d imposer l idée que cette technologie

Plus en détail

Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne

Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne Traduction Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne Pour quelles raisons décisives le gouvernement fédéral veut-il sortir complètement du nucléaire d ici à 2022? Décisif

Plus en détail

E.ON France, troisième opérateur multi-énergies en France, acteur clé de l ouverture des marchés.

E.ON France, troisième opérateur multi-énergies en France, acteur clé de l ouverture des marchés. E.ON France, troisième opérateur multi-énergies en France, acteur clé de l ouverture des marchés. 2 3 E.ON, une dimension internationale Un grand énergéticien privé Né en 2000, le groupe E.ON est devenu

Plus en détail

FORUM REGIONAL SUR L INITIATIVE ENERGIE SOLAIRE DE LA CEDEAO Présentation de la Côte d Ivoire

FORUM REGIONAL SUR L INITIATIVE ENERGIE SOLAIRE DE LA CEDEAO Présentation de la Côte d Ivoire FORUM REGIONAL SUR L INITIATIVE ENERGIE SOLAIRE DE LA CEDEAO Présentation de la Côte d Ivoire GNIGBOGNIMA Siriki N CHO Pâcome Chargés d études à la Direction Générale de l Energie Dakar, 18-21 octobre

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

22 e Assemblée annuelle du MEDELEC Politique de l'efficacité Energétique en Tunisie Tunis 15 Avril 2014

22 e Assemblée annuelle du MEDELEC Politique de l'efficacité Energétique en Tunisie Tunis 15 Avril 2014 22 e Assemblée annuelle du MEDELEC Politique de l'efficacité Energétique en Tunisie Tunis 15 Avril 2014 Fethi HANCHI Directeur de l Utilisation Rationnelle de l Energie Agence Nationale pour la Maîtrise

Plus en détail

PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE. Pour la gestion durable de votre patrimoine immobilier

PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE. Pour la gestion durable de votre patrimoine immobilier PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE Pour la gestion durable de votre patrimoine immobilier Vos Enjeux Acteurs du marché de l immobilier, la performance énergétique est pour vous un enjeu économique, écologique et

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement. 4 décembre 2009

Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement. 4 décembre 2009 Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement Le Grenelle de l Environnement La genèse, les lois, les objectifs 2 Du Grenelle de l Environnement Juillet 2007 : 6 Groupes

Plus en détail

Des investissements massifs dans l outil de production énergétique sont à prévoir dans les prochaines années

Des investissements massifs dans l outil de production énergétique sont à prévoir dans les prochaines années Des investissements massifs dans l outil de production énergétique sont à prévoir dans les prochaines années Un objectif de 25% d énergies renouvelables en 2020(pour mémoire le Grenelle prévoit 23% d EnR)

Plus en détail

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011 Club de l automation EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique 31 mars 2011 Agenda Présentation synthétique du groupe EDF et l efficacité énergétique Le dispositif CEE Zoom sur Netseenergy 2 -

Plus en détail

«Notre ambition pour Total à l horizon 2035 est cohérente avec le scénario 2 C de l AIE» PATRICK POUYANNÉ. Président-Directeur général de Total

«Notre ambition pour Total à l horizon 2035 est cohérente avec le scénario 2 C de l AIE» PATRICK POUYANNÉ. Président-Directeur général de Total intégrer le climat à notre stratégie - 5 «Notre ambition pour Total à l horizon 2035 est cohérente avec le scénario 2 C de l AIE» ENTRETIEN AVEC PATRICK POUYANNÉ Président-Directeur général de Total Le

Plus en détail

Exemplarité de l État en Essonne sur son patrimoine immobilier

Exemplarité de l État en Essonne sur son patrimoine immobilier Exemplarité de l État en Essonne sur son patrimoine immobilier Le contexte et les enjeux du secteur du bâtiment En France Le Bâtiment est en France le plus gros consommateur d énergie parmi tous les secteurs

Plus en détail

CNR. pionnier de la filière hydrogène renouvelable

CNR. pionnier de la filière hydrogène renouvelable CNR pionnier de la filière hydrogène renouvelable Barrage de retenue de Pierre-Bénite sur le Rhône Perspectives Frédéric Storck, Directeur de l Énergie Les énergies renouvelables sont depuis 80 ans le

Plus en détail

UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC

UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC Septembre 2012 UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC La transition énergétique voulue par le Président de la République doit permettre la mutation

Plus en détail

Production électrique : la place de l énergie éolienne

Production électrique : la place de l énergie éolienne Production électrique : la place de l énergie éolienne I Production électrique : principes de base L énergie électrique n est pas un fluide que l on pourrait «mettre en conserve», l énergie électrique

Plus en détail

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015 ATTENTION : AVANT DE SIGNER LA LETTRE, MERCI DE BIEN VOULOIR LA LIRE JUSQU A LA FIN ET DE CLIQUER SUR LE LIEN ASSOCIE. FORUM D ACTION DES ENTREPRISES POUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL

Plus en détail

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS,

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, ( Le système ÉLECTRIQUE français Le nouveau groupe de production qui serait implanté à Flamanville s inscrit dans l ensemble du système électrique français dont

Plus en détail

Énergie : quelles orientations stratégiques pour assurer l avenir. Organisées par Claude Gatignol, Député de la Manche le 3 octobre 2006

Énergie : quelles orientations stratégiques pour assurer l avenir. Organisées par Claude Gatignol, Député de la Manche le 3 octobre 2006 L énergie nucléaire : une source incontournable du panachage énergétique Christian Ngô ECRIN 1 Toujours plus Nous vivons dans un monde dominé par les combustibles fossiles puisqu ils représentent environ

Plus en détail

ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100

ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100 SOMMAIRE ENJEUX ET CONTEXTE 4 ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100 ACCOMPAGNER ET STRUCTURER LA FILIERE

Plus en détail

électricité 100% renouvelable

électricité 100% renouvelable Vers une production d éd électricité 100% renouvelable 20 mai 2011 Bernard MULTON ENS de Cachan SATIE - CNRS Site de Bretagne L énergie, un concept physique unifié, pour décrire les transformations indispensable

Plus en détail

AVANT-PROJET PLAN FEDERAL DEVELOPPEMENT DURABLE

AVANT-PROJET PLAN FEDERAL DEVELOPPEMENT DURABLE AVANT-PROJET PLAN FEDERAL DEVELOPPEMENT DURABLE Energie et Climat 24 JUIN 2008 Erwan MARJO Consommations énergétiques : bref historique Croissance de la consommation énergétique en Belgique : 1970-2000

Plus en détail

Saint-Quentin-Fallavier, une plateforme logistique exemplaire en matière de développement durable

Saint-Quentin-Fallavier, une plateforme logistique exemplaire en matière de développement durable Saint-Quentin-Fallavier, une plateforme logistique exemplaire en matière de développement durable Le Centre de Distribution de Saint-Quentin-Fallavier, l une des quatre plateformes logistiques de IKEA

Plus en détail

Le changement climatique et ses conséquences économiques et sociales : la transition énergétique

Le changement climatique et ses conséquences économiques et sociales : la transition énergétique Synthèse de la conférence du 20 juin 2013 www.bnpparibas-ip.com Le changement climatique et ses conséquences économiques et sociales : la transition énergétique Le Cercle du développement durable poursuit,

Plus en détail

L OFFRE DE FORMATION. carbone 4

L OFFRE DE FORMATION. carbone 4 L OFFRE DE FORMATION carbone 4 Changement climatique, raréfaction des ressources énergétiques la contrainte carbone s intensifie et les acteurs publics et privés doivent s adapter rapidement. Or, la meilleure

Plus en détail

LES ENJEUX ECONOMIQUES DU NUCLEAIRE DU FUTUR

LES ENJEUX ECONOMIQUES DU NUCLEAIRE DU FUTUR LES ENJEUX ECONOMIQUES DU NUCLEAIRE DU FUTUR 4ème Journée I-tésé G. Mathonnière Y. Amalric A. Baschwitz T. Duquesnoy S. Gabriel F. Legée 11 JUIN 2012 CEA 10 AVRIL 2012 PAGE 1 LE PARC ACTUEL GENERATION

Plus en détail

Daniel Champlon Président CEDIGAZ Club de Nice XIIe Forum Annuel 28-30 novembre 2013

Daniel Champlon Président CEDIGAZ Club de Nice XIIe Forum Annuel 28-30 novembre 2013 Le rôle du gaz naturel dans l approvisionnement énergétique mondial à moyen et long terme Daniel Champlon Président CEDIGAZ Club de Nice XIIe Forum Annuel 28-30 novembre 2013 Le rôle du gaz naturel dans

Plus en détail

La taxe carbone Un choix responsable pour la lutte contre le réchauffement climatique

La taxe carbone Un choix responsable pour la lutte contre le réchauffement climatique La taxe carbone Un choix responsable pour la lutte contre le réchauffement climatique Agir, une nécessité et une responsabilité Le Grenelle de l Environnement a conduit à un constat partagé par tous :

Plus en détail

Efficacité énergétique Transformateurs de distribution

Efficacité énergétique Transformateurs de distribution Efficacité énergétique Une petite amélioration de l efficacité = un gain énergétique important Les pertes sur les réseaux électriques diffèrent de façon significative selon les pays dans le monde. Elles

Plus en détail

LA VOLATILITE DU PRIX DU PETROLE

LA VOLATILITE DU PRIX DU PETROLE LA VOLATILITE DU PRIX DU PETROLE Rapport du groupe de travail présidé par Jean-Marie Chevalier Présenté à Madame Christine Lagarde Le 9 février 2010 Lettre de Mission de Madame Christine Lagarde à Jean

Plus en détail

Une énergie essentielle pour atteindre le Facteur 4 *

Une énergie essentielle pour atteindre le Facteur 4 * Une énergie essentielle pour atteindre le Facteur 4 * * La limitation du réchauffement climatique implique dans les pays développés une division par 4 des émissions de gaz à effet de serre par rapport

Plus en détail

LES SOLUTIONS DE MOBILITÉ DANS LE TRANSPORT À LA LUMIÈRE DES EXPÉRIENCES RÉCENTES. par. Rachel Bériault

LES SOLUTIONS DE MOBILITÉ DANS LE TRANSPORT À LA LUMIÈRE DES EXPÉRIENCES RÉCENTES. par. Rachel Bériault LES SOLUTIONS DE MOBILITÉ DANS LE TRANSPORT À LA LUMIÈRE DES EXPÉRIENCES RÉCENTES par Rachel Bériault Essai présenté au Centre universitaire de formation en environnement en vue de l obtention du grade

Plus en détail

Des territoires en transition énergétique

Des territoires en transition énergétique Des territoires en transition énergétique Montpellier 1 er octobre 2013 Plénière Centre de Recherche en Economie et Droit de l Energie Quel mix énergétique pour demain? incertitudes et paradoxes Jacques

Plus en détail

Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX. Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive

Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX. Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive Bureau d études créé en 2011 et axé sur l intégration du Développement Durable et de

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

Quelles propositions de réforme des politiques publiques françaises pour l efficacité énergétique des bâtiments existants?

Quelles propositions de réforme des politiques publiques françaises pour l efficacité énergétique des bâtiments existants? Concurrence Energie Econométrie Quelles propositions de réforme des politiques publiques françaises pour l efficacité énergétique des bâtiments existants? Yannick Perez 1, Vincent Rious 2 1. Supélec &

Plus en détail

Mai 2013. La Directive sur la Qualité des Carburants, ce qu'elle dit et où elle en est

Mai 2013. La Directive sur la Qualité des Carburants, ce qu'elle dit et où elle en est Mai 2013 Note de synthèse Bénéfices environnementaux d une mise en œuvre solide de la Directive sur la Qualité des Carburants Résumé de l étude Impacts environnementaux et économiques de la mise en œuvre

Plus en détail

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps GESTION D ACTIFS IMMOBILIERS SCPI OPCI GROUPEMENTS FORESTIERS UFFI REAM Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers Donnons plus de valeur au temps UFFI REAM Historique UFFI Ream :

Plus en détail

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010 Energie photovoltaïque Filière Physique des Composants Nanostructurés PHELMA Septembre 2010 Anne Kaminski 1, Mathieu Monville 2 1 INP Grenoble - INSA Lyon 2 Solarforce 1 PLAN DU COURS 1- Panorama de l

Plus en détail

Développement des marchés «Bâtiment Durable» : quels enjeux? Zoom sur deux marchés : France et Chine

Développement des marchés «Bâtiment Durable» : quels enjeux? Zoom sur deux marchés : France et Chine Développement des marchés «Bâtiment Durable» : quels enjeux? Zoom sur deux marchés : France et Chine Lundi 18 avril 2011, de 9h30 à 10h45 Cette réunion permettra de faire un point et d'étudier les perspectives

Plus en détail