Un projet de territoires TOURISME SOLIDAIRE. édito. «Pour un partenariat rénové» Dossier pages 2 à 5. a coopération décentralisée

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un projet de territoires TOURISME SOLIDAIRE. édito. «Pour un partenariat rénové» Dossier pages 2 à 5. a coopération décentralisée"

Transcription

1 les cahiers n 58 mars-avril 2007 Centre de Ressources pour la coopération décentralisée et la solidarité internationale en Basse-Normandie - N 58. Mars-Avril 2007 édito «Pour un partenariat rénové» L a coopération décentralisée est désormais une des facettes incontournables de l action des collectivités territoriales, de leurs groupements et de leurs réseaux, tous engagés dans plusieurs milliers de relations, dans près de 120 pays. Ces relations gagnent en intensité et en visibilité. Pour preuve, l adoption des lois Oudin ( ) et Thiollière ( ) qui complètent les acquis législatifs depuis le texte fondateur de L engagement des collectivités territoriales françaises repose sur des partenariats durables et constructifs, appuyés sur l implication personnelle des élus et la diversité de la société civile. Aujourd hui, tous les acteurs ont pris conscience que la relation de collectivité à collectivité ne saurait se réduire à l addition de micro-projets à finalité humanitaire, mais doit permettre un vrai partenariat, fait d échanges sur la base d avantages partagés. La nouvelle génération de cofinancements va dans ce sens ; elle met l accent sur les thématiques de gouvernance et le renforcement des capacités institutionnelles des acteurs régionaux. Elle propose une contractualisation souple pour des concours de l État à un niveau record. À Caen, le 17 décembre 2006, le Président de Région, Philippe Duron, a exposé les priorités de la stratégie régionale de coopération. Cela montre bien que les Bas-Normands sont fidèles à leur tradition de solidarité et d ouverture sur le monde. Je connais l action qu Horizons Solidaires mène inlassablement, sur des sujets concrets, au service du développement. Je suis sûr que dans le cadre d un partenariat rénové avec les élus et les services du Conseil régional, les ambitions du futur seront à la hauteur des résultats du passé. PIERRE POUGNAUD, Conseiller technique au Ministère des affaires étrangères (A.E.C.L) TOURISME SOLIDAIRE Un projet de territoires Dossier pages 2 à 5 Coopération décentralisée : la loi Thiollière clarifie la procédure (pages 6 et 7)

2 Dossier JOURNÉE RÉGIONALE D INFOR Tourisme solidaire : un out Le 13 mars à Ouistreham, Horizons Solidaires organisait une journée d information sur le tourisme équitable. Après une matinée dédiée à la définition du concept et des enjeux, deux ateliers ont présenté concrètement des projets de tourisme équitable. Compte-rendu. Marie-Odile Tavernier, présidente d Horizons Solidaires et François Ducloux, maire adjoint à Ouistreham, ont accueilli les participants. Une soixantaine de personnes ont suivi la matinée consacrée à la présentation de s enjeux et des impacts du tourisme solidaire à la Grange aux Dîmes de Ouistreham. En 2005, 842 millions de personnes ont voyagé à travers le monde. Elles seront un milliard en Cet essor est pour l essentiel lié au développement d un tourisme de masse répondant à une forte demande dans le Nord et s est concentré sur des espaces bien ciblés. La répartition des ressources et des emplois générés par cette industrie entre les pays du Nord, à l origine des principaux flux de touristes, et les pays d accueil au Sud, est peu équilibrée et n a pas créé les conditions d un développement durable significatif. Ainsi, en 2003, la France, l Espagne et les Etats- Unis se sont partagé 30% des recettes mondiales. Au Sud, l argent dépensé sur place profite rarement aux populations locales. C est le cas en Thaïlande, où 60% de la manne financière quitte le pays. Au Bélize, 90% des infrastructures touristiques appartiennent aux Nord-Américains. Ces formes de tourisme ont aussi eu des effets pervers sur la préservation des ressources naturelles fragiles, sur l évolution des cultures et des modes de vie des populations locales, et ont provoqué des déviations inadmissibles (tourisme sexuel, travail des enfants). Pourtant le tourisme, s il est plus «juste», «équitable», «solidaire» ou «durable», selon la terminologie utilisée, peut être un véritable levier de développement dans les pays émergents. «L enjeu est là : comment faire du tourisme un outil de développement local, capable de s insérer dans une économie rurale, et un levier de diversification économique pour les pays du Sud?», interroge Gilles Béville, chargé de mission à la Direction générale de la coopération internationale et du développement du Ministère des affaires étrangères. Développement durable du territoire Le tourisme solidaire est fondé sur la conviction qu il est possible de concevoir des pratiques pour voyager autrement et modifier le comportement des usagers, en réduisant les nuisances sociales, économiques, culturelles et environnementales consécutives. Une définition du tourisme solidaire et responsable a été adoptée en 2003 au Forum International du Tourisme Solidaire à Marseille. C est un mouvement social qui cherche à maîtriser et à valoriser l économie touristique au profit des communautés d accueil. «Loin d être une activité isolée dont les bénéfices ne profitent qu à quelquesuns, il s intègre dans un processus de développement durable du territoire et vise à promouvoir un partage plus équitable des revenus, précise Gilles Béville. Il est conditionné à l implication, et donc l appropriation des populations locales, ce qui fait de lui un outil de démocratie locale et un moyen de lutter contre l exode». Inspirées par les «success story» du tourisme rural à la française et les expériences pilotes de quelques ONG et tour opérateurs, des initiatives de tourisme solidaire émergent. Si elles restent encore peu développées ou marginales, une demande potentielle au Nord existe et 2 / Les Cahiers Thématiques Horizons Solidaires N 58 Mars-Avril 2007

3 TOURISME SOLIDAIRE les cahiers n 58 Mars-avril 2007 MATION DU 13 MARS 2006 il de développement local pourrait intéresser à terme entre 5 et 10% des touristes européens. Issue du groupe de travail «tourisme solidaire» de l Union nationale des associations de tourisme et de plein air (530 structures), l Association pour un Tourisme Equitable et Solidaire (ATES) existe depuis mai Elle vise à «soutenir, évaluer et promouvoir les projets LE TOURISME SOLIDAIRE, C EST : une démarche construite à partir des ressources humaines, sociétales, culturelles, économiques et environnementales qui forment l espace de vie des communautés d accueil ; un engagement de responsabilité de l ensemble des acteurs impliqués : population et représentation sociale, intermédiaires et voyageurs ; une responsabilité fondée sur le respect des rythmes, us et coutumes, et des valeurs des habitants et de leur environnement, avec une redistribution équitable des revenus de l activité. et les acteurs du tourisme équitable». Une grille de critères préfigure ce qui deviendra bientôt une charte d engagement d un tourisme «fondé sur un partenariat concerté et équilibré avec les populations locales visant à contribuer au développement des régions d accueil». La démarche s inspire du mouvement du commerce équitable. Consciente que le tourisme équitable pêche aujourd hui par défaut de visibilité, la priorité est donnée à la communication ainsi que la démarche de qualité et de contrôle. «La dimension loisir doit rester primordiale» «Parce que nos destinations sont les pays émergents, la confusion est fréquente avec les chantiers d insertion ou les voyages humanitaires, remarque Sandrine Bot, animatrice de l ATES. Il nous faut expliquer que ce sont des voyages pour tout public, et que la dimension loisir doit rester primordiale. Nos organisateurs de voyage solidaire sont des professionnels, qui travaillent sur place avec des guides agréés, en respect de la législation locale et en garantissant la sécurité de nos voyageurs». Professionnel donc, mais éloignés des préoccupations des agences de tourisme de masse. La transparence sur le prix du voyage est totale et une part est réinvestie dans des projets de développement local. L accent est mis sur l échange avec les communautés d accueil. «Les personnes nous sollicitent de plus en plus parce qu elles veulent approfondir leurs rencontres. C est la valeur ajoutée de l associatif.» En savoir plus ATES / Sandrine Bot. Tél. : Mail. Web. La place des collectivités Jean-Jacques Courtant, rédacteur du vade -mecum au titre de détaché du Conseil national du génie rural des eaux et forêts au Ministère de l agriculture. La coopération décentralisée est depuis longtemps orientée essentiellement vers l éducation, la santé, l agriculture et l accès à l eau, le tourisme ne représentant que 2% des actions des collectivités françaises. Mais cette part tend à augmenter, avec l ouverture des pays du Sud au tourisme. A l image de ce qu a permis le tourisme rural en France en terme de redynamisation des territoires, le tourisme peut être un des éléments clés pour le développement local des pays du Sud ou émergents et participer ainsi activement à la réalisation des objectifs du Millénaire de lutte contre la pauvreté. Le vade-mecum «Coopération décentralisée, tourisme responsable et solidaire et développement des territoires», réalisé en partenariat avec Cités Unies France, est issu des travaux de la Commission nationale de la coopération décentralisée. S appuyant sur de nombreux exemples français ou européens, elle constitue un outil pratique destiné aux collectivités territoriales, et notamment à celles qui souhaitent inscrire dans une démarche de valorisation durable et d échanges plus équitables, la promotion des potentiels touristiques des communautés du Sud avec lesquelles elles ont des liens de coopération. En savoir plus : Le vade-mecum est disponible en téléchargement sur les sites d Horizons Solidaires (www.horizons-solidaires.org) et de la Commission Nationale de la Coopération Décentralisée (www.diplomatie.gouv.fr/cncd/). Une version papier est disponible à Horizons Solidaires. Les Cahiers Thématiques Horizons Solidaires N 58 Mars-Avril 2007 / 3

4 Dossier ATELIER 1 :Organiser un voyage solidaire De droite à gauche, Céline Menant-Lê, présidente du réseau Archimède, Laure Lebrethon, animatrice de CVS Conseils en Voyages Solidaires, et Sandrine Bot, animatrice de l ATES. La prise de conscience des réalités d un pays, le respect des cultures locales sont deux motivations indispensables à l organisation d un voyage solidaire. «Un voyage solidaire est beaucoup plus difficile à organiser qu un voyage classique», prévient Laure Lebrethon, salariée de l association Conseils en Voyages Solidaires (CVS). Cette structure caennaise, fondée il y a 20 ans, propose aux jeunes et aux adultes des séjours touristiques qui valorisent l éthique, la solidarité internationale et le respect des cultures. Chaque année, elle fait voyager entre 50 et 100 personnes en Afrique et en Amérique Latine. «Tout part d abord d une rencontre», témoigne-t-elle. «En ce qui nous concerne, nous cherchons avant tout à tisser un partenariat avec une association locale œuvrant pour le développement d un village». «Ce peut tout simplement être une personne qui vit en France mais qui connaît bien la destination, et qui surtout, veut y développer quelque chose», nuance Sandrine Bot, animatrice de l Association pour un Tourisme Équitable et Solidaire (ATES). Dans les deux cas, cette personne s avère indispensable pour mieux cerner la culture, les habitudes et les besoins de la population locale. «C est elle qui fait le lien entre les différents prestataires (familles d accueil, guides ) et qui nous propose un programme du séjour», indique Laure Lebrethon. Le voyage de repérage. «Il est indispensable de garantir la sécurité des voyageurs, tant en termes de transport que d hébergement», poursuit Laure Lebrethon. Ce repérage permet de concilier les modes de vie sur place avec les exigences du touriste. «Il faut savoir que la majorité de nos clients sont avant tout davantage attirés par la destination que par l idée de faire du tourisme solidaire. Pour nous, c est justement l occasion de les sensibiliser à cette approche», confiet-elle. Chez CVS, le coût du voyage varie entre 800 et 1500 euros. «Le coût de l avion représente déjà 50% du voyage, qu il est difficile, à notre niveau, de négocier avec les compagnies aériennes qui ont souvent un monopole». Un pourcentage du voyage est reversé à l association locale partenaire. «Ça peut paraître peu, mais nous ne prétendons pas révolutionner un village avec nos voyages». Cette contribution sert à rémunérer les prestataires (familles d accueil, guides..) et à financer un projet de développement souhaité par la communauté d accueil. Souhaité et non pas imposé. Parmi les participants à l atelier, on insiste : «il faut que le projet vienne d eux. C est à eux de le réaliser». Céline Menant-Lê, présidente du réseau Archimède et cofondatrice de l agence Voyage et Sens, rappelle néanmoins que «le tourisme solidaire est avant tout une activité économique. Il ne faut pas l oublier». 4 / Les Cahiers Thématiques Horizons Solidaires N 58 Mars-Avril 2007

5 TOURISME SOLIDAIRE les cahiers n 58 Mars-avril 2007 ATELIER 2 : Comment intégrer le tourisme à la coopération décentralisée? Longtemps orientée vers la santé, l éducation ou l agriculture, la coopération décentralisée se tourne vers le tourisme solidaire. Exemples. Mai Le Conseil général de la Manche signe un accord de coopération décentralisée avec le Judet d Alba en Roumanie. Le rapprochement entre les deux provinces intervient dans le cadre de l entrée de la Roumanie dans l Union européenne. Le Département français engage un budget annuel de euros pour mener des actions en partenariat dans plusieurs domaines : les technologies de l information, les programmes sociaux et éducatifs pour la jeunesse et le tourisme. «Alba venait d engager un plan de développement du tourisme pour cinq ans. Ils attendaient une validation de leur démarche», explique Philippe Hamel, directeur adjoint du Comité départemental du tourisme (CDT) de la Manche, en charge de la politique touristique du Département. «Nous avons comparé nos stratégies d information et de commercialisation de l offre touristique. Ils voulaient aussi connaître notre démarche qualité en vue de valoriser les produits du terroir, le patrimoine local et rural». Les fonds structurels européens attribués à la Roumanie ont permis de développer une petite hôtellerie rurale et une charte qualité s appliquera bientôt à leur Route des Vins, «bien plus élaborée que nos routes du terroir», souligne Philippe Hamel. Aucun accord de coopération ne liait la région de Kosice, en Slovaquie, au département de l Orne. Mais le succès du tourisme à la française interpelle. Sollicité par la Slovaquie, le Ministère français des affaires étrangères demande en 2003 au département de l Orne, en pleine rédaction de son Schéma départemental de développement touristique, d aider la région de Kosice à établir le sien. Sur place, le directeur du CDT de l Orne, Vincent Geslain, se rend compte que «les Slovaques attendent, plus qu un accompagnement ou une méthodologie, une véritable mise en œuvre de leur plan». Après une nécessaire mise au point, un accord est trouvé sur les termes de l échange. La responsable du tourisme de Kosice est accueillie durant cinq semaines au CDT de l Orne. En 2005, le schéma est adopté par l assemblée slovaque et servira de modèle à tout le pays. Les collectivités françaises ont apporté dans l échange ce qui fait la spécificité de la coopération décentralisée : un transfert de savoir-faire, la prise en compte globale du développement d un territoire, l action dans la durée, le respect des cultures et des identités, alors que les pratiques du tourisme de masse sont hors de portée des capacités financières des collectivités. «Les fonds publics ne doivent pas servir à développer un tourisme de Côte d Azur qui ne desservirait pas le territoire de manière équilibrée et durable», rappelle Irène Defrance, représentante d Accueil Paysan. Son association accompagne des porteurs de projets d accueil rural en Roumanie, dans le cadre de la coopération décentralisée de la Région Haute-Normandie. Les collectivités françaises s appuient sur des initiatives similaires sur leur propre territoire pour porter des actions de tourisme équitable. Les opportunités de co-développement sont nombreuses. Les représentants des CDT de l Orne et de la Manche ont présenté leurs actions menées en faveur du développement touristiques dans les ex-pays de l Est. Les Cahiers Thématiques Horizons Solidaires N 58 Mars-Avril 2007 / 5

6 Actualités COOPÉRATION Un cadre jurid La Loi Thiollière, adoptée le 25 janvier, clarifie et renforce le droit des collectivités territoriales de développer des actions extérieures à l étranger, notamment en faveur des pays émergeants. Une avancée qui permettra d éviter l annulation de projets au motif de l absence d intérêt local. Pierre Pougnaud, conseiller technique à la délégation pour l Action Extérieure des Collectivités Locales (Ministère des affaires étrangères), le 17 février à Caen. Nouveau dispositif de cofinancement : «Un souci de cohérence» La nouvelle Loi organique sur les lois de finances (LOLF) et la fin des Contrats de plan État-Régions ont contraint le Ministère des affaires étrangères à modifier ses modes de cofinancement des actions de coopération décentralisée. «Dans un souci de cohérence et d efficacité, les aides s adresseront de plus en plus aux initiatives qui s intégreront dans un programme de développement global», souligne Pierre Pougnaud, conseiller technique au ministère des Affaires Étrangères. «Aussi les collectivités ont-elles tout intérêt à nouer des partenariats, notamment avec les ONG», poursuit-il. Désormais, les collectivités disposent de trois outils pour solliciter un cofinancement : un appel à contrat «triennal» qui remplace les anciens Contrats de Plan État-régions, un appel à projet européen sur le «rayonnement culturel et scientifique», et un appel à projet annuel pour ne pas se priver des petits projets de collectivité de taille moyenne. Le nouveau dispositif de cofinancement privilégiera plusieurs thématiques : le renforcement institutionnel, le traitement des causes de la pauvreté, la jeunesse, l enseignement hôtelier et agricole, la lutte contre la fracture numérique Les priorités géographiques coïncident avec les pays francophones et certains pays dits intermédiaires (le Brésil, l Inde, la Russie ) qui bénéficieront de fonds dédiés. Le projet du Conseil général des Deux-Sèvres était pourtant louable. La construction d un collège et d un centre incendie à Madagascar était en bonne voie jusqu à ce que le tribunal administratif de Poitiers juge que cette action ne présentait pas d intérêt local. L affaire a fait l objet d un recours au tribunal de Bordeaux qui n a toujours pas rendu d arrêt. Autre lieu, autre cas. En 1995, la Ville de Villeneuve d Asq (Nord) se voit reprocher d avoir subventionné la venue d étudiants roumains dans son université alors que l enseignement supérieur ne relève pas de ses compétences. Elle finira néanmoins par obtenir gain de cause, au motif que cette action qui s accompagnait de l octroi d une bourse relevait d une compétence plus large que celle évoquée. En matière de coopération décentralisée, les cas de jurisprudence ne sont pas courants, mais ils existent. La loi du 6 février 1992, qui autorisait les collectivités territoriales françaises à signer des conventions avec des autorités locales étrangères, ne précisait pas, en effet, quel type d actions pouvaient être menées. L intérêt local n est plus à prouver Le 25 janvier dernier, deux ans après le tsunami et l importante vague de mobilisation qui s en est suivie (27 millions d euros de dons), l adoption par 6 / Les Cahiers Thématiques Horizons Solidaires N 58 Mars-Avril 2007

7 COOPÉRATION DÉCENTRALISÉE les cahiers n 58 Mars-avril 2007 DÉCENTRALISÉE ique plus sûr Un soutien renforcé L adoption définitive de ce texte vient compléter le dispositif de soutien et d accompagnement de l action extérieure des collectivités territoriales mis en place ces dernières années. Sur le plan juridique, il s ajoute à la loi Oudin- Santini qui permet aux communes, aux établissements publics de coopération intercommunale, aux syndicats mixtes Une quarantaine de personnes, représentants de collectivités ou d associations, ont assisté à la conférence organisée par Horizons Solidaires. La loi protège désormais les actions extérieures menées par les collectivités. Ce que dit la loi Thiollière l Assemblée Nationale d une nouvelle loi déposée par Michel Thiollière, sénateur-maire de Saint-Étienne, a permis de clarifier le champ d action des collectivités en matière de coopération décentralisée. «Ce texte ne fait plus de la preuve de l interêt local immédiat et direct, une condition de la légalité de la convention», résume Pierre Pougnaud, conseiller technique auprès du Délégué pour l Action Extérieure des Collectivités Locales au Ministère des affaires étrangères. Dorénavant, les collectivités territoriales et leurs groupements peuvent non seulement conclure des conventions avec des autorités locales étrangères, dans le respect des engagements internationaux de la France, mais aussi, si l urgence le justifie, mettre en œuvre ou financer des actions à caractère humanitaire. Et cela sans risque juridique. «L intérêt public demeure néanmoins indispensable», rappelle Pierre Pougnaud. Les actions ainsi que leurs montants prévisionnels seront indiqués et précisés dans les conventions. Le texte adopté par le Parlement, modifie le Code général des collectivités territoriales en introduisant des dispositions nouvelles permettant de compléter et de préciser le droit en matière de coopération décentralisée. L article L du code général des collectivités territoriales est ainsi rédigé : «Art. L Les collectivités territoriales et leurs groupements peuvent, dans le respect des engagements internationaux de la France, conclure des conventions avec des autorités locales étrangères pour mener des actions de coopération ou d aide au développement. Ces conventions précisent l objet des actions envisagées et le montant prévisionnel des engagements financiers. Elles entrent en vigueur dès leur transmission au représentant de l Etat dans les conditions fixées aux articles L et L , L et L , L et L Les dispositions des articles L , L et L leur sont applicables. «En outre, si l urgence le justifie, les collectivités territoriales et leurs groupements peuvent mettre en œuvre ou financer des actions à caractère humanitaire.» chargés des services publics d eau potable et d assainissement ainsi qu aux agences de l eau d affecter jusqu à 1% de leur budget à des actions de coopération et de solidarité internationale. La loi Thiollière s ajoute enfin au nouveau dispositif de cofinancement des actions extérieures (lire ci-contre), plus simple, plus lisible et favorisant l appui institutionnel, le développement durable, la mutualisation, le développement économique et l intégration des jeunes. Plus d Infos Ministère des affaires étrangères Horizons Solidaires Centre de ressources pour la coopération décentralisée et la solidarité internationale en Basse-Normandie 38, quai Hamelin Caen Tél Mail : Les Cahiers Thématiques Horizons Solidaires N 58 Mars-Avril 2007 / 7

8 BRÈVES... Séminaire de coopération décentralisée Le Conseil Général de l'orne et Horizons Solidaires organisent une formation sur l'action internationale des collectivités locales, en partenariat avec l'agence COOP DEC Conseil. Le séminaire se tiendra à la Salle d'ecouves dans le bâtiment Leveneur du Conseil Général à Alençon, le jeudi 15 mars 2007, de 14h à 18h. Renseignements : Horizons Solidaires au Coopération décentralisée et Europe Cités Unies France organise à Paris une journée thématique «Quelle place pour la coopération décentralisée dans les programmes européens?», mardi 20 mars. Une autre journée sera organisée le jeudi 10 mai 2007 sur le thème la coopération décentralisée dans la politique européene de voisinage. Pour davantage d'informations, contactez Guylaine Traoré, chargée de mission à CUF Tél. : / Plates-formes La prochaine rencontre de la Plateforme régionale Mali est prévue le 27 mars de 17h30 à 19h30 au 38 quai Hamelin. Outre les échanges habituels d'informations et de mise en réseau entre les membres, cette réunion de Plate-forme permettra de présenter la prochaine mise en place par la Région du Programme Concerté Mali sous l'égide de l'afdi et en partenariat ave Horizons Solidaires. La 3 e rencontre de la Plate-forme régionale Sénégal est prévue le 25 avril Elle fera le point sur les projets en cours et les récents déplacements de ses membres, et réfléchira à une possible mise en perspective régionale de projets d'initiatives concertées. Elle sera également l'occasion de rendre compte des conclusions du Groupe Pays Sénégal de Cités Unies France du 23 mars. Plate-forme régionale Madagascar : Elle aura lieu le vendredi 4 mai de 14h30 à 19h (lieu à déterminer). Organisée pour la première fois sous la forme d une demi-journée, elle permettra aux membres de la Plateforme d approfondir leurs réflexions sur une thématique prioritaire (choix non encore fixé). La réunion constitutive de la Plateforme Asie du Sud-Est a eu lieu le 25 janvier Une seconde réunion est d ores et déjà programmée le 7 juin à 14h. Renseignements : Horizons Solidaires au Valoriser le bénévolat En partenariat avec l'association S3A, Horizons Solidaires organisera prochainement (un samedi matin de la 2 e quinzaine de mars ou d'avril) une rencontre sur le thème du statut du bénévole et des incitations fiscales. Vous avez été nombreux, en 2006, à nous interroger sur ces sujets, nous espérons que cette journée sera l'occasion de vous apporter des éléments de réponse concrets pour la valorisation de vos bénévolats. Renseignements ou pré-inscriptions auprès de Sandra Baude au ou par mail : Salon des Solidarités Co-organisé par ASAH et Humanis, le Salon des Solidarité aura lieu du 22 au 24 juin au Parc Floral de Paris. Il se veut un carrefour de rencontres pour tous. Que les projets soient menés par de grandes ONG, par de petites associations, par les conseils régionaux ou par les municipalités françaises, la solidarité internationale s exprime de manière très diversifiée et par le biais d acteurs de toute taille. C est cette diversité et la complémentarité qui existe entre tous ces acteurs que le salon souhaite mettre en valeur. A ce titre, il proposera des conférences et des tables rondes, des formations, un espace recrutement Pour davantage d informations consultez le site Annuaire L édition 2007 de l annuaire des acteurs de la solidarité internationale vient de paraître. Il est publié par RITIMO, en collaboration avec la Commission Coopération Développement et le Ministère des Affaires étrangères (Mission d appui à l action internationale des ONG). Au prix de 10 euros, (13 euros par correspondance), vous pouvez commander le répertoire en ligne sur le site Electriciens sans frontières Electriciens sans frontières (ESF) Basse-Normandie vient de déposer ses statuts, après avoir été parrainée pendant un an par ESF Haute-Normandie. Elle compte 23 adhérents, dont une grande partie d actifs et retraités d EDF et d entreprises de génie électrique... ESF France intervient dans 29 pays, à la demande des populations locales, pour électrifier des villages, des écoles, des hôpitaux, etc. ESF Basse-Normandie envisage de travailler avec l association Teriya Ko à Epron et le comité de jumelage Cherbourg-Coubalan Contact : Délégation régionale d EDF, av. de Cambridge CITIS, Hérouville-Saint-Clair. Tél. : Mail. : Web. Retour d expérience à Sées De retour d un séjour au Bénin, une quinzaine d étudiants du lycée agricole de Sées dans l Orne, organise une conférence le vendredi 23 mars, à partir de 14 h, au cinéma «Le Rex» à Sées. Le groupe évoquera son action de développement local, à travers une expérience de tourisme solidaire. La conférence sera précédée d une projection de deux films réalisés par les étudiants : «Moi, Sékou, mon exil, mon village, mon combat (52 mn) et «Agissons ensemble pour Possotomé (15 mn).... Les Cahiers N 58. Mars-Avril Publication d'horizons Solidaires, Centre de ressources pour la coopération décentralisée et la solidarité internationale en Basse-Normandie. Siège social : 38 quai Hamelin Caen. Tél / Fax : Mél : Web : - Directeur de la publication : Marie-Odile Tavernier. Commission communication : Jean Deshayes, Raymond Gauer, Marie-France Gignoux et Sandra Baude - Rédaction : Aprim, 56 rue Albert 1 er Caen. Tél : / Fax : Mél. Web : Coordination de l information : Marylène Carre. Dépôt légal à parution. Numéro de commission paritaire en cours. 8 / Les Cahiers Thématiques Horizons Solidaires N 58 Mars-Avril 2007

P L AT E - F O R M E C O O P É R AT I O N E T T O U R I S M E R E S P O N S A B L E

P L AT E - F O R M E C O O P É R AT I O N E T T O U R I S M E R E S P O N S A B L E P L AT E - F O R M E C O O P É R AT I O N E T T O U R I S M E R E S P O N S A B L E www.cooperation-tourisme.org Un outil au service du développement territorial Échanger, partager et construire des partenariats

Plus en détail

COOPERATION DECENTRALISEE. CESR 5 octobre 2007

COOPERATION DECENTRALISEE. CESR 5 octobre 2007 COOPERATION DECENTRALISEE CESR 5 octobre 2007 La coopération internationale et décentralisée S insère dans le cadre plus large de l action extérieure des collectivités Regroupe les actions de coopération

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

40 PROPOSITIONS POUR UN ELAN NOUVEAU DE L ACTION EXTERIEURE DECENTRALISEE présentées par André LAIGNEL -- 23 janvier 2013 -

40 PROPOSITIONS POUR UN ELAN NOUVEAU DE L ACTION EXTERIEURE DECENTRALISEE présentées par André LAIGNEL -- 23 janvier 2013 - 40 PROPOSITIONS POUR UN ELAN NOUVEAU DE L ACTION EXTERIEURE DECENTRALISEE présentées par André LAIGNEL -- 23 janvier 2013 - A. DEFINIR DES PRIORITES PARTAGEES «L EXPERIENCE DE LA PROXIMITE AU SERVICE D

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

1 er FORUM NATIONAL DU TOURISME RESPONSABLE- SENEGAL 7 décembre 2012 Parc forestier et zoologique de Hann Dakar (6 ème Sommet Africités)

1 er FORUM NATIONAL DU TOURISME RESPONSABLE- SENEGAL 7 décembre 2012 Parc forestier et zoologique de Hann Dakar (6 ème Sommet Africités) 1 er FORUM NATIONAL DU TOURISME RESPONSABLE- SENEGAL 7 décembre 2012 Parc forestier et zoologique de Hann Dakar (6 ème Sommet Africités) COMPTE RENDU DES TRAVAUX Le 1 er Forum National du Tourisme Responsable

Plus en détail

Atelier forum participatif Concertation Leader 2014-2020 I Montlosier I 21 octobre 2014

Atelier forum participatif Concertation Leader 2014-2020 I Montlosier I 21 octobre 2014 Atelier forum participatif Concertation Leader 2014-2020 I Montlosier I 21 octobre 2014 DEROULE DE LA MATINEE : 9h30 : accueil et introduction par Bernard Delcros, Président du GAL Leader 1. Le programme

Plus en détail

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Terres Romanes en Pays Catalan est porteur, en partenariat avec le Pnr

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

Guide sur les thématiques liées au développement durable

Guide sur les thématiques liées au développement durable Guide sur les thématiques liées au développement durable De manière spontanée, les organisations de l ESS doivent s interroger, d une part sur la finalité poursuivie et d autre part sur les moyens, actions,

Plus en détail

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Raphaël Mehr Directeur de l Unité de Production Hydraulique Est EDF s engage en faveur du développement économique et

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Colloque Villes et Universités au service du développement local Lausanne, 20 octobre 2010 Association Internationale des Maires Francophones Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Introduction

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE FAITS ET CHIFFRES 1 NOMBRE D HABITANTS : 9,2 millions (estimation World Gazetteer) 2 POURCENTAGE DE LA POPULATION VIVANT AVEC MOINS DE 1,25 $

Plus en détail

Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf

Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf This project is funded by The European Union Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf This project is funded by The European Union Istikshaf: explorer la mobilité Agenda politique régional pour la mobilité

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES Dispositif : USAGES NUMERIQUES (7.2.C) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter l usage des services numériques. 1. Actions éligibles :

Plus en détail

DEMANDE DE FINANCEMENT 2014 «CIRCUITS ALIMENTAIRES REGIONAUX»

DEMANDE DE FINANCEMENT 2014 «CIRCUITS ALIMENTAIRES REGIONAUX» DEMANDE DE FINANCEMENT 2014 «CIRCUITS ALIMENTAIRES REGIONAUX» A retourner au Conseil régional de Bourgogne : Conseil Régional de Bourgogne, Direction de l Agriculture et du Développement rural, 17 boulevard

Plus en détail

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Direction de la population âgée et des personnes handicapées Service de la population âgée 3e commission RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Séance du 9 juillet 2015 OBJET : PRÉVENTION DE LA MALTRAITANCE

Plus en détail

Plan régional de soutien à l économie

Plan régional de soutien à l économie Plan régional de soutien à l économie Le 23 mars 2009 La crise financière mondiale qui s est déclarée à l été 2008 se double d une crise économique et sociale. L onde de choc de ce phénomène a des effets

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

- DOSSIER RESSOURCE -

- DOSSIER RESSOURCE - COREPS - Groupe de travail n 1 CRÉATION / PRODUCTION / DIFFUSION Réunion n 1-16 décembre 2011 - DRAC de Basse-Normandie - DOSSIER RESSOURCE - Documents en lien avec la réflexion sur la thématique Charte

Plus en détail

Projets favorisant la vie associative et la citoyenneté

Projets favorisant la vie associative et la citoyenneté DEMANDE DE SUBVENTION Projets favorisant la vie associative et la citoyenneté Dossier de demande de subvention www.midipyrenees.fr n CRITERES D OBTENTION DE LA SUBVENTION Objectifs : n Permettre la réalisation

Plus en détail

Fiche - projet Comité de programmation 17 septembre 2009. Projet présenté pour programmation. Pôle de Ressources Numériques 2009

Fiche - projet Comité de programmation 17 septembre 2009. Projet présenté pour programmation. Pôle de Ressources Numériques 2009 Fiche - projet Comité de programmation 17 septembre 2009 Date de rédaction de la fiche 17/06/2009 Projet présenté pour programmation Pôle de Ressources Numériques 2009 Maître d'ouvrage : Fiche-action :

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

CRT Picardie. Enquête auprès des acteurs du tourisme

CRT Picardie. Enquête auprès des acteurs du tourisme CRT Picardie Enquête auprès des acteurs du tourisme 1 Votre entreprise ou structure / organisme institutionnel Votre nom : Votre titre : Votre e-mail : (pour pourvoir vous envoyer le résultat de l enquête)

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

«Structure ressource au service des acteurs de la coopération et de la solidarité internationales en Savoie»

«Structure ressource au service des acteurs de la coopération et de la solidarité internationales en Savoie» «Structure ressource au service des acteurs de la coopération et de la solidarité internationales en Savoie» Quelle origine? Une action volontariste initiée en 1986 par le Conseil général Une orientation

Plus en détail

APPEL A PROJET. «Grandir avec son enfant» QUINZAINE DE LA PARENTALITE. du 04 mars 2016 au 21 mars 2016

APPEL A PROJET. «Grandir avec son enfant» QUINZAINE DE LA PARENTALITE. du 04 mars 2016 au 21 mars 2016 CAF TOURAINE ACTION SOCIALE Service Développement territorial TSA 47444-37929 TOURS Cedex 9 APPEL A PROJET QUINZAINE DE LA PARENTALITE 2016 du 04 mars 2016 au 21 mars 2016 «Grandir avec son enfant» http://caftouraine.eklablog.com

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

Charte béninoise des services essentiels

Charte béninoise des services essentiels Charte béninoise des services essentiels Projet 1. Préface par le Président de la République 2. Code de gestion durable des services essentiels 3. Résolution du Quadrilogue du 24 mai 2006 4. Programme

Plus en détail

Délégation interministérielle à la famille

Délégation interministérielle à la famille Délégation interministérielle à la famille Circulaire Interministérielle DIF/DGAS/DGS/DGESCO/ DGER/DGEFP No 2006-556 du 22 décembre 2006 relative à la mise en place de plates-formes de formation aux métiers

Plus en détail

CHARTE «NETPUBLIC» (Internet pour tous)

CHARTE «NETPUBLIC» (Internet pour tous) CHARTE «NETPUBLIC» (Internet pour tous) Entre l État, représenté par Bernard BENHAMOU, Délégué aux usages de l Internet (Ministère de l Enseignement supérieur et de la Recherche) Et Il est convenu ce qui

Plus en détail

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 18/12/2014. ILE-DE-FRANCE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Les

Plus en détail

PROFIL DE POSTE(1) (EMPLOI TYPE)

PROFIL DE POSTE(1) (EMPLOI TYPE) PROFIL DE POSTE(1) (EMPLOI TYPE) INTITULE DU POSTE : RESPONSABLE DE SERVICE ACTIONS EUROPEENNNES, SOLIDARITE INTERNATIONALE ET COOPERATION DECANTRALISEE FAMILLE PROFESSIONNELLE : ADMINISTRATION Grade :

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. RDV POINT PRESSE 17/10 à 10h20. Déjà la quatrième édition de la Journée du Volontariat Français

COMMUNIQUE DE PRESSE. RDV POINT PRESSE 17/10 à 10h20. Déjà la quatrième édition de la Journée du Volontariat Français COMMUNIQUE DE PRESSE RDV POINT PRESSE 17/10 à 10h20 Déjà la quatrième édition de la Journée du Volontariat Français Cette année, elle sera célébrée le vendredi 17 octobre à l Institut Français de Bobo-Dioulasso

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

pour le développement de la formation en alternance

pour le développement de la formation en alternance Dossier de Presse signature des conventions du Programme d Investissements d Avenir (PIA) pour le développement de la formation en alternance Vendredi 22 novembre 2013 à 9h30 Pôle Formation de la CCI du

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE BOURGOGNE Place des Nations Unies - B.P. 87009-21070 DIJON CEDEX Téléphone : 03 80 60 40 20 - Fax : 03 80 60 40 21 MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT Préambule

Plus en détail

Promouvoir et coordonner l expertise technique française à l international

Promouvoir et coordonner l expertise technique française à l international Promouvoir et coordonner l expertise technique française à l international Opérateur du ministère des Affaires étran gères et européennes (MAEE) et du ministre de l Immi gration, de l Intégration, de l

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE CHAPITRE ACTION SOCIALE L USM est depuis de nombreuses années investie dans les instances de l action sociale pour préserver et développer les dispositifs dont les magistrats peuvent bénéficier, qu ils

Plus en détail

Réseaux sociaux professionnels et formation de formateurs De VizaFLE à IFprofs. Thessalonique, 17 octobre 2014

Réseaux sociaux professionnels et formation de formateurs De VizaFLE à IFprofs. Thessalonique, 17 octobre 2014 Réseaux sociaux professionnels et formation de formateurs De VizaFLE à IFprofs Thessalonique, 17 octobre 2014 VizaFLE en quelques mots : - Ouvert en Roumanie en 2011 à l adresse http://roumanie.vizafle.com,

Plus en détail

France Active, un réseau au service des personnes, de l emploi et des territoires

France Active, un réseau au service des personnes, de l emploi et des territoires RAPPORT D ACTIVITE 2012 Le mot du Président Depuis 2005, nous accompagnons et finançons des personnes à la recherche d un emploi, qui créent leur propre entreprise, et des entreprises solidaires qui créent

Plus en détail

charte des relations internationales de sénart cadre déontologique et politique réciprocité équité solidarité durabilité

charte des relations internationales de sénart cadre déontologique et politique réciprocité équité solidarité durabilité charte des relations internationales de sénart cadre déontologique et politique é d i t o r i a l Sénart est composée de 10 communes dont 7 engagées dans 22 jumelages en direction de 8 pays. Une concertation

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

LA DIASPORA MALIENNE POUR LA PAIX ET LE DÉVELOPPEMENT DU MALI

LA DIASPORA MALIENNE POUR LA PAIX ET LE DÉVELOPPEMENT DU MALI DOSSIER DE PRÉSENTATION MERCREDI 10 AVRIL 2013 MONTREUIL Salle des fêtes Mairie de Montreuil LA DIASPORA MALIENNE POUR LA PAIX ET LE DÉVELOPPEMENT DU MALI www.diplomatie.gouv.fr 1/7 PRÉSENTATION DE L ÉVÉNEMENT

Plus en détail

Contexte et problématique de départ :

Contexte et problématique de départ : Défi 2 Pour une production et une consommation responsables Objectif 5 Promouvoir une gestion territoriale des emplois et des compétences à l échelle du Pays Action 10 Education permanente au Développement

Plus en détail

LE GROUPE MACIF ET LA RSE

LE GROUPE MACIF ET LA RSE LE GROUPE MACIF ET LA RSE SOMMAIRE Présentation du Groupe MACIF, ses engagements RSE Quelle organisation, quelle prise en compte dans les pratiques internes Quelles réponses aux enjeux RSE dans le cœur

Plus en détail

Analyse et synthèses des réponses au questionnaire. L initiative Philanthropique Jerôme KOHLER

Analyse et synthèses des réponses au questionnaire. L initiative Philanthropique Jerôme KOHLER Analyse et synthèses des réponses au questionnaire L initiative Philanthropique Jerôme KOHLER Quelques éléments préalables 47 réponses pour 93 questionnaires envoyés Base de réponse de 50% Les principaux

Plus en détail

REGION DES PAYS DE LA LOIRE. Fonds régional Santé publique. Règlement d intervention

REGION DES PAYS DE LA LOIRE. Fonds régional Santé publique. Règlement d intervention REGION DES PAYS DE LA LOIRE Fonds régional Santé publique Règlement d intervention 1 1- POLITIQUE RÉGIONALE DE SANTÉ ET FONDS RÉGIONAL SANTÉ PUBLIQUE La santé des Ligériens constitue l une des priorités

Plus en détail

Dispositif régional d aide à la création de postes d agent de développement soutenable Cadre d intervention et d attribution

Dispositif régional d aide à la création de postes d agent de développement soutenable Cadre d intervention et d attribution Dispositif régional d aide à la création de postes d agent de développement soutenable Cadre d intervention et d attribution Depuis de nombreuses années, la Région Provence-Alpes-Côte d Azur développe

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 LE CEAS : Centre d étude et d action sociale de la Sarthe Association créée en 1937, secrétariat social, la première étude

Plus en détail

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon Debate 7. Muriel Nivert-Boudou DG Cress LR www.cresslr.org www.coventis.org Bref historique de l ESS en France L Economie sociale est née et a pris son essor

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

Le nouveau programme 2014-2020. Investir dans l éducation, la formation et la jeunesse en Europe. www.erasmusplus.fr

Le nouveau programme 2014-2020. Investir dans l éducation, la formation et la jeunesse en Europe. www.erasmusplus.fr Le nouveau programme 2014-2020 Investir dans l éducation, la formation et la jeunesse en Europe www.erasmusplus.fr 2014-2020 Un programme plus efficace pour l emploi des jeunes Un programme plus simple

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

RESSOURCES & TERRITOIRES propose - en partenariat avec le CNFPT - le. «Et les habitants?! De l usager spectateur au citoyen acteur.

RESSOURCES & TERRITOIRES propose - en partenariat avec le CNFPT - le. «Et les habitants?! De l usager spectateur au citoyen acteur. RESSOURCES & TERRITOIRES propose - en partenariat avec le CNFPT - le SEMINAIRE HABITANTS! «Et les habitants?! De l usager spectateur au citoyen acteur.» Vous habitez un quartier objet d un Projet de Rénovation

Plus en détail

ADESS Cornouaille. Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015

ADESS Cornouaille. Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015 ADESS Cornouaille Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015 1 L ADESS Cornouaille est un des quinze pôles de développement de l Economie Sociale et Solidaire (ESS) en Bretagne. C

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

Pourquoi une commune nouvelle?

Pourquoi une commune nouvelle? Création d une commune nouvelle sur les territoires de Bellentre, La Côte d Aime, Macot La Plagne et Valezan La Plagne Tarentaise Pourquoi une commune nouvelle? Le travail mené en commun a permis d aboutir

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES I. Présentation de l action La Région Guadeloupe a créé en 2007 une Agence régionale de développement économique (ARDE) afin de se doter d un outil performant capable

Plus en détail

La Maison du développement durable Inauguration le 7 octobre 2010 à 18 h

La Maison du développement durable Inauguration le 7 octobre 2010 à 18 h I N F O R M A T I O N A L A P R E S S E La Maison du développement durable Inauguration le 7 octobre 2010 à 18 h Du 7 au 19 octobre 2010, la Ville de Niort accueille la Maison du Développement Durable

Plus en détail

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés Fonds européen pour les Réfugiés 2008-2013 APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés 1 Introduction : La décision n 573/2007/CE du Parlement européen

Plus en détail

Elle aboutira à la rédaction d un cahier des charges pour le lancement d une campagne de communication.

Elle aboutira à la rédaction d un cahier des charges pour le lancement d une campagne de communication. Axe 1.1 : Création d une destination «Gironde» Action 1.1.1 : Lancement d une étude sur l image et le positionnement marketing de la Gironde La Gironde a des images, des sites touristiques Cependant, il

Plus en détail

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV Inades Formation Secrétariat Général FONSDEV Inades-Formation Secrétariat Général 08 B. P. : 8 Abidjan 08 Côte d Ivoire - Tél. (225) 22 40 02 16 - Fax (225) 22 40 02 30 - E-mail : ifsiege@inadesfo.net

Plus en détail

Carrefour Rural Européen des Acteurs Normands Coordination générale et animation du réseau rural bas-normand

Carrefour Rural Européen des Acteurs Normands Coordination générale et animation du réseau rural bas-normand Carrefour Rural Européen des Acteurs Normands Coordination générale et animation du réseau rural bas-normand Réseau rural de Basse-Normandie Groupe de travail thématique : «Bien gérer l'espace en milieu

Plus en détail

L EUROPE EN FORMATIONS

L EUROPE EN FORMATIONS L EUROPE EN FORMATIONS > CONSTRUCTION > INSTITUTIONS > CITOYENNETÉ > POLITIQUES > BUDGET 1 Maison de l Europe de Rennes et de Haute-Bretagne La Maison de l Europe - de Rennes et de Haute Bretagne, association

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

Instance de Concertation

Instance de Concertation Instance de Concertation PAYS HORTE ET TARDOIRE Jeudi 03 février 2011 Instance de Concertation 03/02/2011 1 Le projet de développement culturel 2009 2010 Oct Nov Déc Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août

Plus en détail

DG EAC, Unité Jeunesse - PEJA

DG EAC, Unité Jeunesse - PEJA DG EAC, Unité Jeunesse - PEJA DRJSCS-MP Janvier 2012 ecdc.europa.eu L UNION EUROPEENNE (UE) et le CONSEIL DE L EUROPE (COE) UNION EUROPEENNE Supranational 27 Etats membres Bruxelles, Luxembourg Strasbourg

Plus en détail

Coopération au développement

Coopération au développement Coopération au développement Appel à projets 2015 Objectifs Les valeurs d humanisme et d entraide et le développement durable et solidaire répondent à une préoccupation forte du conseil régional de Lorraine,

Plus en détail

www.ville-lepellerin.fr

www.ville-lepellerin.fr Pg n 1 / 10 Mairie de Le Pellerin, 44640 DOSSIER DE PRESSE Le Pellerin, le lundi 29 janvier 2007 lancement du site internet de la ville du Pellerin < mardi 6 février 2007 > sommaire Communiqué de presse

Plus en détail

Spécial Coopération. Edito du Président. Région Souss Massa Drâa l ouverture à l international. Brahim HAFIDI

Spécial Coopération. Edito du Président. Région Souss Massa Drâa l ouverture à l international. Brahim HAFIDI Spécial Coopération Région Souss Massa Drâa l ouverture à l international Département de l Isère Région Aquitaine Département de l Herault Vers les îles Canaries Vers l Europe Vers le Sud Région de fatick

Plus en détail

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016 PLAN D ACTIONS - / Annexe I Chacune des 16 priorités retenues par Cap devant! dans son projet associatif est assortie d une série d objectifs opérationnels. Chaque objectif opérationnel vise un résultat

Plus en détail

Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles 2011-2015

Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles 2011-2015 La franche-comté, une région grande par ses talents Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles 2011-2015 PRÉFET DE LA RÉGION FRANCHE-COMTÉ MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE,

Plus en détail

Séminaire International. «Rôles de la formation professionnelle agricole pour répondre aux défis des différentes formes d agricultures en Afrique»

Séminaire International. «Rôles de la formation professionnelle agricole pour répondre aux défis des différentes formes d agricultures en Afrique» Attention manque AFD et Comader Séminaire International «Rôles de la formation professionnelle agricole pour répondre aux défis des différentes formes d agricultures en Afrique» Enjeux et dispositifs d

Plus en détail

«Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées»

«Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées» ACTION TERRITORIALE 2011-2012 «Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées» CAHIER DES CHARGES D ACCOMPAGNEMENT ET DE FORMATION Origine de la demande UNIFAF

Plus en détail

N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 19 juin 2008 N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 4 juin 2008. PROPOSITION

Plus en détail

Réunion territoriale sur le projet de Parc Naturel Régional

Réunion territoriale sur le projet de Parc Naturel Régional Réunion territoriale sur le projet de Parc Naturel Régional 12 réunions d octobre à décembre 2013 Un PNR c est quoi? C est un label réservé aux territoires remarquables (paysages/nature/patrimoine culturel)

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS

POUR DIFFUSION AUX AGENTS MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/SEC/BR/LL/FG/DEJ/SPEJ/N 12-15 Lila LALAM 01 43 93 89 65 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : CHARGE DE LA MUTUALISATION DES ACHATS

Plus en détail